Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

IV. Zinaïda Guippius face à ses contemporains : le point de vue du genre

Mythes sur Guippius et mythes de Guippius : le point de vue du genre

Nikolaï Bogomolov
Traduction de Olga Blinova

Texte intégral

1L’une des particularités essentielles qui caractérise l’activité créatrice, longue de presque cinquante ans, de Z. N. Guippius est son souci de donner d’elle-même une image originale à la fois comme écrivain et comme être humain. Exprimée dans de nombreux textes de natures différentes (poèmes, prose, œuvres dramatiques, articles critiques, essais, journaux intimes, correspondance), cette aspiration transparaît aussi dans un pan significatif de l’œuvre de vie [жизнетворчество], que chacun pouvait observer à son contact.

2Pendant longtemps, ce sont justement ces manifestations extérieures qui ont focalisé l’attention des observateurs, aussi bien du cercle Mérejkovski, que des milieux qui leur étaient tout à fait étrangers. Les premiers s’étonnaient des rapports singuliers que Guippius instaurait avec chacune ou presque de ses connaissances ; les seconds – pour qui elle était une poétesse décadente, créatrice d’œuvres incompréhensibles, – refusaient d’emblée de pénétrer le sens de sa création et interprétaient son comportement énigmatique en fonction de leurs propres codes.

3Par ailleurs, bien qu’étroitement liées par des traits représentatifs, les différentes étapes de l’activité créatrice de Guippius se démarquent souvent les unes des autres de manière frappante. C’est pourquoi il ne serait pas juste d’interpréter sa position des années 1920 à travers le prisme des années 1890, ou l’inverse.

4Aussi notre article sera-t-il consacré aux sources qui permettent d’étudier la personnalité de Guippius et aux problèmes qu’elles posent, à son évolution ainsi qu’aux constantes de sa personnalité, toutes choses qui, selon nous, doivent nécessairement être prises en compte dans l’analyse de ses écrits et de son œuvre de vie.

5Commençons par une anecdote rapportée par Omry Ronen, décédé il y a peu. L’action se déroule en 1968 et il y est question de Nina Berbérova :

  • 1 Ронен [Ronen] О., Из города Энн [De la ville d’Ann], Санкт-Петербург, изд. журнала « Звезда », 2005 (...)

Потом мы обедали с нею и с Кириллом Фёдоровичем Тарановским в баварском ресторане. Тут они начинали свой спор о Мережковских: они заводили его на моей памяти несколько раз. Речь шла о пресловутом выступлении Мережковского летом 1941 года. Берберова говорила: «Этого не было». Тарановский утверждал: «Слышал сам в Белграде по радио».
На самом деле, как мы знаем сейчас, выступление Мережковского транслировалось в Италии, на Балканах и на востоке Европы, а в Париже его не передавали. […]
Другая тема их споров была игривее. «Зинаида Гиппиус была настоящий гермафродит», – говорила Н. Н. [Нина Николаевна Берберова], а К. Ф. [Кирилл Фёдорович Тарановский] возражал: « Нет, она была нормальная женщина, но с инфантильной маткой, мне говорил сам Философов ». На это Н. Н. отвечала: « Не говорите мне! Я знаю!»1.

Puis, nous déjeunions avec elle et Kirill Fiodorovitch Taranovski dans un restaurant bavarois. Là, ils entamaient une discussion au sujet des Mérejkovski – de mémoire, ceci est arrivé à plusieurs reprises. Il s’agissait du discours tristement célèbre de Mérejkovski à l’été 1941. Berbérova disait : « Il ne l’a pas prononcé. » Taranovski affirmait : « Je l’ai entendu moi-même à Belgrade à la radio. »
En réalité, comme nous le savons maintenant, le discours de Mérejkovski a été diffusé en Italie, dans les Balkans et en Europe de l’Est, mais pas à Paris. […]
Un autre de leurs sujets de discussions était plus enjoué. « Zinaïda Guippius était un vrai hermaphrodite », disait N. N. [Nina Nikolaïevna Berbérova], K. F. [Kirill Fiodorovitch Taranovski] lui rétorquait : « Non, c’était une femme normale, mais elle avait un utérus infantile, je le tiens de Filossofov. » Sur ce, N. N. répondait : « Ne me dites pas ça ! Je le sais mieux que vous ! »

  • 2 Voici ses paroles, essentielles dans le contexte de nos raisonnements :

6À l’instar de l’auteur de ces notes, nous n’interviendrons pas dans cette discussion2. Constatons simplement que les particularités que recèle la part féminine de la personnalité de Guippius – jusque dans des détails comme celui-ci – animaient encore les débats plus de vingt ans après sa mort, et les animent toujours aujourd’hui.

7Cela ne fait aucun doute, Guippius œuvrait elle-même à provoquer une telle perception. Seul un homme assez éloigné de son entourage, comme l’était S. K. Makovski, a pu faire d’elle un portrait aussi juste dans ses nuances, et aussi faux, semble-t-il, sur le plan psychologique :

  • 3 Cf. Маковский [Makovski] С. К., На Парнасе Серебряного века [Sur le Parnasse de l’Âge d’argent], Мю (...)

Роста среднего, узкобёдрая, без намёка на грудь, с миниатюрными ступнями… Красива? О, несомненно. […] Маленькая гордо вздёрнутая головка, удлинённые серо-зелёные глаза, слегка прищуренные, яркий, чувственно очерченный рот с под-нятыми уголками3 [и так далее].

Taille moyenne, hanches étroites, aucun soupçon de poitrine, pieds miniatures… Belle ? Oh, indéniablement. […] La petite tête est relevée fièrement, les yeux gris-vert en amande clignent légèrement, la bouche de couleur vive et aux coins relevés a un dessin sensuel [etc.].

8Connaissant Guippius depuis 1892, Makovski l’observait le plus souvent à distance et dans des situations officielles. Ses appréciations du caractère et du talent de l’écrivain relèvent manifestement des apparences :

  • 4 Ibid., p. 90.

Судила З. Н. [Зинаида Николаевна Гиппиус] обо всём самоуверенно-откровенно, не считаясь с принятыми понятиями […] Не в этом ли и состояло главное её тщеславие? Притом в манере держать себя и говорить была рисовка […] Сама себе З. Н. нравилась безусловно и этого не скрывала. Её давила мысль о своей исключительности, избранности, о праве не подчиняться навыкам простых смертных4

Z. N. [Zinaïda Nikolaïevna Guippius] jugeait de tout franchement et avec aplomb, sans tenir compte des opinions communément admises […]. Sa vanité principale ne résidait-elle pas précisément en cela ? De plus, elle prenait des poses dans sa manière d’être et de parler […]. Z. N. se plaisait résolument et elle ne le cachait pas. L’idée qu’elle était exceptionnelle, élue, qu’elle avait le droit de ne pas se soumettre aux pratiques des mortels, pesait sur elle…

9Rien d’étonnant à ce que, dans la suite du texte, Makovski évoque à nouveau les vêtements, la coiffure, le maquillage et les parures de Guippius. Avec ceux qui lui étaient plus proches, elle jouait un autre jeu. En décembre 1901, Valéri Brioussov note dans son journal intime :

  • 5 Брюсов [Brioussov] В. Я., Дневники 1891-1910 [Journaux intimes 1891-1910], Москва, изд. Сабашниковы (...)

Я, согласно с письмом, явился к ним в 12. Вхожу и первое, что вижу, – раздетой Зин. Ник. [Зинаида Николаевна Гиппиус]. Разумеется, я постучался, получил «войдите», но зеркало так поставлено в углу, что в нём отражается вся спальня5.

Comme convenu par courrier, je me présente chez eux à 12 [heures]. J’entre et ce que je vois en premier, c’est Zin. Nik. [Zinaïda Nikolaïevna Guippius] nue. Bien entendu j’ai toqué, et on m’a répondu « entrez », mais le miroir était positionné dans le coin de telle sorte que toute la chambre à coucher s’y reflétait.

10Suit une longue note sans indication de date, consignant un jeu érotique complexe de Guippius, dans lequel le rôle d’assistant est assigné à Brioussov. Le diariste y reproduit entre autres cette remarque d’O. M. Soloviova :

Вы всё время смотрели на З. Н., словно безумно в неё влюблены.

Vous regardiez tout le temps Z. N. comme si vous étiez éperdument amoureux d’elle.

11En la commentant, il affirme :

  • 6 Брюсов [Brioussov] В. Я., Дневники 1891-1910 [Journaux intimes 1891-1910], op. cit., p. 110.

То же самое потом мне пришлось слышать не раз, но безвинно6.

Par la suite, il m’a fallu plus d’une fois entendre la même chose, mais j’étais innocent.

12En dépit de cette affirmation, il est évident que Brioussov était utilisé précisément pour interpréter un rôle de fervent admirateur. Le passage se termine par la coda suivante :

  • 7 RGB, fonds 386, carton 1, dossier 16, f ° 7-7v. Le texte édité ne contient que les deux premières p (...)

У этой О[бразцо] вой я был на первый день Рождества. И она тотчас нарассказала мне о М[ережковск] их. Что ей доподлинно известно, что они не живут теперь как муж и жена, что вначале они пользовались некоей «заменой страсти», а теперь просто всегда спят розно. Но что М[ережковск] ого это мучит без конца, он молит, плачет, а Зин[очка] отвечает:
– Аще единый из уд твоих соблазнит тя…
О[бразцо] ва гостила у М[ережковски] х и говорит, что это ужас, что М[ережковск] ий кончит помешательством. А Зиночка будто бы делала ей, О[бразцо] вой, какие-то тём- ные предложения, и целует её так, что она, О[бразцо] ва, смущается. М[ережковск] ий ревнует О[бразцо] ву к жене и не позволил им спать в одной комнате7.

  • 1 Il s’agit du 25. XII/07. I. Dans la tradition orthodoxe, les festivités, liées à la Noël, couvrent (...)
  • 2 Zinotchka [Зиночка] est un diminutif du prénom Zinaïda [Зинаида].
  • 3 Cette expression est certainement une citation déformée et contractée de l’Évangile selon saint Mat (...)

Je suis venu chez cette O[braztso]va le premier jour de Noël1. Elle m’a tout de suite déblatéré toutes sortes de choses sur les M[érejkovsk]i. Qu’elle savait pertinemment qu’à présent ils ne vivent plus comme mari et femme, qu’au début ils utilisaient un « substitut de passion », et qu’ils font maintenant chambre à part tout simplement. Mais que cela tourmente sans cesse M[érejkovsk]i, il supplie et pleure, et Zin[otchka]2 répond :
– Si un de tes membres est pour toi une occasion de péché3
O[braztso]va a séjourné chez les Mérejkovski, elle dit que c’est une horreur, que M[érejkovsk]i finira par devenir fou. Zinotchka, quant à elle, aurait fait à O[braztso]va des propositions suspectes, elle l’aurait embrassée de telle sorte qu’O[braztso]va en a été troublée. M[érejkovsk]i est jaloux d’O[braztso]va, et ne lui a pas permis de dormir dans la chambre de sa femme.

13De telles remarques reviendront plus d’une fois dans les journaux intimes de Brioussov.

  • 8 Cette expression est tirée de l’essai « Une sylphide » [« Сильфида »], composé en 1923 et publié po (...)
  • 9 Cf. Павлова [Pavlova] М. М., Рабинович [Rabinowitz] С., вступ. ст., комм., Павлова [Pavlova] М. М.,(...)

14Bien entendu, on sent déjà dans ces notes que Guippius n’est plus cette « femme-adolescente8 » [« женщина-девушка »] que décrit A. Volynski d’après ses souvenirs de l’année 1889, mais une femme-écrivain ayant une certaine réputation. Toutefois, même le texte de Volynski (nous y reviendrons) souligne les consonances érotiques spécifiques du comportement de Guippius, et la façon dont on la perçoit. Les lettres de L. Ia. Gourévitch, qui envie douloureusement Guippius mais qui sait néanmoins passer outre ses sentiments personnels, disent la même chose9.

  • 10 Voir, par exemple, Matich O., Paradox in the Religious Poetry of Zinaida Gippius, München, W. Fink (...)
  • 11 Волынский [Volynski] А. Л., Русские женщины [Les femmes russes], op. cit., p. 260.

15Examinons maintenant le désir de Guippius de se représenter comme homme et femme à la fois. Selon nous, cette aspiration n’est qu’un comportement littéraire assez connu et bien décrit dans plusieurs travaux scientifiques10. Quant à son apparence, lorsqu’elle est évoquée dans les souvenirs relatifs aux jeunes années de la poétesse, elle peut être résumée par l’expression de Volynski, qui parle de « la féminité absolue de l’impression totale11 » [« совершенной женственностью цельного впечатления »]. Y compris dans sa correspondance personnelle, Guippius ne permet pas de douter de sa féminité foncière. En novembre 1897, elle écrit à Alekseï Serguéiévitch Souvorine :

  • 12 RGALI, fonds 459, inventaire 1, dossier 2631, f° 27-28. Relevons que Guippius se prétend un tout pe (...)

О, Алексей Сергеевич! Вы дали мне пережить единственный момент в жизни! Ког-да-то ко мне пришёл маленький жидок из трактирной газеты и стал развязно тре-бовать моих «женских» мнений «о мужчинах». Я жидка прогнала, сказав, что я не женщина. Он это пропечатал и, помнится, вы тогда слегка восстали на меня, говоря вообще о «не женщинах». Вы были правы, но и я была права. Оба мы были правы. Сегодня же, по получении вашего письма, я на одно мгновение почувствовала себя истинной женщиной и только женщиной. Алексей Сергеевич! Сжальтесь! Как мне 39 лет? Откуда? Мне исполнилось несколько дней тому назад 29 лет! Вы мне при-бавили ровно лишний десяток! Через десять лет авось пришлю вам книгу более ценную, чем эти ребячества. Чувствую себя сегодня совсем старушкой и возникну только тогда, когда вы получите моё «опровержение». Я родилась в ноябре 68 года, в будущем ноябре, 98, – ровно через год, – мне будет 30 лет и пойдёт четвёртый десяток, как я вам и писала12.

Ô, Alekseï Serguéiévitch ! Vous m’avez fait éprouver un moment unique dans ma vie ! Autrefois un Juif, petit pisseur de copie d’une feuille de chou, est venu chez moi et a exigé avec impertinence mes opinions de « femme » sur « les hommes ». J’ai mis ce petit Juif à la porte en disant que je n’étais pas une femme. Il a publié tout cela et, je m’en souviens, vous vous êtes un peu insurgé contre moi en parlant des « non femmes » en général. Vous avez eu raison, mais moi aussi. Nous avons eu raison tous les deux. Aujourd’hui, quand j’ai reçu votre lettre, je me suis sentie un instant une vraie femme et seulement une femme. Alekseï Serguéiévitch ! Ayez pitié ! J’ai 39 ans ? D’où sort ce chiffre ? Je viens d’avoir, il y a quelques jours, 29 ans ! Vous avez ajouté à mon âge dix années tout rond de trop ! Dans dix ans je vous enverrai peut-être un livre plus précieux que ces enfantillages. Je me sens aujourd’hui comme une petite vieille et je ne renaîtrai que quand vous recevrez mon « démenti ». Je suis née en novembre 68, en novembre 98 – dans un an exactement, – j’aurai 30 ans et j’entamerai, comme je vous l’ai déjà écrit, ma quatrième décennie.

  • 13 Пахмусс [Pachmuss] Т. А., « Борис Савинков в жизни Зинаиды Гиппиус » [« Boris Savinkov dans la vie (...)

16Même passé la cinquantaine, âge assez avancé pour le début du xxe siècle, elle considère nécessaire de garder dans son journal intime une note relatant le fait que B. V. Savinkov, qui a 10 ans de moins qu’elle et se fait facilement aimer par des beautés réputées, prétend à son intimité13.

  • 4 Volynski Akim Lvovitch [Волынский Аким Львович] est un pseudonyme de Flekser Khaïm Léibovitch [Флек (...)

17C’est encore plus vrai dans sa jeunesse où elle cultive par tous les moyens son apparence féminine et fait son possible afin de montrer l’attirance des hommes pour elle. Elle est d’ailleurs plus flattée par le côté intellectuel de ces liaisons amoureuses que par leur aspect érotique : lorsqu’une relation se limite aux prétentions amoureuses, Guippius ressent une frustration manifeste, comme dans le cas de F. Tchervinski, raconté en détail dans Contes d’amour, et en partie dans celui de Minski. En revanche, tout porte à croire que ses relations avec Volynski4 se construisent sur la base de l’union des principes érotique et intellectuel. Au sujet de Volynski, Guippius note :

  • 14 Extraits des notes du 4 mars et du 26 septembre 1895, voir Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour (...)

Мы были далеки – но я знала, что он ко мне – хорош. Потому радовалась, что думала, что это не «ради моих прекрасных глаз», а «ради моего прекрасного ума». […] Иногда меня заражала его безумная любовь, неопытная и страстная, – он […] всё повторял, что сам не хочет от меня ничего […] он умнее меня14.

Nous étions très différents – mais je savais qu’il était bon avec moi. J’étais contente, car je pensais que ce n’était pas « pour mes beaux yeux », mais « pour mon bel esprit ». […] Parfois j’étais entraînée par son amour fou, inexpérimenté et passionné, il répétait toujours que lui-même ne voulait rien de moi […] il est plus intelligent que moi.

  • 15 Гиппиус [Guippius] З. Н., На берегу Ионического моря [Au bord de la mer Ionienne], Мир искусства [L (...)

18C’est, semble-t-il, de cette oscillation entre deux types d’amour – complétée par celle entre deux genres propres à sa posture littéraire – que découle le rapport de Guippius à l’homosexualité et aux homosexuels. Celui-ci est décrit implicitement dans son essai Au bord de la mer Ionienne15 [На берегу Ионического моря], et explicitement dans son journal intime Contes d’amour :

  • 16 Voir la note du 16 août 1899 dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 60-61. Deu (...)

Любовь между мужчинами может быть бесконечно прекрасна, божественна, как всякая другая16.

L’amour entre hommes peut être infiniment beau, divin, comme n’importe quel autre.

19Mais toute la beauté de l’homo-érotisme est évincée par la laideur de ses manifestations physiologiques, comme d’ailleurs dans les relations hétérosexuelles :

  • 17 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 61.

Манерный, жеманный v. Gloeden с чуть располневшими бёдрами, для которого женщины не существуют – разве это не то же самое, только сортом ниже, – что какой-? нибудь молодой, уже лысеющий от излишеств офицер, для которого мужчины не существуют17?

Le cas de v. Gloeden, précieux, minaudier, aux hanches légèrement grossies, pour qui les femmes n’existent pas, n’est-il pas le même, mais de qualité moindre, que celui d’un jeune officier déjà atteint par la calvitie à cause de ses excès, et pour qui les hommes n’existent pas ?

  • 18 Parue dans la variante allemande de Wikipedia, l’information la plus récente sur la personnalité d’ (...)

20Les relations de Guippius avec E. Overbeck et D. Filossofov sont probablement les deux dernières tentatives pour résoudre ce problème dans sa vie. La première se termina par un naufrage sans aucun désenchantement particulier18 (autant que nous ayons la possibilité d’en juger) ; la seconde, si l’on en croit le récit détaillé de V. A. Zlobine, resta pour toujours une blessure, surtout après leur divergence de 1920 quand Filossofov, outre son isolement intellectuel (ce qui lui était déjà arrivé auparavant), se coupa des Mérejkovski par son activité publique.

21Il nous semble donc que la typologie genrée personnelle de Guippius n’est pas programmée pour réaliser l’archétype de l’androgyne (au sens de Platon), mais pour opposer d’une certaine manière les principes masculin et féminin, et ce aussi bien dans sa conception de l’œuvre de vie que dans la nature de son propre mythe. Toutes les relations qu’on lui connaît – qu’elles se manifestent dans sa vie ou à travers les pages de sa prose et de sa poésie où sont évoquées ses expériences personnelles (même si Guippius transforme la réalité) – sont intrinsèquement conflictuelles, au lieu d’être en parfaite harmonie comme l’exige la variante classique de l’androgynie.

22Les poèmes, dont l’intrigue se rattache intimement aux relations de Guippius et Overbeck, présentent un exemple éloquent à cet égard. Dans ce cycle à l’existence implicite, il n’y a aucun regret (de la part du sujet masculin) à perdre l’opportunité de se réaliser à travers l’amour pour une femme ; au contraire, la détermination à aller plus loin en laissant derrière soi un brasier éteint est sans cesse soulignée :

  • 19 Гиппиус [Guippius] З. Н., Конец [La fin, 1901], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies(...)

Мне было не грустно, мне было не больно,
Я думал о том, как ты много хотела,
И мало свершила, и мало посмела;
Я думал о том, как в душе моей вольно,
О том, что заря в небесах – догорела19

Je n’éprouvais ni tristesse, ni douleur,
Je pensais que tu avais désiré beaucoup,
Mais que tu avais accompli et osé peu ;
Je pensais à la liberté qui régnait dans mon âme,
Et au couchant qui venait de s’éteindre…

23Il se trouve que, mentionné par la plupart des chercheurs, le mythe de la « Sappho russe » – comme d’autres relevant de cette tonalité – n’est qu’un voile jeté sur des sensations essentiellement autres, très complexes, et qui mériteraient de longues descriptions, mais que l’auteur définit comme l’unique voie vers la réalisation totale de soi. Par conséquent, le mythe créé par des générations de contemporains, ne correspond en rien à celui que Guippius crée elle-même, et encore moins à celui qui surgit de ses œuvres.

24Passons à un autre mythe populaire sur Guippius, moins explicitement lié aux questions du genre, mais qui n’est tout de même pas complètement indépendant d’elles. Il s’agit de la représentation de Guippius comme personnalité politique digne de ce nom.

25Pendant assez longtemps, la politique n’a pas été à l’avant-scène des aspirations littéraires et vitales du couple Mérejkovski. Seuls les évènements de la révolution de 1905, dont on trouve un récit assez détaillé dans différents textes de Guippius, ont éveillé leur intérêt. Revenant sur le début de la révolution, elle écrit dans ses mémoires :

  • 20 Гиппиус [Guippius] (Мережковская) З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], Париж, YMCA-Pre (...)

Так как, до последнего времени, мы жили в кругу других интересов, не чисто-политических, то с партийными интеллигентами встречались редко и о тогдашних «партиях» в России, о их внутреннем положении, знали мало. Впрочем, мы видались, несколько лет тому назад, с двумя дружественными нам людьми, «марксистами», которых тогда, кажется, и было всего двое (это было давно) и которые с тех пор тоже уже от марксизма стали отходить: рыжебородый, приятный и милый, П. Б. Струве, и М. И. Туган-Барановский. […]
Это лето мне особенно памятно общим поворотом нашим и разговорами о делах общественно-политических. Я уже сказала, что Д. С. [Д. С. Мережковский] этой областью специально не занимался, смотрел на неё и видел её под одним углом – религиозным, и если возмущался, что церковь находится в таком рабстве у данного, русского режима – то этот режим, сам по себе как подавляющий свободу во всех других слоях народной жизни, сверху донизу, подавляющий и свободу личности (я говорю о самодержавии) – как-то ускользал от его внимания и критики. […]
Что касается Ф [илософо] ва – у него всё было проще: он отрицал самодержавие огулом, как режим, подавляющий общественную и политическую жизнь страны и как виновника и войны, и таких событий и расправ, как 9 Января. Нельзя сказать, однако, чтобы и у Д. С. при этих русских событиях не было определённого беспокойства. Он более внимательно, чем когда-либо, был ими занят20.

Comme nous avions vécu jusqu’à présent dans un cercle d’intérêts autres, non exclusivement politiques, nous avions rarement rencontré des représentants de l’intelligentsia appartenant aux partis, et nous connaissions peu les « partis » d’alors ni leur situation interne. Au demeurant, nous avions rencontré, quelques années auparavant, deux personnes, amicalement disposées envers nous, deux « marxistes », il n’y en avait semble-t-il que deux à cette époque (c’était il y a longtemps), et qui ont depuis aussi commencé à s’éloigner du marxisme : le gentil et agréable P. B. Strouvé avec sa barbe rousse, et M. I. Tougane-Baranovski. […]
Je me souviens plus particulièrement de cet été-là à cause de notre tournant commun et de nos conversations consacrées aux affaires sociales et politiques. J’ai déjà dit que D. S. [D. S. Mérejkovski] ne s’était pas spécialement occupé de ce domaine, il ne l’avait regardé et vu que sous l’angle religieux, et même s’il s’était indigné de l’esclavage dans lequel le régime russe maintenait l’église, ce régime lui-même – en tant qu’oppresseur de la liberté dans toutes les autres sphères de la vie du peuple, de fond en comble, et en tant qu’oppresseur des libertés individuelles (je parle de l’autocratie) – avait échappé d’une façon ou d’une autre à son attention et à sa critique. […]
En ce qui concerne F[ilossofo]v, pour lui tout était plus simple : il avait renié en bloc l’autocratie, en tant que régime qui opprime la vie sociale et politique du pays, et qui est responsable de la guerre ainsi que des évènements et des massacres comme celui du 9 Janvier. On ne peut pas dire cependant que D. S. n’ait pas éprouvé une certaine inquiétude lors de ces évènements russes. Il s’en était occupé avec plus d’attention que jamais.

  • 21 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Слова и люди [Les mots et les hommes], Последние новости [Les Dernièr (...)

26Guippius écrit sur ce thème avec encore plus de force dans ses mémoires Les mots et les hommes [Слова и люди], en se souvenant également du mouvement religieux auquel ils ont participé21.

27Dans ce contexte, leur départ pour Paris et leur séjour de deux ans en France, la parution du recueil Le Tsar et la Révolution, ainsi que leurs contacts permanents avec les anarchistes et les socialistes-révolutionnaires émigrés, y compris avec ceux appartenant à l’« Organisation de Combat » [« Боевая организация »], ne pouvaient être perçus que comme une activité révolutionnaire et donc politique, à laquelle ils prenaient une part des plus actives en tant que centre intellectuel. Alexandre Benois se souvient :

  • 22 Бенуа [Benois] А., Мои воспоминания [Mes souvenirs], 2 т., т. 2, книги третья-четвёртая-пятая, Моск (...)

в их салоне на улице Теофиль Готье образовалось нечто вроде штаб-квартиры революции, куда захаживали всевозможные персонажи революционного вероисповедания22.

dans leur salon, rue Théophile Gautier, s’était constitué une sorte de quartier général de la révolution où passaient des personnages de confession révolutionnaire de tous bords.

28À ce moment-là Guippius se trouve dans une situation délicate. D’une part, elle connaît bien les épouses de nombre de socialistes renommés, et a même avec certaines d’entre elles des relations d’amitié, d’autre part, depuis les années 1870 au moins, le mouvement révolutionnaire en Russie a engendré une grande quantité de femmes célèbres pour leurs actes héroïques. La première posture ne convient pas à Guippius parce que le simple rôle d’épouse est trop étroit pour elle et parce que Mérejkovski n’est ni un homme politique, ni un révolutionnaire renommé. La seconde est quant à elle bien au-dessus de ses forces. Elle choisit alors le rôle d’inspiratrice du talent littéraire de Savinkov :

  • 23 Cité d’après la variante manuscrite du livre sur Mérejkovski (RGB, fonds 318, carton 1394, dossier (...)

Как могли мы и могли ли идейно помочь революционерам – это оставалось во тьме будущего, пока же выяснилось, что я помогла Савинкову своей резкой критикой его писаний23.

De quelle manière pouvions-nous – était-ce seulement possible du reste – aider idéologiquement les révolutionnaires ? À l’époque, le mystère demeurait entier. Il s’est avéré qu’en attendant j’ai aidé Savinkov par ma critique tranchante de ses écrits.

  • 5 Il s’agit du roman de Boris Savinkov, paru en 1909 sous le pseudonyme V. Ropchine [В. Ропшин].

29Mais la célébrité du roman Le cheval blême5 [Конь бледный] ne lui suffit manifestement pas. En 1917 les Mérejkovski deviennent, à en croire les mémoires de Guippius, les conseillers de Kérenski, puis les confidents de Savinkov, ce dernier se transformant en figure politique très importante, dixit ces mémoires. Le mythe qui en découle est bien connu : le séjour en Pologne, l’activité littéraire tournée vers les questions sociales et politiques, une intense activité antisoviétique à Paris, et la responsabilité d’exprimer les positions d’une partie considérable de l’émigration.

30Pourtant, ces années-là n’auraient pas vu que le naufrage de leurs espoirs (la désillusion d’avoir cru en Kérenski et en de nombreux socialistes-révolutionnaires, la tentative manquée pour pénétrer de Pologne en Russie, la tragédie de Savinkov, etc.), il y aurait eu aussi, paraît-il, des succès. En voici un exemple, tiré de la partie inédite du journal intime de V. N. Bounina, où il est question d’un dîner chez M. O. Tsetline et son épouse M. S. Tsetlina après la soirée de D. S. Mérejkovski, le 20 janvier 1922 :

  • 24 Leeds Russian Archive, archive d’I. A. Bounine et de son épouse V. N. Bounina (née Mouromtséva), 10 (...)

Говорились речи. Конечно, Иван Иванович [Манухин], который назвал Дмитрия Сергеевича – гением, а Зинаиду Николаевну – богиней. Говорила и Т. Ив. Манухина. Она рассказала, какое влияние не неё имели Мережковские в Совдепии, так они поддерживали дух. По её словам, они заражают каждого, кто с ними соприкасается, желанием жить духовно. […] Фондаминский тоже указал, что они вечно живут, как немногие, в умственном напряжении. Иллюстрировал следующим: «Зина, – кричит Д. С. из своей комнаты, – у египтян тоже были большевики…» Когда бы к ним ни зайти, всегда проекты. Зина говорит мне: «Хочу устроить союз из непримиримых!» – «Кто же будет в этом союзе?» – «Да Дмитрий, я, Ната, Тата, Володя да еще кто-нибудь». И всегда идёт кипение и отвлечённые споры. Потом он вспоминает, как З. Н. помогала Временному правительству в составлении аграрного вопроса24

  • 6 Zina [Зина] est encore un diminutif du prénom Zinaïda [Зинаида].
  • 7 Nata [Ната], Natalia Nikolaïevna, et Tata [Тата], Tatiana Nikolaïevna, sont les sœurs de Zinaïda Ni (...)

Des discours furent prononcés. Bien sûr, Ivan Ivanovitch [Manoukhine] qualifia Dmitri Serguéiévitch de génie, et Zinaïda Nikolaïevna de déesse. T. Iv. Manoukhina intervint elle aussi. Elle raconta l’influence qu’avaient eue sur elle les Mérejkovski au pays des Soviets, et combien ils nourrissaient son esprit. Selon ses propres mots, ils communiquent à quiconque entre en contact avec eux, le désir de vivre spirituellement. Fondaminski a également souligné le fait qu’ils vivent, comme peu de gens, dans un état de tension intellectuelle permanent, il a donné l’exemple suivant : « Zina6, crie D. S. de sa chambre, les Egyptiens aussi ont eu des bolcheviques… » Quel que soit le moment où l’on passe chez eux, il y a toujours des projets. Zina me dit : « Je veux organiser l’union des intransigeants ! » – « Qui sera dans cette union ? » – « Dmitri, Nata, Tata, Volodia7, moi-même, et quelques autres encore ». De l’effervescence et des débats abstraits y règnent toujours. Puis il se rappelle la façon dont Z. N. avait aidé le gouvernement provisoire dans la rédaction de la question agraire…

31Laissons de côté la réplique tout à fait fondée de l’auteur du journal intime –

  • 25 Leeds Russian Archive, archive d’I. A. Bounine et de son épouse V. N. Bounina, 1067/375.

Теперь я понимаю, почему он [аграрный вопрос] был так хорош, раз ходили советоваться к тепличной женщине, которая ничего не видит и ничего не слышит. Вот уже поистине, когда Бог хочет наказать кого, то прежде всего отнимает ум25

Maintenant je comprends pourquoi elle [la question agraire] était si bien agencée, c’est parce qu’on a demandé conseil à une femme qui vit comme une plante exotique en serre, et qui ne voit ni n’entend rien. Il est donc vrai que, quand Dieu veut punir quelqu’un, il lui ôte avant tout l’esprit –

  • 26 Pour plus de détails sur cette union et son activité, voir Осьминина [Osminina] Е., « “Мы объявим [ (...)

32et remarquons la haute estime que semble porter le révolutionnaire expérimenté I. I. Fondaminski à l’activité de Mérejkovski et de Guippius, pour mieux la démasquer sur-le-champ. L’« Union des intransigeants » [« Союз непримиримых26 »] – autrement dit l’« Union de l’Esprit » [« Союз Духа »], d’autres variantes de nom existent encore pour cette organisation – fut l’un des premiers projets de résistance active aux bolcheviques, aussi bien en émigration qu’en Russie. Mais ici, il tourne à la farce.

33Il est également difficile de prendre au sérieux d’autres déclarations de Guippius sur son rôle et celui de son mari dans les évènements politiques. Par exemple, leur départ pour le sud durant l’été 1917 et leur retour à Saint-Pétersbourg à la veille de la mutinerie de Kornilov démentent l’allégation selon laquelle le gouvernement provisoire et Savinkov auraient eu besoin d’eux de façon urgente. Le discours, rédigé pour être lu par V. M. Tchernov à l’Assemblée Constituante, n’a pas été présenté, et dans ses mémoires, écrits plus tard, Guippius critique Tchernov impitoyablement. L’activité des Mérejkovski en Pologne ne supposait pas une véritable organisation de résistance aux bolcheviques, pas même du niveau de celle dont s’occupait Filossofov. De fait, l’activisme politique des Mérejkovski, et avant tout celui de Guippius, s’est avéré être une parfaite utopie. Il lui fallait se concentrer sur la création d’œuvres de fiction, de mémoires, de textes d’orientation sociale et politique dans lesquels cet activisme politique engendrait un mythe après l’autre. Ayant passé l’été 1922 avec les Mérejkovski, Bounina, en bonne observatrice, note avec assez de justesse :

  • 27 Leeds Russian Archive, archive d’I. A. Bounine et de son épouse V. N. Bounina, 1067/375.

я стала говорить [Т. И. Манухиной], что жаль, что З. Н. не понимает своего значе-ния, то есть того, какое она могла бы оказывать на всех, если бы она как-то немного иначе держала бы себя. Нельзя в пятьдесят лет строить из себя девочку, как, верно, строила она, когда ей было тридцать, тогда это было к лицу, тогда ухаживали, и сила её могла быть в другом. Теперь же ей следовало бы подумать, как бы влиять на людей вообще, а не только на мужчин и психопаток, об обожании её которыми она так любит вспоминать и рассказывать. Ведь теперь в такое время какая потребность в мудрых людях, особенно в женщинах, и как многие бы с охотою пошли бы за советом, за помощью к такому человеку. И кому как бы ни ей занять это место. Писательница, критик, поэтесса с жизненным опытом и с попытками на пророчества, всё, кажется, говорит за то, чтобы приходить и слушать… А что же на деле? и почему? Мне кажется, потому, что она не вызывает уважения. Можно любить, можно восхищаться ею, но уважать на столько, чтобы взять её, так сказать, в учители жизни невозможно – слишком много розового на ней, – да и в ней ещё27.

j’ai dit [à T. I. Manoukhina] qu’il est dommage que Z. N. ne comprenne pas son importance, c’est-à-dire l’influence qu’elle pourrait exercer sur tout le monde si elle se comportait différemment. On ne peut pas à cinquante ans faire la petite fille comme, visiblement, elle le faisait quand elle en avait trente ; à l’époque ça lui allait bien, à l’époque on lui faisait la cour, et sa force pouvait être ailleurs. Mais maintenant, elle devrait réfléchir à la façon d’influencer les gens en général, et pas seulement les hommes et les femmes-psychopathes, dont elle aime tant se rappeler et évoquer l’adoration qu’ils lui portent. En ce moment en effet, il y a un tel besoin de sages, de femmes sages surtout, nombreux sont ceux qui demanderaient un conseil, de l’aide à une telle personne. C’est elle justement qui devrait tenir ce rôle. Femme-écrivain, critique, poétesse avec du vécu et des tentatives de prophétie, tout est réuni, semble-t-il, pour qu’on vienne l’écouter… Mais que se passe-t-il en réalité ? et pourquoi ? Il me semble que c’est parce qu’elle ne suscite pas le respect. On peut l’aimer, on peut l’admirer, mais la respecter au point de la prendre pour maître de vie, c’est impossible, il y a trop de rose sur elle, et même trop de rose en elle.

34Au reste, Guippius n’a ni vécu, ni voulu exercer une telle influence, elle n’en avait pas besoin. Déterminé en grande partie par sa nature féminine, son objectif, en poésie et dans la vie, a été compris par les auteurs de mémoires les plus sensibles, ceux qui savaient séparer les mythes, même conçus et construits avec ingéniosité, de l’essence de l’être humain et de l’écrivain Zinaïda Guippius. On dit que la meilleure formulation de cette situation revient à A. L. Volynski. C’est donc par une citation tirée de ses mémoires que nous terminerons notre article :

  • 28 Волынский [Volynski] А. Л., Русские женщины [Les femmes russes], op. cit., p. 261.

При всей прелести деталей, при сильфидной пленительности походки, жестов и воздушной мимики, в тембре её существа слышался всегда тревожный крик треснувшего стекла. Это чувствовалось решительно всеми и превращало отношения к З. Н. Гиппиус, несмотря на неугомонную её амуреточную игру, в некую литургию. Вы невольно приобщались к телу и крови этой женщины-девушки28.

  • 8 Dans les mythologies celtique, gauloise et germanique, les mots « sylphide » (au féminin) et « sylp (...)

Nonobstant tout le charme des détails, nonobstant l’attrait de sa démarche, de ses gestes et de ses mimiques aériennes de sylphide8, on entendait toujours dans le timbre de son être le cri inquiet du verre qui se fissure. Tout le monde le ressentait, et en dépit de son inlassable jeu d’amourette, les relations avec Z. N. Guippius se transformaient en une liturgie. Sans le vouloir, on communiait avec le corps et avec le sang de cette femme-adolescente.

Notes

1 Ронен [Ronen] О., Из города Энн [De la ville d’Ann], Санкт-Петербург, изд. журнала « Звезда », 2005, p. 56.

2 Voici ses paroles, essentielles dans le contexte de nos raisonnements :

 

Поскольку между клиническими данными Философова и наблюдениями Берберовой прошло без малого сорок лет, я часто хотел процитировать последнюю строчку известного детского стишка про даму, которая сдавала в багаж картину, корзину, картонку и маленькую собачонку… (Ibid., p. 56-57).

Puisque entre les données cliniques de Filossofov et les observations de Berbérova un peu moins de quarante ans se sont écoulés, j’ai souvent voulu citer le dernier vers d’une célèbre poésie pour les enfants à propos d’une dame, qui faisait enregistrer comme bagages un tableau, un panier, un carton et un petit chien…

 

Rappelons à tout hasard le distique qui clôt la poésie Le bagage [Багаж] de S. Ia. Marchak, évoquée dans ce passage : « Cependant, en chemin/ Le chien a pu grandir. » [« Однако за время пути/ Собака могла подрасти. »]

3 Cf. Маковский [Makovski] С. К., На Парнасе Серебряного века [Sur le Parnasse de l’Âge d’argent], Мюнхен, изд. Центрального Объединения Политических Эмигрантов из СССР (ЦОПЭ), 1962, p. 89.

4 Ibid., p. 90.

5 Брюсов [Brioussov] В. Я., Дневники 1891-1910 [Journaux intimes 1891-1910], Москва, изд. Сабашниковых, 1927, p. 109. De petites corrections sont apportées au passage cité d’après l’autographe conservé dans RGB, fonds 386, carton 1, dossier 16, f° 2.

6 Брюсов [Brioussov] В. Я., Дневники 1891-1910 [Journaux intimes 1891-1910], op. cit., p. 110.

7 RGB, fonds 386, carton 1, dossier 16, f ° 7-7v. Le texte édité ne contient que les deux premières phrases et demie de ce passage. Cf. Брюсов [Brioussov] В. Я., Дневники 1891-1910 [Journaux intimes 1891-1910], op. cit., p. 113.

8 Cette expression est tirée de l’essai « Une sylphide » [« Сильфида »], composé en 1923 et publié pour la première fois dans Волынский [Volynski] А. Л., Русские женщины [Les femmes russes], Евстигнеева [Ievstignéiéva] А. Л., представление, комм., публ., Минувшее – Исторический альманах [Le Passé – Almanach historique], Москва – Санкт-Петербург, Atheneum – Феникс, т. 17, 1994, p. 260.

9 Cf. Павлова [Pavlova] М. М., Рабинович [Rabinowitz] С., вступ. ст., комм., Павлова [Pavlova] М. М., Яковлева [Iakovléva] К. В., подготовка текста, « Русские Модернен – Зинаида Гиппиус и Николай Минский (Из писем Любови Гуревич к Эдгару Мешингу) » [« Les Modernen russes – Zinaïda Guippius et Nikolaï Minski (Lettres choisies de Lioubov Gourévitch à Edgar Mesching) »], Русская литература [La Littérature russe], Санкт-Петербург, no 2, 2010, p. 100-128.

10 Voir, par exemple, Matich O., Paradox in the Religious Poetry of Zinaida Gippius, München, W. Fink Verlag, 1972, p. 14-26 ; Лавров [Lavrov] А. В., Русские символисты – Этюды и разыскания [Les symbolistes russes – Études et recherches], Москва, Прогресс – Плеяда, p. 12-16. Dans la mesure du possible, nous avons également essayé de le décrire dans Богомолов [Bogomolov] Н. А., Русская литература первой трети хх века – Портреты. Проблемы. Разыскания [La littérature russe du premier tiers du xxe siècle – Portraits. Problèmes. Recherches], Томск, Водолей, 1999, p. 10-13.

11 Волынский [Volynski] А. Л., Русские женщины [Les femmes russes], op. cit., p. 260.

12 RGALI, fonds 459, inventaire 1, dossier 2631, f° 27-28. Relevons que Guippius se prétend un tout petit peu « plus âgée » : en réalité, elle n’est pas née en 1868, mais en 1869.

13 Пахмусс [Pachmuss] Т. А., « Борис Савинков в жизни Зинаиды Гиппиус » [« Boris Savinkov dans la vie de Zinaïda Guippius »], Памятники культуры. Новые открытия – Ежегодник 1997 [Les Monuments de la culture. Les Découvertes – Annuaire 1997], Москва, Наука, 1998, p. 105-109.

14 Extraits des notes du 4 mars et du 26 septembre 1895, voir Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Journaux intimes], 2 т., т. 1, Москва, Интелвак, 1999, p. 52-53.

15 Гиппиус [Guippius] З. Н., На берегу Ионического моря [Au bord de la mer Ionienne], Мир искусства [Le Monde de l’art], Санкт-Петербург, no 7-12, 1899.

16 Voir la note du 16 août 1899 dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 60-61. Deux articles, dont les textes concordent pratiquement, sont consacrés aux narrations de Guippius sur Taormina : Томсон [Thomson] Р. Д. В., « Мужское “я” в творчестве Зинаиды Гиппиус : литературный приём или психологическая потребность ? » [« Le “je” masculin dans l’œuvre de Zinaïda Guippius : procédé littéraire ou besoin psychologique ? »], Преображение – Русский феминистский журнал [La Transfiguration – Revue féministe russe], Москва, no 4, 1996, p. 138-149 ; Томсон [Thomson] Р. Д. В., « Встреча в Таормине : три редакции одной истории » [« Une rencontre à Taormina : trois rédactions d’une même histoire »], in Королёва [Koroliova] Н. В., ред. - сост., Зинаида Николаевна Гиппиус – Новые материалы. Исследования [Zinaïda Nikolaïevna Guippius – Nouveaux matériaux. Recherches], Москва, ИМЛИ РАН, 2002, p. 262-273.

17 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 61.

18 Parue dans la variante allemande de Wikipedia, l’information la plus récente sur la personnalité d’Overbeck, restée jusqu’ici énigmatique, laisse planer des doutes : elle ne serait pas une jeune fille naïve, mais une séductrice expérimentée, qui vivait aux dépens de protectrices aisées et influentes.

19 Гиппиус [Guippius] З. Н., Конец [La fin, 1901], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1999, p. 106.

20 Гиппиус [Guippius] (Мережковская) З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], Париж, YMCA-Press, 1951, p. 134, 136-137.

21 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Слова и люди [Les mots et les hommes], Последние новости [Les Dernières Nouvelles], Париж, no 4083, 27. V. 1932. Ce texte a été réédité dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Арифметика любви – Неизвестная проза 1931-1939 годов [L’arithmétique de l’amour – Prose inconnue des années 1931-1939], Санкт-Петербург, Росток, 2003, p. 405-423.

22 Бенуа [Benois] А., Мои воспоминания [Mes souvenirs], 2 т., т. 2, книги третья-четвёртая-пятая, Москва, Наука, 1990, p. 440.

23 Cité d’après la variante manuscrite du livre sur Mérejkovski (RGB, fonds 318, carton 1394, dossier 1), qui a subi par endroits une vaste correction de V. A. Zlobine. Pour le texte publié, voir Гиппиус [Guippius] (Мережковская) З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], op. cit., p. 181.

24 Leeds Russian Archive, archive d’I. A. Bounine et de son épouse V. N. Bounina (née Mouromtséva), 1067/375. Les feuilles dactylographiées ne sont pas numérotées.

25 Leeds Russian Archive, archive d’I. A. Bounine et de son épouse V. N. Bounina, 1067/375.

26 Pour plus de détails sur cette union et son activité, voir Осьминина [Osminina] Е., « “Мы объявим […] наш Союз Духа существующим…” – Мережковские и Н. В. Чайковский в 1920-е » [« “Nous déclarerons notre Union de l’Esprit […] effective…” – Les Mérejkovski et N. V. Tchaïkovski dans les années 1920) »], Диаспора – Новые материалы [Diaspora – Nouveaux matériaux], Париж – Санкт-Петербург, Atheneum – Феникс, т. V, 2003, p. 611-627.

27 Leeds Russian Archive, archive d’I. A. Bounine et de son épouse V. N. Bounina, 1067/375.

28 Волынский [Volynski] А. Л., Русские женщины [Les femmes russes], op. cit., p. 261.

Notes de fin

1 Il s’agit du 25. XII/07. I. Dans la tradition orthodoxe, les festivités, liées à la Noël, couvrent douze jours et comportent une période d’avant Noël (предпразднество) qui dure cinq jours (du 20. XII/02. I au 24. XII/06. I), ainsi qu’une période d’après Noël (попразднество) qui dure six jours (cf. Энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона [Le dictionnaire encyclopédique de Brockhaus et Efron], 86 т., Москва, version numérique 2004 (1re éd. Санкт-Петербург, 1890-1907) ; Большая энциклопедия Кирилла и Мефодия [La grande encyclopédie de Cyrille et Méthode], Москва, компания « Кирилл и Мефодий », version numérique, 2007).

2 Zinotchka [Зиночка] est un diminutif du prénom Zinaïda [Зинаида].

3 Cette expression est certainement une citation déformée et contractée de l’Évangile selon saint Matthieu (5 : 29-30) :

 

Si ton œil droit est pour toi une occasion de péché, arrache-le et jette-le loin de toi : il t’est plus avantageux de perdre un seul de tes membres que de voir tout ton corps jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de péché, coupe-la et jette-la loin de toi : il t’est plus avantageux de perdre un seul de tes membres que de voir tout ton corps jeté dans la géhenne.

 

Je remercie un des deux experts du présent manuscrit pour cette information précieuse.

4 Volynski Akim Lvovitch [Волынский Аким Львович] est un pseudonyme de Flekser Khaïm Léibovitch [Флексер Хаим Лейбович]. Dans son journal Contes d’amour, Guippius utilise le nom Flekser [Флексер].

5 Il s’agit du roman de Boris Savinkov, paru en 1909 sous le pseudonyme V. Ropchine [В. Ропшин].

6 Zina [Зина] est encore un diminutif du prénom Zinaïda [Зинаида].

7 Nata [Ната], Natalia Nikolaïevna, et Tata [Тата], Tatiana Nikolaïevna, sont les sœurs de Zinaïda Nikolaïevna Guippius. Volodia [Володя], Vladimir Ananiévitch Zlobine, est le secrétaire du couple Mérejkovski.

8 Dans les mythologies celtique, gauloise et germanique, les mots « sylphide » (au féminin) et « sylphe » (au masculin), provenant du latin « sylphus » (« génie »), désignent des génies de l’air. Sous la plume d’A. L. Volynski – critique et théoricien d’art, passionné par le ballet – le terme « démarche de sylphide » [« сильфидная походка »] renvoie sans doute au ballet La Sylphide créé par Filippo Taglioni à l’Opéra de Paris en 1832 (musique de J. Schneitzhöffer, livret d’A. Nourrit d’après le conte Trilby, ou le Lutin d’Argail de Ch. Nodier, costumes de Lami). Dans ce premier des « ballets blancs », l’interprète principale Maria Taglioni, danseuse éthérée à la technique aérienne, était vêtue d’un tutu en mousseline blanche. C’est cette danse ballonnée, enveloppée dans de la gaze vaporeuse qui sera la caractéristique principale du ballet romantique. En 1837, Maria Taglioni quitte Paris pour poursuivre pendant cinq ans sa carrière à Saint-Pétersbourg. On retrouve des échos de La Sylphide dans Les Sylphides [Сильфиды], ballet du danseur et chorégraphe russe Mikhaïl Fokine sur des œuvres pour piano de Frédéric Chopin (arrangées pour orchestre par A. K. Glazounov) et présenté pour la première fois en 1907 à Saint-Pétersbourg sous le titre de Chopiniana [Шопениана]. Je remercie un des deux experts du présent manuscrit pour l’information précieuse au sujet des « ballets blancs ».

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search