Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Deuxième partie. Synthèse stylistique. Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la souabe

Synthèse stylistique

Les relations entre les saints sépulcres monumentaux et la sculpture du Rhin supérieur et de la Souabe

Texte intégral

1Nous avons différencié d’après leur typologie et leur histoire les saints sépulcres monumentaux qui formaient au xive siècle un réseau dense d’œuvres dans le bassin du Rhin supérieur et dans le plateau de la Souabe. Nous avons aussi caractérisé le style des monuments pour en évaluer l’homogénéité. Nous appuyant désormais sur des bases matérielles bien assurées, nous pouvons nous interroger sur les liens stylistiques qui ont pu exister entre eux ou avec d’autres œuvres régionales.

2Rappelons-le, le but de notre recherche est de cerner la richesse typologique dont ont témoigné les saints sépulcres monumentaux durant ce siècle. Si, de ce point de vue, des relations peuvent être établies entre ces œuvres, elles ne constituent pas pour autant une entité stylistique. Au sein de ce réseau, les rapprochements d’ordre stylistique demeurent secondaires et ne touchent que peu de monuments. L’analyse de ces problèmes constitue cependant une aide précieuse et complémentaire à l’étude typologique. Elle contribue aussi à la définition du modèle des saints sépulcres monumentaux à figures permanentes.

3Il s’agit donc pour nous de présenter ici une synthèse des connaissances actuelles des mouvements stylistiques qui traversèrent le Rhin supérieur et la Souabe, afin d’y situer nos monuments. Mais soulignons qu’une étude générale de la production de sculptures dans cette région fait toujours défaut.

La notion de style

  • 1 Voir Bauer, 1988.

4La recherche en histoire de l’art s’est longuement penchée sur la question du style au point de vue théorique et n’a pas renoncé à ce débat ces dernières années. Tout au contraire, elle continue à préciser cette notion difficile, mais essentielle pour comprendre un phénomène artistique ou une œuvre particulière1. Parmi les nombreux auteurs qui ont clairement dénombré et analysé les différents facteurs qui peuvent être à l’origine d’un style, on retiendra surtout dans le domaine qui nous intéresse les études de trois historiens de la sculpture, Gerhard Schmidt, Roland Recht et Robert Suckale.

  • 2 Voir Schmidt, 1992, part. vol. 1, p. 313-356 (« Probleme der Begriffsbildung : kunsthistorische Te (...)

5Une synthèse a été faite par Schmidt2. Il a résumé, en effet, avec grande clarté, les différents éléments que le concept de style recouvre ou implique : le style régional ou supranational, le style individuel ou lié à une époque, les modes, les types, les motifs, les chantiers, les ateliers, l’artiste, pour n’en citer que les principaux.

  • 3 Voir Recht, 1987 ; Recht, 1993-1994 ; Recht, 1995.
  • 4 Voir Recht, 1993-1994 ; Recht, 1999, p. 48-93. Voir aussi à propos des textes théoriques de Heinri (...)
  • 5 Pour la bibliographie plus ancienne, voir les riches annotations de ces deux auteurs.

6Pour éclaircir cette notion, spécialement dans le domaine de la sculpture funéraire, Recht s’est attaché en particulier au problème du modèle. Il a retenu deux composantes de celui-ci, typologique et idéologique, indissociables l’une de l’autre et desquelles naît ensuite une variété de combinaisons d’éléments formels3. Plus récemment et d’une façon plus générale, il a repris les textes théoriques fondateurs du concept de style et rappelle, dans deux articles importants, l’évolution de celui-ci4. Schmidt et Recht résument ainsi non seulement les divers facteurs à prendre en compte lors d’une telle analyse, mais aussi les différentes théories qui sous-tendent leur définition5.

  • 6 Voir Suckale, 1993.
  • 7 Voir Suckale, 1993, p. 12-13 : « Mein Beitrag zu einer Rehistorisieung der Kunstgeschichte versteh (...)
  • 8 Voir Suckale, 1993, p. 50 : « Was an einem Werk als Stil bezeichnet werden kann, ist die Summe ges (...)

7Quant à Robert Suckale, il s’est efforcé de donner au style une dimension globale, qui dépasse le cadre formel, et l’a appliquée à un cas concret dans l’étude qu’il a consacrée à la production artistique, de sculpture essentiellement, sous l’empereur Louis de Bavière (1314-1347)6. Il s’est fait le défenseur d’une approche générale, appuyée sur la méthode historique ; pour lui, les questions de style sont moins des questions formelles que des questions d’ordre historique7. Le style correspond sous sa plume à la compréhension totale d’une œuvre8.

  • 9 Voir Schmidt, 1959.

8À l’inverse de Suckale et selon la finalité de notre étude, nous nous contenterons d’une conception restrictive de la notion de style, limitée aux seuls critères formels. L’analyse est cependant gravement limitée. On a déjà fortement insisté sur le fait que nombre de saints sépulcres sont trop endommagés pour que l’on puisse les situer dans le contexte stylistique de leur époque. Il suffit de penser aux maigres vestiges du saint sépulcre de Bâle, qui laissent deviner pourtant une œuvre de grande qualité. Par ailleurs, nous n’avons pas à notre disposition (sinon sous forme de quelques vestiges) la connaissance des polychromies d’origine, élément autrefois capital de l’apparence générale d’une sculpture. Cela est d’autant plus vrai que dans la seconde moitié du xive siècle le traitement de la surface avec le jeu subtil des ourlets sinueux plus ou moins soulignés des vêtements devient un élément très significatif9. Mais ces contraintes sont celles de l’art médiéval en général.

Bref rappel : les caractéristiques stylistiques des saints sépulcres

9Les résultats des études monographiques ont nettement montré que les filiations typologiques ne vont que rarement de pair avec des relations stylistiques. Des raisons propres à l’histoire de l’art expliquent l’absence de liens stylistiques entre certains monuments. Nous en retiendrons deux.

10Premièrement, le niveau artistique des sculpteurs appelés à ériger un saint sépulcre est très inégal. Ainsi, le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine n’eut qu’une faible influence stylistique sur les saints sépulcres tardifs de même type. En examinant uniquement les fragments parvenus jusqu’à nous, on n’a relevé de parenté réelle qu’avec deux saints sépulcres, et encore avec une réserve importante, puisqu’on ne conserve de ces deux monuments que quelques vestiges : celui de l’église Saint-Léonard de Bâle (1343) et, d’une façon encore moins évidente, celui de la rue de l’Épine de Strasbourg (vers 1350). Quant au saint sépulcre de Haguenau (vers 1350), il n’est plus qu’un pâle reflet du chef-d’œuvre de la cathédrale et s’intègre déjà fortement dans la production locale. En effet, il n’en imite que certains motifs, sans en reprendre ni l’esprit ni les nouveautés. La distinction et la conception très élaborée du saint sépulcre de Strasbourg auraient demandé d’ailleurs un grand savoir-faire et une extrême habileté de la part des artistes chargés de réaliser celui, plus modeste, de Haguenau, qui n’en ont retenu que les motifs les plus apparents.

11Deuxièmement, le temps écoulé entre la création des œuvres se traduit par une évolution stylistique inéluctable. À Strasbourg même, il n’est pas surprenant que les saints sépulcres s’affichent dans un style tout à fait indépendant de celui du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, vu l’écart temporel qui les sépare ! Les saints sépulcres de la Toussaint (vers 1380) ou de l’Île-verte (1398-1400) ont adopté un style propre, s’intégrant chacun dans une certaine actualité. Il en va de même pour le monument de Neuenburg-am-Rhein (dernier quart du xive siècle), ou celui de Niederhaslach (fin du xive siècle).

12Par contre, il est indéniable que plusieurs monuments sont liés entre eux au point de vue du style. Ainsi le saint sépulcre de l’évêque Bucheck a marqué la production de la sculpture locale. Il fait partie d’un ensemble d’œuvres plus large que la seule production de saints sépulcres. Ce courant stylistique a pu influer indirectement certains saints sépulcres. Ainsi, le gisant du saint sépulcre de Saverne, beaucoup plus tardif (fin du xive siècle), n’est certes pas directement lié à celui de la chapelle Sainte-Catherine, mais proche d’œuvres réalisées dans le même groupe que le chef d’œuvre strasbourgeois. Il adopte les mêmes traits que la statue du saint Jean-Baptiste de Dorlisheim, qui elle-même constitue la copie du saint Jean-Baptiste qui se trouve à la chapelle Sainte-Catherine.

13De même, certaines statues des saints sépulcres monumentaux de Fribourgen-Brisgau et de Schwäbisch Gmünd, ainsi que le Christ de Maria-Medingen possèdent quelques éléments en commun, qui se retrouvent également dans les statues strasbourgeoises des piliers de la chapelle Sainte-Catherine. À l’exception du Christ de Medingen, ces statues émergent de la production artistique régionale en y constituant de véritables jalons. Elles ont été réalisées, en effet, dans un centre artistique important de cette partie de l’Empire, le chantier de la cathédrale de Strasbourg, celui de l’ancienne paroissiale de Fribourg-en-Brisgau, enfin celui de l’église Sainte-Croix à Schwäbisch Gmünd. Elles méritent donc d’être analysées d’une part dans le contexte artistique étroit de l’église dans laquelle chacune se trouve, d’autre part dans celui élargi de la région.

Notes

1 Voir Bauer, 1988.

2 Voir Schmidt, 1992, part. vol. 1, p. 313-356 (« Probleme der Begriffsbildung : kunsthistorische Terminologie und geschichtliche Realitat »), voir aussi la riche bibliographie qu’il cite.

3 Voir Recht, 1987 ; Recht, 1993-1994 ; Recht, 1995.

4 Voir Recht, 1993-1994 ; Recht, 1999, p. 48-93. Voir aussi à propos des textes théoriques de Heinrich Wölfflin, Recht, 1995.

5 Pour la bibliographie plus ancienne, voir les riches annotations de ces deux auteurs.

6 Voir Suckale, 1993.

7 Voir Suckale, 1993, p. 12-13 : « Mein Beitrag zu einer Rehistorisieung der Kunstgeschichte verstehtsichgleichwohlauch als Rückbesinnnung aufdas Eigene. [...] Ein Hauptziel dieser Arbeit ist es nachzuweisen, dass Stilfragen nicht reine Formfragen, sondern historische Fragen sind. » Voir aussi p. 48 et suivantes.

8 Voir Suckale, 1993, p. 50 : « Was an einem Werk als Stil bezeichnet werden kann, ist die Summe gesellschaftlicher und künstlerischer Vorstellung, Normen und Ziele, d. h. auch die Forderungen von Gegenstand, Aufgabe, Technik, und Material, die in ihm Gestalt geworden sind, vermittelt durch die Künstler und ihre Auftraggeber. »

9 Voir Schmidt, 1959.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search