Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Première partie. Unité ou diversité ?

Revues et élites au xixe siècle

Thomas Loué

Texte intégral

  • 1 Blum (L.), À l'échelle humaine, Gallimard, Paris, 1971 [1re édition en 1945], p. 74.

1En 1945 Léon Blum s’interrogeait sur l’effacement d’une culture d’élite dont les revues avaient largement participé : « Ce qu’on appelait au siècle dernier la bourgeoisie éclairée a disparu ; nous n’avons plus sous nos yeux qu’une bourgeoisie ignorante. Elle ne fournit plus du public aux œuvres dont la compréhension exige une somme acquise de connaissances. Des revues qui, comme celles du siècle dernier, prendraient la vulgarisation à un niveau un peu élevé, ne trouveraient plus de lecteurs : nous voyons quel genre de magazines ont pris leur place. »1

  • 2 Plessis (A.), « Une France bourgeoise », dans Histoire de la France. Les formes de la culture, sous (...)
  • 3 Bourdieu (P.), « Sur le pouvoir symbolique », dans les Annales ESC, 1977, 32, p. 405-411.

2C’est l’homme politique qui réfléchit sur les causes de la défaite de 1940 mais c’est en même temps l’ancien critique de la Revue Blanche, qui se souvient du temps des grandes revues littéraires et politiques. La liaison implicite que Blum indique entre revues et bourgeoisie renvoie à l’image d’une France bourgeoise2 au sein de laquelle les revues constituent un ensemble socioculturel structuré mais aussi structurant, façonnant en fait des instruments symboliques3. On songe à la Revue des Deux Mondes, à la Revue de Paris, à la Nouvelle Revue, à la Revue Bleue, à la Revue Hebdomadaire, à la Grande Revue, mais aussi au Mercure de France ou à la Revue Blanche. Au-delà du lien que trace Blum, certains éléments relient plus explicitement revues et élites bourgeoises : la forme de l’abonnement tout d’abord qui, à la Belle Époque, demeure la règle d’appropriation de l’imprimé non quotidien, héritage du premier xixe siècle, alors même que s’impose massivement la vente au numéro du quotidien. Le prix ensuite, qui demeure relativement élevé, alors que la tendance est à la baisse pour la majeure partie des imprimés. En bref, cette fin de siècle à laquelle songe Blum, où les revues connaissent une sorte d’apogée, renvoie en fait au temps de la fixation des normes matérielles de ces périodiques, c’est-à-dire à la première moitié du xixe siècle.

3En second lieu, l’on sait combien la notion de bourgeoisie évoquée par Blum renvoie à des réalités variées. Sans entrer dans les problématiques d’une « France bourgeoise », il faut néanmoins s’interroger sur cette notion d’élite qui implique une forme de domination et donc de distinction. Comment se composent ou sont représentées ces élites que l’on associe intuitivement aux revues littéraires et politiques ?

  • 4 Martin du Gard (R.), Les Thibault, Gallimard, Paris, 1948 [1re édition en 1922], 1, p. 12.
  • 5 Guilloux (L.), Le Sang noir, coll. Folio, Gallimard, Paris, 1990 [1re édition en 1935].
  • 6 Goblot (E.), La Barrière et le niveau, étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Gér (...)

4Or entre Oscar Thibault, modèle du grand bourgeois parisien, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, chroniqueur à la Revue des Deux Mondes4 et M. Babinot, petit notable de Saint-Brieuc, gardien consciencieux de la bibliothèque municipale abonnée à cette même Revue des Deux Mondes que viennent lire, je cite, « deux ou trois vieilles rombières à la Goya avec des cols montants à baleine et des gueules vertes »5, entre le héros de Roger Martin du Gard et celui de Louis Guilloux, dis-je, on dispose de deux figures dissemblables mais complémentaires d’élites liées à la Revue des Deux Mondes. La première, parisienne et intellectuelle, partie prenante de la rédaction, l’autre provinciale et au capital culturel moindre, partie prenante de la réception, c’est-à-dire d’une autre forme de la construction de l’objet. La distance entre Thibault et Babinot fait transparaître toute la difficulté à cerner les relations entre une forme imprimée et l’environnement social dont on ne peut pourtant la détacher. Entre la grande bourgeoisie parisienne et la bourgeoisie provinciale, y aurait-il une continuité culturelle ou intellectuelle qu’un objet symbolique comme la Revue des Deux Mondes serait à même de construire ? Faut-il introduire ici les logiques de la distinction qu’Edmond Goblot place au premier chef dans son analyse de la bourgeoisie6 ?

5Cette complexité est accrue mais aussi éclairée par l’analyse du temps long qui met en valeur le passage d’une société censitaire parce qu’élitaire au temps de Louis-Philippe à une société dans laquelle les élites sont conçues dans et par le mouvement démocratique, sous la Troisième République. Dans un cas comme dans l’autre, les revues sont un élément structurant de l’espace public et comme telles sont à replacer dans l’évolution globale de celui-ci.

6Je prendrai pour fil conducteur de cet exposé la Revue des Deux Mondes parce que c’est celle que je connais le mieux, mais aussi parce qu’elle occupe dans l’espace socioculturel du xixe siècle une place à part, à la fois archétypale et paradoxalement anormale. Entre les élites intellectuelles qui construisent le sens du discours et les élites sociales qui forment l’environnement réceptif, je voudrais montrer comment apparaît et évolue cet espace incertain des revues. Je voudrais essayer de montrer qu’on ne peut dissocier les logiques de production intellectuelles de celles de leur mise en circulation dans la mesure où les secondes, par leur force endogène, conditionnent souvent les premières. En effet, le schéma « production-diffusion-réception » est fragile parce que le discours ne prend sens que dans la médiation qui le supporte, parce qu’il ne prend un sens que par le lecteur qui se l’approprie et enfin parce que le lectorat est souvent déterminé par l’objet médiatique qui le constitue. On peut ainsi poser l’hypothèse que la création intellectuelle n’est pas autonome et n’a de réalité historique identifiable que dans sa publicité, c’est-à-dire dans une logique médiatique. L’analyse des formes institutionnelles d’où émerge la production intellectuelle est donc fondamentale.

7Je procéderai ici en deux temps. D’abord en interrogeant le monde des revues dans ce qu’on pourrait appeler un « ancien régime » littéraire puis en étudiant les changements induits, après 1881, par la construction d’un espace public républicain.

Les revues dans « l’ancien régime littéraire »

Les trois sources de l’univers des revues

8Les logiques du champ imprimé restent jusqu’en 1881 en grande partie soumises à la contrainte du pouvoir, avec, selon les périodes, un assouplissement ou bien un durcissement de ses conditions d’existence. Ainsi, au temps du ministère Martignac, après juillet 1830 comme après février 1848, voit-on une extension considérable du nombre de titres et à l’inverse, après les lois de septembre 1835 ou d’août 1848, un resserrement du champ imprimé. Dans cet environnement directement soumis à la contrainte du pouvoir, on peut globalement distinguer trois sources auxquelles s’alimente le courant revuiste qui, à partir des années 1840 s’érige en espace autonome. D’abord, des éditeurs qui, afin de répondre aux difficultés économiques de leur profession, notamment vers 1825-1826, se lancent dans l’édition de revues. La famille Dondey-Dupré, le libraire Sautelet en sont de bons exemples. Ensuite, il y a les exigences du débat public qui imposent dans l’univers imprimé des périodiques non quotidiens : la création du Globe en 1824, celle de la Revue de France en 1828 par exemple, dont les éditeurs installés sont du reste parfois partie prenante. Enfin, c’est aux marges de l’univers imprimé institutionnalisé que des tentatives voient le jour, à travers les expériences d’individus aux trajectoires souvent complexes, qui savent profiter des occasions offertes par l’instructuration du monde des revues. C’est parce que ce dernier n’est encore que peu institutionnalisé que des personnalités comme Louis Véron, Amédée Pichot, François Buloz ou Pierre Leroux réussissent à s’imposer en consolidant ce qui, au début, ne sont que de petits périodiques au statut incertain. La Revue de Paris, la Revue Britannique ou la Revue des Deux Mondes connurent ensuite des trajectoires différentes.

L’incertain des contours

9Sous la monarchie constitutionnelle, les revues s’adressent à un public relativement restreint. Les abonnés d’une revue dépassent très rarement, pour les plus importantes, le nombre de 1 000 à 2 000. Cela leur permet d’exister, parfois de durer, mais l’éphémère et les transformations permanentes demeurent la norme. Cela illustre d’ailleurs l’incertitude de l’environnement que renforce la porosité entre le monde des revues, celui de l’édition et celui de la presse quotidienne. François Buloz, directeur-gérant de la Revue des Deux Mondes, par exemple, se lança dans l’édition en volume dans les années 1830 en éditant notamment les œuvres complètes de George Sand. Mais, cette porosité se manifeste surtout lorsqu’Émile de Girardin introduit en 1836 la formule du journal à 40 francs en publiant des romans en feuilleton, c’est-à-dire en venant chasser directement sur les terres des revues et surtout en en publiant les auteurs. La bataille qui fit rage alors entre Girardin et Félix Bonnaire, l’associé de Buloz et directeur de la Revue de Paris, s’acheva par la disparition de celle-ci en mai 1844 après qu’elle eut tenté de se rapprocher de la périodicité du quotidien. Du reste, c’est contre le roman-feuilleton que Sainte-Beuve publia dans la Revue des Deux Mondes son fameux article contre la littérature industrielle en fixant pour ainsi dire le credo de la critique littéraire de la Revue des Deux Mondes, c’est-à-dire du « bon goût », inlassablement repris ensuite, en s’adaptant aux circonstances, jusqu’à Ferdinand Brunetière et René Doumic.

La Revue des Deux Mondes et les autres

10Pendant un demi-siècle, des années 1830 aux années 1880, la Revue des Deux Mondes connaît une évolution exceptionnelle. À partir des années 1840-1850, elle se trouve dans une position de quasi-hégémonie dans le monde des revues. Elle passe de 350 abonnés en 1831, lorsque François Buloz en devient le rédacteur en chef, à près de 25000 au début des années 1880, c’est-à-dire qu’elle dépasse alors la majeure partie des titres quotidiens. C’est sous le Second Empire que se produit le décollage pour des raisons diverses que je n’aborderai pas ici. La construction de cette puissance institutionnelle se traduit dans le domaine économique : les recettes dépassent dans les années 1870 le million de francs tandis que les bénéfices s’élèvent au-delà des 500 000 francs par an. Cette puissance qui s’est construite dans la durée lui permet de résister sans difficulté à toutes les tentatives pour la limiter. Ces tentatives proviennent d’abord de l’État avec la Revue Nouvelle soutenue par Guizot en 1845, puis avec la Revue Contemporaine à partir de 1856, revue fondée par le marquis de Calonne et soutenue par Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique. La concurrence privée est encore moins à même de bousculer la position de la Revue des Deux Mondes, ainsi que le montre l’échec relatif de la Revue indépendante, créée en 1841 par George Sand, Pierre Leroux et Louis Viardot.

  • 7 Barbey d’Aurevilly (J.), Monsieur Buloz, dans Le Figaro, 30 avril 1863 puis chez Séquences, Rezé, 1 (...)

11Qu’on l’apprécie ou non, la Revue des Deux Mondes est une référence à peu près incontournable à l’époque dans la carrière d’un homme de lettres ou d’un universitaire. Qu’on l’exècre, comme Jules Barbey d’Aurevilly ou qu’on y adhère, on ne peut en tout cas l’ignorer. L’auteur du Chevalier des Touches abhorrait Buloz et sa revue mais au bout du compte ne pouvait que lui reconnaître cette incontournabilité : « C’est une des plus désagréables puissances de ce temps-ci ; mais, il faut bien en convenir, quoique le cœur en saigne pour l’honneur de l’esprit français, c’est une puissance. Il a réussi et il a duré. Il a bâti ce gros pignon sur rue littéraire qui s’appelle la Revue des Deux Mondes... »7

  • 8 Renan (E.), Œuvres complètes, sous la direction de H. Psichari, Calmann-Lévy, Paris, 1961, t. 10 (« (...)

12Buloz eut beau jeu de faire remarquer qu’il avait rejeté auparavant un manuscrit de Barbey d’Aurevilly. L’incontournabilité de la Revue des Deux Mondes était telle que François Buloz considérait le premier article comme un droit d’entrée dans la revue et donc ne le rémunérait pas. Et c’est là l’autre conséquence de cette exceptionnalité. François Buloz cherche à attirer à lui l’ensemble des élites intellectuelles, en repoussant les cas trop compromettants, à travers une stratégie captive, en tout cas une stratégie d’auteur, par laquelle il tente de limiter les alternatives de publication de ces derniers. Le cas d’Ernest Renan est éclairant parce qu’il fournit un bon contre-exemple. Lui dont le capital symbolique est alors très fort, qui possède une légitimité universitaire incontestable qui lui permet de résister à Buloz, écrit le 15 avril 1853 : « [...] Je suis toujours en suspens avec la Revue des Deux Mondes. Ces messieurs voudraient faire de moi comme de leurs rédacteurs habituels, une espèce de cheval d’omnibus, un scribe bon à tout et parlant de tout selon les idées de M. Buloz. C’est une position que je n’accepterai jamais... »8

  • 9 Michelet (J.), Journal, édition dirigée par C. Digeon, Gallimard, Paris, 1976, 3.

13Mais, si Renan est en position de résister, beaucoup d’autres ne le peuvent pas. On connaît le cas d’Émile Montégut dont Michelet, dans son journal, rapportait la « servitude »9.

  • 10 Institut de France, fonds Spoelberch de Lovenjoul, papiers François Buloz, H1429-1432.

14Cette large emprise sur le monde intellectuel que Buloz essaie de maintenir est visible aussi dans le domaine du public. Il y a, chez le directeur de la Revue des Deux Mondes, une volonté affichée de faire correspondre la revue avec l’ensemble des élites sociales et intellectuelles. Il écrit en 1838, narrant l’association de la Revue des Deux Mondes et de la Revue de Paris : « Voici dans quel but la Revue des Deux Mondes, d’origine encore toute nouvelle, est publiée : littérairement, pour en faire la revue la plus complète qui ait pu et qui puisse jamais paraître – attendu le faisceau d’écrivains qu’on a su grouper autour de ce recueil dont ils ne peuvent s’éloigner. [...] Mais le but n’aurait pas été atteint si la Revue des Deux Mondes fût restée seule, sans auxiliaire et en lutte avec la seule concurrence qui reposait sur quelque chose de solide, celle de la Revue de Paris. La Revue de Paris a été achetée ; on ne s’étend pas ici sur les avantages certains de cette réunion qui sans amoindrir une revue au profit de l’autre les fait s’aider mutuellement, l’une plus spécialement consacrée aux personnes de haute politique et de haute littérature et l’autre s’adressant plus spécialement aux gens du monde. »10

15À l’aide de ses deux revues, François Buloz cherche donc à couvrir l’ensemble des élites de la monarchie de Juillet. À la volonté affichée d’englober une très large part de la production intellectuelle répond celle d’enserrer dans le lectorat une aussi large part des élites. Il y a là ce qu’on pourrait appeler une représentation moniste qui illustre l’émergence d’une position quasi hégémonique de la Revue des Deux Mondes dans l’univers restreint des revues.

16Ce type de discours qui émerge à l’époque de la monarchie de Juillet, dans une société largement élitaire, perdure longtemps. Le succès de la Revue des Deux Mondes s’explique, selon Buloz, par sa capacité à rassembler des élites intellectuelles mais aussi à atteindre dans la société un public équivalent, c’est-à-dire les élites sociales. Cette correspondance forte suppose un espace public restreint dans lequel l’écrit reste contrôlé et dans lequel la capacité à produire de l’écrit mais aussi à se l’approprier demeure l’apanage d’un cercle étroit.

17À cet égard, les années 1880 marquent une rupture importante puisque l’espace public se trouve libéré et que la mise en place de l’école républicaine est censée assurer par la méritocratie le renouvellement des élites.

Le temps de l’espace public républicain

L’élargissement de l’espace public et le reflux des élites anciennes

  • 11 Reynié (D.), Le Triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du xvie au xxe siècle, Odi (...)
  • 12 Chaussinand-Nogaret (G.), Une histoire des élites (1700-1848), Mouton, Paris/École des Hautes Étude (...)

18Les années 1880, et notamment la loi du 29 juillet 1881, marquent donc une profonde inflexion dans l’évolution du monde de l’imprimé périodique en France. Il y a parmi les présupposés qui guident les législateurs républicains l’idée essentielle que le pouvoir d’écrire demeure circonscrit à une minorité et peut compenser et limiter les dangers d’un espace public socialisé tel que la rue. Les législateurs surinvestissent l’espace public imprimé et, d’une certaine manière, font de la liberté d’expression telle que la permet la loi du 29 juillet 1881, l’un des principaux instruments de l’ordre public. C’est là une manière très efficace de concilier « ordre et progrès », mais cela requiert aussi la capacité de contrôler la production des élites elles-mêmes, parce qu’elles sont productrices de l’écrit11. On est loin ici des élites acceptées et reconnues de la monarchie constitutionnelle puisque la notion même d’élite se trouve intégrée dans la mobilité sociale inhérente à la démocratie12 et théorisée par le discours méritocratique de l’école républicaine.

19La totale libéralisation de la législation sur la presse et le livre permet une explosion du nombre de titres. Ainsi, pour s’en tenir aux périodiques, le rythme de création qui était d’environ 200 à 250 titres par an des années 1850 aux années 1870 croît brutalement au début de la décennie 1880, atteignant, vers 1882-1884, 800 titres annuels puis dépassant les 900 à la fin de cette même décennie. La mutation, soudaine et considérable, explique pour une large part l’environnement nouveau du monde des revues.

20Les créations de revues connaissent en effet la même évolution mais à un rythme plus régulier. Et si les scansions sont moins fortes, le nombre de titres créés annuellement est néanmoins multiplié par quatre entre la fin des années 1870 et le début des années 1890. Ce phénomène, autant provincial que parisien semble-t-il, touche des domaines très différents : la croissance des périodiques professionnels et scientifiques modifie presque mécaniquement la position des anciennes grandes revues généralistes qui dominaient l’univers des revues, et notamment celle de la Revue des Deux Mondes. Les revues deviennent ainsi des instruments de regroupement de catégories sociales, professionnelles, géographiques ou scientifiques de plus en plus éloignées les unes des autres. Cette segmentation accrue de l’univers des revues conduit à la construction de la catégorie des « revues politiques et littéraires », c’est-à-dire les anciennes grandes revues généralistes désormais noyées dans le flot incessant des créations nouvelles.

21C’est du reste dans les années 1880 et 1890 surtout que les grandes maisons d’édition littéraire se lancent dans la course à la revue politique et littéraire. Charpentier, Plon, Ollendorff ou bien encore Calmann-Lévy fondent eux aussi leur grande revue : la Revue Hebdomadaire ou la Revue de Paris constituent désormais des concurrentes directes de la vieille Revue des Deux Mondes, s’adressant au même public et accueillant les mêmes auteurs. Si l’on ajoute à cela les revues indépendantes de ces pôles éditoriaux puissants, comme la Nouvelle Revue fondée par Juliette Adam en 1879, on constate un remarquable élargissement du monde des revues généralistes. Il est évident désormais que la position hégémonique de la Revue des Deux Mondes se trouve remise en question. Remise en question enfin par la constitution d’un autre pôle de revues, qui, même s’il fonctionne sur des logiques littéraires très différentes, élargit encore l’univers des revues, je veux parler de ce que l’on appelle communément les revues d’avant-garde, dont certaines, comme le Mercure de France ou la Revue Blanche, s’institutionnalisent rapidement en attirant un public nombreux, en attendant bien sûr la nrf.

22Les effets de ces bouleversements ne se font pas attendre puisque, dès le milieu des années 1880, la Revue des Deux Mondes connaît une inversion de la tendance qui depuis les années 1850 renforçait sa position.

Conséquences pour la Revue des Deux Mondes

  • 13 Annuaire de la Presse, édition dirigée par H. Avenel, Paris, 1885.

23En 1885, la Revue des Deux Mondes se présentait dans l’Annuaire de la Presse comme : « La plus importante de toutes les revues françaises, renfermant les œuvres de nos plus grands littérateurs. Son tirage qui dépasse 25 000 indique suffisamment le succès qu’elle a obtenu ; elle a des abonnés dans le monde entier. »13

24Des quatre propositions contenues dans cette présentation publicitaire, c’est la mention des 25 000 exemplaires qui détermine les trois autres. La logique auto représentative de la Revue des Deux Mondes y est, en effet, tout entière contenue : la consécration publique est la preuve de l’excellence intellectuelle et fonde la possibilité d’une proposition comparative avec les autres revues. C’est là plus qu’un simple discours légitimant puisqu’il avait déterminé pour une large part les logiques d’action des animateurs de la revue.

  • 14 Ibid.

25La concision et la sobriété de cette réclame tranche avec celle que les responsables de la Revue Britannique, fondée en 1825, proposent à la même date : « Journal conservateur libéral, reproduisant des articles des périodiques étrangers complétés par des articles originaux. Voyages, économie politique, nouvelles, romans, des correspondances importantes des divers pays caractérisent spécialement ce recueil qui s’adresse à un public riche et éclairé. Il a autant de lecteurs à l’étranger qu’en France, tous les grands industriels, châtelains, propriétaires, savants, etc. »14

26Le contraste est d’autant plus saisissant que l’ensemble des propositions de la Revue Britannique, hormis celle relative à la reproduction des articles de la presse étrangère, aurait fort bien pu être repris par la Revue des Deux Mondes : la tendance politique, les catégories génériques du contenu, la sociologie d’un public d’élite, l’importance des abonnements étrangers. Mais tandis que chez l’une le besoin de se dire répond à l’impossibilité d’être dite, le non-dit de l’autre correspond à une image publique déjà largement construite.

27Mais ce qui était encore vrai en 1885 ne l’est plus ensuite. À partir de cette date, les abonnés se font de moins en moins nombreux : 25 000 en 1885, moins de 20 000 en 1893 lorsque Ferdinand Brunetière remplace Charles Buloz, moins de 15 000 à la mort du critique, en 1906, et vraisemblablement moins de 13 000 en 1914. De même, le résultat du compte d’abonnement décline sensiblement. Alors qu’il s’élevait à 1 170 000 francs en 1885, il n’est plus que de 566 000 en 1914. La situation n’a certes rien de dramatique pour une Revue des Deux Mondes qui fait encore plus de 200 000 francs de bénéfices en 1901, l’année où disparaît la vénérable Revue Britannique. Elle ne laisse pourtant d’être inquiétante. La médiocrité du public et la concurrence ne cessent d’être invoquées dans un discours ambiant qui stigmatise l’américanisation de la presse, la vogue de l’inédit et la recherche du fait divers. Mais à lire les rapports de gérance, Charles Buloz puis Ferdinand Brunetière ne semblent guère se convaincre eux-mêmes.

28Il fallut attendre Ferdinand Brunetière pour que l’on regardât enfin la situation en face. Lorsqu’il remplace Charles Buloz en 1893, c’est une véritable révolution qui se produit dans la structure du pouvoir au sein de la Revue des Deux Mondes. En effet, la légitimité du pouvoir directionnel du second s’appuyait sur la détention du capital économique, marquant clairement la nature patrimoniale de l’entreprise. Avec l’accession de Brunetière à la direction, la légitimité du pouvoir change de nature puisque le nouvel académicien n’a aucun capital économique qui lui permette de produire du pouvoir au sein de la revue.

29La direction de Brunetière repose uniquement sur son capital intellectuel et le nouveau directeur demeure de ce point de vue l’homme des actionnaires et du conseil de surveillance, même si dans la réalité il dispose d’une forte autonomie dans la gestion de l’entreprise. En bref, d’un modèle patrimonial la Revue des Deux Mondes est passée à un modèle managérial qui lui donne, d’une certaine manière, un nouveau souffle. Pour la première fois depuis 1830 et c’est important pour comprendre la suite, elle est dirigée par l’un de ses rédacteurs ; la puissance du média et la puissance du verbe se trouvent ainsi conjuguées d’une manière inédite, ce qui donna à Brunetière et au petit groupe de proches collaborateurs dont il s’entoure la possibilité de faire de la Revue des Deux Mondes une revue engagée, une revue de combat.

  • 15 Brunetière (F.), « Après une visite au Vatican », dans Revue des Deux Mondes, Paris, 1895, no 127, (...)

30En effet, après une année de silence, pendant laquelle il apprend à gérer l’entreprise, Brunetière publie le 1er janvier 1895 un article15 qui fit couler bien plus d’encre qu’il n’en fallut pour l’écrire. Attaquant de front la mystique positiviste ainsi que le libéralisme économique et les conceptions sociales de la République, il se plaçait et plaçait avec lui la Revue des Deux Mondes dans une opposition frontale à l’idée républicaine. La nature même du périodique s’en trouvait modifiée puisque désormais l’engagement lui fournissait l’unité d’une démarche symbolique dans laquelle la revue était non seulement instrument de construction du monde mais aussi de sa contestation en se plaçant ouvertement au côté des catholiques.

31Il ne s’agissait plus désormais de tenir le discours que François Buloz pouvait antérieurement se permettre ni d’affirmer que la « haute tenue » de la Revue des Deux Mondes provenait de l’excellence de ses collaborateurs. Il s’agissait maintenant de recruter des collaborateurs capables de soutenir un discours engagé contre l’idéologie politiquement dominante.

De la vision moniste à la logique identitaire

32La structure de la rédaction s’en trouva modifiée comme l’indique le resserrement du noyau des proches collaborateurs. La stratégie captive de François Buloz laissa place à une stratégie hautement sélective. Deux paramètres permettent de mesurer l’ampleur des changements.

33D’une part, les coûts de rédaction sont multipliés par deux et passent de 100 000 à plus de 200 000 francs par an. L’on conservait ce que l’on considérait comme les « bons auteurs » en en payant le prix. Ainsi, les romanciers les plus choyés de la Revue des Deux Mondes, Paul Bourget, Eugène-Melchior de Vogüé ou Pierre Loti, se voyaient attribuer autour de 30 000 francs pour des romans qui chez les deux premiers au moins étaient ouvertement catholiques. D’une manière plus générale, le regroupement du noyau dur des collaborateurs se fit en fonction de leurs options idéologiques et c’est par l’argent que la revue se les attachait, ce qui pouvait aller jusqu’au quasi-salariat pour certains comme Charles Benoist, René Doumic ou Georges Goyau. À tel point que l’on peut sans doute parler, pour ceux-là, « d’intellectuels organiques » de la Revue des Deux Mondes.

  • 16 Charle (C.), La République des universitaires, 1870-1940, Seuil, Paris, 1994, p. 228.

34D’autre part, les pôles de production du savoir parmi lesquels se recrutaient les collaborateurs importants de la revue s’éloignèrent de ceux des lieux de production du savoir qui, comme l’université, se républicanisaient. Brunetière lui-même en fit les frais puisqu’il fut « victime d’une des dernières épurations républicaines »16, pour reprendre les mots de Christophe Charle, en attendant son échec au Collège de France en 1904 et pour des raisons éminemment politiques. À l’inverse, l’École libre des sciences politiques devint l’un des principaux gisements où l’on puisait des auteurs comme Paul et Anatole Leroy-Beaulieu, Charles Benoist, Albert Sorel pour ne citer qu’eux. De même, les promotions de l’École normale supérieure étaient scrutées avec soin et Joseph Bédier éclairait les choix de Brunetière en fonction de l’attachement des anciens élèves à la foi catholique.

35Enfin, et peut-être surtout, il faut signaler que s’il est courant de dire que les élites orléanistes trouvèrent refuge à l’Académie française après le 2 Décembre, c’est surtout sous la République, bien plus que sous l’Empire que les collaborateurs de la Revue des Deux Mondes entrèrent en force à l’Académie française, et plus généralement à l’Institut.

36Pour résumer, l’École libre des sciences politiques, l’Institut, mais aussi certains réseaux catholiques (université de Fribourg, semaines sociales, voire le réseau du Correspondant) ou mondains (société des conférences) devenaient les pôles essentiels du recrutement des élites intellectuelles proches de la Revue des Deux Mondes. Les rares professeurs de la Sorbonne qui y publiaient encore avaient été nommés sous l’Empire.

37L’engagement revendiqué par la Revue des Deux Mondes marquait donc ce qu’on pourrait désigner comme une plongée en contre-culture que les positions ultérieures consolidèrent en faisant du périodique l’un des porte-parole d’une France catholique victimisée, cherchant de plus en plus ses références dans les anti-Lumières.

38Le discours ainsi produit visait désormais un lectorat de plus en plus clairement positionné sociologiquement, politiquement et idéologiquement. En se plaçant dans cette position ouvertement dominée, la Revue des Deux Mondes de Brunetière confirmait l’évanouissement du discours moniste des années 1830-1860. On pourrait dire en schématisant que Brunetière, parce qu’il possède la légitimité de la parole assume explicitement les non-dits qui taraudaient la Revue des Deux Mondes depuis les années 1870 et prend acte du décalage qui s’est opéré entre la revue et les nouvelles élites dominantes. En conséquence, il ne s’adresse plus dès lors qu’à une autre France, à d’autres élites aux contours catholiques et provinciaux plus affirmés et par là même transforme la Revue des Deux Mondes en une revue de combat. La « déparisianisation » du public au tournant du siècle, sa provincialisation, en d’autres termes, le confirme, pour ce que l’on peut connaître des abonnés. On pourrait dire la même chose de la proportion de plus en plus forte de lecteurs étrangers, parmi lesquels la noblesse, russe ou italienne par exemple, mais aussi les professions libérales (en Amérique latine), occupent une place importante.

39En fait, le discours moniste des années 1830 était possible dans les cadres d’une société élitaire, dans laquelle l’espace public restreint limitait le nombre des périodiques et où les élites intellectuelles n’avaient que peu d’alternatives de publications. Les impératifs de gouvernabilité de l’espace public au temps de la démocratie en modifièrent les structures, et à partir des années 1880, les alternatives s’accrurent dans des proportions importantes. Il faudrait s’interroger pour savoir jusqu’à quel point ce ne sont pas les formes médiatiques elles-mêmes qui imposent des regroupements socioculturels. En tout état de cause, la possibilité d’un idéal faisant s’accorder la Revue des Deux Mondes comme production de l’élite intellectuelle, sans référence identitaire précise, avec la revue comme réception des élites sociales là encore sans identité singulière, devenait impossible. Le déplacement de la Revue des Deux Mondes dans l’univers des revues lui-même en expansion provoqua ainsi la métamorphose de son discours et conséquemment celle de son public.

***

40Deux considérations pour conclure.

41Malgré le fossé qui, en termes sociologiques, sépare M. Thibault de M. Babinot, il n’y a sans doute pas de solution de continuité. Tous deux, finalement, participent de la construction de la Revue des Deux Mondes, l’un par la production du texte, l’autre par son appropriation, c’est-à-dire in fine par leur commune appartenance à un univers culturel ou symbolique qui n’est plus celui des élites mais d’une élite, c’est-à-dire à cette France catholique du début du siècle et que le discours identitaire de l’engagement permet d’unifier. Oscar Thibault, comme archétype de la grande bourgeoisie parisienne, a, d’une certaine manière, toujours côtoyé la Revue des Deux Mondes. Pour M. Babinot, la chose est moins sûre. Peut-être ce dernier comme lecteur de la Revue des Deux Mondes n’a-t-il été possible que par la démocratisation de la société. C’est dire avec Maurice Agulhon si l’une des grandes forces de la République fut d’avoir pu offrir « toutes les pédagogies d’opposition ».

  • 17 Dumas (J.), « Entre distinction et reconnaissance : les élites locales », dans Les Élites fins de s (...)

42En second lieu, il faut sans doute ici introduire les notions pertinentes que Jean Dumas élabore dans sa réflexion sur les élites locales17. En effet, il existe sans doute des « élites anxieuses » et des « élites satisfaites ». L’auteur entend par là celles qui se fondent plus ou moins sur l’éphémère et qu’il oppose à celles qui sont assurées de la durée sinon de la permanence. Sans doute, me semble-t-il, n’est-ce pas en fonction de leur précarité ou de leur durée qu’il faudrait les circonscrire, mais davantage au regard de leur inscription dans une hiérarchie globale de la société ou plus exactement au regard des modifications qui peuvent s’y produire.

43Ainsi d’étendard des élites satisfaites et bien insérées dans les structures d’une France proto-démocratique, la Revue des Deux Mondes serait devenue un refuge d’élites anxieuses dont Marianne elle-même serait le facteur anxiogène.

Notes

1 Blum (L.), À l'échelle humaine, Gallimard, Paris, 1971 [1re édition en 1945], p. 74.

2 Plessis (A.), « Une France bourgeoise », dans Histoire de la France. Les formes de la culture, sous la direction de A. Burguière et J. Revel, Seuil, Paris, 1993, p. 221-300.

3 Bourdieu (P.), « Sur le pouvoir symbolique », dans les Annales ESC, 1977, 32, p. 405-411.

4 Martin du Gard (R.), Les Thibault, Gallimard, Paris, 1948 [1re édition en 1922], 1, p. 12.

5 Guilloux (L.), Le Sang noir, coll. Folio, Gallimard, Paris, 1990 [1re édition en 1935].

6 Goblot (E.), La Barrière et le niveau, étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Gérard Montfort, Brionne, 1996 [1re édition en 1925].

7 Barbey d’Aurevilly (J.), Monsieur Buloz, dans Le Figaro, 30 avril 1863 puis chez Séquences, Rezé, 1994 (édition dirigée par J.-F. Nivet).

8 Renan (E.), Œuvres complètes, sous la direction de H. Psichari, Calmann-Lévy, Paris, 1961, t. 10 (« Correspondance »), lettre 66.

9 Michelet (J.), Journal, édition dirigée par C. Digeon, Gallimard, Paris, 1976, 3.

10 Institut de France, fonds Spoelberch de Lovenjoul, papiers François Buloz, H1429-1432.

11 Reynié (D.), Le Triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du xvie au xxe siècle, Odile Jacob, Paris, 1998, p. 163.

12 Chaussinand-Nogaret (G.), Une histoire des élites (1700-1848), Mouton, Paris/École des Hautes Études en Sciences Sociales, La Haye, 1975, p. 10.

13 Annuaire de la Presse, édition dirigée par H. Avenel, Paris, 1885.

14 Ibid.

15 Brunetière (F.), « Après une visite au Vatican », dans Revue des Deux Mondes, Paris, 1895, no 127, p. 97-118.

16 Charle (C.), La République des universitaires, 1870-1940, Seuil, Paris, 1994, p. 228.

17 Dumas (J.), « Entre distinction et reconnaissance : les élites locales », dans Les Élites fins de siècles, xixe et xxe siècles, édition dirigée par S. Guillaume, La Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Bordeaux, 1992, p. 13-17.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’institut de formation des maîtres de Colmar

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search