Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Première partie. Unité ou diversité ?

Un concept des élites en Alsace au xviiie siècle : la noblesse ?

Erich Pelzer

Texte intégral

  • 1 Grands notables du Premier Empire. Notices de biographie sociale, sous la direction de L. Bergeron (...)
  • 2 Elias (N.), La Société de cour, Calmann-Lévy, Paris, 1974. Lepenies (W.), Melancholie und Gesellsch (...)
  • 3 Chaussinand-Nogaret (G.), La Noblesse au xviiie siècle, de la Féodalité aux Lumières, Paris, Hachet (...)

1Au cours des trois dernières décennies, les recherches sur la noblesse française sous l’Ancien Régime ont soulevé de nouvelles interrogations1. Les deux raisons majeures en sont, d’un côté, les discussions autour du phénomène des élites sociales, essentiellement menées par des sociologues2, de l’autre, l’accent mis sur les continuités au sein de la société française entre l’Ancien Régime et la Restauration. C’est en particulier la remarquable thèse de Jean Meyer sur la noblesse bretonne au xviiie siècle, publiée en 1966, qui, en portant un regard nouveau sur le rôle politico-social qu’a joué la noblesse dans la France prérévolutionnaire, a entraîné toute une série d’autres études régionales. Dans l’ensemble, celles-ci donnent l’impression d’une aristocratie très hétéroclite à la veille de la Révolution. Car la noblesse est plurielle : ne conviendrait-il pas plutôt de parler « des » noblesses ? Par ailleurs, il faudrait prendre en compte l’ouverture sociale à laquelle Guy Chaussinand-Nogaret faisait allusion : « En France, écrivait-il, on n’est jamais définitivement dans ou hors la noblesse. »3

  • 4 Pelzer (E.), Der elsässische Adel im Spätfeudalismus. Tradition und Wandel einer regionalen Elite z (...)

2La perspective historique adoptée pour l’étude de la noblesse française au xviiie siècle, en particulier la noblesse alsacienne4, ne doit pas être la Révolution, mais l’état de la société des notables du xixe siècle. À la suite de sa forte émigration ou de son extermination physique sous la Terreur, le retour de la noblesse sous Napoléon, la « réaristocratisation » de la société à l’époque de la Restauration et sous la monarchie de Juillet constituent une originalité française. La thèse de la continuité, qu’Alexis de Tocqueville a développée pour l’histoire française entre la monarchie absolue et l’Empire, illustre la continuité de l’histoire et non sa rupture.

  • 5 Weber (M.), Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriß der verstehenden Soziologie, Mohr, Tübingen, 1985

3Principale évolution historique : de la noblesse à la notabilité, de la société aristocratique à la société des notables. Max Weber distingue trois types de notables : une classe de propriétaires à l’abri de tout travail manuel, un groupe de rentiers, et une classe de capitalistes5. Mais la constitution de la société des notables remonte à l’Ancien Régime et on ne peut pas comprendre le xixe siècle sans connaître le xviiie. On est donc conduit à se poser des problèmes de nature méthodologique et scientifique ; quelle a été la force d’inertie de la noblesse lors de la transition de l’Ancien Régime aux temps modernes et à l’époque contemporaine ? Comment apprécier sa perte d’influence et son adaptation forcée à des conditions exogènes ou à des mécanismes internes, en particulier la perception de son identité comme classe dirigeante ? Enfin comment s’est opérée l’intégration de la noblesse dans une destinée nationale collective ?

4En Alsace, comme ailleurs en France, les problèmes nobiliaires dominent l’histoire des élites. La noblesse réussit une synthèse paradoxale, en étant à la fois une élite officielle, jeune, souvent active ou en état de renouvellement et, d’autre part, une classe parasitaire, inutile, vivant sous des formes traditionnelles. La diversité de la noblesse d’Alsace devant ses droits, ses terres, et ses revenus était à la base de sa force, tout en constituant la cause de sa fragilité. Notre exemple permettra de comprendre pourquoi les élites tenaient un rôle primordial dans les affrontements prérévolutionnaires. Le cas provincial permettra d’esquisser et de nuancer quelques éléments de la problématique générale.

La situation économique de la noblesse

  • 6 Gœtzmann (L.-V.), Traité du droit commun des fiefs en Alsace, Paris, 1768, 1.
  • 7 Ibid., p. 126 et p. 169.
  • 8 Cattin (R.), Recherches sur « La Franche et Immédiate Noblesse de la Basse-Alsace » et son Directoi (...)

5La fortune de la noblesse d’Alsace a toujours eu pour base le fief et la terre. Plus fortement qu’ailleurs dans le royaume de France, la noblesse était attachée aux attributs féodaux et seigneuriaux : le fief et la seigneurie étaient considérés comme son apanage. Cette étroite liaison entre la noblesse et les fiefs s’explique plutôt par le système féodal de type allemand que la monarchie avait accepté après le rattachement. Ses origines remontent à l’apogée de la féodalité médiévale. Le conseiller Louis-Valentin Gœtzmann, qui devint célèbre lors du procès Beaumarchais, exprima cet état de choses au début de son Traité du droit commun des fiefs en Alsace : « Les Fiefs d’Alsace, réversibles à la Couronne, forment la plus noble et la plus précieuse partie des Domaines de S. M. dans cette Province, qui a continué d’être régie, sous sa domination, par des Coutumes féodales qui lui sont propres, et dont la Jurisprudence est subordonnée aux règles du Droit commun des Fiefs, ces règles sont peu connues en France... »6 Depuis le Moyen Âge les fiefs alsaciens étaient soumis à des modalités spécifiques. Ainsi l’échange ou la vente des fiefs ne pouvaient se faire sans l’autorisation expresse du seigneur direct7. Cette prescription assurait la conservation des fiefs entre les mains d’acquéreurs nobles, de façon à ce que les créanciers puissent, le cas échéant, disposer de leurs revenus. Finalement les créanciers étaient réduits aux biens allodiaux de la noblesse, qui étaient à l’origine, et encore au xviiie siècle dans la Basse-Alsace, largement répandus8. En cas d’endettement et d’aliénation des alleux, la plus grande partie de la noblesse appauvrie gardait tout au moins une petite rente en nature qui garantissait sa subsistance.

6Une autre différence relative au droit féodal résidait dans le fief oblat, une catégorie intermédiaire, plus proche de l’alleu que du fief direct, et inconnue dans le reste de la France. Contrairement aux fiefs masculins, le seigneur direct n’avait pas le droit de les réintégrer à son domaine. En cas de vacance dans le fief oblat, il n’y avait en fait ni suzerain, ni vassal. C’était une anomalie de l’organisation féodale qui résultait des périodes troubles au xve siècle.

  • 9 Goubert (P), L’Ancien Régime, Armand Colin, Paris, 1969, 1, p. 73.
  • 10 Oberlin (J.-J.), Almanach d’Alsace pour l’année 1789, Oberlin, Strasbourg, 1789, p. 144

7La seigneurie incarnait l’élément essentiel de la structure agraire. Elle formait, au point de vue social et juridique, le cadre constitutif de la société rurale. D’après la définition de Pierre Goubert, pouvait être seigneur « un laïque ou un ecclésiastique, un individu ou une collectivité, un noble ou un roturier »9. Cette constatation, qui vaut pour la plupart des régions françaises, ne s’applique à l’Alsace que dans une certaine mesure. Dans l’Almanach d’Alsace pour l’année 1789 de J.-J. Oberlin figurent, en tant que seigneurs, des nobles, des abbayes, des chapitres, l’évêque de Strasbourg et la ville de Colmar10. Pour toute l’Alsace, deux familles roturières sont mentionnées en tant que seigneur : il s’agit des Jaccoud, banquiers de Strasbourg, seigneurs de Pfulgriesheim dans le Kochersberg, qui achetèrent cette terre allodiale inscrite en 1774 dans la matricule de la noblesse immédiate de Basse-Alsace sous le nom du comte de Hennin, seigneur de Folschwiller (Lorraine), et des frères Kornmann, également banquiers de Strasbourg, seigneurs de Schweighouse en Basse-Alsace. Comment s’explique l’absence de la bourgeoisie dans le cadre seigneurial ? La clé de l’énigme se trouve dans la notion de « bourgeoisie » sous l’Ancien Régime. Elle n’implique pas seulement la ville, mais le privilège. En Alsace, il y avait au xviiie siècle une bourgeoisie active et avide de terres, qui n’hésita pas à acquérir des seigneuries, mais sous le couvert de la noblesse. Beaucoup de familles bourgeoises furent anoblies et achetèrent des fiefs et des seigneuries à la veille de la Révolution.

8C’est d’une manière exceptionnelle que la seigneurie constitua un privilège exclusif pour la noblesse d’Alsace ; elle était synonyme de noblesse dans l’idéologie de l’époque. Mais en réalité, il s’était déjà opéré une certaine fusion entre les élites : les deux groupes, noblesse seigneuriale et propriétaires fonciers, ci-devant roturiers, se rencontrent sur le terrain de la rente foncière et du pouvoir judiciaire.

La situation sociale de la noblesse

9Par ses privilèges et ses avantages, la noblesse alsacienne différait des autres groupes sociaux. Mais l’évolution historique avait introduit des différenciations dans sa cohérence interne. Sous l’Ancien Régime, la structure de l’aristocratie cachait mal des antagonismes fondamentaux. C’était une noblesse sans homogénéité, se caractérisant par des distinctions de rang et de revenus. La hiérarchie interne révélait une palette riche en couleurs et sur laquelle on retrouve, de haut en bas, le prince évêque de Strasbourg, appartenant à la dynastie des Rohan, les « princes possessionnés », les membres de la noblesse immédiate de Basse-Alsace, la noblesse médiate de Haute-Alsace, les seigneurs « non-immatriculés » comme le duc de Valentinois, prince de Monaco, héritier par sa femme du duché de Mazarin et les anoblis de date récente. Les plus importants seigneurs étaient les « princes possessionnés », membres du Saint-Empire, mais vassaux du roi de France pour les terres et seigneuries qu’ils possédaient en Alsace. La plupart d’entre eux menaient grand train dans leurs châteaux et résidences à Strasbourg, Saverne, Bouxwiller, Colmar, Ribeauvillé ou, hors d’Alsace, à Montbéliard.

  • 11 .« Mémoire de l’Intendant La Houssaye (1701) », dans Revue d’Alsace, 1898, n°49, p. 26.

10La situation de la petite noblesse médiate en Haute-Alsace était plus modeste que celle de la Basse-Alsace. Son statut juridique fut moins équivoque que dans cette dernière, où la noblesse immédiate ne se sentait pas liée par les stipulations du traité de Munster. Elle était moins nombreuse, plus pauvre par suite des guerres, mais aussi et surtout, du fait des partages successoraux. De cette noblesse de race, une demi-douzaine de familles pouvaient faire remonter leurs origines au xiiie siècle, comme les Montjoie, les Eptingen, les Ferrette, les Reich de Reichenstein, les Reinach, les Rotberg, les Truchsess de Rheinfelden et les Waldner de Freundstein. D’autres familles, non moins enracinées dans un passé lointain, comme les Andlau, les Berckheim, les Flachslanden et les Rathsamhausen, étaient installées dans leurs châteaux de Basse-Alsace, ce qui ne les empêchait pas d’acquérir des domaines en Haute-Alsace. Cette noblesse d’épée conservait un esprit de caste et se référait à la théorie biologique de ses origines. C’est ainsi que l’intendant La Houssaye la caractérisa au début du xviiie siècle : « La noblesse d’Alsace est non seulement illustre par son ancienneté et par sa pureté exempte de mésalliance, mais elle a l’avantage de prouver cette ancienneté et cette pureté avec une certitude et une facilité particulière pour l’Allemagne. »11

  • 12 Zeller (G.), L’Alsace française de Louis XIV à nos jours, Armand Colin, Paris, 1945, p. 46.
  • 13 Boug (de), Ordonnances d’Alsace, Colmar, 1775, 2, p. 366 sq.

11Bien qu’elles n’acceptassent pratiquement jamais l’entrée par mariage des bourgeois, les familles nobles cherchaient néanmoins à être en bons termes avec la bourgeoisie des villes. Les Ferrette vivaient au Pfirterhof à Cernay et les Kempf d’Angreth possédaient un hôtel dans la même ville. Les Truchsess de Rheinfelden, les Berckheim, les Rathsamhausen et les Waldner de Freundstein possédaient de grandes cours seigneuriales à Ribeauvillé. Les Barbaud de Florimont et les Waldner de Freundstein avaient acquis le droit de bourgeoisie à Mulhouse, comme les Baerenfels à Bâle. L’ouverture sociale de la noblesse était assurément un phénomène du xviiie siècle, et l’ancienne noblesse n’en était pas exclue. À quelques exceptions près, comme celle de la famille d’Andlau à Witternheim, la plus grande partie de la noblesse se trouvait entraînée dans le courant de la politique française, offrant « une pépinière de soldats, d’officiers français »12. Afin de pouvoir accueillir le flux des volontaires, on fonda des régiments proprement alsaciens. Les Suisses faisaient leur service dans les régiments de Waldner et d’Eptingen ; les Allemands et les Alsaciens s’engageaient dans les régiments Royal-Alsace, Royal-Allemand, Royal-Bavière et Royal-Deux-Ponts. L’édit portant création d’une noblesse militaire13, publié en novembre 1750 pour l’ensemble de la France, était plutôt en retard sur la situation que connaissait déjà l’Alsace : il ne faisait que rattraper une évolution qui était entrée dans les faits depuis longtemps. À côté des nombreuses personnes anoblies (de Betz, Golbéry, de La Touche, Peschéry, Rosen, Salomon, Schwilgué, Tronchet de Marsilly), les membres de l’ancienne chevalerie d’Alsace trouvaient dans l’armée un nouveau champ d’activités et une sécurité financière supplémentaire. La noblesse recherchait les grades militaires, parce que le métier des armes était le seul digne d’un gentilhomme. L’influence française débouchait inévitablement sur de nouvelles perspectives et desserrait la chaîne féodale.

  • 14 Livet (G.), L’Intendance d’Alsace sous Louis XIV (1648-1715), Les Belles Lettres, Paris, 1956 ; « L (...)

12La plupart des familles qui affluèrent au pays après le rattachement de l’Alsace à la France, et qui firent partie de l’aristocratie du xviiie siècle, ne possédaient pas au départ un titre de noblesse. Il fallait d’abord le mériter et la couronne en offrit de nombreuses occasions. Ce qui faisait défaut ce n’était ni l’espoir ni le dynamisme, compte tenu de la nécessité de reconstruire le pays dévasté ; il ne manquait qu’une conception rationnelle et une main coordinatrice. On a mis en relief le rôle que jouèrent les intendants dans l’accomplissement de cette tâche14. La participation de la nouvelle noblesse est beaucoup moins connue.

  • 15 Schœpflin (J.-D.), L’Alsace illustrée, Perrin, Mulhouse, 1852, 5, p. 824-832.
  • 16 Pelzer (E.), op. cit., p. 71-73.
  • 17 Meyer (J.), La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Imprimerie nationale, Paris, 1966, 1, p. 427.

13Dans son célèbre ouvrage Alsatia Illustrata, Jean-Daniel Schœpflin cite 51 familles de nobles arrivées après le rattachement, en mettant soigneusement à part celles qui ne détenaient des charges militaires que d’une façon éphémère. D’après cette énumération, 26 familles s’étaient établies en Haute-Alsace, et 18 avaient été inscrites sur la matricule de la noblesse immédiate de la Basse-Alsace15. L’immigration n’était pas seulement alimentée par les Français venus d’outre Vosges mais revêtait des traits internationaux : les Mackau, les Nardin, les Poltier, les Valcourt étaient originaires de la Belgique, les Falckenhayn et les Glaubitz de Silésie, les Löwenhaupt de Suède, les Rosen de Livonie et les Callaghan, les Dillon et les Ocahan venaient d’Irlande. Un nombre considérable de familles immigrées détenaient déjà la noblesse et n’avaient plus besoin que de faire agréer par la France leurs lettres de naturalité. La plupart des familles, cependant, étaient d’origine bourgeoise et furent anoblies par le roi de France pour les services rendus dans l’armée, l’administration et l’économie. Depuis le début du xviiie siècle, la couronne procéda à quantité de lettres d’anoblissement. De 1648 à 1789 on peut compter 36 lettres de noblesse, dont 33 ont été enregistrées par le Conseil souverain d’Alsace. Ces anoblissements se firent essentiellement par trois filières principales : l’armée, l’intendance, l’industrie. Parmi les personnes anoblies, 14 appartenaient au personnel de l’administration provinciale, 14 avaient servi dans l’armée ou occupaient une fonction dans l’administration militaire. Enfin, quatre industriels, un banquier, un médecin, et une personne venant de l’étranger avaient béneficié de cette faveur16. Si l’on compare le nombre de lettres de noblesse à celles d’autres provinces, on remarque qu’il correspond assez précisément à celui constaté en Bretagne17. Par rapport au xviie siècle, lorsque la Couronne récompensait surtout des militaires et des employés d’administration, la politique royale changea au xviiie siècle, aussi bien en ce qui concerne le nombre que le contenu des anoblissements.

  • 18 Archives départementales du Haut-Rhin 1 B 939, p. 140.
  • 19 Archives départementales du Haut-Rhin 1 B 961, p. 442.

14Le nombre de lettres d’anoblissement a triplé à partir de la deuxième moitié du siècle : les récompenses royales devinrent de plus en plus fréquentes dans les années 1770 et 1780. C’est sans doute là une preuve qui milite contre l’assertion d’une « réaction aristocratique » à la fin de l’Ancien Régime. La différence de sens entre « valeur » et « mérite » constituait un clivage fondamental jusque vers 1750-1760. Les préambules des lettres relatives aux emplois militaires insistaient beaucoup sur l’aspect militaire des services rendus. Mais d’autres anoblissements mettaient l’accent sur les activités proprement bourgeoises, industrielles et diplomatiques. L’industriel Henri Anthès fut anobli en décembre 1731 pour son activité au sein de la manufacture d’armes blanches à Klingenthal. La récompense était liée à des obligations : « Les lettres portent que Jean-Philippe Anthès, fils dudit Henry, pourra après la mort de son père et même conjointement avec lui pendant survie, exploiter ladite manufacture, afin d’assurer le succès d’un établissement aussi considérable, pour l’utilité et le bien du service de Sa Majesté. »18 Jean-David Papelier, garde des archives à Strasbourg, fut anobli en 1770 parce qu’il avait avec « ses talens et ses connaissances d’ordre établi dans les archives de nostre province d’Alsace des titres originaux des xiie et xvie siècles qui se trouvaient dans celles d’Innspruck »19. D’autres, comme les Strasbourgeois François-Ignace Gœtz, membre du Magistrat et le médecin Jean-François Gervasy, furent décorés pour leurs mérites dans le domaine médical. À trois reprises, le roi confia une double faveur à des familles bourgeoises très distinguées : les Gayot, les Dietrich et les Gérard.

  • 20 Pelzer (E.), op. cit., p. 80-84.

15L’autre moyen, particulièrement utilisé en Alsace pour parvenir à la noblesse, était celui de la Deutsche Standeserhebung accordée par l’empereur. À côté de diverses reconnaissances de noblesse intersectées (Mayerhoffen, Besenval, Mackau, Spon, Dietrich, Goll, Franck), on compte 75 Erhebungen in den Adelsstand, soit 53 familles20. Preuve de l’existence d’une politique nobiliaire française qui tire son principe de la valeur morale et de la capacité professionnelle.

  • 21 Je prépare actuellement, à partir de sources des archives départementales de la Moselle à Metz, un (...)
  • 22 Burckard (F.), Le Conseil souverain d’Alsace au xviiie siècle, représentant du roi et défenseur de (...)

16L’anoblissement par lettres de noblesse n’était pas le seul moyen d’une ascension sociale. Parmi les divers modes, l’achat d’une charge anoblissante était fréquent au xviiie siècle. Auprès du Conseil souverain d’Alsace, 29 charges (2 présidents, 22 conseillers, 1 procureur général, 2 avocats généraux, 2 greffiers en chef) donnaient « la noblesse graduelle », c’est-à-dire que la noblesse personnelle du titulaire devenait hériditaire « graduellement » après deux ou trois degrés (ou générations) d’exercice. Le total des familles réellement anoblies en 1789 s’élève à 16 branches familiales21. Contrairement à d’autres provinces, la plupart des parlementaires étaient recrutés parmi la bourgeoisie. 70 % de ceux-ci ne portaient pas dans leur nom la particule nobiliaire et 80 % d’entre eux en moyenne étaient d’origine alsacienne. Les chances pour les candidats de l’extérieur de la « compagnie » de s’établir durablement étaient fort limitées. Peut-être était-ce dû à la mentalité autochtone, qui en faisait un groupe homogène s’imposant par son prestige et son autorité. La capacité, la fortune et les alliances familiales étaient des éléments décisifs pour l’admission au Conseil22.

17Cependant, cette homogénéité de façade ne cachait pas le manque de cohésion interne de la « bourgeoisie parlementaire ». Le déroulement des activités du Conseil souverain était émaillé de rivalités personnelles, de conflits internes et d’une lutte permanente contre les « gens du roi ». Les officiers de la compagnie jouaient un rôle de premier plan dans la région proche de Colmar et même au-delà. Leurs fortunes et leurs revenus leur permettaient un niveau de vie respectable mais également un engagement poussé dans le commerce des épices et dans l’achat des terres ou des rentes. Ils possédaient des domaines dans la plaine alsacienne, des maisons à Colmar, et – pour passer leurs vacances – des châteaux à la campagne. Les revenus tirés des fiefs et des biens allodiaux étaient finalement plus importants que la propriété elle-même. La « bourgeoisie parlementaire » se concentrait sur les carrières professionnelles ; elle se fondait sur des qualités comme l’endurance, le zèle et le talent.

18La loi universelle de l’argent régnait dans de nombreux châteaux de la noblesse alsacienne au xviiie siècle. Les contacts avec la culture de la cour à Versailles avaient renforcé la vanité de l’ordre privilégié en ouvrant les portes aux nouvelles formes de luxe. La maxime qui prévalait généralement n’était plus celle du style humble et retiré qu’incarnait l’ancien noble du pays, mais l’émulation par rapport à celui qui occupait un rang plus élevé. Telle était la conduite aristocratique qui n’épargnait aucune couche de la société. Le « vivre noblement » était l’aboutissement d’une existence privilégiée. Certes, le décor était moins riche en Haute-Alsace qu’à Strasbourg ou à Saverne. Les fastes de la façade cachaient souvent la réalité de la misère. La noblesse avait perdu au cours du siècle son identité et n’apparaissait plus que comme l’ombre d’elle-même. Le plus souvent les apparences cachaient mal la réalité de l’endettement.

  • 23 L’Alsace en 1700, édition dirigée par R. Oberlé, Colmar, 1970, p. 169.
  • 24 Hoffmann (C.), L’Alsace au xviiie siècle au point de vue historique, judiciaire, administratif, éco (...)
  • 25 Meyer (J.), « Un problème mal posé : la noblesse pauvre. L’exemple breton au xviie siècle », dans R (...)

19Le critère du siècle était la pauvreté relative de la noblesse. L’intendant La Grange le notait dès la fin du xviie siècle : « La noblesse s’habille à la française et si elle n’était pas si pauvre, elle aimerait assez à paraître. »23 Pour maintenir leur rang, la plupart des familles s’endettaient ou vendaient petit à petit leurs biens allodiaux. Dans une faible mesure, des banquiers de Bâle, de Mulhouse et de Strasbourg servaient alors de créanciers. L’entraide entre les différentes familles tendait à se généraliser. Souvent les institutions cléricales servaient d’intermédiaires. On n’hésitait plus à demander de l’argent aux bourgeois des villes ou aux membres du Conseil souverain. En 1775, une des familles les plus riches d’Alsace, les Rosen, déposait son bilan. Le roi lui-même prenait ses dettes en charge. L’abbé Hoffmann a souligné la « médiocrité » de la noblesse du xviiie siècle24, mais des explications plus nuancées s’imposent25. La capitation nobiliaire donne cependant une assez bonne idée de la richesse ou de la pauvreté des familles nobles. La plupart des familles étaient imposées entre 30 et 50 livres. Ceux qui payaient moins peuvent être considérés comme « pauvres ». Si la noblesse de Haute-Alsace était plus aisée que celle de Basse-Alsace, sa richesse diminua au cours du siècle. Au total, la plupart des nobles alsaciens pouvaient vivre décemment, mais l’obligation d’entretenir un train de vie les endetta. L’apparition d’une sorte de « plèbe nobiliaire » en Alsace n’était pas uniquement un phénomène du xviiie siècle. Ses origines remontent bien plus loin dans le temps. Beaucoup de familles ne disposaient que d’un espace d’action limité, surtout par suite des liens féodaux étroits et de la base fragile de leur fortune patrimoniale. Aveuglés par le charme « welsche », bon nombre de familles s’orientèrent vers une consommation plus grande, en oubliant que leurs moyens ne suivaient pas.

La situation politique : la noblesse contre l’Ancien Régime

20Au cours de son long règne, Louis XIV avait réussi à domestiquer politiquement la noblesse. Même si la noblesse restait la couche sociale dominante de la société, elle avait perdu toute influence sur la politique intérieure. Mais bien après la mort de Louis XIV, l’aristocratie française s’efforçait de reconquérir ses anciennes positions dans la justice, l’armée et l’administration. En raison de sa légitimation traditionnelle en tant que couche dominatrice, la noblesse ne cessait plus – à partir de 1715-d’attaquer l’absolutisme. Finalement, sous ces attaques permanentes, la monarchie finira par s’écrouler.

  • 26 Chaussinand-Nogaret (G.), Une histoire des élites, 1700-1848. Recueil de textes présentés et commen (...)
  • 27 Ménestrier (C.-F.), Les Diverses Espèces de noblesse et les manières d’en dresser les preuves, Pari (...)
  • 28 La Roque (G. de), Traité de la noblesse, de ses différentes espèces, Paris, 1678.
  • 29 Boulainvilliers (H. de), Mémoire pour la noblesse de France contre les ducs et pairs, s. l., 1717 ;(...)

21Cette conscience qu’avait la noblesse d’agir sur la base des droits légitimes avait été fondée idéologiquement par des théoriciens du vivant de Louis XIV avant de faire l’objet de nombreux opuscules pendant la première moitié du xviiie siècle26. C’est que la nature de la noblesse et la justification de l’anoblissement nourrissaient une vive controverse. Déjà en 1685 le jésuite Claude-François Ménestrier (1631-1686) avait insisté sur la nécessité d’accorder à la noblesse, du fait de son éducation spécifique27, une position privilégiée dans l’État et la société. Et trois ans plus tard, c’était l’érudit et généalogiste Gilles-André de La Roque (1598-1686) qui développait dans son Traité de la noblesse les fondements biologiques du rôle réservé à la noblesse28. Au début du xviiie siècle le comte de Boulainvilliers légitimait les exigences dominatrices de la noblesse par son passé historique29. Par la suite, sa théorie constituait les fondements idéologiques de la soi-disant « réaction féodale » et expliquait la prééminence de la noblesse par rapport au tiers état. Cette manifestation de l’idéologie nobiliaire devait provoquer la réaction des adversaires modérés et éclairés. En 1737, le marquis René-Louis d’Argenson rédigeait ses Considérations sur le gouvernement. Dans son œuvre, d’Argenson plaidait pour l’abolition de la noblesse héréditaire parce qu’il la considérait comme la source de tous les maux dans l’État comme dans la société. À la place de cette noblesse héréditaire il proposait de créer une « démocratie monarchique » pour surmonter l’obstruction nobiliaire. En 1756 l’abbé Coyer faisait paraître un autre livre – qui n’était pas moins radical que celui du marquis d’Argenson – sur cette question nobiliaire tellement discutée. Dans sa Noblesse commerçante, l’abbé suggérait de surmonter les préventions séculaires de la noblesse à l’égard de l’engagement économique pour – avec les commerçants – sortir le pays du marasme.

22Comme de nombreux auteurs, d’Argenson et Coyer ont été influencés par les Lumières et leur mise en question d’une société divisée en états. Cette discussion, qui a été engagée par les philosophes, se propageait dans une grande partie des couches cultivées. Même les ministres de Louis XVI se montraient sensibles à de telles réticences, et pour faire aboutir leurs réformes transposaient le problème sur le terrain politique.

  • 30 Égret (J.), La Prérévolution française, 1787-1788, Presses universitaires de France, Paris, 1962, p (...)

23Un peu plus tard, Calonne, successeur de Necker au contrôle général des Finances, révélait l’ampleur de l’endettement de l’État. En conséquence c’était avant-tout l’exclusivisme politique et social de la noblesse qui attirait les critiques du public. Une campagne de pamphlets exprimait cette mauvaise humeur. C’étaient avant tout les nobles éclairés et libéraux qui prenaient les initiatives : ils insistaient sur l’abandon des anciens privilèges de façon à assumer leurs responsabilités, à rendre sa capacité d’agir à la noblesse en tant qu’État, enfin à reconquérir le pouvoir. Le fond de la discussion publique portait sur l’abolition des privilèges fiscaux accordés aux nobles. Les historiens actuels désignent cette crise politique des années 1787-1788 du terme de « réaction aristocratique » ou encore du terme de « révolte nobiliaire »30. Ce mouvement a-t-il laissé des traces en Alsace ? Pour y répondre, il faut d’abord examiner le rôle juridique particulier à la province.

24Bien que l’Alsace partageât l’atmosphère de renouveau général que connaissait la France à la fin des années 1780, les conditions étaient ici complètement différentes. Depuis 1683, sous la pression française, les États libres de l’empire avaient renoncé à convoquer des assemblées. Par ailleurs, les assemblées des états à la française, sur la base d’une représentation nationale, n’avaient jamais existé parce que selon les fondements juridiques de la monarchie absolue, le droit français n’acceptait ni la souveraineté territoriale (Landeshoheit), ni l’immédiateté d’empire. Ainsi ce n’est pas sans malice que les Alsaciens se sont gaussés de l’impuissance réelle des états dans la France « de l’intérieur ». Par contre, ils ont salué avec joie l’installation d’une assemblée provinciale en 1787. Dans cette assemblée, les représentants de la noblesse et de la bourgeoisie privilégiée collaboraient. Pour impressionner les vieux adversaires (villes impériales et princes possessionnés), la noblesse de la Basse-Alsace entrait dans l’administration nouvelle. De plus, elle se déclarait favorable au renoncement aux privilèges fiscaux – attitude qui provoquait l’étonnement des autres états.

  • 31 Cité dans Marx (R.), Recherches sur la vie politique de l’Alsace prérévolutionnaire et révolutionna (...)

25Le 20 janvier 1789, Schwendt, le syndic de la noblesse immédiate de Basse-Alsace, faisait transmettre un questionnaire à tous les chevaliers immatriculés pour obtenir de chacun d’entre eux une réponse écrite ainsi qu’une prise de position individuelle sur la question fiscale. Dans une affaire aussi fondamentale, le directoire de la noblesse immédiate de Basse-Alsace se révélait ouvert à des propositions concrètes. De façon étonnante, le texte du questionnaire avait déjà dépassé le stade de la situation d’Ancien Régime : « Nous pensons en conséquence, qu’un hommage et un sacrifice libre de nos exemptions doit être satisfaisant pour nous, et préférable à une résistance que tout nous indique devoir être inutile, et qui pourrait même paraître odieuse. »31

  • 32 Archives départementales du Bas-Rhin E 1344 et E 1402.

26Pour prévenir toute erreur d’interprétation, mais aussi pour expliquer ce sondage éclair, le syndic Schwendt envoyait une deuxième lettre quatre jours plus tard. Les réponses de la plupart des membres de la noblesse immédiate de Basse-Alsace ne tardèrent guère. Au bout de quinze jours, 24 nobles avaient répondu32. Leurs différentes prises de position reflétaient d’une manière intéressante et révélatrice la mentalité de la noblesse alsacienne à la veille de la Révolution. En même temps, les réponses permettaient de dégager la position qu’adoptait la noblesse dans cette question délicate vis-à-vis de l’Ancien Régime.

  • 33 Marx (R.), op. cit., p. 7.

27Au total, la discussion fiscale provoquait une impression ambiguë auprès de la population rurale. En raison de sa propre indécision la noblesse alsacienne n’avait pas tranché. Elle ne s’était pas opposée à l’Ancien Régime ; pour autant, elle ne s’était pas approprié les changements socio-politiques. Bien qu’une vie politique vît le jour en Alsace à la veille de la Révolution, il n’y avait pas trace de « révolte nobiliaire » comme le souligne à juste titre Roland Marx33. Les intérêts de la noblesse et de la bourgeoisie convergeaient pour sortir de l’impasse. Mais la noblesse devait, par son attitude indécise, provoquer une réaction politique dont elle finira par devenir la victime.

***

  • 34 Furet (F.), « Le catéchisme révolutionnaire », dans les Annales E.S.C., 26, 1971, p. 276.

28En Alsace, c’est au xviiie siècle qu’une nouvelle noblesse l’emporta sur la vieille noblesse impériale. C’est donc à l’intérieur du second ordre que la bourgeoisie aisée triompha grâce à ses mérites, en acquérant beaucoup de terres, de rentes, de droits et finalement de titres nobiliaires. La royauté favorisa ce mouvement en suscitant une clientèle. L’esprit aristocratique et les privilèges avaient une grande importance pour toute la société. La noblesse n’était pas seulement source d’honneurs mais aussi de profits. Le mouvement d’aristocratisation donna alors l’avantage à une noblesse de caractère récent. Par contre, l’ancienne noblesse craignait que ses propres valeurs et l’organisation féodale fussent remises en question. Pour sortir de l’insignifiance, elle développa une « réaction seigneuriale » à partir du milieu du xviiie siècle : un combat d’arrière-garde, d’autant plus âprement mené qu’il fallait survivre et tenir son rang. À l’égard des élites, l’essai d’une révolution de l’égalité démasquait le système traditionnel de privilèges avec ses frontières juridiques et sociales. Et François Furet de conclure : « Ce n’est donc ni une hypothétique fermeture de la noblesse ni son hostilité globale à la bourgeoisie, au nom d’une imaginaire “féodalité”, qui constituent la clé essentielle de la crise politico-sociale du xviiie siècle. C’est au contraire, son ouverture, trop large pour la cohésion de l’ordre, trop étroite pour la postérité du siècle. »34

Notes

1 Grands notables du Premier Empire. Notices de biographie sociale, sous la direction de L. Bergeron et G. Chaussinand-Nogaret, CNRS, Paris, 1978. Higgs (D.), Nobles, titrés, aristocrates en France après la Révolution, 1800-1870, Liana Levi, Paris, 1990. Haupt (H.-G.), Histoire sociale de la France depuis 1789, La Maison des sciences de l’homme, Paris, 1993. Petiteau (N.), Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle (1808-1914), La Boutique de l’Histoire, Paris, 1997. Fiette (S.), La Noblesse française des Lumières à la Belle Époque, Perrin, Paris, 1997.

2 Elias (N.), La Société de cour, Calmann-Lévy, Paris, 1974. Lepenies (W.), Melancholie und Gesellschaft, Suhrkamp, Francfort-sur-le-Main, 1969, p. 43 sq.

3 Chaussinand-Nogaret (G.), La Noblesse au xviiie siècle, de la Féodalité aux Lumières, Paris, Hachette, 1976, p. 11.

4 Pelzer (E.), Der elsässische Adel im Spätfeudalismus. Tradition und Wandel einer regionalen Elite zwischen dem Westfälischen Frieden und der Revolution (1648-1790), Oldenbourg R., Munich, 1990.

5 Weber (M.), Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriß der verstehenden Soziologie, Mohr, Tübingen, 1985.

6 Gœtzmann (L.-V.), Traité du droit commun des fiefs en Alsace, Paris, 1768, 1.

7 Ibid., p. 126 et p. 169.

8 Cattin (R.), Recherches sur « La Franche et Immédiate Noblesse de la Basse-Alsace » et son Directoire au xviiie siècle, DES, Strasbourg, 1965, p. 88.

9 Goubert (P), L’Ancien Régime, Armand Colin, Paris, 1969, 1, p. 73.

10 Oberlin (J.-J.), Almanach d’Alsace pour l’année 1789, Oberlin, Strasbourg, 1789, p. 144

11 .« Mémoire de l’Intendant La Houssaye (1701) », dans Revue d’Alsace, 1898, n°49, p. 26.

12 Zeller (G.), L’Alsace française de Louis XIV à nos jours, Armand Colin, Paris, 1945, p. 46.

13 Boug (de), Ordonnances d’Alsace, Colmar, 1775, 2, p. 366 sq.

14 Livet (G.), L’Intendance d’Alsace sous Louis XIV (1648-1715), Les Belles Lettres, Paris, 1956 ; « Les intendants d’Alsace et leur œuvre, 1648-1789 », dans Deux siècles d’Alsace française, 1648-1848, Strasbourg-Paris, 1948, p. 79-131.

15 Schœpflin (J.-D.), L’Alsace illustrée, Perrin, Mulhouse, 1852, 5, p. 824-832.

16 Pelzer (E.), op. cit., p. 71-73.

17 Meyer (J.), La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Imprimerie nationale, Paris, 1966, 1, p. 427.

18 Archives départementales du Haut-Rhin 1 B 939, p. 140.

19 Archives départementales du Haut-Rhin 1 B 961, p. 442.

20 Pelzer (E.), op. cit., p. 80-84.

21 Je prépare actuellement, à partir de sources des archives départementales de la Moselle à Metz, un article sur l’office de « secrétaire du roi » de la chancellerie près du Conseil souverain d’Alsace.

22 Burckard (F.), Le Conseil souverain d’Alsace au xviiie siècle, représentant du roi et défenseur de la province, Société savante d’Alsace, Strasbourg, 1995.

23 L’Alsace en 1700, édition dirigée par R. Oberlé, Colmar, 1970, p. 169.

24 Hoffmann (C.), L’Alsace au xviiie siècle au point de vue historique, judiciaire, administratif, économique, intellectuel, social et religieux, H. Huffel, Colmar, 1906, 1, p. 19-23.

25 Meyer (J.), « Un problème mal posé : la noblesse pauvre. L’exemple breton au xviie siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1971, 18, p. 161-188.

26 Chaussinand-Nogaret (G.), Une histoire des élites, 1700-1848. Recueil de textes présentés et commentés, Mouton, Paris/La Haye, 1975.

27 Ménestrier (C.-F.), Les Diverses Espèces de noblesse et les manières d’en dresser les preuves, Paris, 1685.

28 La Roque (G. de), Traité de la noblesse, de ses différentes espèces, Paris, 1678.

29 Boulainvilliers (H. de), Mémoire pour la noblesse de France contre les ducs et pairs, s. l., 1717 ; Essai sur la noblesse de France, Amsterdam, 1732.

30 Égret (J.), La Prérévolution française, 1787-1788, Presses universitaires de France, Paris, 1962, p. 290 sq. Doyle (W.), « Was there an Aristocratic Reaction in Pre-Revolutionary France ? », Past and Present, 1972, 57, p. 97-122.

31 Cité dans Marx (R.), Recherches sur la vie politique de l’Alsace prérévolutionnaire et révolutionnaire, Société savante d’Alsace, Strasbourg, 1966, p. 28.

32 Archives départementales du Bas-Rhin E 1344 et E 1402.

33 Marx (R.), op. cit., p. 7.

34 Furet (F.), « Le catéchisme révolutionnaire », dans les Annales E.S.C., 26, 1971, p. 276.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université de Mannheim

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search