Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Deuxième partie. Stratégies

Les Liechtenstein, gentilshommes gestionnaires aux XVIIe et XVIIIe siècles

De l’économie théorique à la pratique économique

Thomas Winkelbauer
Traduction de Christine Lebeau

Résumé

Die Fürsten von Liechtenstein sind ein herausragendes Musterbeispiel einer Familie des neuen « (gesamt)-österreichischen » Adels, dessen Mitglieder die Landstandschaft in mindestens je einem der österreichischen und der böhmischen Länder besassen, insbesondere seit den letzten Jahrzehnten des 17. Jahrhnnderts vereinzelt auch das Indigenat im Königreich Ungarn.
Während viele Herren in den böhmischen und österreichischen Ländern vor 1620 versucht hatten, aus ihren Gütern und Herrschaften in Opposition zur Krone eine Art von unabhängigen Miniaturstaaten zu machen, wurde ihnen nach der Schlacht am Weissen Berg bewusst, dass sie dasselbe Ziel ebensogut mit der Hilfe des Kaisers und Landesfürsten erreichen konnten. Ferdinand II. und Ferdinand III. erlaubten der neuen, ihre Loyalität zum Kaiser und Landesfürsten unter Beweis und zur Schau stellenden Aristokratie, fast unbeschränkte Macht über die Landbevölkerung zu erlangen. Abgesehen vom Insistieren auf dem Katholischmachen der Untertanen vermieden sie Einmischungen der landesfürstlichen Zentralgewalt in die adeligen Herrschaftskomplexe. Als Gegenleistung verlangten die Habsburger « nur » die möglichst lückenlose Durchführung der Gegenreformation in den vom Adel beherrschten Dörfern, Märkten und Städten und die Bewilligung stets steigender Steuern durch die vom hohen Adel dominierten Landtage sowie deren Eintreibung bei den Untertanen.
Das Verhältnis der Fürsten von Liechtenstein zur Wirtschaft während des 17. und 18. Jahrhunderts war im wesentlichen konservativ und unterschied sich kaum von dem ihrer aristokratischen Standesgenossen in den österreichischen und böhmischen Ländern. Die Fürsten kannten und propagierten allerdings die jeweils aktuellste ökonomische Fachliteratur und liessen sich dadurch zu Wirtschafts-und Verwaltungsreformen auf ihren Güterkomplexen anregen. Fürst Gundaker beispielsweise stützte sich im ersten Viertel des 17. Jahrhunderts (sehr wahrscheinlich) u.a. auf die Schriften von Giovanni Botero, und die Wirtschaftsreformen des Fürsten Alois I. im letzten Viertel des 18. Jahrhunderts setzen die Kenntnis der zeitgenössischen Agrarfachliteratur voraus.
Dos Wirtschaften der Aristokratie der böhmischen und österreichischen Länder im allgemeinen und der Fürsten von Liechtenstein im besonderen im 17. und 18. Jahrhundert war gekennzeichnet durch auf die Untertanen ausgeübte ausserökonomische Zwänge und durch Versuche der Schaffung von Monopolmärkten im Bereich ihrer Herrschaften einerseits, das für eine Zwangs-und Planwirtschaft charakteristische Streben nach einer Verbesserung der Kontrollmechanismen andererseits.
Die Forderung des
Splendor familiae war das Hauptmotiv für die Versuche der Fürsten von Liechtenstein, ihre Einkünfte zu maximieren. Das Gewinnstreben war ihnen kein Selbstzweck, es diente vielmehr dazu, die Mittel für die Bestreitung eines standesgemässen Lebensstils und einen demonstrativen Konsum bereitzustellen.
Die Bedeutung der generationenüberspannenden Familientradition auch
in œconomicis erhellt aus der Tatsache, dass die Instruktionen für die Herrschaftsbeamten auf den Gütern des Fürsten Gundaker von Liechtenstein aus den dreissiger Jahren des 17. Jahrhunderts noch knapp 100 Jahre später in der Gundakerischen Linie, die 1712 die Karlische Linie beerbt hatte, als Vorlagen dienten.
Es ist offensichtlich, dass grosse Teile des hohen Adels der österreichischen und der böhmischen Länder im Laufe des 17. Jahrhunderts eine Entwicklung durchmachten, die tendentiell vom « Landadel » zum « Hofadel » führte. Die dem Kaiserhof nahestehenden Aristokraten waren aber weiterhin durch den Besitz von Gütern und Herrschaften und die Landstandschaft in bestimmten Ländern jedenfalls weiterhin
auch Landadelige. Man sollte auch nicht übersehen, was Ronald G. Asch am Beispiel Englands wahrend der Regierungszeit Karls I. betont hat, nämlich « dass der “Höfling” und der “Landedelmann” (...) nur Rollen waren, die sehr wohl von derselben Person gespielt werden konnten »1. Die beiden Rollen ergänzten sich auch insofern, als die Aristokraten der Barockzeit ihre Güterkomplexe wie kleine « Königreiche » zu regieren versuchten und beim Eintritt in den Fürsten-und Staatsdienst auf die dabei gewonnenen Erfahrungen als Rüstzeug zurückgriffen.

Texte intégral

Du service du prince à la formation d’une dynastie : vers la constitution de la plus grosse fortune aristocratique des pays d’Autriche et de Bohême

  • 2 Brunner (O.), « Das “ganze Haus” und die alteuropäische Ökonomik », 1958, repris dans Neue Wege der (...)
  • 3 Das Urbar der Liechtensteinischen Herrschaften Nikolsburg, Dürnholz, Lundenburg, Falkenstein, Felds (...)
  • 4 Oberhammer (E.), « Viel ansehnliche Stuck und Güeter. Die Entwicklung des fürstlichen Herrschaftsbe (...)

1L’appartenance à un lignage ancien ou « maison »2 et la conviction qu’il faut à la fois contribuer à la fortune et à la réputation de la famille constituent les fondements de l’idéal nobiliaire à l’époque moderne. Dans cette perspective, les Liechtenstein peuvent faire figure de modèle dès le xiiie siècle. Depuis le milieu de ce siècle, ils appartiennent aux familles dirigeantes, à la fois les plus riches et les plus puissantes, du « Pays sous l’Enns » et de la Moravie, respectivement centre du complexe Babenberg puis Habsbourg à partir de 1280 et élément de la couronne de Bohême. Dans les siècles suivants, les Liechtenstein ne cessent d’agrandir leurs possessions par acquisition, héritage et échange. Dans le terrier (Urbar) des Liechtenstein établi en 1414, neuf seigneuries, situées de part et d’autre de la frontière austro-morave, sont décrites, soit trois en Moravie (Mikulov – Nikolsburg –, Drnholec – Diirnholz –, et Břeclav – Lundenburg) et six en Basse-Autriche (Feldsberg – Valtice depuis 1919 –, Falkenstein, Rabensburg, Mistelbach, Hagenberg et Gnadendorf)3. La formation du grand domaine Liechtenstein se poursuit ainsi jusqu’au début du xviie siècle4.

  • 5 Press (V), « Das Haus Liechtenstein in der europäischen Geschichte », dans Liechtenstein – Fürstlic (...)
  • 6 Elliott (J.-H.), « A Europe of Composite Monarchies », dans Past and Present, 1992, 137, p. 48-71. (...)

2À la fin du Moyen Âge, le « double ancrage en Autriche et en Moravie » (Volker Press) permet aux Liechtenstein de jouir d’une large indépendance, non seulement politique mais aussi économique. En tant que « barons de la frontière », ils disposent d’un avantage important au début de l’époque moderne5. La mort, à la bataille de Mohảcs, du roi Louis de Bohême et de Hongrie modifie cependant l’équilibre politique : entre 1526 et 1527, l’archiduc Ferdinand Ier réunit les pays autrichiens, les États de la Couronne de Bohême et une partie du royaume de Hongrie dans une union personnelle et forme une « monarchie composée » (John H. Elliott) ou encore une « union monarchique d’États aristocratiques » (Otto Brunner)6.

  • 7 Schmid (G.-M.), « Das Hausrecht der Fürsten von Liechtenstein », dans Jahrbuch des historischen Ver (...)

3En 1504, les trois branches de la famille Liechtenstein signent un pacte de succession mutuelle et, par là, soulignent à nouveau l’union de la maison (introduction du « séniorat », inféodation de l’ensemble des fiefs à l’aîné de la famille, ententes et préemptions familiales)7. Le domaine de Mikulov (Nikolsburg) en Moravie devient la résidence principale et le centre des possessions de Christophe III ; ses neveux Georges VI et Érasme reçoivent la seigneurie de Steyregg en Haute-Autriche ; la seigneurie de Feldsberg en Basse-Autriche devient le centre des possessions de Hartmann Ier. La branche de Steyregg s’éteint dans sa descendance masculine dès 1548. La branche de Nikolsburg, qui, en 1526, a autorisé les anabaptistes et leur chef Balthasar Hubmaier à s’établir à Nikolsburg, s’appauvrit rapidement et s’éteint en 1691.

4En 1560, seuls les Liechtenstein de Feldsberg conservent quelque importance. Après le partage des biens réalisé en 1591 et la mort de l’aîné de la branche, Jean Septime, en 1596, ils sont représentés par trois frères : Charles (1569-1627), Maximilien (1578-1643) et Gundaker (1580-1658). Selon les termes du partage de 1591, Charles l’aîné reçoit les seigneuries de Feldsberg et de Herrnbaumgarten en Basse-Autriche, de Lednice en Moravie, Maximilien les seigneuries de Rabensburg et de Hohenau, toutes deux situées en Basse-Autriche ; Gundaker hérite des seigneuries également autrichiennes de Wilfersdorf et de Ringelsdorf.

  • 8 Stloukal-Zlinskỷ (K.), Karel z Lichtenštejna a jeho čast na vlảdě Rudolfa II. (1569-1607), Prague, (...)
  • 9 Stloukal-Zlinskỷ (K.), Karel z Lichtenštejna a jeho ủčast na vlảdě Rudolfa II. (1569-1607), op. cit (...)
  • 10 Winkelbauer (T.), « Repräsentationsstreben, Hofstaat und Hofzeremoniell der Herren bzw. Fürsten von (...)

5C’est Charles qui alors prépare l’entrée des Liechtenstein dans le triumvirat des familles les plus riches de la monarchie des Habsbourg (en compagnie des princes Esterhàzy et Schwarzenberg)8. Il reçoit une éducation luthérienne, peut-être même a-confessionnelle. En tout cas, il n’est pas élevé dans le catholicisme. Durant les années 1590, il semble qu’il exerce les fonctions de chambellan de l’archiduc Mathias ou du moins qu’il séjourne fréquemment à Vienne. Élu juge suprême (Oberstlandrichter) du margraviat de Moravie en 1589, il exerce dès 1593 plusieurs fonctions au sein des États. En 1595, un an avant de devenir l’aîné (Senior) et donc le chef de la maison de Liechtenstein, il épouse Anne, l’une des deux filles et héritières de Jan Šembera Černohorský von Boskowitz, commanditaire du magnifique château Renaissance de Bučovice (Butschowitz). Avec raison, Karel Stloukal place ce mariage au compte des opérations financières les plus réussies de Charles de Liechtenstein9. En même temps, l’enjeu n’est pas seulement financier ou matériel, il en va du rang de la maison Liechtenstein au sein des États de Moravie. Ainsi Maximilien, frère de Charles, épouse-t-il Catherine, sœur de Anne en 1597. La même année, Charles hérite des seigneuries de Černa Hora (Černahora) et de Úsov (Mährisch Aussee), Maximilien de Bučovice et de Pozořice (Posorschitz). D’un coup, Charles et Maximilien de Liechtenstein comptent parmi les plus importants seigneurs de Moravie10.

  • 11 Sur les conversions dans les pays autrichiens et bohêmes autour de 1600, voir maintenant Winkelbaue (...)

6Les trois frères Charles, Maximilien et Gundaker passent, respectivement en 1599, 1600 et 1602, du luthéranisme, ou du moins de la confession évangélique, au catholicisme11, afin de conserver pour leur descendance des chances d’ascension dans les cours Habsbourg de Vienne et de Prague, ainsi que dans l’armée impériale et dans l’administration des pays et de l’État central.

  • 12 Hofmeister (H.), « Pro conservanda familiae et agnationis dignitate. Das liechtensteinische Familie (...)
  • 13 Oberhammer (E.), « Viel ansehnliche Stuck und Güeter. Die Entwicklung des fürstlichen Herrschaftsbe (...)
  • 14 Wlnkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristok (...)

7En 1606, dix ans après être devenu le chef de la maison, Charles obtient, par le partage de Feldsberg, l’accord de ses frères pour ériger un fidéicommis strict : les biens de la branche aînée sont rassemblés avec tous les autres biens de la famille en un fidéicommis inaliénable et non cessible. L’aîné de la famille, « gouvernant et chef de la maison » (Regierer und Chef des Hauses), n’est plus seulement le plus âgé de la famille selon le principe du séniorat (Senioratsprinzip), mais, en vertu de la primogéniture et du majorat, le premier né de la branche régnante12. Au moment où se cristallise le conflit entre les empereurs Mathias et Ferdinand II d’une part, et la noblesse protestante de la monarchie d’autre part, Charles, Maximilien et Gundaker réussissent à se positionner de façon idéale entre l’empereur et les forces centrifuges représentées par les États et à utiliser cette constellation politique au profit des intérêts familiaux13. En 1612, le chef de la maison Liechtenstein obtient, à sa demande, la première place sur le banc des seigneurs (Präzedenz) aux États de Basse-Autriche et de Moravie : dans un cas, il vote juste après le maréchal de pays et avant l’évêque de Vienne, en l’occurrence le cardinal Melchior Klesl, dans l’autre, il vote juste après l’évêque d’Olmütz, le cardinal Franz von Dietrichstein. Au cours des siècles suivants, grâce à leur pouvoir politique, social et économique, les princes de Liechtenstein demeurent les primi inter pares au sein de la noblesse autrichienne et morave14.

8En mai 1600, Charles de Liechtenstein, spécialiste de finances et brasseur d’affaires, est appelé au Conseil privé de l’empereur Rodolphe IL Après le renvoi en septembre des deux principaux ministres Wolf Rumpf et Paul Sixte Trautson, Liechtenstein obtient, à la demande du secrétaire privé (Kaiserlicher Geheimsekretär), Johann Barvitius, l’administration de la cour (Obersthofmeisteramt) et la présidence du Conseil privé à titre provisoire. Les relations entre Liechtenstein et Rodolphe II restent tendues. Sous prétexte d’une querelle de préséance qui a éclaté en août 1602 avec la nomination au Conseil privé du comte Frédéric de Fürtenberg, Liechstenstein décide de quitter la cour en octobre. Dès le mois de décembre, alors que la cour traverse une nouvelle crise financière, Liechtentein revient via facti à ses anciennes fonctions : on lui demande alors de représenter l’empereur malade qui s’est à nouveau retiré du monde. Cependant, en août 1603, il crée de nouveau la surprise en se retirant sur ses terres de Moravie sans demander son congé. Gouverneur de Moravie (Landeshauptmann) en janvier 1604, il organise de ce fait la défense du pays pendant le soulèvement mené par Istvản Bocskai.

  • 15 Ibid., p. 58-62.

9Charles occupe durant deux ans ces fonctions. Mais, appelé en urgence à Prague en octobre 1606, il reprend la direction de la cour, après que l’on eut accepté ses conditions (nomination au poste de Grand chambellan et non pas seulement administration de la cour, présidence du Conseil privé et accès direct et permanent à l’empereur). Dans la querelle fratricide (Bruderzwist) qui oppose Rodolphe à Mathias, Liechtenstein se range aux côtés du second. Mathias le nomme au sein de son Conseil privé en automne 1607 et l’élève en décembre 1608 à la dignité de prince des États héréditaires (erbländischer Fürstentitel), après que Liechtenstein, avec l’appui de Charles de Žerotin, a gagné à sa cause les États de Moravie. Charles de Liechtenstein devient ainsi le premier « nouveau prince » du xviie siècle. Ses compétences exceptionnelles de financier et de gestionnaire, qui lui permettent à plusieurs reprises d’avancer des sommes importantes aux Habsbourg et à la Chambre aulique, lui valent cette ascension sociale rapide qu’il partage avec ses frères Maximilien et Gundaker15.

  • 16 Kallbrunner (J.), « Lazarus Henckel von Donnersmarck », dans Vierteljahrschrift für Wirtschaftsgesc (...)
  • 17 StloukalZlinskỷ (K.), Karel z Lichtenštejna a jeho ủčast na vlảdě Rudolfa II. (1569-1607), op. c (...)
  • 18 Von Falke (J.), Geschichte des fürstlichen Hanses Liechtenstein, Vienne, 1877, 2, p. 141.
  • 19 Meyer (A.-O.), Die Prager Nuntiatur des Giovanni Stefano Ferreri und die Wiener Nuntiatur des Giaco (...)

10Pendant la Longue Guerre turque (1593-1606), Rodolphe II fait non seulement appel au crédit des négociants et des banquiers, tel Lazarus Henckel von Donnersmarck16, mais aussi, pour une part importante, aux aristocrates des pays héréditaires, quelle que soit d’ailleurs leur confession. Charles de Liechtenstein est sans doute le plus puissant d’entre eux. À l’automne 1602, l’empereur, c’est-à-dire la Chambre aulique, est son débiteur pour plus de 800 000 florins17. En 1605, malgré divers remboursements, Charles de Liechtenstein exige encore le remboursement de 410 000 florins18. En considérant son rôle à la cour de Prague dans les premières années du xviie siècle, on a pu dire sans exagération que Charles de Liechtenstein était davantage un manieur d’argent qu’un politique19.

  • 20 Stenitzer (P.), « Der Adelige als Unternehmer ? Das Wirtschaften der gräflichen Familie Harrach in (...)
  • 21 Voir notamment le rapport adressé le 21 mai 1625 au duc Maximilien de Bavière par le Dr Esaïe Leuke (...)

11L’activité de prêt est considérée à juste titre comme l’une des entreprises aristocratiques les plus lucratives à l’époque moderne20. Un créditeur de l’empereur qui voulait récupérer au moins une partie de son argent ou percevoir l’intérêt du capital immobilisé, devait essayer de disposer d’une relation aussi personnelle que possible avec l’empereur, d’un siège au conseil privé ou d’une position importante à la cour ou dans l’administration centrale21.

  • 22 Pircher (W.), Verwüstung und Verschwendung. Adeliges Bauen nach der zweiten Türkenbelagerung, Deuti (...)
  • 23 Matéjek (F.), « Bilả Hora a Moravskả feudảlni společnost », dans Československỷ Časopis historicky,(...)
  • 24 Wlnkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristok (...)

12Les Liechtenstein font partie des principaux bénéficiaires des confiscations réalisées dans les pays bohèmes après la bataille de la Montagne Blanche (1620). Selon une estimation probablement exagérée, 41 % des biens possédés par les Liechtenstein à la fin du xixe siècle auraient été acquis entre 1620 et 1650, soit pendant la guerre de Trente Ans22. Avant la guerre, les Liechtenstein disposent en Moravie de 4758 maisons (Untertanenhäuser). Au lendemain de la guerre, leur nombre est passé à 16156. Après 1640, Charles Eusèbe de Liechtenstein (1611-1684), fils et héritier de Charles mort en 1627, « possède » 9349 paysans (Untertanen) en Moravie, ses oncles Gundaker et Maximilien respectivement 3906 et 2204. Jusqu’à la fin du xviie siècle, le nombre des paysans appartenant aux Liechtenstein passe à 19110, soit un cinquième des serfs de Moravie23. Dans les seigneuries du nord-est de l’Autriche, Charles Eusèbe et ses oncles Maximilien et Gundaker possèdent à eux trois 1856 serfs en 1637, pour le seul quartier en dessous du Manhartsberg 1871 en 1667 et 2055 en 1701. En Bohême, d’après les rôles d’impôt dressés entre 1653 et 1656, le prince Charles Eusèbe « ne » détient « que » 1112 tenures fiscales (Ansässigkeit), ce qui représente environ 1700 à 1800 maisons de différentes catégories. Si l’on ajoute les seigneuries, revendiquées par le fisc, Kostelec nad Černými Lesy (Schwarzkosteletz), Uhřiněves (Auřinowes) et Škvorec (Škworetz) près de Prague, ce sont en Bohême près de 1150 tenures, soit environ 2500 familles. Au surplus, les princes de Liechtenstein, de loin les aristocrates les plus riches de Moravie et de Basse-Autriche, figurent au huitième rang des fortunes bohèmes. Aucune source disponible ne permet d’estimer le nombre des serfs sur les biens de la Couronne (Kammergüter) détenus par les Liechtenstein dans les duchés silésiens de Troppau et de Jägerndorf24.

13Le prince Maximilien étant mort sans héritier en 1643, les biens des Liechtenstein sont réorganisés en deux ensembles, le fidéicommis ou primogéniture « carolin », alors en possession du prince Charles Eusèbe, et le « fidéicommis de Gundaker », que le prince Gundaker a confié à son fils Hartmann. Ce dernier ensemble revient en 1711 au prince Antoine Florian (1656-1721), qui hérite également en 1712 du fidéicommis « carolin » après la mort sans descendance masculine du prince Jean Adam André (1657-1712). Antoine Florian de Liechtenstein concentre alors la totalité des majorats Liechtenstein. Au xviiie siècle, la famille se divise de nouveau en plusieurs branches. Après la mort du prince Jean Wenceslas (1696-1772), son neveu, le prince François Joseph (1726-1781), lui succède. Ce dernier est le fondateur de la branche aînée dite « franciscaine » de la maison Liechtenstein. Son frère Charles Borromée prend la tête de la branche cadette dite « Caroline ».

L’administration et la gestion des biens et des seigneuries des princes de Liechtenstein au xviie siècle

  • 25 Ibid., p. 164.

14Le revenu des seigneuries et les profits qui résultent de la commercialisation des produits du domaine, notamment des grains et des vins, constituent le fondement matériel de l’activité de prêt ainsi que du train de vie princier. Par exemple, Gundaker de Liechtenstein, alors qu’il est encore protestant, peut fournir en 1601 pour l’approvisionnement de l’armée impériale 2700 hectolitres d’avoine et de grains nobles, froment et/ou seigle, ainsi que 1175 hectolitres de vin pour un total de 15302 florins. Gundaker de Liechtenstein cherche constamment à tirer le meilleur profit de ses produits. Il propose par exemple en 1640 à ses régisseurs de faire moudre au moulin de la seigneurie d’Ebergassing tout le grain produit, puis, en utilisant notamment les ressources de la corvée, de porter la farine à Vienne, là de l’entreposer dans les greniers pour attendre le meilleur prix avant de la vendre25.

  • 26 Château de Vaduz, bibliothèque Liechtenstein, VA 5-2-2, Politisches Testament (Instruktion) des Für (...)
  • 27 Ibid., p. 52.
  • 28 Ibid., p. 52-57.

15Dans son Testament politique (Politisches Testament), en fait un gros mémoire rédigé vers 1680, Charles Eusèbe de Liechtenstein, neveu de Gundaker, recommande à son fils et héritier Jean Adam André de porter ses grains en Baltique par l’Oder. Là, des contrats doivent être établis avec les négociants en grains des différents ports, en particulier hollandais, anglais, suédois, danois ou norvégiens26. Il convient toutefois de consulter au préalable des théologiens, afin qu’ils fixent la limite du profit licite. En effet, il ne fallait pas risquer de commettre la péché mortel de l’usure27. Le fret de retour peut être constitué de diverses marchandises, épices, fromages, toiles, draps hollandais et anglais, qui seront revendues avec profit dans les Pays autrichiens et bohèmes. On peut aussi écouler auprès de ses propres paysans et bouchers produits d’épicerie, bœufs et moutons. Afin d’augmenter les revenus de son domaine, c’est-à-dire de ses fermes, bergeries, brasseries, caves et étangs, Charles Eusèbe, à l’instar de nombreux seigneurs de Bohême, de Moravie et d’Autriche dans la seconde moitié du xvie siècle, n’hésite pas à imposer des monopoles de production et de vente. Les bouchers doivent exclusivement abattre et débiter la viande de leur seigneur, tant que celle-ci est disponible. Dans le cas contraire, ils encourent de lourdes amendes. En ce qui concerne le débit des grains, farines, vins, etc., les mêmes règles valent pour les boulangers et les aubergistes. Grâce à la brasserie, l’essentiel de l’orge et du froment produit par les métairies, à l’exception d’une petite partie réservée à la consommation, est « monnayé » (versilbert) sur place. Il fallait encore veiller à ce que les débits de boisson situés à l’intérieur des seigneuries appartenant aux Liechtenstein n’achètent ni vendent aucune bière « étrangère »28.

  • 29 Stekl (H.), « Ein Fürst hat und bedarf viel Ausgaben und also viel Intraden. Die Finanzen des Hause (...)

16Dans la pratique, les plans ambitieux de Charles Eusèbe, qui espérait ainsi entrer dans le grand commerce, ne sont suivis d’aucun effet, lui-même et les princes de Liechtenstein se contentant de troc, de relations commerciales de faible rayon avec des marchands juifs ou de contrats de livraison en ville. « Le but ultime du domaine (grundherrliche Wirtschaft) consistait toujours dans la maîtrise des marchés locaux. La moindre concurrence était immédiatement étouffée. » Les paysans des Liechtenstein restent constamment soumis à une double pression, en tant que consommateurs et en tant que travailleurs. Le pouvoir seigneurial contrôle le four banal, le débit des boissons, essentiellement du vin et de la bière qui « anoblissent » ses grains, ainsi que d’autres denrées à un prix qu’il aura lui-même fixé, ce qui pouvait gravement obérer les ressources des paysans. Dans le même temps se développe la corvée qui, de provisoire dans les premières années après la guerre de Trente Ans – il s’agissait alors de compenser le déficit démographique –, devient permanente et permet d’abaisser les coûts d’exploitation29.

  • 30 Le maintien du rang, l’accroissement de la splendor familiae et la nécessité de représentation pass (...)
  • 31 Cité par Winkelbauer (T.) : « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtens (...)

17Dans le même Testament politique, Charles Eusèbe demande avec instance à son fils de ne pas déléguer le gouvernement (Herrschaft) de sa seigneurie et de ses sujets, mais toujours de l’exercer directement. Dieu exige du seigneur (Obrigkeit) un ménage attentif et une gestion minutieuse. Jean Adam ne doit jamais contracter de dettes, mais au contraire ne « consommer » que la moitié à peine de ses revenus pour épargner chaque année 50 000 florins au profit des cadets. Dans le même temps, il lui faut construire de beaux palais et châteaux « pour garder le souvenir, la gloire et la réputation de la maison »30. Il doit encore s’efforcer d’acquérir des biens, en particulier dans l’empire, afin d’obtenir l’immédiateté (Reichsstandschaft), mais aussi en Pologne et en Hongrie. Il ne doit pas abandonner leur gestion à des officiers, mais, seulement s’adjoindre au début les conseils d’un sage économe. La gestion des seigneuries est « si délicate et si facilement corrompue que le seigneur est trompé et volé s’il n’exerce pas directement son autorité ». Le prince doit donc s’efforcer d’augmenter le revenu de chacune de ses seigneuries et trouver de nouvelles ressources par l’exploitation de forges, de verreries, de mines, etc. car un prince sans revenu n’est qu’un pauvre hère ; un prince perçoit et dépense sans compter (er ist nichts und ein ehlender mensch ; ein fürst hat und bedarf viell ausgaben und also viell intraden)31.

  • 32 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Stekl (H.), op. cit., p. 74 sq.

18Dans les relations avec les domestiques et les employés, Charles Eusèbe érige la défiance en vertu cardinale. Les vols et les tromperies doivent être châtiés avec une extrême rigueur. Jean Adam ne peut servir l’empereur, car, s’il veut veiller lui-même sur ses affaires, il ne peut demeurer à la cour, ce qui d’ailleurs lui coûterait trop cher. Afin de pouvoir visiter ses seigneuries et contrôler ses employés, il doit changer plusieurs fois par an de résidence32. Concernant les difficultés de l’exploitation vinicole (caves de Feldsberg et de Wilfersdorf), Charles Eusèbe rappelle les pratiques de son oncle Gundaker et de son cousin Hartmann33. Des liens étroits unissent la branche « Caroline » à la branche « de Gundaker » : à plusieurs reprises, dans les années soixante et soixante-dix, Hartmann vient en aide à son cousin Charles Eusèbe en lui prêtant plus d’un million de florins au total34.

  • 35 Stollberg-Rilinger (B.), « Handelsgeist und Adelsethos. Zur Diskussion um das Handelsverbot für den (...)
  • 36 Cité par Brunner (O.), Adeliges Landleben und europäischer Geist. Leben und Werk Wolf Helmhards von (...)

19La recherche du profit et l’entrée dans le grand négoce, notamment par la vente de sa propre production, ne heurte en rien l’éthique nobiliaire ou l’état de noblesse, ce qui n’exclut nullement les conflits entre aristocrates et villes, voire les suscite dans un contexte de commercialisation accrue35. Dans la première édition des Georgica curiosa, œuvre maîtresse de la « littérature de père de famille » (Hausväterliteratur) publiée en 1682, l’aristocrate autrichien Wolf Helmhard von Hohberg reprend les conseils formulés par Gundaker de Liechtenstein en 1640 : le père de famille noble doit vendre ses grains « au sommet de leur valeur et aux meilleures conditions » (wann es am meisten gilt und am gelegensten ist zu verführen). À cette fin, il convient de posséder une maison ou un magasin dans la ville de marché la plus proche, où l’on puisse entreposer les grains et attendre l’occasion la plus favorable pour les vendre36.

  • 37 Haupt (H.), op. cit., p. 38.
  • 38 Korkisch (G.), Geschichte des Schönhengstgaues, Lerche, Munich, 1975, 2, p. 101 sq.

20La gestion des biens Liechtenstein est strictement organisée dès le début du xviie siècle. La série des livres de compte (Hauptkassarechnungen) de la branche Caroline conservée dans les archives de la famille débute en 1604. Les intendants (Oberhauptmänner) des seigneuries du prince Charles nous sont nommément connus dès 161437. En 1625, Jean Wenceslas Sedlnitzky prête serment. Il doit inspecter, souvent inopinément, plus d’une douzaine de seigneuries et se faire envoyer chaque semaine les rapports et comptes établis par les employés de chacune des seigneuries pour la semaine écoulée. Il doit également s’assurer dans chacune le soutien de quelques personnes de confiances ou de « mouches » (Spitzel), « desquelles il peut apprendre toutes sortes de choses » (von denen er auch sonsten allerley erfahren kan). La tâche de l’intendant consiste principalement à régler les difficultés, à abaisser les dépenses et les coûts et enfin à augmenter le revenu de chacune des seigneuries. Il doit encore veiller à ce que les règlements (Policeyordnung) soient scrupuleusement respectés38.

  • 39 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen (...)

21Les frères de Charles, Maximilien et Gundaker, emploient également un intendant ou régent (Regent) pour contrôler les officiers, les domestiques et les serfs, ainsi que pour coordonner la gestion des seigneuries. Gundaker semble accorder une importance toute particulière à la bonne administration, eu égard au volume et au bon ordre de sa correspondance. Un comptable, établi au château de Wilfersdorf, voire à Mistelbach, tient, en liaison avec le régent, le registre de toutes les opérations et la comptabilité centrale. Il contrôle les comptes hebdomadaires (Wochenzettel) établis par les régisseurs (Pfleger) et les officiers seigneuriaux ; à chaque clôture de compte, c’est-à-dire à la Saint-Georges et à la Saint-Michel (zu Georgi und Michaeli), il inspecte la totalité des magasins à grains et des chais et vérifie les exercices semestriels à partir des comptes hebdomadaires. Ses responsabilités sont de même nature que celles de l’intendant ou du régent, c’est-à-dire le contrôle le plus exact possible des officiers et employés de chacune des seigneuries, régisseurs, teneurs de livres, burgraves, maîtres de magasins à grains et de chais, boulangers (Pfleger ; Rentschreiber, Burggrafen, Kastner, Kellner, Bàcker). Le comptable et le régent devaient sans doute exercer l’un sur l’autre un contrôle mutuel, puisqu’ils inspectaient et contrôlaient les mêmes seigneuries. Le régent doit aussi examiner la gestion des régisseurs et des officiers seigneuriaux (teneurs de livres, burgraves, maîtres de magasins et de chais), de même celle des biens des communautés (untertänige Gemeinden), des corps de métier (Handwerkszechen), des hospices et des églises et enfin des biens affectés à l’entretien des orphelins (Waisengüter), dont les comptes étaient au préalable vérifiés par l’assemblée annuelle des sujets (Banntaidingen). Après chaque inspection, il est tenu de faire un compte rendu oral au prince, puis de rédiger un rapport écrit détaillé pour la chancellerie et enfin de l’enregistrer. Lorsque la récolte est rentrée, il doit demander aux paysans ou se faire dire pour chaque céréale quelle quantité de grains a produit un nombre précis de gerbes. Le résultat est ensuite comparé aux essais de battage réalisés par le maître des magasins du seigneur. En cas de litige, ces essais sont réitérés et les tromperies sévèrement réprimées39.

  • 40 Ibid., p. 90 sq. Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein osterre (...)

22La gestion des domaines de Gundaker de Liechtenstein a peut-être servi de modèle à l’administration d’État. Dans ses Pensées sur la réforme de l’administration impériale (1641, ébauche), Gundaker insiste sur l’importance des inspections pour organiser l’administration. Dans le chapitre « Cameralia », il affirme : « Dans les seigneuries du domaine, des intendants et des inspecteurs doivent surveiller les régisseurs et s’assurer qu’ils mettent en œuvre les instructions. » Le trésorier de la cour (Hofzahlmeister) et le trésorier de la guerre (Kriegszahlmeister) devraient rendre à l’empereur un compte hebdomadaire (Zetl) qui présenterait toutes les dépenses et les entrées de la semaine écoulée. À la fin de ses propositions, Gundaker souligne encore sa défiance vis-à-vis d’autrui (Ceterum censeo) : « Il faut inspecter tous les bureaux. »40

  • 41 Von Falke (J.), Geschichte des fürstlichen Hauses Liechtenstein, op. cit., 2, p. 325 sq. Stekl (H.) (...)
  • 42 Von Falke (J.), ibid., 2, p. 315 sq.
  • 43 Press (V), « Das Haus Liechtenstein in der europäischen Geschichte », op. cit., p. 52. Oberhammer ( (...)
  • 44 Stekl (H.), op. cit., p. 70 (table 1).

23Charles Eusèbe laisse à son fils et successeur 800 000 florins de dettes qui proviennent de sa passion la plus coûteuse, les étalons, mais aussi de son train de vie fastueux – une garde à cheval de 50 hommes, des comédiens, un orchestre complet –, et de son goût pour les châteaux somptueux et les collections41. En outre, il dépense des sommes énormes dans l’agrandissement de ses domaines, en particulier avec l’acquisition en 1638 de la seigneurie de Breclav pour la somme de 250 000 florins42. Le prince Jean Adam, mort en 1712 et dernier Liechtenstein de la branche Caroline, passe avec raison pour un « génie financier »43. Porté par la croissance économique et la hausse des prix, il parvient à tripler les revenus de ses seigneuries en moins de dix ans, en réorganisant et en rationalisant leur gestion (en réduisant le personnel et en augmentant drastiquement les corvées au risque de provoquer des révoltes paysannes). Entre 1676 et 1681, à la fin du règne du prince Charles Eusèbe, les revenus nets des seigneuries se montent à 118 953 florins, de 1686 à 1691 ils atteignent déjà 234 943, de 1691 à 1696 325 542 et finalement, entre 1696 et 1699, 360 287 florins44.

  • 45 Oberhammer (E.), « Viel ansehnliche Stuck und Güeter. Die Entwicklung des fürstlichen Herrschaftsbe (...)
  • 46 Schönbauer (E.), Beiträge zur Geschichte der Vorstadt Liechtenthal, Phil. Diss., Vienne, 1952.
  • 47 Von Falke (J.), Geschichte des fürstlichen Hauses Liechtenstein, op. cit., 2, p. 325-355.
  • 48 Hörrmann (M.), « Fürst Anton Florian von Liechtenstein (1656-1721) », dans LiechtensteinFürstlic (...)
  • 49 Press (V), « Die Entstehung des Fürstentums Liechtenstein », dans Das Fürstentum Liechtenstein. Ein (...)

24Le prince Jean Adam ne parvient pas seulement à rembourser en peu d’années les dettes héritées, mais, en près de trente ans de gouvernement, il ne cesse d’acquérir seigneurie après seigneurie. Il achète entre 1692 et 1708 les seigneuries de Sernberk (Šternberg) et de Karlovec (Karlsberg) en Moravie du Nord, celles de Hodonἰn (Göding) en Moravie du sud, de Judenau près de Tulln et de Červenỷ Hrảdek (Rothenhaus) en Bohême, ainsi que d’autres biens en Basse-Autriche et en Hongrie pour un total qui avoisine sans doute les 3,6 millions de florins45. Il construit des bâtiments d’exploitation, des châteaux (Plumenau en Moravie et Landskron en Bohême), des palais (les palais monumentaux de l’actuelle Bankgasse et de la Rossau à Vienne), il crée de toute pièce le faubourg viennois de Lichtental46, établit des parcs et, en mécène aussi fortuné qu’avisé, rassemble de prestigieuses collections. Après sa mort, le fidéicommis et le gouvernement de la maison doivent passer à la branche de Gundaker (au prince Antoine Florian), il reste cependant encore à Jean Adam suffisamment de fortune pour doter richement ses filles et ses neveux47. Il s’est donc entièrement conformé aux conseils de son père. 11 parvient également à acheter au comte de Hohenems, écrasé par les dettes, le domaine de Schellenberg (1699), seigneurie immédiate d’empire, et le comté de Vaduz (1712), que son héritier Antoine Florian de la branche de Gundaker48 réussit à faire élever en 1719 au rang de principauté (Liechtenstein). Le combat pour avoir voix et siège à la diète d’empire – permanente de Ratisbonne depuis 1663 –, mené en vain par le prince Gundaker, est enfin couronné de succès sous le gouvernement du premier chef de famille issu de la branche de Gundaker49.

  • 50 Wlnkelbauer (T.), ibid., p. 327. Les documents conservés dans les archives de la famille ne permett (...)
  • 51 Stekl (H.), op. cit., p. 81.
  • 52 Korkisch (G.), « Der Bauernaufstand auf der Mährisch Trübau-Türnauer Herrschaft 1706-1713. Ein Beit (...)

25Jean Adam prend, dès son avènement, en 1684, une première mesure qui lui permet d’augmenter de façon significative ses revenus : il réduit le nombre de ses serviteurs, employés, comédiens, chasseurs et fauconniers50. La réduction des dépenses de cour (-15 %) va de pair avec la réduction des effectifs de la garde personnelle et de la musique51. Ces économies ne permettent pourtant ni d’épargner des centaines de milliers de florins ni de financer de coûteuses constructions. La rapide amélioration des finances de la famille s’explique plus vraisemblablement par le rendement accru des domaines, sans aucun ménagement pour les paysans. En réponse à l’accroissement massif de la corvée et au recours à d’autres mesures oppressives, une révolte paysanne éclate dans 178 villages et marchés possédés par les Liechtenstein au nord de la Moravie. Les paysans cherchent alors le soutien de l’empereur Joseph Ier au moyen de suppliques et de pétitions. Après la mort de son frère, l’empereur Charles VI prend toutefois le parti des Liechtenstein contre les paysans. La patente promulguée en Bohême en 1680 est étendue en 1713 à la Moravie. Désormais, le seigneur peut exiger trois jours hebdomadaires de corvée et jusqu’à six pendant les récoltes52.

  • 53 Stekl (H.), op. cit., p. 77.

26Nous ne disposons que d’informations éparses sur la structure des revenus des seigneuries Liechtenstein. Une esquisse de budget pour la seigneurie de Kostelec nad Černỷmi Lesy, datée de 1686-1687, indique un revenu brut de 39165 florins. 78,7 % proviennent de la réserve seigneuriale, 10,7 % des fermes données à bail et 10 % des taxes acquittées par les paysans. Le revenu de Kostelec est typiquement celui d’un domaine (Gutsherrschaft). Les recettes de la brasserie se taillent la part du lion avec 51,5 % des revenus de la réserve seigneuriale (Eigenregie), suivies par les recettes des métairies et des bergeries ainsi que par celles des magasins à grains avec 36,8 %, les étangs rapportant 8 % du total. Le reste, soit 4 %, provient des forêts ainsi que de la vente de gibiers et de vins53.

  • 54 Ibid., p. 78.

27Le prince Jean Adam, à l’instar de son père Charles Eusèbe, de son grand-oncle Gundaker et de son oncle Hartmann, s’efforce d’améliorer la circulation et l’échange de ses produits à l’intérieur de ses domaines, c’est-à-dire entre les seigneuries de Bohême, de Moravie, de Silésie et d’Autriche. Une autarcie aussi poussée que possible protège des fluctuations des prix et évite les sorties d’espèces54.

  • 55 Wlnkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen (...)

28Antoine Florian, successeur de Jean Adam à la tête de la maison et son cousin au deuxième degré, ne cesse de servir la cour et l’État, bien qu’il détienne jusqu’à sa mort en 1721 les deux majorats Liechtenstein. La direction des finances et de la gestion de tous ses biens et seigneuries est assurée par un comptable en chef (Oberbuchhalter und Raitrat) qui exerce en même temps son contrôle sur tous le personnel dirigeant des majorats « carolin » et « de Gundaker », ainsi que des terres et domaines en alleux. Pour le seconder, le prince Antoine Florian recrute en 1716 un comptable qui exerce ses attributions dans les seigneuries du majorai « de Gundaker » et sur la terre (Allodialgut) de Hauskirchen. En 1717, il confie à son comptable en chef la fonction de conseiller économique (Wirtschaftsrat) pour les seigneuries de Moravie du sud et de Basse-Autriche ainsi que pour les terres de Hauskirchen, d’Erdberg et de Tschertschein. Les instructions rédigées à cette occasion restent fidèles à celles rédigées en 1633 et 1635 par le prince Gundaker à l’intention de ses régents. La principale tâche du conseiller économique consiste encore et toujours à contrôler les employés, à effectuer des tournées d’inspection, à rédiger des comptes rendus écrits ou oraux et à formuler des conseils, etc. Nouvelle en revanche est la prescription de répandre le fumier des domaines (Meierhöfe) et des bergeries dans les champs et vignobles seigneuriaux ainsi que la consigne, empreinte de mercantilisme, de développer, dans les seigneuries des Liechtenstein, « le commerce, les manufactures, l’échange et la nouveauté », en particulier d’attirer des artisans qualifiés, tisserands, fabricants de bas, de cuirs, teinturiers, serruriers, ferblantiers, chapeliers, etc. « grâce auxquels nos sujets et nos villes pourront s’enrichir et nous mêmes accroître nos revenus »55.

  • 56 Ibid, p. 94 sq.

29Dès le début de son gouvernement, le prince Joseph Jean Adam (1690-1732), gouverneur et chef de la maison Liechtenstein à partir de 1721) s’efforce d’obtenir avec énergie et à coup de menaces que la justice soit strictement séparée des affaires économiques dans toutes les correspondances et les rapports de ses officiers, ainsi que dans tous les livres. Le prince Joseph Wenceslas (tuteur du prince Jean Népomucène Charles, après la mort précoce de ce dernier, gouverneur et chef de la maison de 1748 à 1772 et connu comme le père de l’artillerie autrichienne) reprend à son compte cette idée dans l’instruction qu’il rédige en 1744 à l’intention du nouvel intendant des seigneuries de la principauté56.

  • 57 Ibid., p. 95.
  • 58 Sandgruber (R), Die Anfänge der Konsumgesellschaft. Konsumgüterverbrauch, Lebensstandard und Alltag (...)

30Le prince Aloïs Ier (1759-1803, gouverneur et chef de la maison à partir de 1781) divise en 1787 ses seigneuries en quatre « inspections » (Inspektorat-Ämter), soit Šternberk, Moravskả Třebovả, Kostelec nad Černymi Lesy et Uherskỷ Ostroh (Ungarisch Ostra). Voici quelques-unes des innombrables questions que le prince recommande à l’attention et au soin de ses inspecteurs : la bonne culture des champs, l’usage approprié et accru des engrais, la réduction des jachères, le bon entretien des prairies et la sélection des prés et des friches convenant aux fourrages artificiels, la pratique des essais (luzerne, trèfle styrien), l’extension de l’élevage ovin, l’engraissement des cochons, qui pourrait être encore favorisé par la culture de la pomme de terre, etc. Selon la quantité de fourrage disponible, accrue par le développement des prairies et de la culture du trèfle, le nombre de têtes de bovins et d’ovins devrait aussi pouvoir être augmenté. Pour toutes les améliorations, un seul principe : « L’exemple du seigneur est le modèle du paysan et tous deux augmentent ainsi leur prospérité. » (Das Beyspiel der Obrigkeit ist der Spiegel des Unterthanns und befördert beyder ihren Wohlstand)57 Ce catalogue est un bon exemple des réformes préconisées par les agronomes, les ministres éclairés et les sociétés d’agriculture pour augmenter la productivité58.

  • 59 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen (...)
  • 60 Politisches Testament des Fürsten Karl Eusebius, p. 33, note 25.
  • 61 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen (...)

31Après cette présentation des instances supérieures de contrôle et de gestion, on peut étudier maintenant le rôle de l’administration et de l’exploitation au niveau des seigneuries aux xviie et xviiie siècles, ainsi que la différenciation, la spécialisation et la professionnalisation croissantes de l’appareil administratif. Dans l’espace qui m’est imparti, je me permets ici de renvoyer aux ouvrages de référence59. La principale fonction des officiers seigneuriaux consiste, selon les propres termes du prince Charles Eusèbe vers 1680, à « augmenter les revenus de la seigneurie par des moyens simples et peu coûteux, sans toutefois causer la ruine des sujets ». Ces officiers doivent aussi diffuser les principes qui permettent d’améliorer la gestion de l’exploitation et d’accroître les recettes60. Par exemple, en 1709, alors que les paysans des seigneuries de Moravie du Nord se sont révoltés, les officiers de la seigneurie de Wilfersdorf proposent l’emploi de la contrainte pour exiger le paiement de la corvée61.

  • 62 « Ist für das hochobrigkeitliche Wohl unermiedet, haltet die Beamte in Aufmerksamkeit ; besitzet je (...)

32Des principes de l’administration seigneuriale relève la formation des régisseurs (Pfleger/Hauptleute) et des intendants (Regenten/Oberhauptleute) qu’il convient de recruter au sein des paysans et des officiers seigneuriaux. Les carrières peuvent être partiellement reconstituées dans la deuxième moitié du xviiie siècle à l’aide des dossiers de personnels (Conduiten). Voici un exemple parmi d’autres : Karl Denkstein, né en 1750 à Vyškov (Wischau) en Moravie, entre à l’âge de seize ans au service du prince Wenceslas de Liechtenstein ; il occupe les fonctions de burgrave et tient les livres pendant un peu plus de six ans dans la seigneurie de Wilfersdorf ; il est ensuite employé dans l’administration de la seigneurie d’Ebergassing pendant onze ans, y devient administrateur (Verwalter) et, au bout de trois ans et demi, passe un an dans l’administration de la seigneurie de Bucovice pour finalement devenir en 1789, à l’âge de 39 ans, administrateur (Amtmann/Verwalter) de la seigneurie de Lednice. Il est marié et, comme une note le précise, en bonne santé ; il sait le latin, l’allemand et un peu de tchèque. Sa personnalité est ainsi décrite : « Il ne ménage pas sa peine pour protéger les intérêts du seigneur, il surveille bien les employés ; cependant, il n’aime guère son prochain et agit sans ménagement. » 62

  • 63 Brusatti (A.), « Die Stellung der herrschaftlichen Beamten in Osterreich in der Zeit von 1780 bis 1 (...)
  • 64 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen (...)

33En dépit de toutes les mesures d’économie, le nombre des officiers seigneuriaux ne cesse de croître pour faire face à la spécialisation des tâches, en particulier devant la multiplication des documents écrits, l’importance croissante des fonctions de justice et, depuis le milieu du xviiie siècle, les exigences accrues de l’État63. En 1812, dans la seigneurie de Wilfersdorf, on trouve 13 officiers qui exercent les fonctions d’administrateur, de juge, de receveur (des droits seigneuriaux), de burgrave, de maître et d’employé des chais, de percepteur (de la contribution), de feudiste, de commissaire à l’inventaire, d’officier de bouche, de majordome et de greffiers (Amtmann, Justizmann, Rentmeister, Burggraf, Kellermeister, Kellergehilfe, Kontributionseinnehmer, Grundbuchshandler, Inventurkommissär, Hofwirt, Hausverwalter, Amtsschreiber) ; en 1721, il n’y en avait que six, respectivement régisseur, préposé aux livres, burgrave, maître des magasins à grains et des chais et greffiers (Hauptmann, Rentschreiber, Burggraf, Kastner, Kellner und Amtschreiber). Dans le même temps, le nombre des chasseurs, gardes forestiers et bûcherons reste constant (10), alors que le nombre des petits employés passe de 28 à 69. En 1812, on compte également 37 « pensionnés » dont 13 enfants. En 1721, il y avait en outre à Wilfersdorf 11 grenadiers, un tambour et le capitaine de la garde du château64.

  • 65 Voir par exemple Petrản (J.), Zemědělskà vyroba v Cechàch v druhé polovine 16. a poctkem 17. stole (...)
  • 66 Par exemple Korkisch (G.), Geschichte des Schonhengstgaues, op. cit., 2, p. 93 sq.
  • 67 Klỉma (A.), « Probleme der Leibeigenschaft in Bohmen », Vierteljahrschrift für Sozialund Wirtschaft (...)

34Depuis le milieu du xvie siècle, en Bohême et en Moravie, à un moindre degré en Autriche, les seigneurs exploitent de nouveau directement des champs et des prairies jusqu’ici affermés, afin de tirer parti de la demande croissante sur les marchés, tant intérieurs qu’extérieurs, et de la hausse des prix agricoles. Ils créent de nouvelles fermes et des viviers, installent des artisans et tentent ainsi de mieux s’intégrer dans les circuits commerciaux65. Le manque de bras et la dépopulation à la suite des guerres, des épidémies, ainsi que des émigrations confessionnelles et politiques, favorisent la formation de grands domaines (herrschaftliche Meierhöfe), y compris par regroupement de domaines paysans. Dans le même temps, des aristocrates achètent de petits biens et des domaines appartenant aux chevaliers et les intègrent à leur domaine66. Les diètes aristocratiques qui, en Bohême et en Moravie, attachent les paysans à la glèbe et augmentent le poids de la corvée, viennent conforter ces acquisitions. Dans certaines seigneuries (Dominien), la corvée, d’un maximum de 1 000 journées dues au xvie siècle, passe aux xviie et xviiie siècles à 60 000 ou 80 000 journées, voire davantage67.

  • 68 Korkisch (G.), Geschichte des Schönhengstgaues, op. cit., 1, p. 230, et 2, p. 90.
  • 69 Korkisch (G.), « Der Bauernaufstand auf der Mährisch Trübau-Türnauer Herrschaft 1706-1713. Ein Beit (...)
  • 70 Ibid., p. 186-198 et p. 208 sq. et Geschichte des Schönhengstgaues, op. cit., 2, p. 93-104, 110 sq.
  • 71 Korkisch (G.), « Der Bauernaufstand auf der Mährisch Trübau-Türnauer Herrschaft 1706-1713. Ein Beit (...)

35Vers 1620, la seigneurie de Moravskả Třebovả compte seulement 4 fermes, à la fin du xviie siècle, 10 ou 1168. Au début du xviiie siècle, sur cette seigneurie désormais réunie à celle de Starả Trnảvka (Alt-Türnau), 182 laboureurs (bäuerliche Untertanen), ainsi que 305 brassiers (Cartier und Hàusler) fournissent pour une année 13884 journées de corvée attelée, 143 jours de corvée exceptionnelle, et 16776 jours de corvée à bras69. Ce qui fait une moyenne annuelle de 77 jours de corvée attelée par laboureur (Bauer) et 55 jours par brassier. À la fin du xviie siècle, aux nombreuses taxes et contraintes (cens en argent et en nature, obligation de se fournir auprès des débits de boisson et moulins seigneuriaux, d’acheter les produits du seigneur, placement obligatoire des enfants au service du seigneur...)70, s’ajoute l’obligation de filer en hiver une certaine quantité de lin pour le seigneur71.

  • 72 Gottlob von Justi (J.-H.), Abhandlungen von der Vollkommenheit der Landwirtschaft und der höchsten (...)
  • 73 Korkisch (G.), Geschichte des Schonhengstgaues, op. cit., 2, p. 304-307.
  • 74 Petran (J.), « Der Hohepunkt der Bewegungen der untertänigen Bauern in Böhmen », dans Europäische B (...)
  • 75 Melville (R.), Adel und Revolution. Strukturwandel von Herrschaft und Gesellschaft in Osterreich um (...)

36Aux xviie et xviiie siècles, le travail des champs et des prairies seigneuriaux revient donc non seulement au métayer et à son personnel, mais aussi aux paysans assujettis à la corvée, attachés à la glèbe et à la seigneurie (glebae et dominio adscripti). Pour les économistes de la deuxième moitié du xviiie siècle comme Johann Heinrich Gottlob Justi, la corvée est un frein à la production. Imposée contre la volonté des paysans et bâclée, elle ne rapporte rien au seigneur et nuit fortement au paysan72. À la suite des réformes joséphistes, plusieurs fermes sont supprimées sur les domaines des Liechtenstein en Moravie du nord, des terres seigneuriales (Dominikalland) divisées et de nouveaux villages créés de toutes pièces, ce qui a pour conséquence une diminution sensible de la corvée73. Avant que n’éclate la Révolution de 1848, la corvée n’existe plus en Moravie que dans un quart des villages, à la différence de la Bohême, où le processus est moins avancé74. Le poids maximal de la corvée sur les seigneuries des Liechtenstein en Bohême, Moravie, Silésie et Basse-Autriche, à l’instar d’autres domaines aristocratiques, doit se situer entre 1650 et 1750. C’est seulement la réforme agraire de 1848 (Grundentlastung) qui, de seigneurs (Grundherren) qui contraignent au travail leurs paysans par des moyens extra-économiques, transforme les princes de Liechtenstein en propriétaires (Grossgrundbesitzer) qui afferment leurs champs, prairies, vignobles et forêts ou les font directement exploiter par les ouvriers agricoles. Comme les seigneurs, les officiers perdent leur autorité quasi politique, à moins de se faire recruter par l’État, à l’instar de nombreux juges ou receveurs seigneuriaux, et de peupler les administrations, perceptions ou tribunaux locaux (Bezirkshauptmannschaften, Steuerämter, Bezirksgerichte)75.

Mercantilisme et bureaucratie : les princes de Liechtenstein au service des Habsbourg

37Les projets de finance et d’économie adressés aux Habsbourg par quelques membres éminents de la famille Liechtenstein se fondent sur l’expérience et la pratique qu’ils ont pu acquérir dans la gestion de leurs biens et seigneuries dans les pays bohèmes et autrichiens.

  • 76 Von Mitis (O.), « Gundacker von Liechtensteins Anteil an der kaiserlichen Zentralverwaltung (1606-1 (...)

38En 1599, alors qu’il achève à l’âge de 19 ans son grand tour, Gundaker de Liechtenstein entre au service de l’archiduc Mathias comme chambellan76. Au début du mois d’octobre 1606, après s’être occupé de finances en tant que député (Verordneter) de la diète de Basse-Autriche pour l’ordre des seigneurs, il est nommé conseiller de la Chambre aulique à Prague par l’empereur Rodolphe II, probablement sur l’intervention de son frère Charles. Dans la querelle fratricide (Bruderzwist) qui oppose Rodolphe à Mathias, Gundaker comme son frère Charles se range du côté de Mathias. En 1613, il devient conseiller de la Chambre aulique de Basse-Autriche et en reçoit la direction (Inspektion) en l’absence de la cour. La mort de Rodolphe II ayant mis fin à cette division, Seyfried Christophe de Breuner reçoit la présidence de la Chambre aulique de Basse-Autriche et la mission de réformer l’administration financière des Habsbourg alors en piteux état (Reformation). Breuner s’adjoint comme collaborateur Gundaker de Liechtenstein et il semble que ce dernier soit rapidement devenu « l’âme de l’affaire » (alsbald die Seele der Sache war, O. von Mitis). À la mi-octobre, Gundaker achève de rédiger un grand rapport, dans lequel il présente les fondements de la réforme et les principales propositions. Il propose notamment d’inspecter la Chambre aulique (Hofkammer) et les chambres régionales (Länderkammern), de faire constater par des témoins locaux les dysfonctionnements de l’administration des salines et des mines ainsi que des domaines, de commander aux hauts fonctionnaires et aux conseillers privés des rapports et, notamment en vertu de principes empruntés au mercantilisme, d’augmenter les revenus de la chambre.

39Au début de l’année 1620 ou peut-être seulement au mois de mai, après sa nomination au Conseil privé, Gundaker de Liechtenstein, homme de confiance du nouvel empereur, devient président de la Chambre aulique, alors qu’il a déjà refusé cette fonction à trois reprises. L’échec de la réforme de la Chambre aulique et des finances impériales, sur le modèle des propositions formulées en 1613, est patent en mai 1622. Gundaker démissionne de ses fonctions. En octobre 1623, l’abbé Anton Wolfradt de Kremsmünster lui succède au poste de président de la Chambre aulique.

40Dans un rapport rédigé à Wiener Neustadt en octobre 1613, Gundaker de Liechtenstein suggère de ne nommer au poste de conseiller aulique que des personnages qui auraient déjà acquis une expérience au sein des chambres régionales (Länderkammern) et dont les compétences pourraient être utilisées pour régler des problèmes régionaux au sein des instances centrales. Après un catalogue de mesures fiscalistes destinées à augmenter les revenus de l’empereur, il développe, sur le modèle des propositions de son frère, un véritable programme de réformes pré-mercantiliste.

41En mai 1615, Gundaker de Liechtenstein adresse à l’empereur Mathias un deuxième grand rapport au sujet de la réforme de la Chambre aulique. Il y rappelle la nécessité d’inspecter tous les ans ou au moins tous les deux ans les chambres régionales et leurs conseillers, c’est-à-dire de placer sous le contrôle étroit de la Chambre aulique les chambres de Bohême, de Silésie, de Basse-Autriche et de Hongrie. Sur le modèle de la France et de l’Espagne, il suggère également d’affermer au plus offrant les douanes intérieures et la fabrication des monnaies. Même le commerce de certains produits peut être érigé en monopole et concédé à quelques grands négociants (Appaltsystem). Gundaker y réaffirme sa conviction qu’il n’est possible d’accroître les revenus de l’empereur qu’en augmentant la population des villes, c’est-à-dire en développant leur commerce et leurs manufactures. Plus les sujets sont prospères ou l’économie et le commerce florissants, plus les recettes de l’impôt augmenteront.

  • 77 Voir maintenant Bireley (R.), The Counter-Reformation Prince. Anti-Machiavellianism or Catholic Sta (...)
  • 78 Dollinger (H.), « Staatsräson und Staatsfinanzen in Bayern im 16. und frühen 17. Jahrhundert », dan (...)

42La relation établie dans les rapports de Gundaker de Liechtenstein entre les arguments fiscalistes et les théories mercantilistes se retrouve également dans les traités de science camérale et politique, ainsi que dans les « miroirs de prince », depuis la fin du xvie siècle. Mais jusqu’à la fin du xvie siècle, à la différence des écrits mercantilistes et caméralistes du xviie siècle, on ne trouve guère l’idée qu’il faut augmenter la capacité contributive des sujets par des mesures économiques. À la fin du xvie siècle et dans les premières décennies du xviie siècle, l’anti-machiavélisme77 des princes et des auteurs catholiques, en réalité un machiavélisme modéré qui apparaît notamment dans les écrits du prêtre piémontais et fondateur de la version catholique militante de la raison d’État, Giovanni Botero (1540-1617), du duc Maximilien de Bavière (1573-1651) ou de son confesseur Adam Contzen SJ (1573-1635), formule une dialectique de « l’intégration théorique de l’économie et de l’agronomie au sein de la raison d’État ». Plus l’intérêt (fiscal, économique) du prince est grand, plus il est contraint d’encourager le bien commun, car son propre enrichissement dépend de la prospérité de ses sujets, de son accroissement ou du moins de son maintien78.

  • 79 Au moins dans sa version française (Colbert, John Law), à moindre degré dans les États plus dévelop (...)
  • 80 Gömmel (R.) et Klump (R.), Merkantilisten und Physiokraten in Frankreich, Wiss. Buchges., Darmstadt (...)
  • 81 Sommer (L.), Die österreichischen Kameralisten in dogmengeschichtlicher Darstellung, Vienne, 1925 [ (...)
  • 82 Voir par exemple Klingenstein (G.), « Between Mercantilism and Physiocracy. Stages, Modes, and Func (...)
  • 83 Voir Heckscher (E.-E), Der Merkantilismus, Iéna, 1932, 2, p. 1-38 (der Merkantilismus als Machtsyst (...)
  • 84 Burkhardt (].), Der Dreissigjährige Krieg, Francfort-sur-le-Main, 1992, p. 194.
  • 85 Ibid., p. 193.

43Encore aux xviie et xviiie siècles, la politique économique des États européens est fermement ancrée dans le fiscalisme. Toutes les mesures économiques préconisées par le mercantilisme, tel qu’il a pu être défini et systématisé par Adam Smith79, ont pour but l’augmentation des revenus de l’État, qui passe par l’accroissement du nombre des contribuables (Populationistik) et de leur capacité contributive (Leistungfähigkeit). Les buts économiques et politiques sont étroitement liés80. Dans la monarchie des Habsbourg, le mercantilisme prend la forme du caméralisme, « reflet théorique de la pratique administrative de l’absolutisme, qui met l’accent sur la fiscalité »81. Les caméralistes « autrichiens » venus du Saint-Empire, Johann Joachim Becher (1635-1682), Wilhelm von Schröder (1640-1688) et Philipp Wilhelm von Hörnigk (1638-1714) établissent leur science comme conseillers de l’empereur Léopold Ier et de ses ministres. Leur tâche consiste à rassembler un important trésor et à ouvrir de nouvelles sources de revenus82. Le but des mercantilistes et des caméralistes coïncide avec celui de leur commanditaire princier : il s’agit de faire de l’État une puissance militairement supérieure ou au moins égale aux puissances voisines83. Leur perspective n’est pas celle de « l’économie », mais de l’État ; l’économie est mise à contribution pour résoudre le problème financier de l’État. Aux xvie et xviie siècles, l’État moderne se développe en Autriche aux dépens de l’économie ; le monde du négoce travaille au développement du commerce d’État (Funktionalisierung der Handelswelt fur die Staatshändel)84. « L’économique est subordonné au politique. »85

  • 86 Voir Dollinger (H.), Studien zur Finanzreform Maximilians I. von Bayern in den Jahren 1598-1618. Ei (...)
  • 87 Gömmel (R.) et Klump (R.), Merkantilisten und Physiokraten in Frankreich, op. cit., p. 50-52.
  • 88 Dollinger (H.), « Kurfürst Maximilian I. von Bayern und Justus Lipsius. Eine Studie zur Staatstheor (...)
  • 89 Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein osterreichischer Aristok (...)

44Les rapports économiques et financiers, rédigés par Gundaker de Liechtenstein dans les années 1613, 1615 et 1622, montrent que, pendant le règne de Léopold Ier, les caméralistes ne se contentent pas d’importer de l’étranger dans une monarchie d’Autriche qui serait en retard des théories et des modèles « modernes », mais développent des idées conçues à la cour de Vienne dans les premières décennies du xviie siècle en réponse aux désordres produits par la guerre de Trente Ans. Gundaker de Liechtenstein n’est ni un théoricien, ni un auteur original et créatif. Au contraire, il s’appuie sur des modèles, en particulier sur les réformes de la Chambre aulique, de l’administration financière et de la fiscalité que le duc Maximilien de Bavière a mises en place dès le début de son règne en 1598 et qui lui ont permis d’assainir durablement ses finances. Ce dernier adhère à des thèses mercantilistes que l’on retrouve dans les rapports rédigés en 1613 et 1615 par Gundaker de Liechtenstein86. Peut-être prend-il aussi modèle auprès de la politique financière du duc de Sully, qui dirige depuis 1596 le Conseil de finances créé par Henri IV, introduit en 1598 un budget prévisionnel et assainit les finances françaises. Les nombreux pamphlets et traités rédigés par Barthélémy de Laffemas entre 1596 et 1610 qui préconisaient entre autres d’éviter les sorties de numéraire et de rétablir la balance commerciale en développant les manufactures et en prohibant les importations de produits manufacturés, ont également pu influencer Gundaker de Liechtenstein87. Plus probable – également pour le duc de Bavière depuis sa jeunesse88 – est la lecture des œuvres de Giovanni Botero, en particulier de son œuvre principale, Delle cause della grandezza delle città et peut-être du traité de science politique publié entre 1591 et 1596 sous le titre de La relationi universali89.

  • 90 Von Mitis (O.), « Gundacker von Liechtensteins Anteil an der kaiserlichen Zentralverwaltung (1606-1 (...)
  • 91 Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristok (...)

45Au début des années 1640, avant de se retirer du Conseil privé, Gundaker de Liechtenstein rédige son projet de réforme le plus original, le plus abouti aussi selon Oskar von Mitis90. En novembre 1641, il soumet à l’empereur une première esquisse à peine rédigée et, à la demande de ce dernier, le projet complet le 23 janvier 1642. Toutes les propositions élaborées depuis 1613 s’y retrouvent91.

  • 92 Holl (B.), Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg und die österreichische Finanzpoliti (...)
  • 93 Pircher (W.), Verwüstung und Verschwendung. Adeliges Bauen nach der zweiten Türkenbelagerung, op. c (...)
  • 94 Hantsch (H.), Friedrich Karl Graf von Schönborn (1674-1746), Augsbourg, 1929, p. 375, n. 10. Voir é (...)
  • 95 Holl (B.), Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg und die österreichische Finanzpoliti (...)

46Le prince Jean Adam s’inspire également des réforme qu’il a mises en œuvre sur ses propres domaines quand il est nommé par l’empereur en 1699 président d’une commission chargée de contrôler l’ensemble des recettes des domaines (Kameralwesen) et de proposer des réformes92. Le moyen le plus sûr pour y parvenir : « Rationaliser en diminuant le nombre des employés. » (Rationalisierung durch Personaleinsparung.)93. Hans Adam ne peut imposer ses principes sans doute trop simplistes, en tout cas irréalistes pour la réforme des finances publiques. Si l’on en croit le vice-chancelier d’empire Frédéric Charles de Schönborn, il décline la présidence de la Chambre aulique en 1703, pour le motif que l’on refuse son projet de diminuer le nombre des fonctionnaires et de réduire les rentes et pensions94. Par la suite, il joue malgré tout un rôle important dans l’administration des finances et la gestion de la banque d’État95. « Redresseur d’entreprise », il contribue à la réforme des finances d’État et de l’économie nationale grâce à son expérience acquise dans la gestion de ses biens et seigneuries.

***

  • 96 Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristok (...)

47Les princes de Liechtenstein sont parfaitement représentatifs de cette nouvelle noblesse « autrichienne » qui possède l’incolat dans un pays autrichien et un pays de la Couronne de Bohême au moins, et, pour certaines, dès le xviie siècle, l’incolat de Hongrie96.

  • 97 Voir notamment Chesler (R.-D.), Crown, Lords, and God : the Establishment of Secular Authority and (...)
  • 98 Voir par exemple Μuk (J.), Po stopach narodniho vedomi ceske slechty pobelohorske, Prague, 1931, p. (...)

48Si, avant 1620, de nombreux seigneurs d’Autriche et de Bohême essayent de transformer leurs possessions en principautés indépendantes en s’opposant aux Habsbourg, il devient évident après la bataille de la Montagne Blanche que le même résultat peut être obtenu avec le soutien de l’empereur et des États aristocratiques. Ferdinand II et Ferdinand III laissent alors toute latitude à l’aristocratie nouvelle pour l’administration des sujets. En échange, celle-ci leur prouve et leur manifeste ostensiblement sa fidélité. En dehors du devoir de conversion, le pouvoir central ne se mêle aucunement de la gestion des seigneuries97. En contrepartie, les seigneurs doivent « seulement » apporter un soutien sans faille à la politique de contre-réforme dans les villages, dans les marchés et dans les villes qu’ils contrôlent et, réunis en États aristocratiques, ils doivent voter des impôts en constante augmentation et en assurer la perception98.

49À l’instar de leurs pairs autrichiens et bohèmes, les Liechtenstein restent fidèles durant les xviie et xviiie siècles à une conception largement conservatrice de l’économie, même s’ils connaissent et diffusent la littérature la plus récente, tout en introduisant des réformes économiques ou administratives dans leurs domaines. Ainsi le prince Gundaker prend-il probablement modèle sur les écrits de Giovanni Botero, tandis que, dans le dernier quart du xviiie siècle, le prince Alois Ier s’inspire sûrement de la littérature agronomique la plus récente.

50Aux xviie et xviiie siècles, la gestion de l’aristocratie bohême et autrichienne, et plus particulièrement celle des Liechtenstein, est caractérisée par les contraintes extra-économiques qui pèsent sur les sujets et par l’affirmation de monopoles à l’intérieur des seigneuries d’une part, et par la recherche d’une économie prédictible fondée sur la contrainte et le contrôle d’autre part.

51Au nom de la splendor familiae, les princes de Liechtenstein s’efforcent de maximiser leurs revenus. La recherche du gain n’est pas but en soi, mais un moyen qui permet de soutenir un train de vie aristocratique et des dépenses ostentatoires.

52L’importance de la tradition familiale se manifeste également dans la gestion des domaines : les instructions du prince Gundaker, élaborées dans les années 1630, servent encore de modèle à ses descendants au début du xviiie siècle.

53De noblesse terrienne, une large part de la noblesse autrichienne et Bohême se transforme au cours du xviie siècle en une aristocratie de cour. Cependant, ces aristocrates, par la possession de biens et de seigneuries, ainsi que de l’incolat dans plusieurs pays de la monarchie, demeurent des seigneurs (Landadelige). La thèse formulée par Ronald G. Asch à propos de la noblesse anglaise sous Charles Ier, selon laquelle « le courtisan et le seigneur ne sont que deux rôles tenus alternativement par les mêmes acteurs », garde ici sa pertinence. Ces deux rôles se complètent, dans la mesure où l’aristocrate baroque gère ses domaines comme un petit royaume et puise dans cette expérience des lumières pour le gouvernement du prince.

Notes

1 Asch (R.-G.), Der Hof Karts I. von England. Politik, Provinz und Patronage 1625-1640, Böhlau, Cologne, 1993, p. 17.

2 Brunner (O.), « Das “ganze Haus” und die alteuropäische Ökonomik », 1958, repris dans Neue Wege der Verfassungsund Sozialgeschichte, Vandenhöck & Ruprecht, Göttingen, 1968, p. 103-127. Klingenstein (G.), Der Aufstieg des Hauses Kaunitz. Studien zur Herkunft und Bildung des Staatskanzlers Wenzel Anton, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1975, p. 21 sq.

3 Das Urbar der Liechtensteinischen Herrschaften Nikolsburg, Dürnholz, Lundenburg, Falkenstein, Feldsberg, Rabensburg, Mistelbach, Hagenberg und Gnadendorf aus dem Jahre 1414, édition dirigée par B. Bretholz, Reichenberg/Komotau, 1930.

4 Oberhammer (E.), « Viel ansehnliche Stuck und Güeter. Die Entwicklung des fürstlichen Herrschaftsbesitzes », dans Der ganzen Welt ein Lob und Spiegel. Das Fürstenhaus Liechtenstein in der frühen Neuzeit, sous la direction de E. Oberhammer, Verlag für Geschichte und Politik, Vienne, 1990, p. 33-45.

5 Press (V), « Das Haus Liechtenstein in der europäischen Geschichte », dans Liechtenstein – Fürstliches Haus und staatliche Ordnung. Geschichtliche Grundlagen und moderne Perspektiven, sous la direction de V. Press et D. Willoweit, Vaduz, 1988, p. 15-85 et p. 26.

6 Elliott (J.-H.), « A Europe of Composite Monarchies », dans Past and Present, 1992, 137, p. 48-71. Brunner (O.), « Das Haus Osterreich und die Donaumonarchie », dans Südost-Forschungen, 1955, 14, p. 122-144 et p. 126 sq. ; Land und Herrschaft. Grundfragen der territorialen Verfassungsgeschichte Südostdeutschlands im Mittelalter, Baden bei Wien, 1965 [1re édition en 1939], p. 447 : « Die Monarchie (des Hauses Österreich) erweist sich als eine monarchische Union ihrer Königreiche und Länder, die jede für sich Ständestaaten waren ». Voir également Evans (R.-J.-W.), Das Werden der Habsburger Monarchie 1550-1700. Gesellschaft, Kultur, Institutionen, Vienne/Cologne/Graz, 1986 [1re édition à Londres en 1979], chap. V-VII ; « The Habsburg Monarchy and Bohemia 1526-1848 », dans Conquest and Coalescence. The Shaping of the State in Early Modem Europe, édition dirigée par M. Greengrass, Edward Arnold, London, 1991, p. 134-15. Bérenger (J.), « La Hongrie des Habsbourg au xviie siècle : République nobiliaire ou Monarchie limitée ? », 1967 et repris dans L’Europe des diètes au xviie siècle. Mélanges offerts à monsieur le professeur Jean Bérenger, édition dirigée par D. Tollet, SEDES, Paris, 1996, p. 37-51.

7 Schmid (G.-M.), « Das Hausrecht der Fürsten von Liechtenstein », dans Jahrbuch des historischen Vereins fur das Fürstentum Liechtenstein, 1978, 78, p. 1-181. Hofmeister (H.), « Pro conservanda familiae et agnationis dignitate. Das liechtensteinische Familien-Fideikommiss als Rechtsgrundlage der Familien-und Vermögenseinheit », dans Der ganzen Welt ein Lob und Spiegel. Das Fürstenhaus Liechtenstein in der frühen Neuzeit, op. cit., p. 46-63.

8 Stloukal-Zlinskỷ (K.), Karel z Lichtenštejna a jeho čast na vlảdě Rudolfa II. (1569-1607), Prague, 1912, repris dans Českỷ Časopis historickỷ, 1912, 18, p. 21-37, 153-169 et 389-434. Haupt (H.), Fürst Karl I. von Liechtenstein, Obersthofmeister Kaiser Rudolfs II. und Vizekönig von Böhmen. Hofstaat und Sammeltätigkeit. Edition der Quellen aus dem Liechtensteinischen Hausarchiv, Böhlau, Vienne/Cologne/Graz, 1983. Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, Oldenbourg, Vienne/Munich, 1999, p. 54-62, 89-93, 165-168, 190-192, 356-358, 417-422 et 512-514.

9 Stloukal-Zlinskỷ (K.), Karel z Lichtenštejna a jeho ủčast na vlảdě Rudolfa II. (1569-1607), op. cit., p. 30.

10 Winkelbauer (T.), « Repräsentationsstreben, Hofstaat und Hofzeremoniell der Herren bzw. Fürsten von Liechtenstein in der ersten Hälfte des 17. Jahrhunderts », dans Opera historica, (Českẻ Budéjovice), 1993, 3, p. 179-198 et p. 181.

11 Sur les conversions dans les pays autrichiens et bohêmes autour de 1600, voir maintenant Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 66-158.

12 Hofmeister (H.), « Pro conservanda familiae et agnationis dignitate. Das liechtensteinische Familien-Fideikommiss als Rechtsgrundlage der Familien – und Vermögenseinheit », op. cit., p. 57-60.

13 Oberhammer (E.), « Viel ansehnliche Stuck und Güeter. Die Entwicklung des fürstlichen Herrschaftsbesitzes », op. cit., p. 34.

14 Wlnkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 57 sq.

15 Ibid., p. 58-62.

16 Kallbrunner (J.), « Lazarus Henckel von Donnersmarck », dans Vierteljahrschrift für Wirtschaftsgeschichte, 1931, 24, p. 142-156.

17 StloukalZlinskỷ (K.), Karel z Lichtenštejna a jeho ủčast na vlảdě Rudolfa II. (1569-1607), op. cit., p. 79.

18 Von Falke (J.), Geschichte des fürstlichen Hanses Liechtenstein, Vienne, 1877, 2, p. 141.

19 Meyer (A.-O.), Die Prager Nuntiatur des Giovanni Stefano Ferreri und die Wiener Nuntiatur des Giacomo Serra (1603-1606), Nuntiaturberichte aus Deutschland. Nebst ergänzenden Aktenstücken, 4. Abteilung, 17. Jahrhundert, Berlin, 1913, p. LXXIII.

20 Stenitzer (P.), « Der Adelige als Unternehmer ? Das Wirtschaften der gräflichen Familie Harrach in Oberösterreich im 16. und 17. Jahrhundert », dans Frühneuzeit-Info, 1991, 2, no 1, p. 41-60, particulièrement p. 51.

21 Voir notamment le rapport adressé le 21 mai 1625 au duc Maximilien de Bavière par le Dr Esaïe Leuker, cité par Wlnkelbauer (T), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 163.

22 Pircher (W.), Verwüstung und Verschwendung. Adeliges Bauen nach der zweiten Türkenbelagerung, Deuticke, Vienne, 1984, p. 38.

23 Matéjek (F.), « Bilả Hora a Moravskả feudảlni společnost », dans Československỷ Časopis historicky, 1974, 22, p. 81-103 et particulièrement p. 84 et p. 92 sq.

24 Wlnkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 64.

25 Ibid., p. 164.

26 Château de Vaduz, bibliothèque Liechtenstein, VA 5-2-2, Politisches Testament (Instruktion) des Fürsten Karl Eusebius für seinen Sohn Hans Adam, 1680, copie du xviiie siècle, p. 50 sq.

27 Ibid., p. 52.

28 Ibid., p. 52-57.

29 Stekl (H.), « Ein Fürst hat und bedarf viel Ausgaben und also viel Intraden. Die Finanzen des Hauses Liechtenstein im 17. Jahrhundert », dans Der ganzen Welt ein Lob und Spiegel. Das Fürstenhaus Liechtenstein in der frühen Neuzeit, op. cit., p. 64-85 et p. 79 sq.

30 Le maintien du rang, l’accroissement de la splendor familiae et la nécessité de représentation passent donc avant l’enrichissement.

31 Cité par Winkelbauer (T.) : « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », dans Der ganzen Welt ein Lob und Spiegel. Das Fürstenhaus Liechtenstein in der frühen Neuzeit, op. cit., p. 86-114 et Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 451.

32 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 88 sq.

33 Ibid.

34 Stekl (H.), op. cit., p. 74 sq.

35 Stollberg-Rilinger (B.), « Handelsgeist und Adelsethos. Zur Diskussion um das Handelsverbot für den deutschen Adel vom 16. bis zum 18. Jahrhundert », dans Zeitschrift für historische Forschung, 1988, 15, p. 273-309 et particulièrement p. 278 sq., p. 287-289. Scheichl (A.), « Das Wirtschaften des Adels in Osterreich in der frühen Neuzeit. Fallstudien zum Eindringen kapitalistischer Wirtschaftsformen in den Bereich der Agrarwirtschaft », dans Frühneuzeit-Info, 1991, 2, no 1, p. 33-40. Stenitzer (P.), « Der Adelige »..., p. 45 sq. et p. 58. Winner (G.), « Adeliger Stand und bürgerliche Hantierung. Die sieben landesfürstlichen Städte und die ständischen Gegensätze in Oberösterreich während des 16. Jahrhunderts », dans Historisches Jahrbuch der Stadt Linz, 1959, p. 57-92, notamment p. 75-81.

36 Cité par Brunner (O.), Adeliges Landleben und europäischer Geist. Leben und Werk Wolf Helmhards von Hohberg 1612-1688, Müller, Salzbourg, 1949, p. 300. Les instructions établies par Gundaker de Liechtenstein et par son fils Hartmann ont probablement servi de modèle à Hohberg pour la rédaction des Georgica curiosa. Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 86.

37 Haupt (H.), op. cit., p. 38.

38 Korkisch (G.), Geschichte des Schönhengstgaues, Lerche, Munich, 1975, 2, p. 101 sq.

39 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 90.

40 Ibid., p. 90 sq. Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein osterreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 233-240. Von Mitis (O.), « Gundacker von Liechtensteins Anteil an der kaiserlichen Zentralverwaltung (1606-1654) », dans Beitrage zur neueren Geschichte Österreichs, Vienne, 1908, 4, p. 35-118. À propos des projets et des tentatives du prince Charles Eusèbe (chef de la maison Liechtenstein de 1632 à 1684) d’instaurer un « gouvernement » et d’employer des juristes et des experts, sur les conseils et l’aide de son oncle Gundaker pour la justice et l’économie, voir Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein osterreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 451 sq. ; « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 91 sq.

41 Von Falke (J.), Geschichte des fürstlichen Hauses Liechtenstein, op. cit., 2, p. 325 sq. Stekl (H.), op. cit., p. 76 sq.

42 Von Falke (J.), ibid., 2, p. 315 sq.

43 Press (V), « Das Haus Liechtenstein in der europäischen Geschichte », op. cit., p. 52. Oberhammer (O.), « Ministeriales, nobiles, principes. Eine Familienchronik der Liechtenstein », dans Parnass, Sonderheft, 1995, 11, p. 18-30 et p. 22. À propos de l’activité de Jean Adam comme réformateur de la Chambre aulique à partir de 1699 et comme président du Banco del giro viennois, la première banque autrichienne, de 1703 à 1705 et comme créancier de l’État, voir Holl (B.), Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg und die österreichische Finanzpolitik der Barockzeit (1703-1715), Verlag der Österreichen Akademie der Wissenschaften, Vienne, 1976, p. 29-35, 104 sq. et 188 sq.

44 Stekl (H.), op. cit., p. 70 (table 1).

45 Oberhammer (E.), « Viel ansehnliche Stuck und Güeter. Die Entwicklung des fürstlichen Herrschaftsbesitzes », op. cit., p. 43.

46 Schönbauer (E.), Beiträge zur Geschichte der Vorstadt Liechtenthal, Phil. Diss., Vienne, 1952.

47 Von Falke (J.), Geschichte des fürstlichen Hauses Liechtenstein, op. cit., 2, p. 325-355.

48 Hörrmann (M.), « Fürst Anton Florian von Liechtenstein (1656-1721) », dans LiechtensteinFürstliches Haus und staatliche Ordnung. Geschichtliche Grundlagen und moderne Perspektiven, op. cit., p. 189-209.

49 Press (V), « Die Entstehung des Fürstentums Liechtenstein », dans Das Fürstentum Liechtenstein. Ein landeskundliches Portrait, sous la direction de W. Müller, Konkordia, Bühl/Baden, 1981, p. 63-91. Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 321-337.

50 Wlnkelbauer (T.), ibid., p. 327. Les documents conservés dans les archives de la famille ne permettent pas d’étayer cette affirmation. J. von Falke se fonde sur von Hackelberg Und Landau (M.-E.), Fata Liechtensteiniana-Öttingiana, 1723, manuscrit conservé à la bibliothèque Liechtenstein de Vaduz, VA 2-6-5, p. 97-99.

51 Stekl (H.), op. cit., p. 81.

52 Korkisch (G.), « Der Bauernaufstand auf der Mährisch Trübau-Türnauer Herrschaft 1706-1713. Ein Beitrag zur Geschichte des nordmährischen Bauerntums », dans Bohemia. Jahrbuch des Collegium Carolinum, 1979, 11, p. 164-274.

53 Stekl (H.), op. cit., p. 77.

54 Ibid., p. 78.

55 Wlnkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 93.

56 Ibid, p. 94 sq.

57 Ibid., p. 95.

58 Sandgruber (R), Die Anfänge der Konsumgesellschaft. Konsumgüterverbrauch, Lebensstandard und Alltagskultur in Osterreich im 18. und 19. Jahrhundert, Verlag für Geschichte und Politik, Vienne, 1982, p. 36-92. Bruckmüller (E.), Landwirtschaftliche Organisationen und gesellschaftliche Modernisierung. Vereine, Genossenschaften und politische Mobilisierung der Landwirtschaft Österreichs vom Vormärz bis 1914, Salzbourg, 1977 ; « Die Anfange der Landwirtschaftsgesellschaften und die Wirkungen ihrer Tatigkeit », dans Die Auswirkungen der Theresianisch-Josephinischen Reformen auf die Landwirtschaft und die ländliche Sozialstruktur Niederosterreichs, sous la direction de H. Feigl, Vienne, 1982, p. 36-92. Winkelbauer (T.), Robot und Steuer. Die Untertanen der Waldviertler Grundherrschaften Gföhl und Altpölla zwischen feudaler Herrschaft und absolutistischem Staat, Verein für Landeskunde von Niederosterreich, Vienne, 1986, p. 111-115.

59 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 96-109 et n. 92, p. 112.

60 Politisches Testament des Fürsten Karl Eusebius, p. 33, note 25.

61 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 98 sq.

62 « Ist für das hochobrigkeitliche Wohl unermiedet, haltet die Beamte in Aufmerksamkeit ; besitzet jedoch wenig Nächstenliebe, dessen Verhandlung sind ohne Scheu », ibid., p. 101.

63 Brusatti (A.), « Die Stellung der herrschaftlichen Beamten in Osterreich in der Zeit von 1780 bis 1848 », dans Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschafitsgeschichte, 1958, 45, p. 505-516. Hledikovả (Z.), « Vrchnostenskả spravà », dans Dějiny sprảvy v českỷch zemich do roku 1945, sous la direction de J. Janak et Z. Hledίkovả, Statnί pedagogick nakladatelstvί, Prague, 1989, p. 265-276 et p. 274 sq.

64 Winkelbauer (T.), « Hacklich und der Korruption unterworfen. Die Verwaltung der Liechtensteinischen Herrschaften und Güter im 17. und 18. Jahrhundert », op. cit., p. 103. On n’a pas pris en compte les sept employés, scribes et aides, qui étaient employés à la comptabilité de Wilfersdorf.

65 Voir par exemple Petrản (J.), Zemědělskà vyroba v Cechàch v druhé polovine 16. a poctkem 17. stoleti, Prague, 1963, p. 141-182 ; Poddany lid v Čechch na prahu třcetiletẻ vlky, Prague, 1964. Ledvinka (V), « Rozmach feudảlniho velkostatku, jeho strukturàlniho proměny a role v ekonomice Českỷch zemί v predbělohorském obdobί », dans Folia historica Bohemica, 1987, 11, p. 103-126. Cechura (J.), « Die Gutswirtschaft des Adels in Bohmen in der Epoche vor der Schlacht am Weissen Berg », dans Bohemia, 1995, 36, p. 1-18. Cerman (M.), « Gutsherreschaft vor dem “Weissen Berg”. Zur Verschärfung der Erbuntertanigkeit in Nordböhmen 1380 bis 1620 », dans Gutsherrschaft im europäischen Vergleich, édition dirigée par J. Peters, Berlin, 1997, p. 91-111.

66 Par exemple Korkisch (G.), Geschichte des Schonhengstgaues, op. cit., 2, p. 93 sq.

67 Klỉma (A.), « Probleme der Leibeigenschaft in Bohmen », Vierteljahrschrift für Sozialund Wirtschaftsgeschichte, 1975, 62, p. 214-228 et p. 226. Au sujet de la corvée dans les Pays bohèmes aux xviie et xviiie siècles, voir Kočỉ (J.), « Robotnί povinnosti poddanỷch v českỷch zemich po třcetiletẻ vảlce », dans Československỷ Časopis historickỷ, 1963, 11, p. 331-340. Svoboda (J.), « Feudảlni zảvislost poddanÿch na ceské vesnici v době tereziảnské », dans Acta universitatis Carolinae, philosophica et historica, Studia historica, Prague, 1969, 3, p. 71-106, en particulier la synthèse publiée à la fin du volume (p. 98-104). Pour la Basse-Autriche, Winkelbauer (T.), Robot und Steuer. Die Untertanen der Waldviertler Grundherrschaften Gföhl und Altpölla zwischen feudaler Herrschaft und absolutistischem Staat, op. cit., p. 91-151.

68 Korkisch (G.), Geschichte des Schönhengstgaues, op. cit., 1, p. 230, et 2, p. 90.

69 Korkisch (G.), « Der Bauernaufstand auf der Mährisch Trübau-Türnauer Herrschaft 1706-1713. Ein Beitrag zur Geschichte des nordmährischen Bauerntums », op. cit., p. 202.

70 Ibid., p. 186-198 et p. 208 sq. et Geschichte des Schönhengstgaues, op. cit., 2, p. 93-104, 110 sq.

71 Korkisch (G.), « Der Bauernaufstand auf der Mährisch Trübau-Türnauer Herrschaft 1706-1713. Ein Beitrag zur Geschichte des nordmährischen Bauerntums », op. cit., p. 205.

72 Gottlob von Justi (J.-H.), Abhandlungen von der Vollkommenheit der Landwirtschaft und der höchsten Kultur der Länder, Ulm, 1761, p. 23 sq.

73 Korkisch (G.), Geschichte des Schonhengstgaues, op. cit., 2, p. 304-307.

74 Petran (J.), « Der Hohepunkt der Bewegungen der untertänigen Bauern in Böhmen », dans Europäische Bauernrevolten der frühen Neuzeit, sous la direction de W. Schulze, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1982, p. 323-363 et p. 360. Voir aussi Korkisch (G.), Geschichte des Schonhengstgaues, op. cit., 2, p. 363-366.

75 Melville (R.), Adel und Revolution. Strukturwandel von Herrschaft und Gesellschaft in Osterreich um die Mitte des 19. Jahrhunderts, Von Zabern, Mayence, 1998.

76 Von Mitis (O.), « Gundacker von Liechtensteins Anteil an der kaiserlichen Zentralverwaltung (1606-1654) », dans Beiträge zur neueren Geschichte Österreichs, op. cit., p. 43-46 et p. 70-73. Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 174-176, 208-215 et 233-254 (avec l’intégralité des références).

77 Voir maintenant Bireley (R.), The Counter-Reformation Prince. Anti-Machiavellianism or Catholic Statecraft in Early Modem Europe, University of North Carolina Press, Chapel Hill/Londres, 1990 : l’anti-machiavélisme, à l’instar de Machiavel, thématise la fragile relation entre l’apparence et la réalité (être et paraître, opinion et vérité) et constitue dans cette perspective un élément central de la culture baroque de la contre-réforme, en particulier en Italie, en Espagne, dans les Pays-Bas espagnols et dans le Saint-Empire.

78 Dollinger (H.), « Staatsräson und Staatsfinanzen in Bayern im 16. und frühen 17. Jahrhundert », dans Finanzen und Staatsrason in Italien und Deutschland in der frühen Neuzeit, sous la direction de A. De Maddelena et H. Kellenbenz, Duncker & Humblot, Berlin, 1992, p. 249-268, 256.

79 Au moins dans sa version française (Colbert, John Law), à moindre degré dans les États plus développés économiquement comme l’Angleterre et les Provinces Unies.

80 Gömmel (R.) et Klump (R.), Merkantilisten und Physiokraten in Frankreich, Wiss. Buchges., Darmstadt, 1994, p. 83.

81 Sommer (L.), Die österreichischen Kameralisten in dogmengeschichtlicher Darstellung, Vienne, 1925 [1re édition en 1920], 1, p. 55.

82 Voir par exemple Klingenstein (G.), « Between Mercantilism and Physiocracy. Stages, Modes, and Functions of Economic Theory in the Habsburg Monarchy, 1748-1763 », dans State and Society in Early Modem Austria, sous la direction de C.-W. Ingrao, West Lafayette/Indiana, 1994, p. 181-214 et p. 191.

83 Voir Heckscher (E.-E), Der Merkantilismus, Iéna, 1932, 2, p. 1-38 (der Merkantilismus als Machtsystem).

84 Burkhardt (].), Der Dreissigjährige Krieg, Francfort-sur-le-Main, 1992, p. 194.

85 Ibid., p. 193.

86 Voir Dollinger (H.), Studien zur Finanzreform Maximilians I. von Bayern in den Jahren 1598-1618. Ein Beitrag zur Geschichte des Frühabsolutismus, Vandenhœk & Ruprecht, Göttingen, 1968 ; « Staatsräson und Staatsfinanzen in Bayern im 16. und frühen 17. Jahrhundert », op. cit. ; « Kurfürst Maximilian I. von Bayern und Justus Lipsius. Eine Studie zur Staatstheorie eines frühabsoludstischen Fürsten », dans Archiv für Kulturgeschichte, 1964, 46, p. 227-308, 252-257, 270-278 et 298-306.

87 Gömmel (R.) et Klump (R.), Merkantilisten und Physiokraten in Frankreich, op. cit., p. 50-52.

88 Dollinger (H.), « Kurfürst Maximilian I. von Bayern und Justus Lipsius. Eine Studie zur Staatstheorie eines frühabsolutistischen Fürsten », op. cit., p. 255 et 281-283 (le père du jeune Maximilien lui fait lire le Della ragion di Stato) ; Dollinger (H.), Studien zur Finanzreform Maximilians I. von Bayern in den Jahren 1598-1618. Ein Beitrag zur Geschichte des Frühabsolutismus, op. cit., p. 12 et p. 283.

89 Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein osterreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 214 sq.

90 Von Mitis (O.), « Gundacker von Liechtensteins Anteil an der kaiserlichen Zentralverwaltung (1606-1654) », op. cit., p. 101.

91 Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 233-240.

92 Holl (B.), Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg und die österreichische Finanzpolitik der Barockzeit (1703-1715), op. cit., p. 29 et p. 31-33.

93 Pircher (W.), Verwüstung und Verschwendung. Adeliges Bauen nach der zweiten Türkenbelagerung, op. cit., p. 40.

94 Hantsch (H.), Friedrich Karl Graf von Schönborn (1674-1746), Augsbourg, 1929, p. 375, n. 10. Voir également von Hackelberg und Landau (M.-E.), Fata Liechtensteiniana-Öttingiana, op. cit., p. 100-102.

95 Holl (B.), Hofkammerpräsident Gundaker Thomas Graf Starhemberg und die österreichische Finanzpolitik der Barockzeit (1703-1715), op. cit., p. 40 sq.

96 Winkelbauer (T.), Fürst und Fürstendiener. Gundaker von Liechtenstein, ein österreichischer Aristokrat des konfessionellen Zeitalters, op. cit., p. 39-46.

97 Voir notamment Chesler (R.-D.), Crown, Lords, and God : the Establishment of Secular Authority and the Pacification of Lower Austria, 1618-1648, Princeton University, Ph. D., 1979, p. 273-276.

98 Voir par exemple Μuk (J.), Po stopach narodniho vedomi ceske slechty pobelohorske, Prague, 1931, p. 105-111. Winkelbauer (T.), « Sozialdisziplinierung und Konfessionalisierung durch Grundherren in den böhmischen und österreichischen Landern im 16. und 17. Jahrhundert », dans Zeitschrift fur historische Forschung, 1992, 19, p. 317-339 ; « Grundherrschaft, Sozialdisziplinierung und Konfessionalisierung in Böhmen, Mähren und Österreich unter der Enns im 16. und 17. Jahrhundert », dans Konfessionalisierung in Ostmitteleuropa. Wirkungen des religiösen Wandels im 16. und 17. Jahrhundert in Staat, Gesellschaft und Kultur, sous la direction de J. Bahlcke et A. Strohmeyer, Wiesbaden, 1999, p. 307-338.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search