Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Deuxième partie. Synthèse stylistique. Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la souabe

Dixième chapitre. Mouvements stylistiques en Alsace durant la seconde moitié du xive siècle

Texte intégral

1Outre celui de la cathédrale, Strasbourg conserve encore deux magnifiques saints sépulcres, qui attestent mieux que d’autres œuvres un mouvement stylistique important de la région, mais dont aucun historien n’a fait état jusqu’à présent.

1. Le style du saint sépulcre de l’oratoire de la Toussaint

2Dans le saint sépulcre de la Toussaint, le Christ se caractérise par un physique puissant et tout en volume (101). Le corps, robuste et fort, s’articule selon une morphologie précise et clairement modelée : un tronc large, solide et athlétique, des côtes, un sternum et des clavicules minutieusement marqués, des cuisses musclées. Le drapé du perizonium s’enroule autour de chaque cuisse suivant un mouvement souple, en de nombreux plis presque horizontaux, creusés et formant quelques becs très mous. La chevelure est exubérante : très fournie et doucement ondulée en grandes mèches régulières, elle s’étale largement et de façon étonnante sur le coussin.

3Ces caractéristiques stylistiques se repèrent dans les fragments des statues des saintes Femmes (99 à 101). Les corps sont larges, le cou d’une sainte est charnu, les épaules épaisses. Les corps sont entièrement enveloppés dans des draperies volumineuses, lourdes et souples, qui peuvent être libres et mouvementées pour les manteaux ou bien ajustées en de nombreux plis sur le buste et serrées par une ceinture haute pour les robes. Ces plissés confèrent aux volumes déjà bien marqués une richesse décorative supplémentaire. La chevelure abondante et libre de la sainte, identifiée comme Marie-Madeleine, participe du même effet. Ainsi ces divers fragments, assurément contemporains, forment stylistiquement une unité incontestable.

4Ce saint sépulcre se distingue des saints sépulcres alsaciens traités jusqu’à présent. De toute évidence, il leur est postérieur. En effet, parmi les Christ de même type, ceux de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg ou, plus tardivement, de Niederhaslach ont un corps uni et bien plus rond. À la chapelle de la Toussaint, les volumes sont modelés selon une anatomie musclée. De même, les saintes Femmes sont difficilement comparables aux statues féminines déjà étudiées : celles de Haguenau, raides dans leur attitude, sont vêtues sobrement d’étoffes lourdes qui tombent en quelques plis épais, sans effet de volume particulier ; quant aux statues de Niederhaslach, ce sont certainement les statues les plus proches dans le temps de celles qui nous intéressent, surtout au point de vue des corps – bien présents sous les drapés – ; cependant, leurs vêtements n’ont pas cette ampleur luxueuse, caractéristique des statues de la chapelle de la Toussaint. Ces saintes Femmes ont une grande présence corporelle et une force certaine qui est traduite dans un langage souple, peu tendu et généreux en volumes.

  • 1 Voir Beyer, 1955, no 43-49 p. 70, ill. Pl. XXIV b, XXV a-b, XXVI d.
  • 2 Voir Beyer, 1955, cat. no 47 et 48 p. 70, ill. Pl. XXV a-b.
  • 3 Beyer apporte encore quelques éléments supplémentaires de comparaison, comme une tête sculptée d’o (...)

5Beyer et Recht s’accordent pour situer les sculptures du saint sépulcre de la Toussaint après celles de la galerie dite de l’Ascension de la façade de la cathédrale, datant des années 1365 et 1370, dont seuls quelques vestiges – des éléments d’architecture figurés ou décoratifs – sont parvenus jusqu’à nous1. Le traitement des corps et des drapés des statues en fait assurément des œuvres plus modernes que celles de la galerie, en particulier celles de deux figures d’écoinçons2. D’ailleurs sur le projet dessiné pour cette galerie (1360-1365), les statues des apôtres sont élancées et fines, le buste et les bras serrés dans des draperies étriquant les mouvements. Les statues du saint sépulcre des Mullenheim appartiennent donc à une tendance stylistique nettement postérieure à celle du dessin et des sculptures subsistantes de la galerie. Mais, vu les rares vestiges conservés de la production artistique strasbourgeoise, il serait hasardeux de proposer une comparaison parlante3.

6Ainsi la présence physique très marquée des corps, les vêtements amples et somptueux, au plissé souple, les chevelures débordantes et voluptueuses, les coiffes richement décoratives procurent aux figures généreuses du saint sépulcre une majesté certaine, contrairement aux figures strasbourgeoises remontant au troisième quart du xive siècle à l’apparence plus retenue.

  • 4 Voir Beyer, 1955, p. 37.

7Beyer pense que les statues du saint sépulcre, qu’il date de 1370-1380, reprennent l’effet sculptural puissant que les Vierges sages de l’église de la Sainte-Croix à Schwäbisch Gmünd ont inauguré4. Si les figures de la Toussaint ont une présence corporelle marquée, elles ne reprennent pas le style expressif des statues parlériennes. Les corps robustes qui transparaissent sous les étoffes représentent d’ailleurs un trait stylistique général, apprécié de plus en plus dès le milieu du siècle. De ce fait, ils ne sont pas à mettre en relation avec ceux des sculptures de Gmünd, beaucoup plus expressives.

  • 5 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 163, ill. 260.
  • 6 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 164, ill. 273.
  • 7 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 165, ill. 323.
  • 8 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 166, ill. 332 et surtout 334.

8En l’absence des sculptures strasbourgeoises de la galerie de l’Ascension et du Jugement Dernier de la cathédrale – et avec elles de précieuses possibilités de confrontation –, la riche statuaire de l’église Saint-Thiébaut de Thann demeure un témoin exemplaire de la production artistique de la région pour la période s’étalant de la seconde moitié du xive au début du xvisiècle. Dans ce vaste programme sculpté se sont succédées ou côtoyées plusieurs tendances stylistiques : entre 1360 et 1380, les corps des figures sont très présents sous les drapés qui sont souples et lourds simultanément – on pense à la Vierge à l’Enfant du portail ouest5 ; puis, entre 1380 et 1400, les corps disparaissent dans des draperies animées de plissés sinueux, souvent plaqués, et toujours décoratifs, comme dans la scène de la Pâmoison de la Vierge du même portail6 ; vers 1400, certaines statues perdent cet effet graphique et retrouvent du relief, auquel s’ajoute la douceur caractéristique de ces années – par exemple dans la Vierge à l’Enfant de la façade ouest7 – et parallèlement d’autres figures retrouvent une forme de corpulence tout en volume, comme deux statues représentant les rois mages dans le chœur, en particulier celui qui se tient droit8. Cet ensemble ne fournit pas non plus de points de comparaison qui permettent de préciser la date d’exécution du saint sépulcre de la Toussaint. L’aspect décoratif de ses figures est à nos yeux une composante essentielle de leur style. À notre connaissance, aucune œuvre de la production alsacienne de la seconde moitié du xive siècle ne lie de façon aussi affirmée puissance des volumes et richesse ornementale.

2. Le style du saint sépulcre de la commanderie de Saint-Jean

  • 9 BNUS, Ms. 2929. Voir à son propos : Recht, 1980, part. ill. p. 111.

9La Vita de Suso, conservée actuellement à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, a appartenu dès sa réalisation à la commanderie de l’Île verte9. Ce manuscrit, relatant la vie du célèbre mystique dominicain de Constance († 1366), a été enluminé vers 1360-1370. Il atteste l’intérêt des Johannites pour les dernières nouveautés en matière artistique, car les illustrations du texte présentent des éléments particuliers au style parlérien. Pour notre propos, ces enluminures sont instructives, puisqu’elles montrent de grandes divergences stylistiques avec les fragments de sculpture retrouvés. D’une façon générale, les figures du manuscrit sont exagérément élancées, les bustes étroits, les drapés souples et sans ampleur. Plus précisément, dans la figure de la Vierge à l’Enfant le détail du manteau enveloppant et serrant de très près le bras prouve, en plus des caractéristiques générales, la nette antériorité du manuscrit par rapport à ce saint sépulcre.

  • 10 Voir Beyer, 1977, p. 111-113.

10Tous les éléments caractérisant le style des statues du saint sépulcre (102 à 107) – volumétrie monumentale, présence physique des corps, mouvements des draperies, opposition entre ajustement et ampleur des vêtements – sont propres à l’art de la fin du xive siècle. Beyer a fait une description détaillée du style qui reste convaincante, puisque ses conclusions l’ont amené à une date qui correspond à ce que les textes nous apprennent10. On ne mentionnera donc que les éléments qui nous semblent particulièrement déterminants ou ceux sur lesquels il a peu insisté.

11D’une façon générale, la syntaxe des plis de ces statues est variée : on les voit tantôt arrondis et souples sur le ventre, tantôt formant de larges becs, tantôt se regroupant en épaisse cascade à l’effet décoratif, mais ils restent toujours très en relief. Dans ces plissés s’opèrent des jeux d’opposition délicats. Par exemple, les plis verticaux droits et serrés de la robe de Marie-Madeleine sont ajustés sur le buste et, à ce plissé vertical ramassé, s’opposent les plis horizontaux du manteau très enveloppant – larges, anguleux, rigides et profonds. Comme la Marie-Madeleine de la chapelle de la Toussaint, la sainte de l’Île-verte présente une richesse vestimentaire et une chevelure luxuriante et abondante, avec son voile festonné (encore reconnaissable sur le côté), sa robe serrée sous la poitrine par une ceinture nouée et son ample manteau. Cependant, le volume des corps et des étoffes, le jeu entre le drapé de la robe et celui du manteau indiquent clairement que la statue de l’île-verte est postérieure.

  • 11 Voir Fischel, 1950, p. 160, ill. et p. 165, ill. 5-6.

12La typologie des visages appartient aussi une période tardive. La sainte Femme à la guimpe a un visage tout en hauteur, le front bombé, les tempes légèrement resserrées, les yeux creusés et l’arcade sourcilière haute. Néanmoins, cette typologie précède de peu celle que l’on voit dans les œuvres appartenant au mouvement international largement répandu à partir de la fin du xive siècle. En effet, si on relève la même douceur générale des traits, les joues lisses et peu saillantes, le large front doucement bombé et les yeux allongés fortement en amande, on n’y trouve pas encore, cependant, le resserrement du bas du visage, la longueur prononcée du nez et le tracé oblique des sourcils, voire des yeux, qui s’abaisse vers l’extérieur du visage. Ces éléments caractérisent très souvent les figures du gothique international, en particulier dans les régions du haut et du moyen Rhin ainsi qu’en Souabe. On pense notamment à la scène de la Crucifixion, conservée au Musée Unterlinden de Colmar et datant de 1400 environ11. Quant à l’autre fragment, celui de la Vierge présumée, il est très expressif. Le visage marqué par la douleur – les sourcils froncés, les yeux baissés et les lèvres légèrement contractées–, la statue de l’Île-verte reste également étranger au style de la Vierge de la peinture de Colmar qui garde un visage uni et lisse malgré la douleur.

  • 12 Parmi les statues les plus connues de ce mouvement dans la région, on retiendra, outre un nombre i (...)

13Les différences entre cette peinture et les fragments de sculpture de la commanderie sont évidentes : différences des typologies des visages, certes, mais aussi différences dans le traitement des corps ou encore dans celui des draperies ; dans la Crucifixion, en effet, les corps disparaissent sous les étoffes et les draperies sont particulièrement souples et ondoyantes, leur plissé devenant très décoratif. D’une manière générale, ces divergences s’observent d’ailleurs chaque fois que l’on compare les fragments de l’Île-verte aux œuvres de la région qui remontent aux première et deuxième décennies du xve siècle et qui ont adopté du gothique international les silhouettes fluides et précieuses, drapées d’étoffes au plissé sinueux12.

  • 13 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 165, ill. 323.
  • 14 Voir Inventaire. Canton de Guebwiller, 1972, p. 88, ill. 627.

14Si le style « adouci » culmine dans ces deux décennies en Alsace, l’inclination à une douceur qui s’étend à l’ensemble de la figure se fait déjà nettement sentir à la fin du xive siècle. On en veut pour preuve les statues de saint Paul provenant de Kleinfrankenheim, conservée au Musée de l’OND (vers 1390, 150), de la Vierge à l’Enfant de la façade occidentale de l’église Saint-Thiébaut de Thann (vers 1400)13 ou encore de la très singulière Vierge à l’Enfant provenant de Guebwiller (vers 1400) et aujourd’hui conservée au Musée historique de Mulhouse14, dans lesquelles s’affirment une belle rondeur dans les plissés et une mollesse générale. Ces figures se situent à notre avis dans une étape intermédiaire, qui précède de peu le véritable gothique international. Comparées à ces trois exemples, les statues de la commanderie jouissent d’une certaine vigueur volumétrique – dans les corps comme dans les drapés – qui trahit un fort ancrage dans l’art de la seconde moitié du xive siècle et ne reflètent pas encore la nouvelle tendance.

15Pour bien situer les vestiges de l’Île-verte, il convient de les rapprocher d’œuvres clairement marquées par les mêmes fermeté, puissance et énergie. Les rois mages du chœur de l’église de Thann rappellent quelques caractéristiques des figures du saint sépulcre : des corps et des volumes nettement affirmés, des draperies souples sur le devant du corps, qui parfois sont agrémentées de cascades de plis obliques à l’effet plus décoratif. Sans correspondre véritablement à ces figures, les statues du saint sépulcre reflètent une étape stylistique proche. Ce qui frappe, lorsque l’on établit de telles comparaisons, c’est surtout la qualité supérieure de la sculpture de l’île-verte et le luxe qui s’en dégage.

16Aussi le style des statues de l’Île-verte est comparable à celui de quelques autres sculptures, exécutées également vers 1400 et témoignant d’une autre tendance que la nouvelle, « adoucie » de ce style international. Ainsi la fin du xive siècle se révèle fort riche au point de vue stylistique, plusieurs mouvements se côtoyant un temps avant que certains ne s’imposent. Tous les artistes de la région ne s’étaient donc pas encore ralliés au mouvement international.

Deux œuvres majeures

17Même si, en raison de l’aspect fragmentaire de la production artistique alsacienne de la seconde moitié du xive siècle, on n’en a qu’une vision partielle, on considère ces deux saints sépulcres de grande qualité comme des pièces majeures. Autant dire qu’elles sont de la main d’artistes fort habiles, pourvus d’une solide renommée, et non de maladroits imitateurs d’autrui comme le sculpteur du saint sépulcre de Haguenau. S’agissait-il de sculpteurs formés en Alsace, dans la ville épiscopale notamment, ou dans une autre région ?

3. Essai de synthèse : tendances stylistiques majeures en Alsace

18Il nous semble que l’on n’a pas assez mis en évidence jusqu’à présent combien la seconde partie du siècle a été animée par plusieurs mouvements stylistiques à Strasbourg, en particulier, mais aussi dans toute l’Alsace, à l’instar de notre vaste région. Le chantier de l’église Saint-Thiébaut de Thann et ses nombreux groupes de statues n’en fournit-il pas une preuve évidente ? Des tendances différentes, parfois divergentes, ne s’excluent pas.

19Des statues comme celles du saint sépulcre de Niederhaslach ou de celui de la chapelle des Mullenheim possèdent un style particulier privilégiant le volume.

20Avec le saint sépulcre de la commanderie de Saint-Jean, on constate que ce mouvement se continue encore à la fin du siècle, avant d’être supplanté par le gothique international. Un autre exemple intéressant est fourni par la statue d’un saint Paul provenant de Kleinfrankenheim et datée vers 1390. Cette sculpture présente encore ces caractéristiques, bien qu’elle soit déjà inscrite dans le grand mouvement international des années 1400 : la chevelure reste très sculpturale et très décorative avec ses grosses boucles volumineuses qui s’enroulent sur elles-mêmes (150).

21Ce style tout en force et en plasticité ne s’apparente ni à la rigueur graphique des statues de la chapelle Sainte-Catherine, ni à la nouvelle expressivité des œuvres réalisées sous l’influence parlérienne, ni à la douceur fluide des figures du gothique international. Il convient donc de considérer ce style puissant comme une importante et intéressante alternative aux autres mouvements stylistiques alsaciens, analysés dans le détail par nombre d’historiens. Rappelons que les sculptures telles que la Vierge à l’Enfant de la façade de l’église de Rosenwiller et deux statues des rois mages de l’église de Thann en constituent aussi de bons exemples.

22Ce mouvement qui semble être le fait de quelques œuvres de grande qualité se caractérise non seulement par une vigueur puissante, mais aussi par un aspect décoratif soutenu. Cette spécificité (effet décoratif allié à une grande force donnée au volume) nous paraît être une importante caractéristique de la production strasbourgeoise et alsacienne de la seconde moitié du siècle, même si on constate parallèlement des tendances plus douces ou plus souples dans certaines statues, mais de moindre qualité. Tendance « maniériste », puis goût prononcé pour un effet décoratif et une puissance plastique se sont ainsi succédés.

Notes

1 Voir Beyer, 1955, no 43-49 p. 70, ill. Pl. XXIV b, XXV a-b, XXVI d.

2 Voir Beyer, 1955, cat. no 47 et 48 p. 70, ill. Pl. XXV a-b.

3 Beyer apporte encore quelques éléments supplémentaires de comparaison, comme une tête sculptée d’origine strasbourgeoise, mais ces comparaisons restent incertaines au regard des fragments conservés, en particulier en l’absence de fragments de même type (Beyer, 1955, p. 37-38).

4 Voir Beyer, 1955, p. 37.

5 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 163, ill. 260.

6 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 164, ill. 273.

7 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 165, ill. 323.

8 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 166, ill. 332 et surtout 334.

9 BNUS, Ms. 2929. Voir à son propos : Recht, 1980, part. ill. p. 111.

10 Voir Beyer, 1977, p. 111-113.

11 Voir Fischel, 1950, p. 160, ill. et p. 165, ill. 5-6.

12 Parmi les statues les plus connues de ce mouvement dans la région, on retiendra, outre un nombre important de Vierge de Pitié, la Vierge assise de l’église Saints-Pierre-et-Paul à Neuwiller-lès-Saverne, vers 1420 (voir Cahiers d’archéologie et d’histoire d’Alsace, 4, 1922-1926, p. 348, ill. 206), celle se trouvant dans l’actuelle basilique de Marienthal près de Haguenau, vers 1420 (voir : Images du patrimoine. Canton de Haguenau. Bas-Rhin, Obernai, 1989), celle de la chapelle Notre-Dame du Grasweg à Huttenheim, vers 1420 (voir : Images du patrimoine. Canton de Benfeld. Bas-Rhin, Obernai, 1986, p. 23) ou encore la Vierge à l’Enfant de l’église de Saverne, début xve siècle, qui toutes sont marquées, en plus des caractéristiques décrites plus haut, par de forts hanchements et des draperies larges puis resserrées dans le bas.

13 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 165, ill. 323.

14 Voir Inventaire. Canton de Guebwiller, 1972, p. 88, ill. 627.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search