Version classiqueVersion mobile

Voir les Dieux, voir Dieu

 | 
Françoise Dunand
, 
François Bœspflug

Troisième partie. Moyen âge chrétien

Les visions de la cour céleste dans le Liber Celestium Revelationum de Brigitte de Suède

Véronique Germanier

Texte intégral

1Dans le Livre des Révélations Célestes, on distingue deux sortes de récits de vision de Dieu et des saints : certains sont la retranscription d’un enseignement prodigué par les figures saintes, tandis que d’autres sont une description de séquences d’images représentant les lieux de l’au-delà. Après une brève évocation de la vie et de l’œuvre littéraire de Brigitte de Suède, nous allons considérer, dans une première partie d’analyse textuelle, l’identité des interlocuteurs célestes de Brigitte, la teneur de leur discours et examiner les visions du ciel et de ses habitants. Dans une deuxième partie, nous nous attacherons à l’étude des illustrations des manuscrits des Révélations, réalisés en Italie peu de temps après la rédaction définitive du texte.

Brigitte, prophétesse de son temps

2Dans le domaine de la mystique féminine, il est difficile de tracer une biographie normative tant les personnalités et les modalités de leur communication avec Dieu sont multiples.

  • 1 Rév. Extravagantes 47 : Scias quia non loquor propter te solam, sed propter salutem omnium christi (...)
  • 2 Pour les éléments biographiques voir G. Cecchetti, s.v. « Brigida di Svezia » dans Bibliotheca San (...)

3En ce qui concerne Brigitte de Suède (1303-1373), sa capacité de visionnaire se révéla tardivement, après l’accomplissement de son rôle d’épouse et de mère de famille. D’ascendance noble, Brigitte fut mariée à l’âge de quatorze ans à Ulf Gudmarsson qui, comme son propre père, exerçait la charge de gouverneur (lagman). Au retour d’un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle en 1343, Ulf décéda et elle se retira au couvent cistercien d’Alvastra en Suède. Peu après, elle fonda l’ordre du Saint-Sauveur (monastère de Vadstena) dont les constitutions seront approuvées par Urbain V en 1370 ; elle fut dès lors gratifiée de visions dont la teneur est de portée universelle comme le lui a déclaré le Christ lors d’une de ses premières apparitions ; « Sache que je ne parle pas pour toi seule, mais pour le salut de tous les chrétiens »1. Le désir d’entrer en communication avec les dirigeants laïques et ecclésiastiques l’incita à quitter la Suède ; dès 1350, elle établit sa résidence à Rome et effectua de nombreux déplacements dans les cours princières et sur les lieux de pèlerinage. Durant ces années d’exil volontaire elle fut secondée par sa fille, la Bienheureuse Catherine, qui ramènera en Suède le corps de sa mère, décédée en 1373. Elle sera canonisée en 1391 par Boniface IX, moins de vingt ans après sa mort, canonisation qui sera confirmée en 1415 lors du concile de Constance2.

  • 3 Ce contexte a bien été étudié par P. Dinzelbacher ; voir surtout Vision und Visionsliteratur im Mi (...)
  • 4 Sur cette figure et ses similitudes avec Brigitte de Suède voir A. Vauchez, « Sainte Brigitte de S (...)
  • 5 Selon la définition de j. Auneau, s.v. « Prophètes et prophétisme », dans Catholicisme, t. 11, Par (...)

4En tant que femme, laïque et visionnaire, Brigitte de Suède est représentative d’une nouvelle catégorie de sainteté émergeant à la fin du Moyen Âge. Son mysticisme est toutefois de nature différente de celui de la spiritualité féminine de l’époque3. Il est dénué d’une forte connotation affective ou sensuelle fixée sur la personne du Christ, en dépit de la désignation de Brigitte comme épouse (sponsa). Son rapport à Dieu concerne souvent la Trinité entière. Comme nous allons tâcher de le mettre en évidence, Dieu, dans sa complexité trinitaire, apparaît au sommet d’une hiérarchie céleste constituée d’anges et de saints ; certains d’entre eux, la Vierge notamment, peuvent devenir les interlocuteurs particuliers de la visionnaire. La soumission, la vénération et l’obéissance caractérisent l’attitude de Brigitte vis-à-vis des messages qu’elle reçoit. En revanche, elle fait preuve d’une grande combativité dans son engagement religieux et politique. Des nombreuses causes défendues, retenons le retour de la papauté à Rome pour lequel a également œuvré Catherine de Sienne († 1380)4. Brigitte de Suède peut être ainsi considérée comme prophétesse car elle s’efforça de transmettre la parole divine à ses contemporains dans un souci du bien collectif5.

Genèse et genre littéraire des Révélations

  • 6 Les modalités de cette retranscription sont expliquées dans la Vita écrite par Pierre Olafsson et (...)
  • 7 Les quatre premiers livres concernent surtout Dieu et les lieu de l’au-delà (ciel, purgatoire, enf (...)
  • 8 L’édition moderne des Révélations est en voie d’achèvement. C. G. Undhagen, éd., Sancta Birgitta R (...)
  • 9 Voir B. Morris, article cit. note 6, p. 26.
  • 10 Voir P. Dinzelbacher, Revelationes, Turnhout, Brepols, 1991, p. 89-108 (« Typologie des sources du (...)

5Très tôt, Brigitte fut assistée par deux directeurs spirituels suédois qui furent aussi ses secrétaires : Pierre de Skänninge, prêtre séculier, et Pierre Olafsson, prieur cistercien. Sa connaissance de la Bible lui fut apportée par Maître Matthias de Linköping, auteur d’un commentaire sur l’Apocalypse de Jean, texte dont nous retrouvons des éléments dans les Révélations. À Rome elle reçut de Dieu l’ordre d’apprendre le latin mais fut certainement très dépendante de ces clercs pour la retranscription de ses visions6 dont le corpus fut rassemblé dès 1373 par Alfonso Pecha de Vadaterra, un évêque d’origine espagnole. La rédaction définitive, sous le titre Liber Celestium Revelationum, parfois abrégé Revelationes, fut achevée en 1377. Le texte est divisé en sept livres dénués d’indications chronologiques et dont le découpage thématique n’est pas clairement articulé7, suivis par un huitième, le Liber celestis imperatoris ad reges8. Un recueil complémentaire, les Revelationes Extravagantes, à la teneur davantage anecdotique, serait attribuable à Pierre Olafsson ; il est néanmoins inclus dans la plus ancienne édition imprimée, parue à Lübeck en 14929. La dénomination Revelationes s’inscrit dans la tradition de la littérature visionnaire médiévale. Ce titre qualifie en effet une dizaine d’écrits, situés entre le IXe siècle (le Liber Revelationum d’Andracus de Sens) et le XVe siècle (le Compendium Revelationum de Jérôme Savonarole)10.

Modalités de la vision et de la communication avec Dieu

6L’analyse des Révélations nous incite à distinguer deux types de vision que Brigitte reçoit selon des modalités différentes.

7I. Un premier type de vision se caractérise par la transmission d’un message verbal. L’apparition de l’interlocuteur précède le discours qu’il adresse à la visionnaire. Les brefs prologues aux chapitres, dus au rédacteur Alfonso Pecha précisent l’identité des personnages en présence. Brigitte y est presque systématiquement qualifiée de Sponsa : Collocutio, Verba Christi ad sponsam, Verba melliflua Christi ad sponsam, Filius loquitur, Loquebatur Christus, ou encore Responsio Dei patris (ou Jesu Christi) adprecem sponse. Les chapitres sont en fait des monologues ; ceux des Personnes divines et de la Vierge sont numériquement plus nombreux. Il n’y a pas véritablement d’échange entre Brigitte et ses interlocuteurs. Le plus souvent elle écoute leur discours sans intervenir ; quand elle s’exprime, elle le fait sous forme de prière, de louange ou d’exposé sur une question particulière ; ces passages font généralement l’objet d’un chapitre en soi : Laus sponse ad virginem (Rév. III,29) ; Verba Sponse notanda de urbe Romana (Rév. IV,33), Deprecatio Sponse addominum pro Roma (Rév. III,28).

8Considérons comment Dieu s’adresse à la visionnaire et quels sont les qualificatifs qui s’appliquent à chacune des trois personnes de la Trinité.

  • 11 Rév. I,28 : He tres voces non ideo audite sunt quasi sint tres Dii (…) Deinde tres voces predicte, (...)

9Le Père est l’interlocuteur le plus discret. Sobrement qualifié de Pater ou de Deus Pater, il parle rarement à Brigitte ; quand il le fait, c’est conjointement avec les deux autres personnes de la Trinité. Ainsi dans Rév. I, 28, le Père, le Fils et l’Esprit se font entendre successivement (Vox patris, vox filii, vox spiritus) mais comme « dans une seule voix »11.

  • 12 Sur ce sujet voir notamment J. Leclercq, L’idée de la royauté du Christ au Moyen Âge, Paris, Cerf, (...)
  • 13 Des citations scripturaires nombreuses, retenons les versets de Jean 5, 22-23 : « Le Père ne juge (...)
  • 14 VIII,1 : Ego sum verus et summus imperator et dominas.
  • 15 Pour le domaine parisien, on en repère des occurrences dès le premier quart du XVe siècle. Par exe (...)
  • 16 Rév. IV, 9 : (…) Ideo post mortem iudicavit iusticia Dei, quod deberet per sex etates ardere in pu (...)
  • 17 Rév. I,28 : Ego sedi quasi in iudicio, quia omne indicium datum est mihi et venit quidam iudicandu (...)
  • 18 Rév. I,28 : (…) et omnes sancti una voce clamabant dicentes : hec est divina iusticia, utperpetuo (...)

10Le Christ se définit comme le créateur : « Je suis le créateur du ciel et de la terre, un dans la divinité avec le Père et l’Esprit Saint » (Rév. I,1 ; I,19 ; II,1) ; « Je suis le créateur du ciel et de la terre, de la mer et de toutes les créatures qui s’y trouvent » (Rév. II,1). Il est le Verbe (Rév. VIII, 1), ce qui peut justifier qu’il apparaisse comme l’interlocuteur majeur. Mais il est avant tout qualifié par deux prérogatives tout à fait conformes à l’exégèse et à la tradition scripturaire médiévales : il est roi12 et juge13 : « Je suis le roi couronné » (Rév. II,7, à l’épouse) ; « Je suis le vrai roi parce que tout honneur et toute puissance me reviennent » (Rév. II,12). La Vierge s’adresse souvent à lui dans ces termes : « Tu es roi de gloire, mon fils ». Le rang d’empereur lui est conféré dans le titre du VIIIe livre, le Liber celestis imperatoris ad reges et dans le corps de ce texte il se désigne lui-même ainsi14. Ce titre est sans doute ici justifié par la nécessité de placer le Christ dans un rapport hiérarchique avec les souverains terrestres auxquels le livre est adressé. Nous verrons que l’image du frontispice à ce livre ne le représente pas en empereur, iconographie qui semble apparaître dans l’enluminure seulement au début du XVe siècle dans les domaines français et germanique15. Sa qualité de juge recouvre l’ensemble du temps de l’Église du début de l’humanité : « Je suis celui qui a jugé le premier ange, Adam et Caïn et le monde entier » (Rév. II,12, réitéré en VIII,2) à la fin des temps et détermine le sort de l’âme après la mort16. Elle s’applique surtout à la réforme de la société contemporaine ; ainsi, pour ne retenir qu’un exemple, dans Rév. I,28, le Christ apparaît à Brigitte afin qu’elle incite clercs et laïcs à la pénitence et à la réforme des mœurs17. La cour céleste peut accréditer la capacité judiciaire du Fils : « Tous les saints proclament d’une seule voix : ceci est la justice divine, qu’elle soit toujours par ton règne et par ta joie »18.

11L’Esprit Saint apparaît comme un guide intérieur agissant conformément à la volonté du Christ : « Tu sens mon Esprit se mouvoir dans ton cœur » dit le Christ à Brigitte (Rév. II,18) ; « Je suis ton Dieu. Mon Esprit te fera entendre, voir et sentir » (Rév. II,19, Verba Christi ad sponsam). Elle est également appelée le conduit de l’Esprit-Saint, flexible à sa volonté insufflée en elle (Rév. II,30).

  • 19 Rév. I,19 : Tu autem, filia mea, quam elegi michi et cum qua spiritu meo loquor, dilige me toto co (...)
  • 20 Extravagantes 116 (chapitre intitulé Quam dulcis et dilectus erat deus sancte Birgitte, et convers (...)

12La Vierge est la principale interlocutrice de Brigitte. Elle est la Regina coeli, Mater Dei comme l’énonce Jean-Baptiste (Rév. I,28). On retrouve ces qualificatifs de façon récurrente dans les Révélations. Dans les en-têtes aux chapitres, elle est généralement désignée comme Mater ou Virgo (Verba Matris ou Verba Virginis ad Sponsam). Dans Rév. IV,7, elle siège couronnée à côté du Christ désigné comme Sol. Le lien de Brigitte avec le Christ et avec la Vierge relève de la parenté spirituelle. Ainsi, Brigitte est appelée belle-fille par la Vierge (Rév. VI,88 ; II,18), fille et épouse par le Christ, qui place leur relation au-dessus de tout lien terrestre : « Mais toi, ma fille, que j’ai choisie pour moi et à qui je parle en esprit, aime-moi de tout ton cœur, non pas comme un fils ou une fille aime ses parents, mais plus que tout au monde »19. Le rapport Sponsus-Sponsa est établi par le Christ avec la visionnaire dès ses premières apparitions. À Alvastra, alors qu’elle était en prière, Brigitte l’entendit s’adresser directement à elle ; il lui demanda de devenir son épouse et de lui subordonner sa volonté : « Entends donc ce que je dis : assurément tu seras mon épouse et le canal de ma voix » (Extravagantes XLVII) ; « l’épouse doit agir selon la volonté de l’époux » (Rév. 1,2). Ce lien matrimonial n’est pas corrélatif à une transposition érotique sur la personne du Christ dans les Révélations, qui se distinguent en cela de nombreux écrits de la mystique féminine. Dans les rares passages qui font état des sensations physiques éprouvées lors des extases, on peut constater que la relation met en présence moins le Christ que Dieu, comme nous l’indiquent les en-têtes aux chapitres. La perception du message divin est ainsi rendue possible par une prise de possession de la visionnaire ; celle-ci se révèle très consciente du phénomène : « Il me semble que tu es ainsi ancré dans ma personne, comme si tu étais vraiment cœur, moelle et intestins. Et ainsi tu m’es plus cher que ma propre âme et mon propre corps »20.

  • 21 Le Christ lui apparaîtra dans l’église où Giotto a peint dans la dernière décennie du XIIIe siècle (...)
  • 22 VIII, 15 : Beata Agnes apparuit Sponse Christi, et loquebatur ei de quadam regina superba et pompo (...)

13La cour céleste, définie comme la réunion des différentes catégories de saints autour de Dieu, ne constitue pas une entité qui dialogue avec la visionnaire. Celle-ci assiste de façon extérieure aux rares échanges entre Dieu et ces catégories énoncées, comme les apôtres, les patriarches, les prophètes (Rév. I,45), les martyrs ou une collectivité (omnes sancti). Cependant, certains saints, peu nombreux au demeurant, peuvent devenir des interlocuteurs particuliers de Brigitte ; ils ont pour fonction de lui commenter une vision – Jean-Baptiste y excelle – ou de satisfaire son désir de connaissance sur un point précis ; dans ce deuxième cas, ils lui apparaissent généralement sur le lieu de leur tombeau ou dans une église qui leur est consacrée. Ainsi, Nicolas de Bari (Rév. VI, 103) lui explique la signification du liquide huileux qui émane de son sarcophage. François lui apparaît le jour de sa fête dans l’église romaine de San Francesco a Ripa et lui enjoint de « venir dans sa chambre afin de manger et boire avec lui » (Rév. VII,3). Brigitte interprète ce message comme la nécessité de se rendre à Assise, voyage qu’elle entreprend en 135121. Agnès, sa fidèle conseillère, l’aide dans son apprentissage du latin à son arrivée à Rome et l’éclaire sur la personnalité de Jeanne d’Anjou, reine de Naples22.

  • 23 Summa theologiae, IIa IIae, Qu. 171, prologue. Pour une mise en contexte de cette notion, voir A. (...)
  • 24 « Il n’est pas naturel (pour l’homme) d’être élevé aux réalités divines avec abstraction des sens  (...)
  • 25 Rév. II,18 : Vides enim spiritualibus oculis. Tu etiam audis spiritualibus auribus. (…) Visio quam (...)

14II. Un deuxième type de visions comporte aussi l’apparition d’interlocuteurs, mais l’aspect visuel est cette fois privilégié par rapport au discours comme en témoignent les débuts de chapitres (Et vidit, apparuit etc.). Brigitte voit défiler des images dans de rapides séquences. Son état est manifestement celui du ravissement (raptus) « degré spécial de prophétie » selon la définition de saint Thomas23. La visionnaire devient étrangère au monde environnant afin d’être réceptive à une réalité surnaturelle24. Se rattachant à ce deuxième type, les visions du Paradis constituent un sujet d’étude particulièrement intéressant : malgré leur caractère statique, elles mettent en scène des apparitions simultanées de plusieurs personnages, interlocuteurs privilégiés ou membres anonymes de la société céleste. Mais le Christ avertit Brigitte que l’évidence visuelle et auditive de ces images est un artifice destiné à lui enseigner des réalités spirituelles : « Tu vois avec des yeux spirituels ; de même, tu entends avec des oreilles spirituelles. (…) La vision que tu vois ne t’apparaît pas telle qu’elle est. En effet si tu voyais la beauté spirituelle des anges et des âmes saintes, ton corps ne pourrait le supporter et serait brisé comme un vase (…) et cela à cause de la joie qu’éprouverait ton âme d’une telle vision » (Rév. II,18)25.

  • 26 Voir A. Chollet s.v. « Appropriations aux personnes de la Trinité » dans Dictionnaire de théologie(...)

15Au livre VI,75, Brigitte est « in excessu mentis », littéralement hors de son mental, de son propre esprit ; elle est alors guidée par un autre esprit, « Spiritus », qui se définit comme celui qui l’écarte des tentations » ; il pourrait être interprété comme la troisième personne de la Trinité, en vertu des appropriations26. Ce guide spirituel lui commente ce qu’elle voit : le ciel ouvert et les âmes vêtues de gloire. L’esprit l’invite ensuite à prier pour que les âmes du ciel et du purgatoire voient la face de Dieu ; s’ensuit une vision de l’Enfer.

  • 27 Rév. IV,7 : Videbatur in spirituali visionem (Visio mirabilis).
  • 28 Ap.7,9 : « Après cela je vis : c’était une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, de toutes n (...)

16Dans Rév. IV,7, Brigitte voit un palais d’une grandeur incommensurable « dans une vision spirituelle »27. À l’intérieur, se trouvent des êtres vêtus d’aubes blanches et étincelantes, chacun siégeant individuellement. Un ange explique à Brigitte que ces êtres sont les âmes des saints. On peut rapprocher ce passage du verset d’Apocalypse 7,9, où les élus, vêtus de robes blanches, adorent Dieu en compagnie des anges28.

  • 29 Passage qu’on peut rapprocher de 1 Corinthiens, 15,41-42, allégorie du statut différencié des élus (...)
  • 30 Rév. V, 1: Vidi thronum in celo, in quo sedebat Dominus Ihesus Christus ut index. Ante cuius pedes (...)

17Il arrive fréquemment que le symbolisme complexe de ce type de vision lui soit expliqué par la Vierge, un saint ou un ange. Dans Rév. I,20, l’assemblée des saints est ainsi décrite par la Vierge : les saints qui sont près de Dieu sont comme des étoiles innombrables dont la luminosité et la splendeur ne peuvent être comparées à aucune lumière temporelle29. Dans la majorité des visions du paradis, c’est le Christ avec ses prérogatives de roi et juge qui domine la cour céleste, suivi de la Vierge et d’une armée qu’il faut comprendre comme les anges bien qu’une distinction entre les différents chœurs ne soit pas spécifiée. Les saints et les élus sont perçus comme une foule où les individus ne sont pas distingués. Par exemple dans Rév. V, 1 : « Je vis un trône dans le ciel où siégeait le Seigneur Jésus-Christ comme un juge ; à ses pieds la Vierge Marie était assise et autour du trône il y avait une légion d’anges et une multitude de saints »30.

  • 31 Le rapport avec la Jérusalem céleste d’Ap. 21 est implicite malgré l’inadéquation de la structure (...)
  • 32 Rév. VII,30: Vidi palacium grande simile celo sereno, in quo erat exercitus celestis militie innum (...)

18Le caractère royal du paradis est accentué par son enveloppe architecturale : il s’agit d’un palais (palatmm)31. En Rév. VII,30 : « Je vis un palais grand comme le ciel serein dans lequel se trouvait l’armée céleste de soldats innombrables, littéralement comme les atomes (athomi) du soleil, ayant une lueur comme les rayons du soleil (…) et cette vierge se tenant devant celui qui est assis sur un trône qui était plus brillant que le soleil, (vierge) que toute la milice céleste et tous les assistants honoraient comme la reine du ciel »32. L’image du palais est reprise au début du huitième livre ; il abrite la cour céleste dont les membres définis globalement « comme tous ceux qui sont présents autour du Seigneur » le louent par des hymnes et des cantiques et honorent la Vierge comme la reine du ciel.

La tradition illustrée des Révélations dans les manuscrits enluminés

  • 33 C. Nordenfalk, « Saint Bridget of Sweden as represented in illuminated manuscripts » dans De Artib (...)
  • 34 New York, Pierpont Morgan library, M. 498, 414 ff., 268 x 192 mm. Acquis en 1912. M. Harrsen et G. (...)
  • 35 Il s’agirait du deuxième atelier par ordre d’importance à cette époque ; nous tenons cette précisi (...)

19Les Révélations connurent rapidement une tradition illustrée en Italie. Carl Nordenfalk puis Mereth Lindgren ont recensé quatre manuscrits, tous décorés dans les deux dernières décennies du XIVe siècle en Italie et très vraisemblablement à Naples33. La question du rapport entre leur localisation et les séjours de Brigitte à la cour de Jeanne d’Anjou, effectués entre 1372 et 1373, mériterait une étude approfondie. La décoration de ces manuscrits consiste en des frontispices (réservés aux livres I, V et VIII) et en des lettrines historiées. Le manuscrit conservé à la Pierpont Morgan Library de New York34 est le plus ancien parvenu jusqu’à nous. Il est issu d’un atelier napolitain vers 138035 et donc postérieur de moins de cinq ans à la rédaction définitive du texte. Les frontispices aux livres I et VIII font l’objet d’une décoration en pleine page qui présente, respectivement, une iconographie de la cour céleste (fol. 4v) et de la cour terrestre (fol. 343v).

Le frontispice au livre I : la communion céleste

  • 36 Sur l’iconographie de Brigitte visionnaire, voir G. Kaftal, Saints in Italian Art. Iconography of (...)
  • 37 Les peintres semblent effectivement avoir précédé les juristes sur cette question, comme en témoig (...)
  • 38 Notamment chez Béatrice d’Ornacieux († 1303) et Angèle de Foligno († 1309). Voir P. Adnès, s.v. «  (...)
  • 39 Rév. VI,86, (le chapitre en entier) Quidam sacerdos in die pentecosten celebravit primam missam in (...)

20Le fol. 4v du manuscrit de New York, qui sert de frontispice au livre I des Révélations, présente une composition mettant en évidence le domaine céleste superposé au terrestre assigné à la visionnaire (fig. 1). Le Christ siège au sommet dans une mandorle qu’il partage avec la Vierge ; de leur main gauche partent des rayons qui atteignent l’oreille de Brigitte figurée en bas à droite dans un espace délimité par une estrade en bois sur laquelle sont posés un siège et un pupitre36. Brigitte est dotée d’un nimbe rayonnant conféré, dès le milieu du XIVe siècle, dans certaines représentations picturales, aux personnes bienheureuses mais non encore officiellement canonisées37. Un ange est figuré en buste à gauche du pupitre au-dessus d’un bâton et d’une bourse de pèlerinage (peut-être une allusion à celui effectué par Brigitte à Saint-Jacques de Compostelle). Ses bras écartés constituent le trait d’union entre la visionnaire et un prêtre élevant une hostie d’où émerge le Christ sous l’apparence d’un homoncule entouré de flammes, scène dont le caractère surnaturel est suggéré par un fond d’or. La vision du Christ en jeune homme se superposant à l’hostie au moment de l’élévation est fréquente dans la mystique féminine38. L’enlumineur a simplifié ce passage des Révélations, importé du Livre VI, où dans une séquence brève, inscrite entre deux visions eucharistiques, la complexité des liens trinitaires est révélé à Brigitte39.

  • 40 Le motif des apôtres officiant comme les assesseurs du Christ-Juge apparaît vers 1050 dans l’art b (...)
  • 41 Voir par exemple la reconstitution de J. Wilpert en 1916, discutée dans l’étude récente de B. Brud (...)
  • 42 P. Cavallini fut appelé en 1308 par Charles II d’Anjou comme peintre de cour (P. Hetherington, s.v (...)
  • 43 Sur l’iconographie de ces peintures murales, voir J. Baschet, Les Justices de l'Au-delà. Les repré (...)

21La cour céleste représentée dans ce feuillet avec une grande importance (les deux-tiers de sa surface lui sont consacrées) ne constitue assurément pas une synthèse des visions paradisiaques décrites dans les Révélations. Pour ne faire état que de quelques divergences, aucune structure architecturale qui pourrait évoquer le palais, dont il est question à plusieurs reprises dans le texte, n’est ici représentée ; l’exercitus celestis (Rév. VII,30) est, dans l’image, développée en neuf chœurs angéliques disposés sur deux registres autour de la mandorle abritant la Vierge et le Christ. Le caractère autonome de cette représentation se comprend lorsqu’on réalise qu’il s’agit d’une iconographie empruntée à la peinture monumentale qui se développe sur la péninsule italienne dès la dernière décennie du Duecento ; le paradis du feuillet du manuscrit de New York, caractérisé par la présence du Christ et de la Vierge dominant une composition structurée en registres superposés, semble constituer une synthèse abrégée des paradis intégrés dans la thématique générale du Jugement dernier, selon une formulation en partie tributaire de la tradition byzantine. Le motif des chœurs angéliques associés aux apôtres40, figurait déjà, selon certaines reconstitutions, dans le Jugement en partie détruit de Pietro Cavallini dans la basilique romaine de Santa Cecilia in Trastevere (1293 environ)41 ; on le retrouve dans celui de Giotto au revers du mur occidental de la chapelle Scrovegni à Padoue (entre 1304-1306) et à Naples à Santa Maria Donna Regina (vers 1320, fig. 2). On ne saurait sous-estimer l’importance de ce dernier programme, peut-être tributaire des deux autres du fait des séjours napolitains de Cavallini et de Giotto42, parce qu’il nous ramène au lieu de production du feuillet de New York. À ces peintures murales, nous pourrions ajouter celle recouvrant la paroi sud du Camposanto de Pise, réalisée vers 1332-1342 et attribuée à Buonamico Buffalmacco (fig. 3), un des rares exemples où la Vierge est placée sur le même niveau que le Christ-Juge dans une mandorle adjacente43. Par rapport à ces éventuels modèles, l’enlumineur a fortement abrégé la représentation des catégories de saints, réduites d’abord aux apôtres, ensuite au trio formé par Abraham, David et Jean-Baptiste, enfin à deux groupes convergents de saints masculins et féminins peu caractérisés par la physionomie, le costume ou les attributs.

  • 44 La Haye, Bibliothèque royale, ms 76 F. 29, fol. 2v. 231 x 176 (156 x 128) mm.
  • 45 Treasures of the Royal Library, cat. d’exp., La Haye, 1980, p. XII, 71, 73 no 54. J.-P. J. Brandho (...)
  • 46 Iste liber revelacionum beate Brigide est conventus fratrum sancti Jeronimi de Quarto riperie ordi (...)
  • 47 Maison fondée en 1382 par des moines espagnols dissidents de la branche augustine, dont fait parti (...)

22La composition du feuillet de New York a été reprise dans la page frontispice d’un Livre d’Heures de la Vierge en latin, conservé à la Bibliothèque Royale de La Haye44 (fig. 4). Le reste de sa décoration consiste en six initiales historiées relatives à la vie de la Vierge ; d’après les catalogues45, ce manuscrit aurait été réalisé pour un couvent brigittin napolitain, vers la fin du XIVe siècle. Du point du vue stylistique, ce feuillet est manifestement italien mais il ne présente pas la qualité de dessin et de luminosité du modèle napolitain. Son caractère de copie assez grossière rend difficile la perception d’indices singuliers qui permettraient une localisation et une datation précises. Les carnations foncées aux traits expressifs parlent en faveur d’une production du nord de l’Italie. Un colophon inséré à la fin du manuscrit de New York46 indiquant qu’il été apporté de Naples par Alfonso de Vadaterra au couvent San Girolamo in Quarto47 près de Gênes pourrait suggérer que le frontispice de La Haye a été copié soit à Naples peu après 1380, soit en Italie du Nord une à deux décennies plus tard.

  • 48 Ericsberg Castle, (Suède), ms sans cote, fol. 4. Manuscrit suédois, vers 1410-20, dont les enlumin (...)
  • 49 C. Nordenfalk, op. cit. note 42, p. 384 ss.

23En ce qui concerne l’iconographie, le feuillet du manuscrit de La Haye témoigne de lacunes par rapport au frontispice de New York : deux chœurs angéliques manquent à la cour céleste et les rayons de transmission entre le couple Christ-Vierge et la visionnaire ont disparu. Les mains gauches du Christ et de la Vierge font en conséquence des gestes différents : la Vierge lève la sienne et le Christ l’utilise pour désigner sa plaie latérale visible par une incision de sa tunique ; cet élément est important car il permet de rattacher l’iconographie de ce folio à un contexte judiciaire, déjà suggéré par la composition de la cour céleste. En revanche, les deux groupes convergents d’élus sont davantage détaillés dans le manuscrit de La Haye : les élus (hommes et femmes), sont pourvus de codices fermés et on y constate une insistance sur le statut clérical par la présence d’un évêque à gauche et de trois moines à droite (deux bénédictins, un dominicain). Brigitte dirige son regard non plus en direction de la cour céleste mais sur la gauche vers l’élévation de l’hostie et l’apparition du Christ qui tient un parchemin déroulé, détail qui est ici plus clairement figuré que dans le manuscrit de New York. Le pupitre de la sainte comportant ici deux niches, est doté d’accessoires absents du manuscrit de New York, comme une serviette suspendue à un crochet fixé sur la gauche ; on remarque ces modifications dans deux exemplaires des Révélations, réalisés au XVe siècle, l’un suédois et l’autre germanique, qui reprennent cette composition comme frontispice48. C. Nordenfalk avait suggéré que le possible modèle de ces deux manuscrits devait être italien et très similaire à celui de New York49. Voir ce modèle dans le frontispice de La Haye serait possible si l’on accepte l’existence d’un feuillet intermédiaire qui justifierait les singularités de l’inversion des positions respectives du Christ et de la Vierge et du rétablissement de leur communication avec la visionnaire, communication non plus symbolisée par des rayons mais par deux phylactères.

Le frontispice au livre VIII : la transmission des Révélations à la cour terrestre

  • 50 Dans Rév. IV,7, le Christ est qualifié de soleil et la Vierge est à ses côtés, cf. supra p. 4.
  • 51 Le cistercien pourrait être Pierre Olafsson ; l’identité du franciscain est plus difficile à établ (...)
  • 52 Louvain, Bibliothèque universitaire, Ms. 1, fol. 4. Reproduit par F. Bologna, op. cit. note 42, pl (...)

24Le fol. 343v du manuscrit de New York sert de page frontispice au Liber coelestis imperatoris ad reges (fig. 5). Le message divin est ici matérialisé par un codex ouvert qui laisse voir des feuillets recouverts de texte. Les Révélations sont remises par le Christ à Brigitte qui a quitté son pupitre ; elle reçoit ce livre de la main droite du Christ, assisté par la Vierge. Vêtus d’un manteau doré et irradiant de lumière50, ils émergent à mi-corps d’un espace dont le fond est tapissé d’étoiles. La cour céleste est ici réduite à deux groupes de figures placées aux extrémités de ce registre supérieur. La transmission des Révélations entre la visionnaire et les souverains terrestres se fait ensuite par deux religieux, un franciscain assisté d’un cistercien51. S’il s’agit de la cour angevine de Naples, elle n’est pas représentée de façon réaliste mais évoquée par les différents corps la constituant : un souverain, représentant d’une dynastie qui est disposée à ses côtés, trônant au-dessus de ses sujets, divisés en deux corps, les membres laïques à sa droite, le clergé à sa gauche. Cette représentation schématisée des souverains semble être calquée sur l’image de la généalogie des angevins de Naples dans la Bible réalisée vers 1340 par l’enlumineur Cristoforo Orimina pour Nicolas d’Alife52, secrétaire de RobertIer d’Anjou (fig. 6). Dans les deux enluminures, les rois sont vêtus d’une dalmatique similaire dont la standardisation contribue au caractère hiératique et répétitif des figures. Les costumes des laïcs semblent conformes aux usages vestimentaires contemporains et mettent en évidence les différentes fonctions des membres de la cour.

Conclusion

25L’étude des visions de la cour céleste dans le texte des Révélations met en évidence la complexité des rapports entre Brigitte et La Trinité et le rôle essentiel joué par la Vierge et par certains saints comme interlocuteurs. Le caractère fortement imagé de ces visions ne semble toutefois pas avoir engendré une iconographie originale dans les plus anciens manuscrits enluminés des Révélations, tous italiens d’origine et réalisés peu après la rédaction définitive du texte. Selon des modalités qui restent à étudier, l’iconographie du paradis, très développée sur les frontispices introduisant le livre I des manuscrits conservés dans les bibliothèques de New York et de La Haye, est redevable à un schéma de composition développé déjà depuis le début du Trecento dans la peinture monumentale.

Dossier iconographique

Figure 1 : New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 498, fol. 4v.

Figure 2 : Naples, Santa Maria Donnaregina, partie supérieure gauche du mur nord du chœur.

Figure 3 : Pise, Camposanto, mur sud.

Figure 4 : La Haye, Bibliothèque royale, Ms. 76 F 29, fol. 2v.

Figure 5 : New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 498, fol. 343v.

Figure 6 : Louvain, Bibliothèque universitaire, Ms. 1, fol. 4

Notes

1 Rév. Extravagantes 47 : Scias quia non loquor propter te solam, sed propter salutem omnium christianorum.

2 Pour les éléments biographiques voir G. Cecchetti, s.v. « Brigida di Svezia » dans Bibliotheca Sanctorum, t. III, Rome, 1963, col. 439-530. G. Binding, s.v. « Birgitta v. Schweden » dans Lexicon des Mittelalters, t. II, Münich, Zürich, 1983, col. 215-218. E. Mornet, s.v. « Brigitte de Suède » dans Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. VII (sous la dir. de A. Vauchez), Paris, 1986, p. 84-90.

3 Ce contexte a bien été étudié par P. Dinzelbacher ; voir surtout Vision und Visionsliteratur im Mittelalter, Stuttgart, Hiersemann, 1981 et « Die heilige Birgitta und die Mystik ihrer Zeit », dans Santa Brigida profeta dei nuovi tempi, actes du colloque, Rome 3-7.X. 1991, Cité du Vatican, 1993, p. 207-303. Voir aussi A. Vauchez, Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Age, Paris, Albin Michel, 1999.

4 Sur cette figure et ses similitudes avec Brigitte de Suède voir A. Vauchez, « Sainte Brigitte de Suède et sainte Catherine de Sienne : la mystique et l’Église aux derniers siècles du Moyen Âge » dans Terni e problemi nella mistica femminile trecentesca, actes du colloque, Pérouse, 14-17.X. 1979, Todi, 1983, p. 227-248.

5 Selon la définition de j. Auneau, s.v. « Prophètes et prophétisme », dans Catholicisme, t. 11, Paris, 1998, col. 1261.

6 Les modalités de cette retranscription sont expliquées dans la Vita écrite par Pierre Olafsson et Pierre de Skanninge peu de temps après la mort de celle-ci. Brigitte formule ses visions dans sa langue natale sous forme écrite ou dictée pendant certaines extases (le message est alors fluide « comme si elle lisait dans un livre ») ; le texte est ensuite traduit en latin par ses secrétaires et revu par elle. Voir B. Morris, « Labyrinths of the Urtext », dans Heliga Birgitta. Budskapet och Forebilden, actes du colloque Vadstena 3-7.X.1991, Stockolm, 1993, p. 30, note 2.

7 Les quatre premiers livres concernent surtout Dieu et les lieu de l’au-delà (ciel, purgatoire, enfer). Le livre V, rédigé comme une suite d’interrogations et de réponses, est consacré à la vision du moine escaladant une échelle céleste. Le livre VI relate les voyages de Brigitte à travers l’Italie et porte sur la réforme du clergé ; le livre VII contient les visions de Brigitte lors de son pèlerinage à Jérusalem.

8 L’édition moderne des Révélations est en voie d’achèvement. C. G. Undhagen, éd., Sancta Birgitta Revelaciones Book I, Stockholm, Kungl. Vitterhets Historie Och Antikvitets Akademien, 1977. H. Aili, éd., Sancta Birgitta Revelaciones Book IV, Stockholm, Kungl. Vitterhets Historie Och Antikvitets Akademien, 1992. B. Bergh, éd., Sancta Birgitta Revelaciones Book V, Uppsala, Almqvist & Wiksells Boktryckeri Ab, 1971. B. Bergh, éd., Sancta Birgitta Revelaciones Book VI, Stockholm, Kungl. Vitterhets Historie Och Antikvitets Akademien, 1991. B. Bergh, éd., Den Heliga Birgittas. Revelaciones Book VII, Uppsala, Almqvist & Wiksells Boktryckeri Ab, 1967. Nous avons également utilisé l’édition latine Liber Revelationum celestium Domine Birgittae de Suetia, éd. In aedibus sanctae Brigidae per Duodecimum et Antonium socios, Rome, 1556.

9 Voir B. Morris, article cit. note 6, p. 26.

10 Voir P. Dinzelbacher, Revelationes, Turnhout, Brepols, 1991, p. 89-108 (« Typologie des sources du Moyen Âge occidental », fasc. 57).

11 Rév. I,28 : He tres voces non ideo audite sunt quasi sint tres Dii (…) Deinde tres voces predicte, scilicetpatris, et filii, et spiritus sancti, converse sunt statim in unam vocem tantum…

12 Sur ce sujet voir notamment J. Leclercq, L’idée de la royauté du Christ au Moyen Âge, Paris, Cerf, 1959.

13 Des citations scripturaires nombreuses, retenons les versets de Jean 5, 22-23 : « Le Père ne juge personne, il a remis tout jugement au Fils afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père » (traduction de la TOB).

14 VIII,1 : Ego sum verus et summus imperator et dominas.

15 Pour le domaine parisien, on en repère des occurrences dès le premier quart du XVe siècle. Par exemple dans Le livre des propriétés des choses, Paris BNF, Fr. 9141, fol. 23 où Dieu, présentant la physionomie du Père, domine trois rangs d’anges et d’élus ; il ne porte pas de couronne mais tient le globe surmonté d’une croix ; cet attribut est associé systématiquement à une couronne impériale (à fleurons formant la base d’un cône) surmonté d’une croix dans une série de quatre miniatures répétant un schéma de composition identique : Dieu en vieillard domine l’assemblée des saints réunis autour de la Vierge à l’Enfant ; ces manuscrits de nature différente (trois livres d’heures et une Légende dorée) sont issus d’ateliers parisiens, Paris, BNF, fr. 414, fol. 1, (Légende dorée) vers 1407 ; New York, The Cloisters, ms 5411, fol. 218 (Belles Heures de Jean de Berry)·, Paris, BNF, lat. 9471, fol. 29v ; Chicago, Spitz Collection, feuillet sans cote). À ces feuillets, publiés par M. Meiss (dans French Painting in the Time ofJean de Berry. The Limbourg and their Contemporaries, New York, 1974. fig. 388-391), nous aimerions ajouter le fol. 13 d’un livre d’heures angevin ou breton réalisé vers 1440, paru dans la vente Sotheby’s Londres du 23.VI.87, lot 107. La volonté d’associer à ces attributs impériaux des éléments du costume liturgique (chape, étole croisée) est manifeste.

La question de l’iconographie de Dieu en empereur sur le territoire germanique a été soulevée par P. E. Schramm, Herrschaftszeichen und Staatssymbolik. Beiträge zu ihrer Geschichte vom dritten bis zum sechzehnten Jarhundert, t. III, Stuttgart, Hiersemann, 1956, p. 1001. L’auteur y exprime son souhait d’une étude de l’iconographie de la souveraineté impériale, étude esquissée ensuite par F. Bœspflug, « Dieu en pape. Une singularité de l’art religieux de la fin du Moyen Âge », Revue Mabillon, t. 63, 1991, p. 187-205, en particulier p. 183 : « Les pays germaniques (…) avaient exprimé dès le XVe siècle une nette préférence pour un Père coiffé d’une tiare impériale ».

16 Rév. IV, 9 : (…) Ideo post mortem iudicavit iusticia Dei, quod deberet per sex etates ardere in purgatorio (Verba angeli ad sponsam de iudicio Dei iusticie contra animam supradictani).

17 Rév. I,28 : Ego sedi quasi in iudicio, quia omne indicium datum est mihi et venit quidam iudicandus ante tribunal (Verba domini ad sponsam).

18 Rév. I,28 : (…) et omnes sancti una voce clamabant dicentes : hec est divina iusticia, utperpetuo exul sit a regno et gaudio tuo.

19 Rév. I,19 : Tu autem, filia mea, quam elegi michi et cum qua spiritu meo loquor, dilige me toto corde, non sicut filium et filiam seu parentes, sed plus quam aliquid in mundo, cité par B. Mc Cuire « Friendship in Birgitta of Vadstena : tradition or renewal ? » dans Heliga Birgitta…, op. cit. note 6, p. 157.

20 Extravagantes 116 (chapitre intitulé Quam dulcis et dilectus erat deus sancte Birgitte, et converso), 22 : Michi videtur, quod ita imprimeris in animam meam, ut vere sis eius cor et medulla et omnia eius intestina. Et ideo carior michi es quam utrumque, anima scilicet et corpus meum.

21 Le Christ lui apparaîtra dans l’église où Giotto a peint dans la dernière décennie du XIIIe siècle un cycle relatant la vie de saint François et l’entretiendra des vertus du Poverello : Cum beata Birgitta esset in ecclesia Jratrum in Assisio audivit et vidit Christum dicentem « Amicus Franciscus (…) » (Rév. Extravagantes, 92).

22 VIII, 15 : Beata Agnes apparuit Sponse Christi, et loquebatur ei de quadam regina superba et pomposa, dicens : vidisti filia dominam superba, in curru superbie (…).

23 Summa theologiae, IIa IIae, Qu. 171, prologue. Pour une mise en contexte de cette notion, voir A. Vauchez, op. cit. note 3, p. 122.

24 « Il n’est pas naturel (pour l’homme) d’être élevé aux réalités divines avec abstraction des sens » (Summa theologiae, Qu. 175, art. 1, solution 1).

25 Rév. II,18 : Vides enim spiritualibus oculis. Tu etiam audis spiritualibus auribus. (…) Visio quam vides non tibi videtur sicut est. Si enim videres spiritualem pulchritudinem angelorum et animarum sanctarum, corpus tuum non sufficeret videre, sed rumperetur quasi vas corruptum etputridum, propter gaudium animae ex visione.

26 Voir A. Chollet s.v. « Appropriations aux personnes de la Trinité » dans Dictionnaire de théologie catholique, t. I.2, Paris, 1909, col. 1708-1717, en particulier 1712 : « (…) au Saint-Esprit revient tout ce qui est parfait, tout ce qui sanctifie ». On trouve déjà cette notion chez saint Paul (I, Cor. 12,4-6).

27 Rév. IV,7 : Videbatur in spirituali visionem (Visio mirabilis).

28 Ap.7,9 : « Après cela je vis : c’était une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches et des palmes à la main » (Traduction de la TOB).

29 Passage qu’on peut rapprocher de 1 Corinthiens, 15,41-42, allégorie du statut différencié des élus, justifié par l’éclat distinct des étoiles.

30 Rév. V, 1: Vidi thronum in celo, in quo sedebat Dominus Ihesus Christus ut index. Ante cuius pedes sedebat virgo Maria et in circuitu throni erat exercitus angelorum et infinita multitudo sanctorum.

31 Le rapport avec la Jérusalem céleste d’Ap. 21 est implicite malgré l’inadéquation de la structure architecturale.

32 Rév. VII,30: Vidi palacium grande simile celo sereno, in quo erat exercitus celestis militie innumerabilis quasi athomi solis, habens fulgorem sicut radii solis. (…) Et quedam virgo stabat ante sedentem in throno que erat fulgentior sole quam omnes illi assisientes celestis militie honorant reverenter ut reginam celorum.

33 C. Nordenfalk, « Saint Bridget of Sweden as represented in illuminated manuscripts » dans De Artibus opuscula XL. Essays in honor of Erwin Panofiky, M. Meiss éd., New York, 1961, p. 371-393. M. Lindgren, « Ett återupptäckt Birgittamanuskript », Iconographiskpost, 4, 1993, p. 1-15. New York, Pierpont Morgan library, M. 498 (les frontispice aux livres I, V, VIII font l’objet d’une décoration en pleine page) ; Palerme, Bibl. Nazionale, ms IV. G.2 (ne comporte pas d’enluminure en pleine page) ; Turin, Bibl. Nazionale, ms I. III. 23 (détruit dans l’incendie de 1904) ; Varsovie, Bibl. Narodowa, ms Lat. Q.V.I. 123. Les deux seules enluminures en pleine page des manuscrits de Turin et de Varsovie servent de frontispice au livre V et représentent le moine de Vadstena gravissant l’échelle céleste. Sur l’iconographie de ce frontispice, voir C. Heck, L’échelle céleste dans l’art du Moyen Age. Une image de la quête du ciel Paris, Flammarion, 1997, p. 125-126.

34 New York, Pierpont Morgan library, M. 498, 414 ff., 268 x 192 mm. Acquis en 1912. M. Harrsen et G. K. Boyce, Italian Manuscripts in the Pierpont Morgan Library, New York, 1953, p. 25-26, no 46. Italian Manuscript Painting 1300-1550, cat. d’exp. (Pierpont Morgan Library), New York, 1984, no 17.

35 Il s’agirait du deuxième atelier par ordre d’importance à cette époque ; nous tenons cette précision d’Andréas Bräm que nous remercions vivement.

36 Sur l’iconographie de Brigitte visionnaire, voir G. Kaftal, Saints in Italian Art. Iconography of the Saints in Tuscan Painting, Florence, Sansoni, 1952, p. 218-222. Plus récemment, M. Lingren, « Birgitta och bilderna » dans Heliga Birgitta, op. cit. note 6 p. 231-253. La représentation des visionnaires féminines comme secrétaires de la parole divine est calquée sur celle des évangélistes et des Pères de l’Église. Voir, comme précoce exemple vers 1165, la figure de Hildegard de Bingen dans un manuscrit enluminé du Liber scivias, fol. 1. L. E. Jaurma-Jeltsch, Die Miniaturen im « Liber scivias » der Hildebard von Bingen, Wiesbaden, Reichert, 1998.

37 Les peintres semblent effectivement avoir précédé les juristes sur cette question, comme en témoigne la décoration de la salle capitulaire du couvent dominicain de Saint-Nicolas à Trévise (Vénétie) datée de 1352 et signée par Tomaso da Modena. Sur les parois sont représentés quarante membres de l’ordre lisant ou écrivant à leur pupitre ; parmi eux, Dominique, Thomas d’Aquin et Pierre de Vérone, alors canonisés, sont dotés du nimbe plein ; seize figures ont la tête auréolée de rayons ; il s’agit de figures dont le culte s’est rapidement développé soit de leur vivant, soit du fait de miracles posthumes (par exemple dans le cas de l’évêque Agostino da Tragurio et du pape Benoît XI), mais dont la canonisation n’était pas alors prononcée. Pour une reproduction du cycle, voir L. Coletti, Tomaso da Modena, Venise, Neri Pozza, 1963, fig. 3-41. La béatification ne semble pas avoir eu de statut juridique jusqu’aux décrets d’Urbain VIII (1634). A. Vauchez (dans La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, École française de Rome, 1988, p. 114) mentionne un texte de 1487 très révélateur sur la pratique iconographique d’opérer une telle distinction : « (…) pingunt imaginem beati cum radiis, sancti vero cum diademate circum caput ut inter eos appareat differentia ». (De sanctorum canonizatione opusculum, du juriste Troilo Malvezzi). Chaque image devrait cependant être examinée selon des critères particuliers ; on peut néamoins constater au sein d’une même représentation ou d’un même cycle, une volonté de hiérarchisation des figures en leur conférant des nimbes différents ; dans le cas des premiers manuscrits italiens des Révélations, le nimbe rayonnant de Brigitte, qui contraste avec le nimbe plein des figures de la cour céleste, peut donc constituer un terminus ante quem (rappelons que sa canonisation date de 1391).

38 Notamment chez Béatrice d’Ornacieux († 1303) et Angèle de Foligno († 1309). Voir P. Adnès, s.v. « Visions », dans Dictionnaire de Spiritualité, t. 16, Paris 1994, col. 949-1002, en particulier col. 973.

39 Rév. VI,86, (le chapitre en entier) Quidam sacerdos in die pentecosten celebravit primam missam in quodam monasterio. Tunc autem in ipsa elevacione corporis Christi vidit sponsa ignem descendere de celo per totum altare, et in manu sacerdotis vidit panem, et in pane agnum vivum et in agno faciem quasi hominis inflammantem. Et tunc audivit vocem dicentem sibi : Sicut nunc vides ignem descendere in altare, per simile spiritus meus sanctus descendit in apostolos meos tali die sicut hodie, inflammans corda eorum. Pants vero per verbum fit agnus vivus, idest corpus meum, et facies est in agno et agnus in facie, quia Pater est in Filio, et Filius in Patre et Spiritus Sanctus in utroque. Et iterum sponsa vidit in manu sacerdotis, in ipsa elevacione, eucharistie iuvenem mire pulchritudinis, qui dixit : « Benedico vos credentes ; non credentibus ero index ».

40 Le motif des apôtres officiant comme les assesseurs du Christ-Juge apparaît vers 1050 dans l’art byzantin. Voir Y. Christe, La Vision de Matthieu. Origines et développement d’une image de la Seconde Parousie, Paris, Klincksieck, 1973, p. 68 et suiv. (Excursus IL Les apôtres trônant autour du Christ et Matth. XIX, 28).

41 Voir par exemple la reconstitution de J. Wilpert en 1916, discutée dans l’étude récente de B. Bruderer Eichberg, Les neuf chœurs angéliques. Origine et évolution du thème dans l’art du Moyen Age, Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, 1998, p. 115-116.

42 P. Cavallini fut appelé en 1308 par Charles II d’Anjou comme peintre de cour (P. Hetherington, s.v. « Cavallini Pietro. », dans The Dictionnary of Art, VI, Londres, 1996, p. 105). Giotto réalisa dès 1331 au Castelnuovo un cycle de peintures murales disparu, consacré aux hommes illustres. Voir E Bologna, I Pittori alla corte angioina di Napoli 1266-1414, Rome, Ugo Bozzi, 1969, p. 220. Voir aussi P. L. de Castris, Arte di corte nella Napoli angioina, Florence, Cantini, 1986, p. 89.

43 Sur l’iconographie de ces peintures murales, voir J. Baschet, Les Justices de l'Au-delà. Les représentations de l'Enfer en France et en Italie (XIIe -XV siècle), École française de Rome, 1993, en particulier le ch V (p. 293-398) focalisé sur le Camposanto de Pise.

44 La Haye, Bibliothèque royale, ms 76 F. 29, fol. 2v. 231 x 176 (156 x 128) mm.

45 Treasures of the Royal Library, cat. d’exp., La Haye, 1980, p. XII, 71, 73 no 54. J.-P. J. Brandhorst, K. H. Broekhuijsen-Kruijer, De verluchte handschriften en incunabelen van de Koninklijke Bibliotheek. Een overzicht voorzien van een iconografische index, La Haye, 1985, p. 125 no 463.

46 Iste liber revelacionum beate Brigide est conventus fratrum sancti Jeronimi de Quarto riperie ordinis Montis Oliveti. Le manuscrit a engendré des copies au sein même du couvent comme en témoigne un colophon placé à la fin du Livre VI du Ms. Vat. lat. 3826 : Explicit liber VI scriptus et correctus ex originalibus quondam venerabilis heremite Alfonsij quondam episcpi genensis anno M°CCC°IC° Janue in monasterio nostro sancti Jeronimi. Retranscriptions par C. Nordenfalk, op. cit. note 33, p. 381.

47 Maison fondée en 1382 par des moines espagnols dissidents de la branche augustine, dont fait partie le propre frère d’Alfonso, Pedro Fernandez Pecha.

48 Ericsberg Castle, (Suède), ms sans cote, fol. 4. Manuscrit suédois, vers 1410-20, dont les enluminures sont réalisées sur papier ; Tübingen, Universitat. Bibl. (anciennement Berlin, Staatsbibl. Ms. theol. lat. fol. 33) provenant de la maison Brigittine de Marienbaum (Ruhr), vers 1460.

49 C. Nordenfalk, op. cit. note 42, p. 384 ss.

50 Dans Rév. IV,7, le Christ est qualifié de soleil et la Vierge est à ses côtés, cf. supra p. 4.

51 Le cistercien pourrait être Pierre Olafsson ; l’identité du franciscain est plus difficile à établir précisément ; les frères mineurs exerçaient une influence certaine à la cour angevine.

52 Louvain, Bibliothèque universitaire, Ms. 1, fol. 4. Reproduit par F. Bologna, op. cit. note 42, pl. X.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 498, fol. 4v.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 2 : Naples, Santa Maria Donnaregina, partie supérieure gauche du mur nord du chœur.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Légende Figure 3 : Pise, Camposanto, mur sud.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11715/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 4 : La Haye, Bibliothèque royale, Ms. 76 F 29, fol. 2v.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11715/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 5 : New York, Pierpont Morgan Library, Ms. 498, fol. 343v.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11715/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 6 : Louvain, Bibliothèque universitaire, Ms. 1, fol. 4
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11715/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

Historienne de l’art (université de Genève), est l’auteur de plusieurs publications sur des manuscrits enluminés (du xiiie au xve siècle) et achève une thèse de doctorat sur « L’image de tous les saints dans l’art médiéval », sous la direction de Jean Wirth.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search