Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Catalogue

Texte intégral

1Les notices du catalogue résument les aspects techniques de chacun des saints sépulcres monumentaux. Elles sont classées selon un ordre alphabétique.

I Bâle (Suisse)

2Fragments d’un saint sépulcre, église Saint-Léonard, terminé en 1343.

3Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique rose ; traces de polychromie.
Hauteur estimée des gardiens : 60 à 70 cm.

Provenance et lieu deconservation actuel

Les quatre fragments proviennent de l’église Saint-Léonard de Bâle, précisément de la chapelle Saint-Théobald. Ils ont été remis au Musée historique par les services de la conservation des monuments historiques (Denkmalpflege). Trois de ces fragments – un heaume et deux fragments avec chacun un corps de soldat –, ont été acquis en 1870, alors qu’un quatrième, une tête, est entré au musée en 1984.
No d’inventaire : 1870. 372 à 374 et 1984. 184.

État

Seuls quatre fragments sont conservés. Ils appartiennent tous au haut-relief du sarcophage, représentant les gardiens. La surface de ces fragments est très endommagée.
Les hauts-reliefs des gardiens :
gardien accroupi : haut. : 58 cm ;
gardien assis : haut. : 49 cm ; tête : haut. : 16 cm ;
heaume : haut. : 12 cm.

Polychromie

Vestiges de polychromie.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

4Les quatre fragments faisaient partie du sarcophage. Aucun élément des registres supérieurs n’est conservé.

5La sculpture a dû être fine et soignée à l’origine. Les gardiens semblent se faire face, l’un regardant vers la droite, l’autre vers la gauche. Un des deux est accroupi, les jambes repliées et croisées. Il est vêtu d’une protection faite de mailles et d’un surcot cintré. Son heaume est posé sur sa nuque. Le second est assis, les jambes croisées, les bras ramenés vers le buste. Il porte la même armure que le premier, à l’exception de genouillères rigides. Il tient son épée, longue et fine, devant le buste. Son bouclier, très allongé, protège son épaule gauche. On conserve encore une tête casquée. La tête est protégée d’un bacinet à vervelles et la nuque par un camail. Les yeux et la bouche fermés, le gardien dort.

Bibliographie

Futterer, 1926, p. 176, ill. X-2 ;
Schwarzweber, 1940, p. 13, ill. 7 ;
Maurer, 1961, p. 243-244, ill. 277 ;
Maurer-kuhn, 1981, p. 17, ill. 25.

Illustrations

88 et 92.

2 Fribourg-en-Brisgau (Allemagne, Bade-Wurtemberg)

6Saint sépulcre, cathédrale Notre-Dame, probablement après 1343.

7Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique ; polychromie et dorure.
Haut. : 520 cm ; larg. : 344 cm ; prof. : 160 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le monument se trouve dans la chapelle du Saint-Sépulcre depuis la construction de celle-ci en 1578, à l’endroit même (dernière travée du bas-côté sud) qu’il devait occuper à l’origine.

État

Chapelle (intérieur) : haut. : 355 cm ; larg. : 315 cm. La chapelle date de 1578 et n’a pas été transformée depuis. Les interventions majeures concernent les vitraux des deux baies (exécutés par les frères Helmle en 1825, puis supprimés), les deux baies (murées en 1949) et le dallage intérieur (récent). À noter que la voûte actuelle est légère, construite en bois. La clôture ajourée : prof. : 27 cm. Seules quelques parties du décor (fleurons, crochets etc.) ont été refaites, récemment encore.
Le sarcophage : haut. : 109 cm ; larg. : 312 cm ; prof ; 89 cm ; plateforme : long. : 283 cm ; face du sarcophage avec les reliefs des gardiens : long. : 283 cm. Tous les éléments constitutifs sont d’origine, à l’exception de blocs placés en profondeur.
Les hauts-reliefs des gardiens : haut. : environ 70 cm. Ils sont très peu abîmés, seuls quelques nez et doigts se trouvent endommagés. La lance est moderne.
La statue du Christ :
long. : 218 cm. Bon état.
Les statues sculptées en ronde-bosse : autour du Christ : haut. moyenne : 150 cm ; sur la clôture : haut. moyenne : 118 cm. Quatre petits anges, placés autour du Christ, ont disparu. Quant aux cinq figures entourant le Christ : plusieurs petites parties ont été restaurées en 1612 (nez, doigts etc., voir le texte de la facture), ce que l’on observe encore nettement ; quelques éléments manquent (mains, doigts, petites parties de plissé etc.) ainsi que les attributs. Quant aux cinq figures sur la clôture : les attributs manquent.

Polychromie

Polychromie de la clôture (les figures du couronnement incluses) et de la face du sarcophage refaite en 1891 (bleu, rouge, or). Actuellement, les statues du Christ et des cinq figures qui l’entourent ne sont pas peintes.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Réceptacle de forme carrée (long. : 12,5 cm ; larg. 12,5 cm), fermée d’une plaque en métal, dans le côté droit du Christ.

Documents

Un moulage du sarcophage et des statues placées sur celui-ci est conservé dans les locaux de l’Œuvre.

8L’état actuel reflète celui d’origine, la clôture ajourée y comprise. Comme aujourd’hui, le saint sépulcre se composait d’un grand sarcophage, sur lequel étaient placées les statues du Christ mort, des anges, des saintes Femmes, et sur la face duquel étaient sculptés les gardiens du tombeau. La clôture ajourée est formée de quatre baies jumelées. Plusieurs restaurations (en 1612, en 1733, en 1891 et tout récemment encore) n’ont pas altéré la configuration du sépulcre. La construction de la chapelle en 1578 et la mise en place du saint sépulcre à l’intérieur contribuèrent à une nouvelle présentation du tombeau du Christ, marquée par une plus grande théâtralisation.

9Le couronnement de la clôture est orné de cinq statues, de plus petites dimensions que celles du registre médian : la statue du Christ ressuscité, de la Vierge, d’une sainte Femme et de deux anges. Dans le registre médian, la Vierge est actuellement placée au centre, tenant un livre dans la main et regardant le Christ étendu. Elle est flanquée, à sa gauche, de Marie-Madeleine, à sa droite, d’une autre sainte Femme. Deux anges thuriféraires sont disposés de part et d’autre. Les femmes sont coiffées de voiles plus ou moins longs, le menton parfois enserré dans une guimpe. Les gardiens du sarcophage portent des armures faites de protection en maille et de protection rigide (épaulières, genouillères et grèves). Un heaume et des casques de formes diverses les complètent. Certains gardiens sont vêtus de surcots cintrés.

10Les deux anges et la sainte Femme à droite autour du Christ gisant sont d’une qualité exceptionnelle, les autres sculptures n’atteignant pas cette finesse d’exécution.

Bibliographie

Schreiber, 1820, p. 153 ;
Freiburger Diozesan Archiv, 22, 1892, p. 268-269 ;
Geiges, 1896, ill. 10, 14, 17-19, 34 ;
Kempf, 1898, p. 288-293 ;
Kempf, 1917, p. 2-8 ;
Schmitt, 1919 ;
Kempf et Schuster, 1923, p. 56-61 ;
Schmitt, 1925-1926, p. 45-46 ;
Kempf, 1926, p. 94-101, 129-133, ill. 89-91, 179-184 ;
Schmitt, 1926, vol. 1, p. 55-57, vol. 2, p. XIX-XX, ill. 209-226 ;
Beenken, 1927, p. 172-185 et ill. ;
Jantzen, 1929, p. 36-37, ill. 96-98 ;
Schwarzweber, 1940, p. 10-13, ill. 3-4 ;
Oertel, 1958, p. 33-43 ;
Noack, 1960 ;
Krummer-schroth, 1961, p. 67-68 ;
Adam, 1968, p. 75 ;
Adam, 1973, part. p. 36, 75, ill. 76 ;
Krummer-schroth dans : Hart, 1975, p. 117-119, ill. 101-103, 105, 107, pl. XII-XIV.

Illustrations

55 à 60, 64 à 66, 138 à 142.

3 Fribourg-en-Brisgau (Allemagne, Bade-Wurtemberg)

11Saint sépulcre (?), église Saint-Martin, seconde moitié du xive siècle.

12Saint sépulcre monumental à figures mobiles (?)

 

Grès molassique rose (enfeu), pierre grise (statue du Christ).
Peinture murale.
Haut. : 240 cm environ ; larg. : 280 cm ; prof. : 80 cm. Départ de la niche à environ 30 cm du sol.

Provenance et lieu de conservation actuel

L’enfeu se trouve dans le mur sud de la nef, probablement à son emplacement d’origine.

État

L’enfeu et la peinture murale sont d’origine. La statue du Christ, sculptée en 1880 par un certain Walliser, est un rajout ultérieur.
La niche intramurale : tous les éléments constitutifs sont d’origine.
La statue du Chris : long. : 200 cm environ. Brisée au niveau de la poitrine. Bout des pieds cassé.

Polychromie

Peinture murale : haut : 145 cm environ ; larg. : 240 cm. Restaurée en 1976 par Emil G. Geschöll, restaurateur. Scène peu lisible dans le détail.
Partie inférieure perdue.
Dorure sur l’arc.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

13L’enfeu orné de peintures murales est le seul élément conservé du monument médiéval. Il ne repose pas sur le sol. Tout le fond est consacré à la représentation de la Résurrection du Christ. Seuls les contours des personnages ont subsisté. En dessous de la peinture est disposée la statue d’un Christ mort, placée au xixe siècle. Cette disposition évoque peut-être une plus ancienne.

14Le Christ peint est figuré en vainqueur de la mort. Il est enveloppé d’un grand manteau. Sa tunique semble fendue au niveau de la poitrine et laisse apparaître la plaie, rouge de sang. Il bénit de sa main droite et, de l’autre, tient la bannière. Le couvercle du sarcophage, dont on ne voit qu’une petite partie, a été rejeté en arrière. Les deux anges dressés sur le bord du sarcophage et les deux donateurs, agenouillés de part et d’autre de la représentation, ont les mains jointes en signe d’adoration. Les deux gardiens sont endormis, accoudés sur leurs heaumes. De leur armement, on devine encore des boucliers, des bacinets et des épées. Leur armure, en revanche, n’est plus reconnaissable dans le détail.

15Le Christ mort sculpté est uniquement vêtu d’un court perizonium ceint autour de ses reins et est exposé sur une sorte de litière funèbre.

Bibliographie

Schwarzweber, 1940, p. 30-31, ill. 39 ;
Kempf, 1898, Stadt, p. 352 ;
Brommer, 1981, p. 6, 21.

Illustrations

121.

4 Haguenau (France, Bas-Rhin)

16Saint sépulcre, église Saint-Nicolas, milieu du xive siècle.

17Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique rose ; dorure et traces de polychromie.
Haut. : 550 cm environ ; larg. : 347 cm ; prof. : 137 cm pour l’ensemble du saint sépulcre.
Classé Monument Historique en 1982.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le monument se trouve actuellement dans la chapelle du Saint-Sépulcre (xviiie siècle), précisément contre le mur méridional. Il est à cet emplacement depuis 1848, moment de la grande restauration qui toucha toute l’église. Contrairement à l’hypothèse généralement admise, il ne provient pas de l’église Saint-Étienne de Strasbourg. On suppose qu’il se trouvait à l’origine dans l’église même de Haguenau.

État

Bien que déplacé, le monument n’a pas été transformé. Excellent état de conservation.
Le baldaquin : haut. : 550 cm ; larg. : 347 cm ; prof : 137 cm ; fleurons des travées latérales cassés, quelques pièces décoratives perdues. Le sarcophage : haut. : 103 cm ; larg. : 347 cm ; prof : 137 cm ; plateforme : haut. : 26,5 cm ; larg. : 85 cm ; socle mouluré. Cassure dans la plate-forme, à gauche. Le monument a été démonté et reconstruit. Tous les éléments constitutifs sont d’origine.
Les hauts-reliefs des gardiens : quatre reliefs conservés, haut. : 78 cm ; larg. : 89 cm. Bon état, à l’exception de traces de sels. À gauche, le saint sépulcre est placé contre la paroi et dépourvu d’un cinquième haut-relief, qui a peut-être existé à l’origine, en fonction de son emplacement précédent.
Petite dalle dans laquelle est sculptée la statue du Christ : long. : 191,5 cm ; larg. : 51 cm. Pieds du Christ refaits.
Les statues sculptées en ronde-bosse : les trois saintes Femmes : haut. des deux statues latérales : 136 cm ; haut, de la statue centrale : 146 cm. Le bas des statues est abîmé. Main de la sainte du centre refaite.

Polychromie

Restes de dorure et vestiges de polychromie (bleue, rouge et verte) sur le baldaquin, les saintes Femmes et les gardiens.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Dans l’abdomen du Christ, traces d’un réceptacle eucharistique, bouché, déplacé et retaillé à trois reprises selon une forme ronde, rectangulaire ou en losange.

Documents

Photomontage de Charles Czarnowsky, fait en 1938 à partir de plusieurs photographies du quatrième gardien, inaccessible (document à l’origine du dessin de Paul Martin fait en 1940). Conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky (voir aussi les fol. 42-70).

18Malgré un déplacement (présumé au sein de l’église), le saint sépulcre monumental se présente actuellement selon sa forme d’origine, avec un baldaquin. Le baldaquin se compose de trois travées en façade, voûtées à croisée d’ogive. Les montants des arcades sont ornés d’un décor polylobé ouvert, qui se prolonge dans le réseau ajouré de l’arc. Un gable aveugle coiffe l’arc. Le fond de la travée centrale est décoré d’un remplage ajouré.

19La sculpture est d’une qualité grossière. La face du sarcophage est occupée par trois gardiens, le côté latéral droit par un seul (inaccessible), tandis que l’autre côté est laissé en maçonnerie. Chaque gardien est sculpté dans un bloc différent. Un des guerriers est effrayé et saisit son arbalète, un autre, profondément endormi, tourne le dos au spectateur. Tous portent les mêmes armures : bacinet, camail, brigandine cintrée et lacée étroitement, gantelets, genouillères et grèves rigides ou en maille. Ils sont armés de longues épées, d’arbalète ou de hachette.

20Au milieu de la plate-forme, décorée d’une arcade à droite, est posée une petite dalle dans laquelle est sculptée la statue du Christ. La petite dalle est recouverte d’un drap funèbre. Le Christ est vêtu d’un perizonium long, descendant jusqu’aux chevilles. Sa tête, curieusement surélevée, est entourée d’un nimbe crucifère. Ses mains sont croisées sur le ventre. À noter le peu de place restant pour d’éventuels petits anges.

21Les trois saintes Femmes sont placées derrière le Christ, chacune sous une arcade. Disposée actuellement à droite, la Vierge – la seule sainte identifiable – tient un livre. Singulièrement, la figure centrale est plus large et plus grande que les deux autres. Un détail vestimentaire, le voile à petit rucher de la sainte de gauche, à la mode vers le milieu du siècle, renforce la datation proposée par l’étude des armures (milieu du xive siècle).

Bibliographie

Straub, 1860, p. 409 ; Kraus, 1876, 1882, p. 84-86 ;
Post,
1910, p. 7-12 ; Engel, 1921-1922, p. 49-52 ;
Schmitt,
1922, p. 141 ; Buttin, 1925 ;
Walter,
1927, p. 6-9 ; Pfleger, 1931, p. 99 ;
Post,
1937-1939, p. 206 ; Kleiminger, 1939, p. 43-47 ;
Schwarzweber,
1940, p. 18-19 ; Martin, 1941 ;
Beyer,
1955, p. 33-35 ; Gueber, 1958, p. 175 ;
Haug,
1962, p. 61-62 ; Ohresser, 1966 ;
Hotz,
1970, p. 69 ; Barth, 1980, col. 499-503 ;
Beyer,
1989 ; Nicolle, 1987, p. 450-451 ;
Haguenau,
1988, part. p. 136 ;
Images du patrimoine, Canton Haguenau, 1989, p. 33 ;
Otto Schmitt, Ein heiliges Grab in Haguenau, (non publié), voir Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 58-61.

Illustrations

33 à 36, 40 à 51.

5 Maria-Medingen (Allemagne, Bavière)

22Fragment d’un saint sépulcre, couvent de Maria-Medingen (appelé aussi de Mödingen) près de Dillingen, église, milieu du xive siècle.

23Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique, grisâtre ; restes de badigeon rouge.
Long. : 255 cm ; larg. : 70 cm ; épais. : 30 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le fragment se trouve actuellement dans l’église baroque du couvent, plaqué verticalement contre le mur sous la galerie occidentale. Cet emplacement n’est évidemment pas celui d’origine. Le fragment fut d’ailleurs déplacé à plusieurs reprises. En 1629, il se trouvait derrière la porte d’entrée de l’église, où il avait été relégué sans grand soin. On le transporta cette année-là à côté de l’autel et le plaça verticalement ; il était alors visible essentiellement de profil. L’endroit où était placé à l’origine le saint sépulcre n’est pas connu (probablement dans l’église médiévale, sur laquelle on n’a malheureusement pas de renseignement).

État

Seule la plate-forme du sarcophage avec le haut-relief engagé du Christ est conservé. Restauré en 1937.
La statue du Christ : nettement plus grande que nature, occupe presque la totalité de la longueur de la plate-forme. Pieds refaits en plâtre, surface du visage abîmée.

Polychromie

Restes d’un badigeon rouge, peu épais, qui recouvre une bonne partie de la surface. Restauration en 1937, qui supprima la polychromie baroque du visage dont on garde une photographie (voir dans Beenken, 1929, ill. 97).

Indices matériels d’un emploi liturgique

Réceptacle de forme carrée et profonde dans la poitrine du Christ, avec feuillure : long. : 10 cm ; larg. : 10 cm. Ouverte lors de la restauration de 1937.

24Seule la plate-forme du sarcophage subsiste encore de ce grand saint sépulcre monumental. Présentée aujourd’hui verticalement, elle était placée à l’origine horizontalement sur le sarcophage.

25La sculpture du Christ est soignée. Un grand drap funèbre recouvre entièrement la dalle et retombe de part et d’autre, sur les longs côtés, en formant de petits plis nettement visibles. Le Christ, nimbé et nettement plus grand que nature, est couché sur ce drap ; la tête se trouvait à gauche lorsque la plate-forme était horizontale. Il est enveloppé dans un grand linceul qui couvre sa tête et qui se croise tel un manteau sur sa poitrine en laissant une bonne partie à nu. Au niveau du bassin, le linceul retombe par-dessus la dalle, des deux côtés. Ses mains sont posées à plat sur son ventre, l’une à côté de l’autre. Les plaies du côté et des mains sont petites (celles des pieds, actuellement refaits, ont pu l’être aussi). Le visage de ce Christ est actuellement trop endommagé pour être certain de l’expression qu’il avait à l’origine.

Bibliographie

Beenken, 1927, p. 176-177, ill. 97 et 99 ;
Schwarzweber, 1940, p. 26 ;
Noack, 1960 ;
Noack, 1960, Kunstchronik ;
Meyer, 1972, p. 711-712, ill. 692 ;
Schottl, 1979, p. 12, ill. p. 2 ;
Kroos, 1985, part. p. 503.

Illustrations

93 à 94.

6 Mayence (Allemagne, Rhénanie-Palatinat)

26Fragment d’un saint sépulcre, église Saint-Christophe, vers 1400.

27Saint sépulcre monumental à figures mobiles.

 

Grès molassique gris.
Haut. : 95 cm environ ; larg. : 115 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le panneau qui provient de l’église Saint-Christophe se trouve depuis 1925 au Musée du Dôme (prêt de la paroisse).

Etat

Seul un panneau sculpté est conservé.
La niche intramurale : devait être à l’origine légèrement plus grande que les dimensions du panneau.

Polychromie

Aucune trace visible.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

28L’enfeu a disparu. Seul un panneau sculpté formant un retour est conservé. Il était placé sans aucun doute possible au fond de la niche.

29Quatre personnages sont sculptés à mi-corps et regardent vers la gauche, où devait reposer la tête du Christ mort. De gauche à droite, on reconnaît saint Jean, la Vierge et deux saintes Femmes. Saint Jean est revêtu d’un grand manteau comme les trois femmes, qui sont toutes voilées. Il a la tête appuyée sur sa main, la Vierge les mains jointes. La dernière femme porte un pot d’aromates. La tristesse et la compassion est le thème principal de cette représentation, axée sur la Vierge figurée en Mater dolorosa.

Bibliographie

Arens, 1961, p. 157.

Illustrations

122.

7 Neuenburg-am-Rhein (Allemagne, Bade-Wurtemberg)

30Fragments d’un saint sépulcre, chapelle de la Sainte-Croix, dernier quart du xive siècle.

31Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique ; polychromie couvrante.
Haut. moyenne des saintes Femmes : 140 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Les trois statues se trouvent actuellement isolées les unes des autres et posées sur de hauts dés modernes contre le mur nord (112) et contre le mur sud (110 et 111). Cet emplacement n’est pas celui d’origine. La présentation actuelle est postérieure à 1940, puisque sur la photographie publiée par Anne-Marie Schwarzweber elles sont placées dans d’étroites niches peintes.

État

Le monument a été partiellement démoli de sorte qu’actuellement il ne reste que trois statues de saintes Femmes, toutes en bon état.
Les statues sculptées en ronde-bosse : les trois saintes Femmes : haut. de la figure ill 112 : 135 cm ; manquent les bouts des doigts de la main droite. Haut. de la figure ill. 111 : 137 cm. Haut. de la figure ill. 110 : 144 cm ; manque l’objet porté par la main gauche.

Polychromie

Dorure et polychromie post-médiévales sur les habits et pour les carnations (bleu, blanc, rouge, brun, vert). Quelques témoins de restauration.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

32Seules trois saintes Femmes subsistent de ce saint sépulcre monumental. La facture de la sculpture est assez grossière et peu soignée. D’ailleurs la main droite d’une des figures laisse encore apparaître le noyau du bloc entre le pouce et les autres doigts.

33Les figures des trois saintes Femmes sont plus petites que nature. Le dos non travaillé, elles étaient présentées de face. Elles se tiennent droites sans hanchement particulier. Deux d’entre elles devaient porter des pots d’aromates, la troisième ayant les mains jointes. Une même typologie de visage les caractérise toutes trois, sans distinction d’âge : les visages sont ronds, presque poupins, les traits épais – nez larges, lèvres charnues et mentons rebondis formant comme une petite bosse. La sainte qui porte encore un pot d’aromates incline un peu la tête vers la droite. Elle est vêtue d’une robe simple et d’un manteau couvrant aussi la tête, qui forme sur le haut de celle-ci deux petits plis. La sainte aux mains jointes est coiffée d’une mentonnière et d’un voile court, également plissé. La dernière figure, sans doute Marie-Madeleine, se distingue surtout des deux précédentes par son vêtement : elle porte un voile à grand rucher et, sur sa robe au large décolleté, un manteau ample est maintenu par une large broche ornée d’une rose. Sa coiffe, très à la mode dans le dernier quart du siècle, fournit une indication de chronologie pour la date d’exécution du saint sépulcre.

Bibliographie

Schwarzweber, 1940, p. 27, ill. 19, 20 et 21.

Illustrations

110 à 112.

8 Niederhaslach (France, Bas-Rhin)

34Saint sépulcre, église Saint-Florent, fin du xive siècle.

35Saint sépulcre monumental à figures permanentes,

 

Grès molassique, beige, rouge et jaune pour les gardiens, rose pour la plate-forme, gris pour les statues en ronde-bosse.
Haut. : 320 cm ; long. : 286 cm ; prof. : 106 cm pour l’ensemble du saint sépulcre. La chapelle dans laquelle se trouve le saint sépulcre est large de 340 cm.
Classé Monument Historique en 1982.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le monument se trouve actuellement dans la chapelle Notre-Dame, prolongée elle-même de trois chapelles secondaires situées au nord. Le saint sépulcre occupe toute la chapelle secondaire centrale, place qu’il a dû toujours avoir.

État

Le monument n’a visiblement jamais été transformé.
Le sarcophage : haut. : 100 cm ; long. : 286 cm ; prof. : 84 cm ; plateplate-forme : haut. : 12 cm ; larg. : 106 cm ; socle mouluré : haut. : 18 cm. Petite restauration dans la moulure du socle. Les jointures sont refaites, à la surface du moins. Tous les éléments constitutifs sont d’origine.
Les hauts-reliefs des gardiens
 : haut. : 78,5 cm. Ils laissent apparaître beaucoup de sels. Nombreuses parties saillantes sont abîmées (pieds, mains, armes).
La statue du Christ : long. : 204 cm (avec le coussin). Bon état. Simplement posé sur la plate-forme.
Les statues sculptées en ronde-bosse : les trois saintes Femmes : haut. moyenne : 128 cm ; les consoles figurées : haut. : 34 cm et les dais : haut. : 43 cm ; les consoles sont placées à 15 cm environ au-dessus de la plate-forme. Les deux anges : haut. : 115 cm environ. Les doigts des saintes Femmes sont abîmés et les encensoirs des anges sont perdus.

Polychromie

Pas de polychromie apparente.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Réceptacle eucharistique (restauré ?) dans l’abdomen du Christ ; de forme ronde, avec traces laissées par un ancien fermoir : Diam. : 10 cm.

36L’emplacement et la configuration actuels du saint sépulcre monumental semblent bien d’origine, sous réserve d’un examen archéologique. Il se présente sans ouvrage ; le sarcophage est adossé à la paroi du fond et les statues des saintes Femmes sont portées par des consoles fixées dans la maçonnerie du mur.

37La sculpture est très soignée. Chaque côté du sarcophage est occupé par un gardien, la face par quatre. Tous les guerriers assis sur un petit banc sont encadrés par une arcade à la moulure épaisse. Ils portent des armures identiques : bacinet, camail, brigandine cintrée et boutonnée par de petits boutons serrés, gantelets, genouillères et grèves rigides. Ils sont armés de poignards ou de longues épées.

38Dans le registre supérieur, le Christ est couché, la tête dépourvue de nimbe et posée sur un coussin. Il est vêtu d’un unique perizonium court. Ses mains sont croisées sur le ventre. Curieusement, ses pieds ne touchent pas la plate-forme. Dans sa poitrine est taillée une cavité. Deux anges thuriféraires se tiennent de part et d’autre de la plate-forme à la tête et aux pieds du Christ. Pieds nus, ils portent un habit aux manches serrées et fermées par une rangée de petits boutons ainsi qu’un grand manteau enveloppant par-dessus. Leur chevelure est maintenue par un serre-tête fin, sous lequel tombent des sortes d’anglaises très fournies et formées de petites boucles rondes et ramassées. Leur visage est plein et rectangulaire.

39Au-dessus, contre la paroi, les trois saintes Femmes se dressent sur des consoles figurées de bustes sculptés : de gauche à droite, un ange, un personnage coiffé d’un chaperon et un second ange. Trois dais surmontent les statues. La première – à gauche – baisse légèrement les yeux, la seconde – au centre – tourne la tête vers la gauche, la troisième vers la droite. La première porte un long voile sur la tête, pardessus sa robe et les deux autres sont coiffées d’un même voile court. Quelques mèches de cheveux à peine ondulées apparaissent discrètement sous les voiles. Chacune tient un pot d’aromates. L’une lève la main, une autre la baisse, deux doigts tendus, et la troisième reteint son manteau. Ces saintes Femmes se ressemblent fort et n’ont pas été nettement distinguées les unes des autres.

Bibliographie

Kraus, 1876, 1882, p. 195 ;
Pfleger, 1931, p. 97-102 ;
Schwarzweber, 1940, p. 14-15 ;
Ginter, 1942 ;
Barth, 1980, col. 937 ;
Reinhardt, 1964 ;
Beyer, 1985 ;
Czarnowsky : dossier à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Ms. 5829, fol. 81-87.

Illustrations

78 à 86.

9 Oberwesel (Allemagne, Rhénanie-Palatinat)

40Saint sépulcre, église Notre-Dame, vers 1350 (statues), xve siècle et xvie siècle (édicule).

41Saint sépulcre monumental à figures mobiles.

 

Grès molassique ; bois.
Haut. : 126 cm ; larg. : 92 cm, prof. : 54 cm. Se trouve à 71 cm du sol.

Provenance et lieu de conservation actuel

L’édicule prend place actuellement dans le mur sud du chœur ; son emplacement d’origine n’est pas assuré, vu les remaniements visibles sur la partie à droite. Depuis leur restauration, les statues se trouvent à nouveau dans l’église.

État

L’édicule en pierre et les six statuettes en bois sont encore conservés. Ces éléments ne sont pas contemporains, mais formaient dès le xve siècle au plus tard un ensemble complet.
L’édicule : a été remanié a plusieurs reprises, les parties les plus anciennes étant le soubassement et la dalle, les plus récentes le dais puis le montant latéral à droite. Des plaques en métal au niveau de la dalle ont subsisté d’une ancienne grille, qui devait protéger la litière. Derrière celle-ci, trois renfoncements ont été creusés pour recevoir des statuettes.
Les six statues : long, du Christ : 67 cm ; haut. des quatre saintes Femmes : 55 cm ; haut. de l’ange : 45 cm. Toutes ces statues sont en bois et ont été restaurées en 1997.

Polychromie

L’édicule est actuellement recouvert partiellement de peinture : le dais (bleu, rouge, jaune et blanc, ainsi que de la dorure), la dalle et la litière (coussin bleu décoré de pompons rouges), les écoinçons des motifs d’architecture du soubassement (bleu) ; quelques vestiges se remarquent encore sur le montant à gauche. Les statues sont entièrement peintes.
Dans les deux cas, la polychromie semble récente, mais non datée, à notre connaissance.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun réceptacle. Les statues sont mobiles.

42Le monument n’est complet qu’avec les deux composantes, l’édicule en pierre et les statues en bois. Les six figures légères et facilement déplaçables prennent place dans l’édicule. Celui-ci est constitué d’un soubassement, d’une dalle dans laquelle est taillée la litière funèbre du Christ et d’un dais soutenu par deux montants. Le soubassement, une partie de la dalle et du dais sont saillants. Toutes les parties constitutives de l’édicule portent un décor (divers motifs d’architecture, litière recouverte d’un drap et d’un coussin).

43La statue du Christ en bois se met sur la litière. Il est vêtu d’un long perizonium. Sa tête est meurtrie par une couronne d’épines et les plaies sanguinolentes (sur le côté, aux mains et aux pieds) sont larges et bien mises en évidence. Les autres statues prennent place autour du Christ, trois des saintes Femmes se dressant derrière dans les emplacements prévus à cet effet. Les cheveux de Marie-Madeleine tombent librement ; elle a un petit seau dans la main. Les autres saintes portent un pot d’aromates, un bassin, un petit récipient et un linge, tous ces objets étant destinés à fonction du corps du Christ. L’ange, assis, s’adresse à ces femmes et leur annonce la Résurrection du Christ d’un geste de la main.

Bibliographie

Schmitt, 1919, p. 9 ;
Hamann et Wilhelm-kaestner, 1924, p. 291-292 ;
Charlotte, 1931, p. 36-37 ;
Bellm, 1973, (sans pagination : voir « Das heilige Grab »).

Illustrations

115 à 117.

10 Rosenwiller (France, Bas-Rhin)

44Armoire liturgique, église de l’Assomption de la Vierge, fin xive ou début xve siècle.

45Saint sépulcre monumental à figures mobiles (?)

 

Grès molassique rose ; métal ; fer forgé.
Peinture murale.
Haut. : 192 cm ; larg. : 102 cm ; prof. : 59 cm. Se trouve à plus de 100 cm du sol.

Provenance et lieu deconservation actuel

L’armoire est actuellement adossée au mur sud de l’avant-chœur, vrai semblablement à son emplacement d’origine.

État

L’armoire est en bon état, à l’exception des terminaisons latérales perdues de part et d’autre du fronton. Elle est encore fermée par sa grille d’origine et le décor figuré est entièrement conservé.
La grille : haut. : 51 cm ; larg. : 82 cm. Le quadrillage en fer forgé est décoré à chaque intersection d’une rosace dorée. La serrure est large et solide.
L’intérieur de la niche : haut. : 49 cm ; larg. : 78 cm ; prof. : 48 cm.

Polychromie

Peintures murales sur le fronton décoratif et dans le fond de la niche. Elles occupent toute la surface du fronton et toute celle de la paroi du fond. Toutes deux ont été restaurées en 1874. Les couches de peinture du fronton sont particulièrement fines et la préparation très peu épaisse.
La peinture du fond de la niche, mieux protégée apparemment, semble avoir moins été retouchée par la restauration.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Armoire liturgique servant de réserve eucharistique.

46L’armoire eucharistique adossée au mur est portée par deux corbeaux et coiffée d’un grand fronton triangulaire. Au centre, la niche est peu haute et profonde.

47Lorsqu’elle est fermée, l’armoire laisse voir la scène de la Résurrection, peinte sur tout l’espace du fronton. Le Christ enjambe le sarcophage, bénit d’une main et tient de l’autre la bannière. Il est vêtu d’une tunique verte, fendue au niveau de la plaie, et d’un grand manteau rouge enveloppant. Ses plaies aux mains, aux pieds et au côté sont rouges de sang. Derrière lui, deux petits anges tournés dans sa direction ont les mains jointes. Devant le sarcophage est posé le couvercle en biais.

48Quand la grille est ouverte, la représentation de la Visite des saintes Femmes apparaît : derrière le sarcophage, les trois femmes, voilées et habillées de robes et de manteaux rouges ou verts, portent des pots d’aromates dorés et se dirigent vers l’ange ; la première se baisse et tend le bras en direction du linceul, qui enveloppait auparavant le Christ mort et qui s’étend ostensiblement sur le bord du sarcophage ; l’ange, assis à gauche, leur désigne ce linceul.

Bibliographie

Kraus, 1876, 1882, p. 254-256 ;
Wolff,
1909, p. 127 ;
Schwarzweber, 1940, p. 31, ill. 41 ;
Schahl, 1959, p. 98-99 ;
Hotz, 1970, p. 196 ;
Images du patrimoine, Canton de Rosheim, 1989, p. 47.

Illustrations

125 à 127.

11 Saverne (France, Bas-Rhin)

49Fragment d’un saint sépulcre, église Notre-Dame-de-la-Nativité, vers 1400.

50Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique jaune (de la région de Phalsbourg) ; badigeon couvrant. La plate-forme : long. : 189 cm ; larg. : 64 cm ; épais. : 8 cm. L’enfeu : haut. : 400 cm.
Classé Monument historique en 1980.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le fragment se trouve actuellement dans l’église paroissiale Notre-Dame de-la-Nativité, précisément contre la paroi nord de la nef, à proximité du chœur. Le monument était déjà, à l’origine, dans cette église, mais avait un autre emplacement. À la fin du xviie siècle, il a été déplacé à l’église des Récollets. Seul ce fragment est retourné à la paroissiale, où il a été placé dans un enfeu néo-gothique, sculpté par un membre de la famille Auen (Gabriel probablement) en 1889. La plate-forme a été retaillée en façade et une inscription y a été gravée : « Erit Sepulcrum eius gloriosum. Isai 11. 10 ». Un petit appui a été ajouté sous les pieds du Christ (peut-être issu de la position verticale dans l’église des Récollets).

État

Du monument médiéval, il ne subsiste que la plate-forme du sarcophage avec le Christ.
La statue du Christ : long. : 174 cm. Nez refait.

Polychromie

Un épais badigeon brunâtre datant de la réfection du xixe siècle recouvre la statue et la dalle. Les lettres de l’inscription sont rehaussées de dorure.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Réceptacle de forme ronde dans le flanc droit du Christ, avec deux crochets en métal (restes de la fermeture) : diam. : 9,5 cm ; prof. : 6,5 cm.

51Du saint sépulcre monumental, seule la plate-forme a subsisté. Le Christ, de grandeur nature, y est sculpté en haut-relief.

52La sculpture est de bonne qualité, mais quelque peu schématique. Outre la mollesse du plissé du perizonium, une impression de raideur générale se dégage ainsi de la figure. Le perizonium s’arrête au-dessous des genoux légèrement pliés. Le Christ n’est pas marqué par la souffrance ; il repose, le visage paisible. Sa tête est posée sur un coussin, aux angles ornés de pompons. Son visage est serein, les yeux mi-clos. Une barbe formée de boucles serrées encadre son visage, tandis que sa chevelure ondulée descend jusqu’à mi-dos. Les côtes du thorax sont bien apparentes. La blessure sur le flanc n’est pas représentée. À la place de celle-ci est creusé le réceptacle eucharistique. Sur les mains, croisées sur le ventre, de simples trous (de petite taille) indiquent les plaies, de même que sur les pieds.

Bibliographie

Kraus, 1876, 1882, p. 641-642 ;
Bachmeyer, 1926 ;
Schwarzweber, 1940, p. 27-28 ;
Beyer, 1966, p. 33, ill. 22 ;
Inventaire. Canton Saverne, 1978, p. 312, ill. 363.

Illustrations

113 à 114.

12 Schwäbisch Gmünd (Allemagne, Bade-Wurtemberg)

53Saint sépulcre, église de la Sainte-Croix, milieu du xive siècle.

54Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique ; polychromie et badigeon couvrants.
Haut. : 120 cm ; long. : 303 cm ; prof. : 140 cm pour le sarcophage socle y compris et haut. : env. 154 cm pour les rondes-bosses des saintes Femmes.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le monument se trouve actuellement dans la chapelle d’axe du chœur.
Cet emplacement n’est probablement pas celui d’origine.

État

Le monument a été transformé, probablement au début du xvie siècle.
Le sarcophage
 : haut. : 94 cm ; long. : 283 cm ; prof. : 103 cm, sans le socle ; plate-forme : long. : 283 cm ; face du sarcophage avec les reliefs des gardiens : long. : 283 cm. Tous les éléments constitutifs sont d’origine, à l’exception des blocs placés en profondeur et du socle. Le sarcophage est manifestement le résultat d’un assemblage postérieur. Le socle : haut. : 30 cm et saillant de 37 cm par rapport au sarcophage.
Les hauts-reliefs des gardiens
 : haut. : environ 80 cm. Les blocs ont été probablement retaillés dans la hauteur. Le soldat du centre a le nez refait, celui de gauche le bouclier abîmé.
La statue du Christ : long. : 228 cm. Bon état, exceptés les deux pieds, refaits.
Les statues sculptées en ronde-bosse :
les trois saintes Femmes : haut. moyenne : 154 cm ; les deux anges : haut. moyenne : 130 cm. Pour toutes les sculptures, exceptée la sainte Femme placée au centre, les mains ont été refaites ainsi que les pots d’aromates. Les deux encensoirs ont disparu.

Polychromie

Polychromie (bleu, rouge, vert) et dorure datant du xixe siècle recouvrent toutes les parties sculptées aisément visibles, les figures et la longue frise à décor végétal sur la longueur du sarcophage. Le sarcophage et le socle mouluré sont peints d’un épais badigeon beige, probablement de la même époque que la polychromie.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

55Dans son état actuel, le saint sépulcre monumental est dépourvu d’ouvrage ; les gardiens sont sculptés en haut-relief devant le sarcophage ; deux anges se tiennent de part et d’autre du sarcophage et les trois saintes Femmes à l’arrière, en position plus basse que la statue du Christ.

56La taille de la sculpture est uniforme, notamment les visages sont tous identiques. Les guerriers presque de grandeur nature sont assis sur un large socle. Le premier gardien depuis la gauche se repose, la tête penchée sur le genou de sa jambe gauche repliée. Le deuxième dort visiblement, la tête s’appuyant sur sa main gauche, les jambes légèrement pliées. Le dernier est réveillé, les yeux ouverts. Entre ses jambes repliées vers lui, il maintient une arbalète et regarde droit devant lui. Ces gardiens portent un bacinet à vervelles où s’attache le camail (à gauche et au centre) ou un casque à rebord saillant (à droite), une brigandine, qui, pour le soldat de droite, est agrémentée d’une rangée de petits boutons, des gantelets (à gauche et à droite) des genouillères et grèves rigides (à gauche). Le premier a une longue épée posée sur sa jambe allongée ; au centre, il tient son poignard de sa main droite ; le dernier tient son arbalète des deux mains et son bouclier est attaché dans le dos.

57La statue du Christ mort est taillée dans la plate-forme et s’y enfonce. Une arcade sculptée encadre le corps : arc avec crochets et fleuron sommital, pinacles terminant de fins piliers latéraux. En dessous de ses pieds, une frise végétale poursuit l’encadrement, à l’image d’une console. Une seconde frise, de forme et de motifs différents de la première, souligne le bord de la plate-forme. Le Christ, au visage livide et amaigri, est entièrement enveloppé dans un grand linceul, la tête y comprise. Ses mains sont croisées sur son ventre.

58Deux anges thuriféraires sont placés à côté du sarcophage, sur de hauts dés. Placés de face, l’un regarde vers la droite, l’autre vers la gauche. Le mouvement de leurs mains indique qu’ils tenaient à l’origine des encensoirs. Ils sont vêtus d’une robe et d’un grand manteau. Une large broche en forme de losange maintient le manteau de l’ange à gauche. Leur chevelure mi-longue s’organise en larges boucles souples et encadre des visages, au bel arrondi, aux traits clairement dessinés : des arcades sourcilières bien marquées qui se poursuivent jusque dans les arêtes du nez, une bouche petite et charnue, un menton rebondi.

59Les trois saintes Femmes, qui présentent d’ailleurs les mêmes traits de visage que les anges, prennent place derrière le sarcophage sur un banc de pierre et, bien que taillées en pied, ne sont visibles qu’aux deux tiers. La sainte à gauche est légèrement tournée vers la droite ; celle qui est placée au centre a le regard dirigé droit devant elle ; la troisième, Marie-Madeleine, regarde en direction du Christ. Les deux premières sont habillées fort simplement d’une robe et d’un manteau couvrant aussi la tête, qui forme un petit pli sur le haut de la tête. Marie-Madeleine a la tête nue et sa chevelure dénouée est longue et légèrement ondulée. Si les deux premières saintes portent un pot d’aromates, l’objet tenu par la Madeleine (peut-être refait), en revanche, est difficilement identifiable.

Bibliographie

Gradmann, 1907, p. 380-381, ill. p. 360 ;
Schmitt,
1919, p. 7-8 ;
Baum, 1921, p. 104 note 3 ;
Naegele, 1925, p. 119-128 ; Naegele, 1926, p. 98-104 ;
Beenken, 1927, p. 206-238 ;
Schwarzweber, 1940, p. 16-18, ill. 12 ;
Schmitt, 1951, p. 35 ;
Dehio, 1964, p. 432-435 ;
Kissling, 1975, p. 58-59 ; Kissung, 1978-1979, p. 319-320 ;
Meurer, 1978-1979, p. 321.

Illustrations

67 à 68, 72 à 77.

13 Strasbourg (France, Bas-Rhin)

60Fragments d’un saint sépulcre, chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale Notre-Dame, entre 1340 et 1345, probablement avant 1343.

61Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique ; traces de polychromie.
Peinture murale et dorure.
Estimation des dimensions totales : larg. : 364 cm environ ; prof. : 195 cm environ ; haut. : 600 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le saint sépulcre provient de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg. Il y prenait place à l’origine dans l’angle nord-ouest. Les fragments du monument se trouvent actuellement dispersés entre le Musée de l’OND (la statue du Christ, quatre dalles en haut-relief plusieurs fragments de membres de gardiens et quelques fragments composant une partie d’un gable aveugle) et dans le Service d’architecture de POND (les fragments du baldaquin). Dans la chapelle Sainte-Catherine, à son emplacement d’origine (paroi occidentale) sont conservés des restes de polychromie du décor peint.
Musée de l’OND, no d’inventaire 93 à 97.

État

La peinture murale : restes de polychromie et de dorure sur trois travées. Début des peintures à 150 cm du sol. Haut. des deux travées latérales : 282 cm ; haut. de la travée centrale : 377 cm environ ; larg. des deux travées de gauche : 90 cm ; larg. de la travée de droite : 80 cm. Mise au jour des peintures en 1982, lors de la restauration de la chapelle. Actuellement maculées de saleté.
Éléments sculptés : fragments d’architecture provenant du baldaquin, fragments provenant des hauts-reliefs représentant les gardiens, statue en ronde-bosse mutilée du Christ. Restauration partielle exécutée en 1905 par le sculpteur Bourjat.
Le baldaquin : les fragments conservés ne représentent pas la totalité du baldaquin, mais sont suffisants pour en comprendre la structure et le décor (voir le schéma, 24). Estimation des dimensions du baldaquin : haut. : 600 cm ; larg. : 364 cm ; prof. : 195 cm environ ; des fragments connus depuis longtemps et consumant une grande partie d’un gable aveugle sont conservés au Musée ; les autres, découverts en 1993 par l’auteure, sont déposés au Service d’architecture de l’OND. Quelques pièces sont demeurées intactes, la plupart cependant consistent en des fragments. L’élément appartenant à un gable aveugle et orné des armes de l’évêque Berthold de Bucheck ainsi qu’un réseau ajouré d’arcs ont été recomposés à partir de plusieurs fragments et plâtrés (en 1905 probablement).
Le sarcophage : les hauts-reliefs et les fragments des montants du baldaquin donnent une bonne idée des dimensions du sarcophage : haut. : 150 cm ; larg. : 364 cm ; prof. : 195 cm environ.
Les hauts-reliefs des gardiens : les fragments, complétés en 1905, composent quatre dalles qui sont exposées au Musée de l’OND. Haut. : environ 86 cm ; larg. de trois dalles : 97 cm environ. ; larg. d’une dalle : 131,5 cm ; sept petits fragments de membres de gardiens, conservés dans les dépôts du Musée de l’OND.
La statue du Christ : mutilée. Long. actuelle (jusqu’à mi-mollet) : 133 cm. Long. totale estimée : 200 cm. Tête refaite (probablement en 1905).

Polychromie

La peinture murale : restes de dorure et de polychromie (bleue, rouge, et blanche). Dessin au trait noir.
Éléments sculptés : vestiges infimes de polychromie (bleue, rouge, verte) et de dorure sur les fragments du baldaquin.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Réceptacle de forme rectangulaire, étroit et profond (long. : 12 cm, larg. : 2,8 cm, prof. : 7 cm) avec feuillure, dans le côté gauche du Christ. Pas d’origine.

Documents

Dessin de la plus grande dalle représentant les gardiens, exécutée par Eugène Delacroix en octobre 1855 (15).
Dessin d’une partie reconstituée du baldaquin, Service d’architecture de l’OND, inv. no 25/6, anc. no 1935 A.
Photographies des fragments au moment de leur découverte et des fondations, Service d’architecture de FOND, inv, no 2803, 2210 et 2211.

62Le monument est aujourd’hui fortement endommagé. Il se composait à l’origine d’un baldaquin adossé à la paroi ouest et encastré dans un sarcophage, faisant corps l’un et l’autre. Le baldaquin, constitué de trois travées, présentait un riche décor peint et doré : réseaux ajourés d’arc et décor polylobé pour les montants. Le fond était entièrement peint. La représentation de plusieurs angelots portant une tenture occupait la partie supérieure, tandis qu’au-dessous un motif purement ornemental s’étalait en hauteur.

63La sculpture est d’une très grande qualité artistique. Les gardiens du tombeau sont au nombre de cinq. Deux sont visiblement assoupis, les autres surpris et effrayés. Assis pour la plupart, ils prennent des attitudes exagérément contorsionnées. Les armures se composent de heaumes, de bacinets à vervelles, de camails de mailles ou de casques, de surcots (ajustés et lacés sur le devant ou sur les côtés, ou plus souples et maintenus par de larges ceinturons), de jambières et de manches de mailles, de protections rigides (épaulières, genouillères, cuissards et gants à plaques de fer). Boucliers et épées complètent l’armement. Le Christ étendu est ceint d’un perizonium, les deux mains posées à plat sur les cuisses.

Bibliographie

Schad, 1617, p. 16 ; Stöber, 1851, p. 484 ;
Closener, 1870-1871, p. 93-94 ;
Koenigshoven, 1870-1871, p. 668-669 ; Kraus, 1876, 1882, p. 474 ;
Schmitt,
1919, p. 16 ; Engel, 1921-1922, p. 44 ;
Walter, 1935, p. 73 ; Haug, 1931, ill. 11 ; Haug, 1939, p. 24-25 ;
Schwarzweber,
1940, p. 13-14 ; Haug, 1948, p. 138-140 ;
Beyer, 1955, p. 28-33, 66-67, cat. no 31 a-e, pl. XIII a-d ;
Beyer, 1968, p. 41-42 ; Reinhardt, 1972, p. 135-136 ;
Recht, 1987, Leyden, p. 112 ; Will, 1990.

Illustrations

13 à 27, 29 à 34.

14 Strasbourg (France, Bas-Rhin)

64Saint sépulcre, ancienne église conventuelle de Saint-Étienne, actuellement disparu, milieu du xive siècle.

65Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

Provenance

Le saint sépulcre n’est connu que par un dessin de Jean-Jacques Arhardt daté de 1670. Depuis Charles Czarnowsky, on a considéré que le saint sépulcre de Saint-Étienne avait été déplacé dans l’église Saint-Nicolas de Haguenau, sans connaître la date du transport. À l’inverse de cette hypothèse, nous avons pu montrer que le saint sépulcre de Haguenau a dû se trouver dans cette église dès l’origine. Le monument de Saint-Étienne n’a donc pas été transporté à Haguenau.

Documents

Dessin à la plume de Jean-Jacques Arhardt (1613-1674). Signé et daté de 1670, conservé au Cabinet des Estampes de Strasbourg.
Description précise dans les papiers de Czarnowsky, conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 47-49.

66Le saint sépulcre de Saint-Étienne qui présente, certes, de nettes ressemblances avec celui de Haguenau a dû comme ce dernier prendre modèle sur le monument de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale. Il était situé au xviie siècle contre le mur sud de la nef, à proximité du choeur. Cet emplacement correspond à l’usage le plus répandu au Moyen Âge et nous semble d’origine.

Bibliographie

Walter, 1927, p. 8 ;
Ohresser, 1966, p, 5-6 ;
Beyer, 1989, p. 135-138.

Illustrations

37.

15 Strasbourg (France, Bas-Rhin)

67Fragment d’un saint sépulcre, rue de l’Épine, milieu du xive siècle.

68Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique blanc des Vosges ; traces de polychromie.
Haut. : 30 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le fragment a été trouvé à Strasbourg, rue de l’Épine no 1, par le propriétaire de la maison, M. Albert Heinrich, qui en a fait don au Musée de l’OND en 1946. Ce fragment faisait partie à l’origine d’un saint sépulcre strasbourgeois, dont on ignore sa localisation.
No d’inventaire : S 220. Musée de l’OND, Inventaire des sculptures, vol. II, cat. no°S 220.

État

Un seul fragment est conservé. Il faisait partie à l’origine d’un saint sépulcre, précisément de la représentation des gardiens sur la face du sarcophage, sculptée en haut-relief.
Relief des gardiens·. Ce fragment constitue une tête. Le casque n’est pas conservé entièrement, le nez est arraché.

Polychromie

Vestiges de polychromie (rouge sur les lèvres et carnation).

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

69Le fragment représente une tête de gardien. De son armure sont conservés le bacinet et le gantelet droit. Son visage est allongé et étroit, presque maigre avec ses pommettes saillantes et ses joues creuses. Il est encadré d’une barbe bifide et courte, sculptée en longues mèches souples et ondulantes. Le soldat est surpris, effrayé même. Il ressemble tant au guerrier apeuré du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg, qu’on ne doute pas qu’il ait également fait partie d’un saint sépulcre.

Bibliographie

Haug, 1948, p. 137-138, 143, ill. 1 ;
Beyer, 1955, p. 37 ;
Beyer, 1963, p. 44, cat. no 222.

Illustrations

97.

16 Strasbourg (France, Bas-Rhin)

70Fragment d’un saint sépulcre, rue du Vieux-Marché-aux-Vins, milieu ou seconde moitié du xive siècle.

71Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique jaune ; traces de polychromie.
Haut. : 27 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Le fragment a été trouvé à Strasbourg, rue du Vieux-Marché-aux-Vins no 13, et a été donné au Musée de l’OND par Mme Carmen Thomas et sa famille en octobre 1952. Ce fragment a pu faire partie à l’origine d’un saint sépulcre, dont on ignore la localisation.
No d’inventaire : S 299. Musée de l’OND, Inventaire des sculptures, vol. II, cat. no°S 299.

État

On ne conserve qu’un fragment isolé, qui a pu faire partie à l’origine d’un saint sépulcre, précisément de la représentation des gardiens.
Relief d’un gardien :
une tête seulement est conservée. Toute la mâchoire et la partie inférieure du visage sont perdues ; le rebord du casque est abîmé, le bout du nez et la terminaison des mèches de cheveux sont arrachés. La lèvre inférieure est rapportée.

Polychromie

Vestiges de polychromie (rouge, gris ?).

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

72Le fragment a vraisemblablement appartenu à un saint sépulcre, même si découvert hors de tout contexte il reste isolé. Il représente une tête de gardien, casquée d’un bacinet à rebord saillant. Ce casque descend bas sur le front, juste au-dessus des sourcils. Quelques mèches de cheveux stylisées s’en échappent. Les yeux sont fermés, la bouche légèrement entrouverte. Visiblement le gardien dort.

Bibliographie

Beyer, 1955, cat. no 38 p. 68 ;
Beyer, 1963, cat. no 221 p. 44.

Illustrations

98.

17 Strasbourg (France, Bas-Rhin)

73Fragments d’un saint sépulcre, oratoire de la Toussaint, vers 1380.

74Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique rose ; traces de polychromie.
Long. approximative du Christ : 210 cm. Haut. estimée des saintes
Femmes : plus grande que nature.

Provenance et lieu de conservation actuel

Les fragments ont été trouvés à Strasbourg, rue de la Toussaint no 15, en 1902. Après leur découverte, ils ont été intégrés à la collection de sculpture médiévale de la Société pour la Conservation des monuments historiques d’Alsace, puis, en 1911, déposés au Musée de l’OND. Le fragment de pied n’appartient vraisemblablement pas à ce monument, mais a été incorporé au lot de fragments par Karl Friederich.
No d’inventaire : S 294 (1-12).

État

Quelque vingt fragments subsistent aujourd’hui du monument.
Statue du Christ : quatre fragments (no 1 du relevé de Karl Friederich) : tête et coussin : haut. : 56 cm ; torse : haut. : 54 cm ; cuisses : haut. : 54 cm.
Statues sculptées en ronde-bosse : tous les fragments ne s’accordent pas directement entre eux, de sorte qu’il est difficile de reconstituer le nombre exact. On suppose trois ou quatre saintes Femmes. De l’une subsistent quatre voire cinq fragments (no 2 et 2a et probablement 3a) : haut. : 98 cm ; d’une autre six fragments (no 4) : haut. : 122 cm ; un fragment provient peut-être d’une troisième (no 3) : haut. : 43 cm ; enfin trois fragments (no 5 et 5a) : haut. : 50 cm, appartiennent à l’une des trois (no 2 ou no 3) ou à une quatrième sainte Femme.
Pot d’aromates : tenu par l’une des saintes Femmes (no 9), non identifié.

Polychromie

Vestiges de polychromie (rouge, bleu, blanc, vert) et dorure.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Réceptacle de forme ronde (diam. : 10 cm) au centre de la poitrine du Christ.

Documents

Relevé des fragments publié par Karl Friederich (Friederich, 1912).

75De ce saint sépulcre, seuls des fragments figurés sont conservés. Leurs dimensions indiquent que le monument devait être grand et imposant à l’origine. Un doute subsiste quant à l’existence d’un ouvrage d’architecture.

76La sculpture est d’une grande qualité et fort soignée. On reconstitue aisément la partie supérieure d’une statue du Christ. En revanche, le nombre exact des saintes Femmes demeure incertain, trois voire quatre. Toutes ces figures, plus grandes que nature, étaient polychromées. On reconnaît Marie-Madeleine par ses cheveux tombant librement sur les épaules. Le Christ, ceint d’un perizonium et dépourvu de linceul, était allongé, la tête nimbée et appuyée sur un coussin. Malheureusement les attributs des autres figures ne sont plus identifiables.

Bibliographie

Kraus, 1876, 1882, I, p. 195 ;
Friederich,
1912 ;
Pfleger,
1931, p. 97-102 ;
Schwarzweber, 1940, p. 14-15 ;
Ginter,
1942 ;
Barth, 1980, col. 937 ;
Reinhardt, 1964 ;
Beyer,
1985.

Illustrations

99 et 103.

18 Strasbourg (France, Bas-Rhin)

77Fragments d’un saint sépulcre, commanderie de Saint-Jean de Jérusalem, 1398-1400.

78Saint sépulcre monumental à figures permanentes.

 

Grès molassique jaunâtre ou blanchâtre ; traces de polychromie.
Haut. des saintes Femmes : grandeur nature environ. À titre indicatif : haut. du buste de Marie-Madeleine : 74 cm.

Provenance et lieu de conservation actuel

Les fragments ont été trouvés en 1973 à Strasbourg, le long de la rue Kuhn, à l’emplacement de l’ancienne commanderie de Saint-Jean.
Après leur découverte, ils ont été déposés au Musée de l’OND.
No d’inventaire : 22.977.2 - 1 à 20.

État

Seuls vingt-deux fragments subsistent du monument. Couche épaisse de dépôts minéraux et de saleté sur la surface de certains fragments.
Les statues sculptées en ronde-bosse
 : comme aucun fragment ne s’accorde directement avec un autre, on ne peut être certain du nombre exact des figures. On reconnaît cependant au moins trois saintes Femmes et probablement deux anges. Deux têtes féminines (no 1 du relevé de Beyer, la deuxième n’a pas fait l’objet d’un dessin) : haut. : 42 cm et 29,5 cm. Trois bustes de saintes Femmes (no 2, 3 et 4) : haut. : 74 cm, 41, 5 cm et 68 cm. Un buste d’ange (no 7) : haut. : 64 cm. Des pieds (no 5, 9 et 10) : haut. : 24 cm, 20 cm et 25 cm. Diverses parties de draperie (no 6, 8, 11, 12, 13 et 15) : haut. : 43 cm, 50 cm, 24 cm, 11 cm, 22 cm et 3 cm. Diverses parties de corps (no 14 et 18) : haut. : 13 cm et 18 cm.
Pots d’aromates :
(no 16 et 17) : haut. : 23 cm et 14 cm.
Fragments d’architecture : un élément (un claveau d’arc ?) : haut. : 34 cm ; un fragment mouluré : haut. : 36 cm. Débris informes.

Polychromie

Vestiges de polychromie pour les carnations et les vêtements (rouge, bleu, blanc, vert, noir) et dorure. Certains fragments portent encore les traces de badigeons, l’un bleu-vert et l’autre jaune-ocre.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

Documents

Relevé des fragments publié par Victor Beyer (Beyer, 1979, ill. 6). À noter une erreur de dimensions concernant le no 5 (haut. : 24 cm, larg. : 26 cm et prof. : 22 cm) et une confusion à propos des fragments no 19 et 20.

79À l’origine, le saint sépulcre monumental devait avoir de grandes dimensions. Il était entièrement polychromé. L’ouvrage d’architecture qui le coiffait était probablement un baldaquin orné de motifs végétaux peints.

80La qualité de la sculpture atteste le grand soin porté à ce monument. Trois saintes Femmes au moins – la Vierge attristée, Marie-Madeleine vêtue de façon luxueuse et Marie-Jacobée (ou Marie-Salomée) – étaient représentées en pied et grandeur nature. Le dos non travaillé, elles se dressaient de face. Deux d’entre elles portaient un pot d’aromates. Seuls les vêtements de Marie-Madeleine sont à la mode, en particulier la robe au décolleté rond et plat, plissée finement et serrée par une mince ceinture portée sous la poitrine. À leur côté devaient se tenir deux anges, de plus petites dimensions. On ne conserve pas d’élément des statues du Christ ou des gardiens. On n’a pas retrouvé non plus de fragments de la plateforme ou, plus généralement, du sarcophage.

Bibliographie

Beyer, 1977 ;
Beyer,
1979 ;
Cat. Vivre au Moyen Âge
, 1990, cat. no 4. 8, p. 468 ;
Musées à Strasbourg
, 1978, no 3 ;
Cat. Sculpture en Alsace
, 1979, cat. no 69 ;
Musées à Strasbourg
, 1980.

Illustrations

104 à 107.

19 Surbourg (France, Bas-Rhin)

81Saint sépulcre, église Saint-Arbogast, seconde moitié du xve siècle.

82Saint sépulcre monumental à figures mobiles.

 

Grès molassique rose (arc de l’enfeu), grès molassique gris (dalle).
Haut. : 200 cm environ ; larg. : 140 cm environ ; prof. : 70 cm. Départ de la niche à environ 80 cm du sol.

Provenance et lieu de conservation actuel

L’enfeu est logé dans le mur sud du transept (bras sud), probablement à son emplacement d’origine.

État

Le monument est partiellement conservé. Seul l’enfeu est parvenu jusqu’à nous.
L’enfeu, tous les éléments constitutifs sont d’origine. La dalle : long : 140 cm environ ; larg. : 70 cm. Le mur dans lequel se trouve la niche est fortement restauré.

Polychromie

Aucune trace visible.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

Documents

Photomontage de Charles Czarnowsky fait en 1949 à partir d’un relevé de l’enfeu et d’une photographie du Christ en bois de l’église strasbourgeoise Saint-Étienne. Conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 5-8.

83Du saint sépulcre, seul l’enfeu est encore conservé. L’arc en plein cintre ne touche pas le sol, mais repose sur deux corbeaux et des piédroits. La dalle est ornée d’une arcade lobée, taillée en bas-relief. La tête du Christ, dont la statue est aujourd’hui disparue, devait reposer à l’origine au centre de ce motif sculpté.

Bibliographie

Inédit.

Illustrations

118 à 119.

20 Walbourg (France, Bas-Rhin)

84Saint sépulcre, église Sainte-Walburge, seconde moitié du xve siècle.

85Saint sépulcre monumental à figures mobiles.

 

Grès molassique gris.
Haut. : 80 cm environ ; larg. : 90 cm environ ; prof. : 40 cm. Départ de la niche à environ 100 cm du sol.

Provenance et lieu de conservation actuel

L’enfeu se trouve dans le mur nord de la nef

État

Seul l’enfeu est parvenu jusqu’à nous. Une peinture murale décorait le fond de la niche, selon la copie d’une esquisse exécutée en juin 1884 par A. F. Martin (Archives archéologiques de Strasbourg, No 19702) que Czarnowsky a utilisée pour son photomontage.
L’enfeu
 : tous les éléments constitutifs sont d’origine. La dalle : long. : 90 cm environ ; larg. : 40 cm. La niche est percée d’une petite ouverture de forme carrée. Le mur dans lequel elle se trouve est fortement restauré.

Polychromie

Aucune trace visible à l’intérieur de la niche.

Indices matériels d’un emploi liturgique

Aucun.

Documents

Photomontage de Charles Czarnowsky fait en 1949 à partir d’un relevé de l’enfeu, d’un dessin des peintures murales et d’une photographie du Christ en bois de l’église strasbourgeoise Saint-Étienne. Conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 5-8.

86La statue a disparu. L’enfeu constitue le seul élément conservé de ce saint sépulcre. Il ne touche pas le sol. Comme à Surbourg, la dalle horizontale est ornée d’une arcade lobée, taillée en bas-relief. La tête de la statue du Christ devait reposer à l’origine au centre de ce motif sculpté.

Bibliographie

Inédit.

Illustrations

120.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search