Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Première partie. Étude matérielle, typologie

Troisième chapitre. Le saint sépulcre de la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau

Texte intégral

  • 1 Voir Cat. no 2, p. 314-315, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

1L’ancienne église paroissiale Notre-Dame de Fribourg-en-Brisgau, élevée au rang de cathédrale en 1827, conserve un saint sépulcre monumental (52)1. Celui-ci est aujourd’hui placé derrière une clôture ajourée, formé de quatre baies jumelées, ouvrage considéré unanimement par les historiens comme une des faces d’un ancien baldaquin qui aurait coiffé à l’origine le saint sépulcre. Si cette thèse se confirmait, il s’agirait là du seul exemple de saint sépulcre à baldaquin situé sur la rive droite du Rhin supérieur et datant du xive siècle. Au point de vue typologique, il représenterait alors le pendant de ceux de Strasbourg et de Haguenau, les deux seuls exemples de saints sépulcres à baldaquin conservés de cette époque.

  • 2 Voir en particulier Kempf, 1917 ; Schmitt, 1919 ; Schmitt, 1926.

2Jusqu’à présent, la recherche s’est surtout penchée sur les rapports typologiques et stylistiques existant entre les saints sépulcres de Fribourg-en-Brisgau et de Strasbourg2. Ces études, très répétitives au demeurant, sont restées sans réponse certaine. Si l’on s’est attaché à relever les dissemblances et les ressemblances formelles entre ces deux monuments, les conclusions sont demeurées insuffisantes, pour deux raisons au moins. D’une part, aucune analyse matérielle du sépulcre fribourgeois n’a été réalisée ; d’autre part, les fragments du baldaquin du saint sépulcre strasbourgeois n’étaient pas encore découverts. Par ailleurs, la filiation typologique que nous croyons pouvoir établir entre le monument de la cathédrale de Strasbourg et celui de Haguenau, remarquablement bien conservé, nous autorise maintenant à inclure le saint sépulcre haguenovien dans cette problématique.

3Dans cette nouvelle perspective, nous nous demanderons donc quelle est la nature réelle des rapports qui lient le monument fribourgeois et celui qui fut commandé par l’évêque de Strasbourg, Berthold de Bucheck. Nous nous demanderons aussi si le saint sépulcre de l’ancienne église paroissiale de Fribourg-en-Brisgau s’intégrait à l’origine dans un programme funéraire aussi élaboré que celui de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale.

4La datation du monument de Fribourg-en-Brisgau reste controversée, les uns la situent avant celle du saint sépulcre strasbourgeois, les autres, après. Nous verrons, à la suite de l’analyse typologique, que sur ce point également, il convient d’élargir l’étude, qui ne peut se limiter au seul exemple de référence strasbourgeois.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle

  • 3 Les historiens Kempf et Schmitt n’ont donné ni le détail ni les références de leurs sources, dont l (...)

5Les sources n’apportent pas d’informations sur la forme générale du saint sépulcre à l’origine, mais d’une manière globale nous renseignent sur l’histoire de sa conservation3. Si l’on peut repérer plusieurs travaux effectués sur le monument, il est difficile toutefois d’en estimer l’ampleur ou même d’en donner les motivations.

Les différentes interventions jusqu’au xxe siècle

  • 4 D’une façon générale, pour les sources publiées concernant l’histoire de l’église et l’aménagement (...)
  • 5 Et non en 1578, comme on le pense généralement.
  • 6 Maldoners Bericht 1754, 1905, part. p. 92. La citation est tirée de l’histoire de Fribourgen-Brisga (...)
  • 7 À propos de ce tombeau, voir Maldoners Bericht 1754, 1905, p. 91 ; Flamm, 1911. D’après l’étude de (...)
  • 8 On ne sait ce qu’il advint du tombeau ensuite, mais il fut conservé en partie jusqu’en 1667, date à (...)
  • 9 Voir Flamm, 1911, p. 28 : « [...] die Veranlassung zum Abbruch in der Rüchsicht auf die damaligen b (...)

6Le saint sépulcre est mentionné pour la première fois en 1415. Un acte nous apprend qu’il est situé à côté d’un autel dédié à Saint-Martin, c’est-à-dire dans la dernière travée du bas-côté sud, comme on le verra plus loin en détail4. Il se trouvait alors à proximité de l’emplacement qu’il occupe aujourd’hui, soit dans la même travée, précisément dans l’actuelle chapelle du Saint-Sépulcre (53). Aussi loin que les sources connues remontent, c’est au début du xvie siècle que le saint sépulcre a connu un nouvel agencement5. En 1514, en effet, il a dû subir des transformations, bien qu’on n’en connaisse pas le détail : « Anno 1514 sind die Kirchenstühle im Münster, das Grab Christi, dann aussert dem Münster der Kirchhof neu aufgerichtet und angelegt worden, wie all dieses eine alte Urkunde vom Jahre 1514 bekräftigt6. » À cette date donc, les stalles et le saint sépulcre à l’intérieur de l’église, le cimetière à l’extérieur ont fait l’objet d’un nouvel aménagement. Le début du xvie siècle est marqué en fait par de grands travaux entrepris dans la cathédrale, en particulier dans le chœur. En 1510, celui-ci fut voûté, puis consacré en 1513. L’aménagement de la travée orientale du bas-côté sud paraît aussi avoir été modifié à la même époque. On sait, en effet, que le tombeau dit du duc Berthold V de Zähringen, contemporain du saint sépulcre, subit alors des transformations7. Placé à proximité du saint sépulcre, il fut réduit en 1511, mais pas entièrement détruit8. Un certain rejet des tombeaux monumentaux aurait-il contribué à changer l’aspect du tombeau et du saint sépulcre, ainsi que le supposait déjà Flamm9 ?

  • 10 Au sujet de l’intervention de 1578 et des interventions postérieures, voir Kempf, 1917 ; Schmitt, 1 (...)
  • 11 Il réalisa également le jubé de style Renaissance de l’église, actuellement détruit, voir Flamm, 19 (...)
  • 12 Voir Kf.mpf, 1898, p. 291 (particulièrement pour les armes et les anges sculptés) ; Kempf, 1917, p. (...)

7Les historiens témoignent d’une grande prudence au sujet des conséquences éventuelles, sur le saint sépulcre, des importantes modifications de la travée orientale à la fin du xvie siècle10. Cependant, on sait que la chapelle hors-œuvre du Saint-Sépulcre fut construite à cette date. C’est à l’architecte Hans Bôringer, mort en 1590, que l’on doit ces travaux11. Il perça la partie inférieure du mur du bas-côté sud pour y construire l’édifice. Actuellement, son intervention est bien visible à l’extérieur : entre la tourelle d’escalier et le dernier contrefort du bas-côté sud, sous la grande baie ornée de vitraux, la chapelle est saillante et sa façade est richement décorée, percée de deux baies ornées de remplages de style gothique flamboyant et terminée par un couronnement horizontal en ajour ; sur ce couronnement, à droite, ont été sculptées les armes de la ville, les marques du maître Bôringer ainsi que la date de 157812.

  • 13 Voir Kempf, 1917, p. 4 ; Schmitt, 1919, p. 4-5.

8Un texte contemporain nous permet de déduire que le saint sépulcre, situé dans la travée du bas-côté sud depuis 1415 au moins, fut également modifié à cette occasion par le même maître d’œuvre. En 1578, le Conseil demande en effet de terminer les travaux du saint sépulcre : « den pflegern uf unser Lieben Frauen Bau zu erlauben, wover es in baues vermögen, das heilig grab durch den werkmeister und sein gesindli, das er doch nit über die ordnung haben soll, verfertigen [...] zu lassen » 13.

9Sans nul doute, le saint sépulcre fut placé à ce moment-là dans la nouvelle chapelle. Sa configuration n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle de la Mise au tombeau monumentale de l’église Saint-Michel de Schwäbisch-Hall (1470 et 1510), même si cette dernière ne présente pas d’ouvrage ajouré : il devait occuper tout l’espace et être éclairé par derrière grâce aux baies du fond (54). Dans le courant du xvisiècle, on constate une évolution dans la présentation de ce genre de monuments, marquée par une plus grande théâtralisation : mise en scène de la représentation, éclairage spectaculaire. À Fribourg-en-Brisgau, on doit probablement à ce nouvel état d’esprit la construction de la chapelle et l’installation du saint sépulcre à l’intérieur.

  • 14 Voir Kempf, 1917, p. 2.

10La seconde mention conservée d’une restauration sur le saint sépulcre date de 161214. La facture fait état des réparations, réalisées par le sculpteur Hans Jacob Ruoff, de plusieurs statues dont certaines appartenaient au monument.

  • 15 Erzbischöfliche Archiv Freiburg-im-Breisgau (abrégées désormais EAF), Münsterarchiv Freiburg, 35, A (...)

11« Den 28. tag herbstmonats hab [ich] dem grossen engel uf dem grab ein durchgebrochen rauchfass gemacht, samt die finger gebessert, 12 batzen ; mehr dem grossen engel zu fuessen drei finger und auch ein rauchfass durchbrochen gemacht, 13 batzen ; mehr einem kleinen knienden engel zwenfligelsambt einem arm und hand gemacht, 12 batzen ; mehr einem kleinen engel zwen fligel, zwen arm und hend, darin ein liechtstock, 13 batzen ; mehr einem kleinen engel ein hand und ein liechtsöocklin samt zwen fligel, 8 batzem ; mehr einem kleinen engel eine hand, darin ein riemen, samt zwei fligel, 9 batzen ; den 13. tag weinmonats hab ich oben aufdem grab der auferstehung drei gilgen auf das haupt gemacht, samt zwo hend, in der einen ein creuz, 1 gulden 1 batzen ; mehr Maria Magdalena ein hand, 5 batzen ; mehr dem understen engel zwo hend und ein arm sambt einem durchbrochnen rauchfass, 1 gulden 3 batzen ; mehr dem obren engel zwen finger und ein durchbrochen rauchfass in die hend, 9 batzen15. »

12Les interventions qui nous intéressent étaient donc mineures, si bien que, quelques membres abîmés exceptés, les statues devaient se trouver alors dans un bon état de conservation. Il s’agissait, en fait, d’un simple travail d’entretien du monument.

  • 16 « Item laut 9 Conto von A bis Ksigniert wegen dem Grab Chri[sti] [ge]zahlt 370gulden 5 batzen 1 », (...)
  • 17 Voir Kempf, 1917, p. 4 ; Schmitt, 1919, p. 4-5.

13En revanche, la grosse somme déboursée en 1733 pour le saint sépulcre laisse supposer des travaux d’envergure, bien que nous n’en possédions pas le détail16. Comparativement aux autres travaux payés aux artisans par la fabrique, le montant d’environ 370 florins paraît important. Friedrich Kempf et Otto Schmitt supposent qu’à cette date le monument fut partiellement démoli et que les statues en ronde-bosse autour du Christ gisant furent déplacées. Elles sont d’ailleurs encore dissociées du saint sépulcre en 191017. D’un baldaquin médiéval saillant et coiffant le sarcophage, détruit selon eux en 1733, il ne resterait aujourd’hui, estiment-ils, que la façade. Les lacunes de la documentation ne permettent plus de confirmer cette hypothèse, que contredit du reste l’analyse matérielle, comme on le verra plus loin. On note encore à propos de ces travaux qu’aucun élément conservé, sculpture ou décor, ne peut être daté du xviiie siècle. Malgré notre ignorance de la nature des travaux réalisés en 1733, cette année marque néanmoins les dernières interventions importantes effectuées sur le saint sépulcre qui devait, au plus tard à cette époque, occuper son emplacement actuel.

  • 18 Ces baies sont probablement incluses dans les travaux de vitraux payés entre 1826 et 1827 (EAF, Mün (...)
  • 19 Voir Schmitt, 1926, vol. 2, p. XIX ; Kempf, 1917, p. 4.

14Par la suite, en 1825, les frères Helmle, peintres verriers, copièrent la passion de Durer pour réaliser les vitraux des deux baies de la chapelle18. Enfin, en 1891, le saint sépulcre dans son intégralité, statues et parties d’architecture, fut repeint en or, rouge et bleu, une polychromie qui s’inspirait d’exemples similaires du Moyen Âge19. À cette époque, l’intérieur de l’église fut d’ailleurs décoré de nombreuses œuvres de style néo-gothique ; de 1865 à 1881, notamment, une grande campagne de sculptures supprima des autels baroques pour les remplacer par des aménagements néo-gothiques. La réfection de la polychromie du saint sépulcre s’est inscrite dans le même esprit historiciste centré sur le Moyen Âge.

15En résumé, nous savons par les sources quel était approximativement l’emplacement du saint sépulcre au début du xve siècle : dans le bas-côté sud, à proximité de l’endroit qu’il occupe aujourd’hui. Nous ignorons, par contre, sa forme à cette époque. De même, la connaissance que l’on a des travaux successifs effectués dès 1514 au moins est trop vague, pour que l’on puisse en tirer des conclusions sur l’aspect d’origine du saint sépulcre. Sa configuration actuelle résulte des nouveaux aménagements de la travée orientale (en 1514 tout d’abord, puis, surtout, à la Contre-Réforme, suivant une volonté de théâtralisation lors la construction de la chapelle en 1578), d’un entretien du monument (en 1612), d’une intervention coûteuse (en 1733) et de rénovations néo-gothiques (les vitraux en 1825, la polychromie en 1891). Les dernières interventions, fortement déterminées par l’historicisme, témoignent d’une intention plus empirique et esthétique que scientifique. À la fin du xixe siècle et surtout au début du xxe, l’attitude à l’égard du monument change radicalement.

Un intérêt nouveau au xxe siècle

  • 20 D’une façon générale pour la bibliographie concernant les restaurations de ce siècle, voir Kraus, 1 (...)
  • 21 Voir Schmitt, 1919, p. 7.
  • 22 Les moulages en plâtre se trouvent actuellement dans les ateliers de l’Œuvre. À cette époque les st (...)

16Les renseignements, nombreux et précis, que nous possédons pour le xxe siècle mettent clairement en évidence que les historiens et sculpteurs portèrent à ce monument un intérêt bien différent de celui de leurs prédécesseurs20. Vers 1896, une campagne de photographies couvrit l’ensemble de la cathédrale. Une prise de vue montre le saint sépulcre dans son état d’alors : il occupait tout l’espace de la chapelle du Saint-Sépulcre, que ferme l’actuelle clôture ajourée, munie de grilles dans chaque baie, et que décorent au fond les vitraux des frères Helmle ; sur la plate-forme du sarcophage, aucune statue en ronde-bosse n’entourait le Christ (55, 56 et 57). Elles avaient peut-être été déplacées en 1733. Quatre de ces figures, les trois saintes Femmes et un ange, se trouvaient à l’extérieur de l’édifice, sur les piliers des contreforts du chœur21. En 1910, pour des raisons de conservation, au lieu de les replacer sur la plate-forme du saint sépulcre, on les déposa dans les ateliers de l’Œuvre – organisme chargé de l’entretien de la cathédrale. Trois ans plus tard, on découvrit parmi les anges musiciens de la tour occidentale un ange appartenant selon toute vraisemblance au saint sépulcre. C’est à Friedrich Kempf, architecte de la cathédrale, et aux sculpteurs de l’Œuvre, notamment Ludwig Kubanek, que l’on doit, d’après la description de la facture de 1612, la disposition actuelle sur le sarcophage médiéval des statues retrouvées. Kubanek et les sculpteurs de l’Œuvre réalisèrent également le moulage en plâtre du sarcophage, avec le Christ gisant entouré des trois saintes Femmes et des deux anges. Ce moulage est conservé dans les locaux de l’Œuvre22.

17Après avoir découvert entre 1910 et 1913 les statues manquantes, les historiens et les sculpteurs d’alors cherchèrent donc avec l’aide de documents à comprendre l’aspect ancien du saint sépulcre. Le moulage du sarcophage et des statues en ronde-bosse placées dessus témoigne de l’intérêt qu’ils portaient surtout à la sculpture du saint sépulcre, sans se limiter pour autant à ce seul aspect. La bibliographie de cette époque montre d’ailleurs fort bien la portée de leurs efforts scientifiques. La restauration qu’ils ont faite du saint sépulcre est restée très respectueuse des états successifs du monument. Ils l’ont enrichi des éléments supprimés auparavant, sans chercher à restituer un état médiéval hypothétique. Par exemple, ils n’ont pas refait le baldaquin qu’ils ont pourtant décrit dans leurs études. Cette restauration permet donc, aujourd’hui encore, une étude matérielle fiable.

L’état de conservation

  • 23 Actuellement, les piliers des baies sont distants de 46 cm de la face longitudinale du sarcophage.

18Le sépulcre de grandes dimensions se trouve donc aujourd’hui au sud, dans l’actuelle chapelle du Saint-Sépulcre. Cette chapelle, construite hors-œuvre entre une tourelle d’escalier, montant de fond, et le dernier contrefort du bas-côté est étroite et de plan rectangulaire. Le saint sépulcre en occupe tout l’espace : placé contre le mur sud, sous les deux baies aujourd’hui murées, le sarcophage est encastré entre les murs latéraux de la chapelle ; devant, distincte de la face du sarcophage, une clôture ajourée et composée de quatre baies jumelées surmontées de gables et de statues, ferme la chapelle qu’elle délimite du reste de l’église23.

19Nous ne pouvons plus vérifier, en l’état, l’appartenance de chaque pièce au saint sépulcre d’origine. Le mauvais état de conservation ne permet plus d’assurer avec une certitude absolue l’homogénéité de l’ensemble. On l’a déjà souligné, l’histoire mouvementée de la conservation de ce monument n’est connue que partiellement. Comme on le verra plus loin dans le détail, certaines pièces ont été dissociées de l’ensemble, d’autres sont perdues. De surcroît, des différences stylistiques apparaissent nettement entre les figures.

20La configuration actuelle n’est pas d’origine. Elle fut créée pour l’essentiel en 1578 seulement, lorsque la chapelle fut construite contre la travée orientale du bas-côté qui, lui, remonte à 1240 environ. La plupart des historiens, à la suite de Schmitt et de Kempf, ont pensé que le saint sépulcre, daté de la première moitié du xive siècle, avait été mutilé de façon à prendre place à l’intérieur de la petite chapelle, à la fin du xvie siècle, voire plus tard en 1733.

21Une analyse matérielle détaillée du sarcophage, comme de la clôture ajourée, se révèle fort instructive, dans la mesure où elle permet de remettre en question les conclusions de Schmitt et de Kempf, unanimement admises jusqu’à présent, et de reconstituer un état d’origine proche de l’état actuel. Il n’est plus possible de repérer toutes les transformations faites sur le saint sépulcre. Néanmoins, l’état actuel du monument nous permet de faire quelques observations, dont au moins deux nous semblent capitales. L’une concerne les dimensions du sarcophage à l’origine ; l’autre, le système de construction adopté.

  • 24 Ce bloc oblong est, par ailleurs, plus large à droite (28 cm) qu’à gauche (23 cm).
  • 25 Sur le côté gauche de la plate-forme, le bloc est large de 19 cm, celui placé à droite de 14. Chacu (...)
  • 26 Par exemple, la réalisation des têtes du saint sépulcre semble peu probable au xviiie siècle, pério (...)
  • 27 À propos de l’église Saint-Georges, voir Barth, 1980, col. 850-853 ; Barth, 1982 ; Eschbach, 1990.
  • 28 Voir Beyer, 1955, p. 21-25 ; Barth, 1982, col. 1515-1519.
  • 29 À noter que malgré cette différence de profondeur, toutes les figures en ronde-bosse pouvaient se t (...)

22Au moment de sa construction, au xive siècle, le sarcophage était moins profond d’une vingtaine de centimètres. Par la suite, la plate-forme a été agrandie d’un bloc pour remplir tout l’espace intérieur de la chapelle24. L’ajout de ce bloc eut lieu selon toute vraisemblance au moment de la mise en place du sépulcre dans la chapelle, en 1578. En revanche, le sarcophage ne fut pas transformé en longueur, puisque les extrémités de la frise décorant la plate-forme sont soigneusement finies. Composée de feuilles de vigne liées les unes aux autres par des tiges, cette frise se termine à chaque bout par une feuille d’où ne naît aucune tige. En outre, un bloc orné d’une tête de lion a été ajouté de part et d’autre du motif décoratif25. Ces deux têtes ne constituent pas des ajouts tardifs26. En effet, leur style s’apparente à celui des visages des soldats sculptés sur la face du sarcophage. En se limitant à ce qui est comparable, on y retrouve les mêmes petites têtes aux volumes ronds et saillants, les mêmes longues mèches ondulées. Ces têtes de lion et de soldats ont donc été exécutées simultanément, voire par le même artiste. Ce rapprochement est encore plus convaincant si l’on compare le style de ces têtes de lions à celui d’autres têtes d’animaux contemporaines, par exemple à celui des deux lions figurés sur le tombeau de Jean de Durbheim, évêque de Strasbourg (1306-1328), dans l’église Saint-Georges à Molsheim en Alsace27 ou à celui des deux lions soutenant une des dalles du double tombeau d’Ulrich et de Philippe de Werd († 1332 et 1344) dans l’église Saint-Guillaume de Strasbourg (147)28 : dans un style bien différent de celui de Fribourg-en-Brisgau, chaque tête de lion est sculptée en volumes plus larges, moins accidentés, et la crinière est composée de boucles serrées. À Fribourg-en-Brisgau, malgré la grossièreté des raccords, la frise prolongée de têtes de lion n’a guère dû se modifier depuis le Moyen Âge. Ainsi, le sarcophage devait avoir à l’origine à peu près les mêmes dimensions qu’actuellement : longueur égale et profondeur légèrement réduite29.

  • 30 D’autres cassures, plus petites, et quelques restaurations s’observent, notamment à gauche, mais ne (...)

23Quant au mode de construction du saint sépulcre, certaines observations préalables, de première importance, méritent d’être faites avant de le comparer à celui des monuments strasbourgeois et haguenovien. La dalle de la face du sarcophage fribourgeois, sculptée en haut-relief et représentant les gardiens du sépulcre, est brisée verticalement au niveau du troisième soldat, figuré de profil et accroupi. Cette cassure est due probablement à un accident survenu lors d’un transport. Hormis ce détail, la face est restée tout à fait intacte30. Autrement dit, la scène sculptée dans une seule dalle s’étalait à l’origine sur un champ unique non compartimenté et, contrairement aux monuments de Strasbourg et de Haguenau, les hauts-reliefs ne s’encastraient pas entre les montants d’un baldaquin. À n’en pas douter, cette dalle était donc une pièce indépendante de tout ouvrage.

La question du baldaquin

24Les sources ne font état ni de quatre baies, ni d’un baldaquin. On sait seulement, grâce à la facture de 1612, que des statues, en plus de celles placées sur le sarcophage, étaient situées au-dessus du saint sépulcre. Cette source ne donne cependant pas de détails sur leurs supports.

  • 31 Kempf, 1917, p. 2.
  • 32 Kempf, 1917, p. 2 :« [...] es ist nach allem anzunehmen, dass auch die beiden Schmalseiten der Kape (...)
  • 33 Schmitt, 1926, p. XIX. Voir aussi Schmitt, 1919, p. 4 ; Schmitt, 1926, p. 55. Schmitt parle de même (...)
  • 34 Voir Schmitt, 1919, p. 4.
  • 35 « baldachinartig » et « Eindruck machen » (Kempf, 1919), « kappelenartig » (Schmitt, 1926).

25Kempf et Schmitt ont cherché à décrire la configuration de ce saint sépulcre au xive siècle. Précisément, le premier a pensé qu’il s’agissait d’une chapelle (« Heiliggrab-Kapelle31 »), dont les faces latérales devaient ressembler aux quatre baies conservées – actuellement placées de front – et abriter le saint sépulcre à la façon d’un baldaquin (« baldachinartiges Gehäuse32 »). Schmitt a repris cette idée (« [...] in Form eines rechteckigen Gehäuses33 ») et rappelé que dans la conception d’une telle chapelle vivait encore le souvenir des saints sépulcres de Gernrode ou de Constance34. Ces affirmations imprécises, ces termes vagues, laissent percer la difficulté à déterminer l’aspect d’origine de l’ouvrage35. L’analyse d’importants éléments aussi bien techniques que décoratifs, omis par les auteurs précédents, s’impose en conséquence.

26Dans l’attente de preuves archéologiques ou documentaires, l’étude de la construction reste la seule base – négligée jusqu’à présent – qui permette de vérifier certains aspects techniques et de comprendre les particularités de l’ouvrage fribourgeois dès sa construction.

Une clôture ajourée

27La clôture actuelle, formée de baies jumelées, est placée devant la chapelle. Sans lien avec la maçonnerie de celle-ci, plaquée devant elle et légèrement plus large, la clôture empiète à gauche comme à droite sur le mur à arcature du bas-côté, percé à cet endroit pour construire la chapelle hors-œuvre. Le ciment en est grossier et déborde, une barre de métal fixe l’ouvrage encore plus solidement au mur. À gauche, l’ouvrage ne cache pas la cassure de la corniche décorée d’une frise de rosettes, qui, sculptée au-dessus de l’arcature, a été brisée lors de la construction de la chapelle et est demeurée sans finition. Aussi cet ouvrage a-t-il été simplement adossé au mur, sans beaucoup de soin d’ailleurs (58).

L’exécution des angles

  • 36 Seule une barre métallique traverse chacune des baies.

28Toutefois, cet ouvrage présente encore des particularités techniques qui nous renseignent sur son aspect d’origine. Les quatre baies, dépourvues de renforcement horizontal, n’ont pas suffisamment de stabilité pour tenir par elles-mêmes36. Aussi, dès l’origine ont-elles nécessité la construction d’importants appuis latéraux, de retours d’angles par exemple, ou comme c’est le cas actuellement d’un mur auquel elles pouvaient s’adosser.

29Notons d’emblée qu’aucun vestige de retours d’angle ou, plus largement, de pièces susceptibles de former un baldaquin, n’est conservé. Ces éléments, s’ils ont existé, n’ont laissé aucune trace sur le monument. On ne distingue pas sur les piliers de marques d’attaches, qu’eussent nécessitées des éléments de soutien ou des faces latérales. Bien au contraire, les extrémités des piliers forment des angles aux surfaces plates sans aucune moulure. En outre, à chaque extrémité un masque feuillu, placé à la naissance du gable et, au-dessus, un petit décor de baies aveugles avec un retour constituent la seule finition de l’angle (59). Un tel agencement est exceptionnel et exclut toute prolongation latérale. En effet, dans la plupart des monuments funéraires à baldaquin de la fin du Moyen Âge, la jointure entre la face antérieure et les retours fait l’objet d’un traitement soigné. L’angle est généralement camouflé avec une ou plusieurs moulures, des pinacles ou toute autre saillie, même peu avancée, invitant le regard à se porter sur les faces latérales. Le baldaquin de la chapelle Sainte-Catherine, avec des blocs moulurés plus larges pour les retours qui forment véritablement l’angle, en est un exemple très élaboré, tandis que celui de Haguenau reste plus sobre, mais construit selon le même principe. Il est donc douteux que l’ouvrage fribourgeois ait été complété à l’origine par des retours d’angle, comme on l’a toujours supposé.

  • 37 Voir Adhemar, 1974, ill. 64.
  • 38 Voir Adhemar, 1974, ill. 104.

30Cette clôture ajourée à baies minces et élancées a-t-elle pu être consolidée par des contreforts d’angle, comme les baldaquins anciens des tombeaux de Jean de Montmirel (ou Montmirail, † 1217)37 ou peut-être de Philippe de France, dit Dagobert († 1222)38 ? Probablement pas, car dans ce cas, de tels contreforts faisaient partie, semble-t-il, de la construction même de l’ouvrage, ce qui s’avère impossible à Fribourg-en-Brisgau.

  • 39 Ce monument se trouve actuellement dans le bas-côté sud de l’église contre le mur occidental. On ne (...)
  • 40 Voir Adhemar, 1974, ill. 979.

31En revanche, le système d’appui latéral de la clôture a pu être exécuté, à l’instar des monuments funéraires du xive siècle, selon les deux modes suivants : l’ouvrage s’appuie soit contre des piliers, soit contre une niche ou un enfeu. Malheureusement, on ne conserve, dans notre région, pour ainsi dire aucun exemple de l’un ou l’autre mode que l’on puisse comparer précisément au monument fribourgeois. En effet, pour le premier type, seul le tombeau de sainte Adelphe (fin du xiiie siècle) de l’église Saints-Pierre-et-Paul de Neuwiller-lès-Saverne présente, coincé entre de gros piliers, un ouvrage qui se compose de trois baies, mais semble bien avoir subi des remaniements39. Pour le second type, on ne trouve pas non plus d’exemples rhénans semblables à celui de Fribourg-en-Brisgau, leur décor étant différent. En revanche, au-delà du contexte régional, le tombeau de Jean de Néelle († 1388) et d’Ade de Mailly († 1400) de l’abbaye d’Ours-camp, connu par un dessin40, montre une clôture ajourée, formée de deux baies surmontées de gables ; elle ferme l’espace funéraire et semble plaquée de part et d’autre de celui-ci, devant les colonnettes engagées à chapiteau. Cependant, vu la vitrerie du fond, la chapelle a été remaniée après l’érection du tombeau. On retrouve ici une conception similaire à celle de Fribourg-en-Brisgau, où l’ouvrage, une clôture de chapelle, est placé à l’extérieur de l’espace funéraire. Même si leur aspect remonte probablement dans les deux cas au xvie siècle, on imagine mal une autre solution d’appui à de telles clôtures. Il paraît évident que la clôture du saint sépulcre de Fribourg a été placée dès l’origine à l’extérieur d’une niche et s’adossait à sa maçonnerie. Elle fermait ainsi l’espace funéraire, où était installé le saint sépulcre. Aussi, malgré le petit nombre d’exemples comparables, l’agencement actuel du saint sépulcre – constitué, qui plus est, d’un sarcophage qui a conservé ses dimensions à quelques centimètres près – doit-il correspondre à celui d’origine.

Le couvrement

  • 41 Voir Schmitt, 1919, p. 4.

32Quant au couvrement intérieur de la chapelle, la voûte actuelle en forme de berceau surbaissé est composée d’une structure de bois légère41 qui repose directement sur la maçonnerie, au-dessus du départ des remplages des baies murées et des baies de l’ouvrage. Il s’agit d’une construction post-médiévale, réalisée sans doute vers 1578 ou même bien après, lors d’une restauration ultérieure. Quelle forme avait le couvrement au Moyen Âge ? En dessous de la voûte, les piliers des baies ne présentent pas de trace de console ou de départ de nervure de voûte. Cette absence exclut donc qu’une voûte à une ou plusieurs travées – comme à Strasbourg ou à Haguenau – se soit appuyée à l’origine sur les piliers des baies, pas assez stables par ailleurs. Par conséquent, à supposer qu’une voûte ait précédé le berceau actuel, elle reposait selon toute vraisemblance sur des consoles placées dans la maçonnerie des parois latérales et devait constituer une voûte unique, comparable à celle d’une niche.

L’agencement d’origine

33En substance, on tirera de ces premières observations les conclusions suivantes : dès sa construction, l’ouvrage était dépourvu de retours d’angle ou de contreforts ; il n’a pas été construit comme une face, mais bien comme un élément unique ; le couvrement intérieur n’avait aucun point d’appui sur cet ouvrage, comme c’est le cas actuellement. Ces principes de construction ne correspondent pas à ceux des baldaquins de tombeaux médiévaux, c’est-à-dire à des ouvrages saillants à retour d’angle, adossés ou non à une paroi. De plus, l’absence de retour et de couvrement s’appuyant sur l’ouvrage laisse supposer qu’à l’origine l’ouvrage prenait appui sur des piliers ou, solution certainement plus vraisemblable si on le compare au tombeau de Jean de Néelle et d’Ade de Mailly, qu’il fermait une chapelle, une niche ou un enfeu, où était placé le saint sépulcre. Il constituait alors une clôture ajourée de niche, délimitant l’espace funéraire de celui du reste de l’église. Somme toute, l’agencement devait être comparable à celui que l’on voit actuellement et l’ouvrage n’a pas dû subir de transformations. On peut même soutenir que la niche d’origine, fermée par cet ouvrage, a été simplement approfondie en 1578 pour créer la chapelle actuelle.

Le décor architectural

  • 42 On relève encore que des jointures ont été refaites et que plusieurs pièces ont été remplacées. Cer (...)

34Le décor de la clôture a subi de nombreuses restaurations. Cela se perçoit particulièrement bien depuis la coursière, cachée par les gables et les statues (60). Les crochets des gables et les fleurons ont été rénovés ; refaits aussi manifestement à plusieurs reprises, les socles des statues au vu de la taille différente de la pierre42. La hauteur des cinq statues placées entre les gables demeure incertaine. Tous ces travaux constituaient des mesures de simple conservation. De ce point de vue aussi, l’ouvrage même semble indemne de transformations, excepté les socles des statues.

35L’étude de ce décor démontre la singularité de l’ouvrage fribourgeois. II s’organise en quatre baies jumelées, surmontées de gables aveugles, entre lesquels sont placées cinq statues en ronde-bosse. Il est régi par des principes de composition extrêmement simple : une organisation répétitive sans axe privilégié, un couronnement strictement horizontal avec des gables tous d’égale hauteur. Une telle disposition est rare. Le Rhin supérieur, sur les rives allemandes et alsaciennes, ne conserve pas d’exemples comparables.

  • 43 Voir Schmidt, 1990, p. 44-60, part. p. 48-49.

36Surtout, le nombre de quatre baies étonne pour un monument funéraire et, à notre connaissance, n’a pas son pareil parmi les tombeaux médiévaux connus. On trouve surtout au xive siècle, mais déjà dès le milieu du χiiie, des compositions bipartites ou tripartites, particulièrement répandues en France et en Angleterre43.

  • 44 Voir Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, en particulier Peter Kurmann, « Die monumentale Steinskulptu (...)
  • 45 Voir Kraus, 1876, 1882, p. 192, 689 ; Schmitt, 1924, p. XX, no 178-183 ; Kleimiger, 1939, p. 28-29, (...)

37Le décor non figuré est très sobre : le même remplage superposé pour chaque baie, les mêmes gables simples à trilobes étirés, le même décor d’arcature aveugle entre les gables. Il ne vient que faiblement contrebalancer la monotonie de l’organisation et s’oppose à la plupart des décors des monuments contemporains, généralement beaucoup plus riches. À l’exception des masques feuillus, il se répète sans grande variété, dans un tout autre esprit que, par exemple, celui des arcades du porche de la même église (entre 1250-1255 et 1275-1280)44, qu’enjolivent une multitude de petits détails (animaux, êtres fantastiques, éléments végétaux) différents pour chaque arcade. En comparaison avec les tombeaux rhénans, notamment celui de Lichtenberg à la cathédrale de Strasbourg (vers 1300, 28)45 ou celui de sainte Adelphe de l’église Saints-Pierre-et-Paul à Neuwiller-lès-Saverne (fin du χιiie siècle) par exemple, le décor des baies fribourgeoises demeure répétitif et peu élaboré. Sans entrer dans le détail, l’ouvrage de Neuwiller est beaucoup plus complexe grâce, notamment, au décor ajouré qui s’ouvre sur plusieurs plans au niveau des lobes des gables, créant ainsi un effet de profondeur. À l’inverse, le décor de la clôture ajourée du saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau renonce à tout effet de profondeur, à toute recherche volumétrique.

  • 46 Ernst Adam pense d’ailleurs que l’architecture de la clôture dérive de celle de l’étage supérieur d (...)
  • 47 Voir Liess, 1986, p. 81-83.

38Si l’on a souvent comparé le décor de la clôture à celui de l’étage supérieur de la tour occidentale de la cathédrale fribourgeoise (entre 1301 et 1330/1340)46, à nos yeux toutefois il en paraît bien différent. Certes, comme pour la tour, une simplicité et une grande clarté régissent l’ensemble. On retrouve aussi le motif du trilobe étiré dans les réseaux de la tour47. Mais l’esprit qui sous-tend ce décor se distingue nettement de celui de la tour. La sculpture des remplages est très plate et dénuée d’effet de relief. Les motifs superposés des remplages – tous identiques – et ceux des gables ne ressemblent guère à ceux de la tour et, surtout, ne s’inspirent pas de la riche variété de ces derniers. En fait, le vocabulaire décoratif de l’étage supérieur de la tour s’apparente plus à celui des baies de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg et à celles du baldaquin de son saint sépulcre qu’à celui de la clôture.

39Le décor du baldaquin du saint sépulcre strasbourgeois ne rappelle pas, non plus, celui de la clôture fribourgeoise, à l’exception de sa structure (un gable au décor aveugle coiffant une baie qu’occupe un remplage ajouré). Aussi, le décor général de la clôture reste-t-il singulier au sein de l’art funéraire et de l’architecture du xive siècle.

  • 48 Ces clefs de voûte sont pourtant plus anciennes, puisqu’elles doivent dater de la fin du χιiie sièc (...)

40Seuls de petits éléments, les cinq masques feuillus sculptés au départ des gables, ainsi que les têtes d’animaux, les feuillages et les masques décorant les consoles à la base des remplages viennent briser la monotonie du décor. Sous la polychromie néo-gothique de 1891, ces éléments décoratifs présentent des formes différentes, empruntées à un répertoire de motifs médiévaux largement répandus à la fin de Moyen Âge. Dans l’église même, les clefs de voûte des bas-côtés, notamment celles de la deuxième travée méridionale et de la troisième du côté nord, rappellent fortement les motifs sculptés du saint sépulcre, avec leur feuillage tourmenté et serré, avec leur surface fortement bombée et creusée, avec, pour certaines clefs, la prolongation sur le visage de tiges très aplaties48.

41Surtout, l’emplacement des cinq masques feuillus est singulier. Ils sont situés, en effet, soit au départ des gables, soit entre ceux-ci. Au xive siècle, ce genre de masques ornaient de préférence des clefs de voûte, des consoles, ou l’intrados d’une baie et étaient destinés à enjoliver une pièce d’architecture particulièrement visible. Sur le saint sépulcre, les consoles de l’intrados des baies gardent ce rôle. Mais les cinq masques, placés frontalement à la naissance des gables, ont perdu leur fonction architecturale pour devenir de purs éléments décoratifs.

42Ainsi, l’organisation générale et surtout la composition quadripartite de cet ouvrage ne connaît pas, semble-t-il, d’équivalent médiéval. Simplicité et répétition tant dans le décor non figuré que dans la composition –, absence d’effet de profondeur, présence de masques uniquement décoratifs caractérisent ces quatre baies.

  • 49 Voir Freiburger Diozesan Archiv, 15, 1822, p. 28 ; Baumgartnen, 1937, p. 43 ; Adam, 1973, p. 77 ; G (...)
  • 50 Les comptes de la fabrique de la cathédrale conservées au EAF font mention de plusieurs travaux du (...)

43Les particularités de cet ouvrage sont telles qu’il faut encore envisager l’hypothèse, toujours imaginable, d’une construction ou d’une réfection néo-gothique de la clôture ajourée, sur laquelle on eût placé les statues médiévales de la Résurrection. La suggestion n’est pas si saugrenue dans notre cas. N’oublions pas, en effet, que la perception que l’on a aujourd’hui de cet ouvrage est faussée par la polychromie néo-gothique de 1891, qui modernise et unifie la surface de la sculpture. De plus, la clôture du sépulcre a un pendant néo-gothique semblable dans la travée orientale du bas-côté nord, placé devant la chapelle de la Sainte-Cène (61 et 62). Cette chapelle mériterait une étude détaillée, puisque l’on y repère plusieurs interventions qui laissent entrevoir une histoire particulièrement complexe. À propos de cet ensemble, on sait seulement qu’un sculpteur de talent, Franz Xaver Hauser (1738-1819) y travailla de 1804 à 180649. On imagine aisément qu’il est bien l’auteur des statues monumentales de style baroque figurant la Cène, qui se trouvent à l’intérieur de la chapelle. Il fut, à Fribourg même, l’élève de l’illustre sculpteur Johann Christian Wenzinger (1710-1797). On ne connaît pas, en revanche, le nom de l’artiste qui exécuta la clôture néo-gothique à quatre baies, surmontées de statues, de style baroque quant à elles. On sait toutefois l’intérêt que Franz Xaver Hauser portait au Moyen Âge, puisqu’il avait sculpté une première œuvre empruntant le vocabulaire formel gothique, importante et novatrice pour son époque, l’abat-voix de la chaire de la cathédrale, en 1795 déjà50. Un artiste aussi averti avait, peut-être, établi un projet de restauration du saint sépulcre, éventuellement exécuté plus tard par une autre main moins habile.

44Mais plusieurs éléments viennent contredire une telle hypothèse. Un examen comparatif montre que la sculpture de l’ouvrage de la chapelle de la Sainte-Cène est différente, plus moderne que celle du saint sépulcre. Le décor, sans aucun doute néo-gothique, est plus riche. De plus, les comptes de la fabrique de la deuxième moitié du xviiie et du xixe siècle restent muets à propos d’une éventuelle construction de la clôture du saint sépulcre à cette époque.

  • 51 Une restauration récente reconnaissable surtout par les fleurons modernes a uniformisé le couronnem (...)

45Bien au contraire, l’ouvrage de la Sainte-Cène a dû prendre modèle sur celui de la chapelle du Saint-Sépulcre, son pendant direct51. Comme ce dernier, il ferme la chapelle, constitue une clôture ajourée et empiète sur le mur du bas-côté. Il suit les mêmes principes de fixation à la paroi du bas-côté. Sa forme générale avec un couronnement strictement horizontal et une composition quadripartite est identique. En revanche, les principes de construction sont modernes. L’artiste a donc repris les caractéristiques de l’ouvrage placé devant le saint sépulcre, tout en actualisant la construction et le décor. Cette comparaison nous assure donc de l’ancienneté de cet ouvrage.

Le décor figuré

  • 52 Selon Kempf, le sculpteur Ludwig Kunabek, qui a rénové ces statues au début du siècle, a expresséme (...)

46L’ordonnance des figures, sculptées en ronde-bosse et actuellement placées entre les gables, semble avoir changé. Mais notons d’emblée qu’il paraît très vraisemblable que ce décor figuré supérieur ait appartenu dès le xive siècle au saint sépulcre, même si les cinq statues forment un groupe stylistique différent de celles du sarcophage. En effet, l’iconographie de ce décor s’intègre parfaitement à celle de l’ensemble du saint sépulcre, comme on le verra. De plus, la facture dont le texte est donné plus haut nous apprend qu’en 1612, au plus tard, au-dessus du saint sépulcre étaient disposées des figures – notamment celles du Christ, de Marie-Madeleine et de deux anges –, à coup sûr celles-là même qui sont conservées encore aujourd’hui52.

  • 53 Il semble qu’ils y soient restés jusqu’au début du xixe siècle (Schreiber, 1820, p. 153 ; Kempf, 19 (...)

47Ce document, fort précieux, décrit les statues qui nécessitaient une restauration (sur le tombeau deux grands anges et quatre petits, au-dessus du tombeau le Christ, Marie-Madeleine, un ange inférieur et un ange supérieur), bien plus il nous informe de la présence, en 1612, d’autres figures aujourd’hui disparues. En effet, sur le tombeau quatre petits anges se trouvaient alors ajoutés aux deux grands que l’on a conservés53. Probablement placés autour du Christ gisant, l’un d’entre eux était agenouillé, deux autres portaient des candélabres et le dernier tenait l’ourlet du linceul, apparemment là où l’étoffe présente encore de nombreux plis qui s’élèvent en formant une pointe.

48Cette facture indique aussi les accessoires des figures et leur emplacement : un groupe se trouvait sur le tombeau (« ufdem grab »), autrement dit sur la plateforme du sarcophage, un autre en hauteur au-dessus du saint sépulcre (« oben auf dem grab »), soit, selon toute vraisemblance, sur la clôture. La disposition générale ressemblait déjà, en 1612, donc peu après les travaux de 1578, à celle que nous avons actuellement sous les yeux.

  • 54 Kempf a pensé que ces piédestals ont été rajoutés au xviiie siècle et il en a conclut que l’ouvrage (...)

49Cependant, dans le groupe supérieur les statues, dont trois sur quatre sont citées, n’étaient pas toutes alignées sur le même niveau. Un ange était situé plus haut que l’autre (« dem understen engel [...] dem obren engel [...] »). L’organisation du décor figuré de cette époque reste difficile à déduire de cette seule mention. D’autant que, on l’a vu, le couronnement de cet ouvrage a été restauré à plusieurs reprises. Une même hauteur pour tous les piédestaux avait déjà étonné Kempf et Schmitt, à juste titre54. En fait, les piédestaux des cinq statues, hauts actuellement d’environ 40 cm, sont d’un matériau différent et d’une facture moderne. Cette constatation laisse donc encore ouverte la question de la hauteur des statues à l’origine.

50Nous relevons aussi qu’à l’exception d’une seule, les statues portent dans le dos les traces d’éléments de suspension, des fiches en bois pour des crampons (60). Ces systèmes de suspension étaient souvent utilisés lors de travaux pour le déplacement des statues, ou pour la fixation de ces dernières contre une paroi, comme on peut encore le voir à Niederhaslach en Alsace. Dans le cas de Fribourg-en-Brisgau, ils ont certainement servi à déplacer les statues lors de travaux, dont les plus anciens repérés datent de 1514. Aussi ces cinq statues n’ont-elles pas dû être fixées à une paroi comme à Niederhaslach, ce qui s’accorde d’ailleurs avec bon nombre d’autres observations. Ces éléments de suspension ne nous renseignent donc pas sur l’emplacement des statues à l’origine. Malgré l’incertitude portant sur la hauteur des piédestaux médiévaux, à l’origine le Christ ressuscité devait, en toute logique, être surélevé par rapport aux autres figures. D’ailleurs le nombre impair de statues suggère une composition pyramidale pour le couronnement de l’ouvrage.

51On peut résumer ainsi les observations les plus significatives concernant la construction et le décor de la clôture ajourée : dès son achèvement, celle-ci se présentait déjà dans sa forme actuelle et était placée probablement devant une niche ou un enfeu ; elle n’a donc pu constituer un élément de baldaquin médiéval ; elle forme, cependant, un élément peu courant, qui la distingue de la plupart des architectures décoratives du xive siècle, notamment en raison de sa disposition quadripartite. Peut-être cet ouvrage a-t-il été modifié après le Moyen Âge, ce qui expliquerait une réalisation si singulière. Toutefois, si des remaniements ont pu rendre la composition inhabituelle, ils n’ont pas pour autant touché au mode de construction qui reste très reconnaissable. Aussi des transformations du monument nous paraissent-ils peu vraisemblables. Bref, l’aspect actuel de ce saint sépulcre demeure très proche de celui du xive siècle.

2. Le saint sépulcre d’origine

  • 55 Flamm, 1911, note 2 p. 26. Voir aussi Freiburger Diöcesan-Archiv, 22, 1892, p. 268-269.
  • 56 Voir Flamm, 1911, p. 25.
  • 57 EAF, Münsterarchiv, Pfründenaufnahme, 1666 [1667 sur la reliure], fol. 52 sq. Voir aussi Albert, 19 (...)

52La question de l’emplacement du monument dans l’église avant 1578 reste à étudier. L’indication topographique la plus ancienne concernant le saint sépulcre remonte, comme on l’a déjà dit, à la fondation d’une prébende par Johann von Tigisheim le 25 octobre 1415 sur un autel situé à côté du saint sépulcre : « uf den altar bi dem heiligen grabe, der in sant Martins ere gewihet ist und den man nemmet unserfrouen altar in sant Michels des heiligen erzengels und sant Peters und sant Paulus der zwölfboten ere’55. » Le saint sépulcre se trouvait ainsi près de l’autel dédié à Saint-Martin, que l’on appelait Notre-Dame. Selon les recherches de Flamm, celui-ci devait se situer au début du xvisiècle à l’est de la travée orientale du bas-côté sud, contre le mur du transept (63)56. L’existence de cet autel est déjà attestée dès le xive siècle. En 1325 et 1332, notamment, des prébendes y furent fondées57. Il est donc probable que le saint sépulcre se trouvait dès son érection à proximité de cet autel.

  • 58 L’en-tête de la facture dressée en 1612 par le sculpteur Hans Jacob Ruoff pour les travaux que nous (...)
  • 59 D’ailleurs des prébendes sont fondées dans ces chorlein, plus précisément sur leur autel (par exemp (...)
  • 60 « Es erscheint nun ganz selbstverständlich, dass bei dem so gezeichneten ursprünglichen Bestand des (...)

53Après les travaux de 1578, le saint sépulcre était toujours localisé dans le Frauenchorlein de la travée orientale du bas-côté sud58. Le terme Chorlein s’appliquait en particulier en Rhénanie à une chapelle59. Il est vraisemblable que ce Chorlein, qui doit s’identifier avec toute la travée orientale, comprenait la légère extension latérale créée par Boringer pour le saint sépulcre60.

  • 61 Voir les dernières propositions de Friedrich Kobler à la suite des fouilles de 1991-1992 et des ana (...)
  • 62 Généralement, on date ce changement de plan vers 1220-1230 et le voûtement des travées orientales v (...)
  • 63 La date de 1256 est donnée par l’analyse dendrochronologique des combles, voir Friedrich Kobler, da (...)

54La construction des parties orientales de l’église de Fribourg-en-Brisgau en style roman tardif débuta vers 1210 ou peu après (transept, avant-chœur, chœur polygonal flanqué de deux tours)61. Puis, un changement de plan intervint62. On sait que les deux travées orientales de la nef furent voûtées vers 125663. Aussi la construction de la travée orientale du bas-côté sud était-elle terminée vers le milieu du χιιie siècle.

  • 64 Pour les questions touchant précisément à l’emplacement du tombeau au xive siècle et à l’identifica (...)

55Quant à l’aménagement de la travée cent ans après, on s’en souvient, selon l’historien Hermann Flamm, le tombeau dit du duc Berthold V de Zähringen, qui joua un rôle prédominant dans la ville de Fribourg-en-Brisgau († 1218), prenait également place dans cette travée64. Actuellement, il ne reste de ce tombeau que la plate-forme ornée du gisant, qui a été élevée en 1667 contre la paroi du bas-côté (deuxième travée). Certainement exécuté vers le milieu du xive siècle, à en juger par l’armure qu’il porte, le chevalier placé semble-t-il à proximité du saint sépulcre fut réalisé peut-être en relation avec le saint sépulcre, opération qui correspondrait d’ailleurs à un usage courant.

  • 65 La travée orientale possède actuellement un autel dédié à la Vierge et des restes de peintures mura (...)
  • 66 La majeure partie des vitraux de cette rotonde a été placée en 1819-1820 dans la baie au-dessus du (...)

56La travée orientale65, en tout ou en partie, aurait-elle donc été conçue au xive siècle comme un espace funéraire, comportant notamment un autel, un saint sépulcre, un tombeau et des vitraux, à l’instar de la chapelle funéraire de l’évêque Berthold de Bucheck ? En l’état actuel des recherches, on ne peut guère le vérifier. En particulier, il n’est plus possible de certifier qu’il existait un programme iconographique homogène de la travée orientale. En effet, les vitraux actuels de la baie du bas-côté, qui représentent la Crucifixion et datent de 1318 environ, proviennent de l’ancienne rotonde Saint-Maurice de la cathédrale de Constance66.

57En revanche, le saint sépulcre dans cet espace liturgique est désormais localisé avec précision. Premièrement, le saint sépulcre se trouvait, à coup sûr, au début du xvie siècle et, sans doute, dès le xive siècle dans la travée orientale du bas-côté sud à proximité de l’autel Saint-Martin et, en 1612 au plus tard, à l’intérieur de la chapelle Notre-Dame. Deuxièmement, d’après les observations d’ordre matériel faites plus haut, on est en droit de penser que le saint sépulcre était encastré dans une niche, un enfeu probablement, au sud de cette travée (à droite de l’autel Saint-Martin). Autrement dit, à l’endroit même, qu’occupe actuellement la chapelle du Saint sépulcre. Un tel emplacement, à proximité du chœur, se conçoit d’ailleurs fort bien pour le déroulement des jeux liturgiques et la conservation des hosties consacrées, ce que l’on constate aussi pour nombre d’églises.

  • 67 Comparée à celle de Strasbourg, la solution ici n’est pas tout à fait heureuse, puisque les gardien (...)

58Le saint sépulcre se situait donc sous les vitraux en dessous de la coursière, entre la tour d’escalier et le dernier contrefort du bas-côté, dans un espace moins large que la chapelle actuelle et probablement non éclairé par des baies. Comme aujourd’hui, il prenait place dans un enfeu, que fermait une clôture ajourée. À noter que la clôture était très proche du sarcophage, mais sans pour autant entraver véritablement la lecture de la scène des gardiens67. Au xvie siècle, on a certainement voulu approfondir l’enfeu pour accroître l’effet théâtral : on construisit alors une extension pour y encastrer le saint sépulcre, en conservant la clôture médiévale.

3. Le type

59En fin de compte, l’étude matérielle et historique contribue à une meilleure connaissance du type du saint sépulcre fribourgeois et modifie grandement la vision que l’on s’est faite de ce monument jusqu’à présent. Selon nos conclusions, le saint sépulcre du xive siècle différait peu du monument que l’on a conservé, malgré bon nombre d’interventions repérées. Il fut bâti selon la typologie des enfeus.

60Le saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau ne représente donc aucunement le pendant typologique des saints sépulcres de la cathédrale de Strasbourg, de l’église Saint-Étienne de Strasbourg, de l’église Saint-Nicolas de Haguenau. Les caractéristiques les plus frappantes restent la clôture ajourée et le mode de construction, le sarcophage demeurant tout à fait indépendant de l’ouvrage. D’une part, la clôture est placée devant le sarcophage, sans lui être liée dès l’origine. D’autre part, le sarcophage, dont la face est sculptée dans une seule dalle, se différencie fortement de ceux qui articulent la représentation en plusieurs panneaux, nettement séparés les uns des autres, grâce à des cadres aux larges moulures.

La face du sarcophage

61Au point de vue typologique, l’adoption pour la face du sarcophage d’un champ de représentation continu et formé d’une seule dalle constitue un élément fort intéressant au sein de l’art funéraire. En effet, les faces des sarcophages gothiques étaient de préférence occupées par une arcature qui encadrait de petits personnages, souvent des pleurants, et par conséquent divisées de façon répétitive. Bien entendu, les saints sépulcres avec la scène des gardiens endormis ou effrayés favorisent une représentation plus riche et plus diversifiée que d’ordinaire. On tend à croire que la scène sculptée en un seul bloc vient des tombeaux placés sous enfeu, qui semblent privilégier ce genre de composition, unie et continue.

  • 68 Voir plus loin, le chapitre consacré au saint sépulcre de Schwäbisch-Gmünd.
  • 69 Voir Lehfeldt, 1889, p. 78-79 ; Schwarzweber, 1940, p. 19 et ill. 23.
  • 70 Voir Schwarzweber, 1940, p. 22 et ill. 28-29.
  • 71 Voir Schwarzweber, 1940, p. 26 et ill. 42 ; Baer, 1941, p. 436-437, ill. 233.
  • 72 Voir Schwarzweber, 1940, p. 29 et ill. 46.

62Parmi les saints sépulcres rhénans conservés, celui de la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau est le premier témoin, peut-être même le seul à remonter au xive siècle et à présenter un champ continu, formé d’un bloc pour la scène des soldats68. Cette solution est bien entendu facilitée par la présence de la clôture, dissociée du sarcophage. Par la suite, aux xve et xvie siècles, quelques enfeus adoptent cette composition : les saints sépulcres de l’église Saint-Jean de Saalfeld (fin xive siècle)69, de la paroissiale d’Œstrich (vers 1450)70, de la chapelle de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem de Bâle – détruit mais connu par un dessin (datant du milieu ou de la seconde moitié du xve siècle)71, ou encore de Gernsbach (vers 1500-1520)72, tous ont repris la formule du champ unique, constitué d’un seul bloc comme à Fribourgen-Brisgau. Dans ces ouvrages, la représentation des gardiens offre cependant un exemple de simplicité extrême. Tout en reprenant le mode de représentation de la face du sarcophage de Fribourg-en-Brisgau, ces monuments très frustres n’en sont qu’un reflet bien lointain et ne s’inscrivent pas dans une véritable filiation.

  • 73 Dalle brisée (longeur : 82 cm, hauteur : 50 cm). La seule partie conservée est encastrée dans le mu (...)
  • 74 Dalle de grès (longeur : 209 cm, hauteur : 93 cm), actuellement conservée au Musée d’Unterlinden à (...)
  • 75 On pense aux saints-sépulcres de l’église Saints-Pierre-et-Paul à Neuwiller-lès-Saverne (1487) (voi (...)

63Au sein de la production alsacienne, ce type de champ unique est plus rare encore, même parmi les œuvres plus tardives, puisque les seuls témoins, conservés de façon fragmentaire, sont les deux reliefs représentant les gardiens de Châtenois73 et de Sigolsheim74, datés respectivement aux environs de 1500 et du début du xvie siècle. L’Alsace privilégia une représentation inscrite dans plusieurs compartiments, qui s’inspire directement du monument de la chapelle Sainte-Catherine75.

64Ainsi, par son champ unique non compartimenté et, qui plus est, formé d’une seule dalle, le saint sépulcre fribourgeois reste assurément un cas isolé. D’ailleurs, si certains saints sépulcres plus tardifs présentent de tels champs, ils n’adoptent pas pour autant la forme générale d’un enfeu fermé par une clôture ajourée.

La clôture

65En fait, Fribourg-en-Brisgau est le premier exemple conservé à présenter une clôture en ajour devant un enfeu. On peut se demander par conséquent, si ce saint sépulcre, résolument différent de celui de Strasbourg, ne s’inspire pas des tombeaux placés sous enfeu, en y ajoutant de façon nouvelle une clôture. Cette variante aura connu apparemment peu de succès. En effet, nous n’avons nulle trace de saint sépulcre rhénan qui la reprenne, puisque, parmi les saints sépulcres conservés de façon fragmentaire, aucun vestige de clôture n’est parvenu jusqu’à nous.

4. L’iconographie et le style

66On l’a vu, en 1612, mais vraisemblablement déjà dès la construction du saint sépulcre, le nombre des statues placées sur le monument était particulièrement élevé. Comparée à celle des autres saints sépulcres conservés, l’iconographie s’est enrichie à Fribourg-en-Brisgau de deux apports, de diverse importance.

67En premier lieu, sur la plate-forme, aux deux grands anges traditionnels se tenant debout autour du Christ mort, on ajouta quatre petits anges : l’un tenant sans doute le linceul, un autre agenouillé, les deux derniers portant chacun un candélabre. Ces petits anges sont absents des autres saints sépulcres. À Fribourg-en-Brisgau, ils ont pour fonction de renforcer l’évocation des cérémonies funéraires, que rappellent déjà les deux grands anges thuriféraires. L’introduction de ces petits anges ne modifie donc pas fondamentalement l’iconographie de l’ensemble du monument.

68En second lieu, on doubla la représentation du Christ mort par celle du Christ ressuscité. Contrairement aux quatre petits anges, l’ajout de cette image enrichit en vérité la signification du monument et, d’une manière générale, l’iconographie traditionnelle des saints sépulcres.

Les figures du registre supérieur

69En plus des deux registres traditionnels – représentant, en bas, les gardiens endormis ou effrayés et, au-dessus, le Christ mort entouré des saintes Femmes et des anges –, les cinq statues entre les gables des baies forment un troisième registre. Le Christ figure au centre, vêtu d’une robe et d’un manteau, la main droite fermée pour tenir la hampe d’un attribut aujourd’hui perdu. Il est flanqué de deux femmes, l’une porte une guimpe et tient un pot d’aromates, l’autre a les mains jointes devant la poitrine. Enfin, deux anges thuriféraires sont placés aux extrémités.

Une nouvelle identification

  • 76 Dans un premier temps, Kempf a identifié Marie-Madeleine et Marie Jacobi (Kempf, 1898, p. 288 et 19 (...)

70Kempf et Schmitt s’accordent pour reconnaître dans la figure féminine qui porte un pot d’aromates, à la droite du Christ, la Vierge et, dans celle qui joint les mains, à sa gauche, Marie-Madeleine76. On note, néanmoins, que la figure identifiée à la Vierge, coiffée d’une guimpe sous son voile, a curieusement un visage de jeune femme, bien caractéristique de la typologie courante au xive siècle.

71En fait, l’iconographie de la Vierge dans les saints sépulcres n’est pas toujours claire. Le plus souvent, elle tient un livre, parfois elle a les mains jointes ; dans tous les cas, elle se distingue des saintes Femmes, qui, elles, portent des pots d’aromates. Aussi, à l’encontre de l’avis de Kempf et de Schmitt, la Vierge, dans le registre supérieur, est-elle figurée par la femme au visage plus âgé, aux mains jointes, attitude que l’on retrouve, par exemple, sur la face extérieure du saint sépulcre en bois de la Maigrauge. Actuellement, cette figure se tient à la droite du Christ, c’est-à-dire à une place hiérarchiquement avantageuse et, sans doute, celle d’origine. L’autre femme, au visage plus frais, un pot dans la main et portant une guimpe, figurerait, alors, une sainte Femme.

Le Christ ressuscité

  • 77 En 1612, le restaurateur a refait trois lys, voir le texte de la facture.

72Dans ce registre, le Christ n’est plus recouvert du simple perizonium, mais vêtu d’une robe et d’un grand manteau. La robe montre une grande ouverture ovale sur le côté, où la lance lui a percé le flanc. Cette déchirure soigneusement bordée d’un ourlet doré ne s’ouvre pas sur une plaie béante ou sanguinolente. Dans le même esprit, le visage du Christ, rond et bien en chair, ne porte pas les traces du martyre. L’attribut du Christ est perdu aujourd’hui, mais on sait qu’il tenait, en 1612 au plus tard et certainement déjà au xive siècle, une croix, peut-être munie de la bannière de la Résurrection77. À l’inverse de la scène de la plateforme, dominée par la figure du Dieu gisant et sacrifié, il s’agit ici de représenter le Fils de l’Homme triomphant de la mort.

  • 78 Voir Freigang, 1992, p. 352, ill. 71.

73Cette représentation se distingue, en fait, des variantes iconographiques de la Résurrection les plus courantes au xive siècle, où l’on voit le Christ debout dans le sarcophage ou au-dessus, ou encore en train de l’enjamber. Ici, le Christ ressuscité est représenté avec le seul attribut de la croix, selon une iconographie simplifiée que l’on retrouve à la même époque, par exemple, sur certaines clefs de voûte, comme à l’église Saint-Martin de Limoux (déambulatoire, milieu du xive siècle)78. Cependant, dans le cas du saint sépulcre fribourgeois, l’iconographie de la Résurrection est élaborée de manière synthétique : d’une part, le lien avec le tombeau, placé directement en dessous, est conservé ; d’autre part, l’adjonction de la Vierge et d’une sainte Femme enrichit la scène. Sans souci de la cohérence narrative à l’égard du récit évangélique, les deux femmes côtoient le Christ. La solution adoptée symbolise la Victoire du Sauveur, plus qu’elle n’illustre la Résurrection. En fait, cette représentation, formée d’éléments iconographiques hétérogènes, reprend les caractéristiques d’une image de dévotion, à laquelle s’ajoute encore un rappel liturgique appuyé, à l’instar de la représentation du Christ mort dans le registre central. Comparée à cette dernière, la représentation du Christ ressuscité atteint encore un degré supérieur d’abstraction par l’isolement des figures.

  • 79 Voir Adhemar, 1974, ill. 596.
  • 80 Voir Sauerländer, 1972, p. 27.

74L’introduction du Christ ressuscité dans l’art funéraire et sa position élevée, on s’en doute, n’est pas exceptionnelle et présente de nombreuses variantes. Parmi les tombeaux dont le couronnement figure la Résurrection, celui d’Enguerrand de Marigny († 1315)79 peut être comparé à l’œuvre fribourgeoise : la scène est représentée, sur le haut d’un baldaquin, par trois statues en ronde-bosse aux côtés desquelles sont agenouillés les donateurs. Le Christ montrant ses plaies est flanqué d’une figure féminine, vraisemblablement la Vierge, et d’une autre, masculine, peut-être saint Jean l’Évangéliste, les traditionnels intercesseurs du Jugement Dernier80. De même qu’à Fribourg-en-Brisgau, les figures sont abstraites d’un contexte narratif. Mais, le baldaquin et les statues ne datent apparemment pas du xive siècle ; aussi, ce couronnement est bien différent de celui de Fribourg-en-Brisgau. Plus tardif que le sépulcre fribourgeois, le tombeau du pape Innocent VI († 1362) de Villeneuve-lès-Avignon, achevé en 1361 ou peu après, montre au sommet un Christ ressuscité accompagné d’apôtres, tous placés sous un dais très haut et finement sculpté.

75Dans les deux cas, la symbolique funéraire évoque le destin de l’âme après la mort, le Jugement qui interviendra à la fin des temps et l’espérance du Salut éternel. À Fribourg-en-Brisgau, en revanche, la présence des saintes Femmes centre la représentation sur l’événement de la Résurrection et rappelle la liturgie pascale.

Une iconographie propre aux niches et aux enfeus

76Parmi les saints sépulcres du xivsiècle qui adoptent l’iconographie du Christ ressuscité, aucun ne le fait de la même manière qu’à Fribourg-en-Brisgau. On ne conserve pas d’exemple, en effet, où le Christ ressuscité est représenté en plus du Christ mort. Soit on s’en tient au seul Christ gisant, soit on ne représente que le Christ ressuscité. Il est intéressant à relever que ce second cas se limite aux niches et aux enfeus.

  • 81 Pour les saints-sépulcres anglais, voir d’une façon générale Gardner, 1935 ; Evans, 1949 ; Gardner,(...)
  • 82 Voir Pevsner, 1964, p. 568-569, ill. 24 b.

77C’est en Angleterre, région qui privilégia les saints sépulcres sculptés autour d’une niche ou construits en forme d’enfeus, que l’on retrouve les exemples les plus parlants81. On soulignera le cas de deux saints sépulcres anglais qui ont adopté la scène du Christ ressuscité, mais selon un programme iconographique plus simple. Dans l’église de Heckington dans le Lincolnshire, le saint sépulcre (milieu du xive siècle), constitué par une paroi sculptée en relief et percée d’une toute petite niche, figure le Christ ressuscité et deux anges thuriféraires au-dessus de la niche. Les trois saintes Femmes et la Vierge sont représentées sur les côtés de la niche, les gardiens en dessous. La composition s’articule donc, comme à Fribourgen-Brisgau, en trois registres – les gardiens, les saintes Femmes et le Christ ressuscité82. Si la scène revêt le même caractère liturgique qu’à Fribourg-en-Brisgau, la présence du Christ mort, cependant, fait défaut.

78Le saint sépulcre conservé dans l’église de Hawton dans le Nottinghamshire (vers 1330) fait preuve, quant à lui, d’une grande richesse iconographique. L’enfeu s’ouvre sur trois baies. Les gardiens endormis, le Christ ressuscité et l’Ascension figurent respectivement dans trois registres superposés. La Résurrection se situe donc dans le registre central, à la place de la représentation du Christ mort. Selon la même iconographie qu’à Fribourg-en-Brisgau, le Christ ressuscité se tient debout, la croix dans la main. Mais c’est l’image de l’Ascension qui prolonge, dans ce monument, la représentation du triomphe du Christ, selon une progression cohérente et moins redondante au point de vue narratif.

79Dans les deux exemples anglais, on ne représente pas le Christ mort, contrairement à Fribourg-en-Brisgau. L’une ou l’autre des compositions est donc éloignée de celle du saint sépulcre fribourgeois. Au point de vue formel, ces saints sépulcres sont d’ailleurs tout à fait différents de ceux du continent, en particulier de ceux de notre région. Ils forment un type à part, directement lié à l’art funéraire anglais. Les deux monuments cités présentent ainsi trop de différences avec le fribourgeois pour constituer une véritable comparaison.

  • 83 Voir Images du Patrimoine, Canton d’Obernai, 1981, ill. p. 27 ; Recht, 1987, Leyden, p. 386.

80Il n’est pas sans intérêt de relever que le saint sépulcre de l’église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul d’Obernai (daté de 1504), le seul saint sépulcre alsacien monumental avec une niche, associe, comme à Fribourg-en-Brisgau, le Christ mort au Christ ressuscité83. Constitué d’un autel et de son retable, il s’organise pour ainsi dire autour d’une petite niche (le registre médian) où sont représentés le Christ mort et les saintes Femmes. Au-dessus se tient le Christ glorieux. Cas tardif sans doute mais qui laisse entrevoir une constante. La niche – qu’elle soit assez grande pour contenir le sarcophage d’un saint sépulcre ou qu’elle soit petite et intégrée au registre médian – ainsi que l’enfeu semblent bien constituer les seuls types de saints sépulcres à adopter la scène de la Résurrection avec le Christ portant la bannière.

81Quelques saints sépulcres, datant du début du xve siècle et concentrés uniquement sur la rive droite du Rhin, ont enrichi leur iconographie avec la représentation du Christ ressuscité. Le saint sépulcre de Gegenbach, daté aux environs de 1505, et celui de Breisach, vers 1520, sont proches géographiquement de Fribourgen-Brisgau. Mais aucun ne présente suffisamment de ressemblance pour que l’on puisse parler d’une reprise de l’iconographie novatrice de Fribourg-en-Brisgau.

  • 84 Une représentation en plusieurs phases selon une typologie connue par ailleurs, comme sur la peintu (...)

82Comme la présence du Christ mort sur le tombeau constitue la caractéristique iconographique majeure de tous les saints sépulcres monumentaux rhénans, la représentation fribourgeoise est de loin la plus complexe, du fait du lien iconographique établi entre le Christ mort et le Christ ressuscité. Dans cette composition en registres superposés, le message pascal s’élève par paliers jusqu’au point culminant de la vision glorieuse du Christ ressuscité84. On se demande donc si cette disposition fort élaborée n’est pas le résultat d’une fusion – pourrait-on dire – entre une iconographie propre aux saints sépulcres monumentaux (présence du Christ mort) et une autre, particulière à quelques niches et enfeus (ajout du Christ ressuscité).

Un style ancré dans la tradition

83Le lien entre les différents registres du saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau est uniquement de nature iconographique et se réalise par simple superposition. La représentation demeure donc ordonnée en paliers successifs et chaque niveau traité séparément selon un principe de composition traditionnel qui procède par addition.

84De surcroît, les caractéristiques stylistiques majeures du monument ne font pas preuve de nouveauté. Sans vouloir parler ici des figures, dont le style sera étudié en comparaison avec d’autres œuvres dans la deuxième partie, il convient de mettre en évidence combien les caractéristiques stylistiques générales sont ancrées dans la tradition de la fin du χιiie siècle et du début du xive siècle. À preuve, le souci de représenter l’espace, préoccupation artistique essentielle dès le deuxième tiers du xive siècle, fait ici entièrement défaut. De même sur le sarcophage, le cadre de la face qui entoure toutes les figures, pourtant largement et profondément mouluré, demeure ici un simple contour. Les soldats, eussent-ils les pieds posés sur la bordure et la tête coincée dans un angle, restent sans lien véritable avec les limites de la représentation (64). À titre de comparaison, à la cathédrale de Strasbourg chaque gardien, ou presque, est enfermé étroitement dans un cadre, sur lequel d’une manière ou d’une autre la figure empiète, jaillissant de la profondeur : ici une main et un doigt débordent de la moulure, là un pli du vêtement, là des mèches de cheveux, là un pied. De plus, grâce au mode de construction caractérisé par l’emboîtement des panneaux entre les montants du baldaquin, chaque figure strasbourgeoise est comprise dans un champ fortement marqué et prend de ce fait une importance propre ; à Fribourg-en-Brisgau, au contraire, l’alignement en frise des gardiens, qui plus est sur un bloc unique traduit le peu d’intérêt porté au rendu de l’espace, pour ainsi dire absent.

85Même s’il emprunte quelques motifs nouveaux dans le deuxième tiers du xive siècle (comme le trilobe étiré), le style général du saint sépulcre fribourgeois poursuit en définitive la tradition.

5. La fonction d’origine

86L’utilisation paraliturgique du saint sépulcre fribourgeois est évidente. Dans la chapelle Notre-Dame et autour du saint sépulcre, la liturgie pascale prenait une grande importance. La présence d’une cavité rectangulaire creusée dans la poitrine du Christ le rappelle. L’Eucharistie était déposée dans cette cavité, fermée par une plaque en métal (65 et 66), et y était conservée depuis le vendredi saint jusqu’au dimanche de Pâques.

  • 85 Albert, 1909, p. 88-89.

87Ces célébrations autour du saint sépulcre fribourgeois ne sont cependant attestées que depuis les années 1480. Un recueil liturgique de la fabrique de la cathédrale évoque, pour cette époque, de telles cérémonies : « Item einyeglicher caplan ist verbunden den osterstock zu machen, und darzu nimpt man gewonlich XIX libras wags. Item [er] sol auch uf den stillen freitag so man daz sacrament in grab treit, do sein und ein korkappen anhaben und dem sacrament vor anhin reuchen mit dem silbre rauchfass, desglichen am ostertag, so man das sacrament erhebt us dem grab, und darzu die schlussel orden, das daz grab beschlossen werd, einer uberantwurt dem burgermeister, der ander dem kilchherren85. »

88La description du rituel paraliturgique autour du saint sépulcre correspond au rituel minimal souvent relaté pour le xive siècle. Le vendredi saint, tandis que l’on dépose le saint sacrement dans le tombeau, le chapelain doit être présent, porter une chape de chœur et répandre de l’encens ; il accomplit le même rite le jour de Pâques, durant l’élévation de l’hostie au-dessus du tombeau.

  • 86 EAF, Münsterarchiv, Anniversar des Münsters, I, Cote : U 300, fol. 59-62, part. (fol. 60) et (fol. (...)

89Un inventaire des biens, dressé notamment pour l’année 1483 dans un obituaire de la cathédrale, nous fournit des renseignements complémentaires sur les objets liturgiques utilisés lors du rituel de Pâques à Fribourg-en-Brisgau : « Item eyn Ledly do dass silbre Fessly ynne ist daz man braucht und darzu sidene tuchle daz man alles braucht zum Heiligen Gralb uff den stillen Freytag (...) Tucher zu der Gezyrd/Item eyn ganz guide Thuch bracht man uff unssers Hergozgrab am Stillen Freytag/Tem ein alt Tuch dass ma praucht zum Heligen Grab86. » De ce texte, on retiendra surtout que l’on possédait alors pour le saint sépulcre plusieurs tissus, un en soie, un autre entièrement doré pour le vendredi saint, et un troisième plus ancien. L’emploi de tissu, faisant office de linceul, était courant. Ces détails laissent donc penser que le rituel pascal en vigueur au xve siècle, autour du saint sépulcre fribourgeois, présentait les caractéristiques de célébrations plus anciennes, déjà bien répandues au χιiie siècle, et plus largement au xive siècle.

  • 87 Voir Kempf, 1917, p. 8.
  • 88 Comme le précise une facture datée de cette année-ci : « Das alte Gitter am Frauenchörlein abgebroc (...)
  • 89 Il est d’ailleurs mentionné dans la facture de 1612 (EAF, Münsterarchiv Freiburg, 35, Akten 1609-16 (...)
  • 90 Voir Kempf, 1917, p. 7-9 ; Kempf et Schuster, 1923, p. 56-58.

90En plus de ces objets, nous avons connaissance d’une partie du mobilier liturgique utilisé dans la chapelle Notre-Dame dès le xvie siècle et aussi, pour le xviie siècle, d’une grille qui fermait la chapelle. Kempf note en effet que cette grille87, mentionnée en mars 1668, fut détruite en 178988. Il relève aussi qu’un tabernacle mural, aujourd’hui disparu, se trouvait dans cette chapelle dès 150689. Il a probablement pris place sous les peintures murales, exécutées au xve siècle et représentant saint Martin ; il fut détruit en 173390. La grille retrouvée à la fin du xixe siècle dans le deuxième étage de la tour nord de la cathédrale était peut-être placée devant ce tabernacle. Selon Kempf, tabernacle et grille ne semblent pas avoir appartenu à l’aménagement de la chapelle au xive siècle. En revanche, une grille fermant la chapelle pourrait bien avoir existé déjà au xive, comme le voulait un usage alors répandu. Elle avait, sans doute, pour fonction de protéger le saint sacrement contre tout sacrilège.

  • 91 Voir Kempf, 1917, p. 6-7.
  • 92 Kempf (Kempf, 1917, p. 6) donne une interprétation symbolique à cet usage : la garde des clefs par (...)

91Une controverse délicate s’éleva en 1669 entre le Conseil de la Ville et la paroisse91. Il s’agissait de savoir si la Ville, responsable de la fabrique, était toujours en droit de garder les clefs du saint sépulcre du vendredi saint au dimanche de Pâques. Jusqu’alors la coutume voulait que l’on donnât ces clefs aux représentants de la Ville, dès que le procurateur de l’église eut soigneusement fermé le saint sépulcre. La garde des clefs assurée à Fribourg-en-Brisgau par une autorité civile, sans être mentionnée pour d’autres saints sépulcres, n’est certainement pas rare et atteste surtout l’importance du pouvoir laïc, qui s’affirme à la fin du Moyen Âge, ici comme partout. Le texte liturgique cité plus haut explique bien d’ailleurs comment était partagée cette garde à la fin du xvsiècle : une fois le tombeau fermé, le maire de la Ville assumait la responsabilité d’une clef, la seconde étant confiée au clergé92.

Conclusion

92Le saint sépulcre monumental de Fribourg adopte nettement une autre variante que celle de la chapelle Sainte-Catherine de Strasbourg. Son emplacement dans une niche, la présence d’une clôture ajourée et d’un champ unique de représentation pour le sarcophage l’en éloignent radicalement. D’un côté, il s’agit d’un tombeau dont le sarcophage est indissociable d’un baldaquin appuyé contre une paroi, de l’autre, d’un sépulcre placé dans un enfeu fermé par une clôture ajourée. Il semble que le type usuel de l’enfeu soit ainsi renouvelé et monumentalisé par l’adjonction d’une clôture ajourée. L’iconographie particulièrement élaborée paraît constituer une synthèse entre les représentations figurées sur les saints sépulcres monumentaux alsaciens et celles de certains saints sépulcres en forme de niche ou d’enfeus.

93Aussi faut-il abandonner l’idée d’une filiation typologique entre les saints sépulcres alsaciens et celui de Fribourg-en-Brisgau. Contrairement à une opinion généralement acceptée jusqu’à aujourd’hui, les saints sépulcres alsaciens de la cathédrale strasbourgeoise et de Haguenau demeurent pour le xive siècle les deux seuls exemples conservés du type à baldaquin, auxquels il faut encore ajouter le monument de l’église Saint-Étienne à Strasbourg, aujourd’hui détruit, mais connu par un dessin. Ce type, semble-t-il, ne s’est pas répandu au xive siècle sur la rive droite du Rhin, du moins au regard des œuvres conservées.

  • 93 Voir Jantzen, 1929 ; Noack, 1960 ; Krummer-Schroth, 1975.
  • 94 Voir Schmitt, 1919 ; Schmitt, 1926 ; Œrtel, 1958.
  • 95 Voir Kempf, 1917.

94Par conséquent, l’antériorité ou la postériorité de la construction du saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau sur celui de la cathédrale strasbourgeoise ne peut trouver de réponse par l’approche typologique. La date d’exécution du saint sépulcre fribourgeois est difficile à préciser puisqu’aucun saint sépulcre du même type exécuté au xive siècle n’a été conservé dans le Rhin supérieur. Par ailleurs, les sources historiques restant muettes à propos de la date de construction, seule l’analyse stylistique du monument, particulièrement celle des figures sculptées, contribuera à situer ce saint sépulcre au sein de la production artistique rhénane de la première moitié du xive siècle. On sait que les avis sont partagés. Certains historiens datent le saint sépulcre fribourgeois aux environs de 133093, d’autres vers 134094 ou autour du milieu du xive siècle95. Dans la deuxième partie, l’étude détaillée d’autres saints sépulcres et de quelques œuvres rhénanes créées dans ces mêmes années permettra de résoudre cette question. Ce sera aussi l’occasion d’étudier l’hypothèse d’Ernest Noack, selon laquelle un saint sépulcre plus ancien, datant de 1230-1240 environ, aurait servi, au point de vue stylistique, de modèle au monument actuel.

Notes

1 Voir Cat. no 2, p. 314-315, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

2 Voir en particulier Kempf, 1917 ; Schmitt, 1919 ; Schmitt, 1926.

3 Les historiens Kempf et Schmitt n’ont donné ni le détail ni les références de leurs sources, dont la plupart ont néanmoins pu être vérifiées.

4 D’une façon générale, pour les sources publiées concernant l’histoire de l’église et l’aménagement de la dernière travée du bas-côté sud, voir : Freiburger Diozesan Archiv, 1892, p. 247-251 (saint sépulcre), p. 268-269 (autel Saint-Martin) ; Albert, 1905, p. 88, 92 ; Albert, 1908-1910 (pour les années 1323 à 1391) ; Flamm 1906, p. 75-77 ; Flamm, 1909 ; Maurer, 1909 ; Flamm, 1911.

5 Et non en 1578, comme on le pense généralement.

6 Maldoners Bericht 1754, 1905, part. p. 92. La citation est tirée de l’histoire de Fribourgen-Brisgau écrite par Leonhard Leopold Maldonner (Brisgoviae veteris et novae, d. i. des alten und neuen Breisgau Sammlungen von Stifter, Gotteshäusern, Clostern, Stätten, Schlössern, Flecken, Dorffen und Landschaften. Stadt Freiburg, vol. 1, fol. 219-553, en particulier les passages concernant la cathédrale, fol. 391-398). Voir aussi Freiburger Diozesan Archiv, 1892, p. 92. Ce n’est donc qu’indirectement que l’on est informé par Maldonner, greffier, conseiller du prince-évêque bâlois et archiviste († 1765). Cette mention très succincte de l’acte de 1514 n’a pu être confirmée par un original, peut-être perdu.

7 À propos de ce tombeau, voir Maldoners Bericht 1754, 1905, p. 91 ; Flamm, 1911. D’après l’étude de l’armure, le tombeau a dû être exécuté dans le deuxième quart, voire dans les années cinquante du xive siècle (Flamm, 1911, p. 21).

8 On ne sait ce qu’il advint du tombeau ensuite, mais il fut conservé en partie jusqu’en 1667, date à laquelle la dalle avec le gisant fut scellée verticalement dans le mur du bas-côté sud. Madame Ingeborg Krummer-Schroth, que je remercie ici, m’a fait remarquer, d’ailleurs, que le gisant a dû subir, à ce moment probablement, des transformations. Le visage du défunt, par exemple, avec ses moustaches soigneusement sculptées, est refait de toute évidence.

9 Voir Flamm, 1911, p. 28 : « [...] die Veranlassung zum Abbruch in der Rüchsicht auf die damaligen baulichen Veränderungen im Münster, auch beim Heiligen Grab, zu suchen ». Dans son étude consacrée à ce tombeau, Hermann Flamm se demande d’ailleurs si le saint sépulcre n’a pas subi alors un sort proche de celui du tombeau de Berthold V (Flamm, 1911, p. 28, note 2).

10 Au sujet de l’intervention de 1578 et des interventions postérieures, voir Kempf, 1917 ; Schmitt, 1919 ; Schmitt, 1926 ; Beenken, 1927 ; Jantzen, 1929, p. 36-37.

11 Il réalisa également le jubé de style Renaissance de l’église, actuellement détruit, voir Flamm, 1912 ; Kempf, 1926, p, 98.

12 Voir Kf.mpf, 1898, p. 291 (particulièrement pour les armes et les anges sculptés) ; Kempf, 1917, p. 2-3 ; Schmitt, 1919, p. 4 ; Schmitt, 1926, vol. 2, p. XIX.

13 Voir Kempf, 1917, p. 4 ; Schmitt, 1919, p. 4-5.

14 Voir Kempf, 1917, p. 2.

15 Erzbischöfliche Archiv Freiburg-im-Breisgau (abrégées désormais EAF), Münsterarchiv Freiburg, 35, Akten 1609-1615. Kempf donne aussi une transcription de cette facture (Kempf, 1917, p. 3). Cette quittance mentionne, de plus, que le peintre verrier Matheus Federer effectua la même année des travaux sur les fenêtres du « Frauen Kerle ».

16 « Item laut 9 Conto von A bis Ksigniert wegen dem Grab Chri[sti] [ge]zahlt 370gulden 5 batzen 1 », EAF, Münsterarchiv, Jahresrechnung 1733, fol. 90. Les factures mentionnées dans ce registre (no 8) ne sont malheureusement plus conservées. Voir aussi Kempf, 1917, p. 4.

17 Voir Kempf, 1917, p. 4 ; Schmitt, 1919, p. 4-5.

18 Ces baies sont probablement incluses dans les travaux de vitraux payés entre 1826 et 1827 (EAF, Münsterarchiv, Münsterfabrik zu Freiburg Rechnung vom 1. Mai 1826/27, fol. 81, no 136). Voir Kempf, 1917, p. 4 ; Jantzen, 1929 ; Kempf et Schuster, 1923, p. 58.

19 Voir Schmitt, 1926, vol. 2, p. XIX ; Kempf, 1917, p. 4.

20 D’une façon générale pour la bibliographie concernant les restaurations de ce siècle, voir Kraus, 1890 ; Badische Heimat, 1914, p. 71-76 ; Kempf, 1931, ill. 70, p. 61 ; Booz, 1965 ; Ott, 1990, p. 49-51, ill. 50, part. 125-141 et p. 155-191.

21 Voir Schmitt, 1919, p. 7.

22 Les moulages en plâtre se trouvent actuellement dans les ateliers de l’Œuvre. À cette époque les statues furent à nouveau restaurées. D’autres légères interventions ont, par la suite, encore été effectuées sur le saint sépulcre. On retiendra qu’en 1949 on mura les deux baies, voir Krummer-Schroth, 1975, p. 117. À l’intérieur de la chapelle, le dallage entre le sarcophage et les piliers a été refait à une époque récente et s’arrête juste derrière les piliers des baies, en formant une ligne droite.

23 Actuellement, les piliers des baies sont distants de 46 cm de la face longitudinale du sarcophage.

24 Ce bloc oblong est, par ailleurs, plus large à droite (28 cm) qu’à gauche (23 cm).

25 Sur le côté gauche de la plate-forme, le bloc est large de 19 cm, celui placé à droite de 14. Chacun de ces deux blocs est court et a dû être prolongé par une seconde pièce.

26 Par exemple, la réalisation des têtes du saint sépulcre semble peu probable au xviiie siècle, période d’importants travaux, on l’a vu, puisque leur style se distingue fortement de celui, notamment, du lion rajouté au xviiie siècle au tombeau dit de Berthold V de Zähringen placé dans ce même bas-côté.

27 À propos de l’église Saint-Georges, voir Barth, 1980, col. 850-853 ; Barth, 1982 ; Eschbach, 1990.

28 Voir Beyer, 1955, p. 21-25 ; Barth, 1982, col. 1515-1519.

29 À noter que malgré cette différence de profondeur, toutes les figures en ronde-bosse pouvaient se tenir sur la plate-forme.

30 D’autres cassures, plus petites, et quelques restaurations s’observent, notamment à gauche, mais ne laissent pas supposer de modifications ou d’incidents majeurs.

31 Kempf, 1917, p. 2.

32 Kempf, 1917, p. 2 :« [...] es ist nach allem anzunehmen, dass auch die beiden Schmalseiten der Kapelle so ausgebildet waren, wie der viergiebelige Aufbau der vorderen Seite, so dass das Ganze den Eindruck eines baldacbinartigen Gehäuses machte. »

33 Schmitt, 1926, p. XIX. Voir aussi Schmitt, 1919, p. 4 ; Schmitt, 1926, p. 55. Schmitt parle de même de « Grabkapelle ». (Schmitt, 1919, p. 4).

34 Voir Schmitt, 1919, p. 4.

35 « baldachinartig » et « Eindruck machen » (Kempf, 1919), « kappelenartig » (Schmitt, 1926).

36 Seule une barre métallique traverse chacune des baies.

37 Voir Adhemar, 1974, ill. 64.

38 Voir Adhemar, 1974, ill. 104.

39 Ce monument se trouve actuellement dans le bas-côté sud de l’église contre le mur occidental. On ne détient pas d’informations historiques ou archéologiques quant à l’emplacement, voire la forme d’origine de l’architecture. Une analyse archéologique reste encore à faire. À propos de ce tombeau, voir Golbery de, 1828, p. 136-138, pl. 31 ; Barth, 1980, col. 919-921 ; Hotz, 1970, ill. p. 176 (détail de l’architecture) ; Recht, 1974, p. 198.

40 Voir Adhemar, 1974, ill. 979.

41 Voir Schmitt, 1919, p. 4.

42 On relève encore que des jointures ont été refaites et que plusieurs pièces ont été remplacées. Certaines sont très récentes (les fleurons non peints, par exemple), d’autres, encore polychromes, datent au moins de 1891, époque de la dernière polychromie (les fleurons des premier et troisième gables depuis l’est, par exemple).

43 Voir Schmidt, 1990, p. 44-60, part. p. 48-49.

44 Voir Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, en particulier Peter Kurmann, « Die monumentale Steinskulptur des Freiburger Münsters und ihr ikonographisches Gesamtprogramm », p. 367-375 ; Kurmann et Lutz, 1996.

45 Voir Kraus, 1876, 1882, p. 192, 689 ; Schmitt, 1924, p. XX, no 178-183 ; Kleimiger, 1939, p. 28-29, ill. 29 ; Ηotz, 1970, ill. 248 ; Recht, 1974, p. 225-227, ill. p. 49 ; Fuchs, 1983, p. 158 et note 9 ; Liess, 1986, p. 80-83.

46 Ernst Adam pense d’ailleurs que l’architecture de la clôture dérive de celle de l’étage supérieur de la tour au point qu’il pourrait s’agir du même atelier, voir Adam, 1973, p. 75. Mais la plupart des historiens ne parlent que de ressemblances. Récemment par exemple, Friedrich Kobler reconnaît un lien entre ces deux architectures : « [...] das Heilige Grab im südlichen Seitenschiff, für dessen schlichte Architektur Elemente des Westturm-Oberbaus aufgegriffen sind [...] » (Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996, p. 360). À propos de la construction de la tour, voir part. Lützeler, 1955 ; Noack, 1959 ; Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996.

47 Voir Liess, 1986, p. 81-83.

48 Ces clefs de voûte sont pourtant plus anciennes, puisqu’elles doivent dater de la fin du χιiie siècle (les travaux d’achèvement et de voûtement de la nef datent de 1290-1302, voir Friedrich Kobler dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996).

49 Voir Freiburger Diozesan Archiv, 15, 1822, p. 28 ; Baumgartnen, 1937, p. 43 ; Adam, 1973, p. 77 ; Gombert, 1978, p. 21. D’une façon générale, à propos de cet artiste, voir la docu mentation rassemblée par Werner Noack, Fribourg-en-Brisgau, Amun, dossier « Nachlass Werner Noack », Kl/69.

50 Les comptes de la fabrique de la cathédrale conservées au EAF font mention de plusieurs travaux du sculpteur Franz Xaver Hauser à la cathédrale : en 1782, la grille du portail principal (EAF, Jahresrechnungen aller Einam und Ausgab. Münsterfabrik pro Anno 1782, fol. 90, no 33) ; en 1793 et en 1796, les nouvelles stalles, (EAF, Jahresrechnungen aller Einam und Ausgab. Münsterfabrik. Vom 1. Nov. 1792 bis 31. Oktober 1793, fol. 67, no 46 et Jahresrechnungen aller Einam und Ausgab. Münsterfabrik. Vom 1. Nov. 1795 bis 31. Oktober 1796, fol. 64, no 30) ; en 1795, l’abat-voix de la chaire (EAF, Jahresrechnungen aller Einam und Ausgab. Münsterfabrik. Vom 1. Nov. 1794 bis 31. Oktober 1795, fol. 69, no 45) ; cette œuvre, encore visible actuellement, atteste assurément l’habileté de cet artiste à compléter par une pièce néo-gothique une œuvre médiévale ; en 1804, le dais des stalles (EAF, Jahresrechnungen aller Einam und Ausgab. Münsterfabrik. Vom 1. Nov. 1803 bis 31. Oktober 1804, fol. 63, no 33). Cet artiste s’est vu encore confier d’autres travaux importants de sculpture dans la cathédrale : en 1785 (EAF, Jahresrechnungen [...], fol. 73, no 35), en 1789 (EAF, Jahresrechnungen [...], fol. 74, no 30), en 1791 (EAF, Jahresrechnungen [...], fol. 69).

51 Une restauration récente reconnaissable surtout par les fleurons modernes a uniformisé le couronnement.

52 Selon Kempf, le sculpteur Ludwig Kunabek, qui a rénové ces statues au début du siècle, a expressément reconnu sur les œuvres conservées la trace des interventions décrites dans la facture de 1612, voir Kempf, 1917, p. 3.

53 Il semble qu’ils y soient restés jusqu’au début du xixe siècle (Schreiber, 1820, p. 153 ; Kempf, 1917, p. 4).

54 Kempf a pensé que ces piédestals ont été rajoutés au xviiie siècle et il en a conclut que l’ouvrage avec sa ligne horizontale toute droite avait alors perdu en raffinement, voir Kempf, 1917, p. 4. Schmitt a cru plutôt que ces piédestals ont remplacé des plus anciens et qu’il n’y a pas eu de changement dans l’aspect de l’ouvrage, voir Schmitt, 1919, p. 4 et part. note 7.

55 Flamm, 1911, note 2 p. 26. Voir aussi Freiburger Diöcesan-Archiv, 22, 1892, p. 268-269.

56 Voir Flamm, 1911, p. 25.

57 EAF, Münsterarchiv, Pfründenaufnahme, 1666 [1667 sur la reliure], fol. 52 sq. Voir aussi Albert, 1908-1910, 1908, p. 29-31 ; FLAMM, 1911, p. 26 note 2, p. 27 ; Freiburger Diôzesan Archiv, 1892, p. 246, 247, 251, 252.

58 L’en-tête de la facture dressée en 1612 par le sculpteur Hans Jacob Ruoff pour les travaux que nous avons déjà évoqués mentionne cet emplacement : « Was ich für arbeit in dem münster [...] in Unser Frauwen chorlein gemacht. »

59 D’ailleurs des prébendes sont fondées dans ces chorlein, plus précisément sur leur autel (par exemple le 5 février 1348, « [...] ein pfrounde in dem münster ze Friburg in Brisgœwe in sant Marien Magdalenen chörli [...] », Albert, 1908-1910, 1908, p. 84, voir aussi p. 37 et FreiburgerDiözesanArchiv, 1892, p. 248). À propos de Chorlein, voir G. Binding, dans : Lexikon des Mittelalters, vol. 2, Munich/Zurich 1983, col. 1889 ; PILZ Kurt dans : RDK, III, 1954, col. 538-556.

60 « Es erscheint nun ganz selbstverständlich, dass bei dem so gezeichneten ursprünglichen Bestand des Heiliggrabs fur die Aufstellung des Sarkophags mit dieser Figurengruppe keine Möglichkeit vorhanden gewesen ware, wenn die Grabkapelle sich nicht erheblich ins Frauenchorle hinein erstreckt hätte. », Kempf, 1919, p. 2 et voir aussi p. 7-9. Schmitt suit la proposition de Kempf, voir Schmitt, 1919, p. 4. Avec raison, quelques historiens identifient le Chorlein à toute la travée, voir en particulier Kempf et Schuster, 1923, p. 56 ; Kempf, 1926, p. 94.

61 Voir les dernières propositions de Friedrich Kobler à la suite des fouilles de 1991-1992 et des analyses dendrochronologiques, dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996 (bibliographie concernant les fouilles, note 9). Voir aussi Baumgartnen, 1937 ; Adam, 1968.

62 Généralement, on date ce changement de plan vers 1220-1230 et le voûtement des travées orientales vers 1240 (p. ex. Adam, 1968, p. 125-126). Cependant, récemment, Kobler a tiré des conclusions différentes : « Den Planwechsel wird man spater ansetzen müssen, zumal sich der Ausbau der Ostteile langer hingezogen haben dürfte, als gemeinhin angenommen wird. » Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996.

63 La date de 1256 est donnée par l’analyse dendrochronologique des combles, voir Friedrich Kobler, dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996.

64 Pour les questions touchant précisément à l’emplacement du tombeau au xive siècle et à l’identification du personnage représenté, voir les études détaillées de Karl Schuster (Schuster, 1910 et le résumé dans : Schuster, 1912, p. 4) et de Hermann Flamm (Flamm, 1911). En bref, l’histoire de ce tombeau n’est pas encore totalement éclaircie : les sources et les chroniques fournissent des informations confuses au sujet de l’emplacement de la sépulture du duc au xiiie siècle, de celui du tombeau au cours du xvie siècle et de son ouverture. Nous retiendrons toutefois que Berthold V a probablement été enterré dans le chœur de l’église au xiiie siècle. Le gisant reposant actuellement sur une plate-forme, appuyée contre le mur du bas-côté sud, est considéré depuis 1667, au moins, comme celui du duc. Les historiens supposent, en fait, que le tombeau, contemporain du saint sépulcre, fut érigé lorsque le chœur roman fut reconstruit en style gothique. Son emplacement au xive siècle reste incertain, cependant l’analyse de Flamm, qui propose de le situer dans la travée orientale du bas-côté sud donc à proximité de l’emplacement actuel, est convaincante. La forme de ce tombeau demeure tout à fait hypothétique et aucun élément, d’ordre archéologique ou scripturaire, ne permet d’avancer une proposition. On relèvera aussi que le lion placé actuellement aux pieds du chevalier ainsi que l’inscription ont été rajoutés au xviie siècle, lors de la mise en place contre le mur du bas-côté (Schuster, 1910, p. 26).

65 La travée orientale possède actuellement un autel dédié à la Vierge et des restes de peintures murales, datant du xve siècle et représentant Saint-Martin.

66 La majeure partie des vitraux de cette rotonde a été placée en 1819-1820 dans la baie au-dessus du saint sépulcre (après nettoyage par le maître-verrier Billeisen) Voir Sauer, 1911, p. 14-15 ; Krummer-Schroth, 1967, p. 20, 180 et 200 s ; Wentzel, 1953, p. 159-179 ; Becksmann, 1979, p. 93-115 (pour l’importante bibliographie, voir p. 93-94 ; Becksmann dans : Becksmann, Kobler, Kurmann, 1996). Si la célèbre fenêtre dite de Klingenberg, décorée d’une Crucifixion et des représentations de deux donateurs, Konrad et Ulrich von Klingenberg († 1317), évoquait par son iconographique la représentation d’un saint sépulcre, il ne s’agissait pas de celui de Fribourg-en-Brisgau mais de celui qui était placé dans la Rotonde.

67 Comparée à celle de Strasbourg, la solution ici n’est pas tout à fait heureuse, puisque les gardiens sont quelque peu cachés derrière les montants des baies.

68 Voir plus loin, le chapitre consacré au saint sépulcre de Schwäbisch-Gmünd.

69 Voir Lehfeldt, 1889, p. 78-79 ; Schwarzweber, 1940, p. 19 et ill. 23.

70 Voir Schwarzweber, 1940, p. 22 et ill. 28-29.

71 Voir Schwarzweber, 1940, p. 26 et ill. 42 ; Baer, 1941, p. 436-437, ill. 233.

72 Voir Schwarzweber, 1940, p. 29 et ill. 46.

73 Dalle brisée (longeur : 82 cm, hauteur : 50 cm). La seule partie conservée est encastrée dans le mur d’enceinte de l’église Saint-Georges à Châtenois (dans le Bas-Rhin). Trois statues représentant les saintes Femmes, actuellement conservées dans la « maison mortuaire » dans le jardin autour de l’église, faisaient partie du même saint sépulcre. Voir Hotz, 1970, p. 93 s.

74 Dalle de grès (longeur : 209 cm, hauteur : 93 cm), actuellement conservée au Musée d’Unterlinden à Colmar. Cette dalle (d’une seule pièce), représentant trois soldats endormis, était encastrée dans le mur de l’église Saints-Pierre-et-Paul de Sigolsheim près de Colmar mais devait constituer à l’origine la face d’un sarcophage d’un saint sépulcre. Voir Kraus, 1876, 1882, p. 602 s. ; Le Musée d’Unterlinden, 1964, p. 25, cat. no 14 ; HOTZ, 1970, p. 226-227 ; Will, 1987, p. 127-128, 132.

75 On pense aux saints-sépulcres de l’église Saints-Pierre-et-Paul à Neuwiller-lès-Saverne (1487) (voir Beyer et Rapp, 1959, ill. 22-25), de l’église Saint-Dominique de Vieux-Thann (seconde moitié du xve siècle et début xvie) (voir Inventaire, Canton de Thann, 1980, ill. 643, 654-662), de l’église Saints-Pierre-et-Paul de Wissembourg (vers 1490), de l’église de l’Invention de la Sainte-Croix de Kayserberg, (1514). Même celui de l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul d’Obernai (1504), qui se compose d’un autel et de son retable et se trouve donc démuni de baldaquin, sépare les gardiens par des moulures (voir Images du Patrimoine, Canton d’Obernai, 1981, ill. p. 27).

76 Dans un premier temps, Kempf a identifié Marie-Madeleine et Marie Jacobi (Kempf, 1898, p. 288 et 1917, p. 2), puis, à la suite de Schmitt (Schmitt, 1919, p. 6), il a reconnu Marie-Madeleine et la Vierge (Kempf, 1926, p. 129).

77 En 1612, le restaurateur a refait trois lys, voir le texte de la facture.

78 Voir Freigang, 1992, p. 352, ill. 71.

79 Voir Adhemar, 1974, ill. 596.

80 Voir Sauerländer, 1972, p. 27.

81 Pour les saints-sépulcres anglais, voir d’une façon générale Gardner, 1935 ; Evans, 1949 ; Gardner, 1951 ; Pevsner, 1951 ; Pevsner, 1964 ; Pevsner, 1972 ; Sekules, 1986.

82 Voir Pevsner, 1964, p. 568-569, ill. 24 b.

83 Voir Images du Patrimoine, Canton d’Obernai, 1981, ill. p. 27 ; Recht, 1987, Leyden, p. 386.

84 Une représentation en plusieurs phases selon une typologie connue par ailleurs, comme sur la peinture murale de la Résurrection d’Andrea da Firenze dans la chapelle espagnole de l’église Santa Maria Novella à Florence (1366), à laquelle a été ajoutée la scène du Noli me tangere.

85 Albert, 1909, p. 88-89.

86 EAF, Münsterarchiv, Anniversar des Münsters, I, Cote : U 300, fol. 59-62, part. (fol. 60) et (fol. 61 v°), 1483, le jeudi avant la Saint-Urbain, inventaire des biens.

87 Voir Kempf, 1917, p. 8.

88 Comme le précise une facture datée de cette année-ci : « Das alte Gitter am Frauenchörlein abgebrochen und in dem Chor frisch aufgemacht », Kempf, 1919, p. 8.

89 Il est d’ailleurs mentionné dans la facture de 1612 (EAF, Münsterarchiv Freiburg, 35, Akten 1609-1615). Voir aussi Kempf, 1917, p. 7-9.

90 Voir Kempf, 1917, p. 7-9 ; Kempf et Schuster, 1923, p. 56-58.

91 Voir Kempf, 1917, p. 6-7.

92 Kempf (Kempf, 1917, p. 6) donne une interprétation symbolique à cet usage : la garde des clefs par la Ville rappellerait la garde du tombeau du Christ par les autorités laïques, selon le récit des Évangiles.

93 Voir Jantzen, 1929 ; Noack, 1960 ; Krummer-Schroth, 1975.

94 Voir Schmitt, 1919 ; Schmitt, 1926 ; Œrtel, 1958.

95 Voir Kempf, 1917.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search