Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

II. Sur l'amour

La conception de l’amour chez Zinaïda Guippius et ses sources d’inspiration

Rosina Neginsky

Texte intégral

1Zinaïda Guippius fut principalement influencée, dans sa conception de l’amour, par le philosophe russe Vladimir Soloviov, en particulier par son traité Le sens de l’amour, lequel est profondément enraciné dans la philosophie de Platon – notamment dans l’un de ses dialogues de la période moyenne, Le banquet. Bien que la perception de l’amour chez Guippius procède surtout de la pensée de Soloviov, elle intègre néanmoins directement certains aspects de la philosophie de Platon dont l’œuvre a été entièrement traduite en russe par Soloviov.

  • 1 Cf. Platon, Le banquet, in Platon, Œuvres complètes, t. IV – 2e partie, traduit du grec par Vicair (...)
  • 2 Platon, Le banquet, op. cit., p. 71, 212a.

2Dans le sillage de Platon, Soloviov définit l’amour comme le désir de « toujours posséder ce qui est bon1 ». L’amour du beau qui réside dans le divin mène l’être humain vers la perfection et lui permet d’arriver à un niveau tel qu’il peut enfanter la vertu, « non point des simulacres de vertu, car il ne s’attache pas à un simulacre, mais une vertu véritable, car il s’attache à la vérité2 ». La vertu est un service rendu à la société car elle embellit le monde terrestre, imparfait et visible, et le rapproche du monde divin, parfait, éternel et invisible.

3Platon et, à sa suite, Soloviov et Guippius considèrent que c’est à travers l’amour érotique ascendant, médiateur entre les hommes et Dieu, que l’être humain peut être initié au monde de l’au-delà. L’amour érotique se révèle un chemin vers l’immortalité qui devient accessible grâce à l’union de l’être humain à Dieu, symbole de la beauté suprême. Pour Guippius et les symbolistes russes, comme pour Platon, l’amour érotique joue donc un rôle primordial dans la transformation du monde extérieur, soumis au mal, il le fait approcher du monde divin.

  • 3 Platon, Le banquet, op. cit., p. 67-68, 210a.

4Platon expose sa conception de l’amour dans Le banquet, principalement dans le dialogue de Socrate et Diotime. Selon lui, le chemin initiatique se compose de cinq étapes. La première consiste à aller vers la beauté physique : on n’aime qu’un seul beau corps et on engendre à cette occasion de beaux discours3. C’est le niveau élémentaire de l’amour auquel s’arrêtent la plupart des gens qui ne peuvent dépasser le quotidien. Ceci représente pour Guippius et pour les symbolistes russes en général la trivialité de la vie physique.

  • 4 Ibid., p. 68, 210ab.

5La deuxième étape de l’initiation platonique consiste en la compréhension que « la beauté qui réside en un corps quelconque est sœur de la beauté d’un autre corps4 », car tous les beaux corps se ressemblent. Ce n’est donc plus au corps que l’on aspire, mais à la beauté véritable, celle de l’âme.

  • 5 Robin L., La théorie platonicienne de l’amour, Paris, Presses Universitaires de France, 1964 (1re (...)
  • 6 Platon, Le banquet, op. cit., p. 68, 210c.

6À la troisième étape l’initié constate que la beauté du corps a peu de prix par elle-même5 et il s’oriente vers « la beauté dans les actions et dans les lois6 ». C’est à elles qu’il attache désormais de l’importance.

  • 7 Ibid., p. 69, 210d.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. 69-71, 211a-212a. Cf. également Robin L., La théorie platonicienne de l’amour, op. cit.,(...)
  • 10 Platon, Le banquet, op. cit., p. 71, 212a.

7Lors de la quatrième étape l’initié comprend que la beauté est diverse. Il se libère des pensées étroites, « se tourne […] vers l’océan du beau, […] il le contemple, et il enfant[e] de beaux discours sans nombre, magnifiques, des pensées qui na[isse]nt dans l’élan généreux de l’amour du savoir7 ». Finalement, grâce à la force acquise et au niveau de développement atteint, l’initié « porte les yeux vers une science unique, celle de la beauté8 ». Cette beauté est éternelle, elle n’est sujette ni à la génération, ni à la destruction, ni à l’accroissement, ni au décroissement. Elle est elle-même, en elle-même et par elle-même, dans l’unité et l’éternité de sa forme ; et toutes les choses belles le sont parce qu’elles participent de cette réalité transcendante. L’homme auquel il serait donné de contempler le Beau lui-même, dans sa souveraineté, dans sa pureté, sans mélange, et non plus revêtu de la souillure des chairs, des couleurs humaines et de tous ces vains charmes périssables – de contempler, en un mot, la beauté divine elle-même – pourrait s’unir à elle9. Il s’unirait à elle en enfantant « non point des simulacres de vertu, […] mais une vertu véritable, car il s’attache à la vérité10 ».

  • 11 Гиппиус [Guippius] З. Н., Влюблённые [Les amoureux], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихи и проза [V (...)

8Bien que Zinaïda Guippius s’intéresse au rôle de l’amour dans le processus d’embellissement du monde terrestre, elle illustre plutôt, dans ses nouvelles et sa poésie, les étapes variées de l’amour platonique. Sa nouvelle Les amoureux11 [Влюблённые], composée en 1903, en est un exemple. Elle y décrit l’amour des deux protagonistes et leur capacité – ou incapacité – à s’initier au divin. Sujette aux aspirations les plus banales et immergée dans la vanité de la vie quotidienne, Katérina Ivanovna, l’héroïne de la nouvelle, vit comme un oiseau. Elle se contente d’exister et se satisfait de ses petites préoccupations terrestres. C’est une jolie femme qui ne possède rien d’autre que son joli corps et son joli visage. Elle est bien confortablement installée dans son petit nid marital, devant sa tasse de thé, en compagnie de son mari qui semble toujours à son service. Comme l’écrit Guippius :

  • 12 Ibid., p. 128.

Катерина Ивановна была немножко ленива; ей, пожалуй, приятнее было бы остаться в своём будуаре-игрушке, надеть капот, – чай подадут, с вареньем, с бутербродами, Тося милый с нею12

Katérina Ivanovna était un peu paresseuse ; elle aurait, sans doute, préféré rester dans son boudoir-jouet, mettre sa robe de chambre – le thé serait servi avec de la confiture et des tartines, Tossia chéri serait près d’elle…

9Les relations de Katérina Ivanovna avec son mari se situent au niveau le plus bas de l’amour terrestre. Son sentiment est l’exemple de la première étape platonique, c’est-à-dire de l’amour du corps enraciné dans la vie physique. Il ne lui est pas donné, même de loin, de ressentir la présence du divin.

10Tel n’est pas en revanche le cas de son mari, Anatoli Savvitch, Tossia. Son âme s’éveille lors d’une promenade nocturne avec sa femme sur la Neva, quelques mois après leur mariage. Il se rappelle alors une promenade similaire avant leur mariage et s’aperçoit que la présence de Katérina, sa beauté, sa jeunesse et son charme ne l’enchantent plus comme avant. Bien que son épouse soit toujours aussi charmante, Anatoli Savvitch sent qu’il manque quelque chose à Katérina, et il perçoit intuitivement l’absence d’évolution spirituelle chez elle. Soulignons que Guippius met dans la bouche de son personnage les mots mêmes de Platon lorsqu’il comprend que tous les beaux corps se ressemblent. Ce n’est donc plus au corps qu’aspire Anatoli, mais à la compréhension de la beauté véritable, celle qui réside dans l’âme. Pourtant, son cheminement s’arrête là. Il fait le choix de ne pas le poursuivre jusqu’à l’étape suivante où l’on s’oriente vers « la beauté dans les occupations et les maximes de conduite ». Au moment où il ressent une perte de confort intérieur causée par l’évolution de ses sentiments à l’égard de sa femme, au lieu de se questionner, il s’interdit de réfléchir. Guippius termine sa nouvelle ainsi :

  • 13 Ibid., p. 132.

Остаток ночи супруги провели в милых ласках, в привычных, отрадных проявлениях любви. И, убаюканный теплотою спокойной радости, Анатолий Саввич перестал мечтать о Счастье13

Les époux passèrent le reste de la nuit dans d’agréables caresses, dans les familières et réjouissantes manifestations de l’amour. Et, bercé par la chaleur de la joie paisible, Аnatoli Savvitch cessa de rêver du Bonheur…

  • 14 Gilson É., Le thomisme : introduction à la philosophie de saint Thomas d’Aquin, Paris, VRIN, 2005.
  • 15 Magee B., The Philosophy of Schopenhauer, Oxford, Oxford University Press, 1997.
  • 16 Cf. Rosenthal B. G., ed., Nietzsche in Russia, New Jersey, Princeton University Press, 1986. Sur c (...)

11Dans ce final, Guippius introduit la notion de libre arbitre qui appelle quelques commentaires. Cette notion fut élaborée d’abord par Thomas d’Aquin14. Selon lui, les êtres humains sont confrontés en permanence au choix du chemin à prendre. C’est à eux de décider la direction de leur vie, leurs choix étant déterminés par l’intellect, la volonté et les passions. Guippius n’est pas directement influencée par Thomas d’Aquin ; sa conception du libre arbitre s’enracine plutôt dans la philosophie d’Arthur Schopenhauer15, en particulier dans son œuvre Le monde comme volonté et comme représentation qui eut une grande influence sur la société occidentale et sur les symbolistes russes16.

  • 17 Magee B., The Philosophy of Schopenhauer, op. cit.

12La philosophie de Schopenhauer est basée sur la philosophie de Kant tout en la « corrigeant ». Deux réalités essentielles coexistent pour Kant et Schopenhauer : phénoménale et nouménale. Kant appelle réalité phénoménale la réalité à laquelle nous pouvons avoir accès à travers notre expérience, et réalité nouménale celle à laquelle nous n’avons pas accès à travers notre expérience, mais dont nous comprenons l’existence. Dans la philosophie de Kant, la relation entre ces deux mondes est causale : d’après lui, le monde nouménal nous fait vivre l’expérience du monde des phénomènes. Schopenhauer emprunte à Kant ces deux concepts mais il les modifie17. Pour lui, le monde du nouménal et le monde phénoménal sont deux parties – intérieure et extérieure – d’une même entité, mais ces deux parties n’ont pas de relations causales. Schopenhauer appelle le monde nouménal volonté et il le conçoit comme une force impersonnelle, terrifiante, aveugle et sans but. Cette force fait vivre les êtres humains, mais ne donne aucun sens à leur existence. Nous autres, êtres humains, sommes l’incarnation phénoménale de la force nouménale, et pour cette raison notre existence, aussi bien que tout ce que nous faisons dans notre vie, est un désir sans but et sans sens. Pour échapper à cette existence sans but, nous devons refuser de participer à la volonté de cette force nouménale, nous désengager. C’est ainsi que nous pouvons manifester notre libre arbitre.

13Dans la nouvelle Les amoureux, Guippius montre que, poussé par les nouveaux sentiments qu’il éprouve pour sa femme Katérina, Anatoli ressent soudain la nécessité du changement et de l’action. Il est alors confronté au choix entre la vie supérieure qui aura un sens et lui donnera la possibilité de réaliser son potentiel divin, et la vie qu’impose la force nouménale. Il opte finalement pour l’inaction. En dépit de sa compréhension intuitive, il n’exerce pas son libre arbitre et renonce de fait à s’échapper de l’existence terrestre sans but, détachée du divin. En continuant de participer ainsi à la volonté de la force nouménale, en ne s’en désengageant pas, il renonce également à se rapprocher du divin et à embellir le monde terrestre.

  • 18 Гиппиус [Guippius] З. Н., Зеркала – Вторая книга рассказов [Les miroirs – Deuxième recueil de nouv (...)

14Dans le recueil de nouvelles Les miroirs18 [Зеркала], paru en 1898, outre la description des étapes variées de l’amour platonique, Guippius explore la pensée de Soloviov sur l’unicité de l’amour érotique.

  • 19 Dans Le banquet, Aristophane explique l’union suprême de deux êtres en disant qu’au départ chaque (...)
  • 20 Soloviev [Soloviov] Vl., Le sens de l’amour – Essais de philosophie esthétique, op. cit., p. 79.
  • 21 Ibid., p. 77.

15Si, pour Platon, l’individu peut s’unir au divin pour générer la vertu et atteindre l’immortalité, pour Soloviov, seul un être idéal androgyne, formé de deux moitiés, d’un homme et d’une femme, en est capable. Bien qu’inspirée par le mythe qu’Aristophane rapporte dans Le banquet19, la vision soloviovienne de l’être entier idéal s’en éloigne. En effet, d’après Soloviov, l’objet de l’amour véritable est double. D’une part, nous aimons l’être idéal – idéal non pas au sens abstrait, mais au sens de l’appartenance à une autre sphère de l’existence, à une sphère supérieure – que nous devons initier à notre monde réel. D’autre part, nous aimons l’être humain naturel, qui offre une matière vivante personnifiée pour cette initiation. Cet être vivant et personnel s’approche de l’Idéal, non pas dans notre imagination subjective, mais plutôt en tant que renaissance réelle et véritable. Ainsi l’amour véritable est à la fois amour ascendant et amour descendant20. Pour Soloviov, le bien-aimé est le visage terrestre de Dieu : « C’est une seule et même personne sous deux aspects différents ou dans deux sphères d’existence diverses – l’idéale et la réelle. La première n’est pour l’instant qu’une idée. Mais dans un amour véritable, dans un amour qui sait voir et qui croit, nous savons que cette idée n’est pas une élucubration arbitraire, mais qu’elle exprime la vérité de son objet, quoiqu’elle ne soit pas encore réalisée dans la sphère des manifestations extérieures21. » Dans la sphère transcendante, l’être aimé n’est pas un être individuel au sens de l’existence physique. Il est un rayon vivant et actif qui participe de la lumière idéale unissant tout en Dieu. Cette conception nous conduit à la trinité de l’amour : deux êtres humains qui forment une unité, et Dieu. La foi en cette trinité exige une conviction intérieure. C’est la condition primordiale pour que l’union de deux êtres reconstitue l’image de la trinité divine.

16Pour Guippius, comme pour Platon et Soloviov, chaque être humain possède sa moitié, non interchangeable ; c’est uniquement à travers sa moitié prédestinée que l’on peut voir le reflet de Dieu, et c’est à travers l’être aimé que l’on aime Dieu. Si ces deux moitiés se rencontrent, elles se reconnaissent et s’unissent. Voilà pourquoi l’amour ne peut être qu’unique.

  • 22 Cette nouvelle fut publiée pour la première fois dans la revue Le Messager du Nord [Северный вестн (...)

17La nouvelle de Zinaïda Guippius Les vivants et les morts22 [Живые и мёртвые], troisième du recueil Les miroirs [Зеркала], présente à cet égard un exemple frappant. L’auteur y explore une situation dans laquelle la seconde moitié n’est pas présente physiquement mais où elle peut être retrouvée. L’héroïne de la nouvelle, Charlotte, tombe amoureuse de l’esprit d’Albert, un peintre mort dont elle a vu le bas-relief de marbre sur sa tombe. Il a quitté la terre avant que Charlotte ne le rencontre ; il est déjà accueilli dans le monde divin dont il fait partie. Mais Charlotte sent qu’Albert lui est destiné, qu’il est l’unique moitié lui permettant de voir le reflet de Dieu, et elle s’unit à lui par la mort. Ainsi, l’idée décadente de la mort prend ici une dimension toute soloviovienne de vie, de rencontre des amants en Dieu et donc de trinité.

18Dans une autre nouvelle du même recueil intitulée La lune [Луна], Guippius explore également l’idée de l’unicité de l’amour érotique véritable. Dans ce texte, Stépan Valtsev et Iéléna sont destinés l’un à l’autre, et sont porteurs du rayon divin. Pour cette raison Valtsev n’a pas le choix : il doit rester fidèle à sa moitié véritable, même si dans la vie physique l’union avec la personne aimée n’aura jamais lieu.

19Guippius montre dans cette nouvelle que l’amour véritable, celui à travers lequel on aime Dieu, n’a rien à voir avec la pitié, l’obligation ou la culpabilité. Il est au-dessus de tout cela. Il ne peut être trahi par une obligation sociale ou humaine : le trahir c’est trahir Dieu. Pour Guippius, si l’on est fidèle au véritable sentiment que l’on éprouve – au rayon de Dieu que l’on voit à travers l’autre – on s’approche du divin et l’on peut s’unir à Dieu. Et le cercle se referme puisque, grâce à cet amour, l’homme reste fidèle à son âme qui est d’essence divine.

  • 23 Гиппиус [Guippius] З. Н., Любовь – одна [L’amour est unique], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихи и (...)

20Le poème de Zinaïda Guippius L’amour est unique23 [Любовь – одна] de 1896 exprime de façon poétique l’amour tel qu’il est perçu par Soloviov :

  • 24 Cf. Lesourd F., dir., La raison – Études sur la pensée russe, « Colloque », Lyon, Faculté de philo (...)

Не может сердце жить изменой,
Измены нет: любовь – одна.

Trahir – le cœur ne sait,
Ne sait trahir : l’amour est un.

Мы негодуем, иль играем,
Иль лжём – но в сердце тишина.
Мы никогда не изменяем:
Душа одна – любовь одна.

Se récrier, jouer,
Mentir – le cœur se tait.
Trahir – jamais :
Comme l’âme, l’amour est un.

Однообразно и пустынно,
Однообразием сильна,
Проходит жизнь… И в жизни длинной
Любовь одна, всегда одна.

Monotone et déserte,
Forte de sa monotonie,
Aussi longtemps que la vie…
L’amour est un, est toujours un.

Лишь в неизменном – бесконечность,
Лишь в постоянном глубина.
И дальше путь, и ближе вечность,
И всё ясней: любовь одна.

Seul l’immuable est infini,
Et la constance est profondeur.
Plus loin on va, et l’éternel plus près,
Plus clair on voit : l’amour est un.

Любви мы платим нашей кровью,
Но верная душа – верна,
И любим мы одной любовью…
Любовь одна, как смерть одна.

Nous le payons de notre sang,
L’âme fidèle est sans partage,
Et nous aimons d’un seul amour…
L’amour est un – une est la mort.

(Traduit par Françoise Lesourd24)

21Ce poème reflète l’idée platonicienne des deux moitiés destinées l’une à l’autre et de l’unité en Dieu qu’il n’est possible d’atteindre qu’avec sa moitié prédestinée.

22La vertu et l’ennoblissement du monde terrestre – essentiels chez Platon et Soloviov – deviennent ainsi secondaires chez Guippius : elle explore surtout la nature de l’amour qui conduit à la transformation du monde. Dans son œuvre, le but de l’amour, bien qu’important, est implicite. On y trouve essentiellement une étude détaillée des niveaux et des aspects du phénomène de l’amour dont le rôle est de transformer le monde et d’atteindre l’immortalité.

Notes

1 Cf. Platon, Le banquet, in Platon, Œuvres complètes, t. IV – 2e partie, traduit du grec par Vicaire P., Paris, Les Belles Lettres, 1989, p. 58, 205a ; Soloviev [Soloviov] Vl., Le sens de l’amour – Essais de philosophie esthétique, traduit du russe par Marchadier B., Paris, O.E.I.L., 1985.

2 Platon, Le banquet, op. cit., p. 71, 212a.

3 Platon, Le banquet, op. cit., p. 67-68, 210a.

4 Ibid., p. 68, 210ab.

5 Robin L., La théorie platonicienne de l’amour, Paris, Presses Universitaires de France, 1964 (1re éd. Paris, 1908), p. 18, § 29.

6 Platon, Le banquet, op. cit., p. 68, 210c.

7 Ibid., p. 69, 210d.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 69-71, 211a-212a. Cf. également Robin L., La théorie platonicienne de l’amour, op. cit., p. 18-19, § 31.

10 Platon, Le banquet, op. cit., p. 71, 212a.

11 Гиппиус [Guippius] З. Н., Влюблённые [Les amoureux], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихи и проза [Vers et prose], Тула, Приокское книжное издательство, 1992, p. 127-132.

12 Ibid., p. 128.

13 Ibid., p. 132.

14 Gilson É., Le thomisme : introduction à la philosophie de saint Thomas d’Aquin, Paris, VRIN, 2005.

15 Magee B., The Philosophy of Schopenhauer, Oxford, Oxford University Press, 1997.

16 Cf. Rosenthal B. G., ed., Nietzsche in Russia, New Jersey, Princeton University Press, 1986. Sur ce sujet, voir également Мережковский [Mérejkovski] Д. С., « Мистическое движение нашего века » [« Le mouvement mystique de notre siècle »], in Богомолов [Bogomolov] Н. А., сост., вступ. ст., преамбулы и прим., Критика русского символизма [La critique du symbolisme russe], 2 т., т. 1, Москва, Олимп – АСТ, 2002, p. 37.

17 Magee B., The Philosophy of Schopenhauer, op. cit.

18 Гиппиус [Guippius] З. Н., Зеркала – Вторая книга рассказов [Les miroirs – Deuxième recueil de nouvelles], Санкт-Петербург, изд. Н. М. Геренштейна, 1898.

19 Dans Le banquet, Aristophane explique l’union suprême de deux êtres en disant qu’au départ chaque être humain était constitué de deux parties. Ces humains étaient très forts et très orgueilleux, et un jour ils décidèrent de s’attaquer aux dieux. Naturellement, les dieux se mirent en colère ; cependant ils ne voulurent détruire les humains, mais les affaiblir afin qu’ils ne présentent plus un danger et qu’ils vivent en toute humilité. C’est pourquoi, ils décidèrent de partager chaque humain en deux, et le firent. « Quand donc l’être primitif eut été dédoublé par cette coupure, chacun, regrettant sa moitié, tentait de la rejoindre. S’embrassant, s’enlaçant l’un à l’autre, désirant ne former qu’un seul être, ils mouraient de faim, et d’inaction aussi, parce qu’ils ne voulaient rien faire l’un sans l’autre. » (Cf. Platon, Le banquet, op. cit., p. 32, 191ab). Finalement les dieux prirent les hommes en pitié et, par l’intermédiaire d’Héphaïstos, ils leur proposèrent la chose suivante : « Votre désir n’est-il pas de vous identifier l’un à l’autre autant qu’il est possible, de manière à ne vous quitter ni la nuit ni le jour ? Si tel est votre désir, je veux bien vous fondre ensemble et vous souder l’un à l’autre au souffle de ma forge, en sorte que de deux vous ne fassiez qu’un seul et que toute votre vie vous viviez tous deux comme si vous n’étiez qu’un, et qu’après votre mort, là-bas, chez Hadès, vous ne soyez pas deux, mais un seul, dans une mort commune. » (Ibid., p. 35-36, 192de). À ces paroles, les humains pensaient avoir entendu exprimer ce dont ils avaient depuis longtemps envie : « se réunir et se fondre avec l’être aimé, au lieu de deux n’être qu’un seul. » (Ibid., p. 36, 192e). Aristophane finit en disant : « La raison en est que notre nature originelle était comme je l’ai dit, et que nous formions un tout : le désir de ce tout et sa recherche ont le nom d’amour. Auparavant, comme je l’affirme, nous étions un. Mais maintenant, pour nos fautes, nous avons été séparés d’avec nous-mêmes par le dieu […]. Nous devons donc craindre, si nous ne respectons pas nos devoirs à l’égard des dieux, d’être une fois de plus fendus par le milieu […]. Voilà pourquoi l’on doit exhorter tout homme à la piété, en toute chose, à l’égard des dieux, afin que nous échappions à un état et que nous parvenions à l’autre, comme le veut l’Amour, notre guide et notre chef. À lui, que personne ne s’oppose – et c’est s’opposer à lui que de se rendre haïssable aux dieux. Car si nous devenons les amis de ce dieu, si nous faisons notre paix avec lui, nous découvrirons et nous rencontrerons les bien-aimés qui nous appartiennent en propre, ce que peu de gens à présent réalisent. » (Ibid., p. 36, 193ab).

20 Soloviev [Soloviov] Vl., Le sens de l’amour – Essais de philosophie esthétique, op. cit., p. 79.

21 Ibid., p. 77.

22 Cette nouvelle fut publiée pour la première fois dans la revue Le Messager du Nord [Северный вестник] en 1897 (no 3) sous le titre Parmi les morts [Среди мёртвых].

23 Гиппиус [Guippius] З. Н., Любовь – одна [L’amour est unique], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихи и проза [Vers et prose], op. cit., p. 16.

24 Cf. Lesourd F., dir., La raison – Études sur la pensée russe, « Colloque », Lyon, Faculté de philosophie de l’Université Jean Moulin Lyon 3, 2009, p. 302, note 2.

Auteur

Professeur associé à l’Université de l’Illinois (États-Unis).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search