Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Troisième partie. Du pouvoir au service

Élites religieuses et politiques dans le sud-est de la monarchie des Habsbourg

Clergé, constitution aristocratique et Église d’État en Hongrie à l’époque de Marie-Thérèse

Joachim Bahlcke
Traduction de Christine Lebeau

Résumé

Die Bedeutung des Konfessionellen für die Politik war in Ungarn, wo sich anders als in grossen Teilen Europas auch nach dem Ende der Türkenzeit der Absolutismus nicht durchsetzen konnte, auch nach 1700 ungebrochen. Wegen dieses Spätkonfessionalismus wurde die Kirche hier noch im 18. Jahrhundert als klassischer Bündnispartner der Dynastie benötigt. In seiner Studie über die politischgesellschaftliche Rolle der Führungsschicht der katholischen Kirche in Ungarn fragt der Autor für die Zeit von 1740-1780 nach den Wechselbeziehungen zwischen Wiener Hof und katholischem Klerus einerseits, zwischen Staatskirchentum und Ständeverfassung andererseits. Im Mittelpunkt seines Beitrags steht der Pressburger Landtag der Jahre 1764-1765, der für diese Fragen eine wichtige Zäsur markierte. Denn ausgerechnet die kirchlichen Würdenträger, deren Loyalität zum Hof bisher ausser Frage stand, entwickelten sich seither — so die These des Autors — zum Kraftzentrum des ungarischen Ständestaats. Die wichtigste Flugschrift jenes Landtags, die von einem Domherrn verfasste Vexatio dat intellectum, ist in dieser Hinsicht ein herausragendes Dokument : sie gibt durch ihre historisch-rechtliche Argumentation, ihre Ausführungen zur Souveränitäts-und Vertragstheorie, zum Naturrecht und nicht zuletzt zum kirchenrechtlichen Hintergrund in vielfacher Hinsicht Aufichlüsse über die politische Ideenwelt und das politische Selbstverständnis der ungarischen Stände, insbesondere des katholischen Klerus.
Der Verfasser stellt zunächst die Grundlinien der Wiener Ungarnpolitik aus Sicht der Geistlichkeit vor, geht dann auf die Hintergründe der ständischen Neupositionierung des Klerus um die Mitte der sechziger Jahre ein und fasst schliesslich die daraus resultierenden Konsequenzen bis in die achtziger Jahre zusammen. Das Scheitern des Pressburger Landtags 17641-1765 und der dadurch hervorgerufene Umdenkprozess des Klerus hatten mehrere Gründe. Die neue Dynamik der Wiener Ungarnpolitk nach 1760 batte die an innere Stabilität und Kontinuität gewohnte ungarische Ständegesellschaft, und vor allem den ungarischen Episkopat, überfirdert ; die Folge war das erneute Aufleben alter Widerstandsformen und Solidarisierungseffekte. Anders als in Osterreich und Böhmen war der hohe Klerus in Ungarn sehr viel weniger von gallikanischen oder febronianischen Stromungen erfasst worden. In der Mehrzahl waren entsprechende Tendenzen scharf zurückgewiesen worden. Nach 1765 wurde der Klerus so vom Bündnispartner zum Konfliktpartner der expandierenden Staatsgewalt. Dieser Wandel lässt sich an der Politik des Wiener Hofes ablesen, der für die kommenden 15 Jahre keinen Landtag mehr in Ungarn einberief Reformen ausschliesslich auf dem Verordnungsweg verwirklichte und die Stellen des Primas und des Palatins lange Jahre vakant liess. Im Ergebnis zeigt das Beispiel der Machtprobe zwischen absolutistischem Herrscheranpruch und standischer Verfassung in der Spätzeit Maria Theresias, wie brüchig im Grande die Fundamente waren, auf denen die Zusammenarbeit zwischen den Habsburgern und Ungarn beruhte. Nur wenige Jahre später, als diese Basis offen in Frage gestellt wurde, musste es schon sehr schwierig werden, die Zusammenarbeit aufrechtzuerhalten. Gerade was den Klerus anbetrifft, so haben Maria Theresia und noch mehr Joseph II. durch ihre überhastete Reformpolitik Gruppen abgestossen, die möglicherweise mit ihnen zusammengearbeitet hätten.

Texte intégral

  • 1 Religion and Society in Early Modem Europe 1500-1800, édition dirigée par K. von Greyerz, German Hi (...)

1En même temps que naît l’État bureaucratique, que se forme l’absolutisme et que se développent de nouvelles théories politiques et juridiques qui visent à séculariser l’État, le rapport de force établi entre l’État et l’Église depuis les réformes se modifie durablement. Dans les pays catholiques comme dans les pays protestants, les rôles tendent à s’inverser : ce n’est plus l’État qui prête mainforte à l’Église, mais au contraire l’Église qui conforte l’absolutisme. Stimulés par les succès de leurs concurrents protestants et par l’affaiblissement de la papauté, les princes catholiques ne cessent d’accroître leurs prérogatives. Cette irruption de l’État moderne dans le domaine religieux pose cependant deux problèmes : comment le pouvoir séculier catholique (katholisch-weltliche Obrigkeit), qui s’efforce de discipliner et d’intégrer, a-t-il accueilli les velléités d’indépendance d’une Église confortée et dynamisée par le Concile de Trente ; quelle a été l’attitude des élites religieuses dont la légitimité risquait d’être remise en cause ?1

  • 2 Bahlcke (J.), Regionalismus und Staatsintegration im Widerstreit. Die Länder der Bohmischen Krone i (...)
  • 3 Kessler (W.), « Stande und Herrschaft in Ungarn und seinen Nebenländern im 18. und frühen 19. Jahrh (...)
  • 4 Bahlcke (J.), « Calvinism and estate liberation movements in Bohemia and Hungary (1570-1620) », dan (...)

2Dans cette perspective, la Hongrie apparaît moins comme un modèle que comme une exception. D’abord du fait du décalage chronologique : les problèmes que nous avons rapidement esquissés ne deviennent actuels qu’avec la fin de la Hungaria tripartita et la défaite turque. Des conflits qui ailleurs ont éclaté au début du xviie siècle, comme en Bohême par exemple, ne sont perceptibles en Hongrie qu’au xviiie siècle2. Ensuite, à la différence d’une large partie de l’Europe, l’absolutisme ne peut s’imposer en Hongrie, même après la fin de l’époque turque. La continuité incarnée par la constitution aristocratique maintient les pouvoirs du clergé, les renforce même3. Enfin, même après 1700, le religieux et le politique restent indissolublement liés. Aussi l’Église demeure-t-elle au xviiie siècle un partenaire traditionnel pour la dynastie, notamment pour mener à bien une politique d’intégration mais aussi d’homogénéisation des confessions4.

3Cette étude reconsidèrera pour la période 1740-1780 les relations entretenues par la cour de Vienne et l’Église d’une part et par l’Église d’État (Staatskirchentum) et la constitution aristocratique d’autre part. Mon hypothèse de travail est la suivante : vexatio dat intellectum, « la persécution donne du discernement », selon les termes mêmes de la proclamation du clergé de 1764, sur laquelle nous reviendrons plus tard. On peut encore formuler autrement le problème : dans la mesure où, pour la première fois, la politique absolutiste éclairée, menée par le gouvernement de Vienne, provoque directement l’Église, le groupe jusqu’ici loyal des dignitaires ecclésiastiques devient la cheville ouvrière de l’État aristocratique hongrois. J’articulerai mon développement en trois points : dans un premier temps, j’esquisserai les grandes lignes de la politique viennoise telle qu’elle est comprise par l’Église. Ensuite, j’analyserai les raisons du repositionnement du clergé au sein des États vers le milieu des années 1760. Enfin j’en suivrai les conséquences jusque dans les années 1780.

L’Église face à la politique viennoise

  • 5 Pour une synthèse, voir Ungarn und Österreich unter Maria Theresia und Joseph II. Neue Aspekte im V (...)
  • 6 Bahlcke (J.), « Aristokraten aus dem Reich auf ungarischen Bischofsstühlen in der frühen Neuzeit. Z (...)
  • 7 Takảts (E.), Grf Nảdasdy Lảszl csanảdi püspök (1662-1729), Szeged, 1943. Sponner W., Kirchenpolit (...)
  • 8 Hermann (E.), A katolikus egyhảz története Magyarorszảgon 1914-ig, Munich, 1973. Strảnsky (A.), Št. (...)

4Dans la mesure où la politique centralisatrice des Habsbourg se concentre principalement sur la Bohême après 1700, la structure sociale et l’autonomie administrative hongroises sont préservées pour l’essentiel et les relations entre Vienne et la Hongrie demeurent exemptes de tensions pendant des décennies. Les deux diètes de 1741 et de 1751 témoignent de ce consensus : s’y applique sans réserve le principe, formulé par Marie-Thérèse dans son premier Testament politique, selon lequel la Hongrie ne peut être gouvernée ad normam aliarum provinciarum5. Ce mode d’administration particulier s’applique également au clergé. À la différence des années 1690-1730, pendant lesquelles de nombreux aristocrates du Saint-Empire, réputés pour leur fidélité, reçoivent des évêchés, le clergé hongrois de l’époque thérésienne se caractérise par son homogénéité6. À l’issue du soulèvement de Ferenc Rakoczi, le clergé a certes été écarté du gouvernement du pays, il n’en conserve pas moins une position très forte dans la vie politique. La politique religieuse menée au Banat, qui fait de cette province un champ d’expérimentation de l’absolutisme7, ne peut être appliquée à la Hongrie et à la Croatie avant le milieu du xviiie siècle8.

  • 9 Ember (G.), « Der österreichische Staatsrat und Ungarn in den 1760er Jahren », dans Ungarn und Oste (...)
  • 10 Klingenstein (K.), « Modes of Religious Tolerance and Intolerance in Eighteenth-Century Habsburg Po (...)
  • 11 Pehm (J.) (Mindszenty), Padảnyi Bir Mảrton veszprémi püspök élete és kora, Zalaegerszeg, 1934. Tüs (...)

5Le remplacement du système Haugwitz par le système Kaunitz, qui remodèle les institutions du gouvernement central à Vienne, aboutit à la mise en place après 1750 d’une nouvelle politique hongroise, plus offensive. Le principe en est simple : on ne peut affermir la puissance de la monarchie qu’en s’appuyant sur de nouvelles forces vives, c’est-à-dire hongroises. Le Conseil d’État, créé en 1761, de droit simple organe consultatif, joue désormais un rôle considérable dans les nominations au sein du clergé hongrois9. Ce dernier du reste n’était guère en faveur à la cour de Vienne, qui, sous l’influence des idéaux des Lumières mais aussi de considérations économiques, avait depuis longtemps renoncé à la confrontation et pratiquait une tolérance modérée10. Un ouvrage de droit canon publié en 1750, par lequel son auteur, Mảrton Padảnyi Birὀ évêque de Veszprẻm, tente de réactiver une conception agressive de l’hérésie et de la conversion, autrefois défendue et pratiquée par le cardinal Kollonitsch, accroît le désaccord. Cet ouvrage anachronique, qui reçoit un accueil défavorable dans les cercles politiques et religieux, place néanmoins la cour de Vienne dans une situation difficile après l’intervention de Frédéric II contre les « honteux principes bironistes »11.

  • 12 Kosary (D.), Mȕvelȍdes a XVIII. szzadi Magyarorszgon, Akademiai Kiado, Budapest, 1996 (3e éd.).
  • 13 Marczali (H.), Grf Pảlffy Mikls fkanczellr Emlékiratai Magyarorszảg kormnyzsrl. Adalék Mri (...)

6Cet ouvrage peut aussi être compris comme une réponse à la crise de légitimité que traverse une fraction des élites religieuses hongroises, interpellées aussi bien par le catholicisme réformateur et le jansénisme que par la sécularisation progressive de la société et de l’État12. Ainsi faut-il comprendre les critiques formulées à l’encontre du clergé hongrois par le chancelier de Hongrie, Miklὀs Pảlffy, à la fin des années 1750. Ce jugement qui, sans nul doute, influence fortement la politique religieuse viennoise, est fortement teinté d’absolutisme éclairé. Il s’articule en trois points13 :

  • le clergé ne prendrait pas suffisamment le bien de l’État en considération, il donnerait la préférence à « l’intérêt particulier » au détriment de « l’intérêt public » ;

  • on aurait tort, à l’instar de « l’État ecclésiastique » (Status Ecclesiasticus), de vouloir imposer en Hongrie « l’uniformité de la vraie foi » par la force. Au contraire, un tel projet commande vigilance et charité (Vigilantia et Charitate), attention et considération ;

  • afin de s’opposer aux prétentions de l’État, le clergé et les évêques auraient l’habitude de « recourir à Rome, le plus souvent dans l’espoir d’augmenter leur puissance de juridiction, leur autorité, leurs revenus ». Pảlffy recommande donc de reconsidérer la pratique des nominations épiscopales, de modifier le « système de religion » et de procéder plus fermement contre tous les ecclésiastiques qui, « par un zèle excessif, troublent le repos de l’État ».

  • 14 Szabo (E A. J.), Kaunitz and Enlightened Absolutism, 1753-1780, Cambridge University Press, Cambrid (...)

7Cependant Pảlffy est aussi un Hongrois, un bon connaisseur de la constitution aristocratique et un défenseur de la « gloire et de l’intérêt de la nation ». Quand, en novembre 1762, Marie-Thérèse refuse une nouvelle fois de convoquer la diète en Hongrie et se contente de réunir à Vienne quelques-uns des magnats les plus en vue, Pảlffy, mécontent, démissionne. Le départ de cet homme de compromis marque, à Vienne, le terme d’une politique fondée sur l’équilibre. L’issue, défavorable pour la monarchie, de la guerre de Sept Ans rend alors d’autant plus probable une offensive de la Cour, qui, sous la pression des difficultés financières, recherche désormais de nouvelles sources de revenus, principalement en Hongrie14. Lors de la diète de 1764, la troisième du règne, Marie-Thérèse tente d’obtenir l’impossible : l’assujettissement du clergé et de la noblesse à l’impôt et une réduction significative de leur pouvoir par une série de réformes sociales et économiques. La stratégie de Vienne, qui essaie de réformer la constitution aristocratique hongroise en faisant pression sur son maillon faible, le clergé, ne demeure pas sans effet : elle conduit aussi à un repositionnement du clergé au sein des États, qui fait sien la cause hongroise contre les tentatives absolutistes d’unification de l’État et de la société.

Le repositionnement du clergé au sein des États vers 1760

  • 15 Csizmadia (A.), « Zảpas Adama Frantiska Kollara s uherskou slảchtou », dans Historicky casopis, 196 (...)

8Les propositions royales, portées d’abord à la connaissance de la chancellerie de Hongrie pour être ensuite soumises à l’approbation de la diète de Presbourg, comportent pour l’essentiel trois points : outre l’assujettissement du clergé et de la noblesse à l’impôt, l’introduction d’une taxe, l’insurrectio substituta, en remplacement de la personalis insurrectio, c’est-à-dire du service personnel, ainsi qu’une réforme des droits seigneuriaux qui devait au moins alléger les services dûs par les paysans au seigneur. La relation entre la puissance royale et la constitution aristocratique, ainsi que l’étendue de l’autonomie religieuse de la Hongrie devaient être précisées à cette occasion15.

  • 16 Vyvìjalovả (M.), « Adam Franz Kollảrs Entwürfe für die Reformpolitk Maria Theresias », dans Maria T (...)

9Afin de parvenir à ses fins, la cour de Vienne devait créer un climat aussi favorable que possible avant même l’ouverture de la diète et, en même temps, donner force et crédibilité à ses propositions. La création d’une distinction nouvelle, qui récompenserait les services rendus à l’État, baptisée « ordre de Saint Étienne » en l’honneur de la Hongrie, devait concilier les élites. Parmi les quatre premiers titulaires qui, le 6 mai 1764, quelques semaines avant l’ouverture de la diète, reçoivent la grand-croix de l’ordre, on compte trois magnats : outre l’archevêque-primat d’Esztergom Ferenc Barkὀczy, sur le soutien duquel la cour de Vienne compte tout particulièrement à Presbourg, le palatin Lászlo Batthyảny ainsi que le nouveau chancelier Ferenc Esterhảzy. En outre, le Conseil d’État confie l’élaboration d’un argumentaire historique et religieux à Àdảm Ferenc Kollảr, commis de la Bibliothèque impériale et bon connaisseur de la Hongrie. Au printemps 1764, il publie un traité De originibus et usu perpetuo potestatis legislatoriae circa sacra Apostolicorum Regum Ungariae. En l’espace de quelques semaines, l’ouvrage, initialement conçu pour donner un fondement théorique aux prétentions de la cour de Vienne, devient un best-seller dans l’ensemble des provinces de la monarchie16.

  • 17 Fondamental sur ce point : Csizmadia (A.), Adam Franz Kollảr und die ungarische rechtshistorische F (...)

10La diète est ouverte le 17 juin 1764 à Presbourg. Comme le veut la tradition, la souveraine est accueillie par l’ordre du clergé : à la table des magnats ou « Chambre haute » par le primat lui-même, à la table des régnicoles ou « Chambre basse » par Jὀzsef Bajzath, député du chapitre d’Esztergom. L’archevêque Barkczy, chargé de la réponse au discours du trône, adopte un ton ouvertement critique. En effet, les intentions de la cour de Vienne et le sens de l’ouvrage de Kollảr n’ont pas échappé à l’épiscopat hongrois qui a préparé avec ardeur une difficile réfutation. De plus, le primat n’a pas hésité, avant même l’ouverture de la diète, à réclamer à Rome la mise à l’Index de l’ouvrage de Kollảr17.

  • 18 Horvảth (M), AZ 1764-ki orszggyülés története, 1842, republié dans Kisebb történelmi munkải, Pest, (...)

11De fait, lors des premières séances, les discussions ne portent pas sur les propositions royales mais exclusivement sur l’ouvrage de Kollảr et sur ses affirmations réelles ou supposées. Le protocole de la diète est formel : Kollảr, par ses interprétations erronées, offense gravement les canons et les privilèges des États ; en méprisant ouvertement l’administration hongroise, en inspirant la haine du souverain dans la nation, il porte atteinte à la constitution du pays. La table des magnats, menée par le clergé, condamne également l’ouvrage de Kollảr. Quand le chanoine d’Esztergom Jὀzsef Bajzath vient présenter devant les magnats une adresse de la Chambre basse, on veut immédiatement, par reconnaissance, lui conférer la mitre : « Orator Patriae, mytram tibi Patriae vovet, Vox tua, vox populi, vox sacra, voxque Dei est. »18

12Comme ces réactions le montrent, le clergé est alors touché au vif. Or, dans le même temps, les prélats, qui jusqu’ici ne se sont point fait entendre en tant que corps ou, du moins en apparence, sont restés loyaux envers la cour de Vienne, prennent la tête de l’opposition. Jusqu’en septembre, c’est-à-dire pendant plus de trois mois, la querelle déclenchée par l’ouvrage de Kollảr bloque complètement les débats. Tout autre discussion est rejetée au motif qu’il faut attendre les résultats des délibérations de la commission chargée de la défense des intérêts du clergé, celle-ci devant statuer sur les propositions contestées contenues dans l’ouvrage de Kollảr. Le clergé met ainsi à profit une occasion unique pour détourner l’attention des questions religieuses, complexes et peu compréhensibles pour les laïcs, et pour placer au centre du débat la constitution aristocratique et les menaces qui pèsent sur elle. La noblesse pouvait ainsi abandonner au clergé la conduite de la discussion et éviter de se retrouver trop rapidement engagée dans la querelle.

  • 19 Tlbenský (J.), Slovensky Sokrates. Zivot a dielo Adama Frantiska Kollảra, Tatran, Bratislava, 1983  (...)
  • 20 Hölvényi (G.), « Katholische Aufklärung und Jansenismus in Ungarn », dans Katholische Aufklärung un (...)

13La querelle du clergé devient ainsi celle des États dans leur totalité. Au demeurant, l’ouvrage de Kollảr avait largement de quoi échauffer les esprits en Hongrie19. Ádám Franz Kollảr, slovaque originaire de Haute-Hongrie, ex-jésuite et juriste consommé, avait déjà publié en 1762 un ouvrage sur le droit de patronage des rois apostoliques de Hongrie, sans que ce livre attire particulièrement l’attention. Au contraire, quand il publie deux ans plus tard son monumental ouvrage consacré à l’étude de la puissance législatrice des rois de Hongrie dans les matières religieuses, la querelle autour des relations entre l’Église et l’État fait rage, encore avivée par la publication en 1763 de l’ouvrage de l’évêque coadjuteur de Trèves Johann Nikolaus von Hontheim De statu ecclesiae et legitima potestate Romani Pontificis. Ce livre publié sous le pseudonyme de Justinus Febronius mettait l’accent sur les droits et les libertés des églises nationales et limitait les prérogatives de la papauté. Les idées de Febronius qui visent à affirmer la prééminence de l’État sur l’Église, trouvent un terrain favorable à Vienne. On en retrouve l’écho dans l’œuvre de Kollảr20.

14Ce dernier s’efforce de prouver que l’Église de Hongrie a accaparé plusieurs droits au détriment du pouvoir séculier. Pour Kollảr, comme plus tard pour Riegger, le droit dont dispose l’État pour intervenir dans toutes les matières religieuses provient du jus advocatiae, c’est-à-dire du devoir de protection dûe à l’Église, et du jus inspiciendi, c’est-à-dire du devoir de surveillance, afin d’éviter tout dépens à l’État. L’ouvrage de Kollảr constitue la première tentative de commentaire du droit hongrois sur la base à la fois du primat de l’État et des principes régaliens, développés par le gallicanisme français et par l’Aufklärung allemande. À partir d’une interprétation toute personnelle du droit supérieur de patronage détenu par les rois de Hongrie (jus supremi patronatus regis), Kollảr justifie le transfert plein et entier au profit de l’État du droit de faire des lois d’Église.

  • 21 Fraknὀi (V), A magyar kirảlyi kegyuri jog Szent Istvảntὀl Mảria Teréziảig. Történeti tanủlmảny, Bud (...)

15Ce droit supérieur de patronage était un ensemble de droits divers, qui avait partie liée avec la distribution des prébendes, organisée de façon spécifique en Hongrie. L’origine de ce privilège royal, la relation entretenue avec le Saint-Siège et surtout la question de savoir s’il avait seulement été prévu, lors de l’organisation de l’Église de Hongrie, que le roi représente le pape, faisaient l’objet de discussions depuis deux siècles21. Le code rédigé par Istvản Verbȍczi avait apporté en 1514 une relative clarté : le Tripartitum opus juris consuetudinarii reconnaissait explicitement au roi le droit de nommer les évêques, au pape revenant seulement le droit de confirmer la décision royale. Depuis, tous s’accordaient à reconnaître dans le droit de patronage un privilège royal, c’est-à-dire un privilège concédé par l’Église au roi. Le Tripartitum n’en reconnaissait pas moins les prérogatives du pape.

16Selon Kollảr, au contraire, la nomination des évêques est incluse dans les prérogatives du pouvoir séculier, il ne s’agit aucunement d’un privilège concédé par le pape au souverain, mais bien d’un droit fondamental, qui appartient à la nature même du pouvoir séculier. Le pouvoir épiscopal à l’exception du sacrement de l’ordre relève pleinement du pouvoir absolu du souverain, en tant que ce dernier est l’unique source de droit dans l’État. Sur ce point, comme sur la question de l’imposition, sur le droit de conférer des bénéfices, des juridictions ecclésiastiques ou encore sur la question du pouvoir administratif de l’évêque, Kollảr a rassemblé une grande quantité de documents qui devaient rendre la riposte difficile. Quand il discute le Tripartitum de Verbȍczi, Kollảr touche au nerf de la république aristocratique, au pouvoir des États comme à la constitution, qu’il ne considère pas comme une loi (Gesetz) mais seulement comme une norme juridique (Rechtsnorm).

17À la diète, le primat apparaît désormais comme le porte-parole de l’opposition des États, dont les votes sont observés avec le plus grand soin à Vienne, ainsi que les faits et gestes de ses chefs. Un grand nombre de rapports secrets destinés à la cour et au gouvernement central trahissent une grande défiance pour le clergé, dont l’opposition tantôt cachée tantôt visible est constamment au centre des relations envoyées de Presbourg. La commission de la diète dominée par le clergé demande avec toujours plus d’insistance que l’ouvrage de Kollảr soit brûlé et son auteur banni. Dans son rapport conclusif, elle l’accuse d’avoir voulu réduire les pouvoirs de l’Église à l’aide de lois falsifiées, d’avoir essayé d’humilier le clergé et de renier la hiérarchie instituée par Dieu. L’affirmation selon laquelle le roi serait en droit de confisquer les biens d’Église, est tout particulièrement condamnée, dans la mesure où il s’agit d’une fortune divine et que le roi n’en est que le gardien. À plusieurs reprises, le rapport de la commission insiste sur le caractère nuisible de l’ouvrage à l’égard du bonum commune et de l’ensemble de la nation hongroise.

18La cour comptait cependant sur la loyauté du deuxième prince d’Église en Hongrie, l’archevêque de Kalocsa Jὀzsef Batthyảny dont les ambitions concernant l’archevêché de Vienne étaient bien connues. En quête d’appuis pour sa cause, Kollảr se tourne donc vers lui et non vers l’archevêque d’Esztergom entré en opposition. Cependant Kollảr finit également par rentrer en conflit avec Batthyảny pourtant réputé pour son pragmatisme : l’honneur blessé de la nation hongroise appelle une réparation, les offenses permanentes envers le pape, le Tripartitum, les États et la patrie ne peuvent plus être tolérées.

  • 22 Kovảcs (E.), « Beziehungen von Staat und Kirche im 18. Jahrhundert », dans Osterreich im Zeitalter (...)

19Marie-Thérèse et les politiciens réformateurs de Vienne qui, ne serait-ce que pour des raisons financières, ne peuvent se permettre un échec de la diète, se trouvent semaine après semaine dans une position de plus en plus difficile. La souveraine cherche conseil auprès de Kaunitz, puis de l’archevêque de Vienne Migazzi, qui occupe également les fonctions d’administrateur dans l’évêché hongrois de Vảc. De manière surprenante, tous deux prennent leurs distances de Kollảr, certes pour des raisons très différentes, et recommandent de retirer de la vente le De originibus. Marie-Thérèse désavoue alors son bibliothécaire et interdit l’ouvrage, au motif que ses principes seraient contraires à la religion dominante. Sa décision est confirmée ultérieurement par un mémoire de Paul Joseph Riegger, canoniste et inspirateur de la politique religieuse de l’impératrice, qui reproche à Kollảr de ne faire aucune différence entre la jurisdictio spiritualis et la jurisdictio temporalis22.

20Les concessions faites par le gouvernement de Vienne ne permettent pas de résoudre la crise. À la mi-septembre, les États ont donné une première réponse aux propositions royales, accompagnée d’un catalogue de plus de deux cents gravamina, qui devaient être évoqués en premier. Contre l’assujettissement à l’impôt, l’évêque d’Eger formule une autre objection, particulièrement favorable au clergé catholique : l’assiette du nouvel impôt devra inclure la hiérarchie de l’église uniate. La cour de Vienne l’avait pourtant d’emblée exclue, pour ne pas compromettre une union fragile d’une part et pour ne pas accabler financièrement une Église dépourvue de moyens d’autre part. L’irritation de la cour devient visible quand Marie-Thérèse refuse d’accorder tout soutien supplémentaire à la garde hongroise (Ungarische Leibgarde) créée en 1760 et inflige ainsi aux États un affront supplémentaire.

21Des pamphlets, des brochures et des polémiques qui circulent depuis le début de l’automne à Presbourg et que d’aucuns baptisent la « peste hongroise », portent la tension à son point culminant.

  • 23 Concha (G.), « A “Vexatio dat intellectum” címȕ röpirat 1765-bȍl », repris dans Hatvan év tudomảnyo (...)

22À Vienne, une brochure intitulée Vexatio dat intellectum échauffe l’opinion et suscite de vives réactions. Un mémoire de la cour souligne que l’auteur, resté anonyme, s’est à ce point laissé emporter qu’il ne dissimule même plus le poison de ses affirmations trompeuses et de ses menées séditieuses. La brochure, un manuscrit de 26 pages, donne un bon aperçu des idées et de la culture politiques des États de Hongrie par la nature de son argumentation historique et juridique, par ses remarques sur la politique européenne, par sa discussion des théories de la souveraineté, du contrat et du droit naturel et finalement par ses considérations sur le contexte religieux. Son propos est de défendre l’intégrité des anciennes lois et des privilèges qui forment la constitution aristocratique hongroise et d’affirmer la « corporéité » de la nation hongroise. À travers la formule « lex dei et Naturae », les revendications des nobles sont très habilement mêlées aux revendications des ecclésiastiques. La fine distinction établie, par exemple, entre la propriété et l’usufruit des biens ecclésiastiques, dominium directum et dominium utile, montre le haut niveau de l’argumentation. La brochure s’en prend vivement à Kollảr qu’elle accuse de préparer, par le biais de la question fiscale, une réforme du gouvernement de la Hongrie, conforme aux intentions de la cour de Vienne. Dans cette perspective, la république aristocratique de Pologne est érigée en contre-modèle23.

  • 24 Csizmadia (A.), Adam Franz Kollảr und die ungarische rechtshistorische Forschung, op. cit., p. 43.

23Jὀzsef Benczủr, directeur du collège évangélique de Presbourg, envoie à Kollảr le premier compte rendu de la brochure. Benczủr a lui-même publié en 1764 un ouvrage volumineux, Ungaria semper libera, dans lequel il affirme l’indépendance de la Hongrie vis-à-vis du pape, de l’empereur et du sultan. Il écrit à son ami viennois : « Où que tu te tournes, il est fait usage des arguments contenus dans la Vexatio. »24 Après de longues hésitations, Benczủr se résout à rédiger une réplique, mais à condition que son nom ne soit jamais cité, car il craint pour sa vie.

  • 25 Klaić (N.), « Baltazar A. Křcelić (1715-1778) autor tzv. ljetopisa iz 11. stoljéca », dans Croatica (...)
  • 26 Kollảnyi (F.), Esztergomi kanonokok 1100-1900, Esztergom, 1900, p. 374 sq. Bitskey (I.), « Barkczy (...)

24Comme l’indique la conclusion de la Vexatio, qui, à la différence du Tripartitum, évoque largement les droits de la hiérarchie catholique de Hongrie, son auteur devait très probablement être issu des rangs du clergé. Le texte contient encore des critiques à peine voilées, manifestement adressées au clergé réformateur. Ainsi l’historien et chanoine de Zagreb, Baltazar Adam Křcelić, qui a rempli les fonctions de recteur au collège croate de Vienne et est demeuré proche des réformateurs viennois, fait l’objet d’attaques personnelles25. Křcelić avait justement publié à l’occasion de la diète de 1764 une brochure, dans laquelle, à l’instar de Kollảr, il remettait en cause les théories de Verboczi. En dépit de recherches actives, menées à la suite de l’accusation de haute trahison, l’auteur de la Vexatio n’a pas pu être identifié dans l’immédiat. Son identité n’a été dévoilée que tardivement et, du reste, fortuitement. Il s’agissait de György Richwaldszky, chanoine d’Esztergom et familier du primat Barkὀczy depuis que celui-ci a été évêque d’Eger. Réputé pour sa culture et son éloquence, il s’était plusieurs fois illustré dans les négociations menées à la Chambre basse26.

  • 27 « Si l’on en venait à humilier de la sorte les États, alors les vexations pourraient dessiller leur (...)

25La polémique lancée par Richwaldszky accélère considérablement le processus. La décision prise par Marie-Thérèse de faire lacérer la Vexatio et de la brûler publiquement le 18 février 1765 sur la grand place de Presbourg fait craindre aux États une nouvelle escalade. L’Apologie, publiée à ce moment précis, s’en fait clairement l’écho. Son propos va encore plus loin que les critiques formulées jusqu’ici, notamment par la Vexatio : non seulement elle met en cause l’accord donné précédemment par les États de Hongrie à la Pragmatique Sanction, mais encore elle n’exclut plus un soulèvement armé des États de Hongrie contre le gouvernement de Vienne. « Nescitis nos ita comparatos esse, ut nonnisi male habiti malefaciamus, et animi vulnera pervenire ad gladios ? »27 « Tunc vexatio dabit intellectum. » Les États acceptent finalement une augmentation de la contribution de 310000 Gulden, somme ridiculement basse, quand on sait que la Chambre apostolique estimait les revenus annuels de l’évêché d’Esztergom à 250 000 Gulden. La question de l’insurrection ainsi que la réforme des droits seigneuriaux (Urbarium) sont purement et simplement ajournées. À l’issue de sa 90e session, la diète est finalement renvoyée le 21 mars 1765.

L’évolution de 1760 à 1780

26L’offensive de la cour de Vienne et particulièrement l’épisode Kollảr ont conduit le clergé hongrois à reconsidérer sa position au sein des États hongrois. Comment caractériser ce repositionnement ? Ou pourquoi la diète de 1764-1765 était-elle d’emblée condamnée à l’échec ? Je formulerai principalement quatre remarques :

    • 28 Bahlcke (J.), « Geistlichkeit und Politik. Der ständisch organisierte Klerus in Böhmen und Ungarn i (...)
    • 29 Evans (R. J. W.), « Maria Theresa und Hungary », dans Enlightened Absolutism. Reform and Reformers (...)

    la dynamique nouvelle, imprimée depuis Vienne à partir de 1760, heurte trop fortement une société hongroise éprise de stabilité et de continuité et confrontée, sans aucune préparation, à une politique absolutiste offensive, aussi bien dans le domaine politique que dans le domaine religieux. D’où la renaissance de très anciennes formes de résistance et la formation de solidarités nouvelles28. La politique formulée à Vienne visait à forger une identité nouvelle dans la monarchie, qui ne serait plus fondée sur le catholicisme baroque, mais au contraire sur une paix religieuse qui concernerait toutes les confessions et établirait l’alliance de l’Église et du pouvoir absolu et éclairé29. Pour les évêques hongrois, cette réforme apparaissait trop brusquée ;

  • bien plus que la noblesse, le clergé hongrois pouvait mobiliser l’argument national, l’appel à la résistance contre la domination étrangère des Habsbourg et de la bureaucratie pour défendre la constitution hongroise. En effet, dans les années 1760, le clergé était majoritairement composé de Hongrois et de Croates, à la différence des clergés Bohême et morave ;

    • 30 Bedy (V.), A gyori székeskptalan története, Györ, 1938.

    le noyau dur de la résistance en 1764-1765, comme deux décennies plus tard lors de la Grande Diète réformatrice (Reformlandtag), était formé par la table des régnicoles, c’est-à-dire par ceux que l’exercice de l’autonomie administrative rendait imperméables à toute tentative d’intégration issue de la cour de Vienne. On note plus particulièrement le rôle des chapitres cathédraux, notamment d’Esztergom, dont les membres craignaient pour leur carrière dans la Hierarchia catholica. À côté de l’évêché de Gyȍr dans la Hongrie de l’ouest, qui était principalement pourvu par des aristocrates venus des États héréditaires30, Esztergom offrait les meilleures garanties pour une ascension dans l’épiscopat. Plus de la moitié des évêques de 1764 appartenaient en même temps au chapitre d’Esztergom. Pourtant, à deux reprises, entre 1745 et 175L ainsi qu’entre 1757 et 1761, les Habsbourg ont laissé vacant l’archevêché, au grand dam du chapitre ;

    • 31 Tibensky (J.), « Prispevok k dejinảm osvietenstva a josefinizmu na Slovensku », dans Historickè Štu (...)

    à la différence de l’Autriche ou de la Bohême, le gallicanisme et le fébronianisme n’ont que peu d’appuis au sein du haut clergé hongrois, voire font l’objet d’un refus complet. Même le jansénisme n’est pas obligatoirement mêlé d’anticurialisme. Les évêques hongrois possédaient en général une meilleure formation théologique que leurs homologues des pays héréditaires : en 1764, sur 19 évêques hongrois, 11 avaient fréquenté le collège germano-hongrois de Rome et pouvaient y avoir conçu une aversion certaine pour les projets viennois31.

  • 32 Hersche (P.), « Erzbischof Migazzi und die Anfänge der jansenistischen Bewegung in Wien », dans Mit (...)

27Comparé à l’évolution de l’archevêque de Vienne et administrateur de Vảc, le repositionnement du clergé hongrois peut raisonnablement se situer en 1764-1765. J’ajouterai quelques remarques à ce propos. Migazzi obtient justement l’indigénat hongrois pendant la diète de Presbourg et approfondit ses relations avec la Hongrie à ce moment. Le parcours de l’archevêque de Vienne, d’abord philo-janséniste et proche du parti des Lumières, puis adversaire résolu de l’Église d’État (Staatskirchentum), homme de confiance de la Curie et ardent défenseur de l’ultramontanisme, est loin d’être un cas isolé en Autriche. Jusqu’aux affaires Febronius et Kollảr, la collaboration entre l’Église et l’État est entière. Le point de rupture se situe entre 1763 et 176732.

  • 33 Katus (L.), « Egyhazi-politikai kapcsolatok a török kiȕzése utản (1700-1848) », dans Magyarorszảg é (...)

28Comme dans le cas Migazzi, il faut bien comprendre la position du clergé qui met en jeu non seulement son autorité religieuse mais aussi le pouvoir politique des prélats au sein des États. Le conflit des années 1764-1765 lance un processus qui se développe ensuite de lui-même. Du point de vue du clergé, la diète de Presbourg devait nécessairement avoir un double effet : amener un repositionnement politique au sein des États afin de disposer d’un pouvoir renforcé dans le jeu politique et amener un repositionnement religieux, tactiquement identifié à l’ultramontanisme33, Rome pouvant servir ici de recours contre les incursions de l’État dans le domaine religieux, sans qu’il soit besoin de modifier les hiérarchies et les prétentions antérieures. On peut ici citer l’exemple de l’archevêque de Kalocsa, Jὀzsef Batthyảny, qui ne cesse de s’opposer au nonce apostolique à Vienne pour faire valoir ses droits de métropolite et de légat du pape.

29Les événements ultérieurs nous confirment dans cette interprétation qui fait de la diète de Presbourg de 1764-1765 une césure, marquée par l’évolution du clergé hongrois, qui, de partenaire d’un État en construction, devient un opposant déterminé. Trois faits doivent être soulignés plus particulièrement :

    • 34 Balảzs (É. H.), Hungary and the Habsburgs 1765-1800. An Experiment in Enlightened Absolutism, Budap (...)

    la diète de Hongrie n’est plus jamais réunie dans les quinze dernières années du règne de Marie-Thérèse et, en ce domaine, Joseph II suit bien volontiers l’exemple de sa mère. La souveraine s’appuie sur les lois existantes pour préserver les droits de la Couronne et impose ses réformes, l’organisation de la fiscalité, la réforme scolaire et le règlement des droits seigneuriaux (Urbarium), par la voie des décrets34 ;

    • 35 Tomko (J.), Die Errichtung der Diözesen Zips, Neusohl und Rosenau (1776) und das königliche Patrona (...)

    ni le siège du primat de Hongrie mort en 1765 ni la fonction de palatin devenue vacante la même année ne sont pourvus. Marie-Thérèse gèle en quelque sorte la constitution hongroise et gouverne le pays d’après les propositions du Conseil d’État. Dans le cas de l’archevêché d’Esztergom, la perception des revenus du diocèse vacant présentait au surplus un avantage financier évident. Dix ans plus tard, alors qu’il est toujours vacant, le diocèse est réorganisé (reguliert) sans en référer aucunement à Rome35.

  • 36 Hajnik (I.), Az örökös fȍispảnsảg a magyar alkotmảnytörténetben, Budapest, 1888. Fallenbüchl (Z.), (...)
  • 37 Haselsteiner (H.), Joseph II. und die Komitate Ungarns. Herrscherrecht und ständischer Konstitution (...)

30La Hongrie est le seul pays de la monarchie où le clergé exerce encore des fonctions politiques. Au début du xviiie siècle, à l’époque du soulèvement de Rảkczi, le gouvernement de Vienne a bien essayé de donner à des fonctionnaires laïcs des emplois jusqu’ici réservés au clergé. Toutefois, la solidité des comitats et une longue tradition d’autonomie administrative a fait échouer ce projet. À l’époque de Marie-Thérèse, une bonne moitié des postes de comte suprême (supremus comes) sont héréditaires et neuf reviennent à des ecclésiastiques. D’emblée le changement est manifeste. Le clergé dont la loyauté pouvait désormais être mise en doute est évincé36. La sécularisation de la fonction de comte suprême est ainsi un premier pas vers une transformation profonde de la constitution hongroise qui mène à la suppression des comitats en 178537.

  • 38 Meszlényi (A.), A jozefinizmus kora Magyarorszảgon (1780-1846), Budapest, 1934. Benda (K.), « A joz (...)

31L’exemple de tension entre prétention absolutiste et constitution aristocratique que nous venons d’analyser montre que la coopération entre les Habsbourg et la Hongrie a fait long feu. Quelques années plus tard, quand le problème se pose de nouveau dans toute son acuité, il devient très difficile de maintenir cette coopération. En ce qui concerne le clergé, la politique de réforme hâtivement menée par Marie-Thérèse et Joseph II a eu pour effet de se priver du soutien de groupes renvoyés dans une opposition active38.

***

32En Hongrie, où, à la différence de la plupart des États européens, l’absolutisme ne parvient pas à s’imposer, même après la fin de la domination turque, les affaires religieuses continuent, après 1700, de jouer un rôle majeur en politique. Ce confessionnalisme tardif entraîne, encore au xviiie siècle, la nécessaire alliance de la dynastie et de l’Église, étudiant le rôle politique et social des élites catholique en Hongrie, nous avons analysé pour la période 1740-1780 les relations entre la cour de Vienne et le clergé catholique d’une part et les rapports entre Église d’État et constitution aristocratique de Hongrie d’autre part. Dans cette perspective, la diète tenue à Presbourg en 1764 et 1765 marque selon nous une césure fondamentale. En effet, à cette date, le haut clergé hongrois, jusqu’ici l’allié fidèle de la cour de Vienne, devient la cheville ouvrière de l’État aristocratique hongrois. Le retentissant pamphlet Vexatio dat intellectum, rédigé par un membre du chapitre, est à cet égard un document exceptionnel : l’argumentation historique et juridique, les considérations sur la définition de la souveraineté et la théorie du contrat, les emprunts au droit naturel et l’interprétation du droit canonique donnent à voir la culture et les représentations intellectuelles et politiques des États aristocratiques et plus particulièrement du clergé hongrois.

33Nous avons d’abord esquissé les axes de la politique hongroise menée par la cour de Vienne, telle qu’elle apparaît au clergé hongrois, puis nous avons étudié le repositionnement du clergé au sein des états de la Couronne de Hongrie, qui intervient au milieu des années 1760, mais dont les effets se font sentir jusque dans les années 1780. Les raisons de l’échec de la diète de Presbourg en 1764-1765 et de la redéfinition du rôle du clergé qui en découle directement sont diverses. La nouvelle politique hongroise mise en place par la cour de Vienne au début des années 1760 a soumis les états hongrois à une trop forte pression, et notamment le clergé, habitué à davantage de stabilité et de continuité. On observe en retour une solidarité nouvelle et le développement d’un esprit de résistance. À la différence des pays héréditaires, Autriche et Bohême, le haut clergé hongrois a gardé ses distances par rapport aux courants gallican ou fébronien, voire les a récusés. Après 1765, de partenaire, le clergé hongrois devient l’adversaire du pouvoir centralisateur.

34Cette évolution se manifeste clairement à travers la politique suivie par la cour de Vienne, qui, quinze ans durant, ne convoque plus la diète hongroise, impose les réformes par la voie des ordonnances et enfin ne pourvoie pas les offices de primat et de palatin. Finalement l’épreuve de force qui, dans la deuxième partie du règne de Marie-Thérèse, oppose le pouvoir absolutiste aux états aristocratiques, montre combien la collaboration entre les Habsbourg et la Hongrie reposait sur des bases fragiles. Quelques années plus tard, quand celle-ci est officiellement remise en question, il devient difficile de trouver un réel terrain d’entente. Concernant le clergé, il apparaît que la politique menée par Marie-Thérèse et surtout par Joseph II, en bouleversant précipitamment la constitution aristocratique de Hongrie, a eu surtout pour effet de renvoyer dans l’opposition un clergé jusqu’ici favorable aux Habsbourg.

Notes

1 Religion and Society in Early Modem Europe 1500-1800, édition dirigée par K. von Greyerz, German Historical Institute, Londres, 1984. Church and Society in Catholic Europe of the Eighteenth century, édition dirigée par W.-J. Callahan et D. Higgs, Cambridge University Press, Cambridge, 1979. Religion und Gesellschaft in Südosteuropa, sous la direction de H.-D. Döpmann, Südosteuropa-Ges., Munich, 1997. Iserloh (E.), Glazik (J.) et Jedin (H.), Reformation, katholische Reform und Gegenreformation, Herder, Fribourg/Bâle/Vienne, 1979. Bücking (J.), Frühabsolutismus und Kirchenreform in Tirol 15651665). – (Ein Beitrag zum Ringen zwischen « Staat » und « Kirche » in der frühen Neuzeit, Steiner, Wiesbaden, 1972.

2 Bahlcke (J.), Regionalismus und Staatsintegration im Widerstreit. Die Länder der Bohmischen Krone im ersten Jahrhundert der Habsburgerherrschaft (1526-1619), Oldenbourg, Munich, 1994 ; « Koruna Česk mezi sttoprảvní integritou, monarchistickou unii a stavovskỷm federalismen. Vyvojové Unie v politice českch zemí od 15. do 17. století », dans Středni Evropa, 1995, 54-55, p. 33-52.

3 Kessler (W.), « Stande und Herrschaft in Ungarn und seinen Nebenländern im 18. und frühen 19. Jahrhundert », dans Stände und Landesherrschaft in Ostmitteleuropa in der frühen Neuzeit, sous la direction de H. Weczerka, Verlag Herder-Institut, Marbourg, 1995, p. 171-191. Bonis (G.), « Die ungarischen Stande in der ersten Hälfte des 18. Jahrhunderts », dans Ständische Vertretungen in Europa im 17. und 18. Jahrhundert, sous la direction de D. Gerhard, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1969, p. 286-309. Bernath (M.), « Ständewesen und Absolutismus im Ungarn des 18. Jahrhunderts », dans Südost-Forschungen, 1963, 22, p. 347-355.

4 Bahlcke (J.), « Calvinism and estate liberation movements in Bohemia and Hungary (1570-1620) », dans The Reformation in Eastern and Central Europe, sous la direction de K. Maag, Scolar Press, Aldershot, 1997, p. 72-91.

5 Pour une synthèse, voir Ungarn und Österreich unter Maria Theresia und Joseph II. Neue Aspekte im Verhältnis der beiden Länder, édition dirigée par A.-M. Drabek, R.-G. Plaschka, et A. Wandruszka, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Vienne, 1982.

6 Bahlcke (J.), « Aristokraten aus dem Reich auf ungarischen Bischofsstühlen in der frühen Neuzeit. Zur Instrumentalisierung einer geistlichen Elite », dans Ungarn-Jahrbuch, 1997, 23, p. 1-23 ; « Zwischen Wien und Rom. Sozialer Aufstieg und kirchenpolitisches Selbstverständnis des Waitzener Bischofs Kardinal Michael Friedrich Graf von Althann (1682-1734) », dans Archiv für schlesische Kirchengeschichte, 1997, 55, p. 181-196.

7 Takảts (E.), Grf Nảdasdy Lảszl csanảdi püspök (1662-1729), Szeged, 1943. Sponner W., Kirchenpolitik im Banat von 1717-1778, Phil. Diss., Vienne, 1941. Juhsz (K.), « Das Bistum Belgrad und Tschanad unter Bischof Franz Anton Graf Engl von Wagrain (1702-1777). Ein Beitrag zur Siedlungsgeschichte des Banats », dans Ostbairische Grenzmarken. Passauer Jahrbuch für Geschichte, Kunst und Volkskunde, 1962-1963, p. 78-126, et 1964-1965, p. 71-123. Hermann (E.), « Kirche und Klerus im Theresianischen Banat », dans Deutsch-ungarische Heimatblätter, s. 1., 1931, 3, p. 47-56, 137-143.

8 Hermann (E.), A katolikus egyhảz története Magyarorszảgon 1914-ig, Munich, 1973. Strảnsky (A.), Št. Cserenyey, Dejiny biskupstva nitrianskeho, Trnava, 1933. Buturac (J.) et Ivandija (A.), Povijest katoličke Crkve mectu Hrvatima, Zagreb, 1973.

9 Ember (G.), « Der österreichische Staatsrat und Ungarn in den 1760er Jahren », dans Ungarn und Osterreich unter Maria Theresia und Joseph II. Neue Aspekte im Verhältnis der beiden Länder, op. cit., p. 43-54 ; « Egy katolikus llamférfi a XVIII. szzadban », dans Regnum. Egyhztörténeti vkönyv, 1936, 1, p. 327-345.

10 Klingenstein (K.), « Modes of Religious Tolerance and Intolerance in Eighteenth-Century Habsburg Politics », dans Austrian History Yearbook, 1993, 24, p. 1-16.

11 Pehm (J.) (Mindszenty), Padảnyi Bir Mảrton veszprémi püspök élete és kora, Zalaegerszeg, 1934. Tüskés (G.) et Knapp (E.), « Padnyi Bir Mrton és a dunantuli protestantizmus », dans Történelmi Szemle, 1990, 3-4, p. 259-273. Bahlcke (J.), « Frederick II of Prussia, Austria and the Hungarian Protestants : Bishop Mrton Padnyi Bir of Veszprém and the Enchiridion de fide », dans Austrian History Yearbook, 2000, 31, p. 15-32.

12 Kosary (D.), Mȕvelȍdes a XVIII. szzadi Magyarorszgon, Akademiai Kiado, Budapest, 1996 (3e éd.).

13 Marczali (H.), Grf Pảlffy Mikls fkanczellr Emlékiratai Magyarorszảg kormnyzsrl. Adalék Mria Terézia kornak tórténetéhez, Budapest, 1884.

14 Szabo (E A. J.), Kaunitz and Enlightened Absolutism, 1753-1780, Cambridge University Press, Cambridge, 1995 ; « Fürst Kaunitz und die Anfange des Josephinismus », dans Osterreich im Europa der Aufklärung. Kontinuität und Zasur in Europa zur Zeit Maria Theresias und Josephs II, sous la direction de R.-G. Plaschka et al., Verlag der Osterr. Akad. d. Wiss., Vienne, 1985, 2, p. 525-545.

15 Csizmadia (A.), « Zảpas Adama Frantiska Kollara s uherskou slảchtou », dans Historicky casopis, 1964, 12, p. 215-236, même article en hongrois « Egy 200 év elotti orszaggyülés évforduljảra. A “Kollảr contra Status et Ordines” », 1964, désormais dans Jogi emlékek és hagyomảnyok, Budapest, 1981, p. 173-208. Rexa (D.), « Az 1764-i diaeta irodalmi emléemlékeihez », dans Irodalomtörténeti Kozlemények, 1909, 19, p. 476-482. Stefancsik (B. K.), Az 1764-1765-ipozsonyi orszaggyȕlés, Kassa, 1942.

16 Vyvìjalovả (M.), « Adam Franz Kollảrs Entwürfe für die Reformpolitk Maria Theresias », dans Maria Theresia als Konigm von Ungarn, sous la direction de G. Mraz, Inst. für österreichische Kulturgeschichte, Eisenstadt, 1984, p. 125-144.

17 Fondamental sur ce point : Csizmadia (A.), Adam Franz Kollảr und die ungarische rechtshistorische Forschung, Verlag der Osterr. Akad. d. Wiss., Vienne, 1982.

18 Horvảth (M), AZ 1764-ki orszggyülés története, 1842, republié dans Kisebb történelmi munkải, Pest, 1868, 1, p. 375-422, 398.

19 Tlbenský (J.), Slovensky Sokrates. Zivot a dielo Adama Frantiska Kollảra, Tatran, Bratislava, 1983 ; « Adam Frantisek Kollar – historian of Enlightenment », dans Studia Historica Slovaca, 1984, 13, p. 137-164. Dümmerth (D.), « Történetkutatảs és nyelvkérdés a magyar-Habsburg viszony tükrében (Kollảr Adam mȕködése) », dans Filologiai Kozlony, 1966, 12, p. 391-413. Csὀka (L. J.), Maria Terézia iskolareformja és Kollảr Ảdảm, Pannonhalma, 1936. Voir encore les contributions de Vyvỉjalovả (M.), Tibenský (J.) et Marsina (R.) dans Literảrnomủzejny letopis, 1982, 16. Soὀs (I.), « Die Korrespondenz von Ảdảm Franz Kollảr », dans Nation und Nationalismus in wissenschaftlichen Standardwerken Österreich-Ungarns, ca. 1867-1918, sous la direction de E. Kiss, C. Kiss et J. Stagl, Böhlau, Vienne, 1996, p. 15-32 (l’auteur prépare une édition de la correspondance d’Ảdảm Kollảr).

20 Hölvényi (G.), « Katholische Aufklärung und Jansenismus in Ungarn », dans Katholische Aufklärung und Josephinismus, édition dirigée par E. Kovảcs, Verlag fur Geschichte und Politik, Vienne, 1979, p. 93-100. Zolnai (B.), A janzenismus hutatsa közép-Eurὀpban, Kolozsvảr, 1944, 1.

21 Fraknὀi (V), A magyar kirảlyi kegyuri jog Szent Istvảntὀl Mảria Teréziảig. Történeti tanủlmảny, Budapest, 1985. Eckhart (E), A püspöki székek és a kảptalani javadalmak betöltése Mảria Terézia korảtὀl 1918-ig, Budapest, 1935. Adriảnyi (G.), Beiträge zur Kirchengeschichte Ungarns, Trofenik, Munich, 1986, p. 26-40. Csizmadia (A.), « Die Entwicklung des Patronatsrechtes in Ungarn », dans Österreichisches Arcbiv fur Kirchenrecht, 1974, 25, p. 308-327.

22 Kovảcs (E.), « Beziehungen von Staat und Kirche im 18. Jahrhundert », dans Osterreich im Zeitalter des aufgeklärten Absolutismus, sous la direction de E. Zöllner, Österreichischer Bundesverlag, Vienne, 1983, p. 2953 ; – Ultramontanismus und Staatskirchentum im theresianischjosephinischen Staat. Der Kampf der Kardinäle Migazzi und Franckenberg gegen den Wiener Professoren der Kirchengeschichte Ferdinand Stöger, Dom-Verl., Vienne, 1975.

23 Concha (G.), « A “Vexatio dat intellectum” címȕ röpirat 1765-bȍl », repris dans Hatvan év tudomảnyos mozgalmai között. Concha Gyȍbzȍ összegyüjtött értekezései és birảlatai, Budapest, 1928, 1, p. 208-212. Ballagi (G.), A politikai irodalom Magyarorszảgon 1825-ig, Budapest, 1888. La brochure a été imprimée en 1785.

24 Csizmadia (A.), Adam Franz Kollảr und die ungarische rechtshistorische Forschung, op. cit., p. 43.

25 Klaić (N.), « Baltazar A. Křcelić (1715-1778) autor tzv. ljetopisa iz 11. stoljéca », dans Croatica Christiana Periodica, 1985, 9/16, p. 1-46. Margalits (E.), « Kercelich Adam Boldizảr. 1715-1778 », dans Szảzadok, 1907, 41, p. 36-51.

26 Kollảnyi (F.), Esztergomi kanonokok 1100-1900, Esztergom, 1900, p. 374 sq. Bitskey (I.), « Barkczy Ferenc, az irodalmi mécénas », dans Irodalam és felvilảgosodảs. Tanulmảnyok, sous la direction de J. Szauder et A. Tarnai, Budapest, 1974, p. 333-365.

27 « Si l’on en venait à humilier de la sorte les États, alors les vexations pourraient dessiller leurs yeux. »

28 Bahlcke (J.), « Geistlichkeit und Politik. Der ständisch organisierte Klerus in Böhmen und Ungarn in der frühen Neuzeit », dans Ständefreiheit und Staatsgestaltung in Ostmitteleuropa. Übernationale Gemeinsamkeiten in der politischen Kultur vom 16.-18. Jahrhundert, sous la direction de J. Bahlcke, H.-J. Bömelburg et N. Kersken, Univ.-Verl., Leipzig, 1996, p. 161-185.

29 Evans (R. J. W.), « Maria Theresa und Hungary », dans Enlightened Absolutism. Reform and Reformers in Later Eighteenth-Century Europe, édition dirigée par H. M. Scott, Ann Arbor, Basingstoke, Macmillan, 1990, p. 189-207, 329-330 et 357-360 ; Das Werden der Habsburgermonarchie 1550-1700. Gesellschaft, Kultur, Institutionen, Vienne/Cologne, 1986, p. 313-316 ;. – « Über die Ursprünge der Aufklärung in den habsburgischen Landern », dans Das 18. Jahrhundert und Osterreich, 1985, 2, p. 9-31.

30 Bedy (V.), A gyori székeskptalan története, Györ, 1938.

31 Tibensky (J.), « Prispevok k dejinảm osvietenstva a josefinizmu na Slovensku », dans Historickè Študie, 1969, 14, p. 98-115. Bitskey (I.), Il Collegio Germanico-Ungarico di Roma. Contributo alla storia della cultura ungherese in età barocca, Rome, 1996.

32 Hersche (P.), « Erzbischof Migazzi und die Anfänge der jansenistischen Bewegung in Wien », dans Mitteilungen des Österreichischen Staatsarchivs, 1971, 24, p. 280-309 ; Der Spätjansenismus in Osterreich, Vienne, 1977. Toujours valable la biographie de Wolf-Sgruber (C.), Christoph Anton Kardinal Migazzi Fürsterzbischof von Wien, Saulgau (Würtemberg), 1890. Appolis (E.), Entre jansénistes et zelanti. Le « tiersparti » catholique au xviiie siècle, Picard, Paris, 1960.

33 Katus (L.), « Egyhazi-politikai kapcsolatok a török kiȕzése utản (1700-1848) », dans Magyarorszảg és a Szentszék kapcsolatảnak ezer éve, sous la direction de I. Zombori, Budapest, 1996, p. 171-209. Tóth (L.), « Zwei Berichte des Wiener Nuntius Garampi über die kirchlicheu Verhältnisse um 1776 », dans Römische Quartalsschrift fur christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, 1926, 34, p. 330-354. Dell’orto (U.), La nunziatura a Vienna di Giuseppe Garampi 1776-1785, Archivio Vaticano, Cité du Vatican, 1995.

34 Balảzs (É. H.), Hungary and the Habsburgs 1765-1800. An Experiment in Enlightened Absolutism, Budapest, 1997 ; « Contribution à 1 étude de l’ère des Lumières et du Joséphisme en Hongrie », dans East European Quaterly, 1972-1973, 6, p. 27-43 ; « La Hongrie dans l’empire des Habsbourg au xviiie siècle. Une société à deux visages », dans Unité et diversité de l’empire des Habsbourg à la fin du xviiie siècle, édition dirigée par R. Mortier, université de Bruxelles, Bruxelles, 1988, p. 75-82. Kirảly (B. K.), Hungary in the late eighteenth century. The Decline of Enlightened Despotism, Columbia University Press, New York/Londres, 1969.

35 Tomko (J.), Die Errichtung der Diözesen Zips, Neusohl und Rosenau (1776) und das königliche Patronatsrecht in Ungarn, Vienne, 1968 ; « The Development of Church Organization in Slovakia », dans Slovak Culture through the Centuries, sous la direction de J. M. Kirschbaum, Toronto, 1978, p. 135-203.

36 Hajnik (I.), Az örökös fȍispảnsảg a magyar alkotmảnytörténetben, Budapest, 1888. Fallenbüchl (Z.), Magyarorszảg fȍ ispảnjai, 1526-1848, Budapest, 1994.

37 Haselsteiner (H.), Joseph II. und die Komitate Ungarns. Herrscherrecht und ständischer Konstitutionalismus, Böhlau, Vienne/Cologne/Graz, 1983.

38 Meszlényi (A.), A jozefinizmus kora Magyarorszảgon (1780-1846), Budapest, 1934. Benda (K.), « A jozefinizmus és jakobinussa’g kérdései a Habsburg-Monarchiban (Eredmények és feladatok a legjabb kutatsok tükrében) », dans Történelmi Szemle, 1965, 8, p. 388-422.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search