Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Deuxième partie. Stratégies

Un patronat sans dynastie ? Le patronat normand vers 1860

Dominique Barjot

Texte intégral

  • 1 Barjot (D.), Histoire économique de la France au xixe siècle, Nathan, Paris, 1995. Caron (F.), Hist (...)
  • 2 Fohlen (C.), L’Industrie textile au temps du Second Empire, Plon, Paris, 1956.

1La Normandie offre un champ privilégié pour l’étude du patronat1. Dans une thèse servant aujourd’hui encore de référence, Claude Fohlen avait opposé deux modèles patronaux aux antipodes l’un de l’autre : alsacien, dont l’éthique protestante induisait un comportement de réinvestissement systématique des profits dans l’entreprise et aboutissait à la perpétuation des dynasties entrepreneuriales ; normand, au comportement spéculatif, désireux avant tout de s’enrichir pour acquérir un patrimoine foncier et prêt à se retirer des affaires ce patrimoine une fois constitué2.

  • 3 Pour une prosopographie des élites françaises : xvie-xxe siècles, IHMC, Paris, 1979. Charle (C.), N (...)

2L’enquête menée sur le patronat du Second Empire dans le cadre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine offre cependant une image plus nuancée, grâce à l’apport de la prosopographie3. La sociologie et l’histoire patronales ne peuvent faire l’économie de l’approche prosopographique, car, entre l’éveil de la singularité irréductible (que met en évidence la biographie) et la généralisation réductionniste (celle qui ressort de l’étude statistique), la prosopographie trouve une voie moyenne offrant le moyen de mettre en évidence la spécificité des comportements.

  • 4 Les Patrons du Second Empire, sous la direction de D. Barjot, Picard, Paris/Cénomane, Le Mans, 1991 (...)

3De l’étude d’un échantillon de 100 entrepreneurs sélectionnés sur la base de critères rigoureux (vide infra), il ressort qu’il n’est plus possible aujourd’hui de parler en termes généraux du patronat normand4. Il existe en fait « des » patronats. De plus, la lecture attentive des biographies entrepreneuriales conduit à une seconde conclusion : s’il apparaît qu’une grande partie des patrons rouennais sont avant tout habités du désir de s’intégrer dans la haute société, l’industrie constituant le moyen d’y parvenir par l’enrichissement, tous ne répondent pas à ce modèle ; bien plus, au Havre ou au Mans, l’on trouve nombre d’entrepreneurs à l’écoute des nouveaux besoins et des marchés en expansion, prêts à prendre des risques et ouverts au changement technique.

  • 5 Caron (F.), Le Résistible Déclin des sociétés industrielles, Perrin, Paris, 1985.
  • 6 Hau (M.), L’industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Association de publications près les univers (...)

4Enfin, il est clair que l’histoire du capitalisme a été, pour une large part, un mythe bâti par des générations d’historiens5. Ce qui compte, ce n’est pas le processus d’accumulation, mais celui de renouvellement. La question essentielle devient alors celle de savoir pourquoi tel milieu a pu se renouveler et pas tel autre, l’explication étant souvent à chercher dans la variable culturelle, comme nous y invite Michel Hau dans sa thèse6. Il le dit : il convient de prendre en compte également les combinaisons plus ou moins favorables des facteurs de production, ainsi que la logique des cheminements technologiques et scientifiques. En définitive l’étude des particularités individuelles et des spécificités dynastiques d’une part, l’approche statistique de l’autre ne sont pas antagonistes, mais complémentaires. À cet égard, l’enquête normande révèle une réalité complexe. Si la vision du patronat normand s’est trouvée largement renouvelée par la prosopographie, l’on peut se poser la question de l’existence ou non d’un modèle, tant le monde entrepreneurial normand apparaît complexe, ainsi que le montre l’exemple du textile.

Le patronat normand : une vision renouvelée par la prosopographie

  • 7 Barjot (D.), « Introduction », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 13-34.
  • 8 Leménorel (A.), « L’impossible révolution industrielle ? Économie et sociologie minières en Basse-N (...)

5Durant les années 1850, la Normandie dans son ensemble jouit encore d’une réelle prospérité, fruit d’une industrialisation précoce7. Mais, dès 1865, il n’en est plus de même par suite du déclenchement de la crise cotonnière et de l’ouverture des frontières à la concurrence internationale. Vers 1860, se produit un retournement conjoncturel majeur, qui pose le problème des responsabilités du patronat8. La question se trouve aujourd’hui relancée par une historiographie en plein renouvellement, du fait notamment des apports de la prosopographie.

Vers 1860, un retournement conjoncturel majeur

  • 9 Crouzet (F.), « Essai de construction d’un indice annuel de la production industrielle française au (...)
  • 10 Barjot (D.), « Déclin industriel, mutation des marchés et esprit d’entreprise : le cas de la Norman (...)
  • 11 Leménorel (A.), Les Conditions de l’industrialisation en Basse-Normandie : mines et mineurs de 1800 (...)
  • 12 Belhoste (J.-F.), « Le patrimoine industriel dans le département de l’Eure (xviie-xixe siècles) », (...)

6Ce retournement conjoncturel revêt une dimension nationale, parce qu’il traduit à la fois le recul de la demande nationale en infrastructures de base et la difficulté des grandes industries motrices (textile, sidérurgie)9. Il prend une tonalité particulière en Normandie, parce qu’une série de crises graves affecte alors la métallurgie traditionnelle et le textile10. L’industrie textile haute-normande aborde les années 1860 en position de faiblesse, par suite du déclin de l’indiennerie, de la vétusté de son outillage, de l’insuffisance de ses capitaux et de la nature de ses spécialisations (laine cardée par exemple). La période de l’empire libéral coïncide avec une crise industrielle. Elle frappe tout particulièrement la filature de coton, mais elle ne s’y limite pas : l’effondrement de l’indiennerie se poursuit tandis que l’industrie lainière et linière décline au profit du Nord. En même temps les traités franco-britannique et franco-belge de 1860 ne font qu’amplifier une crise de la sidérurgie amorcée dès 1830 avec l’introduction en France de la technique du puddlage11. L’Eure est la première touchée, puis la crise se généralise à l’ensemble de la Normandie12.

  • 13 Bergeron (L.), « Permanence et renouvellement du patronat », dans Histoire de la France et des Fran (...)
  • 14 Maillard (J.-M.), La Révolution industrielle au Havre (1860-1914), thèse, Rouen, 1976.
  • 15 Suzuki (H.), L’Évolution de l’industrie cotonnière dans la région rouennaise au xixe siècle (1789-1 (...)
  • 16 Voir en particulier la très remarquable thèse de J.-L. Lenhof, Quand se tissait la ville des classe (...)

7Les entrepreneurs manifestent une inégale capacité d’adaptation13. Le patronat havrais apparaît comme le plus ouvert de tous, même si les vieilles familles (Begouen, Féray, Foache et Flomberg) ont réussi à se maintenir, de nouveaux venus font rapidement fortune : Suisses ou Alsaciens, Rouennais ou Lillois, Bayonnais ou Nantais14. Entretenant des liens étroits avec les milieux bancaires parisiens, ce sont plus des négociants que des industriels. Ils contrastent avec les patrons du textile : le plus souvent héritiers d’une vieille bourgeoisie de marchands fabricants, ils ne s’adaptent qu’avec difficulté au déclin de la petite filature hydraulique15. Tendant peu à peu à se fermer en caste, ils se fixent pour objectif, dans leur grande majorité, d’accéder au rang de notable en acquérant un vaste patrimoine foncier, parfois un château, et en développant leur emprise sur la population locale par le biais d’un mandat de maire ou de conseiller municipal. Néanmoins cette présentation apparaît aujourd’hui bien sommaire compte tenu du renouvellement récent de l’historiographie16.

Une historiographie en plein renouvellement

  • 17 Les Entrepreneurs de Normandie, du Maine et de l’Anjou à l’époque du Second Empire, sous la directi (...)
  • 18 Belhoste (J.-F.), « La société Roy et Duval ou Société des Forges et Fonderies de l’Eure. Survivanc (...)
  • 19 Dufresne (G.), « Deux grands industriels du coton au Second Empire : Thomas et Frédéric Waddington. (...)
  • 20 Manneville (P), « Les négociants protestants havrais en 1855 », ibid., p. 131-136.
  • 21 Alexandre (A.), « Le patronat de la vallée du Cailly », ibid., p. 137-144.
  • 22 Collin (J.-C.), « Cent trente fabricants fertois vers 1860 », ibid., p. 145-153.
  • 23 Chaline (J.-P.), Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Presses de la FNSP, Pari (...)

8Ce renouvellement tient à la multiplication des approches nouvelles17. Les monographies d’entreprises y ont puissamment contribué. La période du Second Empire voit certes des échecs (Société Roy et Duval dans l’Eure18), mais aussi des réussites, poursuivies parfois sur plusieurs générations (les Waddington, toujours dans l’Eure19). Mais les enquêtes ont également beaucoup apporté : ainsi celles menées sur les protestants du Havre20, le patronat de la vallée du Cailly21, près de Rouen, ou celui de la Ferté-Macé22, dans l’Orne. Enfin, cette historiographie a beaucoup profité des recherches à dominante prosopographique. Jean-Pierre Chaline a opté pour cette voie. Dans sa thèse, il démontre que, vers 1860, les cotonniers relèvent de deux groupes principaux23. Premier groupe, les indienneurs assurent la transition avec une bourgeoisie plus ancienne. Se recrutant, pour un grand nombre d’entre eux, au sein des milieux protestants, ils réussissent le plus souvent en trois générations, à l’instar des Fauquet, ou des Barbet. Les filateurs et tisseurs constituent le second. Pour la plupart d’entre eux, le coton ne présente d’intérêt que de leur permettre d’amasser la fortune nécessaire à l’acquisition de biens fonciers. Il n’est donc pas rare que les réussites ne durent qu’une génération : ainsi l’ascension d’Augustin Pouyer-Quertier.

  • 24 Belhoste (J.-F.), « L’évolution de la fabrique et le renouvellement du patronat à Louviers au xixe  (...)
  • 25 Chassagne (S.), Le Coton et ses patrons. France, 1760-1840, EHESS, Paris, 1991.

9L’on en arrive ainsi à des conclusions plus nuancées. D’abord, il apparaît que deux types de facteurs jouent sur la réussite ou l’échec. Au poids des contraintes objectives (le surcoût énergétique de la Basse-Normandie) s’ajoute le rôle des attitudes individuelles. À Louviers, selon Jean-François Belhoste, la période du Second Empire voit le resserrement de l’entreprise lainière autour d’un petit nombre de grosses maisons implantées depuis longtemps, mais permet aussi le surgissement de deux entrepreneurs innovateurs : François-Girard Audresset, spécialisé dans les tissus cachemire, et Léopold Breton24. En second lieu, Serge Chassagne a montré que la famille joue un rôle irremplaçable25. En son sein, le capitalisme devient une morale, inculquée depuis le plus jeune âge, partagée par tous, catholiques et réformés, qui conduit le chef d’entreprise à consacrer sa vie entière à sa famille. Par conséquent, l’inégale longévité des familles industrielles après 1840 découle, pour une large part, de leur aptitude à rester fidèles, d’une génération à l’autre, à l’éthique des fondateurs.

  • 26 Chaline (J.-P), « Les industriels normands : un patronat sans dynastie », dans Le mouvement social (...)

10Se trouve dès lors posée la question de savoir s’il a existé ou non des dynasties normandes. À partir d’un échantillon de 339 industriels et de 135 fabricants, Jean-Pierre Chaline a d’abord montré que les effectifs s’effondrent de 1855 à 1885, le Second Empire marquant un tournant26. De plus, seconde conclusion, les comportements ne sont jamais homogènes. Les fabricants forment, jusqu’en 1855, le groupe social le plus nombreux : il s’agit d’un milieu modeste, à promotion sociale notable, mais condamné par la concurrence du tissage mécanique. Quant aux filateurs, ils sont sujets à un renouvellement et à une dérive terrienne au moins aussi forte que chez les fabricants. Néanmoins, durement éprouvé par la crise des années 1860, ce milieu se réduit désormais à quelques familles, mieux armées pour résister, mais contraintes d’investir massivement pour faire face à la concurrence. Enfin, troisième conclusion, l’absence d’héritier qui caractérise le patronat cotonnier haut-normand ne tient pas seulement à un dynamisme démographique supérieur à celui de l’Alsace, mais aussi à l’évasion des enfants de l’entreprise vers les professions libérales ou la vie rentière, qui ouvre la voie aux parvenus. Si le modèle dynastique gagne tardivement filateurs et tisseurs, c’est qu’ils deviennent à leur tour une élite reconnue et désormais trop engagée dans ses activités industrielles pour s’en retirer sans dommage.

  • 27 Chassagne (S.), op. cit.
  • 28 Chaline (J.-P.), « Idéologie et modes de vie du monde patronal bas-normand sous le Second Empire »,(...)

11De son côté, Serge Chassagne a bien décrit l’univers culturel de ces entrepreneurs27. Le contenu de leurs bibliothèques en particulier révèle un faible degré de culture économique. Ces bibliothèques ont en définitive une fonction plus décorative qu’utilitaire, les ouvrages religieux se rencontrant surtout chez les protestants. En revanche, ils raffolent de gravures, d’estampes et considèrent le piano comme un indispensable élément de standing culturel. Quant à J.-P. Chaline, il a montré qu’à l’époque du Second Empire, il n’y a d’uniformité ni dans les choix politiques, ni dans les comportements sociaux ou culturels des patrons normands28.

La prosopographie : une méthode enrichissante

  • 29 Barjot (D.), « Introduction », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 13-34.

12À ce stade, la démarche prosopographique s’avère d’une utilité certaine. Nous avons ainsi retenu un échantillon de 100 entrepreneurs appartenant à l’ensemble géographique Normandie-Maine-Anjou29. Cette sélection s’est opérée en deux étapes. L’on a d’abord cherché à répartir ces 100 entrepreneurs entre les huit départements concernés : Seine-Inférieure, Eure, Calvados, Manche, Orne, Sarthe, Mayenne, Maine-et-Loire. Pour ce faire l’on a tenu compte à la fois de la part de chaque département dans la production industrielle totale de l’ensemble des départements et de celle que ces derniers occupent dans le total des cinq premières fortunes de chacun de ces mêmes départements. En tenant compte de ces deux critères, l’on arrive à la répartition suivante :

Départements concernés

Nombre d’entrepreneurs

Seine-Inférieure

39

Eure

18

Calvados

11

Orne

9

Manche

7

Sarthe

6

Maine-et-Loire

5

Mayenne

5

Total

100

13Cette répartition une fois obtenue, l’on a ventilé ces chefs d’entreprise au sein de chaque département en fonction de critères principalement quantitatifs tels que le chiffre d’affaires, les effectifs employés et la fortune de l’entrepreneur au décès. À titre subsidiaire, notamment en l’absence de données chiffrées, ont été pris en compte les critères suivants, donnés par ordre décroissant d’importance :

  • la branche d’activité : dans chaque département, ont été favorisées les activités représentatives (filature de coton en Seine-Inférieure ou métallurgie dans l’Orne) ;

  • la notabilité, certains entrepreneurs ayant joué un rôle essentiel comme représentants de leur profession ou hommes politiques ;

  • la réussite sociale, les phénomènes d’ascension ou de déclassement n’étant pas négligeables ;

  • la capacité d’innovation : il a existé, notamment au Havre, à Louviers ou au Mans, des entrepreneurs innovateurs, voire d’authentiques inventeurs.

  • 30 Barjot (D.), « Les entrepreneurs de Normandie, du Maine et de l’Anjou : bilan d’une enquête », dans(...)

14Ces 100 entrepreneurs apparaissent attirés par le textile – coton, laine et lin-, mais s’intéressent aussi à la métallurgie, au négoce ou à l’armement30. En dépit de la grande inégalité de taille et de dynamisme entre leurs entreprises, ils se montrent fréquemment méfiants envers les solutions techniques nouvelles, comme à l’idée de se reconvertir ou de se diversifier. Appartenant à trois grands types (fondateurs, héritiers et acquéreurs), ils visent tous à assurer la réussite économique de leur entreprise. Leur tâche est difficile car ils affrontent successivement trois chocs conjoncturels graves : la crise de 1846-1847, qui oblige nombre d’entrepreneurs à transformer leur affaire en société ; la crise cotonnière de 1860-1865 ; la grande dépression des années 1880, qui provoque la disparition d’un grand nombre d’entreprises. La période 1840-1880 se caractérise cependant par un important enrichissement pour ces entrepreneurs, surtout en Seine-Inférieure et dans la Sarthe. Mais cette augmentation des fortunes ne profite qu’en partie aux entreprises elles-mêmes. Succombant fréquemment au mythe du château, tentés par la sécurité du placement foncier, ces chefs d’entreprise n’ont pas réinvesti dans leur affaire tous les bénéfices qu’ils en avaient tirés.

15Fondée souvent sur une réputation justifiée de qualité, la réussite de leur maison leur ouvre la porte d’institutions de grand prestige dans les milieux d’affaires, telles que les chambres et les tribunaux de commerce. Elle leur offre aussi le moyen de légitimer par l’obtention d’un mandat local la position de notable que leur a acquise leur fortune et la possession d’un pouvoir sur les hommes. Peu attirés par la politique en tant que telle, ces entrepreneurs manifestent en revanche un profond attachement aux valeurs familiales. Nés dans des familles nombreuses et stables, ils assurent, à travers leur descendance, la reproduction du modèle hérité de la génération précédente : beaucoup de leurs enfants travaillent et se marient dans le même monde qu’eux, même s’ils sont plus tentés par l’inactivité que leurs pères. Ils mènent une vie assez austère. S’ils sont peu présents dans les sociétés savantes ou cercles mondains, ils pratiquent assidûment leur religion pour la moitié d’entre eux. Peu enclins aux démonstrations de piété tapageuses, ils puisent dans leur foi la motivation essentielle de leurs œuvres de bienfaisance et de leurs initiatives philanthropiques. Mais est-ce pour autant qu’ils constituent un monde totalement homogène ? À ne considérer que le textile normand, c’est loin d’être le cas.

Des patronats normands ? Un monde complexe, celui du textile

16La puissance du patronat rouennais contraste en effet avec la présence de quelques hautes figures dans le reste de la Haute-Normandie, tandis qu’en Basse-Normandie, l’on rencontre un nombre limité de grands notables industriels.

Puissance du patronat rouennais

  • 31 Chaline (J.-P), Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, op. cit.
  • 32 Barjot (D.), (d’après J.-P. Chaline et S. Chassagne), « Henry Barbet », dans Les Patrons du Second (...)

17Au sein du patronat rouennais, deux groupes émergent : les indienneurs et les filateurs. À la première catégorie appartiennent des hommes tels qu’Henry Barbet (1816-1904), Jean-Charles Besselière (1830-1894), Pierre-Narcisse Hazard (1805-1873), Jules-Bernard Keittinger (1822-1899), Henry Rondeaux (1825-1882) et Henri-André Stackler (1828-1891)31. Étudié par J.-P. Chaline et S. Chassagne, Henry Barbet reflète bien les caractéristiques de ce milieu à tendance précocement dynastique32. Né en décembre 1816 à Déville-les-Rouen d’Henry Barbet (1789-1875), fabricant d’indiennes, et de Marguerite Augran, fille d’un fabricant de rouenneries, il appartient à une famille protestante établie à Déville depuis 1784 et originaire de la région de Bolbec, en pays de Caux. Ayant épousé en 1842 la fille du filateur Édouard Fontenilliat, il en aura deux filles : Marie-Jeanne, qu’il mariera en 1873 au banquier Albert Le Picard, et Marie-Félicité, qui, dès 1867, s’unira au négociant Jean-Baptiste Lemire.

18Troisième de cinq enfants, mais premier garçon, il fait son apprentissage dans la fabrique paternelle, comme son père avant lui. En 1858, Henry Barbet reçoit, seul, la propriété de l’usine de Déville. Elle conserve une activité importante jusqu’à la fin des années 1850. La crise cotonnière éprouve très gravement l’indiennerie. Barbet fils ne croyant plus en l’avenir de cette industrie liquide son entreprise vers 1863. Comme ses beaux-frères, il vit désormais jusqu’à sa mort du revenu de ses propriétés. Converti à la religion catholique, collectionneur passionné, il ne connaît pas la même brillante carrière politique que son père, devenu, sous la monarchie de Juillet, maire de Rouen, conseiller général, député puis pair de France. Il n’entre même pas à la chambre de commerce dont Henry Barbet père reste membre de 1860 à 1875. Henry Barbet fils décède le 26 janvier 1904 à Rouen en laissant 1 million de francs de fortune (contre 1,7 au décès de son père).

  • 33 Barjot (D.), (d’après J.-P. Chaline), « Augustin Pouyer-Quertier », ibid., p. 53-55.

19Les filateurs préservent mieux leurs positions. Parmi les plus importants se trouvent probablement François Vendémiaire Delamare (1801-1881), Louis Delavigne (1797-1868), Jean-Louis Lemarchand (1792-1869), Augustin Pouyer-Quertier (1820-1891) et Francis Vaussard (1809-1891). L’itinéraire d’Augustin Pouyer-Quertier illustre assez bien la fragilité de leur réussite33. Il naît le 2 septembre 1820 à Etoutteville-en-Caux, près d’Yvetot. Son père, Auguste-Florentin Pouyer (1795-1873) appartient à la paysannerie aisée et a épousé Euphrasie-Félicité Quertier (1801-1871), fille du maire d’Etoutteville, lui-même gros laboureur. La sœur d’Augustin, Augustine-Euphrasie, épousera plus tard Eugène Quesnel, fabricant, cultivateur-fabricant. Quant aux filles d’Augustin, elles se marieront l’une au marquis de la Rochelambert, l’autre à un comte, qui ont en commun leur impécuniosité. A. Pouyer-Quertier a bénéficié d’une bonne instruction secondaire (il va jusqu’en mathématiques préparatoires) et effectué ensuite un long stage en Angleterre. En 1841, il se lance dans l’industrie, avec la caution de son père et quelques prêts. Il loue, avec un associé, une usine à Fleury-sur-Andelle : de taille moyenne, elle associe filature hydraulique et tissage mécanique. Son associé s’étant retiré, il décide son propre père à investir dans son affaire : Pouyer père en tirera beaucoup d’argent, puisqu’à son décès, il laisse 3,6 millions de francs de fortune.

20Disposant désormais des moyens nécessaires, Augustin Pouyer-Quertier se dote successivement de deux usines ainsi que d’un peignage de laine. La première est une filature de 15000 broches située à Perruel-sur-Andelle. Surtout, en 1859, il rachète la filature de lin de la Foudre, qu’il transforme en usine géante de coton (56000 broches). Il prend aussi des intérêts dans de nombreuses autres entreprises, tantôt dans son domaine propre d’activité – filature et tissage de coton-, tantôt appartenant à des branches très différentes, comme les chemins de fer de l’Eure ou le câble transatlantique Paris-New York. Il entre ainsi dans plusieurs conseils d’administration. En 1868, sa puissance est à son apogée : avec 106000 broches, il est le plus gros filateur de Haute-Normandie. Mais, dans les années 1880, ses affaires périclitent : en 1883, il doit constituer une SA des filatures et tissages Pouyer-Quertier. Cet apport de capitaux frais (3,3 millions de capital social) ne suffit pas. À sa mort, survenue le 2 avril 1891 à Rouen, A. Pouyer-Quertier laisse 4,5 millions de francs de succession, mais grevés d’hypothèques.

21Son itinéraire de notable accompagne celui de l’homme d’affaires : conseiller général de l’Eure dès 1852, maire de Fleury de 1854 à sa mort, député de Seine-Inférieure de 1857 à 1869, il devient administrateur de la Banque de France et membre de la chambre de commerce de Rouen. Bien en cour, ami du préfet comme de l’archevêque, il s’affiche en champion du protectionnisme. Cette attitude lui vaut de devenir ministre des Finances de Thiers en 1871. La légende veut qu’alors il ait obtenu des concessions de Bismarck à l’issue d’un duel de buveur de bière, au terme duquel ce géant prend l’avantage sur le chancelier. Mais ses prises de position et le mariage de ses filles compromettent son avenir politique : attiré par le légitimisme, il est battu aux législatives de 1885 et doit abandonner en 1891 son siège de sénateur.

Hors de Rouen, quelques hautes figures

  • 34 Chaline (J.-P.), « Octave Fauquet », ibid., p. 99-100.

22Alors que le pays de Caux apparaît dominé par les Fouquet, Lemaître et Fauquet-Lemaître, les industriels de la laine sont fortement implantés à Elbeuf et Louviers et les cotonniers fort puissants dans l’Eure. Il paraît difficile de traiter de l’industrie cotonnière en Seine-Inférieure sous le Second Empire sans évoquer, au Havre, le filateur François Courant (1800-1873), ou les grands industriels de Bolbec que sont Pierre-Abraham Fauquet-Lemaître (1787-1857) et Jean-Baptiste Lemaître (1794-1856). Leur relais est pris, une génération plus tard, à Oissel, par Octave Fauquet (1834-1895). Ce dernier naît le 31 juillet 1834 à Perruel-sur-Andelle34. Il est le second fils du filateur Louis-Frédéric Fauquet (1797-1869), lui-même issu d’une famille de fabricants en rouennerie, et d’Élisabeth-Cornélie Carrel, fille d’un marchand de tissus. Neveu du publiciste Armand Carrel, Octave Fauquet épouse le 25 novembre 1872, à Paris, sa propre cousine Marie-Gabrielle Carrel, de trois ans sa cadette et dont il aura six enfants.

23Fauquet entre jeune dans l’affaire paternelle, la société Louis Fauquet et Cie de Perruel. Il est rapidement associé à sa direction, mais s’y sent à l’étroit. En 1860, il fonde à Oissel sa propre entreprise, la société Octave Fauquet et Cie, commandite au capital de 1,6 millions de francs, autour d’une filature modèle équipée de nouvelles machines anglaises. Il y effectue d’importants investissements grâce à l’appui des frères Platt, gros industriels de Manchester et constructeurs de métiers réputés. L’usine est favorisée par son site, qui lui permet de recevoir directement son charbon par la Seine. Dès cette époque, elle compte 43000 broches self-acting mues par deux moteurs à vapeur de 120 CV pour 250 ouvriers seulement. Dès 1868, elle accède au rang de troisième filature de Seine-Inférieure. Toujours intéressé à la vieille commandite paternelle, Octave Fauquet utilise surtout ses capitaux à accroître son parc de machines et à doter sa firme d’un tissage de 745 métiers. Protectionniste convaincu, il ne manifeste cependant guère d’intérêt pour la politique. En revanche, partisan acharné du machinisme, il présente trois études sur ce thème devant la Société libre d’émulation du commerce et de l’industrie de Seine-Inférieure, qu’il préside depuis 1868 au moins. En 1878, sa notoriété professionnelle lui vaut une médaille d’or lors d’une exposition internationale, de devenir chevalier de la Légion d’honneur et d’entrer au tribunal de commerce de Rouen. Protestant, il se préoccupe du sort de ses ouvriers. Co-directeur de la Caisse d’Épargne depuis sa création en 1869, il organise dès 1876 une caisse de prévoyance et de retraite dotée par lui et destinée aux ouvriers de son usine.

  • 35 Chaline (J.-P.) et Concato (F.), « Alexandre Poussin », ibid., p. 104-105.

24L’industrie textile de Haute-Normandie ne se limite cependant pas au seul coton. La draperie domine à Elbeuf. Certains industriels connaissent une réelle prospérité sous le Second Empire à l’instar de Philippe Aubé (1801-1881), Théodore Chennevière (1800-1858), Charles Flavigny (1802-1884) et surtout d’Alexandre Poussin (1798-1869)35. Né à Saint-Aquilin-de-Pacy dans l’Eure, il a trois sœurs, dont l’une épouse un Lebaudy, et un frère de quatre ans son aîné. Avant-dernier enfant de la famille, il se marie en 1820 avec Geneviève-Désirée Bertrand, fille d’un maître-teinturier d’Elbeuf, où il s’est établi un an plus tôt. Ils ont deux garçons et cinq filles, dont deux épouseront plus tard les frères Jean-Pierre et Emmanuel Pelletier, manufacturiers à Elbeuf. À l’issue d’études faites dans un pensionnat de Verneuil, il entre comme apprenti chez Marcotte, fabricant de drap toujours à Elbeuf. En 1820, il se met à son compte dans les locaux de la maison Marcotte. Il y demeure jusqu’en 1829, date à laquelle il s’installe dans d’autres bâtiments, avec son beau-frère Alphonse Bertrand pour associé. Trois autres entreront dans la société : son fils aîné Augustin, en 1842, qui décède dès 1866, son beau-frère Amédée Bertrand, en 1844, puis son fils cadet Joseph-Alexandre en 1849. À sa mort Alexandre Poussin lègue 4,3 millions de francs de fortune. C’est en outre un notable : juge au tribunal de commerce, secrétaire de la chambre consultative des arts et manufactures, fondateur puis président de la Société industrielle, conseiller municipal, chevalier de la Légion d’honneur. Membre de sociétés savantes, catholique, il fait de nombreux legs à l’hospice ou à d’autres institutions charitables. Créateur d’un bureau de bienfaisance, il fonde puis préside les sociétés Saint-Vincent de Paul et de Bienfaisance pour l’emploi des déchets de fabrique. Il met aussi en place une caisse de retraite pour ses anciens ouvriers.

  • 36 Belhoste (J.-F.) et Mallet (J.), « François Audresset », ibid., p. 109-110.

25La laine, c’est aussi Louviers dans l’Eure. L’on y rencontre quelques industriels de premier plan : Delphis Chennevière (1796-1876), Hector Dannet (1806-1870), Paul Jeuffrain (1812-1871) et Achille Mercier (1820 [?]-1867). De tous les entrepreneurs locaux, le plus inventif est François Audresset (1800-1871)36. Fils naturel d’Anne-Geneviève Fraye, François dit Girard se marie en 1827 avec Marie-Marguerite Amanda Jamain, fille d’un cabaretier de Louviers. Le couple a quatre enfants, dont deux garçons, Jules (1827-1904) et Victor (1829-1876), tous deux associés de leur père. François Audresset entre très jeune dans l’industrie drapière lovérienne. Ayant débuté en tant que commis chez Félix Moret, un filateur de laine, en 1834, il se met à son compte. Sa filature des Rhédiers est alors la moins importante de Louviers. Même s’il apporte des améliorations aux procédés existants (invention d’une « corde boubou-dineuse» ou à boudins continus) et entreprend la fabrication de châles « mochés » il fait faillite durant la crise de 1 847-1848. Il voyage alors en France, puis à l’étranger afin de s’enquérir de nouvelles techniques et de nouveaux marchés.

26Dès 1849, repartant presqu’à zéro, il fonde avec ses deux fils, Jules et Victor, une nouvelle société. À la filature des Rhédiers, il travaille non plus la laine cardée, mais la laine peignée. Il est le premier à faire ce choix à Louviers et introduit aussitôt la peigneuse mécanique récemment inventée par Josué Heilmann. L’établissement, qui incorpore dorénavant le tissage, fabrique des articles classiques de laine peignée avec des laines d’Australie, du Pérou et du Chili : mousselines, cachemires, tissus mérinos pour châles unis. L’entreprise établit bientôt une succursale à Paris, tenue par Victor. À l’initiative sans doute de ce dernier, à partir de 1868, la société développe les fabrications de tissus cachemire des Indes. Elle est la première à promouvoir, en France, cette spécialité et en fait une quasi-exclusivité. Le succès, immédiat, nécessite la création rapide de nouveaux établissements : Saint-Souplet (Nord), La Haie-Menneresse (Nord), Crévecœur-le-Grand (Oise). Membre de la chambre des arts et manufactures de Louviers, conseiller municipal depuis 1863, F. Audresset obtient quelques récompenses lors des grandes expositions : médaille d’argent à l’Exposition universelle de 1835, médaille d’or à l’Exposition internationale de Londres de 1862. François Audresset décède à Louviers, le 2 février 1871, laissant à sa mort une fortune d’environ 3 millions de francs.

  • 37 Barjot (D.), (d’après J.-P. Chaline), « Charles Levavasseur », ibid., p. 125-126.

27L’Eure compte quelques grandes filatures. Elles sont aux mains d’hommes tels que le marquis Charles de Croix (1803-1874), Édouard Davillier (1801-1886) et son gendre Paul Champy (1826-1893), Adolphe Peynaud (1805-1870 [?]) ou les frères Thomas (1792-1869) et Frédéric Waddington (1803-1878). Parmi eux se dégage un leader, Charles Levavasseur (1804-1894)37. Il est né à Rouen du mariage du baron Jacques Levavasseur et d’une Chapais de Marivaux. Son père, d’abord négociant, ajoute ensuite à cette première activité celle d’armateur et de filateur. Né en 1801, James, frère aîné de Charles, devient lui aussi manufacturier, puis propriétaire et se marie avec une Fontenilliat. Charles épouse en 1834 Marie-Angélique Caroiller de Vandeuil. Elle lui donne trois enfants : Denis-Charles Arthur, qui reprendra le titre de baron, Paul-Jacques et Léonce-Eugène qui, tous trois, vivront de leurs propriétés. Le baron Jacques initie très tôt son fils à la pratique des affaires : dès 1820, il travaille dans les deux filatures de Rouen et celle acquise en 1822 par son père à Radepont. À sa mort, en 1842, le baron confie à son aîné les filatures de Rouen et au cadet l’usine de Radepont.

28Charles hérite alors d’une fortune considérable, car son père disposait probablement du revenu le plus élevé de toute la Seine-Inférieure. Il réinvestit ces capitaux dans la modernisation de son entreprise. Cette même année 1842, à la suite d’un incendie de la filature, il introduit la self-acting à Radepont, prenant du même coup une sérieuse avance sur ses concurrents régionaux, hormis Pouyer-Quertier. En 1859, il décide de créer une seconde usine de 72000 broches, chiffre énorme pour l’époque. Grâce à ce gros investissement, il reste, jusqu’à la fin du Second Empire au moins, le troisième filateur normand, non loin derrière Pouyer-Quertier et Martin, et l’un des principaux tisseurs de la région. Catholique, il se lance tôt en politique. D’abord candidat d’opposition au régime de la monarchie de Juillet, il est cependant élu député de Dieppe en 1847, comme candidat modéré en 1848, puis officiel sous Napoléon III. Écarté ensuite au profit de Pouyer-Quertier, il reste toutefois conseiller général. Viscéralement libéral, il témoigne d’une grande modération dans sa condamnation du traité franco-britannique de 1860. À son décès, il lègue à ses héritiers une fortune colossale : 32 millions de francs.

En Basse-Normandie, de grands notables industriels

  • 38 Barjot (D.), « Le patronat bas-normand à l’époque du Second Empire », dans le Bulletin de la sociét (...)
  • 39 Désert (G.), « La modernisation de l’industrie falaisienne au xixe siècle », dans les Actes du 89e (...)
  • 40 Leménorel (A.), « Méry-Samson », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 150-151. Dupré (P. (...)

29L’on ne trouve pas, en Basse-Normandie, d’industriels de la dimension de Levavasseur ou Pouyer-Quertier38. Néanmoins, il y existe de grands notables industriels. Tel est le cas dans le Calvados39. Il s’agit plutôt de lainiers, à l’instar d’Auguste-Pierre Duchesne-Fournet (1809-1859), d’Adrien Gillotin (1810-1873), de Jules Juhel-Desmares (1806-1870 [?]) ou de Méry-Samson (1810-1875 [?]). Ce dernier apparaît comme le maître de l’industrie de Lisieux40. Installé dès 1829, il figure, en 1840, au second rang des établissements derrière Jean-Lambert Fournet (1790-1871). Il renforce par la suite ses positions, par acquisitions successives ou associations (ainsi en 1859 avec son gendre et son fils). En 1866, il possède, à Lisieux ou dans ses environs, un grand établissement lainier, comprenant filature et tissage, deux filatures de lin et un tissage de toiles à la mécanique. Tout en se diversifiant il se réoriente en fait de plus en plus vers le lin, laissant l’activité drapière à son fils et à son gendre. Par manque de capitaux ou, plutôt, par grande prudence, il pratique la location : dès 1844 avec une filature de laine, puis à nouveau, en 1855, pour deux établissements. En 1864, il emploie 580 ouvriers dans ses seuls établissements ; en 1867, l’effectif atteint 1200 à 1 500, si l’on y ajoute les activités linières. En 1875, la famille Méry-Samson paie la plus forte patente de Lisieux. Membre de la chambre de commerce, conseiller municipal et conseiller d’arrondissement, Méry-Samson est un partisan de l’empereur, ce qui lui vaut la Légion d’honneur. Mais son rayonnement demeure local. De plus, après sa mort, ses descendants réinvestissent les profits tirés de l’industrie dans l’acquisition des meilleures terres du Lieuvin. Ils représentent ainsi une sorte d’archétype du patronat bas-normand.

  • 41 Auffret (M.), L’Industrie linière en Normandie au xixe siècle, thèse, Le Mans, 1969 ; « Le patronat (...)
  • 42 Leménorel (A.), « Jean-Lambert Fournet », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 153-154.

30Du côté des industriels du lin, les noms les plus importants sont Jean-Lambert Fournet ainsi que les frères Alexandre (1813-vers 1870 [?]) et Eugène (1814-vers 1880 [?]) Laniel41. Le premier naît à Lisieux en septembre 179042. Fils d’un marchand de draps, il épouse en 1817 Aimée Brochaye, fille d’un manufacturier lainier de Lisieux. Formé au commerce textile dès l’âge de quinze ans dans la maison paternelle, il devient industriel en 1825 en créant, toujours à Lisieux, une fabrique de draps. De son mariage, il obtient trois enfants. Né en 1820, mais décédé dès 1843, Édouard, son seul fils, n’aura pas le temps de s’associer à son père. Marie-Céline, née en 1817, épouse en 1839 son cousin germain Auguste-Pierre Duchesne, qui prend dès lors le nom de Duchesne-Fournet. Amélie, la cadette, s’unit à Charles Herbet, puis Herbet-Fournet, qui exerce les fonctions de consul, puis d’ambassadeur et de conseiller d’État. S’il n’a pas été le premier à introduire la machine à vapeur à Lisieux, mise en service pour la première fois en 1846, Jean-Lambert Fournet assure, en 1870, environ le tiers de la fabrication de toiles de lin dans le Calvados. À sa mort, il laissera son usine d’Orival à son petit-fils Paul Duchesne-Fournet. Au cours de sa carrière, J.-L. Fournet devient président de la chambre de commerce de Lisieux, mais aussi conseiller municipal, en 1830, maire de Lisieux en 1847-1848, puis conseiller général de 1861 à 1870. Très hostile au traité de commerce de 1860, il doit attendre 1863 pour devenir officier de la Légion d’honneur. Présent à l’Exposition universelle de 1867, il laisse, à son décès, la réputation d’un industriel soucieux de la qualité de ses produits.

  • 43 Quellien (J.), « Hippolyte Rangeard de la Germonière », ibid., p. 172-173.

31Dans la Manche, l’on rencontre également un gros filateur, de coton cette fois : Hippolyte Rangeard de la Germonière (1807-1887)43. Né à Vouvray (Indre-et-Loire) en novembre 1807, il est fils d’un commissionnaire général de la Marine en poste à Rochefort. Son grand-père maternel avait été maire de Tours. En 1834, H. Rangeard de la Germonière épouse sa propre nièce, Madeleine-Félicité Fontenilliat. Licencié en droit, il préfère les affaires au métier d’avocat. Dès 1830, il devient l’associé de son beau-père, Édouard Fontenilliat, qui dirigeait depuis quelques années la filature du Vast. À partir de 1834, il se charge de toute la partie commerciale, notamment du bureau de Rouen, où l’entreprise écoule la plus grande partie de sa production. Sa réputation lui vaut de siéger à la chambre et au tribunal de commerce de Rouen. Monarchiste libéral, il participe au banquet réformiste de 1847 à Rouen. Représentant de la Seine-Inférieure à l’Assemblée constituante en 1848, membre du Centre droit, réélu en 1849, il s’oppose au coup d’État du 2 décembre 1851 et, à ce titre, est incarcéré un temps au Mont-Valérien. Il abandonne dès lors toute activité politique jusqu’à la chute du Second Empire pour se consacrer à son entreprise d’abord aux côtés d’É. Fontenilliat, puis seul à partir de 1858. Vers 1860, il emploie plus de 500 personnes logées pour la plupart dans des cités qu’il fait construire pour eux non loin de la filature. Il crée en outre une caisse de secours mutuels destinée aux ouvriers malades ou accidentés ainsi qu’aux vieux travailleurs. Après la chute de Napoléon III, en 1871, il est élu député de la Manche, mais échoue en 1876 contre le vicomte de Tocqueville. Associé à son fils Edmond, il continue l’exploitation de sa filature jusqu’en 1886, date à laquelle tous deux doivent cesser leur activité devant l’âpreté de la concurrence. Hippolyte Rangeard de la Germonière meurt en janvier 1887 au Vast, laissant 1,5 millions de francs de fortune.

  • 44 Collin (J.-C.), « Frédéric Retour », ibid., p. 187-188.

32L’Orne apparaît de son côté comme une zone privilégiée pour le tissage. C’est à la Ferté-Macé que l’on trouve les plus gros entrepreneurs. Ils ont pour noms Joseph Barre-Ledonne (1815-1884), Frédéric Retour (1824-1877) et François Salles (1792-1875). Le second s’impose comme le leader44. Né en 1824 dans un village proche de la Ferté-Macé, Frédéric Retour prend en main, en 1852, l’affaire de son père, tisserand fabricant depuis 1824. Associé à son frère, dès 1852, au sein de la société Retour Frères, il exploite deux fabriques, l’une à la Ferté-Macé, l’autre à Ambrière (Mayenne) ainsi qu’une maison de commerce à Nîmes, où se trouvent un certain nombre d’entreprises concurrentes. Sa réussite rapide se traduit par son mariage, en 1854, avec Élisa Lehugeur, fille d’un industriel flérien. En 1861, il acquitte la plus forte patente flertoise. Surtout, dès 1863, les deux frères décident de construire un tissage mécanique, opérationnel deux ans plus tard. Pour l’équiper, Frédéric Retour fait le voyage d’Angleterre en vue de se renseigner sur les machines les plus productives : il acquiert deux machines à vapeurs, l’une en 1865, l’autre en 1868. En 1874, il emploie 250 ouvriers, à quoi s’ajoutent 700 tisserands à domicile disséminés dans les campagnes environnantes et une blanchisserie. Notable respecté, il est membre de la chambre des arts et manufactures. Conseiller municipal, il s’engage de façon délibérée en faveur de l’arrivée du chemin de fer. Républicain conservateur, il refuse de céder à la grève, mais pratique un actif paternalisme efficace. Il meurt en septembre 1871, laissant une fortune d’environ 2 millions de francs.

  • 45 Lenhof (J.-L.), « Un exemple de transition avortée dans le textile normand du xixe siècle (étude de (...)

33L’on doit enfin mentionner Louis-Christophe Richer-Lévêque (1800-1872)45. Fils de cultivateur, né à Saint-Rigomer-des-Bois, dans la Sarthe, Louis-Christophe Richer épouse en janvier 1828 Monique-Thérèse Lévêque et, à la mort de ses parents, hérite d’une grosse exploitation. Mais, à cette époque, il s’est déjà établi comme ramasseur et blanchisseur de toiles rurales fabriquées sur métiers à bras. En 1839, il implante à Ozé, faubourg d’Alençon, une filature mécanique de chanvre, la première de ce type à avoir été créée en France. Il en confie la direction à l’Anglais Terry, qui fait venir des ouvriers britanniques et installer des machines à filer à sec importées d’Écosse ou construites à Lille par les établissements Windsor, sur le modèle conçu par Terry lui-même. Négociant en toiles, Richer-Lévêque est également un important fabricant : en 1855, tant à Alençon et ses environs que dans le reste de l’Orne et la Sarthe, il fait travailler près de 1500 tisserands à domicile. Exploitée successivement par plusieurs sociétés, toutes dirigées en fait par Richer-Lévêque, l’usine d’Ozé emploie de grandes quantités de chanvre, provenant en majeure partie du département de la Sarthe. Disposant par ailleurs d’un moulin hydraulique à piler le chanvre, en 1853, Richer-Lévêque établit une seconde filature de 1400 broches à Yoré-l’Évêque, près du Mans, mue hydrauliquement. Exploitée par la société Grêlé et Thoury, Richer-Lévêque en reste probablement le commanditaire. Peu présent dans les expositions, Richer-Lévêque est néanmoins un notable d’Alençon : membre de la commission municipale entre mars et septembre 1852, il devient alors conseiller municipal et le reste jusqu’en 1869. Il préside également le tribunal de commerce de 1857 à 1859, puis entre 1863 et 1869.

***

  • 46 Barjot (D.), « Les entrepreneurs du Second Empire : un premier bilan », dans Eliten in Deutschland (...)
  • 47 Kaelble (H.), « Le changement structurel de l’emploi en Europe aux xixe et xxe siècles », dans « In (...)

34L’on ne retrouve certes pas, en Normandie, les mêmes dynasties pluriséculaires qu’en Alsace46. Néanmoins, il ne semble pas que l’on puisse opposer aussi nettement qu’a pu le faire Claude Fohlen patronat alsacien et patronat normand. C’est tout au moins la conclusion à laquelle conduit l’enquête prosopographique lancée, à partir de 1984, par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine sur les entrepreneurs français du Second Empire. Il est certes probable que le souci de s’élever dans la société et d’y favoriser l’ascension des enfants a poussé nombre de patrons normands vers l’investissement foncier, l’acquisition d’un château et la recherche pour les enfants de carrières administratives ou de professions libérales jugées plus honorables. Néanmoins, l’on a minimisé sans doute les raisonnements purement économiques : l’époque du Second Empire s’est traduite par une prospérité agricole sans précédent, qui faisait du placement foncier, surtout dans une région agricole aussi riche que la Normandie, un investissement hautement rentable. Il convient aussi de ne pas oublier le rôle de la conjoncture économique : la crise cotonnière, jointe à l’ouverture des frontières, a révélé brutalement la fragilité de l’aventure industrielle, à une époque où s’achevait la mise en place d’un réseau ferroviaire national. Le choc a pu rompre l’élan entrepreneurial et, devant la multiplication des faillites, convaincre nombre de chefs d’entreprises à décourager leurs enfants d’imiter leurs pères. Enfin l’on a trop longtemps assimilé industrialisation et emplois secondaires : l’on sait aujourd’hui, avec Hartmut Kaelble, que la croissance industrielle a créé au moins autant d’emplois tertiaires que d’emplois secondaires47. Comment dès lors s’étonner de voir des fils de paysans devenus industriels pousser leurs enfants vers les services plutôt que l’industrie ?

  • 48 La thèse assimilant le comportement de l’entrepreneur français au malthusianisme économique a été d (...)

35De plus, il n’existe pas de modèle unique du patronat normand, comme d’ailleurs du patronat français48. L’on a souligné en introduction l’opposition entre traditionalistes attachés à la qualité de produits éprouvés et innovateurs tenants notamment de la mécanisation. Mais il existe encore d’autres lignes de clivage. Le milieu indienneur offre l’exemple de lignées dynastiques que ne démentirait pas l’Alsace, tandis que chez les cotonniers hauts-normands, si l’on observe bien l’attirance pour l’investissement foncier, se produit aussi un mouvement de concentration au profit de quelques grandes familles présentant toutes les caractéristiques des dynasties (ainsi les Courant au Havre ou les Waddington dans l’Eure). L’opposition ne tient pas qu’au métier, elle apparaît forte entre les deux Normandie. La Haute-Normandie représente encore vers 1860 le plus important pôle textile français, même si l’Alsace ou le Nord sont des concurrents redoutables : l’industrie s’y rationalise, plus qu’elle ne perd pied, l’ébranlement essentiel venant plus tard, dans les années 1880. Les dynasties industrielles n’en sont donc pas absentes. À l’inverse, en Basse-Normandie, l’industrie présente un caractère beaucoup plus diffus, mais aussi fragile, du fait de l’absence du même réseau de transport qu’en Haute-Normandie : pas de grand port, absence de voie d’eau suffisante, desserte ferroviaire plus restreinte en trafic et de rentabilité bien moindre. Le coût de l’énergie y est beaucoup plus élevé, qui freine l’adoption de la vapeur. Le risque est grand pour ceux qui n’innovent pas, d’où la prépondérance de comportements spéculatifs incitant les entrepreneurs à se retirer une fois fortune faite. En définitive, l’hypothèse qu’il conviendrait d’approfondir est qu’il existe d’une part un patronat haut-normand, de l’autre un patronat du grand Ouest, duquel relèvent les chefs d’entreprises bas-normands.

Notes

1 Barjot (D.), Histoire économique de la France au xixe siècle, Nathan, Paris, 1995. Caron (F.), Histoire économique de la France : xixe-xxe siècle, A. Colin, Paris, 1995.

2 Fohlen (C.), L’Industrie textile au temps du Second Empire, Plon, Paris, 1956.

3 Pour une prosopographie des élites françaises : xvie-xxe siècles, IHMC, Paris, 1979. Charle (C.), Nagle (J.) et Perrichet (M.), Prosopographie des élites françaises (xvie-xxe siècles). Guide de recherche, IHMC, Paris, 1980.

4 Les Patrons du Second Empire, sous la direction de D. Barjot, Picard, Paris/Cénomane, Le Mans, 1991, t. 1 (« Anjou, Normandie, Maine »).

5 Caron (F.), Le Résistible Déclin des sociétés industrielles, Perrin, Paris, 1985.

6 Hau (M.), L’industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Association de publications près les universités de Strasbourg, Strasbourg, 1987.

7 Barjot (D.), « Introduction », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 13-34.

8 Leménorel (A.), « L’impossible révolution industrielle ? Économie et sociologie minières en Basse-Normandie, 1800-1914 », dans les Annales de Normandie, Caen, 1988, cahier 21 ; « Pourquoi la Basse-Normandie s’est-elle désindustrialisée au xixe siècle ? », dans L’Information Historique, 1985, 47, no 5, p. 183-192 ; « Facteurs et processus de désindustrialisation à l’époque contemporaine dans le Grand-Ouest français : l’exemple de la Basse-Normandie», dans De-Industrialisation in Europe, 19th-20th centuries, édition dirigée par M. Hau, Fundacion Fomento de la Historia Economica, Madrid, s. d., p. 109-125.

9 Crouzet (F.), « Essai de construction d’un indice annuel de la production industrielle française au xixe siècle », dans les Annales ESC, 1970, 25, p. 59-99. Bourguignon (F.) et Lévy-Leboyer (M.), L’Économie française au xixe siècle. Analyse macro-économique, Économica, Paris, 1985.

10 Barjot (D.), « Déclin industriel, mutation des marchés et esprit d’entreprise : le cas de la Normandie au milieu du xixe siècle », dans De-Industrialisation in Europe, 19th-20th centuries, op. cit., p. 83-97.

11 Leménorel (A.), Les Conditions de l’industrialisation en Basse-Normandie : mines et mineurs de 1800 à 1914, thèse, Caen, 1983. Dornic (F.), Le Fer contre la forêt, Ouest-France, Rennes, 1984.

12 Belhoste (J.-F.), « Le patrimoine industriel dans le département de l’Eure (xviie-xixe siècles) », dans Croissance de l’Eure, 47-48, 1983, p. 3-31. Lecœur (E.), Les Fonderies de Romilly-sur-Andelle, mémoire de maîtrise, Rouen, 1995. Richard (G.), « Les fonderies de Romilly-sur-Andelle et les débuts de la métallurgie non ferreuse en Haute-Normandie (1782-1850) », dans les Actes du 88e Congrès national des sociétés savantes, section d’histoire moderne et contemporaine, CTHS, Paris, 1963, p. 451-467.

13 Bergeron (L.), « Permanence et renouvellement du patronat », dans Histoire de la France et des Français, sous la direction de Y. Lequin, A. Colin, Paris, 1986, t. 2 (« La société »), p. 193-292.

14 Maillard (J.-M.), La Révolution industrielle au Havre (1860-1914), thèse, Rouen, 1976.

15 Suzuki (H.), L’Évolution de l’industrie cotonnière dans la région rouennaise au xixe siècle (1789-1880), thèse, Rouen, 1969.

16 Voir en particulier la très remarquable thèse de J.-L. Lenhof, Quand se tissait la ville des classes moyennes : impasses industrielles et réussites sociales en Alençon au xixe siècle, Caen, 1998.

17 Les Entrepreneurs de Normandie, du Maine et de l’Anjou à l’époque du Second Empire, sous la direction de D. Barjot, dans les Annales de Normandie, 1988, numéro spécial, 2-3.

18 Belhoste (J.-F.), « La société Roy et Duval ou Société des Forges et Fonderies de l’Eure. Survivances et adaptation », dans Croissance de l’Eure, op. cit., p. 175-180.

19 Dufresne (G.), « Deux grands industriels du coton au Second Empire : Thomas et Frédéric Waddington. Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loire) et Rouen (Seine-Maritime) », ibid., p. 99-103.

20 Manneville (P), « Les négociants protestants havrais en 1855 », ibid., p. 131-136.

21 Alexandre (A.), « Le patronat de la vallée du Cailly », ibid., p. 137-144.

22 Collin (J.-C.), « Cent trente fabricants fertois vers 1860 », ibid., p. 145-153.

23 Chaline (J.-P.), Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Presses de la FNSP, Paris, 1982.

24 Belhoste (J.-F.), « L’évolution de la fabrique et le renouvellement du patronat à Louviers au xixe siècle », dans Les Entrepreneurs de Normandie, du Maine et de l’Anjou à l’époque du Second Empire, op. cit., p. 187-192.

25 Chassagne (S.), Le Coton et ses patrons. France, 1760-1840, EHESS, Paris, 1991.

26 Chaline (J.-P), « Les industriels normands : un patronat sans dynastie », dans Le mouvement social 1985, 132, p. 43-57.

27 Chassagne (S.), op. cit.

28 Chaline (J.-P.), « Idéologie et modes de vie du monde patronal bas-normand sous le Second Empire », op. cit., p. 193-204.

29 Barjot (D.), « Introduction », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 13-34.

30 Barjot (D.), « Les entrepreneurs de Normandie, du Maine et de l’Anjou : bilan d’une enquête », dans Les Entrepreneurs de Normandie, du Maine et de l’Anjou à l’époque du Second Empire, op. cit., p. 215-259.

31 Chaline (J.-P), Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, op. cit.

32 Barjot (D.), (d’après J.-P. Chaline et S. Chassagne), « Henry Barbet », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 37-38.

33 Barjot (D.), (d’après J.-P. Chaline), « Augustin Pouyer-Quertier », ibid., p. 53-55.

34 Chaline (J.-P.), « Octave Fauquet », ibid., p. 99-100.

35 Chaline (J.-P.) et Concato (F.), « Alexandre Poussin », ibid., p. 104-105.

36 Belhoste (J.-F.) et Mallet (J.), « François Audresset », ibid., p. 109-110.

37 Barjot (D.), (d’après J.-P. Chaline), « Charles Levavasseur », ibid., p. 125-126.

38 Barjot (D.), « Le patronat bas-normand à l’époque du Second Empire », dans le Bulletin de la société historique et archéologique de l’Orne, 1994, 112, no 3-4, p. 97-108.

39 Désert (G.), « La modernisation de l’industrie falaisienne au xixe siècle », dans les Actes du 89e Congrès national des sociétés savantes, section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, CTHS, 1965, 2, p. 761-786.

40 Leménorel (A.), « Méry-Samson », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 150-151. Dupré (P.), « Évolution du patrimoine industriel de la vallée de l’Orbiquet », dans « Études sur le patrimoine industriel en Normandie », dans les Annales de Normandie, 1982, numéro spécial, p. 209-235.

41 Auffret (M.), L’Industrie linière en Normandie au xixe siècle, thèse, Le Mans, 1969 ; « Le patronat linier normand 1860-1914 », dans les Annales de Normandie, 1, 1981.

42 Leménorel (A.), « Jean-Lambert Fournet », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 153-154.

43 Quellien (J.), « Hippolyte Rangeard de la Germonière », ibid., p. 172-173.

44 Collin (J.-C.), « Frédéric Retour », ibid., p. 187-188.

45 Lenhof (J.-L.), « Un exemple de transition avortée dans le textile normand du xixe siècle (étude de micro-histoire industrielle) », dans De-Industrialisation in Europe, 19th-20th centuries, op. cit., p. 53-66. Voir aussi Barjot (D.), « Louis-Christophe Richer-Lévêque », dans Les Patrons du Second Empire, op. cit., p. 198-200.

46 Barjot (D.), « Les entrepreneurs du Second Empire : un premier bilan », dans Eliten in Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert. Strukturen und Beziehungen, édition dirigée par R. Hudemann, Oldenbourg, Munich, 1994, p. 137-152.

47 Kaelble (H.), « Le changement structurel de l’emploi en Europe aux xixe et xxe siècles », dans « Industrialisation et société en Europe occidentale (1880-1970) : nouveaux aperçus », dans Histoire, Économie et Société, sous la direction de D. Barjot et E. Bussière, numéro spécial, 1998, 1, p. 13-37.

48 La thèse assimilant le comportement de l’entrepreneur français au malthusianisme économique a été d’abord développée par des auteurs anglo-saxons. Voir notamment : Landes (D.-S.), « French entrepreneurship and industrial growth in the nineteenth century », dans Journal of Economic History, 1949, 9, no 1, p. 45-61 ; « Social attitudes, entrepreneurship, and economic development : a comment », dans Explorations in Economie History, 1953-1954, 6, p. 245-272. Cette thèse n’est plus admise aujourd’hui, même si certains entrepreneurs, en Normandie notamment, répondent à ce modèle.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search