Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Troisième partie. Caractéristiques du Saint Sépulcre monumental à figures permanentes

Troisième chapitre. Les particularités iconographiques

Texte intégral

1L’iconographie, très nouvelle, du saint sépulcre monumental à figures permanentes a été fixée très tôt et reprise avec constance par les autres monuments du même type. Pour l’essentiel, la thématique se résume au Christ mort, qui est couché sur la plate-forme du tombeau, entouré à l’arrière des saintes Femmes et sur les côtés d’anges thuriféraires, les faces du sarcophage étant réservées à la figuration des soldats endormis ou effrayés par la Résurrection du Christ. Nombre d’historiens de l’art ont relevé l’incohérence narrative de la présence simultanée des saintes Femmes et du Christ mort. En comparaison avec les chapelles à figures, la nouveauté réside dans le fait d’avoir introduit dans le nouveau sépulcre le Christ mort, les saintes Femmes et les gardiens se trouvant déjà à Constance (situées sur les pans intérieurs de la rotonde).

  • 1 Voir Schwarzweber, 1940, p. 34-35, ill. 47.

2Les statues de bois, utilisées par la liturgie lors des fêtes de Pâques, figuraient déjà le Christ mort en présence des saintes Femmes venues pour fonction avec les aromates et les parfums, comme le groupe sculpté conservé actuellement dans la chapelle des morts du cimetière Saint-Jean de Ems en Suisse (fin χιιie siècle)1. Le coffre de la Maigrauge montre, mais à un moment donné des célébrations liturgiques seulement, simultanément le Christ (au fond de la cuve) et les saintes Femmes (peintes sur le panneau intérieur). À la différence des sépulcres mobiles, le Christ du saint sépulcre strasbourgeois est, lui, exposé en permanence, à la manière d’un tombeau. Il va sans dire que l’adjonction d’une image du Christ visible toute l’année découle du choix formel d’intégrer le sépulcre dans un programme funéraire, d’une part, et de la reprise de la forme des tombeaux contemporains, d’autre part. La plate-forme d’un tombeau monumental est presque toujours occupée par l’effigie du gisant, sculptée en ronde-bosse ou en haut-relief dans la dalle même, une double possibilité que l’on rencontre aussi dans les saints sépulcres monumentaux.

1. Les multiples sources

  • 2 En ce qui concerne les tombeaux comportant des figures derrière le gisant, on pense notamment à cel (...)

3En fait, le Christ mort représenté en permanence dans le nouveau saint sépulcre a trouvé son origine tant dans les tombeaux (gisant) que dans les saints sépulcres en bois (statue mobile du Christ). Autrement dit, sous l’influence de l’art funéraire, le Christ mobile est devenu gisant. Si de rares exemples de tombeaux montrent des figures qui prennent place derrière l’effigie du défunt – une structure qui évoque celle du saint sépulcre –, la présence simultanée du Christ étendu et des saintes Femmes placées derrière le sarcophage est empruntée plus directement à l’iconographie des sépulcres en bois, où elle n’est toutefois pas permanente2. En revanche, la représentation des gardiens assis devant le tombeau remonte à une plus longue tradition. Elle est issue de la Visite des saintes Femmes au sépulcre, où les soldats figurent toujours.

4De la sculpture funéraire émanent aussi certains motifs, comme le coussin, l’arcade au-dessus de la tête du Christ, le drap funèbre. D’autres détails viennent, eux, de l’iconographie des saints sépulcres mobiles. Le Christ vêtu d’un perizonium ou d’un grand linceul semble provenir directement de statues temporaires, plus anciennes ou contemporaines, comme celle conservée actuellement à Ems. Ce Christ, plus grand que les deux saintes Femmes, selon une hiérarchie largement répandue, a d’ailleurs déjà des dimensions grandeur nature.

  • 3 Voir illustration dans Bauch, 1976, ill. 76-77, p. 54.
  • 4 Voir illustration dans Körner, 1997 , ill. 20, p. 30.
  • 5 Voir illustration dans Bauch, 1976, ill. 237-237, p. 148. Si les anges qui ouvrent la tenture const (...)
  • 6 De nombreux assistants étaient présents lors des funérailles médiévales, ils portaient le livre, le (...)

5Quant aux deux anges thuriféraires, ils semblent directement sortir de la liturgie pascale et, simultanément, faire référence aux pratiques funéraires. La sculpture funéraire fournit, en effet, relativement peu d’exemples d’anges agitant les encensoirs : quelques anciens enfeus seulement les représentent, ainsi celui de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Zamora en Espagne, exécuté vers 1200 (en plus des petits anges – eux très fréquents – qui transportent l’âme du défunt, deux autres anges se tiennent debout de part et d’autre de l’effigie et balancent les encensoirs)3 ; sur des dalles tombales, comme celle en bronze de l’évêque Evrard de Fouilloy (après 1222) dans la cathédrale d’Amiens ; plus tard, ces anges prendront place parfois dans le cortège funèbre, par exemple sur la face du tombeau de Philippe-Dagobert de Royaumont, conservé au Musée du Louvre († 1235)4 ; on les retrouve aussi dans quelques grands tombeaux italiens à nombreuse assistance, comme dans celui du cardinal Enrico Annibaldi à Saint-Jean-du-Latran à Rome († 1276)5. Aucun exemple ne peut être rapproché de la solution strasbourgeoise. L’introduction de ce motif provient directement, nous semble-t-il, des pratiques funéraires, d’une part, et des rituels liturgiques de Pâques qui se déroulaient autour d’un saint sépulcre, d’autre part6.

2. Les rapports avec l’iconographie traditionnelle

  • 7 Voir Lynn Bode, 1970 ; Schiller, 1971 ; la notice « Frauen am Grab » de Myslevec J. et Jaszai G. da (...)
  • 8 Le jubé fut démonté en 1825 et la plupart des reliefs déposés dans l’abside, voir Salet, 1965, p. 1 (...)
  • 9 Voir illustration dans βεενκεν, 1927, ill. 13, p. 11.
  • 10 Voir Joubert, 1994, ill. 40.
  • 11 Voir illustration dans Beyer, 1955, pl. XII.

6L’enrichissement de l’iconographie de la Visite des saintes Femmes au Tombeau vide, que l’on observe durant le χιiie siècle et qui doit probablement beaucoup aux nombreuses variantes des jeux liturgiques, ne peut pas être non plus étranger à la nouvelle iconographie des saints sépulcres monumentaux. De nombreuses compositions de la Visite au sépulcre coexistent parallèlement au cours du χιiie siècle : le nombre des personnages peut varier, leur position ou leur attitude aussi7. Les principales variantes montrent les femmes placées sur le côté du sarcophage, selon une composition ancienne, par exemple au jubé de l’église du Bourget-du-Lac (Savoie) exécuté dans les années 12508 ; elles peuvent se situer aussi derrière le sarcophage (croix sculptée dans l’église Sankt-Maria-zur-Höhe à Soest, deuxième quart du χιiie siècle9 ; jubé de la cathédrale de Bourges, réalisé probablement entre 1225 et 1260 et actuellement à l’état de fragments10 ; tympan du portail central de la façade occidentale à la cathédrale de Strasbourg, dernier quart du χιiie siècle11)· L’ange est le plus souvent assis à califourchon. Les gardiens sont parfois allongés, parfois assis, rarement debout ; le plus souvent, ils figurent devant le sarcophage (jubé du Bourget-du-Lac) ; ils peuvent aussi se trouver sous le tombeau (tympan de Strasbourg) ou sur les côtés (saint sépulcre reliquaire de la cathédrale de Pampelune, vers 1284-1305) (152). La statuaire des cathédrales, le mobilier liturgique ou l’enluminure présentent encore bien d’autres possibilités de composition.

7À travers ces quelques exemples, on perçoit aisément la relation qui relie l’iconographie de la Visite et celle des saints sépulcres monumentaux. On pense en particulier à la position des saintes Femmes derrière le sarcophage, même si, on l’a vu, elle trouve aussi quelques correspondances dans l’art funéraire et dans la tradition des saints sépulcres mobiles. Surtout, l’introduction, dans le nouveau saint sépulcre, des gardiens assis directement devant le sépulcre reprend à l’évidence l’un des motifs de la Visite au sépulcre, dans laquelle les gardiens ne manquent d’ailleurs jamais.

  • 12 À propos de ce reliquaire qui renferme une relique du suaire, voir récemment Cat. Philippe le Bel 1 (...)

8Du reste, divers saints sépulcres avaient très tôt introduit les gardiens endormis dans leur iconographie. Ainsi, comme on l’a déjà dit, le saint sépulcre de Constance (vers 1260). Surtout le reliquaire du Saint Sépulcre réalisé par un atelier parisien et conservé à la cathédrale de Pampelune (vers 1284-1305) figurent deux petits gardiens – de taille plus petite que les protagonistes – assis devant le tombeau12.

3. Une source strasbourgeoise ?

  • 13 Voir Beyer, 1955, p. 28, pl. XII.
  • 14 Voir illustration dans Martin, 1997, ill. 3.

9Beyer voit la source de la nouvelle iconographie dans la représentation de la Visite des saintes Femmes au Tombeau sculptée, sur le portail central de la façade occidentale de cathédrale strasbourgeoise (dernier quart du xiiie siècle), pour la raison que les gardiens du sépulcre se trouvent déjà entre les montants du sarcophage13. La scène reprend un schéma alors largement répandu (les trois femmes sont placées derrière le sarcophage et l’ange, assis sur ce dernier, leur annonce la Résurrection). Cependant la position des gardiens étonne effectivement. Vu les nombreuses variantes iconographiques de la Visite, la scène du tympan strasbourgeois ne présente pas, à part le motif des gardiens assis derrière les colonnettes, d’autre élément suffisamment particulier qui permette de l’associer plus étroitement qu’une autre au nouveau type. D’ailleurs même la position des gardiens trouve de meilleures correspondances. Par exemple, la scène sculptée sur le tympan du portail de la Calende à la cathédrale de Rouen (fin χιiie siècle-début xive siècle) montre des gardiens qui, endormis devant le sarcophage, occupent l’espace d’une façon qui évoque les gardiens du saint sépulcre de Bucheck14.

10Du reste, l’interprétation de la Visite au Tombeau dans le tympan strasbourgeois est narrative, même plus qu’ailleurs. La représentation y est immédiate, vivante et très parlante pour le spectateur grâce à l’introduction d’un motif rare : d’un geste de curiosité spontanée, la femme qui se tient au milieu se courbe en deux, face au spectateur, et observe minutieusement l’intérieur vide du sarcophage pour s’assurer de l’absence du Christ. La surprise s’exprime par ce seul procédé, les autres femmes ne faisant pas le geste de surprise de la main. On est loin de l’esprit qui se dégage des saint sépulcres.

11Aussi, excepté la proximité au sein de la cathédrale, il n’existe pas vraiment de raison de voir une influence directe de la statuaire strasbourgeoise sur la nouvelle iconographie du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine.

4. L’autel d’Hattonchâtel

  • 15 Voir Hofmann, 1963, p. 98 et ill. p. 99. Le panneau est long de 210 cm et haut de 71 cm. L’armure d (...)

12L’exemple iconographique le plus proche du monument de Bucheck est une représentation actuellement insérée dans l’autel de l’église paroissiale d’Hattonchâtel en Moselle (153 et 154). Elle fait partie d’une frise illustrant la Passion, sculptée dans un panneau de pierre dans le deuxième quart du xive siècle et semble bien contemporaine du sépulcre strasbourgeois15. L’ange montre de façon paradoxale le Christ mort aux saintes Femmes et les gardiens dorment, assis sous le tombeau. Les trois éléments essentiels aux saints sépulcres monumentaux – le Christ mort, les saintes Femmes et les gardiens – sont donc représentés simultanément. Mais l’ange annonciateur de la Résurrection, figure indispensable dans l’iconographie de la Visite au Tombeau, n’est pas encore évincé.

13La scène d’Hattonchâtel réalise donc la synthèse de deux traditions iconographiques, celle de la représentation du Tombeau du Christ et celle de la Visite des saintes Femmes. Certes, on conserve quelques exemples de la représentation du Tombeau du Christ, mais aucune ne s’apparente autant à l’iconographie strasbourgeoise. D’ailleurs malgré le petit nombre d’exemples conservés, on devine aisément que dans le deuxième quart du xive siècle plusieurs variantes de la représentation du Saint Sépulcre aient coexisté, phénomène que l’on a aussi constaté dans l’iconographie de la Visite au Tombeau.

14La représentation d’Hattonchâtel, qui comporte tous les éléments du saint sépulcre monumental, laisse encore un rôle déterminant à l’ange. C’est seulement dans le saint sépulcre de Bucheck que la représentation, débarrassée de l’ange, est véritablement monumentale.

15Ainsi, en plus des sources multiples, nettement dissociables les unes des autres, certaines représentations du Saint Sépulcre, comme la sculpture d’Hattonchâtel, ont certainement contribué à la définition de la synthèse finale.

5. Une image de dévotion

16L’iconographie du saint sépulcre monumental ne s’explique donc pas sans le recours à plusieurs sources, dont certains motifs seulement sont retenus pour composer une nouvelle image.

  • 16 Voir Aurenhammer, 1955 ; Schmidt, 1956 ; Belting, 1981 ; Büttner, 1983 ; Appuhn, 1985, p. 69-96 ; W (...)
  • 17 Même si dans certains cas elles manifestent encore de la surprise, la main levée, le recueillement (...)

17D’une manière générale, peut-on dire, le caractère synthétique de l’iconographie du saint sépulcre monumental à figures permanentes est spécifique des images de dévotion16. Par rapport aux œuvres précédentes, l’attitude des saintes Femmes devient dans ce sens déterminante. Dans la Visite au Tombeau, tous les gardiens sont endormis, tandis que dans les saints sépulcres, ils manifestent fréquemment la surprise, voire l’effroi à Strasbourg, rôle assigné dans la Visite aux seules saintes Femmes. Ce glissement est capital : les femmes, libérées de leur ancienne fonction, maintenant se recueillent. Elles invitent les fidèles à les imiter, selon la finalité des nouvelles images destinées à la dévotion17.

  • 18 Voir Recht, 1999, p. 252-269.

18Récemment, Recht a résumé les trois fonctions qu’une image de dévotion peut remplir à la fin du Moyen Âge : une sculpture, une peinture facilite l’effort de concentration du fidèle et le conduit ainsi de la prière à la contemplation, voire à la méditation ; elle peut aussi rappeler en permanence, au fidèle, l’exercice dévotionnel qu’il devrait pratiquer ; enfin, elle constitue un exemplum à suivre et incite à imiter notamment l’attitude de la Vierge ou de saint Jean, souvent représentés sur une telle image18. Les prédicateurs mystiques, comme Henri Suso, ont certainement joué un rôle important, en encourageant la pratique dévotionnelle. Pourtant, nous l’avons dit précédemment, en ce qui concerne notre sujet, la création et l’essor du saint sépulcre monumental ne relèvent pas du milieu dominicain. Il n’en demeure pas moins vrai que la nouvelle représentation constitue une véritable image de dévotion, comme le démontrent non seulement le thème même et le caractère synthétique de l’iconographie, mais aussi l’accès permanent à l’œuvre (en pierre et visible tout au long de l’année) et, dans le cas du monument strasbourgeois, le goût très prononcé pour l’effet, qui avait pour but d’interpeller le fidèle.

Notes

1 Voir Schwarzweber, 1940, p. 34-35, ill. 47.

2 En ce qui concerne les tombeaux comportant des figures derrière le gisant, on pense notamment à celui de Robert le Sage dans l’église Sainte-Claire à Naples († 1343). Voir illustration dans Bauch, 1976, ill. 286-287, p. 181-182.

3 Voir illustration dans Bauch, 1976, ill. 76-77, p. 54.

4 Voir illustration dans Körner, 1997 , ill. 20, p. 30.

5 Voir illustration dans Bauch, 1976, ill. 237-237, p. 148. Si les anges qui ouvrent la tenture constituent un motif récurrent dans ces tombeaux, celui des anges thuriféraires demeure plus rare.

6 De nombreux assistants étaient présents lors des funérailles médiévales, ils portaient le livre, le bénitier et le goupillon, le porte-cierge, le porte-croix et bien sûr l’encensoir. À propos des cérémonies autour du défunt, voir Ariès, 1977, part. p. 142-172. Quant aux célébrations liturgiques, deux ou plusieurs anges y furent souvent représentés, voir Walter, 1932. Plus généralement, voir Forsyth, 1970, p. 11.

7 Voir Lynn Bode, 1970 ; Schiller, 1971 ; la notice « Frauen am Grab » de Myslevec J. et Jaszai G. dans ; LCI, vol. 2 : Allgemeine Ikonographie, col. 54-62.

8 Le jubé fut démonté en 1825 et la plupart des reliefs déposés dans l’abside, voir Salet, 1965, p. 155-158.

9 Voir illustration dans βεενκεν, 1927, ill. 13, p. 11.

10 Voir Joubert, 1994, ill. 40.

11 Voir illustration dans Beyer, 1955, pl. XII.

12 À propos de ce reliquaire qui renferme une relique du suaire, voir récemment Cat. Philippe le Bel 1998, cat. no°121, p. 195-197, ill ; ainsi que Erlande-Brandenburg, 1987, ill. 252, p. 286 ; Gauthier, 1983, p. 154-155 (lég. 91), ill.

13 Voir Beyer, 1955, p. 28, pl. XII.

14 Voir illustration dans Martin, 1997, ill. 3.

15 Voir Hofmann, 1963, p. 98 et ill. p. 99. Le panneau est long de 210 cm et haut de 71 cm. L’armure des soldats fait penser à une datation proche de celle du saint sépulcre de la Chapelle Sainte-Catherine.

16 Voir Aurenhammer, 1955 ; Schmidt, 1956 ; Belting, 1981 ; Büttner, 1983 ; Appuhn, 1985, p. 69-96 ; Wirth, 1989, part. p. 277-281.

17 Même si dans certains cas elles manifestent encore de la surprise, la main levée, le recueillement est néanmoins devenu l’élément prédominant.

18 Voir Recht, 1999, p. 252-269.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search