Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Première partie. Unité ou diversité ?

Schœpflin et les élites de son époque

Jürgen Voss

Texte intégral

  • 1 La notion se trouve dans Furetière (A.), Dictionnaire universel, La Haye, 1690, 2 : « Élite. Choix (...)

1Dans un séminaire qui traite des élites1, il n’est pas nécessaire de revenir sur la définition de celles-ci. Mais il est utile de dire quelques mots sur Jean-Daniel Schœpflin qui, par sa naissance (fils d’un petit fonctionnaire badois) n’appartient pas aux élites de son époque. Ma communication se divise en trois parties. Après une introduction sur le personnage de Schœpflin, je parlerai de Schœpflin et des élites régionales et nationales, puis de Schœpflin et des élites européennes. Une troisième partie de ma communication traite de la formation des élites à l’université de Strasbourg et à l’école diplomatique en particulier.

  • 2 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771). Un Alsacien de l’Europe des Lumières, Société savant (...)

2Schœpflin, né en 1694, est devenu professeur d’histoire à l’université de Strasbourg en 1720. Très vite il se distingua par son savoir, par son savoir-vivre et ses connaissances de langues (latin, français, allemand, anglais, italien). Il a su combiner ses facultés pour devenir au courant des années un membre important de la république des lettres. Il faut souligner ici que Schœpflin fut un excellent orateur. Les festivités à l’occasion du mariage de Louis XV avec Marie Lesczynska en été 1725 à Strasbourg lui donnèrent l’occasion de se faire connaître aux élites régionales et nationales comme orateur officiel de l’université2.

  • 3 Knopper (F.), « Schœpflin voyageur », dans Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au xviiie siècle, op. (...)

3Ses grands voyages en France, en Italie et en Angleterre (1726-1728), en Hollande, aux Pays-Bas autrichiens et à Paris en 1731, à travers l’Allemagne, la Bohême et l’Autriche (1738), en Suisse (1744) et ses séjours à Paris en 1746 et 1751 lui permirent d’établir des relations dans le monde des savants et pareillement dans le monde des cours3.

  • 4 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 189 sq. et p. 206 sq.
  • 5 Ibid., p. 63 et p. 68-73.

4Il déclina des propositions faites par les universités de Francfort-sur-Oder, d’Uppsala, de Leyde, mais il déclina aussi les offres de l’académie impériale de Saint-Pétersbourg et le poste de directeur de la bibliothèque impériale de Vienne ; mais ces propositions augmentaient son prestige. Élu membre des académies de Londres (1728, Royal Society), de Paris (1729, Académie des inscriptions et belles lettres), de Cortona, Saint-Pétersbourg, Besançon et Göttingen, il fait lui-même partie, à partir des années cinquante, de l’élite intellectuelle et savante de son époque. Cela ressort aussi par le fait qu’il est devenu fondateur des académies de Mannheim (1763) et de Bruxelles (1767-1772)4. Il avait établi un vaste réseau de contacts à travers toute l’Europe de sorte que d’autres savants ou hommes de lettres de passage à Strasbourg cherchaient à le fréquenter. Cela vaut autant pour Voltaire (1753) que pour Rousseau (1765)5.

Schœpflin et les élites régionales et nationales

  • 6 Ibid., p. 288-292. Voir aussi Black (J.), « Schœpflin and Britain », dans Strasbourg, Schœpflin et (...)
  • 7 Schœpflin (J.-D.), Commentationes historicae et criticae, Decker, Bâle, 1741.

5Depuis 1725, c’est-à-dire depuis les festivités du mariage de Louis XV et Marie Lesczynska à Strasbourg, Schœpflin est un personnage que les élites en Alsace (l’intendant, les gouverneurs, le préteur, le cardinal-évêque, la noblesse) connaissent. Le gouverneur d’Huxelles, en poste de 1715 à 1731, a proposé à la cour de Versailles d’envoyer Schœpflin, en 1727-1728, en mission diplomatique, déguisée en voyage littéraire, en Angleterre6. En 1739, l’intendant de Brou a écrit un mémoire très positif sur Schœpflin pour le ministre des Affaires étrangères, Amelot. Et Balincourt, qui dirigeait les troupes françaises stationnées au bord du Rhin pendant la guerre de succession de Pologne, a fait le nécessaire pour que des monuments romains trouvés à Worms soient transportés à Strasbourg au musée de Schœpflin. De plus, notre professeur d’histoire, un luthérien, entretenait de bonnes relations avec le cardinal-évêque Armand Gaston de Rohan (1704-1745) auquel il dédia un de ses ouvrages7.

  • 8 Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, sous la direction de G. Livet et F. Rapp, DNA, St (...)

6Mais à partir de 1744, Schœpflin fut poursuivi par le préteur Klinglin (en poste de 1725 à 1752) qui dénonce son manque de subordination. Les séjours à Paris en 1746 et 1751 permirent à Schœpflin de se justifier face aux autorités du royaume. Il a même rendu visite, en été 1751, au gouverneur d’Alsace, de Coigny, à son château à Orly et à l’intendant de Sérilly à son château en Bourgogne. Klinglin, qui a mis les finances de la ville en désordre, tomba en 1752. Dès ce moment, la position de Schœpflin fut incontestée à Strasbourg8.

  • 9 Pelzer (E.), Der elsässische Adel im Spätfeudalismus, Tradition und Wandel einer regionalen Elite (...)

7Le préteur Gayot (en poste 1761-1768) est considéré comme son ami. Et le cardinal-évêque Constantin de Rohan-Gueméné le traita « d’ami, voire d’ami confidentiel ». Il me faut ajouter ici que Schœpflin entretenait de bons contacts avec la noblesse alsacienne (Waldner de Freundstein, de Rathsamhausen, de Loewenhaupt, etc.) ce qui lui facilitait aussi l’accès aux archives de ces familles9.

  • 10 Bély (L.), « Schœpflin et Chauvelin, l’historien et le ministre : étude comparative de deux vision (...)

8Depuis 1727 Schœpflin était en relation directe avec les ministres du roi. Pendant dix ans, il rendit de bons services à Chauvelin, ministre des Affaires étrangères10. Et pendant plus de vingt ans, il a entretenu des relations avec le chancelier d’Aguesseau qui le protégeait contre les accusations de Klinglin.

9En 1740, Schœpflin fut nommé conseiller et historiographe du roi. En fait, il fut le premier savant non résidant à Paris à porter ce titre.

  • 11 Bender (W.), Johann Jakob Bodmer und Johann Jakob Breitinger, Metzler, Stuttgart, 1973, p. 37.

10À l’occasion de son séjour à Paris en 1746, il eut des entretiens avec le ministre Maurepas : il s’agissait du prêt du manuscrit, dit « de Manesse », de la bibliothèque royale à M. Bodmer à Zurich ; grâce à la considération dont jouissait Schœpflin à Versailles le prêt a pu être réalisé. Ce transfert est jugé par un germaniste allemand comme une des plus grandes transactions culturelles des temps modernes11.

  • 12 Sur Pfeffel, voir prochainement mon article dans la Revue d’Alsace.

11Pendant l’été 1751 Schœpflin eut aussi des entretiens avec le nouveau chancelier, Lamoignon, et le ministre de la Guerre, d’Argenson. Depuis 1745, il connaissait le duc de Choiseul qui fut, de 1758 à 1770, le principal ministre de Louis XV. Nous y reviendrons dans le contexte de l’école diplomatique de Strasbourg. Choiseul recrutait, en 1768, avec Chrétien-Frédéric Pfeffel, un élève de Schœpflin, comme commis du ministère des Affaires étrangères12.

  • 13 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 76-77.

12À Strasbourg, Schœpflin a souvent rencontré des diplomates français qui passaient par la ville pour se rendre à leurs postes en Europe centrale et orientale. Je pense à Théodore de Chavigny (en poste à Soleure en Suisse), au jeune Vergennes (en poste à Trêves, ministre des Affaires étrangères sous Louis XVI), au comte d’Estrée (en poste à Mayence), à de Valory (en poste à Berlin), à de l’Hôpital (en poste à Saint-Pétersbourg) ou à de Distroff (en poste à Vienne)13.

13Il faut souligner ici que Schœpflin n’était pas impliqué dans les intrigues de Versailles, ce qui signifiait pour lui un grand avantage dans ses contacts avec les ministres et les diplomates du royaume.

  • 14 Il a aussi connu la Pompadour, qu’il juge un « personnage très aimable et d’un bon caractère [...] (...)

14Schœpflin a vu et parlé deux fois avec Louis XV : en 1744 à Strasbourg, et en 1751 à Compïègne lorsqu’il lui présenta le premier volume de l’Alsatia Illustrata14. Schœpflin a rendu visite au roi Stanislas à Nancy en 1738, 1746 et 1751. C’est dans ce contexte qu’il a aussi fait la connaissance de la marquise du Châtelet, connue pour ses relations avec Voltaire.

Schœpflin et les élites européennes

  • 15 Kligenstein (G.), « Johann Daniel Schöpflin und Wien », dans Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au (...)

15Pendant ses voyages en Italie en 1726-1727 et aux Pays-Bas en 1731, Schœpflin fit la connaissance des comtes de Harrach et du comte de Cobenzl qui appartenaient à deux familles importantes de la noblesse autrichienne. Ses relations avec les élites de la monarchie des Habsbourg s’intensifièrent en 1738 à l’occasion de son séjour à Vienne. Bartenstein, le ministre autrichien, mais aussi le fils de son collègue à l’université, introduisit Schœpflin dans la haute société viennoise. L’empereur Charles VI lui donna une audience. Mais Schœpflin fit aussi la connaissance de Marie-Thérèse et de François-Étienne (de Lorraine)15.

  • 16 Voir les inscriptions à partir de 1739 : Knod (G.-C.), Die alten Matrikeln der Universität Strassb (...)

16La cour de Vienne proposa à Schœpflin, en 1739, le poste de directeur de la Bibliothèque impériale, et en 1747, le poste de gouverneur du futur empereur Joseph IL Mais Schœpflin déclina ces offres et resta à Strasbourg. Par contre, les fils de la noblesse autrichienne se déplaçaient dès 1739 à Strasbourg pour y faire leurs études16.

17Néanmoins, Schœpflin resta en contact avec Bartenstein, van Swieten et Cobenzl. Ce dernier devint ministre aux Pays-Bas autrichiens à Bruxelles et engagea Schœpflin à partir de 1767 à mettre en route la fondation de l’académie de Bruxelles. En 1751, Schœpflin fut bien accueilli, à Paris, par l’ambassadeur autrichien von Kaunitz. Celui-ci et Choiseul doivent être considérés comme les architectes du rapprochement entre les Habsbourg et les Bourbons, le fameux renversement des alliances en 1756.

  • 17 Rasoumovski fit à Schœpflin un prestigieux cadeau : une fourrure de touloupe.

18Schœpflin n’a jamais été à Saint-Pétersbourg. Mais il compte parmi les correspondants de la tsarine Catherine II et du ministre des Affaires étrangères, Panin. Le comte de Rasoumovski, personnage important de la politique russe sous Élisabeth, envoya ses fils à Strasbourg faire leurs études dans les années soixante. Il a même rendu visite à Schœpflin en 176817.

  • 18 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 80 ; Schaab (M.), « Die Höfe in Mannhei (...)

19Dans ce contexte, il faut aussi évoquer les relations de Schœpflin avec les princes du Saint-Empire. En premier lieu, il faut parler du landgrave Louis VIII de Hesse-Darmstadt. Ce prince avait des possessions en Basse-Alsace (la région autour de Bouxwiller). Il envoya ses fils faire leurs études à Strasbourg. Pendant les années soixante Schœpflin a plusieurs fois rendu visite au landgrave18.

  • 19 Lettre de Molter à André Lamey du 19 mai 1766, voir Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), (...)

20Des relations encore plus intensives se développaient à partir de 1752 avec la cour de Karlsruhe, c’est-à-dire avec le margrave Charles Frédéric et son épouse Caroline Louise. Schœpflin écrivait une volumineuse histoire de la maison de Bade. Par conséquent il se trouvait régulièrement à Karlsruhe où il a été considéré comme un « savant homme de cour et aussi de l’humanité »19. Schœpflin a négocié plusieurs cas litigieux entre le margrave et quelques voisins.

  • 20 Ibid., p. 82.

21À partir de 1759 Schœpflin fut en relation avec le prince électeur Charles Théodore du Palatinat, un prince qui cultivait les arts et les lettres. À Mannheim, la ville de résidence du prince électeur, Schœpflin créa, en 1763, une académie des Sciences et des Belles Lettres qui est devenue une institution florissante. Et toujours à Mannheim, Schœpflin examina, en 1764, le jeune prince Max Joseph de Deux-Ponts qui deviendra à l’époque de Napoléon le premier roi de Bavière20.

  • 21 André Lamey, un étroit collaborateur de Schœpflin, le désigne comme vieil ami de Schœpflin. Voir s (...)

22Au-delà des grandes maisons, il faut encore citer d’autres princes avec qui Schœpflin était en relation. Il s’agit d’abord des différentes branches de la maison de Nassau (Usingen, Weilburg, Sarrebruck), ensuite des branches de la maison d’Œttingen et le prince de Fürstenberg, qui avait sa résidence à Donaueschingen. Le fils de ce prince a fait ses études à Strasbourg, comme le prince de Schwarzburg-Rudolstadt en Thuringe21. Les relations avec les cours de Dresde et de Hanovre concernaient les ministres Brühl et Münchhausen. Lorsque le roi Christian VII de Danemark se trouvait, en 1768, à Strasbourg, une maladie empêcha Schœpflin de le complimenter. Mais il reçut la visite du ministre danois Bernstorff. D’autre part Schœpflin fut en contact avec le grand ministre du royaume de Naples, Bernardo Tanucci. Ce dernier fit envoyer au professeur de Strasbourg la grande description des fouilles d’Ercolano.

23Mais le protestant Schœpflin entretenait aussi des contacts avec des princes ecclésiastiques tels que le cardinal-évêque de Spire, von Hutten, les archevêques de Mayence, les évêques de Bâle et l’évêque de Rodt de Constance. Le prince abbé Martin Gerbert de Saint-Biaise peut même être considéré comme un ami de Schœpflin.

  • 22 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 46.

24Schœpflin est mort le 6 août 1771. Il a été enterré, comme quelques années auparavant le maréchal de Saxe, dans l’église Saint-Thomas de Strasbourg. Les autorités avaient fait, ce jour-là, une exception à une loi du xvie siècle qui interdisait l’enterrement dans une église. Ce n’était plus le fils d’un petit fonctionnaire badois qu’on avait honoré ainsi, mais un grand personnage de la république des lettres, et un personnage qui fut familier avec les élites de son époque22.

L’école diplomatique de Strasbourg

25Selon mes observations, il faut en dater les débuts institutionnels en 1752 après que son fondateur, Jean-Daniel Schœpflin, eut été libéré des cours d’histoire obligatoires, ce qui lui permit de se concentrer sur ses cours privés et de leur donner un caractère institutionnel. La chute du préteur royal Klinglin, qui était opposé à Schœpflin, favorisa certainement cette évolution.

  • 23 Brucker (K.), « Urkunden über die Verhältnisse des Buchhandels und der Presse in Strassburg im 18. (...)

26Dans un mémoire non daté (mais qui remonte probablement aux années 1770) concernant l’université de Strasbourg et la librairie sur place on peut lire : « Cette université est l’école de tous les sujets du Roy qui se vouent aux affaires politiques et à l’étude du droit des nations. Ce genre d’étude exige des livres qu’on ne connaît gueres (sic) dans un autre endroit du royaume ; ils renferment une quantité d’articles qui ne passeroient sûrement pas à la faculté de théologie à Paris [...] Si on la [l’importation des livres en question] défend, on détruira l’université de Strasbourg et on privera les sujets du Roy des moyens de s’instruire, et le tout uniquement pour avoir voulu étendre à l’Alsace des règlements qui lui sont absolument étrangers... »23

  • 24 Lettre de Schœpflin à Schumacher du 12 mai 1752, dans Johann Daniel Schöpflins wissenschaftliche u (...)

27Ce document révèle la situation exceptionnelle de l’université de Strasbourg et de l’école diplomatique en particulier. La liberté relative de la librairie à Strasbourg était un des atouts de l’école diplomatique. Schœpflin encourageait ses collègues et amis en France et à l’étranger à envoyer des étudiants, et notamment les jeunes nobles, à Strasbourg. C’est dans ce sens qu’on peut lire dans une lettre de 1752 au Colmarien Schumacher, établi à Saint-Pétersbourg : « Les nouvelles publiques parlent souvent de jeunes Seigneurs, qui doivent sortir de la Russie, pour voyager et fréquenter des universités. Si quelques-uns de ces Seigneurs vouloient venir ici, nous les recevrons à bras ouverts, et moi à mon particulier je ferais tout ce qu’il est possible pour les faire réussir. »24

  • 25 Voss (J.), « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », dans (...)

28Cette initiative eut des résultats à moyen terme : c’est à partir des années soixante que Strasbourg est devenue l’une des universités favorites de la noblesse russe ; nous y reviendrons25.

  • 26 Lettre de Schœpflin du 12 mars 1767 au comte de Cobenzl, dans Johann Daniel Schöpflins wissenschaf (...)

29Dans le cadre de l’école diplomatique, l’objectif de Schœpflin consistait, comme il l’écrivait dans une lettre de 1767, « à former un sujet qui puisse à son tour briller dans le monde et occuper une place supérieure dans une cour que l’Europe respecte ».26

  • 27 Sur Lamey, voir VOSS (J.), « Vom Küfersohn aus Münster im Gregoriental zum Mannheimer Akademiesekr (...)
  • 28 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 150.

30Très tôt, Schœpflin engagea ses collaborateurs à faire des cours complémentaires pour l’école diplomatique. C’était déjà le cas, dans la seconde moitié des années quarante, de Chrétien-Frédéric Pfeffel, celui d’André Lamey de 1760 à 1763 et ensuite de Christophe Guillaume Koch27. À partir de la guerre de Sept Ans, lorsque Strasbourg devint une sorte d’université-refuge – Leipzig et Göttingen souffraient directement de la guerre –, le chiffre des jeunes nobles augmenta sensiblement, ce qui est confirmé tant par les inscriptions dans les matricules que par la correspondance de Schœpflin de ces années là28.

  • 29 Lettre du prince de Ligne à Schœpflin (lettre non datée), citée dans ibid., p. 151, n° 339.

31En 1764 deux élèves de l’école militaire de Paris qui participaient au stage de l’école d’artillerie de Strasbourg ont été sollicités par la cour de Versailles pour qu’ils suivent les cours de l’école diplomatique de Strasbourg. À Versailles ce fut notamment le duc de Choiseul qui protégeait l’école diplomatique ; il ordonna aux élèves de l’école militaire et à d’autres jeunes nobles français de se déplacer à Strasbourg pour fréquenter l’institution en question. À partir de 1767, les jeunes Parisiens vinrent alors régulièrement à Strasbourg pour participer aux cours de Schœpflin. Ainsi le prince de Ligne, qui avait ses possessions en Brabant, pouvait écrire à Schœpflin : « Les Français [...] commencent à aller à vos leçons. Je leur pardonne tout. Vous les fixerez, vous leur donnerez ce qui leur manque. »29

  • 30 Lettre du 30 octobre 1766, citée dans ibid., p. 154.

32Originaires de pays européens comme la France, le Saint-Empire, la Russie, la Pologne, la Suède, le Danemark, l’Angleterre et les Pays-Bas, les nobles qui ont fréquenté l’école diplomatique de Strasbourg étaient une cinquantaine, parfois soixante-dix. Le jeune Louis Cobenzl, futur diplomate et ministre autrichien, écrivait alors à juste titre à son père, en 1766, qu’il trouvait dans les cours de Schœpflin une « société bien choisie »30.

33Les débuts de l’école diplomatique de Strasbourg aux alentours de 1752 sont aussi confirmés par le fait qu’un éditeur strasbourgeois a réimprimé, cette année-là, un manuel, intitulé La Véritable politique des gens de qualité. Et en 1755 Schœpflin recommandait à ses élèves l’ouvrage de J.-J. Schmauss, Kurzer Begriff der Historie der vornehmsten europäischen Reiche und Staaten, qui venait juste de paraître. Mais l’école diplomatique a produit elle-même des manuels tels que L’Abrégé chronologique de l’histoire et du droit public d’Allemagne (1754) de Pfeffel, ouvrage qui peut être considéré comme le meilleur livre français sur l’histoire allemande écrit avant le xixe siècle.

  • 31 Cette succession fut un moment contestée, mais Koch savait convaincre les autorités.

34Au printemps 1771, Koch pouvait publier son Tableau des révolutions de l’Europe depuis le bouleversement de l’empire d’Occident jusqu’à nos jours qui est issu, comme l’ouvrage de Pfeffel, des cours présentés à l’école diplomatique. Lorsque Schœpflin mourut le 6 août 1771, l’école diplomatique de Strasbourg était une institution reconnue en Europe. Dans son testament le professeur avait désigné son élève et collaborateur Christophe Guillaume Koch (1737-1813) comme successeur à la direction de cette institution31.

  • 32 Frensdorff (F.), Von und über Schlözer, Weidmann, Berlin, 1909, p. 46.

35Durant l’été 1772, le nombre des nobles – surtout français – augmenta à un point tel que Koch fut obligé de donner six cours par jour. L’école diplomatique reprit sous la nouvelle direction son rythme et gagna encore en profil comme le confirme le plus grand publiciste allemand de l’époque, August Ludwig Schlözer, de passage à Strasbourg en automne 1773 : « Auch schickt der französische Hofe Leute hierher, die er künftig im Cabinet brauchen will. »32

  • 33 Dans un bilan publié en 1809, Koch soulignait : « Outre l’usage des deux langues et la parfaite li (...)

36En 1775, Koch devait encore faire passer le nombre de ses cours à huit par jour. L’école diplomatique avait donné un tel prestige à son nouveau directeur que l’université allemande la plus moderne et la plus importante de l’époque, Gottingen, lui proposa une chaire en 1779. Mais Vergennes, le ministre des Affaires étrangères, reconnut immédiatement que le départ de Koch de Strasbourg signifiait la fin de l’école diplomatique. Le ministre fit entreprendre le nécessaire pour garder Koch à Strasbourg. L’école diplomatique de Strasbourg fut florissante jusqu’à la révolution de 1789 qui mit fin à cette institution33.

  • 34 Ibid., p. 18.

37Le programme d’études établi par Schœpflin et élargi par Koch vous montrera le caractère innovateur de cette institution. Dans son bilan de 1809, Koch souligne : « À l’étude du droit naturel, public-universel et des gens, on y joignait les parties historiques, les traités de paix, la statistique, les antiquités, les mathématiques, les sciences naturelles et l’art de fortification. »34

  • 35 Voir Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 158 sq. et la documentation p. 326 (...)

38Les étudiants de l’école diplomatique de Strasbourg avaient la possibilité de suivre des cours sur les sujets suivants35 :

  • la paix de Westphalie ;
  • l’origine et les révolutions des familles souveraines de l’Europe ;
  • l’histoire du Saint-Empire ;
  • les prétentions des souverains de l’Europe ;
  • l’histoire des États européens ;
  • essai sur les États européens ;
  • l’histoire des traités de paix ;
  • l’histoire ancienne ;
  • le précis historique des principaux événements depuis la décadence de l’Empire romain ;
  • les principales révolutions arrivées en France, en Allemagne et en Italie depuis le mariage de Maximilien Ier ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public en France ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de l’Allemagne ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public du royaume de Prusse ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public d’Angleterre ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public du Danemark et de la Suède ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de la Pologne ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public des Pays-Bas et de la Suisse ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de la Savoie ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de l’Italie ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de Venise ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public du royaume des Deux-Siciles ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de l’Espagne et du Portugal ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de la Russie ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de l’Empire ottoman ;
  • l’histoire, la constitution et le droit public de la Hongrie.
  • 36 Le premier ambassadeur de France aux États-Unis fut l’Alsacien Conrad-Alexandre Gérard, qui a pris (...)

39Après la révolution américaine, on pouvait suivre à l’école diplomatique un cours de Koch sur « l’histoire, la constitution et le droit public des États-Unis d’Amérique »36. Mais d’autres problèmes d’actualité de l’époque ont aussi été traités dans les cours de l’école diplomatique, tels que les « observations relatives à la succession de Bavière ». On y voit facilement la modernité de l’enseignement dispensé par Koch et ses collègues à Strasbourg pendant les décennies précédant la Révolution.

  • 37 Ségur (L.-P. de), Mémoires, publication dirigée par F. Barrière, Paris, 1859, 1, p. 36.
  • 38 Voir la documentation de Knod (G.-C.), Die alten Matrikeln der Universität Strassburg 1621 bis 179 (...)
  • 39 Ibid, 1, p. 33-53.
  • 40 Pour les détails concernant les anciens élèves, voir Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), (...)

40Le diplomate français Louis Philippe de Ségur (1753-1830), ambassadeur à Saint-Pétersbourg et à Berlin, écrit dans ses Mémoires à propos de Strasbourg : « Ce fut là que nous nous formâmes à l’étude de la diplomatie... »37 Les autres anciens élèves de l’école diplomatique étaient de jeunes princes, des nobles devenus ministres et diplomates, c’étaient aussi certains étudiants alsaciens d’origine bourgeoise. Il est difficile de répertorier la totalité des anciens élèves. Un certain nombre de nobles mentionnés dans la correspondance de Schœpflin ne se trouvent pas dans les matricules de l’université de Strasbourg38. Mais toutes les personnes, au nombre de 352, qui sont inscrites entre 1752 et 1791 dans le matricule de l’université réservé à la noblesse (Matricula serenissimorum et illustrorum) sont susceptibles d’avoir suivi des cours de l’école diplomatique39. C’était le cas de Clemens de Metternich (inscrit en 1788) qui est devenu le chancelier d’Autriche et qui, dans cette fonction, domina la politique européenne du congrès de Vienne jusqu’à la Révolution de 184840.

41La liste des hommes politiques français ayant fréquenté les cours de l’école diplomatique de Strasbourg reste quand même impressionnante. Il s’agit entre autres des ministres et diplomates qu’étaient Ségur, Narbonne, Adhémar, Argenson, Bignon, Bombelles, Custine, Brahé, Grouchy, La Luzerne, Bourgoing, les deux Gérard et du Châtelet. Il faut y ajouter des Alsaciens d’origine bourgeoise qui ont servi au ministère des Affaires étrangères, tels que Pfeffel, Scherer, Rosenstiel, Schmutz, Kiefer et aussi Otto.

42Du côté allemand, c’étaient des jeunes princes des territoires comme la Hesse-Darmstadt, Nassau-Weilburg, Löwenstein-Wertheim, Holstein, Hohenlohe, Œttingen, Leiningen, Anhalt-Schaumburg, mais aussi des futurs hommes politiques comme Montgelas (ministre en Bavière), Cobenzl (diplomate et ministre autrichien) et des jeunes nobles issus de familles prestigieuses telles que les von et zum Stein, Brühl, Sayn-Wittgenstein, Pückler, Thurn et Taxis, Beust, Bülow, Münchhausen, Seckendorff et bien d’autres encore.

  • 41 Voir en détail Voss (J.), « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie(...)

43En dehors des Français et des Allemands, il faut souligner le nombre et le rang des nobles russes qui fréquentaient l’école diplomatique de Strasbourg41. Parmi les 138 étudiants de l’Empire russe inscrits à l’université de Strasbourg au xviiie siècle, il y avait 52 nobles dont 34 Russes et 18 Baltes. Parmi eux figurèrent de futurs ministres et diplomates comme Razoumovski, Gallitzine, Skawronski, Stroganow, Oubril, Gouriev, Mouraviev, Czernichew, Gagarine, et parmi les Baltes von Stackelberg. Excepté le tsar, toute la délégation russe, présente au congrès de Vienne, était composée d’anciens élèves de l’école diplomatique de Strasbourg.

44Mais il faut aussi rappeler les Suédois (Lôwenhielm, Klinckowstroem, Fersen, Wachtmeister), les Danois (Lynar, Osten), un Norvégien (Colbiörnsen), les Polonais (Jablonowski, Rzewonski, Bzewaski), les Anglais (Drake, Eden, Vansittard, Wood), un Irlandais (Thomas Mahon), quelques Italiens (par exemples les marquis d’Este) ou les Aremberg et Mérode des Pays-Bas autrichiens. Les exemples présentés suffisent à illustrer la composition de l’école diplomatique de Strasbourg.

  • 42 Sur Koch, voir Voss (J.), « C.-G. Koch (1737-1813) : Homme politique et historiographe contemporai (...)

45Ce n’est pas un hasard si l’ancien directeur de l’école diplomatique de Strasbourg, Christophe Guillaume Koch, élu en 1791 à l’assemblée législative, présida jusqu’en août 1792 le comité diplomatique ; les événements du 10 août, cependant, l’obligèrent à se retirer42.

46Talleyrand compta sur l’expérience des anciens élèves de l’école diplomatique de Strasbourg, tels que Pfeffel, Kiefer, Luzerne et Otto, lorsqu’il réorganisa, en 1799, le ministère des Affaires étrangères perturbé par les troubles révolutionnaires.

47Les élites françaises et européennes avaient, pour leur formation professionnelle à Strasbourg dans la seconde moitié du xviiie siècle, une institution qui ne trouva pas d’équivalent pendant l’Ancien Régime.

Notes

1 La notion se trouve dans Furetière (A.), Dictionnaire universel, La Haye, 1690, 2 : « Élite. Choix de ce qu’il y a de meilleur en chaque chose. [...] On dit aussi l’élite de la jeunesse, l’élite de l’armée : “Il n’y avoit que des gens d’élite en cette Assemblée, des gens de mérite et de considération.” » Cette définition est plus proche de notre sujet que celle donnée par Diderot (D.), Encyclopédie, Paris, 1755, 5, p. 509 : « Élite (commerce). Signifie ce qu’il y a de meilleur ou de plus parfait dans chaque espèce de marchandise. [...] Il a été transporté de là à d’autres usages, et on dit aussi des hommes d’élite. »

2 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771). Un Alsacien de l’Europe des Lumières, Société savante d’Alsace, Strasbourg, 1999, p. 32. Voir aussi les actes du colloque Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au xviiie siècle, édition dirigée par B. Vogler et J. Voss, Bouvier, Bonn, 1996.

3 Knopper (F.), « Schœpflin voyageur », dans Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au xviiie siècle, op. cit., p. 269-283.

4 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 189 sq. et p. 206 sq.

5 Ibid., p. 63 et p. 68-73.

6 Ibid., p. 288-292. Voir aussi Black (J.), « Schœpflin and Britain », dans Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au xviiie siècle, op. cit., p. 243-252.

7 Schœpflin (J.-D.), Commentationes historicae et criticae, Decker, Bâle, 1741.

8 Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, sous la direction de G. Livet et F. Rapp, DNA, Strasbourg, 1981, 3 (« Strasbourg de la guerre de Trente Ans à Napoléon, 1618-1815 »), p. 280 sq. Voir aussi Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 36-40.

9 Pelzer (E.), Der elsässische Adel im Spätfeudalismus, Tradition und Wandel einer regionalen Elite zwischen dem Westfälischen Frieden und der Revolution (1648-1790), éd. Oldenburg, Munich, 1990.

10 Bély (L.), « Schœpflin et Chauvelin, l’historien et le ministre : étude comparative de deux visions des relations internationales », dans Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au xviiie siècle, op. cit., p. 225-242.

11 Bender (W.), Johann Jakob Bodmer und Johann Jakob Breitinger, Metzler, Stuttgart, 1973, p. 37.

12 Sur Pfeffel, voir prochainement mon article dans la Revue d’Alsace.

13 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 76-77.

14 Il a aussi connu la Pompadour, qu’il juge un « personnage très aimable et d’un bon caractère [...] comme elle est bienfaisante et ne s’oublie point, tout le monde est porté pour elle... » Lettre adressée au landgrave Louis VIII de Hesse-Darmstadt le 1er septembre 1746, dans : Johann Daniel Schöpflins wissenschaftliche und diplomatische Korrespondenz, édition dirigée par J. Voss, Thorbecke, Stuttgart, lettre 85, sous presse.

15 Kligenstein (G.), « Johann Daniel Schöpflin und Wien », dans Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au xviiie siècle, op. cit., p. 128-162.

16 Voir les inscriptions à partir de 1739 : Knod (G.-C.), Die alten Matrikeln der Universität Strassburg 1621 bis 1793, Strasbourg, 1897, 1, p. 26 sq.

17 Rasoumovski fit à Schœpflin un prestigieux cadeau : une fourrure de touloupe.

18 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 80 ; Schaab (M.), « Die Höfe in Mannheim, Mainz, Darmstadt und Biebrich zur Zeit Schöpflins », dans Strasbourg, Schœpflin et l’Europe au xviiie siècle, op. cit., p. 190-204. La correspondance de Schœpflin adressée au landgrave se trouve dans Johann Daniel Schöpflins wissenschaftliche und diplomatische Korrespondenz, op. cit.

19 Lettre de Molter à André Lamey du 19 mai 1766, voir Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 97 sq.

20 Ibid., p. 82.

21 André Lamey, un étroit collaborateur de Schœpflin, le désigne comme vieil ami de Schœpflin. Voir sa lettre du 25 juillet 1767, dans Johann Daniel Schöpflins wissenschaftliche und diplomatische Korrespondenz, op. cit., lettre 454.

22 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 46.

23 Brucker (K.), « Urkunden über die Verhältnisse des Buchhandels und der Presse in Strassburg im 18. Jahrhundert », dans Archiv fur die Geschichte des deutschen Buchhandels, 8, 1883, p. 123-163 (citation p. 156).

24 Lettre de Schœpflin à Schumacher du 12 mai 1752, dans Johann Daniel Schöpflins wissenschaftliche und diplomatische Korrespondenz, op. cit., lettre 150.

25 Voss (J.), « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », dans Deutsch-russische Beziehungen im 18. Jahrhundert. Kultur, Wissenschaft und Diplomatie, édition dirigée par C. Grau, S. Karp, J. Voss, Harrassowitz, Wiesbaden, 1997, p. 351-373.

26 Lettre de Schœpflin du 12 mars 1767 au comte de Cobenzl, dans Johann Daniel Schöpflins wissenschaftliche und diplomatische Korrespondenz, op. cit., lettre 441.

27 Sur Lamey, voir VOSS (J.), « Vom Küfersohn aus Münster im Gregoriental zum Mannheimer Akademiesekretär und Gelehrtenn von europäischen Rang : Andréas Lamey (1726-1802) », dans l’Annuaire de la Société d’histoire du Val et de la ville de Munster, 1995, p. 74-104. Sur Koch, voir Voss (J.), « C.-G. Koch (1737-1813) : Homme politique et historiographe contemporain de la Révolution », dans Contemporary Historians of the French Revolution, sous la direction de J. Voss, Pergamon Press, Oxford, 1991, p. 531-543.

28 Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 150.

29 Lettre du prince de Ligne à Schœpflin (lettre non datée), citée dans ibid., p. 151, n° 339.

30 Lettre du 30 octobre 1766, citée dans ibid., p. 154.

31 Cette succession fut un moment contestée, mais Koch savait convaincre les autorités.

32 Frensdorff (F.), Von und über Schlözer, Weidmann, Berlin, 1909, p. 46.

33 Dans un bilan publié en 1809, Koch soulignait : « Outre l’usage des deux langues et la parfaite liberté des cultes, ces étrangers trouvaient dans notre ville une société agréable, et, du côté de l’instruction, des avantages qu’aucun autre local ne pouvait leur offrir. » Koch (C.-G.), Discours sur l’ancienne gloire littéraire de la vieille université de Strasbourg, Strasbourg, 1809, p. 19.

34 Ibid., p. 18.

35 Voir Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 158 sq. et la documentation p. 326-327.

36 Le premier ambassadeur de France aux États-Unis fut l’Alsacien Conrad-Alexandre Gérard, qui a pris en 1781 à Strasbourg la fonction de préteur royal.

37 Ségur (L.-P. de), Mémoires, publication dirigée par F. Barrière, Paris, 1859, 1, p. 36.

38 Voir la documentation de Knod (G.-C.), Die alten Matrikeln der Universität Strassburg 1621 bis 1793, op. cit.

39 Ibid, 1, p. 33-53.

40 Pour les détails concernant les anciens élèves, voir Voss (J.), Jean-Daniel Schœpflin (1694-1771), op. cit., p. 165-169.

41 Voir en détail Voss (J.), « Les étudiants de l’Empire russe à l’université de Strasbourg au xviiie siècle », dans Deutsch-russische Beziehungen im 18. Jahrhundert. Kultur, Wissenschaft und Diplomatie, op. cit. p. 351-373.

42 Sur Koch, voir Voss (J.), « C.-G. Koch (1737-1813) : Homme politique et historiographe contemporain de la Révolution », dans Contemporary Historians of the French Revolution, op. cit., p. 531-543. Le rôle politique de Koch sous Napoléon reste encore à étudier. En tout cas, il compte parmi ceux qui ont établi la constitution du royaume de Wesphalie.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université de Mannheim et chargé de recherches à l’institut historique allemand de Paris

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search