Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Première partie. Étude matérielle, typologie

Quatrième chapitre. Les saints sépulcres de Schwäbisch Gmünd et de Niederhaslach

Texte intégral

1Les saints sépulcres monumentaux qui remontent au xive siècle et qui sont parvenus jusqu’à nous intégralement, ou presque, ne sont pas nombreux. En plus des monuments de Fribourg-en-Brisgau et de Haguenau, on en compte encore deux. Le premier, chronologiquement, est conservé à Schwäbisch Gmünd en Souabe, le second à Niederhaslach en Alsace.

2L’étude de ces deux tombeaux met en évidence la difficulté que l’on rencontre à retrouver leurs modèles. Les saints sépulcres strasbourgeois et fribourgeois semblent, certes, avoir joué des rôles déterminants dans la production de ce genre de sépulcres, mais n’expliquent que partiellement la forme prise par les monuments de Schwäbisch Gmünd et de Niederhaslach.

Le saint sépulcre de Schwäbisch Gmünd

  • 1 Quelques incertitudes persistent quant au patronyme de l’église ; selon Hermann Kissling, le vocab (...)
  • 2 Voir Cat. no 12, p. 334-335, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

3L’ancienne église paroissiale de la Sainte-Croix à Schwâbisch Gmünd, église cathédrale depuis 1926, est bien connue des historiens, surtout pour les travaux novateurs du chœur réalisés par un membre de la célèbre famille des Parler, peut-être l’architecte Heinrich, père de Peter1. Ce chœur (construit dès 1351) est composé de quatre travées et d’un déambulatoire qui s’ouvre sur des chapelles rayonnantes dans-œuvre. Derrière le maître-autel, un saint sépulcre monumental en pierre occupe aujourd’hui presque tout l’espace de la chapelle d’axe2. Le monument est placé au centre de celle-ci. Actuellement dépourvu d’ouvrage le protégeant, il se compose d’un seul sarcophage, accompagné des figures se trouvant habituellement dans les saints sépulcres (67 et 68). Devant, les trois gardiens sculptés en haut-relief sont représentés sans encadrement et assis sur un large socle. De part et d’autre du sarcophage, deux anges en ronde-bosse ont été disposés sur de hauts dés. Derrière le sarcophage, les trois saintes Femmes sculptées également en ronde-bosse occupent le centre. Elles ne sont pas placées directement sur la plate-forme ou même au niveau que celle-ci, mais plus bas sur un banc de pierre, de sorte que deux tiers seulement des corps sont visibles. Au regard des saints sépulcres conservés dans le Rhin Supérieur et remontant au xive siècle, cette configuration demeure unique.

  • 3 « Das Heilige Grab im Freibürger Münster erscheintfast eine Wiederholung des unserigen », Gradmann (...)
  • 4 Voir Schmitt, 1919, p. 7 ; Schmitt, 1951, p. 35 ; Dehio, 1964, p. 434 ; Baum, 1921, p. 104, note 3 (...)
  • 5 « Das Heilige Grab in der mittleren Chorkapelle eine Replik des Freiburger, um 1350, wenn nicht di (...)

4Ce monument a été comparé par la plupart des historiens à celui de la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau. Si, dans un premier temps, on a considéré le sépulcre fribourgeois comme un rappel de celui de Gmünd3, très vite plusieurs historiens ont inversé le rapport de filiation. Dès lors, l’œuvre de Gmünd a été considérée presque unanimement comme une réplique du celle de Fribourg-en-Brisgau4. Seul Georges Dehio a nuancé le jugement. Il a supposé qu’il existait, au-delà de l’influence fribourgeoise, un lien direct entre le saint sépulcre de Gmünd et celui de la chapelle Sainte Catherine de la cathédrale de Strasbourg5.

5Dans tous les cas, on n’a pas accordé assez d’importance à l’état de conservation du monument. L’analyse historique et matérielle met en évidence que la configuration actuelle du saint sépulcre est due à une réfection importante.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle

  • 6 On conserve peu de sources documentaires sur l’église, notamment parce que les archives paroissial (...)

6Les informations d’ordre historique ou matériel demeurent si ténues quelles ne permettent plus de préciser l’aspect général du saint sépulcre de Gmünd pour le xive siècle6. En revanche, certaines observations révèlent l’ampleur des transformations faites sur ce monument.

  • 7 Voir Nägele, 1926, p. 102.
  • 8 Ce Christ (portant le no d’inventaire 1959/2805), long de 90 cm, présente quelques analogies avec (...)

7Anton Naegele a pensé que le monument actuel en pierre avait remplacé un Christ en bois, portable, conservé aujourd’hui dans le Musée communal de Schwäbisch Gmünd7. Cependant, la provenance de ce Christ reste imprécise et la statue ne semble pas avoir précédé de beaucoup d’années le Christ en pierre. Bien au contraire, elle semble contemporaine8.

  • 9 Cette église-halle, une des plus anciennes de l’Allemagne du Sud, est considérée comme le point de (...)
  • 10 Voir Kissling, 1975, p. 49-53.

8En fait, aucune source ne nous renseigne sur l’histoire de la conservation du saint sépulcre en pierre. On ignore, en particulier, depuis quand ce monument occupe son emplacement actuel, dans la chapelle d’axe du chœur. Seule la construction de l’église, notamment du chœur, peut nous donner quelques points de repère9. La première pierre du chœur, à chapelles dans-œuvre, a été posée en 1351 selon une inscription dans la maçonnerie du portail nord : « † anno, domini. m°. ccc°. li°. ponebatur. primus. lapis. pro. fundamento. huius. chori. XVI. kl. augusti. » Si on en croit Hermann Kissling, le gros-œuvre, soit les murs et un premier couvrement, aurait été achevé en 1377, tandis que l’ensemble de la construction aurait été terminé en 1409, le maître-autel étant consacré en 141010.

  • 11 Les travaux du voûtement du chœur ont été placés, successivement, sous la direction de plusieurs a (...)
  • 12 Plusieurs auteurs affirment, en effet, que la tour sud s’est effondrée à l’intérieur de l’église, (...)

9En revanche, nous savons avec certitude cette fois, grâce à une inscription gothique que le voûtement du chœur commencé en 1491 eut de graves conséquences sur l’édifice : « Anno-domini-1497-am-karfreitag-zu-nacht-send-zwenthurn-an-disem-gotzhaus-gefallen11. » En 1497, à la suite de ces travaux, les deux anciennes tours romanes à l’ouest du chœur se sont donc effondrées. Il semble que cet accident entraîna aussi des dommages importants sur le mobilier de cette partie de l’église12.

  • 13 Si on connaît les aménagements successifs de l’église – baroque et néo-gothique surtout (voir Grad (...)
  • 14 Réalisées vers 1430, ces peintures ont été recouvertes d’un badigeon en 1795. Elles ont été mises (...)

10Ainsi, outre quelques jalons sûrs – la date de la pose de la première pierre du chœur (1351), celle de la consécration du maître-autel (1410) et celle de l’effondrement des deux tours (1497) –, les étapes de construction du chœur, le moment de l’édification de la chapelle d’axe, le premier aménagement liturgique de celle-ci ainsi que les suivants ne sont pas encore clarifiés13. En particulier, deux peintures murales ornant les parois intérieures de la chapelle, l’une au sud représentant la Crucifixion et l’autre au nord la Déploration, furent réalisées par le maître de la Déploration de Lindau vers 1430, sans que l’on connaisse le contexte dans lequel ces images furent exécutées14.

  • 15 Voir Kissling, 1975, p. 193.

11Selon Kissling, le saint sépulcre, qu’il date vers 1350, aurait pris place à l’intérieur de la chapelle dès l’achèvement du gros-œuvre en 137715. Mais, faute de preuve documentaire ou iconographique, on se doit d’envisager la question de façon plus large : le saint sépulcre a-t-il été placé dans cette chapelle durant la période de construction (entre 1351 et 1410), au moment de la réalisation des peintures murales consacrées à la Passion du Christ (en 1430), ou plus récemment encore ?

L’état de conservation

12Actuellement, la plate-forme du sarcophage et les statues sont dans un bon état de conservation, à quelques détails près. Mais, si les parties sculptées n’ont pas été endommagées, l’ensemble du saint sépulcre a été transformé et sa forme globale modifiée.

13On constate, premièrement, que les statues en ronde-bosse (les trois saintes Femmes et les deux anges), actuellement placées sur un même plan, ne se trouvent plus dans la disposition prévue à l’origine. En effet, le banc sur lequel sont disposées les trois saintes Femmes n’est pas d’origine et les dés surélevant les anges ont manifestement été réalisés à une période récente. De plus, les trois figures féminines ont de toute évidence été sculptées en pied pour être vues intégralement et non aux deux tiers comme c’est le cas aujourd’hui.

14Deuxièmement, le sarcophage actuel est le résultat d’un assemblage assez grossier de plusieurs blocs, dont certains ne sont pas d’origine, d’autres visiblement retravaillés. Sous les badigeons, on perçoit nettement les joints épais liant les blocs constitutifs du sarcophage – en particulier les trois blocs rectangulaires dans lesquels ont été sculptés des soldats et plusieurs blocs placés dans la profondeur. Selon toute vraisemblance, le socle mouluré a été ajouté postérieurement.

15Troisièmement, l’aspect ancien des blocs des gardiens semble également avoir été modifié. Ils ont dû être retaillés et diminués en hauteur comme le laissent supposer certaines traces encore visibles derrière la tête du soldat placé au centre. D’ailleurs les têtes des trois gardiens, entièrement dégagées du bloc, empiètent sur la frise à décor végétal du sarcophage. La plate-forme devait donc à l’origine être placée plus haut qu’elle ne l’est actuellement. On note, en revanche, que les têtes des guerriers, fortement saillantes par rapport au reste du corps, ne sont pas le résultat d’une intervention ultérieure. Au demeurant, parmi les saints sépulcres monumentaux remontant au xive siècle, on retrouve un tel motif, même s’il n’est pas fréquent, à l’église Saint-Florent de Niederhaslach en Alsace.

16Une comparaison entre Schwäbisch Gmünd et les autres saints sépulcres monumentaux réalisés au xive siècle confirme l’hypothèse d’une forte transformation de ce monument telle que nous venons de l’observer. Pour cette période, on ne conserve pas, en effet, d’exemples de figures placées plus bas que le niveau de la plate-forme et visibles seulement aux deux tiers. De même, la construction des faces du sarcophage ainsi que la présentation des gardiens, sans cadre sculpté et assis directement sur le socle mouluré, ne trouvent pas non plus d’équivalent à cette époque. Enfin, l’emplacement du monument derrière le maître-autel de l’église étonne pour cette période, puisqu’il semble que la majorité des saints sépulcres étaient situés à la périphérie du sanctuaire, le plus souvent au sud comme à Fribourg-en-Brisgau et à Strasbourg.

17Bref, les remaniements du saint sépulcre de Schwäbisch Gmünd ont été tels que sa forme d’origine et son mode de construction ne sont plus reconnaissables aujourd’hui. On ne sait rien sur l’existence éventuelle d’un ouvrage protégeant ou délimitant le saint sépulcre, un baldaquin comme à Strasbourg et à Haguenau ou une clôture comme à Fribourg-en-Brisgau.

Une transformation radicale au début du xvie siècle ?

  • 16 Voir Forsyth, 1970 ; Forsyth, 1972 ; Martin, 1997.
  • 17 Cette tendance s’observe aussi dans quelques saints sépulcres contemporains des Mises au Tombeau. (...)

18Sans cadre et sans limites architecturales, le saint sépulcre de Gmünd n’est plus hiérarchisé comme pouvaient l’être les autres saints sépulcres du xive siècle. Il relève, en fait, du même esprit que les Mises au Tombeau, ces représentations monumentales qui apparurent au début du xve siècle16. Dans le courant du xve siècle, en effet, on supprima dans les groupes de Mise au Tombeau la distance entre le spectateur et la représentation, encore très affirmée dans les saints sépulcres. De la même façon que dans ces groupes sculptés, les figures de Schwäbisch Gmünd ont été disposées tels des acteurs, directement devant le spectateur. Aucun cadre d’ordre architectural n’isole la scène. Une continuité spatiale et une grande proximité avec le spectateur sont ainsi créées17.

  • 18 Voir Gradmann, 1907, p. 515, 519-520 ; Dehio, 1964, p. 438-439. La Mise au Tombeau date de 1470 se (...)
  • 19 Voir Gradmann, 1907, p. 504-505 ; Dehio, 1964, p. 438-439 ; Hotz, 1964, p. 419. Le sarcophage avec (...)
  • 20 Dans la Mise au Tombeau de l’église Sainte-Catherine, en plus des saintes Femmes et de saint Jean, (...)
  • 21 Voir Knorre von et Kost, 1990, p. 14-15, ill. p. 13 ; Dehio, 1964, p. 394-396.

19À quelques kilomètres de Gmünd, à Schwäbisch Hall, la Mise au Tombeau (1470)18 de l’église Sainte-Catherine (69) et celle (1470 et 1510)19 du temple, anciennement église Saint-Michel (54) confirment ces ressemblances. Dans le groupe de l’église Sainte-Catherine, les gardiens, de taille humaine et dépourvus de cadre, font preuve d’une grande présence. L’actuelle disposition des guerriers de Gmünd est donc semblable à celle que l’on voit dans cette église et plus généralement dans les groupes sculptés du xve siècle. Par ailleurs, dans les deux exemples de Mise au Tombeau de Schwâbisch Hall, les statues des saintes Femmes debout derrière le Christ ne sont pas taillées en pied mais aux deux tiers du corps seulement20. Une telle caractéristique se retrouve dans le saint sépulcre tardif de Reutlingen (église Notre-Dame, daté de la fin du xve ou du début du xvie siècle), une autre ville voisine (70 et 71)21. La disposition des saintes Femmes de Gmünd, visibles seulement en partie mais taillées en pied, semble être inspirée de tels monuments.

20L’emplacement du saint sépulcre de Gmünd, curieux pour le xive siècle, rappelle lui aussi celui du monument de Reutlingen, qui est situé au fond du chœur à chevet plat, dans l’axe, derrière le maître-autel. Même si on ignore si cet emplacement est d’origine, il paraît vraisemblable que le saint sépulcre de Reutlingen était situé là dès sa construction. Enfin, le profil – très simple – du socle de Schwäbisch Gmünd, rajouté postérieurement au sarcophage, n’est pas exclu à la fin du xve ou au début du xvie siècle.

  • 22 Heribert Meurer est d’avis, contrairement à nos conclusions, que le saint sépulcre a été déplacé e (...)

21Ainsi, à nos yeux, les rapprochements établis entre le saint sépulcre de Gmünd et les groupes monumentaux de la Mise au Tombeau, plus précisément les monuments de Hall et de Reutlingen, sont suffisamment étroits pour supposer que l’installation actuelle du saint sépulcre de Gmünd dans la chapelle axiale du chœur remonte à la fin du xve siècle ou au début du xvie siècle. Il s’agirait, dans cette hypothèse, d’une transformation radicale du monument, mis alors au goût du jour, et du choix d’un nouvel emplacement, avec destruction éventuelle de l’ouvrage d’origine. Un tel remaniement pourrait d’ailleurs s’expliquer par l’effondrement des tours du transept en 1497 : cet accident aurait nécessité le déplacement du saint sépulcre, qui pouvait être situé jusqu’à cette date près des tours – autrement dit à proximité du chœur comme nombre de saints sépulcres au xive siècle – et qui fut peut-être endommagé22.

2. Aspect d’origine et type

22Certes, le monument d’origine a repris la structure de base des saints sépulcres monumentaux : sarcophage de grandes dimensions, couvert d’une plateforme avec le Christ et constitué, en sa face antérieure au moins, de reliefs représentant les gardiens ; figures sculptées en ronde-bosse disposées près du Christ mort. Mais ses particularités typologiques ne peuvent plus être reconstituées. Nous sommes d’ailleurs en mesure de n’assurer que deux faits seulement.

  • 23 Même si la formule adoptée à Haguenau est quelque peu différente.

23Premièrement, malgré la transformation, la plate-forme est restée inchangée. L’arcade sculptée qui entoure le Christ fait penser à celle de Haguenau23. Mais il s’agit là d’une caractéristique directement inspirée de l’art funéraire plutôt que d’un saint sépulcre particulier (72).

24Deuxièmement, vu leurs dimensions imposantes, les hauts-reliefs des gardiens constituaient des blocs séparés et non pas un seul panneau continu pour toute la face. On est en droit de supposer qu’un encadrement a existé à l’origine autour des guerriers et qu’il fut supprimé lorsqu’on retailla et diminua les blocs. En effet, dans tous les saints sépulcres monumentaux sculptés au xive siècle, l’espace dans lequel prennent place les soldats est délimité d’une façon ou d’une autre : soit par une bordure moulurée les englobant tous, comme à Fribourg-en-Brisgau ; soit par un cadre les enserrant chacun séparément des autres, comme à Strasbourg, à Haguenau et dans les fragments conservés au Musée historique de Bâle ; soit par des arcades, comme à Niederhaslach. Puisque les reliefs des gardiens de Gmünd ne formaient pas un seul bloc, l’encadrement devait entourer chaque soldat séparément, selon les exemples de Strasbourg et de Haguenau. D’ailleurs les dimensions des guerriers – presque de grandeur nature – sont aussi à rapprocher de ceux de ces deux saints sépulcres. On peut penser que l’encadrement des soldats de Gmünd était identique à celui des gardiens de Niederhaslach : certes plus petits qu’à Gmünd, les guerriers sont inscrits chacun sous une arcade. Quoi qu’il en soit de l’encadrement et de sa forme, il a été supprimé, probablement au début du xvie siècle, et seule la partie centrale du bloc a été conservée.

  • 24 À Gmünd, cependant, il est dépourvu de reposoir eucharistique.

25Si des éléments d’ordre typologique tendent à rappeler la production alsacienne de saints sépulcres, d’autres cependant l’en éloignent. On pense notamment à la statue du Christ, dont l’attitude et le grand linceul très enveloppant l’apparentent directement à celle de Fribourg-en-Brisgau24. D’autres motifs encore rapprochent ce saint sépulcre de celui de Fribourg-en-Brisgau : la position de la main sur la poitrine de l’une des femmes, le revers travaillé du manteau d’un ange notamment. Pour ces raisons et pour d’autres d’ordre stylistique, comme on va le voir, le saint sépulcre a été compris presque unanimement comme une réplique du monument fribourgeois. Le mot est cependant trop fort. Au point de vue stylistique, comme aussi typologique, de telles affirmations sont à nuancer.

3. Le style et la datation

26D’une façon générale, les statues de Gmünd ont une présence physique et des volumes bien affirmés (73, 74, 75, 76 et 77). Les corps sont fermes et forts, les épaules larges. Les plis des étoffes, pesantes, sont tous épais ; s’ils peuvent avoir une certaine raideur (les longs plis droits et verticaux, les plis horizontaux répartis sur le devant), ils savent aussi être souples et donner un mouvement quasi naturel au drapé (manteaux des anges et plissé du linceul du Christ).

27Les statues de Gmünd constituent un groupe très homogène (les gardiens inclus), dont l’unité stylistique est incontestable. L’exemple des visages suffit à lui seul pour montrer l’uniformité de la sculpture du saint sépulcre : ils sont tous fortement allongés et rectangulaires ; ils ont les mêmes fronts hauts, les mêmes arcades sourcilières longues et peu arquées, les mêmes nez longs et bouches épaisses. Ces traits laissent apparaître l’intervention d’un seul artiste, dont on sent bien la personnalité. À quelle mouvance convient-il de rattacher ce sculpteur ? Cette question doit être abordée de façon large, en essayant de situer ce monument dans le riche contexte de la statuaire de l’église et, plus généralement, de la sculpture du Rhin supérieur et de la Souabe ; elle sera donc traitée dans la deuxième partie de notre étude.

  • 25 Voir Gradmann, 1907 ; Nägele, 1925, p. 127-128.
  • 26 Voir Schmitt, 1919, p. 7-8 ; Beenken ; 1927, p. 206-238.
  • 27 Voir Schmitt, 1951, p. 35 ; Dehio, 1964, p. 434 ; Schwarzweber, 1940, p. 16-18 ; Meurer, 1978-1979 (...)
  • 28 Voir Post, 1937-1939.

28Le saint sépulcre de Gmünd a été daté vers 140025 et, plus généralement, dans le troisième quart du xive siècle26 ou vers le milieu du siècle27. Les deux dernières propositions, les plus vraisemblables à nos yeux s’appuient essentiellement sur des arguments stylistiques – on le verra plus loin – et se trouvent confirmées par l’étude fouillée et convaincante que Paul Post, historien de l’armement, a consacrée à l’armure des guerriers de Gmünd. Selon lui, le saint sépulcre a été sculpté après ceux de Fribourg-en-Brisgau et de Strasbourg, mais avant celui de Haguenau, soit dans les années 135028.

29De nombreux arguments parlent donc en faveur d’une datation vers le milieu du siècle. Aurait-il été érigé, dans ce cas, peu après la construction du chœur, dont les travaux ont débuté en 1351 ? On l’a déjà souligné, la connaissance sommaire que l’on a de la construction de l’église et de son organisation liturgique au xive siècle interdit de lier le saint sépulcre à une partie spécifique de l’église ou à un aménagement liturgique précis. Rien ne permet d’affirmer, en tout cas, qu’il dépendît de l’aménagement du chœur dès la construction de celui-ci. D’ailleurs selon l’hypothèse avancée précédemment, le saint sépulcre se serait situé près des tours, à l’extérieur du périmètre même du sanctuaire.

30En résumé, la configuration actuelle du saint sépulcre de Gmünd est nettement marquée par le changement de goût de la seconde moitié du xve siècle, qui s’affirme surtout dans les groupes sculptés de la Mise au Tombeau. Les travaux effectués, probablement au début du xvie siècle, ont été tels que l’on n’est plus en mesure, aujourd’hui, de tirer des conclusions définitives concernant l’aspect et l’emplacement d’origine du monument et, donc, les modèles dont il a pu s’inspirer. On peut raisonnablement supposer qu’il a été créé vers le milieu du siècle et qu’il se situait alors à proximité du sanctuaire. Le peu d’éléments caractéristiques conservés non plus ne suffisent pour établir une filiation claire avec tel ou tel autre saint sépulcre. Certes, le monument a emprunté des éléments de Fribourg-en-Brisgau, mais il a dû également s’inspirer des sépulcres alsaciens. Ces conclusions vont, par conséquent, à l’encontre des hypothèses formulées jusqu’ici, principalement celles de Schmitt, de Baum, de Naegele et de Schwarzweber. Les comparaisons établies par ces auteurs sont d’ailleurs en partie faussées, puisqu’elles ne tiennent pas compte des transformations subies par le monument après le xive siècle.

Le saint sépulcre de Niederhaslach

  • 29 Cette église, riche témoin de l’architecture alsacienne du xive siècle, a été classé monument hist (...)
  • 30 Voir Cat. no 8, p. 326-327, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

31Le saint sépulcre monumental de l’ancienne église abbatiale Saint-Florent29 à Niederhaslach est classé monument historique depuis 1982 (78)30. Avec le sépulcre de Haguenau, c’est le seul saint sépulcre alsacien datant du xive siècle qui soit encore intégralement conservé dans une église.

  • 31 AdBR, G 5239, fol. 203 v°, no 20 « Fundatio Capelle S. Crucis. 1344 ». Voir aussi Barth, 1951-1952 (...)

32Il est placé dans l’actuelle chapelle Notre-Dame, qui, fondée sous le vocable de la Sainte-Croix en 1344, est adossée au mur sud du chœur (79)31. Longue de trois travées et terminée par un chevet pentagonal, elle comporte elle-même au nord trois chapelles secondaires délimitées par les contreforts. Le saint sépulcre occupe entièrement la chapelle secondaire centrale.

33À l’entrée, deux petits anges de facture récente ont été ajoutés ultérieurement au saint sépulcre médiéval. Dépourvu de tout ouvrage, le saint sépulcre proprement dit se compose donc essentiellement d’un sarcophage : sur les trois faces de celui-ci, six gardiens forment un haut-relief ; chacun d’entre eux est assis sur un petit banc placé sous une arcade ; sur la plate-forme qui couvre le sarcophage sont posées les statues en ronde-bosse du Christ gisant et, aux extrémités latérales, celles des deux anges thuriféraires. Adossées à la paroi, les statues des trois saintes Femmes également en ronde-bosse se dressent sur des consoles figurées et sont protégées par des dais architecturés. Une telle composition – saintes Femmes disposées sur des consoles au-dessus de la plate-forme – est rare au xive siècle et unique pour la région qui nous intéresse.

  • 32 Voir Will et Rieger, 1969, p. 119 s. ; Recht, 1974, p. 161-168.

34Les historiens ne se sont guère aventurés à établir des comparaisons typologiques ou stylistiques. Pourtant les relations entre l’église Saint-Florent et les églises strasbourgeoises sont bien connues depuis les recherches de Recht. En particulier, d’étroits liens rapprochent l’architecture de la chapelle Notre-Dame à celle de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg32. On essayera donc de comprendre dans quelle mesure des rapports de même type peuvent être établis entre les saints sépulcres des deux édifices.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle

  • 33 Voir plus loin les sources consultées au AdBR et aux archives communales.

35Les sources historiques restent muettes à propos d’éventuelles transformations d’envergure du saint sépulcre de Haslach ou même de simples restaurations33. Même la grande campagne de restauration de l’église, commencée en 1854, ne semble pas s’être intéressée au saint sépulcre. Seuls deux angelots postmédiévaux (xviiie siècle ?) ont été ajoutés à l’entrée, en marge du saint sépulcre en quelque sorte. Si on excepte cet ajout évident, le monument a gardé son aspect d’origine, à quelques détails près, comme le montre l’étude matérielle.

Les restaurations et l’entretien de l’église

  • 34 Voir Barth, 1951-1952, p. 307 s ; Barth, 1980, col. 935-938 et 1898 ; Kraus, 1876, 1882, p. 189-20 (...)
  • 35 AdBR, G 5217/7 bis et 8 bis ; G 5218/10-11 ; G 5219/12 et 13 ; G 5239/8. On note ici que l’empereu (...)
  • 36 AdBR, Série O/OTC, 181 (27 février et 29 juillet 1828, août 1829, 28 août et 8 novembre 1830, 28 a (...)
  • 37 AdBR, Série O/OTC, 181, lettre du 9 août 1951 ; AdBR, Série V/120 et 121 ; Amun Niederhaslach, Car (...)

36L’église Saint-Florent a subi de nombreux dommages au cours des siècles. En 1287, un grand incendie ravagea presque la totalité de la première église ; à l’exception du chœur, on dut la reconstruire entièrement (première moitié du xive siècle) ; en 1633, lors de la guerre de Trente Ans, les Suédois mettent le feu au bâtiment ; en 1744 l’église est dévastée et en 1793 les chanoines s’en vont34. L’entretien des bâtiments est irrégulier. Sur ce sujet, les visites pastorales faites à l’église sont précises, mais elles ne mentionnent pas le saint sépulcre35. En revanche, on sait qu’après une première restauration importante entreprise à la fin du xviie siècle (1682-1691), le bâtiment se dégrade de plus en plus. Depuis les années 1820, des réparations ponctuelles de première urgence (toitures, combles, ferblanterie, etc.) s’amplifièrent et s’accélèrent, mais ne suffirent pas, la commune et la fabrique manquant d’argent36. De la sorte, au milieu du xixe siècle, une nouvelle restauration générale devint indispensable. Après de nombreux rapports et tractations, il fut décidé de confier la restauration à M. Bœswillwald, architecte et inspecteur des Monuments Historiques (restauration de l’extérieur, avec de gros travaux sur le dernier étage de la tour, et de l’intérieur)37. Ces travaux s’étendirent de 1854 à 1869.

  • 38 Vitraux exécutés par les frères Ott de Strasbourg.

37La chapelle Notre-Dame fut alors elle aussi restaurée (vitraux, dallage, autel, piscine et sculpture)38. Plus récemment, on a peint le crépis. Il semble donc, d’après les sources, qu’avant 1854 la chapelle n’ait pas fait l’objet de restauration d’envergure et que le saint sépulcre n’ait pas été touché, ni avant ni après cette date, d’une façon significative.

La chapelle Notre-Dame

  • 39 Voir Recht, 1974, p. 155-168 et part. sur la chapelle Notre-Dame p. 161-168. Outre cette étude, vo (...)
  • 40 Le maître Erwin est surtout célèbre pour ses travaux à la cathédrale de Strasbourg, dont il dirige (...)
  • 41 La dalle se dresse actuellement contre un mur, dans la partie orientale de la chapelle. On ne sait (...)
  • 42 Voir Recht, 1974, p. 166. Notons encore que la lettre d’indulgence accordée par l’évêque Frédéric (...)

38L’histoire de la construction de cette chapelle nous intéresse dans la mesure où d’importants parallèles rapprochent sa construction des ateliers strasbourgeois, surtout de ceux qui ont réalisé la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale. Rappelons surtout l’étude de Recht, qui a établi une nouvelle chronologie de la construction de l’église et précisé celle de la chapelle39. Après l’incendie qui ravagea une grande partie de la première église en 1287, les travaux de reconstruction reprirent vers 1320 sous la direction du fils du célèbre maître d’œuvre de la cathédrale de Strasbourg Erwin, dit de Steinbach40. Sa dalle funéraire est conservée dans la chapelle Notre-Dame41. On lui doit la façade de l’église, dont le portail dépend directement des chantiers strasbourgeois, et la nef construite avant sa mort survenue en 1330. Malgré l’arrivée d’un autre maître-d’œuvre, l’influence strasbourgeoise perdure avec la construction de la chapelle Notre-Dame (dès 1344), de la majeure partie du bas-côté sud de l’église et de la rose de la façade. La nef centrale ne fut voûtée qu’après 1345. « Ainsi, la campagne des travaux de Niederhaslach n’aura duré qu’une trentaine d’années et aura vu se succéder deux maîtres issus du chantier de la cathédrale de Strasbourg42. »

  • 43 Voir Recht, 1974, p. 162-163.

39Toujours selon Recht, l’influence de la construction de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale sur celle de Notre-Dame est manifeste au regard de l’organisation des colonnettes engagées dans le mur et de nombreux autres détails (corniche issue du talus de l’allège sous les fenêtres, niches rectangulaires sous les fenêtres, même profil pour certains éléments de décor, motifs des réseaux des baies)43. Même si l’architecture de la chapelle Notre-Dame s’inspire aussi d’autres édifices, la filiation entre les chantiers de Niederhaslach et de Strasbourg reste la plus importante. Mais, contrairement à la chapelle Sainte-Catherine attribuée à maître Gerlach, on ignore à qui l’on doit la construction de la chapelle de Haslach. Il en va de même d’ailleurs pour le saint sépulcre.

L’état de conservation

  • 44 Seuls les deux anges médiévaux placés de part et d’autre du Christ ont dû être présentés différemm (...)

40Le saint sépulcre de Niederhaslach semble bien être demeuré intact, malgré des disparités de matériau et de style. L’observation visuelle montre qu’il n’a pas subi de transformation ou de restauration importante. Les mutilations sont dues à l’usure ; aucun élément n’a été apparemment modifié44. Un démontage n’est cependant pas à exclure.

41Des différences dans le matériau utilisé s’observent entre le registre supérieur (les statues du Christ, des anges et des saintes Femmes), la plate-forme et les faces du sarcophage. Les blocs des gardiens ont été sculptés dans un grès de couleur beige, jaune et rouge. Actuellement, leur état de conservation n’est pas stable, puisque la pierre est affaiblie par des sels qui migrent à la surface. Au-dessus, la plate-forme, qui n’est pas atteinte par l’humidité, est taillée dans un grès rose monocolore différent de celui des faces du sarcophage. Le groupe des statues en ronde-bosse se différencie des éléments précédents par un grès gris et par un meilleur état de conservation.

42Outre par le choix du matériau, l’ensemble des rondes-bosses se distingue des gardiens du sarcophage également par le style. Les saintes Femmes, le Christ et les deux anges sont très proches et visiblement dus à la même main. Les consoles et les dais, supportant et coiffant les statues des saintes Femmes, ont indéniablement été réalisés en même temps que les statues. Sans entrer maintenant dans le détail de leur style, on constate donc que le registre supérieur forme une unité évidente et se distingue nettement du registre des guerriers. Malgré ces disparités de matériau et de style, l’ensemble n’en demeure pas moins homogène et toutes les pièces sont sûrement contemporaines.

  • 45 Schwarzweber mentionne à ce propos un livre liturgique datant du xvie siècle, qui situerait le sai (...)

43Cependant, les gardiens sculptés sur les deux faces latérales du sarcophage sont difficiles à voir, car ils sont trop proches des parois de la niche. Par ailleurs, l’assemblage de certaines pièces est peu soigné, d’épais rejointoyages ayant été laissés grossièrement apparents (en particulier sous la plate-forme du sarcophage et entre les reliefs des gardiens). Est-ce dû à un démontage, à un déplacement du monument ? Sans étude archéologique, il est difficile d’y répondre, mais on peut en douter, vu le bon état de conservation de l’ensemble du sépulcre. D’ailleurs deux remarques s’imposent. L’iconographie de la clef de voûte de la niche, représentant l’Agneau eucharistique, certes un motif usuel pour une clef de voûte, s’intègre fort bien à la thématique pascale. De plus, l’emplacement du saint sépulcre au sud de l’église rappelle celui de bon nombre de saints sépulcres, de surcroît dans une chapelle, comme à la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg. Pour nous, le saint sépulcre a donc vraisemblablement toujours pris place dans la niche de la chapelle Notre-Dame45.

Une construction particulière

44Le système de construction du sarcophage non plus n’a pas été modifié depuis le xive siècle. Il exclut l’hypothèse d’éléments verticaux encastrés et composant un montant de baldaquin. À l’exception d’une fois, l’assemblage se fait en effet en travers d’une moulure. Cette manière de construire se distingue donc de celle étudiée pour les saints sépulcres de la chapelle Sainte-Catherine et de Haguenau. Le monument de Niederhaslach ne reprend donc pas leur système de construction. Si un ouvrage a existé, il a pu s’agir d’une clôture fermant la niche, selon le système fribourgeois. Une simple grille a pu également protéger le saint sépulcre. Puisqu’aucune preuve matérielle ou documentaire ne peut être avancée, la question de l’existence d’une clôture restera ouverte.

2. Aspect d’origine et type

45En fait, le saint sépulcre de Niederhaslach, comparé aux monuments cités précédemment, présente de nombreuses particularités. La plus manifeste est la disposition des statues des saintes Femmes. Elles se trouvent bien au-dessus de la plateforme, adossées à la paroi du fond de la chapelle, dressée chacune sur une console et protégée par un dais (80, 81 et 82). Puisque les consoles et les dais paraissent contemporains des statues, la disposition actuelle des figures ne peut être que d’origine. Si un doute persistait quant à l’ancienneté de cette disposition, on signale encore que la statue du Christ occupe toute la largeur de la dalle (visiblement elle n’a pas été retaillée) et exclue d’autres statues. Quant à l’existence d’un renfoncement dans le fond pour y placer ces figures (comme à Haguenau), on n’en connaît des exemples qu’avec un baldaquin, baldaquin qui n’a pas dû exister à Niederhaslach. On n’a donc pas adopté pour ces statues la disposition la plus répandue pour un saint sépulcre : au même niveau que le Christ (Haguenau) ou directement sur la plate-forme derrière la statue du Christ (Fribourg-en-Brisgau). Dans la région étudiée, aucun saint sépulcre monumental, datant du xive siècle et conservé intégralement, ne reprend cette formule. Nombreux sont ceux, par contre, qui ne se composent plus que de fragments. Parmi ceux-ci, les sculptures figurées ont été privilégiées au point de vue de la conservation, car rares sont les fragments architecturaux qui sont parvenus jusqu’à nous. Comme aucune console ou aucun dais n’est conservé pour ces saints sépulcres fragmentaires, il reste donc difficile de savoir si cette variante typologique a été adoptée par d’autres monuments.

  • 46 Voir Schwarzweber, 1940, p. 19-20 ; Möller, 1987.

46En revanche, elle n’est pas inconnue dans d’autres régions. Le saint sépulcre de l’église Saint-Jean à Saalfeld en Thuringe a également adopté cette disposition. Il est plus tardif et remonte aux années 1400. Le type de ce saint sépulcre est différent de celui de Niederhaslach, puisqu’il constitue un enfeu, formé d’une double arcade. Mais, comme à Haslach, les trois saintes Femmes sont adossées à une paroi et portées par des consoles46. Précisément, une seule est placée à l’intérieur de la niche contre la paroi de fond, les deux autres étant situées à l’extérieur de part et d’autre de l’enfeu. Comme à Niederhaslach aucune ne regarde le gisant, de sorte que le lien entre les saintes et le Christ est distendu. On note qu’à Saalfeld non seulement les statues mais aussi les anges sont portés par des consoles et placés contre les parois latérales. Postérieur à celui de Haslach et édifié dans une région dépourvue de saints sépulcres monumentaux (à l’exception de celui, aujourd’hui mal conservé, de Halberstadt), ce monument a dû reprendre une typologie du Rhin supérieur, même si le type et plusieurs éléments de composition diffèrent. Cette seule comparaison met à nouveau en évidence la grande diversité formelle qui distingue les sépulcres monumentaux les uns des autres.

47En fait, dans ces deux saints sépulcres, les saintes Femmes se dressent sur des consoles à la manière de la plupart des statues monumentales médiévales. Cette particularité rappelle donc une pratique très courante dans le domaine de la statuaire. On peut donc s’étonner qu’elle n’ait pas été adoptée plus fréquemment, d’après ce que l’on conserve de cette production, dans les saints sépulcres du xive siècle. L’iconographie des consoles de Haslach, qui représentent deux angelots et un personnage coiffé d’un chaperon, appartient d’ailleurs au registre iconographique traditionnel des supports de statue et n’est pas marqué par l’empreinte de l’art funéraire, sinon de façon très discrète si on interprète le geste de l’ange à droite, portant sa main au visage comme un signe de deuil (83).

48L’utilisation de consoles et de dais semble ainsi avoir été exceptionnelle pour les saints sépulcres. La règle voulait plutôt que les saintes Femmes fussent placées directement au niveau du Christ et, par conséquent, plus proches de lui probablement afin d’établir une relation directe entre ces figures.

49D’une façon générale, on a constaté que des différences majeures distinguaient le saint sépulcre de Niederhaslach de celui de la chapelle Sainte-Catherine. Ces caractéristiques typologiques originales constituaient-elles une innovation ou s’inspiraient-elles d’un autre monument ? Malheureusement, la mauvaise conservation des saints sépulcres alsaciens de la seconde moitié du xive siècle empêche de retrouver avec précision les particularités typologiques de chacune de ces œuvres et, par conséquent, d’établir les filiations qui permettraient de reconstituer la généalogie de tous ces monuments.

3. L’iconographie et le style

  • 47 On relève aussi une différence importante au point de vue de l’emploi de cette statue, puisqu’à Ni (...)

50Au point de vue de l’iconographie et du style aussi, le saint sépulcre de Niederhaslach est éloigné du monument de la chapelle Sainte-Catherine. La statue du Christ, sculptée en ronde-bosse, présente bien quelques ressemblances de détails (coussin, perizonium court, corps musclé aux volumes ronds et peu marqué par le martyre) avec la statue strasbourgeoise, mais on doit limiter le rapprochement à ces seuls motifs47. Les sculptures des gardiens surtout sont très différentes. Leurs attitudes ne reprennent pas celles des guerriers strasbourgeois, qui, placés directement sur la moulure du cadre et occupant tout l’espace disponible, se contorsionnent dans des positions très dynamiques et expressives. Ici au contraire, les soldats paraissent sagement assis sur de petits bancs sous les arcades dans des positions naturelles et presque banales. De dimensions réduites, ils n’occupent que l’espace central sous les arcades. Les gardiens font face aux spectateurs, à l’exception d’un seul qui regarde en direction du Christ, mais aucun ne semble effrayé par la Résurrection. Le lien si étroit entre les registres inférieur et supérieur du saint sépulcre strasbourgeois, créé par la torsion et les gestes d’un gardien, est totalement absent ici. En définitive, la représentation est plus calme et moins expressive qu’à Strasbourg, au point que l’événement de la Résurrection a perdu tout effet sensationnel.

51Cette sérénité s’observe aussi dans les registres supérieurs. Une distance très nette a été établie entre les figures. Mises en valeur par les consoles et les dais, isolées dans une certaine monumentalité, les saintes Femmes n’apparaissent ni recueillies, ni attristées. Comme elles, les anges regardent dans le lointain ou en direction du spectateur, mais ne baissent pas les yeux sur le Christ. L’absence de la Vierge est particulièrement significative, puisque c’est souvent la Vierge souffrante qui concentre l’expression de la douleur du sacrifice, comme à Haguenau où le geste de la main posée sur la poitrine indique sa grande tristesse. Les saintes Femmes sont donc dépourvues d’expression. Le Christ, quant à lui, repose aussi sereinement, exempt des traces démonstratives de sa passion (84). On est loin de l’atmosphère dramatique qui se dégage des monuments strasbourgeois ou fribourgeois.

Un style de la fin du siècle

52Les différences relevées entre les gardiens de Strasbourg et de Niederhaslach sont telles qu’un laps de temps important sépare sans doute ces deux monuments. D’ailleurs la représentation des guerriers à Haguenau, reflet déjà très adouci de l’expressivité strasbourgeoise, doit se situer chronologiquement entre ces deux saints sépulcres.

53Du reste, le style général du saint sépulcre de Niederhaslach s’apparente à des œuvres de la fin du xive siècle. Les statues des saintes Femmes se distinguent de celles de Haguenau, qui, encore élancées, sont enveloppées dans des drapés aux plis verticaux abondants dont la bordure forme nombre de méandres. À l’inverse, les statues de Niederhaslach ont une stature imposante et massive : les corps plus trapus, aux épaules et au buste larges, sont de surcroît soulignés par le drapé des manteaux au plissé essentiellement horizontal. Au contraire de ce que l’on voit à Haguenau, l’étoffe n’est pas animée par un foisonnement de lignes à l’aspect graphique, mais donne ici de l’ampleur aux figures et renforce leur volumétrie. Les visages, larges et plats, caractérisent toutes les figures. Les chevelures des anges, formées de boucles très rondes et saillantes, et le traitement des ailes des anges participent du même effet (85 et 86). Il en va de même pour les gardiens sculptés en haut-relief qui avancent la tête et le torse. Une sobriété générale, une forte présence physique et une plasticité puissante déterminent ces sculptures.

  • 48 Voir Recht, 1978-1979, p. 284 ; Beyer, 1955, no 43-49, p. 70, ill. Pl. XXIV b, XXV ab, XXVI d.

54Elles se situeraient notamment dans la continuité de la statuaire, aujourd’hui disparue pour une grande part, de la galerie de l’Ascension du beffroi de la cathédrale strasbourgeoise, dont seuls quelques ornements figurés sont encore conservés au Musée de l’OND après sa mutilation sous la Révolution, en 179348. Cependant, l’influence des ateliers strasbourgeois semble très atténuée, sans être exclue pour autant, comme pour l’ensemble du saint sépulcre d’ailleurs. Au demeurant, les fragments des saints sépulcres issus des ateliers strasbourgeois de la seconde moitié du xive siècle sont stylistiquement éloignés des statues de Haslach.

  • 49 Le style des statues du saint sépulcre est tout à fait différent des autres sculptures conservées (...)
  • 50 Voir Barth, 1980, col. 1144 ; Images du patrimoine. Canton de Rosheim, 1989, p. 44.

55Comme les vitraux de la nef (1360-1365), les sculptures du sépulcre sont peut-être le résultat de plusieurs influences convergentes49. D’ailleurs les statues du sépulcre font penser quelque peu à la Vierge (fin du xive siècle) placée au-dessus du portail occidental de l’église de Rosenwiller (87)50. On y retrouve les mêmes traits généraux : un corps large, une plasticité forte et aussi le même visage caractéristique, carré et plat. Cependant, l’attitude – droite et peu marquée par le hanchement à Niederhaslach – et le traitement des plis – plus mous et moins saillants – sont différents.

  • 51 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 165 et ill. 323.
  • 52 Voir Beyer, 1968, no 241.

56Si une certaine souplesse caractérise le drapé à Niederhaslach, on est encore loin de la mollesse généralisée des plis fluides et abondants, apparaissant au tournant du siècle (comme la Vierge à l’Enfant de la façade occidentale de l’église Saint-Thiébaut à Thann51 ou le saint Paul de Kleinfrankenheim52, datés des années 1390-1400, 150). Les statues de Niederhaslach n’appartiennent pas à ce mouvement stylistique, mais, comme la Vierge de Rosenwiller, ne sont pas forcément antérieures à de telles œuvres.

  • 53 Voir Schwarzweber, 1940, p. 14-15 ; Beyer, 1985 ; Beyer, 1955, p. 59 ; Recht, 1978-1979, p. 284. O (...)

57Ainsi, parmi les datations déjà avancées pour ce monument (après 1330 d’après Schwarzweber, vers 1380 selon Beyer et à la fin du xive siècle pour Recht53), la plus tardive nous semble adéquate. D’ailleurs les arcades encadrant les gardiens, telles de larges anses de panier, ne sont guère concevables avant cette époque.

58L’étude des armures vient confirmer une telle datation. Le système de défense de ces armures est plus moderne que celui des guerriers de Haguenau. En effet, si d’une façon générale l’armure à Niederhaslach est caractéristique du milieu et de la seconde moitié du xive siècle, la protection des jambes composée de plusieurs parties rigides – en particulier pour le soldat de droite – situent ces sculptures à la fin du xive siècle.

Un souvenir lointain de Strasbourg

59En fin de compte, l’étude de la typologie, de l’iconographie, du style et des armures du saint sépulcre de Niederhaslach fait penser à un écart temporel important entre ce monument et celui de la chapelle Sainte-Catherine, alors que la construction de la chapelle Notre-Dame (dès 1344) est liée étroitement à la chapelle strasbourgeoise. Le saint sépulcre de Haslach imite bien sûr la structure de base du monument strasbourgeois, mais en varie certaines données typologiques, telles la disposition des saintes Femmes et la forme de l’ouvrage (une clôture), à supposer qu’il en ait existé un. Quant à savoir si un autre saint sépulcre alsacien plus proche dans le temps que celui de la chapelle Sainte-Catherine a été le modèle direct, la mauvaise conservation des monuments remontant à la seconde moitié du siècle ne permet plus de l’affirmer.

60La constatation de ne plus pouvoir établir de filiation entre un saint sépulcre et son modèle ne se limite pas aux monuments de Schwäbisch Gmünd et de Niederhaslach, mais touchent nombre de saints sépulcres conservés, comme on l’observe plus clairement encore dans le chapitre suivant.

Notes

1 Quelques incertitudes persistent quant au patronyme de l’église ; selon Hermann Kissling, le vocable principal aurait changé au cours du Moyen Âge au profit de Notre-Dame ou aurait été double (Kissling, 1975, p. 8-9).

2 Voir Cat. no 12, p. 334-335, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

3 « Das Heilige Grab im Freibürger Münster erscheintfast eine Wiederholung des unserigen », Gradmann, 1907, p. 380-381.

4 Voir Schmitt, 1919, p. 7 ; Schmitt, 1951, p. 35 ; Dehio, 1964, p. 434 ; Baum, 1921, p. 104, note 3 ; Nàgele, 1925, p. 128.

5 « Das Heilige Grab in der mittleren Chorkapelle eine Replik des Freiburger, um 1350, wenn nicht direkt des jenem zugrunde liegenden (zerstorten) in Strasbourg », Dehio, 1964, p. 434.

6 On conserve peu de sources documentaires sur l’église, notamment parce que les archives paroissiales restent lacunaires, voir Klssling, 1975, p. 319.

7 Voir Nägele, 1926, p. 102.

8 Ce Christ (portant le no d’inventaire 1959/2805), long de 90 cm, présente quelques analogies avec celui de Fribourg-en-Brisgau, dont le grand linceul enveloppant la tête est la plus déterminante. Cependant, plusieurs différences s’observent, comme la position des mains, posées sur le ventre. Cette statue a été donnée par le chapelain Weser de Gmünd, sans mention de provenance précise. Sa polychromie, fragmentaire et restaurée en 1938 par Max et Walter Hammer (Ulm), remonte à une époque moderne (linceul vert).

9 Cette église-halle, une des plus anciennes de l’Allemagne du Sud, est considérée comme le point de départ de l’architecture parlérienne. La nef, commencée vers 1320/1325 se différencie stylistiquement du chœur, construit dès 1351. Les historiens de l’architecture attribuent généralement la construction de ce chœur à l’architecte Heinrich Parler. Il serait l’initiateur de ce chœur-halle à l’architecture novatrice et son fils, Peter, qui était âgé d’une vingtaine d’années lors de la construction et qui a été appelé dès 1356 à Prague, y aurait pris part, sans que l’on puisse définir précisément la portée de ses interventions. Ensuite, dès 1372, maître Johannes Parler aurait repris la direction des travaux, Heinrich étant alors probablement décédé entre temps. Voir Kissling, 1975, p. 38-39, 46-60, 193 ; Kissling, 1978-1979 ; Wortmann, 1978-1978-1979 ; Dehio, 1964, p. 432-433 ; Clasen, 1952, p. 54-56 ; Schmitt, 1951 ; Kobler dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, note 43.

10 Voir Kissling, 1975, p. 49-53.

11 Les travaux du voûtement du chœur ont été placés, successivement, sous la direction de plusieurs architectes, voir Gradmann, 1907, p. 368, 371 ; Dehio, 1964, p. 433.

12 Plusieurs auteurs affirment, en effet, que la tour sud s’est effondrée à l’intérieur de l’église, voir Gradmann, 1907, p. 369 ; Klssling, 1975, en particulier p. 75-80 et p. 81-87.

13 Si on connaît les aménagements successifs de l’église – baroque et néo-gothique surtout (voir Gradmann, 1907, p. 366-370) – celui de la chapelle d’axe en particulier et ses transformations restent imprécises. On conserve toutefois un dessin du chroniqueur Dominikus Debler (daté de 1815). À noter pour notre propos que Kissling pense qu’une sculpture monumentale du Christ ressuscité était suspendue au xviiie siècle à l’entrée de la chapelle (Kissling, 1975, p. 93 et ill. 46).

14 Réalisées vers 1430, ces peintures ont été recouvertes d’un badigeon en 1795. Elles ont été mises au jour entre 1863 et 1864, puis restaurées par le peintre Deschier qui a complété fortement les parties abîmées (voir Klssling, 1975, p. 93, ill. 46). Par ailleurs, l’église a fait l’objet de plusieurs restaurations, notamment en 1887-1892 et récemment encore (voir Bongartz, 1976 ; Bongartz, 1981).

15 Voir Kissling, 1975, p. 193.

16 Voir Forsyth, 1970 ; Forsyth, 1972 ; Martin, 1997.

17 Cette tendance s’observe aussi dans quelques saints sépulcres contemporains des Mises au Tombeau. On pense notamment au saint sépulcre du dôme de Mayence, exécuté dans le deuxième tiers du xve siècle, mais dont on ne conserve que quelques fragments (voir ill. dans : Schwarzweber, 1940, ill. 24).

18 Voir Gradmann, 1907, p. 515, 519-520 ; Dehio, 1964, p. 438-439. La Mise au Tombeau date de 1470 selon une inscription située sur le monument. Seul le sarcophage, avec les soldats, est en pierre, les statues du Christ et des autres figures étant en bois.

19 Voir Gradmann, 1907, p. 504-505 ; Dehio, 1964, p. 438-439 ; Hotz, 1964, p. 419. Le sarcophage avec le Christ et les soldats, ainsi que Joseph d’Arimathie et Nicodème sont sculptés en pierre (1510), mais les statues des saintes Femmes et de saint Jean sont en bois et plus anciennes (1470). Des volets ferment la partie supérieure de la niche, placée au sud de l’église. Le monument a été restauré en 1866, comme l’indique un cartouche placé en haut à gauche, voir Altertumsdenkmäler von Württemberg, 1907, p. 504-505 ; Hotz, 1970, p. 419 ; Dehio, 1964, p. 438.

20 Dans la Mise au Tombeau de l’église Sainte-Catherine, en plus des saintes Femmes et de saint Jean, les figures latérales de Joseph d’Arimathie et de Nicodème sont également sculptées aux deux-tiers.

21 Voir Knorre von et Kost, 1990, p. 14-15, ill. p. 13 ; Dehio, 1964, p. 394-396.

22 Heribert Meurer est d’avis, contrairement à nos conclusions, que le saint sépulcre a été déplacé en 1430, date des peintures murales (Meurer, 1978-1979, p. 321). Quant à son emplacement d’origine, nous pensons, pour notre part, qu’il a pu prendre place à l’ouest du chœur, précisément dans la niche intramurale du bas-côté sud. Dans son état actuel, celle-ci ne date pourtant que du xvie siècle. Néanmoins, un emplacement dans cette zone pour un saint sépulcre correspondrait à l’usage courant au xive siècle.

23 Même si la formule adoptée à Haguenau est quelque peu différente.

24 À Gmünd, cependant, il est dépourvu de reposoir eucharistique.

25 Voir Gradmann, 1907 ; Nägele, 1925, p. 127-128.

26 Voir Schmitt, 1919, p. 7-8 ; Beenken ; 1927, p. 206-238.

27 Voir Schmitt, 1951, p. 35 ; Dehio, 1964, p. 434 ; Schwarzweber, 1940, p. 16-18 ; Meurer, 1978-1979, p. 321.

28 Voir Post, 1937-1939.

29 Cette église, riche témoin de l’architecture alsacienne du xive siècle, a été classé monument historique en 1848.

30 Voir Cat. no 8, p. 326-327, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

31 AdBR, G 5239, fol. 203 v°, no 20 « Fundatio Capelle S. Crucis. 1344 ». Voir aussi Barth, 1951-1952, p. 118, 311 ; Barth, 1980, col. 936 ; Rieger, 1954.

32 Voir Will et Rieger, 1969, p. 119 s. ; Recht, 1974, p. 161-168.

33 Voir plus loin les sources consultées au AdBR et aux archives communales.

34 Voir Barth, 1951-1952, p. 307 s ; Barth, 1980, col. 935-938 et 1898 ; Kraus, 1876, 1882, p. 189-201 ; Spach, 1867. Pour l’incendie de 1633, AdBR, G 1205 (g).

35 AdBR, G 5217/7 bis et 8 bis ; G 5218/10-11 ; G 5219/12 et 13 ; G 5239/8. On note ici que l’empereur Charles IV se rendit le 6 novembre 1353, jour de la fête de saint Florent, à l’église de Niederhaslach, lors de sa visite à l’évêque Berthold de Bucheck, qui était malade, pour vénérer la châsse contenant les reliques du saint patron, qui fut ouverte pour l’occasion. Voir Kraus, 1876, 1882, p. 190 et Kœnigshoven, 1870-1871, p. 484.

36 AdBR, Série O/OTC, 181 (27 février et 29 juillet 1828, août 1829, 28 août et 8 novembre 1830, 28 août 1836, 31 octobre 1837, 13 mai 1839, 19 février 1840, 24 février et 28 novembre 1842, 9 août 1951, 11 mai 1852, 28 mars 1852, 7 août 1853).

37 AdBR, Série O/OTC, 181, lettre du 9 août 1951 ; AdBR, Série V/120 et 121 ; Amun Niederhaslach, Carton Budget Communal, liasse Budget avant 1870 (lettres du 1er janvier et du 22 novembre 1854, documents concernant la restauration de l’église). Voir aussi le mémoire de l’abbé Kramer : Mémoires historiques sur Haslach et ses environs, rassemblés de 1850 à 1858.

38 Vitraux exécutés par les frères Ott de Strasbourg.

39 Voir Recht, 1974, p. 155-168 et part. sur la chapelle Notre-Dame p. 161-168. Outre cette étude, voir aussi Spach, 1862 ; Spach, 1867 ; Kraus, 1876, 1882, p. 189-201 ; Schumacher, 1901 ; Preyss, 1945, part. p. 60-66 ; Barth, 1951-1952, p. 114-119, 311 ; Rieger, 1954 ; Will et Himly, 1954 ; Reinhardt, 1964 ; Friedrich, 1966 ; Will et Rieger, 1969, p. 119 ; Rieger, 1971 ; Barth, 1980, col. 955-938 et 1898.

40 Le maître Erwin est surtout célèbre pour ses travaux à la cathédrale de Strasbourg, dont il dirigea le chantier, peut-être dès 1284. C’est à lui que l’on doit, notamment, l’étage de la rose de la façade, probablement inachevé au moment de sa mort, en 1318.

41 La dalle se dresse actuellement contre un mur, dans la partie orientale de la chapelle. On ne sait où elle se trouvait à l’origine. L’effigie montre un maître-d’œuvre coiffé d’une calotte et tenant une équerre. L’inscription sur le pourtour de la dalle mentionne clairement le fils d’Erwin comme maître d’œuvre de Saint-Florent (« ANNO. DMIMCCCXXX. NON. DECEMB [...]. MAGIST. OPERIS. HUI. ECCE. FILI. ERWINI. MAGIST. QUONDA. OPERIS. ECCE. ARGENT. ») ; mais le prénom de l’architecte a disparu. Kraus (1876, 1882, p. 201) propose de lire Conradus, Reinhardt (1964) Gerlach, ce que réfute Recht (1974, p. 234, ill. 53). Ce dernier conteste aussi la date de mort, lue 1329 (Kraus et Reinhardt), en publiant un relevé du xixe siècle, où le dessinateur a noté 1330. D’une façon générale, voir à propos de l’architecte de Niederhaslach, Kraus, 1876, 1882, p. 200-201 ; Reinhardt, 1964, p. 127-129 et ill. ; Recht, 1974, p. 234-235, ill. 53.

42 Voir Recht, 1974, p. 166. Notons encore que la lettre d’indulgence accordée par l’évêque Frédéric de Blankenstein en 1385 indique, selon la majorité des historiens, que les travaux de l’église sont alors terminés, puisqu’on y demande de l’argent pour ériger un mur d’enceinte, devant protéger notamment les précieuses reliques de saint Florent (AdBR, G 5221/7), voir Barth, 1951-1952, p. 310.

43 Voir Recht, 1974, p. 162-163.

44 Seuls les deux anges médiévaux placés de part et d’autre du Christ ont dû être présentés différemment à une certaine époque. On voit encore dans leur dos des crochets métalliques ; peut-être étaient-ils accrochés à la paroi et présentés de face ?

45 Schwarzweber mentionne à ce propos un livre liturgique datant du xvie siècle, qui situerait le saint sépulcre à son endroit actuel (Schwarzweber, 1940, p. 15). Par ailleurs, vu ses dimensions, le sépulcre ne pouvait prendre place contre une autre paroi de la chapelle qui est étroite.

46 Voir Schwarzweber, 1940, p. 19-20 ; Möller, 1987.

47 On relève aussi une différence importante au point de vue de l’emploi de cette statue, puisqu’à Niederhaslach un reposoir eucharistique est taillé dans la poitrine de la statue, à l’inverse du saint sépulcre strasbourgeois. Notons que cette cavité, de forme ronde, semble avoir été restaurée.

48 Voir Recht, 1978-1979, p. 284 ; Beyer, 1955, no 43-49, p. 70, ill. Pl. XXIV b, XXV ab, XXVI d.

49 Le style des statues du saint sépulcre est tout à fait différent des autres sculptures conservées dans l’église de Niederhaslach, de l’Annonciation, des sculptures du tympan du portail occidental (vers 1310) comme de celui des vitraux de la nef (1360-1365). Concernant les vitraux, voir Keberle, 1971 ; Wild-Block, 1978-1979. À propos de l’influence des vitraux de Königsfelden et des influences septentrionales visibles à Niederhaslach, voir Recht, 1980, p. 108-109.

50 Voir Barth, 1980, col. 1144 ; Images du patrimoine. Canton de Rosheim, 1989, p. 44.

51 Voir Inventaire. Canton de Thann, 1980, p. 165 et ill. 323.

52 Voir Beyer, 1968, no 241.

53 Voir Schwarzweber, 1940, p. 14-15 ; Beyer, 1985 ; Beyer, 1955, p. 59 ; Recht, 1978-1979, p. 284. On ne retient pas la proposition de Pfleger : fin du xve siècle (1931, p. 100).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search