Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Troisième partie. Du pouvoir au service

Les médecins cantonaux en Haute-Alsace au XIXe siècle : des élites de proximité ?

Éveline Münch-Mertz

Texte intégral

  • 1 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 33, 21 février 1865, lettre du maire de Lièpvre au préfet

1De 1825 à 1870, dans le Haut-Rhin, à la ville comme à la campagne, des docteurs en médecine essentiellement et quelques officiers de santé, exercent la mission de médecins cantonaux. Ils œuvrent « pour une institution charitable, qui tout en accordant l’avantage de secours gratuits aux indigents, devrait en même temps être une occasion pour les familles peu aisées de posséder un médecin à proximité »1.

  • 2 Duhamel (P.), Histoire des médecins français, Plon, Paris, 1993.

2Ce qu’on pourrait qualifier de sacerdoce est-il exercé par une élite ou par des « vedettes de second plan »2 ? Où se situent ces médecins philanthropiques dans la sphère culturelle de leur époque et de leur lieu d’exercice ? Ces quelques pistes de réflexion sont en partie celles de notre travail de recherche qui porte sur la médecine cantonale et dont la problématique plus large englobe l’enquête sur l’institution et sur les malades.

3Le médecin cantonal exerce, en principe, un mandat de cinq ans. Il est chargé de soigner, de vacciner, de surveiller et de prévenir. Il soigne gratuitement les indigents désignés par les maires, porte secours aux noyés, asphyxiés et gelés, traite les blessures par accidents graves et imprévus, surveille les décès et les inhumations, l’hygiène et la salubrité publique, assure la police médicale, joue le rôle de vaccinateur, organise les soins en cas d’épidémie et assiste les sages-femmes dans les moments difficiles. En plus de ces tâches habituelles, il peut être responsable du service de santé des brigades de direction des douanes ; il siège aux conseils d’hygiène et de salubrité et participe à de nombreuses enquêtes (causes de décès, crétinisme, etc.).

  • 3 Guillaume (P.), Le Rôle social du médecin depuis deux siècles (1800-1945), Association pour l’étude (...)
  • 4 Ibid.

4Au niveau social3, le médecin cantonal appartient à un groupe hétérogène. Il se situe, d’une part, au bas de l’échelle du corps des médecins et, d’autre part, représente la culture savante, il est « l’informateur des autorités et met la population sous surveillance sanitaire »4. Il appartient de ce fait à l’élite intellectuelle de son lieu d’exercice.

  • 5 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 3 janvier 1842.
  • 6 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 3 janvier 1842.

5C’est ainsi que Martischang, officier de santé, domicilié à Lapoutroie et exerçant la médecine cantonale dans ce canton depuis 1832 affirme : « Je suis français, j’ai rendu des services publics à ma patrie. Je suis père d’une nombreuse famille avec peu de fortune... »5 Au contraire, Fulkowski est « étranger, célibataire, fils d’une très riche famille, honoré d’une clientèle dont l’accroissement lui est garanti par son titre et ses relations avec les autorités cantonales [...] et, de plus, il sait mieux vacciner et a du savoir »6.

  • 7 Shorter (E.), Doctors and their Patients, A Social History, Transaction Publishers, New Brunswick, (...)

6Cette hiérarchisation des médecins se retrouve également en Grande-Bretagne : « Une élite anglaise de médecins et de chirurgiens des Collèges Royaux de Londres amassaient de grandes fortunes et vivaient dans de charmants hôtels particuliers du quartier ouest de Londres. Leur prestige social était lié à la classe sociale à laquelle ils appartenaient de par leur naissance et non à leur savoir médical. »7

Une élite « périphérique » encadrée, ou la proximité géographique des médecins cantonaux

Qui sont-ils ?

7Au niveau des études, ils sont pour la plupart docteurs en médecine, mais on trouve également quelques médecins cantonaux, officiers de santé. Depuis la loi du 10 mars 1803, il est exigé pour l’obtention du doctorat en médecine, quatre ans d’études dans une école spéciale de médecine (faculté à partir de 1808), cinq examens et une thèse. Pour l’officiat, trois possibilités sont proposées : le candidat doit avoir suivi trois années d’études dans une école de médecine, soit avoir pratiqué pendant cinq ans dans des hôpitaux, soit s’être attaché pendant six ans à un docteur en exercice. En 1837, dans le Haut-Rhin, les médecins cantonaux sont en majorité docteurs en médecine.

Répartition des médecins cantonaux selon leurs diplômes (1837)

 

Arrondissements

Colmar

Altkirch

Belfort

Médecins cantonaux

13

8

8

Dont officiers de santé

1

1

8En ce qui concerne leur rang social et leur niveau de fortune, ils sont souvent plus proches du peuple que des notables et leur candidature au poste de médecin cantonal est souvent liée au manque à gagner par ailleurs. De ce fait, le besoin d’argent entraîne un cumul des activités et les médecins cantonaux sont souvent bénéficiaires d’indemnités diverses.

9En 1855, Thannberger définit les indemnités annuelles à attribuer aux médecins cantonaux :

  • 600 francs au médecin cantonal exerçant dans une circonscription dont la population s’élève à plus de 10 000 habitants et dont les chefs-lieux sont des villes ;

  • 700 francs au médecin exerçant dans une circonscription dont la population est comprise entre 10 000 et 6 000 habitants ;

  • 800 francs au médecin exerçant dans une circonscription dont la population est inférieure à 6 000 habitants et qui offre le moins de chance de trouver une clientèle privée, ou dont le service est particulièrement pénible en raison de la dispersion des maisons dans la montagne.

  • 8 Léonard (J.), La Vie quotidienne du médecin de province au xixe siècle, Hachette, Paris, 1977.

10Ces sommes couvrent à peine les frais occasionnés ! Pour mémoire, un ouvrier gagne environ 700 francs par an à cette même époque et Jacques Léonard affirme que les « gains des docteurs peuvent osciller entre 2 000 francs et 7 000 francs »8. Les médecins cantonaux de ce fait exercent souvent d’autres activités rémunératrices. En 1858, par exemple, 11 médecins cantonaux sont responsables de 74 brigades (douanes) réparties sur le département et comptant 828 hommes. Chacun d’entre eux perçoit des indemnités spécifiques variant entre 100 francs et 1575 francs, fourniture de médicaments comprise. Si tout va bien, ils ont également une clientèle privée sans laquelle d’ailleurs leur survie financière semble compromise.

De qui dépendent-ils ?

11Ils sont nommés par le préfet et recommandés, soit par des responsables politiques, soit par des industriels, des confrères ou des membres influents de la famille. Ils sont inspectés et surveillés par l’inspecteur des Établissements de bienfaisance, qui est Thannberger en 1856. Cet organisme a sous sa direction l’inspection des services des hôpitaux, des hospices, des bureaux de bienfaisance, des enfants trouvés et de la médecine cantonale. Les moyens de contrôle sont les rapports que les médecins cantonaux doivent rédiger une fois par trimestre et ces rapports donnent lieu annuellement à un rapport de synthèse.

12On parle de fonctionnarisation des médecins cantonaux.

Où exercent-ils ?

13Le médecin cantonal est à la tête d’une circonscription dont le choix des tracés est fort complexe et dépend de l'existence de voies de communication, de la présence de pharmaciens ou de dispensaires, de l’étendue territoriale des cantons, du relief accidenté des communes et de la dispersion de l’habitat.

Répartition des médecins cantonaux par circonscriptions (1863)

 

Arrondissements

Altkirch

Colmar

Belfort

Cantons

7

13

9

Médecins cantonaux

18

26

17

Dont officiers de santé

2

21

Médecins cantonaux par circonscription

2 (sauf à Mulhouse : 5 médecins)

2 (sauf à Rouffach/Soultz : 5 médecins)

2 (sauf à Giromagny : 1 médecin)

  • 9 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 33, 28 mai 1867.

14Le médecin cantonal réside dans un lieu judicieusement choisi, se déplace à cheval ou à pied et doit pouvoir disposer dans un rayon proche de ressources nécessaires, comme des denrées de pharmacie. Becker, par exemple, devrait exercer à Jebsheim. Le maire de cette localité prend le parti du médecin en écrivant ces mots au préfet : « Enfin, Monsieur le Préfet, figurez-vous une circonscription organisée comme la nôtre : un médecin de Colmar allant soigner les indigents à Grussenheim (15 km de distance) quand il y en a un qui n’a que 2 km à faire[...] ! »9

15Les médecins cantonaux appartiennent certes aux élites, mais ils sont sous la dépendance d’autres élites, astreints à la proximité géographique de leurs malades et plus proches socialement de leurs patients que des notables.

Une élite « intégrée » ou la proximité culturelle

Une élite proche de ses malades par la connaissance et la pratique de la langue

  • 10 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 18 janvier 1832.
  • 11 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 1826.

16C’est le meilleur moyen d’obtenir la confiance des malades et de l’administration qui les recrute et les rémunère. Deux exemples, celui d’Auguste Méglin10 qui pourrait obtenir la préférence pour la place de médecin cantonal parce qu’il parle la langue du pays, et celui de Lagarde, qui ne sera retenu comme candidat au poste de médecin cantonal que « s’il se familiarise avec le caractère et l’idiome des gens du canton... »11, semblent confirmer l’importance de la maîtrise de la langue alsacienne pour l’obtention du poste de médecin cantonal.

Une élite proche des patients par la connaissance et la pratique de la culture populaire en matière de soins

  • 12 Léonard (J.), op. cit.

17Cette approche est même souhaitée, pour des raisons économiques d’abord. En effet, Thannberger affirme que la médecine des pauvres doit être aussi simple que possible, et Jacques Léonard conclut que « la gastrite du pauvre appelle une infusion de feuille de sureau, celle du riche exige l’élixir parégorique. La syphilis du riche se traite au mercure, celle du pauvre à la décoction de salsepareille. »12

18Elle est également expliquée par des raisons scientifiques. Les médecins cantonaux appartiennent à la médecine pré-pasteurienne. Celle-ci leur permet de traiter les formes simples des maladies les plus fréquentes, des troubles de l’appareil respiratoire et ceux du système digestif.

19Les médecins cantonaux font partie de ce monde ambivalent, à la fois populaire et bourgeois, par les mœurs qu’ils adoptent. En effet, les lettres de candidature des futurs médecins cantonaux, ou les lettres de recommandation qui souvent accompagnent ces candidatures, insistent sur certains qualificatifs qu’on pourrait appeler bourgeois. Le futur candidat ne peut être que de bonnes mœurs ; parfois père de famille nombreuse, il est forcément honnête et laborieux et de conduite irréprochable.

20Cette ambivalence n’est pas toujours facile à vivre pour certains qu’on pourrait qualifier de mal intégrés, comme Pierre Antoine Arnaud Laviéville, originaire du Pas-de-Calais, médecin cantonal à Orbey qui dit en 1867 vivre dans un pays arriéré d’un siècle, et qui souffre d’un manque de reconnaissance : « Si petit médecin que je suis, j’aime qu’on me respecte. »

21D’autres au contraire réussissent leur intégration, tel Jadzewski, d’origine polonaise, médecin cantonal à Munster, qui, en 1855, dans sa lettre de candidature, prétend avoir « une connaissance approfondie des différentes coutumes et préjugés des habitants... »

Une élite des « marges » attirée vers les pôles d’excellence et de pouvoirs

Une élite à la marge de l’aisance qui peut basculer vers la pauvreté et la misère

22Même si les arguments sont parfois exagérés afin de dramatiser quelque peu une situation délicate, il est courant que la famille d’un médecin cantonal malade, âgé ou défunt puisse être entraînée vers une certaine forme de pauvreté. Ainsi, Mme Jadzewski, épouse du médecin cantonal de Munster, se trouve être sans ressource à la mort de son mari, et le docteur Mœglin pour des raisons financières est obligé de travailler jusqu’à quatre-vingt ans.

Une élite attirée vers d’autres élites ou qui désire renforcer son rôle d’élite

23Le médecin cantonal voit son rôle intellectuel accru par sa participation à différents comités, associations ou autres dispositifs, comme par exemple la Société médicale du Haut-Rhin, dont le siège se trouve à Colmar et dont les compte-rendus sont soit publiés dans la Gazette médicale de Strasbourg de 1843 à 1872, soit dans un tirage à part intitulé le Bulletin de la Société médicale du Haut-Rhin. Cette société incite ses membres à publier des travaux de recherches et participe ainsi au développement d’un savoir savant. Certains médecins cantonaux s’inscrivent également dans la sphère du pouvoir politique, comme Onimus, médecin cantonal à Bantzenheim. Né en 1801 et mort en 1869 à Bantzenheim, Onimus fait ses études à Paris, reçoit son titre de docteur en médecine en 1827 et épouse Marie-Thérèse Reymann, fille du maire d’Oberentzen en 1833. À cette date-là, il est déjà maire de Bantzenheim et devient membre du conseil général le 1 8 novembre 1833.

***

  • 13 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 40, rapport de Knoll, médecin cantonal du canton d’Ensish (...)

24Nos conclusions sont pour le moment partielles et provisoires. Le matériel archivistique analysé ne nous permet pas de considérer notre sujet d’étude comme un corps unique formant une élite unie, et les médecins cantonaux dont nous essayons de comprendre le parcours et les intentions ne sont pas sur une même trajectoire qui mènerait vers les centres de tous les pouvoirs. Mais nous pouvons affirmer que les médecins cantonaux sont des élites de proximité en quête d’émancipation, d’adhésion et de pouvoirs, certains se battant avec beaucoup de conviction pour des idéaux philanthropiques dans des conditions qu’ils qualifient de « pénibles » et de « fatigantes »13.

Notes

1 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 33, 21 février 1865, lettre du maire de Lièpvre au préfet.

2 Duhamel (P.), Histoire des médecins français, Plon, Paris, 1993.

3 Guillaume (P.), Le Rôle social du médecin depuis deux siècles (1800-1945), Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, 1996.

4 Ibid.

5 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 3 janvier 1842.

6 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 3 janvier 1842.

7 Shorter (E.), Doctors and their Patients, A Social History, Transaction Publishers, New Brunswick, NJ, 1991 : « An English elite of physicians and surgeons of Royal colleges in London amassed great fortunes and lived in lovely townhomes in the West End of London. Social prestige came from the social class into which they had been born and not from their medical knowledge. »

8 Léonard (J.), La Vie quotidienne du médecin de province au xixe siècle, Hachette, Paris, 1977.

9 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 33, 28 mai 1867.

10 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 18 janvier 1832.

11 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 32, 1826.

12 Léonard (J.), op. cit.

13 Archives départementales du Haut-Rhin 3 X 40, rapport de Knoll, médecin cantonal du canton d’Ensisheim, pour l’année 1856.

Auteur

Doctorante à l’université Marc Bloch de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search