Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Première partie. Unité ou diversité ?

Les diplomates de l’empereur : une contribution à la recherche sur les élites politiques aux xviie et xviiie siècles

Klaus Malettke

Texte intégral

  • 1 Jacquart (J.), « Humanisme et élites à Paris au xvie siècle », dans Humanismus und höfisch-städtisc (...)

1Avant de traiter de l’origine sociale, du recrutement et des carrières des diplomates de l’empereur aux xviie et xviiie siècles, il convient de faire quelques remarques concernant le terme d’« élites ». À l’occasion d’un colloque organisé à Marburg en 1987 et consacré au sujet « Humanisme et élites des cours et des villes au xvie siècle », Jean Jacquart s’était posé la question de savoir « comment définir les élites, celles des cours, celles de la ville ». Il donna la réponse suivante : « Quant à l’élite [...] le dictionnaire la qualifie comme “ce qu’il y a de meilleur, de plus distingué”. La notion implique un choix. Mais par qui, et sur quels critères ? Ceux d’aujourd’hui ? Ils seraient déjà bien contradictoires : le savoir, la position sociale, la richesse, le pouvoir. Si nous nous tournons vers le xvie siècle, nous devons nous souvenir que l’estime sociale va avant tout à ceux qui se rapprochent, par leur genre de vie, par leur indépendance matérielle, par leur liberté vis à vis de l’obligation du travail, et particulièrement du travail “mécanique”, par leur système de valeur, de l’idéal nobiliaire qui demeure, dans nos sociétés occidentales, le modèle et le but. »1

  • 2 Bély (L.), Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Fayard, Paris, 1990, p. 292.

2Cette constatation est valable aussi pour les xviie et xviiie siècles. La recherche historique moderne nous a fourni un assez grand nombre d’indices qui nous révèlent que la majorité des diplomates et des négociateurs, du moins en ce qui concerne ceux, qui parmi eux, se trouvaient aux échelons supérieurs de la hiérarchie du « corps diplomatique », ont des origines sociales proches : « [Ils] font le plus souvent partie de ce qu’il est convenu d’appeler les “élites” – noblesse de cour, noblesse d’épée, clergé de cour ou grands robins. Cela tient d’abord aux conditions d’exercice de la fonction diplomatique : il faut être riche pour voyager et faire bonne figure à l’étranger ; il faut savoir écrire, et même bien écrire, pour préparer ou diriger la rédaction de longues dépêches, d’où une cohérence culturelle du milieu diplomatique ; il faut aussi – la condition n’est pas toujours nécessaire – être de bonne naissance. »2 Mais si l’on envisage le personnel chargé de fonctions moins importantes, on y trouve aussi des personnes d’origine bourgeoise.

3En se servant de quelques termes de la sociologie moderne allemande, c’est-à-dire de « l’élite de naissance » (Geburtselite), de « l’élite de valeur » (Wertelite), de « l’élite de pouvoir » (Machtelite) et de « l’élite de fonction » (Funktionselite), on peut formuler comme hypothèse de travail qu’on trouve, en quelque sorte, les quatre éléments chez les diplomates de l’Ancien Régime. Nous allons examiner la question de savoir si cette hypothèse peut être maintenue.

  • 3 Ibid., p. 292.

4En ce qui concerne la mission des diplomates, c’est-à-dire des personnes chargées de représenter les souverains et de traiter les affaires internationales, il convient de souligner « qu’il s’agissait d’une fonction, et non d’un “état”, ni d’une structure sociale, ni d’une profession spécialisée. Une telle fonction se rapprochait de la “commission”... »3

5Une dernière remarque reste à faire ; pour mon exposé sur les diplomates de l’empereur, je n’ai pu effectuer des recherches dans les archives. Je n’ai dépouillé que des publications disponibles contenant des informations de quelque valeur pour mon sujet. Faute d’informations très précises, il est délicat d’étudier l’origine sociale, le recrutement et les carrières des diplomates de l’empereur. Ce que je peux présenter, ce sont plutôt quelques premières approches que des conclusions basées sur des recherches approfondies et détaillées.

6Dans la première partie de mon exposé, je traiterai de l’origine sociale et du recrutement des diplomates. Ensuite, je porterai mon intérêt sur leurs carrières. Dans la conclusion, je présenterai les résultats les plus importants sous forme de thèses.

L’origine sociale et le recrutement des diplomates

  • 4 J’ai beaucoup profité de l’étude fondamentale de Müller (K.), Das kaiserliche Gesandtschaftswesen i (...)

7Pour notre étude, l’échantillon est à peu près de 240 diplomates. Ce chiffre comprend les divers rangs à partir des secrétaires de légation ou d’ambassade et des résidents jusqu’aux ambassadeurs4. Ne sont examinés que les diplomates envoyés en mission entre 1648, date de la conclusion des traités de paix de Westphalie, et 1740, date de la mort de l’empereur Charles VI.

8Le premier constat à faire, c’est que les membres des familles de la haute noblesse dominaient largement le « corps diplomatique » de l’empereur.

  • 5 Ibid, p. 235.

9Si l’on envisage les postes à partir des résidents, les diplomates appartenant à des familles de haute noblesse venaient en tête avec 61 %. C’étaient la haute noblesse d’Empire (hoher Reichsadel) à partir des barons d’Empire (Reichsfireiherrn) et les membres des familles de l’ordre des seigneurs (Herrenstand) domiciliés dans les pays héréditaires autrichiens (österreichische Erblande) qui faisaient partie de la haute noblesse. Environ 22 % des diplomates étaient issus de la petite noblesse et des familles récemment anoblies. Leurs titres de noblesse les plaçaient au-dessous des barons d’Empire et des familles de l’ordre des seigneurs (Herrenstand) domiciliés dans les pays héréditaires autrichiens. À peu près 12 % étaient d’origine bourgeoise5.

  • 6 Bély (L.), op. cit., p. 298.

10« La plus haute noblesse acceptait des missions à l’étranger : c’était une loi de la diplomatie autrichienne que de choisir ses ambassadeurs dans les lignages anciens et prestigieux. »6 Avant d’avoir accepté leur première mission diplomatique, beaucoup de ressortissants de la haute noblesse exerçaient déjà un office important dans des institutions de l’administration centrale à Vienne ou dans les provinces. En tant que fonctionnaires très haut placés appartenant à des familles de la haute noblesse, ils siégeaient sur le banc des Seigneurs (Herrenbank).

  • 7 Ibid., p. 298.
  • 8 Ibid., p. 298 et Müller (K.), op. cit., p. 202.

11Assez souvent, ces représentants faisant partie de la haute noblesse restaient longtemps en poste, du moins vers la fin du xviie et au début du xviiie siècle. Leurs emplois, « loin d’être de pure représentation ou de prestige, recouvraient une activité politique intense et multiforme »7. Parmi eux, on trouve des noms significatifs de ces choix sociaux : le comte Johann Wenzel von Gallas à Londres, le comte Philipp Ludwig von Sinzendorf, chancelier aulique autrichien à La Haye, le comte Ferdinand Bonaventura von Harrach en Espagne, le comte Franz Ehrenreich von Trauttmansdorff en Suisse... Un certain nombre de ces diplomates s’étaient illustrés sur les champs de bataille : le comte Franz Heinrich von Mansfeld fit d’abord carrière en tant que militaire, puis il fut envoyé comme diplomate dans le landgraviat de Hesse-Cassel (1677), à Paris (1680), à Madrid (1683). En 1696, il négocia le traité de Vigevano avec le duc de Savoie. En 1694, le roi Charles II d’Espagne l’éleva à la dignité de prince de Lodi. Le comte Joseph Lothar von Königsegg-Rothenfels fut général de l’empereur. Il suivit Eugène de Savoie dans sa double fonction militaire – il fut finalement Feldmarschall en 1737 – et diplomatique. Il négocia pendant quatorze mois le traité de partage8.

  • 9 Müller (K.), op. cit., p. 199-200.

12Les hommes d’Église étaient, quant à eux, relativement peu nombreux. L’empereur Charles VI employait assez peu de prélats dans les missions diplomatiques parce que ce catholique fervent tenait beaucoup à la séparation de l’Église et de l’État. Mais ceux qui étaient utilisés pouvaient espérer que l’empereur récompensât leurs mérites convenablement en leur procurant des dignités et charges ecclésiastiques sur l’attribution desquelles l’empereur avait quelque influence. Léopold Ier et Marie-Thérèse se sont servis de l’évêché de Gurk en Carinthie, où ils exerçaient le droit de nomination, pour le donner en récompense -jusqu’à 1741 exclusivement – à des diplomates de mérite. Après avoir terminé sa mission au Portugal, le comte Franz Ferdinand von Kuenburg, évêque de Laibach, devint archevêque de Prague. En 1689, le comte Johann Philipp von Lamberg fut élu prince-évêque de Passau, grâce à l’intervention de l’empereur et du prince-électeur de Bavière auprès du chapitre de la cathédrale de la ville du même nom. Et en 1700, il fut élevé à la dignité de cardinal. Encore quatre autres hommes d’Église et diplomates ayant mérité de l’empereur obtinrent le chapeau de cardinal entre 1686 et 1713 : ce furent le baron Johann von Gœss, évêque de Gurk, en 1686, l’abbé Vincenzo Grimani, en 1697, le duc Christian von Saxe-Zeitz, en 1706, et le comte Damian Hugo von Schönborn, en 17139.

  • 10 Ibid., p. 212.

13Les postes de secrétaires de légation ou d’ambassade et ceux de résidants étaient le domaine de la petite noblesse et des diplomates d’origine roturière. Parmi eux, on trouve des officiers de moindre importance, des administrateurs comme Kaspar Florenz von Consbruch, mais aussi quelques érudits, universitaires et magistrats. 39 % des diplomates qui avaient commencé leur carrière comme secrétaires de légation l’achevèrent au service diplomatique sans avoir été promus à des postes beaucoup plus élevés. Dans les décennies allant de 1648 à 1740, on trouve environ 50 à 60 diplomates qui ne faisaient pas partie de la haute noblesse et qui ne réussirent pas à obtenir un poste plus élevé soit dans l’administration centrale à Vienne soit dans celle de la province. Avec 48 %, les roturiers représentaient un contingent remarquable de ces 50 à 60 diplomates. Si on tient compte aussi des postes de secrétaires de légation, les diplomates de familles bourgeoises représentaient 17 % du « corps diplomatique ». Sans les secrétaires de légation, le pourcentage des diplomates roturiers se réduit aux 12 % déjà mentionnés plus haut10.

14Comme indication sommaire, il est possible de remarquer que parmi le personnel auxiliaire des missions diplomatiques (commis, scribe, etc.) on ne trouve que des personnes d’origine roturière. Mais, sur ce point encore, nous devons souligner qu’il ne s’agit que d’un éclairage partiel et imparfait, faute d’informations précises.

À propos des carrières

  • 11 Bérenger (J.), « La diplomatie impériale », dans L’Invention de la diplomatie : Moyen Âge – Temps m (...)

15Dans la deuxième moitié du xviie et au début du xviiie siècle, on ne connaissait pas encore un « corps diplomatique » tel qu’il existera au xixe siècle ou tel qu’il se présente à notre époque. Il était assez rare qu’une personne envisageât une carrière de diplomate en tant que telle. En général, on ne la considérait pas comme un choix de profession. Elle servait, en premier lieu, de tremplin pour obtenir des rangs ou des postes plus importants et plus élevés. Elle était en quelque sorte un moyen pour favoriser l’ascension sociale. « En effet, il n’y a pas encore de carrière diplomatique (moderne) et les agents qu’ils soient ambassadeurs, résidents ou secrétaires, n’acceptent un poste à l’étranger que s’il leur permet de faire progresser leur carrière dans l’administration ou dans l’armée. Montesquieu s’étonnait que Charles VI disposât de 200 généraux, de 400 camériers et de 100 conseillers d’État et qu’il eût des difficultés pour trouver un ambassadeur. »11

  • 12 Müller (K.), op. cit., p. 195.
  • 13 Bérenger (J.), op. cit., p. 135.

16En général, un poste de diplomate n’intéressait que les nobles ayant l’ambition de faire carrière et d’accéder à des positions élevées de l’administration centrale ou à des charges gouvernementales. On n’est donc pas étonné de trouver, entre 1648 et 1740, sur 60 titulaires des plus hautes charges auliques (Grand maître, Grand chambellan, Grand maréchal et Grand écuyer), 18 anciens diplomates, soit un bon tiers12. « Sur 48 chefs de dicastère [président d’un conseil ou chancelier], 27 avaient été diplomates. Les aristocrates ambitieux voyaient [donc] dans la diplomatie un tremplin pour leur carrière. »13

  • 14 Cité par Müller (K.), op. cit., p. 203, note 142.
  • 15 Bérenger (J.), op. cit., p. 135.

17Signalons quelques exemples pour illustrer leur attitude. Johann Peter, comte Gœss, longtemps résident impérial à La Haye, fut récompensé à son retour : l’empereur lui donna le gouvernement de Carinthie. De 1722 à 1730, avec une interruption de 1722 à 1725, le comte Joseph Lothar von Königsegg-Rothenfels, déjà évoqué plus haut, représenta l’empereur à Bruxelles, à Paris, à Dresde-Varsovie, à Madrid et puis encore une fois à Paris. En 1728, il fut nommé vice-président du Conseil de la guerre (Hofkriegsratsvizepräsident) ; en 1731, il devint ministre de la Conférence (Konferenzminister), et, en 1736, il succéda au prince Eugène en tant président du Conseil de la guerre. Il ne fait aucun doute que Königsegg n’a jamais considéré son service diplomatique comme une profession, mais comme un moyen pour se faire un « établissement » à Vienne. En répondant à diverses demandes de renseignement, Eugène de Savoie écrivit à Königsegg, le 15 février 1728, qu’il ne devait pas croire « que S.M. n’avait pas l’intention de lui donner ici un établissement convenable »14. Aussi, en 1703, le prince Wenceslas Lobkowitz accepta-t-il le poste d’ambassadeur à Londres, à condition d’obtenir un poste important en Bohême à son retour. « Depuis 1700, un ambassadeur pouvait espérer un poste de gouverneur à Naples ou à Bruxelles ou à Milan, qui permettait alors de s’enrichir : le vice-roi de Naples recevait 60000 ducats d’appointements annuels. »15

  • 16 Müller (K.), op. cit., p. 200.

18La durée de leur service en tant qu’ambassadeurs ou envoyés, et la qualité de leur travail étaient des conditions requises pour avoir la chance d’obtenir, plus tard, une charge gouvernementale ou une fonction élevée de l’administration. Néanmoins, cela ne suffisait pas pour réussir. On devait aussi avoir des relations de parenté ou faire partie de la clientèle des personnalités importantes et influentes de la cour. C’est une des raisons pour lesquelles la noblesse des pays héréditaires autrichiens avait plus de chances pour faire carrière que des membres de la noblesse de l’empire ou des nobles étrangers16. Ceci explique, mis à part deux exceptions, que les diplomates nommés vice-rois de Naples ou gouverneurs de Milan appartenaient tous à l’aristocratie habsbourgeoise.

  • 17 Bérenger (J.), op. cit., p. 136.

19En ce qui concerne les ambitions de faire carrière, celles des membres de familles de petite noblesse ou de familles bourgeoises ne se distinguaient pas des ambitions des représentants de la haute noblesse. « La diplomatie contribuait surtout à favoriser la carrière des simples gentilshommes et des bourgeois. »17 Mais il semble qu’ils aient moins bien réussi que leurs collègues de la haute noblesse car à peu près 40 % des secrétaires d’ambassade achevèrent leur carrière comme diplomates ou obtinrent uniquement une pension.

  • 18 Ibid., p. 136.

20Cependant, la diplomatie favorisait, sans aucun doute, l’ascension sociale des simples gentilshommes et des bourgeois. En voici quelques exemples : Franz Paul, baron de Lisola, après trois missions réussies avait sollicité un emploi convenable à Vienne. Si l’empereur Léopold Ier lui refusa le poste de conseiller de la Chambre des comptes auquel il postulait, il lui accorda celui de conseiller d’État. « Or un secrétaire était considéré à Vienne comme un simple commis, alors qu’un conseiller était associé au pouvoir exécutif puisque tous les ministères étaient à direction collégiale et que la proposition formulée en séance avait toute chance d’être adoptée que ce soit aux Finances (Hofkammer, Chambre des comptes) ou à la Guerre (Hofkriegsrat, Conseil de la guerre). Dans les chancelleries de Bohême ou d’Autriche, si l’on se reporte aux édits somptuaires, reflets de la stratification sociale, un secrétaire était un simple bourgeois, un conseiller était assimilé à un comte, c’est-à-dire à un membre de l’aristocratie. »18

  • 19 Ibid., p. 136.

21Un poste de secrétaire de légation ou d’ambassade offrait la chance d’obtenir un emploi de secrétaire de chancellerie ou de chef de section (Referendar) chargé de présenter un dossier devant le Conseil. Un tel poste facilitait ainsi l’ascension sociale de la famille. « Ainsi Jean-Frédéric Seilern (devenu baron en 1696 et comte en 1712), secrétaire de la délégation à Nimègue, fut promu en 1682 juge au Conseil aulique (Reichshofrat) et après divers emplois diplomatiques, fut nommé chancelier d’Autriche en 1705 ; sa réussite fut consacrée par l’admission dans l’ordre des Seigneurs (Herrenstand) de Basse-Autriche. »19

  • 20 Cité par Müller (K.), op. cit., p. 205, note 153.

22Même en 1746, on considérait le poste de secrétaire de légation ou d’ambassade comme une position de transition pour obtenir un emploi plus convenable et plus solide. Ainsi, le 22 avril 1746, l’agent mayençais à Vienne, Johann Heinrich Edler (gentilhomme) von Schmidt écrivit au comte Johann Karl Cobenzl, conseiller au Conseil aulique d’Empire de Vienne (Reichshofrat) : « [...] si mon fils m’avait suivi, il aurait tâché, ce qui, peut-être, serait moins difficile, d’entrer dans les services de Mayence pour passer de là à la chancellerie de l’Empire, car devenant cent fois secrétaire d’ambassade par la gracieuse interposition de V. E. il lui faudra pourtant avec le temps songer à quelque chose de plus solide. »20

  • 21 Bérenger (J.), op. cit., p. 136.
  • 22 Müller (K.), op. cit., p. 209-210.

23Sur 69 diplomates qui commencèrent leur carrière en tant que secrétaires impériaux ou en tant que secrétaires d’ambassade, seuls 18 réussirent à obtenir un poste impérial en dehors du service diplomatique. Les meilleures chances s’offraient aux secrétaires qui obtenaient un poste à la représentation impériale de Constantinople dépendant du Conseil de la guerre. À cause des risques et des désagréments que comportait un séjour dans l’Empire ottoman, ils avaient toutes les chances d’être promus résidents au bout de peu d’années et d’être nommés conseillers du Conseil de la guerre à leur retour. Ainsi Johann Rudolf, baron Schmidt von Schwarzenhorn, « fit un long séjour à Constantinople de 1629 à 1634 comme résident, en 1649 comme internonce, en 1651 comme ambassadeur extraordinaire. À son retour, il fut nommé membre du Conseil de la guerre où il eut en charge les affaires ottomanes jusqu’à sa mort »21. Parmi les secrétaires ayant été employés à Constantinople et ayant réussi à être promus conseillers du Conseil de la guerre, on trouve notamment le docteur en droit Johann Michael Talmann et son fils Léopold, tous les deux juristes et orientalistes, qui furent au début de leur carrière diplomatique des interprètes à Constantinople. On peut citer aussi Franz Anselm Fleischmann, fils d’un valet de chambre de l’archevêque et du prince-électeur de Mayence, employé comme secrétaire de légation en 1713 et, à partir de 1714, comme résident à Constantinople. Il fut nommé conseiller du Conseil de la guerre et envoyé, en 1721, à Naples en tant que spécialiste en matières d’économie et de finances. Après avoir commencé sa carrière à Constantinople en tant que « garçon de langues » (Sprachknabe), Heinrich Christoph von Penckler travailla comme secrétaire de langues orientales à Vienne ; il fut nommé secrétaire de légation en 1740, résident en 1741 et il séjourna à Constantinople jusqu’en 1755. Nommé conseiller du Conseil de la guerre en 1742, il devint, à son retour, membre du Collège de justice (Justizkollegium)22.

  • 23 Ibid., p. 211.

24Un nombre relativement réduit de secrétaires d’ambassade, environ 7 %, entra au service de quelques princes d’Empire. Ainsi Christoph Ludwig, baron von Seckendorff, secrétaire de légation et neveu du comte et du général de l’empereur Friedrich Heinrich von Seckendorff, passa au service du margrave d’Ansbach, qui le promut au grade de « conseiller secret » (Geheimer Rat), en 1737. Le secrétaire d’ambassade Johann Georg Korle entra, vers 1700, dans le service du duc de Palatinat-Sulzbach qui le nomma chancelier quelques années plus tard23. Il convient de mentionner qu’un certain nombre de diplomates d’origine roturière réussirent à être anoblis.

***

  • 24 Bérenger (J.), op. cit., p. 137.

25On doit constater que, pas plus qu’en France et dans la majorité des pays européens, « il n’y a de carrière diplomatique, que les emplois dans les ambassades sont une étape dans une carrière au service de l’empereur et qu’ils contribuent à l’ascension sociale de nombreux agents diplomatiques ».24

26De même que dans la majorité des États de l’Europe, les postes d’ambassadeurs et les rangs supérieurs des représentations diplomatiques à l’étranger sont un domaine de la haute noblesse. Dans le cas de la diplomatie impériale, elle est surtout et en premier lieu un domaine de l’aristocratie habsbourgeoise.

27À côté de cette haute noblesse prépondérante, l’empereur utilisait une petite noblesse plus disponible et moins en vue pour des postes diplomatiques moins prestigieux, c’est-à-dire pour les postes se situant au-dessous des ambassadeurs et au-dessous des places supérieures de la hiérarchie diplomatique.

28C’était les postes d’agents, les emplois de secrétaires de légation ou d’ambassade et les places de résidents qui étaient le domaine de la petite noblesse et des diplomates d’origine roturière. Environ 22 % des diplomates de l’empereur étaient originaires de la petite noblesse et des familles anoblies. À peu près 12 % étaient d’origine bourgeoise.

29En y regardant de plus près, on peut trouver chez les diplomates impériaux des éléments d’une « élite de naissance », d’une « élite de valeur », d’une « élite de pouvoir » et d’une « élite de fonction ».

Notes

1 Jacquart (J.), « Humanisme et élites à Paris au xvie siècle », dans Humanismus und höfisch-städtische Eliten im 16. Jahrhundert, édition dirigée par K. Malettke et J. Voss, Bouvier, Bonn, 1989, p. 15 (Pariser historische Studien, 27).

2 Bély (L.), Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Fayard, Paris, 1990, p. 292.

3 Ibid., p. 292.

4 J’ai beaucoup profité de l’étude fondamentale de Müller (K.), Das kaiserliche Gesandtschaftswesen im Jahrhundert nach dem Westfälischen Frieden, 1648-1740, Röhrscheid, Bonn, 1976 (Bonner historische Forschungen, 42).

5 Ibid, p. 235.

6 Bély (L.), op. cit., p. 298.

7 Ibid., p. 298.

8 Ibid., p. 298 et Müller (K.), op. cit., p. 202.

9 Müller (K.), op. cit., p. 199-200.

10 Ibid., p. 212.

11 Bérenger (J.), « La diplomatie impériale », dans L’Invention de la diplomatie : Moyen Âge – Temps modernes, sous la direction de L. Bély, Presses universitaires de France, Paris, 1998, p. 134.

12 Müller (K.), op. cit., p. 195.

13 Bérenger (J.), op. cit., p. 135.

14 Cité par Müller (K.), op. cit., p. 203, note 142.

15 Bérenger (J.), op. cit., p. 135.

16 Müller (K.), op. cit., p. 200.

17 Bérenger (J.), op. cit., p. 136.

18 Ibid., p. 136.

19 Ibid., p. 136.

20 Cité par Müller (K.), op. cit., p. 205, note 153.

21 Bérenger (J.), op. cit., p. 136.

22 Müller (K.), op. cit., p. 209-210.

23 Ibid., p. 211.

24 Bérenger (J.), op. cit., p. 137.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université de Marbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search