Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Deuxième partie. Stratégies

L’entrepreneur mulhousien de la première révolution industrielle : essai de définition

Nicolas Schreck

Texte intégral

  • 1 Daviet (J.-P.), La Société industrielle en France (1914-1914), productions, échanges, représentati (...)

1Dépeindre l’entrepreneur, c’est dresser les contours de l’élite économique du corps social, qui en relation avec les politiques, définit pour la société « un projet créatif, modernisateur, civilisateur, efficace et porteur d’un ordre collectif »1. Contestées par les idéologies naissantes, qui repoussent un ordre imposé alors qu’elles rêvent d’un ordre consenti, les élites économiques s’imposent comme des forces structurantes de la société du xixe siècle. Pourtant, il faut se garder de toute description uniforme incapable de révéler les diversités internes à la fabricantocratie.

  • 2 Verley (P), Entreprises et entrepreneurs du xviiiesiècle au début du xxesiècle, Hachette, Paris, 1 (...)
  • 3 Terme encore employé comme nom commun générique à la fin des années 1970. Constaté par Charles M. (...)

2Héritiers des nombreux marchands de la fin du xviiie siècle, responsables du démarrage de l’industrie de l’indienne à Mulhouse en 1746, ces enfants du négoce devenus entrepreneurs constituèrent de puissantes industries, à l’image de Dollfus-Mieg et Cie (DMC) qui employait dès 1840 près de 3300 ouvriers2 et faisait alors figure de géant en un siècle encore marqué par les petites et moyennes unités de production. Dollfus-Mieg et Cie, vitrine de l’industrie textile mulhousienne, possédait alors toutes les composantes de la grande entreprise : une position dominante sur un marché en essor, une croissance soutenue de l’entreprise, un effet d’oligopole, une production de masse, une maîtrise parfaite des techniques, la possession de puissants réseaux de commercialisation... Qui étaient ces dirigeants d’entreprises textiles aux productions si diffusées que les femmes afghanes appellent encore dems toutes les bobines de fil quelles utilisent3 ?

Valeurs affirmées, reconnues, exigées

  • 4 Leuilliot (P), « Le libéralisme mulhousien au xixe siècle. Essai de définition », dans « Le concep (...)

3La légitimité de l’entrepreneur réside dans sa réussite professionnelle, née de l’application à l’industrie de compétences, d’un travail constant et du souci de la communauté. L’entrepreneur est l’affirmation de valeurs. Devoir écouter avec compassion l’éloge funèbre des acteurs du temps passé reviendrait à limiter l’histoire à une simple hagiographie. Ces Mulhousiens qu’Alsaticus qualifiait, en 1822, « de laborieux, d’actifs, d’intelligents, d’entreprenants, d’économes, de probes »4 cachaient derrière l’unité de façade des talents divers.

  • 5 Archives municipales de Mulhouse 66TT 26 d 11, diplôme de membre ordinaire de la Société industrie (...)

4L’entrepreneur se reconnaît des modèles. En apposant la face protectrice des grands génies des siècles aux diplômes des membres de la Société industrielle de Mulhouse (SIM), cette assemblée patronale affirmait une filiation et se reconnaissait des maîtres. Le diplôme de membre ordinaire de la SIM de Daniel Dollfus-Ausset (1797-1870) permettait à Papin de côtoyer Chaptal, Senefelder de fréquenter Vaucanson, Lavoisier de fraterniser avec Gutenberg, enfin à Jacquard de s’illustrer à côté de Watt5.

  • 6 Archives municipales de Mulhouse 66TT 4 d-, renseignements fournis par Charles Dollfus sur Jean Do (...)
  • 7 Archives municipales de Mulhouse 66TT 57 d 18 : Zuber (J.), Un chef d’industrie alsacienne. Vie de (...)
  • 8 Ibid., p. 7.

5Jean Dollfus (1800-1887), la figure emblématique du patronat mulhousien du xixe siècle, refusa d’incarner un modèle. Charles Dollfus affirme, sur la foi de souvenirs, que « comme manufacturier, il prenait comme type les Anglais et les Américains, visant à une production étendue pour diminuer les frais généraux »6. Il croyait surtout aux enseignements de l’expérience. Ceci n’empêcha pas ses hagiographes d’en faire un modèle. Né avec le siècle, le 25 septembre 1800, il était, nous apprend son biographe J. Zuber7, le troisième fils de Daniel Dollfus (1769-1818) et d’Anne-Marie Mieg (1770-1852). Deux grandes familles s’étaient donc penchées sur son berceau. Il incarnait une continuité politique avec les idéaux politiques de l’ancienne République de Mulhouse comme petit-fils de Jean Dollfus, le dernier bourgmestre de Mulhouse, et devait poursuivre l’œuvre dynastique. L’un de ses grands-oncles, Jean-Henri Dollfus, avait été l’un des quatre fondateurs de l’industrie de l’indienne à Mulhouse en 1746 et son grand-père avait été en 1764 l’un des initiateurs de la maison Dollfus et Hofer, devenue en 1802 Dollfus-Mieg et Cie. La biographie de Jean Dollfus « devait se confondre dès lors avec l’histoire de cette maison »8.

  • 9 Ce principe a été développé par Juillard (É.), « Une métropole industrielle », dans Saisons d’Alsa (...)
  • 10 Leuilliot (P.), op. cit., p. 200. Citation du procureur général, 12-07-1866.
  • 11 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 11 : Scheurer (A.), Paroles prononcées sur la tombe de C (...)

6Au début était l’audace9. L’éloge rituel et consensuel des pères fondateurs de la première manufacture d’indiennes en 1746 fait des trois représentants des familles Dollfus, Kœchlin et Schmaltzer de valeureux dynastes. Cette qualité se double d’un culte du travail qui « absorbe le corps comme les esprits »10 et pousse l’élite mulhousienne à condamner l’oisiveté. Camille Kœchlin (1811-1890) « nous quitte en nous laissant l’exemple rare d’un travail ininterrompu pendant plus d’un demi-siècle et d’un travailleur mort sur la brèche »11. Cette éthique du travail est imposée à l’ouvrier, sans tenir compte dans un premier temps de la durée exagérée des journées.

  • 12 Rapport du docteur Weber, 23-02-1848, archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 52, SIM : Jean Doll (...)
  • 13 Vitoux (M.-C.), « Éthique protestante et philanthropie libérale : le cas mulhousien au xixe siècle (...)

7« Il vaudrait mieux se rallier à la proposition anglaise, qui prend onze heures pour limite du travail quotidien. [...] Le travail est une loi de l’humanité. “Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front” dit l’éternelle vérité, et même le pain n’a de saveur qu’à ce prix ; mais il y a à choisir entre le travail qui développe et fortifie et le travail qui énerve et qui tue. »12 L’opinion énoncée se concrétisa en une première réduction de la durée du travail13.

8L’audace, le travail et l’efficacité permettent la réussite et donc la propriété. L’entrepreneur se considère plus comme un producteur de richesses que comme le gestionnaire d’un patrimoine hérité. La propriété, idéal de la vie bourgeoise, sanctionnée dès la Révolution française, impliquait d’abord la possession de l’entreprise, ensuite un genre de vie.

  • 14 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 21 : Maurer (J.), Frédéric Engel-Dollfus no393. Notice b (...)

9L’embrigadement du monde du travail était exalté. L’ouvrier cessait d’exister en tant qu’individu ; il devenait un soldat de la production... Ces troupes avaient « [leurs] blessés de la grande armée industrielle » dont Frédéric Engel-Dollfus (1818-1883) célébrait les mérites et à qui il dédia en 1851 l’Asile des invalides du travail14.

  • 15 Archives municipales de Mulhouse 66 TT 25 d 4, rapport présenté par M.-F. Engel-Dollfus à la SIM a (...)

10Faire preuve d’humanité envers la classe ouvrière est une qualité abondamment reconnue, même dans une société industrielle qui recourt au travail d’enfants ! L’obligeance accordée par l’entrepreneur à l’ouvrier victime d’un accident du travail avait fait l’objet de débats quant à la responsabilité. Si on essaya sous les auspices de la SIM d’organiser une commission des accidents, celle-ci attribuait en fait les accidents à la fatalité, à la rapidité croissante des machines, surtout à l’attrait pour la condition ouvrière qui attire « une foule de recrues, sans conscience du danger qu’offrent ces machines »15. Bien que les blessés se soient recrutés pour environ un tiers parmi les enfants, l’aide consentie par le patron au blessé ne naissait pas d’une responsabilité assumée ou d’une culpabilité acceptée, mais d’un acte de générosité, teinté de charité chrétienne.

  • 16 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 21 : Maurer (J.), op. cit., p. 4.

11À cette humanité s’adjoignaient l’affection et l’exaltation d’une attitude paternelle. Ce sentiment n’était pas né seulement ni principalement d’une brutale prise en compte des conditions d’existence du monde ouvrier mais surtout et prioritairement d’une peur sociale. Frédéric Engel-Dollfus (1818-1883) « avait compris que l’affection plus que la crainte est le meilleur antidote contre le poison socialiste »16.

12Choisies, affirmées et exaltées, les valeurs devenaient des devises. Affichées à l’usine, dans les lieux de la sociabilité ouvrière, ces maximes encadraient la vie. Celles de Frédéric Engel-Dollfus présidaient les salles de Dollfus-Mieg et Cie à Dornach et exaltaient dans un premier temps « le Travail et la probité », puis « la Philantropie, l’Art et l’Industrie ». Pour Gustave Dollfus (1829-1905), il s’agissait plutôt de « Travail et de Bienfaisance ». Quant à Jean Dollfus (1800-1888), il concevait « la Loyauté, l’Ordre, le Travail » comme les bases de la société, espérant que ses enfants puissent adopter [sa devise] un jour ; ainsi, les devises devenaient dynastiques. Eugène Kœchlin (1815-1885) plaçait son existence sous les auspices de « l’Obligeance, de l’Affection et de la Loyauté ».

  • 17 Ibid., p. 10.

13Proposées à la foule venue témoigner de l’affection ou du respect dûs aux grands hommes de la petite Patrie, les qualités attribuées aux disparus lors des éloges funèbres sont emplies d’une profuse compassion attristée et de circonstance. L’éloge de Frédéric Engel-Dollfus exclamée par le représentant de la Société industrielle de Basse-Autriche, de Vienne, atteint un paroxysme de candeur ; « Krupp, le génie de la dévastation, dont la célébrité et la fortune auront coûté tant de sang et de larmes ! De Lesseps, l’Homme dont le génie réunit les mers et change la forme des continents, mais dont les conquêtes scientifiques sont achetées au prix de bien des vies, de bien des santés ! Et enfin Engel-Dollfus, l’Homme de bien, le philanthrope éminent dont la vie et les efforts furent consacrés au bien de ses semblables et dont la gloire rayonnera plus pure encore alors que l’humanité, débarrassée des préjugés, des idées fausses dans lesquelles elle se débat actuellement, aura définitivement arboré le drapeau de la France universelle et mis en pratique les trois mots qui furent la devise de F. Engel-Dollfus ; Philanthropie, Arts, Industrie. »17

  • 18 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20 : Geffroy (A.), Notice nécrologique sur Frédéric Enge (...)

14Quant à l’éloge funèbre tenu par A. Geffroy, à l’Académie des sciences morales et politiques, le 22 août 1885, il proposait une litanie de qualités pour ce même entrepreneur : la première phrase évoque « le rare caractère », « l’héroïque bonté », « la générosité sans bornes », « le zèle ardent », « l’active pitié », « le respect profond », « la modestie et la simplicité vraies », « le patriotisme à la hauteur » du disparu... La dernière phrase canonise le défunt taxé de « dévoué et respecté », d’« industriel habile et partout consulté », de « protecteur des classes ouvrières », d’« ami résolu des jeunes gens, des artistes, des lettrés », de «philanthrope éprouvé », d’« économe pratique », de « patriote résolu », enfin de « figure lumineuse d’ardeur sincère et de bonté »18.

Devenir un entrepreneur

  • 19 Juillard (É.), op. cit., p. 33 et Hau (M.), op. cit., p. 395-399.

15Sur la foi du souvenir et peut-être de la nostalgie, Étienne Juillard décrivait l’émergence du monde industriel à Mulhouse ; « Ces artisans ont vendu leurs vignes, ont emprunté à Bâle, mais, plus encore, ont bénéficié de la solidarité familiale qui caractérisait ces puritains, toujours prêts à réinvestir leurs bénéfices dans leurs entreprises. Leur phalange s’est d’ailleurs enrichie au début du xixe siècle par l’arrivée de plusieurs Suisses [...], tous bons protestants et qui, grâce à quelques mariages contractés à bon escient, purent être dans le livre « Kœchlin » et devenir de parfaits patrons mulhousiens. »19

  • 20 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 17 : Scheurer (A.), Notice biographique sur la vie et le (...)

16Devenir un entrepreneur, c’était souvent simplement se contenter d’hériter. Poursuivre une lignée d’entrepreneurs au service de la grande aventure industrielle était un devoir, l’acceptation d’une stratégie familiale qui dépasse de beaucoup les souhaits personnels. En poursuivant l’action d’un père, le jeune actif se plaçait sous la dépendance de son aîné. Il se soumettait à des logiques de groupe, de hiérarchie. Les dynasties naissaient ainsi : « L’histoire de cette famille d’indienneurs [les Kœchlin] [...] fournirait une page suggestive sur l’énergie de cinq générations appliquées au même but. »20

  • 21 Bibliothèque de la SIM, collection Weiss 1801 : Souvestre, L’Apprenti, légende mulhousienne, tiré (...)

17D’autres entrepreneurs se contentèrent de s’unir aux familles. Le mariage apparaît comme une nécessité. Il était une norme dans des familles qui redoutaient le célibat, mettant en danger la survie des lignages. Le mariage permettait de réunir les capitaux, de multiplier les liens avec les autres familles d’industriels, d’intégrer de nouvelles familles. Il répondait aux principaux problèmes que connaissaient les entreprises et évitait la fuite vers des alliances aristocratiques jugées peu productives. Présenté comme la marque d’affection maximale que l’ouvrier pouvait obtenir de son patron, le mariage du pauvre ouvrier orphelin devenu par le travail, la fidélité, l’honnêteté... le gendre de l’entrepreneur n’était cependant qu’un genre littéraire21.

  • 22 Archives municipales de Mulhouse 66TT66 d 13, contrat de mariage de Jean Dollfus, manufacturier à (...)

18Le mariage permettait de réunir les capitaux. Le contrat de mariage souscrit par Jean Dollfus et sa future épouse, Anne-Catherine Bourcart, le 19 octobre 1822 prévoyait par l’article 4 un apport du futur époux de 87 000 francs, plus une avance sur sa succession de 50 000 francs (article 5). L’épouse amenait 30 000 francs, ainsi qu’un trousseau de 8 000 francs22. Le contrat de mariage dès lors devenait le complément du contrat de société.

  • 23 Archives municipales de Mulhouse 66TT23 d 26-22, lettre du 05-07-1879.

19Si, certes, l’entreprise est d’abord l’entrepreneur, la famille confère la durée, c’est-à-dire permet la dynastie. Jean-Gaspard Dollfus (1771-1840) avait trois fils : Georges (1800-1875), Ulric (1803-1877) et Gaspard (1812-1889). Les deux fils aînés avaient repris la fabrique d’indiennes de leur oncle, Alexandre Vogel, à Dieppedale, près de Rouen, quand celui-ci s’était retiré des affaires. Après les mauvaises années, les « Dollfus trouvèrent à liquider leur affaire et allèrent s’établir à Chemnitz où ils montèrent une fabrique d’acide pyroligneux en y ajoutant ses dérivés. Plus tard, ils achetèrent un second établissement pour les mêmes articles à Prague que George Dollfus allait exploiter, tandis que Ulrich restait à Chemnitz où il mourut, laissant l’établissement à ses trois fils qui suivirent dignement les traces de leur père. George Dollfus n’eut pas de fils. Il a laisse son établissement à son petit fils, G. Zetter et à son gendre Specht »23.

20Elle doit également permettre de placer les enfants.

  • 24 Dollfus (M.), Histoire et généalogie de la famille Dollfus de Mulhouse, 1450-1908, Mulhouse, 1909, (...)
  • 25 Né le 9 novembre 1805 dans le district de Cracovie de deux parents issus de la noblesse polonaise, (...)

21Le mariage consolide et diversifie les réseaux familiaux. Frédéric Engel-Dollfus quitte la maison Vaucher en 1843 pour Dollfus-Mieg et Cie. Il venait d’épouser le 12 janvier Julie Dollfus (1823-1911), la fille de Jean Dollfus. Associé dès 1848 à l’entreprise, il remplace Émile Dollfus (1805-1858) qui se retire des affaires après trente-cinq années d’activité24. Quant à Théodore Brylinski (1805-1885)25, ce jeune noble polonais qui avait combattu pour la cause nationale polonaise avant de connaître l’exil, il épousa en 1840 la fille de l’industriel Mathieu Risler, devenant d’abord intéressé dans l’affaire familiale avant d’acquérir une position d’associé dans la maison Mathieu Risler et Cie de Cernay. Le mariage permet, en l’absence d’une descendance masculine, la continuité de l’entreprise, par le recrutement d’un gendre capable. Cette solution oblige certes à débourser des actifs, mais permet à l’entreprise de perdurer, moyennant souvent une légère transformation de la raison sociale. Le mariage ouvre rarement la société bourgeoise mulhousienne aux capacités, qu’elles soient économiques, techniques ou politiques.

  • 26 Hau (M.) et Vogler (B.), Histoire économique de l’Alsace : croissance, crises, innovations, vingt (...)
  • 27 Archives municipales de Mulhouse 66TT1 d 2 : Auguste Dollfus (1832-1911), Mulhouse, s. d., p. 16.
  • 28 Archives privées, manuscrit de Schwartz (P.-R.), Quatorze générations d'une famille, 12-06-1943, Z (...)

22La famille est pourvoyeuse de dynasties d’entrepreneurs. La nécessité d’avoir des descendants masculins oblige à une forte natalité et donc à de plus nombreux partages de fortune. La fécondité des foyers industriels est estimée par Michel Hau à 6,4 enfants à la troisième génération des Kœchlin, à 5,2 enfants pour la quatrième, à 4,1 enfants pour la cinquième26. Les naissances féminines fournissent autant d’occasions souhaitées ou redoutées d’alliances. La cohorte des garçons permet au père de famille de sélectionner, non forcément les plus intéressés mais les plus capables, d’établir l’un de ses fils comme l’héritier, et les autres comme ses associés ou ses collaborateurs. Peu importent les envies ; la profession était souvent imposée. Le maintien d’une continuité professionnelle entre générations est recherchée : « J’aurais voulu le voir devenir ingénieur ; se caser dans l’industrie comme ses frères », affirme Auguste Dollfus (1832-1911)27 avec dépit à propos de l’un de ses fils. P.-R. Schwartz affirmait avec véhémence la survie d’une norme professionnelle pour tout le xixe siècle : « Aucune des carrières suivantes n’a jamais paru tenter un des membres de la famille : le barreau, la magistrature, le fonctionnariat d’État, l’armée de terre ou de mer, les beaux-arts, la politique générale. [...] Ce n’est qu’au xxe siècle que nous voyons apparaître un médecin pratiquant, un professeur de faculté de médecine... »28

23La famille établit la dynastie des entrepreneurs, imposant ses impératifs de perpétuation à l’ensemble des individus.

  • 29 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 1 : Matthieu, Oraison funèbre prononcée le 20 avril 1871 (...)

24« Les familles, écrit le pasteur Matthieu, ne sont pas des agglomérations fortuites d’individus réunis par le hasard de la naissance ou le jeu des intérêts et des passions. La volonté de Dieu a présidé à leur origine. Ces associations vivantes sont encore réunies [...] par des souvenirs et des espérances, par un passé et un avenir, par la mémoire de ceux qui ne sont plus. [...] Ainsi, sous le regard de Dieu, la famille, pépinière de la vie présente, devient celle de l’immortalité. »29

  • 30 Schwartz (P.-R.), op. cit., p. 5.

25L’hérédité n’équivaut pourtant pas à la compétence. Les historiens anglais se sont appesantis sur la maladie de langueur de leurs entrepreneurs (une entrepreneurial failure), expliquée par la « loi des trois générations ». En transférant à l’entreprise le cycle de la vie, cette règle montrait que les grands-pères fondaient, que les pères développaient et que les fils étaient responsables de l’échec industriel. Thomas Mann immortalisa d’ailleurs cette thèse dans Les Buddenbrook, reprise par P.-R. Schwartz : « C’est ainsi que se vérifie, pour la famille Schwartz, également, une vieille remarque, presque une loi économique : il est rare qu’une fortune se maintienne plus d’un siècle, au-delà de trois générations. Le grand-père en jette les bases, le fils l’arrondit, le petit-fils la perd. »30

26La gentrification de la société industrielle anglaise naît du transfert des capitaux vers des investissements aristocratiques et fonciers qui est en définitive la recherche d’un meilleur statut social. Cette attitude n’existe pas à Mulhouse.

  • 31 Ce comportement démographique est établi pour la famille Schwartz. En restreignant fortement la na (...)
  • 32 Archives municipales de Mulhouse 66TT18 d 29 : Meunier-Dollfus (C.) Notes et commentaires sur les (...)
  • 33 Daumard (A.), Les Bourgeois et la bourgeoisie en France depuis 1815, Paris, Flammarion, 1991, p. 1 (...)
  • 34 Archives municipales de Mulhouse 66TT21 d 11, SIM : Funérailles de Monsieur Auguste Dollfus, Mulho (...)

27Le xixe siècle devait permettre l’ascension sociale des plus aptes. Pourtant, la société bourgeoise n’aime pas les parvenus, « ces gens qui, nés de rien, se croyaient quelque chose ». Une mentalité faite d’esprit aristocratique mais d’existence bourgeoise encadrait les relations sociales et limitait les ascensions. Le jeune entrepreneur est un actif formé, ce qui est d’autant plus vital que de plus faibles progénitures31 restreignaient le nombre d’acteurs patronymiques capables de maintenir le projet social familial. Toute logique familiale qui tend à maintenir le rang social est dans l’obligation de produire un nombre conséquent d’enfants bien éduqués. L’enfant est un investissement. Sa formation a un coût, même si se maintient un certain mépris à l’encontre des diplômés. « Cette maladie française, le réciproque dédain du diplômé pour les occupations industrielles, du chef d’entreprise pour le produit des Écoles »32 est souvent rencontrée. Sans le nommer, Charles Meunier-Dollfus (1842-1909 ?) se souvient de l’un de ses confrères mulhousiens qui, dès 1826, suivait les cours de l’École des mines de Paris. D’autres firent partie des premières promotions de l’École centrale. Les familles réticentes à l’encontre du diplôme existaient également. Frédéric Engel-Dollfus se vit interdire de préparer l’École polytechnique de peur que cela ne le détourna des affaires33. Quant à Auguste Dollfus (1832-1911), malgré une éducation entièrement parisienne, « au lieu d’entrer à l’École polytechnique, comme il en avait eu d’abord l’intention, il se décida à rester fidèle aux traditions de sa famille et à chercher sa carrière dans l’industrie »34.

  • 35 Celle-ci se composait d’une filature à trois étages de 8064 broches à filer, de 2000 à retordre, d (...)

28L’absence de la possession incapacite-t-elle les capables ? Est-elle un facteur discriminant ? L’entrepreneur reconnu mais sans capital est-il une exception ? L’absence de capital n’empêche pas l’entrepreneur bien né, capable d’obtenir la confiance du capitaliste. Le 24 juin 1856, les entrepreneurs Dollfus et Mantz signent un bail de trois ans d’une fabrique à construire par Émile Dollfus (1805-1858)35. Le loyer annuel était fixé à 8 % du montant total des dépenses effectuées par le bailleur, ce qui semble faible par rapport aux profits annuels envisageables. Le contrat prévoyait à l’issue du bail la possibilité pour les locataires d’acquérir préférentiellement l’entreprise. Si on ne possédait pas de capital de départ, la solidarité familiale permettait aux plus capables d’acquérir en un temps restreint le statut d’entrepreneur-propriétaire.

  • 36 L’arrangement consistait à maintenir aux deux jeunes entrepreneurs le bénéfice sur les résultats d (...)

29Le jeune entrepreneur Alfred Engel (1848-1913) bénéficiait d’un régime d’exception durant ses débuts qui lui permit de minorer les risques et d’accentuer les bénéfices. Il témoigne ainsi de sa situation : « Comme tu [Jean Dollfus] m’as déjà proposé plusieurs fois d’être associé, et que Gustave [1829-1905] ne s’y oppose pas [...], j’accepterais une association sur cette base. Nous regrettons Fritz [Frédéric Engel (1843-1918)] et moi d’être obligé de demander pour nous un régime d’exception mais nous te l’avons déjà dit, nous n’avons encore rien acquis dans la maison et nous ne sommes pas encore en état de supporter deux années sans rendement, ou peut-être des pertes. »36

30D’autres solutions existaient enfin : travailler pour le compte d’autrui dans l’attente de pouvoir s’établir ; acquérir une entreprise de « seconde main ».

  • 37 Hau (M.) et Vogler (B.), op. cit., p. 165.

31L’enrichissement n’était pas perçu avec méfiance. La bourgeoisie « conciliait croyance en Dieu et confiance dans le progrès. Dans une région comme la Normandie, le capitalisme a perdu sa vitalité. [...] En Alsace, au contraire, le capitalisme prenait appui sur les religions, le protestantisme et le judaïsme, qui conservaient toute leur emprise sur les individus et sanctifiaient la production de richesses »37. Le profit était acceptable. Il était un moyen d’action sociale.

  • 38 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20 : Geffroy (E.), op. cit., p. 30. Remarque proposée pa (...)

32L’entrepreneur est donc un homme sinon fortuné du moins en relation avec l’argent. S’il doit souvent sa situation à l’accumulation patrimoniale entre générations, à l’hérédité d’un comportement prudent face aux dépenses somptuaires, au rôle des mariages comme facteur d’accumulation du capital, à l’influence enfin de la fécondité comme pourvoyeuse d’une pépinière d’actifs... il reste avant tout l’homme de l’action, du travail. « Le véritable industriel est celui pour qui le travail n’est pas un coup de collier à donner en passant, une corvée à subir, pour arriver à la fortune et ensuite au repos, mais l’emploi régulier d’une vie. »38

L’entrepreneur et l’entreprise

  • 39 Archives municipales de Mulhouse 66TT1 1 d 8, acte de société, Dollfus-Mieg et Cie, 01-11-1824.
  • 40 Tout en se réservant ses droits et en restant associé dans la maison de Bordeaux (article 3).

33L’entrepreneur était la personnification de deux fonctions essentielles à la réussite de l’entreprise : le capital et l’unité de direction. Il était d’abord un capitaliste. Les entreprises du xixe siècle étaient essentiellement familiales. Le destin des compagnies était essentiellement lié à celui des familles d’entrepreneurs qui devaient être capables de financer sur leur fortune personnelle une grande partie de l’investissement ou être capables, par leur réputation, de faire naître la confiance qui autorisait le prêt. L’acte de société de Dollfus-Mieg et Cie du 1er novembre 182439 est à ce titre évocateur. Les contractants sont Mme Marie Mieg (1770-1852), veuve de Daniel Dollfus (1769-1818) et ses trois fils Daniel (1797-1870), Mathieu (1799-1887) et Jean (1800-1887). Cette affaire de famille voyait, par l’article 1, l’effacement de la mère, Mme Dollfus « se retirant des affaires au 31 décembre en abandonnant la continuation à ses fils qui se constitueront en une nouvelle société »40. L’intégration du frère encore mineur Émile (1805-1858) était prévue par l’article 2 : « Au 1er janvier de l’année qui suivra celle où Émile Dollfus, leur fils et frère respectif, aura atteint l’âge de la majorité, ses frères seront tenus de l’admettre dans la société, avec part égale ; en cas de refus de leur part, ils seront tenus de rembourser de suite sa part dans le capital donné à titre de prêt par Madame leur Mère. »

  • 41 Modalités du remboursement du prêt de 1600000 francs (article 20) : 1re année, 300000 francs ; 2'a (...)

34La mise à l’étrier industriel des fils impliquait un prêt de 400 000 francs par fils, soit 1 600 000 francs consenti par la mère, capital soumis au paiement d’intérêts et remboursable en trois termes annuels41. L’entreprise fut abandonnée à titre de bail pour 6 ou 9 ans, pour un loyer annuel de 420 000 francs, payable en une fois.

35L’autofinancement était à Mulhouse comme dans les autres centres industriels une constante pour une majeure partie du xixe siècle. Il reposait sur le réinvestissement des profits. La famille demeurait souvent le premier banquier de la firme.

  • 42 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 9, acte de société, Dollfus-Mieg et Cie, 29-12-1824.

36« Tous les capitaux que MM. Dollfus (Daniel, Mathieu, Jean) pourront avoir à leur disposition seront par eux versés dans la société. Les bénéfices que chacun des associés pourra faire dans la maison, seront portés sur un compte séparé et intitulé compte courant fixe ; ils ne pourront en disposer qu’à l’expiration de la société. »42

37L’article 9 prévoyait que les intérêts de 5 % annuels sur les capitaux ne seraient payés que dans la limite annuelle de 5 000 francs par associé. Cette parcimonie prouve la capacité à mobiliser les ressources familiales et la solidité de l’engagement dans l’entreprise. L’autofinancement obligeait le patronat à tempérer sa consommation personnelle des bénéfices, à restreindre le partage des fruits du travail...

  • 43 Hau (M.), L'Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), op. cit., p. 327-331.
  • 44 Archives municipales de Mulhouse 66TT63 d 3 : Questions sur le marché, Bruxelles, 03-10-1834. Corr (...)

38Le capital nécessaire au démarrage industriel n’était pas très important pour les petites unités43. Jouant le rôle d’expert pour le compte d’un confrère de Bruxelles, Jean Dollfus estime le capital indispensable à la mise en activité d’une filature de 40 000 à 50 000 broches à une somme comprise entre 1 400 000 et 2 000 000 francs44, plus 150 000 à 200 000 francs de fond de roulement. Pour un « établissement tissant » de 400 à 600 métiers, il proposait deux solutions : un établissement mécanique qui nécessiterait un investissement de 800 francs par métier, plus la machine à vapeur, les bâtiments... ou la solution du tissage à la main, avec 1 500 à 2 000 métiers valant 20 à 25 francs l’unité et qui ne nécessitaient pas, par leur localisation au domicile de l’ouvrier, d’investissements en bâtiments. Enfin l’indiennerie-manufacture de 20 000 à 30 000 pièces est estimée à 300 000 ou 400 000 francs, plus un important fonds de roulement de 1 000 000 à 1 500 000.

  • 45 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 31 : Projet pour un établissement de métiers à tisser à (...)

39Le projet d’un établissement industriel localisé à Mulhouse de 200 métiers à tisser mécaniques prévoyait un budget Spartiate : 110 000 francs pour l’installation des mobiliers industriels, un fonds de roulement de 100 000 francs pour l’achat des filés, la paie des ouvriers, les toiles... L’inspiration technique restait alsacienne ; on se contentait de copier les métiers sur ceux du « modèle Heilmann de Thann avec les changements que l’expérience a fait trouver. Nous inclinons pour ces métiers parce qu’ils fonctionnent bien, qu’ils prennent moins de force que ceux d’A. Kœchlin et Cie et surtout parce que leur construction est beaucoup moins coûteuse »45. On comptait ainsi à la place des 350 francs par métier une somme estimée à 210/220 francs. En outre, on prévoyait la reconversion des bâtiments existants, ainsi que la récupération de l’installation thermodynamique.

  • 46 Archives municipales de Mulhouse 66TT65 d-, dossier Dollfus-Mieg et Cie. Lettres adressées depuis (...)

40L’entrepreneur dirige. Il détient l’autorité. C’est un homme orchestre qui supervise et qui, de plus en plus, doit déléguer. Les effectifs d’encadrement sont limités jusqu’en 1850. Outre le chef de l’entreprise, l’industrie est dirigée par les associés et des membres de la famille, quelques contremaîtres et quelques spécialistes. « Josué Hofer, notre cousin de Genève, est ici [à Paris], Ne vous conviendrait-il pas comme le surveillant [responsable de la qualité des productions] que nous recherchons depuis si longtemps ? C’est un homme à mille écus. »46

  • 47 Archives municipales de Mulhouse 66TT18 d 1 : Lacroix (C. de), Alfred Engel (1848-1913), Mulhouse, (...)

41Associer ses enfants restait la solution la plus simple : « Son père [Frédéric Engel (1818-1883)] constatait en lui [Alfred Engel (1848-1913)] de véritables aptitudes commerciales et comme il était déjà très chargé, que ses fils aînés avaient déjà leurs voies tracées – Fritz [Frédéric (1843-1918)] au retordage et Gustave [1845-1896] à la chimie –, il voulut qu’Alfred fut son bras droit dans la partie commerciale. Aussi, son père le prit bientôt [à Dollfus-Mieg et Cie], sous sa direction et il l’installa dans son bureau, à côté de lui. »47

  • 48 Archives municipales de Mulhouse 66TT33 d 18, acte de société du 1er avril 1836 entre Jean-Georges (...)

42Faire fonctionner une entreprise nécessitait un partage des responsabilités. Mais, contracter le nombre des intervenants était un gage d’efficacité. Par l’acte de société du 1er avril 1836 entre Jean-Georges Mieg et son frère Jean, il était stipulé que « les deux associés sont gérants de la maison et auront la signature sociale. J.-G. sera chargé de la fabrication, de l’achat de la laine, de la disposition des draps en fabrique et de la vente en gros, [tandis que] l’associé Jean Mieg soignera et dirigera l’achat et la vente du commerce en détail. Il soignera conjointement avec J.-G. Mieg son associé l’exécution des commissions de la vente en gros, dirigera le magasin et soignera une partie du bureau. La correspondance sera faite par chaque associé pour la partie qui le concerne. »48

43L’association à l’entreprise des fils, parfois de toute une dynastie, reposait sur l’hypothèse d’une succession de générations capables à la tête de l’entreprise. Les valeurs fondatrices des premiers entrepreneurs seraient dynastiques. Il semblait que, confrontés à l’indiscutable dédain ou incapacité de certains enfants, les entrepreneurs aient privilégié le maintien d’une pépinière d’entrepreneurs. La sélection des descendants se faisait par l’entrepreneur, l’autorité indiscutable du père permettant à certains d’acquérir le métier, à d’autres de l’exercer sous surveillance, à certains enfin d’être repoussés, préférant plutôt dans ce cas un destin de passionné, parfois oisif, que l’intégration d’un actif incapable. Du groupe potentiel des entrepreneurs, devait avec l’expérience, croyait-on, émerger le chef de l’empire industriel. Facilitait-on pour autant le rôle des premiers fils nés ?

  • 49 Archives municipales de Mulhouse 66TT51 d 23, lettre de Dollfus no 337, Dornach 24-08-1874.

44La recherche d’une complémentarité aboutissait à un partage des tâches et à de difficiles affirmations. L’intégration des jeunes descendants trouvait parfois en de compétents contremaîtres des opposants reconnus et expérimentés. Dans ce cas l’appel au patriarche s’imposait, ce qui prouvait une certaine incapacité à affirmer sa propre valeur. Jean Dollfus reçut les plaintes d’un membre de sa famille, qui avait eu de vives discussions avec le contremaître Bruchet : « Ayant eu plusieurs observations à faire sur des pièces qui me paraissaient mauvaises, M. Bruchet n’a pas voulu les admettre et m’a répondu que je n’avais rien à lui dire, que je ne savais comment les pièces rentreraient finies. [...] Il m’est impossible de prendre la responsabilité que tu me donnes si M. Bruchet ne reconnaît pas mon autorité. »49

45En outre, le développement de l’entreprise nécessitait une adaptation constante aux changements. Miser, à partir des années 1830 sur de jeunes diplômés issus des familles, revenait à garantir non l’efficacité mais un certain nombre de capacités. C’était également, dans une société figée sur ses logiques de recrutement, éviter la fossilisation de l’entreprise dans la seule pensée du fondateur, et tenir ainsi compte des changements de techniques, de structures et de méthodes. La garantie d’une efficacité le demandait.

  • 50 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 31, Antoine Hartmann, notes à Dollfus-Mieg et Cie, 03-11 (...)
  • 51 Archives municipales de Mulhouse 66TT52 d 10, extrait des registres déposés aux archives de la pré (...)

46L’entrepreneur organisait sa production. Il assumait la recherche des matières premières, en particulier le coton et la houille. Antoine Hartmann, dans une note à Dollfus-Mieg et Cie le 3 novembre 1835, estime les besoins en houille à 21 bateaux de 1000 tonnes par an. Deux sources d’approvisionnement s’offraient : la houille achetée sur les rives du canal du Centre et celle de Saint-Étienne50. Aussi incomba-t-il aux Mulhousiens d’acquérir des mines. L’acquisition des houillères de Champagney et de Ronchamp pour 502000 francs par Daniel Dollfus-Mieg, fabricant de Mulhouse, le 25 mai 1812, permit un approvisionnement facilité51.

  • 52 Verley (P.), op. cit., p. 46.
  • 53 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 6 : Passy (F.), Un chef d’industrie alsacienne : Jean Dol (...)

47L’entrepreneur organisait la marche régulière et journalière de l’usine. La vapeur nécessitait de respecter des horaires de travail. L’homme était alors soumis aux aléas du fonctionnement de la machine à vapeur, produite d’ailleurs souvent à Mulhouse par la société André Kœchlin et Cie. Il incombait de les imposer à des populations rurales, peu enclines à respecter l’exactitude horaire, de pourchasser l’absentéisme et d’imposer « une éducation au temps »52. Jean Dollfus, conscient de l’inéluctabilité d’une baisse légale de la durée du travail, combattit par une recherche maximale de la productivité. Alors que l’idéologie patronale attache une grande importance à la seule durée du travail au nom d’un principe qui veut « que c’était la dernière heure qui faisait le bénéfice du fabricant » il propose un nouveau principe : « Nous disons aujourd’hui que c’est la dernière heure qui mange le bénéfice du fabricant. »53 Jean Dollfus arriva par une réduction du temps de travail ouvrier à une augmentation de la production, sans investissement massif. L’ère de l’organisation du travail commençait, caractérisée encore par la toute puissante intervention patronale.

  • 54 Archives municipales de Mulhouse 66TT10 d 6, rapport présenté par Fleury à Émile Dollfus, mars 182 (...)
  • 55 Il propose un travail limité au seul matin, d’établir des listes de retards et de ne rétribuer qu’ (...)

48Rationaliser au maximum du possible la production obligeait à encadrer et à contrôler. M. Fleury propose 15 mesures à Émile Dollfus en mars 182554 : il constatait que « les dimanches, on vient tard, on s’en va tôt ; quelques heures de présence, souvent assez mal employées, se payent comme une journée » (proposition n° l)55. Aussi, il entendait accroître « l’obéissance et la discipline qui sont généralement relâchées. Les ouvriers n’ont plus cette crainte salutaire qui les empêchaient de mal faire. On les voit laver à toute heure ou se promener. Les ateliers ne sont pas tenus comme ils devraient l’être, le coton se jette dans la filature, dans la cour, dans les commodités. Les ouvriers ont des chiens, des oiseaux. Là la forge est en quelque sorte transformée en ménagerie. »

  • 56 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 7, lettre de Dollfus-Mieg et C” en février 1825 demandan (...)

49L’entrepreneur était enfin en quête constante de main-d’œuvre. Il incombait en effet de se procurer des femmes et des enfants, présentés alors comme plus facile à discipliner et faiblement rétribués. Malgré l’opposition de l’autorité préfectorale, les Mulhousiens installèrent dans le Sundgau des ateliers, afin d’exploiter la main-d’œuvre que l’exode rural n’avait pas encore orientée en ville. Présentée comme une moralisation des populations agricoles par le travail, l’installation du tissage de 200 métiers à Bantzenheim par Dollfus-Mieg et Cie souhaitait, en février 1825, « devenir un grand bienfait pour les habitants de ladite commune dont un grand nombre est privé de tout moyen de subsistance et qui se trouvent dans un état de misère et de besoin par lequel, souvent, ils sont engagés à vendre leurs services comme porteurs de contrebande. »56

  • 57 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 6, réponse à la demande de Dollfus-Mieg et Cie du 30-08- (...)

50On justifiait l’ouverture de tels établissements par la rigueur des contrôles exercés par les entrepreneurs et par le fait « qu’il ne peut qu’être avantageux de protéger une industrie qui donne aux habitants de l’occupation et des moyens d’existence sans cependant enlever à l’agriculture les bras qui lui sont indispensables. [...] On y emploie la plupart du temps que des enfants ou de jeunes gens peu propres aux travaux agricoles »57.

  • 58 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 28. Le conseiller d’État au préfet du Haut-Rhin, Paris, (...)
  • 59 Archives municipales de Mulhouse 66TT18 d 29, Meunier-Dollfus (C.) op. cit., p. 65.

51Cette quête continuelle de main-d’œuvre amena les entrepreneurs à recourir à certaines catégories de nouveaux ouvriers, les détenus d’Ensisheim58, ou à rechercher les moyens d’économiser des bras en les remplaçant par des machines. Cette dernière attitude semble tardive, juste après le premier conflit mondial. Incapables de relancer la natalité pourvoyeuse de bras, les entrepreneurs « doivent accepter les machines qui économisent la main d’œuvre et prendre exemple sur les Américains tant pour les travaux de l’usine que pour ceux des champs ». Cette politique, pensait-on, pouvait être complétée par l’appel aux travailleurs des colonies, et surtout « à nos amis d’Italie »59.

  • 60 Et surtout de la question sociale avec une revendication salariale des imprimeurs, « insolents qui (...)
  • 61 Archives municipales de Mulhouse 66TT11, lettre de Daniel Dollfus à MM. Dollfus-Mieg et Cie, 08-07 (...)

52L’entrepreneur enfin maîtrise les techniques, à savoir les procédés et la mécanisation. La technique mulhousienne avait trois origines principales : les familles mulhousiennes avaient détourné leurs enfants des études littéraires au profit de destinées de jeunes apprentis puis diplômés de la technique. Les entreprises avaient intégré la bourgeoisie du talent. Elles avaient plus souvent exploité efficacement les initiatives de leurs ouvriers, permettant aux plus talentueux de s’embourgeoiser par la réussite. Ces ingénieux ouvriers et contremaîtres, à l’image de l’inventeur de la perrotine, éloignés des préoccupations scientifiques, formés par la pratique souvent depuis un jeune âge, avaient gravi les étages jusqu’à atteindre celui de l’aristocratie ouvrière dans la fidélité exclusive à un patronat reconnaissant et bienfaiteur. « M. Perrot, nous raconte Jean-Gaspard Dollfus (1812-1889), son patron, était un habile contremaître mécanicien, qui avait déjà construit pour la maison une machine à imprimer au rouleau. » Perrot, mis au courant de toutes les questions techniques60 et s’étant vu attribuer des fonds, se mit au travail et trois mois après, la première perrotine fonctionnait. « Perrot fit en peu d’années une belle fortune. » Enfin, l’industrie mulhousienne avait utilisé la contrebande. Abondamment exalté comme la seule solution, le transfert technologique d’Angleterre n’était qu’une des explications de la réussite mulhousienne. Dans l’une de ses lettres d’Angleterre, Daniel Dollfus, l’un des associés de Dollfus-Mieg et Cie, affirmait avoir conclu un accord avec « Bradbury, engagement par écrit moyennant lequel ce mécanicien est tenu de nous faire une machine nouvelle sur le plan de celle qui fonctionne dans ses ateliers. Il s’engage en outre de nous donner tous les détails, tous les renseignements de quelle nature qu’ils puissent être sur les choses quelconques, sa fabrication, en filature, en tissage. Nous payons le secret de la machine c’est-à-dire l’invention 500 livres »61.

  • 62 « Où il est bien payé et a un poste de confiance ». Archives municipales de Mulhouse 66TT48 d 36, (...)
  • 63 Archives municipales de Mulhouse 66TT48 d 36, lettre de M. Graf, Londres, 17-06-1840.
  • 64 Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour, 16-04-1836.
  • 65 Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour, 18-03-1836.

53Il importait enfin de protéger les secrets de fabrication. Dans une lettre de Londres, le 17 juin 1840, un père décrit son dépit « que [leur] maison [DMC] ne prenne pas [s]on fils Émile en apprentissage ». L’origine britannique de la lettre et le travail du père pour une maison anglaise semblent avoir débouté le jeune Émile, âgé de 16 ans, malgré sa présence à Mulhouse depuis 4 ans en pension et l’emploi de son frère Charles62 depuis plusieurs années dans une autre entreprise mulhousienne63. Une même méfiance existait à l’encontre même des graveurs, ces artistes qu’on maintenait souvent dans l’ignorance des motifs jusqu’au dernier moment. Mathieu Dollfus (1799-1887) demandait le renvoi du graveur G. Drank « de suite, avant qu’il ne puisse voir les dessins, afin qu’il n’arrive pas ce qui est arrivé au confrère »64. Les copies de motifs DMC se rencontraient en Angleterre, aux États-Unis mais aussi dans le cadre national : « L’imitation du [motif] no 1052 de 1836 se vend en masse depuis la ville concurrente », Rouen65.

  • 66 Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour, 10-01-1835.
  • 67 « Il n’y a rien du tout de bon (dans ces échantillons anglais). Ces pauvres anglais sont bien recu (...)
  • 68 « Un de nos Parisiens a vu le no 1453 et a fait mettre une pièce de côté pour lui. Comme c’est un (...)
  • 69 Cette société avait « pour objet les opérations de banque, d’industrie, de commerce de toute natur (...)

54L’entrepreneur devait aussi percevoir l’évolution des marchés, prospecter et infléchir la politique commerciale des États. « Il importe, en indiennes, de ne pas trop se laisser à ses propres impulsions. Il faut consulter la consommation. »66 L’adaptation au goût du consommateur n’était pas le seul souci du producteur. Il devait commercialiser, partout. Le bulletin du jour, expédié à Dollfus-Mieg et Cie le 14 juillet 1836, contient, outre les commandes, une analyse des affaires mexicaines avec le souci de pouvoir un jour s’y implanter, un commentaire de dessins qu’on avait confrontés aux goûts du consommateur, estimés juste « convenables pour Paris et Lyon » l’analyse des échantillons obtenus par contrebande depuis l’Angleterre67 et la présentation de l’état du marché parisien68. Ce souci de vendre, associé parfois à celui d’acquérir des matières premières de qualité, fait participer les Mulhousiens à des investissements lointains : Jean Dollfus, négociant, possède une commandite de 10 000 francs dans une « société de commerce pour l’exploitation et le développement de la Maison de commerce fondée et actuellement exploitée à Saigon »69.

  • 70 Archives municipales de Mulhouse 66TT 63 d 3, lettre de Baum, voyageur de commerce et foires, à Je (...)
  • 71 La maison de Paris avait pour objectif de vente pour 1836 15 000 à 20 000 francs par jour (archive (...)
  • 72 Archives municipales de Mulhouse 66TT35 d 2, lettre d’Abbeville du 25-08-1841 de Mathieu Mieg à so (...)

55L’entrepreneur devait promouvoir un produit de qualité tout en tenant compte d’une productivité accrue, conséquence d’un prix de la production qui tendait à s’abaisser. L’adaptation entre la production et la demande nécessitait d’apprécier les évolutions du goût, mais aussi d’anticiper et souvent d’exécuter avec rapidité les commandes. Elle imposait la prospection des marchés par des tournées. Les entreprises mulhousiennes déléguaient certains associés et surtout des commissionnaires spécialisés70 à ces activités. Dollfus-Mieg et Cie possédait au début des années 1830 des succursales à Paris71, Lyon, Bordeaux, Marseille, Lille, Londres, Francfort, Cologne, Naples... La société employait de nombreux commissionnaires. Mathieu Mieg (1821-1873) décrivait ainsi la tournée à venir à son père Jean-Georges Mieg (1788-1864) : « Je ne pourrai commencer ma tournée à Rouen que le lundi matin. Je pense que dans deux à trois jours au plus, j’y pourrai voir tout le monde. Je consacrerai un jour à Elbeuf, un à Mouy, et je serai à Paris vers jeudi de la semaine prochaine. Quant à Paris, il faut bien que j’y reste cinq jours, d’abord pour mes affaires, puis pour aller à la chasse au feutre, pour voir ce que je n’ai pas encore vu et enfin pour ne pas y passer comme un Anglais. »72

  • 73 Archives municipales de Mulhouse 66TT35 d 2, lettre d’Abbeville du 25-08-1841.

56La visite des clientèles équivalait à un marathon de commandes : « Je suis arrivé lundi à Amiens. Hier j’ai fait mes tournées dans cette ville où la consommation est extrêmement restreinte. J’y ai fait à peu près pour 1000 francs. »73 Ses visites commerciales étaient doublées de visites industrielles et de fréquentations de foires.

  • 74 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 52, SIM : Jean Dollfus (1800-1888), Mulhouse, 1919, p. 9.
  • 75 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 9 : Fourneyron (B.), Observations en réponse à la communi (...)
  • 76 Archives municipales de Mulhouse 66TT68 d 17, Dollfus (J.), De la levée des prohibitions douanière (...)

57« Que les barrières s’élèvent et le travail diminue dans l’impression mulhousienne.»74 Ainsi s’exprimait Jean Dollfus, partisan d’une réduction des droits de douanes. S’il fut critiqué, tant à la SIM qu’en Alsace ou ailleurs, il anima durant près de trente ans un débat constant, supportant les attaques de ceux qui lui reprochait de « mettre la France à la remorque du libéralisme de l’Espagne et de la Russie »75, causant de vives discussions à la SIM, incapable de maintenir son consensus traditionnel à propos « de la suppression des droits d’entrée sur les Matières Premières de l’industrie ». Jean Dollfus n’en est pas moins devenu l’un des acteurs du traité de commerce franco-anglais du 23 janvier 1860. « Soyons de notre temps » affirmait-il dans son plaidoyer pour le libéralisme76.

  • 77 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 6 : Passy (F.), op. cit., p. 10-11.

58L’entrepreneur devait également évaluer l’investissement nécessaire, ce dont il avait besoin en moyens pour maintenir l’efficacité. Ce machinisme passait par l’acceptation de la vapeur qui obligeait à concentrer sur un ensemble de bâtiments le travail, la technique... et qui imposait par ses coûts fixes la grande entreprise fonctionnant en continu. Il nécessitait également la modernisation, gage de maintien de la compétitivité. Jean Dollfus raconte l’histoire industrielle « de ces vieux métiers datant de 1809, qu’après 1852 il fit remplacer par des métiers self-acting et qu’un industriel du voisinage vint lui acheter pour les remonter chez lui, disant naïvement qu’avec la protection dont on jouissait sur le marché français, c’était encore assez bon pour y gagner de l’argent. Et c’était vrai ; mais qu’est-ce que cela prouve ? Que nous fabriquions tous beaucoup trop chèrement. Qui paie la différence ? C’est le consommateur. »77

59L’entrepreneur escomptait, en abaissant les prix, gagner en volume, étendre le marché et obtenir une consommation grandissante.

  • 78 Archives municipales de Mulhouse 66TT67 d 1, acte de société entre Daniel Dollfus père, Jean Dollf (...)

60« Chaque associé ne pourra prélever que les sommes nécessaires aux dépenses de sa maison et à l’établissement de ses enfants. »78 Cette attitude « raisonnable » adaptation d’un niveau de vie au besoin d’autofinancement de l’entreprise, ainsi que les hauts taux de profits permettent de pallier les faiblesses du système bancaire.

  • 79 Dont il s’était retiré de la direction en 1850 pour s’occuper des affaires publiques.
  • 80 Archives municipales de Mulhouse 66TT10 d 39, comptes d’Émile Dollfus, no 448.

61Ce que l’on retire comme revenus de l’entreprise permettait pourtant de vivre au-delà de l’austérité présentée en modèle. Les livres de comptes, tenus de 1850 à 1858, par Émile Dollfus (1805-1858) sont évocateurs. Manufacturier, député, maire de Mulhouse..., ils expriment un budget mulhousien maximum. Cet industriel était l’un des chefs de Dollfus-Mieg et Cie. Il avait popularisé le sigle DMC et introduit la première machine à vapeur à Mulhouse. Cofondateur de la SIM, il orienta DMC vers l’industrie du fil à coudre qui fit la renommée de l’entreprise mulhousienne. Le budget de 1851 comptait 3303850 francs de revenus. Ceux-ci provenaient à 62 % de Dollfus-Mieg et Cie79, pour 25 % de ses appointements de l’Assemblée nationale, pour 6 % de sommes provenant de diverses personnes à qui il avait accepté de louer ses fonds, à 5 % des revenus issus d’autres sociétés, enfin pour le reste de loyers, de ventes de biens et d’intérêts divers. Ces sommes permettaient de vivre bourgeoisement, sans souci du lendemain. Il n’envisageait même plus la mise de biens au soleil. Émile dépensa 39 993 francs l’année 1851, soit 120 % de ses revenus. Son budget se répartissait en divers investissements (40 %, calèche, chevaux...), en entretien du ménage (14 %), en habillement (13 %), en transports (8 % dont de nombreuses vacances), en culture (6 %, emploi d’un précepteur, livres, abonnements...), en personnels (6 %, pour 5 domestiques permanents et 7 occasionnels), en dépenses de vie mondaine ou de la sociabilité (6 % dont les cotisations au Temple, au Cercle, à la SIM, à la Loge...), en entretien et chauffage du logement (4 %), en soins (2 %) et en divers (1 %)80.

  • 81 Ce thème a suscité de nombreux travaux de recherche. On renverra le lecteur à l’ouvrage de Vitoux (...)
  • 82 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 3, SIM, album offert à M.-F. Engel-Dollfus en 1883 par l (...)

62L’entreprise était associée à la famille. Les noces d’or de Jean Dollfus évoquent une relation d’un père à ses enfants. L’autorité et la sollicitude étaient certes fondées sur l’obéissance et le respect, mais au sein d’une société construite sur la hiérarchie et sur une dépendance inégalitaire des individus. Une solidarité en découlait, entretenue comme un signe de fusion81. Les tensions internes n’étaient pas absentes, bien que discrètes, perçues comme supportables à la condition de s’en remettre toujours à la décision du patriarche. Frédéric Engel-Dollfus incarnait cette extraordinaire surveillance : membre de la SIM depuis 1844, promoteur du musée de la SIM dont il fut l’un des grands donateurs, de l’école de dessin de la Société industrielle, constructeur du dispensaire pour les enfants malades de Mulhouse (1882-1883), financier et promoteur du Patronage de la chaussée de Dornach, président de l’Association pour prévenir les accidents de machines, de l’asile de vieillards et des ouvriers invalides, mécène à qui la cité doit la bibliothèque et la salle de réunion de Dornach, pédagogue qui finança les écoles de filature puis de tissage, cet entrepreneur incarnait une prévoyance puissante, coûteuse, pressante... un véritable évergétisme. N’allait-il pas jusqu’à promouvoir l’histoire par un prix quinquennal pour un livre d’histoire locale ? Il finança la réalisation du Cartulaire de Mulhouse par Xavier Mossmann et subventionna pas moins de sept institutions scolaires dont l’École d’architecture de Paris ou l’École française de Rome et d’Athènes82.

  • 83 Celle des employés de MM. Dollfus-Mieg et Cie en 1883 vise à l’emploi d’une donation de 400 000 fr (...)
  • 84 Gustave Dollfus serait l’inspirateur de l’école de tissage de Mulhouse dirigée par son ami d’enfan (...)

63S’attacher personnellement une main-d’œuvre, tout en pratiquant par ailleurs une ségrégation spatiale des individus en fonction de la richesse, était nécessaire à l’entrepreneur qui stabilisait ainsi le monde du travail. La fixation des ouvriers s’obtenait par une politique du logement, par une prise en charge de la formation, par la fondation de caisses de prévoyance et de retraite83, par un intérêt pour l’enseignement84, par l’association des actifs à la vie du patron, lors des naissances, des mariages, des décès et pourquoi pas des noces d’or.

  • 85 Stuart Mill dans Verley (P.), op. cit., p. 49.
  • 86 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 17 : Scheurer (A.), op. cit., p. 7.
  • 87 Archives municipales de Mulhouse 66TT 4 d 52, SIM : Jean Dollfus, op. cit., p. 45.
  • 88 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20, Geffroy (A.), op. cit., p. 19.

64Cette tendresse recherchée et exaltée, véritable ou feinte, faisait disparaître les rapports de riches à pauvres, au bénéfice d’une « tutelle affectueuse d’un côté, d’une déférence respectueuse et reconnaissante de l’autre »85. Camille Kœchlin, affirmait son biographe posthume, était « très dévoué à ses amis. Il se montrait paternel vis-à-vis de ses inférieurs »86. Quant à Jean Dollfus, « jamais il ne traita l’homme comme un simple moyen. L’ouvrier de sa fabrique, à ses yeux, était l’être pensant et agissant qu’il faut initier à la vie intellectuelle pour accroître sa moralité »87. Cette dépendance définit l’ouvrier à l’identique d’un enfant mineur. « On ne peut compter sur son esprit de prévision [...]. Il faut, nous affirmait Frédéric Engel-Dollfus, lui épargner par des combinaisons heureuses les démarches un peu compliquées qu’il ne ferait pas [...], lui tout préparer, placer la caisse d’épargne aux jours de paie sur son passage. »88

  • 89 Archives municipales de Mulhouse 66TT66 d 30 : « Les tisserands de Mulhouse et Dornach sont conven (...)

65Ce patronage naît fréquemment du sentiment de la responsabilité sociale, parfois du devoir ou de la protection, rarement de la charité... Il puiserait son origine dans l’essence même de la religion. Même les organisations ouvrières naissantes restèrent dans une stricte dépendance. La création par les tisserands de Mulhouse et de Dornach d’une caisse à l’usage des seuls salariés masculins entre 18 et 50 ans, prévoyait que « dès que les fonds ou la Caisse de cotisation seront parvenus à 300 francs, le surplus de la recette sera versé à la Caisse d’épargne de Mulhouse, [...] le livret sera déposé entre les mains de MM. Dollfus-Mieg et Cie »89.

  • 90 Verley (P.), op. cit., p. 49.
  • 91 Ce sanatorium appelé « Asile Jean Dollfus », installé dans une villa de Cannes au bord de mer, éta (...)
  • 92 Cette caisse reconnaissant « la nécessité absolue d’imposer l’allaitement par la mère ». Archives (...)

66« Ces patrons protestants furent constamment parmi les plus progressistes » constate Verley90. En effet, l’asile Jean Dollfus91, à Cannes, témoigne d’une attention particulière pour l’enfant malade, la Caisse de secours des femmes en couches92 d’un respect peut-être intéressé pour les destinées des mères et des enfants nés dans une ville alors massivement encore mortifère, Dollfus-Ville d’une création patriotique consacrée aux compatriotes optant pour la France et recherchant une nouvelle Alsace agricole en Algérie...

  • 93 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 3, SIM, album offert à M.-F. Engel-Dollfus en 1883 par l (...)

67Cette efficacité économique et industrielle découlait d’un climat social pacifié car maîtrisé. Il semblait surtout qu’elle souhaitait éviter l’intervention du nouvel acteur social, l’État, préférant accepter diverses avancées dès lors qu’elles apparaissaient comme un don accordé sans contrainte. La Société industrielle de Mulhouse, dans sa délibération du 25 avril 1883 « convenait à l’image de son nouveau président d’honneur F. Engel-Dollfus de continuer le socialisme pratique, le bon socialisme qui consiste à aller au-devant des revendications légitimes ; envisageons ces revendications, non au point de vue légal car la loi est souvent boiteuse et en retard, mais à celui de notre propre sentiment, de notre cœur et de notre propre jugement »93.

  • 94 « Il est difficile d’admettre l’existence d’un établissement manufacturier sans caisse de retraite (...)
  • 95 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20 : Geffroy (A.), op. cit., p. 18.

68Cette attitude débouchait sur l’acceptation de la responsabilité sociale du patron94, que tentait de concrétiser avec humanité F. Engel-Dollfus : « Il faut que sur les produits annuels de la grande industrie, à Mulhouse, une réserve de 10 % soit opérée, si on veut préparer à l’ouvrier les principales institutions de secours dont il a besoin. » 4 % seraient affectés au secours en cas de maladie, 3 % à la pension de retraite, 1 % pour les institutions pour l’enfance, 1 % pour le logement, 0,5 % pour les femmes en couches, et 0,5 % aux assurances en cas d’accident95.

  • 96 Opinion opposée à Jean Dollfus relevée par Frédéric Engel-Dollfus, cité dans Jean Dollfus, op. cit (...)

69Les structures proposées à la vie sociale étaient calquées sur la famille, dans sa version autoritaire et inégalitaire. L’indépendance du propriétaire n’était que rarement proposée comme une valeur opérante dans le monde ouvrier, si ce n’est par Jean Dollfus, le père de la Cité ouvrière. « Jean Dollfus a tort de flatter ainsi chez les travailleurs de l’industrie manufacturière le faux préjugé de la propriété foncière. Ils n’en sont déjà que trop imbus. [...] Surtout, ne le rivons pas au sol. »96

***

  • 97 Mouriquand (J.), « Le rêve brisé », dans Saisons d’Alsace, 1997, no 137, p. 139.

70Nous n’avons du passé, pour l’instant encore, que des éclats de certitudes, des lumières faibles qui renvoient à un miroir collectif que nous chérissons, sans savoir qu’il est brisé depuis longtemps. Ce passé mythique se nourrit d’un consensus auquel personne ne croit, d’une piété envers les pères fondateurs dont les héritiers ont pourtant délaissé l’espace mulhousien, remplacés par la puissance de l’État. Le fatalisme de l’échec est bien présent. « Les ombres terribles de ces grands fabricants du siècle dernier dont les recettes ne marchent plus et dont les traces aujourd’hui ne sont que ruine et amertume. »97 L’essor industriel de Mulhouse trouve ses origines dans l’existence d’un milieu commercial et proto-industriel en expansion précoce et rapide et dans la naissance rapide de dynasties d’entrepreneurs nombreux, compétents, résultats de mariages de convenance et d’une norme familiale nataliste, d’une spécialisation de la cité dans l’industrie du coton, dans la sélection stricte des acteurs par une sociabilité qui privilégie les individus capables et insérés dans les lignages, enfin dans le contrôle du pouvoir économique et politique, autant à l’échelle municipale qu’à l’échelle nationale, poussant à l’adaptation constante des normes aux besoins économiques.

71Pourtant, ces familles furent confrontées aux chocs : celui d’abord d’une occupation de 1870 à 1918 et à ses conséquences, en particulier l’exil du patronat, l’option pour la France empêchant les fils de maintenir les lignées mulhousiennes d’entrepreneurs. Ensuite à l’émergence de choix familiaux néo-malthusiens ; enfin à une élévation des compétences qui écarte progressivement les rejetons des dynasties, faisant des entreprises mulhousiennes des firmes « managériales ». On repoussait donc les dynasties familiales au profit d’une méritocratie de dirigeants. Il n’en fallait pas tant pour expliquer la naissance, avec les débuts du xxe siècle, d’une nostalgie collective du grand siècle mulhousien.

Notes

1 Daviet (J.-P.), La Société industrielle en France (1914-1914), productions, échanges, représentations, Seuil, Paris, 1997, p. 277.

2 Verley (P), Entreprises et entrepreneurs du xviiie siècle au début du xxe siècle, Hachette, Paris, 1994, p. 57. Pour l’Alsace, on se référera principalement aux travaux de Laufenburger (H.) et Pflimlin (P.), Cours d’économie alsacienne, Paris, 1932, 2, p. 135-377 ; de Hau (M.), L’Industrialisation de l'Alsace (1803-1939), Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 1987, et de Stoskopf (N.), Les Patrons du Second Empire, Picard, Paris/Cénomane, Le Mans, 1994, t. 4 (Alsace).

3 Terme encore employé comme nom commun générique à la fin des années 1970. Constaté par Charles M. Kieffer, lors de missions CNRS, dans la province du Paktya, en Afghanistan.

4 Leuilliot (P), « Le libéralisme mulhousien au xixe siècle. Essai de définition », dans « Le concept de liberté dans l’espace rhénan, Strasbourg, octobre 1974 », actes du colloque du Centre de recherches rhénanes, dans le Bulletin de la faculté des lettres de Mulhouse, 1974, 7, p. 199.

5 Archives municipales de Mulhouse 66TT 26 d 11, diplôme de membre ordinaire de la Société industrielle de Mulhouse de Daniel Dollfus-Ausset, 24-12-1825.

6 Archives municipales de Mulhouse 66TT 4 d-, renseignements fournis par Charles Dollfus sur Jean Dollfus (ms.).

7 Archives municipales de Mulhouse 66TT 57 d 18 : Zuber (J.), Un chef d’industrie alsacienne. Vie de Jean Dollfus, Mulhouse, 1888.

8 Ibid., p. 7.

9 Ce principe a été développé par Juillard (É.), « Une métropole industrielle », dans Saisons d’Alsace, 1997, no 137, p. 32.

10 Leuilliot (P.), op. cit., p. 200. Citation du procureur général, 12-07-1866.

11 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 11 : Scheurer (A.), Paroles prononcées sur la tombe de Camille Koechlin no 153, 13-06-1890, Mulhouse, 1890, p. 7.

12 Rapport du docteur Weber, 23-02-1848, archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 52, SIM : Jean Dollfus, 1800-1888, Mulhouse, 1919.

13 Vitoux (M.-C.), « Éthique protestante et philanthropie libérale : le cas mulhousien au xixe siècle », dans Histoire, économie, société, 1995, 4, p. 595-607.

14 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 21 : Maurer (J.), Frédéric Engel-Dollfus no393. Notice biographique, Mulhouse, 1883, p. 5.

15 Archives municipales de Mulhouse 66 TT 25 d 4, rapport présenté par M.-F. Engel-Dollfus à la SIM au nom du comité d’utilité publique, séance du 27-03-1867, p. 1. Contient les « Statuts provisoires d’essai valables trois ans d’une Commission des accidents ». Voir aussi Bihr (F.), Patronat et accidents du travail à Mulhouse au xixe siècle (1827-1870), mémoire de maîtrise, université de Haute-Alsace, 1995.

16 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 21 : Maurer (J.), op. cit., p. 4.

17 Ibid., p. 10.

18 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20 : Geffroy (A.), Notice nécrologique sur Frédéric Engel-Dollfus no 393, avec des remarques additionnelles par Frédéric Passy, député de la Seine, Paris, 1885. Lue à la séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 22-08-1885 à Paris.

19 Juillard (É.), op. cit., p. 33 et Hau (M.), op. cit., p. 395-399.

20 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 17 : Scheurer (A.), Notice biographique sur la vie et les travaux de Camille Koechlin no 153, Mulhouse, 1899, p. 4.

21 Bibliothèque de la SIM, collection Weiss 1801 : Souvestre, L’Apprenti, légende mulhousienne, tiré à part, s. d.

22 Archives municipales de Mulhouse 66TT66 d 13, contrat de mariage de Jean Dollfus, manufacturier à Mulhouse et d’Anne-Catherine Bourcart, Mulhouse le 19-10-1822.

23 Archives municipales de Mulhouse 66TT23 d 26-22, lettre du 05-07-1879.

24 Dollfus (M.), Histoire et généalogie de la famille Dollfus de Mulhouse, 1450-1908, Mulhouse, 1909, p. 510-513.

25 Né le 9 novembre 1805 dans le district de Cracovie de deux parents issus de la noblesse polonaise, il connaît enfant l’existence d’un fils de propriétaire foncier avant d’être, à la suite du remariage de son père, confié à l’un de ses oncles, un gentilhomme fortuné, secrétaire particulier du ministre des Finances. Fonctionnaire du ministère des Finances, il participa, avec ses amis de l’école militaire de Varsovie, à la révolution polonaise de 1830, puis s’employa comme soldat durant la campagne de 1831. Après la défaite, il s’exila en France. Il épousa en 1840 Sophie Risler (1817-1899), fille de Mathieu et de Judith Dollfus. Après une carrière industrielle et une naturalisation le 23 juin 1852, il se retira des affaires en 1874 et vécut comme un rentier. Archives municipales de Mulhouse 66TT45 d 22, notes sur la famille Brylinski, s. d.

26 Hau (M.) et Vogler (B.), Histoire économique de l’Alsace : croissance, crises, innovations, vingt siècles de développement régional Nuée Bleue, Strasbourg, 1997, p. 162.

27 Archives municipales de Mulhouse 66TT1 d 2 : Auguste Dollfus (1832-1911), Mulhouse, s. d., p. 16.

28 Archives privées, manuscrit de Schwartz (P.-R.), Quatorze générations d'une famille, 12-06-1943, Zurich, p. 4.

29 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 1 : Matthieu, Oraison funèbre prononcée le 20 avril 1871 à la mémoire de Daniel Kœchlin, Mulhouse, 1871.

30 Schwartz (P.-R.), op. cit., p. 5.

31 Ce comportement démographique est établi pour la famille Schwartz. En restreignant fortement la natalité, les familles permettent certes une concentration des richesses mais s’exposent à la disparition des patronymes. Les familles mulhousiennes sont célébrées, avec exagération parfois pour leur nombreuse progéniture. Elles souhaitaient sécuriser l’avenir par une descendance assez nombreuse. L’étude de la famille Schwartz prouve un paradoxe. De 1450 à 1943, il y eut 170 représentants masculins porteurs du patronyme (14 générations) et 180 représentants féminins. La 11e génération, celle de 1790 à 1815, est celle qui a compté, avec 11 ménages, le plus de représentants masculins mariés. C’est avec elle que commence le déclin. Ces 11 ménages ne procréèrent que 17 fils, dont certains restèrent célibataires, d’autres décédant jeunes, de sorte que seuls 6 se marièrent. De ces 6, seuls 2 ménages produisirent des représentants masculins. Comptage effectué à partir de Meininger (E.), Tableaux de la famille Schwartz, Mulhouse, 1926.

32 Archives municipales de Mulhouse 66TT18 d 29 : Meunier-Dollfus (C.) Notes et commentaires sur les méthodes allemandes d’expansion économique de M. Henri Hauser, Paris, 1916, p. 29.

33 Daumard (A.), Les Bourgeois et la bourgeoisie en France depuis 1815, Paris, Flammarion, 1991, p. 154.

34 Archives municipales de Mulhouse 66TT21 d 11, SIM : Funérailles de Monsieur Auguste Dollfus, Mulhouse, 1911, p. 13.

35 Celle-ci se composait d’une filature à trois étages de 8064 broches à filer, de 2000 à retordre, de bâtiments annexes, le tout mu par une machine à vapeur à trois chaudières, sur un terrain de 1 hectare et 31 ares. Le bail comprenait le mobilier industriel. Archives municipales de Mulhouse 66TT10 d 34.7, bail du 24-06-1856 par Émile Dollfus à Dollfus et Mantz.

36 L’arrangement consistait à maintenir aux deux jeunes entrepreneurs le bénéfice sur les résultats de la fabrique d’indiennes, mais de les protéger par une prise en charge partielle des pertes assumées par Jean Dollfus. Archives municipales de Mulhouse 66TT51 d 22, arrangement du 24-08-1874, Alfred Engel no 404.

37 Hau (M.) et Vogler (B.), op. cit., p. 165.

38 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20 : Geffroy (E.), op. cit., p. 30. Remarque proposée par Frédéric Passy, député de la Seine.

39 Archives municipales de Mulhouse 66TT1 1 d 8, acte de société, Dollfus-Mieg et Cie, 01-11-1824.

40 Tout en se réservant ses droits et en restant associé dans la maison de Bordeaux (article 3).

41 Modalités du remboursement du prêt de 1600000 francs (article 20) : 1re année, 300000 francs ; 2'année, 500000 francs ; 3e année, 800000 francs.

42 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 9, acte de société, Dollfus-Mieg et Cie, 29-12-1824.

43 Hau (M.), L'Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), op. cit., p. 327-331.

44 Archives municipales de Mulhouse 66TT63 d 3 : Questions sur le marché, Bruxelles, 03-10-1834. Correspondance entre Emmanuel Peyer et Jean Dollfus.

45 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 31 : Projet pour un établissement de métiers à tisser à la mécanique, s. d. (vers 1820).

46 Archives municipales de Mulhouse 66TT65 d-, dossier Dollfus-Mieg et Cie. Lettres adressées depuis Paris par Mathieu Dollfus, no 366, d’octobre 1834 à septembre 1836. Bulletin du jour, 25-05-1836.

47 Archives municipales de Mulhouse 66TT18 d 1 : Lacroix (C. de), Alfred Engel (1848-1913), Mulhouse, mai 1913, p. 5 et p. 6.

48 Archives municipales de Mulhouse 66TT33 d 18, acte de société du 1er avril 1836 entre Jean-Georges Mieg (no 91) et son frère Jean Mieg (no 79.11).

49 Archives municipales de Mulhouse 66TT51 d 23, lettre de Dollfus no 337, Dornach 24-08-1874.

50 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 31, Antoine Hartmann, notes à Dollfus-Mieg et Cie, 03-11-1835.

51 Archives municipales de Mulhouse 66TT52 d 10, extrait des registres déposés aux archives de la préfecture du département de la Haute-Saône, vente des biens impériaux cédés à la caisse d’amortissement, 25-05-1812.

52 Verley (P.), op. cit., p. 46.

53 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 6 : Passy (F.), Un chef d’industrie alsacienne : Jean Dollfus. Lu à la séance publique annuelle des cinq Académies, 25-10-1888, Paris, 1888, p. 7.

54 Archives municipales de Mulhouse 66TT10 d 6, rapport présenté par Fleury à Émile Dollfus, mars 1825, sur la marche de la filature Dollfus-Mieg et Cie (ms.).

55 Il propose un travail limité au seul matin, d’établir des listes de retards et de ne rétribuer qu’une demie-journée.

56 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 7, lettre de Dollfus-Mieg et C” en février 1825 demandant l’autorisation de créer un atelier de tissage à Bantzenheim.

57 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 6, réponse à la demande de Dollfus-Mieg et Cie du 30-08-1824. Suite aux observations des maires des communes. Sundgau.

58 Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 28. Le conseiller d’État au préfet du Haut-Rhin, Paris, le 14-05-1819 : « Les entrepreneurs (Dollfus-Mieg et Cie) emploieront aux travaux d’épluchement de coton la totalité des détenus valides de l’un et de l’autre sexe, formant la population actuelle de la maison » soit près de 460 individus. Il était prévu un paiement de 21 centimes par journée de travail.

59 Archives municipales de Mulhouse 66TT18 d 29, Meunier-Dollfus (C.) op. cit., p. 65.

60 Et surtout de la question sociale avec une revendication salariale des imprimeurs, « insolents qui gagnaient alors jusqu’à 10 francs par jour et réclamaient encore de l’augmentation ». Archives municipales de Mulhouse 66TT23 d 26-22, correspondance de Jean-Gaspard Dollfus, no 81, Bâle, 05-07-1879.

61 Archives municipales de Mulhouse 66TT11, lettre de Daniel Dollfus à MM. Dollfus-Mieg et Cie, 08-07-1825.

62 « Où il est bien payé et a un poste de confiance ». Archives municipales de Mulhouse 66TT48 d 36, lettre de M. Graf, Londres, 17-06-1840.

63 Archives municipales de Mulhouse 66TT48 d 36, lettre de M. Graf, Londres, 17-06-1840.

64 Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour, 16-04-1836.

65 Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour, 18-03-1836.

66 Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour, 10-01-1835.

67 « Il n’y a rien du tout de bon (dans ces échantillons anglais). Ces pauvres anglais sont bien reculés et nous devons singulièrement augmenter nos affaires sur Londres ». Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour, 14-07-1836.

68 « Un de nos Parisiens a vu le no 1453 et a fait mettre une pièce de côté pour lui. Comme c’est un homme de goût, je vous demande 15 pièces de ce numéro. » Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour 14-07-1836.

69 Cette société avait « pour objet les opérations de banque, d’industrie, de commerce de toute nature avec toutes les parties du monde » (article 1). Sa raison était Lafon Frères et Cie. Son siège était à Saigon. Elle entendait « établir en Cochinchine, ou Cambodge, au Tibet ou au Royaume de Laos des succursales [...]. Ce sont des comptoirs » (article 4). Archives municipales de Mulhouse 66TT 64 d 18, acte de société, Paris-Saigon, 21-11-1865.

70 Archives municipales de Mulhouse 66TT 63 d 3, lettre de Baum, voyageur de commerce et foires, à Jean Dollfus, 05-08-1833.

71 La maison de Paris avait pour objectif de vente pour 1836 15 000 à 20 000 francs par jour (archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour du 26-04-1836). Elle présentait aux clientèles un échantillon de près de 1200 pièces. Archives municipales de Mulhouse 66TT 65, bulletin du jour du 06-04-1836.

72 Archives municipales de Mulhouse 66TT35 d 2, lettre d’Abbeville du 25-08-1841 de Mathieu Mieg à son père Jean-Georges Mieg.

73 Archives municipales de Mulhouse 66TT35 d 2, lettre d’Abbeville du 25-08-1841.

74 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 52, SIM : Jean Dollfus (1800-1888), Mulhouse, 1919, p. 9.

75 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 9 : Fourneyron (B.), Observations en réponse à la communication faite par M. Jean Dollfus, à la même société, sur l’opportunité d’une réforme dans le système protecteur des douanes, Mulhouse, s. d., p. 2.

76 Archives municipales de Mulhouse 66TT68 d 17, Dollfus (J.), De la levée des prohibitions douanières, Paris, 1860, p. 46.

77 Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 6 : Passy (F.), op. cit., p. 10-11.

78 Archives municipales de Mulhouse 66TT67 d 1, acte de société entre Daniel Dollfus père, Jean Dollfus, Mathieu Dollfus, Frédéric Engel, 22-05-1850, article 9.

79 Dont il s’était retiré de la direction en 1850 pour s’occuper des affaires publiques.

80 Archives municipales de Mulhouse 66TT10 d 39, comptes d’Émile Dollfus, no 448.

81 Ce thème a suscité de nombreux travaux de recherche. On renverra le lecteur à l’ouvrage de Vitoux (M.-C.), Paupérisme et assistance à Mulhouse au xixe siècle, 1800-1870, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 1985, ainsi qu’à la bibliographie fournie par Hau (M.), op. cit., p. 420, n. 96.

82 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 3, SIM, album offert à M.-F. Engel-Dollfus en 1883 par la Société industrielle de Mulhouse.

83 Celle des employés de MM. Dollfus-Mieg et Cie en 1883 vise à l’emploi d’une donation de 400 000 francs par M. Engel-Dollfus. Il s’agissait d’offrir « une pension de retraite aux vétérans du travail manuel ». Archives municipales de Mulhouse 66TT11 d 29, Fondation de la caisse de prévoyance et de retraite des employés de MM. Dollfus-Mieg et Cie, 1883, p. 2.

84 Gustave Dollfus serait l’inspirateur de l’école de tissage de Mulhouse dirigée par son ami d’enfance, Émile Fries. Il aurait rédigé le programme scolaire de l’établissement. Archives municipales de Mulhouse 66TT26 d 6 : La Croix (C. de), « Notice nécrologique sur M. Gustave Dollfus no 334 », dans le Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 3, 1905, p. 93.

85 Stuart Mill dans Verley (P.), op. cit., p. 49.

86 Archives municipales de Mulhouse 66TT57 d 17 : Scheurer (A.), op. cit., p. 7.

87 Archives municipales de Mulhouse 66TT 4 d 52, SIM : Jean Dollfus, op. cit., p. 45.

88 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20, Geffroy (A.), op. cit., p. 19.

89 Archives municipales de Mulhouse 66TT66 d 30 : « Les tisserands de Mulhouse et Dornach sont convenus à dater d’aujourd’hui ils établissent une caisse de secours pour les malades », s. d.

90 Verley (P.), op. cit., p. 49.

91 Ce sanatorium appelé « Asile Jean Dollfus », installé dans une villa de Cannes au bord de mer, était doté d’un capital de 100000 francs et entendait lutter par des bains de mer contre les « maladies multiples du lymphatisme, de la tuberculose externe et du rachitisme » des enfants des deux sexes âgés de 4 à 15 ans. Archives municipales de Mulhouse 66TT28 d 3, société anonyme dite Asile Jean Dollfus sanatorium populaire pour enfants, Cannes, 1900, p. 5.

92 Cette caisse reconnaissant « la nécessité absolue d’imposer l’allaitement par la mère ». Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 7, Association des femmes en couches, rapport présenté à la SIM, Mulhouse, 1869, tiré à part, p. 4. Vitoux (M.-C.), « Les prémisses d’une politique de la petite enfance sous le Second Empire : l’Association des femmes en couches de Mulhouse », dans les Annales de démographie historique, 1995, p. 277-290.

93 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 3, SIM, album offert à M.-F. Engel-Dollfus en 1883 par la Société industrielle de Mulhouse, p. 4.

94 « Il est difficile d’admettre l’existence d’un établissement manufacturier sans caisse de retraite, sans de nombreuses annexes de toutes sortes en faveur de la classe ouvrière, aussi de concevoir, par exemple, le grand commerce extérieur sans l’assurance maritime, ou toute exploitation industrielle, sans l’assurance contre le feu ». Archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 52, SIM : Jean Dollfus, op. cit., p. 48.

95 Archives municipales de Mulhouse 66TT25 d 20 : Geffroy (A.), op. cit., p. 18.

96 Opinion opposée à Jean Dollfus relevée par Frédéric Engel-Dollfus, cité dans Jean Dollfus, op. cit., archives municipales de Mulhouse 66TT4 d 52, SIM, p. 38.

97 Mouriquand (J.), « Le rêve brisé », dans Saisons d’Alsace, 1997, no 137, p. 139.

Auteur

Doctorant à l’université Marc Bloch de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search