Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Deuxième partie. Stratégies

Les Seillière, une grande famille ?

Nicolas Stoskopf

Texte intégral

  • 1 Hau (M.), « Traditions comportementales et capitalisme dynastique. Le cas des grandes familles », d (...)

1Poser cette question n’a pas pour objectif de décerner, ou ne pas décerner, un label à la famille de factuel président du MEDEF, mais de confronter le cas de la famille Seillière du xixe siècle au modèle de la grande famille industrielle ou bancaire proposé par Michel Hau dans le numéro d’Entreprises et Histoire de 1995 consacré aux dynasties d’entrepreneurs1 : celle-ci est définie comme une dynastie sur plus de trois générations qui « parvient à reproduire, à plusieurs générations de distance, une création d’entreprise » une dynastie capable de rebonds successifs permettant de « recréer plusieurs fois de suite, à des décennies de distance, de véritables centres de profits ». Correspondent à cette définition les Dietrich, Dollfus, Kœchlin, Schlumberger en Alsace, les Peugeot, Bloch-Dassault, Rothschild et Siemens.

2Il faut bien reconnaître que les Seillière ne ressemblent qu’imparfaitement au modèle : d’abord, ils sont catholiques... Ensuite, ils disparaissent des affaires dans les années soixante-dix et quatre-vingt du xixe siècle pour ne réapparaître qu’avec Jean Seillière, père d’Ernest-Antoine, qui a épousé Renée, fille de Maurice de Wendel. Un beau mariage peut-il tenir lieu de ce « rebond » évoqué par Michel Hau ? Pas sûr...

3Les Seillière présentent en revanche une autre caractéristique remarquable : ils ont été de multi-créateurs d’entreprises, non pas à plusieurs générations de distance, mais à des kilomètres et à quelques degrés de parenté de distance.

4Cette famille a été, à un moment de son histoire, une pépinière d’entrepreneurs et ceci dans des lieux – Paris et les Vosges – dans des branches – la banque et l’industrie textile – et selon des modalités très différentes, c’est-à-dire sans qu’il y ait simple reproduction d’une expérience qui a marché une première fois, simple utilisation d’une bonne recette. Ils l’ont fait de plus à un haut niveau, c’est-à-dire en occupant une place éminente dans leur spécialité ou dans leur région.

5La question est de savoir s’il n’y a pas là un autre type de grande famille d’entrepreneurs, lesquels ne se placent plus le long de l’axe vertical de la dynastie, mais sur la ligne de départ horizontale de la fratrie ou du cousinage. Quand on dit fratrie et cousinage, cela veut dire qu’on exclut les familles qui rassemblent plusieurs entrepreneurs à la suite d’une succession de mariages, simplement parce qu’elles pratiquent une forte endogamie professionnelle.

  • 2 Sur les Seillière, voir Belhoste (J.-F.) et Rouquette (H.), La Maison Seillière et Demachy, banque (...)

6Pour les Seillière2, il faut distinguer les deux branches de cette famille lorraine, établie à Saint-Mihiel au début du xviiie siècle, dont les membres ont combiné de longue date le négoce des laines et l’exercice de fonctions militaires ou financières auprès du duc de Lorraine.

7De François Sellier (sic), sont issus Aimé, qui est à l’origine de la branche aînée, celle des industriels vosgiens, et Florentin, à la tête de la branche cadette qui s’illustra dans la haute banque parisienne. On étudiera d’abord leur réussite avant de voir les causes de l’interruption dynastique.

La réussite éclatante des Seillière de Paris

8Les Seillière de la branche cadette se sont élevés par degrés, et en trois générations, au sommet des affaires de leur temps :

9– d’abord Florentin (1744-1825) : il commença à la fin du règne de Louis XV à s’occuper de fourniture de draps militaires et créa en 1776 une manufacture de draps à Pierrepont, près de Longwy ; en 1795, il s’installa comme banquier à Nancy, finança l’exploitation des salines de l’Est, dont il devint président, et surtout le rachat en 1811 de la forge de Moyeuvre par François de Wendel, point de départ de relations permanentes entre les Seillière et les Wendel. Il fut nommé baron en janvier 1814 ;

10– son fils Nicolas (1770-1844) s’établit comme banquier à Paris en 1798 ; rejoint en 1805 par son frère cadet François-Alexandre (1782-1850), il s’effaça assez vite et préféra vivre de ses rentes. François-Alexandre se spécialisa dans le financement de la sidérurgie française : il acquit au début des années 1830 les forges de Bazeilles, dans les Ardennes, et en confia l’exploitation à un certain Eugène Schneider, son collaborateur depuis 1821. En 1836, il s’associa avec les frères Eugène et Adolphe Schneider et avec Louis Boigues pour racheter l’usine du Creusot et les mines de Montchanin. Dix ans plus tard en 1846, il finança Charles de Wendel pour l’équipement des hauts fourneaux de Stiring en Lorraine. Lors de la crise de 1847, il ouvrit un crédit de 900 000 francs à chacune des trois grandes entreprises sidérurgiques de l’époque, Fourchambault, Wendel et Le Creusot.

11– Achille (1813-1873) eut d’abord la bonne idée, pour éviter la dispersion du patrimoine, de se marier en 1838 avec sa cousine Camille Zoé Bordères (1821-1866), fille adoptée et probablement fille naturelle de Nicolas Seillière qui n’avait pas eu d’enfant de son union légitime. Il succéda à son père en 1830.

12Sous sa gestion, le bilan de la banque Seillière fut multiplié par 4,8 de 1850 à 1871 (de 9,3 à 44,4 millions de francs) et le bénéfice net fut en moyenne d’1,6 million de francs par an. Il orienta les affaires familiales dans trois directions :

  • il développa les métiers traditionnels de la famille : fourniture aux armées (les effectifs de Pierrepont doublèrent et une filature fut ouverte à Cramoisy, près de Creil), avances aux maîtres de forges qui occupaient un quart du bilan vers 1860 ;
  • il mit au point une stratégie en direction de la Rhénanie, dont on ne possède pas tous les éléments, mais qui apparaît nettement sur la carte des intérêts Seillière3 : création en 1846 de la Compagnie des mines et fonderies de l’Alliance à Stollberg, en 1853 de la Compagnie des mines de plomb et d’argent de Holzappel (Nassau), de la Compagnie des chemins de fer des Ardennes et de l’Oise en 1855, dont il devint le plus gros actionnaire. Et surtout, il finança Alfred Krupp. Wilhelm Berdrow raconte à ce sujet comment Krupp contacta Achille Seillière en 1865 pour obtenir 20 millions de francs sans tolérer la moindre immixtion dans ses affaires ; les pourparlers échouèrent provisoirement, mais Krupp fit du chantage auprès du gouvernement prussien en menaçant de se lier à la finance française, obtint une importante commande de matériel militaire et... se contenta d’un crédit de 4 millions à 5 % auprès de la banque Seillière qu’il termina de rembourser en 18694.

13Achille Seillière réussit donc à être à la fois le fournisseur des armées françaises et le financeur du fabricant de canons prussien !

14– Enfin, il était membre à part entière du groupe Pereire et participa à toutes ses grandes affaires ; il fut par exemple cofondateur du Crédit mobilier et de la Banque impériale ottomane. Il fit partie ultérieurement des gros actionnaires de la Banque de Paris en 1869 et de la Banque de Paris et des Pays-Bas en 1872. Il participa à de nombreux syndicats d’emprunts internationaux. Depuis 1861 enfin, la Banque Seillière exploitait le comptoir de Californie à San Francisco.

15Achille Seillière fut incontestablement une star du patronat du Second Empire ; il faisait partie du groupe de tête des banquiers parisiens, derrière l’inaccessible James de Rothschild, dont il était d’ailleurs l’adversaire.

Les mérites des Seillière des Vosges

16En comparaison, la branche aînée paraît besogneuse et pourrait presque être qualifiée de méritante. Il faut dire que son insertion dans les milieux d’affaires a été longtemps incertaine :

  • Aimé (1742-1793) commença à Reims une carrière de négociant en laines, mais il préféra finalement se retirer dans son château de Laneuveville, près de Nancy, et acheter en 1786 une charge de garde du corps dans la maison du comte de Provence ;
  • son fils, Aimé Benoît (1776-1860), choisit d’abord la carrière militaire, puis s’initia à l’industrie en Suisse en 1796. Il créa en 1812 la première filature mécanique de laine rémoise, mais elle fut incendiée par les Russes en 1814 ; il reconstruisit, puis eut de nouveaux déboires...
  • 5 Stoskopf (N.), « La révolution industrielle des Seillière dans les Vosges (1828-1873) », dans La Ba (...)
  • 6 Archives départementales du Bas-Rhin SP-1317 ; dans la demande d’autorisation de construction d’un (...)

17Il faut donc attendre la troisième génération pour assister à un autre décollage5 : l’événement déterminant fut le mariage célébré le 5 février 1828 à La Broque (Vosges, aujourd’hui Bas-Rhin) entre Aimé Seillière (1802-1852) et la fille de John Heywood (1772-1855), pionnier d’origine anglaise de la filature mécanique du coton à Strasbourg en 1801 et à Senones, dans les Vosges, en 1805. Mais John Heywood n’était plus en 1828 ce qu’il avait été : il n’exploitait plus que quelques tissages à bras dans la haute vallée de la Bruche et construisit cette même année un petit tissage mécanique à La Broque qui n’était qu’une usine pilote destinée à employer une vingtaine d’ouvriers6.

18Ce mariage n’était donc pas aussi beau qu’il y paraît et Aimé Seillière n’était pas le gendre que l’on pourrait croire, se contentant d’attendre la succession de son génial beau-père. Le décollage, que l’on vient d’évoquer, ne se produisit d’ailleurs qu’à partir de 1832, à deux endroits et pour deux entreprises qui profitèrent du boom conjoncturel de l’industrie cotonnière :

  • 7 Ils exploitaient déjà ensemble la petite filature de coton de Steige, achetée par Gustave le 18-03 (...)
  • 8 Qui n’a donc pas été construit par John Heywood contrairement à ce qu’affirme l’historiographie ré (...)
  • 9 D’après la Statistique générale de la France, enquête industrielle de 1839-1845, 1re série, 1847, (...)

19– Dans la vallée de la Bruche, Aimé Seillière et son beau-frère Gustave Heywood7 construisirent coup sur coup, de 1832 à 1837, trois usines, un tissage mécanique à La Broque8, une filature à Lutzelhouse et un autre tissage mécanique à Muhlbach qui employaient ensemble 910 ouvriers en 1840 et réalisaient un chiffre d’affaires de 1 360 000 francs. C’était la deuxième entreprise textile du Bas-Rhin après la société anonyme de filature et de tissage mécaniques de Huttenheim (1 300 ouvriers, 1 620 000 francs)9.

  • 10 Enregistrée le 29-01-1836, Archives départementales du 3Q Schirmeck SSP-17 ; dépôt chez Me Cament (...)
  • 11 Sur Édouard Vaucher (1801-1874), voir Stoskopf (N.), Les Patrons du Second Empire, Picard, Paris/C (...)

20Un tel développement ne fut possible qu’avec l’apport de capitaux extérieurs, extérieurs de surcroît à la famille puisque les cousins Seillière de Paris ne paraissent pas être intervenus : la société Seillière, Heywood & Cie, formée en janvier 1836 seulement10, concrétisa l’association avec un troisième homme, Georges Scheidecker, négociant à Mulhouse, qui n’apportait que 50 000 francs, mais dont le frère Jacques était l’associé d’Édouard Vaucher, important négociant mulhousien qui n’était qu’au début d’une carrière de financeur du textile alsacien11.

  • 12 Archives départementales du Haut-Rhin 6E47-66, constitution d’hypothèque, 30-03-1836, Me Dinago (M (...)
  • 13 Archives départementales du Haut-Rhin 6E69-42 et 43, 30-11-1839 et 25-03-1840, Me Soult (Sentheim) (...)

21En la circonstance, il semble que Vaucher ait surtout facilité l’accès à la finance bâloise : un premier emprunt de 300 000 francs fut contracté en mars 1836 auprès de rentiers de Bâle, de Berne et de Neuchâtel12 ; et, alors que la conjoncture s’était retournée brutalement en 1837, un second emprunt de 500 000 francs fut laborieusement levé en trois fois, de novembre 1839 à janvier 1840, auprès de Félix Sarasin, négociant bâlois, des frères Ratisbonne et de quelques autres13. Au total, l’endettement se montait à 800 000 francs, somme considérable, garantie par une hypothèque des usines pour une valeur d’assurance d’1 250 000 francs et une caution pour la totalité de la somme versée par Vaucher qui dut également hypothéquer ses biens personnels.

22Sur l’échelle des risques courus par les entrepreneurs, Aimé Seillière se placerait à un niveau élevé ! Il le vérifia très vite, en janvier 1841, lorsqu’il perdit à une semaine d’intervalle son usine de Muhlbach, détruite par un incendie le 9, et sa femme, décédée le 16. Aux termes du contrat d’emprunt, l’indemnité de l’assurance devait revenir aux créanciers ; aux termes du code civil, ses enfants devaient hériter de la moitié de la communauté. Aimé Seillière réussit finalement à régler ces problèmes à son avantage...

  • 14 Sur les Seillière de Senones, voir Poull (G.), L’industrie textile vosgienne (1765-1981), Poull G. (...)

23– À Senones, ce fut le père d’Aimé, Aimé-Benoît Seillière (1776-1860), qui sauva en 1832 la manufacture Saint-Maurice de Senones, en liquidation, et fonda en mars, avec l’apport de quelques bourgeois de Nancy, une nouvelle société en commandite par actions, Seillière, Provensal & Cie14.

24Rejoint par son fils Ernest (1805-1864), ils donnèrent un développement considérable à l’entreprise : aux deux filatures de Senones et à la blanchisserie de Moyenmoutier, s’ajoutèrent un premier tissage à Moyenmoutier en 1836, un deuxième à la Petite-Raon en 1845, un troisième à Moussey en 1849 et une nouvelle filature à Senones en 1858, soit au total 7 usines avec environ 900 ouvriers qui transformaient la vallée du Rabodeau en une rue d’usines Seillière. L’entreprise dont le capital avait quintuplé de 1843 à 1853, où il dépassa 3 millions de francs, occupait une place de leader dans le textile vosgien.

25Les Seillière des Vosges furent certes moins étincelants que leurs cousins parisiens, mais ils jouèrent les premiers rôles dans leur région et dans leur branche industrielle. Ils mirent en œuvre des montages financiers audacieux qui s’éloignent assez nettement de l’autofinancement classique. Ce qu’il y a de remarquable également, c’est l’autonomie de chaque aventure entrepreneuriale : chaque Seillière conduisit son affaire avec des associés extérieurs à la famille et avec des visées et des méthodes propres à chacun.

Causes des interruptions dynastiques

26Il manqua aux Seillière la continuité dynastique. À partir du moment où la famille se disperse entre plusieurs entreprises, il n’y a sans doute pas la même identification que lorsqu’une seule entreprise accueille plusieurs membres d’une même famille.

27Chez les Seillière, l’interruption de lignée se fit selon trois modalités différentes, où les circonstances jouèrent un grand rôle, mais qui apparaissent tout de même comme des cas d’école :

28– Aimé, avec ses deux enfants, n’avait pas constitué la famille nombreuse nécessaire, précaution essentielle pour assurer la transmission. Veuf, il se remaria en 1844 avec une veuve de quarante-deux ans, donc apparemment sans volonté d’avoir de nouveaux enfants. Or son seul fils mourut à dix-sept ans en janvier 1849.

  • 15 Testament du 17-06-1849, reproduit dans l’inventaire après décès d’Aimé Seillière du 20-09-1852, M (...)

29Il est curieux de voir comment Aimé Seillière dans son testament de juin 1849 plaçait sur un pied d’égalité solidarités familiale et professionnelle, en donnant même une certaine priorité aux secondes, ce qui est révélateur d’un engagement entrepreneurial très « alsacien » : « Mon père, mon beau-père, mon frère et sa famille, Gustave Heywood, Scheidecker et sa famille, Vaucher et sa famille, Scheidecker de Mulhouse ont un droit imprescriptible de s’adresser à mes héritiers dans le cas où le malheur les frapperait. [...] Je désire que cette solidarité entre eux et mes héritiers soit la même que celle qui existe de mon vivant entre eux et moi. »15

30Quelques mois plus tard, sa fille épousa un ingénieur civil, Constantin de Régel, fils de militaire né à Langres, qui prit la succession de son beau-père décédé précocement à cinquante ans en mai 1852. L’entreprise continua, sous la raison sociale Scheidecker, de Régel & Cie jusqu’en 1920, puis par fusions successives atterrit dans le groupe Boussac-Saint Frères.

  • 16 Cité par Drillat-Baudet (G.), op. cit., 92, p. 192.

31– À Senones, la structure de la société (une commandite par actions) ne favorisait pas une visée dynastique et le conseil de surveillance se chargea de le rappeler aux gérants en 1843 en les mettant en garde devant une «rivalité irréfléchie avec des établissements appartenant en propre à des industriels qui ne travaillent que sur leurs propres fonds et dont le but est de semer à long terme pour assurer l’avenir de leur famille ; tandis que les gérants de votre commandite ne doivent se considérer que comme des usufruitiers dont l’expectative est d’arriver le plus promptement possible aux dividendes que l’affaire a pu promettre »16.

  • 17 Ernest Antoine Seillière, président du MEDEF, est son arrière-petit-fils.

32Cela n’empêcha pas les Seillière d’être usufruitiers pendant trois générations et de préparer leur succession : ainsi les deux fils d’Ernest sortirent de Centrale. Mais Edgar Aimé mourut à trente-cinq ans en 1870, décès précipité, dit-on, par les désastres que subit l’armée française17 ; son frère Frédéric (1839-1899) lui succéda en catastrophe, mais il n’avait pas le feu sacré, préférant l’histoire et les beaux-arts. On lui doit notamment les Documents pour servir à l’histoire de la principauté de Salm et de la ville de Senones, publié en 1898 (réédité en 1982). Il se retira de la société dès qu’il le put, c’est-à-dire en août 1873. Elle continua et finit elle aussi dans le groupe Boussac-Saint Frères.

  • 18 La vaisselle des Seillière pesait 440 kg d’argent et fut estimée 100 000 francs (soit 2 millions d (...)

33– Quant aux Seillière de Paris, ils menèrent grande vie sous le Second Empire dans leur château de Mello (Oise) ou leurs hôtels particuliers de la rue Saint-Dominique dont les croisées donnaient sur l’esplanade des Invalides : Achille Seillière y donnait des fêtes somptueuses où paraissait la fine fleur de l’aristocratie européenne, notamment le prince de Galles, un intime de la famille ; sur les tables, le grand service en argent de 325 assiettes, 25 plats et 110 couverts ou le service en vermeil qui ne comptait que 108 assiettes18 ; aux murs une fabuleuse collection de Rembrandt et, pour faire les honneurs des lieux, la fascinante princesse de Sagan, fille d’Achille Seillière...

34On comprend que cela ait tourné la tête des trois fils Seillière, héritiers avec leur sœur en 1873 d’une fortune minimum de trente millions de francs. Pourtant leur père s’était efforcé de leur donner les moyens « de se préparer par une coopération assidue à une direction intelligente, puis de conquérir par le travail et l’économie (sic) une fortune personnelle ». Mais sa fin fut perturbée par des poursuites engagées contre lui pour des malversations commises dans les fournitures aux armées : selon des sources officieuses, mais bien informées, il se serait suicidé le 14 mai 1873. Ses fils ne furent pas à la hauteur ; la société fut liquidée en 1888 et repartit sur de nouvelles bases avec à sa tête Charles-Amédée Demachy, dont le père avait été l’associé d’Achille Seillière, tandis que François Seillière se contentait d’un rôle secondaire.

35S’il n’y avait plus de Seillière dans les élites économiques de la fin du siècle, il faut néanmoins remarquer que leurs entreprises leur ont survécu puisque la banque Seillière-Demachy, intégrée au groupe hollandais ABNAMRO (comme de Neuflize, Schlumberger, Mallet) a fêté son bicentenaire au début de 1999.

***

36Le cas de la famille Seillière doit être replacé dans le cadre plus vaste d’autres familles-pépinières ou pluri-entrepreneuriales. Il est facile de repérer deux autres sous-ensembles au xixe siècle :

  • les grandes familles mulhousiennes comme les Koechlin qui, par l’intermédiaire des deux frères Fritz et André, de leurs cousins Nicolas et Rodolphe et de leur autre cousin Isaac, ont été les créateurs de cinq entreprises autonomes à la même génération, mais aussi les Schlumberger, les Dollfus, les Mieg ;
  • les grandes familles juives de banquiers originaires de Rhénanie : pour eux, la création multiple d’entreprises dans les grandes places financières européennes obéissait à une nécessité fonctionnelle, celle de créer un réseau travaillant comme une agence de renseignements. Outre les Rothschild, on peut citer les Bischoffsheim, Goldschmidt, Seligmann d’Eichthal, Koenigswarter, Stern, etc.

37Toutes ces familles présentent certains caractères communs :

  • elles sont issues de la bourgeoisie marchande et possèdent une longue expérience du maniement de l’argent et des relations commerciales. Par définition, ces entrepreneurs s’opposent aux self-made-men et aux diplômés pour qui la création d’entreprise est l’étape d’une trajectoire individuelle. Leur compétence en matière financière et commerciale est au contraire un bien collectif d’origine familiale. Elles se situent au carrefour du négoce, de la banque et de l’industrie ;
  • ces entrepreneurs s’occupent donc de gestion, de finance, de commerce, c’est-à-dire du périproductif, des fonctions abstraites, et confient la partie technique à des ingénieurs. C’est ainsi qu’un même entrepreneur peut diriger une entreprise industrielle et une maison de banque parisienne, passer de la laine au coton. Nicolas et André Kœchlin sont typiques de ce caméléonisme industriel ;
  • est-ce le résultat de lacunes dans l’observation ou un reflet de la vérité ? Toujours est-il que les exemples cités appartiennent tous aux deux premiers tiers du xixe siècle et à la première industrialisation.

38Si cela devait se confirmer, on pourrait sans doute expliquer que ces familles ont avec le temps perdu leur avance et que leurs rejetons sont devenus dans le meilleur des cas des diplômés parmi d’autres, fussent-ils de haut niveau, centraliens ou polytechniciens comme les fils Seillière (de Senones), les Kœchlin, Schlumberger, Dollfus, etc.

39De plus la technicité des branches de la deuxième révolution industrielle et l’étroitesse du marché à l’époque de la grande dépression en France ont fini par grignoter leurs avantages.

40Ce sont en tout cas des hypothèses qui mériteraient d’être vérifiées à plus grande échelle, étant entendu que la notion de famille multi-entrepreneuriale ne présente un intérêt que si on arrive à en dessiner les contours et à lui donner plus de sens qu’on n’en donne au hasard qui préside aux naissances de jumeaux ou de triplés.

Notes

1 Hau (M.), « Traditions comportementales et capitalisme dynastique. Le cas des grandes familles », dans Entreprises et histoire, 1995, 9, p. 43-59.

2 Sur les Seillière, voir Belhoste (J.-F.) et Rouquette (H.), La Maison Seillière et Demachy, banque de l’industrie et du commerce depuis le xviiie siècle, Paris, 1977, et La banque Seillière-Demachy, une dynastie familiale au centre du négoce, de la finance et des arts, 1798-1998, sous la direction de R. Dartevelle, Perrin, Paris, 1999.

3 Publiée par Belhoste (J.-F.) et Rouquette (H.), La Maison Seillière et Demachy, banque de l’industrie et du commerce depuis le xviiie siècle, op. cit.

4 Berdrow (W.), Krupp, Payot, Paris, 1928, p. 299-301.

5 Stoskopf (N.), « La révolution industrielle des Seillière dans les Vosges (1828-1873) », dans La Banque Seillière-Demachy, une dynastie familiale au centre du négoce, de la finance et des arts, 1798-1998, op. cit., p. 40-55.

6 Archives départementales du Bas-Rhin SP-1317 ; dans la demande d’autorisation de construction d’un barrage sur la Bruche du 25-04-1829, J. Heywood prétendait employer 500 à 600 ouvriers dans l’usine de tissage mécanique alimentée par le ruisseau des Petites-Vagues ; Muller & Fils dénoncèrent le bluff du pétitionnaire qui ne faisait tourner que 22 métiers à tisser, mais avait comptabilisé tous ses tisserands à bras pour impressionner l’administration et obtenir une autorisation pour un barrage déjà construit...

7 Ils exploitaient déjà ensemble la petite filature de coton de Steige, achetée par Gustave le 18-03-1826 : archives départementales du Bas-Rhin 7E57.14-85, Mr Lex (Strasbourg).

8 Qui n’a donc pas été construit par John Heywood contrairement à ce qu’affirme l’historiographie régionale et locale.

9 D’après la Statistique générale de la France, enquête industrielle de 1839-1845, 1re série, 1847, 7, p. 130-133 et p. 222-223.

10 Enregistrée le 29-01-1836, Archives départementales du 3Q Schirmeck SSP-17 ; dépôt chez Me Cament (Schirmeck), 30-07-1852, archives départementales du Bas-Rhin 1758W2.

11 Sur Édouard Vaucher (1801-1874), voir Stoskopf (N.), Les Patrons du Second Empire, Picard, Paris/Cénomane, Le Mans, 1994, 4 (« Alsace »), p. 230-233, notice 69.

12 Archives départementales du Haut-Rhin 6E47-66, constitution d’hypothèque, 30-03-1836, Me Dinago (Mulhouse).

13 Archives départementales du Haut-Rhin 6E69-42 et 43, 30-11-1839 et 25-03-1840, Me Soult (Sentheim). Archives départementales du Bas-Rhin 7E57.6-64, 25-11-1840, Me Striffler (Strasbourg).

14 Sur les Seillière de Senones, voir Poull (G.), L’industrie textile vosgienne (1765-1981), Poull G., Rupt-sur-Moselle, 1982, p. 211-220 et passim. Drillat-Baudet (G.), « Les manufactures Saint-Maurice de Senones dans la première moitié du xixe siècle (1805-1853) », dans le Bulletin de la Société philomatique vosgienne, 1988, 91, p. 121-154, et 1989, 92, p. 187-226. Ronsin (A.), Les Vosgiens célèbres, G. Louis, Vagney, 1990, p. 336-337.

15 Testament du 17-06-1849, reproduit dans l’inventaire après décès d’Aimé Seillière du 20-09-1852, M'Cament, archives départementales du Bas-Rhin 1758W2.

16 Cité par Drillat-Baudet (G.), op. cit., 92, p. 192.

17 Ernest Antoine Seillière, président du MEDEF, est son arrière-petit-fils.

18 La vaisselle des Seillière pesait 440 kg d’argent et fut estimée 100 000 francs (soit 2 millions de francs 2000) dans la succession d’Achille Seillière (inventaire M'Segond, 13-08-1873, archives nationales du MC XIII-903).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search