Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Deuxième partie. Synthèse stylistique. Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la souabe

Deuxième chapitre. La question des saints sépulcres

Texte intégral

1Depuis longtemps tous les historiens d’art se sont entendus pour regrouper plusieurs statues qui proviennent soit du Rhin supérieur, soit de Souabe, et qui présentent des liens de parenté stylistique plus ou moins étroits. Les œuvres principales se situent à Fribourg-en-Brisgau (le saint sépulcre de la cathédrale actuelle), à Strasbourg (le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine), à Rottweil (notamment les apôtres et les prophètes provenant de la tour-chapelle), à Esslingen (le tympan sud de l’église), à Augsbourg (le tympan du portail nord de la cathédrale) et à Schwäbisch Gmünd (une partie de la statuaire de l’église Sainte-Croix).

État de la question

2Nombre d’auteurs se sont penchés sur les relations qui rapprochent ces œuvres. On ne résumera, bien entendu, que ceux qui s’attachèrent plus particulièrement aux saints sépulcres ou qui apportèrent des arguments nouveaux pour la chronologie de ces sculptures. Les analyses les plus détaillées et les plus sérieuses remontent au début de ce siècle et sont le fait des historiens allemands ; on pense à Otto Schmitt et à Hermann Beenken. Après eux, la plupart des auteurs reprirent les conclusions de Schmitt, les nuancèrent quelque peu, mais sans les discuter vraiment. C’est un demi-siècle plus tard que les historiens français étudièrent eux aussi véritablement ces questions, Victor Beyer et Roland Recht principalement.

3Il est à relever que depuis Schmitt les auteurs allemands, Beenken excepté, ont donné la prééminence au saint sépulcre fribourgeois. Ils ont tous suivi les conclusions de Schmitt. À l’inverse, les historiens français ont toujours favorisé le saint sépulcre strasbourgeois.

  • 1 Voir Schmitt, 1919, part. p. 10-18 ; voir aussi Schmitt, 1922, part. p. 120, 135-137.

4Otto Schmitt (1919) – Les travaux d’Otto Schmitt sont, en fait, à l’origine de ces oppositions. Après une première analyse, Schmitt change radicalement d’opinion et revient sur ses conclusions. Dans une première étude, il s’inspire de l’ancienne bibliographie et examine dans le détail plusieurs œuvres1. Le saint sépulcre fribourgeois remonterait, selon lui, à 1340-1350. Il estime, en effet, que les figures du saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau ressemblent par certains éléments généraux de style aux prophètes qui proviennent de la tour-chapelle de Rottweil (commencés vers 1330) et aux personnages du tympan d’Augsbourg (daté par une inscription de 1343). Il relève que le saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau, réalisé par plusieurs artistes (trois au moins), reprend certaines caractéristiques des statues placées contre les piliers de la chapelle Sainte-Catherine de Strasbourg. Le saint sépulcre situé dans cet édifice devait, du reste, être sculpté selon le même style que les statues des piliers. Il en conclut que le saint sépulcre fribourgeois a dû s’inspirer directement de celui de la chapelle strasbourgeoise. Pour lui d’ailleurs les gardiens sculptés en haut-relief à Fribourg-en-Brisgau sont apparentés à ceux de Strasbourg. Outre les figures, il pense que l’architecture du saint sépulcre strasbourgeois a aussi exercé une influence directe sur le monument de Fribourg-en-Brisgau. Il rapproche ensuite, au sein de la statuaire de la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau, les figures du saint sépulcre et les anges trompetant du Jugement dernier, situés dans la tour octogonale. Il conclut à la postériorité de ces anges (peu avant ou vers 1350).

  • 2 Voir Christ, 1924.

5Hans Christ (1924) – Hans Christ est le premier à contester que Fribourgen-Brisgau se situe dans l’héritage de Strasbourg2. Il inverse le cours des influences. Il date le saint sépulcre fribourgeois vers 1330 et le strasbourgeois au style plus sec vers 1349, suivant selon lui l’évolution traditionnelle de la sculpture. Les caractéristiques si particulières de Rottweil seraient directement influencées par Fribourg (entre 1330 et 1343). Il reconnaît ensuite certains éléments de cette école dans la statuaire de Schwäbisch Gmünd.

  • 3 Voir Schmitt, 1926, part. p. 55-57. Voir aussi les remarques bienveillantes de Schmitt envers Hans (...)

6Otto Schmitt, seconde étude (1926) – Deux ans après et probablement à la suite des hypothèses de Christ, Schmitt dans une seconde publication repense le rapport entre les anges de la tour octogonale et le saint sépulcre Fribourg-en-Brisgau et en tire, cette fois, une conclusion opposée à la première3. Il a déjà insisté sur le fait que le style des anges et des prophètes de la tour, même s’il est proche de celui du saint sépulcre (surtout de l’ange placé au pied du Christ), s’en distingue néanmoins : souplesse et liberté pour les anges, plus grande rigueur et un aspect plus compact pour le saint sépulcre. Dans un premier temps, il avait interprété la plus grande liberté des anges comme une manifestation tardive (peu avant ou vers 1350). Puis, il a inversé le sens de la filiation. L’apparence compacte des figures du saint sépulcre serait, selon sa seconde analyse, un élément plus évolué, la souplesse devenant un signe d’ancienneté. Il s’ensuit que les statues des anges seraient antérieures au saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau, qui devrait être, quant à lui, situé avant le monument strasbourgeois. Comparé à celui-ci, le saint sépulcre fribourgeois comporte encore une certaine souplesse, dans le plissé notamment. De plus, l’aboutissement de cette évolution stylistique, qui trouverait son origine en France ou la région du Rhin moyen (la Vierge de l’église Notre-Dame à Mayence ou les statues d’Oberwesel), prendrait forme dans la statue de saint Jean-Baptiste de la chapelle Sainte-Catherine (vers 1350). Le saint sépulcre strasbourgeois dépendrait donc du fribourgeois, qui se voit aussi copié à Bâle et à Schwâbisch Gmünd.

  • 4 Voir Beenken, 1927.
  • 5 Le saint sépulcre fribourgeois aurait eu aussi un autre modèle, celui-là beaucoup plus éloigné dans (...)
  • 6 Voir illustration dans : Bauch 1976, ill. 221.
  • 7 Ainsi pour Beenken, le maître des apôtres aurait réalisé au début de sa carrière le tympan du porta (...)

7Hermann Beenken (1927) – Dix ans plus tard, Beenken reprend l’ancienne hypothèse et propose un ordre d’influences qui partiraient du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine de Strasbourg (1330-1340) pour aller vers celui de Fribourg-en-Brisgau (vers 1340), puis vers celui de Schwâbisch Gmünd (vers 1350)4. Le monument strasbourgeois, qui s’inscrit dans la tradition du chantier de la cathédrale, y intègre des éléments français. Selon lui, ceux-ci sont directement présents dans les sculptures des piliers de la chapelle strasbourgeoise (le saint Jean-Baptiste), tandis qu’à l’inverse ils sont très atténués dans les statues du saint sépulcre fribourgeois. Il en tire la conclusion que les œuvres de la chapelle Sainte-Catherine, le saint sépulcre y compris, sont antérieures à celles de Fribourg-en-Brisgau. Il rappelle d’ailleurs que l’église de cette petite ville n’était alors qu’une simple paroissiale. Quant au saint sépulcre fribourgeois, il ne peut être dissocié du reste de la statuaire de l’église, dans laquelle il prend place5. Beenken ajoute un rapprochement nouveau. Pour lui, le tombeau du chevalier Kuno von Falkenstein († 1343) dans l’église de Kirchzarten près de Fribourg-en-Brisgau a probablement été sculpté par le même atelier que le saint sépulcre fribourgeois6. Comme les auteurs précédents, il relève des liens de parentés étroits entre ce monument et les statues des apôtres de Rottweil (saint Jean en particulier). Il cherche à démontrer qu’il a exercé une influence certaine sur elles, notamment au regard des plissés et des circonvolutions de leurs ourlets. Le maître des apôtres aurait complété le cycle des prophètes de la même chapelle, commencé par un sculpteur plus âgé que lui. Le même maître est probablement aussi l’auteur du tympan sud de l’église d’Esslingen, qu’il aurait exécuté avant les apôtres, puisque ce tympan ne reflète pas encore les éléments empruntés à Fribourg-en-Brisgau7. Les statues des apôtres concentreraient donc des éléments venus de deux mouvements distincts, l’un provenant de l’ouest à travers le saint sépulcre fribourgeois, le second issu de régions situées plus au nord, notamment du Rhin moyen, à travers la Vierge de l’église Notre-Dame de Mayence et les statues d’Oberwesel (vers 1331). Un dernier argument en faveur de la postériorité du monument fribourgeois par rapport au strasbourgeois est apporté par les statues de Schwäbisch Gmünd. D’après lui, le maître de l’Annonciation (vers 1350) s’apparente à celui de Fribourg et non à celui de Strasbourg.

  • 8 Voir Œrtel, 1958, p. 40-42.

8Ilsabe et Robert Œrtel (1958) – Parmi les nombreux auteurs allemands à s’être penchés sur ces problèmes après la Seconde Guerre mondiale, Ilsabe et Robert Œrtel ont étudié dans le détail les prophètes de la tour octogonale de Fribourg-en-Brisgau et en déduisent que ces statues sont quelque peu plus anciennes que le Christ, couché sur le saint sépulcre de la même église8. À leurs yeux, les points de convergence sont tels entre le Christ et les prophètes qu’ils les attribuent au même maître.

  • 9 Voir Meurer, 1978-1979 ; Schmidt, 1970, p. 108.
  • 10 C’est d’ailleurs le cas, d’une façon générale pour les auteurs allemands, voir aussi : Hartmann 191 (...)

9Heribert Meurer (1978-1979) – Les rapports entre Rottweil et Schwâbisch Gmünd ont souvent été évoqués. Heribert Meurer, à la suite de Gerhard Schmidt, propose une vision d’ensemble sur la statuaire de l’église Sainte-Croix à Gmünd9. Dans un premier temps, le chantier est placé, au point de vue de la sculpture, sous les influences de Rottweil, du Rhin supérieur et de Cologne pour l’essentiel (le portail nord surtout, certaines parties du portail sud). Il relève d’ailleurs un lien étroit entre le tympan du portail nord et les sculptures de Fribourg-en-Brisgau. Puis, une rupture intervient avec les statues de Jérémie et d’Isaïe, qui proviennent aussi du portail nord (elles sont actuellement placées à l’intérieur de l’église) : ce sont les premières à témoigner véritablement de l’art parlérien en sculpture, celui de Heinrich Parler probablement, actif à Gmünd dès 1351 au moins. Les statues des Vierges sages et des Vierges folles, à l’origine placées au portail sud, constituent une étape intermédiaire entre ces deux tendances. Elles présentent déjà un physique très affirmé et compact, mais s’inscrivent encore dans la filiation des figures de Rottweil. Pour Meurer, le saint sépulcre de cette église est à rattacher au style des Vierges, composé d’éléments novateurs et d’autres traditionnels. Les liens de parenté entre les saints sépulcres de Fribourg-en-Brisgau et de Gmünd sont très étroits, puisque les deux anges de ce saint sépulcre sont, d’après lui, l’œuvre d’un maître fribourgeois10.

  • 11 Voir Suckale, 1993, p. 150.

10Robert Suckale (1993) – Suckale replace la statuaire strasbourgeoise dans le contexte politique. L’évêque Berthold de Bucheck est lié à la famille des Habsbourg. Il constitua dans un premier temps un allié certain pour le pape dans cette région. Puis il mena une politique de nature plus indépendante. De même à Fribourg-en-Brisgau, le duc de Zahringen cherchait à sortir de l’orbite des Habsbourg. Les habiles sculpteurs strasbourgeois auraient alors été appelés à Fribourg-en-Brisgau. Le saint sépulcre fribourgeois serait une œuvre du même atelier que celui de la chapelle Sainte-Catherine : « Und so mag es nicht nur eine Anerkennung des Konnens der dortigen Bildhauer gewesen sein, als man sie nach Freiburg holte. Man wollte auch kuntun, dass man weder zu Habsburg noch zu Wittelsbach gehören, sondern für sich selbst.11 »

  • 12 Voir Kurmann dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 367-375.

11Peter Kurmann (1996) – Récemment Peter Kurmann a revu l’ensemble de la statuaire de la cathédrale fribourgeoise et en a précisé la chronologie12. Il a notamment mis en évidence les influences venant de Paris (Saint-Denis), puis de Champagne et de Reims, sur la sculpture de la seconde moitié du xiiie siècle. Entre 1290 et au plus tard 1315/1320, un atelier important composé de plusieurs équipes a réalisé, à l’extérieur, les grandes statues du porche, l’ensemble du portail central et, à l’intérieur, les figures de la façade et celles de la nef. Certaines différences entre ces œuvres font penser que les sculpteurs ont baigné dans divers milieux. Par exemple, certains d’entre eux auraient suivi leur formation à Strasbourg, d’autres à Paris même. Dans les années 1330, les figures des prophètes et des anges de la tour octogonale ainsi que celles du saint sépulcre se rattachent encore à ce vaste ensemble.

  • 13 Voir Beyer, 1955, p. 30-32.
  • 14 Depuis cette étude, Willi Stähle a examiné dans le détail toute la statuaire provenant de la tour-c (...)

12Victor Beyer (1955) – Du côté français, Beyer estime que le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine était achevé aux environs de 134013. C’est seulement après cette date que celui de Fribourg-en-Brisgau aurait été réalisé, avec un certain amollissement et une expression plus sentimentale. Le sens de cette évolution s’inscrit alors dans une trajectoire déjà existante : Strasbourg recevant les influences françaises, les transmet ensuite vers l’est, Fribourg-en-Brisgau et Bâle notamment. Ceci est nettement perceptible dans les statues des Vierges folles et des Vierges sages de Fribourg-en-Brisgau s’inspirant clairement de celles de la cathédrale de Strasbourg. Quant au saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau, il y reconnaît des éléments stylistiques communs avec les apôtres de Rottweil. Beyer ne partage pas cependant la conclusion de Beenken et propose que le maître des apôtres ait eu pour élève le sculpteur des prophètes de Rottweil, à qui on attribue aussi le tympan nord de la cathédrale d’Augsbourg14. Beyer en conclut que la période d’activité du maître des apôtres est donc à situer dans les années 1340-1350 et que la marche des influences s’est faite dans le sens Strasbourg-FribourgRottweil-Augsbourg.

  • 15 Voir Recht, 1978-1979, p. 277-291 ; Recht, 1981, p. 567.

13Roland Recht (1978-1979) – Recht rappelle que vers le milieu du siècle le chantier de la cathédrale à Strasbourg n’est plus le foyer novateur qu’il fut dans la première moitié. Il insiste sur le fait que la chapelle Sainte-Catherine en était une des dernières grandes réalisations et que des formes artistiques hardies s’exportèrent alors de Strasbourg vers l’est du Rhin15. Antérieur au milieu du siècle, le saint sépulcre de la chapelle fondée par l’évêque Bucheck exerça donc d’après lui une influence sur celui de Fribourg-en-Brisgau, puis dans le sud de l’Allemagne. Il pense par ailleurs qu’il a été réalisé par un autre maître que celui qui sculpta les figures des piliers de la chapelle, probablement par Wôlflin de Rouffach.

14En conclusion, les prises de position sont donc diverses et souvent opposées. On constate que pour certains historiens la sculpture du saint sépulcre fribourgeois est postérieure à la strasbourgeoise. Le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine daterait alors d’environ 1340. D’autres, à la suite de Schmitt, inversent ce rapport et repoussent la réalisation du sépulcre strasbourgeois vers 1349, année de consécration de la chapelle.

Notes

1 Voir Schmitt, 1919, part. p. 10-18 ; voir aussi Schmitt, 1922, part. p. 120, 135-137.

2 Voir Christ, 1924.

3 Voir Schmitt, 1926, part. p. 55-57. Voir aussi les remarques bienveillantes de Schmitt envers Hans Christ : Schmitt, 1925-1926.

4 Voir Beenken, 1927.

5 Le saint sépulcre fribourgeois aurait eu aussi un autre modèle, celui-là beaucoup plus éloigné dans le temps, celui de Maria-Medingen. Il pense en effet que ce dernier était plus ancien (vers 1300) que le fribourgeois et aurait inspiré la réalisation de la statue du Christ, voir Beenken, 1927, p. 176-177.

6 Voir illustration dans : Bauch 1976, ill. 221.

7 Ainsi pour Beenken, le maître des apôtres aurait réalisé au début de sa carrière le tympan du portail sud de l’église d’Esslingen (Beenken, 1927, p. 198). Bien plus tard, il aurait terminé à Rottweil les prophètes manquant, après avoir achevé les figures des apôtres, soit peut-être vers 1350 (Beenken, 1927, p. 192-193).

8 Voir Œrtel, 1958, p. 40-42.

9 Voir Meurer, 1978-1979 ; Schmidt, 1970, p. 108.

10 C’est d’ailleurs le cas, d’une façon générale pour les auteurs allemands, voir aussi : Hartmann 1910 ; Baum, 1921 ; Jantzen, 1929, p. 36-37 ; Kleiminger, 1939.

11 Voir Suckale, 1993, p. 150.

12 Voir Kurmann dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 367-375.

13 Voir Beyer, 1955, p. 30-32.

14 Depuis cette étude, Willi Stähle a examiné dans le détail toute la statuaire provenant de la tour-chapelle. Il repère beaucoup plus de différences entre ces statues que les auteurs qui l’ont précédé et propose donc d’attribuer ces œuvres à un nombre plus important de maîtres : le Marienmeister (deux reliefs en 1330, deux prophètes, le groupe de l’ange et la Vierge à l’Enfant vers 1340), le Christusmeister (le Jugement dernier, l’Annonciation et l’Adoration des mages vers 1340, le cycle des apôtres vers 1350) notamment. Le Christusmeister a dû suivre une formation dans le Rhin supérieur, en particulier dans le cercle de Fribourg-en-Brisgau (Stähle, 1974).

15 Voir Recht, 1978-1979, p. 277-291 ; Recht, 1981, p. 567.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search