Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

III. L'écriture poético-philosophique du genre

La lumière dans la poésie de Zinaïda Guippius

Florence Corrado-Kazanski

Texte intégral

  • 1 « Dieu est lumière », 1 Jn 1,5.
  • 2 Nous renvoyons à l’exposé synthétique de cette question proposé dans l’article suivant : Осипова [O (...)

1Le thème de la lumière occupe une place majeure dans la culture de l’âge d’argent. À cette époque de renouveau spirituel, la conception théologique de la lumière comme nom de Dieu1, ainsi que la mystique de la lumière comme manifestation divine dépassent les limites de la religion et investissent le domaine des arts, qui sont également marqués par les découvertes concernant la physique de la lumière. C’est dans les arts picturaux que l’enjeu de la lumière apparaît de la manière la plus évidente, mais l’art verbal, en particulier symboliste, va se réapproprier et actualiser cet héritage pluriforme2.

  • 3 « La poésie en général, et le poème en particulier, la musique verbale, n’est que l’une des formes (...)

2La poésie de Zinaïda Guippius, dont elle dit elle-même qu’il ne s’agit que d’une forme de prière3, peut toute entière être lue sous le signe unificateur de la lumière. En effet, l’importance des couleurs, l’opposition de la lumière et de l’obscurité, traversent toute son œuvre poétique. Emblématique à cet égard est le titre Rayonnements [Сияния] de son sixième recueil de poèmes paru à Paris en 1938.

3Le présent travail a pour modeste ambition d’évoquer la thématique de la lumière dans la poésie lyrique de Zinaïda Guippius, sans prétendre à une interprétation exhaustive de sa poétique, à partir de l’analyse précise de poèmes choisis du point de vue de leur pertinence par rapport à notre problématique, sans limitation chronologique. Nous tâcherons également d’étudier pour chaque poème cité la relation intime qui se dessine entre le héros lyrique et la lumière.

4Nous étudierons tout d’abord le motif de la lumière dans les poèmes que l’on peut qualifier de paysages, dans lesquels apparaît nettement une dimension picturale figurative. Nous verrons ensuite la symbolique de la lumière dans des poèmes se présentant ouvertement comme des prières, ou comme des méditations spirituelles. Nous mettrons enfin en évidence les correspondances entre lumière, ténèbres, silence et parole dans des poèmes que l’on peut qualifier de mystiques.

Le motif de la lumière dans les poèmes-paysages

  • 4 http://az.lib.ru/g/gippius_z_n/text_0500.shtml

5Zinaïda Guippius consacre de nombreux poèmes à l’heure du crépuscule, propice à l’ouverture de l’être selon la pensée symboliste. En témoigne le poème-miniature Instant [Мгновение], écrit en 18984.

  • 5 Les traductions proposées par nos soins sont des traductions de travail.

Мгновение

Instant

Сквозь окна светится небо высокое,
Вечернее небо, тихое, ясное.
Плачет от счастия сердце мое одинокое,
Радо оно, что небо такое прекрасное.

Là-haut, à travers la fenêtre, le ciel luit,
Vespéral, paisible et clair.
Mon cœur solitaire pleure de bonheur,
Joyeux que le ciel soit si beau.

Горит тихий, предночный свет,
От света исходит радость моя.
И в мире теперь никого нет.
В мире только Бог, небо и я.

Brille la lumière douce du crépuscule,
Lumière qui fait naître ma joie.
Il n’y a plus personne au monde
Que Dieu, le ciel, et moi5.

  • 6 Nous reprenons ici le commentaire fait par L. V. Karassiov, cf. Карасёв [Karassiov] Л. В., « Чтобы (...)

6Dans ce poème-miniature, la dimension picturale figurative est réduite à son minimum : le héros lyrique à sa fenêtre, contemplant le ciel crépusculaire. Le poème est centré sur ses impressions, l’instant décrit est celui où la prière jaillit du cœur. La contemplation du ciel est le point de départ de la poésie-prière. Ce poème est un poème statique, pictural, dont le seul mouvement est celui, à peine perceptible, du rayonnement de la lumière (« luit » [« светится »], « Brille » [« Горит »]) auquel répond celui de l’élan du cœur chez le sujet lyrique (« Lumière qui fait naître ma joie » [« От света исходит радость моя »]). Les adjectifs décrivant le ciel et la lumière sont simples et répétés plusieurs fois, comme pour mieux faire entrer le lecteur dans la contemplation de la merveille de la nature : clarté (« ясное »), douceur (« тихое ») et beauté (« прекрасное ») caractérisent ce tableau, ou plutôt cette vision, qui apparaît comme une variation personnelle, subjective, de l’hymne chrétienne primitive Douce lumière [Свете тихий] en slavon, Lumière joyeuse en français, chantée à la tombée du jour dans la tradition orthodoxe. Les deux traductions slavonne et française du grec ilaros montrent que douceur et joie sont synonymes6, à la douceur de la vision répond la plénitude de joie de l’orant qui se manifeste dans les larmes. Mais la thématique orthodoxe est masquée par une pose romantique appuyée, marquée par la solitude (« mon cœur solitaire » [« сердце мое одинокое »]), qui transforme l’ouverture initiale à Dieu en un recentrement sur le « moi », sur lequel se clôt le poème : « Que Dieu, le ciel, et moi » [« только Бог, небо и я »].

  • 7 Гиппиус [Guippius] З. Н., Крылатое [Ailé], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poèmes], op. (...)

7Ainsi, le poème Instant, évocation de la lumière du soir, est caractérisé par un mouvement descendant, du haut du ciel (« небо высокое »), vers le « moi » du sujet lyrique. Un autre poème-paysage plus tardif, Ailé7 [Крылатое], écrit en France, à Pau, en 1912, dessine un mouvement contraire.

Крылатое

Ailé

И. А. Бунину

à I. A. Bounine

В дыму зеленом ивы…
Камелии – бледны.
Нежданно торопливы
Шаги чужой весны.

Dans la fumée verte du saule…
Pâles sont les camélias,
Et les pas du printemps étranger
Rapides et inattendus.

Томленье, воскресанье
Фиалковых полей.
И бедное дыханье
Зацветших миндалей.

Langueur, retour à la vie
Des champs de violettes.
Humble respiration
Des amandiers en fleurs.

По зорям – все краснее
Долинная река,
Воздушней Пиренеи,
Червонней облака.

Au crépuscule, toujours plus rouge
Est le fleuve de la vallée,
Les Pyrénées plus aériennes,
Et les nuages vermeils.

И, средь небес горящих,
Как золото, желты –
Людей, в зарю летящих,
Певучие кресты.

Et parmi les cieux en feu,
Jaunes comme l’or,
Les croix chantantes des hommes
Volent au crépuscule.

8Le tableau d’un crépuscule de printemps dans les Pyrénées, par ses couleurs et son attention à la luminosité, rappelle les toiles des impressionnistes français. Les touches de couleurs sont discrètes, nuancées, harmonieuses. Les deux premières strophes sont consacrées au paysage terrestre, ses arbres et ses fleurs, caractérisé par des couleurs pâles : le gris-vert du saule (« В дыму зеленом ») et le mauve des violettes (« Фиалковых полей ») sont associés à la blancheur des camélias et de l’amandier. Pas de trace humaine dans ces deux strophes, le « je » lyrique s’est effacé, mais la nature elle-même est personnifiée : « les pas du printemps étranger » [« Шаги чужой весны »], « Langueur » [« Томленье »], « respiration » [« дыханье »], tels sont les seuls mouvements de ce paysage immobile.

  • 8 Voici le texte slavon de l’hymne : « Свете Тихий святыя Славы Безсмертнаго Отца Небеснаго, Святаго (...)

9Aux deux strophes suivantes, le regard s’éloigne vers l’horizon puis s’élève vers le ciel. L’indication du fleuve et des montagnes donne une dimension concrète, réelle au paysage pourtant transfiguré par le soleil couchant, et les couleurs pastel de la terre laissent place à différentes nuances vives de rouge (« краснее », « Червонней ») et de jaune (« Как золото, желты »). On pourrait dire que l’esthétique impressionniste du début laisse place à une esthétique baroque qui apporte un mystérieux mouvement à la fin du poème : l’envol des croix et des corps, « les croix chantantes des hommes volant au crépuscule » [« Людей, в зарю летящих,/Певучие кресты. »], qui fait écho au titre Ailé. La syntaxe désarticulée de ces deux derniers vers renforce l’impression d’une extase mystique. Cette vision est-elle celle d’anges baroques, ou celle du corps du sujet lyrique, absent du poème, et ravi aux cieux ? Ce qui frappe est l’association de la lumière des croix et du chant (« Les croix chantantes » [« Певучие кресты »]), qui suggère que la lumière est aussi musique, et par métaphore, poésie. La lumière est source d’inspiration poétique, et elle transfigure la poésie en extase. C’est ce que laisse penser le final de ce poème qui une fois encore, rappelle l’hymne déjà évoquée dans laquelle la lumière du soleil ouvre les cœurs à la Lumière invisible et appelle à un chant de louange : « Tu es digne dans tous les temps d’être célébré par des voix saintes8 ».

10Dans les deux poèmes étudiés, la lumière évoquée est une lumière physique, réelle, décrite de manière picturale, dont la contemplation peut suggérer la lumière divine et transmuer la poésie en prière. À cette lumière physique, qui symbolise le bien, s’oppose, conformément à la vision du monde chrétienne, l’obscurité symbolique du mal, celle du monde environnant comme de l’être intérieur. C’est ce qu’affirment, de manière discursive ou métaphorique, d’autres poèmes de Zinaïda Guippius, qui se présentent comme des prières adressées à Dieu, ou comme des méditations sur la vie spirituelle.

La symbolique de la lumière et des ténèbres

  • 9 Гиппиус [Guippius] З. Н., Серое платьице [La petite robe grise], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихо (...)

11Dans cet emploi symbolique de l’opposition entre la lumière et l’obscurité, qui acquiert le sens moral de l’opposition du bien et du mal, c’est l’évocation de l’obscurité qui prévaut dans les poèmes de Zinaïda Guippius. Un poème expose clairement le symbole de la couleur grise, synonyme du mal : c’est le poème La petite robe grise [Серое платьице], écrit en 19139, en forme de questions-réponses entre le sujet lyrique et une fillette « aux yeux vides », fille de la Mort. Nous n’en citons que la fin :

Девочка, в сером платьице,

Fillette en robe grise,

Девочка с глазами пустыми,
Скажи мне, как твое имя ?

Fillette aux yeux vides,
Dis-moi, quel est ton nom ?

А по-своему зовет меня всяк:
Хочешь этак, а хочешь так.

Chacun m’appelle comme il veut :
D’un nom, ou d’un autre.

Один зовет разделеньем,
А то враждою,
Зовут и сомненьем,
Или тоскою.

L’un m’appelle division,
Ou haine,
On m’appelle encore doute,
Ou mélancolie.

Иной зовет скукою,
Иной мукою…
А Мама-Смерть – разлукою,

Un autre m’appelle ennui,
Un autre encore souffrance…
Et Maman-la Mort appelle séparation

Девочку в сером платьице…

La fillette en robe grise…

  • 10 Флоренский [Florenski] П. А., Имена [Les noms], in Флоренский [Florenski] П. А., Сочинения в 4-х то (...)

12Les différents noms de la fillette sont autant de symboles possibles de la couleur grise, qui est aussi et avant tout associée au vide (« Fillette à la robe grise,/ Fillette aux yeux vides » [« Девочка, в сером платьице,/ Девочка с глазами пустыми »]). Le gris est donc la couleur du manque, de la béance ontologique, comme en témoigne aussi l’absence de prénom déterminé de la fillette. En effet, comme l’analyse Pavel Florenski dans son ouvrage Les noms10, le nom matérialise la filiation divine de chaque être humain, le nom unique est le signe de l’existence en Dieu. Ici au contraire, cette unité est rompue, tous les noms signifient au contraire la division (« разделеньем », « враждою », « сомненьем », « разлукою ») à l’image du Diable, le Diviseur. Le gris est donc la couleur de la division, mais aussi de la souffrance (« тоскою », « скукою », « мукою »). Manque, division, souffrance : autant de définitions du mal que symbolise la couleur grise.

  • 11 http://az.lib.ru/g/gippius_z_n/text_0500.shtml

13Dans d’autres poèmes, Zinaïda Guippius a recours non plus à la couleur grise, mais au motif de l’obscurité, « мрак », et à la notion biblique de ténèbres, « тьма », deux noms connotés ontologiquement. Nous citerons d’abord le début du poème Au Christ11 [Христу], écrit en 1901, qui se présente ouvertement comme une prière adressée au Messie :

Христу

Au Christ

Мы не жили – и умираем
    Среди тьмы.
Ты вернешься… Но как узнаем
    Тебя – мы?

Nous ne vivions pas – et nous mourons
    Au milieu des ténèbres.
Tu reviendras… Mais comment
    Te reconnaître ?

Всё дрожим и себя стыдимся,
    Тяжел мрак.
Мы молчаний Твоих боимся…
    О, дай знак!

Nous tremblons, plein de honte,
    Lourde est l’obscurité.
Nous avons peur de Tes silences…
    Ô, donne-nous un signe !

  • 12 Les deux derniers vers du poème sont : « Mais nous le croyons : Tu seras de nouveau/ Parmi nous. » (...)

14Dans ce poème-prière, pas de « je » lyrique, mais un « nous » qui rassemble la communauté des croyants. L’obscurité qui est nommée est celle du monde environnant, plongé dans le péché, et Zinaïda Guippius reprend sur un mode poétique les affirmations ontologiques de l’Évangile de saint Jean : « Nous ne vivions pas – et nous mourons/ Au milieu des ténèbres. » [« Мы не жили – и умираем/ Среди тьмы. »] La métaphore biblique des ténèbres permet de nommer l’état des hommes, et du monde entier, loin de Dieu. Cette distance est matérialisée au quatrième vers par le tiret qui sépare, tout en laissant espérer la réunion, entre les deux pronoms désignant le Christ et les hommes : « Тебя – мы ». Mais les ténèbres sont aussi ténèbres intérieures de l’âme pécheresse : « Nous tremblons pleins de honte/ Lourde est l’obscurité » [« Всё дрожим и себя стыдимся/ Тяжел мрак »]. Le poids de cette obscurité spirituelle, augmenté par la dureté des noms monosyllabiques, en position de rime masculine dans tous les vers pairs, s’oppose à la légèreté des « croix chantantes » du poème Ailé qui s’élevaient dans la lumière… Mais l’évocation de l’obscurité, dans la première partie du poème est contrebalancée par l’espérance du retour du Christ, dans sa deuxième partie12. De même le poème Désolation [Опустошение, 1902], consacré aux ténèbres intérieures du sujet lyrique, laisse une place à l’espérance, et à la lumière.

Опустошение

В моей душе, на миг опустошенной,
На миг встают безгласные виденья.
Качают головами сонно, сонно,
И пропадают робкие виденья.

Во тьме идет неслышно дождь упрямый,
Безмолвный мимо пролетает ветер.
Задев крылами, сотрясает рамы
И вдаль летит без звука черный ветер.

Что холодит меня во мне так странно?
Я, слушая, не слышу бьенья сердца.
Как будто льда обломок острогранный
В меня вложили тайно вместо сердца.

Я сплю, успенью моему покорный,
Но чаю воскресенья вечной правды.
Неси мою одежду, ветер черный,
Туда, наверх, к престолу нашей Правды!

 

Désolation

Dans mon âme brusquement dévastée,
Se lèvent en un instant des apparitions sans voix,
Elles secouent la tête, endormies,
Timides, et disparaissent.

Dans l’obscurité tombe sans bruit une pluie têtue,
Le vent souffle sans mots.
Touchant de ses ailes les fenêtres,
Un vent noir vole en silence dans le lointain.

Qu’est-ce qui, de l’intérieur, me donne étrangement si froid ?
J’écoute mais n’entends pas les battements de mon cœur.
Comme si on m’avait mis en secret
Un morceau de glace coupant à la place du cœur.

Je dors, soumis à mon sommeil,
Mais j’attends la résurrection de la justice éternelle.
Vent noir, porte mon vêtement
Là-haut, vers le trône de notre Justice !

  • 13 Ap 7,14.
  • 14 Ml 3,20 ou (4,2, selon les éditions) : « Mais pour vous qui craignez mon Nom, le Soleil de justice (...)

15Par son titre qui donne à voir la figure du vide creusé par le mal, le poème fait écho à la fillette aux yeux vides du poème La petite robe grise, mais ici le gris laisse place au noir. À l’opposé des poèmes-paysages statiques où le sujet lyrique contemple la lumière du ciel, le poème Désolation se présente comme un tableau en mouvement des ténèbres de l’âme. Le mouvement est d’abord celui du vide qui s’est creusé, « Dans mon âme brusquement dévastée » [« В моей душе, на миг опустошенной »], puis celui des visions qui semblent personnifier le remords et le repentir, « Se lèvent en un instant des apparitions sans voix » [« На миг встают безгласные виденья »]. Il s’agit ensuite du mouvement de la pluie, « tombe sans bruit une pluie têtue » [« идет неслышно дождь упрямый »], et du vent, « Le vent souffle sans mots » [« Безмолвный мимо пролетает ветер »], réalités du monde extérieur qui acquièrent un sens métaphorique et deviennent les signes de la désolation de l’âme avec le qualificatif « vent noir » [« черный ветер »] lors de la deuxième occurrence du mot. Cette métaphore maléfique suggère aussi la dimension cosmique, apocalyptique, du combat spirituel qui se joue dans l’âme. Le « vent noir » désigne ainsi le souffle destructeur de la mort spirituelle, qui est aussi symbolisée par le froid : « qui me donne froid » [« Что холодит меня »], « comme si un morceau de glace coupant » [« Как будто льда обломок острогранный »]. Les ténèbres sont enfin renforcées par le silence, en tant qu’absence de voix, de sons ou de paroles (« безгласные », « неслышно », « Безмолвный », « без звука »), rendant omniprésente la figure centrale du manque et du vide. La dimension apocalyptique du poème est encore suggérée par l’évocation du vêtement, « Неси мою одежду », qui doit être lavé dans le sang de l’Agneau13. L’ultime mouvement du poème est ainsi celui de la foi, de la conversion qui tourne l’être vers le Christ. Les trois derniers vers de ce poème noir sont lumineux grâce, oserons-nous dire, à la « couleur symbolique » du mot biblique de résurrection, « воскресенья », associé à la blancheur étincelante dans les récits évangéliques et les icônes, et grâce à la répétition du mot Justice, « правды », inexorablement uni à la lumière à cause de l’image du « Soleil de justice » du prophète Malachie14.

16Nous avons évoqué l’importance du silence dans ce poème, qui est le silence vide de l’absence de Dieu. Pour reprendre les termes de la problématique qui nous intéresse, le silence a donc une face obscure, mais il a également une face lumineuse qui est celle du silence ascétique, auquel Zinaïda Guippius consacre de nombreux vers. Nous étudierons maintenant ces correspondances entre lumière, ténèbres, silence et parole, qui suivent une logique à la fois poétique et mystique.

Lumière, ténèbres, silence, verbe

17Le poème Crépuscule [Вечерняя заря], écrit en 1897, évoque précisément ce lien entre lumière et silence : la contemplation de la lumière vespérale, symbole de la Lumière incréée, appelle en retour au silence ascétique.

Вечерняя заря

Crépuscule

Я вижу край небес в дали безбрежной
И ясную зарю.
С моей душой, безумной и мятежной,
С душою говорю.

Je vois le bord du ciel dans le lointain immense,
Et le pur crépuscule.
Je parle avec mon âme,
Mon âme folle et révoltée.

И если боль ее земная мучит –
Она должна молчать.
Ее заря небесная научит
Безмолвно умирать.

Si la douleur terrestre la tourmente,
Elle doit garder silence.
Le crépuscule céleste lui apprendra
À mourir sans mots.

Не забывай Господнего завета,
Душа, – молчи, смирись…
Полна бесстрастья, холода и света
Бледнеющая высь.

N’oublie pas le commandement du Seigneur,
Mon âme : sois humble et silencieuse…
Impassible, froide et lumineuse
Est l’immensité pâle.

Повеяло нездешнею прохладой
От медленной зари.
Ни счастия, ни радости – не надо.
Гори, заря, гори!

Un souffle d’une fraîcheur inconnue
Emane du lent crépuscule.
Nul besoin de bonheur, ni de joie.
Brille, lumière du soir, brille !

  • 15 « Brille, brille, étoile… » [« Гори, гори, моя звезда… »], célèbre romance russe du compositeur Pio (...)

18Le poème s’ouvre sur le « je » du sujet lyrique, pour se clore sur une note de lumière, par la répétition du verbe « brille » [« гори »] : tel est le chemin parcouru dans ce poème par le héros lyrique qui, dans la contemplation de la lumière du soir, va apprendre à renoncer à soi-même par le silence. La vision de la limpidité du ciel provoque dans un premier temps une introspection ; se dessine alors un portrait de l’âme du héros lyrique, caractérisée par l’excès (« avec mon âme, folle et révoltée » [« С моей душой, безумной и мятежной »]), et la souffrance (« Si la douleur terrestre la tourmente » [« И если боль ее земная мучит »]), dont la guérison ne sera apportée que par le silence (« Elle doit garder silence » [« Она должна молчать »]). Le silence, érigé en commandement divin, est ici présenté comme un synonyme de l’humilité par la juxtaposition des deux impératifs « молчи, смирись » (« sois humble et silencieuse »), suivis par les points de suspension qui le matérialise. Le silence naît de la contemplation de la lumière du soir et y retourne ; les points de suspension en fin de vers, signes de l’oraison, unissent le silence du « je » lyrique au ciel décrit aux deux vers suivants : « Impassible, froide et lumineuse/ Est l’immensité pâle » [« Полна бесстрастья, холода и света/ Бледнеющая высь »]. Le ciel est décrit comme plénitude de lumière, mais il est aussi caractérisé par le froid de l’impassibilité, auquel justement doit répondre l’absence de passions du sujet lyrique. Puis le froid se mue à la dernière strophe en fraîcheur vivifiante (« Un souffle d’une fraîcheur inconnue » [« Повеяло нездешнею прохладой »]), métaphore du souffle divin, de la grâce, qui apparaît comme la récompense de l’effort ascétique. Le poème se clôt sur le renoncement à soi du sujet lyrique, « Nul besoin de bonheur ni de joie » [« Ни счастия, ни радости – не надо »], qui s’efface devant la lumière du crépuscule, « Brille, lumière du soir, brille ! » [« Гори, заря, гори ! »]. L’allusion à la célèbre romance15, par la répétition de l’impératif « гори », tend une dernière fois à identifier lumière et chant, comme à la fin du poème Ailé. Le poème Crépuscule, à la fois théologique et mystique, suggère la tension entre silence ascétique et verbe lumineux, qui apparaissent comme étant les deux pôles de la vie (et de la poésie) devant Dieu. Le recueil Rayonnements [Сияния], de 1938, est par son titre tout entier placé sous le signe du rayonnement de la poésie. Le poème qui porte le même titre est ouvertement adressé à un double, un frère, « mon pauvre homme-poète » [« мой бедный человек-поэт »], comme un témoignage, ou un testament, qui révèle humblement le sens de la poésie : la quête du verbe lumineux.

Сияния

Rayonnements

Сиянье слов… Такое есть ли?
Сиянье звезд, сиянье облаков –
Я всё любил, люблю…Но если
Мне скажут: вот сиянье слов –
Отвечу, не боясь признанья,
Что даже святости блаженное сиянье
Я за него отдать готов…
Всё за одно сиянье слов!

Lumière des mots… cela existe-t-il ?
Eclat des étoiles, des nuées –
J’ai tout aimé, et aujourd’hui encore.
Mais qu’on me dise : voici la lumière des mots –
Je répondrai sans crainte
Que je suis prêt à donner…
Même l’éclat bienheureux de la sainteté
Pour la lumière des mots !

Сиянье слов? О, повторять ли снова
Тебе, мой бедный человек-поэт,
Что говорю я о сияньи Слова,
Что на земле других сияний нет?

Lumière des mots ? Faut-il te répéter encore,
Mon pauvre homme-poète,
Que je parle de l’éclat du Verbe,
Seul rayonnement sur terre ?

19Le titre du recueil, Сияния (lumière, rayons, éclats), apparaît comme un symbole de la poésie toute entière. Dans le titre de notre poème, le mot suggère qu’il sera question de toutes les lumières : du rayonnement physique des étoiles, des nuages, à l’éclat métaphorique et mystique du mot poétique. La mise en question du rayonnement des mots au premier vers, suivie de l’évocation de la lumière du ciel souvent décrite dans les poèmes cités précédemment, suggère la nature cosmique de la parole ; suit une déclaration d’amour et de fidélité de la part du sujet lyrique envers la poésie dans un élan qui frôle le blasphème (« Que je suis prêt à donner/ Même l’éclat bienheureux de la sainteté » [« Что даже святости блаженное сиянье/ Я за него отдать готов… »]). La répétition du mot « éclat » [« сиянье »] quasiment à chaque vers embrasse tout le poème dans une seule lumière : scintillement des étoiles, limbes de la sainteté, éclat de la poésie. Or c’est bien le mot « слов » (« mots ») qui clôt la strophe, pour souligner que les mots, et par métaphore la poésie, résument tout, contiennent tout. La deuxième strophe, qui débute par la quatrième occurrence de l’expression « éclat des mots » [« Сиянье слов »], explicite le caractère total, absolu, de la poésie : c’est que le verbe poétique n’est que le signe du Verbe divin, qui est le commencement et la fin, « je parle de l’éclat du Verbe » [« говорю я о сияньи Слова »].

20Zinaïda Guippius reprend ici l’idée de l’adéquation intime de la parole humaine au Verbe divin, affirmée avec force par les poètes et penseurs symbolistes à l’âge d’argent. Remarquable est la hiérarchie des lumières qui se dessine dans le poème : d’abord rayonnement physique des astres, puis rayonnement des saints, enfin rayonnement des mots, qui culmine dans le rayonnement du Verbe, manifestation de la gloire divine. La poésie a pour tâche de transfigurer les mots ; la lumière de la poésie, puisque telle est la quête ultime du poète, sera le symbole, au sens fort, de la lumière divine. La métaphore du rayonnement a bien valeur théologique : le sujet lyrique suggère ainsi que la poésie a pour vocation de n’être rien moins qu’une épiphanie de la gloire divine. La poésie, prolongement de l’homme dans sa puissance de création, est appelée à être transfigurée, illuminée, divinisée, comme la nature humaine et tout le cosmos.

21En conclusion, nous pouvons dire que l’étude du motif de la lumière (et de l’obscurité) dans la poésie de Zinaïda Guippius a permis de distinguer quelques éléments essentiels de sa poétique. Nous avons évoqué dans notre première partie la dimension picturale de sa poésie, puis nous en avons approfondi la dimension théologique et mystique. Nombre de poèmes nous sont apparus comme des variations modernes de l’hymne Lumière joyeuse, où la contemplation de la lumière créée engendre la prière, la méditation spirituelle, et même une réflexion métapoétique sur le Salut de la poésie, au croisement du silence ascétique et du verbe lumineux.

Notes

1 « Dieu est lumière », 1 Jn 1,5.

2 Nous renvoyons à l’exposé synthétique de cette question proposé dans l’article suivant : Осипова [Ossipova] Н. О., « Световая парадигма в русской культуре Серебряного века » [« Le paradigme de la lumière dans la culture russe de l’âge d’argent »], Modernités 7, Lyon, CESAL-Université Jean Moulin, 2007, p. 223-235.

3 « La poésie en général, et le poème en particulier, la musique verbale, n’est que l’une des formes que prend dans notre âme la prière. » [« Поэзия вообще, стихосложение в частности, словесная музыка – это лишь одна из форм, которую принимает в нашей душе молитва. »], Гиппиус [Guippius] З. Н., « Необходимое о стихах » [« L’essentiel sur les vers »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poèmes], Пахмусс [Pachmuss] T., сост., Paris, Ymca-Press, 1984, p. 8.

4 http://az.lib.ru/g/gippius_z_n/text_0500.shtml

5 Les traductions proposées par nos soins sont des traductions de travail.

6 Nous reprenons ici le commentaire fait par L. V. Karassiov, cf. Карасёв [Karassiov] Л. В., « Чтобы видно было, как днём (мистика ночного света у Гоголя) » [« Pour qu’on y voit comme de jour (mystique de la lumière nocturne chez Gogol) »], Вопросы философии, Москва, Наука, no 6, 2011, p. 40-54.

7 Гиппиус [Guippius] З. Н., Крылатое [Ailé], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poèmes], op. cit., p. 74.

8 Voici le texte slavon de l’hymne : « Свете Тихий святыя Славы Безсмертнаго Отца Небеснаго, Святаго Блаженнаго, Иисусе Христе, пришедше на запад солнца, видевше свет вечерний, поем Отца, Сына и Святаго Духа Бога. Достоин еси во вся времена пет быти гласы преподобными, Сыне Божий, живот даяй, темже мир Тя славит », http://azbyka.ru/dictionary/17/svete_tihiy.shtml

9 Гиппиус [Guippius] З. Н., Серое платьице [La petite robe grise], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poèmes], op. cit., p. 77.

10 Флоренский [Florenski] П. А., Имена [Les noms], in Флоренский [Florenski] П. А., Сочинения в 4-х томах [Œuvres en 4 tomes], т. 3(2), Москва, Мысль, 2000, p. 169-333.

11 http://az.lib.ru/g/gippius_z_n/text_0500.shtml

12 Les deux derniers vers du poème sont : « Mais nous le croyons : Tu seras de nouveau/ Parmi nous. » [« Но мы верим, – Ты будешь снова/Среди нас. »]

13 Ap 7,14.

14 Ml 3,20 ou (4,2, selon les éditions) : « Mais pour vous qui craignez mon Nom, le Soleil de justice se lèvera : il apportera la guérison dans son rayonnement. »

15 « Brille, brille, étoile… » [« Гори, гори, моя звезда… »], célèbre romance russe du compositeur Piotr Boulakhov sur les paroles de Vladimir Tchouevski.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search