Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Deuxième partie. Synthèse stylistique. Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la souabe

Quatrième chapitre. Le saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau

Texte intégral

1L’étude de l’armement ayant montré que les saints sépulcres de Strasbourg et Fribourg-en-Brisgau sont contemporains, est-il néanmoins possible de déterminer si l’un des deux a précédé l’autre, sans doute de peu.

  • 1 L’un d’entre eux portait le linceul du Christ.
  • 2 La disposition des statues placées sur la clotûre n’est pas assurée, comme on l’a dit précédemment

2Les statues du saint sépulcre fribourgeois, particulièrement nombreuses, sont le fruit de la collaboration de plusieurs artistes. Rappelons que les statues en ronde-bosse sont actuellement au nombre de dix : cinq entre les gables de la clôture ajourée (deux anges, le Christ ressuscité, la Vierge et une sainte Femme), et cinq sur la plate-forme du sarcophage (deux anges, trois saintes Femmes). S’y ajoute encore la statue du Christ mort et étendu sur la plate-forme. Certaines ont été restaurées, notamment en 1612. Le mauvais état de conservation du grès mollassique (nez manquant et surface abîmée) empêche parfois de reconnaître précisément les traits d’un visage. Les figures étaient plus nombreuses à l’origine, quatre angelots complétant le registre du milieu1. Par ailleurs, quelques doutes subsistent encore quant à la disposition de certains personnages2. Néanmoins, l’état actuel de ces sculptures donne une image tout à fait fiable de ce qu’elles ont pu être à l’origine.

1. Plusieurs groupes

  • 3 Voir Kempf, 1898 ; Schmitt, 1919 ; Christ, 1924 ; Schmitt, 1925-1926 ; Schmitt, 1926 ; Beenken, 19 (...)
  • 4 Voir Schmitt, 1919, p. 10.

3L’ensemble de la statuaire se compose de groupes distincts au point du vue du style. Les sculptures ont été étudiées longuement et regroupées comme suit3. Dans les registres inférieur et supérieur, la situation est claire. On y voit deux groupes, les hauts-reliefs représentant les gardiens en bas, les cinq statues du couronnement en haut. Le registre du centre présente par contre des statues d’aspect apparemment différent, de sorte que l’on y a décelé plusieurs groupes stylistiques. On a détaché les statues des deux anges et de la sainte Femme placée à droite. Tous les auteurs se sont accordés ensuite pour regrouper la Vierge disposée actuellement au centre de la composition et la sainte Femme qui prend place à gauche, le Christ étant considéré généralement comme différent. De la sorte on a reconnu au sein des statues de la plate-forme au moins deux maîtres, selon Schmitt, ou trois, d’après la majorité des historiens4.

  • 5 Voir Noack, 1960, p. 246-251.
  • 6 À propos de ces sculptures, voir Vöge, 1915 ; Adam, 1978-1979 ; Lüdke, 1978-1979.

4Outre ces distinctions, certains auteurs, notamment Noack, relèvent une tendance moderne (le groupe formé par les deux anges et la sainte) et une part importante de la tradition (les registres inférieur et supérieur, ainsi que les deux groupes restants de la plate-forme)5. Une chronologie a même été proposée. Elle s’organiserait entre deux pôles : un maître âgé – l’auteur du Christ mort – et un maître plus jeune – le sculpteur des anges et de la sainte de la plate-forme. D’une façon générale, tous les historiens ont reconnu que les sculptures du saint sépulcre ont précédé celles des portails nord et sud du chœur, exécutées vers 1354 au début de la construction du chœur6.

2. Les statues du registre supérieur

5Les cinq statues se ressemblent en tous points. Les corps sont menus, les gestes rapprochés du buste. Les drapés retenus pour la plupart en un seul point se répartissent en d’épais plis rectilignes ou en de larges plis cassés. Surtout les visages, larges et lisses, présentent les mêmes traits nettement dessinés, dont la bouche en cœur ébauchant un léger sourire est caractéristique. Le visage du Christ affiche un relief légèrement plus marqué avec les pommettes saillantes, selon une typologie masculine usuelle.

  • 7 Voir Moriz-Eichborn, 1899 ; Kempf, 1898, p. 288 ; Schmitt ; 1919, p. 9-18 ; Schmitt, 1926 ; Beenke (...)

6À la suite de Schmitt et de Beenken, les historiens ont démontré combien ces figures s’inscrivent encore dans la continuité du chantier de l’église, en particulier du narthex : mêmes petits corps, mêmes visages poupins7. On y retrouve notamment des traits proches, comme ceux des anges, des Vierges sages et du Christ époux. Cependant tous l’ont reconnu, les corps en mouvement qui transparaissent sous les drapés, les visages fortement expressifs, les gestes amples, les étoffes lourdes et épaisses montrent un décalage temporel important entre le narthex et le couronnement du saint sépulcre.

  • 8 Voir Hart, 1975.
  • 9 Voir Kurmann dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 367-375.

7Les apôtres et les prophètes placés contre les piliers intérieurs de la nef nous semblent plus proches encore des statues du registre supérieur du saint sépulcre. Issues du même chantier, les sculptures de la nef, datées généralement entre 1310 et 1330, succèdent à celles du narthex8. Selon Peter Kurmann, d’ailleurs, celles-ci comme celles des piliers intérieurs appartiennent au même ensemble d’œuvres, réalisées entre 1290 et 1315-1320 par un atelier composé de plusieurs équipes9. L’organisation des drapés est devenue plus simple. Néanmoins, de nombreuses années séparent encore ces figures de celles du saint sépulcre. Trapues, elles sont animées de légers mouvements de jambes et les drapés lourds et épais sont traités en volumes ronds. On pense à saint Jacques (137). La comparaison de ces sculptures met surtout en évidence la nouveauté du plissé des statues du saint sépulcre : plus fin, plus dense que celui des sculptures antérieures.

  • 10 Voir Schmitt, 1919, p. 10 ; Kurmann dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 367-375.

8Provenant certainement du chantier de l’église, les figures du saint sépulcre n’ont pas de véritables pendants et, pour nous, la conception du drapé les singularise au sein de cette production fribourgeoise. Plusieurs éléments ont probablement été importés d’autres chantiers10.

3. Les statues du registre central

  • 11 Voir surtout Schmitt, 1926.

9Les figures du registre central se distinguent nettement de celles des registres inférieur et supérieur (138, 139, 140, 141 et 142). La sainte Femme placée actuellement à gauche et la Vierge qui tient un livre ont souvent été regroupées et dissociées de la statue du Christ11. Certes, les plissés sont souples et les attitudes moins énergiques. Il est vrai que la sainte s’en distingue avec son large drapé plaqué au buste. Mais, à nos yeux, la statue de la Vierge visiblement accablée de douleur n’est pas si éloignée de celle du Christ.

10On a déjà souligné l’aspect métallique du plissé fin et rectiligne, l’aspect dramatique et héroïque du Christ. Il est incontestable, par ailleurs, que le style de cette statue se caractérise par une exagération évidente, aussi bien dans le corps martyrisé et dans l’expression que dans le drapé. L’aspect graphique et l’organisation schématique des longs plis fins sont ici poussés à l’extrême, au point que le plissé en devient artificiel. Une même amplification s’observe dans le corps amaigri. Il nous semble que la Vierge reflète la même tendance : ici, c’est la tristesse de la mère du Christ qui est exacerbée. En effet, le port de tête incliné et le long voile, qui isole la figure dans sa peine, amplifient la douleur perceptible sur ses traits. De même que pour le Christ, le drapé joue un rôle important dans l’expression générale. Le voile enferme la Vierge dans de grands plis verticaux qui allongent encore la figure ; moins aigu, moins tendu et moins artificiel que celui adopté pour le Christ, le plissé est strictement vertical (65). La Vierge est la seule statue dont l’apparence n’est pas allégée par un mouvement varié des plis. Souligner ainsi l’axe vertical, c’est accabler encore plus la Mère de Dieu. Il nous semble donc que les procédés stylistiques sont mis en œuvre de la même façon que pour la statue du Christ, suivant un principe reposant sur l’exagération expressive.

11Dans cet esprit d’ailleurs, la Vierge à la silhouette élancée et fragile – fragilisée devrait-on dire – n’est pas si éloignée des anges ou de la sainte Femme de droite, qui ont pourtant un corps puissant et une noble prestance. Une attitude quelque peu affectée (pour les anges) et un graphisme dense et forcé dans le drapé (pour cette sainte) les caractérisent. Ainsi, que ce soit pour le Christ, la Vierge, les anges ou la sainte Femme de droite, on relève bien entendu à des degrés différents une certaine amplification de l’expression. Si chaque fois l’expression est autre (héroïsme, douleur ou élégance), le procédé reste le même. Les variations stylistiques entre ces sculptures ne sont donc pas aussi nettes qu’on l’a dit généralement.

12Cependant, la qualité de l’exécution les distingue évidemment. Les deux anges et la sainte Femme de droite ont été traités de façon plus sûre et plus inventive, avec plus de brio que les autres statues. La qualité y est bien supérieure et tout à fait exceptionnelle.

Une unité stylistique

13Ainsi, le Christ fribourgeois s’apparente dans une certaine mesure aux statues de la Vierge, des anges et de la sainte placée à droite sur le registre central du saint sépulcre. Ce registre ne nous paraît pas aussi hétérogène qu’on l’a prétendu, car il y règne une unité de procédé. Le registre supérieur adopte aussi d’ailleurs un plissé droit et assez fin, mais selon une manière bien plus retenue.

14Établir une chronologie des différents intervenants pour ce monument nous paraît abusif. Au contraire, on penche plutôt pour un travail collectif, exécuté simultanément par plusieurs sculpteurs d’un même atelier. Il n’en reste pas moins vrai que les grandes statues du registre central, les anges et la sainte Femme de droite, ressortent incontestablement par leur qualité et sont l’œuvre d’un artiste hors pair, qui se distingue au sein de l’atelier des autres collaborateurs.

4. Le Christ et les prophètes

  • 12 À noter qu’avant 1958, il n’existait pas de série complète de photos des prophètes placés au-dessu (...)
  • 13 Fribourg-en-Brisgau, Arch. mun., Nachlass de Werner Noack, K 1/69.

15Après Schmitt, Noack surtout a rapproché la statue du Christ de celles des prophètes de la tour de l’église (129 et 130) : même corps mince et longiligne, même typologie de visage et de chevelure, même plissé étroit12. Plus qu’un autre auteur, il pousse dans le détail l’hypothèse selon laquelle une filiation unit les prophètes de la tour, le saint sépulcre fribourgeois et celui de Strasbourg. Dans une lettre retrouvée aux archives municipales de la Ville et qu’il a adressée au chercheur Brenzinger, il s’explique clairement à ce sujet : les prophètes auraient été sculptés dans les années 1320-1330 par un maître qui aurait ensuite exécuté le Christ du saint sépulcre dans la même église ; les liens étroits entre les prophètes et les anges trompetant indiquent qu’un aide de ce maître aurait réalisé ces anges ; cet aide aurait travaillé aussi à la sainte placée à gauche et à la Vierge du saint sépulcre ; le saint sépulcre fribourgeois daterait de 1330 environ ; enfin, selon une évolution qui tend vers une raideur toujours plus grande, le saint sépulcre strasbourgeois aurait été sculpté postérieurement à celui de Fribourg-en-Brisgau13.

  • 14 Voir aussi Noack, 1960, p. 246-251.

16Ainsi, Noack va jusqu’à penser que le sculpteur des prophètes est aussi l’auteur du Christ14. Il est manifeste que la forme très allongée de leur visage et leurs traits rappellent ceux du Christ. La parenté est indéniable. Quant au plissé du linceul du Christ, bien différent, Noack le fait remonter au style du maître de l’Ecclesia de Strasbourg (après 1225), à travers des œuvres comme la statue de Marie-Madeleine d’Adelshausen (7), actuellement au Musée des Augustins de Fribourg-en-Brisgau (fin χιιie siècle), ou comme le Christ au tombeau de Maria-Medingen (qu’il date du dernier tiers du χιιie siècle). D’après nous – on le verra plus loin –, ce dernier Christ est postérieur à celui de Fribourg-en-Brisgau. Quant aux statues situées dans la continuité du maître de l’Ecclesia, elles reprennent un langage ancien et trop différent pour qu’elles soient comparées, même de loin, à notre Christ. Le plissé de la statue du Christ fribourgeois ne doit donc que peu, à notre avis, à celui de ces sculptures. De même, il s’éloigne du drapé des prophètes, beaucoup plus mou, dont certains pans agrémentés d’ourlets sinueux ne s’écartent pas de la première étoffe mais y semblent collés. Néanmoins, les ressemblances entre les têtes des prophètes et du Christ sont telles qu’il convient, effectivement, de les attribuer à une même main.

17Les prophètes, les anges de la tour ainsi que le Christ du saint sépulcre ont en commun suffisamment d’éléments pour y reconnaître un savoir-faire local, propre au chantier de l’église. Ce sont là des réalisations quasi contemporaines. D’ailleurs les motifs décoratifs sculptés sur le saint sépulcre – en particulier les feuilles fortement bombées aux nervures saillantes – rappellent ceux de la tour sculptés à proximité des prophètes. Le plissé des prophètes montre à nos yeux une tendance parallèle, quelque peu antérieure au Christ, qui privilégiera la profusion de plis fortement décoratifs et formés par les méandres des ourlets, que l’on voit se développer notamment à Schwäbisch Gmünd (tympan de la mort de la Vierge), à Rottweil, à Breisach, à Esslingen ou à Augsbourg.

18Les prophètes de la tour, généralement datés des années 1320-1330, auront donc été suivis par le Christ du saint sépulcre, toutes ces statues étant vraisemblablement sculptées par le même atelier, peut-être par le même artiste. Nous ne sommes pas en mesure, toutefois, de définir le laps de temps qui sépare ces œuvres. L’analyse des armures qui situe les gardiens du saint sépulcre dans la quatrième décennie du siècle fournit un indice capital. Le décalage temporel entre ces sculptures paraît donc important, mais n’est cependant pas impossible à imaginer, vu la longueur du chantier de l’église.

5. Trois statues exceptionnelles

19Somme toute, un principe reposant sur l’exagération expressive régit le style des statues du registre central, et plus précisément les trois qui par leur qualité se démarquent nettement du reste du monument, soit les statues des deux anges et d’une sainte Femme. C’est justement ces trois sculptures exceptionnelles au sein du saint sépulcre fribourgeois qui s’apparentent stylistiquement à celles placées contre les piliers de la chapelle Sainte-Catherine de Strasbourg. On y relève surtout un plissé fin semblable et des gestes identiques.

20L’analyse stylistique des statues confirme l’étude des armures qui situe le saint sépulcre fribourgeois dans les années 1340. Le monument, contemporain de celui de Strasbourg, ne lui est pas nettement antérieur, à l’encontre de ce que l’on a souvent écrit. Au demeurant, à ce stade de l’analyse, les caractéristiques stylistiques de ce monument ne permettent pas à elles seules de dire lequel des deux saints sépulcres a devancé l’autre.

Notes

1 L’un d’entre eux portait le linceul du Christ.

2 La disposition des statues placées sur la clotûre n’est pas assurée, comme on l’a dit précédemment.

3 Voir Kempf, 1898 ; Schmitt, 1919 ; Christ, 1924 ; Schmitt, 1925-1926 ; Schmitt, 1926 ; Beenken, 1927, part. p. 183 ; Jantzen, 1929, part. p. 36 ; Oertel, 1958, p. 40-42 ; Noack, 1959 ; Noack, 1960 ; Adam, 1968, p. 29-110 (la statuaire de l’église), part. p. 75 ; Krummer-Schroth, 1975, part. p. 117-119.

4 Voir Schmitt, 1919, p. 10.

5 Voir Noack, 1960, p. 246-251.

6 À propos de ces sculptures, voir Vöge, 1915 ; Adam, 1978-1979 ; Lüdke, 1978-1979.

7 Voir Moriz-Eichborn, 1899 ; Kempf, 1898, p. 288 ; Schmitt ; 1919, p. 9-18 ; Schmitt, 1926 ; Beenken, 1927. Beenken insiste sur le fait que cette tradition locale est rattachée à la statuaire du portail occidental de la façade de la cathédrale à Strasbourg. À propos de ce cycle de sculptures, voir aussi Münzel, 1959 et l’article de Kurmann Peter « Die monumentale Steinskulptur des Freiburgers Münsters und ihr ikonographisches Gesamtprogramm » dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 367-375.

8 Voir Hart, 1975.

9 Voir Kurmann dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 367-375.

10 Voir Schmitt, 1919, p. 10 ; Kurmann dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 367-375.

11 Voir surtout Schmitt, 1926.

12 À noter qu’avant 1958, il n’existait pas de série complète de photos des prophètes placés au-dessus de l’horloge (Oertel, 1958). Actuellement les prophètes sont plus faciles d’accès puisqu’ils sont exposés au Musée des Augustins et il est facile de constater combien ils s’inspirent des prophètes de la façade de la cathédrale à Strasbourg.

13 Fribourg-en-Brisgau, Arch. mun., Nachlass de Werner Noack, K 1/69.

14 Voir aussi Noack, 1960, p. 246-251.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search