Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

III. L'écriture poético-philosophique du genre

La création du sujet lyrique androgyne dans la poésie de Zinaïda Guippius

Olga Blinova

Texte intégral

1Cet article propose une réflexion sur le genre du sujet lyrique dans la poésie de Zinaïda Guippius. L’analyse que le poète et critique Innokenti Annenski donne de la poésie lyrique de cette artiste met en avant la place de choix qu’elle accorde au « moi » lyrique dans son univers :

  • 1 Анненский [Annenski] И. Ф., « О современном лиризме » [« Sur la poésie lyrique contemporaine »], in(...)

Для З. Гиппиус в лирике есть только безмерное Я, не её Я конечно, не Ego вовсе. Оно – и мир, оно – и Бог1 […].

Pour Z. Guippius, dans la poésie lyrique, il n’y a que le Moi sans limites, ce n’est bien sûr pas son Moi, ce n’est pas un Ego, loin de là. Ce Moi est le monde, il est Dieu […].

  • 2 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Соб (...)
  • 3 Nonobstant cette « discrétion », certains critiques ont toutefois eu l’intuition de l’importance du (...)

2La charge sémantique et métaphysique « sans limites » perçue par Annenski dans le « moi » lyrique incite à penser que ce « moi » doit focaliser les aspirations les plus intimes du poète, y compris celles en matière de genre et plus largement d’être humain idéal. Or, si ces aspirations sont clairement exprimées dans les articles et essais critiques – notamment l’article « La bête-divinité » de 1908, l’essai « Sur l’amour » de 1925 et, bien entendu, le discours « L’arithmétique de l’amour2 » prononcé le 3 juillet 1929 – dans lesquels l’idéal androgyne de l’être humain est proclamé sans ambiguïté aucune, la poésie, quant à elle, ne semble se tourner vers cet idéal androgyne qu’occasionnellement, et souvent d’une façon assez « discrète »3.

  • 4 Matich O., Paradox in the Religious Poetry of Zinaida Gippius [Le paradoxe dans la poésie religieus (...)
  • 5 Pour les poèmes Ты : [Toi :] (1re éd. Весы, Москва, no 3-4, 1906, p. 5) et Вечноженственное [L’Éter (...)
  • 6 Гиппиус [Guippius] З. Н., Дьяволёнок [Le diablotin], in Гиппиус З. Н., Стихотворения [Poésies], op. (...)

3En effet, comme Olga Matich l’a souligné dans son ouvrage Le paradoxe dans la poésie religieuse de Zinaïda Guippius, seuls deux textes poétiques de l’écrivain possèdent un sujet lyrique explicitement androgyne4 : il s’agit de Toi : et de L’Éternel Féminin5, composés en 1905 et 1928 respectivement. Les poèmes Le diablotin de 1906 et Le croissant de lune de 1925, ainsi que l’œuvre épique Le dernier cercle6 publiée en 1968 (vingt-trois ans après la mort de son auteur) peuvent être ajoutés à ces deux occurrences. Le premier de ces trois textes décrit le comportement androgyne du diablotin, le second met en scène la lune androgyne, et le troisième comporte un personnage appelé Ombre, dont la vie et l’existence après la mort sont présentées comme une série de métamorphoses « génériques ». En somme, il n’y a donc que cinq œuvres en vers qui utilisent le modèle de l’androgynie.

  • 7 Cette observation repose sur l’examen systématique de 473 textes poétiques (le poème épique Le dern (...)

4Il faut souligner en outre que le vocabulaire poétique de Guippius ne contient aucun terme directement lié à l’androgynie, fait décourageant pour quiconque se penche sur le sujet7. Cependant, si elle paraît gênante de prime abord, cette absence est à mettre en rapport avec le principe, cher aux symbolistes, du décalage entre le mot et le symbole :

  • 8 Formulé par Dmitri Mérejkovski dans son fameux texte « Sur les causes de la décadence et sur les no (...)

В поэзии то, что не сказано и мерцает сквозь красоту символа, действует сильнее на сердце, чем то, что выражено словами. Символизм делает самый стиль, самое художественное вещество поэзии одухотворённым, прозрачным, насквозь просвечивающим, как тонкие стенки алебастровой амфоры, в которой зажжено пламя8.

En poésie, ce qui n’est pas dit mais scintille à travers la beauté du symbole agit plus fortement sur le cœur que ce qui est exprimé par des mots. Le symbolisme rend le style même, la substance artistique même de la poésie inspirée, transparente, translucide comme les fines parois d’albâtre d’une amphore à l’intérieur de laquelle une flamme est allumée.

  • 9 Fontanier P., Les figures du discours, Paris, Flammarion, 1968, p. 137. Il est vrai que dans son tr (...)

5Compte tenu de ce principe du décalage, le présent article essaie de montrer que c’est bien un idéal de l’être humain androgyne qui habite l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius. De fait, l’analyse stylistico-statistique met en évidence la présence de 104 oxymores et paradoxismes, figures de styles qui, grâce à leur construction par subordination, parviennent à un « étonnant accord » dans l’union de termes « ordinairement opposés et contradictoires9 ».

  • 10 Ce terme apparaît pour la première fois sous la plume de Nicolas de Cusa comme la définition la moi (...)

6Une telle conception de l’oxymore et du paradoxisme les rattache à ce que Mircea Eliade appelle la coincidentia oppositorum10, c’est-à-dire l’aspiration de l’être humain, tout au long de son évolution, à transcender les contraires pour accéder à l’unité primordiale. Parmi les manifestations de la coincidentia oppositorum, une place de choix revient à la figure de l’androgyne au sein de laquelle s’opère la totalisation des principes masculin et féminin. C’est pourquoi il paraît judicieux de voir dans l’oxymore et dans le paradoxisme des figures stylistiques propres à traduire l’androgynie.

7Par ailleurs, l’emploi que fait Guippius de l’antithèse révèle le fonctionnement de sa démarche créatrice, qui part de la recherche quasi obsessionnelle des opposés pour mieux engager un travail de synthèse. Ce passage de l’analyse à la synthèse des opposés se lit dans l’utilisation du champ sémantique de l’union et de la fusion, dans le choix de la place stratégique – en fin de texte – des mots et des séquences qui expriment cette sémantique, et surtout dans l’emploi de l’oxymore et du paradoxisme.

8Cette réflexion sur la création du sujet lyrique androgyne sera menée en trois temps : il sera tout d’abord question du sujet lyrique et de son genre pour l’ensemble de l’œuvre poétique de Guippius, ainsi que de son lien probable avec la doctrine alchimique ; puis seront analysés deux poèmes, Bélier et Sagittaire (1907) et La chute d’eau (1905), qui constituent tous deux une sorte d’auto-définition du sujet lyrique dont le concept va à présent être explicité.

Remarques générales sur le sujet lyrique dans l’œuvre poétique de Z. Guippius, sur son genre et sur son lien probable avec l’alchimie

  • 11 Cf. Combe D., Poésie et récit, une rhétorique des genres, Mayenne, José Corti, 1989, p. 162-165 not (...)

9Dans le sillage des travaux récents des critiques littéraires qui fondent leur approche de la poésie sur les avancées des études narratologiques, le « sujet lyrique » s’entend dans la présente étude comme une réalité ambivalente, résultant de la synthèse subtile de l’autobiographie et de la fiction qui, étant envisagée d’un point de vue dynamique, est créée par et dans le texte poétique11.

  • 12 Ce chiffre ne tient compte que des textes dans lesquels le « je » du sujet lyrique est présent expl (...)

10Effectuée sur un corpus de 473 textes poétiques réunis, annotés et édités par Aleksandr Lavrov dans le recueil Poésies [Стихотворения, 1999], l’analyse statistique du genre grammatical du sujet lyrique ainsi défini aboutit aux résultats suivants : 30812 des 469 textes de Guippius, soit 65 %, comportent les marques formelles du « je » du sujet lyrique.

  • Dans 39 % de ces 308 textes le « je » manifeste le genre grammatical masculin.

  • Dans 2,5 %, il est féminin.

  • Dans 0,5 %, il est androgyne, c’est-à-dire qu’il relève à la fois des genres masculin et féminin.

  • Et, enfin, dans 58 %, le « je » lyrique ne possède pas de genre grammaticalement exprimé.

  • 13 Cf. Blinova O. A., Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius, op. cit., p.  (...)
  • 14 Cf. Рябов [Riabov] О. В., Женщина и женственность в философии Серебряного века [La femme et la fémi (...)

11Ce dernier phénomène – l’existence d’une vaste zone lyrique exempte de marques de genre grammatical – conduit à élargir le champ d’analyse afin de saisir la façon dont Guippius construit et exprime la masculinité et la féminité, et amène donc à examiner les incarnations des principes masculin et féminin dans sa poésie. Cet examen montre que c’est surtout à travers l’élément aquatique, la réceptivité, la tendresse et la soumission que Guippius traduit la féminité. La masculinité, quant à elle, a pour attributs la forme, l’ordre et le pouvoir13. Tout ceci paraît en conformité avec la pensée philosophique et artistique de l’époque14.

12Cependant, la présence de la symbolique alchimique dans l’œuvre poétique de Guippius peut apporter un éclairage original sur ces incarnations et mieux expliquer, dans certains cas, les motifs et les couleurs utilisés par le poète pour concevoir son sujet lyrique.

  • 15 On entend ici par « correspondance des sorciers » l’échange poétique qui se déroule au printemps 19 (...)

13Que Guippius ait connu la doctrine alchimique, au moins dans ses grandes lignes, est plus que probable. Ainsi, dans L’incantation première, poème qui fait partie de « la correspondance des sorciers »15, Fiodor Sologoub parle de la cornue des alchimistes :

  • 16 Сологуб [Sologoub] Ф., Заклинание первое [L’incantation première], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Сти (...)

Без реторт я Зинаиду
Гиппиус заворожу16.

Sans cornues, j’ensorcellerai
Zinaïda Guippius.

  • 17 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Ты не один в своей печали… » [« Tu n’es pas seul dans ta tristesse… »], (...)

14Le troisième message poétique de Guippius de cette même correspondance contient le vers : « Je regrette le pouvoir des connaissances secrètes17… » [« Но жаль мне власти тайных знаний… »]. Or l’alchimie fait traditionnellement partie de ces connaissances secrètes.

  • 18 Voir, par exemple, Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 7, Мы и они [Eux et no (...)
  • 19 Мережковский [Mérejkovski] Д. С., « О причинах упадка и о новых течениях современной русской литера (...)

15Par ailleurs, d’habitude très discrète sur ses sources, Guippius évoque à plusieurs reprises le Faust de Goethe18, dont nombre de passages sont liés à l’alchimie. Il faut rappeler à ce propos que dans son article « Sur les causes de la décadence et sur les nouveaux courants de la littérature contemporaine » paru en 1893, Dmitri Mérejkovski compare les représentants du symbolisme russe naissant à l’homoncule, l’un des personnages du Faust de Goethe, créé grâce aux procédés alchimiques19.

  • 20 Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Смысл любви [Le sens de l’amour], in Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Собран (...)

16Plus souvent encore que le nom de Goethe, on rencontre dans les écrits de Guippius des références aux travaux de Vladimir Soloviov. Son essai Le sens de l’amour (1892-1894), que Guippius cite à plusieurs reprises, contient un scénario « fantastique » selon lequel l’humanité obtiendrait l’accès à l’immortalité grâce à un couple d’amants parfaits que le penseur associe à la pierre philosophale, à l’élixir de jouvence20.

  • 21 Au printemps 1896, Mérejkovski et Guippius voyagent en Italie et en France sur les traces de Léonar (...)
  • 22 Мережковский [Mérejkovski] Д. С., Воскресшие боги – Леонардо да Винчи [Les dieux ressuscités – Léon (...)
  • 23 Ibid., p. 397.

17L’alchimie tient également une place assez importante dans le roman de Dmitri Mérejkovski Les dieux ressuscités – Léonard de Vinci21, édité en 1901. L’un des personnages est Galeotto Sacrobosco, un vieil alchimiste perpétuellement en quête de la pierre philosophale. Il y est question des quatre éléments qui sont à la base de tout l’univers, ainsi que de la transmutation divine des métaux22. Le romancier y introduit le nom d’Abu Abd Allah Jābir ibn Ḥayyān al Sufi23, l’alchimiste arabe d’origine iranienne à qui l’on attribue la paternité de la branche philosophique et mystique de l’alchimie.

  • 24 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 484, note 124.
  • 25 Voir, par exemple, Matich O., Paradox in the Religious Poetry of Zinaida Gippius [Le paradoxe dans (...)

18Dans le monde poétique de Zinaïda Guippius, c’est le poème Toi : (1905), évoqué précédemment, qui suggère plus particulièrement la piste de l’alchimie. Dans la variante antérieure à celle publiée dans le deuxième recueil de poésie, le titre de ce poème est Tu es24 [Ты–], ce qui montre plus clairement que le poème déroule une succession d’images métaphoriques de l’être aimé. Comme cela a été signalé par plusieurs chercheurs25, le sujet lyrique de ce poème, de même que son allocutaire, sont androgynes, fait qui transparaît dans les vers 11 à 16 :

  • 26 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 159. Dans cet extrait, les frag (...)
  • 27 On traduit ici par « croissant de lune » le terme « месяц » dans le souci de respecter le plus fidè (...)

11

Ты – мой весёлый и беспощадный, –

12

    Ты – моя близкая и неизвестная.

13

Ждал я и жду я зари моей ясной,

14

    Неутомимо тебя полюбила я…

15

Встань же, мой месяц серебряно-красный,

16

Выйди, двурогая, – Милый мой – Милая26

 

 

11

Tu es mon joyeux et impitoyable, –

12

    Tu es ma proche et mon inconnue.

13

J’attendais et j’attends mon aube claire,

14

    Sans répit je suis amoureuse de toi…

15

Lève-toi donc mon croissant de lune27, rouge-argenté,

16

    Apparais, bicorne, – mon Chéri – Chérie…

19Les vers 15 et 16, présentés dans leur version antérieure par Aleksandr Lavrov dans ses commentaires, méritent l’attention :

  • 28 Ibid., p. 484, note 124.

15

Встань же, мой месяц серебряно-красный,

16

    Солнышко вещее, – милый мой – милая28

 

 

15

Lève-toi donc mon croissant de lune, rouge-argenté,

16

    Petit soleil devin, – mon chéri – chérie…

  • 29 Cf. Delcourt M., Hermaphrodite – Mythes et rites de la bisexualité dans l’Antiquité classique, Pari (...)

20Comme on peut le voir dans cette version, le distique en clôture, caractéristique finale de l’être aimé androgyne, contient, outre l’image de l’astre nocturne « мой месяц серебряно-красный », celle du soleil « Солнышко вещее ». Rehaussée par le motif nuptial qui traverse le poème, cette double image fait allusion au « mariage alchimique » du roi Soleil et de la reine Lune. Dans la théorie alchimique, ce mariage, qui représente l’aboutissement des étapes successives de l’Opus Magnum, est couronné par la transformation du couple royal en rebis – être bicéphale et androgyne dont les deux parties constitutives gardent sur les gravures anciennes les attributs des deux astres29 (cf. la reproduction de la gravure de B. Schwan). Mais Guippius rejette finalement cette variante, visiblement trop explicite pour son monde poétique qui se veut fidèle au principe du décalage entre le mot et le symbole.

Ill. 8 : Le rebis, par Balthazar Schwan pour la Philosophia Reformata (1622) de J. D. Mylius, University Library Johann Christian Senckenberg.

21Examinons à présent de quelle façon cette symbolique alchimique transparaît dans Bélier et Sagittaire et dans La chute d’eau. Ces poèmes ont ceci de particulier qu’écrits tous deux sous la forme d’une auto-définition du « moi » lyrique exempte de marque de genre grammatical, ils utilisent des stratégies diamétralement opposées pour construire son essence androgyne.

Bélier et Sagittaire : de la masculinité exaltée au « je » androgyne

  • 30 Гиппиус [Guippius] З. Н., Овен и Стрелец [Bélier et Sagittaire], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихо (...)

22Le premier poème Bélier et Sagittaire30, daté de 1907, semble exalter la masculinité du sujet lyrique, dont le genre grammatical reste toutefois indéfini tout au long du poème :

Овен и Стрелец

1

Не март девический сиял моей заре:

2

Её огни зажглись в суровом ноябре.

3

Не бледный халкидон – заветный камень мой,

4

Но гиацинт-огонь мне дан в удел земной.

5

Ноябрь, твоё чело венчает яркий снег…

6

Две тайны двух цветов заплетены в мой век,

7

Два верных спутника мне жизнью суждены :

8

Холодный снег, сиянье белизны, –

9

И алый гиацинт, – его огонь и кровь.

10

Приемлю жребий мой : победность и любовь.

Bélier et Sagittaire

1

Mars virginal à mon aube n’a pas brillé :

2

Au cours du rude novembre son feu s’est réveillé.

3

La pâle calcédoine n’est pas mon intime pierre,

4

C’est la jacinthe-feu qui est mon lot sur terre.

5

Novembre, la neige éclatante couronne ton front…

6

Tressés à mon existence, deux mystères bicolores,

7

La vie m’a assigné deux compagnons fidèles :

8

La neige froide, le rayonnement de sa blancheur, –

9

Et l’écarlate jacinthe, – son feu et son sang.

10

J’accepte mon sort : victoire et amour.

23En effet, l’introduction de ce poème (vers 1, 2) établit une relation antithétique entre « mars virginal » et « rude novembre », présenté comme le mois de naissance du sujet lyrique. Cette opposition est mise en relief par la construction en chiasme du premier distique :

Не март девический сиял моей заре : / Её огни зажглись в суровом ноябре.

substantif adjectif verbe possessif+ substantif / possessif+ substantif verbe adjectif substantif

24La rigueur, l’ordre et la solidité de la construction en chiasme évoquent le principe masculin, porteur de la forme. Dans la suite du poème Guippius réitère le procédé afin d’ordonner les descriptions successives des deux attributs du mois de novembre, la neige blanche et la jacinthe, couleur de feu et de sang :

vers 4 : гиацинт-огонь [jacinthe-feu]
vers 5 : яркий снег [neige éclatante]
vers 6 : Две тайны [Deux mystères]
— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —
vers 7 : Два верных спутника [Deux compagnons fidèles]
vers 8 : Холодный снег, сиянье белизны [La neige froide, le rayonnement de sa blancheur]
vers 9 : алый гиацинт, – его огонь и кровь [l’écarlate jacinthe, – son feu et son sang]

  • 31 Z. Guippius est née le 8 novembre 1869, sous le signe du Scorpion. Ce décalage souligne une fois de (...)
  • 32 Bien entendu, outre les êtres sexués, le genre grammatical des substantifs dans une langue est arbi (...)

25Cette structure, que l’on peut qualifier de cristalline à cause de sa régularité parfaite, imite les substances cristallines neige et jacinthe. La symbolique du Sagittaire (arc à corde bandée et flèche) qui est le signe du zodiaque revendiqué par le sujet lyrique31 ; le traitement privilégié réservé au concept de la forme à travers l’emploi du chiasme et l’évocation des substances cristallines, de même que le genre grammatical masculin des mots « cнег » (« neige ») et « гиацинт » (« jacinthe »)32, tout paraît corroborer l’idée de la masculinité exaltée.

  • 33 L’épigraphe par lequel Guippius fait précéder le texte de son poème accuse ce décalage : « Je suis (...)

26Pourtant, quelques détails empêchent une perception univoque de cette présentation si rigoureusement agencée en apparence. C’est le cas de l’expression « Mars virginal » [« март девический », vers 1] : le fait de qualifier mars, placé sous le signe du Bélier, de virginal, mine la cohérence générique, car le Bélier qui incarne la force génésique est le signe masculin par excellence33. Les vers 6 et 7, entre lesquels passe l’axe de symétrie de la construction en chiasme (cf. le schéma ci-dessus), contiennent également des indices à relever : dans le vers 6, la neige et la jacinthe sont désignées par un substantif féminin « тайны » (« mystères ») ; dans ce même emploi, il est succédé dans le vers suivant par un substantif masculin « спутники » (« два верных спутника » = « deux compagnons fidèles »). Le voisinage de ces deux termes de genre opposé au point nodal d’une structure signifiante ne doit pas être le fruit du hasard et invite à revenir sur ce qui se cache derrière les images de la neige et de la jacinthe.

  • 34 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Снег [La neige], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies](...)

27Il est symptomatique à cet égard que, dans son poème de 1897 La neige34, Guippius qualifie la neige à la fois d’« impérieuse » [« властный »] et de « câline » [« ласковый »], en la dotant ainsi des caractéristiques propres, dans son univers poétique, aux principes masculin et féminin respectivement.

28En ce qui concerne la « jacinthe » ou « hyacinthe » [« гиацинт »], outre la pierre fine, ce terme évoque un personnage de la mythologie grecque aimé par Apollon. En lançant un disque, Apollon tue par hasard son ami. Du sang d’Hyacinthe, blessé mortellement, naissent des fleurs (probablement, en plus de la couleur de la pierre, sont-ce les réminiscences de cet épisode qui ont motivé l’association que fait Guippius de la jacinthe et du sang, cf. vers 9). La peinture du xixe siècle représente Hyacinthe comme un jeune homme efféminé. Le tableau de J. Broc La mort d’Hyacinthe (1801) et celui d’A. A. Ivanov Apollon, Hyacinthe et Cyprès (1831-1834) sont des exemples éloquents de ce type de représentation d’un sujet dit « homosexuel ».

  • 35 Monneyron F., L’androgyne décadent – Mythe, figure, fantasmes, Grenoble, Ellug, 1996, p. 10, 76.

29Le lien entre l’homosexualité et le mythe de l’androgyne n’est pas étonnant à l’époque où Guippius vit et écrit. Dans son ouvrage L’androgyne décadent, Frédéric Monneyron démontre d’une manière convaincante que, dans la littérature européenne de la fin du xixe siècle, l’androgyne symbolise toutes sortes de « perversions sexuelles », au rang desquelles on place l’homosexualité35. Le passage suivant de Sergueï Makovski au sujet de Guippius montre que le rapprochement entre la figure de l’androgyne et les penchants homosexuels était également fréquent en Russie :

  • 36 Маковский [Makovski] С., « Зинаида Гиппиус (1869-1945) » [« Zinaïda Guippius (1869-1945) »], in Мак (...)

Не должна вызывать недоумений любовь Гиппиус-андрогина… Скорее изумляешься тому, что, загоревшись желанием к женщине, она, будучи не вполне женщиной физически и столь мужественной духовно, не покорилась своему андрогинизму, а боролась с собой36 […].

L’amour de Guippius-androgyne ne doit pas susciter de perplexité… On est plutôt étonné du fait que, s’enflammant de désir pour une femme, n’étant elle-même pas tout à fait femme physiquement, et étant, par son esprit, si virile, elle ne se soit pas soumise à son androgynie, mais luttait contre elle-même […].

30L’intérêt et le goût de Guippius elle-même pour l’esthétique androgyne que dégage la figure d’Henri Briquet, jeune homosexuel qu’elle a rencontré lors de son séjour à Taormina, se lit aisément dans ce passage de son journal intime Contes d’amour (note du 16 août 1899) :

  • 37 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres],(...)

В громадной пустой зале […] – тонкая, высокая фигура Briquet с невероятно голубыми глазами и нежным лицом. Очень, очень красив. Года 24, не больше. Безукоризненно изящен, разве что-то, чуть-чуть, есть… другая бы сказала – приторное, но для меня – нет, – женственное. […] Мне нравится тут обман возможности: как бы намёк на двуполость, он кажется и женщиной, и мужчиной37.

Dans l’immense salle vide […] la grande et fine silhouette de Briquet avec ses yeux incroyablement bleus et son visage délicat. Il est très, très beau. Il doit avoir 24 ans, pas plus. Il est d’une élégance irréprochable ; il a, peut-être, quelque chose, un brin de… une autre dirait, de mièvrerie, mais non, je dirais, de féminin. […] J’aime ici la tromperie du possible : c’est comme un soupçon de bisexualité, il paraît être femme et homme à la fois.

  • 38 Sur le lien entre le mythe de l’androgyne et l’homosexualité dans l’œuvre de Z. Guippius, voir Blin (...)

31Dissimulée derrière la masculinité exaltée, c’est l’idée de l’androgynie que véhiculeraient donc la jacinthe et la neige du poème Bélier et Sagittaire38.

32D’ailleurs, les substantifs qu’utilise le poète pour clarifier la signification symbolique de ces deux attributs du « rude novembre » sont du genre grammatical féminin : « победность » (« victoire », « triomphe ») pour la neige, et « любовь » (« amour ») pour la jacinthe. Occupant une place de choix, en clôture du poème (vers 10), cette alliance de substantifs féminins se situe à l’opposé du titre Овен и Стрелец (Bélier et Sagittaire) constitué de substantifs masculins et scelle l’aboutissement de la métamorphose générique.

33Or, la neige et la jacinthe, dont les désignations successives forment un terrain propice pour ce processus, définissent avant tout l’essence du sujet lyrique lui-même. Son sort est symbolisé par l’entrelacement (cf. le terme « заплетены », vers 6) des contraires : de la neige et du feu (représenté par la jacinthe, mais aussi par le Sagittaire, puissance ignée), du froid et du chaud, du blanc et du rouge, du monde organique (jacinthe-fleur) et inorganique (jacinthe-pierre, neige), du féminin et du masculin, et enfin du terrestre, représenté par le sang, et du céleste, perceptible dans l’origine céleste de la neige. Placé sous le signe du Sagittaire, emblème de la synthèse et du dépassement des limites, aussi bien grâce à l’image de la flèche que grâce à celle du centaure (homme-cheval), le sujet lyrique de ce poème est la résultante de cette synthèse. Sa masculinité, affichée dans le titre, est déconstruite et reconfigurée au profit d’un « je » lyrique androgyne.

La chute d’eau : de la féminité affichée à l’idéal de la personne androgyne

  • 39 Гиппиус [Guippius] З. Н., Водоскат [La chute d’eau], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Po (...)

34Contrairement à Bélier et Sagittaire, le titre du deuxième poème La chute d’eau39 [Водоскат, 1905] semble annoncer un texte dédié à la féminité, car il contient en son sein la racine du mot « eau » [« вода »], substance, qui, rappelons-le, est le symbole privilégié du principe féminin, et donne l’idée d’un mouvement descendant comme s’il préfigurait le poème beaucoup plus tardif La féminitude [Женскость, 1923] avec son incipit :

  • 40 Гиппиус [Guippius] З. Н., Женскость [La féminitude, 1923], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворен (...)

Падающие, падающие линии40

Les lignes qui tombent, tombent…

35En revanche, comme dans Bélier et Sagittaire, le sujet lyrique de La chute d’eau ne comporte pas de marque de genre grammatical :

 

Водоскат

La chute d’eau

1

Душа моя, угрюмая, угрозная,

Mon âme, redoutable, ténébreuse,

2

    Живёт в оковах слов.

    Vit dans les mots enchaînée.

3

Я – чёрная вода, пенноморозная,

Je suis l’eau noire, froide-écumeuse,

4

    Меж льдяных берегов.

    Entre les rivages de glace.

 

5

Ты с бедной человеческою нежностью

Avec ta pauvre tendresse humaine

6

    Не подходи ко мне.

    Défense de m’approcher.

7

Душа мечтает с вещей безудержностью

L’âme devineresse avec ardeur rêve

8

    O снеговом огне.

    D’un feu de neige.

 

9

И если в мглистости души, в иглистости

Et si dans mon âme brumeuse-piquante

10

    Не видишь своего, –

    Tu ne vois pas ce qui est tien, –

11

То от тебя её кипящей льдистости

Alors, son effervescence glaciale-ardente

12

    Не нужно ничего.

    De toi ne désire rien.

36Composé de trois quatrains, ce texte peut être divisé, d’après l’emploi des pronoms personnels, en deux parties.

37La première partie (1er quatrain) est consacrée au « je » lyrique qui paraît être féminin. En accord avec la suggestion du titre, il est défini à travers deux mots du genre grammatical féminin « Душа » (« âme ») et surtout « вода » (« eau »). Cependant une lecture plus attentive de ce quatrain invite à nuancer ce propos. En effet, le premier distique décrit certes l’âme du sujet lyrique, mais celle-ci « Vit dans les fers des mots » [traduction littérale du fragment « Живёт в оковах слов », vers 2]. Cette description méta-poétique du sujet lyrique est reprise en d’autres termes dans le second distique où son « moi » est assimilé à l’eau qui coule entre les rivages de glace. Ces derniers bornent l’eau, en lui imposant sa forme, ce qui amène à voir dans les rivages de glace une incarnation du principe masculin, fait corroboré par le genre grammatical masculin du mot « берега » (« rivages »). De plus, ces rivages de glace (vers 4) possèdent une structure cristalline, à la différence de l’eau « froide-écumeuse » [« пенноморозная », vers 3] qui, quant à elle, a un aspect chaotique. Ainsi le couple eau froidement écumeuse/rivages de glace refléterait la nature androgyne du sujet lyrique.

  • 41 Le même procédé est employé pour bâtir le titre Водоскат (La chute d’eau) de ce poème où sont conju (...)

38Or, telle une métaphore du caractère labile des genres, l’eau – « вода », mot féminin – et la glace – « лёд », mot masculin en russe – sont deux états d’une même substance capable de se métamorphoser. Qualifiée de « froide-écumeuse » – « пенноморозная », adjectif composé sur la base des substantifs « пена » (« écume ») du genre féminin et « мороз » (« froid ») du genre masculin41 – l’eau est au point d’équilibre entre ces deux états, elle est donc déjà de nature androgyne. Cette structure en abyme donne à penser que l’androgynie chez Guippius touche tous les niveaux de l’être.

39La deuxième partie de ce poème (2e et 3e quatrains) traite des relations du « moi » lyrique au « tu », son allocutaire. Selon les règles établies par le sujet lyrique, ces relations excluent la tendresse humaine (vers 5 et 6). L’androgynie du sujet lyrique, transparaissant à travers la relation structuré/structurant, soutenue par les inlassables combinaisons du masculin et du féminin, est accusée ici par l’emploi de deux oxymores : le premier, « feu de neige » [« снеговом огне », vers 8] symbolise les rêves du sujet lyrique ; le deuxième, « glace bouillante » [traduction littérale de « кипящей льдистости », vers 11], caractérise son âme.

40L’équilibre entre les principes, suggéré dans la première partie, peut sembler menacé par une forme de « masculinisation » à travers l’évolution de l’eau liquide en neige, substance cristalline. On peut représenter ce mouvement par une suite : La chute d’eau → « eau froide-écumeuse » → « glace bouillante » → « feu de neige ». Or, il n’en est rien car cette tendance est contrecarrée par l’emploi massif des substantifs féminins : нежност[ь], безудержност[ь], мглистост[ь], иглистост[ь], льдистост[ь]. Et surtout, l’oxymore « feu de neige » s’avère être aussi riche, si ce n’est plus que les autres, en éléments opposés. Il fait fusionner la neige et le feu, le froid et le chaud, les états solide et igné, les couleurs blanche et rouge, le mouvement descendant de la neige et le mouvement ascendant des flammes, en insufflant le caractère androgyne des rêves mêmes du sujet lyrique.

41Cet oxymore fait penser par ailleurs à l’idée de l’immortalité rayonnante à travers la blancheur de la neige. Le lien qui existe entre la neige blanche et l’immortalité est très net dans le poème La neige évoqué auparavant :

  • 42 Гиппиус [Guippius] З. Н., Снег [La neige], op. cit., p. 98-99.

1

Опять он падает, чудесно молчаливый, […]

4

    Несуществующий, он вновь рождается… […].

13

Он тихо падает, и медленный и властный…

14

    Безмерно счастлив я его победою42…[…].

 

 

1

De nouveau, elle tombe, miraculeusement silencieuse, […]

4

    Inexistante, elle renaît… […].

13

Elle tombe doucement, et lente et impérieuse…

14

    Sa victoire me rend infiniment heureux… […].

  • 43 Гиппиус [Guippius] З. Н., Белая одежда [L’habit blanc], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения (...)

42La symbolique de la blancheur de la neige – qui représente « la victoire » [« победность »] souhaitée du sujet lyrique sur la mort – n’est pas étrangère non plus au poème Bélier et Sagittaire. Elle renvoie à l’expression tirée de l’Apocalypse de saint Jean « Le vainqueur sera donc revêtu de blanc » (3 : 5) qui, sous une forme légèrement modifiée, sert d’épigraphe au poème L’habit blanc43 (1902), et figure dans le corps même de ce poème :

И отдаю я душу смелую
Моё страданье Сотворившему.
Сказал Господь: «Одежду белую
Я посылаю – победившему».

Je donne l’âme hardie
Au Créateur de ma souffrance.
Le Seigneur dit : « L’habit blanc
Je l’envoie au vainqueur. »

43Mais qu’en est-il de la couleur rouge ? Quelle est sa signification dans cette formule extrêmement ramassée ? Qu’apporte-t-elle au sujet lyrique ?

44Rappelons que, dans le poème Bélier et Sagittaire, la couleur rouge représente l’amour et est associée au feu et au sang. Or, toute cette symbolique du rouge qui relève de l’humain et du terrestre se trouve en inadéquation avec l’exigence d’exclure la tendresse humaine des relations je-tu dans le poème La chute d’eau (vers 5-6). Cette aporie (mais aussi la signification profonde du mot « mystères » [« тайны »], introduit par Guippius dans Bélier et Sagittaire) semble trouver sa résolution si l’on se réfère à la théorie alchimique des couleurs. Relevons que, dans le poème analysé, le rouge est inclus dans la palette des trois couleurs, à côté du blanc de la neige et du noir de l’eau (« Я – чёрная вода, пенноморозная », vers 3). En alchimie, ces trois couleurs sont associées aux trois processus principaux : l’œuvre au noir [nigredo], l’œuvre au blanc [albedo], l’œuvre au rouge [rubedo] ou l’Opus Magnum.

45Le premier des trois vise à purifier la matière et signifie, sur le plan spirituel, la « mort au monde » de l’adepte dans le but de gagner l’éternité. Il est souvent placé sous le signe de la mélancolie. Le but du deuxième processus, appelé encore « albification », est la fabrication de la pierre blanche, capable de transmuer les métaux vils en argent. Son rôle mystique correspond à la restitution de l’âme au corps désormais purifié. Son symbole est celui de la lune. Au terme du troisième processus, l’Opus Magnum, on obtient la fameuse pierre philosophale, apte à transmuer les métaux vils en or, et destinée, par ailleurs, à la fabrication de l’élixir de longévité. Son rôle mystique est de réintégrer en l’être humain le masculin et le féminin. Sa symbolique est celle de l’union de la reine lune avec le roi soleil, ce dernier étant représenté par la couleur rouge. Plus largement, la pierre philosophale est une voie vers l’unité.

  • 44 Sur le motif de l’eau noire [aqua nigra] et sur son caractère ambivalent dans la poésie des symboli (...)

46Dans le poème de Guippius, l’état dans lequel se trouve le sujet lyrique, représenté par l’expression « l’eau noire » [« чёрная вода », vers 3], correspondrait à l’œuvre au noir. Le caractère morose, ténébreux [« угрюмая », vers 1] de son âme serait en rapport avec l’humeur mélancolique propre à ce processus. L’image de l’eau noire, contenue entre les rivages de glace, fait penser à la cornue en cristal des alchimistes dans laquelle se produit la dissolution de la chaotique prima materia44. La « mort au monde » du sujet lyrique est formulée dans le refus de la tendresse humaine (vers 5-6). Son rêve est le « feu de neige » [« снеговом огне », vers 8]. Dans cette expression paroxystique, les deux couleurs, rouge et blanche, correspondant à l’œuvre au blanc et à l’œuvre au rouge, se trouvent condensées et répondent à l’image traditionnelle de l’Opus Magnum où la lune blanche épouse le soleil rouge. Il est à souligner toutefois que chez Guippius, l’oxymore « feu de neige » ne signifie pas « l’alliage » de l’homme et de la femme puisque son sujet lyrique est d’emblée androgyne. Aussi, cet oxymore est-il plutôt un emblème de l’être idéal ou de l’auto-perfectionnement que du mariage alchimique « traditionnel ». Le point de départ de ce processus d’auto-perfectionnement est l’activité poétique vue, elle aussi, à travers le prisme de l’androgynie…

Душа моя, угрюмая, угрозная,
Живёт в оковах слов.

Mon âme, redoutable, ténébreuse,
Vit dans les mots enchaînée.

  • 45 Pour les textes des poèmes La neige [Снег], La couturière [Швея], La nuit [Ночью], Toi : [Ты :], Si(...)

47Partant, dans le cas du poème Bélier et Sagittaire, de la masculinité exaltée et, dans le cas du poème La chute d’eau, de la féminité affichée, le « je » lyrique des deux textes analysés apparaît comme une concrétisation éloquente de l’androgynie qui, à l’état diffus, anime l’œuvre poétique de Guippius. La « construction » de ce « je » androgyne s’apparente par ailleurs à un véritable acte démiurgique : tout en le privant dans la majorité des cas des marques du genre grammatical, le poète lui crée, grâce à une symbolique riche et complexe – qui puise son inspiration, entre autres, dans l’alchimie et le christianisme – une identité profondément androgyne, exprimée surtout à travers les motifs de la neige et du feu, rehaussés par les couleurs blanche et rouge qui leur sont associées. En témoignent, par exemple, les poèmes La neige (1897), La couturière (1901), La nuit (1904), Si (1905), Toi : (1905), Victoires (1906), Mars juvénile45 (1917).

48Eu égard à la date de création du poème La neige, 1897, on peut considérer que, dès cette année-là, l’écrivain tente de transcrire l’androgynie ou l’aspiration à l’androgynie par des moyens poétiques. Sa conception du sujet lyrique androgyne arrive à maturité aux alentours des années 1905-1907 avec la création des poèmes La chute d’eau et Bélier et Sagittaire. Le premier devance de trois ans la parution de l’article « La bête-divinité » (1908) et d’au moins 20 ans ses deux essais critiques les plus connus sur la question – « Sur l’amour » (édité en 1925) et « L’arithmétique de l’amour » (discours prononcé en 1929 et publié en 1931) – ce qui révèle la primauté chronologique, mais aussi génétique, ne serait-ce que sur ces articles et essais théoriques, de l’œuvre poétique dans l’élaboration par Zinaïda Guippius de son concept de personne idéale androgyne.

Notes

1 Анненский [Annenski] И. Ф., « О современном лиризме » [« Sur la poésie lyrique contemporaine »], in Николюкин [Nikolioukine] А. Н., сост., З. Н. Гиппиус : pro et contra [Z. N. Guippius : pro et contra], Санкт-Петербург, РХГА, 2008, p. 237.

2 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 7, Мы и они [Eux et nous], Москва, Русская книга, 2003 (1re éd. Образование, Санкт-Петербург, no 8, 1908, p. 18-27), p. 322-332 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., « О любви » [« Sur l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 12, Там и здесь [Ici et là-bas], Москва, Дмитрий Сечин, 2011 (1re éd. Последние новости, Париж, no 1579, 18. VI. 1925, p. 2-3 ; no 1585, 25. VI. 1925, p. 2-3 ; no 1591, 2. VII. 1925, p. 2-3), p. 232-254 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., « Арифметика любви » [« L’arithmétique de l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 13, У нас в Париже [Chez nous, à Paris], Москва, Дмитрий Сечин, 2012 (1re éd. Числа, Париж, no 5, 1931, p. 153-161), p. 157-164.

3 Nonobstant cette « discrétion », certains critiques ont toutefois eu l’intuition de l’importance du mythe de l’androgyne dans la poésie de Z. Guippius et ont perçu son lien étroit avec l’élaboration de la personne idéale. En examinant le cas de Z. Guippius parmi d’autres représentants du modernisme, Michel Niqueux suggère dans son article « Le mythe de l’androgyne dans la modernité russe » que la plus intéressante inscription de « l’androgynisme » se lit justement dans sa poésie. Après une brève analyse de la vie et de l’œuvre du poète, Michel Niqueux aboutit à la conclusion que « ce que cherchait Gippius, c’était l’Homme avec une majuscule, l’être humain, l’individu, au-delà de la différence des sexes » (Niqueux M., « Le mythe de l’androgyne dans la modernité russe », Modernités russes, no 4, La femme dans la modernité, Lyon, Centre d’études slaves André Lirondelle, 2002, p. 145-146). En 1912, cette même idée avait été formulée par Marietta Chaguinian en rapport direct avec l’œuvre poétique de Z. Guippius : « l’espérance tourmentée d’une créature nouvelle est le fondement sur lequel s’érige toute son œuvre poétique » [« томленье по новой твари есть тот фундамент, на котором воздвигается вся её поэзия »]. Cf. Шагинян [Chaguinian] М., « О блаженстве имущего – Поэзия З. Н. Гиппиус » [« La félicité du possédant – La poésie de Z. N. Guippius »], in Николюкин [Nikolioukine] А. Н., сост., Бурлака [Bourlaka] Д. К., ред., З. Н. Гиппиус : pro et contra [Z. N. Guippius : pro et contra], op. cit., p. 444.

4 Matich O., Paradox in the Religious Poetry of Zinaida Gippius [Le paradoxe dans la poésie religieuse de Zinaïda Guippius], München, Wilhelm Fink Verlag, 1972, p. 72-73.

5 Pour les poèmes Ты : [Toi :] (1re éd. Весы, Москва, no 3-4, 1906, p. 5) et Вечноженственное [L’Éternel Féminin] (1re éd. Новый корабль, Париж, no 3, 1928, p. 3), voir Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], Лавров [Lavrov] А. В., вступ. ст., сост., подготовка текста и прим., Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1999, p. 159, 266.

6 Гиппиус [Guippius] З. Н., Дьяволёнок [Le diablotin], in Гиппиус З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 177-178. Pour la première édition de ce poème, voir Весы, Москва, no 12, 1908, p. 9. Le poème Le croissant de lune [Месяц] est le dernier du triptyque Les vers sur la lune [Стихи о луне], qui a été publié pour la première fois dans le journal Les dernières Nouvelles (Последние новости, Париж, no 1677, 11. X. 1925, p. 2). Ce texte est réédité dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 352. Le poème épique Le dernier cercle – Et le nouveau Dante aux enfers [Последний круг – И новый Дант в аду] a été publié par Temira Pachmuss dans la revue La Renaissance (Возрождение, Париж, no 198, 1968, p. 21 et no 199, 1968, p. 7). Il est réédité dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 375-446.

7 Cette observation repose sur l’examen systématique de 473 textes poétiques (le poème épique Le dernier cercle – Et le nouveau Dante aux enfers [Последний круг – И новый Дант в аду] et l’épigraphe du recueil Rayonnements [Сияния] y compris) de Z. Guippius, réunis dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit. Cette édition, préparée par Aleksandr Lavrov, est la plus complète à l’heure actuelle. Cf. également la publication de l’œuvre poétique de Guippius dans l’édition de ses Œuvres : Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений, т. 2, Сумерки духа, Москва, Русская книга, 2001, p. 448-527 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений, т. 3, Алый меч, Москва, Русская книга, 2001, p. 509-554 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений, т. 5, Чёртова кукла, Москва, Русская книга, 2002, p. 393-467 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений, т. 6, Живые лица, Москва, Русская книга, 2002, p. 433-526. À notre connaissance, dans la prose de Z. Guippius destinée par l’auteur à la publication, le terme « androgynie » [« андрогинизм »] apparaît pour la première fois dans son essai « Sur l’amour » [« О любви »], édité en 1925, cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., « О любви » [« Sur l’amour »], op. cit., p. 238. Le problème de la terminologie liée à l’androgynie dans l’œuvre de Z. Guippius est discuté dans Blinova O. A., Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius, Thèse de Doctorat, Strasbourg, IX. 2012, p. vii-viii, voir aussi p. 168-169, 178-179.

8 Formulé par Dmitri Mérejkovski dans son fameux texte « Sur les causes de la décadence et sur les nouveaux courants de la littérature contemporaine », paru en 1893, ce principe fait écho à l’article « Le symbolisme – Un manifeste littéraire » de Jean Moréas, publié sept ans auparavant par Le Figaro (cf. Moréas J., « Le symbolisme – Un manifeste littéraire », Le Figaro, no 38, 18. IX. 1886, p. 180 (2), Gallica) : « la poésie symbolique cherche à vêtir l’Idée d’une forme sensible qui, néanmoins, ne serait pas son but à elle-même, mais qui, tout en servant à exprimer l’Idée, demeurerait sujette. L’Idée, à son tour, ne doit point se laisser voir privée des somptueuses simarres des analogies extérieures ; car le caractère essentiel de l’art symbolique consiste à ne jamais aller jusqu’à la conception de l’Idée en soi. » Le texte de Mérejkovski est cité d’après Мережковский [Mérejkovski] Д. С., « О причинах упадка и о новых течениях современной русской литературы » [« Sur les causes de la décadence et sur les nouveaux courants de la littérature contemporaine »], in Богомолов [Bogomolov] Н. А., сост., вступ. ст., преамбулы и прим., Критика русского символизма [La critique du symbolisme russe], 2 т., т. 1, Москва, Олимп – АСТ, 2002, p. 46-47.

9 Fontanier P., Les figures du discours, Paris, Flammarion, 1968, p. 137. Il est vrai que dans son traité, Fontanier ne parle pas de l’oxymore. Néanmoins, son article « Paradoxisme » contient des exemples relevant aussi bien du paradoxisme que de l’oxymore ce qui, en outre, corrobore l’hypothèse de leur filiation étroite.

10 Ce terme apparaît pour la première fois sous la plume de Nicolas de Cusa comme la définition la moins imparfaite de Dieu. Cf. Eliade M., Méphistophélès et le mythe de l’androgyne, Paris, Gallimard, 1962, p. 98.

11 Cf. Combe D., Poésie et récit, une rhétorique des genres, Mayenne, José Corti, 1989, p. 162-165 notamment ; Meschonnic H., La rime et la vie, Lagrasse, Verdier, 1989, p. 315-316 notamment ; Rabaté D., dir., Figures du sujet lyrique, Paris, PUF, 1996, p. 8 notamment.

12 Ce chiffre ne tient compte que des textes dans lesquels le « je » du sujet lyrique est présent explicitement, fait indispensable pour établir les statistiques du genre grammatical de ce phénomène complexe qu’est le sujet lyrique. Pour d’autres aspects de la présente étude, l’ensemble des textes poétiques de Z. Guippius est pris en considération. Pour un exposé plus détaillé sur le sujet lyrique dans sa poésie, voir Blinova O. A., Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius, op. cit., p. xi-xvi, xx-xxii, mais aussi p. 1-53. J’ai découvert, une fois ma thèse terminée, l’article d’Antonina Filonov Gove « Gender as a Poetic Feature in the Verse of Zinaida Gippius » (Filonov Gove A., « Gender as a Poetic Feature in the Verse of Zinaida Gippius », in Birnbaum H., ed., American Contributions to the Eight International Congress of Slavists, Ohio, Slavica Publishers, vol. 1, 1978, p. 379-407). Très rarement cité, cet article n’a malheureusement pas eu de retentissements importants dans la recherche consacrée à Z. N. Guippius. Travaillant sur un corpus plus restreint que celui que l’on possède actuellement (« approximativement 282 poèmes », p. 381), son auteur se penche également sur le genre grammatical dans l’œuvre poétique de Guippius et montre la présence d’une vaste zone dans laquelle le « je » est privé de marque de genre grammatical (51,2 %). Datant de 1978, l’analyse de Filonov Gove n’a cependant pas pu profiter des avancées récentes dans la recherche consacrée au sujet lyrique.

13 Cf. Blinova O. A., Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius, op. cit., p. 33-53.

14 Cf. Рябов [Riabov] О. В., Женщина и женственность в философии Серебряного века [La femme et la féminité dans la philosophie de l’Âge d’argent], Иваново, Ивановский государственный университет, 1997, p. 8-38.

15 On entend ici par « correspondance des sorciers » l’échange poétique qui se déroule au printemps 1905 entre Fiodor Sologoub et Zinaïda Guippius. Cet échange est enclenché par un incident qui s’est réellement produit avec le poète Viatcheslav Ivanov. De retour à Saint-Pétersbourg après un long séjour en Europe, Ivanov va faire la connaissance de Sologoub, puis disparaît. On le retrouve chez lui plusieurs heures après, alité et malade. Selon les dires d’Ivanov, il a été retenu chez Sologoub par les « sorcelleries » de ce dernier. Pour les textes qui composent « la correspondance des sorciers » et au sujet de l’incident avec Viatcheslav Ivanov, voir Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 297-299 et p. 530-533, notes 335-337. Cf. également Гиппиус [Guippius] З. Н., « Стихотворения » [« Poésies »], Соболев [Sobolev] А. Л., публ., Русская литература [La Littérature russe], Санкт-Петербург, no 2, 1991, p. 185, 188-189.

16 Сологуб [Sologoub] Ф., Заклинание первое [L’incantation première], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 531. Le motif alchimique prend beaucoup d’importance dans la trilogie de F. Sologoub Légende créée [Творимая легенда], parue d’abord sous forme de tétralogie intitulée Sortilèges de morts [Навьи чары], publiée en feuilleton entre 1907 et 1912 (les trois premières parties sont parues dans l’Almanach des éditions « L’églantier » [« Шиповник », vol. 3, 7, 10, 18], la dernière a vu le jour dans le recueil Terre [Земля, vol. 10, 11]). Son héros est un chimiste dont le nom Trirodov (« Trois fois né ») fait sans aucun doute allusion à Hermès Trismégiste (« Trois fois le plus grand »). Guippius évoque ce roman de Sologoub dans ses écrits, cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., « Что пишут » [« Qu’écrit-on ? »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 7, Мы и они [Eux et nous], Москва, Русская книга, 2003, p. 405 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 14, Я и услышу, и пойму [J’entendrai et je comprendrai], Москва, Дмитрий Сечин, 2013, p. 299.

17 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Ты не один в своей печали… » [« Tu n’es pas seul dans ta tristesse… »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 299.

18 Voir, par exemple, Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 7, Мы и они [Eux et nous], op. cit., p. 59, 399 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 9, Дневники 1919-1941 [Journaux intimes 1919-1941], Москва, Русская книга, 2005, p. 49.

19 Мережковский [Mérejkovski] Д. С., « О причинах упадка и о новых течениях современной русской литературы » [« Sur les causes de la décadence et sur les nouveaux courants de la littérature contemporaine »], op. cit., p. 59.

20 Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Смысл любви [Le sens de l’amour], in Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Собрание сочинений [Œuvres], 10 т., т. 7, 1892-1897, Санкт-Петербург, Просвещение, 1914, p. 51-52.

21 Au printemps 1896, Mérejkovski et Guippius voyagent en Italie et en France sur les traces de Léonard de Vinci. Selon le témoignage de Guippius, Mérejkovski, pendant l’élaboration du roman, lui lit les chapitres rédigés de cet ouvrage. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], in Гиппиус З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 6, Живые лица [Les visages vivants], op. cit., p. 239, 246-248.

22 Мережковский [Mérejkovski] Д. С., Воскресшие боги – Леонардо да Винчи [Les dieux ressuscités – Léonard de Vinci], in мережковский Д. С., Собрание сочинений в четырёх томах [Œuvres en quatre volumes], т. 1, Москва, Правда, 1990, p. 383, 558.

23 Ibid., p. 397.

24 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 484, note 124.

25 Voir, par exemple, Matich O., Paradox in the Religious Poetry of Zinaida Gippius [Le paradoxe dans la poésie religieuse de Zinaïda Guippius], op. cit., p. 73 ; Томсон [Thomson] Д., « Мужское “я” в творчестве Зинаиды Гиппиус : литературный приём или психологическая потребность ? » [« Le “je” masculin dans l’œuvre de Zinaïda Guippius : procédé littéraire ou besoin psychologique ? »], Преображение – Русский феминистский журнал [La Transfiguration – Revue féministe russe], Москва, no 4, 1996, p. 139-140 ; Niqueux M., « Le mythe de l’androgyne dans la modernité russe », op. cit., p. 145.

26 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 159. Dans cet extrait, les fragments en caractères gras permettent de saisir le jeu de genre auquel s’adonne le poète. Le genre du sujet lyrique est masculin au vers 13 « Ждал » et il est féminin au vers 14 « полюбила ». Le genre de son allocutaire est masculin aux vers 11 « мой веселый и беспощадный » et 15 « мой месяц серебряно-красный », mais il est féminin au vers 12 « моя близкая и неизвестная ». Au vers 16, les marques des deux genres de l’allocutaire s’entrelacent « двурогая (féminin), – Милый мой (masculin) – Милая (féminin) ».

27 On traduit ici par « croissant de lune » le terme « месяц » dans le souci de respecter le plus fidèlement possible le choix du genre grammatical opéré par Guippius, car ce choix s’avère particulièrement important dans son monde poétique et à plus forte raison encore dans ce texte. Par ailleurs, la description que le poète fait du « месяц » dans ses œuvres correspond en général au croissant de lune. Voici en guise d’exemple un bref extrait de son poème Le croissant de lune [Месяц] de 1925 :

Скажи мне ещё : где тот, золотой,
Что недавно на небе лежал, – пологий,
Весёлый, юный, двурогий ?Dis-moi encore : où est ce doré,
Qui, il y a peu, se trouvait au ciel, incliné,
Gai, jeune et bicorne ?Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 352.

28 Ibid., p. 484, note 124.

29 Cf. Delcourt M., Hermaphrodite – Mythes et rites de la bisexualité dans l’Antiquité classique, Paris, PUF, 1992 (1re éd. Paris, 1958), p. 126-129 ; Roob A., Alchimie & mystique, Köln, Taschen, 2006, p. 198, 366-371, 399-401.

30 Гиппиус [Guippius] З. Н., Овен и Стрелец [Bélier et Sagittaire], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 154. Pour la première édition de ce poème, voir Весы, Москва, no 5, 1907, p. 10.

31 Z. Guippius est née le 8 novembre 1869, sous le signe du Scorpion. Ce décalage souligne une fois de plus que son sujet lyrique est une construction verbale qui se détache du « je » de l’auteur et qui a un rôle à jouer dans la logique d’un texte donné : le signe du Scorpion, relevant de l’élément aquatique, ne pouvait convenir à la symbolique déployée dans Bélier et Sagittaire. L’arc du Sagittaire est évoqué dans le poème de Z. Guippius Réponse au Bélier [Ответ Овну], cf. « Un échange poétique entre Z. N. Guippius et P. S. Soloviova » dans le chapitre V, « Publications d’archives », du présent volume.

32 Bien entendu, outre les êtres sexués, le genre grammatical des substantifs dans une langue est arbitraire. Les meilleurs exemples en sont les vocables « neige » [« cнег »] et « jacinthe » [« гиацинт »], féminins en français et masculins en russe. Cependant, le choix des mots que fait un écrivain pour bâtir son univers poétique suit souvent une certaine logique. Ceci est particulièrement vrai dans le cas de Z. Guippius qui prête énormément d’attention au genre grammatical des termes choisis. En témoigne son poème Toi : [Ты :] dans lequel ce choix acquiert le statut de procédé littéraire extrêmement signifiant. Pour préparer l’apparition du « toi » androgyne, les vers 1 à 10 de ce poème le désignent par des substantifs de genre masculin (dans les vers impairs) et par des substantifs de genre féminin (dans les vers pairs), ce qui donne la succession suivante des lexèmes centraux de chaque vers : трепет (masc.) – веточка (fém.) – порыв (masc.) – гладь (fém.) – просвет (masc.) – маргаритка (fém.) – меч, луч (masc.) – тайна (fém.) – костёр (masc.) – дымка (fém.). Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 159.

33 L’épigraphe par lequel Guippius fait précéder le texte de son poème accuse ce décalage : « Je suis né lors du fol mois de mars… (A. Menchov) » [« Я родился в безумный месяц март… (А. Меньшов) »]. Il s’agit d’une citation inexacte tirée du poème de P. S. Soloviova Lors du fol mois de mars [В безумный месяц март, 1907]. Au niveau textuel, le genre grammatical masculin du « moi » de l’épigraphe et le pseudonyme masculin « A. Menchov » de Soloviova cadrent mal avec l’épithète « virginal » [« девический »] attribué au mois de mars ; au niveau référentiel, la figure de Polikséna Soloviova elle-même lui correspond difficilement. En effet, selon les souvenirs de S. M. Soloviov, son neveu, il n’y avait en elle presque rien de féminin (cf. Соловьёв [Soloviov] С. М., Воспоминания [Souvenirs], Москва, Новое литературное обозрение, 2003, p. 71).

34 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Снег [La neige], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 98-99. Pour la première édition de ce poème, voir Живописное обозрение, Санкт-Петербург, т. 1., 1898, p. 106.

35 Monneyron F., L’androgyne décadent – Mythe, figure, fantasmes, Grenoble, Ellug, 1996, p. 10, 76.

36 Маковский [Makovski] С., « Зинаида Гиппиус (1869-1945) » [« Zinaïda Guippius (1869-1945) »], in Маковский С., На Парнасе Серебряного века [Sur le Parnasse de l’Âge d’argent], Москва, xxi век – Согласие, 2000 (1re éd. München, 1962), p. 176.

37 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 8, Дневники 1893-1919 [Journaux intimes 1893-1919], Москва, Русская книга, 2003, p. 48.

38 Sur le lien entre le mythe de l’androgyne et l’homosexualité dans l’œuvre de Z. Guippius, voir Blinova O. A., Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius, op. cit., p. 147-179. Au sujet de l’homosexualité dans la prose de Z. Guippius, voir Blinova O. A., « L’homosexualité dans l’œuvre de Zinaïda Guippius avant et après l’émigration », Enderlein É., Mihova L., dir., Écrire ailleurs au féminin dans le monde slave au xxe siècle, Paris, l’Harmattan, 2013, p. 43-53.

39 Гиппиус [Guippius] З. Н., Водоскат [La chute d’eau], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 169. Pour la première édition de ce poème, voir Весы, Москва, no 3-4, 1906, p. 3.

40 Гиппиус [Guippius] З. Н., Женскость [La féminitude, 1923], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 265.

41 Le même procédé est employé pour bâtir le titre Водоскат (La chute d’eau) de ce poème où sont conjugués le mot féminin « вода » (« eau ») et le mot masculin « скат » (« chute », « pente »). Par conséquent, on peut dire que l’androgynie du sujet lyrique de ce poème est en quelque sorte « programmée » dès son titre.

42 Гиппиус [Guippius] З. Н., Снег [La neige], op. cit., p. 98-99.

43 Гиппиус [Guippius] З. Н., Белая одежда [L’habit blanc], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 140. Pour la première édition de ce poème, voir Новый путь, Санкт-Петербург, no 9, 1903, p. 99.

44 Sur le motif de l’eau noire [aqua nigra] et sur son caractère ambivalent dans la poésie des symbolistes russes, voir Ханзен-Лёве [Hansen-Löve] А. А., Русский символизм – Система поэтических мотивов – Мифопоэтический символизм начала века [Le symbolisme russe – Le système des motifs poétiques – Le symbolisme mytho-poétique du début du siècle], перевод с немецкого, Санкт-Петербург, Академический проект, 2003, p. 692-695.

45 Pour les textes des poèmes La neige [Снег], La couturière [Швея], La nuit [Ночью], Toi : [Ты :], Si [Если], Victoires [Победы], Mars juvénile [Юный март], voir Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 98-99, 119-120, 146, 159, 160, 149, 218.

Table des illustrations

Légende Ill. 8 : Le rebis, par Balthazar Schwan pour la Philosophia Reformata (1622) de J. D. Mylius, University Library Johann Christian Senckenberg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search