Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Première partie. Unité ou diversité ?

Les académiciens de Besançon : 1752-1789

Une élite intellectuelle ?

Maurice Gresset

Texte intégral

1Pays d’entre-deux, tiraillé entre France et Empire, la Franche-Comté n’a été définitivement rattachée au royaume de France que par le traité de Nimègue en 1678, après être restée pas loin de deux siècles sous la domination des Habsbourg, ceux d’Autriche d’abord, puis après 1556 ceux d’Espagne. Si cette province avait toujours été de langue, de culture, et même d’institutions françaises, ses élites intellectuelles n’avaient pas sous les Habsbourg seulement regardé du côté de la France, même dans les années qui précèdent ou suivent de peu la réunion au royaume de Louis XIV. Ainsi l’abbé Jean-Baptiste Boisot (1638-1694), fondateur de la bibliothèque publique de Besançon, n’avait pas correspondu seulement avec Mlle de Scudéry, mais aussi avec Leibniz et d’autres savants européens. Augustin Nicolas (1622-1695) qui, en 1681, dédia à Louis XIV son traité contre la torture, avait longtemps séjourné en Italie et en Espagne et il a laissé des ouvrages en italien et en espagnol. Moins connu, le père Épiphane, un capucin né à Moirans, avait en 1682 écrit en latin un ouvrage contre l’esclavage, ce qui lui valut d’être expulsé d’Amérique par les Espagnols.

  • 1 Victor Louis donne les plans de la nouvelle église Saint-Pierre et de la nouvelle Intendance, la pr (...)

2Mais au milieu du xviiie siècle, une nouvelle étape est franchie dans l’alignement de la Franche-Comté sur la France. Le gouvernement royal abandonne ses derniers ménagements envers une province réunie à la France depuis près de trois quarts de siècle. Plus de premier président comtois au parlement (1750), plus d’archevêque comtois à Besançon (1754) et bientôt plus d’architectes comtois, mais des Parisiens pour donner les plans des grands édifices1. Dans le domaine intellectuel, la Franche-Comté s’aligne aussi sur les institutions françaises.

  • 2 En y comprenant F.-I. Dunod, nommé par le roi au vingt-neuvième fauteuil, et qui s’était beaucoup d (...)

3En 1752 des lettres patentes royales créent l’académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Besançon. Les quarante premiers académiciens sont nommés par le roi. En dehors du protecteur et de cinq académiciens nés, 47 autres académiciens seront élus par leurs confrères jusqu’en 1789. Sans passer sous silence les académiciens nés, dont quelques-uns participèrent activement à la vie de la compagnie, nous nous attacherons plus particulièrement aux académiciens ordinaires, les 35 nommés par le roi en 17522 et les 47 élus par la suite de 1756 à 1788 pour combler les vides dûs aux décès ou aux départs de Besançon. De tous ces académiciens nés et ordinaires, nous examinerons les origines puis les travaux, en nous demandant si tous formaient bien une élite intellectuelle.

Les origines des académiciens

4Nous étudierons les origines géographiques et sociales, d’abord des membres fondateurs en essayant de dégager des types, puis par comparaison, celles des membres élus au fil des ans, pour les remplacer. Trois des fondateurs seulement étaient encore en place en 1789 : le marquis de Grammont (1707-1795), l’abbé Talbert (1728-1803) et le professeur Seguin (1708-1790).

Les membres fondateurs

5Le premier fauteuil fut attribué au duc de Tallard (1684-1755), gouverneur de la province, qui eut le titre de protecteur. Ses démarches auprès du roi pour obtenir la création de la compagnie, comme le don d’un capital de 20000 livres pour la fondation de deux prix, lui avaient valu ce titre de protecteur que conservèrent par la suite ses successeurs au gouvernement de la province. Pas plus que le duc de Tallard, trois des quatre directeurs ou académiciens nés n’étaient comtois : au troisième fauteuil, le lieutenant général de la province, le duc de Randan (1704-1773), au quatrième, le premier président du parlement, Marie-Joseph Pourroy de l’Auberivière de Quinsonas (1700-1757), au cinquième, l’intendant de Franche-Comté, Jean-Louis Moreau de Beaumont (1715-1785). Seul le second fauteuil, celui de l’archevêque de Besançon, était occupé par un Comtois, Antoine-Pierre II de Grammont (1685-1754). En 1753 s’y ajouta, au 29e fauteuil, le maire de Besançon, désormais considéré comme directeur né.

6En dehors du protecteur et de trois directeurs nés, plusieurs académiciens ordinaires n’étaient pas non plus, à la fondation, d’origine comtoise. C’étaient les marquis du Châtelet (1689-1757) – lorrain –, du Mesnil (1700-1764) – dauphinois –, de Calviers (1693-1777) – languedocien –, et de Rostaing (1705-1799) -commandant de l’école d’artillerie de Besançon –, ainsi que les deux derniers de la liste, Charpentier de Cossigny (1690-1780) – ingénieur en chef des fortifications –, et Gilles Levacher (1693-1760) – chirurgien major de l’hôpital. Deux autres académiciens nommés en 1752 appartenaient à des familles françaises du royaume fixées à Besançon par l’achat d’un office au Parlement, dès 1693 pour celle de l’abbé d’Espiard (1695-1778), un peu plus tard pour celle de Joseph Lebas de Clévans (1697-1762). Enfin six autres, Comtois de souche, avaient épousé des Françaises du royaume. Tous les six appartenaient au Parlement : deux présidents à mortier, Mouret de Châtillon (1709-1787) et Boquet de Courbouzon (1682-1762) qui fut choisi comme secrétaire perpétuel, deux conseillers, Jean-Baptiste-Joseph Biétrix (1699-1756) et Étienne-Joseph-François-Xavier Chifflet (1717-1782) qui devint premier président du Parlement Maupeou, et enfin deux avocats généraux, l’un honoraire, Rocher de Frasne (1704-1784), l’autre en exercice, Dagay de Mutigney (1722-1805), qui devait devenir président au Grand conseil, puis intendant de Picardie. En définitive, sans même compter ces huit magistrats d’ascendance ou d’alliance non comtoises, avec un quart de ses membres régnicoles non comtois, l’académie de Besançon peut apparaître comme un instrument d’assimilation culturelle, et sa création en 1752 comme une manifestation de la politique d’alignement sur le royaume, reprise avec vigueur au milieu du xviiie siècle.

7Une hiérarchie sociale nuancée apparaît dans le classement sur la liste des 40 premiers membres nommés par le roi en 1752. Elle combine différents critères dont aucun n’est à lui seul déterminant. Dans la France d’Ancien Régime, le clergé est considéré comme le premier ordre. Treize clercs figurent sur la liste des 40 membres fondateurs, c’est-à-dire presque le tiers (32,5 %) du total et plus du tiers (37,1 %) si l’on ne considère que les membres ordinaires. Certes l’archevêque de Besançon apparaît en tête des directeurs nés, tout de suite après le protecteur, mais l’évêque de Nevers, un Comtois, Tinseau (1697-1782), suivi de l’abbé d’Olivet (1682-1768), un autre Comtois, celui-là membre de l’Académie française, ne sont pas placés en tête des académiciens ordinaires. Ils sont précédés par un groupe de six nobles d’ancienne maison, tous officiers généraux. Les autres membres du clergé sont dispersés dans la suite de la liste. Deux académiciens sont conseillers clercs au Parlement, l’un, Mareschal d’Audeux (1702-1784), est presque en tête du groupe nombreux et compact des magistrats de la cour souveraine, l’autre, d’Espiard (1695-1778), en queue. C’est l’ordre de réception à la cour qui a prévalu.

  • 3 Seguin, professeur de droit, et Atthalin, professeur de médecine, étaient roturiers en 1752. Seguin (...)

8Un noble, le marquis de Rostaing, s’intercale ensuite entre un chanoine métropolitain, Dagay (1697-1768), et les professeurs de l’Université parmi lesquels ceux de théologie, les abbés Bullet (1699-1775) et Belon (1709-1769), figurent bien en tête, tandis que les roturiers, Seguin et Atthalin (1701-1782), se classent en queue. Mais ces deux professeurs précèdent deux chanoines, frère de Villefrancon, curé de la Madeleine, décédé en 1764, et Talbert, puis deux religieux, un bénédictin, Dom Coquelin (1690-1771), un jésuite, le père Regnauld, et un dernier ecclésiastique, l’abbé Fau de Raze, décédé en 1787. Deux avocats, l’un de noblesse ancienne, Duban de Cressia (1721-1781), l’autre récente, Binétruy de Grandfontaine (1723-1795), qui devint secrétaire perpétuel de 1762 à 1771, précèdent les roturiers qui occupent les derniers fauteuils, l’ingénieur Charpentier et le chirurgien Levacher. Le second ordre est donc tout aussi dispersé que le clergé dans la liste des membres fondateurs, où il se trouve en majorité avec 23 représentants (57,5 %) contre 4 seulement au tiers état (10 %)3.

  • 4 Tinseau, évêque de Nevers, l’abbé d’Olivet, l’abbé Dagay, l’abbé Frère de Villefrancon, l’abbé Talb (...)

9La profession serait-elle un meilleur moyen de classement social que l’ordre ? Parmi les académiciens de 1752, on rencontre, outre les ecclésiastiques, des militaires, des robins, des professeurs d’Université, des médecins. Le monde judiciaire est le mieux représenté avec 14 académiciens fondateurs, auxquels il faudrait ajouter, si l’on répartit les membres du clergé selon leur origine sociale, neuf de ceux-ci. Les deux conseillers clercs au parlement sont fils, l’un d’un président à mortier (d’Espiard), l’autre d’un conseiller laïc (Mareschal d’Audeux). Six autres sont issus de famille parlementaire4, tandis que l’abbé de Raze est fils d’un secrétaire de chancellerie. Sans le parlement, une académie n’eût sans doute jamais été fondée à Besançon.

  • 5 Voir notre thèse d’État, Gresset (M.), Gens de justice à Besançon : de la conquête par Louis XIV à (...)

10Mais les robins sont loin de se situer tous au même niveau social. Le monde judiciaire est un édifice à trois étages5. Au sommet la haute robe composée de magistrats de cours souveraines aux fonctions anoblissantes. Au milieu les magistrats subalternes et les avocats. En dessous, les non-gradués : greffiers, notaires, procureurs, huissiers. En 1752 à l’académie de Besançon l’étage supérieur anoblissant est largement représenté avec dix magistrats au parlement et huit ecclésiastiques de famille parlementaire. L’étage moyen l’est déjà beaucoup moins : quatre avocats et un ecclésiastique fils d’avocat, et il faut remarquer que deux avocats académiciens sont nobles, Duban et Binétruy. Le niveau inférieur du monde judiciaire n’est pas représenté et un seul académicien est fils de non-gradué : Atthalin, fils d’un notaire du bailliage d’Amont. L’approche sociale par la profession n’est donc pas non plus déterminante. Retenons seulement l’importance de l’appartenance à un grand corps, Parlement ou Université, pour se situer dans la hiérarchie d’Ancien Régime. Mais une compagnie comme l’Académie a sa propre hiérarchie dont témoigne la place réservée à un membre de l’Académie française, la plus prestigieuse de toutes ces compagnies.

Des types d’académiciens

  • 6 Bibliothèque municipale de Besançon, fonds de l’académie, ms. 6, f. 134 v.

11Pour avoir la clef de cette hiérarchie, laissons la parole au plus jeune membre nommé en 1752 à l’académie de Besançon, l’abbé François-Xavier Talbert, rival heureux de Jean-Jacques Rousseau à un concours célèbre de l’académie de Dijon. En 1752 il avait 24 ans, alors que l’âge moyen des membres nommés par le roi était de 50 ans. Cinq ans plus tard, dans l’éloge funèbre du marquis du Châtelet, il dépeint ainsi les débuts de la compagnie bisontine : « Une assemblée de gens de lettres donna l’idée à quelques personnes en place de former à Besançon une société littéraire, mais pour préliminaire, il fallut trouver un moyen de rendre cet établissement respectable dans sa naissance, et de le mettre à l’abri de cette malignité jalouse qui déconcerte les talents et les réduit au silence. Rien ne parut plus convenable que d’engager ceux à qui la naissance et le rang donnent d’en imposer, à seconder le projet, à couvrir la marche de ces muses timides. Le concert fut unanime et devint une sorte d’émulation... »6

12La naissance et le rang au sommet, les talents dépourvus de tels avantages en bas, et entre les deux, des gens à talents, et même d’un certain rang, mais dont la naissance n’est pas suffisante pour décourager la « malignité jalouse » : l’abbé Talbert a remarquablement situé dans la société de son temps ses premiers confrères ! Trois portraits types d’académiciens nommés en 1752 peuvent illustrer son propos.

  • 7 Id., f. 131.
  • 8 Id, f. 133.
  • 9 Id, f. 132 v.

13Le premier est celui du marquis Ferdinand-Florent-Gabriel du Châtelet (1689-1757), celui-là même dont le décès fournit à l’abbé Talbert l’occasion de s’exprimer. Il est de haute naissance, puisque « la maison dont il est issu tient aujourd’hui les rênes de l’Empire »7 ; entendez qu’il appartient à une branche cadette de la maison de Lorraine. Son épouse, Marie-Emmanuelle de Poitiers est issue de l’ancienne maison des comtes souverains de Valentinois et de Diois. Lui-même a suivi très jeune une belle carrière militaire comme ses ancêtres. Mais, de talent particulier dans sa carrière d’académicien, l’abbé Talbert n’en trouva guère, sinon qu’il aimait la lecture et qu’« il avait un goût exquis dans le choix de ses livres »8. Le marquis ne disait-il pas de lui-même : « Je ne me sens pas les talents propres à remplir des fonctions au-dessus de mes forces »9, et on ne l’entendit jamais en séance.

  • 10 Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 2013, f. 302 v.
  • 11 Archives départementales du Doubs, E 3682, « Titres de la famille Boisot ».

14Ce n’était pas le cas de Jean-Baptiste Biétrix (1699-1756), conseiller au Parlement. C’était même à lui que l’académie devait son origine. Avant 1752 se réunissait en effet chez lui une assemblée de gens de lettres où l’on s’entretenait alternativement d’histoire et d’éloquence et cette assemblée avait été le premier noyau de la future compagnie. Mais s’il avait des talents et même un certain rang, Biétrix ne pouvait se targuer de sa naissance. Il était bien fils d’avocat, profession honorable, mais ses ancêtres étaient marchands, et le souvenir ne se perdait pas de telles origines. À la même époque, on « chansonnait » un maire de Besançon dont le père autrefois vendait « des peignes de buis »10. De plus, Biétrix était le gendre d’un personnage qui pratiquait le prêt usuraire, et il avait été quelque peu éclaboussé dans le scandale suscité par le premier président du Parlement, victime de ce malencontreux beau-père11.

  • 12 Bibliothèque municipale de Besançon, fonds de l’académie, ms. 6, f. 456 sq.

15Gilles Levacher (1693-1760), chirurgien de l’hôpital de Besançon, est le meilleur exemple de talents dépourvus de naissance, mais arrivés pourtant à la notoriété. Toute sa vie, il avait dû lutter contre l’adversité. Il était bien né dans un château, celui de Chazeuille en Bourbonnais, mais son père n’y était que jardinier ! Adolescent, alors qu’il se passionnait pour ses études, il avait dû les interrompre pendant trois ans, parce qu’il perdait l’usage de la vue. Heureusement guéri, il lui fallut, pour vivre, donner des leçons d’écriture. Parti à Montpellier commencer des études de chirurgie, il ne put les achever, faute d’argent. Sans le prieur de l’abbaye de Saint-Germain-des-Fossés, qui s’intéressa à lui et l’envoya continuer ses études à Paris, il aurait végété toute sa vie. Dans la suite de sa carrière, il encourut successivement la jalousie de ses premiers maîtres à Paris, puis celle de ses confrères à Besançon12. Mais son mérite et ses talents l’imposèrent. Correspondant de l’Académie des sciences, en relation avec Réaumur, Maupertuis, Clairaut, sa notoriété, qui ne demeurait pas à l’abri de la « malignité jalouse », le fit entrer dans la nouvelle compagnie bisontine.

  • 13 Id., ms. 1, f. 212.

16Dès 1755 l’auteur de l’éloge du duc de Tallard, Courbouzon, avait esquissé à peu près la même typologie, déclarant que le protecteur avait composé « la nouvelle société d’une manière à luy donner le plus d’éclat : il mit à sa tête des personnes qui occupent les premières places, il y ajouta des guerriers de la naissance la plus illustre, des scavans de la plus grande réputation »13. Va-t-on retrouver chez les 47 académiciens élus ensuite par leurs confrères les mêmes types et les mêmes origines ?

L’évolution du recrutement

  • 14 Des directeurs nés ne furent pas reçus et ne vinrent jamais à l’académie, tel le maire de Besançon (...)

17De 1753 à 1788, deux protecteurs nés, les gouverneurs de la province Jean-Baptiste, duc de Duras en 1755, et Emmanuel Félicité, duc de Duras en 1770, ainsi que 22 directeurs nés furent reçus à l’académie14. Quarante-sept académiciens ordinaires furent durant la même période élus par leurs confrères. Pour l’ensemble, protecteurs et directeurs nés compris, la proportion des non-Comtois passa du quart au tiers, à la fois parce qu’après 1754 aucun Comtois ne fut plus nommé au siège archiépiscopal de Besançon, et que changèrent assez souvent les autres hauts personnages auxquels leurs fonctions valaient le titre de directeur né. En revanche la proportion des non Comtois resta stable parmi les académiciens ordinaires (autour de 17 %), tandis que l’âge moyen d’entrée dans la compagnie s’abaissait de 50 à 44 ans.

 

40 membres nommés en 1752

Académiciens de 1753 à 1788

Total avec protecteurs et directeurs nés

Académiciens
ordinaires

Total

Élus

Clergé

13/40

32,5 %

12/35

34,3 %

21/71

29,6 %

19/47

40,4 %

Noblesse

23/40

57,5 %

19/35

54,3 %

33/71

47,8 %

19/47

40,4 %

Tiers-État

4/40

10,0 %

4/35

11,4 %

16/71

22,6 %

9/47

19,2 %

  • 15 Au sixième siège, le marquis de Bauffremont a été remplacé en 1770 par le marquis Louis de Choiseul (...)

18La répartition par ordre évolue elle aussi. Pour l’ensemble des académiciens, la noblesse perd des points au profit du tiers. Dégringolade encore plus marquée si l’on ne considère que les académiciens ordinaires, puisque parmi eux, les nobles passent de 54 à 40 %. Cette évolution peut s’éclairer en recourant aux groupes suggérés par l’abbé Talbert. Dans celui des nobles de haute naissance et de haut rang s’avère particulièrement significatif le devenir des six sièges réservés en 1752 à des officiers généraux qui précédaient l’évêque de Nevers et l’abbé d’Olivet. L’un a conservé le même titulaire, le marquis de Grammont. Deux autres sont toujours tenus par des nobles de haute naissance et de haut, voire de plus haut rang, tel celui du chevalier de Montbarrey, où l’a remplacé en 1781 son neveu, le prince de Montbarrey (1732-1796), ancien ministre de la Guerre15. Mais dans les trois autres sièges, les premiers titulaires ont été remplacés par des gens de moindres rang et naissance : un avocat noble, mais depuis 1737 seulement, un autre robin du Parlement et un noble d’ancienne maison, mais resté capitaine. Aux autres fauteuils sont élus de plus en plus rarement des nobles de haute naissance et de haut rang. Il y eut bien le marquis de Paulmy (1722-1787), un d’Argenson, fils du ministre des Affaires étrangères, mais c’était en 1756. Ensuite on ne trouve plus guère que les comtes du Châtelet (1727-1793) et de Scey (1717-1789), tous deux élus en 1776. Trois ans plus tard, le vicomte de Toulongeon (1750-1812) est le dernier noble d’ancienne maison qui entre à l’académie, et il n’est pas élu seulement à cause de sa naissance, mais surtout à cause de ses talents de poète.

19On observe la même évolution dans le clergé. Sur les douze clercs nommés en 1752 académiciens ordinaires, un seul, le jésuite Regnauld, appartenait à une famille non noble. Au contraire, sur les dix-neuf clercs entrés dans la compagnie de 1759 à 1786, sept seulement sont de famille noble : trois chanoines métropolitains dont un futur archevêque de Besançon sous la Restauration, Paul-Ambroise frère de Villefrancon (1754-1828), deux évêques, un coadjuteur, un curé d’une paroisse de Besançon, noble d’extraction. Mais douze sont de famille roturière, neuf membres du clergé séculier, dont les abbés Guillaume (1728-1802), généalogiste, Bergier (1718-1790), le meilleur apologiste du xviiie siècle, Jacques (1736-1821), professeur de théologie à l’Université, Nonnotte (1711-1793), dont Voltaire, son adversaire, rappelait pour mieux l’accabler, qu’il était fils d’un coupeur de bois ! Trois sont des réguliers, les bénédictins Dom Berthod (1733-1788) et Dom Grappin (1738-1833), et le capucin Dunand (1719-1790), type de l’érudit impénitent qui aurait voulu mourir dans une bibliothèque !

20Il est inutile de préciser que ces douze clercs appartiennent, dans la classification de l’abbé Talbert, au groupe des talents d’origine roturière. Peuvent s’ajouter à ce groupe, par ordre chronologique d’élection : Yard (1696-1764), professeur à la faculté de médecine, Roman (1730-1794) et médecin, Ethis, secrétaire de l’intendant Lacoré, Clerc (1726-1798), un autre médecin élu en 1776 et anobli l’année suivante, Lachiche (1719-1802), ingénieur militaire, premier concepteur du canal du Rhône au Rhin.

21Entre ces deux groupes, celui des gens de haute naissance et de haut rang et celui des talents roturiers, se classent les autres, de moyenne naissance seulement, mais qui ne sont pas sans talents. Beaucoup appartiennent au monde judiciaire. Sept ont siégé au Parlement : deux présidents à mortier, François-Félix-Bernard Terrier de Mailleroncourt (1734-1796) et J.-B. Hippolyte Mareschal de Vezet (1743-1816), quatre conseillers, Jean-Baptiste Guillemin de Vaivre (1736-1817) qui devint intendant de Saint-Domingue, Nicolas-François-Eugène Droz (1735-1805) qui devint secrétaire perpétuel, Charles-Antoine Balthazar Tinseau (1742-1806), C.-A.-V. Faivre du Bouvot (1728-1802), un avocat général, Jean-François Bergeret (1725-1792), correspondant de Voltaire. Deux siégèrent au bureau des finances de Besançon, la juridiction qui en 1771 remplaça la chambre des comptes de Dole : Claude-Joseph Perreciot (1728-1798), juriste et historien et Louis Philippon de la Madeleine (1734-1818). Un enfin demeura seulement avocat, mais fut durant plusieurs années maire de Besançon : François-Joseph Dunod de Charnage (1705-1764). Quelques ecclésiastiques nobles appartiennent aussi à ce groupe, tels le chanoine de Camus (1731-1802) et l’abbé Antoine Emmanuel Durand (1743-1820). Il faut enfin remarquer que, dans le monde judiciaire, un magistrat du Parlement fait la charnière entre les talents roturiers et le groupe intermédiaire. C’est Droz, fils d’un avocat du roi au bailliage de Pontarlier qui entra roturier à l’académie, mais fut anobli trois mois plus tard par l’acquisition d’une charge au Parlement.

22C’est finalement le groupe des talents d’origine roturière qui s’est le plus étoffé par les élections de 1756 à 1788, surtout grâce à des ecclésiastiques. Celui des nobles de haute naissance et de haut rang a diminué, l’abbé Talbert ne lui assignait-il pas la fonction de protéger les premiers pas des talents, ces « muses timides ». L’académie, une fois installée et reconnue avait moins besoin d’eux. Elle en avait d’autant moins besoin qu’ils ne l’honoraient pas souvent de leur présence, et ne lui fournissaient guère de travaux !

Les travaux des académiciens

  • 16 Réclamée dès le début, notamment par des étrangers, la catégorie des membres associés ne fut créée (...)
  • 17 Ce fut souvent le cas à l’académie de Besançon, à laquelle de nombreuses inventions furent soumises (...)
  • 18 Généralement pas de séance durant les vacances judiciaires, du 8 septembre à la rentrée de la Saint (...)
  • 19 Neuf en moyenne en 1759, 1764 et 1774 ; 7 en 1775 et 1784.

23Une société savante vit du travail de ses membres, titulaires ou associés16 et même de travaux présentés par des auteurs qui n’en sont pas membres17. À ses débuts l’académie de Besançon se réunissait très souvent, à peu près toutes les semaines, sauf durant les périodes de vacances18. Les séances étaient devenues moins fréquentes à la veille de la Révolution où, sauf en hiver, il ne s’en tenait guère plus d’une par mois. À l’exception des deux séances publiques, celle de la veille de la Saint-Louis, le 24 août, et une autre en novembre ou décembre, elles réunissaient moins de dix académiciens19. En juillet et août, elles étaient généralement consacrées à l’examen des mémoires envoyés aux concours annuels et elles étaient encore moins fréquentées. Faut-il en déduire que tous les académiciens ne méritaient pas d’être comptés parmi les élites intellectuelles ?

Des élites intellectuelles ?

  • 20 Quinsonas, le 28 août 1752 sur la nécessité d’apprendre l’histoire pour bien connaître l’origine de (...)
  • 21 Mangue (P.), « Le dernier intendant de Franche-Comté, Marc-Antoine Caumartin de Saint-Ange, 1784-17 (...)

24Une participation active aux travaux de la compagnie supposait présence à ses séances, lecture de mémoires, présentation de recherches, réponses à des questions envoyées parfois de fort loin, et publication de travaux en dehors de l’académie qui, avant la Révolution, n’assurait pas l’impression de mémoires. Pouvait-on exiger une telle participation des protecteurs et directeurs nés, déjà suffisamment accaparés par leurs hautes fonctions ? En réalité, on n’aperçut guère archevêque, lieutenant général, premier président, intendant et maire en dehors des séances publiques, dont leur présence rehaussait l’éclat. Quelques-uns cependant se montrèrent assez actifs. En juillet 1753 et juillet 1754 le premier président du Parlement, M. de Quinsonas, puis l’intendant Moreau de Beaumont acceptèrent la présidence, alors semestrielle, de la compagnie. Tous deux d’ailleurs y avaient présenté des travaux dès les premiers mois de son existence20 et par la suite Moreau de Beaumont écrivit un ouvrage en quatre volumes sur les impositions et les droits en Europe et en France (1768-1769). Le cardinal de Choiseul se contenta en 1766 de la vice-présidence, devenue, comme la présidence, annuelle en 1759, mais on ne le vit guère dans ses fonctions et il ne présenta aucun travail. Le dernier intendant de Franche-Comté, Caumartin de Saint-Ange (1784-1790)21, accepta la présidence en 1785, siégea assez souvent et présenta des travaux. Cependant, malgré quelques brillantes exceptions, il faut reconnaître le caractère honoris causa de la majorité des directeurs nés.

25Il en va de même de la plupart des militaires de haut rang et de haute naissance, ainsi que des membres du haut-clergé que l’académie compta comme membres ordinaires et non plus comme directeurs nés. Mais parmi eux aussi, quelques brillantes individualités méritent d’être comptées au rang des élites intellectuelles et pas seulement militaires. Fils du secrétaire d’État aux Affaires étrangères d’Argenson, et proche collaborateur de son oncle, frère du premier, à la guerre, le marquis de Paulmy, membre de l’Académie française, élu à celle de Besançon en 1755, est bien connu pour ses nombreuses publications et sa remarquable bibliothèque, à l’origine de celle de l’Arsenal. Il ne vint pas souvent siéger à l’académie de Besançon, mais entretint avec elle une correspondance suivie. En revanche, le commandant de l’école d’artillerie, le marquis de Rostaing, tant qu’il fut à Besançon, se montra fort assidu aux séances et surtout y présenta de nombreux travaux.

  • 22 En 1759 par exemple, il participa à 21 séances sur 31.

26Les nobles de robe ont participé de façon plus suivie, quoiqu’inégale, aux activités de l’académie, de même que les ecclésiastiques issus de la noblesse de robe. Tous ou presque ont été présidents et vice-présidents de la compagnie. Président à mortier au parlement, Mouret de Châtillon fut quatre fois président, en 1752, 1759, 1763 et 1771. Conseiller clerc au parlement, l’abbé Mareschal d’Audeux fut deux fois président et deux fois vice-président. Issu d’une famille qui avait compté des hommes de lettres, des historiens et des médecins célèbres, le président Chifflet fut aussi l’un des membres les plus assidus22 et les plus actifs de l’académie où il avait été nommé par le roi en 1752.

27Mais ce sont les quatre secrétaires perpétuels, tous issus de la robe qui méritent le mieux de figurer parmi les élites intellectuelles de la province. Deux surtout s’illustrèrent. Le premier fut Claude-Antoine Boquet de Courbouzon, président à mortier au parlement en 1754. Il avait 70 ans quand il devint secrétaire perpétuel. Un mois avant sa mort, survenue en mars 1762, il présentait encore un rapport à la compagnie. En tout il y intervint 30 fois en dix ans, mais il n’a pas laissé d’ouvrages imprimés, à la différence du dernier secrétaire, le conseiller Droz, d’abord intérimaire, puis perpétuel depuis 1771. Il laissa notamment un Recueil des édits et ordonnances enregistrés au Parlement et des principaux arrêts de cette cour, 6 volumes in folio publiés de 1771 à 1778. Pour défendre le parlement en 1789, il publia aussi un Mémoire pour servir à l’histoire du droit public de la Franche-Comté. Droz intervint 40 fois à l’académie en 26 ans, en des domaines très variés, mais touchant de préférence l’histoire. Son Recueil des édits est un ouvrage encore fort utile à l’historien d’aujourd’hui.

  • 23 Perrod (M.), Répertoire bibliographique des ouvrages franc-comtois imprimés antérieurement à 1792, (...)

28Avec Droz, encore roturier lorsqu’il fut élu membre associé de l’académie en 1762, nous arrivons à des élites intellectuelles peu nombreuses, mais fort actives dans la compagnie, les talents d’origine roturière. Dans les membres fondateurs, nous avons déjà rencontré un médecin, Atthalin, fils de procureur, et un chirurgien, Levacher. Atthalin siégea durant 30 ans à l’académie de Besançon et il lui donna 33 mémoires, discours, rapports, analyses d’ouvrages. Proportionnellement Levacher fut encore plus fécond avec douze contributions, mais en huit ans seulement. Élu en 1776, le médecin Clerc ou Le Clerc, de Baume-les-Dames, exerça ses talents jusqu’en Russie. Il a laissé 19 ouvrages publiés, dont plusieurs furent traduits23. À ne considérer que les cinq premières années, les plus actives, de l’académie, on s’aperçoit que les talents roturiers (7 au total en comprenant les ecclésiastiques d’origine roturière) ont tous présenté au moins un travail à la compagnie. Or 19 académiciens seulement l’ont fait. Deux sondages, de 1772 à 1775 et de 1782 à 1785, aboutissent à un même type de constatation. Les académiciens de plus humble origine présentent tous au moins une contribution, ils sont 8 sur 19 dans le premier sondage, 11 sur 23 dans le second. Les talents d’origine roturière ont donc été les plus actifs et cela explique que la compagnie leur ait réservé une place de plus en plus large.

  • 24 On en trouve le détail dans Gresset (M.), op. cit., 2, p. 641 et p. 643-644.
  • 25 Bergier (N.), Correspondance avec l’abbé Trouillet, 1770-1790, un théologien au siècle des Lumières (...)

29La question des élites intellectuelles à l’académie peut encore être envisagée sous un dernier aspect : la compagnie a-t-elle accueilli en son sein les auteurs comtois que le temps a consacrés et dont les ouvrages sont encore connus aujourd’hui ? La réponse est positive pour François-Ignace Dunod de Charnage, le plus fécond d’entre eux, mais qui mourut l’année même de sa fondation, laissant de nombreux ouvrages de droit et d’histoire24. Un petit-neveu de Dunod n’est autre que Droz, le secrétaire perpétuel, qui lui aussi fut juriste et historien, notamment de Pontarlier. Claude-Joseph Perreciot (1728-1798), fils d’un notaire rural, entré à l’académie de Besançon en 1780, est connu surtout pour son Traité de l’État-civil des personnes et de la condition des Terres dans les Gaules dès les Temps celtiques jusqu’à la rédaction des coutumes, publié en 1786. C’est même l’académie qui a révélé les talents d’un auteur qui retient encore l’attention aujourd’hui25. L’abbé Nicolas-Sylvestre Bergier (1718-1790), fils d’un maître d’école, curé de Flangebouche, fut le lauréat de plusieurs de ses concours, il devint membre associé en 1761, puis titulaire en 1769, avant de partir pour la capitale où il fut chanoine de Notre-Dame et confesseur des filles du roi Louis XV. Il laissa 13 ouvrages d’apologétique, dont cinq furent traduits en allemand, notamment sa réfutation du matérialisme d’Holbach.

  • 26 Récemment étudié par Vernus (M.), « François-Xavier Laire, érudit bibliographe (1738-1801) », dans (...)
  • 27 Dziembowski (E.), « L’abbé Coyer et la reformulation de l’idée de patrie au milieu du xviiie siècle (...)
  • 28 Maurat (J.-P.), « Histoire de l’angine de poitrine », dans Procès-verbaux et mémoires de l’Académie (...)

30À défaut d’avoir été élus membres titulaires, d’autres Comtois restés relativement célèbres figurèrent au moins dans la classe des membres associés. Parmi eux on rencontre Suard qui, installé à Paris, y épousa la sœur de l’éditeur Panckoucke et entra à l’Académie française, et un érudit célèbre, le père Laire, un minime26. Quant à l’abbé Coyer, de Baume-les-Dames, auteur de la Noblesse commerçante et de pas mal d’autres ouvrages27, si le reproche de superficialité qui lui était alors adressé lui ferma les portes de l’Académie française et même de celle de Besançon, il fut en correspondance avec celle-ci au début de sa carrière. Un médecin comtois, membre de l’académie de Besançon, Nicolas-François Rougnon (1727-1799), professeur à l’Université, est encore bien connu des cardiologues d’aujourd’hui pour avoir le premier décrit avec précision les symptômes de l’angine de poitrine28. En effet si les scientifiques ne furent pas les plus nombreux dans la compagnie bisontine, ils y furent actifs.

Les disciplines représentées

31« Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts », ainsi s’intitulait en 1752 et s’intitule toujours l’académie de Besançon. Remarquons cependant que beaucoup de ses membres pratiquèrent la pluridisciplinarité si prônée aujourd’hui : les juristes y furent aussi historiens, Droz se chargea de rapports sur les salines, professeur de théologie à l’Université, l’abbé Bullet (1699-1775) se spécialisait dans l’histoire des Celtes et un autre théologien, l’abbé Poulin, était également « physicien ».

  • 29 Sur les productions des académiciens bisontins au xviiie siècle, voir Cousin (J.), L’Académie des s (...)
  • 30 Archives de guerre B 2876.

32Nous avons déjà rencontré plusieurs médecins et chirurgiens, il faut encore citer le docteur Roman (1730-1794), élu en 1762 et qui sous la Révolution aida Droz à sauver les archives de la compagnie, ainsi que le chirurgien Thomassin, élu associé en 1780. Parmi les scientifiques qui se distinguèrent par le nombre et la qualité de leurs travaux à l’académie29, figurent le marquis de Rostaing, surtout naturaliste, qui eut la prescience des microbes, Yard, professeur de mathématiques à l’école d’artillerie, et des ingénieurs militaires, Charpentier de Cossigny, un des fondateurs dont il a déjà été question et Le Michaud d’Arçon (1733-1800), l’inventeur des batteries flottantes au siège de Gilbratar, qui devint membre de l’Institut en 1796. Claude-Quentin Lachiche, reçu en 1782, lut cette même année pendant deux séances ses observations sur l’ancienne navigation du Doubs qui l’avaient conduit à concevoir le canal du Rhône au Rhin. Quelques mois plus tard, il fait un rapport sur un ouvrage. En revanche l’ingénieur Damoiseau, reçu en 1783, quitta Besançon où il était directeur des fortifications, avant d’avoir pu participer activement aux travaux de l’académie. Il alla exercer les mêmes fonctions en Corse, puis à la Martinique30.

33Bien que venant après les sciences dans l’intitulé de la compagnie, les belles lettres y comptèrent plus de représentants et y suscitèrent de plus nombreux travaux. Beaucoup d’académiciens s’essayèrent à la poésie, tels au début le premier président de Quinsonas et à la fin des militaires comme les marquis d’Ormenans et de Lezay-Marnésia ou le vicomte de Toulongeon ainsi qu’un associé, Legier de Jussey. Quels qu’en soient les auteurs, ces travaux de poésie, pas plus que ceux d’éloquence, n’ont mérité de passer à la postérité.

34Les travaux d’histoire et de droit, abondamment représentés dans les manuscrits de l’académie bisontine, s’avèrent plus utiles, même si les historiens d’aujourd’hui reprochent volontiers à leurs devanciers d’avoir systématiquement donné le beau rôle à la France conquérante.

35Après Dunod, plus que des historiens, l’académie compte surtout des érudits, transcrivant et accumulant des documents – dont les originaux ont aujourd’hui parfois disparu – à la manière d’un de ses premiers membres, le conseiller au Parlement Courchetet d’Esnans (1699-1766), qui avait été envoyé à l’étranger, aux Pays-Bas notamment, transcrire des chartes concernant la Franche-Comté. Poursuivie par Droz, son œuvre forme à la Bibliothèque nationale les 44 premiers volumes de la collection Moreau. Chargé aussi de mission dans les principales abbayes françaises et aux Pays-Bas, Dom Berthod travailla à la continuation des Acta sanctorum de Bollandus et prit part au 51e volume.

  • 31 Joubert (M.-D.), Un peintre suisse en Franche-Comté au xviiie siècle, Jean-Melchior Wyrsch, thèse, (...)
  • 32 Un Bertrand fut bien reçu associé en 1786, mais c’est l’homonyme de l’architecte, un ingénieur des (...)

36Bien que figurant dans ses attributions, les arts n’eurent pas de représentants à l’académie de Besançon. Les deux plus grands artistes vivant en Comté dans la seconde moitié du xviiie siècle, le peintre suisse Wyrsch31 et le sculpteur bisontin Luc Breton n’y furent ni titulaires, ni associés, sans doute en raison d’un conflit entre eux et la compagnie au sujet d’une école de peinture et de sculpture qu’ils avaient fondée. Les grands architectes comtois de l’époque, Nicole, Bertrand32, Colombot, ne furent pas non plus élus à la compagnie, mais les deux premiers participèrent à certains de ses concours, notamment à celui de 1770 sur les embellissements de Besançon, car s’il n’y eut pas d’artistes à l’académie, on y parla souvent d’art, et en 1770 également, un académicien titulaire, Ethis, composa la musique de la messe célébrée le 24 août pour la compagnie. Plusieurs académiciens, tels Lebas de Clévans, le président Chifflet ou l’abbé Pellier, réunirent de remarquables collections d’œuvres d’art.

Les académiciens de Besançon et les Lumières

37Transformée dans sa composition sociale par une plus large ouverture aux talents, pourquoi l’académie de Besançon passe-t-elle pour peu perméable aux Lumières et apparaît-elle souvent comme une citadelle du conservatisme dont les horizons ne dépassent guère les limites de la province ?

  • 33 La dernière réunion se tient le 14 janvier 1789.

38N’a-t-elle pas accueilli deux grands adversaires des philosophes, les abbés Bergier et Nonnotte ? Son secrétaire perpétuel, Droz, n’a-t-il pas défendu la mainmorte et au moment du déclenchement de la Révolution, prêté l’appui de son érudition au Parlement déjà décrié ? Dans les bibliothèques de ses membres, les ouvrages des philosophes n’apparaissent guère et dès 1789 l’académie, prise de panique, ne cesse-t-elle pas de se réunir33 ?

  • 34 Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 2028, f. 15.
  • 35 Pingaud (L.), « Le président de Vezet », dans Revue historique, 20, 1882, p. 282-326.

39Il est vrai, mais cela n’empêchait pas les académiciens de connaître les théories de leurs adversaires et parfois même d’y adhérer. Tout en gémissant sur l’impiété de Voltaire, l’évêque Tinseau affirmait « qu’il n’y avait que des pédans, des sots ou des fanatiques qui puissent refuser à Voltaire le titre d’historien très aimable et très lumineux »34. Bien que réfutant leurs théories religieuses, l’abbé Bergier entretint toujours à Paris de bons rapports avec les philosophes. Le vicomte de Toulongeon qui était l’ami de Diderot et le père Dunand ont fait d’enthousiastes éloges de Voltaire. En 1789 Toulongeon accepta le doublement du Tiers et rédigea un célèbre manifeste qui marquait la rupture de 22 nobles comtois avec leur ordre. Comme l’avocat général Bergeret, Philippon de la Madeleine correspondait avec Voltaire et – anonymement il est vrai – collabora à l’Encyclopédie pour des articles de jurisprudence du premier volume des Suppléments. Le président de Vezet alla voir Voltaire lors de son dernier et triomphal séjour à Paris, sans pouvoir cependant s’empêcher de railler « le concours prodigieux des sots qui s’efforçaient de parvenir jusqu’à l’idole du jour »35.

  • 36 Brelot (C.), « La Noblesse en Franche-Comté de 1789 à 1808 », dans les Annales littéraires de l’uni (...)
  • 37 Le chanoine J.-A. de Camus, l’ingénieur Damoiseau, Ethis, premier vénérable en 1764, l’ingénieur Le (...)
  • 38 L’avocat général Bergeret, J.-B. Guillemin de Vaivre, futur intendant, le président de Vezet.
  • 39 Toulongeon est cité par J. Cousin, op. cit., p. 99 et Calviers a une notice dans le Dictionnaire de (...)

40Perreciot lui-même estimait peu favorable à l’ordre établi son État-civil des personnes, puisqu’il jugea bon de le publier prétendument en Suisse en le couvrant du voile de l’anonymat, mais il en annonça cependant la publication à ses confrères. Élevé comme l’Émile « dans une liberté complète, n’ayant que la nature et Rousseau pour maîtres »36, le marquis de Lezay-Marnésia, élu de la noblesse aux États Généraux, ne tarda pas à se rallier au tiers état. Quant à Le Michaud d’Arçon, il était aussi adepte des idées nouvelles et devint commandant en second de la garde nationale. La plupart de ces académiciens favorables aux Lumières se retrouvaient d’ailleurs dans les Loges maçonniques bisontines, sept à la Sincérité37, la loge de l’intendance créée par Lacoré, et trois à la Parfaite Égalité38, la loge parlementaire. À ces dix il faut ajouter Toulongeon, ainsi que le marquis de Calviers39 et sans doute d’autres militaires, car ceux-ci souvent ne faisaient que passer et pouvaient avoir été initiés dans diverses loges du royaume.

41Le chanoine Jean-Antoine de Camus appartenait à la Sincérité ainsi que l’abbé Talbert. Un autre ecclésiastique, régulier celui-là, Dom Grappin, se signala sous la Révolution par son adhésion à l’Église constitutionnelle et devint par la suite vicaire général de Mgr Lecoz, l’archevêque assermenté nommé à Besançon par le Premier consul. Deux autres ecclésiastiques de l’académie, les abbés Jacques et Poulin, prêtèrent aussi le serment prescrit par le décret du 27 novembre 1790. Donc, même si dans sa majorité l’académie de Besançon a refusé les idées nouvelles, elle a compté un nombre non négligeable de membres qui leur étaient favorables.

42Elle ne s’est pas non plus repliée sur elle-même. Dès sa fondation, elle a fait venir devant elle des Français du royaume, des Suisses, des Allemands pour lui présenter des travaux littéraires ou des inventions. Elle a très vite entretenu une correspondance suivie avec des compagnies d’autres régions, ainsi celles de Nancy, Montauban, Dijon... Quand elle eut l’autorisation de recruter des membres associés, elle obtint sur sa demande, autant de sièges pour des non Comtois que pour des Comtois. Retenons pour l’Alsace Jean-Daniel Schœpflin, le fondateur de l’école diplomatique de Strasbourg, qui lui envoya son Alsatia Illustrata et jusqu’à sa mort entretint avec elle une correspondance suivie. Parmi d’autres Français du royaume, on rencontre Guyton de Morveau, l’abbé Delille, Duhamel du Monceau, Parmentier. Au concours de 1772 ce dernier avait été couronné pour son mémoire sur la pomme de terre. Brissot et Mme Roland, la future égérie des Girondins, participèrent aussi aux concours de l’académie bisontine, mais sans être couronnés, ni associés.

***

43Les académiciens de Besançon avant la Révolution forment-ils une élite intellectuelle ? Une élite certainement. Exclusivement intellectuelle ? Probablement pas, mais aussi militaire, administrative, religieuse ! Protecteurs, directeurs nés, un certain nombre d’académiciens ordinaires n’ont été nommés par le roi en 1752 que pour donner de l’éclat à la nouvelle compagnie, par leurs fonctions, leur rang et leur naissance. Même en n’y paraissant que peu ou pas du tout, ils pouvaient mettre leurs confrères « à l’abri de cette malignité jalouse qui déconcerte les talents et les réduit au silence ». Les talents, c’est-à-dire quelques roturiers qui avaient déjà acquis une certaine renommée, tel Levacher, ou même avaient accédé aux chaires de l’Université, tels Atthalin et plus tard Rougnon, tandis que d’autres s’étaient déjà élevés sur l’échelle sociale en entrant dans l’Église, le premier ordre de l’État. Au fil des élections successives, ces savants ecclésiastiques vont d’ailleurs prendre une place grandissante à l’académie, ainsi les abbés Bergier et Nonnotte, Dom Berthod, le père Dunand et Dom Grappin. Les talents, ce sont aussi d’assez nombreux magistrats, le plus souvent déjà nobles et quelques ingénieurs, mais dont ni les fonctions, ni la naissance n’arrivent à la hauteur de celles des militaires nobles nommés par le roi aux premiers sièges en 1752.

  • 40 Bibliothèque municipale de Besançon, fonds de l’académie, ms. 7, f. 158 sq.
  • 41 Cousin (J.), op. cit., p. 4.

44Pourtant, même parmi ces derniers et parmi les directeurs nés, il s’en est trouvé quelques-uns qui participèrent activement à la vie de l’académie et laissèrent trace écrite de leurs activités, tel le premier président de Quinsonas, les intendants Moreau de Beaumont et Caumartin de Saint-Ange, le marquis de Rostaing ou le vicomte de Toulongeon. À ceux-là il est difficile de refuser l’appartenance à l’élite intellectuelle. À tous, protecteurs et directeurs nés et académiciens ordinaires, une solide formation classique reçue dans les collèges avait permis de parler le même langage. Ainsi, comme Voltaire, le marquis Du Mesnil avait été élève de Louis-le-Grand et comme Voltaire, il avait eu pour maître le père Porée40. Loin d’avoir ancré la Franche-Comté dans son particularisme, comme avait pu le craindre un moment Louis XV41, l’académie de Besançon, où les Français du reste du royaume occupèrent toujours au moins une dizaine de sièges, lui a permis de fructueux contacts avec les élites intellectuelles d’autres provinces ou même de pays étrangers et elle a contribué à l’alignement de la province conquise sur le reste du royaume. Que la majorité de la compagnie n’ait pas obtenu les suffrages des philosophes ne l’empêcha pas de connaître leurs théories, voire pour une minorité, de les adopter. Comme tous les cadres d’Ancien Régime, la tourmente révolutionnaire emporta l’académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon, mais son dernier secrétaire réussit à la ressusciter au début de l’Empire et elle existe toujours.

Notes

1 Victor Louis donne les plans de la nouvelle église Saint-Pierre et de la nouvelle Intendance, la préfecture actuelle, Claude-Nicolas Ledoux ceux du théâtre de Besançon et des salines de Chaux.

2 En y comprenant F.-I. Dunod, nommé par le roi au vingt-neuvième fauteuil, et qui s’était beaucoup dépensé pour la création de la compagnie. Il mourut dans l’année, et en novembre le roi décida que son fauteuil serait désormais réservé au maire de la ville de Besançon.

3 Seguin, professeur de droit, et Atthalin, professeur de médecine, étaient roturiers en 1752. Seguin acquit une charge de chancellerie anoblissante en 1775.

4 Tinseau, évêque de Nevers, l’abbé d’Olivet, l’abbé Dagay, l’abbé Frère de Villefrancon, l’abbé Talbert et Dont Coquelin.

5 Voir notre thèse d’État, Gresset (M.), Gens de justice à Besançon : de la conquête par Louis XIV à la Révolution française, 1674-1789, Bibliothèque nationale, Paris, 1978 (Mémoires de la section d’histoire moderne et contemporaine/Comité des travaux historiques et scientifiques, 4).

6 Bibliothèque municipale de Besançon, fonds de l’académie, ms. 6, f. 134 v.

7 Id., f. 131.

8 Id, f. 133.

9 Id, f. 132 v.

10 Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 2013, f. 302 v.

11 Archives départementales du Doubs, E 3682, « Titres de la famille Boisot ».

12 Bibliothèque municipale de Besançon, fonds de l’académie, ms. 6, f. 456 sq.

13 Id., ms. 1, f. 212.

14 Des directeurs nés ne furent pas reçus et ne vinrent jamais à l’académie, tel le maire de Besançon élu le 31 décembre 1764, le conseiller au Parlement Petitcuenot, qui démissionna dès le 8 février suivant, ainsi que certains lieutenants généraux à la fin de la période.

15 Au sixième siège, le marquis de Bauffremont a été remplacé en 1770 par le marquis Louis de Choiseul de Baume (1733-1794), lieutenant général de Champagne et de Brie.

16 Réclamée dès le début, notamment par des étrangers, la catégorie des membres associés ne fut créée qu’en 1757. Elle devint rapidement une pépinière de membres titulaires. Quelques membres associés, tel l’apothicaire Goy de Besançon, étaient assidus aux séances.

17 Ce fut souvent le cas à l’académie de Besançon, à laquelle de nombreuses inventions furent soumises, du semoir à bras à de nouveaux types de moulins ou de chasse-neige, mais aussi beaucoup d’ouvrages littéraires.

18 Généralement pas de séance durant les vacances judiciaires, du 8 septembre à la rentrée de la Saint-Martin, et une seule séance en juin.

19 Neuf en moyenne en 1759, 1764 et 1774 ; 7 en 1775 et 1784.

20 Quinsonas, le 28 août 1752 sur la nécessité d’apprendre l’histoire pour bien connaître l’origine des lois, et le 20 novembre de la même année sur les délassements des gens de lettres. À la même séance du 20 novembre, l’intendant de Beaumont avait parlé des jugements à porter sur les hommes illustres, et le 20 janvier, il avait comparé la Phèdre de Sénèque à celle de Racine.

21 Mangue (P.), « Le dernier intendant de Franche-Comté, Marc-Antoine Caumartin de Saint-Ange, 1784-1790 », dans Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, s. l., 1998, p. 67-87.

22 En 1759 par exemple, il participa à 21 séances sur 31.

23 Perrod (M.), Répertoire bibliographique des ouvrages franc-comtois imprimés antérieurement à 1792, Honoré Champion, Paris, 1912 (réimprimé à Marseille en 1976), p. 86-87.

24 On en trouve le détail dans Gresset (M.), op. cit., 2, p. 641 et p. 643-644.

25 Bergier (N.), Correspondance avec l’abbé Trouillet, 1770-1790, un théologien au siècle des Lumières, édition dirigée par A. Jobert, centre André-Latreille, Lyon, 1987. Pour le 200’anniversaire de sa mort, un colloque a été tenu en 1990 à Besançon.

26 Récemment étudié par Vernus (M.), « François-Xavier Laire, érudit bibliographe (1738-1801) », dans Procès-verbaux et mémoires de l’Académie de Besançon, 1996-1997, 192, p. 509-522.

27 Dziembowski (E.), « L’abbé Coyer et la reformulation de l’idée de patrie au milieu du xviiie siècle », dans Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, s. l., 1997, p. 1-11.

28 Maurat (J.-P.), « Histoire de l’angine de poitrine », dans Procès-verbaux et mémoires de l’Académie de Besançon, s. l., 1986-1987, p. 9-18.

29 Sur les productions des académiciens bisontins au xviiie siècle, voir Cousin (J.), L’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, deux cents ans de vie comtoise, 1752-1952, essai de synthèse, J. Ledoux, Besançon, 1954, p. 19-36.

30 Archives de guerre B 2876.

31 Joubert (M.-D.), Un peintre suisse en Franche-Comté au xviiie siècle, Jean-Melchior Wyrsch, thèse, Besançon, 1990.

32 Un Bertrand fut bien reçu associé en 1786, mais c’est l’homonyme de l’architecte, un ingénieur des Ponts et chaussées.

33 La dernière réunion se tient le 14 janvier 1789.

34 Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 2028, f. 15.

35 Pingaud (L.), « Le président de Vezet », dans Revue historique, 20, 1882, p. 282-326.

36 Brelot (C.), « La Noblesse en Franche-Comté de 1789 à 1808 », dans les Annales littéraires de l’université de Besançon, Les Belles Lettres, Paris, 1972, 134, p. 53.

37 Le chanoine J.-A. de Camus, l’ingénieur Damoiseau, Ethis, premier vénérable en 1764, l’ingénieur Le Michaud d’Arçon, Philippon de la Madeleine, le professeur Rougnon, l’abbé Talbert.

38 L’avocat général Bergeret, J.-B. Guillemin de Vaivre, futur intendant, le président de Vezet.

39 Toulongeon est cité par J. Cousin, op. cit., p. 99 et Calviers a une notice dans le Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie, sous la direction de D. Ligou, Presses universitaires de France, Paris, 1998.

40 Bibliothèque municipale de Besançon, fonds de l’académie, ms. 7, f. 158 sq.

41 Cousin (J.), op. cit., p. 4.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search