Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Deuxième partie. Synthèse stylistique. Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la souabe

Neuvième chapitre. Le cours des influences

Texte intégral

1Si globalement le mouvement de la sculpture de la seconde moitié du siècle s’oriente selon l’avis général vers une plus grande sécheresse et une certaine rigidité, la production artistique de cette période se montre certainement plus complexe que cette seule tendance. Pour le petit réseau d’œuvres de Strasbourg, de Fribourg-en-Brisgau, de Kaisheim, de Schwäbisch Gmünd, de Maria-Medingen ou de Halberstadt on ne connaît pas, il est vrai, de chronologie très précise, pourtant une évolution stylistique se dessine nettement. Le mouvement s’est dirigé vers un aspect toujours plus maniéré, précieux, affecté.

  • 1 Voir Schmitt, 1919, p. 14.

2Des liens entre la statuaire de la chapelle Sainte-Catherine et la Vierge de Kaisheim ou les statues du saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau se perçoivent clairement. Cependant une douceur plus appuyée – d’aucuns disent l’amollissement – envahit la sculpture de Fribourg-en-Brisgau. Nous sentons même une certaine préciosité dans les manières calmes des anges, voire de la sainte, comme dans les ports de tête. Les longs corps à peine sinueux, et pourtant très souples, qui se terminent par des têtes élégamment inclinées et des regards précis et puissants, ou encore les plissés pareillement souples, tous ces éléments concourent à cette impression de douceur un peu maniérée. Par ailleurs, les plis fins sont en plus grande abondance. Le drapé est dépourvu de rares plis sculpturaux, qui dans les statues strasbourgeoises contrebalancent l’aspect graphique selon un savant équilibre. La douceur touche donc aussi ce plissé. Cela se voit nettement dans la sainte Femme, dont le mouvement du bras est interprété sans tension et avec délicatesse. Bref, tension ou souplesse à Strasbourg devient ici douceur, teintée de préciosité. On rejoint, d’une certaine manière, les anciennes conclusions de Schmitt et celles de Beenken, pour lesquels les statues fribourgeoises, inspirées du monument strasbourgeois, sont empreintes de plus de sentimentalité, suivant une perception que Schmitt qualifie d’« allemande »1.

3Quant au style homogène du saint sépulcre de Schwäbisch Gmünd et à celui de monument de Maria-Medingen, reprenant l’un et l’autre certains motifs du monument fribourgeois, ils se sont aussi adoucis au bénéfice d’une plus grande liberté.

  • 2 Voir Kunze, 1925, p. 20-21 ; Schwarzweber, 1940.

4En revanche, le saint sépulcre de l’église de Halberstadt (vers 1360, 149), en Basse-Saxe, montre une étape postérieure de ce style2. Le plissé fin et collé n’est plus qu’un souvenir. Ce qui prédomine, c’est l’aspect maniéré des poses nettement déhanchées, le sourire affecté de l’ange. La douceur légèrement précieuse était encore retenue à Fribourg-en-Brisgau. Elle est devenue afféterie à Halberstadt.

  • 3 Voir Recht, 1974, p. 232.

5Tout bien considéré, le cours des influences stylistiques nous paraît clair : il n’a pu partir que de Strasbourg pour aller en direction de l’est. D’ailleurs les masques humains feuillus de la chapelle Sainte-Catherine se retrouvent plus tard dans l’église de Schwäbisch Gmünd, ce qui atteste ce mouvement3. Cette constatation laisse penser que la statuaire de la chapelle Sainte-Catherine ne peut être qu’antérieure aux sculptures de Fribourg-en-Brisgau. Il en va de même pour le saint sépulcre, certainement contemporain des statues des piliers.

Notes

1 Voir Schmitt, 1919, p. 14.

2 Voir Kunze, 1925, p. 20-21 ; Schwarzweber, 1940.

3 Voir Recht, 1974, p. 232.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search