Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Première partie. Étude matérielle, typologie

Cinquième chapitre. Les saints sépulcres monumentaux fragmentaires

Texte intégral

1Une importante partie de la production de saints sépulcres qui sont conservés dans le Rhin supérieur et la Souabe et qui datent du xive siècle nous est parvenue sous forme de fragments. Certains sont connus de longue date et ont été pris en compte par la bibliographie ancienne, notamment par Schwarzweber ; d’autres ont été découverts ces dernières décennies seulement. On pense dans ce dernier cas aux nombreux fragments retrouvés à Strasbourg et publiés notamment par Beyer. Comme les saints sépulcres de Haguenau, de Niederhaslach et de Schwäbisch Gmünd, ces vestiges confirment que la production de ce genre de monuments, loin de constituer un phénomène éphémère, se poursuit durant toute la seconde moitié du xive siècle pour connaître ensuite, au xve siècle, le succès que l’on sait, en Alsace surtout. Afin de rétablir la chronologie de cette production artistique, les fragments sont présentés ici selon leur degré d’ancienneté, et non selon leur appartenance typologique ou géographique.

Le saint sépulcre de Bâle

2Parmi les fragments de saints sépulcres monumentaux encore conservés, ceux provenant de l’église Saint-Léonard de Bâle sont contemporains des monuments de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau. Même s’ils sont très endommagés, ils constituent donc un jalon extrêmement important pour comprendre les débuts de la production de saints sépulcres monumentaux.

  • 1 Voir Cat. no 1, p. 312-313, et la bibliographie mentionnée dans la notice. À noter que les auteurs (...)

3Au nombre de quatre et conservés au Musée historique de Bâle, ils appartiennent tous au registre inférieur du saint sépulcre, précisément au haut-relief représentant les gardiens du tombeau (88 et 89)1. Sur le plus grand de ces fragments, on voit le heaume et le corps d’un guerrier accroupi ainsi qu’une partie d’un cadre mouluré. À gauche, d’après ce que l’on peut encore observer, la représentation se poursuivait à l’origine avec un deuxième gardien probablement. Sur un autre fragment, un soldat, dont la tête et le pied gauche sont arrachés, est assis les jambes croisées et tient une épée et un bouclier. Un heaume constitue le troisième fragment et une tête casquée le quatrième.

  • 2 Voir Futterer, 1926, p. 176.

4Ilse Futterer surtout a relevé les parentés entre ces fragments et les saints sépulcres de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau, puis a constaté des liens plus étroits avec le monument strasbourgeois2. Si de tels rapports existent effectivement, nous allons voir que le saint sépulcre de l’église bâloise n’en était pas une imitation servile pour autant.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle

  • 3 Voir Maurer, 1961, p. 243-244.

5Conservés au musée depuis 1870 pour trois d’entre eux et depuis 1984 pour la tête, ces fragments proviennent de l’église Saint-Léonard, précisément de la chapelle située au nord du chœur. Le saint sépulcre y est encore attesté en 1492, soit avant la Réforme (90)3. On ignore tout de sa démolition.

  • 4 Voir Maurer, 1961, p. 155, 176-181, 190. Voir aussi : Maurer-Kuhn, 1981, p. 16-17. Pour l’église, (...)
  • 5 Deux autels dédiés à la Sainte-Croix et à Sainte-Catherine se trouvaient dans cette chachapelle ; (...)
  • 6 À propos du tremblement de terre de 1356, voir Wurstisen, 1580, p. CLXXV. Avant l’étude de Françoi (...)
  • 7 Voir Maurer, 1961, p. 155,179-180, 279-286. Voir aussi Lüdke, Schönegg, 1978-1979.
  • 8 Le priant de Schônegg a été orienté différemment lors d’une récente restauration. À propos des pei (...)
  • 9 Voir Maurer, 1961, p. 155, 240, 243-244, ill. 272.
  • 10 François Maurer-Kuhn pense que le saint sépulcre prenait place dans la niche du mur nord, actuelle (...)

6Les études de François Maurer permettent de retracer dans le détail l’histoire de cette chapelle4. Tout d’abord dédiée à la Sainte-Croix et à Sainte-Catherine, elle changea de vocable au profit de Saint-Théobald, lorsqu’en 1369 le chevalier Hüglin von Schonegg y fit déposer des reliques de ce saint5. C’est à ce puissant chevalier que l’on doit sa restauration ainsi que celle d’une bonne partie de l’église, après les dommages dus au terrible tremblement de terre qui secoua la ville de Bâle le 18 octobre 13566. Hüglin von Schonegg († 1377 ou 1378), chevalier au service du pape puis maréchal du duché de Spoleto (en 1376), choisit d’élire sépulture dans la chapelle Saint-Théobald7. Malgré des altérations ultérieures (notamment une porte au nord), on peut encore aisément reconnaître la richesse de l’aménagement grâce à deux statues tombales en pierre représentant le chevalier en armure – le gisant et le priant (vers 1362-1369) – ainsi qu’aux vestiges d’une peinture murale (1369-1370) (91)8. Selon Maurer, une lettre d’indulgence datée de 1343 en faveur du saint sépulcre laisse penser qu’il était terminé dès cette date9. Vraisemblablement fut-il intégré à l’aménagement de la chapelle funéraire de Schönegg et lié désormais à son tombeau10. Ainsi le monument se trouvait-il dans cette chapelle avant le tremblement de terre.

Une lettre d’indulgence collective

  • 11 Arch. mun. Bâle, Saint-Léonard, Urkunde no 378. Le texte est donné plus loin, voir annexe 3.

7La lettre d’indulgence collective fut établie à Avignon, où se trouvait la Curie pontificale, en présence de nombreux évêques. Elle certifia que des indulgences seraient accordées à tous ceux qui se rendraient à l’église Saint-Léonard ainsi que devant le saint sépulcre et qui y feraient pénitence lors de diverses fêtes : « Cupientes igitur ut ecclesia sancti Leonardi Basiliensis ac sepulcrum d[omini] [...] [in dicta ecclesia constructum] [con]grius honoribus frequententur et a Christi fidelibus [...] venerentur »11.

  • 12 Voir Futterer, 1926, p. 176.
  • 13 Voir Schwarzweber, 1940, p. 13.

8Futterer avait déjà fait référence à une lettre d’indulgence datée du 6 juin 134612. Schwarzweber parle, quant à elle, d’une lettre de 137613. Il semble bien qu’il s’agisse chez l’une et l’autre d’une erreur d’interprétation, car l’acte est malheureusement entaché à l’endroit de la date, qui n’est plus entièrement lisible. La date que nous retenons, 1343, s’appuie sur les lectures des archivistes et de Maurer.

9L’acte est enluminé d’une grande lettrine (U) qui figure les saintes Femmes près du tombeau du Christ (92). Sur un fond de rinceaux, deux Maries se tiennent debout derrière le sarcophage fermé et portent les pots contenant des aromates. Marie-Madeleine montre ses cheveux défaits et sa voisine tient un livre dans sa main gauche. L’une et l’autre sont tournées en direction de saint Léonard, placé à gauche de la scène et muni d’un sceptre et d’un livre. Hors du champ, à droite, un donateur est agenouillé. Son phylactère occupe toute la hauteur au-dessus de lui. Comparée aux saints sépulcres monumentaux, la représentation de l’enluminure ne figure pas le Christ. Ainsi le saint sépulcre est évoqué par une version simplifiée de la Visite des saintes Femmes au Tombeau, dépourvue de la présence de l’ange.

10Le dessin est rapide, les attitudes stéréotypées et la peinture se limite à quelques couleurs, le brun et le rouge essentiellement. Cette enluminure est d’aspect peu soigné et a dû être exécutée rapidement selon un schéma simple et clair, facilement reconnaissable : le saint patron de l’église d’un côté, l’objet principal des indulgences au centre et le donateur à l’autre extrémité. L’enluminure met donc en évidence l’œuvre bénéficiant d’indulgences, le saint sépulcre, un peu à la manière d’une publicité.

  • 14 Voir Lehni, 1970, part. p. 4-5, ill. 1 bis et 2 A.

11Il s’agit probablement d’une « affiche d’indulgence », autrement dit d’une copie figurée d’un acte que l’on affichait à proximité d’un lieu de dévotion pour rappeler la valeur des indulgences et encourager les fidèles à faire pénitence et, surtout, à favoriser par leurs dons l’entretien du monument en question. La peinture pouvait permettre ainsi d’identifier rapidement l’objet concerné, sans devoir lire le texte. D’autres lettres d’indulgence de ce type sont conservées pour quelques églises d’Alsace notamment, celles de l’église Saint-Rémi d’Itterswiller (1330), de Saint-Thiébaut de Thann (1340) ou de la chapelle de la léproserie de Haguenau (1345)14. Ces trois lettres sortent d’un atelier spécialisé, selon Roger Lehni, actif à Avignon de 1325 à 1350, dans lequel plusieurs artistes se seraient succédé. On pense aisément que notre lettre soit issue aussi de cette production liée à la Curie d’Avignon, voire du même atelier.

12Cette source devient capitale pour notre étude, puisque c’est le seul document retrouvé qui, d’un côté, mentionne un saint sépulcre et de, l’autre, en donne une représentation. Il n’y a pas de raison de douter que la lettre d’indulgence collective ne s’applique au saint sépulcre dont on conserve les fragments. D’ailleurs le terminus ante quem de 1343 proposé pour ce saint sépulcre est, au point de vue historique, fort convaincant. Cependant, l’image du saint sépulcre présentée dans l’acte ne correspond pas à la réalité physique du monument, la différence majeure étant l’absence du corps du Christ. Il existe donc un écart sensible entre le saint sépulcre peint sur la lettre d’indulgence et celui qui a été construit dans la chapelle. Il s’explique par le contexte de la production d’une telle image, réalisée en série et à distance, sans souci de la réalité locale qui devait être décrite. L’acte n’a donc pas de finalité descriptive, mais uniquement promotionnelle.

Les liens entre Bâle et Strasbourg

  • 15 Voir Maurer, 1961, p. 149, 243-244.
  • 16 Voir Maurer, 1961, p. 143, sceau no 13, ill. 162, p. 243 note 3 (sceau apposé sur un acte conservé (...)

13Terminé en 1343 selon toute vraisemblance, le saint sépulcre a donc été exécuté sous la prévôté de Heinrich (1330-1344)15. Le prévôt aurait imité l’évêque de Strasbourg en créant également un saint sépulcre. L’art de la chapelle Sainte-Catherine, joyau voulu par l’évêque Berthold, aurait été immédiatement connu à Bâle, en particulier à Saint-Léonard. Selon Maurer, cela se percevrait nettement dans le sceau du prévôt Heinrich : le saint Michel représenté sur ce sceau et apposé sur un acte de 1343 serait proche stylistiquement des statues des piliers de la chapelle strasbourgeoise16.

  • 17 Voir Maurer, 1961, p. 243, note 3. À noter que les deux chapelles sont dédiées à Sainte-Catherine.
  • 18 Voir Bugmann, 1972, p. 187-188.

14La proximité temporelle entre le saint sépulcre de la chapelle bâloise et celui de la chapelle strasbourgeoise peuvent se comprendre à travers les liens de parenté qui liaient l’évêque de Bâle Johann Senn von Münsingen (1335-1365) à l’évêque de Strasbourg Berthold de Bucheck, son oncle17. Johann lui devait en effet beaucoup, notamment sa nomination à l’évêché de Bâle. D’ailleurs il remplaça Berthold comme administrateur à Strasbourg en 1337 et 1338, lorsque ce dernier fut emprisonné18. On imagine aisément que l’évêque ait été mis au courant par son oncle du projet de la chapelle funéraire et de sa réalisation et en ait diffusé la connaissance à Bâle. Le contexte historique semble donc avoir été très favorable à une reprise du saint sépulcre strasbourgeois dans l’église Saint-Léonard.

2. Aspect d’origine et type

15Aucun élément des parties supérieures, au-dessus du sarcophage, n’est conservé. Les comparaisons que l’on peut encore établir avec d’autres saints sépulcres se limitent donc au seul registre inférieur. Elles demandent d’être traitées avec plus de précision quelles ne l’ont été jusqu’à présent, pour bien comprendre les relations entre les saints sépulcres de la région exécutés avant le milieu du siècle.

  • 19 À Bâle, on ne peut plus savoir si la représentation était constituée de plusieurs blocs ou d’un se (...)

16La constatation principale est d’ordre technique. Sur l’un des fragments, les vestiges d’un cadre mouluré entre deux gardiens prouvent que les blocs de pierre sculptés ne s’encastraient pas entre des montants d’un baldaquin, contrairement à ce qu’on a pu démontrer pour le saint sépulcre de Strasbourg. D’ailleurs sur le bloc strasbourgeois qui présente deux guerriers, placés l’un à côté de l’autre, aucune moulure ne sépare les deux figures. Les fragments bâlois ne s’apparentent pas pour autant au saint sépulcre fribourgeois, puisque, pour ce dernier, un cadre unique entoure l’ensemble de la représentation – et non chacune des figures19. En revanche, on relève une ressemblance avec les reliefs tardifs de Niederhaslach que l’on a décrits précédemment. Peut-être qu’à Bâle une formule semblable fut adoptée et que les gardiens étaient placés sous une arcade.

17Donc, le type du saint sépulcre bâlois était différent du strasbourgeois : il devait consister en un sépulcre indépendant de tout ouvrage ; chacun des gardiens du sarcophage était entouré d’un cadre mouluré ; ce cadre ne délimitait pas pour autant le bloc. S’il existait un ouvrage à l’origine, il ne s’encastrait pas dans le sarcophage.

3. Motifs et style

18L’étude des postures des guerriers montre que les figures ne copient pas exactement les motifs de l’un ou de l’autre des saints sépulcres conservés, mais en adoptent plutôt l’esprit. Le soldat accroupi est vraisemblablement endormi, la tête devant prolonger l’axe du haut du corps. Il a une position contrainte, puisque son pied gauche se glisse sous sa jambe droite repliée. Ce mouvement précis ne se retrouve pas à Strasbourg. D’ailleurs, ce sont les gardiens réveillés et effrayés qui ont les jambes pliées suivant des contorsions exagérées. Par contre, la façon de placer le heaume au-dessus de l’épaule fait penser au soldat endormi de Strasbourg. Certains éléments strasbourgeois ont donc été reproduits à Bâle, mais pas pour la même figure.

19Cette observation vaut aussi pour le guerrier assis qui tient son épée devant lui : cette figure ne reprend fidèlement aucune autre figure strasbourgeoise ; à la chapelle Sainte-Catherine, le soldat qui tient son épée a aussi les jambes croisées, mais de façon beaucoup plus extravagante, et se tient dans une autre posture. En revanche, un gardien fribourgeois est assis de la même manière que le Bâlois ; mais les bras ne sont pas ramenés sur la poitrine dans une torsion du buste. La position à Bâle est plus tendue. Les motifs bâlois ne correspondent exactement ni à ceux de Strasbourg ni à ceux de Fribourg. Cette remarque montre la diversité des motifs que peut adopter la représentation des gardiens du tombeau.

20Plus que les motifs, l’esprit dans lequel les sculptures bâloises ont été exécutées nous renseigne sur le modèle quelles ont pu suivre. Les torsions des membres et les postures, guère confortables et peu naturelles, sont autant d’indices qui situent ces reliefs dans la filiation de ceux de Strasbourg. Des mouvements artificiels et exagérés à Strasbourg naît une grande dynamique, tandis qu’à Bâle la tension est atténuée. Le sculpteur des gardiens du tombeau bâlois, quasi contemporain du strasbourgeois, n’a pas osé semble-t-il autant d’extravagance, ou – plus vraisemblablement – n’en a pas compris l’intérêt.

4. La datation

  • 20 On ajoutera encore que le profil de la moulure du cadre se situe aussi dans ces années.

21En plus de la lettre d’indulgence, les armures constituent un argument supplémentaire pour une datation dans les années 134020.

  • 21 Voir Closs, 1937, p. 205, note 5.

22Tout d’abord, le bacinet avec son camail attaché par des vervelles est un élément courant dans toute la première moitié du xive siècle. Le gantelet de fer, la genouillère ainsi que la ceinture, actuellement à peine visible, qui ajuste le surcot près du corps, attestent la modernité de la protection. On y voit quelques éléments des armures strasbourgeoises. Ainsi contrairement à l’avis de Paul Post, les armures bâloises sont très éloignées de celles que l’on voit à la fin du xiiie ou au début du xive siècle, par exemple sur les soldats du saint sépulcre de Constance ou ceux de la scène des saintes Femmes au tombeau ornant le tympan du portail central de la cathédrale de Strasbourg qui sont vêtus de hauberts de mailles et de cottes d’armes souples21.

  • 22 Voir Lüdke, 1978-1979, Schönegg.

23Dans cette chapelle, les armures des deux statues tombales représentant Hüglin von Schönegg, exécutées vers 1362-1369, se distinguent nettement de celles du saint sépulcre. Le système de défense de l’armure du chevalier est plus moderne encore : protection rigide des membres inférieurs (cuissards, grèves), véritable brigandine cintrée et protégeant les épaules. Dietmar Lüdke a pourtant rapproché ces armures et les situent entre 1350 et 136522. Certes, après le milieu du siècle, plusieurs sortes de protections se côtoient encore, comme la cotte d’armes flottante et la brigandine ajustée. Mais l’adoubement du chevalier Schönegg est en tous points différent de celui des soldats du saint sépulcre. De surcroît, les éléments décoratifs sont plus modernes. Le décalage temporel entre ces armures est donc manifeste.

24Comparées à celles que revêtent les gardiens strasbourgeois, les armures du saint sépulcre bâlois semblent plus sobres, d’après ce que l’on peut encore en voir. Par-dessus une protection de mailles – qui n’est plus un haubert –, les soldats ont enfilé des surcots plus simples que ceux de Strasbourg. Les heaumes n’ont pas de visière. L’armure bâloise semble moins compliquée que celle de Strasbourg, ce qui ne signifie pas qu’elle soit nécessairement plus ancienne.

25Faut-il en conclure que le saint sépulcre terminé en 1343 a pu être antérieur à celui de la chapelle strasbourgeoise, que l’on a daté vers le milieu de la quatrième décennie, voire légèrement avant ? Certainement non. Le contexte particulier, lié à l’évêque Berthold de Bucheck, de la construction du saint sépulcre strasbourgeois parle nettement en faveur de la prééminence de ce monument sur tous les autres de la région, comme on le démontrera dans le détail dans la troisième partie. Le saint sépulcre bâlois a été réalisé selon toute vraisemblance sous l’influence du saint sépulcre strasbourgeois. Il n’en a pas copié littéralement le type, et en a interprété le style d’une façon moins dramatique et plus sobre. Nos conclusions concernant la datation probable du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine trouvent ici confirmation. Le saint sépulcre strasbourgeois devait être terminé avant 1343 ou, du moins très avancé dans sa construction, s’il a pu inspirer celui de Bâle à cette date.

  • 23 Un autre saint sépulcre est mentionné en 1360 à Bâle, dont on ne connaît pas, cependant, la forme. (...)

26En fin de compte, ce sépulcre atteste la rapidité de l’expansion des saints sépulcres monumentaux. On constate surtout que des types différents se sont côtoyés tout aussi rapidement23.

Le saint sépulcre de Maria-Medingen

  • 24 Voir Cat. no 5, p. 320-321, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

27La plate-forme avec le Christ gisant conservée aujourd’hui dans le couvent Maria-Medingen près de Dillingen (Souabe bavaroise) est le seul vestige d’un saint sépulcre qui, à l’origine, avait certainement de grandes dimensions (93)24. La qualité de la sculpture est telle qu’il devait s’agir d’une œuvre d’un haut niveau, à la réalisation de la laquelle on a apporté beaucoup de soin.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle

  • 25 Voir Meyer, 1972, p. 711-712.

28La plate-forme est actuellement plaquée verticalement contre le mur, sous la galerie située à l’est de l’église conventuelle de style baroque. On ignore où ce saint sépulcre se trouvait à l’origine. On sait seulement que le fragment en question fut déplacé à plusieurs reprises. À son sujet en effet, le curé Johannes Fr. Wieland de Wittislingen rapporte le 30 novembre 1629 à l’évêque Heinrich von Knöringen cette information : « Im Maria Medingen im Kloster ist ein grosse steinene Bildniss... eines Salvators, so zu Stetten (Stettenhof), einem Pfalzischen Hof in der Pfar Medingen gehörig in selbiger Cappel vor diesem gestanden, welchem veden [ ?] die zehen wegk, wie es aber damit zugangen ist nit zu erfahren, dann Herr Pfarrer von Medingen desshalben bey seinem eltesten Pfarrkindern fleissig inquirirt, doch nichts gründliches erfahren. Und ist die gemeldte Salvatorbildnus eben dises jahr von der hinderen kirchentür, da es vor diesem allzeit gelegen und wenig geachtet, neben dem Choraltar auff die rechten seyten transferiert worden. In dessen Bildnus oben an dem hertzen ein altes viereckiges grüblein, dahin jetzunder von dem gemeinen mannach iedens Andacte geopfert wirdt »25. Sans aucun doute, le curé Wieland a bien vu notre fragment, car la description qu’il en fait correspond à ce que l’on peut encore voir aujourd’hui : la figure du Christ était grande et en pierre ; une cavité carrée était taillée dans la poitrine et les doigts de ses pieds étaient arrachés (actuellement ils sont refaits en plâtre). De plus, ces indications attestent que le saint sépulcre a été mutilé avant 1629 et qu’à cette date seule la plate-forme était visible. Elles nous apprennent encore que celle-ci était alors située dans l’ancienne église près de la porte du fond, où elle avait été reléguée sans grand soin et délaissée, puis qu’elle fut transportée en 1629 dans le chœur, du côté sud de l’autel majeur.

  • 26 La nouvelle église consacrée en 1718 fut construite par l’architecte Dominikus Zimmermann.
  • 27 Voir Schwarzweber, 1940, p. 26.

29Au moment de la construction de la nouvelle église – l’église baroque actuelle – entre 1716 et 1718, on perd sa trace26. Peut-être que la plate-forme fut replacée à proximité de l’autel, mais derrière lui cette fois-ci. C’est là, en tout cas, qu’elle se trouvait il y a une soixantaine d’années27. Encastrée verticalement dans le mur, elle était alors visible presque uniquement de profil (94). Quoi qu’il en soit de son emplacement postérieur, on sait donc que ce fragment se trouvait dans l’ancienne église assurément en 1629 et vraisemblablement depuis plus longtemps.

L’abbesse de Maria-Medingen

  • 28 Ce n’est qu’en 1843 que les franciscaines de Dillingen s’installèrent dans le couvent.
  • 29 Cette dalle est d’un style sobre et très soigné. Habillée en moniale, la dominicaine a les yeux ou (...)

30On peut raisonnablement supposer qu’il provient de la première église de ce couvent, qui était occupé par des dominicaines jusqu’à la sécularisation du couvent en 180228. Ce couvent prospère se fit remarquer par la ferveur et la dévotion qui y régnait, en particulier du vivant de l’abbesse Margareta Ebner, femme mystique qui était en étroite relation avec ses célèbres contemporains Jean Tauler, Henri Suso ou encore Henri de Nördlingen. Elle mourut le 20 juin 1351. Sa dalle funéraire se trouve actuellement dans une chapelle latérale, qui lui est dédiée29. Dans les années 1340, le couvent des dominicaines de Maria-Medingen entretenait donc des rapports privilégiés avec les plus marquantes personnalités du Rhin supérieur. La bonne qualité de la sculpture, qui a peut-être favorisé la sauvegarde du saint sépulcre à l’époque baroque, trouverait une explication plausible dans ce contexte culturel de haut niveau.

2. Le modèle et le style

  • 30 Voir Beenken, 1927, 176-177 ; Noack, 1960 et Noack, 1960, Kunstchronik.

31Comme l’ont relevé Hermann Beenken et Werner Noack, le Christ de Medingen est proche de celui de Fribourg-en-Brisgau (65)30. Il a en fait la même typologie : il est enveloppé d’un grand linceul qui couvre la tête, mais qui laisse la poitrine dégagée, les deux mains posées sur le ventre l’une à côté de l’autre. Si ces ressemblances qui mettent en lumière le lien qui a existé entre ces deux statues ont été abondamment relevées, il nous faut aussi souligner les différences qui les distinguent. La présence d’un drap funèbre à Medingen ne se retrouve pas à Fribourgen-Brisgau. Les plaies ne sont pas travaillées en relief comme à Fribourg-en-Brisgau et elles restent même petites ; le corps du Christ, en particulier le cou et la poitrine, sont certes amaigris, mais les côtes ne ressortent pas de façon macabre. Aussi abîmé qu’il est actuellement, le visage, allongé et mince, ne semble pas avoir été décharné pour autant. Ce Christ est donc moins marqué par la souffrance, par l’aspect tragique de la mort que ne l’est le gisant fribourgeois. D’héroïque qu’il était à Fribourg-en-Brisgau, le Christ est devenu plus serein à Medingen.

3. Un motif particulier

  • 31 Voir Bauch, 1976, ill. 54, 55, 78-90, 239, 286-287.

32Le Christ de Medingen se singularise par un motif qui n’apparaît pas dans les saints sépulcres que nous connaissons. Le corps du Christ est représenté, ou mieux exposé, avec une précision et un réalisme qui rappellent, plus que dans d’autres saints sépulcres, le cérémonial des funérailles au Moyen Âge : comme pouvait l’être la litière d’un défunt, la plate-forme composant à l’origine la dalle horizontale du sarcophage est recouverte d’un drap funèbre sculpté en trompe l’œil. Ainsi et contrairement à bon nombre de saints sépulcres, aucun décor ou encadrement d’ordre architectural – une frise végétale ou une arcade par exemple – ne viennent rappeler qu’il s’agit d’un monument de pierre. Ici l’illusion de l’exposition du corps du Christ prédomine. C’est là certainement la plus grande particularité que présente ce fragment, comparé aux autres saints sépulcres conservés. Le motif du drap funèbre n’est certes pas nouveau. Il peut recouvrir la litière ou le lit même, comme on le voit dans le tombeau dit de l’évêque Rotrocus de Warwick à Rouen († 183), dans ceux de Henri II d’Angleterre († 189), d’Éléonore d’Aquitaine († 1204) et de Richard Cœur de Lion († 1199) à Fontevrault, ou encore dans certains tombeaux italiens, celui du pape Bénédict XI à Pérouge († 1304), celui du roi Robert le Sage à Naples († 1343), pour ne citer que les plus célèbres31. Si l’évocation du drap funèbre dans l’art funéraire est largement répandue, il a été restreint apparemment aux grands personnages de ce monde, rois, papes et cardinaux. Associer ce motif au Christ, c’est probablement souligner le caractère souverain de celui-ci.

33Ainsi la majesté ne s’exprime plus ici par la souffrance, comme à Fribourgen-Brisgau. Empreinte de sérénité, la statue invite à la méditation intérieure et s’inscrit bien dans la production artistique des années 1340 et 1350. Peut-être faut-il voir là d’ailleurs une œuvre réalisée sous l’influence de l’abbesse mystique Margareta Ebner, qui décède, rappelons-le, en 1351.

Fragment de la rue de l’Épine à Strasbourg

34Pour poursuivre de manière chronologique le catalogue des saints sépulcres monumentaux subsistant à l’état fragmentaire, il faut revenir à Strasbourg. En effet, un nombre important d’éléments sculptés qui s’étalent dans la seconde moitié du xive siècle ont été découverts dans cette ville. Tous ont été brisés et enfouis dans le sol de la cité ancienne. Actuellement, on conserve deux fragments de tête de gardiens du tombeau du Christ et deux ensembles plus importants. Ainsi on dénombre dans la ville de Strasbourg quatre saints sépulcres encore conservés, en plus de celui de la chapelle Sainte-Catherine. Ces sculptures témoignent donc de l’essor pris par les saints sépulcres dans cette ville, plus grand assurément que dans toute autre cité au xive siècle.

  • 32 Voir Cat. no 15, p. 339, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

35Le premier fragment fut découvert en 1946 rue de l’Épine no 1, dans les déblais d’une cour, bombardée lors de la seconde guerre mondiale. Il s’agissait d’une tête de gardien, sculptée en haut-relief, réemployée comme mœllon dans un mur (97)32. Le propriétaire de l’immeuble fit don de cette sculpture au Musée de l’OND.

36La tête légèrement moins grande que nature était inclinée à l’origine. Elle s’appuyait sur la main droite, dont une partie des doigts est encore conservée. Le guerrier barbu porte un bacinet et des gants. La bouche grande ouverte, le gardien est surpris et visiblement effrayé.

37Le bacinet date de la première moitié du xive siècle. Le gantelet renforcé de plaques de fer est déjà un élément moderne. Plus précisément, l’armure fait penser aux fragments des saints sépulcres de Strasbourg et de Bâle.

38Cette tête d’ailleurs n’est pas sans rappeler un gardien du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine. L’inclination de la tête et l’effroi s’apparentent directement au gardien accroupi, qui, effrayé, regarde au-dessus de lui et tend le bras en direction de ce qu’il voit. Comparé aux gardiens des saints sépulcres alsaciens, aucun autre ne lui ressemble autant. Cette tête présente, cependant, un détail différent dans l’attitude, puisqu’elle s’appuyait sur une main.

39Comme on ne peut pas se prononcer avec plus de précision sur ce fragment, on se limitera à constater la parenté avec le soldat du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, que l’on suppose avoir été le modèle au point de vue iconographique et probablement stylistique. Une datation vers le milieu du xive siècle pourrait convenir.

  • 33 Voir Haug, 1948.
  • 34 Voir Beyer, 1955, p. 37, cat. no 37 p. 68 ; Beyer, 1963, cat. no 222 p. 44.

40Hans Haug s’est demandé si cette tête ne provenait pas d’un saint sépulcre, dont on a retrouvé les fragments à la rue de la Toussaint et que l’on analysera plus loin. Un même grès blanc des Vosges a été utilisé pour la tête de la rue de l’Épine et pour un pied retrouvé avec les fragments d’un saint sépulcre à la rue de la Toussaint33. Avec Beyer, nous pensons que ce pied ne provient pas forcément d’un saint sépulcre. Une fois de plus, les arguments basés sur l’origine des matériaux doivent être considérés avec une grande prudence en l’absence d’études pétrographiques approfondies34. En fait, comme cette pièce a été découverte isolée de tout contexte, on ne saurait se prononcer sur la provenance de ce fragment.

Fragment de la rue du Vieux-Marché-aux-Vins à Strasbourg

  • 35 Voir Cat. no 16, p. 340, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

41Également dans le centre historique de Strasbourg et quelques années après la trouvaille de la rue de l’Épine, on a fait la découverte en 1952 d’un autre fragment pouvant provenir d’un saint sépulcre. Une tête de soldat fortement mutilée fut repérée lors de travaux entrepris au no 13 de la rue du Vieux-Marché-aux-Vins, encastrée dans un mur de cave mitoyen (98)35. Donné au Musée de l’OND, cette pièce fait actuellement partie des collections lapidaires.

42La tête, dont on ne conserve que la partie supérieure, représente un gardien endormi, les yeux fermés. Elle est casquée d’un bacinet à rebord saillant. Ce type de casque que portent les militaires dès le xive siècle est moins courant que le bacinet à vervelles, auxquelles on attachait le camail protégeant le cou et la nuque. Au xive siècle déjà, le type de bacinet à rebord se présente sous plusieurs variantes, notamment avec un large rebord comme sur le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, avec une terminaison pointue toute en longueur comme à Fribourg-en-Brisgau, ou encore avec un petit rebord peu saillant comme à Schwäbisch Gmünd. C’est d’ailleurs de ce dernier exemple que le casque de la rue du Vieux-Marché-aux-Vins se rapproche le plus.

  • 36 Voir Beyer, 1955, cat. no 38 p. 68 ; Beyer, 1963, cat. no 221 p. 44.

43Il n’est plus possible de savoir à quel saint sépulcre cette tête a appartenu. À l’inverse du fragment trouvé à la rue de l’Épine, on ne peut établir de filiation directe avec le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine. Cette tête, très abîmée, est difficile à classer dans la production strasbourgeoise. Victor Beyer la date du milieu du xive siècle36. Si on considère sa ressemblance avec Schwäbisch Gmünd, cette datation est tout à fait plausible. Cependant, le bacinet et la chevelure, apparaissant sous le casque, ne sont pas assez caractéristiques pour préciser la période d’exécution, qui a pu avoir lieu plus tardivement dans la seconde moitié du xive siècle.

44Les découvertes de ces deux têtes isolées montrent combien la connaissance que l’on a actuellement de la production des saints sépulcres strasbourgeois est conditionnée par les hasards de la conservation des œuvres. Rien n’exclut, après tout, que le sous-sol ne renferme encore quelques pièces intéressantes, qui pourraient modifier la vision qu’on en a. En l’état, toute conclusion relative à la provenance de ces deux têtes paraîtra arbitraire. Il en va de même pour la définition du type de saint sépulcre auquel chacune a appartenu.

45Par chance, outre ces têtes, deux beaux ensembles de fragments furent aussi mis au jour et complètent de façon capitale ce que l’on sait de cette production. Ils méritent donc notre attention tant au point de vue matériel qu’historique.

Le saint sépulcre de l’oratoire de la Toussaint de Strasbourg

  • 37 Voir Cat. no 17, p. 342-343, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

46Une vingtaine de fragments provenant d’un saint sépulcre strasbourgeois ont été découverts en 1902, lors de travaux de canalisation, dans la cour d’une maison de la rue de la Toussaint (no 15)37. Actuellement ils sont conservés au Musée de l’OND (99, 100 et 101). Ce monument malheureusement démoli présente l’intérêt, outre le nombre important de fragments préservés, d’avoir pris place à l’origine dans une chapelle funéraire, rappelant en quelque sorte celle de la cathédrale.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle

  • 38 Ou en 1297, selon Seyboth, 1890, p. 263 et Barth, 1980, col. 1340.
  • 39 Henri de Mullenheim l’achète pour 180 marcs d’argent au prieur du couvent d’Allerheiligen : AdBR, (...)
  • 40 AdBR G 4714/2 (acte de fondation). Cet acte ainsi que d’autres se rapportant à des donations ultér (...)

47Les fragments se trouvaient enfouis à proximité de l’ancienne chapelle funéraire de la famille des Mullenheim. La construction de cette chapelle remonte au deuxième quart du xive siècle. Le terrain de la maison de la rue de la Toussaint se situe sur l’emplacement de l’ancien couvent des frères saccistes, moines mendiants, dont l’ordre est supprimé par le Concile de Lyon en 1275. Les prémontrés d’Allerheiligen dans la Forêt-Noire ont acquis en 1292 le couvent ainsi que des immeubles voisins pour l’agrandir38. Ce couvent abandonné depuis 1320 fut finalement acheté par Henri de Mullenheim, connu à Strasbourg surtout pour ses activités de grand financier (1266-1336)39. Il en transforma les bâtiments, fonda et construisit en 1327 un oratoire dédié à Tous-les-Saints (fundationem oratorii de Omnibus Sanctis), qui dépendra de la Collégiale Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg40.

La chapelle-funéraire des Mullenheim

  • 41 À propos du droit d’inhumation, voir l’acte de fondation mentionné ci-dessus et AdBR G 6198/2. Voi (...)
  • 42 La famille des Mullenheim augmente par la suite les prébendes, qui, un siècle après sa fondation, (...)
  • 43 Dans son testament daté du 28 mars 1336, il fonde un anniversaire en sa faveur : AdBR G 6197/12 et (...)
  • 44 À la suite de la démolition, une maison privée a été construite en 1798 à l’emplacement de l’orato (...)

48L’oratoire de la Toussaint, la plus remarquable fondation de chapelle privée à Strasbourg, fut donc l’œuvre d’un des hommes les plus riches de la ville. Selon le désir de son fondateur, cette chapelle constitua dès sa construction la chapelle funéraire de sa famille41. Henri de Mullenheim institua ainsi cinq prébendes pour l’entretien de cinq prêtres, chargés de prier pour les membres de sa famille qui seront inhumés dans la chapelle42. Il mourut en 1336 et sa sépulture pris place selon sa volonté dans sa chapelle funéraire43. Par la suite, une branche de la famille adopta le culte réformé et les deux cultes furent présents dans la chapelle. Puis, dès 1569, l’oratoire fut sécularisé et servit de grenier à blé, et ce jusqu’en 1685, date à laquelle elle fut rendue au culte catholique. Finalement, elle fut démolie à la Révolution en 179044.

  • 45 Le plan exécuté par Blondel en 1765 et les dessins de Naeher, Tschorung et Meissnern ont été publi (...)

49Nous avons une idée du bâtiment médiéval grâce à trois dessins et à un plan, exécutés quelques décennies avant la démolition45. Notamment, la vue réalisée par un certain Naeher montre une nef qui s’ouvre sur quatre grandes baies, du côté sud, et un chœur plus étroit, large d’une travée et terminé par un chevet pentagonal (102). Pour ce genre d’édifice, la chapelle avait donc des dimensions imposantes, même si son architecture extérieure semble avoir été simple.

  • 46 Voir Milius et Trendel, 1985, p. 56.

50À l’intérieur de la chapelle, le tombeau d’Henri et le saint sépulcre constituaient certainement les monuments les plus importants. Cependant, les sources ne nous indiquent ni à quel moment l’un et l’autre ont été érigés, ni quand ils ont été détruits. Daniel Milius et Guy Trendel supposent, dans leur rapide étude sur cette riche famille des Mullenheim, que le tombeau fut démonté en 1770 déjà46. Quant au saint sépulcre, la question de sa destruction et de l’enfouissement des fragments dans le sol reste ouverte : peut-être lors de la nouvelle affectation (en 1569) ou, plus tard, au moment de la démolition de la chapelle ?

Le tombeau d’Henri de Mullenheim

  • 47 À propos du tombeau : voir Milius et Trendel, 1985, p. 54-56, ill. p. 55.
  • 48 Le dessin est cependant signé d’une lettre à droite sous un pinacle.

51D’après Milius et Trendel, le tombeau actuellement disparu existait encore au milieu du xviiie siècle et était situé du côté nord47. Ces auteurs en publient d’ailleurs un dessin, sans le dater48. À certains détails, on peut néanmoins conclure qu’il montre le tombeau dans un aspect récent.

52On y voit dans un enfeu un gisant reposant sur une dalle, aux angles de laquelle quatre petites colonnes supportent une deuxième dalle, ornée sur sa longueur d’une frise aux armes des Mullenheim ; au-dessus, une peinture occupe tout l’enfeu, dont le pourtour est occupé par une inscription funéraire : « Anno. Domini. MCCCXXXVI. IV. ID. Aprilis. obiit. Henricus de Mulnheim. fundator. huius. ecclesiae. »

  • 49 À propos de l’œuvre de Wölflin et de sa datation, voir plus loin dans la deuxième partie.

53Le type général de ce monument reprend celui du double tombeau des landgraves Philippe († 1332) et Ulrich de Werd († 1344) qui est situé dans l’église Saint-Guillaume à Strasbourg et signé par le célèbre maître Wölflin de Rouffach (146 et 147)49. Les vêtements que portent le gisant d’Henri de Mullenheim († 1336) appartiennent à la même mode que ceux de Philippe de Werd avec les manches longues serrées et fermées par une suite de petits boutons ronds, détail vestimentaire apprécié de plus en plus dans la seconde moitié du siècle. Milius et Trendel attribuent, de façon hardie, le tombeau au maître Wôlflin.

  • 50 On pense, par exemple, au triptyque de la chapelle Reale à Grenade peint par Dirc Bouts (vers 1455 (...)

54L’iconographie de la Résurrection peinte dans le fond de l’enfeu est postérieure à la sculpture du gisant d’Henri et rappelle surtout certaines peintures du xve siècle sur lesquelles le Christ marche devant le rocher renfermant son tombeau50. La scène pourrait bien être néo-gothique. Elle aura remplacé une plus ancienne ou complété la dalle. L’emplacement de l’inscription funéraire est, de plus, inhabituel. Aussi ce dessin représente-t-il l’aspect que devait avoir le monument au plus tôt au xve siècle, voire au xixe siècle.

55Au xive siècle, le gisant était-il simplement posé sur une dalle funéraire ou bien, comme on le voit sur le dessin, déjà surmonté d’une deuxième dalle et placé dans un enfeu, de la même manière que le tombeau des deux landgraves ? Quel qu’ait été l’aspect d’origine du tombeau du fondateur, on ne peut qu’être certain du gisant, qui est contemporain du tombeau des de Werd et doit remonter aux années 1340.

Le saint sépulcre

  • 51 À propos des descendants d’Henri de Mullenheim, voir d’une façon générale Weil, 1967, p. 276-279, (...)

56Les conditions et la date de la commande du saint sépulcre demeurent ignorées. Cependant, le style des fragments conservés permet de dater le monument dans les années 1380. Le saint sépulcre est donc largement postérieur au gisant d’Henri. C’est peut-être à un descendant d’Henri ou à un chanoine que l’on doit ce saint sépulcre, qui a dû compléter le programme funéraire de l’église familiale51.

  • 52 Voir Friederich, 1912.
  • 53 Friederich mentionne, en effet, quelques vestiges d’architecture, sans les décrire ni les insérer (...)
  • 54 Friederich avait identifié quatre statues en plus du Christ, Victor Beyer trois seulement Le doute (...)

57Les fragments découverts sont facilement identifiables comme appartenant à un saint sépulcre : la cavité prévue pour l’Eucharistie et les figures représentées ne permettent aucun doute à ce propos. Ces fragments ont été relevés et décrits par Karl Friederich, architecte adjoint à la cathédrale, en 1912 (103)52. Depuis, ils ont perdu une bonne partie de leur polychromie. Certains n’ont pu être retrouvés, soit le fragment portant le no 8 du relevé de Friederich et les fragments d’architecture qu’il a mentionnés sans les décrire53. Actuellement au nombre de 22 environ, les fragments, dont certains peuvent être assemblés, permettent de reconnaître un Christ gisant et trois – voire quatre saintes Femmes54.

2. Aspect d’origine et type

  • 55 Hans Haug a rapproché ce fragment de celui de la rue de l’Epine (Haug, 1948, p. 143), voir précéde (...)
  • 56 Voir Beyer, 1955, p. 69, cat. no 41 i.
  • 57 Voir Beyer, 1955, p. 37.

58Même si les éléments sculptés ont subsisté en nombre important, il n’est plus possible de restituer le type de ce saint sépulcre monumental, car certains points demeurent invérifiables. Tous les éléments sont sculptés dans un grès rose clair, à l’exception d’un pied découvert avec les fragments, qui est, lui, d’un grès blanc des Vosges55. Comme Beyer, on tend à croire que ce fragment de pied chaussé provient d’un autre monument (peut-être du tombeau d’Henri)56. En l’état, on ne peut donc établir ni le nombre ni les attitudes des guerriers qui devaient orner la face du sarcophage à l’origine. Une autre incertitude, beaucoup plus importante pour notre propos, concerne la présence ou non d’un ouvrage d’architecture – baldaquin ou autre – à l’origine. Le crochet dessiné par Friederich (portant le no 7) ne permet pas de se prononcer sur le type d’architecture. De plus, il est d’un grès des Vosges blanchâtre. Dès lors, son appartenance au saint sépulcre, comme dans le cas du fragment de pied, est problématique. Beyer émet l’hypothèse que les reliefs des gardiens et de l’édicule d’architectural ont été taillés dans un grès blanc, différent de celui des statues57. L’utilisation de grès différents pour un monument est toujours possible. L’exemple de Niederhaslach a montré, sans surprise aucune, que dans un saint sépulcre les gardiens pouvaient être sculptés dans un autre matériau que les statues en ronde-bosse.

59En revanche, la typologie générale des figures, tout à fait habituelle, présente peu d’ambiguïté. Autour du Christ allongé, trois ou quatre saintes Femmes se dressaient debout chacune sur un socle octogonal. On relève que les statues du Christ et des saintes Femmes, de dimensions semblables, devaient être à l’origine plus grandes que nature. En conséquence, ce saint sépulcre était un monument imposant par les dimensions de ses statues, que ni celles du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine ni celles de Haguenau n’atteignaient.

60De même, la typologie du Christ, bien que courante au premier abord, innovait d’une certaine façon. Certes, la statue reprenait le type du Christ ceint d’un perizonium autour des reins, le buste nu et les mains croisées sur le ventre. Elle devait être indépendante de la plate-forme du sarcophage, puisque le dos est travaillé avec soin en arrondi. Il rappelle en ceci la statue du Christ de Niederhaslach. La tête reposait sur un coussin, selon une composition que l’on rencontre également à Haslach. Cependant, motif rare, la tête est demeurée entourée d’un nimbe crucifère, alors qu’elle reposait sur un coussin. En fait, il existe plusieurs variantes de motifs et d’attributs pour le Christ. Le plus souvent, on a opté soit pour le nimbe crucifère, soit pour le coussin funèbre, directement inspiré des tombeaux. À l’oratoire de la Toussaint, les deux éléments motifs s’additionnent. Cette formule apparaît ici pour la première fois. Elle ne fut pas retenue par la suite et demeure donc unique. Le fait que l’on n’ait pas éliminé un élément au profit de l’autre montre, d’une part, l’attachement à l’iconographie usuelle du Christ et, d’autre part, l’intérêt pour un nouvel élément issu de l’art funéraire. Ce simple détail iconographique prend donc une certaine importance en affirmant simultanément la double nature du Christ, divine et humaine.

61Plusieurs éléments parlent en faveur d’une exécution tardive. Par exemple, le motif des chevelures qui s’étalent largement ne s’observe pas encore dans les autres saints sépulcres et atteste d’une modernité certaine. Il en va de même pour le voile festonné et revenant à deux fois sur la gorge (fragment no 3) ainsi que le voile à grand rucher (fragments no 2, 3a et 3b). Un voile ourlé d’un grand rucher de même type est aussi porté par une sainte Femme provenant du saint sépulcre de l’église de Neuenburg-am-Rhein. Ce saint sépulcre haut-rhénan date du dernier quart du xive siècle, époque pendant laquelle cette coquetterie apparue dans les années 1380 s’était largement répandue.

62Somme toute, le luxe de certains détails, le soin porté à la sculpture et les dimensions imposantes que devaient avoir le monument font penser à une œuvre de qualité exceptionnelle, que les descendants d’Henri de Mullenheim auront certainement désirée telle pour augmenter encore le prestige de la chapelle familiale, suivant l’exemple donné par l’évêque Berthold peu avant le milieu du siècle.

Le saint sépulcre de la commanderie de Saint-Jean de Strasbourg

  • 58 Voir Cat. no 18, p. 344-345, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

63Le sous-sol strasbourgeois a caché longtemps un autre saint sépulcre monumental, postérieur à celui érigé dans l’oratoire de la Toussaint. Actuellement conservés au Musée de l’OND, une vingtaine de fragments ont été mis au jour en 1973 à l’emplacement de l’ancien couvent de Saint-Jean (104, 105, 106 et 107)58. Ils y avaient été utilisés comme remblai, probablement au xviie siècle. Ils ont d’ailleurs été découverts en même temps que d’autres vestiges de sculpture, datant de diverses époques.

  • 59 Voir Beyer, 1977 ; Beyer, 1979.

64Comme pour le saint sépulcre des Mullenheim, Beyer s’est attaché à décrire les fragments de ce monument et à les dater par l’étude stylistique, en laissant ouvertes les délicates questions relatives à sa provenance59. À la lecture des documents d’archives, on peut maintenant être certain que le saint sépulcre a été réalisé pour l’église de la commanderie de Saint-Jean de Jérusalem et qu’il s’y trouvait encore au moment de la démolition de l’église et du couvent. Chose suffisamment rare dans le cas des saints sépulcres pour être soulignée, les sources scripturaires fournissent ici les jalons principaux de l’histoire de ce monument et une date sûre.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle

  • 60 À propos de l’implantation de cet ordre en Alsace, voir Trendel, 1983 ; Trendel, 1989.
  • 61 À propos de la commanderie strasbourgeoise, voir Kœnigshoven, 1870-1871, p. 732 ; Dacheux, 1901, p (...)
  • 62 AdBR H 1352/7 (1366).
  • 63 AdBR H 1352/10 (1367), H 1352/11 (1368, bulle papale). Plusieurs bulles seront émises à propos de (...)
  • 64 AdBR H 1353/2 (donation), H 1353/3a, H 1353/1, H 1353/la, H 1353/1b et H 1385/12 (1370).

65L’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem avait plusieurs commanderies en Alsace, dont celle de Strasbourg à l’île-verte était la principale60. Après Colmar au début du xiie siècle, puis Dorlisheim, Mulhouse, Soultz, Rhinau, Haguenau, Sélestat, Wissembourg et Friesen, la commanderie strasbourgeoise fut fondée en 137161. On la doit à un ancien banquier, qui appartenait au patriciat bourgeois de Strasbourg, Rulman Merswin (1307-1382). En 1366, l’évêque Jean de Strasbourg et l’abbé Altdorf ont autorisé Merswin à acquérir au lieu dit « Grüne Wörth » (c’est-à-dire de File-verte ou du Marais) le couvent des Augustins de la Sainte-Trinité, alors fermé, et d’y placer des prêtres séculiers chargés de l’office divin62. La vente se fit l’année suivante, puis en 1368 une bulle du pape Urbain V certifia l’établissement de quatre chapelains séculiers de l’ordre de Saint-Jean dans la maison de l’île-verte63. La donation de la maison de l’île-verte à l’Ordre de Saint-Jean par Merswin et la fondation de cette maison avec les règlements qui s’y rapportent datent de 1371, année pendant laquelle le Grand Maître de l’ordre confirma la fondation64.

La commanderie strasbourgeoise

  • 65 AdBR H 1398/18 (1687) notamment.

66Avec l’incorporation en 1399 de la commanderie de Sélestat, fondée en 1265, la maison strasbourgeoise s’agrandit considérablement. L’annexion d’autres maisons lui permit d’asseoir véritablement son patrimoine. Elle jouissait d’ailleurs d’une grande renommée, assurée grâce au soutien de la riche noblesse locale. La Réforme (1524-1529) mit un frein à sa prospérité et marqua le début de difficultés surgies entre les chevaliers, restés catholiques, et le Magistrat de la Ville, adepte de la nouvelle confession. La situation des bâtiments de la commanderie sur la première enceinte urbaine compliqua encore les relations avec la Ville. Celle-ci s’appropria dès 1545-1547 une partie du jardin des Johannites pour étendre les fortifications. Les tensions prirent une tournure radicale en 1633 avec la suppression de la maison. La Guerre de Trente ans se faisant toujours plus virulente, la Ville craignit que les catholiques ne pénétrassent de ce côté et décida de modifier, pour sa sécurité, le tracé des fortifications. Le couvent fut alors évacué, une partie des bâtiments de la commanderie puis son église démolies. En 1686 et 1687, il fut décider après procès de dédommager les Johannites des pertes essuyées et de leur remettre l’ancien couvent de Saint-Marc65. La commanderie fut finalement dissoute à la Révolution. Aujourd’hui, il ne subsiste donc qu’une petite partie des bâtiments de la maison de l’île-verte, affectés à la prison Sainte-Marguerite.

  • 66 Voir les dessins publiés dans Trendel, 1983, p 4, 33, 37 et 39 ; Rott, 1989.
  • 67 « Couvent des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem 1371-1633 », gravure anonyme, vers 1684. Cabin (...)
  • 68 Voir Rott, 1989, p. 241-242.

67Grâce à plusieurs plans et croquis, on garde le souvenir du vaste complexe architectural de la commanderie, qui est à l’image de la puissance de la maison66. Le Cabinet des Estampes de Strasbourg conserve une double vue de cette église (108)67. Dans une étude riche en renseignements, Jean Rott donne une description détaillée des bâtiments et du mobilier68. L’église se composait de deux nefs : vers 1380, une nouvelle nef avait été accolée au vaisseau unique qui constituait l’ancienne église, rénovée à l’initiative de Rulman Merswin et placée dès lors au sud.

Le fondateur de la commanderie

  • 69 Voir Burg, 1945, p. 166, 176-177 ; la notice « Merswin, Rulmann » de Steer Georg dans : Verfasserl (...)
  • 70 Voir la notice « Amis de Dieu », de Chiquota dans : Dictionnaire de spiritualité, 1937-1986, t. 1, (...)
  • 71 Voir la notice « Merswin Rulman » de Rapp Francis dans : Dictionnaire de spiritualité, 1937-1986, (...)

68Le fondateur de la commanderie strasbourgeoise Rulman Merswin n’a pas eu uniquement des talents de financier. Il a surtout été retenu dans l’histoire rhénane, et plus largement européenne, pour son activité d’écrivain et pour sa quête mystique69. En effet, abandonnant ses affaires probablement au milieu du xive siècle, il se voua entièrement à la recherche spirituelle, alors encouragée par ses contemporains, notamment par l’illustre dominicain strasbourgeois Jean Tauler († 1361). Il compta parmi les célèbres « Amis de Dieu » (Gottesfreunde), un mouvement mystique tant religieux que laïque, qui au courant du xive siècle s’est affirmé et se répandit en Allemagne, en Suisse et jusqu’aux Pays-Bas et dont Strasbourg fut un centre important aux côtés de ceux de Bâle ou de Cologne70. Les « Amis de Dieu » regroupaient des individus de divers horizons : des prédicateurs, des prêtres séculiers, des religieuses – notamment des dominicaines –, des laïcs, de nobles chevaliers, de pieux personnages. Tous menaient une vie spirituelle très active, échangeaient une riche correspondance et, dans ce siècle tourmenté, tendaient vers un idéal : élever l’âme chrétienne par la pratique de la dévotion intérieure jusqu’à l’amitié divine. Eckhart, Tauler, le Bienheureux Suso, Henri de Nôrdlingen, Nicolas de Strasbourg et Margareta Ebner en sont les représentants les plus célèbres. En fervent chrétien donc, Merswin s’inspira de Tauler et de maître Eckhart et rédigea plusieurs ouvrages dont le plus important est un discours au ton menaçant, annonçant la venue d’atroces punitions, le « Liber novem rupibus ». À l’instar de la littérature mystique, ses écrits furent très appréciés. Sa plume, cependant, n’est pas jugée actuellement comme l’une des plus brillantes de l’époque71.

  • 72 Voir Rath, 1962 ; la notice « Merswin Rulman » de Rapp Francis dans : Dictionnaire de spiritualité (...)
  • 73 Voir Burg, 1945, p. 176.
  • 74 Voir Rott, 1989, p. 241-242.

69Aujourd’hui il est difficile de cerner la personnalité de Merswin, dont on découvre de multiples facettes, qui nous semblent parfois opposées. Ainsi, il affirme être le destinataire privilégié des textes écrits par un certain « Ami de Dieu de l’Oberland ». Mais ce personnage, resté longtemps énigmatique, est considéré de nos jours comme fictif72. La critique littéraire pense, en effet, que cet « Ami » n’a pas existé autrement que dans l’imagination de Merswin. Cette découverte entache quelque peu sa production, bien qu’au fond « c’était, selon l’historien de l’église André M. Burg, une pieuse supercherie » comme tant d’autres au Moyen Âge73. Par ailleurs, si on lui reconnaît généralement le mérite d’avoir fait de la maison de l’Île-verte un véritable foyer du mysticisme, certaines voix s’élèvent pourtant pour affirmer que cette commanderie a fait office de « maison de retraite pour familles distinguées »74. Autant dire que Merswin est perçu actuellement de façon ambiguë, voire contradictoire.

70Sans pouvoir se prononcer sur ce Strasbourgeois difficilement définissable, qui installa des prêtres de l’ordre de Saint-Jean dans la maison de l’Île-verte puis s’y retira lui-même, on retiendra les deux aspects prédominant de sa personne : homme puissant et riche, épris de spiritualité mystique.

Un document d’archives

71La construction du saint sépulcre doit-elle être mise en rapport avec l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem et avec l’évocation de la Terre Sainte et du tombeau du Christ que les hospitaliers avaient défendu jusqu’à la fin du χιiie siècle ? Ou bien est-elle été liée au contexte culturel et religieux de la commanderie strasbourgeoise, mêlant finances de grandes familles et mysticisme dévot ?

  • 75 Ces précieuses listes (extraits de comptes) sont regroupées dans une liasse : AdBR H 1408, cahier (...)
  • 76 AdBR H 1408, fol. i. Les trois années de construction sont mentionnées aussi dans d’autres documen (...)
  • 77 À titre de comparaison, « Item ein künstlich Steiner gehauenes presbyterium : hat gekostet 51 fl. (...)
  • 78 AdBR H 1408, fol. 14. Voir aussi Rott, 1989, p. 244.
  • 79 AdBR H 1408, fol. 22.
  • 80 AdBR H 1408, Mémoire pour le bastiment de Saint-Jean, cahier d’estimation des biens du couvent, no(...)

72L’étude des sources documentaires nous fournit de précieux renseignements, plus nombreux dans tous les cas que ceux rassemblés pour d’autres saints sépulcres. Après l’évacuation de la maison et la démolition de l’église et lors du procès de 1686, des listes furent établies en vue des dédommagements à payer aux Johannites75. De ces divers documents remontant à 1685-1686, on apprend qu’entre 1398 et 1400 un saint sépulcre a été construit dans l’église de Saint-Jean pour la somme de 86 florins : « Custodia 1398. 99. et 1400 dass hl. Grab kostet Uber 86fl.76. » Trois ans furent nécessaires à la construction du sépulcre. D’ailleurs le prix correspondait à un ouvrage important77. Effectivement, on l’apprend plus loin, il était coiffé d’un grand ouvrage voûté, construit en pierre et travaillé. Il était aussi pourvu d’images, vraisemblablement de sculptures : « Item do war dass Heylige Grab mit seinem grosen künstlich Gewolb von Steinwerck, davon zwar noch etwas verhandten aber hesslich verschlagen ündt verderbt, dass die Bilder darin gekostet v. rechnung custodis 140078. » L’accès au monument était protégé par une grille : « Custodia 1399. Item von dem Heiligengrab ein fÿsernes gacter79. » Au xviie siècle, le saint sépulcre était endommagé, comme le précisent un des textes déjà cités ainsi que cette autre mention : « Plus pour toute la pierre de taille qui composait le St Sepulchre d’où on voit encor de mesmes pierres dans le couvent qui doit estre le tout pour la valleur desdites pierres et dit matériaux estimé à 200 livres80. »

73Aussi sait-on maintenant avec certitude que dans l’église de la commanderie prenait place un saint sépulcre de type monumental avec un ouvrage le protégeant, dont on connaît également la date de construction. La forme et le prix du saint sépulcre, rarement précisés dans un texte, s’expliquent en raison de la nature de la source qui dresse l’inventaire des biens du couvent pour évaluer les dédommagements. Le saint sépulcre des Johannites est d’ailleurs le seul pour lequel l’existence d’un ouvrage est attestée par une source écrite.

74Qui fut le commanditaire du monument ? Merswin, mort le 18 juillet 1382, n’a pu se charger directement de la réalisation de ce monument, puisque d’après les documents scripturaires il a été érigé vingt ans après son décès. Certes, on ne peut pas exclure que ses descendants aient légué une somme d’argent dans ce but. Cependant, un doute subsiste sur les réels commanditaires de ce monument.

  • 81 Un saint sépulcre est attesté en 1438 (AdBR H 1363, 6). Puis un inventaire des ornements de l’égli (...)

75Quelles furent les raisons de l’érection du saint sépulcre ? On est en droit de se demander si le lien privilégié qu’entretenaient les chevaliers de Saint-Jean avec Jérusalem n’en est pas la première, même si ce type de monument se retrouve dans d’autres contextes. On sait par exemple que la commanderie de Sélestat a possédé un saint sépulcre81. Certes, la présence en Terre Sainte jusqu’en 1291 de l’ordre militaire et les croisades auxquelles il a participé ont eu pour conséquence un rapport étroit avec les lieux saints, mais les commanderies ne paraissent pas, à notre connaissance, avoir cherché particulièrement à rappeler le tombeau du Christ. Aussi ce lien avec Jérusalem n’a-t-il dû jouer, d’après nous, qu’un faible rôle pour la réalisation du saint sépulcre.

  • 82 Voir Trendel, 1983, p. 31. On l’a déjà évoqué, 188 tombeaux y sont dénombrés d’ailleurs en 1686.
  • 83 Voir Trendel, 1983, p. 12-13 ; Rott, 1989, p. 242.
  • 84 Voir Rott, 1989, p. 241.

76La véritable raison de la construction du monument se situe probablement ailleurs : le désir de notabilité de la part de la famille de Merswin a dû être à l’origine du saint sépulcre. La puissance de la commanderie, et peut-être celle des héritiers du fondateur, accrédite cette hypothèse. L’église de la commanderie était d’ailleurs un lieu de sépulture recherché par les notables82. Les pratiques funéraires et les droits d’inhumation acquis par l’ordre encourageaient les nobles et les bourgeois à élire leur sépulture dans les églises des Hospitaliers. Les donateurs étaient notamment assurés que les messes anniversaires ne seraient pas oubliées et leur nom régulièrement rappelé à la mémoire de tous. En conséquence, des membres des familles les plus illustres reposaient dans les commanderies alsaciennes, notamment celle de Strasbourg dont on a relevé le caractère particulièrement distingué83. Merswin fut enterré dans l’église de la commanderie. Son monument funéraire se trouvait dans la nef sud devant l’autel de la Trinité à côté des tombeaux des commandeurs84. On ignore en revanche à quel moment il fut réalisé, quelle forme il avait – une modeste dalle ou un imposant tombeau – et quel lien il a pu avoir avec le saint sépulcre. Mais si on ne peut plus se prononcer sur un éventuel programme d’ensemble de l’église de la commanderie ni sur des commanditaires précis, il demeure plausible que les successeurs de Merswin aient payé le saint sépulcre et souhaité, dans cette église au contexte funéraire particulièrement prestigieux, affirmer l’importance de leur lignée et se distinguer ainsi de leurs concitoyens.

2. Aspect d’origine

  • 85 Cela annule donc l’hypothèse de Hans Zumstein selon laquelle le saint sépulcre avait été construit (...)

77Le matériau des fragments découverts, l’endroit même de leur enfouissement et leur style – comme on le verra – caractéristique de la fin du xive siècle assurent que ces vestiges proviennent du saint sépulcre cité comme ayant été construit entre 1398 et 140085.

78Le mauvais état du monument, dont toutes les pièces sont cependant contemporaines, est tel qu’il n’est plus possible d’en avoir une vision complète, ni de composer à partir des fragments une seule figure entière. Une vingtaine d’éléments seulement ont été retrouvés, très disparates de surcroît. De plus, une couche épaisse de dépôts minéraux s’est déposée sur certains fragments durant leur enfouissement. Néanmoins les dimensions imposantes, la qualité de la sculpture et les vestiges de polychromie de ces pièces laissent supposer une œuvre importante de type monumental, comme la décrivent les sources.

L’ouvrage d’architecture

  • 86 D’après Beyer, deux fragments et quelques vestiges de ciment ont été découverts en même temps que (...)
  • 87 Une étude de ces pigments pourrait apporter de précieux renseignements sur la polychromie de ce fr (...)

79On l’a vu, les textes assurent que ce saint sépulcre était coiffé d’un grand ouvrage voûté. On dénombre actuellement parmi les vestiges du saint sépulcre un élément d’architecture avec un décor peint (109), un fragment d’une pièce moulurée et deux autres éléments trop endommagés pour nous renseigner86. L’élément d’architecture, qui est épais, mouluré d’un côté seulement et laissé brut de l’autre, a fait partie d’une construction qui s’encastrait dans une maçonnerie. Plus élevé à gauche (endroit où la pièce est liée à la maçonnerie) qu’à droite, il a pu s’agir du premier claveau d’un arc, la moulure étant légèrement courbe. Il est peint d’un décor végétal, dont les couleurs dominantes, en plus de la dorure, sont le rouge et le noir87 : deux feuilles de vigne superposées grimpent le long de la moulure et s’étalent jusqu’à toucher le tore, lui-même rehaussé de couleur.

80Même si ce motif n’étonne pas pour le xive siècle, une étude scientifique de la polychromie réalisée sur l’ensemble des fragments conservés pourrait nous assurer que la polychromie du claveau d’arc est bien d’origine et nous permettre aussi des comparaisons entre les vestiges. Quant à la moulure de ce claveau, elle est très sobre et remonte au xive siècle. La seconde pièce d’architecture importante, conservée en partie seulement, présente une moulure plus fine et plus travaillée. Ce fragment a pu constituer un élément d’un montant entre deux arcs, analogue à ceux du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine.

81Les pièces conservées sont donc trop peu nombreuses pour déduire la forme précise qu’avait l’ouvrage coiffant le saint sépulcre à l’origine. Cependant, on sait qu’il était lié à la maçonnerie et composé d’au moins un arc, voire de plusieurs si, comme on le pense, le fragment mouluré faisait partie d’un des montants. Dans cette hypothèse, l’ouvrage aurait été composé de plusieurs voûtains et aurait probablement constitué un baldaquin.

82L’ornement végétal devait s’étendre à tous les arcs du baldaquin et représenter l’essentiel du décor. Aussi, on conçoit mal qu’il ait pu être associé à des motifs géométriques compliqués, tels ceux des saints sépulcres de la chapelle Sainte-Catherine et de Haguenau formés d’une superposition de lobes qui, à l’origine, étaient certainement soulignés de couleurs et de dorure. Au contraire, le motif végétal exclut des motifs géométriques trop sophistiqués. Il semble, en conséquence, que le choix du décor pour le baldaquin s’est porté sur un autre genre de motifs que ceux adoptés précédemment à la cathédrale ou à Haguenau. À supposer qu’il soit d’origine, le décor peint était vraisemblablement un décor à part entière et non pas seulement le rehaut coloré de formes architecturales.

Les figures

  • 88 L’une est illustrée dans le dessin publié par Beyer (Beyer, 1977, ill. 6, no 1), l’autre a paru en (...)
  • 89 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 2, 3 et 4.
  • 90 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 7. Les dimensions du torse sont plus petites que celles des bustes de (...)
  • 91 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 9 et 10.
  • 92 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 5, 6, 8 et 11.
  • 93 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 16 et 17.
  • 94 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 12, 13, 14, 15, 18.

83Les fragments de statues sculptées en ronde-bosse appartiennent à plusieurs figures reconnaissables : deux têtes féminines88, trois bustes de saintes Femmes89, un buste d’ange90, des pieds91, divers plissés92, deux fragments de pots d’aromates de forme cylindrique93 et quelques autres petits vestiges de moindre importance94. Si ces fragments ne rendent pas possible la reconstitution complète d’une figure, on peut reconnaître au minimum trois femmes et probablement deux anges debout. Toutes les femmes sont de stature imposante, proche de la grandeur nature. L’une d’entre elles, la Vierge visiblement, est marquée par une grande tristesse ; une deuxième, Marie-Madeleine sans doute, laisse apparaître une chevelure libre tombant sur une robe au large décolleté ; une troisième, Marie Jacobi ou Marie Salomé, a la tête voilée et le bas du visage caché dans une guimpe. Comme les fragments ne s’assemblent pas directement entre eux, notamment les têtes et les bustes, la présence d’une quatrième sainte est envisageable. Les anges, les pieds nus, sont de plus petites dimensions. Vraisemblablement ils ont été posés de trois quarts ou de profil sur les côtés du sarcophage. Les femmes, elles, le dos grossièrement taillé, se dressaient de face probablement derrière le Christ mort selon la composition la plus courante. Cependant, on ne peut savoir si elles étaient placées au niveau de la dalle du sarcophage comme à Haguenau, ou supportées par des consoles comme à Niederhaslach. On ignore aussi tout de la typologie du Christ et la composition de la représentation des gardiens, aucun vestige d’eux n’étant parvenu jusqu’à nous. On ne peut douter néanmoins que les vestiges retrouvés proviennent bien d’un saint sépulcre, la présence des pots d’aromates et la typologie des femmes l’assurent.

84En résumé, le saint sépulcre monumental de la commanderie de l’Île-verte fut exécuté de 1398 à 1400, soit un demi-siècle après celui de la chapelle Sainte-Catherine. Il était protégé par un grand ouvrage voûté, qui, probablement constitué de plusieurs arcs et voûtains, prenait la forme d’un baldaquin ; le décor peint fait de motifs végétaux laisse croire que l’on n’a pas repris pour ce baldaquin les motifs géométriques particuliers du saint sépulcre de la cathédrale ; au regard de la très bonne qualité et de la taille imposante de la sculpture, ce baldaquin devait certainement contribuer à la magnificence du saint sépulcre.

Le saint sépulcre de Neuenburg-am-Rhein

  • 95 Voir Cat. no 7, p. 324-325, et la bibliographie mentionnée dans la notice.
  • 96 Anne-Marie Schwarzweber a comparé les motifs de Neuenburg avec ceux de Haguenau, qui, cependant, n (...)

85Du saint sépulcre monumental conservé aujourd’hui dans la petite chapelle de la Sainte-Croix à Neuenburg-am-Rhein il ne subsiste que les trois statues des saintes Femmes (110, 111 et 112)95. Ces seuls vestiges nous empêchent évidemment de déduire si le saint sépulcre était à l’origine protégé d’un ouvrage. Neuenburg-am-Rhein est situé à proximité de Fribourg-en-Brisgau. On est donc tenté de voir dans le saint sépulcre plus ancien de Fribourg-en-Brisgau le modèle de celui de Neuenburg. Les Figures conservées ne reprennent, en fait, ni la gestuelle ni les attributs (le livre, par exemple) des saintes Femmes de Fribourg-en-Brisgau et ont été sculptées dans un tout autre esprit, avec moins de grâce et d’élégance. Les attitudes des trois Femmes, à une exception près, sont largement répandues : le mouvement de la main posée sur la poitrine, notamment, se retrouve à Fribourgen-Brisgau, à Flaguenau et dans d’autres monuments encore96. Autrement dit, rien de particulier ne les rapproche du saint sépulcre fribourgeois.

86La mode vestimentaire portée par ces trois femmes indique une datation dans le dernier quart du siècle. Les fragments de Neuenburg sont donc contemporains des vestiges du saint sépulcre de la famille Mullenheim ou de celui de la commanderie de Saint-Jean de Strasbourg. De plus petites dimensions que les fragments strasbourgeois, les figures de Neuenburg se caractérisent par une plus grande sobriété, tant dans les attitudes, les vêtements que les visages, identiques pour toutes les figures. Certes, les habits de Marie-Madeleine suivent la mode, mais leur luxe demeure modéré au regard de celui qu’affiche la même sainte sur d’autres monuments contemporains. Ici, il est devenu plus un signe, voire un attribut indispensable à l’identification de la sainte, qu’une véritable manifestation d’élégance raffinée. Fin plus de cette modération généralisée, la facture de la sculpture reste grossière.

87Aussi l’apparence générale du saint sépulcre a-t-elle dû être sobre. Le monument témoignait sans doute l’ambition mesurée du commanditaire et les modestes moyens mis en œuvre, à l’inverse de ce que l’on a pu constater pour les saints sépulcres fribourgeois et strasbourgeois.

Le saint sépulcre de Saverne

  • 97 Voir Cat. no 11, p. 332-333, et la bibliographie mentionnée dans la notice.
  • 98 L’inscription dit ceci : « Auen sculpsit 1889 ». De nombreux membres de la famille Auen sont sculp (...)
  • 99 Voir Beyer, 1966, p. 33 ; ill. 22.

88L’église paroissiale Notre-Dame-de-la-Nativité à Saverne en Alsace conserve actuellement une statue du Christ, dernier vestige d’un saint sépulcre monumental (113)97. Il a été placé en 1889 contre le mur nord de la nef à proximité du chœur, précisément dans un enfeu néo-gothique que réalisa le sculpteur (Gabriel ?) Auen, comme l’indique une inscription gravée dans le socle du pied-droit gauche98. À cette date, le fragment a retrouvé son église d’origine, comme le rappelle Beyer qui a retracé dans les grandes lignes l’histoire mouvementée du saint sépulcre99.

  • 100 L’église devint collégiale en 1482. L’édifice a été remanié à plusieurs reprises. La partie la plu (...)
  • 101 Amun Saverne, Église collégiale. Comptes de la fabrique. K 263, 1567 « Item III B. Moller Hansen v (...)
  • 102 Amun Saverne, K 345, 1609 : « Item bab ich das Grab auswendig vernuert und drei Bilder und etliche (...)
  • 103 Amun Saverne, Papiers Alfons Adam (curé de la paroisse, 1844-1905), AY VII, fol. 4 : « 1601-1606. (...)
  • 104 Le couvent des Récollets fut fondé en 1221, supprimé en 1781. En 1791, l’église et les bâtiments f (...)
  • 105 Voir Fischer, 1876, p. 19, note 1 ; Kraus, 1876, 1882, p. 641-642. Peut-être a-t-il occupé le cime (...)

89Ce dernier est mentionné à plusieurs reprises dans le nouveau registre communal de l’actuelle paroissiale aux xve et xvie siècles100. En 1569, le peintre Hansen repeint deux anges101. En 1609, le peintre Hans Jörg fut payé 7 Gulden pour restaurer le saint sépulcre et peindre trois statues (certainement les saintes Femmes) ainsi que, d’une manière générale, les parties en pierre102. De plus, outre la rénovation de la peinture, on trouve trace d’autres réfections. Notamment entre 1606 et 1609, le maçon Niclaus est chargé de la couverture (la voûte ?) du monument103. Le monument fut déplacé à la fin du xviie siècle dans l’église des Récollets de la même ville et remplacé dans la paroissiale en 1701 par un saint sépulcre en bois104. Il convient d’ajouter que plusieurs historiens du xixe siècle l’ont encore vu dans l’église des Récollets, facilement reconnaissable à sa cavité circulaire. On citera notamment en 1876 Dagobert Fischer et Franz Xaver Kraus, qui rapportent sans plus d’explication qu’auparavant la statue du Christ se trouvait dans le cimetière105.

90Ces indications permettent de comprendre que le fragment qui nous reste n’est pas représentatif de l’ensemble du monument, qui devait comporter à l’origine deux anges, trois saintes Femmes et être couvert d’un ouvrage. On ne sait rien de plus à propos de l’ouvrage.

  • 106 À noter que le nimbe est aussi absent du Christ de Schwâbisch Gmünd (après le milieu du xive), mai (...)

91Quant à la typologie du Christ, elle s’apparente d’une façon générale à celle des Christ alsaciens dont le corps est uniquement vêtu d’un perizonium. Ici, celui-ci est court et ceint les reins et les jambes jusqu’à mi-mollet. La poitrine est nue et les mains se croisent sur le ventre ; les genoux sont légèrement pliés. Plus précisément au sein du groupe alsacien, il rappelle le Christ de Niederhaslach ; il est couché, la tête dépourvue de nimbe et reposant directement sur un coussin (114) ; les traces du martyre sont uniquement visibles sur les mains et les pieds, de surcroît très petites. C’est surtout l’absence de nimbe qui étonne106. En fait, elle rappelle de façon ostensible la dimension humaine et mortelle du Christ, qui devient un véritable gisant, proche des autres défunts.

  • 107 Voir Beyer, 1955, p. 31, cat. no°36a et 36 b, p. 67, ill. XV a. Actuellement au Musée de l’OND à S (...)
  • 108 Voir plus loin, la deuxième partie.
  • 109 La datation vers 1440 proposée par Schwarzweber nous paraît trop tardive (Schwarzweber, 1940, p. 2 (...)

92Au point de vue stylistique aussi, on constate des liens évidents avec d’autres statues alsaciennes. Comme l’a relevé Beyer, le visage de ce Christ reprend les traits du saint Jean-Baptiste de l’ancienne commanderie de Saint-Jean de Jérusalem à Dorlisheim (milieu du xive siècle) : même forme de visage, même front large, mêmes arcades sourcilières grandes et allongées107. Ce saint Jean-Baptiste est d’ailleurs une reprise fidèle mais grossière, selon Beyer, du même saint qui prend place contre un pilier de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg108. Le lien entre ces œuvres n’en demeure pas moins éloigné. Le plissé du perizonium, qui est souple, réparti en grands cercles sur le devant et en méandres très arrondis sur les côtés, s’inscrit, en effet, dans le mouvement stylistique de la fin du siècle109. À juste titre, Beyer parle d’une « interprétation littérale et schématique du style que le milieu et la seconde moitié du xive siècle ont développé ».

  • 110 Voir Bachmeyer, 1935.

93Quant à la fonction liturgique de ce saint sépulcre au Moyen Âge, elle est manifeste, la cavité profonde pouvant être fermée. D’ailleurs Léon Bachmeyer, en résumant l’ancienne bibliographie, pense que cette cavité a pu servir de reposoir encore à la fin du xve siècle, puisque dès le début du xvie siècle les usages liturgiques de la paroisse en ont abandonné l’emploi110.

Conclusion

94On insistera sur le fait que les fragments conservés de saints sépulcres monumentaux complètent de façon capitale la connaissance que l’on a de ce type de tombeaux durant le xive siècle. Certes la diffusion de cette production demeure incertaine et pourrait encore varier si on découvrait de nouveaux fragments. Cependant on peut considérer comme fiable l’aperçu donné par la situation actuelle. On y reconnaît incontestablement un centre, la ville de Strasbourg, où l’on recense aujourd’hui six saints sépulcres monumentaux au minimum (chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale, église Saint-Étienne, rue de l’Épine, rue du Vieux-Marché-aux-Vins, oratoire de la Toussaint et commanderie de l’Île-verte), réalisés entre 1340 et 1400.

  • 111 On sait maintenant qu’un saint sépulcre monumental avec ouvrage pouvait se construire en trois ans (...)

95On pourrait s’étonner de la rapidité de la diffusion de ce type de monument. En effet, à peine le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, le point de départ vraisemblable (que l’on étudiera dans le détail dans la troisième partie) de toute la production, était-il achevé – ou du moins très avancé – que l’on construisait déjà celui de Bâle111. Puis, dans l’espace d’une décennie, plusieurs saints sépulcres virent le jour de façon très rapprochée. Cette grande proximité temporelle s’explique probablement par la réussite évidente du nouveau type (réussite à tous points de vue, formels comme iconographiques).

96Si le saint sépulcre monumental se compose d’un sarcophage, protégé d’un baldaquin ou d’une clôture, et se caractérise par des figures permanentes sculptées en pierre qui se dressent sur le sarcophage, l’étude de ces ensembles détruits et des saints sépulcres encore conservés dans les églises montre cependant une grande variété de formes et de motifs. Elle met nettement en lumière combien cette diversité fut adoptée d’emblée.

Notes

1 Voir Cat. no 1, p. 312-313, et la bibliographie mentionnée dans la notice. À noter que les auteurs cités n’ont analysé que les trois premiers fragments puisque le quatrième, une tête de soldat, n’a été découvert qu’en 1984 et déposée dans les collections du musée.

2 Voir Futterer, 1926, p. 176.

3 Voir Maurer, 1961, p. 243-244.

4 Voir Maurer, 1961, p. 155, 176-181, 190. Voir aussi : Maurer-Kuhn, 1981, p. 16-17. Pour l’église, voir Barth, 1929 ; Miescher, 1913, 1914, 1917 ; Moosbrugger-Leu, Buxtorf, Maurer-kuhn et Feldges-Henning, 1968, part. Moosbrugger-Leu Rudolf, « Der archäologische Befund », p. 11 s.

5 Deux autels dédiés à la Sainte-Croix et à Sainte-Catherine se trouvaient dans cette chachapelle ; saint Théobald a dû partager le même autel que sainte Catherine (Maurer, 1961, p. 228 et note 6).

6 À propos du tremblement de terre de 1356, voir Wurstisen, 1580, p. CLXXV. Avant l’étude de François Maurer, Miescher a pensé que le saint sépulcre avait été détruit au moment du tremblement de terre, voir Miescher, 1913, 1914, 1917, part. 1914 p. 3. Cette hypothèse ne peut plus être retenue maintenant, puisque le monument est attesté en 1492.

7 Voir Maurer, 1961, p. 155,179-180, 279-286. Voir aussi Lüdke, Schönegg, 1978-1979.

8 Le priant de Schônegg a été orienté différemment lors d’une récente restauration. À propos des peintures murales, voir Maurer, 1961, p. 279-286.

9 Voir Maurer, 1961, p. 155, 240, 243-244, ill. 272.

10 François Maurer-Kuhn pense que le saint sépulcre prenait place dans la niche du mur nord, actuellement modifiée par la porte (Maurer-kuhn, 1981, p. 17, ill. 23 et 25). Dietmar Lüdke le situe dans la partie orientale de la chapelle (Lüdke, 1978-1979, Schönegg).

11 Arch. mun. Bâle, Saint-Léonard, Urkunde no 378. Le texte est donné plus loin, voir annexe 3.

12 Voir Futterer, 1926, p. 176.

13 Voir Schwarzweber, 1940, p. 13.

14 Voir Lehni, 1970, part. p. 4-5, ill. 1 bis et 2 A.

15 Voir Maurer, 1961, p. 149, 243-244.

16 Voir Maurer, 1961, p. 143, sceau no 13, ill. 162, p. 243 note 3 (sceau apposé sur un acte conservé aux : Amun Bâle, Saint-Léonard, acte no 404).

17 Voir Maurer, 1961, p. 243, note 3. À noter que les deux chapelles sont dédiées à Sainte-Catherine.

18 Voir Bugmann, 1972, p. 187-188.

19 À Bâle, on ne peut plus savoir si la représentation était constituée de plusieurs blocs ou d’un seul. Beyer rapproche nettement aussi le saint sépulcre bâlois de celui de Strasbourg plutôt que de celui de Fribourg-en-Brisgau, voir Beyer, 1952.

20 On ajoutera encore que le profil de la moulure du cadre se situe aussi dans ces années.

21 Voir Closs, 1937, p. 205, note 5.

22 Voir Lüdke, 1978-1979, Schönegg.

23 Un autre saint sépulcre est mentionné en 1360 à Bâle, dont on ne connaît pas, cependant, la forme. Voir Bauer, 1934, no 492 ; Schwarzweber, 1940, p. 13, note.25 ; et à propos des fouilles de cette église Moosbrugger-Leu, 1985.

24 Voir Cat. no 5, p. 320-321, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

25 Voir Meyer, 1972, p. 711-712.

26 La nouvelle église consacrée en 1718 fut construite par l’architecte Dominikus Zimmermann.

27 Voir Schwarzweber, 1940, p. 26.

28 Ce n’est qu’en 1843 que les franciscaines de Dillingen s’installèrent dans le couvent.

29 Cette dalle est d’un style sobre et très soigné. Habillée en moniale, la dominicaine a les yeux ouverts et la tête posée sur deux coussins ; elle tient sur sa poitrine un petit crucifix et sa main droite pointe un phylactère qui se développe à partir d’un des bras de la croix.

30 Voir Beenken, 1927, 176-177 ; Noack, 1960 et Noack, 1960, Kunstchronik.

31 Voir Bauch, 1976, ill. 54, 55, 78-90, 239, 286-287.

32 Voir Cat. no 15, p. 339, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

33 Voir Haug, 1948.

34 Voir Beyer, 1955, p. 37, cat. no 37 p. 68 ; Beyer, 1963, cat. no 222 p. 44.

35 Voir Cat. no 16, p. 340, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

36 Voir Beyer, 1955, cat. no 38 p. 68 ; Beyer, 1963, cat. no 221 p. 44.

37 Voir Cat. no 17, p. 342-343, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

38 Ou en 1297, selon Seyboth, 1890, p. 263 et Barth, 1980, col. 1340.

39 Henri de Mullenheim l’achète pour 180 marcs d’argent au prieur du couvent d’Allerheiligen : AdBR, G 6197/7 et G 6197/8. Henri de Mullenheim, habile financier, possède une fortune colossale. À plusieurs reprises d’ailleurs, d’importants personnages le sollicitent pour des prêts. À propos de sa biographie, voir Müllenheim-Rechberg, 1898, part. p. 19-247 ; Borries von, 1909 ; Dollinger, 1950-1951, part. p. 62-64 ; Weil, 1967, part. p. 272-278 ; Milius et Trendel, 1985 ; Metz, 1988.

40 AdBR G 4714/2 (acte de fondation). Cet acte ainsi que d’autres se rapportant à des donations ultérieures et que le testament de Henri de Mullenheim ont été copiés au xviie siècle : Cartulaire de l’Oratoire de la Toussaint, Anno M. DC. XCIX, AdBR G 6250 (notamment la fondation, fol. 22-32, les donations, fol. 33, 35-40). Acte de fondation résumé dans : Urkundenbuch Strassburg, 1884, p. 356-357.

41 À propos du droit d’inhumation, voir l’acte de fondation mentionné ci-dessus et AdBR G 6198/2. Voir aussi Stein, 1920, p. 51-55. D’une façon générale, à propos de la chapelle, voir Schœpflin, 1761, p. 293, ill. et plan après p. 288 ; Piton, 1855, p. 146-147 ; Kœnigshoven, 1870-1871, p. 741-742 ; Kraus, 1876, 1882, p. 548 ; Müllenheim-Rechberg, 1879, p. 1-7 ; Dacheux, 1901, p. 128, et vol. VII, p. 16 ; Seyboth, 1890,p. 263 ; Borries von, 1909, p. 80 ; Friederich, 1912 ; Stein, 1920 ; Barth, 1980, col. 1339-1340 ; Dollinger, Fuchs, Rapp, Lienhard, Recht et Rott, 1981, p. 57-67, p. 565.

42 La famille des Mullenheim augmente par la suite les prébendes, qui, un siècle après sa fondation, s’élèvent au nombre de douze : notamment AdBR G 6197/10 (1330-1331), G 6215/1 (1334), G 6224/3 (1358), G 6197/7 (1395).

43 Dans son testament daté du 28 mars 1336, il fonde un anniversaire en sa faveur : AdBR G 6197/12 et G 6197/12a, ainsi que la copie faite au xviie siècle G 6250, fol. 42-49. À propos de cet anniversaire, voir aussi la lettre réservale des frères mineurs s’y rapportant : AdBR G 6197/13 (1337). Voir aussi une vente de biens aux exécuteurs testamentaires d’Henri : AdBR G 6224/2 (1553).

44 À la suite de la démolition, une maison privée a été construite en 1798 à l’emplacement de l’oratoire (Friederich, 1912, p. 278).

45 Le plan exécuté par Blondel en 1765 et les dessins de Naeher, Tschorung et Meissnern ont été publiés dans plusieurs études et se trouvent regroupés dans Milius et Trendel, 1985.

46 Voir Milius et Trendel, 1985, p. 56.

47 À propos du tombeau : voir Milius et Trendel, 1985, p. 54-56, ill. p. 55.

48 Le dessin est cependant signé d’une lettre à droite sous un pinacle.

49 À propos de l’œuvre de Wölflin et de sa datation, voir plus loin dans la deuxième partie.

50 On pense, par exemple, au triptyque de la chapelle Reale à Grenade peint par Dirc Bouts (vers 1455), voir Panofsky, 1971, ill. 418.

51 À propos des descendants d’Henri de Mullenheim, voir d’une façon générale Weil, 1967, p. 276-279, et plus précisément à propos de ceux inhumés dans l’oratoire, voir Milius et Trendel (1985, p. 53), qui en donnent la liste.

52 Voir Friederich, 1912.

53 Friederich mentionne, en effet, quelques vestiges d’architecture, sans les décrire ni les insérer dans son relevé (Friederich, 1912).

54 Friederich avait identifié quatre statues en plus du Christ, Victor Beyer trois seulement Le doute demeure car certains fragments ne s’assemblent pas directement.

55 Hans Haug a rapproché ce fragment de celui de la rue de l’Epine (Haug, 1948, p. 143), voir précédemment.

56 Voir Beyer, 1955, p. 69, cat. no 41 i.

57 Voir Beyer, 1955, p. 37.

58 Voir Cat. no 18, p. 344-345, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

59 Voir Beyer, 1977 ; Beyer, 1979.

60 À propos de l’implantation de cet ordre en Alsace, voir Trendel, 1983 ; Trendel, 1989.

61 À propos de la commanderie strasbourgeoise, voir Kœnigshoven, 1870-1871, p. 732 ; Dacheux, 1901, p. 157-163 ; Seyboth, 1890, p. 221, 282 ; Schneegans, 1923 ; Pfleger, 1943, p. 140-145 ; Rapp, 1964, p. 14-20 ; Trendel, 1983, p. 31-40 ; Barth, 1980, col. 1393-1393-1397 ; Wienand, 1988, p. 351-355 ; Rott, 1989.

62 AdBR H 1352/7 (1366).

63 AdBR H 1352/10 (1367), H 1352/11 (1368, bulle papale). Plusieurs bulles seront émises à propos de cette maison, notamment en 1433 (AdBR H 1351/12), en 1462 (AdBR H 1349/20/7), en 1596 (AdBR H 1351/4, copie).

64 AdBR H 1353/2 (donation), H 1353/3a, H 1353/1, H 1353/la, H 1353/1b et H 1385/12 (1370).

65 AdBR H 1398/18 (1687) notamment.

66 Voir les dessins publiés dans Trendel, 1983, p 4, 33, 37 et 39 ; Rott, 1989.

67 « Couvent des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem 1371-1633 », gravure anonyme, vers 1684. Cabinet des Estampes, photographie des Musées de la Ville de Strasbourg. Il s’agit probablement d’un ex-libris, dont l’original était inséré dans les actes du procès de 1686 (voir Rott, 1989, p. 241).

68 Voir Rott, 1989, p. 241-242.

69 Voir Burg, 1945, p. 166, 176-177 ; la notice « Merswin, Rulmann » de Steer Georg dans : Verfasserlexikon, 1987, col. 419-442 ; la notice « Merswin Rulman » de Rapp Francis dans : Dictionnaire de spiritualité, 1937-1986, t. 10, 2, 1979, col. 1056-1058.

70 Voir la notice « Amis de Dieu », de Chiquota dans : Dictionnaire de spiritualité, 1937-1986, t. 1, 1937, col. 493-500. Voir aussi Gorceix, 1984, part. p. 89 s et la bibliographie p. 292-293.

71 Voir la notice « Merswin Rulman » de Rapp Francis dans : Dictionnaire de spiritualité, 1937-1986, t. 10, 2, 1979, col. 1056-1058, part. col. 1057.

72 Voir Rath, 1962 ; la notice « Merswin Rulman » de Rapp Francis dans : Dictionnaire de spiritualité, 1937-1986, t. 10, 2, 1979, col. 1056-1058.

73 Voir Burg, 1945, p. 176.

74 Voir Rott, 1989, p. 241-242.

75 Ces précieuses listes (extraits de comptes) sont regroupées dans une liasse : AdBR H 1408, cahier de 75 folii (marqué 4a), liste de dédommagements demandés par les Johannites à la Ville de Strasbourg, été 1686. Voir aussi Rott, 1989, p. 242. Le 11 juillet 1685, le Conseil supérieur d’Alsace admet le remboursement de « tous les matériaux des batimens demolis avec tous les meubles et aultres effets qui s’y sont trouve pour lors et que les demandeurs prouveront avoir perdu à cette occasion » ; le 25 septembre 1685, la Ville fait cassé l’arrêt par le Conseil privé du roi ; le 19 juin 1687 un nouvel accord est conclu ; le remboursement comptait notamment celui des pierres de 10 autels et de 188 tombeaux.

76 AdBR H 1408, fol. i. Les trois années de construction sont mentionnées aussi dans d’autres documents de la liasse, sans autre détail.

77 À titre de comparaison, « Item ein künstlich Steiner gehauenes presbyterium : hat gekostet 51 fl. 1 s. (1408) und zu malen 16 fl. (1409) », AdBR H 1408, fol. 14.

78 AdBR H 1408, fol. 14. Voir aussi Rott, 1989, p. 244.

79 AdBR H 1408, fol. 22.

80 AdBR H 1408, Mémoire pour le bastiment de Saint-Jean, cahier d’estimation des biens du couvent, no 1.

81 Un saint sépulcre est attesté en 1438 (AdBR H 1363, 6). Puis un inventaire des ornements de l’église de la commanderie de Sélestat, daté de 1470, mentionne un saint sépulcre et les ornements qui lui sont nécessaires : « imago salvator quiponitur in sepulcbrum domini » (AdBR H 1363/18, fol. 9) et « candelabrum, quod ponitur ante sepulcbrum domini » (fol. 10). À propos de cette église, voir Barth, 1980, col. 1244-1245.

82 Voir Trendel, 1983, p. 31. On l’a déjà évoqué, 188 tombeaux y sont dénombrés d’ailleurs en 1686.

83 Voir Trendel, 1983, p. 12-13 ; Rott, 1989, p. 242.

84 Voir Rott, 1989, p. 241.

85 Cela annule donc l’hypothèse de Hans Zumstein selon laquelle le saint sépulcre avait été construit pour l’église Saint-Marc, devenue – rappelons-le – propriété des Johannites en 1686 (Musées à Strasbourg, Strasbourg, 1980, no 8).

86 D’après Beyer, deux fragments et quelques vestiges de ciment ont été découverts en même temps que les fragments figurés (Beyer, 1977, p. 111 et ill. 6, no 19 et 20). Cependant toutes les pièces qu’il a décrites n’ont pu être retrouvées.

87 Une étude de ces pigments pourrait apporter de précieux renseignements sur la polychromie de ce fragment ainsi que des fragments figurés.

88 L’une est illustrée dans le dessin publié par Beyer (Beyer, 1977, ill. 6, no 1), l’autre a paru en 1979 (Beyer, 1979, ill. 1 et 2).

89 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 2, 3 et 4.

90 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 7. Les dimensions du torse sont plus petites que celles des bustes de femmes et laissent donc penser que ce torse a appartenu à l’un des deux anges.

91 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 9 et 10.

92 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 5, 6, 8 et 11.

93 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 16 et 17.

94 Voir Beyer, 1977, ill. 6, no 12, 13, 14, 15, 18.

95 Voir Cat. no 7, p. 324-325, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

96 Anne-Marie Schwarzweber a comparé les motifs de Neuenburg avec ceux de Haguenau, qui, cependant, ne présentent pas de réels parallèles, sinon ce geste de la main sur la poitrine ; mais il est fait ici par la Vierge et non pas par Marie-Madeleine et, de surcroît, il est nettement répandu ailleurs (Schwarzweber, 1940, p. 27). Seul le geste de la prière sort de l’ordinaire, puisqu’on n’en conserve qu’un autre exemple, une des deux saintes Femmes du saint sépulcre de Halberstadt (vers 1360).

97 Voir Cat. no 11, p. 332-333, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

98 L’inscription dit ceci : « Auen sculpsit 1889 ». De nombreux membres de la famille Auen sont sculpteurs à Saverne à la fin du siècle dernier (Amun Saverne : Zaberner Wochenblatt, 1882, 21 octobre ; 1892, 30 avril ; 1908, 11 avril ; 1915, 3 août ; 1919, 28 janvier, 1925, 22 août). En 1882 est fait mention de la naissance de Carl Emil, fils de Gabriel Auen sculpteur. Selon toute vraisemblance, c’est à Gabriel que l’on doit attribuer la réalisation de cet enfeu, qui s’inscrit dans le cadre de la grande restauration de la paroissiale commencée en 1874.

99 Voir Beyer, 1966, p. 33 ; ill. 22.

100 L’église devint collégiale en 1482. L’édifice a été remanié à plusieurs reprises. La partie la plus ancienne de l’église remonte au χιie siècle (la tour et la partie sud de la nef) ; le chœur a été reconstruit vers 1380, la partie nord de la nef agrandie et augmentée de la chapelle de la Vierge dans le dernier quart du xve siècle. On ignore l’emplacement du saint sépulcre vers 1400. À propos de cette église, voir Fischer, 1868, p. 79-97 ; Kraus, 1876, 1882, p. 638-641 ; Fischer, 1877 ; Stieve, 1900, p. 123-124 ; Bachmeyer, 1926 ; Barth, 1980, col. 1811-1815 ; Grodecki et al., 1966 ; Blschoff, 1966 ; Inventaire. Canton de Saverne, 1978, p. 305-317.

101 Amun Saverne, Église collégiale. Comptes de la fabrique. K 263, 1567 « Item III B. Moller Hansen von 2 Englen zum Heilig Grob zum mollen. »

102 Amun Saverne, K 345, 1609 : « Item bab ich das Grab auswendig vernuert und drei Bilder und etliches Steinwerk angestrichen. » Voir aussi Schwarzweber, 1940, p. 27.

103 Amun Saverne, Papiers Alfons Adam (curé de la paroisse, 1844-1905), AY VII, fol. 4 : « 1601-1606. Item Niclaus Maurern vom Heiligen Grob zu decken undfur seine Blane l ?] so er darzu geben 1f. 4s. 8d. »

104 Le couvent des Récollets fut fondé en 1221, supprimé en 1781. En 1791, l’église et les bâtiments furent vendus au titre de domaine national. À propos de cette église, voir Fischer, 1868, p. 41-48 ; Fischer, 1876, Récollets ; Kraus, 1876, 1882, p. 641-642.

105 Voir Fischer, 1876, p. 19, note 1 ; Kraus, 1876, 1882, p. 641-642. Peut-être a-t-il occupé le cimetière avant de prendre place dans l’église des Récollets.

106 À noter que le nimbe est aussi absent du Christ de Schwâbisch Gmünd (après le milieu du xive), mais qui présente une autre typologie.

107 Voir Beyer, 1955, p. 31, cat. no°36a et 36 b, p. 67, ill. XV a. Actuellement au Musée de l’OND à Strasbourg.

108 Voir plus loin, la deuxième partie.

109 La datation vers 1440 proposée par Schwarzweber nous paraît trop tardive (Schwarzweber, 1940, p. 28).

110 Voir Bachmeyer, 1935.

111 On sait maintenant qu’un saint sépulcre monumental avec ouvrage pouvait se construire en trois ans, comme celui de la commanderie.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search