Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Annexes

Annexe 1. Le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg : étude complémentaire

Texte intégral

  • 1 Voir Delivre, 1999.

1À la suite de notre recherche et de la découverte des fragments du baldaquin, la conservation du Musée de l’OND à Strasbourg a envisagé une restauration et un remontage du monument. Ainsi, en janvier 1999, une étude préliminaire a été demandée à Jean Delivré, restaurateur de sculptures1. Hormis le nettoyage des pièces, l’étude qui comprenait une importante analyse matérielle des fragments avait pour but de déterminer la faisabilité d’un remontage en vue d’une présentation partielle du monument au public. Le restaurateur conclut alors à la difficulté matérielle d’une telle présentation, principalement à cause des nombreuses incertitudes et du trop grand nombre d’éléments manquants. D’une façon générale, les résultats de cette étude préliminaire viennent confirmer nos observations. On aimerait souligner les points les plus importants.

2Au point de vue matériel, on retiendra surtout l’existence de traces infimes de polychromie sur les fragments. Quant à la construction, il est intéressant de relever que les réseaux d’architecture qui faisaient partie à l’origine du baldaquin étaient tous taillés dans un seul bloc. La technique ne suscite donc aucune surprise.

3En ce qui concerne les interventions modernes, le restaurateur a pu constater que, lors de son travail de reconstitution en 1905, Bourjat a utilisé un plâtre teinté pour les pièces manquantes, afin d’uniformiser l’ensemble. Les fragments d’architecture de certains réseaux ont alors été correctement assemblés, d’autres moins bien. En revanche, les reliefs épars des gardiens ont été réunis avec exactitude. Cependant, les soldats, endommagés, ont été complétés en de nombreux endroits. Il nous semble important de noter que les compléments apportés par Bourjat, si nombreux soient-ils, ne viennent pas perturber l’analyse iconographique et stylistique que l’on peut faire de la représentation : on conserve encore suffisamment d’éléments d’origine pour assurer une telle étude.

4Enfin, au point de vue de l’histoire de la conservation, il apparaît que le monument n’a pas été simplement démonté et transporté dans un autre lieu, mais qu’il a bien subi « une dégradation volontaire » selon les termes de Jean Délivré. Cette constatation ne vient que renforcer notre opinion selon laquelle le saint sépulcre n’a été détruit qu’en 1681 et brisé en multiples fragments avant de servir en partie au remblai de la plate-forme du chœur.

Notes

1 Voir Delivre, 1999.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search