Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

IV. Zinaïda Guippius face à ses contemporains : le point de vue du genre

Z. N. Guippius dans les journaux intimes de S. P. Kabloukov : le point de vue du genre

Margarita Pavlova
Traduction de Olga Blinova

Texte intégral

  • 1 Каблуков [Kabloukov] С. П., Дневники 1909-1917 [Journaux intimes 1909-1917], OR RNB, fonds 322 (...)
  • 2 Sont actuellement publiés les fragments de ces journaux intimes sur l’histoire des relations de leu (...)

1Les journaux intimes de S. P. Kabloukov, conservés au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie1, retiennent l’attention des chercheurs du modernisme russe depuis quelques décennies. Les fragments publiés de ce monument unique, qui reflète la vie culturelle de l’intelligentsia pétersbourgeoise des années 1910, sont largement connus et souvent cités2.

  • 3 Гончарова [Gontcharova] Е. И., вступ. ст., сост., подготовка текстов, комм., Письма Мережковских к (...)
  • 4 Depuis que notre article a été rédigé pour le présent recueil, deux publications d’Ié. M. Krivolapo (...)

2Dans ces journaux intimes, les activités socio-religieuses et littéraires du couple Mérejkovski, et avant tout de Zinaïda Guippius, occupent une place de choix : elle est l’un des personnages centraux de la chronique de Kabloukov, au même titre que Vassili Rozanov, Viatcheslav Ivanov, Ossip Mandelstam et Ilia Répine. Certains épisodes de ces journaux liés au nom de Z. Guippius (par exemple l’histoire de son amitié avec Boris Savinkov) ont été discutés sous tous leurs aspects dans des publications scientifiques3. Cependant, l’intégralité du matériau que l’on peut appeler « texte guippiussien » des journaux de Kabloukov, n’est toujours pas étudiée4 ; dans le présent article, je ne m’arrêterai que sur les particularités de ce « texte » qui permettent d’apporter des précisions sur le point de vue du genre chez Guippius.

Ill. 9 : Photographie de S. P. Kabloukov, tirée de l’ouvrage d’A. A. Iermitchov, La Société religieuse et philosophique à Saint-Pétersbourg 1907-1917.

  • 5 Kabloukov a enseigné au lycée technique no 3, au lycée no 7 pour garçons et au lycée privé d’A. P. (...)
  • 6 Parmi les amis de Kabloukov, se trouvent d’éminents interprètes de musique sacrée : Ivan Iakovlévit (...)
  • 7 On peut citer avant tout :
    – Antoni (Khrapovitski Alekseï Pavlovitch, 1864-1936) qui appartient à l’ (...)
  • 8 Voir, par exemple, Голлербах [Gollerbakh] Е. А, К незримому граду – Религиозно-философская группа « (...)

3Sergueï Platonovitch Kabloukov (1881-1919) était noble de naissance. Diplômé de la faculté de physique et mathématiques de l’Université de Saint-Pétersbourg en 1906, il enseigna les mathématiques dans différents établissements scolaires de la capitale5. C’était un homme profondément religieux (il commençait chacune des notes de son journal par des extraits de l’ordo [церковный календарь], ainsi que de l’almanach ecclésiastique [святцы]), c’était un fin connaisseur de l’histoire ecclésiastique, amateur passionné de musique sacrée6 qui disposait d’un large réseau de relations dans le milieu de l’orthodoxie (parmi ses connaissances, on trouve des hauts dignitaires ecclésiastiques de son temps7). Il était au courant de tous les événements de la vie intérieure de l’Église, des légalisations du Saint-Synode, des congrès monastiques, des projets de lois ecclésiastiques de la Douma, de la réforme de l’éducation ecclésiastique, etc. (pendant l’été 1917, il fut délégué par la Commission des affaires du monachisme auprès du Saint-Synode au Congrès des ecclésiastiques et des laïques de toute la Russie, ainsi qu’au Congrès des représentants des monastères pour hommes8).

4La liste des livres acquis et lus par Kabloukov, qu’il fait figurer régulièrement sur les pages de son journal, le caractérise comme un homme aux centres d’intérêt éclectiques dans le domaine des sciences humaines, attentif aux créations des modernistes, aux questions religieuses et philosophiques, sociales et politiques.

  • 9 Cf. Голлербах [Gollerbakh] Е. А., « В. В. Розанов и издательство “Пантеон” » [« V. V. Rozanov et le (...)
  • 10 Kabloukov occupe cette fonction jusqu’en janvier 1913, puis il est remplacé par Al. N. Tchébotarevs (...)

5En mars 1909, probablement avec l’aide de Vassili Rozanov (ils se sont liés d’amitié en 19089), Kabloukov devient membre actif de la Société religieuse et philosophique, puis secrétaire du conseil de la Section chrétienne nouvellement formée pour étudier les questions d’histoire, de philosophie et de mystique du christianisme. En novembre 1909, il est élu membre du conseil et secrétaire de la Société, à la place laissée vacante par Dmitri Filossofov10.

6Au mois de mars 1909, Kabloukov commence à consigner ses notes socio-littéraires. La page de titre du premier cahier conservé porte le sous-titre « Partie II ». Nous ne possédons pas la partie précédente (« Partie I ») du journal. Elle a vraisemblablement été détruite par son auteur, parce qu’elle n’avait qu’un contenu strictement personnel.

7La rencontre entre Kabloukov et les Mérejkovski a lieu lors d’une réunion de la Société religieuse et philosophique. Le 5 avril 1909 il note dans son journal :

  • 11 Mikhaïl (Sémionov Pavel Vassiliévitch, 1873-1916), archimandrite, membre actif de la Société religi (...)
  • 12 Valentin Pavlovitch Sventsitski (1882-1931), publiciste religieux, écrivain, il collabore aux pério (...)
  • 13 Le poème de Z. Guippius Pétersbourg [Петербург, 1909] est publié pour la première fois dans la revu (...)
  • 14 Le cirque Ciniselli, porte le nom de son fondateur, Gaetano Ciniselli (1815-1881), artiste italien, (...)
  • 15 Mikhaïl Aleksandrovitch Novossiolov (1864 – après 1938), écrivain religieux, philosophe, éditeur ; (...)
  • 16 OR RNB, fonds 322, dossier 3, f° 178, 181.

Вчера я был у Д. С. Мережковского на заседании Совета Рел[игиозно-] Ф [илософ] ского Об[щест] ва. […] До и после заседания много говорили с Зинаидой Николаевной Гиппиус, о еп. Михаиле11 и о старообрядчестве, о Петербурге, о Вал. Павл. Свенцицком, даровитом юноше, изгнанном из московских религиозно-философских кружков за соблазнение 3-х барышень, от которых он имел и детей, в то время как восхвалял аскетизм12. Эти подробности были для меня новостью. Говорили о ее стихах, о стихотворении «Петербургу» [так!], которое должно появиться в «Речи» сегодня13, и о несчастном случае в цирке «Чинизелли»14, который по нашему мнению имеет провиденциально-символическое значение. Упомянула также З. Н. о странном союзе Эрна, Булгакова и даже Бердяева с Михаилом Ал[ексан] дровичем Новосёловым15, бывшим толстовцем, ныне церковником, истинно русским человеком, защищающим смертную казнь16.

J’étais hier à la réunion du Conseil de la So[cié]té Rel[igieuse] et Ph[ilosophi]que chez D. S. Mérejkovski. […] Avant et après la réunion, nous avons beaucoup parlé avec Zinaïda Nikolaïevna Guippius de l’évêque Mikhaïl et de la vieille foi, de Pétersbourg, de Val. Pavl. Sventsitski, jeune homme talentueux, chassé des cercles religieux et philosophiques moscovites pour avoir séduit trois demoiselles, avec lesquelles il a même eu des enfants, tandis qu’il vantait l’ascétisme. Ces détails étaient nouveaux pour moi. Nous avons parlé des vers de Zinaïda Nikolaïevna, de son poème À Pétersbourg [sic !], qui doit paraître dans La Parole d’aujourd’hui, et de l’accident au cirque « Ciniselli » qui, selon nous, a un sens providentiel et symbolique. Z. N. a également évoqué l’alliance bizarre d’Ern, de Boulgakov et même de Berdiaev avec Mikhaïl Al[eksan] drovitch Novossiolov, ancien adepte des idées de Lev Tolstoï, aujourd’hui ecclésiastique, homme authentiquement russe, qui défend la peine capitale.

8À la suite de cette première évocation de Z. Guippius, Kabloukov note plus ou moins régulièrement durant presque dix ans toutes ses rencontres avec elle, le contenu de leurs conversations, y compris celles au téléphone. Il recopie ou colle dans son journal les lettres de Guippius, recopie ses propres réponses, collectionne les publications de Guippius dans les périodiques et les articles critiques sur elle, de même que les autographes des poèmes et récits qu’elle lui offre. Il relate ce qui se passe pendant les réunions de la Société religieuse et philosophique, qui se tiennent dans l’appartement des Mérejkovski.

9Dans ses notes, tous les événements les plus marquants de la vie intellectuelle et littéraire de Saint-Pétersbourg sont focalisés sur l’activité de la Société religieuse et philosophique et sur le couple Mérejkovski, avec une priorité réelle, quoique non manifeste, donnée à Guippius.

  • 17 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour (1893-1904), in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Jo (...)
  • 18 Tatiana Nikolaïevna Guippius (1877-1957) est l’une des trois sœurs cadettes de Z. Guippius (ses pro (...)
  • 19 La citation est tirée de la préface qui ouvre le huitième livre de poésies de F. Sologoub, cf. Соло (...)
  • 20 Cf. Кузмин [Kouzmine] М. А., Дневник 1905-1907 [Journal intime 1905-1907], Богомолов [Bogomolov] Н. (...)

10Cette dernière savait que Kabloukov tenait des journaux intimes, et les a probablement lus. Dans le cénacle du couple Mérejkovski, l’échange de notes intimes est courant. Le journal intime de Guippius Contes d’amour17 est un secret de Polichinelle, comme on peut le voir dans le texte de Kabloukov (voir ci-dessous la note du 5 juin 1909). Elle envoie pour lecture à Dmitri Filossofov ou à Vladimir Zlobine ses journaux intimes, qui leur sont destinés. Les « journaux intimes » de Tatiana Guippius18 contenant les comptes rendus de la vie de la communauté néo-chrétienne des Mérejkovski, sont lus par tous les membres de la communauté à tour de rôle. Une telle désacralisation du texte intime – « je veux que l’intime devienne universel » [« хочу, чтоб интимное стало всемирным »], écrit Fiodor Sologoub19 – est dans l’air du temps : Mikhaïl Kouzmine lit ses journaux intimes publiquement dans la « tour » de Viatcheslav Ivanov20.

11On peut supposer que Guippius a carrément utilisé Kabloukov pour atteindre ses objectifs. Les qualités personnelles de ce dernier – la rigueur, la ponctualité et une certaine étroitesse d’esprit qui apparaît dans son incapacité à être créatif dans le traitement de l’information – ont permis à Guippius de faire passer son propre texte dans le journal intime de Kabloukov : elle y développe l’historique de ses mérites littéraires et, avant tout, de ses mérites publics tels qu’elle les conçoit.

12Dans l’entourage proche des Mérejkovski, Kabloukov correspond mieux que quiconque au rôle de biographe. Il n’a aucun penchant artistique, tout en ayant beaucoup de relations dans les milieux littéraire et ecclésiastique. Les comptes rendus de ses rencontres avec Viatcheslav Ivanov, Vassili Rozanov, Ilia Répine, avec les évêques Antonin et Mikhaïl, les lettres et les coupures de presse collées dans ses journaux intimes (la plupart contenant des publications du couple Mérejkovski et de Filossofov, ainsi que des articles sur eux), tous ces matériaux sont automatiquement inclus dans un contexte plus large. Guippius sait, sans aucun doute, que les journaux intimes de Kabloukov ont une valeur socio-littéraire et sont destinés par leur auteur à la publication (posthume).

13Néanmoins, elle ne s’est jamais passionnée pour Kabloukov, il n’a jamais été l’objet de son désir. Elle sait qu’il est amoureux d’elle, et, en canalisant l’énergie de ce sentiment platonique non partagé, elle le manipule facilement pour en faire le biographe qui lui convient.

  • 21 C’est un fragment de la dédicace que Rozanov inscrit sur son livre Les impressions italiennes [Итал (...)

14À la mi-octobre 1909, Rozanov qui, peu de temps avant cela, appelait Kabloukov son « fidèle écuyer plein d’abnégation21 » [« преданный и самоотверженный оруженосец »], lui écrit :

  • 22 Ivan Ivanovitch Mitiournikov est le propriétaire d’une librairie qui, dans les années 1902-1914, se (...)
  • 23 OR RNB, fonds 322, dossier 7, f° 27-28. La lettre est collée dans le journal intime de Kabloukov av (...)

Это чёрт знает что!! […] Вы были летом орёл, а теперь – мокрая курица. Даже без хвоста. Или воробей по осени!!! Вы совсем втюрились в Вашу Зиночку («рыбак рыбака видит из далека») и забыли Богданова, меня, Митюрникова22, всё забыли23!!

Le Diable sait ce que c’est !! […] En été, vous étiez un aigle, et maintenant, vous êtes une poule mouillée. Et sans queue en plus. Ou un moineau en automne !!! Vous vous êtes complètement amouraché de votre Zinotchka (« qui se ressemble s’assemble ») et vous nous avez oubliés, Bogdanov, Mitiournikov et moi, vous avez tout oublié !!

  • 24 OR RNB, fonds 322, dossier 4, f° 113.

15Kabloukov est en effet tombé sous le charme de Guippius, qui devient presque une idole pour lui. Le 11 mai 1909, dans son journal intime, il colle le portrait de Guippius, découpé dans une revue, et recopie les renseignements biographiques de l’entrefilet qui l’accompagne24.

16Le 31 décembre 1909, sur la liste des « événements de sa vie extérieure » [« событий своей внешней жизни »] les plus remarquables de l’année écoulée, Kabloukov note :

  • 25 Ibid., f° 270.

Охлаждение ко мне В[асилия] В[асильевича] Розанова25 […].

Refroidissement de V[assili] V[assiliévitch] Rozanov à mon égard […].

  • 26 Journal intime de 1911, ibid., dossier 17, f° 375.

17Il sera le premier (en novembre 191126) à proposer d’exclure Rozanov de la Société religieuse et philosophique.

  • 27 Aglaïda Petrovna Nikiforova (1874 – pas avant 1917) est directrice du lycée privé pour jeunes fille (...)

18En peu de temps, sous l’influence de ses nouveaux amis, Kabloukov passe « à gauche », il s’éloigne de Rozanov et se rapproche de l’évêque schismatique Mikhaïl. Les Mérejkovski comptent sur l’alliance avec ce dernier pour leurs projets d’activité socio-religieuse. Des changements se sont également produits dans la conception du monde de Kabloukov. En février 1910, il expose son nouveau « symbole de foi » [« символ веры »], intitulé « Ma profession de foi » [« Мое исповедание »], et l’envoie à sa « dame de cœur »27. Tout ce texte donne l’impression d’être rédigé sous la dictée de Z. Guippius, son contenu correspondant aux « statuts » secrets de la communauté Mérejkovski (célibat, rupture avec l’Église Synodale, etc.). J’en cite quelques extraits :

  • 28 OR RNB, fonds 322, dossier 8, f° 187-189. Il s’agit d’une lettre dans une enveloppe, collée dans le (...)

I. Я отрицаю для себя всякую возможность общения с Синодальной Русской Церковью в таинствах, как сейчас, так и впредь навсегда. Даже и погребение моё невозможно при участии синодального священника.
II. Брак не признаю церковным таинством, считаю любовь муже-женскую частным делом (Privatsache) каждого и каждой и отрицаю допустимость вмешательства в эту область и Церкви и Государства (храма и «мэрии»).
III. Я отрицаю всякое государство, хотя бы и социалистическое, всякую власть, семью, быт, все кровные связи, родственные и прочие и признаю вечною связью только ту, которая основана на единомыслии[…].
IV. Взамен этого я утверждаю полную свободу автономной человеческой личности, поскольку она самоопределилась в данной особи, и не признаю никаких законов, так или иначе стесняющих полноту этой свободы.
V. В своей личной жизни всегда буду отъединяться от тех, кто сознательно служит тем злым установлениям, которые я отверг в п [ункте] III. […]
VI. Всякие светские связи, условности, приличия, бытовой уклад жизни и, особенно, общепринятые светские увеселения отвергаю вполне и бесповоротно.
VII. Любовь муже-женскую не отвергаю и не считаю ее преступной и безнравственной, но исповедую, что она не входит в христианство и нынешнюю Церковь, как не входят в христианство чистая наука, чистое искусство, чистая эстетика.
Как не откажусь от искусства, науки и вообще культурного творчества, утверждая их ценность, так принимаю и любовь, которая есть переживание особого рода.
– – –
Признаю, что должен был объявить всё это прежде, чем открыл, что люблю Вас. В этом каюсь. Но думаю, что и сейчас не поздно… Мне остаётся сказать, что я люблю Вас, и буду любить, как бы Вы ни поступили. Может быть, отвергнув мою любовь, Вы сохраните для меня свою дружбу. Не помирюсь я только с Вашим замужеством…
С. Каблуков28

 

I. Je nie pour moi toute possibilité de relations avec les sacrements de l’Église Synodale Russe, maintenant et à jamais. La présence même d’un prêtre synodal à mon enterrement est impossible.
II. Je ne reconnais pas le sacrement du mariage, je considère l’amour homme-femme comme l’affaire privée (Privatsache) de chacun et de chacune et je nie l’ingérence dans ce domaine aussi bien de l’Église que de l’État (du temple et de la « mairie »).
III. Je nie tout État, même socialiste, tout pouvoir, je nie la famille, la vie familiale, les liens du sang, de parenté ou autres, et je ne reconnais comme lien éternel que celui fondé sur la communauté d’idées[…].
IV. En échange de quoi, j’affirme la liberté totale de la personne humaine autonome, pour autant que l’individu l’ait choisie lui-même, et je ne reconnais aucune loi, qui restreigne d’une manière ou d’une autre la plénitude de cette liberté.
V. Dans ma vie personnelle je m’isolerai toujours de ceux qui servent consciemment les institutions scélérates que j’ai rejetées dans le p[oint] III. […]
VI. Je rejette totalement et irrévocablement toutes les relations mondaines, les conventions et les convenances, le mode de vie familial, et surtout les divertissements mondains communément admis.
VII. Je ne rejette pas l’amour homme-femme et ne le considère pas comme criminel ni immoral, mais je professe qu’il ne fait pas partie du christianisme, ni de l’Église actuelle, comme n’en font pas partie ni la science pure, ni l’art pur, ni l’esthétique pure.
Comme je ne refuse ni l’art, ni la science, ni la création culturelle en général, en affirmant leur valeur, de même, j’accepte l’amour qui est une expérience d’un genre particulier.
– – –
Je reconnais que j’aurais dû annoncer tout cela avant de vous dévoiler que je vous aime. Je m’en repens. Je pense néanmoins qu’il n’est pas trop tard encore… Il me reste à dire que je vous aime et vous aimerai quelle que soit votre réaction. Peut-être, tout en refusant mon amour, me garderez-vous de l’amitié. Il n’y a qu’avec votre mariage que je ne me réconcilierai pas…
S. Kabloukov

19Kabloukov a certainement été initié à la vie religieuse de la « communauté », bien que les preuves directes de sa participation aux liturgies soient absentes de ses journaux intimes. Le 29 septembre 1909 il écrit :

  • 29 Ibid., dossier 7, f° 7.

Сегодня Мережков[ские] звали меня на всенощную или на вечерню в молельню своего «толка». Я отказался по причине усталости29.

Aujourd’hui les Mérejkov[ski] m’ont invité à un office de nuit ou à des vêpres dans une maison de culte de leur « orientation ». J’ai décliné pour cause de fatigue.

  • 30 OR RNB, fonds 322, dossier 12, f° 177. Sur cette page est collée la lettre d’A. V. Kartachov du 23 (...)
  • 31 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], in Гиппиус [Guippius] (...)
  • 32 OR RNB, fonds 322, dossier 9, f° 106, 114, 131, 148.

20Dans une note de janvier 1910, il est question de l’invitation reçue par Kabloukov de la part d’A. V. Kartachov de venir à la datcha, chez les sœurs Tatiana et Natalia Guippius, pour fêter la Noël30 (on avait l’habitude à Noël de célébrer une liturgie). Les Mérejkovski dévoilent sûrement à Kabloukov (y compris comme « biographe ») les « secrets » de leur vie religieuse. Il connaît le but véritable du voyage en France de Kartachov, Tata et Nata en mars 1910 : la « fratrie tripartite » des cadets est allée à Boulouris pour rencontrer les aînés afin de célébrer ensemble la liturgie de Pâques. Ce « moment historique » est consigné par Guippius dans ses notes secrètes Sur ce qui Fut (1899-1914)31 [О Бывшем (1899-1914)] et dans le journal intime de Kabloukov, où il a collé scrupuleusement toutes les cartes postales de Pâques envoyées de France par Guippius, Mérejkovski, Filossofov et Kartachov32.

21Dans son journal intime, on trouve de nombreux témoignages sur les relations « fraternelles » de part et d’autre ; par exemple, le 11 mars 1910 Kabloukov note :

  • 33 Il s’agit probablement de Nikolaï Aleksandrovitch Ratkov-Rojnov, le mari de Zinaïda Vladimirovna (n (...)
  • 34 OR RNB, fonds 322, dossier 9, f° 2.

Вчера уехали Мережковские и Д. В. Философов. Я был у последнего вчера в 3 ч. (уехали они в 6 ч. попол[удню]) для подписи духовного завещания Димитрия [так!] Сергеевича в качестве 2-го свидетеля (1-ый свидетель д. с. с. Ратьков-Рожнов33). […] С Философовым простился я нежно и любовно. Братски и крепко поцеловались. Последние его слова были : «мы вместе много пережили за этот год. Спаси вас Христос»34.

Hier, les Mérejkovski et D. V. Filossofov sont partis. J’étais chez ce dernier à 3 heures (ils sont partis à 6 heures de l’après-m[idi]) pour signer le testament de Dimitri [sic !] Serguéiévitch en tant que 2e témoin (le premier témoin est le conseiller d’État actuel Ratkov-Rojnov). […] J’ai fait mes adieux à Filossofov avec tendresse et amour. Nous nous sommes embrassés fraternellement et fortement. Ses derniers mots ont été : « nous avons traversé ensemble beaucoup d’épreuves cette année. Que Dieu vous garde ».

22Cependant il n’y a pas une entente parfaite entre Kabloukov et les Mérejkovski sur les questions religieuses. Des désaccords se sont d’ailleurs manifestés dès leur rapprochement. Le 24 avril 1909, Kabloukov en parle dans son journal :

  • 35 Ibid., dossier 4, f° 37-39.

Вчерашнее моё посещение Мережковских, длившееся 4 ½ часа, имеет особо важное значение. Мы выяснили пункты взаимного несогласия и согласия. Главным несогласием является взгляд Мережковских на иерархию, как на нечто, что должно быть преодолено. Кроме того, они полагают, что санкция общины есть условие необходимое и достаточное, чтобы быть, считать себя посвящённым. Преемственности иерархии […] они не принимают. Мотив: единый епископ есть Иисус Христос и Он всегда с членами Церкви, так что не нужен никакой его «наместник». Есть некоторое, но весьма неважное разногласие и в вопросе о Предании. Много говорили о преосв. еп. Михаиле и о деятельности Религиозно-Философского Об[щест] ва в буд[ущем] ак[адемическом] году. Почти остановились на мысли основать секцию для религиозной пропаганды среди рабочих, предоставив Общество тем, кто думает работать в направлении церковной реформации35.

Ma visite d’hier chez les Mérejkovski, qui a duré 4 heures et ½, a une signification particulièrement importante. Nous avons tiré au clair les points d’accord et de désaccord mutuel. Le désaccord essentiel touche le point de vue des Mérejkovski sur la hiérarchie comme sur quelque chose qui doit être surmonté. En outre, ils pensent que la sanction de la communauté est une condition nécessaire et suffisante pour être et se considérer initié. Ils n’admettent point […] la succession dans la hiérarchie. Le motif en est le suivant : l’unique évêque est Jésus-Christ, et Il est toujours avec les membres de l’Église, c’est pourquoi on n’a pas besoin d’un quelconque « gouverneur ». Il existe encore un désaccord mineur sur la question de la Légende. Nous avons beaucoup parlé de son Éminence, l’évêque Mikhaïl, et de l’activité de la So[cié]té Religieuse et Philosophique pour la proch[aine] année univ[ersitaire]. Nous nous sommes presque fixés sur l’idée de fonder une section pour la propagande religieuse dans le milieu ouvrier en laissant la Société à ceux qui pensent travailler dans le sens de la réforme ecclésiastique.

23Et voici la note du 26 septembre 1909 :

  • 36 Ibid., dossier 7, f° 3.

Свидание с Мережковскими и с еп. Михаилом у Мережковских. […] Моё расхождение с М [ережковски] ми по вопросу о переводе богосл[овских] текстов на русский язык и по вопросу о допустимости насилия. Странное представление Зин. Н. нашей «общины» как христианской партии «с.-р.». Вопрос о действии. Вопрос о таинствах, догматическом минимуме и о священстве36.

Rendez-vous avec les Mérejkovski et avec l’évêque Mikhaïl chez les Mérejkovski. […] Désaccord avec les M [érejkovski] sur la question de la traduction des textes théol[ogiques] en russe et sur le caractère acceptable de la violence. Vision bizarre de Zin. N. de notre « communauté » comme d’un parti chrétien « s.-r. » [« socialiste-révolutionnaire » – N. d. T.]. Question sur l’action. Question sur les sacrements, sur le minimum dogmatique et sur le sacerdoce.

24La polémique entre Kabloukov et Guippius sur les questions de la réforme de l’Église est reflétée dans leur correspondance, dans le contenu de leurs conversations reproduites dans les journaux intimes de Kabloukov, ainsi que dans les notes sur les entretiens de Kabloukov avec A. V. Kartachov. Par exemple, le 11 mai 1909, le diariste écrit :

  • 37 Ibid., dossier 4, f° 110-112.

Вчера вечером у меня был Антон Владимирович Карташёв, профессор Высших Женских Курсов по кафедре истории церкви. Узнав у Мережковских, что «Каблуков и до сих пор ходит в Лавру», он почуял во мне любителя православного богослужения и сам, будучи таковым, с семилетнего возраста, пожелал поговорить со мною об этом, поделиться своими переживаниями и встретить сочувствие «родственной» души. Мы побеседовали с ним два часа, и оказалось, что в этой области мы согласны во всём. Он глубоко чувствует всю красоту, стройность богослужения и ясно понимает и ярко ощущает всю бедность мирской, светской эстетики по сравнению с эстетикой церковно-богослужебной.
Как и для меня, светской музыки для него не существует, как и я, он мечтал быть монахом, епископом – ради богосмирения. От него я узнал многое о Мережковских, между прочим, и то, что они, особенно Зинаида Николаевна относится к обрядности довольно отрицательно. Впрочем, он полагает, что Мережковские могут ещё придти к утверждению обряда37.

Hier soir j’ai reçu chez moi Anton Vladimirovitch Kartachov, professeur à la faculté d’histoire de l’Église de l’Établissement Supérieur pour femmes. Ayant appris chez les Mérejkovski que « jusqu’à maintenant Kabloukov continue d’aller à la Laure », il a senti en moi l’amateur d’office orthodoxe et, lui-même amateur depuis l’âge de sept ans, il a eu envie d’en parler avec moi, de partager ses émotions et de rencontrer la sympathie d’une âme « sœur ». Nous nous sommes entretenus pendant deux heures, et il s’est avéré que dans ce domaine nous sommes d’accord en tous points. Il ressent profondément toute la beauté, toute l’harmonie de l’office, il saisit clairement et sent vivement toute la pauvreté de l’esthétique laïque, profane en comparaison de l’esthétique des offices religieux.
Pour lui comme pour moi, la musique profane n’existe pas ; nous avons rêvé tous deux de devenir moine, évêque – pour l’humilité. Il m’a beaucoup appris sur les Mérejkovski, entre autres qu’ils ont un rapport assez négatif au rituel, surtout Zinaïda Nikolaïevna. Au demeurant, il pense que les Mérejkovski peuvent encore évoluer jusqu’à entériner les rites.

25Ainsi, l’un des sujets les plus « hermétiques » de la vie intérieure des Mérejkovski pour un regard étranger – la tentative d’incarner l’idée de la nouvelle conscience religieuse au sein du groupe d’esprit protestant qu’ils ont constitué (et dans lequel ils voyaient le fondement de l’Église du Troisième Testament, l’Église johannique), tout comme la polarisation de leur programme visant à la réforme de l’Église – se trouve dans les pages du journal intime d’une « tierce » personne et devient l’objet de réflexion d’un contemporain.

26Très vite le journal intime de Kabloukov, dans lequel il consigne ses notes à caractère public mais aussi privé (sur des rencontres entre amis, des concerts, des sorties, le jeu d’échec, des réunions du conseil de son lycée ; il y analyse des sujets d’examen de mathématiques, etc.), se transforme en dépôt de lettres, d’autographes et d’articles de presse de tout le clan Mérejkovski. Il y retranscrit méticuleusement tous les détails de leur vie, sans dédaigner les « rumeurs ».

27Ayant trouvé un chroniqueur fidèle et servile, Guippius, comme on peut le supposer, organise les notes de Kabloukov liées à son nom et à sa « légende », ce qui n’est visiblement pas difficile, eu égard à la structure des journaux ; ils sont agencés selon le principe du collage : les notes d’auteur y alternent avec les textes d’« étrangers ».

28En règle générale, Kabloukov place les « manchettes » de part en part du cahier : en haut de la page, il note la date et les renseignements de l’ordo orthodoxe du jour ; il ne remplit pas les versos des feuilles, lesquels sont destinés à accueillir des lettres reçues, des autographes, coupures de presse, programmes de concerts, problèmes d’échec, notes de librairie, brochures, etc. Parfois il écrit après coup, en utilisant les feuilles non remplies (et les versos), ou de mémoire, comme ce récit de Viatcheslav Ivanov sur la vie intime du couple Mérejkovski (note du 5 juin 1909) :

  • 38 Il s’agit du journal intime de Z. Guippius Contes d’amour (1893-1904), voir la note 17.
  • 39 OR RNB, fonds 322, dossier 4, f° 161-163. Pour la première publication, voir Павлова [Pavlova] М. М (...)

Надо записать еще то, что рассказал Вяч. Иванов о З. Н. Мережковской. Оказывается, что она страдает чахоткой, развивающейся очень медленно. Она знает это и живёт след[овательно] в постоянном ожидании смерти. Во-вторых, она – по видимости (законная) жена Д. С., на самом деле – девушка, ибо никогда не могла отдаться мужчине, как бы ни любила его. В её жизни были любовные увлечения, напр[имер], известным Флексером (А. Л. Волынским), с которым она одно время даже жила в Пале Рояле, но эти увлечения не доходили до «падения». И в этом для неё – драма, ибо она женщина нежная и страстная, мать по призванию. Говорят, что у неё есть интимный дневник, который будет напечатан после её смерти38. С Мережковским её союз – чисто духовный теперь, как и с Дм. Философовым. Все трое они живут, как аскеты, и все намёки на «ménage à trois» – гнусная выдумка. По мнению Вяч. Иванова, З. Н. гораздо талантливее Мережковского как поэтесса и автор художественной прозы. Она принадлежит к классическим поэтам, т. н. поэтам minores, как напр[имер] Катулл и Проперций в Риме, Баратынский у нас и др. Она была творцом Религиозно-Философского Об[щест] ва; многие идеи, характерные для Мережковского, зародились в уме З. Ник., Д. С. принадлежит только их развитие и разъяснение. Зин. Ник. очень тяготится тем, что она женщина, поэтому она подписывается часто мужскими псевдонимами, напр. «Антон Крайний», «Лев Пущин», и в стихах и рассказах от своего лица говорит всегда в мужском роде. Я спросил Иванова, не имеет ли себе возмещение в лесбийских склонностях это отвращение Зин. Ник. к мужским ласкам. Он ответил незнанием, хотя признался, что так же думает и сам. Но прибавил, что теперь к этим аномалиям она относится с отвращением, весьма ригористично. Мистического опыта в ней также несравненно более, чем у её мужа39.

Il faut noter encore ce que Viatch. Ivanov a dit de Z. N. Mérejkovskaïa. Il s’avère qu’elle souffre d’une phtisie, qui se développe très lentement. Elle le sait et vit par cons[équent] dans l’attente constante de la mort. Deuxièmement, bien qu’en apparence épouse (légitime) de D. S., elle est en réalité vierge, car elle n’a jamais pu se donner à un homme quel que soit son amour pour lui. Dans sa vie, il y a eu des passions amoureuses, par ex[emple], pour le célèbre Flekser (A. L. Volynski), avec qui elle a même vécu pendant un certain temps au Palais Royal, mais ces passions n’allaient jamais jusqu’à la « chute ». Et en cela réside son drame, car c’est une femme tendre et passionnée, dont la vocation est d’être mère. On dit qu’elle a un journal intime qui sera publié après sa mort. Son union avec Mérejkovski est à présent purement spirituelle, de même qu’avec Dm. Filossofov. Ils vivent tous les trois en ascètes, et toutes les allusions à un « ménage à trois » sont un sordide mensonge. D’après Viatch. Ivanov, Z. N., comme poétesse et auteur de prose de fiction, est beaucoup plus talentueuse que Mérejkovski. Elle est du nombre des poètes classiques, dits minores comme par ex[emple] Catulle et Properce à Rome, Baratynski chez nous et d’autres. Elle a été la créatrice de la So[cié]té Religieuse et Philosophique ; plusieurs idées caractéristiques de Mérejkovski ont germé dans la tête de Z. Nik., à D. S. n’appartiennent que leur développement et leur élucidation. Être femme pèse beaucoup à Zin. Nik., c’est pourquoi elle signe souvent de pseudonymes masculins, par ex. Anton Kraïni, Lev Pouchtchine, et, dans ses poésies et ses récits dont le « je » appartient à l’auteur, elle parle toujours au masculin. J’ai demandé à Ivanov si ce dégoût pour les caresses masculines chez Zin. Nik. n’avait pas de compensation dans des penchants lesbiens. Il a répondu qu’il l’ignorait, bien qu’il avouât le penser aussi. Il a ajouté cependant qu’elle traite maintenant ces anomalies avec dégoût et beaucoup de rigueur. Elle a aussi infiniment plus d’expérience mystique que son mari.

29Guippius, qui rendait visite à Kabloukov et, manifestement, consultait ses journaux, pouvait si nécessaire y apporter des corrections, non pas littéralement, mais en usant de diplomatie, c’est-à-dire en « neutralisant » les renseignements désavantageux moyennant l’ajout de ceux qui convenaient le mieux à son « portrait ».

  • 40 OR RNB, fonds 322, dossier 10, f° 51-53.

30Partant, il est intéressant d’examiner le caractère des documents collés dans les journaux intimes, y compris de ceux recopiés à partir d’originaux non conservés ; ce sont eux qui forment précisément le noyau auto-méta-discursif du « texte guippiussien ». Prenons en guise d’exemple « l’inventaire » de matériaux que Kabloukov a reçus de la part de Z. Guippius, recensé dans la note du 21 juin 191040 :

  • 41 Le texte de l’Appel du Saint-Synode au peuple à l’occasion de la proclamation du manifeste du 17 oc (...)
  • 42 Il est question du compte rendu de La Voie nouvelle écrit par Ioann de Kronstadt, qui a qualifié la (...)
  • 43 Le texte de « L’Appel à l’Église » [« Воззвание к Церкви »] (OR RNB, fonds 322, dossier 10, f° 97-1 (...)
  • 44 Il s’agit des prêtres Konstantin Markovitch Agguéiev (1868-1920), Ivan Fiodorovitch Iégorov (1872-1 (...)
  • 45 Les œuvres de Guippius portant de tels titres sont inconnues, les autographes dans l’archive de Kab (...)
  • 46 Le texte de Z. Guippius intitulé Le mal Les gens cruels [Зло Жестокие люди] a été en effet publ (...)
  • 47 Le récit L’insaisissable [Неуловимая] a été publié dans La Revue pittoresque [Живописное Обозрение] (...)
  • 48 Pour la version russe des nouvelles Les trois dames de cœur et Erreur, accompagnée d’un commentaire (...)
  • 49 Il est question de la thèse de D. I. Konovalov Sur l’extase religieuse [О религиозном экстазе], pub (...)

В 5 ч [асов] свидание с З. Н. Мережковской, во время которого она передала мне письма Обер-прокурора св. Синода кн. Ал. Дм. Оболенского к ДС. Мережковскому, а также составленный Мережковским совместно с Д. Вл. Философовым, З. Н. Гиппиус и А. В. Карташёвым проект синодского Обращения к народу по случаю дарования манифеста 17 окт[ября] 1905 г41. Кроме того, ею мне переданы: черновик письма к о. Иоанну Кронштадскому от редакции «Нов[ого] Пути» по поводу одной проповеди И [оанна] Кр[онштадского], в которой он называет «Новый Путь» – «путём сатанинским42», и проект «Обращения к Церкви43» с письмом А. В. Карташёва к Дм. Серг. Мережковскому с сообщением, что мысль о митинге духовенства не встретила сочувствия среди Гр. Петрова, свв. К. М. Аггеева и […] Егорова44.
Затем З. Н. дала мне автографы своих рассказов :
«Штундист» – не напечатано
«Чудо»
«Белый». Пьеса
«Колода»
и «Дом» (притча)45
да еще две неизвестные мне повести «Зло» («Жестокие люди») из «Всемирной Иллюстр[ации]» 189546 и «Неуловимая» из «Жив[описного] Обозр[ения]» (год не известен)47. Эти повести войдут в сборник её рассказов, […] шестой.
Наконец, два французских рассказа «La clé» […] и «Les trois dames de cœur» (1896), имеющий автобиографические черты48.
Между прочим, Зин. Ник. показала мне рисунки карандашом Д. С. Мережковского, когда ему было 6 лет с изображением парохода на чистом листке бумаги и надписью сверху «Вит черняго моря» и открытое письмо к ДС. Мережковскому след[ующего] содержания:
«Отомстила тебе Афродита
Послав жену – гермафродита».
После свидания с З. Н. писал ответ на письмо от «Зверя» […]. А вечером – краткая беседа с Вяч. Ивановым, пришедшим за книгой Коновалова49.

 

  • 1 Le mot russe « колода » peut également signifier « un jeu de cartes ».
  • 2 Nous avons essayé de reproduire l’écriture enfantine, parsemée de fautes, comme c’est le cas dans l (...)

À 5 h[eures] rendez-vous avec Z. N. Mérejkovskaïa, durant lequel elle m’a transmis les lettres du procureur général du Saint-Synode, le prince Al. Dm. Obolenski, à D. S. Mérejkovski, ainsi que le projet d’Appel synodal au peuple à l’occasion de la proclamation du manifeste du 17 octobre 1905, rédigé par Mérejkovski en collaboration avec D. Vl. Filossofov, Z. N. Guippius et A. V. Kartachov. Outre cela, elle m’a transmis : le brouillon d’une lettre au père Ioann de Kronstadt de la part de la rédaction de La Voie nouv[elle] au sujet d’un prêche d’I[oann] de Kr[onstadt] où il appelle La Voie nouvelle « la voie satanique », ainsi que le projet d’« Appel à l’Église », accompagné d’une lettre d’A. V. Kartachov à Dm. Serg. Mérejkovski qui annonce que l’idée d’un meeting des ecclésiastiques n’a pas suscité de sympathie chez Gr. Petrov, ni chez les prêtres K. M. Agguéiev et […] Iégorov.
Puis, Z. N. m’a donné les autographes de ses nouvelles :
Stundist – non publié
Le miracle
Le blanc.
Pièce
Le billot1
et La maison (parabole)
de même que des récits, que je ne connaissais pas, Le mal (Les gens cruels), publié dans L’Illustration universelle de 1895, et L’insaisissable, publié dans La Revue pittoresque (l’année est inconnue). Ces récits feront partie de son recueil de nouvelles, […] le sixième.
Enfin, deux nouvelles françaises La clé […] et Les trois dames de cœur (1896), cette dernière ayant des traits autobiographiques.
Zin. Nik. m’a, entre autres, montré des dessins au crayon de D. S. Mérejkovski, quand il avait 6 ans, avec la représentation d’un bateau à vapeur sur une feuille de papier vierge portant une inscription en haut de la page « La vu de la mer noir2 », et une lettre ouverte, adressée à D. S. Mérejkovski, au contenu suiv[ant] :
« Elle s’est vengée de toi, Aphrodite,
T’envoyant une femme-hermaphrodite. »
Après le rendez-vous avec Z. N., j’ai écrit une réponse à la lettre de « La Bête » […]. Et le soir, j’ai eu un bref entretien avec Viatch. Ivanov, venu récupérer le livre de Konovalov.

31Les documents et les manuscrits d’œuvres, énumérés dans cette note, se rapportent à la période où Kabloukov ne connaissait pas encore Guippius. Pourtant, elle les considéra comme d’actualité pour le texte biographique en train de s’écrire ; c’est la raison pour laquelle elle les apporta, et il recopia docilement dans son journal ce qui lui semblait être le plus important. Il reproduisit, avant tout, avec soin tous les documents ayant trait à l’activité sociale, politique et religieuse des Mérejkovski, et notamment l’Appel synodal au peuple et au tsar, rédigé par eux à la demande du procureur général, le prince A. D. Obolenski (en rapport avec le Manifeste du 17 octobre 1905) ; il colla la coupure d’un journal de 1905 avec le texte publié de l’Appel, qu’on lui avait apporté et qui diffère beaucoup de la version rédigée par les Mérejkovski. Dans son journal, le diariste accompagne ces deux textes du commentaire suivant :

  • 50 OR RNB, fonds 322, dossier 10, f° 97.

Для сравнения помещается на об[ороте] след[ующего] листа текст, составленный св. Синодом. Из текста М [ережковских], как видно, в нём удержаны лишь отдельные фразы, но и тон речи, и само содержание проекта М [ережковских] глубоко несходно с тем, что написал Синод. Послание Синода – мертво. Оно – прокламация, плохая и бессильная. А насколько необходимо было вовремя сказать твёрдое и властное слово Церкви, видно из старой газетной вырезки, помещённой мною тут, на об. листа 29250.

Pour comparaison, au ver[so] de la feuille suiv[ante] est placé le texte, rédigé par le St-Synode. Il ne contient, comme on peut le voir, que des phrases isolées du texte des M[érejkovski], mais le ton et le contenu même du projet des M [érejkovski] diffèrent profondément de ce qui est écrit par le Synode. Le message du Synode est mort. C’est une proclamation mauvaise et impuissante. On voit bien, grâce à la coupure d’un vieux journal que je colle ici, au verso de la feuille 292, à quel point il était important que l’Église dise à temps un mot ferme et autoritaire.

32Kabloukov a mis dans son journal la lettre « historique » de Kartachov, adressée aux Mérejkovski, sur le meeting avorté des prêtres et des professeurs de l’Académie de théologie pour soutenir l’Appel. Celui-ci n’a pas trouvé chez eux de réponse. La lettre de Kartachov se termine par la phrase : « Nous sommes loin de l’Europe ! Ils sont loin de la politique ! » [« Далеко нам до Европы ! Далеко им до политики ! »]. De même, Kabloukov reproduit dans son journal la correspondance avec le procureur général, en commençant par la lettre d’Obolenski avec ses excuses, adressée à Mérejkovski :

Пастерское послание подписано и завтра будет опубликовано. К сожалению, очень немногое из прекрасного Вашего проекта удалось сохранить. Трудности оказались неожиданные и весьма серьёзные. Слава Богу, что удалось тό, что удалось. Я не мог исполнить Вашего желания, т. е. ранее, чем предложить к подписи, Вам показать, т. к. сами « Отцы » занимались исправлениями, и если бы я отложил до завтра – м. б. вовсе не подписали бы.

La lettre pastorale est signée et sera publiée demain. Malheureusement, on n’a réussi à garder que très peu de votre beau projet. Les difficultés se sont avérées inattendues et très sérieuses. Dieu merci, on a réussi ce qu’on a réussi. Je n’ai pu exaucer votre volonté, à savoir vous montrer [la lettre pastorale – N. d. T.] avant de la proposer à la signature, parce que ce sont les « Pères » eux-même qui se sont occupés de la corriger, et si j’avais remis cela à demain, peut-être ne l’auraient-ils pas signée du tout.

33La lettre citée est suivie de la réponse de Mérejkovski à Obolenski, puis de sa lettre à Filossofov, dans laquelle il exprime son indignation devant le retour de son manuscrit :

  • 51 Tous ces documents sont recopiés par Kabloukov dans sa note du 18 juillet, ibid., dossier 10, f° 10 (...)

Посылаю тебе письмо Оболенского. Я ему написал очень резко. Между прочим в письме моем была такая фраза: «вся кровь, которая уже пролита и еще прольется в России, падет на лукаво безмолвствующих (об избиении евреев) и допускающих это безмолвие»51.

Je t’envoie la lettre d’Obolenski. Je lui ai écrit une réponse très tranchante. Dans ma lettre, il y a entre autres la phrase suivante : « tout le sang déjà versé et qui coulera encore en Russie, retombera sur ceux qui se taisent sournoisement (sur les massacres des Juifs) et sur ceux qui tolèrent ce silence ».

  • 52 Ibid., f° 97-103. Cf. note 40.

34Kabloukov a même recopié dans son journal le révolutionnaire « Appel à l’Église », écrit par les Mérejkovski « le jour où le gouvernement autocratique n’a pas tenu les promesses faites dans le manifeste du 17 oct. 1905 » [« когда самодержавное правительство не выполнило обещаний, данных манифестом 17 окт. 1905 г. »], avec son exhortation à cesser les prières pour le tsar et sa maison dans les églises, à prier pour la libération du peuple, à libérer les troupes du serment au tsar, à réunir sans tarder le Concile, qui serait le représentant véritable et plénipotentiaire de l’Église auprès du peuple, etc52.

35Ainsi, le journal de Kabloukov (les notes de juillet 1910) contient tout un complexe de matériaux sur l’action socio-politique radicale des Mérejkovski en 1905, action dans laquelle Guippius remplit une part active.

  • 53 Ibid., f° 44.

36En introduisant ces documents non publiés mais méritant selon elle d’être rendus publics, Guippius a mis l’accent sur son statut social, pas évident pour le public contemporain (il est significatif à cet égard que ce soit elle qui ait apporté tous ces documents à Kabloukov, et non l’un de ses compagnons). C’est avant tout dans la sphère de l’activité socio-religieuse qu’elle a voulu être sur un pied d’égalité avec Mérejkovski, Filossofov et Kartachov, c’est-à-dire dans le domaine des priorités purement masculines. En témoigne également l’article de Mérejkovski « De nuit sur le soleil » [« Ночью о солнце »], publié dans La Parole [Речь, no 138 du 18 juin 1910], dont la coupure est collée dans le journal de Kabloukov53. Dans cet article, Mérejkovski présente Guippius non pas comme « la célèbre décadente, épouse de Mérejkovski », mais comme un partenaire intellectuel et écrivain égal en droit.

  • 54 Cf. Религиозно-философское общество в Санкт-Петербурге (Петрограде) – История в материалах и докуме (...)
  • 55 Каблуков [Kabloukov] С. П., « С. П. Каблуков о В. В. Розанове (из дневника 1909 г.) » [« S. P. Kabl (...)
  • 56 Par exemple, dans la note de Kabloukov du 12 octobre 1909, on lit :
    З. Н. Мережковская, прочитав кни (...)
  • 57 Nous n’abordons pas l’histoire des relations des Mérejkovski avec l’évêque Mikhaïl, car c’est un va (...)
  • 3 Il s’agit du roman de Boris Savinkov, paru en 1909 sous le pseudonyme V. Ropchine [В. Ропшин].

37Il faut relever que toutes les composantes du « texte guippiussien » des journaux intimes de Kabloukov se laissent appréhender du point de vue du genre. Ce sont : 1) les notes sur l’activité de la Société religieuse et philosophique et de la Section chrétienne reflétant la participation de Guippius présentée comme l’une des figures importantes de l’activité de la Société (son nom, à quelques rares exceptions près, ne figure pas dans les comptes rendus des réunions publiés dans la presse54) ; 2) l’histoire des relations entre les Mérejkovski et Rozanov, que Kabloukov fait apparaître à travers les lettres de Guippius et de Rozanov55 collées dans son journal, à travers les citations des propos anti-rozanoviens tenus par Guippius, ainsi qu’à travers un large corpus de coupures de presse, notamment des articles d’un contenu hautement polémique de Guippius, Mérejkovski et Filossofov d’un côté, et de Rozanov de l’autre56 ; 3) des matériaux élucidant l’alliance des Mérejkovski avec l’évêque Mikhaïl57 ; 4) des matériaux proprement littéraires : l’histoire de la création du roman Le cheval blême3 [Конь Бледный, 1909], la participation de Guippius au devenir de Ropchine-Savinkov, l’histoire de la composition du roman Le pantin du diable [Чёртова кукла, 1911], et autres.

  • 4 Mot italien qui signifie « nonchalance ».

38Parmi les documents relevant de l’activité créatrice de Guippius et offerts par elle à Kabloukov, il y a des manuscrits d’œuvres composées au début du symbolisme russe (entre les années 1890 et le début des années 1900). Kabloukov juge de façon négative ces compositions, qu’il qualifie de « décadisme ». Toutefois, du point de vue de la donatrice, ces textes devaient avoir leur place dans sa biographie littéraire, et cette place est celle qu’elle leur destine après-coup. En les transmettant au « biographe », elle n’espère sans doute pas son approbation, et elle commente ces textes avec une ironie joyeuse dans un esprit de sprezzatura4, comme si elle nivelait leur contenu, qui ne correspond plus, dans sa maturité, ni à sa conception du monde, ni à ses créations plus tardives.

39Je donnerai comme exemple la remarque de Kabloukov (note du 10 juin 1909) sur la nouvelle La messe, ainsi que la riposte de Guippius. Voici tout d’abord ce qu’écrit Kabloukov :

  • 58 OR RNB, fonds 322, dossier 4, f° 177.

В рассказе «Месса» («Сев[ерные] Цв[еты]». 1903) «девушка» (ставлю кавычки, ибо какое же тут девство), испытавшая «золотые волны» мужских ласк в течение 40 минут, говорит, что те же «золотые волны» будут укачивать её «во время заупокойного богослужения по этом “любовнике на час”». Я думаю, что такие мысли – ужасны, несмотря на то, что у римских христиан нет церковной музыки, и что женская католическая религиозность имеет в себе ненормальный эротический элемент. Наше богослужение не питает такие настроения ни единым словом, ни единой нотой и в этом также его несомненное достоинство. Оно небесно, оно низводит небо на землю58.

Dans la nouvelle La messe (Les Fl[eurs] du N[ord], 1903) une « pucelle » (je mets les guillemets, car est-il possible de parler ici de pucelage ?), qui a éprouvé les « vagues dorées » de caresses masculines pendant 40 minutes, dit que ces mêmes « vagues dorées » la berceront « lors de l’office funéraire de cet “amant d’une heure” ». Je trouve que de telles pensées sont horribles, malgré l’absence chez les chrétiens romains de musique sacrée et malgré l’élément érotique anormal que possède la religiosité catholique féminine. Notre office ne nourrit de telles humeurs ni d’un mot, ni d’une seule note de musique, et cela constitue aussi son mérite indubitable. Il est céleste, il fait descendre le ciel sur la terre.

40Dans sa réponse (lettre du 13 juin 1909) Guippius pare le coup (et en même temps « nivelle » l’impression produite et « sa biographie littéraire ») :

  • 59 Ibid., dossier 4, f° 183.

Вы не справедливы к католичеству: если уж становитесь на эстетическую почву – то оно прекрасно, широко и откровенно. Пожалуйста, не напоминайте мне о «Мессе». Это была скверная шутка. Мы как-то спорили, что я не сумею написать рассказ в мопассановском духе. Я, шутя, написала, да еще по-французски, целых два. Один так и остался непереведённым, а этот выпросил Брюсов, да и то я не давала, – виноват Дм. Серг. Я даже не перепечатала «Мессу» в книжке, а вы её всё ещё помните59!

Vous n’êtes pas juste à l’égard du catholicisme : si vous vous positionnez sur le terrain esthétique, il est beau, vaste et sincère. Ne me rappelez pas, je vous prie, La messe. C’était une plaisanterie de mauvais goût. Un jour, nous avons parié que je ne saurais pas écrire une nouvelle à la Maupassant. En m’amusant, j’ai écrit, et en français par-dessus le marché, deux nouvelles entières. L’une d’elle n’est pas traduite, tandis que Brioussov a eu celle-là à force de sollicitations, bien que je n’aie pas voulu la lui donner. C’est la faute à Dm. Serg. Je n’ai même pas réédité La messe dans mon livre, or vous vous souvenez toujours d’elle !

  • 60 Cf. Сажин [Sajine] В. Н., « О последней стихотворной переписке Зинаиды Гиппиус и Александра Блока » (...)
  • 61 Паолини [Paolini] М., « Мужское “Я” и “женскость” в зеркале критической прозы Зинаиды Гиппиус » [«  (...)

41Ainsi les journaux intimes de Kabloukov rapportent de nombreux faits et événements importants de la biographie de Guippius-créatrice, depuis les années 1890 jusqu’aux derniers mois que les Mérejkovski passent en Russie (ils contiennent, par exemple, un récit de la dernière rencontre entre Z. Guippius et A. Blok dans un tramway en 191960). Guippius a participé activement à la composition de cette biographie et à la création de son « portrait ». Elle a formé (consciemment ou inconsciemment) les aspects – pour elle – importants de son texte genré en étant de fait le « coauteur » de Kabloukov dans la représentation de ses mérites littéraires, de ses activités religieuses et sociales, et de son projet d’œuvre de vie [жизнетворчество]. Comme le note à raison M. Paolini, à la base du texte genré de Guippius se trouve l’aspiration à affirmer son authenticité créatrice au sein même des priorités masculines, tant intellectuelles qu’artistiques61.

Notes

1 Каблуков [Kabloukov] С. П., Дневники 1909-1917 [Journaux intimes 1909-1917], OR RNB, fonds 322 (archive de Kabloukov S. P.), dossiers 3-63. Les journaux intimes de Kabloukov se présentent sous la forme de cahiers épais. Il y en a 61 en tout ; 10 cahiers sont dédiés exclusivement aux coupures de presse.

2 Sont actuellement publiés les fragments de ces journaux intimes sur l’histoire des relations de leur auteur avec V. V. Rozanov, O. Mandelstam, Viatch. Ivanov (accompagnés d’une explication des autographes et des lettres qui en font partie). Voir par exemple Морозов [Morozov] A. A., « Мандельштам в записях дневника С. П. Каблукова » [« Mandelstam dans les notes du journal intime de S. P. Kabloukov »], Литературное обозрение [Le Panorama littéraire], Москва, no 1, 1991, p. 77-85 ; Хеллман [Hellman] Б., « Osip Mandelstam and Finland », in Песонен [Pesonen] П., Хейнонен [Heinonen] Ю., Обатнин [Obatnine] Г. В., ред., Slavica Helsingiensia, vol. 16, Studia Russica Helsingiensia et Tartuensia, no 5, Модернизм и постмодернизм в русской литературе и культуре, Helsinki, Helsinki Univ. Press, 1996, p. 279-282 ; Гончарова [Gontcharova] Е. И., « Контуры жакерии : В. В. Розанов и Мережковские » [« Les contours de la Jacquerie : V. V. Rozanov et les Mérejkovski »], Русская литература, Санкт-Петербург, no 4, 2006, p. 123-127 ; Голлербах [Gollerbakh] Е. А., « В. В. Розанов и издательство “Пантеон” » [« V. V. Rozanov et les éditions “Pantéon” »], Solanus. New Series, London, vol. 22, 2011, p. 88, 107, 111, 117 ; Каблуков [Kabloukov] С. П., « С. П. Каблуков о В. В. Розанове (из дневника 1909 г.) » [« S. P. Kabloukov à propos de V. V. Rozanov (extraits du journal intime de 1909) »], in Фатеев [Fatéiev] В. А., cост., вступ. ст., комм., В. В. Розанов : pro et contra [V. V. Rozanov : pro et contra], 2 т., т. 1, Санкт-Петербург, РХГИ, 1995, p. 200-222. Le thème de Viatch. Ivanov dans les journaux intimes de S. P. Kabloukov est ébauché dans : Иванов [Ivanov] Вяч., « Евангельский смысл слова “Земля” » [« Le sens évangélique du mot “Terre” »], Обатнин [Obatnine] Г. В., публ., вступ. ст., комм., Ежегодник рукописного отдела Пушкинского дома на 1991 год [L’Annuaire du département des manuscrits de la Maison Pouchkine pour l’an 1991], Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1994, p. 142-144. La chronique des réunions de La Société religieuse et philosophique à Saint-Pétersbourg d’après les notes de Kabloukov constitue une édition à part : Ермичёв [Iermitchov] A. A., Религиозно-философское общество в Петербурге 1907-1917 – Хроника заседаний [La Société religieuse et philosophique à Saint-Pétersbourg 1907-1917 – La chronique des réunions], Санкт-Петербург, изд. Санкт-Петербург, 2007.

3 Гончарова [Gontcharova] Е. И., вступ. ст., сост., подготовка текстов, комм., Письма Мережковских к Борису Савинкову [Lettres des Merejkovski à Boris Savinkov], Санкт-Петербург, изд. « Пушкинский Дом », 2009.

4 Depuis que notre article a été rédigé pour le présent recueil, deux publications d’Ié. M. Krivolapova ont vu le jour : Криволапова [Krivolapova] Е. М., « Образ З. Н. Гиппиус на страницах дневника С. П. Каблукова » [« L’image de Z. N. Guippius dans les pages du journal intime de S. P. Kabloukov »], Вестник Ленинградского государственного университета имени А. С. Пушкина – Научный журнал [Le Messager de l’université A. S. Pouchkine de Léningrad – Revue scientifique], т. 1, Филология [Philologie], no 3, 2012, p. 31-41 ; Криволапова [Krivolapova] Е. М., « Дневник Сергея Платоновича Каблукова – Год 1909-й » [« Le journal intime de Sergueï Platonovitch Kabloukov – An 1909 »], Литературоведческий журнал [La Revue de critique littéraire], no 3, 2012, p. 178-343. La problématique de notre article (le point de vue du genre) n’est pas traitée dans les publications d’Ié. M. Krivolapova.

5 Kabloukov a enseigné au lycée technique no 3, au lycée no 7 pour garçons et au lycée privé d’A. P. Nikiforova pour jeunes filles.

6 Parmi les amis de Kabloukov, se trouvent d’éminents interprètes de musique sacrée : Ivan Iakovlévitch Ternov (1859-1925), chef de chœur d’église, compositeur et régent du Chœur du métropolite de Saint-Pétersbourg (depuis 1893) ; Stépan Vassiliévitch Smolenski (1848-1909), scientifique, chef de chœur, fondateur du Lycée des régents de chœur d’église à Saint-Pétersbourg (voir la nécrologie de Kabloukov dans каблуков [Kabloukov] С. П., « К кончине С. В. Смоленского » [« À la mort de S. V. Smolenski »], Хоровое и регентское дело, no 7-8, VII-VIII. 1909, p. 168).

7 On peut citer avant tout :
– Antoni (Khrapovitski Alekseï Pavlovitch, 1864-1936) qui appartient à l’aile extrême-droite, ultraréactionnaire des « Cent-Noirs » de l’église orthodoxe ; recteur de l’Académie de théologie de Saint-Pétersbourg depuis 1890, puis de celle de Moscou, il devient recteur de l’Académie de théologie de Kazan en 1895 ; pendant les années 1902-1914, il est archevêque de Volynie et de Jitomir et l’un des organisateurs de « l’Union du peuple russe » [« Союз русского народа »], ainsi que le fondateur de sa section de Volynie ; membre du Conseil d’État pendant les années 1906-1907 et, depuis 1907, de la Douma où il appartient à la fraction extrême-droite ; siégeant au Saint-Synode depuis 1909, il en devient membre en 1912 ; en 1920, il émigre et devient le chef de l’Église russe orthodoxe à l’étranger ; – Antonin (Granovski Aleksandr Arkadiévitch, 1865-1927), historien, traducteur, spécialiste en études bibliques, théologien, publiciste libéral, il participe activement aux Assemblées religieuse et philosophique de Saint-Pétersbourg (1901-1903) ; évêque de Narva et vicaire du diocèse de Saint-Pétersbourg pendant les années 1903-1908, évêque de Vladikavkaz et de Mozdok depuis 1913, il est métropolite de Moscou (1922-1923) pendant le renouveau de l’église, mouvement dont il est l’un des leaders.

8 Voir, par exemple, Голлербах [Gollerbakh] Е. А, К незримому граду – Религиозно-философская группа « Путь » (1910-1919) в поисках новой русской идентичности [Vers la ville invisible – Le groupe religieux et philosophique « La Voie » (1910-1919) à la recherche de la nouvelle identité russe], Санкт-Петербург, Алетейя, 1999 [указано 2000], p. 25. Voir également les publications indiquées par Ie. Gollerbakh : Русское слово [La Parole russe], Mосква, no 125, 4/17. VI. 1917, p. 4 ; Н. а. [auteur inconnu], « Съезд духовенства и мирян – О взаимоотношении церкви и государства » [« Le Congrès des ecclésiastiques et des laïques – Sur les rapports entre l’Église et l’État »], ibid., no 128, 8/21. VI. 1917, p. 3 ; Н. а. [auteur inconnu], « Съезд духовенства и мирян – Резолюции » [« Le Congrès des ecclésiastiques et des laïques – Résolutions »], ibid., no 133, 14/27. VI. 1917, p. 3.

9 Cf. Голлербах [Gollerbakh] Е. А., « В. В. Розанов и издательство “Пантеон” » [« V. V. Rozanov et les éditions “Pantéon” »], op. cit. ; Каблуков [Kabloukov] С. П., « С. П. Каблуков о В. В. Розанове (из дневника 1909 г.) » [« S. P. Kabloukov à propos de V. V. Rozanov (extraits du journal intime de 1909) »], op. cit., p. 200-222.

10 Kabloukov occupe cette fonction jusqu’en janvier 1913, puis il est remplacé par Al. N. Tchébotarevskaïa.

11 Mikhaïl (Sémionov Pavel Vassiliévitch, 1873-1916), archimandrite, membre actif de la Société religieuse et philosophique depuis le 29 novembre 1909, maître de conférences à l’Académie de théologie de Saint-Pétersbourg depuis 1902, il participe activement aux Assemblées philosophiques et religieuses et est l’un des opposants de D. S. Mérejkovski ; en 1906, il rejoint le groupe des « 32 prêtres », qui exige une réforme de l’Église, et au même moment il est accusé d’être proche du parti des socialistes populaires et est condamné par le tribunal du consistoire à l’exil au monastère de Zadonsk, qu’il quitte sans autorisation en 1907 avant d’adopter la vieille foi. En 1908, il est nommé évêque du Canada mais refuse de s’y rendre ; il participe de près à l’activité des « chrétiens du Golgotha » avec Iona Brikhnitchov et V. P. Sventsitski. Cf. « Памяти еп. Михаила (Семёнова) – Заседание 4 дек. 1916 г. » [« À la mémoire de l’évêque Mikhaïl (Semionov) – Réunion du 4 décembre 1916 »], in Религиозно-философское общество в Санкт-Петербурге (Петрограде) – История в материалах и документах [La Société religieuse et philosophique à Saint-Pétersbourg (Petrograd) – L’histoire dans les matériaux et les documents], Ермишин [Iermichine] О. Т., Коростелёв [Korostéliov] O. A., Хачатурян [Khatchatourian] Л. В., cост., подготовка текста, Ермишин [Iermichine] О. Т., Коростелёв [Korostéliov] O. A., Мартьянов [Martianov] С. А., Самоцветов [Samotsvétov] О. В., Хачатурян [Khatchatourian] Л. В., прим., 3 т., т. 3, Москва, Русский путь, 2009, p. 441-475, 609-611.

12 Valentin Pavlovitch Sventsitski (1882-1931), publiciste religieux, écrivain, il collabore aux périodiques Le Siècle [Век], Le Renouveau de l’Église [Церковное Обновление], La Vie vivante [Живая Жизнь] et La Terre neuve [Новая Земля] ; il fait partie du groupe « La Fraternité chrétienne de combat » [« Христианское Братство Борьбы », 1905-1906] et est l’un des hommes d’action du « christianisme du Golgotha ». En 1908, il est exclu de la Société religieuse et philosophique de Moscou à cause de sa conduite immorale. Ici, il est probablement question de l’exposé de Sventsitski « La signification universelle du christianisme ascétique » [« Мировое значение аскетического христианства »], présenté à la réunion de la Société philosophique et religieuse du 14 février 1908 ; cet exposé est dirigé contre les attaques antichrétiennes de V. V. Rozanov, contenues dans ses exposés « Sur le besoin et l’inéluctabilité de la nouvelle conscience religieuse » [« О нужде и неизбежности нового религиозного сознания », présenté à la réunion du 15 octobre 1907] et « Sur le très doux Jésus et sur les fruits amers du monde » [« О сладчайшем Иисусе и горьких плодах мира », présenté à la réunion du 21 octobre 1907]. Rozanov répond à Sventsitski dans son exposé « Sur l’ascétisme chrétien » [« О христианском аскетизме »] où il défend ses positions. Cf. Религиозно-философское общество в Санкт-Петербурге (Петрограде) – История в материалах и документах [La Société religieuse et philosophique à Saint-Pétersbourg (Petrograd) – L’histoire dans les matériaux et les documents], 3 т., т. 1, op. cit., p. 73-82, 139-151, 265-282, 283-291.

13 Le poème de Z. Guippius Pétersbourg [Петербург, 1909] est publié pour la première fois dans la revue La Balance (Гиппиус З., Петербург, Весы, Москва, no 10-11, p. 135) ; il est inclus dans le deuxième recueil de poésies (Гиппиус З., Собрание стихов – Книга вторая 1903-1909, Москва, Мусагет, 1910). Sa publication prévue dans le journal La Parole [Речь] n’a pas eu lieu ; Guippius en parle dans sa lettre du 22 avril 1909, adressée à Brioussov :
« Речь » их набрала, прислала корректуру… и до сих пор боится пустить, как я не смягчала их с помощью Вячеслава [В. И. Иванов] ! И притом вовсе не в революции дело там ! La Parole a composé les épreuves et me les a envoyées… et jusqu’à présent a peur de les publier, malgré toutes mes tentatives pour les [il s’agit de la rédaction de La Parole N. d. T.] modérer avec l’aide de Viatcheslav [V. I. Ivanov] ! D’ailleurs, il n’y est pas question du tout de la révolution !
Cité d’après Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], лавров [Lavrov] А. В., вступ. ст., сост., подготовка текста, прим., Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1999, p. 481.

14 Le cirque Ciniselli, porte le nom de son fondateur, Gaetano Ciniselli (1815-1881), artiste italien, écuyer. Au moment de sa fondation en 1877, le cirque accueille ses visiteurs sur les quais de la Fontanka, dans un bâtiment construit expressément pour les représentations de cirque. L’accident évoqué dans le journal intime de Kabloukov est relaté dans la presse, voir, par exemple, le journal Le Mot (Слово, Санкт-Петербург, no 754, 3/16. IV. 1909, p. 4), où, dans la rubrique « Chronique des faits divers », on peut lire :
2 апреля во время вечернего представления в цирке Чинизелли произошёл несчастный случай с артистом В. Слава, едва не стоившим ему жизни. При демонстрации мускулатуры шеи и крепости своих шейных позвонков, Слава совершил опасный прыжок с трапеции высотою в несколько сажен ; его шею и подбородок охватывает намыленная верёвка, прикреплённая к трапеции, и силач повисает на верёвке в воздухе. По роковой случайности, вчера, во время такого полёта, верёвка соскользнула с подбородка и сдавила шею несчастного. Лицо сделалось багрово-синим. Среди зрителей началась тревога. Были вызваны сторожа, которые оборвали верёвку и освободили повешенного, впавшего уже в бессознательное состояние. При помощи врача он был приведён в чувство и отправлен в больницу. Представление продолжалось в цирке без перерыва.
Le 2 avril, pendant la représentation du soir au cirque Ciniselli, l’artiste V. Slava a été victime d’un accident, qui a failli lui coûter la vie. Pour montrer la musculature de son cou et la force de ses vertèbres cervicales, Slava a effectué un saut dangereux à partir d’un trapèze placé à plusieurs mètres du sol ; une corde imbibée de savon et fixée au trapèze était attachée à son cou et à son menton, et l’athlète devait se suspendre par la corde au-dessus du vide. Par un fatal concours de circonstances, hier, lors de ce vol, la corde a glissé du menton et s’est resserrée autour du cou du malheureux. Son visage est devenu violacé. L’inquiétude s’est emparée des spectateurs. On a appelé les gardiens, qui ont coupé la corde et libéré le pendu déjà inconscient. Grâce à l’intervention d’un médecin, il a été ranimé et envoyé à l’hôpital. La représentation du cirque s’est poursuivi sans interruption.

15 Mikhaïl Aleksandrovitch Novossiolov (1864 – après 1938), écrivain religieux, philosophe, éditeur ; il est le disciple préféré, continuateur et correspondant de L. N. Tolstoï (les paroles « je ne peux me taire, je ne veux me taire et je ne dois pas me taire » [« не могу молчать, не хочу молчать и не должен молчать »], tirées d’une lettre de Novossiolov, ont été reprises par l’écrivain comme titre d’un article dans lequel il proteste contre la peine de mort) ; Novossiolov participe aux Assemblées religieuses et philosophiques (1901-1903) pour le compte de l’église ; en 1907, il constitue le « Cercle de ceux qui cherchent les lumières chrétiennes » [« Кружок ищущих христианского просвещения »] (on trouve parmi les participants les pères Pavel Florenski et Iossif Foudel, F. D. Samarine, V. A. Kojevnikov, S. N. Boulgakov, P. B. et S. B. Mansourov, N. D. Kouznetsov, F. K. Andréiev et d’autres). Sur l’histoire de ses relations avec Tolstoï, voir Полищук [Polichtchuk] Е. С., публ., « Письма М. А. Новосёлова к Л. Н. Толстому » [« Les lettres de M. A. Novossiolov à L. N. Tolstoï »], Минувшее – Исторический альманах, Москва – Санкт-Петербург, no 15, 1994, p. 371-423. Il est probablement question ici d’une vieille intervention de Novossiolov pendant les débats qui ont eu lieu lors de la neuvième réunion des Assemblées religieuses et philosophiques « La force et la violence dans le christianisme (Les débats qui ont suivi l’exposé de S. M. Volkonski) » [« Сила и насилие в христианстве (Прения по докладу С. М. Волконского) »]. Cf. le procès verbal de la neuvième réunion dans Новый путь, Санкт-Петербург, no 4, 1903. Novossiolov y est intervenu pour soutenir Mérejkovski :
Я остановлюсь только на той мысли, которая имеет большое значение для всех нас. Это мысль, высказанная г. Мережковским. Решение не только этого вопроса [о свободе совести, о насилии в христианстве – М. П.], но и многих вопросов мучающих нас, состоит в том, чтобы встать каждому перед лицом Христа, чтобы стать общинником Его жизни непременно, не отдельно, не приняв только голую мораль христианства, а приобщившись к Нему […]. Мы решим вопрос о свободе совести только тогда, когда вступим на почву истинного христианского подвига, в собственном смысле приобщимся к Христу. (p. 199).
Je ne m’arrêterai que sur cette pensée, qui a une grande signification pour nous tous, la pensée exprimée par monsieur Mérejkovski. La solution, non seulement à cette question [sur la liberté de conscience, sur la violence dans le christianisme – M. P.], mais aussi à de nombreuses autres qui nous tourmentent, consiste en ceci que chacun doit se situer face au Christ pour se joindre absolument à Sa vie, non pas séparément en n’ayant accepté que la morale nue du christianisme, mais dans la communion avec Lui […]. Nous ne résoudrons la question de la liberté de conscience que lorsque nous aborderons le terrain du véritable exploit chrétien, quand, au sens propre, nous communierons avec le Christ.
Les articles et les propos publics de Novossiolov pour défendre la peine de mort (1909) ne sont pas révélés.

16 OR RNB, fonds 322, dossier 3, f° 178, 181.

17 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour (1893-1904), in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Journaux intimes], 2 т., т. 1, Mосква, Интелвак, 1999, p. 35-88. Pour la première édition de ce journal intime, voir Пахмусс [Pachmuss] Т., публ., Возрождение, Париж, no 211, 1969, p. 25-47 ; no 212, 1969, p. 39-78.

18 Tatiana Nikolaïevna Guippius (1877-1957) est l’une des trois sœurs cadettes de Z. Guippius (ses proches l’appellent Tata) ; elle est peintre et illustratrice de livres ; les Mérejkovski désignent par le terme « journaux intimes » les lettres qu’elle leur écrit (presque chaque jour) pendant leur absence de Saint-Pétersbourg. À propos d’elle et de ses journaux intimes, voir Павлова [Pavlova] М. М., вступ. ст., подготовка текста, прим., « Истории “новой” христианской любви. Эротический эксперимент Мережковских в свете “Главного” – Из “дневников” Т. Н. Гиппиус 1906-1908 годов » [« Histoires du “nouvel” amour chrétien. L’expérience érotique des Mérejkovski à la lumière de “l’Essentiel” – Extraits des “journaux intimes” de T. N. Guippius des années 1906-1908 »], in Павлова [Pavlova] М. М., сост., Эротизм без берегов, Mосква, Новое литературное обозрение, 2004, p. 391– 455.

19 La citation est tirée de la préface qui ouvre le huitième livre de poésies de F. Sologoub, cf. Сологуб [Sologoub] Ф., Пламенный круг [Le cercle de flamme], Mосква, Золотое Руно, 1908.

20 Cf. Кузмин [Kouzmine] М. А., Дневник 1905-1907 [Journal intime 1905-1907], Богомолов [Bogomolov] Н. А., Шумихин [Choumikhine] С. В., предисловие, подготовка текста, комм., Санкт-Петербург, изд. Ивана Лимбаха, 2000.

21 C’est un fragment de la dédicace que Rozanov inscrit sur son livre Les impressions italiennes [Итальянские впечатления], offert à Kabloukov. Cette dédicace est recopiée par Kabloukov dans la note du 12 mai 1909, OR RNB, fonds 322, dossier 4, f° 118. Elle fait également partie de la publication : Каблуков [Kabloukov] С. П., « С. П. Каблуков о В. В. Розанове (из дневника 1909 г.) » [« S. P. Kabloukov à propos de V. V. Rozanov (extraits du journal intime de 1909) »], op. cit., p. 203.

22 Ivan Ivanovitch Mitiournikov est le propriétaire d’une librairie qui, dans les années 1902-1914, se trouve au 5 av. Zagorodnyï, puis au 31 av. Litéinyï. Kabloukov a eu principalement recours aux services de ce magasin ; Mitiournikov a diffusé les éditions de Rozanov avec le concours de Kabloukov.

23 OR RNB, fonds 322, dossier 7, f° 27-28. La lettre est collée dans le journal intime de Kabloukov avec une note : « Reçue 3 [/16]. X.[19] 09 ». Ibid., f° 27.

24 OR RNB, fonds 322, dossier 4, f° 113.

25 Ibid., f° 270.

26 Journal intime de 1911, ibid., dossier 17, f° 375.

27 Aglaïda Petrovna Nikiforova (1874 – pas avant 1917) est directrice du lycée privé pour jeunes filles dans lequel enseigne Kabloukov. À partir de février 1910, elle est membre actif de la Société religieuse et philosophique de Saint-Pétersbourg.

28 OR RNB, fonds 322, dossier 8, f° 187-189. Il s’agit d’une lettre dans une enveloppe, collée dans le journal. L’enveloppe porte la note « Ma profession de foi (APN) » [« Мое исповедание (АПН) »].

29 Ibid., dossier 7, f° 7.

30 OR RNB, fonds 322, dossier 12, f° 177. Sur cette page est collée la lettre d’A. V. Kartachov du 23 décembre 1910 avec l’invitation à venir les rejoindre pour Noël.

31 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Journaux intimes], 2 т., т. 1, op. cit., p. 143– 144. Pour la première édition de ce journal intime, voir Пахмусс [Pachmuss] Т., публ., Возрождение, Париж, no 218, 1970, p. 52-70 ; ibid., no 219, 1970, p. 57-73 ; ibid., no 220, 1970, p. 53-75.

32 OR RNB, fonds 322, dossier 9, f° 106, 114, 131, 148.

33 Il s’agit probablement de Nikolaï Aleksandrovitch Ratkov-Rojnov, le mari de Zinaïda Vladimirovna (née Filossofova).

34 OR RNB, fonds 322, dossier 9, f° 2.

35 Ibid., dossier 4, f° 37-39.

36 Ibid., dossier 7, f° 3.

37 Ibid., dossier 4, f° 110-112.

38 Il s’agit du journal intime de Z. Guippius Contes d’amour (1893-1904), voir la note 17.

39 OR RNB, fonds 322, dossier 4, f° 161-163. Pour la première publication, voir Павлова [Pavlova] М. М., вступ. заметка, публ., « “Распоясанные письма” В. В. Розанова » [« “Les lettres dépravées” de V. V. Rozanov »], Литературное обозрение, no 11, 1991, p. 67-71. Kabloukov avait 12 ans de moins que Guippius et pouvait ignorer des faits de sa vie privée connus de ses contemporains dès les années 1890. Par exemple, Iékatérina Mikhaïlovna Lopatina (pseudonyme K. Ieltsov, 1865-1935), une connaissance de Guippius, note le 19 janvier 1897 dans son journal intime :
Видела Гиппиус, вот удивительный вид… И так хороша собой. Мне казалось, что это совершенно развратное лицо, а Л [идия] Ф [илипповна] [Маклакова] дорогой сказала мне, что, говорят, она с мужем живёт как сестра, и с Вол[ынск] им ездила заграницу точно так же. И мне стало так интересно… Это что-то совсем новое и что-то, в чём есть элемент кн. К [удашев] а. (Cf. IRLI, R. I, inventaire 15, dossier 137, f° 30v-31).
J’ai vu Guippius, voilà une figure surprenante… Et si belle. J’ai eu l’impression que c’est un personnage parfaitement pervers, or L[idia] F[ilippovna] [Maklakova] m’a dit pendant le trajet que, d’après les rumeurs, elle vit avec son mari comme une sœur, et qu’elle est partie pour l’étranger avec Vol[ynski] de la même manière. Cela m’a beaucoup intéressée… C’est quelque chose de tout à fait nouveau et en cela il y a un élément du prince K[oudachev].

40 OR RNB, fonds 322, dossier 10, f° 51-53.

41 Le texte de l’Appel du Saint-Synode au peuple à l’occasion de la proclamation du manifeste du 17 octobre 1905, rédigé par les Mérejkovski et Filossofov à la demande du procureur général, le prince Alekseï Dmitriévitch Obolenski (1855-1933), est recopié par Kabloukov dans les notes des 10-18 juillet 1910 de son journal intime (ibid., f° 87v, 89v, 90v, 91v, 92v, 93v-96v). Aucune autre source de ce texte n’est connue. Nous avons décidé de ne pas mettre ces matériaux dans le présent article, car leur volume et leur contenu nécessitent une publication à part, prévue dans le recueil L’héritage épistolaire de Z. N. Guippius [Эпистолярное наследие З. Н. Гиппиус, серия « Литературное наследство »] (à paraître).

42 Il est question du compte rendu de La Voie nouvelle écrit par Ioann de Kronstadt, qui a qualifié la revue de satanique :
Это сатана открывает эти новые пути, и люди бессмысленные буйи, не понимающие, что говорят, губят и себя и народ, так как свои сатанинские мысли распространяют среди него.
C’est Satan, qui ouvre ces voies nouvelles, et les gens, ces stupides impertinents, qui ne comprennent pas ce qu’ils disent, font périr et eux-mêmes, et le peuple, car ils diffusent auprès de lui leurs idées sataniques.
Cf. Новый путь [La Voie nouvelle], Санкт-Петербург, no 3, 1903, p. 4 ; voir également la réponse de la rédaction de la revue dans ibid., no 4, 1903, p. 169.

43 Le texte de « L’Appel à l’Église » [« Воззвание к Церкви »] (OR RNB, fonds 322, dossier 10, f° 97-103) est publié par M. Pavlova dans Павлова [Pavlova] М. М., « Мученики великого религиозного процесса » [« Les martyres du grand processus religieux », in Мережковский [Mérejkovski] Д. С., Гиппиус [Guippius] З. Н., Философов [Filossofov] Д. В., Царь и революция, Колеров [Kolérov] М. А., ред., перевод с французского Эдельман [Edelman] О. В., Mосква, ОГИ, 1999, p. 10-12. Pour la première publication de ce texte, voir Аллой [Alloï] В., публ., « Из писем Зинаиды Гиппиус » [« Correspondance choisie de Zinaïda Guippius »], Минувшее – Исторический альманах, Mосква, « Прогресс » – Феникс, выпуск 4, 1991, p. 330-331. Une copie manuscrite de « L’Appel… », qui diverge quelque peu du texte du journal de Kabloukov, est conservée dans l’archive de V. F. Ern, avec sa note au crayon : « Rédigé par Mérejkovski, 1906 » [« Составлено Мережковским, 1906 »]. Pour la publication de cette version, voir Кейдан [Kéidane] В. И, сост., подготовка текста, вступ. ст., комм., Взывающие Града – Хроника частной жизни русских религиозных философов в письмах и дневниках, Mосква, 1997, p. 702.

44 Il s’agit des prêtres Konstantin Markovitch Agguéiev (1868-1920), Ivan Fiodorovitch Iégorov (1872-1921) – les deux sont membres de la Société religieuse et philosophique – et de Grigori Spiridonovitch Pétrov (1868-1925).

45 Les œuvres de Guippius portant de tels titres sont inconnues, les autographes dans l’archive de Kabloukov ne sont pas conservés, voir Barda A., Bibliographie des œuvres de Z. Hippius, Paris, Institut d’études slaves, 1975. Ce sont probablement des œuvres inconnues de Guippius, ou bien des premières rédactions inconnues de textes publiés ultérieurement.

46 Le texte de Z. Guippius intitulé Le mal Les gens cruels [Зло Жестокие люди] a été en effet publié dans la revue L’Illustration universelle [Всемирная Иллюстрация] en 1895, cf. no 11., p. 190 ; no 12, p. 205-207 ; no 13, p. 226-227 ; no 14, p. 241-246 ; no 15, p. 266-267 ; no 16, p. 279-281 ; no 17, p. 298-299.

47 Le récit L’insaisissable [Неуловимая] a été publié dans La Revue pittoresque [Живописное Обозрение] en 1897 (no 1, p. 10-16). Il est réédité dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений, т. 10, Последние желания, Mосква, Интелвак, 2006, p. 204-221.

48 Pour la version russe des nouvelles Les trois dames de cœur et Erreur, accompagnée d’un commentaire de M. Pavlova, voir Гиппиус [Guippius] З. Н., [Рассказы], Павлова [Pavlova] M. М., публ., комм., послесловие, перевод с французского Перовской [Pérovskaïa] Ф. А., Новое литературное обозрение, Mосква, no 8, 1994, p. 5-24. Pour la version originale de ces nouvelles, accompagnée d’un commentaire revu et augmenté de M. Pavlova, voir « Deux nouvelles françaises de Zinaïda Guippius » dans le chapitre V, « Publications d’archives », du présent volume. La nouvelle La clé n’est pas connue.

49 Il est question de la thèse de D. I. Konovalov Sur l’extase religieuse [О религиозном экстазе], publiée en 1908 sous le titre L’extase religieuse dans les sectes mystiques russes [Религиозный экстаз в русском мистическом сектантстве]. C’est Viatcheslav Ivanov qui a demandé à Kabloukov de lui trouver ce livre, fait mentionné dans la note du 28 juin 1910. Cf. OR RNB, fonds 322, dossier 10, f° 48.

50 OR RNB, fonds 322, dossier 10, f° 97.

51 Tous ces documents sont recopiés par Kabloukov dans sa note du 18 juillet, ibid., dossier 10, f° 105-109v.

52 Ibid., f° 97-103. Cf. note 40.

53 Ibid., f° 44.

54 Cf. Религиозно-философское общество в Санкт-Петербурге (Петрограде) – История в материалах и документах [La Société religieuse et philosophique à Saint-Pétersbourg (Petrograd) – L’histoire dans les matériaux et les documents], 3 т., op. cit.

55 Каблуков [Kabloukov] С. П., « С. П. Каблуков о В. В. Розанове (из дневника 1909 г.) » [« S. P. Kabloukov à propos de V. V. Rozanov (extraits du journal intime de 1909) »], op. cit., p. 200-222 ; Гончарова [Gontcharova] Е. И., « Контуры жакерии : В. В. Розанов и Мережковские » [« Les contours de la Jacquerie : V. V. Rozanov et les Mérejkovski »], op. cit., p. 123-127.

56 Par exemple, dans la note de Kabloukov du 12 octobre 1909, on lit :
З. Н. Мережковская, прочитав книгу В. Розанова « Русская Церковь », сказала мне сегодня, что эта книга заслуживает ареста : « какую ужасную книгу написал Розанов ». Осуждает она и статью В [асилия] В [асильевича] в « Весах » : « Магическая страница у Гоголя », в которой В. В. не в шутку защищает и даже похваливает кровосмешение (Весы. Август. 09 г.). Действительно, статья эта довольно беззастенчива по мысли и нескромна по тону и языку. (OR RNB, fonds 322, dossier 7, f° 48, 50).
Z. N. Mérejkovskaïa, après avoir lu le livre de V. Rozanov L’Église russe, m’a dit aujourd’hui qu’il fallait procéder à la saisie de ce livre : « quel livre horrible a écrit Rozanov. » Elle désapprouve aussi l’article de V[assili] V[assiliévitch], publié dans La Balance : « Une page magique chez Gogol », dans lequel V. V., sans plaisanter, défend l’inceste et le loue même (La Balance, août 09). En effet, cet article est assez effronté par son contenu et impudique par son ton et son écriture.

57 Nous n’abordons pas l’histoire des relations des Mérejkovski avec l’évêque Mikhaïl, car c’est un vaste sujet, qui dépasse de loin la problématique du présent article.

58 OR RNB, fonds 322, dossier 4, f° 177.

59 Ibid., dossier 4, f° 183.

60 Cf. Сажин [Sajine] В. Н., « О последней стихотворной переписке Зинаиды Гиппиус и Александра Блока » [« Sur la dernière correspondance poétique de Zinaïda Guippius et d’Aleksandr Blok »], Учебный материал по теории литературы – Жанры словесного текста. Анекдот, Таллин, 1989, p. 199-203.

61 Паолини [Paolini] М., « Мужское “Я” и “женскость” в зеркале критической прозы Зинаиды Гиппиус » [« Le “Je” masculin et la “féminitude” dans le miroir de la prose critique de Zinaïda Guippius »], Королёва [Koroliova] Н. В., ред-сост., Зинаида Николаевна Гиппиус – Новые материалы. Исследования [Zinaïda Nikolaïevna Guippius – Nouveaux matériaux. Recherches], Mосква, ИМЛИ РАН, 2002, p. 274-289.

Notes de fin

1 Le mot russe « колода » peut également signifier « un jeu de cartes ».

2 Nous avons essayé de reproduire l’écriture enfantine, parsemée de fautes, comme c’est le cas dans l’original russe.

3 Il s’agit du roman de Boris Savinkov, paru en 1909 sous le pseudonyme V. Ropchine [В. Ропшин].

4 Mot italien qui signifie « nonchalance ».

Table des illustrations

Légende Ill. 9 : Photographie de S. P. Kabloukov, tirée de l’ouvrage d’A. A. Iermitchov, La Société religieuse et philosophique à Saint-Pétersbourg 1907-1917.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search