Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Troisième partie. Du pouvoir au service

Élites et fabricants d’élites : professeurs et régents des collèges et lycées en Alsace (1803-1870)

François Igersheim

Texte intégral

1En Prusse comme en France, on s’en allait répétant : « Qui possède l’École possède le pays. » Pourtant lorsque l’Empire allemand annexe l’Alsace, l’école primaire conserve pour l’essentiel ses structures et le personnel en place, alors que le système du second degré et ses personnels sont remplacés dès la rentrée 1871. Et ce n’est pas seulement parce que tous les enseignants ou presque avaient refusé de reconnaître l’autorité allemande en se soumettant à son inspection. Non, il y eut là un choix qui allait de soi : l’enseignement secondaire devait être totalement germanisé et ce dès le début.

2Il y a là comme une double reconnaissance : celle de la fonction de formation de l’élite de l’enseignement secondaire, et celle de la fonction « d’élite » de ces enseignants. Nous nous proposons d’apporter notre contribution à cette étude d’une élite régionale, des « formateurs d’élites » en l’étudiant à trois étapes différentes, et dans trois types d’établissements. Attachons-y d’entrée de jeu un nom évocateur.

3Altkirch ! Bien sûr, pour la France entière, Altkirch c’est Lucien Herr, fils de Jean Herr, un maître de cours spécial du collège de cette ancienne sous-préfecture oubliée du Sundgau, qui y resta attaché de toutes ses fibres tout au long de sa vie. Mais pour l’Alsace, Altkirch c’est sans doute d’abord le collège où Joseph Liblin fit des études interrompues avant le baccalauréat pour aller à Colmar mener une carrière d’employé d’administration publique puis privée et enfin de publiciste : celle où il fonda la Revue d’Alsace.

4Colmar ! Mieux connue sans doute, ville de la loi et de la terre et des passions qui s’y attachent, ville mi-partie : gymnase et collège de jésuites, puis lycée et collège Saint-André. On y attachera le nom de Nefftzer, ce fondateur du Temps, un journal et un esprit qui ont contribué à faire la France républicaine. Mais en y regardant de plus près, on y verra apparaître les régents du collège qui surent mettre en place les institutions d’une sociabilité savante et animer « la seconde renaissance colmarienne ». Celle qui sauva la vieille ville et y rassembla en un écrin d’urbanités (musée et bibliothèque) les joyaux de la couronne qui la légitimait définitivement face à sa rivale du sud, Mulhouse. À ce moment-là, en 1839, le corps enseignant de l’académie prend des traits qui vont s’accentuer par la suite.

  • 1 Bismarck, discours au Reichstag sur la réunion de l’Alsace-Lorraine à l’empire allemand, 02-05-1871

5Strasbourg enfin, en 1870 ! Les élites de Strasbourg ? Celles qui vivent « sans cesse sous la tente et n’attendent qu’un mot pour repartir ailleurs, et d’abord à Paris » pour reprendre le mot d’un médecin et publiciste strasbourgeois revendiquant la décentralisation en 1836 ? Ou celles que l’on arrache à leurs villages, que l’on propulse dans les concours du gouvernement, c’est-à-dire dans les écoles de la capitale, d’où elles iront former les cadres du royaume, de l’Empire, de la République, une partie des centaines de généraux, d’ingénieurs des Ponts et chaussées, de professeurs alsaciens, qui devaient leur réussite dans leurs positions éminentes en France, disait Bismarck, à leur caractère allemand1. Et parmi eux, les juifs d’Alsace, issus de cette communauté cultuelle qui y est plus nombreuse que partout ailleurs en France, très présents dans la population des élèves des lycées et collèges, attachés à la France, celle de l’Empire et celle de la République. Nous terminerons donc sur l’évocation du lycée de Strasbourg et sur celle de l’enseignement secondaire alsacien dans son ensemble à la veille de l’annexion de 1870.

Les racines de l’Alsace : Altkirch

  • 2 Goutzwiller (C.), Souvenirs d’Alsace : portraits, paysages, Imprimerie Nouvelle, Belfort, 1898, p.  (...)

6En 1842, une double catastrophe frappe la ville. La première, la plus grave : les lézardes constatées dans la vieille église conduisent à l’interdiction d’y célébrer désormais le culte. La paroisse se replie jusqu’en 1850 dans l’ancienne Halle-aux-Blés, située face à la sous-préfecture. Il faut construire une nouvelle église, ce dont se chargera l’architecte et ingénieur Émile Muller : cela n’aurait pas été aussi ruineux pour la commune, si elle était restée et sous-préfecture et siège du tribunal. Voilà pour le drame public. Mais un autre scandale secoue le chef-lieu de sous-préfecture. À la rentrée de 1842, l’abbé Hennigé, professeur au collège depuis 1816, est révoqué par le recteur. Et il ne convient pas, assure ce dernier, d’en donner les motifs. Ils devaient être connus des fort nombreux pétitionnaires qui protestent contre la révocation de « leur ancien professeur ». Goutzwiller nous a décrit un abbé Hennigé particulièrement émoustillé dans la description des amours divines dans la poésie antique ; mais le bon abbé entre fort bien dans la galerie de ses honorables maîtres, dont il est d’ailleurs depuis 1836 devenu le collègue, en tant que professeur de dessin. Il faut croire que les notables altkirchois, qui devaient bien avoir leur idée sur la question, étaient plus larges d’esprit que le recteur. Mais le plus remarquable dans toute cette affaire : la pétition nous met en présence d’une cohorte de jeunes gens, élevés ensemble, dans le collège de la ville, qui sont restés dans la ville, et semblent devoir y passer leur vie entière. Une société immobile ? Les voici, ces anciens élèves : les deux Laurent, l’un avocat, l’autre pharmacien, les deux Pflieger, petit-fils de conventionnels, fils de député et l’un d’entre eux sera représentant du peuple en 1848. Charles Cassai, futur maire et représentant du peuple, dont le 2 Décembre fera un Anglais, a signé aussi, tout comme son frère Armand encore étudiant en droit, avec leur père l’avoué. Kauffmann père a signé, ainsi que ses fils, l’un élève à Polytechnique, l’autre étudiant en droit (à Dijon). Bien entendu on retrouve l’industriel Xavier Gilardoni, inventeur de la tuile mécanique, et Gœtschy l’imprimeur, ainsi qu’un Zurlinden, négociant, le cousin du juge de paix colmarien2.

Les missions d’un collège de sous-préfecture

7Ainsi, l’enseignement dispensé par le collège de ce chef-lieu de sous-préfecture aurait d’abord pour objet de former aux professions et fonctions de ce chef-lieu, y compris pour les marchands de vins, épiciers et négociants ? Le premier sous-préfet d’Altkirch, qui commente la demande du conseil municipal d’Altkirch du 4 germinal an XI, va plus loin. Pour lui, l’établissement du collège relève d’une mission d’alphabétisation. On notera que le sous-préfet Sommervogel la souhaite également en langue allemande. Par contre, pour des raisons d’administration pratique évidente, il est nécessaire qu’un nombre croissant de cadres dans les villages maîtrisent la langue politique, administrative, judiciaire, d’affaires, de l’État. Mais il n’oublie pas l’importance que doivent prendre les régents du collège lui-même :

8« Considérant que cette mesure accélérera l’établissement de l’école et procurera des moyens pour mieux rétribuer les professeurs, qui dès lors pourront être choisis parmi les citoyens les plus méritants et les plus instruits.

9« Considérant que cette école sera également avantageuse aux communes rurales de cet arrondissement, où l’instruction publique a été singulièrement négligée avant même la Révolution, et où il n’est pas rare de voir des communes dans lesquelles on trouve à peine deux ou trois citoyens sachant lire et écrire en allemand, et où la connaissance de la langue, et de l’écriture française, est absolument ignorée. Généralement parlant, l’on peut dire que les mœurs y sont seulement à demi civilisées.

10« Considérant que dans cet état de choses, il est du plus grand intérêt pour les habitants de cette contrée de saisir tous les moyens pour faire sortir la jeunesse de cet état d’ignorance, et d’apathie en offrant aux parents toutes les facilités de faire donner à leurs enfants les instructions nécessaires à tout individu dans le cas de gérer ses propres affaires et de se rendre utile à la société par l’occupation d’un emploi quelconque.

  • 3 Archives nationales F 17 8213, collège d’Altkirch.

11« Considérant que depuis l’an IX, il a été ordonné sur l’avis et les remontrances du sous-préfet lors de la nomination de nouveaux instituteurs dans les communes rurales, qu’ils enseignent la langue et l’écriture française, et que l’on espère que dans quelques années, les instituteurs de ces communes pourront envoyer plusieurs élèves à l’école secondaire, et qu’enfin la nécessité de s’instruire se fera insensiblement et avantageusement sentir dans les campagnes. »3

  • 4 Idem.

12Quant aux classes, plus encore que le recrutement, ce sont les finances qui prévoient de les structurer autour de trois régents, première et seconde ensemble, troisième et quatrième ensemble, cinquième un seul professeur4.

Les régents : des citoyens les plus instruits et les plus méritants

13Le traitement des enseignants est à la charge des municipalités, et la municipalité d’Altkirch a demandé une souscription « aux communes rurales » que le sous-préfet, tout en exprimant ses réserves, a proposé d’approuver, « car cela procurera des moyens pour mieux rétribuer les professeurs, qui dès lors pourront être choisis parmi les citoyens les plus méritants et les plus instruits ».

  • 5 Archives départementales du Haut-Rhin 1 Z 1345, collège d’Altkirch. Kammerer (L.), Le Clergé cathol (...)
  • 6 Il sera curé de Mulhouse à partir de 1824.
  • 7 Archives départementales du Haut-Rhin 1 Z 1345, collège d’Altkirch. Kammerer (L.), op. cit.
  • 8 Hofmann II, p. 93, a évoqué les soucis financiers des prêtres séculiers qui prennent des fonctions (...)

14Les plus instruits et les plus méritants ? Prenons l’organisation du collège après la parution du règlement sur l’enseignement dans les collèges de 1809 : nous y relevons que trois abbés, tous trois bacheliers ès lettres (et ès théologie) occupent des fonctions d’enseignant. Ils assurent souvent le service de paroisses voisines, ou poursuivent leur carrière dans un service paroissial. Citons deux principaux successifs du collège : l’abbé Boniface Dantzer5, né en 1759, à Burnhaupt-le-Bas, est un ancien professeur au collège royal de Colmar, où il a enseigné pendant 8 ans avant sa fermeture, du fait de la Révolution. Il est à Altkirch depuis 18046, l’abbé Joseph Fleury, né à Lucelle (ou Oberlarg) en 1758, est un ancien moine prémontré de Bellelay, où il a enseigné pendant 15 ans7. Le premier laïc à prendre des fonctions est Bour, né en 1786 à Sarreguemines, dont la carrière va parcourir les étapes d’un cursus du xixe siècle, bachelier à Nancy, maître des études au lycée de Nancy de 1807 à 1808, puis de Napoléonville, régent au collège de Belfort en 1810, au collège d’Altkirch en 1812, puis au collège de Wissembourg, jusqu’en 1816, année où il est nommé au collège royal de Strasbourg, qu’il ne quittera qu’en 1835. En 1813, l’instituteur des classes élémentaires, Britschgi, démissionne, parce qu’il n’est pas assez payé : et c’est un jeune vicaire d’Altkirch, Russ, qui prend les fonctions de maître élémentaire. Lui aussi est du pays, il est né à Hochstatt en 17838. Ainsi, au collège d’Altkirch, on retrouve le profil du corps enseignant du second degré de l’académie de Strasbourg, composé pour une grande part des enseignants ecclésiastiques des anciens collèges d’avant la révolution, et des enseignants plus jeunes, issus des écoles centrales et lycées d’après la Révolution.

Le corps enseignant de l’académie de Strasbourg en 1813

  • 9 L’Huillier (F.), Recherches sur l’Alsace napoléonienne, Istra, Strasbourg, 1947.

15Le petit corps enseignant de ce collège de sous-préfecture ressemble à celui de l’académie. Fernand L’Huillier en a fait un tableau d’ensemble9 :

Origine

Nombre d’enseignants

Pourcentage

Deux départements d’Alsace

37

53

Départements du Grand Est

16

23

Autres départements français

12

17

Reste de l’Empire, ou alliés (Bade, Bavière, etc.)

5

7

Total

70

100

16Sur les 70 enseignants de l’enseignement secondaire de l’académie en 1813, répartis en 10 collèges – nous n’y comptons pas Porrentruy, pour permettre la comparaison avec les années ultérieures – et un lycée, on retrouve 24 ecclésiastiques, dont 6 occupent les postes de principaux de 6 collèges : Altkirch, Colmar, Sarre-Union, Saverne, Sélestat, Thann, les collèges de Belfort, Bouxwiller, Haguenau et Wissembourg étant gérés par des laïcs. Leur origine géographique reflète la période de reconstruction.

17Leur âge est assez élevé : la médiane s’établit à 47 ans, et la moyenne à 43 ans. Par groupe d’âge, nous obtenons la répartition suivante :

Classe d’âge

Nombre d’enseignants

Dont ecclésiastiques

Plus de 60 ans

8

7

De 50 à 59 ans

18

10 (plus 1 pasteur)

De 40 à 49 ans

22

4 (plus 2 pasteurs)

De 30 à 39 ans

4

De 20 à 29 ans

14

Moins de 20 ans

4

1

18On voit bien que les ecclésiastiques, quelquefois anciens régents de collège d’avant la Révolution, se concentrent dans les tranches d’âge les plus élevées. Remarquable par contre, l’absence de régents dans la génération de la Révolution, due sans doute plus à la concurrence qu’exercent les grands besoins des armées en officiers qu’à la désorganisation de l’instruction secondaire.

Le collège d’Altkirch : éclat de l’Empire et ruines de l’invasion

  • 10 Croqués par Goutzwiller à la foire d’Altkirch.

19Le collège d’Altkirch semble alors trouver son rythme de croisière : en 1808, il compte deux classes fort bien fournies, dites « d’école latine », avec 32 élèves en première année, et 11 élèves en seconde année ; une sixième, avec 7 élèves, une quatrième et une cinquième réunies avec 9 élèves, et une troisième avec 6 élèves. Du point de vue de leur origine géographique, clairement, le collège est d’abord une institution de proximité. Le chef-lieu fournit la moitié des effectifs, et utilise l’école latine comme une école primaire supérieure, ce qu’elle était probablement. La proximité d’une institution de formation secondaire est une caractéristique, et probablement une caractéristique fondamentale de la notabilité de petite ville, car elle permet à celle-ci de s’y maintenir. Elle le permet aussi pour les enfants des notables de village. Voire ? Car sur les 28 communes du canton, 9 seulement fournissent des élèves au collège : nos « riches maires » de village10 se contenteraient donc de l’école primaire. À première vue, le recrutement refléterait lui aussi les distances. Un nombre non négligeable d’élèves – les deux tiers d’entre eux – peuvent se rendre à pied aller et retour au collège tous les jours.

20Quant aux autres, ils prennent pension dans une famille de la ville, ou chez un enseignant, car le collège n’est pas encore doté de cet équipement indispensable des établissements d’enseignement secondaire du xixe siècle : un pensionnat. Deux points retiendront encore notre attention : on relève dans les villages comme à la ville, des fratries dont les membres occupent les différents niveaux de la classe. Nous reviendrons sur l’importance du recrutement ecclésiastique à partir d’un annuaire annoté de 1828 : nul doute cependant que l’influence du curé du village, autant sinon plus que celle de l’instituteur (qui ne sort pas d’une école secondaire), doit s’exercer dans le recrutement des garçons des villages.

21Les performances du collège prennent désormais place dans la vie de la ville et les épreuves publiques de l’établissement qui se tiennent dans la salle principale de l’Hôtel de ville ont lieu devant le sous-préfet et les autorités ainsi que les parents des élèves.

  • 11 Hoffmann (C.), L’Alsace au xviiie siècle, au point de vue historique, judiciaire, administratif, éc (...)

22Hoffmann11 nous rappelle que dans les établissements jésuites d’Alsace, cinquante ans plus tôt, on parlait allemand dans les basses classes (Ensisheim) et latin dans les classes supérieures (Colmar). On continue visiblement à parler allemand au collège d’Altkirch. Pas seulement dans les classes « latines » dont les élèves ne doivent guère savoir le français. L’examen terminal de 1806 comprend une partie allemande, qui est en fait une traduction des questions françaises. L’élève peut donc être interrogé soit en allemand, soit en français. On peut même penser que l’élève qui ne saurait pas assez le français était interrogé en allemand. L’examen terminal de 1808 comprend en cinquième, une partie intitulée : « Ueber die französische Sprachlehre », qui n’est pas une traduction de l’examen de français et démontre clairement qu’une partie de l’enseignement du français est fait aux élèves en allemand, ce qui doit être le cas dans les nombreux départements de langue allemande annexés par l’empire français, et qui restera le cas fort longtemps, dans l’enseignement primaire, et dans les « classes latines » des collèges. Nous relevons enfin deux élèves juifs dans ce nombre, que nous retrouvons dans les recensements ultérieurs : Salomon Brunschwig, qui sera plus tard professeur de musique, et Hauser, rentier en 1846. Ils sont sans aucun doute dispensés de la messe quotidienne qui est la ration de ce collège d’ecclésiastiques.

Fermeture pour « occupation alliée et crise de subsistance » : de 1814 à 1817

  • 12 Goutzwiller (C.), op. cit., p. 31.
  • 13 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 56, personnel du collège d’Altkirch, procès verbal du (...)
  • 14 « Fait curieux, Lcetscher, Hennigé et Haartmann avaient dans leur tenue extérieure quelque chose qu (...)

23En 1814, le collège est fermé : depuis l’invasion en décembre 1813, et l’occupation d’Altkirch, le collège n’a plus d’élèves et la municipalité n’a plus les moyens de payer les régents. Il rouvre ses portes pour la rentrée de 1817, et en 1818, il retrouve un corps enseignant stable : trois ecclésiastiques, les deux frères Fleury, l’abbé Hennigé, ancien élève du collège sous l’Empire, et un diacre qui s’occupe des classes élémentaires. En 1819, s’accomplit un pas décisif : la municipalité a racheté à un particulier pour y loger le collège, le bâtiment de l’ancienne Officialité de l’évêché de Bâle : « Situé à l’ouest de la ville et dominant le faubourg de Belfort, il était exposé aux furieux assauts du vent d’ouest. »12 Pourtant, on reconnaissait depuis longtemps que le bon abbé Fleury n’était guère fait pour ses fonctions13 et à 65 ans il quitte le collège et devient aumônier de l’hôpital. Il est alors remplacé par celui qui va diriger le collège pendant près de 40 ans : l’abbé Lœtscher. Né à Wuenheim (canton de Soultz, Haut-Rhin) en 1800, François Antoine Lœtscher est bachelier ès lettres à Strasbourg en 1821, poursuit ses études à Saint-Sulpice, a été professeur à La Chapelle-sous-Rougemont, puis secrétaire de Mgr Le Pappe de Trevern, avant d’être nommé principal à Altkirch, le 1er janvier 182814.

Les produits du collège d’Altkirch : le polytechnicien Kauffmann, le fonctionnaire Goutzwille et le journaliste Liblin

  • 15 L’abbé Lcetscher est décédé le 1er juin 1868.
  • 16 Alors que la profession de pasteur comme stade d’ascension sociale familiale, particulièrement pour (...)

24Lorsque Lœtscher est nommé principal du collège, ce dernier compte 44 élèves de collège et 29 élèves des classes primaires. Il préside le 1er septembre 1828 à sa première distribution des prix. Nous avons retrouvé à la bibliothèque d’Altkirch le programme de cette distribution des prix : une main, celle de l’abbé Lœtscher15, a marqué face à chaque nom ce qu’était devenu l’élève en question. Le nombre d’inconnus est élevé pour les élèves des classes élémentaires, mais il est vrai qu’ils sont originaires des villages du voisinage et l’auteur de notre « bilan » n’a présent à l’esprit que le devenir professionnel des Altkirchois (et des curés). Somme toute, les professions embrassées par les collégiens se partagent également entre professions « intellectuelles » (2 professeurs, 1 instituteur, 2 militaires, 1 avoué, 1 médecin, 1 huissier et il faut y ajouter les curés16), et professions « économiques » (agent d’affaires, employé, négociant, huilier, boulanger, marchand de fer), et probablement devrait-on classer le négociant, l’agent d’affaire et l’employé dans la première catégorie. On devrait retrouver les mêmes proportions parmi les « inconnus ». Notons que l’origine des « curés » se répartit à égalité entre la campagne (Spechbach-le-bas, et Helfrantzkirch) et la ville (Hirsingue, chef-lieu de canton, et Altkirch).

1864 : le devenir des élèves de l’année scolaire 1827-1828 au collège d’Altkirch

 

Collège

Élémentaire

Total

Nombre d’élèves en 1827-1828

44

29

73

Dont originaires d’Altkirch

21

6

27

Artisans, marchands, employés

10

7

17

Professions intellectuelles

8

2

10

Curés

3

1

4

Décès

15

4

19

Inconnu

8

15

23

25Le décompte des classes élémentaires est moins probant, du fait du nombre important d’inconnus. Par contre, pour réduits qu’ils soient, les chiffres du tableau des domiciliés témoignent de l’effacement d’Altkirch après le transfert de la sous-préfecture et du tribunal. En 1842, parmi les signataires de la pétition des notables contre la révocation d’Hennigé, nous retrouvons encore 20 anciens élèves de 1827-1828, engagés professionnellement à Altkirch : parmi eux, les trois qui vont s’installer à Mulhouse, dont forcément l’avoué. Six d’entre eux figurent parmi les décédés de 1864, ce qui donne une indication sur la répartition professionnelle de ces derniers. Avec pour débouchés possibles, à la fois les emplois du tribunal et de la sous-préfecture, mais aussi l’enseignement et le clergé, le collège n’était donc pas dépourvu d’atouts. Cette année-là, en 1828, on retrouve en cinquième Liblin Joseph, de Grosne (qui remporte le 1er accessit de thème latin, et le 2e accessit de version latine), mais aussi, un prix d’arithmétique, et un prix de dessin. En septième on retrouve Charles Cassai, en huitième Charles Goutzwiller, Joseph Kauffmann, Charles Pflieger, ainsi que Paul Amberger (futur principal du collège de Thann).

  • 17 Archives nationales F 17 8213, collège d’Altkirch.

26C’est dire aussi qu’une impulsion vigoureuse pouvait être donnée par un principal décidé : très autoritaire et faisant pièce au sous-préfet, relève l’inspecteur général en 1833-183417. Car Lœtscher va incontestablement réussir dans son œuvre. D’abord il réforme les classes élémentaires, en en faisant « une école française et allemande ».

  • 18 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 56, personnel du collège d’Altkirch, rapport Lœtscher (...)

27« Les élèves de cette classe, écrit-il, sont des enfants des villages voisins de la ville, qui ne désirent apprendre que le français, l’allemand, le calcul. Cette école est très utile pour ne pas dire nécessaire chez nous. Elle contribue puissamment à répandre l’usage du français qu’on ignore généralement dans nos villages. »18

28Pourtant, Lœtscher ne néglige pas pour autant le collège proprement dit, où il est régent de première (quand il y en a une) et de seconde, ou de troisième. En 1839, le nombre d’élèves du collège proprement dit sera de 105, à quoi s’ajouteront les 50 élèves de l’école française (plus tard « cours spéciaux »). L’inspection générale note Lœtscher comme « le meilleur principal de l’académie » même si le goût allemand domine chez ce régent.

  • 19 Archives nationales F 17 8213, collège d’Altkirch.

29Par ailleurs, Lœtscher, principal du « collège d’une des régions les plus pauvres de l’Alsace »19 affronte « les mêmes difficultés que dans toute a province : la différence forte entre les classes d’humanité, où les élèves sont parvenus à savoir le français, et les classes de grammaire, où la langue nationale offre encore de grandes difficultés ».

  • 20 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 55, collège d’Altkirch, études, élèves, Lœtscher au r (...)

30Lœtscher a tranché pour une méthode propre, qui laisse à penser que la langue d’enseignement est le latin en classes latines, comme dans les collèges d’ancien régime (ou l’allemand, pour une bonne part, comme on le voit dans d’autres collèges)20, ce qu’approuve l’inspection générale : « On a cependant pris le parti de la supposer [la langue nationale] établie, et l’on voit les textes anciens, au lieu de perdre son temps, comme à Mulhouse, à traduire le français en allemand et l’allemand en français. »

  • 21 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 55, collège d’Altkirch, études, élèves d’Altkirch, Lœ (...)

31Altkirch avait donc encore quelques avantages sur sa puissante voisine du nord. Pourtant, tous les régents savent l’allemand, et tous l’enseignent : il n’y aura pas de professeur d’allemand avant longtemps dans les petits collèges de la province21.

32Chaque rapport d’inspection générale insiste désormais sur l’apprentissage de la « langue nationale ». Plus encore, l’inspection générale insiste sur la prononciation. Ce n’est pourtant pas là seulement une volonté politique centrale d’uniformisation linguistique. Les enseignants laïcs qui se succèdent à Altkirch, pendant les décennies vingt et trente sont tous des natifs de la province. Ignace Thomas, plus tard un des fleurons du corps professoral du collège de Colmar, né à Haguenau en 1798, bachelier ès lettres à Strasbourg en 1819, est passé de Haguenau, son premier poste en 1817, à Belfort en 1819, puis s’établit pour 9 ans à Altkirch, avant de rejoindre Colmar en 1829, où il enseignera jusqu’à la création du lycée. Apprécié pour son enseignement classique, il l’est moins pour sa prononciation française.

  • 22 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 56, personnel du collège d’Altkirch.

33Rédigée en 1842, à l’occasion d’une délibération sur le recrutement d’un régent de mathématiques, le sous-préfet Charles Doll, originaire de Mulhouse, adresse cette note au ministère rappelant : « Les décisions antérieures du bureau d’administration 1° de ne plus nommer de régents n’ayant pas une prononciation pure de la langue française, ou dont la langue maternelle serait la langue allemande. »22

34Ce ne sont donc pas l’inspection générale et Paris qui passent sur la province le rouleau compresseur de la langue nationale, écrite et orale, telle qu’on la prononce « à l’intérieur », mais la bourgeoisie alsacienne elle-même qui en exige la maîtrise parfaite, pour ses fils, élevés dans un collège de « l’Alsace profonde ».

  • 23 Avant de le devenir en 1856 à Colmar.

35Le 26 octobre 1836, Goutzwiller passe son baccalauréat à l’académie à Strasbourg. Ayant réussi ses épreuves, le 29 octobre au soir, alors qu’il neigeait, il prend à 21 heures la diligence qui arrive à 10 heures du matin le lendemain à Mulhouse. C’est ce soir-là qu’a lieu l’affaire du prince Louis-Napoléon à la Finckmatt, note-t-il. Il est bientôt engagé comme secrétaire général de la municipalité d’Altkirch23. Rhétoricien cette année-là à Altkirch également, Joseph Kauffmann, fils de « grand propriétaire » a choisi de passer le baccalauréat à Dijon, où il fera aussi ses classes préparatoires. Il entrera à Polytechnique puis est engagé par les Kœchlin pour établir le tracé d’un futur Mulhouse-Dijon. Quant à Joseph Liblin, fils de paysans de Crosne, il ne passera pas son baccalauréat ; il a déjà, comme d’autres élèves sans famille à Altkirch, rejoint Colmar, où il est commis aux écritures aux contributions indirectes, puis s’emploie avec son ami Chrétien-Frédéric Meyer à diverses publications : le Courrier du Haut-Rhin, l’Annuaire du Haut-Rhin.

Colmar : l’identité retrouvée de la ville

36Il est après tout de bon augure, pour un grand journaliste, de se retrouver cité comme prix d’excellence dans le compte-rendu d’un des premiers numéros d’un journal de sa ville natale, le Glaneur du Haut-Rhin. C’est ce qui arriva à Auguste Nefftzer, fondateur du Temps, qui remporte le prix d’excellence de rhétorique pour l’année scolaire 1837-1838 ex-aequo avec Victor Chauffour, futur député du Bas-Rhin. Dans la classe de troisième, Paul Wendling, Charles Sandherr et Théodore Leclaire remportent les prix : deux futurs magistrats et un futur professeur du collège de Colmar. Dans la classe de cinquième, Henri Histschler et Émile Schœngrun : les « Israélites » prenaient aussi le chemin du collège pour « la régénération » qui est à l’ordre du jour dans une partie de la communauté juive d’Alsace. Le collège de Colmar était interconfessionnel, et pourtant la crise qu’il traverse alors est attribuée par son principal à la concurrence des petits séminaires et des jésuites de Fribourg.

Les deux collèges

  • 24 Hoffmann (C.), op. cit.
  • 25 Et directeur des archives du territoire de Belfort.

37Problème récurrent à Colmar, même si l’argument du principal doit beaucoup à la conjoncture du moment. Hoffmann, qui a été professeur au collège Saint-André, a longuement étudié le collège des jésuites24. Lorsqu’il est supprimé en 1766, le collège royal qui lui succède lui ressemble beaucoup. Mais à côté, il y a un gymnase protestant, qu’illustra son principal, le pasteur et historien Billing. Ils furent supprimés tous deux en 1790. Le seul pédagogue à qui on ait élevé une statue à Colmar, et encore est-ce un don d’un Strasbourgeois (Friederich), car les souscriptions lancées périodiquement à Colmar pour statufier « le poète aveugle » ne marchaient pas trop, est Pfeffel, fondateur de « l’académie militaire » pensionnat de jeunes gens nobles, venus principalement de l’Empire germanique. Mais Pfeffel présida, il est vrai, aux destinées de l’École centrale, ce point de rencontre, dont on voulait faire un point de rassemblement. Celle d’un lieu unique pour l’éducation de toute la notabilité colmarienne, quelles que soient ses différences et d’abord ses différences confessionnelles. Ce poids de la tradition, Jules Joachim, qui a été professeur au lycée de Colmar25, le reconnaît pleinement : « À Colmar, l’École centrale fut d’autant mieux accueillie et fit d’autant plus de progrès qu’elle s’écarta davantage de ce qui était son essence même pour se rapprocher du type des collèges d’autrefois », souligne-t-il en conclusion de son ouvrage sur l’École centrale. Excès de louange pour l’une et de sévérité pour l’autre.

  • 26 L’abbé Reichstetter, le principal, a pris à sa charge l’éducation de son neveu J.-B. Martzolf, qui (...)

38Certes dès 1803, le collège de Colmar se reconstitue, à l’instar des autres établissements de l’Alsace, et les régents des anciens collèges royaux vont s’y trouver en première ligne, par exemple les Reichstetter, revenus de la cour de Bavière, l’un principal26 et l’autre bibliothécaire. Ce qui frappe en effet, c’est le caractère local du recrutement. Encore qu’il convienne de ne pas exagérer ce « caractère local » quand il s’agit de la notabilité riche et importante d’un chef-lieu de département, siège d’un ressort de cour d’appel après avoir été celui d’une cour souveraine. Mais là aussi comme à Altkirch, il faut bien admettre que les hommes qui domineront la vie publique de la ville, et s’y disputeront fermement, se connaissent tous depuis l’enfance au collège.

  • 27 Fondateur de l’école mutuelle des Billettes à Paris de 1815 à 1817, régent à Colmar de 1817 à 1820, (...)
  • 28 P. Leuilliot a fortement insisté sur ces conflits : Leuilliot (P), L’Alsace au début du xixe siècle (...)
  • 29 Henry Édouard, né à Granges-sur-Vologne le 14-05-1806. Études à Nancy, baccalauréat de lettres (182 (...)
  • 30 Thomas Ignace, né à Haguenau le 09-12-1798. Études à Strasbourg, baccalauréat de lettres à Strasbou (...)

39Le collège de la Restauration voit coexister brièvement le mutualiste Ferdinand Curie27 et le normalien ultra-catholique Ozanneaux. Pourtant, il semble bien que le curé Maimbourg ait la haute main sur le collège28, et en 1825, il est même proposé à l’abbé Chaminade, supérieur des marianistes, qui le refuse faute de personnel. Pourtant, les abbés ultras forment une bonne part du corps enseignant : Axinger, Baegert, Rosé, Chappuis, etc. À partir de 1828, on y retrouve des personnalités solides qui feront une carrière féconde à Colmar : l’abbé Holtzwarth, professeur de philosophie, un ancien du collège ; Édouard Henry29 ; Rodolphe Kaeppelin et Ignace Thomas30 qui vient d’Altkirch et prend la chaire de seconde : lui aussi fera le reste de sa carrière à Colmar, et sera nommé à sa retraite bibliothécaire de la ville.

  • 31 Sitzmann n’a de ce point de vue pas tort de mettre en relief l’heureuse direction de l’abbé Baegert

40Le collège compte, en 1829, 220 élèves (environ 2/3 de catholiques et 1/3 de protestants), effectifs tout à fait honorables : il y avait 206 élèves en 182131.

41La Révolution de Juillet entraîne, outre le départ des abbés ultras, un changement d’influence déterminante : le nouveau maire, Morel, dont l’Inspection générale écrira : « La mairie de Colmar est occupée par un homme tout puissant dans le pays, médecin, esprit entier et bizarre, affectant un profond dédain pour les autorités universitaires, donnant et retirant sa faveur selon sa fantaisie plutôt que par réflexion. »

  • 32 Aux archives nationales, son dossier (archives nationales F.) à [Sablière (de la)]. Aux archives dé (...)
  • 33 Le collège de Fribourg fondé en 1827 a alors 400 élèves, dont de nombreux Alsaciens. Voir Burnichon(...)
  • 34 Une influence dont on attendrait qu’elle prête son appui contre la vitalité des jésuites ? Il devra (...)

42Remplacent les régents démissionnaires de la Sablière et Keller. Le premier nommé, enfant de Colmar, fera une longue carrière dans l’enseignement colmarien, puis mulhousien32. Pourtant, le collège traverse à nouveau une crise grave. Jusqu’en 1833, le nombre moyen des élèves s’était maintenu au-dessus de la barre des 200. Mais à partir de cette année-là, il tombe à 170 en 1834 et 151 en 1835. Les pensionnaires ne sont plus que 15. Certes, l’ouverture de l’École normale (1833) y est pour quelque chose, mais le principal dénonce : « Les manœuvres incessantes des jésuites de toute robe pour alimenter les petits séminaires et la Jésuitière de Fribourg33 au détriment des collèges universitaires, – il faut rendre au clergé quelques positions perdues en 1830 –, sont chose de notoriété publique. Une influence supérieure, qui aurait dû nous prêter appui contre une vitalité aussi redoutable, a travaillé au contraire à nous perdre dans l’esprit du pays34, et cela pour satisfaire un ressentiment personnel et sans motif ; on a calomnié la tendance politique comme la tendance religieuse de notre enseignement, et l’on a fait de nous des impies et des révolutionnaires. [...] Parce qu’il y a eu des scènes de désordre dans les cours de langue allemande, parce qu’en 1834 deux ou trois classes ont fait l’école buissonnière le 29 juillet, jour férié dans les autres collèges, parce que dans l’intérieur du collège une salle s’est une fois soulevée contre le maître d’études qui avait lui-même, par sa maladresse, provoqué ce soulèvement, enfin parce qu’à une distribution de prix, quelques jeunes gens qui n’appartenaient pas au collège ou qui en sortaient, se sont conduits d’une manière peu décente, on a crié sur les toits qu’il n’y avait point de subordination chez nos élèves. »

  • 35 Fricotel Pierre, né à Sainte-Menehould le 10-05-1799. Études à Paris, licence de lettres (1821). Ma (...)

43On changera plusieurs fois de principal. Mais il importe de relever l’agitation politique des élèves du collège de Colmar : nous voilà déjà devant ce que nous appellerons la génération de 1840, celle d’Auguste Nefftzer et Victor Chauffour. La rentrée 1840 voit arriver un nouveau principal au collège, Pierre Fricotel, qui vient de Carcassonne et va rester jusqu’à la rentrée de 1852-1853 principal du collège, qu’il dirige pendant la « renaissance colmarienne des années quarante »35.

La renaissance colmarienne : l’invention des « urbanités »

  • 36 Dont il sera traité plus longuement dans un ouvrage sur la Haute-Alsace, à paraître.

44Nous appelons de ce nom cette entreprise partie d’une partie de la notabilité colmarienne, face à la crise d’une ville qui prend conscience que le progrès l’a mise à la marge de la grande ligne de chemin de fer Strasbourg-Bâle, qui relie au nord la métropole politique et commerciale et au sud la métropole industrielle36. Expression de cette décennie dominée par l’histoire et la recherche des identités ; face à la ville nouvelle de Mulhouse, elle mettra en valeur la ville médiévale et son passé : ses monuments qu’il faut arrêter de détruire, les plus beaux objets d’arts de la province qu’il faut montrer et mettre en valeur. Alors on s’arrêtera à nouveau à Colmar. En dix années, la société littéraire, animée par les régents du collège et les magistrats, va finalement aboutir à ce réinvestissement d’une identité colmarienne, qui débouche sur la fondation de la Société Schongauer et le sauvetage du couvent des Unterlinden, qui va devenir l’écrin de Colmar : un musée et une bibliothèque.

Le corps enseignant des collèges et lycées de l’académie de Strasbourg en 1839

  • 37 Partis d’abord des archives nationales F 17 2675 qui contient un tableau des enseignants de l’acadé (...)

45Mais Colmar n’est, en 1839, qu’un des collèges de l’académie. Replaçons-le, avec ses enseignants dans l’ensemble de l’académie. Le corps enseignant de l’académie de Strasbourg que nous avons analysé en l’année 1813 a passé de 70 à 97 enseignants37.

1839 : les enseignants secondaires de l’académie de Strasbourg (A)

46Les collèges communaux ont en moyenne 4 à 7 enseignants ; Mulhouse atteint les 10 et Colmar 14 enseignants. 58 % sont originaires des deux départements d’Alsace, et 18 % des trois départements voisins de l’Est : Meurthe, Moselle, Vosges. On voit d’ailleurs bien que la part des régents ayant fait leurs études à Strasbourg l’emporte sur les originaires des deux départements : les étudiants poursuivent leur carrière dans l’académie où ils ont fait leurs études.

47Mais bien entendu, il faut distinguer entre les collèges communaux et les établissements de la ville. Si l’on ajoutait les corps enseignants des établissements de Strasbourg, Colmar, Mulhouse, qui rassemblent près de la moitié des enseignants de l’académie, on voit que les originaires d’Alsace y sont minoritaires.

(Cf. tableau B, p. 272.)

48Il en va tout autrement dans les petits collèges, où la proportion est inverse, tant du point de vue des origines que du niveau des diplômes.

(Cf. tableau C, p. 273.)

49Par ailleurs, on a vu à propos que le problème posé aux enseignants alsaciens par l’enseignement du français et en français, du fait de la pression des parents d’élèves autant que de celle de l’administration supérieure, peut expliquer l’accueil fait aux enseignants venus des départements des Vosges, de la Meurthe et de la Moselle.

50La répartition par âges pourrait apparaître plus surprenante. La médiane est de 35 ans, la moyenne de 34 ans, ce qui témoigne d’un corps enseignant jeune : lui aussi fait partie de la génération des « enfants du siècle ». Près de la moitié des enseignants a entre 30 et 40 ans, un quart moins de 30 ans. Les lacunes béantes de la pyramide des âges de 1813 ont été comblées par un recrutement important, d’autant plus qu’il a fallu tout récemment remplacer les démissions des régents légitimistes, pour une bonne part des prêtres.

1839 : Les enseignants secondaires de l’académie de Strasbourg (B)

1839 : Les enseignants secondaires de l’académie de Strasbourg (C)

Répartition des régents et professeurs par tranches d’âge

Ville d’enseignement

Enseignants

Jusqu’en 1790, plus de 50 ans

Jusqu’en 1799, plus de 40 ans

1800-1810, 30 ans et plus

1810-1820, moins de 30 ans

Altkirch

5

2

3

Belfort

5

1

4

Bouxwiller

5

4

1

Colmar

14

4

6

4

Haguenau

7

1

2

2

2

Mulhouse

10

1

9

Obernai

5

1

1

Rouffach

2

1

3

1

Saverne

3

1

1

1

Sélestat

7

2

2

3

Strasbourg

22

2

9

5

6

Thann

6

1

2

3

Wissembourg

6

1

2

3

Total

97

4

25

43

25

Pourcentage

100

4,12

25,78

44,33

25,77

Le corps enseignant du collège de Colmar

51Entre 1840 et 1848), il n’y a pas eu d’aumôniers au collège, qu’ils soient catholiques, protestants ou israëlites.

  • 38 Morellet (J.-N.), Les Deux Henry, causeries littéraires insérées au Glaneur du Haut-Rhin, Held-Balt (...)

52Le corps enseignant du collège de Colmar est donc bien représentatif du corps enseignant de l’académie : une moitié d’Alsaciens, dont trois Colmariens (Holtzwarth, Kaeppelin, Maimbourg), et l’autre d’originaires des départements de l’intérieur, dont les deux frères de Granges-sur-Vologne, Édouard et Victor Henry38.

53(Cf. tableau D, p. 275)

1840-1848 : Les enseignants du collège de Colmar (D)

  • 39 Charles-Eugène Lemaire, né à Wissembourg le 18-07-1810. Études à Strasbourg, baccalauréat (1830), l (...)
  • 40 Jules-Henri-Étienne Bonneau, né à Paris le 02-10-1806. Licence de lettres (1830) et de droit (1835) (...)
  • 41 Jean-Joseph Laurent, né à Brouville (Meurthe) le 27-11-1811. Études à Nancy, licence de lettres (06 (...)
  • 42 Robert Vion, né le 26-06-1808 à Strasbourg. Baccalauréat de lettres à Strasbourg (1828). Régent à O (...)

54Holtzwarth continue d’assurer l’enseignement de la philosophie, comme il fera jusqu’à sa retraite en 1853. La rhétorique est confiée au régent Lemaire39, né à Wissembourg, qui passe dès 1840 à Besançon, et se voit succéder par l’éphémère Bonneau40, puis en 1842 par Jean-Louis Laurent, qui assure cet enseignement jusqu’à la transformation du collège, puis passe en seconde au lycée, jusqu’à la fermeture du lycée41. L’histoire a son premier titulaire : le doux Robert Vion42, dont Lœtscher s’était débarrassé à Altkirch, a été nommé pour assurer les cours d’histoire. Le feuilleton qu’il donne au Glaneur, dont il assure la rédaction le 27 mars 1842, donne un aperçu de ses cours et de leur orientation : « Ce fut dans les années de 1816 à 1820, écrit-il dans le Glaneur de mars 1842, qu’un jeune homme vint habiter Colmar, où il occupait une chaire dans les hautes études du collège de cette ville. Plein d’esprit chevaleresque, [...] dévoré d’un ardent patriotisme, étranger à tous les partis, il était ce qu’il est encore, français avant tout. [...] Anathémisant Voltaire, qui eut fini par se faire prussien, qui tentait d’avilir la France, et outragea la sainte fille qui l’avait sauvé [...] Tels étaient les sentiments de M. Ozaneaux, aujourd’hui inspecteur général de l’université. Si jeune alors il résolut de rendre à Jeanne, à la France l’hommage de son admiration, et conçut le poème Mission de Jeanne d’arc, qu’il ne devait publier que quinze ans plus tard. C’est en habitant parmi nous, qu’il conçut ce poème... »

  • 43 Morellet Joseph Napoléon, né à Gênes (Italie) le 27-08-1806. Études à Paris, licence de lettres (18 (...)
  • 44 P. Leuilliot. Le dossier universitaire d’un professeur révoqué du collège de Colmar, Émile Jolibois (...)
  • 45 Nicolas Muzelle, né à Stenay (Meuse) le 15-04-1805. Études à Nancy, baccalauréat (1824). Maître d’é (...)
  • 46 Jean-Pierre Michel, né à Belfort le 24-10-1804. Baccalauréat à Strasbourg (1824). Maître d’études à (...)
  • 47 Jacques-Auguste Jeanmougin, né à Suarce (68) le 13-03-1780. Études à Strasbourg, baccalauréat de le (...)
  • 48 Jean-Nicolas Maimbourg, né à Colmar le 17-04-1798. Baccalauréat de lettres et sciences à Strasbourg (...)
  • 49 L’arrivée de Parieu au ministère de l’Instruction publique lui permet enfin de quitter Colmar. Il e (...)

55Mais Vion est aussi le premier régent d’histoire du collège à être correspondant du Comité des travaux historiques, tout comme le seront ses successeurs Morellet43 et Émile Jolibois44. Les différentes classes sont assurées par Ignace Thomas, qui a abandonné la rhétorique pour la seconde, par les frères Henry qui assurent la troisième et la quatrième. La cinquième avait été assurée par Charles de la Sablière, puis par Nicolas Muzelle45, par Victor Henry, puis par Jean-Pierre Michel46 : encore un régent que caractérise la stabilité dans son poste de Colmar, qu’il ne quitte pour rejoindre sa ville natale qu’en 1852. La sixième est assurée par le doyen du collège, Auguste Jeanmougin47, et la septième par un personnage fort curieux, encore un professeur qui fait du journalisme : Maimbourg48. On connaît suffisamment Rodolphe Kaeppelin qui a la chaire de physique, puis, faute d’être licencié, sera nommé professeur adjoint au lycée, situation difficile à supporter dont il se dégage en prenant la direction de l’usine à gaz que lui offre Antoine Herzog. On connaît moins bien Pierre Fayet, professeur de mathématiques élémentaires, qui jouera pourtant un rôle important dans la vie culturelle et sociale du Colmar des années 1840. Né le 10 avril 1801 à Aurillac, il a fait ses études à Bordeaux, a été précepteur du futur ministre de l’Instruction publique Parieu, et des enfants du préfet Sers. Brièvement nommé maître d’études à Strasbourg, il est nommé régent de mathématiques à Colmar en 1837 et y reste jusqu’en 1850. Il fait un mariage alsacien, épousant une Conrad (sœur du futur amiral Conrad ?). Ce sera une cheville ouvrière de la société littéraire de Colmar, où il développera à satiété sa passion pour les statistiques49.

Un lycée qui ne prend pas

  • 50 En fait, les rapports d’inspection ne cacheront pas les problèmes qui se posent dans les établissem (...)

56En 1856, on se décide à faire du collège du chef-lieu de département un lycée. Ce qui entraîne le départ d’un certain nombre de régents non licenciés. Le prospectus du nouveau lycée insiste lourdement sur la vie religieuse assurée par les trois aumôniers, catholique, protestant et Israélite, pour lesquels est prévu un réfectoire à part50. En 1861, la répartition confessionnelle est la suivante :

Catholiques

Protestants

Israélites

Total

161

106

45

312

  • 51 Rumpler, quatrième ; Leclaire, troisième ; Bertrand, rhétorique.
  • 52 Le dernier proviseur, plus très jeune, devait imposer le respect : Pierre Gillet, né à Villefranche (...)

57Les professeurs sont de bon niveau. Trois divisionnaires, de quatrième, de troisième et de rhétorique, sont normaliens51. Le professeur de physique qui a remplacé Kaeppelin est agrégé. Les autres sont tous licenciés52. On ne peut dire cependant qu’ils joueront le rôle éminent dans la vie publique colmarienne qu’avaient su jouer leurs prédécesseurs vingt années auparavant.

  • 53 Ingold (A.-M.-P), Histoire du collège libre de Colmar-Lachapelle, J.-B. Jung, Colmar, 1908.

58Rien n’y fait. Et recommence la valse des proviseurs. C’est qu’à nouveau, le lycée de Colmar vivait la concurrence d’un collège catholique, mais à ses portes, non plus à ses frontières. Mgr Raess, qui connaissait bien Colmar, avait bien doté ce collège dont les effectifs égalent ceux du lycée en 1866 et le dépassent largement en 1870, où ils atteignent 344 élèves, mais un chiffre d’internes bien supérieur53.

  • 54 Correspondance de A.-M.-P. Ingold, archives de l’abbaye d’Œlenberg.

59Les enseignants sont tous d’excellente qualité : l’abbé Martin, le principal, est licencié ès lettres. L’abbé Guthlin, chargé du cours de philosophie, est un ami et correspondant de Montalembert et conseiller politique écouté de Mgr Raess et de son élève et ami Léon Lefébure. Quant à l’abbé Simonis, professeur au grand séminaire dès 1866, et à l’abbé historien Hanauer, qui saura si vigoureusement polémiquer, leur ascendant dans la société colmarienne est assuré. Et l’opinion n’ignore pas que les professeurs du collège catholique de Colmar sont « libéraux » et que cela leur vaudra la méfiance de la hiérarchie après Vatican I54. Mais il est clair que c’est surtout l’internat de Saint-André qui lui assure son recrutement. Là encore, tout comme à Altkirch et à Belfort, les concurrences avaient été mises en place et le succès allait à l’enseignement catholique. Il est vrai que l’établissement jésuite de la rue des Postes était alors devenu le premier de France pour les préparations à Saint-Cyr, ce qui devait avoir des répercussions pour la fabrique nationale des élites : le lycée impérial de Strasbourg.

Métropole, ville-forteresse, d’artilleurs et du génie : Strasbourg

La situation de l’enseignement secondaire à la fin du Second Empire

  • 55 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/G0N 61.

60Lorsque Chéruel succède à Delcasso au rectorat de Strasbourg en 1866 sa conviction est faite, qui s’exprime fortement dans son rapport au conseil académique de 1866 : « Pour l’enseignement secondaire, loin de nous d’abandonner les études classiques, mais il faut les concentrer dans quatre ou cinq établissements. Quant aux petits collèges, il est préférable d’en faire des écoles spéciales préparant aux carrières industrielles, agricoles ou commerciales. Cet enseignement exige des méthodes plus rapides que celles de l’enseignement classique. L’École normale de Cluny que le ministre vient de fonder préparera des professeurs capables d’appliquer ces méthodes nouvelles. Il faut aussi que cet enseignement satisfasse aux besoins de chaque localité. De là l’organisation des conseils de perfectionnement, dont la présidence est confiée aux maires et qui se composent de commerçants, d’industriels, d’ingénieurs. L’organisation de cet enseignement est une nécessité de notre temps et de notre civilisation. »55

61De fait, une hiérarchisation des collèges s’est opérée. Dans le Bas-Rhin, on distingue les collèges de plein exercice, qui comptent des terminales et présentent au baccalauréat et les autres. Le flux de sortie de ceux-ci est nécessairement orienté vers d’autres collèges.

Les petits collèges bas-rhinois et leurs flux de sortie en 1869

62Les petits collèges ne disposent pas d’un enseignement de la philosophie. Visiblement, la faiblesse des effectifs de fin de scolarité n’encourage guère à y développer autre chose que l’enseignement spécial. Ainsi, à Obernai, sur 17 élèves, 2 seulement poursuivent leur scolarité « classique ». Les autres sortent des classes spéciales et se dirigent vers l’enseignement ou l’administration (2), l’agriculture (2), les emplois de l’industrie (5) ou du commerce (6). À Saverne, sur les 6 élèves, 5 sortent des classes spéciales et prennent des emplois dans l’industrie (2) ou dans le commerce (2). À Wissembourg, les 6 élèves sortent tous des classes spéciales mais se dirigent vers les emplois de l’administration (3 – douanes, postes,...) ou le commerce (3).

63Au contraire, les collèges de plein exercice ont à présent un nombre de bacheliers et des flux de sortie « classiques » respectables. On relève que conformément au penchant français, sont privilégiées les classes préparatoires. Mais il convient de ne pas oublier que Sélestat : et Haguenau sont des villes de garnison et que les garçons y sont souvent fils d’officiers :

Devenir des élèves à l’issue des classes spéciales

Les collèges du Haut-Rhin

64La situation est plus complexe dans le Haut-Rhin. D’abord par l’importance des classes spéciales, et en deuxième lieu par la concurrence rude exercée par l’enseignement libre. Mais nous avons abordé ce point dans notre examen de la situation à Colmar, chef-lieu de département avec son lycée dépérissant.

Établissements d’enseignement secondaire du Haut-Rhin

 

Nombre

Nombre total d’élèves

Filière classique

Classes spéciales

Établissements publics

7

1410

642

768

Établissements libres

3

665

453

212

65Les collèges de plein exercice y sont Altkirch, Belfort, Mulhouse.

Devenir des élèves des collèges de plein exercice haut-rhinois

Ville d’études

Nombre d’élèves

Vers d’autres établissements

Altkirch

125

Pas de données

Belfort

121

Pas de données

Mulhouse

230

1 en théologie protestante, 1 en droit à Paris

66Ces collèges sont incontestablement en crise. Altkirch, tout comme Mulhouse subit la concurrence ciblée du collège libre de Zillisheim (225 pensionnaires), qui a été localisé de manière à leur retirer des clients :

 

Zillisheim

La Chapelle-sous-Rougemont

Kaysersberg (petit pensionnat catholique)

Effectifs

231 (+17)

206 (+13)

25 (+4)

67Ont plus de succès les petits collèges qui ont tout misé sur les cours spéciaux : Guebwiller, où le classique ne dépasse par la quatrième, mais qui a 73 élèves dans ses cours spéciaux, qui débouchent sur les emplois de l’industrie et du commerce. Thann, avec 156 élèves dont 115 en cours spécial, Sainte-Marie-aux-Mines, avec 46 élèves, tous en cours spéciaux. Rouffach s’est réduit : 13 élèves en cours classiques, et 34 en cours spéciaux. Ce qui est remarquable, c’est le développement d’un enseignement agricole, et qui semble répondre à une sorte de vocation de ce collège, puisque les « cultivateurs » l’ont largement emporté dans les professions qu’ont embrassées les derniers élèves et que nous reproduisons ci-dessous : on y voit à quel point le profil du collège de Rouffach correspond à celui d’Altkirch, dont nous avons donné les professions plus haut.

Carrières embrassées par les élèves du collège de Rouffach de 1850 à 1860

Prêtre

11

Médecin

5

Pharmacien

6

Professeur (agrégé)

1

Officier

2

Notaire

4

Percepteur

2

Instituteur

7

Vétérinaire

1

Clerc de notaire

6

Cultivateur

55

Commerçant et employé

80

6845 professions intellectuelles (25 %), 80 commerçants et employés (44 %), et 55 cultivateurs (30 %). La répartition témoigne évidemment de l’importance attachée par les riches vignerons du pays à une formation en collège. Comparée aussi aux flux de sortie d’une classe d’âge du collège d’Altkirch en 1828, elle témoigne plus encore des besoins accrus de l’économie en personnel alphabétisé. Le petit collège de 1828 formait des « notables », celui de 1850 continue de les former, mais la demande de formation se porte à présent sur les « employés » et les « viticulteurs ».

Le lycée impérial de Strasbourg

  • 56 Voir aussi le travail de M.-N. Diener-Hatt (et ses élèves de première et seconde), Diener-Hatt (M.- (...)

69Toute différente est la situation du lycée impérial de Strasbourg56, par rapport à son homologue du Haut-Rhin. L’enseignement libre n’est pas absent à Strasbourg, et l’établissement de tradition qu’est le gymnase protestant continue de bénéficier de sa réputation dont témoignent les noms des jeunes inscrits, et reproduits dans les matricules reproduits par MM. Weber et Westphal sous la direction du doyen Livet. Les effectifs qui y sont rassemblés ne sont nullement négligeables, tant du côté protestant que du côté catholique :

 

Enseignement classique

Enseignement spécial

Enseignement primaire

Gymnase

231

133

236

Petit séminaire

424

70Mais le problème qui occupe le lycée, c’est la recherche de locaux nouveaux, pour lui permettre de loger au moins les élèves des petites classes de la neuvième à la septième. Car coexistent dans les locaux, astreints aux horaires identiques, des tout petits et les grands élèves des classes préparatoires. C’est que vers la fin du Second Empire, le lycée impérial de Strasbourg est devenu l’un des premiers de France. En 1867, pour la seconde fois, le lycée a pris le premier rang parmi les lycées des départements, et pour la troisième fois, il a obtenu le premier prix de mathématiques spéciales, auquel il a joint cette année le premier prix d’histoire et 7 autres nominations.

Orientation des élèves après le baccalauréat

 

1864

1865

1867

1869

Nombre total d’élèves

545

595

650

Bacheliers de lettres

24

29

16

27

Bacheliers de sciences

34

41

42

49

Polytechnique

8

9

5

8

ENS

3

1

3

Saint–Cyr

8

4

10

13

École Centrale

2

2

1

École forestière

1

2

2

École de santé militaire

5

5

8

15

Concours du gouvernement

21

24

28

42

Sortie d’études et orientation des élèves en 1869

  • 57 Ponts et chaussées

Sortis de l’enseignement classique

Sortis de l’enseignement spécial

Industrie

13

Commerce

25

Médecine

12

Agriculture

10

Droit

7

Grande industrie

6

Notariat

3

Chemin de fer, P. et C.57

5

Administration des tabacs

2

Architecture

2

Cadastre en Algérie

1

Enfants de troupe

4

Télégraphie

1

Changement d’établissement

3

Changement de lycée ou de résidence

10

Inconnu

9

Inconnu

6

 

 

Nombre total d’élèves

55

Nombre total d’élèves

64

71En 1869, le proviseur rapporte au conseil académique l’orientation de l’ensemble des élèves sortis du lycée. Certes la priorité reste « les concours du gouvernement », Polytechnique et Saint-Cyr, mais on relève aussi l’importance accordée à l’enseignement spécial, depuis la réforme introduite par Duruy. Outre les 42 élèves reçus aux Écoles, le lycée compte 119 élèves sortis de ses classes, qui se sont dirigés vers les professions recensées dans le tableau ci-dessus.

72On notera à nouveau l’importance de la médecine et du droit, ces deux grandes branches de la bourgeoisie professionnelle (Berufsbürgertum) à laquelle sont attachés les Alsaciens, tout comme l’importance dans la filière classique de « l’industrie » qui recouvre souvent la préparation à l’école d’ingénieurs de Chalons, dont l’importance n’est pas encore assez prise en compte dans les filières d’ingénieurs pour le développement industriel de l’Alsace.

73Le lycée impérial a, bien entendu un recrutement largement ouvert : « Un grand nombre d’élèves viennent de tous les points de la France et même des pays étrangers. » Pourtant, on le reconnaît : « Les cours de l’enseignement classique continuent de se recruter dans la classe aisée de la société, ceux de l’enseignement spécial dans la classe des ouvriers et des petits commerçants. »

74Le corps enseignant du lycée impérial est adapté à la mission qui lui est dévolue et qu’il remplit, et on doit sans hésiter l’inscrire dans une élite nationale : on verra souvent ces noms figurer dans les dictionnaires biographiques des professeurs des facultés des lettres et des sciences...

(Cf. tableau E, p. 284)

Le corps des enseignants de l’académie de Strasbourg en 1870

75Nous n’avons pas tenu compte des maîtres d’études et répétiteurs (79 en tout) qui constituent désormais un vivier de recrutement du corps enseignant secondaire, mais sur lesquels nous ne disposons pas de données suffisantes. En dépouillant le grand registre du personnel des établissements relevant du rectorat de Strasbourg (lycées et collèges), nous parvenons à constituer une base de données portant sur 175 noms de proviseurs et d’enseignants, pour l’année scolaire 1870, qui doivent constituer le corps enseignant du second degré de l’académie.

76Le corps est à présent bien établi dans l’académie. L’âge médian est de 42 ans, l’âge moyen de 41 ans. Il a augmenté de 7 ans depuis 1839. Ces chiffres se retrouvent dans les grands lycées : la médiane du lycée impérial de Strasbourg est de 40 ans (moyenne 39 ans), et celle du lycée impérial de Colmar de 42 ans (moyenne 40 ans). Et nous retrouvons forcément des chiffres analogues dans les petits collèges : médiane 42, moyenne 41. Le corps enseignant de l’académie ne se distingue désormais plus par l’âge, mais par les filières de formation.

Corps enseignant du lycée impérial (E)

  • 58 Louis-Théodore Dufour, né à Choiseul (Haute-Marne) le 11-05-1815. Licence de lettres à Nancy (1845) (...)
  • 59 Alfred Abel Chardon, né à Sargé (Loir et Cher) le 29-06-1835. Baccalauréat de sciences à Lyon (1854 (...)
  • 60 Pierre-Nicolas-Ernes Martinet, né à Chalons sur Marne le 04-03-1823, fils de Pierre Hilaire Martine (...)
  • 61 Émile-Jules Pruvost, né à Amiens le 16-10-1833. ENS à Paris (1853), agrégation de mathématiques (18 (...)
  • 62 Frédéric-Léopold Hugueny, né à Sainte-Marie-aux-Mines le 23-09-1815. ENS à Paris (1836), licence de (...)
  • 63 Claude-Jules Gay, né à Lyon le 30-11-1838. ENS à Paris (1858), agrégé de physique (1864). Chargé de (...)
  • 64 Paul-Émile-Alfred Besson, né à Strasbourg le 20-02-1831. Licence de physique à Montpellier et de ma (...)
  • 65 Émile Stoffel, né à Selestat le 01-10-1828. baccalauréat de lettres à Paris (1847), ENS à Paris (18 (...)
  • 66 Charles-Martin Gomien, né à Vic Meurthe le 24-06-1821. Études à Nancy, à Strasbourg, et à Paris, li (...)
  • 67 Charles Anatole Coutet, né à Besançon le 10-01-1843. Études à Paris, licence (17-01-1870). Aspirant (...)
  • 68 Gustave Halbwachs, né à Sélestat le 18-01-1845, où son père est régent au collège (il a épousé une (...)
  • 69 Nicolas Boulanger, né à Lunéville 29-10-1837. ENS à Nancy/Paris (1859), agrégation (1860). Chargé d (...)
  • 70 Pierre-Paul Huschard, né à Strasbourg le 20-06-1831. Études à Strasbourg, licence (1856), agrégatio (...)
  • 71 Jules-Louis-Firmin Girardot, né à Leipzig le 29-04-1830. Études à Paris et à Nancy, agrégation d’an (...)
  • 72 Ludovic-Marie Joseph Carrau, né à Paris le 06-09-1842. ENS à Paris (1861). Chargé de philosophie a (...)
  • 73 Louis-Charles Grandsard, né à Épinal le 04-11-1817. Études à Nancy, à Dijon, à Strasbourg, agrégati (...)
  • 74 Émile Grégoire Eusèbe Moreau-Duviquet, né à Seignelay (Yonne) le 10-02-1801. ENS puis agrégation de (...)
  • 75 Maximilien Fajon, né a Montpeyron (Hérault) le 26-02-1826. Baccalauréat de lettres et sciences ? Ma (...)
  • 76 Louis-Adolphe Kuss, né à Verdun (Meuse) le 10-01-1817. Études à Nancy/Strasbourg, baccalauréat de l (...)
  • 77 Juilly de Henri, né à Vitteaux (Côte-d’Or) le 26-10-1822. Beaux-Arts à Paris (1843). Auditeur au co (...)
  • 78 Samuel Risser, né à Bergheim le 01-01-1841. ENS à Paris, licence-agrégation (1861). Professeur à Ve (...)
  • 79 Frédéric-Émile Rieder, né à Strasbourg le 07-07-1828. ENS à Paris (1848), licence de lettres (1849) (...)
  • 80 François-Joseph Chatelain, né à Remoncourt (Vosges) le 06-01-1838. Études à Strasbourg, licence de (...)
  • 81 Léonard-Charles Rudolf, né à Paris le 25-09-1810. ENS à Paris (1834), agrégation de grammaire (1836 (...)
  • 82 Charles Staehly, né à Saint-Dié le 30-10-1820. Études à Strasbourg, licence de lettres (1844), agré (...)
  • 83 Désiré Ligneau, né à Aix-en-Othe (Aube) le 28-08-1840. ENS à Paris, agrégation de grammaire (1859). (...)
  • 84 Jean-Baptiste Molière, né à Villefranche (Aveyron) en 1810. Baccalauréat (1836). Professeur au coll (...)
  • 85 François-Joseph Chatelain, né à Remoncourt (Vosges) le 06-01-1838. Études à Strasbourg, licence de (...)

 

Nom, prénom

Diplômes

Proviseur

Dufour Louis58

Lic. lettres (1845)

Censeur

Chardon Alfred59

Bac. sciences (1854)

Matières

Économe

Martinet Pierre-Nicolas60

Bac. lettres

Mathématiques spécialisées

Pruvost Émile-Jules61

ENS (1853)

Physique

Gay Claude-Julien62

ENS (1858)

Physique

Hugueny Frédéric-Léopold63

ENS (1836)

Physique (chargé de cours)

Besson Émile-Alfred64

Lic physique et maths (1859)

Mathématiques élémentaires

Stoffel Émile65

ENS (1848)

Mathématiques élémentaires

Gomien Charles66

Agrégation (1855)

Math. élém. (chargé de cours)

Coutet Charles67

Lic. mathématiques (1869)

Cours spécial de lettres

Halbwachs Gustave68

ENS (1864)

Histoire

Boulanger Nicolas69

ENS (1860)

Allemand

Huschard Pierre-Paul70

Agrégation (1866)

Anglais

Girardot Jules-Louis71

Agrégation (1869)

Philosophie

Carrau Ludovic72

ENS (1861)

Rhétorique

Grandsard73

Agrégation (1851)

Rhét. (chargé de cours) et 2e

Moreau-Duviquet Émile74

ENS (1855)

Cours spécial

Fajon Maximilien75

Bac. lettres et sciences

Cours spécial

Kuss Louis Adolphe76

Bac. lettres et sciences

Dessin

Crépin Cherles Edmond

 

Dessin

Dessin de Juilly Henri77

Beaux-Arts (Paris, 1843)

Musique

Grodwohl Adolphe

Aussi professeur au Conservatoire

Classes

2e

Risser Samuel78

ENS (1861)

3e

Rieder Frédéric-Émile79

ENS (1854)

4e

Chatelain Léonard-François80

Agrégation (1849)

5e

Rudolf Léonard-Charles81

ENS (1834)

6e

Staehly Charles82

Agrégation (1859)

6e

Ligneau Désiré83

ENS (1867)

7e

Molière Jean-Baptiste84

Bac.

8e

Pas de données

Pas de données

9e

Chatelain François-Joseph85

Lic. sciences et maths (1858)

Âge des enseignants de l’académie de Strasbourg

Année de naissance

Nombre d’enseignants

Pourcentage

Sans indications

13

7,43

1800 à 1809

8

4,57

1810 à 1819

37

21,14

1820 à 1829

41

23,43

1830 à 1839

44

25,14

1840 à 1849

32

18,29

Total

175

100

Lieu de naissance des enseignants de l’académie de Strasbourg en 1870

Lieu de naissance

Nombre d’enseignants

Pourcentage

Alsace

84

48

Lorraine

30

17,14

Paris

7

4

Franche-Comté

10

5,71

Nord-Pas-de-calais

7

4

Autres

21

12

Sans indications

16

9,15

Total

175

100

Lieu d’études des enseignants de l’académie de Strasbourg en 1870

Lieu d’études

Nombre d’enseignants

Pourcentage

Besançon

9

5,14

Colmar

14

8

Paris

25

14,29

Nancy

13

7,43

Strasbourg

73

41,71

Sans indications

41

23,43

Total

175

100

  • 86 Qui sera le premier fermé par l’autorité allemande en 1872.

77Ces tableaux témoignent apparemment d’un phénomène désormais évident : la « nationalisation » des origines du corps enseignant de l’enseignement secondaire de l’académie. Une petite moitié d’entre eux seulement est originaire d’Alsace. Le nombre de Lorrains ne décroît pas. Une partie d’entre eux a fait ses études à Strasbourg, mais en nombre moins grand qu’en 1839. Une part beaucoup plus importante a fait ses études à l’ENS : les professeurs des lycées (14 Parisiens sur 23 étudiants parisiens). Un observateur superficiel pourrait se demander si le succès de l’enseignement libre ne devrait pas être attribué à cette « nationalisation » des origines du corps enseignant des lycées et collèges, qui contrasterait avec le caractère éminemment « régional » des origines des enseignants des gymnases et collèges « libres ». L’hypothèse ne peut être retenue et pour une bonne raison : l’enseignement libre joue à fond la carte de l’enseignement « national » et les collèges libres, répondant aux demandes des familles, prennent leur place dans la filière « nationale » de préparation des concours du gouvernement : le collège jésuite de Saint-Clément de Metz86 devient, avec le collège de la rue des Postes, le répondant, pour les départements de l’Est, des grands lycées, en fait celui de Strasbourg, qui préparent les « concours du gouvernement » et parvient à leur tenir la dragée haute.

78Nous avons relevé l’âge relativement mûr désormais du corps enseignant académique. Il faut pour écarter cette hypothèse analyser une dernière donnée, celle de l’ancienneté dans l’académie. Nous ne disposons de date d’entrée dans l’académie que pour 141 enseignants. Mais nous pensons que ces données nous permettent de tirer des conclusions.

Ancienneté d’exercice des enseignants des lycées et collèges de l’académie de Strasbourg

Ancienneté

Nombre d’enseignants

De 0 à 4 ans

36

De 5 à 9 ans

29

De 10 à 14 ans

28

De 15 à 19 ans

19

De 20 à 24 ans

9

De 25 à 29 ans

10

Plus de 30 ans

10

Total

141

79L’ancienneté médiane d’exercice dans l’académie des enseignants est de 11 années et leur ancienneté moyenne est de 12,75 années. Plus de la moitié des enseignants a donc passé plus de 10 années dans l’académie. Il nous semble qu’on puisse conclure, comme on l’avait fait pour le corps enseignant de l’académie en 1839, qu’on est devant un corps largement « académique ». Si les enseignants du lycée impérial de Strasbourg appartiennent à un réseau « national », les enseignants des autres collèges font leur carrière dans l’académie. Par contre, la majorité des principaux est originaire d’autres académies, et principalement de Lorraine. Nous n’en relevons en 1870 que 4 qui soient originaires d’Alsace (à Bouxwiller, Obernai, Thann, et Mulhouse). À ce moment-là, nous avons la traduction d’une politique bien déterminée. Les enseignants, quelles que soient leurs origines, forment bien un corps « académique » dont la carrière se déroule pour l’essentiel à l’intérieur d’une académie, ici l’académie de Strasbourg. Mais avec les chefs d’établissements, on est en présence d’un corps national, que l’on fait muter d’un bout à l’autre de la France. Il conviendrait de comparer ce corps avec celui d’autres académies pour voir s’il en est de même, c’est-à-dire si cela est le résultat d’une politique « alsacienne » ou « nationale ».

***

  • 87 Igersheim (F.), Politique et administration dans le Bas-Rhin, 1848-1870, op. cit.

80Deux préoccupations ont présidé à notre recherche. Nous avons d’abord voulu analyser le corps enseignant de l’académie de Strasbourg, à trois dates différentes : 1813, 1839 et 1870. Les caractéristiques que nous avons choisi de mettre en relief sont celles que nous donnent les dossiers du personnel : lieu et date de naissance, déroulement de carrière. Il aurait été souhaitable de procéder à une étude plus approfondie encore, par exemple du rythme des mutations dans une carrière – comme nous l’avons fait pour la magistrature alsacienne87 – et surtout de prendre en compte des caractéristiques démographiques et sociales plus nombreuses. Ce sont les études classiques qui peuvent ici servir de modèle, comme celle de Christophe Charle sur « les élites de la république ».

  • 88 Bildungsbürgertum im 19. Jahrhundert, 1, Bildungssystem und Professionalisierung im internationalen (...)
  • 89 Charle (C.), Les Intellectuels en Europe au xixe siècle : essai d’histoire comparée, Seuil, Paris, (...)

81En second lieu, nous avons voulu analyser « la production » des collèges et lycées, avec pour point de départ des monographies d’établissements qui montrent l’influence des élites intellectuelles dans un tissu local et qui nous mettent en présence de la « production » scolaire : les flux de sortie, le devenir professionnel des élèves. Nous nous référons là plus volontiers aux grandes recherches coordonnées en particulier par W. Conze et J. Kocka sur la Bildungsbürgertum88 et dont Christophe Charle montre comment se recouvrent les deux perspectives dans la notion d’« élites intellectuelles ».89

  • 90 Nous admettrons de mettre nos pas dans cette sémantique « étrangère » mais très fortement suggestiv (...)

82Sans doute, comme nous l’a montré notre introduction, nous privilégions nettement le rapport à la région et même à la ville (petite, moyenne, grande). Car il nous apparaît évident qu’à cette époque, c’est dans le lycée et le collège (et d’une autre manière aussi dans l’École normale) que nous voyons la fabrique des Français (making of Frenchmen) et là que nous voyons le travail des fabricants (makers)90.

83Ils sont 80 en 1813, 180 en 1870, et des centaines d’élèves auront passé par leurs classes. Leur rapport direct à la région semble pourtant décliner. Rien de plus significatif que la place éminente prise par les régents d’Altkirch de 1813, « citoyens instruits et méritants » par les régents de Colmar en 1839, dont le rôle est de promouvoir la sociabilité intellectuelle et non pas les soirées de café – ou de cercle –, et qui firent revivre la science, l’histoire et l’art dans la ville.

84Nous ne voyons pas aussi clairement leur rôle en 1870, où la hiérarchie des établissements est telle que l’emporte le lycée impérial, mais on sait que, rattaché à un réseau national, il a dominé la production scolaire dès sa création. Sans doute faudrait-il procéder à une étude complémentaire sur les retombées des « cours publics » : les rapports qui en sont faits nous font l’impression d’événements mondains dont les enseignants s’acquittent par devoir.

85Nous ne pouvons donc mesurer les effets globaux de l’institution autrement qu’à travers les flux de sortie. Nous y voyons les besoins d’alphabétisation croître fortement. Nous relevons une institution orientée vers les concours du gouvernement, et d’abord les concours des armes savantes.

86Certes, ces chiffres ne concernent pas que les jeunes eux-mêmes, mais leurs parents, et livrent une pièce de la mécanique de l’ascension sociale, sur laquelle notre recherche a, il est vrai, fait l’impasse, sans l’ignorer totalement. Elle est à l’œuvre pour ce corps académique des « régents » et il conviendrait d’y revenir en y incluant les maîtres d’étude et les répétiteurs. Elle est à l’œuvre dans les « cours spéciaux » et il conviendrait d’y revenir.

87Elle est à l’œuvre dans les filières classiques, mais là, il faudrait y voir de plus près. On sait que les études classiques (T. Ringer) contestent que les filières « classiques » françaises, en particulier la filière « prépa grande école » aient été plus « ouvertes » que la filière universitaire allemande. Mais ce qui apparaît incontestable, et là nous revenons à ce qui a été notre préoccupation principale (qui n’est pas étonnante pour celui qui étudie les institutions scolaires d’une académie germanophone au départ qui va être annexée à l’Allemagne en fin de période) c’est l’attachement qu’ont eu les familles à cette mécanique d’ascension sociale, à ce mode français de fabrication des élites.

  • 91 Archives départementales du Bas-Rhin AL 105-1533. Le président supérieur von Mœller au chancelier B (...)

88« Les 22 établissements scolaires [allemands] qui ont fonctionné pendant l’année scolaire dernière ont accueilli près de 2000 élèves, parmi lesquels 1200 Alsaciens-Lorrains. Mais les dernières statistiques sur la fréquentation des écoles privées et religieuses [comportant un enseignement français] nous mettent en présence d’un chiffre de 3330 élèves. Si on ajoute à ceci le millier environ des fils de famille alsaciens et lorrains dans les lycées et établissements secondaires de France en particulier à Nancy, Lunéville, Pont-à-Mousson, Saint-Dié, Belfort, l’on aboutit si l’on calcule la scolarisation secondaire d’après les normes allemandes à un chiffre de 6000 élèves. »91

89C’est le président supérieur von Mœller qui s’exprime de la sorte, réclamant le 24 septembre 1872, la fin de la liberté de l’enseignement en Alsace-Lorraine. Il soulignait que la majorité des parents d’élèves avaient préféré l’enseignement libre encore de modèle français, ou les établissements de France : un système dont ils connaissaient le fonctionnement, et qui ouvrait à un monde auquel ils s’étaient attachés.

Notes

1 Bismarck, discours au Reichstag sur la réunion de l’Alsace-Lorraine à l’empire allemand, 02-05-1871.

2 Goutzwiller (C.), Souvenirs d’Alsace : portraits, paysages, Imprimerie Nouvelle, Belfort, 1898, p. 66-67. En 1831, Nicolas Gœtschy, imprimeur à Paris, rachète l’imprimerie affectée aux publications judiciaires de l’arrondissement à son frère. Cette famille originaire de Porrentruy a animé pendant de longues années toute la société d’Altkirch. La maison Gœtschy, hospitalière à tout le monde, amie de la jeunesse... Mme Gœtschy, née Thomas de Rouffach, était la sœur de M. Thomas (dit de Colmar), directeur général de la compagnie d’assurances Le Soleil. Le fils aîné, Joseph, dirigeait l’imprimerie avec son père ; Louis était avocat à Paris, où son frère Colin faisait de la peinture ; Charles alla fonder en Russie une fabrique de chapeaux de paille qui prospéra.

3 Archives nationales F 17 8213, collège d’Altkirch.

4 Idem.

5 Archives départementales du Haut-Rhin 1 Z 1345, collège d’Altkirch. Kammerer (L.), Le Clergé catholique en Alsace 1648-1802, répertoire dactylographié, Strasbourg, 1983.

6 Il sera curé de Mulhouse à partir de 1824.

7 Archives départementales du Haut-Rhin 1 Z 1345, collège d’Altkirch. Kammerer (L.), op. cit.

8 Hofmann II, p. 93, a évoqué les soucis financiers des prêtres séculiers qui prennent des fonctions enseignantes à temps plein, par rapport aux réguliers, en termes réalistes et convaincants.

9 L’Huillier (F.), Recherches sur l’Alsace napoléonienne, Istra, Strasbourg, 1947.

10 Croqués par Goutzwiller à la foire d’Altkirch.

11 Hoffmann (C.), L’Alsace au xviiie siècle, au point de vue historique, judiciaire, administratif, économique, intellectuel, social et religieux, publication dirigée par A.-M.-P. Ingold, H. Huffel, Colmar, 1906.

12 Goutzwiller (C.), op. cit., p. 31.

13 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 56, personnel du collège d’Altkirch, procès verbal du bureau d’administration.

14 « Fait curieux, Lcetscher, Hennigé et Haartmann avaient dans leur tenue extérieure quelque chose qui contrastait avec celle du clergé ordinaire. D’abord, ils n’ont jamais porté le tricorne, se coiffaient de chapeaux haut de forme, et ne revêtaient la soutane que le dimanche. Le reste de la semaine, ils paraissaient en classe et au dehors en redingotes boutonnées », note Goutzwiller dans ses Souvenirs d’Alsace, op. cit.

15 L’abbé Lcetscher est décédé le 1er juin 1868.

16 Alors que la profession de pasteur comme stade d’ascension sociale familiale, particulièrement pour les professions intellectuelles, est bien étudiée parce que basée sur des statistiques « patrilinéaires », celle de prêtre et de sœur d’ailleurs l’est beaucoup moins. De façon plus complexe, elle joue cependant un rôle tout aussi important, tout particulièrement dans des régions aussi profondément impliquées que l’Alsace - voir Katbolizismus und Bildungsbürgertum - Hinweise zur erforschung vernachlassigter Bereiche der deutschen Bildungsgeschichte im 19ten Jhrdt., sous la direction de R. Koselleck et M. Klôckler, coll. « Bildungsbürgertum im 19ten Jahrhundert » Teil IL, Stuttgart, 1990.

17 Archives nationales F 17 8213, collège d’Altkirch.

18 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 56, personnel du collège d’Altkirch, rapport Lœtscher du 28-05-1831. L’inspection générale de 1843-1844 souligne l’originalité de cette école. On peut considérer les classes dites françaises annexées au collège d’Altkirch comme une véritable école primaire supérieure, dont l’enseignement dure trois années. Elle compte 50 élèves, qui forment trois divisions confiées la troisième et la seconde à M. Hubler, instituteur, pourvu du brevet de degré supérieur, et la première à M. Collomb régent de physique et mathématiques. Les trois divisions ont en commun avec les élèves du collège les leçons de dessin et d’écriture, et l’instruction religieuse. Dans la division inférieure, on étudie avec plus de détails qu’on ne le fait dans les écoles primaires élémentaires, la grammaire française, la grammaire allemande, l’histoire sainte, les premières notions de géographie, les éléments d’arithmétique... Dans la division moyenne, on pousse plus loin ces diverses études et on commence celle de l’histoire de France. Dans la division supérieure, on reçoit sur toutes ces parties des leçons plus raisonnées et plus complètes, on fait des exercices d’analyse et de composition française et allemande. On perfectionne le dessin linéaire et le dessin de tête et d’ornement, on apprend à mesurer les surfaces et les volumes, on fait des exercices d’arpentage et s’il se trouve des élèves suffisamment préparés, on les admet à suivre les cours de physique, de chimie et d’histoire naturelle du collège. Les élèves d’origine très diverse qui suivent ces cours appartiennent pour la plupart aux communes environnantes. Ils viennent, souvent à un âge très avancé, pour apprendre le français et recevoir une instruction plus forte que celle que peut leur offrir l’école de leur village. Voir archives nationales F 17 8213, collège d’Altkirch.

19 Archives nationales F 17 8213, collège d’Altkirch.

20 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 55, collège d’Altkirch, études, élèves, Lœtscher au recteur le 27-11-1847 : « Si l’on voulait attendre dans ces pays-ci pour commencer le latin, que les élèves sachent passablement le français, deux et même trois années n’y suffiraient point. L’enseignement du français par le moyen des éléments de latin est une méthode qui a donné de bons résultats. »

21 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 55, collège d’Altkirch, études, élèves d’Altkirch, Lœtscher au recteur le 07-11-1848. Lœtscher rappelle qu’il enseigne l’allemand depuis de longues années. « Je crois que sous ce rapport, l’enseignement de la langue allemande est à peu près ce qu’on peut le désirer dans une localité comme la nôtre. J’y consacre 4 leçons par semaine. Tous les élèves depuis la septième jusqu’à la réthorique répartis en 4 sections prennent part à cet enseignement. Les plus avancés écrivent en allemand, des narrations, des discours et reçoivent des développements littéraires sur des morceaux choisis de littérature. Je leur lis Schiller et d’autres auteurs. Les divisions suivantes s’occupent selon leur force à traduire, à exprimer leur pensée en allemand. Comme je me suis chargé aussi de l’enseignement religieux, je ne pourrai consacrer plus de 4 heures à l’allemand par semaine. »

22 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/SEC 56, personnel du collège d’Altkirch.

23 Avant de le devenir en 1856 à Colmar.

24 Hoffmann (C.), op. cit.

25 Et directeur des archives du territoire de Belfort.

26 L’abbé Reichstetter, le principal, a pris à sa charge l’éducation de son neveu J.-B. Martzolf, qui sera commis à la préfecture du Haut-Rhin, longtemps chef de la division des écoles, et finira secrétaire général de la préfecture. Il avait été prix d’excellence en 1810. Cette année-là, le futur abbé Holtzwarth est également prix d’excellence dans une autre division.

27 Fondateur de l’école mutuelle des Billettes à Paris de 1815 à 1817, régent à Colmar de 1817 à 1820, précepteur chez les Gros à Wesserling de 1821 à 1830 et qui revient à l’école normale de Colmar à partir de 1833.

28 P. Leuilliot a fortement insisté sur ces conflits : Leuilliot (P), L’Alsace au début du xixe siècle : essai d’histoire politique, économique et religieuse (1815-1830), SEVPEN, Paris, 1960, t. 3 (Religions et culture), p. 290-291.

29 Henry Édouard, né à Granges-sur-Vologne le 14-05-1806. Études à Nancy, baccalauréat de lettres (1824), puis tente une licence en droit à Strasbourg. Maître d’études au lycée à Strasbourg (1825). Entrée dans l’enseignement comme régent à Colmar (1828). Meurt à Colmar le 22-03-1856. Son fils Victor est professeur à la faculté des lettres de Paris. Voir Charle (C.), Dictionnaire biographique des universitaires français aux xixe et xxe siècles, CNRS, Paris, 1986, t. 2 (Les professeurs de la faculté des lettres de Paris).

30 Thomas Ignace, né à Haguenau le 09-12-1798. Études à Strasbourg, baccalauréat de lettres à Strasbourg (1819). Régent à Haguenau (1817-1819), à Belfort (1819-1820), à Altkirch (1820-1829), à Colmar (1829-jusqu’à sa retraite le 15-10-1857), bibliothécaire de la ville de Colmar.

31 Sitzmann n’a de ce point de vue pas tort de mettre en relief l’heureuse direction de l’abbé Baegert.

32 Aux archives nationales, son dossier (archives nationales F.) à [Sablière (de la)]. Aux archives départementales du Bas-Rhin, TP/SEC, à [Lasablière (de)].

33 Le collège de Fribourg fondé en 1827 a alors 400 élèves, dont de nombreux Alsaciens. Voir Burnichon (J.) La Compagnie de Jésus en France, histoire d’un siècle, 1814-1914, G. Beauchesne, Paris, 1916, t. 2 (1830-1845). et Ponteil (F.), L’Opposition politique à Strasbourg sous la monarchie de Juillet, Paris, 1932 p. 330, note 7. « Les jésuites ne pourront pas enseigner en France, écrit le Chrétien Meyer dans le Courrier du Haut-Rhin le 19-05-1844, après le rejet de la proposition de loi sur la liberté de l’enseignement, mais ils sont à deux pas de la frontière, à Brugelette, à Fribourg, où les bigots français envoient leurs enfants, pour en faire en général, des ignares, des hypocrites et des fainéants. » Léon Lefébure lui-même (né en 1838) commence sa scolarité secondaire chez les jésuites de Fribourg/Suisse.

34 Une influence dont on attendrait qu’elle prête son appui contre la vitalité des jésuites ? Il devrait s’agir du protestant et pair de France, Hartmann, qui se fonde sur « les calomnies politiques ».

35 Fricotel Pierre, né à Sainte-Menehould le 10-05-1799. Études à Paris, licence de lettres (1821). Maître d’études à Épernay (1818), à Vernon puis à Aumale (1820-1822), nommé régent à Niort (1822), à Vitry-le-François (1823), à Troyes (1824), à Verdun (1825). Principal du collège de Mirecourt (1830), principal du collège de Carcassonne (1839), et principal du collège de Colmar (à partir du 15-09-1840). Demande sa mise à la retraite le 10-04-1851, ce qui lui est accordé le 29-09-1852, et réside à partir de novembre 1852 à Épinal, son domicile de retraite.

36 Dont il sera traité plus longuement dans un ouvrage sur la Haute-Alsace, à paraître.

37 Partis d’abord des archives nationales F 17 2675 qui contient un tableau des enseignants de l’académie de Strasbourg en 1835, nous avons pris pour base le grand livre des personnels des facultés et collèges dépendants du rectorat de Strasbourg 1 TP/GEN 69-70 qui commence en 1839.

38 Morellet (J.-N.), Les Deux Henry, causeries littéraires insérées au Glaneur du Haut-Rhin, Held-Baltzinger, Colmar, 1866.

39 Charles-Eugène Lemaire, né à Wissembourg le 18-07-1810. Études à Strasbourg, baccalauréat (1830), licence (1840), agrégation (1841). Maître d’études (nommé le 27-10-1828) puis régent à Étain, à Toul (1835), à Pontivy, à Colmar (1837) et à Besançon (1840). Puis censeur à Mâcon (1842), régent à Strasbourg (1844), régent à Lille (1847).

40 Jules-Henri-Étienne Bonneau, né à Paris le 02-10-1806. Licence de lettres (1830) et de droit (1835) à Paris. Secrétaire particulier du secrétaire général du ministère de l’Intérieur (1826-1830), secrétaire particulier du procureur général de la cour de Paris (1830-1831). Puis repétiteur Louis le Grand (1831), régent de rhétorique à Coutances (1834), professeur de sixième à Rouen (1836), régent de rhétorique et seconde à Lons le Saulnier (1839), régent de rhétorique à Colmar le 18-10-1841. Décédé en octobre 1842.

41 Jean-Joseph Laurent, né à Brouville (Meurthe) le 27-11-1811. Études à Nancy, licence de lettres (06-11-1838). Maître à l’école latine de Vic (1830), maître élémentaire à Phalsbourg (1836), maître élémentaire au lycée de Strasbourg (1838). Régent de cinquième à Colmar (1841), régent de rhétorique à Colmar (1842), régent de seconde au lycée de Colmar (1856) jusqu’à l’annexion. Célèbre surtout pour la publication de ses Contes et légendes d’Alsace.

42 Robert Vion, né le 26-06-1808 à Strasbourg. Baccalauréat de lettres à Strasbourg (1828). Régent à Obernai (1827), à Altkirch (1832), à Belfort (1833), à Colmar (1839). Principal de Belfort (1841), puis appelé à Colmar en 1852, il est le premier proviseur du lycée à partir de 1856.

43 Morellet Joseph Napoléon, né à Gênes (Italie) le 27-08-1806. Études à Paris, licence de lettres (1818), école préparatoire de l’ENS (1826). Régent à Sedan (1828), à Lyon (1831), à Agen (1833), à Albi (1834), à Nevers (1835), à Bourbon-Vendée (1842), à Colmar (1842). Puis nommé à Saint-Étienne (1845), à Vendôme (1847), à Nevers (1849). Principal des collèges de Clamecy (1856) et de Bourg-en-Bresse (1857). Censeur à Bourges (1859), à Montpellier (1863), puis à Colmar où il prendra sa retraite en 1867.

44 P. Leuilliot. Le dossier universitaire d’un professeur révoqué du collège de Colmar, Émile Jolibois, président de la Société républicaine de Colmar en 1848. Annuaire de Colmar, 1962.

45 Nicolas Muzelle, né à Stenay (Meuse) le 15-04-1805. Études à Nancy, baccalauréat (1824). Maître d’étude à Metz (1824), régent à Colmar (17-10-1833), principal à Saverne (1840). Relevé de ses fonctions pour raisons politiques par le préfet West (1850), il passe à Saint-Claude (Jura) - voir Igersheim (F.), Politique et administration dans le Bas-Rhin, 1848-1870, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 1992, p. 193 n.

46 Jean-Pierre Michel, né à Belfort le 24-10-1804. Baccalauréat à Strasbourg (1824). Maître d’études à Colmar (1823), régent de cinquième à Belfort (1832), à Haguenau (1839), à Colmar (1842). Principal à Belfort (1852) puis retraite en 1860.

47 Jacques-Auguste Jeanmougin, né à Suarce (68) le 13-03-1780. Études à Strasbourg, baccalauréat de lettres (1822). Exerce dans le service des Ponts et chaussées (1835), puis régent de sixième à Colmar.

48 Jean-Nicolas Maimbourg, né à Colmar le 17-04-1798. Baccalauréat de lettres et sciences à Strasbourg (21-06-1822). Régent de mathémathiques à Mulhouse (1822), à Sélestat (1831). Principal à Sélestat (1832), mais ne réussit pas et devient régent de mathématiques à Belfort (1835), régent de septième à Colmar (1836). Entre en congé en 1844. Rédacteur du Glaneur du Haut-Rhin, on lui attribue l’orientation fouriériste de certains feuilletons.

49 L’arrivée de Parieu au ministère de l’Instruction publique lui permet enfin de quitter Colmar. Il est inspecteur d’académie du Pas-de-Calais en 1850, puis demande à être rapproché d’Alsace et est nommé recteur départemental puis inspecteur d’académie à Chaumont (1853-1863). Il est ensuite nommé à Châteauroux en 1863 et y prend sa retraite en 1867. Il continue d’être un membre actif des associations catholiques et des sociétés savantes et c’est l’abbé Hueguenot qui fit sa nécrologie dans la Revue du Centre de la Société académique du Centre, ne pouvant s’empêcher de faire remarquer que Fayet était resté jusqu’à la fin de sa vie passionnément attaché à deux centres d’intérêt a peu près exclusifs : les statistiques et la Haute-Marne - Revue du Centre - Académie du Centre (1894), et Biographies berrichonnes (1947). Nos remerciements à M. Marc du Pouget, conservateur des archives départementales de l’Indre, pour ces informations biographiques.

50 En fait, les rapports d’inspection ne cacheront pas les problèmes qui se posent dans les établissements d’enseignement secondaire, pour l’instruction religieuse juive surtout, ce qui est le cas à Colmar, lorsque le rabbin est attaché à la stricte orthodoxie.

51 Rumpler, quatrième ; Leclaire, troisième ; Bertrand, rhétorique.

52 Le dernier proviseur, plus très jeune, devait imposer le respect : Pierre Gillet, né à Villefranche-sur-Rhône en 1811, licencié ès lettres tardif mais principal à Thiers et Aurillac, censeur à Saint-Omer, à Poitiers, à Avignon, à Clermont, puis enfin proviseur à Périgueux et à Reims. Il finit sa carrière à Colmar. Parmi les professeurs de spécialité, on ne devait remarquer que le professeur de physique, Joseph Chapelle, originaire d’Hercey le Grand (Doubs) qui avait fait ses études à Besançon, y avait passé son agrégation en 1856 et qui venait de Cahors. Le professeur de philosophie, Louis-Gabriel Simonnet, originaire de Toul, où il était né en 1816, était lui aussi licencié (à Nancy), mais avait pris ses fonctions à Colmar dès la transformation du collège en lycée. Le professeur d’histoire, Jules Renaux, originaire de Neufchâteau dans les Vosges, était licencié, mais venait de Chatellerault et n’était suppléant à Colmar que depuis 1869. Les professeurs de mathématiques étaient d’anciens régents, honorables certes, mais qui étaient tous présents à Colmar depuis la transformation du lycée : Pierre Gille, né à Auxonne en 1811, licencié en lettres et en sciences à Rouen, professeur de physique à Colmar depuis 1856 ; Joseph Crovisier, né à Saales dans les Vosges, licencié de mathématiques à Strasbourg, régent de mathématiques depuis 1849 à Colmar. Les divisionnaires tranchaient : le professeur de rhétorique, Edmond Bertrand, né à Nancy en 1829, ancien élève de l’École normale supérieure en 1850, professeur à Tarbes, Châteauroux, était arrivé à Colmar en 1860 ; en seconde, Jean-Joseph Laurent était également lorrain, né à Brouville (Meurthe), mais avait une licence de lettres de Nancy, et avait été régent au collège royal de Strasbourg avant de rejoindre Colmar dès 1841. En troisième, tranchant dans ce collège lorrain, un colmarien, Jacques Leclaire, né à Colmar en 1821, élève de l’ENS en 1842, agrégé de grammaire, qui après Saint-Omer et Limoges avait rejoint Colmar en 1856. Autre Alsacien, le professeur de quatrième, André-Émile Rumpler, né à Obernai en 1842, ancien élève de l’ENS de 1868, dont Colmar était le premier poste. Colmarien encore, Charles Zanta, professeur de cinquième, licencié en lettres à Strasbourg (en 1859), arrivé à Colmar en 1860 ? Enfin, le professeur de sixième était le jeune Desfours (né à Besançon en 1848, licencié en lettres en 1868 à Strasbourg, et dont c’était également le premier poste. Les classes élémentaires et l’enseignement spécial disposaient de plusieurs enseignants, tous originaires d’Alsace, dont la carrière avait commencé dans l’enseignement primaire.

53 Ingold (A.-M.-P), Histoire du collège libre de Colmar-Lachapelle, J.-B. Jung, Colmar, 1908.

54 Correspondance de A.-M.-P. Ingold, archives de l’abbaye d’Œlenberg.

55 Archives départementales du Bas-Rhin 1 TP/G0N 61.

56 Voir aussi le travail de M.-N. Diener-Hatt (et ses élèves de première et seconde), Diener-Hatt (M.-N.), Chronique d’un vieux lycée strasbourgeois : le lycée Fustel de Coulanges, DNA-Sogenal, Strasbourg, 1987.

57 Ponts et chaussées

58 Louis-Théodore Dufour, né à Choiseul (Haute-Marne) le 11-05-1815. Licence de lettres à Nancy (1845). Maître d’études à Épinal (1837), à Nancy (1838), maître élémentaire à Nancy (1840), maître d’études à Orléans-Vendôme (1847), censeur à Bastia (1854), censeur à Bourg (1856), à Metz (1857), principal du collège de Niort (1859), proviseur du lycée de Niort (1861). À Strasbourg en 1864, il retourne à Niort en 1871. Marié, 3 enfants.

59 Alfred Abel Chardon, né à Sargé (Loir et Cher) le 29-06-1835. Baccalauréat de sciences à Lyon (1854). Maître d’études au lycée Louis-le-Grand (1859), surveillant général à Vendôme (1862), censeur à Vendôme (1863), à Clermont-Ferrand (1865), à Saint-Quentin (1868) et à Strasbourg (1869).

60 Pierre-Nicolas-Ernes Martinet, né à Chalons sur Marne le 04-03-1823, fils de Pierre Hilaire Martinet, censeur des études au collège royal de Strasbourg en 1835. Baccalaureat de lettres à Strasbourg (1841). Maître d’études au collège d’Obernai (1841), au collège de Strasbourg (1842), nomination définitive en 1845. Passe à Troyes (1847), à Bar-le-Duc (1858), à Amiens (1860), à Lille (1862), à Strasbourg (1863).

61 Émile-Jules Pruvost, né à Amiens le 16-10-1833. ENS à Paris (1853), agrégation de mathématiques (1859). Professeur adjoint au lycée de Caen (1856), chargé de mathématiques élémentaires à Caen (1858), professeur de mathématiques élémentaires au lycée de Clermont, chargé de mathématiques spéciales à Clermont (1860), professeur de mathématiques spéciales à Strasbourg (1864), et à Clermont (1871).

62 Frédéric-Léopold Hugueny, né à Sainte-Marie-aux-Mines le 23-09-1815. ENS à Paris (1836), licence de sciences physiques à Paris (1838) et de sciences naturelles à Dijon (1841), agrégation (1841). Chargé de la chaire de physique à Dijon (1839), professeur de physique au lycée de Strasbourg (1848), publication de notes sur les interférences du son à Dijon, CR de l’académie des sciences, (mémoire sur le développement du tissu osseux-Annales des sciences naturelles). Chevalier de la Légion d’honneur 1868, inspecteur d’académie de la Meurthe-et-Moselle (1873).

63 Claude-Jules Gay, né à Lyon le 30-11-1838. ENS à Paris (1858), agrégé de physique (1864). Chargé de physique à Reims (1861), suppléant de physique à Montpellier (1863), professeur de physique à Strasbourg (1864), puis à Montpellier (1871). Marié.

64 Paul-Émile-Alfred Besson, né à Strasbourg le 20-02-1831. Licence de physique à Montpellier et de mathématiques à Lyon (1859). Maître d’études au collège du Vigan, puis régent (1854-1856), régent de physique à Chalon-sur-Saône (1860), suppléant au lycée de Strasbourg, chargé de cours au lycée de Strasbourg (1861), à Saint-Étienne (1871). Marié.

65 Émile Stoffel, né à Selestat le 01-10-1828. baccalauréat de lettres à Paris (1847), ENS à Paris (1848), licences de mathématiques et physique (1850), docteur, agrégation de mathématiques (1851). Professeur de mathématiques élémentaires au lycée de Nîmes, puis au lycée d’Orléans (1853), et au lycée de Strasbourg (1856). En congé depuis janvier 1870 à Orléans. Marié.

66 Charles-Martin Gomien, né à Vic Meurthe le 24-06-1821. Études à Nancy, à Strasbourg, et à Paris, licences, agrégation (1855). Maître d’étude au lycée de Nancy (1841), chargé de conférences au lycée de Nancy (1848), lycée du Tournon (1852), professeur de mathématiques à Grenoble (1855), professeur de mathématiques à Strasbourg (1857).

67 Charles Anatole Coutet, né à Besançon le 10-01-1843. Études à Paris, licence (17-01-1870). Aspirant répétiteur à Vesoul et Metz (1863), maître repétiteur au lycée Saint-Louis (1866), surveillant général au lycée Napoléon (1868), suppléant en mathématiques au lycée de Strasbourg (1870), supplée à Stoffel. Célibataire.

68 Gustave Halbwachs, né à Sélestat le 18-01-1845, où son père est régent au collège (il a épousé une fille de l’imprimeur Clerc de Belfort). ENS à Paris (1864-1867). Son frère, Maurice Halbwachs, est élève en prépa ; le père est professeur à Sélestat. Professeur d’allemand à Paris à partir de 1879. Il sera le père de Maurice Halbwachs. Voir Charle (C.), Dictionnaire biographique des universitaires français aux xixe et xxe siècles, op. cit., t. 2.

69 Nicolas Boulanger, né à Lunéville 29-10-1837. ENS à Nancy/Paris (1859), agrégation (1860). Chargé d’histoire au Mans, à Angers (1861), professeur d’histoire à Rennes (1862), à Strasbourg (1863), à Rennes (1871).

70 Pierre-Paul Huschard, né à Strasbourg le 20-06-1831. Études à Strasbourg, licence (1856), agrégation (1866). Collège à Haguenau (1851), à Colmar, à Mulhouse, maître répétiteur à Reims (1853), au lycée de Strasbourg (1856). Professeur d’allemand au lycée à Nîmes (1857), à Strasbourg (1865), à Nîmes (1871) puis à Paris. Figure dans : Espagne (M.), Le Maître de langues : les premiers enseignants d’allemand en France (1830-1850), Maison des Sciences de l’homme, Paris, 1992.

71 Jules-Louis-Firmin Girardot, né à Leipzig le 29-04-1830. Études à Paris et à Nancy, agrégation d’anglais (1869). Instituteur en Angleterre (09-03-1859), licence de lettres à Nancy (1860), professeur d’anglais à Mâcon (1855), à Bar-le-Duc (1859), à Strasbourg (1860), à Angers (1871).

72 Ludovic-Marie Joseph Carrau, né à Paris le 06-09-1842. ENS à Paris (1861). Chargé de philosophie a Alençon (octobre 1864), au lycée de Caen (1865), professeur à Strasbourg (1868), à Caen (1871).

73 Louis-Charles Grandsard, né à Épinal le 04-11-1817. Études à Nancy, à Dijon, à Strasbourg, agrégation de classe supérieure (1851), docteur. Professeur au collège à Neufchâteau, puis à Toul, à Verdun (1842), à Macon (1845), à Limoges (1851), professeur de seconde à Strasbourg (1856), professeur de rhétorique (1861).

74 Émile Grégoire Eusèbe Moreau-Duviquet, né à Seignelay (Yonne) le 10-02-1801. ENS puis agrégation de lettres (1855). Professeur à Bastia (1852), à Napoléon-Vendée (1853), à Alençon (1855), à Périgueux (1857), à Clermont (1859), à Laval (1859), à Rennes (1861), à Strasbourg (1864).

75 Maximilien Fajon, né a Montpeyron (Hérault) le 26-02-1826. Baccalauréat de lettres et sciences ? Maître d’études au lycée de Wismes (1844), puis congé de l852 à 1853 (politique). Régent de mathématiques au collège d’Alais (09-12-1853), chargé de cours à Strasbourg (1867).

76 Louis-Adolphe Kuss, né à Verdun (Meuse) le 10-01-1817. Études à Nancy/Strasbourg, baccalauréat de lettres et sciences. Régent au collège de Bouxwiller (1835), chargé d’un cours de sciences à Strasbourg (1842), enseignement privé (1851-1854) - cours Rollin puis cours Fontainebleau. Enfin, retour à l’enseignement en 1862 et cours spécial au lycée Strasbourg.

77 Juilly de Henri, né à Vitteaux (Côte-d’Or) le 26-10-1822. Beaux-Arts à Paris (1843). Auditeur au conseil général des bâtiments civils (1845-1848), inspecteur du bâtiment du château impérial de Saverne (1852 à 1868).

78 Samuel Risser, né à Bergheim le 01-01-1841. ENS à Paris, licence-agrégation (1861). Professeur à Vesoul (1864), professeur de rhétorique à Bar-le-Duc (1865), professeur de lettres et sciences à Toulouse (1868), Strasbourg (1869).

79 Frédéric-Émile Rieder, né à Strasbourg le 07-07-1828. ENS à Paris (1848), licence de lettres (1849), agrégation (1854). Régent au collège de Rochefort (1851), suppléant au lycée de La Rochelle (1852), professeur de quatrième au lycée de Strasbourg (1854).

80 François-Joseph Chatelain, né à Remoncourt (Vosges) le 06-01-1838. Études à Strasbourg, licence de sciences et mathématiques 1858. Maître répétiteur à Pont-à-Mousson (1858), A. répétiteur à Strasbourg (1860), suppléant en mathématiques à Altkirch (1864), titulaire à Strasbourg (1869).

81 Léonard-Charles Rudolf, né à Paris le 25-09-1810. ENS à Paris (1834), agrégation de grammaire (1836). Professeur à Angers (1839), à Bourbon Vendée, à Avignon (1840), à Mâcon (1842), à Saint-Étienne (1845), à Strasbourg (1847-1851), à Alger (1852), à Sens (1854), à Besançon (1855), à Bourges (1859), à Strasbourg (1861).

82 Charles Staehly, né à Saint-Dié le 30-10-1820. Études à Strasbourg, licence de lettres (1844), agrégation (1859). Professeur de sixième au lycée de Dijon (1857), à Vendôme (1858), à Strasbourg (1859).

83 Désiré Ligneau, né à Aix-en-Othe (Aube) le 28-08-1840. ENS à Paris, agrégation de grammaire (1859). Chargé de quatrième à Tours (1862), congé (1865), professeur de quatrième à Bourges (1866) et à Tours (1866), de cinquième à Versailles (1867), de sixième à Strasbourg (1868).

84 Jean-Baptiste Molière, né à Villefranche (Aveyron) en 1810. Baccalauréat (1836). Professeur au collège à Villefranche (1835), à Bourges (1836), maître d’études au collège de Strasbourg (1838), maître d’études défnitif à Strasbourg (1840), maître d’études de septième (1841), EN à Strasbourg (1850), puis revient sur le collège à la suite d’une réorganisation (1851).

85 François-Joseph Chatelain, né à Remoncourt (Vosges) le 06-01-1838. Études à Strasbourg, licence de sciences et mathématiques (1858). Maître répétiteur à Pont-à-Mousson (1858), A. répétiteur à Strasbourg (1860), suppléant en mathématiques à Altkirch (1864), titulaire à Strasbourg (1869).

86 Qui sera le premier fermé par l’autorité allemande en 1872.

87 Igersheim (F.), Politique et administration dans le Bas-Rhin, 1848-1870, op. cit.

88 Bildungsbürgertum im 19. Jahrhundert, 1, Bildungssystem und Professionalisierung im internationalen Vergleichen, sous la direction de W. Conze et J. Kocka, Klett-Cotta, Stuttgart, 1992 [1985]. Voir en particulier Ringer (F.), « Education and the middle classes in modem France », dans ibid.

89 Charle (C.), Les Intellectuels en Europe au xixe siècle : essai d’histoire comparée, Seuil, Paris, 1996.

90 Nous admettrons de mettre nos pas dans cette sémantique « étrangère » mais très fortement suggestive. Après tout, notre région, depuis si longtemps, a été fécondée par les croisements linguistiques.

91 Archives départementales du Bas-Rhin AL 105-1533. Le président supérieur von Mœller au chancelier Bismarck, le 24-09-1872, rapport intervenant après la fermeture du collège jésuite Saint-Clément de Metz, et réclamant une surveillance constante des établissements libres par l’État.

Table des illustrations

Légende 1839 : les enseignants secondaires de l’académie de Strasbourg (A)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 1839 : Les enseignants secondaires de l’académie de Strasbourg (B)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 1839 : Les enseignants secondaires de l’académie de Strasbourg (C)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 1840-1848 : Les enseignants du collège de Colmar (D)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11986/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Devenir des élèves à l’issue des classes spéciales
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11986/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université Marc Bloch de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search