Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Troisième partie. Caractéristiques du Saint Sépulcre monumental à figures permanentes

Premier chapitre. Les commanditaires

Texte intégral

1Reconnaître les liens typologiques et stylistiques tissés entre les œuvres d’un même réseau nous conduit à évoquer les enjeux de nature politique ou religieuse qui ont pu les influencer. Il faut rappeler d’emblée que la zone de répartition du saint sépulcre monumental à figures permanentes, ainsi que son aire d’influence stylistique ne correspondent pas à une entité politique bien définie.

  • 1 Voir la synthèse de Chedeville, Le Goff et Rossiaud, 1980, part. Le Goff Jacques : « L’apogée de l (...)

2La ville épiscopale de Strasbourg était alors en pleine mutation, à l’instar de la société urbaine à la fin du Moyen Âge. Enfermée dans un système oligarchique, elle s’est transformée au cours du xive siècle par une succession de crises et de changements profonds et par la montée en puissance de la bourgeoisie et des corporations de métiers1.

  • 2 À propos de la puissance de l’évêché de Strasbourg et des droits que l’évêque exerçait, voir Dolli (...)
  • 3 Comme les anciennes villes épiscopales de Cologne, Mayence, Worms, Spire, Bâle et Ratisbonne, Stra (...)

3Indépendance progressive à l’égard de l’évêque, alliance avec d’autres villes d’Alsace, puis du Brisgau ou de Suisse permirent à la ville de Strasbourg d’affirmer ses privilèges et de s’émanciper. Depuis 1262, date de la bataille de Hausbergen et de la cuisante défaite de l’évêque et de la noblesse face au Magistrat, l’évêque et la municipalité s’affrontaient ouvertement. Si la seigneurie épiscopale resta très puissante au xive siècle, la ville cependant s’affranchit peu à peu de la domination de l’évêque jusqu’à devenir ville d’Empire (« Reichstadt »), dépendant alors directement de l’Empire2. Enfin, en 1358, l’empereur Charles IV lui concéda le statut de ville libre (« freie Stadt »)3.

4La rivalité entre la ville et l’évêque s’exacerbait jusque dans les grandes crises qui déchirèrent l’Europe chrétienne au xive siècle. Ainsi, dans la lutte qui opposa Louis IV de Bavière à Frédéric de Habsbourg, l’évêque Berthold de Bucheck se rallia au pape, tandis que la municipalité de Strasbourg épousa la cause de Louis. La ville fut finalement frappée d’interdit par le pape avignonnais Jean XXII (1316-1334) en 1324, lors de l’excommunion de Louis de Bavière.

  • 4 À propos de la composition du patriciat et de la bourgeoisie à Strasbourg, voir Dollinger, 1950-19 (...)

5Parallèlement au conflit qui mit aux prises l’évêque et la municipalité, les corporations de métiers participèrent au pouvoir municipal, après plusieurs révoltes violentes. Le soulèvement des corporations en 1332 et les discordes entre les nobles strasbourgeois furent déterminants. Le xive siècle vit donc le renforcement de l’influence de la bourgeoisie « non noble », puis l’accession des corporations de métiers dans l’administration municipale, partagée alors entre l’Ameister, le chef de la ville, et le Conseil, devenue l’assemblée souveraine de la cité4.

  • 5 Ce point est encore discuté, voir Dollinger, Fuchs, Rapp, Lienhard, Recht et Rott, 1981, p. 80-81.
  • 6 Recht, 1993, p. 5.

6Dans le domaine de l’architecture et des arts, le meilleur exemple illustrant la perte, toujours plus grande, du pouvoir de l’évêque est certainement la situation de la cathédrale et de l’Œuvre Notre-Dame, son organisme administratif, que détenait au xive siècle l’autorité municipale, sinon en totalité du moins pour moitié5. L’église même de l’évêque était devenue chose publique et civique, pour reprendre les termes de Recht6.

1. La situation de la commande artistique

7Quelles conséquences cette suite d’événements eut-elle sur la production artistique ? Cette question peut être abordée de deux points de vue : celui des artistes et celui des commanditaires.

  • 7 Voir Dollinger, Fuchs, Rapp, Lienhard, Recht et Rott, 1981, p. 134-135.

8Pour ce qui est des premiers, on ignore presque tout. On connaît, certes, quelques regroupements de corps de métiers pour le xive siècle. À Strasbourg en 1332 par exemple, les peintres sur métal (Schilter), sur bois ou sur tissu (Moler), les verriers (Glaser), les selliers (Sattler), les fabricants d’arcs et d’arbalètes (Schützen), de cuirasses (Harnischer) formaient une corporation7. On n’ignore pas non plus certains conflits entre artistes, comme celui qui fut provoqué par l’adjonction des orfèvres, fort riches, aux peintres, qui perdirent ainsi de leur pouvoir au sein de la corporation. Mais on n’a nulle trace de contrat d’œuvre, du moins en ce qui concerne les saints sépulcres.

  • 8 Voir Wirth, 1997, p. 136, ill. 2 et 3.
  • 9 Voir Louis, 1999.
  • 10 Une recherche dans ce sens, englobant la sculpture sur bois, et, plus généralement une synthèse su (...)

9Les sources qui nous renseignent sur les commanditaires des œuvres d’art sont, en revanche, plus abondantes. Selon les données aujourd’hui disponibles, les nouvelles classes montantes semblent n’avoir investi le domaine des arts qu’assez tardivement, autrement dit, dans le dernier quart du xive siècle. Comme le démontre Jean Wirth, une augmentation des commandes, désormais indépendantes des autels et bien plus diversifiées (peintures murales, tombeaux, statues ou tableaux), émerge nettement des statistiques à partir de 13808. La production de l’art funéraire, qui connut un rapide succès dès le début du xive siècle, suivit d’ailleurs le même mouvement. L’étude récente de Julien Louis consacrée au sculpteur Wölflin de Rouffach montre, avec pertinence, que cet artiste a satisfait aux commandes des grandes familles nobles d’Alsace (les de Werd) ou de la région proche, dans les années 13409. L’art funéraire de Wölflin, comme celui des auteurs restés anonymes, demeura alors directement lié à la haute noblesse. À cette époque, la bourgeoisie n’apparaissait pas encore, semble-t-il, parmi les commanditaires d’œuvres d’art10.

10Dans le monde artistique strasbourgeois du milieu et de la seconde moitié du siècle, le rôle de l’évêque prédomine encore assurément. Ainsi est-ce à Berthold de Bucheck que l’on doit la plus brillante réalisation de cette période, la chapelle Sainte-Catherine.

2. La commande des saints sépulcres monumentaux

11La commande des saints sépulcres monumentaux, liée d’abord au choix d’un grand prélat, Berthold de Bucheck, s’est immédiatement diffusée dans des milieux très divers.

  • 11 À propos de la puissance de l’évêché de Strasbourg, voir Dollinger, 1970, p. 91-95.

12Nommé au puissant évêché de Strasbourg en 1328, Berthold de Bucheck († 1353) fut sans aucun doute un prélat d’envergure exceptionnelle : il intervint à tous les niveaux de la société, y compris au plus haut échelon11. On rappelle qu’il était proche du pape. C’est lui qui le choisit directement, sans tenir compte de l’avis – d’ailleurs réticent – du grand chapitre de la cathédrale strasbourgeoise. Il entretenait aussi des relations personnelles avec l’empereur Charles IV. À l’échelon royal, il prit une part active au conflit entre Louis de Bavière et Frédéric de Habsbourg. Resté Fidèle au pape, il résista longtemps à Louis de Bavière, qui finit par ravager ses terres. Enfin, au niveau de la ville, de vives rivalités l’opposaient à la municipalité, comme il a été dit plus haut. Dans sa propre cathédrale aussi, les décisions de l’évêque provoquaient des discordes, notamment avec les chanoines. Son attitude altière, autoritaire, lui valut de sérieuses animosités et des déboires politiques nombreux (il perdit contre Louis ; emprisonné en 1337 par les chanoines de la cathédrale, il fut libéré contre rançon, sur l’intervention du pape).

13Pour notre part, retenons qu’après avoir obtenu un riche et puissant évêché, Bucheck se comporta en prince, affirmant son haut statut social par la création et la magnificence de sa fondation funéraire. Il faut observer que la construction d’une chapelle funéraire hors-œuvre, d’une telle dimension, n’était pas encore chose courante dans les années 1340. Si, d’une façon générale, des chapelles avaient été édifiées déjà le long de la nef au cours du xiiie siècle, en raison de la multiplication des messes et de la privatisation grandissante de l’espace religieux, il faut néanmoins attendre le xve siècle, pour voir se répandre largement les chapelles hors-œuvre, imposantes et prestigieuses.

14Dans le cas de Bucheck, la qualité artistique et l’originalité de sa chapelle funéraire démontrent l’excellente culture de ce haut personnage à l’ambition européenne. Il s’afficha ainsi parmi les plus grands, au point de susciter l’intérêt de l’empereur Charles IV lors de sa venue à Strasbourg en 1347.

Une large diffusion

  • 12 Les auteurs français ont parfois défini le nouveau saint sépulcre comme alsacien. Cependant, selon (...)

15Le succès du saint sépulcre monumental fut immédiat. À Bâle, autre ville épiscopale du Rhin supérieur, on l’adopta, à peine terminé le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, voire encore en travaux. Simultanément, on en érigea un à Fribourg-en-Brisgau. L’engouement pour ce genre de monument se confirma tout au long de la seconde moitié du xive siècle, aussi bien dans la ville de Strasbourg que dans les régions avoisinantes12.

16On discerne incontestablement un centre et des zones de diffusion : le centre, la ville de Strasbourg, dans laquelle, outre celui de Bucheck, on recense aujourd’hui au minimum cinq saints sépulcres monumentaux (église Saint-Étienne, rue de l’Épine, rue du Vieux-Marché, chapelle de la Toussaint et commanderie de l’Île-verte) ; une importante zone de diffusion qui s’étend à tout le bassin du Rhin supérieur et à la Souabe (Bâle, Haguenau, Niederhaslach, Saverne, Fribourg-en-Brisgau, Neuenburg-am-Rhein, Schwâbisch Gmünd et Maria-Medingen près de Dillingen) ; quelques cas hors de ces frontières, au nord comme à Spire, à Halberstadt ou à Saalfeld (12).

  • 13 Voir Pfleger, 1931, p. 99 ; Beyer, 1977, p. 107-108 et note 5, p. 113 ; Beyer, 1985.
  • 14 ADBR, G 4770/2 : Donation faite par Voltz, fermier de Hettisheim à la prébende sur l’autel Sainte- (...)
  • 15 Il en va ainsi d’un saint sépulcre de l’église Notre-Dame à Rouffach, mentionné en 1363 : « [...] (...)

17Parallèlement aux monuments et fragments conservés, on repère encore quelques mentions de saints sépulcres. Pfleger et Beyer citent deux autres saints sépulcres strasbourgeois pour le xive siècle, l’un à l’église Saint-Pierre-le-Jeune (signalé en 1328) et le second à l’église Saint-Thomas (avant 1361)13. Mais les informations sont trop succinctes pour nous renseigner sur la forme de ces œuvres. Par exemple, le document daté de 1328, concernant une prébende sur l’autel Sainte-Catherine dans l’église Saint-Pierre-le-Jeune, indique uniquement qu’un chandelier est posé à côté du saint sépulcre14. Comme dans la grande majorité des sources scripturaires étudiées, ce seul renseignement ne suffit pas à préciser la nature du saint sépulcre (mobile, permanent ?)15. De plus, au regard de ce genre de documents nombre d’églises possédaient un saint sépulcre au Moyen Âge. De telles mentions n’autorisent donc pas à augmenter la liste précédente.

  • 16 Voir Dollinger, 1981, p 144. Voir aussi à propos de ces différentes familles, Dollinger, 1950-1951 (...)

18À cette large diffusion correspondait une grande variété de commanditaires. Ainsi, à l’exemple de notre évêque, un saint sépulcre s’est construit dans la chapelle funéraire d’un noble strasbourgeois, Henri de Mullenheim. On ne sait cependant qui en fut le commanditaire ; peut-être les héritiers de ce haut personnage, un des meilleurs représentants du patriciat strasbourgeois enrichis par le commerce et les affaires. Dans l’église de la commanderie de Saint-Jean de Jérusalem à l’Île-verte, fondée par Rulman Merswin, d’origine non noble, fut édifié un autre saint sépulcre. Cependant, comme dans le cas d’Henri de Mullenheim, il fut réalisé bien après la fondation de l’église. Il est difficile, en l’état de nos connaissances, de citer les noms des commanditaires de ces deux ouvrages. Il est pourtant vraisemblable que l’un et l’autre soient liés au patriciat strasbourgeois, enrichi par le courant de libéralisme économique avant d’être remplacé par le régime, plus contraignant imposé par les corporations de métiers16.

19Mais les milieux les plus divers ont participé à l’édification de saints sépulcres monumentaux à figures permanentes. En effet, ce type de monuments prit place indifféremment dans des églises conventuelles ou paroissiales, ou dans un oratoire ; dans une très ancienne abbaye (Saint-Étienne à Strasbourg) ou dans une plus récente fondation (commanderie de l’Île-verte). Ce qui frappe, c’est la diversité des édifices dans lesquels on construisit un saint sépulcre monumental. La diffusion fut donc large, sans se restreindre à un milieu particulier, à une classe sociale déterminée (le patriciat puissant et élitaire, par exemple) ou à un ordre religieux. Au contraire, le nouveau type se répandit partout. Dès 1343, il visait à la dévotion populaire : à Bâle, pour gagner des indulgences, les fidèles étaient appelés à visiter l’église Saint-Léonard et son saint sépulcre.

3. Le milieu mystique et la production artistique à Strasbourg

  • 17 Voir Preger, 1874, 1881, 1893 ; Hornstein de, 1922 ; Gumbel, 1931 ; Ancelet-Hustache, 1956 ; Collo (...)

20Il nous reste encore à examiner un point : l’existence au xive siècle d’un mouvement mystique très dynamique, dont le foyer et l’aire de diffusion recoupent en partie ceux des saints sépulcres. Strasbourg fut, sinon le berceau, du moins la capitale de ce qu’on appelle la mystique rhénane17. Ce nouveau sentiment religieux engendra de grands enthousiasmes et constitua très vite un véritable réseau d’hommes et de femmes liés entre eux par le même dessein : la recherche de l’union avec Dieu. Cette mystique s’imprégnait du mystère de la Passion, autrement dit, des souffrances du Christ et de la Vierge. Mais cet engouement spirituel ne se limitait pas à ce mouvement et relevait d’une façon générale de la sensibilité de la fin du Moyen Âge. La recherche de Dieu au plus profond de l’âme humaine, le recueillement et l’abandon qui devaient libérer l’être humain de l’emprise des sens était le but espéré de cet enseignement mystique spéculatif.

  • 18 Voir Recht, 1987, Leyden, p. 11.

21Cette nouvelle forme de spiritualité toucha particulièrement le milieu dominicain. En Alsace, les couvents de moniales de Colmar et de Strasbourg surtout favorisèrent, par l’écoute et la ferveur de leurs religieuses, l’éclosion de ce mouvement. Maître Eckhart (1260-1327 ou 1329) y prêcha longtemps, notamment en 1322. Son disciple Jean Tauler, qui naquit et mourut à Strasbourg (1300-1361), prit l’habit dominicain dans cette ville et dirigea sept couvents de femmes. Ses sermons contribuèrent à diffuser la pensée de son maître. Mentionnons encore Nicolas de Strasbourg et Henri Suso, originaire de Constance, qui prolongèrent l’enseignement de Eckhart et de Tauler. Tous ces hommes ont vraiment marqué leur époque. Il semble que Bucheck, contemporain de Tauler, en était un vif admirateur18.

22La vallée du Rhin surtout s’était enflammée, mais aussi quelques convents situés à l’écart de cet axe, comme celui de Maria-Medingen, d’où Margareta Ebner entretenait une correspondance assidue avec Tauler. Les unissaient les mêmes prières et la même dévotion.

  • 19 Voir Cat. Mystik, 1978, part. p. 40-49 ; Belting, 1990, p. 459-470, ill. 248.

23Ce réseau très serré entre les communautés religieuses de Strasbourg, d’Alsace, de Rhénanie et de Souabe a contribué à la production d’un art doux et centré sur la dévotion ou le sentiment intérieur. La création du groupe sculpté de saint Jean et du Christ, dans lequel le jeune disciple s’abandonne à son maître au moment de la Cène, a été reconnue depuis longtemps comme issue de ce milieu. Des liens très directs peuvent, en effet, relier une vénération particulière au jeune saint Jean et la présence d’un tel groupe dans une communauté religieuse. Ainsi, à Sankt-Katharinenthal près de Dissenhofen en Thurgovie, dans le couvent des dominicaines19.

  • 20 À propos du style de ce manuscrit, de la question de son auteur et de la problématique autour du p (...)
  • 21 Voir Recht, 1980, p. 110, ill. p. 110 et 111.

24À Strasbourg, en revanche, il est difficile au vu des œuvres conservées de définir un style, voire un groupe d’œuvres, dépendant directement de cet essor mystique. Personne d’ailleurs ne s’y est essayé. Copié directement de l’autobiographie originale de Suso, le manuscrit de la Vita de Suso, conservé à la Bibliothèque universitaire de Strasbourg, pourrait passer pour un exemple représentatif20. Mais l’analyse n’en est pas aisée. Il pose, en effet, le délicat problème de l’interprétation de l’image qui accompagne un texte mystique nettement désinvesti au niveau esthétique. La valeur de l’illustration réside ici dans la fonction d’édification, comme l’a précisé Recht21. Par ailleurs, le style des peintures provient d’un atelier qui eut des commandes d’un ordre bien différent, comme probablement le dessin du beffroi de la cathédrale.

25Qu’en est-il des rapports entre le mouvement mystique et les saints sépulcres ? Certes, on ne peut pas nier l’existence de liens entre certains commanditaires et le milieu mystique. On sait, par exemple, que Merswin était en contact étroit avec Tauler. Mais, les saints sépulcres monumentaux étaient pratiquement absents des hauts-lieux de la mystique rhénane, autrement dit, des couvents dominicains, ce qui ne serait pas assurément le cas s’ils avaient contribué à en créer le type.

26Tout au plus, peut-on observer une certaine diffusion par le biais des mystiques : le seul témoin repéré est le saint sépulcre monumental du couvent de dominicaines, dirigé par Margareta Ebner à Maria-Medingen. On a soutenu l’hypothèse, selon laquelle un intérêt religieux particulier aurait incité Margareta Ebner à posséder une telle œuvre dans l’église de son couvent, éloigné géographiquement de la vallée du Rhin mais proche spirituellement des mystiques de Strasbourg. Le réseau étroit qui liait les mystiques rhénans entre eux ne pouvait être étranger à une telle commande.

27Si l’influence de la mystique ne fut pas directe, il n’en demeure pas moins fort probable que l’iconographie des saints sépulcres monumentaux participe d’un esprit proche de la spiritualité mystique. Le thème même du Christ gisant entouré des saintes Femmes silencieuses correspond à l’expression d’une intériorité profonde, enseignée et encouragée par des mystiques tels que Eckhart et Tauler. Les saintes Femmes se montrent recueillies, ayant perdu leur premier rôle actif de dialogue avec l’ange. Somme toute si l’ambiance de cette scène, comme de tant d’œuvres de la fin de Moyen Âge, s’inscrit tout à fait dans cette mystique tant spéculative qu’affective, c’est uniquement d’une manière générale, sans que l’on puisse établir de lien plus étroit.

Notes

1 Voir la synthèse de Chedeville, Le Goff et Rossiaud, 1980, part. Le Goff Jacques : « L’apogée de la France urbaine médiévale », p. 189-405 et Rossiaud Jacques : « Crises et consolidations », p. 405-613. À propos de Strasbourg à la fin du Moyen Âge, voir Dollinger, 1972 ; Dollinger, Fuchs, Rapp, Lienhard, Recht et Rott, 1981 ; Recht, 1987, p. 25-61.

2 À propos de la puissance de l’évêché de Strasbourg et des droits que l’évêque exerçait, voir Dollinger, 1970, p. 91-95, 134.

3 Comme les anciennes villes épiscopales de Cologne, Mayence, Worms, Spire, Bâle et Ratisbonne, Strasbourg bénéficia dès lors de privilèges particuliers, notamment de franchises exceptionnelles, de l’exemption de l’impôt régulier et de l’aide militaire au roi, voir Dollinger, Fuchs, Rapp, Lienhard, Recht et Rott, 1981, p. 99-176, part. p. 108 ; voir aussi Dollinger, 1970, p. 85-132 et 133-170, ainsi que la bibliographie générale p. 169-170 ; Dollinger, 1972.

4 À propos de la composition du patriciat et de la bourgeoisie à Strasbourg, voir Dollinger, 1950-1951.

5 Ce point est encore discuté, voir Dollinger, Fuchs, Rapp, Lienhard, Recht et Rott, 1981, p. 80-81.

6 Recht, 1993, p. 5.

7 Voir Dollinger, Fuchs, Rapp, Lienhard, Recht et Rott, 1981, p. 134-135.

8 Voir Wirth, 1997, p. 136, ill. 2 et 3.

9 Voir Louis, 1999.

10 Une recherche dans ce sens, englobant la sculpture sur bois, et, plus généralement une synthèse sur la sculpture au xive siècle en Alsace fait toujours défaut.

11 À propos de la puissance de l’évêché de Strasbourg, voir Dollinger, 1970, p. 91-95.

12 Les auteurs français ont parfois défini le nouveau saint sépulcre comme alsacien. Cependant, selon l’emplacement des monuments conservés, on reconnaît une aire de diffusion plus large qui regroupe non seulement l’Alsace mais aussi tout le bassin du Rhin supérieur et le plateau de la Souabe. Voir Beyer, 1985 ; Haug, 1948, p. 139-140.

13 Voir Pfleger, 1931, p. 99 ; Beyer, 1977, p. 107-108 et note 5, p. 113 ; Beyer, 1985.

14 ADBR, G 4770/2 : Donation faite par Voltz, fermier de Hettisheim à la prébende sur l’autel Sainte-Catherine dans l’église Saint-Pierre-le-Jeune antérieurement fondée par lui. Dispositions prises à ce sujet et conditions attachées au don, 2e calende d’août 1328. « [...] ha quod quilibetprepositus ejusdem ecclesie de eisdem bonis et redditibus procuret annuadim unam candelam de una libra cire meliorisfactam iuxta sanctum sepulcrum domini in ipsa ecclesia poni incendi et arderi aferia sexta ante festem pasce postquam hostia sacrum ibidem repositafiterit usque ad diem eiusdem festi qua eadem hostia inde tolletur residuo ipsius candele iuxta eiusdem domini prepositi arbitrium in animarum nostrarum remedium convertendo. »

15 Il en va ainsi d’un saint sépulcre de l’église Notre-Dame à Rouffach, mentionné en 1363 : « [...] der selbe Henin undsin erben sollent ferlichen geben einphündig kerzen in unser frowen Gotzhus zu Rufach, die da brenne bi dem Heiligen Grabe die drie tag, als man unsern Herren in daz grab leit. » (Graf, 1964, p. 166) Ou encore à Molsheim cité dans un texte daté de 1343 : « Nos decanus custos et alii capellani hospitalis sancte Marie in Mollesheim Argentinensis dyocesis notum facimus universis quod nos [...] dedimus [...] reliquas sancte Barbara virginis, reliquas de sepulcro domini [...] » (Barth, 1934, Reliquien, p. 132 s.)

16 Voir Dollinger, 1981, p 144. Voir aussi à propos de ces différentes familles, Dollinger, 1950-1951, p. 61-62, 68.

17 Voir Preger, 1874, 1881, 1893 ; Hornstein de, 1922 ; Gumbel, 1931 ; Ancelet-Hustache, 1956 ; Colloque « La mystique rhénane », 1963 ; Rapp, 1985 ; Vavra, 1985.

18 Voir Recht, 1987, Leyden, p. 11.

19 Voir Cat. Mystik, 1978, part. p. 40-49 ; Belting, 1990, p. 459-470, ill. 248.

20 À propos du style de ce manuscrit, de la question de son auteur et de la problématique autour du peintre Nicolas Wurmser, voir Recht, 1980, p. 109-117, part. ill. p. 111 ; Hamburger, 1989 ; Hamburger, 1992 ; Hamburger, 1997, p. 64-66, 178-181.

21 Voir Recht, 1980, p. 110, ill. p. 110 et 111.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search