Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Deuxième partie. Synthèse stylistique. Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la souabe

Troisième chapitre. Polémique à propos de la prééminence de Fribourg-en-Brisgau ou de Strasbourg

Texte intégral

1La datation de ces deux saints sépulcres est donc une question qui n’a pas été tranchée définitivement. La confusion règne notamment parce que les historiens comparent les statues du registre central du saint sépulcre fribourgeois à celles dressées contre les piliers de la chapelle Sainte-Catherine de Strasbourg, en supposant que ces dernières devaient ressembler aux sculptures tombales, malheureusement disparues, du saint sépulcre de la même chapelle. Aussi hypothétique soit-elle, cette idée prédomine dans le débat, jusqu’à faire trop souvent négliger, sinon oublier complètement, les éléments communs aux deux monuments, les seuls qui soient sûrs.

2En ce qui concerne les parties figurées, rappelons donc que les seuls éléments comparables entre les deux saints sépulcres après la perte des statues disposées sur le sarcophage demeurent la statue du Christ et les reliefs des gardiens. Quant aux ouvrages d’architecture, on a suffisamment démontré leurs différences typologiques pour ne pas y revenir.

1. Les statues du Christ et les reliefs des gardiens

3Comme on l’a vu dans les études monographiques, les statues du Christ de Fribourg-en-Brisgau et de Strasbourg ne partagent pas de traits communs. Même s’il ne subsiste de la sculpture strasbourgeoise que le tronc, il suffit de constater que tout les oppose, la typologie comme le style. Le Christ fribourgeois est représenté décharné et martyrisé selon un dramatisme poussé à l’extrême, celui de Strasbourg au contraire repose plus serein et plus en chair, les plaies à peine sanguinolentes.

4Quant aux gardiens, ceux de Fribourg-en-Brisgau alignés dans un même champ s’organisent selon une composition que l’on a décrite additive et qui s’inscrit encore dans l’esprit de la fin du xiiie et du début du xive siècle. Leurs poses figées ne traduisent aucun dynamisme, en comparaison de celles éminemment vivantes, voire exubérantes des soldats strasbourgeois. Il en a souvent été conclu, trop rapidement d’ailleurs, que le saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau serait antérieur à celui de Strasbourg. En fait, seule l’étude des armures fournit un élément neutre de datation.

2. Les armures

  • 1 Cet élément se voit notamment dans le gisant de Rudolf IV dans la chapelle du couvent de Lichtenth (...)
  • 2 Voir Beenken, 1927, p. 173. Beenken pense d’ailleurs à un même atelier.

5Les armures du saint sépulcre strasbourgeois adoptent sans aucun doute la nouvelle mode apparue dans les années 1340 et caractérisée par un système de protection rigide, comme il a déjà été dit plus haut, notamment à propos de la comparaison entre le saint sépulcre strasbourgeois et celui de Haguenau. Les costumes militaires du saint sépulcre fribourgeois paraissent au premier abord encore ancrés dans la tradition du début du siècle avec leurs protections en maille bien visibles. Cependant, à y regarder de plus près, on observe que plusieurs parties de ces armures ne sont pas si archaïques (surcots cintrés, protections de membres rigides). De plus certains éléments, généralement considérés comme modernes par les historiens de l’armement, se retrouvent aussi bien dans le monument fribourgeois que strasbourgeois : même heaume et même accrochage du casque (à peine visible sur le gardien de gauche à Fribourg-en-Brisgau, 64). À propos de ce soldat richement vêtu, Paul Post fait remarquer que le surcot court atteste même une plus grande modernité à Fribourg-en-Brisgau qu’à Strasbourg1. Par ailleurs, Beenken a relevé des parentés entre les gardiens de Fribourg-en-Brisgau et le chevalier Kuno von Falkenstein, décédé en 1343 et représenté en armure sur son tombeau dans l’église de Kirchzarten près de Fribourg-en-Brisgau2.

6En somme, les armures de ces deux saints sépulcres sont manifestement contemporaines et n’autorisent pas de distinction temporelle entre eux.

3. Deux saints sépulcres différents

7Au contraire de la recherche ancienne qui a mis en avant les quelques parentés qui existent entre ces deux monuments, nous sommes d’avis qu’ils sont très différents l’un de l’autre. L’étude de chacun des monuments a mis en lumière leurs particularités : la construction, la typologie, les statues du Christ, les reliefs des gardiens ainsi que le contexte général divergent nettement.

8Certes, on constate un lien stylistique entre certaines sculptures du saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau et trois des statues dressées contre les piliers de la chapelle Sainte-Catherine : parmi les figures situées derrière le Christ, trois – les deux anges et une sainte Femme – ont été réalisées dans le même style que celles des piliers de la chapelle Sainte-Catherine, mais avec plus de douceur et une légère préciosité. La facture de ces trois sculptures, œuvres remarquables, est très soignée.

  • 3 Voir Suckale, 1993, p. 152.

9Nombre de questions demeurent cependant ouvertes. Qui est l’auteur de ces trois statues fribourgeoises ? Peut-on les attribuer à l’artiste qui a sculpté les figures strasbourgeoises, comme l’a pensé encore récemment Suckale3 ? Ou bien, à l’inverse, les sculptures fribourgeoises constituent-elles la première étape d’un style qui aboutit aux statues strasbourgeoises ? On tentera de répondre à ces interrogations dans les chapitres suivants.

10On peut fort regretter la disparition des statues tombales strasbourgeoises et, avec elle, des possibilités de comparaisons stylistiques. Mais n’oublions pas, surtout, que si des rapports ont relié le saint sépulcre fribourgeois et les statues des piliers de la chapelle Sainte-Catherine, cela ne prouve pas, pour autant, l’existence d’un lien stylistique entre les deux saints sépulcres. Il convient de le répéter, car tous les rapprochements établis entre ces deux monuments reposent sur ce malentendu.

Notes

1 Cet élément se voit notamment dans le gisant de Rudolf IV dans la chapelle du couvent de Lichtenthal († 1348), Post, 1937-1939, p. 206.

2 Voir Beenken, 1927, p. 173. Beenken pense d’ailleurs à un même atelier.

3 Voir Suckale, 1993, p. 152.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search