Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Troisième partie. Caractéristiques du Saint Sépulcre monumental à figures permanentes

Deuxième chapitre. La définition typologique

Texte intégral

1Les publications concernant les saints sépulcres en général ont parfois proposé des classifications ; mais elles sont demeurées sujettes à caution. Elles ne reposent, en effet, que sur des considérations trop générales et n’ont pas pris suffisamment en compte l’aspect matériel des œuvres. En particulier, le travail de Schwarzweber reste superficiel. Notre étude qui a tenté de remédier à cette lacune fait nettement ressortir pour le xive siècle trois mouvements : le maintien de la tradition des statues et des coffres en bois (autrement dit, d’un mobilier liturgique) tout au long du siècle ; la création d’un nouveau type (le saint sépulcre monumental à figures permanentes en pierre) vers 1340 ; enfin, l’introduction d’un type hybride (le saint sépulcre monumental à figures mobiles) à la fin du siècle. Ainsi, on constate d’une part une innovation et d’autre part le maintien de la tradition des objets mobiles et son développement avec l’apport d’un élément fixe.

1. Maintien et développement d’une tradition : les saints sépulcres mobiles et les saints sépulcres monumentaux à figures mobiles

2Les saints sépulcres mobiles en bois appartiennent à une longue tradition, essentiellement paraliturgique. D’après les pièces présentement conservées, cette production remonte au plus tard à la fin du χιιie siècle. Dès lors et durant les xive et xve siècles, de véritables saints sépulcres (composés d’un coffre ou d’une caissette d’une part, de statues d’autre part) ou de simples statues du Christ (gisant) ont été sculptés de façon continue. Cette production s’intègre parfaitement dans le mouvement général de la fin du Moyen Âge qui montre un intérêt nouveau pour les statues en bois.

  • 1 Voir Archives du Musée d’art et d’histoire de Fribourg, Rapport sur l’acquisition d’un Christ au to (...)

3La majorité de ces saints sépulcres se trouvent aujourd’hui en Suisse et en Allemagne. On évitera cependant de tirer des conclusions sur leur expansion, trop hasardeuses en regard de l’état de conservation. La fragilité de leur matériau – le bois – et la disparition des jeux de la Passion ont eu pour conséquence, en effet, l’élimination de beaucoup de ces œuvres. On sait, par exemple, que la communauté de la Maigrauge près de Fribourg gardait encore au début du xxe siècle un saint sépulcre en bois, avant qu’une sœur ne le jetât au feu – il était sans doute plus ancien que celui qui fut préservé1. Aussi les œuvres conservées actuellement n’en reflètent-elles pas la production, qui a été plus abondante que ne le laissent imaginer les faibles reliquats qui nous sont parvenus. Vu l’importance des célébrations pascales et l’expansion des jeux dramatiques, vu le nombre de saints sépulcres mentionnés dans les documents liturgiques, ces ouvrages devaient être très répandus et même représenter le type le plus fréquent de saints sépulcres, comme l’introduction l’a déjà indiqué.

4La forme de ces objets mobiles, qui n’est d’ailleurs pas décrite dans ces sources, est demeurée d’une grande simplicité, dictée par l’emploi qui leur était réservé. En somme, ils faisaient partie assurément du mobilier liturgique d’une église.

5Ces saints sépulcres donnent naissance à la fin du xive siècle à un autre type de saints sépulcres liturgiques. Même situés à l’extrémité de notre champ d’étude, plusieurs saints sépulcres, en effet, nous ont semblé constituer un type particulier, bien illustré dans notre région et qui peut subsister dans d’autres. On a constaté, mais selon une typologie différente de celle Schwarzweber, qu’à la fin du xivsiècle apparaît un saint sépulcre monumental de configuration et de dimensions plus modestes que le sépulcre à figures permanentes. La particularité principale de ce type, que nous avons défini comme mixte, est d’associer dans une même structure une construction permanente en pierre et des figures en bois exposées temporairement, parmi lesquelles inévitablement l’effigie du Christ. Ces statues le plus souvent en bois sont directement issues de la tradition des saints sépulcres mobiles.

6Sans vouloir énumérer de nouveau les diverses caractéristiques du saint sépulcre monumental à figures mobiles (déjà décrites dans la conclusion du chapitre qui lui est consacré), on se permet d’insister ici sur les dissemblances que l’on peut relever entre ce type mixte et le saint sépulcre à figures permanentes. Certes l’un comme l’autre est monumental, toujours lié à l’architecture de l’édifice dans lequel il se trouve. Mais le type mixte prend des formes beaucoup plus variées. Ainsi il peut être édifié contre une paroi, dans le cas d’un édicule ; une niche, plus ou moins profonde, est ménagée dans la paroi, dans le cas d’enfeus ; enfin il peut se présenter sous l’aspect d’une simple armoire murale. Il n’est pas possible de faire dériver ces formes de celles des saints sépulcres monumentaux à figures permanentes. C’est seulement lorsque la construction en pierre constitue un enfeu, qu’un lien peut s’établir avec l’art funéraire. Au point de vue de l’iconographie aussi, on repère de nettes différences. Tous les éléments de ce nouveau type reprennent, en fait, directement des motifs spécifiques des saints sépulcres mobiles : l’apôtre consolateur, la Mater dolorosa, le linceul exposé ou l’ange annonçant la Résurrection ; ces thèmes, sans exception, étaient déjà présents dans les coffres ou dans les groupes de statues mobiles. Quelques-uns, comme le linceul ou l’ange, suivent d’ailleurs de façon ostensible le déroulement des rituels paraliturgiques de la semaine sainte.

7Le nouveau type mixte se répandit dans les mêmes régions que les saints sépulcres à figures permanentes. L’utilisation des saints sépulcres monumentaux à figures permanentes dans les célébrations pascales n’est pas toujours claire ; à l’opposé celle de ces sépulcres tardifs, comme des coffres, est indéniablement et avant tout paraliturgique. Les figures n’étant pas visibles en permanence, l’aspect dévotionnel en est très réduit. Monument visible toute l’année, autant que mobilier liturgique utilisé seulement durant la semaine sainte, la nouvelle formule n’évinça pas pour autant le saint sépulcre mobile, dont on garde encore quelques témoins du xve siècle. L’offre s’est simplement élargie et probablement adaptée à la diversité des moyens financiers ou des ambitions personnelles, tout en préservant l’importance de l’usage paraliturgique.

2. Origine et variantes typologiques du saint sépulcre monumental à figures permanentes

8Deux éléments définissent le saint sépulcre monumental à figures permanentes : il est permanent, il a pris une forme existante dans l’art funéraire. Dès sa création, le nouveau saint sépulcre présenta de nombreuses variantes, parfois infimes, parfois essentielles et structurelles.

9Rappelons la structure de base d’un saint sépulcre monumental à figures permanentes en pierre : ce tombeau, ou cénotaphe, se compose d’une part d’un sarcophage, dont la face antérieure au moins présente les reliefs des gardiens et dont la plate-forme est ornée de la statue d’un Christ mort, et d’autre part de figures sculptées en ronde-bosse immuables et dressées derrière le Christ et à ses côtés.

10Cette structure prit des formes diverses que l’on peut regrouper en deux variantes. La première lie de façon étroite le sarcophage à un baldaquin. Entre les montants du baldaquin vient s’encastrer le sarcophage qui occupe tout l’espace disponible. Cette formule a été adoptée pour le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale strasbourgeoise, puis reprise à Saint-Étienne de Strasbourg et à Haguenau. La seconde variante établit une distance entre le sarcophage et l’ouvrage d’architecture. À Fribourg-en-Brisgau, l’ouvrage consiste en une clôture ajourée et le monument est placé sous un enfeu.

11Pour certains saints sépulcres, il n’est guère possible de savoir si une clôture se trouvait en avant du sarcophage. Ainsi à Bâle, le sarcophage était assurément isolé de tout ouvrage, mais ce dernier demeure hypothétique. À Niederhaslach, le saint sépulcre qui semble bien préservé est actuellement dépourvu de tout ouvrage.

12Le mauvais état de conservation des autres monuments nous empêche d’affirmer leur appartenance à l’une ou l’autre variante : le saint sépulcre de Schwäbisch Gmünd, très remanié au xvisiècle ; celui de Maria-Medingen, endommagé et dont seule la plate-forme subsiste ; celui des Mullenheim à Strasbourg ou celui de Neuenburg-am-Rhein dont quelques éléments figurés ont été conservés ; celui de Saverne, duquel seul le Christ est parvenu jusqu’à nous ; enfin, les deux têtes strasbourgeoises isolées. Il en va de même du saint sépulcre de la commanderie de Saint-Jean de Jérusalem à Strasbourg dont on sait, grâce à un texte ancien, qu’il était complété par un ouvrage, vraisemblablement un baldaquin, mais dont on ignore s’il s’encastrait ou non dans le sarcophage.

13Ces deux variantes se distinguent par leur esprit. La première tend vers une certaine modernité, la seconde demeure traditionnelle. En effet, la réunion du sarcophage et du baldaquin en un monument compact définit les nouveaux tombeaux du xive siècle, dont l’enfeu de Lichtenberg marque le début et les tombeaux d’Avignon, le point culminant. En revanche, l’écart entre un sarcophage et une clôture, voire un baldaquin, rappelle le principe traditionnel de composition de nombre de tombeaux des χιie et χιiie siècle.

Un tombeau

  • 2 Reconnaissons à Beyer le mérite d’avoir perçu l’importance du tombeau pour ce nouveau sépulcre. « P (...)
  • 3 Voir Baum, 1921, p. 156-157, ill. p. 88 ; Schwarzweber, 1940, p. 8-10 ; Beyer, 1952, p. 59 ; Reiner (...)
  • 4 Il n’est pas toujours certain, en effet, qu’un autel y prenait place.

14Permanent, le nouveau saint sépulcre se distingue du plus ancien, mobile et confectionné en bois2. En revanche, il est à rapprocher des chapelles à figures qui apparaissent au cours du xiiie siècle. L’exemple le plus célèbre – évidemment permanent – en est la petite rotonde (vers 1260) actuellement située dans la chapelle Saint-Mauritius de la cathédrale de Constance (3)3. De plan central à douze pans et de petites dimensions, ce saint sépulcre présente une iconographie riche illustrant la vie de la Vierge et l’Incarnation du Christ à l’extérieur et la Résurrection du Christ à l’intérieur. Ce type d’édifices provient des chapelles, isolées ou dans-œuvre, construites souvent d’après le plan de la rotonde de l’Anastasis à Jérusalem. Il comportait, semble-t-il, outre un autel et une représentation du tombeau du Christ, les statues des saintes Femmes, ainsi que parfois celles de personnages supplémentaires ; ces figures étaient empruntées aux jeux liturgiques de la Passion4.

15S’inspirant directement de l’art funéraire réalisé à l’extrême fin du χιiie siècle et au début du xive siècle, le nouveau type supplante ces chapelles à figures. On a supprimé la chapelle et l’autel, pour se concentrer sur la sépulture du Christ. Celle-ci devient alors un monument en soi, un véritable tombeau gothique. Une rupture s’est opérée et le rappel de l’Anastasis n’est plus aussi impérieux qu’à l’époque des Croisades, aux xie-xiiie siècles. L’accent s’est donc déplacé. Le saint sépulcre s’est ainsi adapté aux monuments funéraires de l’époque, de façon radicale et définitive.

3. Les sources : l’art funéraire

16On l’a répété, l’influence de l’art funéraire fut déterminante, non seulement pour la création du nouveau type, mais aussi plus tard pour l’introduction de l’enfeu, plus modeste. D’une façon générale, ces deux types et leurs variantes correspondent à la production diversifiée de l’art funéraire, en particulier à la fin du Moyen Âge : d’un côté, de luxueux tombeaux qui, comme les grands tombeaux princiers ou les statues équestres, signifient le pouvoir personnel ; d’un autre, des monuments plus modestes à la portée d’un plus grand nombre.

  • 5 À propos de l’art funéraire de la fin du Moyen Âge, voir Lasteyrie de, 1927, p. 522-522-576 ; Moede (...)

17Brossée à gros traits, l’évolution du tombeau se développe du sépulcre (Haut Moyen Âge) vers le monument (époque gothique)5. Elle atteste l’intention toujours plus marquée de commémoration personnelle et de monumentalisation.

  • 6 Voir Schmidt, 1990, p. 19-23.
  • 7 Voir Schmidt, 1990, Grabmaltypen.

18Les termes allemands désignent très clairement cette transformation qui va du « Grabmal » au « Grabdenkmal »6. La grande variété de formes, la pérennité de traditions parallèles, les préférences régionales, notamment, nous contraignent à une certaine prudence et empêchent à notre avis de classer ou de définir de façon trop rigide les tombeaux médiévaux. La difficulté se mesure particulièrement bien aux polémiques autour de la terminologie, qui peut changer beaucoup selon les historiens de l’art. Nous reprendrons les regroupements faits par Schmidt, qui ont le mérite de signifier trois stades importants de cette transformation. Aux tombes modestes posées simplement dans le sol des églises succédèrent des tombes surélevées, « semi-monumentales » comme aime à les définir Schmidt (tombes sur colonnettes, sarcophages, enfeus simples, dalles levées contre des parois ou encore épitaphes) ; enfin, dans un troisième temps, apparurent les tombeaux monumentaux, ornés de nombreuses sculptures et constituant parfois un monument indépendant de tout appui (tombeaux à baldaquin, enfeus à structure particulièrement élaborée, tombeaux indépendants de toute paroi, etc.)7. Ces derniers étaient réservés aux plus hauts dignitaires, papes, rois, évêques ou nobles.

  • 8 Voir Schmidt, 1990,1990, p. 51-54.

19À propos des sources du saint sépulcre monumental à figures permanentes, Schmidt a avancé deux hypothèses que l’on aimerait reconsidérer ici. On a vu que les saints sépulcres pourvus d’un ouvrage sont toujours liés à la paroi : soit ils s’appuient contre elle (chapelle Sainte-Catherine, Haguenau etc.), soit ils sont placés sous un enfeu (Fribourg-en-Brisgau). Aucun ne se libère de la contrainte de l’architecture. Dans son important article qui étudie les divers types de tombeaux médiévaux et qui les restitue de façon critique dans la bibliographie générale, Schmidt constate que cette caractéristique correspond à un trait local, puisque notre région ne connaît pas le tombeau indépendant (« das freistehende Baldachingrab ») tel celui du pape Jean XXII à Avignon († 1334), au contraire de la France ou de l’Angleterre, où il est largement répandu8. À juste titre, cette constatation met nettement en évidence le lien très étroit entre la tradition funéraire de la région et la production des saints sépulcres.

  • 9 Ce reliquaire, d’ailleurs lié à la Passion du Christ puisqu’il conserve entre autres reliques de sa (...)
  • 10 Les reliquaires parvenus jusqu’à nous sont, tout d’abord, pour le xive siècle le reliquaire du sain (...)

20Moins pertinent nous paraît le rapprochement fait par Schmidt entre les saints sépulcres et les reliquaires orfévrés. Des échanges entre ces différents types d’œuvres se seraient produits, sans que l’on sache précisément dans quel sens. Certes, un reliquaire d’Aix-la-Chapelle dit « la Chapelle de Charles » présente des analogies tant avec les tombeaux qu’avec les saints sépulcres, mais cette pièce est cependant plus tardive que le saint sépulcre de Bucheck et datée du milieu du xive siècle9. En fait, le lien entre les reliquaires et nos saints sépulcres semble très occasionnel et plus tributaire d’une même recherche spatiale, typique de ces années, que véritablement significatif. À preuve, les rares reliquaires du Saint Sépulcre conservés, qui demeurent dans une tradition propre à l’orfèvrerie, sans influencer ni reprendre la forme des sépulcres monumentaux10.

  • 11 Voir Ariès, 1977.
  • 12 Ainsi, les gisants de Philippe VI de France († en 1356) ou de Jeanne de Bourbon († en 1378) ont été (...)

21La création du saint sépulcre monumental s’inscrit ainsi parfaitement dans l’évolution de l’art funéraire à la fin du Moyen Âge, qui tendait vers une monumentalisation et une plus grande personnalisation. Aux changements de forme des tombeaux correspondait une transformation de la perception de la mort et de la relation qu’entretenait avec elle l’homme médiéval. Les sépultures s’individualisèrent à partir du χιie-χιιie siècle, pour reprendre les termes de l’historien Philippe Ariès11. L’effigie devint de plus en plus réaliste ; l’emploi du masque mortuaire, empreinte directe des traits du défunt, se répandit12. Dans un même mouvement, les inscriptions tombales continrent toujours plus d’informations biographiques. Le tombeau fut investi d’une double fonction, celle de perpétuer la memoria du défunt, mais aussi d’illustrer sa vie terrestre. À la memoria, garante du salut éternel, s’ajouta peu à peu le souci du commanditaire d’affirmer sa réputation ici-bas. Les signes de pouvoir devinrent de plus en plus manifestes, les tombeaux de plus en plus luxueux, témoignant de l’intérêt toujours grandissant accordé à la réussite personnelle et mondaine.

4. Le rayonnement

  • 13 Voir Beyer, 1952, p. 63 ; Schmidt, 1990, p. 53.

22Si l’art funéraire constitue la source majeure pour le saint sépulcre monumental, il existe parfois entre les deux genres d’œuvres des correspondances, difficiles à définir avec précision quant au sens (même si on les imagine aisément réciproques)13. Cette remarque vaut particulièrement pour la disposition des saintes Femmes. Parmi les tombeaux qui intègrent des figures derrière le gisant, on citera celui de Robert d’Anjou, dit le Sage († 1343), dans l’église Sainte-Claire à Naples : les personnages sont disposés sur le même niveau que l’effigie, à même la dalle et non sur la paroi du fond. Ce tombeau, contemporain du saint sépulcre de Bucheck n’est pas daté d’une façon assez précise pour que l’on puisse déterminer s’il a devancé ou non notre saint sépulcre. Au demeurant, l’éloignement géographique et le type proprement italien de ce tombeau laissent supposer, moins une influence directe que des réalisations comportant des éléments communs, mais indépendants en réalité l’un de l’autre. Pour la même période, un phénomène semblable a déjà été observé par Schmidt à propos de certaines manifestations « maniéristes », qui apparaissent au même moment dans des régions éloignées, comme il a été rappelé dans l’étude stylistique. Dans le même esprit, le tombeau de Juan d’Aragon à la cathédrale de Tarragona (en cours d’exécution en 1337) est à rapprocher des saints sépulcres de notre région (mêmes figures sculptées en ronde-bosse et placées derrière le gisant).

  • 14 Voir Gantner, 1956, p. 256-262. En ce qui concerne le monument de La Sarraz, voir Nicolas, 1923 ; B (...)
  • 15 Voir Beyer, 1952, p. 63.
  • 16 Voir Schatti et Aballéa, 1997, part. l’orientation bibliographique donnée en p. 172.

23En Suisse, le tombeau de François Ier de La Sarraz († 1362) dans la chapelle Saint-Antoine à La Sarraz ou encore le tombeau des comtes de Neuchâtel, réalisé notamment par un sculpteur bâlois (en 1372) dans la collégiale qu’ils ont fondée dans leur ville, présentent actuellement des statues érigées derrière les gisants (151)14. Cet agencement a été considéré, par Beyer notamment, comme tributaire du saint sépulcre monumental de la chapelle Sainte-Catherine de Strasbourg15. Il n’est pas aisé d’assurer dans ce cas non plus – même si les deux tombeaux sont clairement postérieurs à notre sépulcre – qu’une influence ait pu s’exercer. La fortune et l’histoire de la conservation de ces monuments singuliers est, en effet, plus complexe que ce que l’on a pensé. Dans le cas de Neuchâtel, une étude en cours devrait déterminer la forme et la composition d’origine16.

24En somme et en l’état des connaissances, soutenir que le saint sépulcre monumental à figures permanentes a exercé une influence sur certains tombeaux reste une hypothèse, difficile à vérifier sans étude matérielle des tombeaux concernés.

Notes

1 Voir Archives du Musée d’art et d’histoire de Fribourg, Rapport sur l’acquisition d’un Christ au tombeau du xive siècle appartenant au Monastère de la Maigrauge, 31 mai 1902, rédigé par Max Techtermann, conservateur du Musée cantonal d’art et d’histoire à l’intention du Conseiller d’État, Ms., note 1.

2 Reconnaissons à Beyer le mérite d’avoir perçu l’importance du tombeau pour ce nouveau sépulcre. « Pour que le gisant paraisse, sur la dalle et non point au fond de la cuve, il faudra que s’effectue la contamination de notre thème par le tombeau profane », Beyer, 1955, p. 28.

3 Voir Baum, 1921, p. 156-157, ill. p. 88 ; Schwarzweber, 1940, p. 8-10 ; Beyer, 1952, p. 59 ; Reiners, 1955, p. 499-516 ; Knopfli, 1961 ; Kurmann, 1969 ; Kurmann, 1972 ; Kurmann, 1975 ; Jezler, 1985 ; à propos de la chapelle, voir part. Becksmann, 1979, p. 93-115 ainsi que la riche bibliographie donnée en p. 93.

4 Il n’est pas toujours certain, en effet, qu’un autel y prenait place.

5 À propos de l’art funéraire de la fin du Moyen Âge, voir Lasteyrie de, 1927, p. 522-522-576 ; Moeder, 1928 ; Jalabert, 1933 et 1934 ; Evans, 1949, p. 118-146, 162-172 ; Adhemar, 1974 et à propos de la collection de Gaignières, l’introduction dans : Bouchot, 1891, p. XXVI-XXVII ; Erlande-Brandenburg, 1975 ; Kurmann, 1975 ; Bauch, 1976, et la bibliographie riche générale qu’il donne p. 355-363 ; Hamann-mac Lean, 1978 ; Seeligerzeiss, 1978 ; Kroos, 1984 ; Schmidt, 1987 ; notice « Grab, -formen, -mal » de Müllerwille M., Engenmann J. et Reinle A., dans : Lexikon des Mittelalters, 1989, col. 1621-1627 ; Seeliger-Zeiss, 1990 ; Schmidt, 1990 ; Schmidt, 1990, Grabmaltypen ; Panofsky, 1992 ; Cat. Himmel 1994, en particulier Jezler Peter, p. 13-26 ; Kûrner, 1997. Notamment pour l’art funéraire en Alsace, voir le corpus que donne Kraus (Kraus, 1876, 1882, part. 1882, p. 146-149).

6 Voir Schmidt, 1990, p. 19-23.

7 Voir Schmidt, 1990, Grabmaltypen.

8 Voir Schmidt, 1990,1990, p. 51-54.

9 Ce reliquaire, d’ailleurs lié à la Passion du Christ puisqu’il conserve entre autres reliques de saints des fragments de croix, de couronne d’épines etc., s’inspire probablement des tombeaux indépendants à baldaquin. Voir Grimme, 1969, part. p. 33-43 ; Erlande-Brandenburg, 1987, ill. coul. 251, p. 286 et 292 ; Schmidt, 1990, ill. 13.

10 Les reliquaires parvenus jusqu’à nous sont, tout d’abord, pour le xive siècle le reliquaire du saint-Sépulcre du trésor de la cathédrale de Pampelune (provenant d’un atelier parisien, vers 1284-1305) Voir Cat. Philippe le Bel, 1998, cat. no 121, p. 195-197 et la bibliographie donnée plus loin en note ; puis pour le xve siècle la France conserve le reliquaire de l’église de Vieure (Allier) qui présente de façon très simple et sans architecture d’encadrement les trois saintes Femmes derrière le tombeau du Christ (voir Cat. Trésors, 1965, cat. no 459, p. 43, ill. 181) ; enfin pour le xvie siècle, le reliquaire de Villiers-Saint-Sépulcre (Oise) qui intègre au-dessus du tombeau un curieux carreau du Saint-Sépulcre (voir Cat. Trésors, 1965, cat. no 94, p. 252, ill. 182).

11 Voir Ariès, 1977.

12 Ainsi, les gisants de Philippe VI de France († en 1356) ou de Jeanne de Bourbon († en 1378) ont été réalisés d’après des moulages pris sur le visage. Voir Bauch, 1976 p. 249-251.

13 Voir Beyer, 1952, p. 63 ; Schmidt, 1990, p. 53.

14 Voir Gantner, 1956, p. 256-262. En ce qui concerne le monument de La Sarraz, voir Nicolas, 1923 ; Bach, 1952.

15 Voir Beyer, 1952, p. 63.

16 Voir Schatti et Aballéa, 1997, part. l’orientation bibliographique donnée en p. 172.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search