Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Troisième partie. Caractéristiques du Saint Sépulcre monumental à figures permanentes

Quatrième chapitre. L’emploi paraliturgique

Texte intégral

  • 1 Voir l’introduction.

1L’emploi paraliturgique se démontre manifestement dans les saints sépulcres monumentaux à figures permanentes qui présentent encore un réceptacle eucharistique dans le corps du Christ : pour le xive siècle, ils sont au nombre de quatre (les saints sépulcres de la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau, de Haguenau – traces conservées –, de l’oratoire de la Toussaint de Strasbourg, de Saverne). D’autres, comme ceux de Niederhaslach ou de Schwäbisch Gmünd, en sont dépourvus. Pour ces derniers, la statue du Christ mort n’a donc pu contenir d’hostie. L’emploi paraliturgique, s’il en existait un, a dû être différent. Peut-être qu’une pyxide ou un coffret était joint au saint sépulcre. Le recours à ce genre d’objets est fréquemment décrit dans les textes liturgiques qui relatent les célébrations de la semaine sainte1. Mais ces descriptions, qui reflètent d’ailleurs de grandes différences dans le déroulement paraliturgique et la mise en scène notamment au xive siècle, demeurent trop générales et ne nous fournissent aucun renseignement à propos des saints sépulcres monumentaux sans réceptacle eucharistique. Aussi pour ces derniers, comme pour la majorité des saints sépulcres actuellement fragmentaires, reste posée la question de leur fonction précise.

  • 2 Rien ne nous permet de nous prononcer sur le saint sépulcre de Wissembourg (1490), la statue du Ch (...)
  • 3 Voir Kraus, 1889, p. 926-929 ; la notice « Zetting » de Recht Roland dans : Dictionnaire des églis (...)

2En Alsace, les saints sépulcres monumentaux, toujours appréciés au cours des xve et xvie siècles portaient, comme les précédents, tantôt une cavité (Neuwillerlès-Saverne en 1478, Vieux-Thann daté de 1455 pour les parties les plus anciennes, Gresswiler vers 1490, Kaysersberg en 1514, Sigolsheim daté de la seconde moitié du xve siècle) ; tantôt, ils en étaient dépourvus (Kientzheim vers 1500, Châtenois daté de la fin xve-début xvie siècle)2. On citera aussi le beau monument de l’église Saint-Marcel de Zetting en Moselle voisine, le seul de cette région qui soit parvenu jusqu’à nous (xve siècle) et qu’il faut rattacher aux saints sépulcres strasbourgeois ; la statue du Christ ne contient pas non plus de réceptacle3. Le saint sépulcre d’Obernai (1508) constitue un autel et devait remplir une fonction paraliturgique. L’exemple de ces monuments tardifs atteste aussi que le recours à un reposoir eucharistique ne fut pas généralisé. Faute de preuve matérielle ou de récits probants, il demeure impossible d’assurer l’utilisation paraliturgique d’un monument et le doute sur ce point subsiste dans un grand nombre de cas.

  • 4 Voir Bresc-Bautier, 1974, p. 325-326 ; Corbin, 1960, p. 197-199.

3On s’en tiendra donc aux faits : parmi les saints sépulcres du xive siècle, la fonction paraliturgique peut être prouvée dans certains cas, seulement. D’ailleurs en réfutant les propos de Brooks et d’autres spécialistes du théâtre liturgique, Geneviève Bresc-Bautier et Solange Corbin s’accordent pour relativiser l’importance de la référence eucharistique dans les saints sépulcres et rejettent la déposition liturgique comme unique raison de leur édification4.

Le saint sépulcre de Berthold de Bucheck

4Ce point est encore plus problématique lorsqu’on considère le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale strasbourgeoise. Comme on l’a souligné dans le chapitre qui lui a été consacré, des incertitudes demeurent quant au nombre et à l’emploi des saints sépulcres dans la cathédrale, en particulier entre 1349 et 1364. Cependant, il est certain que vers 1340-1345 un autre saint sépulcre existait dans le croisillon sud du transept de la cathédrale. Celui-ci fut employé jusqu’en 1349. Il s’agit donc de savoir si les deux saints sépulcres contemporains ou un seul uniquement étaient utilisés liturgiquement. Les deux hypothèses sont envisageables.

5La première hypothèse, admise par la grande majorité des historiens, est celle d’une utilisation paraliturgique pendant la semaine sainte. Dans ce cas, Bucheck aurait maintenu, nous semble-t-il, la fonction paraliturgique sans oser rompre tout à fait avec la tradition. L’étape décisive ne s’accomplirait alors qu’un demi siècle plus tard avec l’apparition des Mises au Tombeau monumentales, qui n’ont, elles, plus aucune fonction liturgique.

6Selon la seconde hypothèse, l’évêque Berthold de Bucheck aurait fait construire un monument sans fonction paraliturgique, qui avait essentiellement une fonction commémorative, liée au dispositif funéraire de la chapelle. Nous avons déjà dit, à la suite de Joseph Walter, notre préférence pour cette solution.

7On comprend mieux maintenant que le saint sépulcre s’inscrit tout à fait dans le programme de l’évêque. Bucheck aurait, pour ainsi dire, pousser son raisonnement jusqu’au bout : dépourvu d’emploi paraliturgique, le sépulcre du Christ devait ressembler plus encore à son propre tombeau. Difficilement transposable à un autre contexte et considérée probablement comme trop audacieuse, l’attitude de Bucheck n’aura été suivie ni à Haguenau, ni à l’oratoire de la Toussaint.

8On concède volontiers que la question est difficile à trancher en l’état de nos connaissances. Il n’en demeure pas moins vrai que l’aspect commémoratif prime sans doute dans ce saint sépulcre sur l’emploi paraliturgique. Nous insistons sur le fait que le mouvement qui, parmi les saints sépulcres, tend toujours à plus de monumentalité aux dépens de la liturgie, prit naissance ici. Un tel changement alla certainement de pair avec l’évolution observée plus haut pour les tombeaux. En fait, ce mouvement, qui s’est développé parallèlement aux saints sépulcres mobiles, dont l’utilisation paraliturgique a perduré, a vu son aboutissement dans un autre type de monument, les grandes Mises au Tombeau en pierre ou en terre cuite, qui furent si appréciées au cours des xve et xvie siècles.

9Nous sommes d’avis que Bucheck fut le premier à abandonner la fonction paraliturgique d’un saint sépulcre et que son monument consistait en une véritable image funéraire. Dans ces mêmes années 1340, la fonction dévotionnelle du saint sépulcre monumental pouvait revêtir un caractère plus large, comme à Bâle, où une indulgence datée de 1343 invitait l’ensemble des fidèles à venir se recueillir sur la tombe du Christ érigée dans l’église Saint-Léonard.

Notes

1 Voir l’introduction.

2 Rien ne nous permet de nous prononcer sur le saint sépulcre de Wissembourg (1490), la statue du Christ étant refaite. À propos de tous les saints sépulcres monumentaux postérieurs au xive siècle et provenant d’Alsace, voir l’étude restée manuscrite de Czarnowsky, BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky.

3 Voir Kraus, 1889, p. 926-929 ; la notice « Zetting » de Recht Roland dans : Dictionnaire des églises de France, 1969.

4 Voir Bresc-Bautier, 1974, p. 325-326 ; Corbin, 1960, p. 197-199.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search