Version classiqueVersion mobile

Les saints sépulcres monumentaux

 | 
Sylvie Aballéa

Première partie. Étude matérielle, typologie

Deuxième chapitre. Les saints sépulcres de Saint-Nicolas de Haguenau et de Saint-Étienne de Strasbourg

Texte intégral

  • 1 Voir Cat. no 4, p. 318-319, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

1L’ancienne église des Prémontrés de Haguenau, aujourd’hui église paroissiale Saint-Nicolas, conserve un saint sépulcre exécuté probablement vers le milieu du xive siècle1. Longtemps délaissé par les historiens, classé monument historique en 1982 seulement, il mérite d’être estimé à sa juste valeur : il s’agit du plus ancien saint sépulcre monumental à baldaquin d’Alsace à être parvenu jusqu’à nous dans son intégrité (35). Il occupe donc une place privilégiée dans l’histoire des saints sépulcres monumentaux du Rhin supérieur. De plus, il reflète bien ce que pouvait être le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale strasbourgeoise, dans la filiation duquel il faut immédiatement le situer. L’étude de la construction du saint sépulcre haguenovien constitue ainsi le meilleur éclairage pour nous faire comprendre le système adopté à Strasbourg. On s’attardera donc particulièrement sur cet aspect négligé par la recherche.

2Avant d’aborder les questions techniques et typologiques, il convient de s’interroger sur l’histoire de sa conservation, car son emplacement d’origine ne nous est pas connu avec certitude. Selon une opinion, généralement admise – que nous examinerons en détail –, ce monument conçu pour l’église abbatiale Saint-Étienne de Strasbourg aurait été déplacé à Haguenau. L’analyse matérielle et l’étude des sources montrent que cette hypothèse ne peut plus être retenue.

1. Historique de la conservation et analyse matérielle du saint sépulcre de Saint-Nicolas de Haguenau

3Le saint sépulcre de Haguenau, de grandes dimensions, forme un ensemble encore homogène. Un seul matériau – un grès rose –, des dimensions cohérentes, un assemblage précis, une même taille de la pierre, une facture et un style identiques témoignent sans nul doute que toutes les pièces constitutives de ce saint sépulcre, décoratives et figuratives, appartiennent au même monument dès l’origine.

L’état de conservation

  • 2 Ces dorures doivent dater de la restauration du siècle dernier.
  • 3 Ohresser, 1966, p. 7. et ill.
  • 4 On décèle trois parties bouchées, cernées de plâtre, aujourd’hui très noires : au centre du buste, (...)

4On observe néanmoins les traces de quelques interventions sur le monument, postérieures à sa création. Quant à la polychromie, elle a fait l’objet de restauration apparemment à plusieurs reprises. On relève aujourd’hui sur le baldaquin d’importants restes de dorure, ainsi que par endroits quelques traces de rouge probablement néo-gothiques2. En 1966 encore, le décor peint au fond des travées se composait « d’un rideau de fond brun uni parsemé de couronnes d’épines encadrant de petites croix et de tituli – INRI – de la Crucifixion »3. Une récente restauration a supprimé ces peintures et le fond est actuellement recouvert d’une couche de couleur beige uniforme. Quant à la sculpture, le buste du Christ fut percé à trois endroits, pour recevoir la cavité enfermant l’hostie, consécutivement sans doute à des changements dans l’emploi du saint sépulcre4.

5À vrai dire, il n’est pas possible de préciser, dans l’état actuel des connaissances, le nombre d’interventions faites sur le saint sépulcre. Cependant, il est manifeste qu’une restauration, au moins, a traité l’ensemble du monument, car toutes les pièces se trouvent cimentées par un même mortier. Probablement dans le cadre de cette restauration, des barres de fer ont été placées transversalement entre chaque travée, pour consolider le baldaquin, et quelques petites pièces manquantes ont été ajoutées. Sur le côté latéral gauche du sarcophage, un bouchage fait de briques scellées par un mortier grossier est demeuré sans finition. Aucune sculpture en hautrelief ne ferme donc actuellement cette partie basse. L’analyse matérielle ne peut démontrer si à gauche le haut-relief faisait déjà défaut à l’origine – du fait de son emplacement dans un angle par exemple –, ou s’il a été endommagé par la suite.

6Le saint sépulcre a visiblement subi un choc lors d’un déplacement. La plate-forme qui recouvre le sarcophage est cassée à gauche sur toute sa largeur. Cette simple brisure laisse supposer que le monument, bien conservé pour le reste, n’a pas subi plusieurs transferts et que l’accident a dû se produire lors de son installation définitive dans l’ancienne chapelle du Saint-Esprit.

7Mais d’une manière générale, on doit reconnaître que ce saint sépulcre, encore constitué de ses pièces d’origine, nous est parvenu dans un si bon état de conservation que sa forme actuelle correspond, à coup sûr, à celle qui était la sienne initialement.

L’emplacement

  • 5 Aujourd’hui, toutes les autres parois sont percées de baies : à l’ouest, une porte donne sur l’exté (...)
  • 6 Par exemple, le départ de la voûte à croisée d’ogive de la chapelle se situe à la même hauteur que (...)

8Actuellement, le monument ne se situe plus à son emplacement originel. Il s’adosse contre le mur méridional de la chapelle du Saint-Sépulcre, anciennement du Saint-Esprit ou de la Trinité, qui fut construite au xviiie siècle contre le bas-côté sud de l’église et fortement transformée vers le milieu du xixe siècle, comme on va le voir (36). Le saint sépulcre, accolé contre la seule paroi aveugle de cette chapelle, est relégué dans un endroit d’importance mineure, à droite de la porte d’entrée5. De surcroît, l’espace qu’il occupe se réduit au strict minimum6. Son exiguïté empêche de voir le haut-relief placé à droite, le seul haut-relief latéral conservé.

  • 7 Haguenau, Amun GG 115/789, Liber baptismalis Ecclesiae Parochialis ad Sanctum Nicolaum Haguenove, 5 (...)
  • 8 L’hôpital et l’oratoire Saint-Nicolas, fondés par l’empereur Fréderic Barberousse et confiés en 118 (...)
  • 9 Haguenau, Amun Ma 170/2, Plan de l’église et du couvent de Saint-Nicolas de Haguenau, 1842. Morin f (...)

9Nous sommes maintenant en mesure de dater sa mise en place à l’endroit actuel et les interventions majeures faites depuis sur le monument. En juin 1786 eut lieu la bénédiction de la chapelle du Saint-Esprit7, édifiée peu avant cette date contre le mur sud de l’ancienne église des Prémontrés, précisément à l’angle sud-ouest, sur un caveau souterrain destiné aux religieux défunts8. À notre avis, la mise en place du saint sépulcre contre la paroi méridionale de cette chapelle et la restauration décrite plus haut ne peuvent que remonter à cette époque. Le plan le plus ancien de la chapelle a été réalisé en 1842 par l’architecte Charles Morin9. Elle se présente probablement dans son aspect d’origine, avant les travaux du xixe siècle : de plan rectangulaire, flanquée à l’est d’une chapelle également rectangulaire. Un escalier au nord facilitait l’accès au bas-côté sud, tandis que la paroi méridionale offrait une configuration fort différente de celle que nous pouvons voir actuellement : le presbytère s’avançait dans la chapelle et une porte permettait le passage dans ce bâtiment ; la paroi, large d’environ 150 cm, formait ensuite un retrait. À l’évidence, d’après les indications de Morin, le saint sépulcre ne pouvait alors s’appuyer contre cette paroi.

  • 10 Haguenau, Amun D 15, Registre de délibération du Conseil municipal, no 69 Réparation et embellissem (...)
  • 11 À propos de l’église Saint-Nicolas et des sources qui la concernent, voir aussi AdBR, Gerber Pierre (...)

10D’autres documents attestent pourtant que le monument était conservé dans l’église Saint-Nicolas, à l’époque où Morin établit le plan de l’église. Les comptes de la Commune de Haguenau et les délibérations du Conseil communal indiquent qu’on envisageait en 1841 et 1842 de restaurer « le tombeau du Christ », expression qui désigne le saint sépulcre10. Cette intervention devait s’inscrire dans le cadre de grands travaux de réfection prévus pour l’ensemble de l’église11. Aucune mention ne précise, toutefois, l’endroit où se trouvait le sépulcre à ce moment-là.

  • 12 Haguenau, Amun D 16, Registre de délibération du Conseil municipal, 1846, mention de la réparation (...)
  • 13 À l’aide du plan de Morin, on repère facilement les principales interventions du xixe siècle. À en (...)

11En fait, les travaux – « nettoiement du tombeau du Christ », « restauration du sépulcre » – furent exécutés plus tard. Ils durèrent trois ans, de 1846 à 1848, et furent réalisés par un certain Michel Cordé, qui, selon les indications des comptes de la Commune, était tailleur de pierre et maçon apprenti12. Il s’agit là vraisemblablement de la restauration de l’ensemble du monument, dont nous avons relevé les traces plus haut. Vu les dimensions modestes de l’intervention, la durée de ces travaux peut étonner. Bien que les comptes ne le détaillent pas, nous inclinons à croire que la restauration ne s’est pas limitée au seul sépulcre et que toute la chapelle a été transformée à la même époque. L’escalier une fois supprimé, le sol a été élevé au niveau de celui de l’église13. La paroi méridionale, qui comportait une porte donnant sur le presbytère, a été modifiée et remise à niveau, offrant ainsi une large surface unie ; c’est peut-être à cette époque aussi que la voûte à croisée d’ogive a été édifiée.

  • 14 Haguenau, Amun, Ma 197, Biens communaux, fol. 26, « Travaux exécutés pour la reconstruction du dall (...)

12Au surplus, le dallage actuel de la chapelle, assurément ancien, prend en compte l’existence du saint sépulcre et s’arrête avec soin au bord de la façade du tombeau. On en conclut que ce dallage est contemporain de la mise en place du monument, ou, en tout cas, postérieur. Comme les travaux de restauration de l’église qui se sont étalés sur plusieurs années incluaient en 1848 la réfection, probablement complète, du dallage du bâtiment, il est vraisemblable que le saint sépulcre était en place, contre la paroi méridionale de la chapelle en 184814.

13Ainsi, la restauration et le choix d’un nouvel emplacement pour le sépulcre s’intègrent dans une campagne de restructuration de la chapelle et, d’une façon plus générale, de toute l’église qui eut lieu pendant les années 1840. On sait que le saint sépulcre existait dans l’église avant les travaux. Le reléguer dans un espace exigu excluait toute célébration paraliturgique, voire de dévotion, autour du monument. En fait, il s’agissait essentiellement de préserver le saint sépulcre. Il connut ainsi un destin moins funeste que la plupart des saints sépulcres monumentaux alsaciens datant du xive siècle. Conservé dans son intégralité, il constitue donc un monument de référence pour l’étude de cette production.

2. La question de l’origine : le saint sépulcre de l’église Saint-Étienne de Strasbourg ?

  • 15 Voir Cat. no 14, p. 338, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

14Si nous avons pu établir la date de la mise en place du saint sépulcre à son emplacement actuel, la question de la provenance de ce monument reste encore ouverte. Depuis Charles Czarnowsky, nombre d’historiens ont identifié le saint sépulcre de Haguenau avec celui de l’ancienne église abbatiale Saint-Étienne de Strasbourg, connu par un dessin du xviie siècle, mais dont on perd la trace au début du xviiie siècle15.

  • 16 AdBR, H 2624/9 (pap. 1542), voir annexe 2, p. 353.

15Que savons-nous précisément du saint sépulcre de Saint-Étienne ? Un livre liturgique rédigé au plus tard en 1542 décrit les célébrations autour du saint sépulcre, selon un schéma habituel16. Mais il n’apporte pas, cependant, d’importantes informations d’ordre matériel.

  • 17 Joseph Walter a retranscrit entièrement la description de l’église Saint-Étienne faite par Spiess ( (...)

16Un manuscrit que l’on doit à Jean Spiess, économe de l’abbaye, et à son successeur (1664-1677) nous fournit de plus amples détails : « Hinden neben dem hohen Chor auf der rechten Hand, wann man in die Kirche geht, steht das heilig Grab, so schön vergult gewesen, darob drei Marien Bilden gestanden und lag etwa das Bild Christi in Stein gehauen darauf, steht aber jetzt bey der vorderen Kirchtür, hinter dem heiligen Grab seind zwei gewolb über einander. (...) Neben dem Grab Christi in einem runden Gewolb stehet ein von einem Stein gahauene achteckichte Brunnbitt mit der Jahrzahl MCCCCLXXVIII17. »

  • 18 Le texte cité ci-dessus mentionne aussi qu’à proximité du saint sépulcre se trouvait le tombeau du (...)

17Nous apprenons ainsi que le saint sépulcre de Saint-Étienne était alors situé au sud dans la partie orientale de l’église, près du sanctuaire. À nos yeux, cet emplacement était bien celui d’origine, car nous relevons que le côté sud est un lieu privilégié pour les saints sépulcres, constatation déjà faite par exemple pour la cathédrale. Selon un agencement liturgique que l’on repère également dans plusieurs églises, notamment à la cathédrale, un tombeau prenait place à proximité du saint sépulcre18. À l’époque de la rédaction du manuscrit, le saint sépulcre, autrefois doré, avait perdu ses statues, autrement dit le Christ et les saintes Femmes. Le Christ se trouvait alors dans la partie occidentale de l’église, près d’une porte. Quant aux figures des trois Marie, Spiess rappelle quelles prenaient place auparavant dans le saint sépulcre, mais on ignore si elles étaient encore conservées dans l’église.

  • 19 Strasbourg, Cabinet des Estampes. Dessin à la plume de Jean-Jacques Arhardt (1613-1674). Signé et d (...)

18Ce texte est complété de façon heureuse par un dessin exécuté en 1670 par Jean-Jacques Arhardt, ingénieur de la ville de Strasbourg (37)19. Constatons que le récit de Spiess est postérieur au dessin, qui représente encore le Christ étendu sur la plate-forme. On peut déduire de ces deux documents qu’en 1670, le saint sépulcre se trouvait dans le croisillon sud du transept, précisément entre une chapelle, dans laquelle se trouvait « la petite fontaine » de sainte Atalée, et deux portes superposées, l’une donnant accès à la crypte de la sainte et l’autre à un local voûté ; que les saintes Femmes qui se tenaient sur le saint sépulcre furent enlevées avant 1670 certainement, laissant une trace verticale contre le mur de fond de chaque travée ; que la statue du Christ fut déplacée entre 1670 et 1677.

  • 20 Le transept sud, en 1701 déjà, n’a plus la même apparence qu’auparavant. D’après le plan de G. Lien (...)
  • 21 AdBR, H 2809, Comptes de l’abbaye de Saint-Étienne. « Compte depuis la Saint-JeanBaptiste 1701 jusq (...)

19Par ailleurs, nous savons que, dans les premières années du xviiie siècle, le saint sépulcre a été enlevé du chœur liturgique. En effet, avant que les religieuses Visitandines ne s’installent le 19 septembre 1702 dans l’abbaye Saint-Étienne, le transept sud fut modifié pour servir de chœur aux moniales et le saint sépulcre, jugé probablement encombrant, fut alors déplacé20. Les comptes de l’abbaye relatent effectivement le paiement du transfert du sépulcre hors de l’église : « (...) plus à quatre soldats qui ont été porté le grand pierre de sépulcre hors de l’Église dans le vergier, 2 livres »21. D’après l’emplacement du saint sépulcre donné par Spiess et Arhardt, il s’agit ici sûrement du tombeau du Christ.

  • 22 Voir le dossier qu’il a constitué, BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, part. fol. 47-49.
  • 23 Voir Ohresser, 1966, p. 5-6 ; Beyer, 1989, p. 135-138 (texte tiré de la thèse publiée en 1955 par l (...)
  • 24 Strasbourg, Archives des Monuments Historiques d’Alsace, dossier no 555 (copie). « Baubericht undAn (...)
  • 25 « Pour la construction de deux portes au bout du croisson, et pour une croisée à faire audit avant (...)
  • 26 À la fin du xviie siècle et au début du xviiie, le mot « démolition » ne laisse aucune équivoque : (...)

20À l’inverse de l’idée communément admise, nous ne pensons pas que le monument de Saint-Étienne ait été alors transporté dans l’église Saint-Nicolas de Haguenau. Ce transfert eût impliqué, en fait, le démontage du sépulcre, la préservation des pièces, puis leur transport à une date indéterminée dans l’église de Haguenau située à une quarantaine de kilomètres de la ville épiscopale. C’est pourtant l’hypothèse développée par Charles Czarnowsky, architecte des Monuments Historiques, qui s’est appliqué dans les années 1930 à relever dans le détail les ressemblances et les dissemblances entre les saints sépulcres de Saint-Étienne et de Saint-Nicolas, pour prouver qu’il s’agissait du même monument22. À sa suite, Beyer et Ohresser ont repris l’idée de Czarnowsky. Tout en n’apportant pas la preuve de ce transport, ils estiment que le monument strasbourgeois est bien celui de Haguenau. Ils s’appuient à la fois sur le dessin de Arhardt et sur un devis de travaux, daté de 170223. Mais les indications précises de ce document comme de plusieurs autres, n’évoquent pas un tel démontage. Bien au contraire ; de même que le premier texte cité, le devis établi en 1702 en vue de la nouvelle affectation prévoyait divers travaux dans l’avant-choeur, « y compris la démolition et le transport du sépulcre qui est dans ledit chœur »24. S’il est effectivement fait mention d’un transport dans ce document, il est formellement précisé que le sépulcre devait être « démoli ». D’ailleurs un second devis, rédigé en 1703, parle à nouveau de « la démolition » du saint sépulcre25. À en croire les termes mêmes des devis, du reste répétés, le travail demandé consistait véritablement à démolir le saint sépulcre, c’est-à-dire à le détruire et à en évacuer les fragments26.

  • 27 Voir BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 47 : « 1702 wird die Errichtung eines sog. Belvedere (...)
  • 28 Voir Kraus, 1876, 1882, p. 76 ; Hotz, 1970, p. 65.

21On apprend encore que les statues du Christ et des trois Marie – dispersées dans l’église, on l’a vu –, ont été placées en 1702 dans un belvédère construit dans l’un des jardins du couvent, justement dans le verger ainsi que l’a précisé le texte daté de 1702, cité précédemment27. Aucun document n’indique le sort réservé à ces pièces et elles paraissent bien avoir disparu à tout jamais. Les figures ont donc été préservées temporairement, ce qui n’étonne pas outre mesure. Une telle opération était, semble-t-il, assez fréquente, car l’on conserve aujourd’hui encore plusieurs statues de saint sépulcre déposées dans un jardin à proximité d’une église. L’exemple le plus parlant est celui de l’église Saint-Georges à Châtenois (fin xve-début xvie siècle) : les statues du Christ et des saintes Femmes prennent place dans un petit édifice situé dans la cour de l’église ; un des hauts-reliefs des gardiens a même été remployé dans le mur d’enceinte de l’édifice (38). À Gresswiller, les remarquables figures des trois Marie sculptées en haut-relief et le Christ mort pourvu d’un reposoir eucharistique (fin xve-début xvie siècle) sont conservés dans une niche aménagée dans la maçonnerie du mur du cimetière (39)28. De même, vraisemblablement à Saint-Étienne, seules les statues avaient gardé une certaine valeur, mais pas le monument gothique.

22Le reste du monument de Saint-Étienne a été démoli en 1702, si l’on en croit les sources archivistiques. Il est donc bien improbable que le saint sépulcre de Saint-Étienne soit celui de Haguenau, dont, rappelons-le, l’état de conservation est très bon et les éléments constitutifs – les figures comme le baldaquin – parfaitement homogènes. Les statues ne présentent pas les traces d’usure caractéristiques d’une exposition aux intempéries. Aucun texte n’est d’ailleurs jamais venu confirmer le déplacement du saint sépulcre strasbourgeois à Haguenau.

Les dissemblances

23Reste à examiner dans le détail le dessin de Jean-Jacques Arhardt. Certes les ressemblances sont apparemment frappantes entre le saint sépulcre dessiné et celui de Haguenau, mais une étude plus attentive révèle quelques différences significatives.

24À coup sûr, au sein de la production alsacienne parvenue jusqu’à nous, aucun autre saint sépulcre ne comporte autant de points communs avec celui de Haguenau : même type, structure identique, formée de trois travées. Comme l’a démontré Czarnowsky, de nombreux détails sont similaires, en particulier la distribution des réseaux aveugles et ajourés, la frise de la plate-forme et la position surélevée de la tête du Christ.

  • 29 Il est ainsi manifeste que, à Haguenau, l’orientation des trilobes n’a pu être changée lors de la m (...)

25Quant aux différences, certaines pourraient être mises sur le compte de l’imprécision supposée de Arhardt, mais elles sont tout de même un peu nombreuses pour n’être liées qu’au hasard ou à la maladresse. Dans le décor architectural, les gables semblent plus élancés qu’à Haguenau, à leur sommet, les fleurons sont différents et le nombre des crochets sur les rampants est inégal. Surtout, l’orientation des trilobes supérieurs des réseaux est inversée par rapport à Haguenau, où, de plus, les trilobes sont sculptés dans la même pièce que l’arc29.

  • 30 Cette position ne se retrouve pas à Haguenau et va à l’encontre des observations de Czarnowsky selo (...)

26Des dissemblances plus nettes encore se voient dans les hauts-reliefs des gardiens, précisément dans la position des figures. En ce qui concerne celui de droite, son attitude est certes comparable à celle qui caractérise, à Haguenau, le soldat situé au même endroit. En revanche, le gardien du centre n’a pas son pareil ni à Haguenau ni même dans les hauts-reliefs du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine. C’est, en revanche, de l’un de ces derniers qu’il faut rapprocher le gardien placé à gauche sur le dessin. Il est assis de profil, le bras droit appuyé sur son heaume, et il tient une arme30. Quant au soldat situé sur le côté gauche du saint sépulcre de Saint-Étienne, le trait reste trop vague pour permettre de l’identifier. Il est donc difficile de mettre, sur le compte d’une esquisse rapidement exécutée, de telles différences, d’autant que les originalités de Saint-Étienne trouvent leurs parallèles médiévaux à la cathédrale.

27Plusieurs conclusions s’imposent. D’abord, la structure de ces deux monuments est indéniablement parente. Ensuite, la position d’un seul gardien se retrouve à la fois dans le dessin et à Haguenau. Autrement dit, même si, à l’origine, les soldats étaient au nombre de cinq à Haguenau, les hauts-reliefs de ce monument ne peuvent correspondre à ceux dessinés par Arhardt. En troisième lieu, le saint sépulcre de Saint-Étienne ne se rapproche pas seulement de celui de Haguenau, mais aussi de celui de la chapelle Sainte-Catherine, notamment par la représentation du soldat qui s’appuie sur son heaume – inexistante à Haguenau. Par conséquent, aussi bien le saint sépulcre de l’église Saint-Étienne que celui de Haguenau ont pris modèle, à l’évidence, sur celui de la chapelle Sainte-Catherine. Ainsi les différences et les étroites parentés observées entre les deux monuments s’expliquent mieux par l’existence de deux ensembles qui, sans être identiques, eussent puisé à la même source. L’un, celui de Strasbourg, fut démoli, seules quelques pièces figurées ont été préservées un certain temps dans un belvédère. L’autre, celui de Haguenau, est remarquablement bien conservé, malgré un déplacement et une légère restauration en 1848.

28Seule la découverte de nouveaux documents permettrait de trancher définitivement la question de l’origine du monument de Haguenau. La disparition des archives des Prémontrés a, sans doute, compromis gravement une telle éventualité.

29Mais vu le bon état de conservation du sépulcre, on suppose aisément que le trajet n’a pas été très long et que le saint sépulcre provient de l’église même.

3. Le type

30L’exceptionnelle préservation du saint sépulcre de Haguenau permet de bien définir les caractéristiques typologiques de ce monument, ainsi que, d’une façon générale, de se faire une idée de celles des saints sépulcres qui se placent, comme lui, dans la filiation de celui de la chapelle Sainte-Catherine.

31Le saint sépulcre monumental se compose d’un sarcophage qui s’encastre dans un baldaquin. La cuve est recouverte d’une plate-forme épaisse. Le baldaquin se constitue de trois travées, qui sont coiffées de voûtes à croisées d’ogives et qui s’ouvrent sur huit arcades, trois en façade, trois au fond et une sur chaque côté. Cette disposition exerce une influence directe sur l’organisation des hauts-reliefs du sarcophage, puisque chacun est placé sous une arcade et représente un gardien à l’intérieur d’un compartiment mouluré.

Comparaison entre le saint sépulcre de Haguenau et celui de la chapelle Sainte-Catherine

32Le saint sépulcre de Haguenau s’apparente en de nombreux points à celui de la chapelle Sainte-Catherine. La configuration de la façade du sarcophage est identique. La suite des hauts-reliefs n’est pas continue, mais tripartite et composée de dalles de mêmes dimensions. Les montants du baldaquin fractionnent pour ainsi dire le champ de représentation de la façade. Le baldaquin est scellé à la paroi du fond et repose, de plus, sur deux montants appliqués contre ce mur. Ainsi, à Strasbourg et à Haguenau, les montants du baldaquin partant du sol devaient toucher au sarcophage et prendre place entre les trois hauts-reliefs de la façade, aucun espace n’étant laissé entre le baldaquin et le sarcophage.

33Les baldaquins des deux saints sépulcres présentaient la même organisation et le même décor : montants polylobés se continuant dans les réseaux, réseaux ajourés et gables aveugles. Dans les deux cas, la travée centrale était ornée d’un décor plaqué au fond, contre la paroi. À noter qu’aucun autre saint sépulcre, dont on conserve le baldaquin, ne présente cette singularité. Le voûtement consistait, à Strasbourg comme à Haguenau, en trois voûtes à croisée d’ogives avec une clef au centre. Haguenau fournit donc une bonne image des dispositions du saint sépulcre de Strasbourg.

34L’étroite filiation entre les deux monuments permet de reconstituer leurs dispositions d’origine. D’une part, on peut supposer que le saint sépulcre à Haguenau a dû s’adosser, comme à Strasbourg, à une seule paroi. Il semble aussi que le motif de l’arcade ajourée, appliqué directement contre la paroi dans la travée du centre, soit emprunté au monument strasbourgeois (40). D’autre part, selon toute vraisemblance, une sainte sculptée en ronde-bosse était placée, comme à Haguenau, dans chacune des travées du sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine.

  • 31 Voir Bauch, 1976, ill. 39.
  • 32 Voir Bauch, 1976, ill. 160, 161.

35Outre le lien typologique avec le saint sépulcre strasbourgeois, l’art funéraire aussi a joué un rôle déterminant. À la reprise de la structure générale des tombeaux, par l’intermédiaire du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, s’ajoute un détail inspiré, à coup sûr, de l’art funéraire. Le décor de la plate-forme couvrant le sarcophage est fait d’une arcade sculptée du côté gauche, qui encadre la tête du Christ (41). L’arcade est flanquée de rosettes dans les écoinçons, identiques à celles des clés de voûte. L’arcade entourant le gisant est un motif en vigueur de longue date. On rappellera un très ancien exemple de dalle funéraire, celle de l’évêque Roger à Epinal (1107-1139)31. Au xive siècle, la formule haguenovienne, comportant une arcade fort simple et taillée en réserve dans l’épaisseur de la plate-forme, ne semble pas avoir été particulièrement appréciée. On lui préféra nettement un décor plus fin et plus saillant, comme sur le tombeau d’Anna von Hohenberg et de son fils à la cathédrale de Bâle († 1281), sur celui du tombeau de l’évêque Conrad III de Lichtenberg – arcade aujourd’hui amputée de moitié – ou, plus proche de notre période, sur celui d’Irmgard von Baden à Lichtental (entre 1341 et 1344)32. Comparée à ces exemples, la solution adoptée à Haguenau reste sobre et peu raffinée.

36En revanche, il est moins aisé de préciser les sources d’inspiration qui sont à l’origine d’une particularité de construction, propre au saint sépulcre de cette ville. La figure du Christ n’est pas taillée directement dans la plate-forme du sarcophage, comme il est usuel, mais dans une petite dalle indépendante, posée sur celle-ci. On est surtout frappé par la surélévation de cette petite dalle, à l’endroit de la tête nimbée du Christ. De plus, la tête ne repose pas sur un coussin soigneusement sculpté contrairement à la plupart des gisants et même à d’autres Christ de saints sépulcres, comme à celui de Niederhaslach, par exemple. Remarquons toutefois qu’actuellement les trois côtés surélevés sous le nimbe du Christ sont bruts, sans travail de finition. Il en va de même pour les côtés de la petite dalle. À tel point d’ailleurs que la dalle, plus petite que l’espace creusé dans la plate-forme pour permettre son encastrement, s’emboîte dans la plate-forme de façon peu soignée en laissant vide un large pourtour (42). Cet aspect grossier aurait pu indiquer une modification, une réduction de la dalle. Une telle transformation ne s’expliquerait que par une origine différente de cette dalle, si le style n’assurait, comme nous le verrons, une même provenance pour toutes les sculptures de ce monument.

  • 33 Voir Bauch, 1976, ill. 78-79.

37L’encastrement d’une dalle figurant le Christ dans une plus grande plateforme paraît donc d’origine. Même si la tête du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine n’est pas parvenue jusqu’à nous, on n’ose à peine penser qu’une telle composition, si malhabile, ait été adoptée à Strasbourg, puis copiée à Haguenau. Tout au contraire, la facture modeste et le style simplifié – on le verra – indiquant une reprise par un artiste sans grand savoir-faire laisse plutôt croire à une maladresse. D’ailleurs l’importante surélévation de la tête du Christ ne trouve pas d’équivalent dans d’autres saints sépulcres. Elle rappelle quelque peu le lit funèbre d’Éléonore d’Aquitaine à Frontevrault, fortement rehaussé sous la tête et entièrement recouvert d’un drap (t 1204)33. Mais loin de constituer un rapprochement possible, la confrontation de ces deux monuments met encore plus nettement en évidence la composition maladroite de Haguenau.

  • 34 Une telle sculpture n’aurait pu prendre place qu’à gauche sur la plate-forme entre le Christ et l’a (...)

38En outre, malgré la bonne conservation de la structure générale, quelques éléments de détail demeurent perdus. Sans connaître l’emplacement d’origine de ce monument, comment savoir, par exemple, si un décor peint ornait le fond des travées, comme à la chapelle Sainte-Catherine ? On se demande aussi si un ange sculpté en ronde-bosse prenait place à l’origine sur la plate-forme34. Il n’en reste pas moins vrai que ce saint sépulcre, encore homogène, fournit nombre de renseignements d’ordre formel, qui le rapprochent des tombeaux et du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine. Le monument de Haguenau demeure cependant plus sobre que celui de Bucheck. On pense, notamment, à la travée centrale qui n’y est pas surélevée. Cependant le lien entre le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine et celui de Haguenau demeure étroit et de précieuses indications concernant la construction permettent de le préciser encore.

4. Le mode de construction

39Les principes de construction qui ont régi l’édification de ce saint sépulcre se repèrent très nettement. Faute de saints sépulcres bien conservés, celui de Haguenau prend donc une signification exemplaire pour comprendre, dans ses grandes lignes, la construction de ce type de monument.

  • 35 Hauteur : 78 cm, largeur : 89 cm, largeur de la sculpture sans le cadre intérieur : 72 cm. À Haguen (...)
  • 36 On conçoit aisément que le sarcophage et la superstructure reposent sur des fondations peu profonde (...)
  • 37 Hauteur : 78 cm, largeur : 20 cm pour les deux montants en façade.
  • 38 Hauteur : 26, 5 cm.

40Tout d’abord, les dalles des hauts-reliefs représentant les gardiens35 sont dressées sur le sol36. Elles s’encastrent entre les éléments inférieurs des montants du baldaquin, de même hauteur qu’elles (43)37. Ensuite, la stabilité de la cuve est assurée par une plate-forme épaisse (26,5 cm) qui repose sur le tout. De petits éléments verticaux moulurés, appliqués contre la plate-forme, s’arrêtent exactement à sa hauteur38. Ils constituent donc le prolongement des montants du baldaquin. C’est sur cette base formant le sarcophage, que sont élevées ensuite en façade, sur les côtés et au fond, les parties supérieures des montants. Par rapport aux parties inférieures, elles sont élargies afin de poursuivre la moulure du cadre vertical de chaque arcade. Des blocs moins larges ainsi que d’autres constituent le décor en forme de lobes. L’arc et son réseau, formés d’une pièce, continuent ensuite le décor. Puis s’ajoutent les éléments des voûtes, à l’intérieur, ceux des gables et des pinacles, à l’extérieur (44).

41À l’intérieur, on a placé sur la plate-forme la petite dalle figurant le Christ ainsi que, entre les montants qui s’appuient contre la paroi du fond, les trois statues des saintes Femmes en ronde-bosse, dont la surface du dos est restée brute.

  • 39 D’autres différences, de moindre importance, s’observent encore, notamment dans la construction des (...)

42Le système de construction laisse clairement apparaître que le sarcophage et le baldaquin ont été conçus solidairement, à l’exemple du tombeau de Conrad III de Lichtenberg et du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine. Pourtant, à la différence du tombeau de l’évêque placé dans une niche, la plateforme et les larges montants de Haguenau, comme déjà ceux de la chapelle Sainte-Catherine, ont une fonction déterminante et assurent un maximum de stabilité au monument. Ainsi, grâce à cette répartition du poids, le baldaquin des deux saints sépulcres semble simplement adossé à la paroi, sans s’appuyer réellement contre elle, et la construction devient indépendante de l’architecture. C’est ce qui distingue, certainement de la façon la plus singulière, le tombeau de l’évêque des deux saints sépulcres apparentés39.

5. Le modèle : le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine

  • 40 Otto Schmitt fut un des premiers à parler, à propos du sépulcre de Haguenau, d’une réplique du sain (...)

43Jusqu’à présent les connaissances trop imprécises sur les saints sépulcres de la chapelle Sainte-Catherine et de Haguenau ne permettaient pas de se prononcer avec certitude sur le lien de filiation entre les deux monuments40. L’étude formelle et l’analyse des principes de construction nous autorisent maintenant à établir avec assurance cette filiation.

44Outre les caractéristiques typologiques que nous venons d’observer, l’ordonnance générale du décor du saint sépulcre haguenovien s’inspire aussi de celui de la chapelle Sainte-Catherine, puisque l’agencement de gables aveugles au décor sobre et de réseaux d’arcade ajourés et très développés est repris.

45Surtout, le saint sépulcre de la cathédrale a dû servir de modèle au sculpteur de Haguenau pour le rôle subtil conféré au décor dans la définition de l’espace. Le décor est élaboré à partir de deux procédés : camouflage des assemblages dus au mode de construction et création d’un lien complexe entre cadres et figures sculptées en ronde-bosse.

L’élaboration du décor

46Premier procédé, les principes de construction ont été dissimulés avec raffinement. Nous l’avons vu, la statique générale du monument est assurée par l’interpénétration de la plate-forme et des montants du baldaquin. Cependant, rien ne laisse percevoir le rôle structurel de la plate-forme, ni son poids. C’est que, d’habitude longue et uniforme, la frise de la plate-forme se trouve ici divisée. De la sorte, elle ne semble pas appartenir à la plate-forme. En réalité, et contrairement à l’apparence, cette frise, séparée en trois parties et encadrée de moulures, ne se compose pas de trois blocs différents, mais est sculptée directement dans la plate-forme. Chaque segment de frise commence et se termine par une tête, de la bouche de laquelle prennent naissance des rinceaux. La division de la frise ne correspond donc ni à la répartition des blocs, ni à l’organisation matérielle du baldaquin et du sarcophage. Il convient, par conséquent, d’établir une distinction entre la construction, avec ses assemblages, et l’effet visuel recherché.

47Quel est cet effet ? Si, dans un premier temps, la triple frise cherche à faire disparaître les principes d’assemblage, la fonction de ce décor nous semble, de plus, devoir établir un lien entre les registres du bas et du haut. Les champs de représentation sont très clairement définis dans ce saint sépulcre : en façade, trois panneaux séparés pour les gardiens et, au-dessus, trois arcades, trois fenêtres pourrait-on dire. Cette clarté d’organisation s’observe d’ailleurs sur l’ensemble du monument. Mais ces différents champs ne nous apparaissent pas, pour autant, dissociés les uns des autres. C’est en fait grâce à la division de la frise dont chacun des segments devient visuellement la base d’une arcade, que se crée une liaison entre les panneaux du bas et les arcades. Chaque haut-relief par exemple peut ainsi se lire verticalement, comme soubassement d’une arcade. En conséquence, l’effet visuel recherché est complexe : chaque champ étant nettement défini, il tend simultanément, grâce à des liens subtils, à souligner l’unité de l’ensemble du monument.

  • 41 Voir Adhemar, 1974, ill. 327 et 436.

48Une telle définition synthétique des champs de représentation s’éloigne assurément de la conception, courante depuis le χιiie siècle, selon laquelle le baldaquin est ajouté au tombeau, plaqué à plus ou moins grande distance du sarcophage, comme dans les monuments funéraires de Marie de Montmirel († 1271) de l’abbaye de Long-pont et de Jean Cholet de Nointel († 1292) de Saint-Lucien de Beauvais41. Dans ce dernier exemple, ainsi que dans la plupart des tombeaux à baldaquin du xive siècle, on observe des champs de représentation très différenciés, juxtaposés les uns aux autres sans lien : la face du sarcophage, la frise, les arcades, le fond des travées, etc. Aussi n’existe-t-il pas d’interpénétration, ni au point de vue technique, ni de au point de vue décoratif. Ce procédé additionnel des éléments reste évidemment ancré dans une conception toute traditionnelle, qui régit, on le sait, les oeuvres du χιιie siècle et de la première moitié du xive siècle encore. En comparaison, le saint sépulcre de Haguenau fait preuve d’une grande modernité, d’une part, par l’adoption d’un système de construction qui unit, en un monument indissociable et indépendant, le sarcophage au baldaquin, d’autre part, par le choix d’un décor qui relie les champs particuliers entre eux de façon fort ingénieuse.

  • 42 Le trilobe, placé au sommet du remplage, repose sur deux quadrilobes ouverts sur un quart de leur c (...)

49Le second procédé, mis en œuvre par le sculpteur pour définir l’espace de la représentation, participe de la même intention. Il se comprend, lorsqu’on examine le remplage des arcades de la façade, dont le principe de décor a véritablement été copié sur celui que nous avons pu reconstituer pour le baldaquin de la chapelle Sainte-Catherine. La singularité principale de ces deux décors est l’adoption d’un motif de lobes plus ou moins ouverts, qui sont disposés verticalement et symétriquement le long des montants des arcades. Avec un simple trilobe au sommet, le décor des remplages haguenoviens diffère cependant quelque peu de ceux, plus élaborés, du baldaquin de la chapelle Sainte-Catherine42. Dans l’un et l’autre cas, l’effet devait être le même : le prolongement du décor le long des montants créait, selon ce que l’on observe à Haguenau, un rapport complexe entre les figures sculptées, rejetées en arrière-plan, et le cadre, soit la façade, de l’avant-plan.

50Quel est précisément ce rapport ? L’adoption de ce motif à lobes ouverts est sans conteste une solution extrême, qui entrave au premier abord la vision sur les sculptures représentant les saintes Femmes, placées au fond des travées. En fait, la fonction des lobes ouverts est double : former un encadrement aux figures d’une part, empiéter visuellement sur elles, d’autre part. S’établit ainsi un rapprochement entre avant et arrière-plan. Nous verrons en détail dans la partie consacrée aux styles des saints sépulcres comment interpréter ce rapprochement, qui mérite une attention particulière.

51Quoi qu’il en soit, ce motif décoratif le long des montants, qui occupe la moitié supérieure de l’arcade et en ferme considérablement l’ouverture, va à l’encontre de la tradition des monuments funéraires, qui privilégie des baldaquins aux arcades largement ouvertes. Ce genre de décor ne se retrouve pas non plus dans l’architecture monumentale du Rhin supérieur du milieu du xive siècle. La source de ce motif devrait se chercher plutôt dans l’imitation de l’architecture par les arts décoratifs que dans l’architecture même. Les exemples les plus proches sont peut-être certains vitraux de la chapelle Sainte-Catherine (Chap sI, sIII et sIV), même sans présenter un décor aussi élaboré que dans le saint sépulcre de la chapelle ou dans celui de Haguenau, les redents (le long des côtés extérieurs des lancettes et dans les parties supérieures seulement) n’étant pas aussi saillants.

Le modèle

52Ce décor particulier, apparaissant sans doute pour la première fois dans le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, est devenu trapu et ramassé à Haguenau. On peut supposer que le lien entre les figures et leur cadre architectural était plus élaboré encore dans le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, grâce à la présence des tentures en trompe-l’œil dans le fond des travées. À Haguenau comme à Strasbourg, l’adoption d’une pareille composition – un trilobe reposant sur deux quadrilobes ouverts, qui prennent toute la largeur de l’arcade – n’a d’ailleurs été possible que grâce au système de construction et à une stabilité particulière qui permettait de libérer les montants des contraintes architectoniques.

53Somme toute, la fragmentation de la frise et la présence de lobes plus ou moins ouverts sur les montants des arcades contribuent à l’homogénéité du monument, qui se lit par conséquent comme un ensemble, dont les registres et représentations sont fortement liés malgré des cadres très saillants qui les séparent. Elles attestent aussi l’interprétation moderne de l’espace, que l’on analysera dans le détail dans la deuxième partie de notre étude.

6. Le style et l’iconographie

  • 43 Selon toute vraisemblance, grâce aussi à la mise en place d’une statue de sainte de dimensions plus (...)
  • 44 Le décor est d’ailleurs plus simple que celui du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine. Le (...)

54Comparé au saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, celui de Haguenau est d’une réalisation plus modeste. Si un léger accent est mis au centre – grâce à un remplage aveugle plus important sur la travée centrale que sur celles des extrémités43 –, les sommets des trois arcades de la façade sont toutefois alignés sur un même niveau. De plus, les réseaux des arcs tous identiques en façade et les profils des moulures comportent un moindre raffinement que ceux du sépulcre strasbourgeois44. Dans les réseaux des arcs, le seul changement de décor s’observe entre la façade et les côtés. Les deux latéraux identiques sont moins élaborés.

55L’exécution est même fruste. La facture grossière des sculptures et du décor général démontre que le sculpteur qui a exécuté ce monument n’a pas su égaler l’artiste chargé de celui de la chapelle Sainte-Catherine.

Absence de dramatisme

  • 45 BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, Otto Schmitt, « Ein heiliges Grab in Haguenau », fol. 58-61, pa (...)
  • 46 Les résultats de l’étude que Bernhard Engel a fait dans les années 1920 sur l’agencement des pannea (...)

56Comme le souligne Otto Schmitt, dans une étude restée manuscrite, nombre de détails et de motifs se trouvent reproduits à Haguenau : les soldats sont étroitement liés d’après lui : « geschwesterlich verwand : nicht nur in der Tracht, sondern auch in ihrem urwüchssigen Benehmen, ja in stilistischen Details : festen Falten mit unorganisch gewellten Sdume von den Schulltern herunterhdngen oder die dünnen und klaren Figuren, die die Panzerhemden unterhalb der Gürtel bilden, ganz allgemein diese verenkten Stellungen, verwinkelten Glieder, herausgestellten Sohlen45. » Cependant, l’iconographie elle-même se caractérise dans l’ensemble par une distribution différente des figures, une grande simplification et une perte d’expressivité (45, 46, 47, 48, 49 et 50)46. On en veut pour preuve le panneau latéral du sarcophage strasbourgeois, dont la composition, fort élaborée, à deux figures et le motif d’un soldat réveillé par son voisin n’ont pas été repris. Le soldat de gauche qui bande une arbalète dans son effroi semble pousser un cri à l’imitation du gardien strasbourgeois ; mais la portée en paraît fortement atténuée par sa position assise et peu énergique. Le motif du bras tendu indiquant la Résurrection a également perdu de sa vigueur. De plus, les mouvements de chute, qui apportent un dynamisme certain à la scène strasbourgeoise, font défaut à Haguenau. Bref, les représentations haguenoviennes devenues statiques ne sont plus empreintes de l’intensité dramatique si originale des scènes inférieures du sépulcre strasbourgeois. Aussi la dissociation, particulière à ce dernier, entre le registre du sarcophage et le registre supérieur plus hiératique est-elle moins marquée à Haguenau.

57Simplification, absence de tension et d’expressivité, tendance statique, voilà ce qui différencie le style et l’iconographie du saint sépulcre de Haguenau de ceux de la chapelle Sainte-Catherine. Le même style pour toutes les figures concourt à une uniformisation certaine de la représentation.

58Toutes les figures, au visage inexpressif, montrent une grande raideur dans les attitudes des corps, droits et rigides, les membres collés au buste. Les drapés sont mollement ondulants. Leur répartition, d’ailleurs simple, privilégie les importantes chutes de grands plis verticaux et plats.

  • 47 Certains auteurs ont voulu établir des différences entre les sculptures, sans convaincre toutefois, (...)

59L’uniformité stylistique s’accroît encore du fait que toutes les sculptures figurées – les statues des saintes Femmes, des gardiens, du Christ, ainsi que les têtes de la frise –, sont sans conteste de la même main47. De prime abord, toutefois, elles pourraient se diviser en deux ensembles. D’une part, les saintes Femmes placées à gauche et à droite se ressemblent beaucoup : mêmes corps étroits, mêmes visages petits aux traits ramassés et disgracieux. À ce premier groupe, il faudrait ajouter les gardiens et les petites têtes de la frise, qui offrent le même type de visage. D’autre part, la sainte centrale et le Christ présentent des corps ronds et plus larges, des visages pleins, lisses et sans ride. Pourtant ces singularités ne suffisent pas pour conclure à la participation de plusieurs artistes, car des détails très particuliers laissent entrevoir une seule main. On retrouve en effet dans toutes ces sculptures les mêmes traits schématiques des visages : forme identique des yeux, de la bouche et surtout des narines larges et creusées profondément. Aussi les différences entre les sculptures ne sont-elles pas d’ordre stylistique mais typologique, le Christ étant idéalisé et la sainte centrale représentée comme une jeune femme.

  • 48 Images du Patrimoine, Canton de Haguenau, 1989, p. 33. Voir par ailleurs Haguenau, 1988, part. p. 1 (...)

60Il convient de rejeter une récente hypothèse selon laquelle les statues des trois saintes Femmes « semblent (...) d’une main différente du reste. Elles pourraient éventuellement provenir du Saint Sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine de la cathédrale de Strasbourg »48. Trop d’éléments s’opposent à cette opinion. L’unité stylistique est indéniable ; par ailleurs, l’élaboration très poussée de l’ensemble du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine contredit l’intégration de statues exécutées de façon si fruste.

La datation

61La perte de vigueur s’observe aussi sur les drapés. Les étoffes, molles et souvent serrées aux corps, offrent une surface ondulée et lisse, non fragmentée, sur laquelle glisse la lumière. Les plis forment un dessin relâché de lignes souples et sinueuses, obtenues surtout par les bordures de l’étoffe, qui se retrouve dans les voiles et dans les revers horizontaux des manteaux. Comme à Strasbourg, le drapé du perizonium ceint autour des reins s’enroule de façon naturelle autour des cuisses et s’organise en plissé horizontal, mais de façon beaucoup plus molle.

  • 49 Voir plus loin, la deuxième partie.
  • 50 Beyer, 1989, p. 144-149.

62Ce style sans fermeté distingue les figures de Haguenau des sculptures de saint Jean-Baptiste et de sainte Elisabeth, appuyées contre les piliers d’entrée de la chapelle Sainte-Catherine (143)49. En fait, il s’oppose à l’effet pour ainsi dire métallique des plis, droits et rigides, qui caractérise ces deux statues. Seul peut-être le motif du bras plié horizontalement devant la poitrine et enveloppé étroitement dans le manteau, chez la sainte placée à droite, rappelle en quelque sorte celui de saint Jean-Baptiste, mais encore une fois, de façon très atténuée. Sans nul doute, la syntaxe des plis à Haguenau est simplifiée et adoucie, comparée à ces œuvres antérieures. Beyer qui a décrit les figures de Haguenau dans le détail voit « une sorte de parallèle avec la galerie des apôtres » de la façade occidentale de la cathédrale de Strasbourg (vers 1360-1365)50. À juste titre, utilise-t-il une expression assez vague, car aucune sculpture de la production strasbourgeoise ou alsacienne ne peut véritablement leur être comparée.

63En définitive, il ne faudrait pas conclure à une même sobriété, à une même mollesse pour les statues des saintes Femmes du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, aujourd’hui disparues, mais qui servirent peut-être de modèle à celles de Haguenau. En effet, si le saint sépulcre de Haguenau s’inspire véritablement de celui de la cathédrale au point de vue typologique et iconographique, il n’a pas réussi à en reproduire le style particulier qu’il faut replacer dans une production antérieure, plus magistrale.

Les armures

64Ces observations stylistiques sont corroborées par l’étude des armures. Bien qu’elles rappellent fortement celles des gardiens strasbourgeois, elles n’en trahissent pas moins une légère évolution technique de l’armement.

65La simplification générale observée plus haut se remarque aussi dans les armures. Le costume militaire de Haguenau, moins varié globalement que celui de Strasbourg, retrouve pour l’essentiel le même type de coiffe, de brigandine et de chausses. Les armes présentent quelques variantes : ici une arbalète a été introduite, là des boucliers ont disparu.

  • 51 Voir Buttin, 1925 ; Schmitt, 1937 ; Martin, 1967, p. 53-72, part. p. 68-69.

66De même qu’à Strasbourg, les armures comportent des éléments nouveaux, apparus dès les années quarante du xive siècle et largement répandus vers 1350, ainsi que d’autres plus archaïques, qui remontent au début du siècle. La confection en maille de certains gants et la forme du heaume sont encore ancrées dans la tradition du début du siècle. Le camail attaché aux vervelles du bacinet, protégeant ainsi la tête et le cou, fut adopté dans toute la première moitié du xive siècle et au-delà. D’un autre côté, les armures intègrent comme à Strasbourg certaines nouveautés, par exemple, la façon d’accrocher le heaume à la brigandine par une chaînette, qui permet de pendre le casque dans le dos51.

  • 52 Voir Engel, 1921-22, p. 52 ; Martin, 1941, p. 144 ; Martin, 1967, p. 68-69 ; Post, 1937-1939, p. 20 (...)

67En revanche, le système de protection du torse et des membres est plus moderne qu’à Strasbourg : pour le torse, la cotte d’armes en tissu forme des surcots cintrés, lacés sur les côtés ou sur le devant, maintenus par de larges ceintures portées sous la taille ; pour les épaules, des épaulières rigides ; pour les jambes, des cuissards, des genouillères et des grèves protégeant entièrement le membre ; pour les pieds, des solerets laminés. C’est cette armure des jambes composée de parties rigides, adoptée pour tous les soldats, qui frappe avant tout à Haguenau. Tous les historiens du costume s’accordent pour en relever la modernité. Ce système de protection, utilisé seulement pour l’un des gardiens de la chapelle Sainte-Catherine s’est, semble-t-il, répandu rapidement dans les quelques années qui séparent le saint sépulcre de Strasbourg et celui de Haguenau. Les spécialistes du costume militaire situent l’exécution du saint sépulcre conservé à Haguenau entre 1350 et 135552, datation confirmée par l’étude du style. La présence d’un voile à petit rucher, porté par la sainte placée actuellement à gauche, la renforce largement.

Le Christ

68La figure du Christ et celle de la sainte Femme placée actuellement au centre posent encore quelques interrogations qui méritent d’être ajoutées aux brèves observations faites plus haut.

69La statue du Christ, dont la physionomie s’écarte du corps sanguinolent et dramatisé du saint sépulcre de Fribourg-en-Brisgau, reprend l’iconographie strasbourgeoise, dans la mesure où la figure est ceinte d’un unique perizonium et dépourvue d’un grand linceul enveloppant. Toutefois, le Christ est interprété selon deux variantes qui le distinguent de celui de Strasbourg : le perizonium est long et les mains sont croisées sur le ventre. On relève de plus un motif particulier : à la hauteur des cuisses et des pieds, le long perizonium s’étend sur la dalle de façon très schématique (51). Ces grands plis obliques, formés par les étoffes des linceuls surtout, parfois du perizonium ou du drap funèbre disposés sur la dalle, s’observent sur plusieurs saints sépulcres en pierre, dont les exemples les plus anciens sont ceux de Fribourg-en-Brisgau et de Maria-Medingen près de Dillingen en Allemagne. Ce motif ne semble pas étroitement lié à un type particulier, mais constitue plutôt une variante du drapé, qui crée un certain effet graphique.

Les saintes Femmes

  • 53 Voir Aballéa, 2001.

70Dans ce saint sépulcre, chacune des trois saintes Femmes placées debout derrière le Christ est représentée de façon distincte et à des âges différents, semble-t-il. La sainte à l’extrémité droite regarde en direction du Christ ; elle tient dans la main gauche un livre et elle se caractérise par le geste de douleur qu’exprime sa main droite. Plus âgée que les deux autres Femmes, le visage fatigué et ridé, elle figure la Vierge. En effet, d’après les exemples de saints sépulcres conservés, le livre est souvent l’attribut de la Vierge. À la suite du déplacement du saint sépulcre, il subsiste un doute sur sa position. Peut-être prenait-elle place à l’origine à gauche, voire au centre. Dans un saint sépulcre en bois peint et provenant de l’abbaye de la Maigrauge (vers 1345-1360), la Vierge se tient près de la tête du Christ. Dans cette œuvre, toutefois, en un geste différent, elle se penche vers le Christ mort. Ce motif est directement repris des « Marienklagen », textes décrivant les souffrances de la Vierge lors de la Passion de son fils et apparus à la fin du χιiιe siècle dans le contexte paraliturgique et théâtral des jeux de la Passion53. C’est là la seule comparaison possible, car les saints sépulcres monumentaux en pierre présentent tous des figures qui ont été déplacées, comme celui de Fribourgen-Brisgau. Par ailleurs, l’iconographie courante de la Déploration ou de la Mise au tombeau la place aussi de préférence à gauche.

71Plus grande, plus jeune, la sainte femme du centre revêt sans doute une importance particulière, difficile à saisir, en raison de la perte de sa main droite. Aussi peut-on penser qu’elle se trouvait, dès l’origine, au centre de la composition. Elle ne semble pas figurer Marie-Madeleine, pourtant si souvent représentée.

72Si certains motifs sont répandus – le livre de la Vierge, par exemple –, d’autres ne sont repris qu’épisodiquement et indépendamment d’une ressemblance typologique. On pense au motif du drapé s’étalant sur la plate-forme.

Conclusion

73Le saint sépulcre de Haguenau, tel un reflet, laisse entrevoir l’aspect que pouvait présenter le monument de la chapelle Sainte-Catherine, au point de vue typologique en tout cas, comme nous l’enseigne l’analyse du mode de construction. La simplification du style confirme la distance qui sépare le prototype strasbourgeois et l’œuvre de Haguenau. L’artiste peu habile s’est permis quelques variantes, de motifs surtout. Le monument, destiné probablement à l’église paroissiale de Haguenau, était plus modeste que celui commandité par l’évêque Berthold de Bucheck pour sa chapelle funéraire.

74Malgré une ressemblance apparente, il n’est pas le saint sépulcre dessiné et décrit vers 1670, qui se trouvait dans l’ancienne église Saint-Étienne de Strasbourg. Si la thèse d’un transport de ce monument à Haguenau a été acceptée par tous, il convient maintenant, au regard des textes, de constater que les deux saints sépulcres constituent deux monuments distincts, mais proches typologiquement. Tous deux s’inscrivaient donc dans la filiation directe du saint sépulcre de la cathédrale. Œuvre fortement novatrice, il n’est pas étonnant que ce dernier ait représenté un modèle pour plusieurs autres monuments, parmi lesquels il faut compter aussi celui de Bâle, comme on le verra. Il est donc possible maintenant de mesurer l’impact, d’ailleurs immédiat, de la formulation nouvelle et originale proposée par le saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine.

75Malheureusement, contrairement à la chapelle Sainte-Catherine, on ne peut guère se prononcer sur le contexte architectural et liturgique, dans lequel ces monuments prenaient place. À propos du saint sépulcre de Saint-Étienne, on aimerait insister sur son emplacement, comme à la cathédrale, dans le bas-côté sud, à proximité du sanctuaire. Lors de la destruction partielle en 1702, seules quelques figures ont été conservées. En l’état des connaissances, il est difficile de dire si l’utilisation paraliturgique avait cessé avant la démolition du monument. Curieusement, l’actuel collège Saint-Étienne, situé autour de l’église, possède une statue en bois du Christ mort du xvie siècle, dont la poitrine présente un reposoir eucharistique.

Notes

1 Voir Cat. no 4, p. 318-319, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

2 Ces dorures doivent dater de la restauration du siècle dernier.

3 Ohresser, 1966, p. 7. et ill.

4 On décèle trois parties bouchées, cernées de plâtre, aujourd’hui très noires : au centre du buste, une partie ronde, à gauche de celle-ci un losange, enfin sur la gauche en haut du losange un rectangle.

5 Aujourd’hui, toutes les autres parois sont percées de baies : à l’ouest, une porte donne sur l’extérieur ; au nord, une seconde donne accès au bas-côté sud ; enfin, à l’est, une arcade s’ouvre sur la chapelle contenant les fonts baptismaux.

6 Par exemple, le départ de la voûte à croisée d’ogive de la chapelle se situe à la même hauteur que le départ des pinacles du saint sépulcre ; les fleurons latéraux ont juste la place nécessaire pour leur élévation. De plus, le sépulcre occupe presque toute la largeur du mur et seuls quelques 40 cm séparent le monument des parois perpendiculaires, à tel point que les côtés du saint sépulcre sont inaccessibles.

7 Haguenau, Amun GG 115/789, Liber baptismalis Ecclesiae Parochialis ad Sanctum Nicolaum Haguenove, 5 juin 1786 ; « Nova capella Sancti Spiritus in latere dextro ecclesiae parochialispropeportam majorem novam solemniter benedicebantur mane medio horae nonae, feria secunda pentecostes, id est, quinta die junii anni millesimi septengentesimi octogesimi sexti. » La chapelle a dû être construite peu avant 1786, car le plan de 1775, dressé par Ginter, ne la représente pas, voir Rleger, 1989, ill. 8.

8 L’hôpital et l’oratoire Saint-Nicolas, fondés par l’empereur Fréderic Barberousse et confiés en 1189 par celui-ci à l’ordre des Prémontrés, sont élevés au rang de paroissiale en 1208. Vendus par les Prémontrés en 1535, l’église et le couvent furent rachetés par l’ordre en 1643, qui y resta jusqu’à la Révolution française. Pour l’histoire de cette église voir Kraus, 1876, 1882, p. 84-86 ; Barth, 1980, col. 499-503 ; Muller, 1981 ; Études haguenoviennes, 1989 (part. Burg, 1989 ; Rieger, 1989 ; Muller, 1989 ; Muller, 1989, Saint-Nicolas ; Ohlmann, 1989).

9 Haguenau, Amun Ma 170/2, Plan de l’église et du couvent de Saint-Nicolas de Haguenau, 1842. Morin fut un architecte important à l’époque néo-gothique ; on lui doit plusieurs constructions et campagnes de restaurations, voir à ce propos Rieger, 1991.

10 Haguenau, Amun D 15, Registre de délibération du Conseil municipal, no 69 Réparation et embellissement à faire à l’église Saint-Nicolas, fol. 51 : réparation du tombeau du Christ (1841-1842). Il s’agit sans aucun doute du saint sépulcre, car dans d’autres registres il est appelé « tombeau du Christ », « sépulcre » ou « sépulcre du Christ ».

11 À propos de l’église Saint-Nicolas et des sources qui la concernent, voir aussi AdBR, Gerber Pierre, Archives municipales de Haguenau. Répertoire, 1994, p. 320-341, 537.

12 Haguenau, Amun D 16, Registre de délibération du Conseil municipal, 1846, mention de la réparation du sépulcre : fol. 77, 86, 99. ; Ma 192/2, Biens communaux. Travaux, Restauration de l’Église Saint-Nicolas 1846-1847, fol. 1, 2, 3, 6, 7, 25, 32 ; Ma 197, Biens communaux, fol. 26 « restaurer et nettoyer le Sépulcre du Christ », 15 juin 1848.

13 À l’aide du plan de Morin, on repère facilement les principales interventions du xixe siècle. À en croire le plan publié par Kraus (Kraus, 1876, 1882, ill. 55), à cette époque ou peu après, la chapelle attenante a été démolie et une baie a été percée dans le mur oriental de la chapelle du Saint-Esprit. Ce n’est qu’en 1932 que fut construit la chapelle actuelle des fonds baptismaux, à l’est de notre chapelle, voir Rieger, 1989, p. 100.

14 Haguenau, Amun, Ma 197, Biens communaux, fol. 26, « Travaux exécutés pour la reconstruction du dallage de la nef et des bas-côtés de l’église Saint-Nicolas », 15 juin 1848. Certes, les comptes ne parlent que de la réfection du dallage de la nef et des bas-côtés. Mais la nature du dallage, fait de pierres rouges et blanches, et la qualité des matériaux utilisés qui sont visibles dans la nef et les bas-côtés, sont identiques dans la chapelle.

15 Voir Cat. no 14, p. 338, et la bibliographie mentionnée dans la notice.

16 AdBR, H 2624/9 (pap. 1542), voir annexe 2, p. 353.

17 Joseph Walter a retranscrit entièrement la description de l’église Saint-Étienne faite par Spiess (Histoire manuscrite du Monastère St-Étienne, tirée des Archives et Documents de ladite abbaye depuis sa fondation jusqu’en 1757, ainsi que le manuscrit conservé à la Bibliothèque du Grand Séminaire, Strasbourg, Ms. 89, Beschreibung des Uralt Fiirstl. Stiffs zu St. Stephan in Strassb.), Walter, 1927, p. 6-14, part. p. 8 (fol. 193).

18 Le texte cité ci-dessus mentionne aussi qu’à proximité du saint sépulcre se trouvait le tombeau du chanoine Henri de Benfeld, mort en 1417 : « Heraussen vor dem sogenannten Heil. Grab ist ein Grabmahl samt einem Grabstein daraudffein Priester in seiner Kleidunggehauen in der linken Hand einen Kelch haltend, mit zwei Fingern der echten Hand den Segen zu sprechen, seind allenthalben die Lineamenten auch die Grabschrift rings herum mit Blei eingegossen und mit diesen Worten Anno 1417 obiit Henricus Oertelin de Benfeldfidelis Canonicus Sti. Stephani, orate pro eo. » (Walter, 1927, p. 9-10, part. fol. 197-188.)

19 Strasbourg, Cabinet des Estampes. Dessin à la plume de Jean-Jacques Arhardt (1613-1674). Signé et daté de 1670 : « Observirt den 9. t Aug. A. 1670. Ein theil der Kirchen St. Stephan, darin das Heylig grab, das Brünlein St. Atalae und die thür Zu der Krüft undAtalae Sarck befindlich. Arh. fec. An. 1670. » Vue est de l’église, précisément du croisillon sud du transept, prise du bas-côté sud.

20 Le transept sud, en 1701 déjà, n’a plus la même apparence qu’auparavant. D’après le plan de G. Lienhard, l’abside notamment a été supprimée, voir Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg (dorénavant abrégée BNUS), Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 46-47.

21 AdBR, H 2809, Comptes de l’abbaye de Saint-Étienne. « Compte depuis la Saint-JeanBaptiste 1701 jusqu’audit jour 1702 », fol. 77.

22 Voir le dossier qu’il a constitué, BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, part. fol. 47-49.

23 Voir Ohresser, 1966, p. 5-6 ; Beyer, 1989, p. 135-138 (texte tiré de la thèse publiée en 1955 par l’auteur sur « La sculpture strasbourgeoise au xive siècle » avec quelques ajouts et compléments bibliographiques).

24 Strasbourg, Archives des Monuments Historiques d’Alsace, dossier no 555 (copie). « Baubericht undAnschlag für das Kloster St. Stephan zu Strassburg (1701-1707), 11 juin 1702 ». Devis présenté par l’entrepreneur sieur Beauregard le 11 juin 1702, augmenté et contresigné le 19 juin 1702 par la supérieure et l’ingénieur du roi. On doit la connaissance de ce devis à Czarnowsky.

25 « Pour la construction de deux portes au bout du croisson, et pour une croisée à faire audit avant cœur de quatre pieds huit pouces de large et de douze pieds de hautteur de pierre de taille par le dehors et pour rabaisser de trois pieds la croissée qui donne dans le cloître en fournissant la pierre de taille et démolition des dites portes et croissées à condition que l’entrepreneur ne [sera] pas obligé à fournir aucune vitres chassys ny portes ny grilles de fer ensemble pour le prix et somme de cinq cent livres y compris la démolition et transport du sépulcre qui est dans le cœur. » Extrait des archives, 11 juin 1703 : « Estimation et marché de l’avant coeur et autres ouvrages à faire dans l’église de l’abbaye de Saint-Etienne », dans : Papiers Czarnowsky, fol. 49 (BNUS, Ms. 5829).

26 À la fin du xviie siècle et au début du xviiie, le mot « démolition » ne laisse aucune équivoque : « Démolition : action de démolir ; Démolir : détruire, abattre, ruiner. Il ne se dit que des bastiments. Démolir un édifice, un temple. », dans : Le Dictionnaire de l’Académie Françoise, Jean-Baptiste Coignard, imprimeur ordinaire du roi, Paris 1694. Cette définition sera reprise quelques années plus tard dans le Nouveau dictionnaire de l’Académie Françoise, Jean-Baptiste Coignard, imprimeur et libraire ordinaire du roi, Paris 1718. Aussi rien n’autorise à interpréter ce terme comme un démontage.

27 Voir BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 47 : « 1702 wird die Errichtung eines sog. Belvedere in einem der Garten erwähnt, in welchem eine Christus-Statue in Lebensgrosse, nebst den aus dem Mittelalter herrürenden drei Marien, die früher im südlichen Arme des Querschiffes der Kirche standen (ohne das heilige Grab zu nennen). »

28 Voir Kraus, 1876, 1882, p. 76 ; Hotz, 1970, p. 65.

29 Il est ainsi manifeste que, à Haguenau, l’orientation des trilobes n’a pu être changée lors de la mise en place à l’endroit actuel.

30 Cette position ne se retrouve pas à Haguenau et va à l’encontre des observations de Czarnowsky selon lesquelles seul le soldat du centre serait différent, voir BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, fol. 44.

31 Voir Bauch, 1976, ill. 39.

32 Voir Bauch, 1976, ill. 160, 161.

33 Voir Bauch, 1976, ill. 78-79.

34 Une telle sculpture n’aurait pu prendre place qu’à gauche sur la plate-forme entre le Christ et l’arcade, mais la place libre est extrêmement réduite (28 cm). On note à ce propos, que l’ange sculpté conservé actuellement dans le Musée historique de Haguenau n’a pas fait partie à l’origine de ce saint sépulcre puisqu’il est bien postérieur.

35 Hauteur : 78 cm, largeur : 89 cm, largeur de la sculpture sans le cadre intérieur : 72 cm. À Haguenau, toutes les dalles ont les mêmes dimensions de sorte qu’elles sont interchangeables. Par ailleurs, les arcades ont toutes la même largeur.

36 On conçoit aisément que le sarcophage et la superstructure reposent sur des fondations peu profondes, comme on l’a observé à la chapelle Sainte-Catherine.

37 Hauteur : 78 cm, largeur : 20 cm pour les deux montants en façade.

38 Hauteur : 26, 5 cm.

39 D’autres différences, de moindre importance, s’observent encore, notamment dans la construction des trois voûtes : dans le tombeau, chaque voûte est constituée de quatre blocs décorés de nervure formant la croisée d’ogive, tandis que dans le saint sépulcre, la croisée d’ogive est formée de pièces oblongues moulurées et la voûte doit être construite en maçonnerie. C’est d’ailleurs d’après ce dernier procédé que furent construites les voûtes du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine.

40 Otto Schmitt fut un des premiers à parler, à propos du sépulcre de Haguenau, d’une réplique du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine, voir Schmitt, 1922, p. 141.

41 Voir Adhemar, 1974, ill. 327 et 436.

42 Le trilobe, placé au sommet du remplage, repose sur deux quadrilobes ouverts sur un quart de leur circonférence dans leur partie inférieure, qui s’appuient eux-mêmes sur des demis et des quarts de quadrilobes, tous enserrés dans des cercles moulurés plus ou moins fermés.

43 Selon toute vraisemblance, grâce aussi à la mise en place d’une statue de sainte de dimensions plus grandes que les autres.

44 Le décor est d’ailleurs plus simple que celui du saint sépulcre de la chapelle Sainte-Catherine. Les gables ne présentent aucune variation, si ce n’est dans les feuillages des crochets. De plus, les roses des clés de voûte et la frise de la plate-forme ne sont pas travaillés finement.

45 BNUS, Ms. 5829, Papiers Czarnowsky, Otto Schmitt, « Ein heiliges Grab in Haguenau », fol. 58-61, part. p. 63.

46 Les résultats de l’étude que Bernhard Engel a fait dans les années 1920 sur l’agencement des panneaux ne peuvent être retenus car, à l’époque, des boiseries cachaient la partie droite du saint sépulcre et Engel ne put prendre connaissance de tous les panneaux, voir Engel, 1921-1922.

47 Certains auteurs ont voulu établir des différences entre les sculptures, sans convaincre toutefois, voir en particulier Schwarzweber, 1940, p. 19.

48 Images du Patrimoine, Canton de Haguenau, 1989, p. 33. Voir par ailleurs Haguenau, 1988, part. p. 136.

49 Voir plus loin, la deuxième partie.

50 Beyer, 1989, p. 144-149.

51 Voir Buttin, 1925 ; Schmitt, 1937 ; Martin, 1967, p. 53-72, part. p. 68-69.

52 Voir Engel, 1921-22, p. 52 ; Martin, 1941, p. 144 ; Martin, 1967, p. 68-69 ; Post, 1937-1939, p. 206.

53 Voir Aballéa, 2001.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search