Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

Postface

Olga Blinova

Texte intégral

  • 1 Évoquons toutefois l’article de You. I. Glébov et de S. V. Sapojkov « Soloviova Polikséna Serguéiev (...)
  • 2 L’expression originale est « любовно-братскими ». C’est ainsi que, dans son journal intime de 1933, (...)
  • 3 Лавров [Lavrov] А. В., « З. Н. Гиппиус и её поэтический дневник » [« Z. N. Guippius et son journal (...)
  • 4 Comme les publications de Z. N. Guippius et de P. S. Soloviova dans les journaux ne sont pas recens (...)

1Les trois poèmes publiés dans le présent volume sont un témoignage d’une grande valeur artistique sur la relation qu’entretenaient Zinaïda Guippius et Polikséna Soloviova. Jusqu’à présent, son histoire n’a pas vraiment retenu l’attention des chercheurs1. Or, à en juger par l’œuvre de Guippius mieux connue du lecteur, cette relation, qu’elle a un jour qualifiée d’« amoureuse et fraternelle2 », se distingue par une vraie profondeur doublée d’une constance remarquable. Comme le suggère Aleksandr Lavrov3, l’une de ses multiples facettes peut être vue à travers le prisme de l’homosexualité, dont l’empreinte est perceptible dans cet échange poétique4.

  • 5 L’extrait qui suit fait partie du texte inachevé sur P. S. Soloviova, publié pour la première fois (...)

2Polikséna Serguéievna Soloviova (Moscou 20. III/1. IV. 1867 – Moscou 16. VIII. 1924) était poète, prosateur, dramaturge et peintre. Elle écrivait sous les pseudonymes d’Allegro, d’A. Menchov ou Alekseï Menchov. Émigrée en France, Z. N. Guippius se souvenait ainsi des multiples penchants artistiques de son amie5 :

  • 6 P. S. Soloviova a fréquenté l’école des Beaux-Arts de 1881 à 1892 où elle a pris des leçons avec V. (...)
  • 7 Au sujet des publications de P. S. Soloviova dans des revues, voir le catalogue constitué par A. D. (...)
  • 8 Manasséina Natalia Ivanovna (née Makhova, 1869-1930) est une amie proche de P. S. Soloviova, coréda (...)
  • 9 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 413.

Она писала картины и портреты (долго посещала московскую школу «Живописи и ваяия»6). Она писала стихи, печаталась в журналах, издала несколько книжек. Про-бовала себя и в прозе, в беллетристике7. В последние годы перед войной даже изда-вала детский журнал « Тропинка » вместе с Н. И. Манасеиной8 […]. Следует упо-мянуть также, что Поликсена некоторое время занималась своим редким голосом, чудесным контральто : мне случалось несколько раз слышать её, просто в комнате, без аккомпанемента, и это было удивительно9.

Elle peignait des tableaux et des portraits (pendant longtemps, elle avait fréquenté l’école des Beaux-Arts). Elle écrivait des vers, se faisait publier dans des revues, édita quelques livres. Elle s’essaya aussi à la prose, aux belles-lettres. Lors des dernières années ayant précédé la guerre, elle avait même édité avec N. I. Manasséina la revue pour enfants Le Sentier […]. Il faut également rappeler que, pendant un certain temps, Polikséna avait travaillé sa voix unique, un merveilleux contralto : j’ai eu l’occasion de l’entendre quelques fois tout simplement dans sa chambre, sans accompagnement, et c’était épatant.

  • 10 Ibid., p. 411, 414.

3Polikséna est le douzième et dernier enfant de la famille de Sergueï Mikhaïlovitch Soloviov, historien russe, professeur de l’Université de Moscou, et de Polikséna Vladimirovna Soloviova (née Romanova). Contrairement à ses frères, elle a reçu une instruction à domicile ce qui a donné, selon Guippius, une tournure toute singulière à son comportement : embarrassée et peu sûre d’elle parmi les hommes, elle se métamorphosait en une interlocutrice vive, passionnée et pleine d’esprit dans un entourage féminin10.

  • 11 Voici comment, sans préciser la date, Z. Guippius décrit sa première rencontre avec P. Soloviova :
    В (...)

4Nous n’avons pas réussi à déterminer la date exacte de la première rencontre entre les deux poètes11. Elle eut probablement lieu peu de temps après le déménagement de Soloviova de Moscou à Saint-Pétersbourg en 1895. Dans sa lettre à Nina Berberova d’octobre 1926, Guippius cite sa poésie Inscription sur un livre [Надпись на книге], datée de 1’année 1896, avec le commentaire suivant :

  • 12 Гиппиус [Guippius] З. Н., Письма к Берберовой и Ходасевичу [Lettres à Berbérova et Khodassévitch], (...)

Мне вспомнились мои старые-старые стихи, которые я написала на книге, даря её Поликсене Соловьёвой12.

Je me suis souvenue de mes très vieux vers que j’avais inscrits sur un livre en l’offrant à Polikséna Soloviova.

  • 13 On peut imaginer que la date de leur première rencontre est largement antérieure au 17 mars 1897, c (...)

5Dans une lettre du 17 mars 1897, Guippius informe Zinaïda Venguérova d’une de ses premières visites chez Soloviova13, et ajoute :

  • 14 Cf. L’archive de Z. A. Venguérova et de N. M. Minski (Vilenkine, dit), OR IRLI, fonds 39, inventair (...)

Я к Соловьёвой не подхожу[,] и мы, конечно, совершенно тихо и мирно раззнакомимся14.

Je ne suis pas compatible avec Soloviova, et, bien sûr, nous déferons tout à fait tranquillement et paisiblement connaissance.

6Au départ, en effet, rien ne parle en faveur de Polikséna, qualifiée de :

  • 15 Cf. Idem., OR IRLI, fonds 39, inventaire 2, dossier 542 (3).

очень обыкновенная, банальная15 [très ordinaire, très banale]

7et

  • 16 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 411.

определённо некрасива[я]16 [incontestablement pas belle]

8En dépit de cette première impression peu enthousiaste, leur relation prend bientôt la forme d’une amitié qui se transforme à son tour en une

  • 17 Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневник 1933 года [Journal intime de l’an 1933], op. cit., p. 170.

согласно-любовн[ая] братск[ая] близост[ь], нужност[ь] и взаимн[ая] помощ[ь]17 […]…

proximité harmonieusement amoureuse et fraternelle, une nécessité et une entraide réciproque […]…

9Certes, cette relation n’a jamais atteint une tension, une exaltation, une passion comparable à celle qui a existé, par exemple, pendant un bref moment entre Zinaïda Guippius et Zinaïda Vénguérova. Pour autant, elle ne manque pas de proximité d’esprit ni d’entente spirituelle. En 1912, Soloviova fait paraître La vérité secrète [Тайная правда], son unique recueil de nouvelles pour un public d’adultes, et Guippius en fait une recension dans laquelle elle définit son thème central qui lui est si proche également :

  • 18 Cité d’après Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 9, Дневники 1919-1941 [Journ (...)

Различными словами, под разными образами – все рассказы соловьёвского сборника твердят […] одно: для любви должен быть новый путь, данные её формы – не то, человеческая мечта о любви божественна18.

Sous des mots divers, sous des images diverses, toutes les nouvelles du recueil soloviovien répètent […] une seule et même chose : il doit y avoir une voie nouvelle pour l’amour ; ses formes actuelles ne sont pas celles qu’il faut, le rêve humain de l’amour est divin.

  • 19 Au sujet de cet essai et de sa date de création, voir la note 5 de la présente postface.

10Soloviova est souvent évoquée dans les journaux intimes de Guippius, elle est également très présente dans son livre Dmitri Mérejkovski [Дмитрий Мережковский]. Après la mort de son amie, Guippius lui consacre un important essai, resté inachevé19, dans lequel elle résume leur parcours commun :

  • 20 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 410. Solo (...)

с ней мы познакомились […] во второй половине 90-х годов. И наши отношения не прерывались, можно сказать, до её смерти: последнее письмо она прислала мне уже в Париж, а вскоре до нас дошла весть о её кончине в Московской больнице20 […].

nous avions fait connaissance […] dans la deuxième moitié des années 1890. Et nos relations ne s’interrompirent jamais, pour ainsi dire, jusqu’à sa mort : elle m’envoya sa dernière lettre quand nous étions déjà à Paris, puis, peu de temps après, nous reçûmes la nouvelle de son décès dans un hôpital de Moscou […].

  • 21 Les quatre autres poésies, dédiés à P. S. Soloviova, sont les suivantes : Ballade [Баллада, 1903] ( (...)
  • 22 Sur l’histoire de la composition et de l’édition du poème Inscription sur un livre [Надпись на книг (...)

11Sept poésies de Guippius comportent, dans leur dernière rédaction, une dédicace à Polikséna Soloviova, trois21 d’entre elles – Les boutons-d’or des prairies [Луговые лютики, 1902], À Polikséna Soloviova [Поликсене Соловьёвой, 1906] et Au poète de la patrie [Поэту родины, 1911] – lui sont dédiées dès leur création, sinon dès leur première parution. S’y ajoutent le poème Inscription sur un livre [Надпись на книге, 1896], noté d’abord dans un livre offert à Polikséna, puis publié en tant que texte autonome sans dédicace dans le premier recueil de poésies de Guippius22, et le poème Bélier et Sagittaire [Овен и Стрелец, 1907]. Le texte de ce dernier est précédé de l’épigraphe

Я родился в безумный месяц март… [Je suis né lors du fol mois de mars…]

12signé « A. Menchov ». C’est la citation inexacte, tirée du poème de Polikséna Soloviova Lors du fol mois de mars [В безумный месяц март, 1907] qui commence et se termine par le vers « Lors du fol mois de mars, je suis venu au monde… » [« В безумный месяц март я родился на свет… »].

13Il est significatif que, des neuf poèmes évoqués, deux, Bélier et Sagittaire et À Polikséna Soloviova, présentent un lien fort avec l’échange poétique que nous publions pour la première fois dans ce volume :

  • 23 Cité d’après Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 299-300.

Поликсене Соловьёвой23

Довольно! Земного с созвездий не видно.
Витать в межпланетных пространствах мне стыдно.
Земля – в содроганьях, в грязи и в крови –
А мы распеваем о вешней любви.
Довольно! Разбейся, лукавая лира!
Довольно! Бериллы – в окне ювелира.
Из лука – мальчишка стреляет ворон,
А девы – на Невском. На бойне – овен.
Ведь топчут сейчас где-то первую травку,
Ведь мылят сейчас для кого-то удавку,
Ведь кто-то сидит над предсмертным письмом –
А мы о любви небывалой поём,
О робких балконах, о каплях дождевных,
О сладких мечтаньях, бессильно-безгневных.
Довольно! Иду..................

Нет, стары мы духом и слабы мы телом
И людям не можем, ни словом, ни делом,
Помочь разорвать их проклятую сеть…
Нам – страшно во имя любви умереть.

 

À Polikséna Soloviova

Assez ! Des constellations, on ne voit pas le terrestre.
J’ai honte de me perdre dans les espaces interplanétaires.
La Terre tressaille dans la boue et le sang –
Tandis que nous chantons l’amour printanier.
Assez ! Brise-toi, lyre narquoise !

Assez – les béryls dans la vitrine du joaillier.
À l’arc, un garçon tire sur les corbeaux,
Les vierges sont avenue Nevski, le bélier est à l’ abattoir.
En cet instant, on piétine quelque part la prime herbe,
En cet instant, on savonne une corde pour quelqu’ un,
Quelqu’un se penche sur sa dernière lettre –
Tandis que nous chantons amour inouï,
Balcons timides, gouttelettes de pluie,
Rêves doux, impuissants et sans courroux.
Assez ! J’y vais…………

Non, notre esprit est vieux, notre corps est faible,
Ni par la parole, ni par l’action, nous ne pouvons aider
Les gens à rompre leur maudit filet.
Nous avons peur de mourir au nom de l’amour.

 

  • 24 Cité d’après Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 154.

Овен и Стрелец24

Не март девический сиял моей заре:
Её огни зажглись в суровом ноябре.

Не бледный халкидон – заветный камень мой,
Но гиацинт-огонь мне дан в удел земной.

Ноябрь, твоё чело венчает яркий снег…
Две тайны двух цветов заплетены в мой век,

Два верных спутника мне жизнью суждены:
Холодный снег, сиянье белизны, –

И алый гиацинт, – его огонь и кровь.
Приемлю жребий мой: победность и любовь.

 

Bélier et Sagittaire

Mars virginal à mon aube n’a pas brillé :
Au cours du rude novembre son feu s’est réveillé.

La pâle calcédoine n’est pas mon intime pierre,
C’est la jacinthe-feu qui est mon lot sur terre.

Novembre, la neige éclatante couronne ton front…
Tressés à mon existence, deux mystères bicolores,

La vie m’a assigné deux compagnons fidèles :
La neige froide, le rayonnement de sa blancheur, –

Et l’écarlate jacinthe, – son feu et son sang.
J’accepte mon sort : victoire et amour.

  • 25 À l’année 1907 correspond dans l’album de P. Soloviova le poème La neige morte [Мёртвый лёд], daté (...)

14Un examen même rapide des poèmes À Polikséna Soloviova et Bélier et Sagittaire met en évidence leur filiation étroite avec les trois poèmes de l’album Allegro : les cinq textes déploient sensiblement la même symbolique des saisons, des couleurs, des pierres précieuses et des signes du Zodiaque. Ils ont été certainement composés à peu près à la même période. Le Bélier et Sagittaire est daté par Guippius de 1907 ; il paraît pour la première fois dans la revue La Balance [Весы] cette même année (no 5, 1907, p. 10). À Polikséna Soloviova n’est pas daté par l’auteur. Ce poème est publié en 1946 (cf. Le Recueil russe [Русский сборник], книга I, Париж, 1946, p. 135), après la mort de Guippius. Il est réédité en 1954 dans La Nouvelle Revue [Новый Журнал, no 37, 1954, p. 122] avec la date 1906. Les trois textes issus de l’album Allegro ne comportent pas non plus de dates. Eu égard à la façon chronologique dont Soloviova remplissait son album, leur date de création se situerait entre 1907 et 190925.

  • 26 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 483-484, note 118. Sur les rais (...)
  • 27 Annuaire pour l’an 1869, Paris, Gauthier-Villars, p. 37.

15La riche symbolique des trois poésies de l’échange, centrée sur trois signes du Zodiaque – Bélier, Sagittaire et Vierge – cède en partie au déchiffrage, moyennant quelques indices du poème Bélier et Sagittaire. En commentant ce poème, A. V. Lavrov remarque que le Bélier du Zodiaque correspond à la date de naissance de Soloviova (20. III/1. IV. 1867), et que le Sagittaire correspond « comme le supposait Guippius, à sa propre date de naissance (le 8 novembre selon le calendrier julien ; en réalité, à cette date correspond le signe du Scorpion)26 ». En effet, d’après l’Annuaire pour l’an 1869, publié par le Bureau des longitudes de l’École Polytechnique de Paris, sa naissance (8/20.XI. 1869) tombe sur la limite de la présence du soleil dans le signe du Scorpion, le passage vers le Sagittaire ayant lieu le 10/22.XI à 5 heures 42 minutes27.

  • 28 De même qu’en français, les vocables « Овен » (« Bélier ») et « Стрелец » (« Sagittaire ») sont du (...)

16Si, dans l’échange poétique entre Soloviova et Guippius, Bélier et Sagittaire possèdent un substrat biographique, il est légitime de s’attendre à ce que le signe de la Vierge (11/23.VIII – 11/23.IX) le possède également. Comme l’insinue le contenu des poèmes, le prototype du troisième et unique « personnage féminin28 » doit sûrement être une personne de l’entourage des deux poètes, néanmoins plus intimement lié à Soloviova qui, souvenons-nous, termine son poème Réponse au Sagittaire par les vers :

И люблю весенне-ранний
Деву, август и берилл.

Et j’aime, printanier et précoce,
Vierge, août et béryl.

  • 29 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 411.
  • 30 Natacha [Наташа] est un diminutif du prénom Natalia [Наталья].

17Aux critères évoqués répond Natalia Ivanovna Manasséina (Makhova de son nom de jeune fille, 1869-1930), amie proche de Polikséna. C’est pour être à ses côtés que Soloviova déménage à Saint-Pétersbourg en 189529, et c’est à « sa Natacha30 » qu’Allegro dédie ses recueils de poésies Le givre [Иней, 1905] et La salicaire [Плакун-трава, 1909], composés et publiés durant la période qui coïncide avec la création des poèmes de l’échange. Comme l’exige la symbolique déployée dans ce dernier, Manasséina serait née sous le signe de la Vierge – il en existe une trace dans sa correspondance avec Natalia Nikolaïevna Guippius (1880-1963), sœur cadette de Z. N. Guippius. Le 21 août 1913 (3 septembre selon le calendrier grégorien), Natalia Guippius envoie de Davos (Suisse) à Natalia Manasséina une carte d’anniversaire qui arrive le 27 août 1913 (9 septembre) :

  • 31 Cf. Le fonds de P. S. Soloviova de la Bibliothèque nationale de Russie (Saint-Pétersbourg), OR RNB, (...)

Дорогая Наталия Ивановна[,] сердечно поздравляю Вас с имянинами; надеюсь[,] Вы довольны своим летом, поправились и отдохнули31 ?

Chère Natalia Ivanovna, je vous souhaite de tout cœur une bonne fête ; j’espère que vous êtes contente de votre été. Vous êtes-vous rétablie, vous êtes-vous reposée ?

18Bien que, dans la carte postale, il ne s’agisse pas de l’anniversaire de naissance à proprement parler, il est fort possible que Natalia Manasséina soit née aux alentours du jour de sa fête [имянины], la Saint Natalia, célébrée dans la tradition orthodoxe le 26 août (8 septembre).

19À en juger par l’essai consacré à Soloviova, Zinaïda Guippius ne faisait pas grand cas de Manasséina et gardait une certaine distance :

  • 32 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 412.

Эта дама […] не глупа; я считаю её неизбежным придатком Поликсены и весело с неизбежностью мирюсь, тем более, что придаток харáктерен, а Поликсена очень чутка : ей хочется, чтобы Наташа [Н. И. Манасеина] нравилась всем32.

Cette dame […] n’est pas bête ; je la tiens pour un appendice inévitable de Polikséna, et j’accepte joyeusement cette inéluctabilité, d’autant plus que l’appendice a du caractère, et que Polikséna est très sensible : elle veut que Natacha [N. I. Manasséina] plaise à tout le monde.

  • 33 Pour le moment, ne sont recensées que huit lettres et trois cartes postales, envoyées par Z. N. Gui (...)

20Toutefois, l’examen des lettres envoyées à son amie par Guippius33 permet de conclure qu’elle a respecté avec beaucoup de soin la sensibilité de Soloviova. Ainsi, l’une de ses lettres se termine par :

  • 34 Il s’agit de la lettre du 6 juin 1914, voir ibid., dossier 8, f° 4-5v.

Ну, до свиданья. Кланяйтесь вашей белокурой царевне и ланям34.

Eh bien, au revoir. Faites de ma part une révérence à votre princesse aux cheveux blonds, ainsi qu’aux daims.

  • 35 Au sujet des triangles affectifs dans la vie et l’œuvre de Z. N. Guippius, voir dans le présent vol (...)

21C’est, sans doute, la vie affective de ce triangle, s’ajoutant à tant d’autres triangles dans la vie de Guippius35, que reflète, tout en la sublimant en une œuvre d’art, l’échange poétique publié ici :

Будет смена, перемена,
И победа, и конец.
Деве даст, склонив колена,
Камень алый – сам Стрелец.

Il y aura un changement, un revirement,
Et une victoire, et une fin.
À genoux, le Sagittaire lui-même
Donnera à la Vierge la pierre écarlate.

Notes

1 Évoquons toutefois l’article de You. I. Glébov et de S. V. Sapojkov « Soloviova Polikséna Serguéievna » qui mentionne, de façon générale, l’influence que la vie et l’œuvre de Z. N. Guippius ont exercée sur P. S. Soloviova. Cf. Глебов [Glébov] Ю. И., Сапожков [Sapojkov] С. В., « Соловьёва Поликсена Сергеевна » [« Soloviova Polikséna Serguéievna »], in Русские писатели 1800-1917 – Биографический словарь [Les écrivains russes 1800-1917 – Dictionnaire biographique], т. 5, П-С, Москва, Большая российская энциклопедия, 2007, p. 759-762. Le livre de Kirsti Ekonen Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe contient des éléments d’analyse comparée des stratégies d’écriture propres à P. S. Soloviova et à Z. N. Guippius. Cf. Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], Москва, Новое литературное обозрение, 2011, p. 236-261.

2 L’expression originale est « любовно-братскими ». C’est ainsi que, dans son journal intime de 1933, Guippius caractérise ses relations avec quelques rares femmes, dont Polikséna Soloviova. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневник 1933 года [Journal intime de l’an 1933], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 9, Дневники 1919-1941 [Journaux intimes 1919-1941], Москва, Русская книга, 2005, p. 169.

3 Лавров [Lavrov] А. В., « З. Н. Гиппиус и её поэтический дневник » [« Z. N. Guippius et son journal intime poétique »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], Лавров [Lavrov] А. В., вступ. ст., сост., подготовка текста и прим., Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1999, p. 46.

4 Comme les publications de Z. N. Guippius et de P. S. Soloviova dans les journaux ne sont pas recensées, il n’est pas exclu que les textes publiés ici aient déjà fait l’objet d’une publication antérieure.

5 L’extrait qui suit fait partie du texte inachevé sur P. S. Soloviova, publié pour la première fois dans Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], Злобин [Zlobine] В. А., публ., Возрождение [La Renaissance], Париж, no 89, V. 1959, p. 118-124. Ici et plus loin, les références à ce texte renvoient à sa réédition Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 13, У нас в Париже [Chez nous, à Paris], Москва, Дмитрий Сечин, 2012, p. 408-416. Dans les commentaires qui accompagnent cette réédition, ainsi que dans ceux de la réédition de la collection « Le xxe siècle inconnu » [« Неизвестный xx век »] (Гиппиус [Guippius] З. Н., Чего не было и что было – Неизвестная проза 1926-1930 годов, Николюкин [Nikolioukine] А. Н., cост., вступ. ст., комм., Санкт-Петербург, Росток, 2002, p. 347-357), on indique que ce texte a été écrit par Guippius au milieu des années 1920. Une autre datation découle des notes des 7 et 8 août 1939, consignées dans le journal intime de Z. N. Guippius L’année de la guerre – 1939 [Год войны – 1939] :
(7 août 1939)
[…] Пишу о Поликсене, вру, ибо не всё точно помню, но в общем не вру.
(8 août 1939)
[…] В Поликсене я завязла. Не хочется писать. […].
(7 août 1939)
[…] J’écris sur Polikséna et je mens, car je ne me souviens pas exactement de tout, mais, dans l’ensemble, je ne mens pas.
(8 août 1939)
[…] Je me suis enlisée dans Polikséna. Je n’ai pas envie d’écrire. […].
Selon ces témoignages, Guippius a donc travaillé sur le (ou est revenue au) texte, consacré à P. S. Soloviova, en 1939. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Год войны – 1939 [L’année de la guerre – 1939], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 9, Дневники 1919-1941 [Journaux intimes 1919-1941], op. cit., p. 231.

6 P. S. Soloviova a fréquenté l’école des Beaux-Arts de 1881 à 1892 où elle a pris des leçons avec V. D. Polénov et I. M. Prianichnikov. Cf. Глебов [Glébov] Ю. И., Сапожков [Sapojkov] С. В., « Соловьёва Поликсена Сергеевна » [« Soloviova Polikséna Serguéievna »], op. cit., p. 759.

7 Au sujet des publications de P. S. Soloviova dans des revues, voir le catalogue constitué par A. D. Alekséiev (IRLI – Saint-Pétersbourg). Soloviova a publié cinq recueils poétiques dont deux comportent ses propres illustrations : Стихотворения [Poésies] (с виньетками автора), Санкт-Петербург, тип. М. Акинфиева и И. Леонтьева, 1899 ; Иней [Le givre] (с рисунками автора), Санкт-Петербург, т-во Р. Голике и А. Вильборг, 1905 ; Плакун-трава [La salicaire], Санкт-Петербург, 1909 ; Вечер [Le soir], Санкт-Петербург, Тропинка, 1914 ; Последние стихи [Les derniers vers], Москва, Гос. изд., 1923. Les nouvelles de Soloviova sont rassemblées dans le recueil Тайная правда и другие рассказы [La vérité secrète et d’autres nouvelles], Санкт-Петербург, Москва, т-во М. О. Вольф, 1912.

8 Manasséina Natalia Ivanovna (née Makhova, 1869-1930) est une amie proche de P. S. Soloviova, corédactrice et coéditrice de la revue pour enfants Le Sentier [Тропинка], qui a été éditée à Saint-Pétersbourg de 1906 à 1912. Il existait également une maison d’édition portant ce même nom.

9 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 413.

10 Ibid., p. 411, 414.

11 Voici comment, sans préciser la date, Z. Guippius décrit sa première rencontre avec P. Soloviova :
В Петербурге существовал тогда « Женоклуб » […]. Каюсь, для меня […] он был предметом
забав и подшучиваний […] Раз меня зазвала туда Венгерова, днём. […]
Та же Венгерова позвала меня в другой раз вечером :
— Пойдёмте в Женское О-во. Там « чашка чаю » и будет Поликсена Соловьёва.
Действительно, чашка. Длинный стол, масса неизвестных мне дам. А вот и Поликсена.
Владимир Соловьёв считался красивым. […] А Поликсена определённо некрасива. Волосы ещё тёмные тогда и короткие, лежат со лба не гладко, но и не пышно ; у неё толстые губы и смуглые щёки. (Ibid., p. 410-411).
À l’époque, il existait à Saint-Pétersbourg un « Club de femmes » […]. J’avoue, pour moi […] c’était un sujet d’amusements et de plaisanteries […] Une fois, Venguérova m’invita à y passer dans la journée. […]
Une autre fois, cette même Venguérova m’invita à y passer dans la soirée :
— Allons au « Club de femmes ». On peut y prendre une « tasse de thé », et il y aura Polikséna Soloviova.
En effet, il y a une tasse. Une table longue, une quantité de dames que je ne connais point. Et voici Polikséna.
On considérait Vladimir Soloviov comme beau. […] En revanche, Polikséna n’est incontestablement pas belle. Ses cheveux sont encore, à cette époque, de couleur foncée et courts, ni lisses ni volumineux sur le front ; elle a les lèvres épaisses et les pommettes basanées.
Zinaïda Afanassievna Venguérova (1867-1941) est traductrice, critique littéraire, historienne de la littérature occidentale. Vladimir Serguéiévitch Soloviov, frère de Polikséna, est un poète et philosophe religieux célèbre.

12 Гиппиус [Guippius] З. Н., Письма к Берберовой и Ходасевичу [Lettres à Berbérova et Khodassévitch], Freiberger Sheikholeslami E., ed., Ann Arbor, Ardis, 1978, p. 9. Il s’agit probablement du recueil de Z. N. Guippius Новые люди [Les gens nouveaux], paru en 1896 (Санкт-Петербург, тип. М. Меркушева). Nous n’avons réussi à trouver pour le moment qu’un seul livre avec une inscription de Guippius, adressée à P. S. Soloviova. C’est le recueil Les miroirs [Зеркала] paru fin 1897 avec l’indication 1898 comme année d’édition. Cf. Гиппиус (мережковская) [Guippius (Mérejkovskaïa)] З. Н., Зеркала – Вторая книга рассказов [Les miroirs – Deuxième recueil de nouvelles], Санкт-Петербург, изд. Н. М. Геренштейна, 1898. La page de titre de l’exemplaire dédicacé comporte le texte suivant écrit de la main de Z. N. Guippius :
Поликсене Сергеевне Соловьёвой[.] На воспоминание в дни пропадания[.] Автор[.] 16 Дек[абря] [18] 97
À Polikséna Serguéievna Soloviova[.] En souvenir pour les jours d’absence[.] L’auteur[.] Le 16 décembre 1897
Cet exemplaire est conservé à la Bibliothèque nationale de Russie (RNB – Saint-Pétersbourg).

13 On peut imaginer que la date de leur première rencontre est largement antérieure au 17 mars 1897, car les premières visites de Guippius chez Soloviova ont été précédées par celles de Soloviova chez Guippius, fait que cette dernière relate dans son essai « Polikséna Soloviova » : « Nous avons commencé à nous voir chez moi, puis, chez elle. » [« Мы стали видаться – у меня, потом и у неё. »] Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 411.

14 Cf. L’archive de Z. A. Venguérova et de N. M. Minski (Vilenkine, dit), OR IRLI, fonds 39, inventaire 2, dossier 542 (3). Sur Z. A. Venguérova, voir la note 11 de la présente postface.

15 Cf. Idem., OR IRLI, fonds 39, inventaire 2, dossier 542 (3).

16 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 411.

17 Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневник 1933 года [Journal intime de l’an 1933], op. cit., p. 170.

18 Cité d’après Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 9, Дневники 1919-1941 [Journaux intimes 1919-1941], op. cit., p. 288. Pour la première parution de cette recension, voir « П. Соловьёва (Allegro) – “Тайная правда” – Сборник рассказов. Изд. Вольфа. 1912 » [« P. Soloviova (Allegro) – La vérité secrète – Recueil de nouvelles, Éd. de Volf, 1912 »], Новая жизнь [La Vie nouvelle], no 9, 1912, p. 260-261. Elle est publiée sous la rubrique « Critique et bibliographie » [« Критика и библиография »] et signée Lev Pouchtchine, un des pseudonymes de Z. N. Guippius.

19 Au sujet de cet essai et de sa date de création, voir la note 5 de la présente postface.

20 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 410. Soloviova souffrait de lithiase biliaire et est décédée après une lourde intervention chirurgicale. Elle est enterrée au cimetière Novodévitchié (Moscou). Cf. Глебов [Glébov] Ю. И., Сапожков [Sapojkov] С. В., « Соловьёва Поликсена Сергеевна » [« Soloviova Polikséna Serguéievna »], op. cit., p. 759, 762.

21 Les quatre autres poésies, dédiés à P. S. Soloviova, sont les suivantes : Ballade [Баллада, 1903] (incipit : « Мостки есть в саду, на пруду, в камышах… »), Les coqs [Петухи, 1906], Le vent printanier [Весенний ветер, 1907], Les grues [Журавли, 1908].

22 Sur l’histoire de la composition et de l’édition du poème Inscription sur un livre [Надпись на книге], voir le préambule d’A. L. Sobolev à sa publication des poésies de Z. N. Guippius dans Гиппиус [Guippius] З. Н., « Стихотворения » [« Poésies »], Соболев [Sobolev] А. Л., публ., Русская литература, Санкт-Петербург, no 2, 1991, p. 182. Cf. également Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 463, note 19.

23 Cité d’après Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 299-300.

24 Cité d’après Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 154.

25 À l’année 1907 correspond dans l’album de P. Soloviova le poème La neige morte [Мёртвый лёд], daté par Allegro elle-même. Il se trouve sur les folios 3v-4. En 1909 voient le jour dans la revue Le Messager de l’Europe [Вестник Европы, no 10, 1909, p. 649] le poème La fin radieuse [Светлый конец] et dans Le Monde contemporain [Современный мир, no 11, 1909, p. 109] le poème Le pouvoir de la pluie [Власть дождя]. Le premier est inscrit dans l’album Allegro sur les folios 12v-13v, le second occupe les folios 16v-17. Ainsi ces deux textes, non datés par l'auteur, « encadrent » l’échange occupant les folios 14-15v. Le poème non daté À cause du soleil [От солнца], se trouvant immédiatement après l’échange poétique avec Z. Guippius (fo 16), a été publié en 1910 dans la revue Le Monde contemporain [Современный мир, no 5, 1910, p. 93]. Cf. OR IRLI, dossier 13.879.

26 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 483-484, note 118. Sur les raisons relevant de la thématique et de la logique interne du texte, qui ont guidé Guippius dans le choix du signe du Sagittaire pour ce poème, voir l’article « La création du sujet lyrique androgyne dans la poésie de Zinaïda Guippius » (partie « Bélier et Sagittaire : de la masculinité exaltée au « je » androgyne ») du présent volume.

27 Annuaire pour l’an 1869, Paris, Gauthier-Villars, p. 37.

28 De même qu’en français, les vocables « Овен » (« Bélier ») et « Стрелец » (« Sagittaire ») sont du genre masculin dans la langue russe. Il faut signaler en outre que les poèmes Réponse au Bélier [Ответ Овну], À Polikséna Soloviova [Поликсене Соловьёвой] de Z. N. Guippius ne comportent pas de marques explicites du « je » du sujet lyrique. Dans son poème Bélier et Sagittaire [Овен и Стрелец], ce dernier est exprimé, mais, en revanche, il est exempt de marque de genre, ce qui est également le cas dans le poème de P. S. Soloviova Automne printanier [Весенняя осень]. Enfin dans son poème Réponse au Sagittaire [Ответ Стрельцу], le « je » du sujet lyrique possède les marques du genre masculin.

29 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 411.

30 Natacha [Наташа] est un diminutif du prénom Natalia [Наталья].

31 Cf. Le fonds de P. S. Soloviova de la Bibliothèque nationale de Russie (Saint-Pétersbourg), OR RNB, fonds 723, dossier 75. Les dates, correspondant à l’envoi et à la réception de la carte postale, sont attestées par les cachets de la poste.

32 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Поликсена Соловьёва » [« Polikséna Soloviova »], op. cit., p. 412.

33 Pour le moment, ne sont recensées que huit lettres et trois cartes postales, envoyées par Z. N. Guippius. Elles couvrent les années 1901-1914, et sont conservées dans le fonds de P. S. Soloviova du Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie (Saint-Pétersbourg), OR RNB, fonds 723, dossiers 8 et 9. On ne sait pas ce que sont devenues les lettres de P. S. Soloviova, adressées à Z. N. Guippius.

34 Il s’agit de la lettre du 6 juin 1914, voir ibid., dossier 8, f° 4-5v.

35 Au sujet des triangles affectifs dans la vie et l’œuvre de Z. N. Guippius, voir dans le présent volume les articles « Zinaïda Guippius et le genre : performativité, parodie et transfiguration du sexe » d’Olga Matich et « L’idéal de l’amour chez Zinaïda Guippius » (partie intitulée « La trinité ») de Christa Ebert. Cf. également Matich O., Erotic Utopia – The Decadent Imagination in Russia’s Fin de Siècle, Madison, The University of Wisconsin Press, 2005, p. 179-205 ; Матич [Matich] О., Эротическая утопия : новое религиозное сознание и fin de siècle в России, Москва, Новое литературное обозрение, 2008, p. 187-218.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search