Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Deuxième partie. Synthèse stylistique. Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la souabe

Huitième chapitre. Le saint sépulcre de Maria-Medingen

Texte intégral

1Le style du Christ de Maria-Medingen (93) renonce aussi à l’aspect rigide et artificiel du monument fribourgeois. Si, comme on l’a vu dans la première partie, ce Christ partage la même typologie que le Christ gisant fribourgeois, des différences d’ordre stylistique les éloignent cependant. Outre l’aspect moins dramatique que l’on a déjà souligné, la douceur générale de ce Christ nous frappe en comparaison du Christ mort de Fribourg-en-Brisgau. Par exemple, dans le haut du corps, le mouvement du linceul est certes très proche de celui du Christ fribourgeois (petits plis sur le haut de la tête, longs plis autour des deux bras), mais le plissé est traité de façon plus souple, plus fluide. À Fribourg-en-Brisgau, ces plis sont raides dans leur tracé et leurs arrêtes vives. La différence est encore plus manifeste si on considère le bas de la statue. À Fribourg-en-Brisgau, le linceul était maintenu à l’origine par deux petits anges. Ce motif fut l’occasion de tendre fortement l’étoffe, ainsi hachurée de plis longs et fins à l’aspect artificiel. La direction de ces plis s’oppose nettement à celle des plis droits en dessous. À l’inverse, à Medingen le plissé du linceul suit de très près le mouvement du corps et se poursuit à travers les étoffes sans changement de direction. Plus amples, plus mous, ces plis n’ont pas l’aspect métallique caractéristique des drapés fribourgeois et confèrent une certaine douceur à toute la figure.

  • 1 « Seltsam lebendig wirkt die Gestalt des Mödinger Toten. (...) Ganz monumental und heroisch streng (...)
  • 2 Voir Noack, 1960 et Noack, 1960, Kunstchronik. Voir aussi aux archives municipales de Fribourg-en- (...)
  • 3 Récemment, la statuaire de Rottweil est datée par Robert Suckale entre 1340 et 1350, voir Suckale,(...)
  • 4 Voir Schwarzweber, 1940, p. 26.

2Ces différences n’ont pas été interprétées de la même façon par les historiens qui les ont décrites. Beenken souligne l’apparence presque « vivante » du Christ de Medingen et en conclut que celui-ci précède le sépulcre de Fribourg-en-Brisgau et le date de 13001. Noack, qui fait remonter ce Christ au dernier quart du χιiie siècle, émet l’hypothèse d’un modèle commun aux deux statues, modèle qu’il situe dans le cercle artistique du maître de l’Ecclesia de la cathédrale de Strasbourg et qu’il date de 1230 à 12402. Si on en croit Beenken et Noack, la statue de Medingen serait donc le vestige le plus ancien d’un saint sépulcre monumental en pierre. La datation – vers la fin du χιιie siècle – a d’ailleurs été retenue de façon générale. Seule Schwarzweber inverse le rapport en situant le Christ de Medingen entre les statues placées sur la clôture ajourée du saint sépulcre fribourgeois et les statues postérieures des apôtres de la tour-chapelle de Rottweil3. Elle date le monument de Medingen dans les années 1330-13404.

3Faut-il voir dans ces particularités stylistiques une réalisation plus ancienne remontant à 1300 environ, comme l’ont affirmé notamment Beenken et Noack ? Certainement non. Comme Schwarzweber, nous pensons que la statue de Medingen, réalisée dans un style plus moderne, est postérieure à celle de Fribourgen-Brisgau. Cependant, les caractéristiques stylistiques relevées plus haut ne la situent pas à notre avis entre les statues placées sur la clôture ajourée à Fribourgen-Brisgau et des statues plus tardives, comme les apôtres provenant de Rottweil, où le drapé atteint une mollesse extrême.

Comparaisons

  • 5 Voir Futterer, 1930, p. 177-178, ill. 104, 105, 106.

4Aucune sculpture parmi celles qui sont parvenues jusqu’à nous ne semble vraiment parente de ce Christ. Par exemple, les statues en bois du Christ gisant qui faisaient partie de saints sépulcres et qui présentent une même typologie ne s’en rapprochent pas au point de vue stylistique ; on pense notamment aux œuvres conservées en Suisse, comme celles du Bürgenstock (1er quart xive siècle), de la Maigrauge (vers 1345-1360) ou encore de Arth (seconde moitié xive siècle)5. On remarque leurs plissés raides, anguleux et parfois schématiques. Malgré l’existence de ces jalons bien échelonnés dans le temps, ces Christ ne nous aident guère à préciser la datation de celui de Medingen.

  • 6 On lit sur le tombeau l’inscription suivante : « + HIC. LACET. ECCE. ROSA. QUONDAM. NIMIU. SPECIOS (...)
  • 7 La question de savoir si Wölflin de Rouffach a réalisé ces tombeaux reste toujours ouverte, voir B (...)

5C’est plus l’esprit qui anime la sculpture de Medingen qu’une comparaison précise qui nous permet de la dater vers le milieu du siècle. En effet, la douceur généralisée qui y est déjà perceptible, rehaussée d’une certaine sérénité, fait penser à quelques tombeaux, comme celui d’Irmgard von Württemberg († 1329) dans l’église Saint-Maurice à Rottenburg-Ehingen (96)6. Ce tombeau a dû être réalisé dans les années 1340-1350, en même temps que celui du mari d’Irmgard, Rudolf I. von Hohenberg (t 1336, 95), peut-être par l’artiste haut-rhénan Wölflin de Rouffach7. On ne perd pas de vue que dans ses détails la statue d’Irmgard est d’un style différent : elle affiche une fluidité quelque peu maniérée et un goût marqué pour les plis plats dessinant des méandres. L’effet du plissé a d’ailleurs été poussé à l’extrême dans le tombeau contemporain d’Irmgard von Baden à l’église de Lichtental près de Baden-Baden – œuvre qui, elle, a été assurément exécutée par Wölflin entre 1341 et 1344. Il serait donc excessif de rapprocher trop la statue du Christ de Medingen de celle du gisant d’Irmgard von Württemberg. Mais si cette dernière présente un plissé différent et plus ondulant, elle n’en reste pas moins proche de celle de Medingen par la douceur et une certaine retenue qui s’en dégage. D’une façon générale la statue du Christ s’apparente à l’art du Rhin supérieur.

Notes

1 « Seltsam lebendig wirkt die Gestalt des Mödinger Toten. (...) Ganz monumental und heroisch streng ist dagegen der Leichnam des jüngeren Meisters in Freiburg », Beenken, 1927, p. 177. S’il a raison de mettre ces différences en évidence, il attache trop d’importance, à notre avis, au visage vu l’état de conservation de celui-ci.

2 Voir Noack, 1960 et Noack, 1960, Kunstchronik. Voir aussi aux archives municipales de Fribourg-en-Brisgau, le fonds Noack : Amun, Fribourg-en-Brisgau, « Nachlass Werner Noack », qui ne comporte essentiellement que des notes bibliographiques à ce propos.

3 Récemment, la statuaire de Rottweil est datée par Robert Suckale entre 1340 et 1350, voir Suckale, 1993, cat. no 78 p. 264-267 ; Beenken, 1927, p. 158-164 et ill. 111 pour les statues des apôtres ; Stähle, 1974.

4 Voir Schwarzweber, 1940, p. 26.

5 Voir Futterer, 1930, p. 177-178, ill. 104, 105, 106.

6 On lit sur le tombeau l’inscription suivante : « + HIC. LACET. ECCE. ROSA. QUONDAM. NIMIU. SPECIOSA + IRMENGART. GRATA. DE. WIRTENGERG. GENERATE. UXOR. R ». Le tombeau d’Irmgard doit remonter aux années 1340 et avoir été exécuté en même temps que celui de son mari, décédé 7 ans plus tard, car l’un et l’autre forment indéniablement un ensemble (dimensions, style, épigraphie). Il faut peut-être rajouter à ceux-ci le tombeau de leur fds, Albrecht V., évêque de Freising, qui mourut en 1359 selon l’inscription.

7 La question de savoir si Wölflin de Rouffach a réalisé ces tombeaux reste toujours ouverte, voir Baum, 1921, p. 96-97 ; Bauch, 1976, p. 104-105 ; Manz, 1989, p. 26-28 ; Suckale, 1993, p. 152-153, Louis, 1999, p. 55-57. S’il n’est pas assuré que Wôlflin ait sculpté lui-même les deux tombeaux des parents, l’artiste qui les a faits semble pourtant bien issu du Rhin supérieur car des liens peuvent être établis entre eux et l’art funéraire de cette région. Notamment la statue de Rudolf est proche de celle de l’évêque Jean de Durbheim à Molsheim.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search