Version classiqueVersion mobile

Les élites régionales, (xviie-xxe siècle)

 | 
Christine Lebeau
, 
Jean-Michel Boehler
, 
Bernard Vogler

Préface

Christine Lebeau, Jean-Michel Boehler et Bernard Vogler

Texte intégral

1La présente entreprise s’inscrit dans la continuité des recherches menées par le Centre d’études régionales et rhénanes. Fondé par le doyen Georges Livet en 1968, ce centre est devenu, fin 1997, un groupe de travail intégré à l’Équipe de recherche en sciences historiques, nouvellement créée à l’université Marc Bloch de Strasbourg. Il poursuit la tradition d’une histoire régionale et rhénane qu’il a souhaité désormais situer entre les espaces français et centre-européens.

2C’est chose faite grâce au choix d’un thème – les élites – qui s’est révélé à la fois transversal et pluridimensionnel. De l’individu au groupe en passant par la dynastie, mais aussi des figures aux modes de désignation, quels en sont les normes et les critères ? Est-il bien raisonnable de vouloir juger à l’aune du xxie siècle ? Le problème s’est posé à l’occasion de l’édition en cours du Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne. Ne convient-il pas, au contraire, d’opérer une véritable « migration mentale » en adoptant les étalons d’une époque révolue ?

3Une équipe d’historiens français, allemands et autrichiens propose, dans le présent volume, une perception à géométrie variable des élites, d’abord replacées dans le contexte politique, intellectuel ou économique de leur temps, mais surtout resituées dans leur cadre régional ou local.

4Du Dictionnaire de Furetière à l’Encyclopédie de Diderot, la définition du mot « élites » est quasiment invariable : c’est le choix de ce qu’il y a de « meilleur » ou de « plus parfait ». Pourtant « est-il possible, est-il utile de constituer un ensemble qui englobe tous ceux qui ont réussi, y compris les rois de la pègre ? » (R. Aron.)

5Si l’idéal nobiliaire peut constituer un facteur d’unité, le prisme de l’estime sociale maintient les hiérarchies. Certes, quel parcours plus édifiant que celui de Jean-Daniel Schöpflin ? Jürgen Voss retrace l’éclatante carrière de ce fils de fonctionnaire originaire du pays de Bade, qui, après s’être imposé au sein de la « république des lettres », devient « formateur d’élites ». Fin lettré, celui-ci entretient une correspondance avec d’éminentes figures du Gotha européen ; surtout, grâce à ses enseignements novateurs, il parvient à imposer l’école diplomatique dans le cursus honorum qui mène aux plus hautes responsabilités politiques. Toutefois, ce que la sociabilité permet, la quête du pouvoir et de la grâce semble le remettre en question. Ainsi, Klaus Malettke aperçoit au sein de la diplomatie impériale la superposition ou plus exactement le subtil dégradé d’une élite de naissance à une élite de fonction en passant par une élite de valeur. Les postes les plus prestigieux sont attribués en priorité à l’aristocratie habsbourgeoise, puis à la haute noblesse impériale, les fonctions de moindre prestige restant l’apanage de la petite noblesse qui, de ce fait, jouit de possibilités limitées d’ascension sociale. L’élite de fonction reste ici un trompe-l’œil. Dans cet autre « pays d’entre-deux », tiraillé entre la France et l’Empire, qu’est la Franche-Comté, l’académie de Besançon, étudiée par Maurice Gresset, rassemble les élites intellectuelles, mais aussi militaires, administratives, religieuses. Installée par le roi, l’Académie peut apparaître comme un instrument d’assimilation culturelle, et sa création en 1752 comme une manifestation de la politique d’alignement sur le royaume, reprise avec vigueur au milieu du xviiie siècle. L’Académie a-t-elle sa propre hiérarchie ? La naissance et le rang au sommet, les talents dépourvus de tels avantages en bas, et entre les deux, des gens à talents, et même d’un certain rang, mais dont la naissance n’est pas suffisante pour décourager la « malignité jalouse » : l’abbé Talbert a remarquablement situé dans la société de son temps ses premiers confrères. La synthèse apparente peut aussi s’avérer « explosive ». Erich Pelzer, s’interrogeant sur les spécificités de la noblesse alsacienne, montre comment celle-ci participe à la fois de l’ancienne noblesse impériale, de type féodal, et de la nouvelle noblesse française d’extraction bourgeoise, encouragée par Louis XIV parce que considérée comme l’une des principales « vitrines » de la France sur le Rhin. Tout en partageant des valeurs communes – l’honneur, le prestige, le privilège –, le processus « d’aristocratisation » qui avantage la noblesse récente entraîne un combat d’arrière-garde, une « réaction seigneuriale » d’autant plus âpre qu’il faut survivre et tenir son rang.

6La société hétérogène et hiérarchique d’Ancien Régime constitue-t-elle à elle seule un obstacle ? Thomas Loué propose de réfléchir à la construction d’une identité culturelle ou intellectuelle à travers un « objet symbolique », la Revue des deux mondes. Malgré le fossé qui, en termes sociologiques, sépare le chroniqueur de la revue et le gardien de la bibliothèque municipale abonnée, il n’y a sans doute pas de solution de continuité. Cependant, tous deux participent de la construction de la Revue des deux Mondes, l’un par la production du texte, l’autre par son appropriation, c’est-à-dire in fine par leur commune appartenance à un univers culturel ou symbolique qui n’est plus celui des élites mais d’une élite, c’est-à-dire à cette France catholique du début du siècle et que le discours identitaire de l’engagement permet d’unifier. Comme objet socialement construit, les élites semblent nous échapper.

7Comment l’historien peut-il construire lui-même l’objet ?

8À l’intérieur du microcosme de la paysannerie que Jean-Michel Boehler reconstitue en alliant méthodes sérielles et micro-historiques, se détachent des identités plurielles et plastiques : les critères en sont assurément le patrimoine, le pouvoir, le savoir, mais leur importance relative varie avec le temps. Loin de se limiter à « rappeler la loi d’airain de l’oligarchie, l’inégalité des dons et des succès » (R. Aron), l’analyse des stratégies, du groupe à l’individu en passant par la famille, permet cependant d’identifier des comportements récurrents.

9Fallait-il encore faire coïncider l’appartenance aux élites avec la possession d’une fortune ? Certes, tant les Liechtenstein que les coqs de village alsaciens ou encore les entrepreneurs, tels les Dietrich, les Seillière et les Dollfus s’appuient sur de solides patrimoines. Mais ces patrimoines demeurent soumis à la pression de la conjoncture. Dominique Barjot montre comment l’appartenance au patronat normand n’est pas une donnée – ici, guère d’héritiers – mais un risque, l’aboutissement d’une stratégie qui peut également justifier le passage dans d’autres groupes, propriétaires fonciers ou notables politiques ou entraîner le déclassement. Le poids des contraintes objectives se combine avec les attitudes individuelles. Plutôt que le signe extérieur – le patrimoine, l’entreprise, le château mais aussi le mandat, le diplôme, l’abonnement –, les auteurs de ce volume ont d’abord retenu la variante culturelle, la constante de l’adaptation. Celles des dynasties, verticales ou horizontales, qui s’appuient sur une éthique ou un ensemble de règles. Les Liechtenstein (Thomas Winkelbauer), les Dietrich (Michel Hau), les Seillière (Nicolas Stoskopf) ou les Dollfus (Nicolas Schreck) sont bien les dépositaires d’un héritage qu’ils croient devoir transmettre aux générations suivantes. Au nom de la splendor familiae, ils s’efforcent de maximiser leurs revenus et enseignent à leurs descendants les règles d’une bonne gestion, ainsi Gundaker Liechtenstein ou Jean Dollfus. Poursuivre une lignée d’entrepreneurs au service de la grande aventure industrielle est un devoir, l’acceptation d’une stratégie familiale qui dépasse de beaucoup les souhaits personnels. Cependant, l’hérédité n’équivaut pas à la compétence. Les rebonds successifs, à plusieurs générations ou à quelques degrés de parenté, permettent de « recréer plusieurs fois de suite, à des décennies de distance, de véritables centres de profits ». Ce qui compte ici, ce n’est pas le processus d’accumulation, mais celui de renouvellement.

10La question essentielle devient alors celle de savoir pourquoi tel milieu a pu se renouveler et pas tel autre, l’explication étant souvent à chercher dans la variable culturelle, comme nous y invite Michel Hau. Avec l’exemple, apparemment exotique, du Brésil des années 1840 aux années 1930, Armelle Enders nous donne à voir, en contrepoint, des champs sociaux et des voies de promotion distincts. Le bachelier des villes, produit de la fusion des élites politiques du monde portugais, se recrute parmi les « marginaux du système agraro-esclavagiste » et organise à son tour sa propre fermeture (fréquentation de l’université de Coimbra, puis des universités fédérales, notamment de Sao Paolo, adhésion à la Burschenschaft...). Une forme de division sociale du travail « apporte un peu de souplesse dans une société corsetée ».

11Pour peu qu’on ne veuille pas réduire les élites aux groupes dominants – noblesse, bourgeoisie, notabilités –, une donnée essentielle s’est finalement imposée, au-delà de l’estime sociale, celle du service.

12Joachim Bahlcke montre comment, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, l’Église hongroise s’appuie sur les institutions aristocratiques de son pays pour devenir une force d’opposition au pouvoir centralisateur et absolutiste de Vienne et contribue ainsi au renforcement d’une identité provinciale puis nationale. De même, les conseillers généraux du Haut-Rhin, évoqués par Olivier Conrad, « représentent » socialement les élites traditionnelles, mais ils agissent dans le cadre du département qui s’affirme comme un centre de décision, un lieu de préparation du travail administratif, un lieu de réflexion, et non plus une simple chambre d’enregistrement. De plus en plus, les sortants qui se représentent aux élections mettent en avant leurs réalisations et sont sanctionnés sans appel s’ils ne se préoccupent pas des intérêts de leur canton. Pour les électeurs, ce qui légitime désormais la prétention d’un individu, ce sont autant ses qualités et ses compétences que sa capacité d’intervention.

13Au-delà du politique, voici, présentés par Eveline Mertz, ces « vedettes de second plan » que sont les médecins cantonaux de Haute-Alsace au xixe siècle : des élites au petit pied qui partagent le parler et la culture populaires, mais qui offrent relativité, périphérie et proximité. Enfin, les « formateurs d’élites », abordés par François Igersheim à partir des monographies de trois établissements scolaires (Altkirch, Colmar et Strasbourg) et à l’appui de trois jalons chronologiques (1813, 1839, 1870), permettent d’ouvrir l’étude comparée d’aires culturelles et de champs sociaux différents : une filière classique française, plus ouverte que l’allemande, justifierait l’attachement des familles alsaciennes au mode français de fabrication des élites.

14En présentant cette esquisse, après quatre années de réflexion et de travail, nous mesurons la cohérence, mais également les limites de ce volume : l’absence de la période médiévale dont l’étude aurait pu être éclairante ; l’infinie complexité même de la notion « d’élites » dès lors que l’on quitte le cadre national et que l’on varie les points de vue ; finalement, la difficulté à donner un contenu à ce qui peut n’apparaître que comme un jeu d’échelles et de combinatoires à partir d’individualités irréductibles. Que soient remerciés l’ensemble des collaborateurs à notre collection « Sciences de l’Histoire », Melle Céline Grasser qui s’est chargée, avec efficacité et compétence, de la mise en forme de cet ouvrage – le cinquième de la série – ainsi que les Presses universitaires de Strasbourg qui ont rendu cette entreprise possible.

15Strasbourg, le 8 mars 2001

16Ont collaboré à cet ouvrage :

  • Dominique Barjot, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris IV ;

  • Joachim Bahlcke, chercheur au centre de recherches Geschichte und Kultur Ostmitteleuropas de Leipzig ;

  • Jean-Michel Boehler, professeur d’histoire moderne à l’université Marc Bloch de Strasbourg et directeur de l’équipe de recherche en sciences historiques ;

  • Olivier Conrad, docteur en sciences historiques à l’université Marc Bloch de Strasbourg ;

  • Armelle Enders, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Paris IV ;

  • Maurice Gresset, professeur d’histoire moderne émérite à l’université de Franche-Comté, Besançon ;

  • Michel Hau, professeur d’histoire contemporaine à l’université Marc Bloch de Strasbourg ;

  • François Igersheim, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université Marc Bloch de Strasbourg ;

  • Thomas Loue, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’institut de formation des maîtres de Colmar ;

  • Klaus Malettke, professeur d’histoire moderne à l’université de Marbourg ;

  • Eveline Münch-Mertz, doctorante à l’université Marc Bloch de Strasbourg ;

  • Nicolas Stoskopf, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Haute-Alsace, Mulhouse ;

  • Nicolas Schreck, doctorant à l’université Marc Bloch de Strasbourg ;

  • Erich Pelzer, professeur d’histoire moderne à l’université de Mannheim ;

  • Jürgen Voss, professeur d’histoire moderne à l’université de Mannheim et chargé de recherches à l’institut historique allemand de Paris ;

  • Thomas Winkelbauer, professeur assistant à l’Institut für österreichische Geschichtsforschung, université de Vienne.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search