Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

I. Le concept de genre dans la pensée, la vie et l'œuvre de Zinaïda Guippius

Zinaïda Guippius et le genre : performativité, parodie et transfiguration du sexe

Olga Matich
Traduction de Olga Blinova

Texte intégral

  • 1 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Мы и они » [« Eux et nous »], Весы [La Balance], Mосква, Скорпион, no 6 (...)

1L’image de Zinaïda Guippius sur la célèbre caricature de Mitritch (voir ci-dessous) est accompagnée de deux citations. L’une – « Avant nous écrivions mieux1 » [« Прежде мы писали лучше »] – est tirée de l’article de Guippius « Eux et nous » [« Мы и они », 1907], l’autre provient de son poème L’habit blanc [Белая одежда, 1902], qui renvoie à l’Apocalypse de saint Jean (3 : 5) : « Le vainqueur sera donc revêtu de blanc » [« Побеждающий облечётся в белые одежды »]. Le sujet lyrique de ce poème accepte les épreuves du Seigneur, lui donne son âme, et le Seigneur l’en récompense :

  • 2 Гиппиус [Guippius] З. Н., Белая одежда [L’habit blanc], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения (...)

И отдаю я душу смелую
Моё страданье Сотворившему.
Сказал Господь: «Одежду белую
Я посылаю – победившему»2.

Je donne l’âme hardie
Au Créateur de ma souffrance.
Le Seigneur dit : « L’habit blanc
Je l’envoie au vainqueur. »

  • 3 Guippius insérait ses cigarettes parfumées dans un fume-cigarette. Au tournant du xxe siècle, le fa (...)
  • 4 Le cliché de cette photographie date certainement du mois de mai 1903, ce qu’atteste la corresponda (...)

2La représentation parodique de Guippius sape le sens de cette strophe par la cigarette phallique que le personnage serre entre ses lèvres, le paquet de cigarettes dans sa poche3, le face-à-main (analogue au monocle chez un dandy) au manche très long qu’il tient dans une main, et la funeste araignée qui, telle un pendentif, est accrochée à l’autre main. L’araignée piégeant ses victimes dans sa toile est un attribut caractéristique de la femme fatale décadente. Dans le contexte fin de siècle, Guippius, dessinée de profil par Mitritch, apparaît comme la femme phallique, produit de la crise de la masculinité et de la menace féminine correspondante. Le personnage projette une ombre noire, sinistre et démoniaque. Moulant son maigre corps masculinisé, la robe blanche fait penser à l’habit blanc de l’Apocalypse, mais aussi à la photo sur laquelle la traîne de sa robe ressemble à un éventail4.

  • 1 Voici l’inscription qui accompagne la caricature (Ill. 1) :

Ill. 1 : Caricature de Zinaïda Guippius (1907), par Mitritch, GLM, Moscou1.

  • 2 La dédicace sur la photographie conservée au musée de l’IRLI (Ill. 2) :

Ill. 2 : Photographie de Zinaïda Guippius (1903), atelier Otto Renar (Moscou), musée de l’IRLI, Saint-Pétersbourg2.

  • 5 Jenifer Presto est le premier chercheur qui a appliqué la théorie de Butler à Guippius. Cf. Presto (...)

3En rapport avec la caricature de Mitritch, je propose d’examiner la question de la corrélation de Guippius – en tant qu’objet de parodie – avec sa subjectivité, sa façon d’être sujet, du point de vue de la performativité du genre selon la théorie de Judith Butler5. Reposant sur l’atteinte à la dualité socio-symbolique du genre, sa théorie mène hors des frontières de cette dualité, là où rien de déterminé n’existe. Butler écrit que, comme la sexualité, le genre se présente toujours sous la forme d’une construction performative, mettant l’accent sur le processus même de la construction. Le fondement de sa théorie est la citation, c’est-à-dire la construction du genre à l’aide d’actions performatives féminines et masculines, répétées plusieurs fois, évoquant le mimétisme. Butler distingue les formes normatives des formes subversives du genre ; ces dernières – qui l’intéressent particulièrement – démasquent et déstabilisent la norme. En ce sens, la robe blanche de Guippius sur la photo peut être corrélée à l’acte mimétique de la féminité traditionnelle, tandis que son costume de dandy sur les portraits de Bakst (dont il sera question ci-dessous) est une déstabilisation du genre… ce qui confirme que le genre est bien un continuum, et non pas une constante.

4L’une des allégations essentielles de Butler sur la performativité subversive est qu’elle est, par définition, une parodie de la norme. La manifestation la plus frappante en est, pour Butler, le transvestisme genré – le cross-dressing. Il s’agit d’une parodie en tant que procédé subversif. J’y ajouterais pour ma part la performativité du genre ultra-féminin par une femme et la performativité du genre ultra-masculin par un homme. À cet égard, Guippius innove dans la performativité parodique de la féminité et du transvestisme – autant dans son œuvre que dans sa vie – en les faisant cohabiter avec le mimétisme des formes traditionnelles du genre.

  • 6 . Маковский [Makovski] С., На Парнасе Серебряного века [Sur le Parnasse de l’Âge d’argent], Мюнхен, (...)
  • 7 . Брюсов [Brioussov] В., Дневники 1891-1910 [Journaux intimes 1891-1910], Mосква, изд. Сабашниковых(...)
  • 8 . Злобин [Zlobine] В., Тяжёлая душа [Une âme lourde], Вашингтон, Victor Kamkin, 1970, p. 22. Irina (...)

5Dès ses débuts, elle parodie par son apparence les formes ostentatoires de la féminité. Rappelons la tresse – signe de virginité – qu’elle porte après son mariage6, le rôle de séductrice souveraine qu’elle se donne en se parant d’un diadème orné d’un diamant7 ; ou encore la robe noire – au lieu de la blanche virginale – qu’elle commande pour l’ouverture des Assemblées religieuses et philosophiques : lorsqu’elle bouge, les plis s’ouvrent, laissant apparaître la doublure rose pâle qui produit une fausse impression de nudité8. Le tissu se substitue ainsi de façon parodique au corps.

  • 9 . Clayton B., A Penelopean Poetics – Reweaving the Feminine in Homer’s Poetics, Lanham, Lexington B (...)

6La subjectivité féminine de Guippius est tissée de fils multicolores à la fois subversifs et traditionnels. J’utilise sciemment les métaphores du tissage et du fil pour décrire son texte (du latin « texere », tisser, tresser) genré, car les occupations traditionnellement féminines du tissage et du tressage servaient de source au langage métaphorique de la narration. Comme le souligne Barbara Clayton, les poètes grecs se considéraient « tisserands » des mots, produisant un tout9. L’association de la narration avec cette occupation féminine apparaît probablement pour la première fois dans L’Odyssée d’Homère. Pénélope est, pour ainsi dire, une tisseuse de la narration, présentée à travers la métaphore du tissage, du démaillage et du re-tissage du linceul pour son beau-père. Souvenons-nous également du fil qu’Ariane donne à Thésée pour qu’il sorte du Labyrinthe, et des Moires, qui filent les destinées des hommes. Le comportement de Guippius dans son espace privé peut être associé à celui de Pénélope, d’Ariane et des Moires.

  • 10 . Le poème La Douleur [Боль, 1906], où Guippius fait parler la Douleur (en russe le mot « боль » es (...)

7Le vocabulaire poétique de Guippius compte de nombreuses métaphores de tissu, de tressage et de fil10 : le fil des événements, de la vie, du temps, le fil électrique, le fil de la pluie, du tourbillon de vent, du soleil, de la toile d’araignée. Ces métaphores acquièrent souvent un sens métaphysique. Dans sa poésie La couturière [Швея] de 1901, le travail féminin du sujet lyrique, quotidien et éreintant, que l’on peut décrire comme la création d’un tout à partir de pièces éparses, est destiné à une transfiguration mystique. Il est remarquable que le poète n’objective pas la couturière mais s’identifie à son rôle féminin, à la performativité de la couturière qui assemble des morceaux de soie écarlate dans le temps, travail qui mène vers une révélation atemporelle :

  • 11 Гиппиус [Guippius] З. Н., Швея [La couturière], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies(...)

Одно с другим как будто слито.
Приняв одно – стараюсь угадать
За ним другое, – то, что скрыто11.

Comme si, l’un en l’autre, ils étaient fondus.
Acceptant l’un, j’essaie de deviner
Derrière lui l’autre, qui est caché.

  • 12 Шагинян [Chaguinian] М., « О блаженстве имущего – Поэзия З. Н. Гиппиус » [« La félicité du possédan (...)
  • 13 Гиппиус [Guippius] З. Н., Благая весть [L’Annonciation], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения(...)

8Sont cachés : le Feu, puis le Sang et, enfin, l’Amour, vers lequel aspire toujours le sujet lyrique des poésies de Guippius. Bien que La couturière représente la performativité du travail féminin traditionnel, elle a un but non traditionnel qui relève de l’œuvre de vie [жизнетворчество] ; comme l’écrit Marietta Chaguinian, la poésie de Guippius ne représente pas la normativité (Chaguinian n’emploie bien entendu pas ce mot), mais une issue volitive à ses frontières12. La première strophe du poème L’Annonciation [Благая весть], écrit en 1904, représente la Vierge, assise à la fenêtre, travaillant la laine multicolore. Ce texte se termine par ces paroles de la Vierge : « Que l’Amour du Seigneur entre13… » [« Пусть войдёт Любовь Господняя… »].

  • 14 Presto J., Beyond the Flesh – Alexander Blok, Zinaida Gippius, and the Symbolist Sublimation of Sex (...)

9Comme nous le savons, Guippius signe souvent ses articles de pseudonymes masculins. À quelques exceptions près, elle écrit ses vers au masculin, quoique le genre grammatical de la voix lyrique ne puisse être déterminé qu’au passé ou d’après les adjectifs. Dans les autres cas, c’est au lecteur de choisir le genre du sujet lyrique, ce qui pose alors la question des critères d’interprétation. Aussi le genre de l’auteur, comme résistance aux conventions d’écriture et comme manifestation de l’indétermination de genre, présente-t-il une performativité parodique. Selon Jenifer Presto, cette pratique de Guippius-écrivain exprime son dandysme14 – auquel Presto prête beaucoup d’attention.

10Deux poèmes au féminin, représentant le sujet lyrique occupé à des tâches féminines, construisent néanmoins un sujet féminin traditionnel. Guippius devait avoir pleinement conscience du fait que le vocabulaire métaphorique de la narration recourt justement à ces tâches et que le travail de la couturière est analogue à l’écriture d’un texte. Marcel Proust fait, par exemple, coïncider dans Le temps retrouvé les images de la couturière, travaillant le tissu et celles de l’écrivain rédigeant le récit :

  • 15 Proust M., À la recherche du temps perdu, XV, Le temps retrouvé, Deuxième partie, La Bibliothèque é (...)

je pensais que sur ma grande table de bois blanc, je travaillerais à mon œuvre, regardé par Françoise. […] je travaillerais auprès d’elle, et presque comme elle […] épinglant de-ci de-là un feuillet supplémentaire, je bâtirais mon livre […] comme une robe15.

  • 16 Ibid., p. 354.

11Quelques pages auparavant, le narrateur de ce roman décrit la vie comme un processus de tissage infini de fils, qu’elle entrecroise entre les gens et les événements16.

  • 17 Matich O., « Dialectics of Cultural Return : Zinaida Gippius’ Personal Myth », in Gasparov B., Hugh (...)
  • 18 Евстигнеева [Ievstignéiéva] А. Л., Пушкарёва [Pouchkariova] Н. К., публ., « Письма З. Н. Гиппиус к (...)

12Examinons parmi les nombreux fils multicolores de la vie de Guippius une image de la féminité tout à fait différente. Il y a plus de vingt ans, j’écrivais que la description qu’elle fait de sa vie maritale dans la biographie posthume de Dmitri Serguéiévitch Mérejkovski rappelle les relations entre les protagonistes du roman Que faire ? [Что делать ?] : Véra Pavlovna et Dmitri Serguéiévitch Lopoukhov17. Il faut noter que l’héroïne de Tchernychevski, en tant qu’organisatrice d’un atelier de confection, est liée à la couture. Guippius a certainement lu Que faire ? pour la première fois en 1895 ; c’est Akime Volynski18 qui le lui avait apporté sur sa demande insistante. Voici ce qu’elle publie sur Tchernychevski en 1938 en émigration :

  • 19 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Загадка Некрасова » [« L’énigme de Nékrassov »], in Гиппиус [Guippius] (...)

Чернышевский […] был природно-тонкий и глубокий человек: белая ворона среди шестидесятников19.

Tchernychevski était […] un homme profond et subtil par nature : un corbeau blanc parmi les représentants des années 1860.

13Véra Pavlovna est porteuse des valeurs féministes de la deuxième moitié du xixe siècle – il est vrai que le terme « féminisme » n’existait pas à cette époque. Bien que Guippius ne sympathise pas avec le mouvement d’émancipation des femmes, pour elle, comme pour l’héroïne de Que faire ? et, beaucoup plus tard, pour l’écrivain anglais Virginia Woolf, l’existence d’une « chambre à soi » pour le travail intellectuel et créateur est une nécessité : je définirais cette exigence comme féministe. À cet égard et à certains autres, Guippius rappelle la « femme nouvelle », notion apparue pendant la période fin de siècle, en Angleterre d’abord, puis en France, et ensuite en Russie. Rejetant les formes traditionnelles du genre, de la famille et de la maternité, la femme nouvelle se distingue par son indépendance dans la vie privée et professionnelle. Malgré le mépris de Guippius pour le mouvement des femmes, sa performativité du genre correspond beaucoup à cette image.

  • 20 L’original de cette citation est « [с] троптивые дачные дамы и даже деревенские обитатели привыкли (...)

14Tout comme la femme nouvelle, Guippius, construisant son paraître, s’approprie les vêtements masculins. Ainsi, en 1897, elle écrit à Zinaïda Venguérova qu’à la datcha, elle porte un pantalon, et que « [l]es dames en villégiature qui y étaient opposées, et même les campagnards, s’y sont habitués. Mais cela était difficile20 », car il n’y avait nulle part un vrai couturier qui ferait un joli pantalon.

  • 3 Zina [Зина] est un diminutif du prénom Zinaïda [Зинаида].

15Sur la photo des années 1890, Guippius imite le genre masculin et le parodie en même temps par cross-dressing. Outre le pantalon, notons la pose masculine, la main dans la poche, la signature « Zin » [« Зин »] – forme masculine de son prénom (après le refroidissement de ses relations avec Venguérova, elle signait ses lettres « Zina3 » [« Зина »]) – et la citation extraite de son poème enjoué Sérénade [Серенада], composé en 1897, dont elle a offert à la même époque l’autographe à Zinaïda Venguérova. Cette photo lui était peut-être aussi destinée.

  • 4 La dédicace sur la photographie conservée au musée de l’IRLI (Ill. 3) :

Ill. 3 : Photographie de Zinaïda Guippius, atelier R. Scharl (Saint-Pétersbourg), musée de l’IRLI, Saint-Pétersbourg4.

16Dans Sérénade, qui comporte les vers

  • 21 Гиппиус [Guippius] З. Н., Серенада [Sérénade], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies] (...)

Пускай, моя Светлана,
Меня не любишь ты21.

Peu importe, ma Svetlana,
Si tu ne m’aimes pas.

17le genre grammatical du sujet lyrique n’est pas exprimé. Néanmoins, le badinage et l’amour narcissique rappellent le style dandy :

  • 22 Ibid.

Ищу мою отраду
В себе – люблю тебя.
И эту серенаду
Слагаю для себя22.

Je cherche ma joie
En moi-même – je t’aime.
Et cette sérénade-là
Je compose pour moi-même.

  • 23 Lettre de Z. N. Guippius à Z. A. Venguérova du 8 avril 1897, archive de Z. A. Venguérova et de N. M (...)

18Renvoyant à l’image de la couturière qui assemble les morceaux épars en un tout, Guippius, dans une autre lettre, écrit à Venguérova : « je me ferai une robe double symbolique23 » [« я сделаю себе двойное символическое платье »] – laquelle serait composée de ses propres lettres écrites sur papier rouge, et de celles de Venguérova sur papier gris. Les connotations érotiques performatives de cette métaphore ne nécessitent pas d’explication. Elles rappellent une auto-représentation de Guippius qui apparaît dans son journal intime Contes d’amour :

  • 24 Hippius [Guippius] Z., Contes d’amour, in Pachmuss T., ed., Between Paris and St. Petersburg – Sele (...)

Я не желаю только женского, как не желаю только мужского. […] с женщинами активна моя женская сущность; с мужчинами – мужская24.

Je ne désire pas que du féminin, comme je ne désire pas que du masculin. […] avec les femmes c’est ma nature féminine qui est active, avec les hommes ma nature masculine.

  • 25 Dans l’original, on lit : « голую похоть я могу […] разделить чью угодно ». Cf. Pachmuss T., Intell (...)

19Dans sa lettre de 1905, elle confie à Filossofov : « je peux […] partager la concupiscence crue de n’importe qui25 »… Comme si sa performativité sexuelle ne faisait pas de distinction de genre.

20Parodiant le dandysme du cercle artistique homosexuel du Monde de l’art, elle se compose une image élégante en costume de dandy, et pose pour Bakst à deux reprises : la première fois en 1900 (le dessin est publié en annexe au Monde de l’art, no 17-18, 1900), la deuxième en 1906 pour un portrait célèbre. Sur ces portraits, la performativité de dandy est pure représentation. Nous ignorons certes si Guippius se montrait en public dans la société pétersbourgeoise en costume de dandy, mais c’est ainsi qu’elle fait son apparition dans les annales des beaux-arts russes. À travers le costume, la pose nonchalante et le regard ironique – comme sur la photo où elle est en pantalon, une main dans la poche – le personnage lance un défi de dandy au spectateur. Sur son portrait le plus connu en particulier, Guippius imite et, en même temps, parodie l’apparence impassible du dandy à la Oscar Wilde. Bravant l’anachronisme, on peut dire, dans le sillage de Butler, que le dandysme masculin est lui-même une parodie du genre normatif – parodie entendue comme procédé subversif. À la manière d’un dandy, Guippius stylise son image mondaine d’indifférence, de mépris (souvenons-nous de son monocle et de son face-à-main) et l’ingéniosité caustique de ses réparties. Cette orientation caractérise également quelques-uns de ses textes, y compris son journal intime au titre léger et insolent : Contes d’amour (1893-1904).

Ill. 4 : Portrait de Zinaïda Guippius (1900), par Lev Bakst, lithographie d’auteur, collection privée de M.I. Zélikman, Moscou.

Ill. 5 : Portrait de Zinaïda Guippius (1906), par Lev Bakst, Galerie Trétiakov, Moscou.

21Plusieurs années durant, bien que sans réciprocité, Guippius est amoureuse de Dmitri Filossofov – membre du Monde de l’art et élégant dandy homosexuel. Elle lui propose un fil d’Ariane qui serait la transfiguration du sexe en une nouvelle forme d’amour correspondant à sa théorie de l’éros. En ce qui concerne le dandysme, il est intéressant de comparer les portraits de Guippius réalisés par Bakst et le dessin de Sérov qui représente Filossofov en dandy.

Ill. 6 : Portrait de Dmitri Filossofov (1899), par Valentin Sérov, lithographie, Musée Russe, Saint-Pétersbourg.

  • 26 À l’été 2003 j’ai visité Taormina, cherchant en partie les traces de von Gloeden, photographe de re (...)

22Sur le plan conceptuel, il est possible d’expliquer le penchant de Guippius pour les hommes à orientation homosexuelle à travers sa théorie du sexe, opposée au déterminisme biologique, comme ce sera plus tard le cas de la théorie du genre de Butler. Mais dans le cas de Guippius, je proposerais une interprétation complémentaire à la précédente. Gardant à l’esprit son assertion selon laquelle avec les hommes c’est sa nature masculine qui est active, on peut supposer que sa moitié masculine est attirée par les hommes homosexuels. Parmi ses identités génériques multicolores, tressées et entrelacées, il y en a également une comme celle-là. En 1899, se souvenant d’un jeune dandy, membre du cercle homosexuel du baron Wilhelm von Gloeden, qu’elle avait rencontré à Taormina26, elle note dans ses Contes d’amour :

  • 27 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Journaux intimes],(...)

Мне нравится тут обман возможности : как бы намёк на двуполость, он кажется и женщиной, и мужчиной27.

J’aime ici la tromperie du possible : c’est comme un soupçon de bisexualité, il semble être femme et homme à la fois.

  • 28 Il serait intéressant d’étudier les poésies dans lesquelles le genre grammatical du sujet lyrique e (...)

23L’amour de Guippius pour Filossofov – vu sous l’angle parodique – évoque un dandysme masculin théâtralisé. Sous l’angle philosophique, il relève de l’amour homosexuel entre hommes correspondant à l’idéal de l’éros créateur chez Platon. Filossofov étant un compagnon de longue date de Guippius (et de Mérejkovski) dans la construction de l’Église du Troisième Testament – basée sur le postulat de formes nouvelles en amour –, leurs relations peuvent être interprétées comme le désir de Guippius de réaliser l’idéal de l’amour selon Platon28.

24Du point de vue du genre, Mariangela Paolini et Kirsti Ekonen mettent en évidence la place centrale que détient l’article « La bête-divinité » [« Зверебог »] dans la prose critique de Guippius. Ce texte, paru en 1908, est consacré à la théorie misogyne de la bisexualité élaborée par Otto Weininger. Comme le note Guippius, d’après cette théorie :

  • 29 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 325.

Мужчина – всегда субъект: женщина – всегда объект29.

L’homme est toujours sujet : la femme est toujours objet.

  • 30 Ibid., p. 323.

25Elle est d’accord avec Weininger sur le fait qu’« il n’y a pas d’homme pur, ni de femme pure30 » [« нет чистого мужчины и чистой женщины »] et, qu’à la différence du principe masculin, le principe féminin est impersonnel et, par conséquent, non créatif. En revanche, elle critique ses conclusions :

  • 31 Ibid., p. 324.

Ошибки мыслителя начинаются там, где он с определения Женского Начала, «Ж», соскальзывает на определение реальной женщины. Он забывает свою собственную мысль о несуществовании чистой женщины31 […].

Les erreurs du penseur commencent là où, de la définition du Principe Féminin, « F », il glisse vers la définition de la femme réelle. Il oublie sa propre idée sur l’inexistence de la femme pure […].

  • 32 Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créa (...)

26Ekonen affirme que dans cet article – signé de son vrai nom et non du pseudonyme Anton Kraïni – Guippius s’intéresse moins à Weininger qu’à la position de la femmeauteur et, surtout, à sa propre position dans la culture masculine32.

  • 33 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 330.

Мне всегда казалось практичнее самые дорогие мне мысли высказывать под меняющимся псевдонимом, под чужим именем […] Ведь полусознательно мы прокидываем почти всё, подписанное женским именем. […] [так как для читателя – О. М.] [ж] енщина и пол – неразделимы33 […].

Il m’a toujours paru plus pratique d’exprimer mes pensées les plus chères sous un pseudonyme changeant, sous un nom étranger […] En effet, sans en être pleinement conscients, nous rejetons presque tout ce qui est signé d’un nom féminin. […] [Car pour le lecteur – O. M.], [f]emme et sexe sont inséparables.

27Autrement dit, Guippius présente les raisons pratiques qui motivent l’emploi de pseudonymes masculins. Tout aussi importante cependant est la théorie de la Personne (du genre), entendue comme la conséquence de l’harmonisation des principes masculin et féminin par laquelle elle termine son article « La bête-divinité ». Même si

  • 34 Ibid., p. 328, 332. C’est pourquoi Guippius écrit qu’« un individu trop “masculin” est aussi éloign (...)

мир еще слишком дифференцирован. […] в […] человечестве есть и сила синтезирующая, сила единства34,

le monde est encore trop différencié. […] il existe aussi dans cette humanité […] une force synthétisante, une force de l’unité,

28qui rend possible la naissance de la vraie Personne. Ainsi, Guippius postule le principe de la vraie Personne à l’encontre de Weininger, pour qui la femme masculine reste inacceptable.

  • 35 Rappelons également que dans le discours fin de siècle l’androgyne est souvent le substitut d’un êt (...)

29L’émergence de la vraie Personne, que Guippius identifie à la transfiguration du sexe en un nouvel amour chrétien, devient pour elle la question principale au début du xxe siècle. Il faut chercher les racines de sa théorie du genre dans la conceptualisation de l’amour le plus élevé selon Platon, qui est « la naissance en la beauté » des idées philosophiques (opposée à « la naissance en chair et en os »), ainsi que dans Le sens de l’amour [Смысл любви] de Vladimir Soloviov, qui transforme l’idéal de Platon en utopie. Le fondement du sens de l’amour est, chez Soloviov, la résistance au déterminisme biologique d’une part et la transfiguration du corps humain en un corps androgyne d’autre part. Celui-ci, résultant de la fusion des corps masculin et féminin en un seul corps, mènera à la fin de la reproduction et, par conséquent, rompra le cycle naissance – mort. Guippius appréhende ce postulat à la manière de l’œuvre de vie35. Elle n’utilise pas de mots dérivés du vocable « androgyne » (ils n’apparaissent pour la première fois qu’en 1929 dans son discours « L’arithmétique de l’amour » [« Арифметика любви »]), et, à la différence de Soloviov, son œuvre de vie n’est pas une simple notion théorique.

30Réfléchissant sur la transfiguration du corps physique, elle propose la suppression de l’acte sexuel :

  • 36 Pachmuss T., Intellect and Ideas in Action – Selected Correspondence of Zinaida Hippius, op. cit., (...)
  • 37 Ibid., p. 67.

может ли остаться [половой] акт при (конечно) упразднении деторождения36? […] [Есть – О. М.] гораздо больше оснований думать […], что полового акта не будет, нежели что он сохранится: […] акт обращён назад, вниз, в род, в деторождение. Исполнение и упразднение деторождений – упраздняют и акт, совершенно естественно, не по закону, а просто в силу… a-законности37.

l’acte [sexuel] peut-il demeurer si (bien entendu) on supprime la procréation ? […] [Il existe – O. M.] beaucoup plus de raisons de penser […], que l’acte sexuel disparaîtra plutôt qu’il ne se conservera : […] l’acte est un retour en arrière, vers le bas, vers la tribu, vers la procréation. L’accomplissement et la suppression de la procréation suppriment également l’acte, de façon tout à fait naturelle, non pas en vertu de la loi, mais tout simplement en vertu d’une… a-légitimité.

  • 38 Рейфман [Réifman] П. С., « Предполагаются ли дети ? » [« Suppose-t-on l’existence des enfants ? »],(...)

31Rappelons ici que le poète Afanassi Fet et le critique Vassili Botkine, contemporains de Tchernychevski, se posent la question « suppose-t-on l’existence des enfants ? » [« предполагаются ли дети ? »] dans le roman Que faire ?38. En d’autres termes, sa théorie de l’éros, allant de pair avec l’œuvre de vie, est conjuguée à la plus haute forme de l’amour, mais aussi à la suppression de la fonction biologique procréatrice du sexe.

32Une autre question s’impose à cet égard : si le genre dans le discours féministe est examiné en termes de régulation du pouvoir entre homme et femme, leur fusion en une Personne ne signifierait-elle pas la suppression du genre et de sa performativité ? Je répondrais que oui. Par ailleurs, comme Guippius l’écrit dans son article « Les prémices de l’amour » [« Влюблённость »] en 1904 :

  • 39 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Влюблённость » [« Les prémices de l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. (...)

если в поле есть истинное и тайное (а это мы познали через влюблённость [как нечто духовно-телесное – О. М.]), – тайна будет вечно раскрываться, до конца оставаясь тайной39.

si dans le sexe il y a du vrai et du mystérieux (et nous l’avons déjà appris par l’intermédiaire des prémices de l’amour [comme quelque chose de spirituellement charnel – O. M.]), le mystère va se dévoiler éternellement, tout en demeurant jusqu’à la fin mystère.

33Ceci exprime une aspiration éternelle vers la personne androgyne hors des frontières du genre ; or cette aspiration est basée sur la performativité. Le thème de non-fusion en amour passe, tel un fil rouge, dans la poésie de Guippius :

Я – зверь для русалки, я с тленьем в крови.
И мне она кажется зверем…
Тем жгучей влюблённость: мы силу любви
Одной невозможностью мерим. […]

  • 40 Гиппиус [Guippius] З. Н., Баллада [Ballade], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], (...)

Я радость мою не отдам никому;
Мы – вечно друг другу желанны,
И вечно любить нам дано, – потому,
Что здесь мы, любя, – неслиянны40! (Баллада)

Je suis une bête pour l’ondine, j’ai de la pourriture dans le sang.
À moi aussi, elle me paraît une bête…
L’amour est d’autant plus ardent : nous n’en mesurons la force
Que par sa seule impossibilité. […]

Je ne céderai à personne ma joie ;
Nous nous désirons l’un l’autre à jamais,
L’amour éternel nous est donné, – parce que,
Nous aimant ici, il n’est pas de fusion ! (Ballade)

  • 41 L’égalité de tous les membres de l’union se reflète symboliquement dans le premier office de la nou (...)
  • 42 Voir Kosofsky-Sedgwick E., Between Men – English Literature and Male Homosocial Desire, New York, C (...)

34Fondée sur la suppression de la procréation, la théorie de l’éros est à la base du projet « principal » de l’œuvre de vie de Guippius et de Mérejkovski : celui de l’Église apocalyptique du Troisième Testament. Selon le dessein de Guippius, son noyau est une union triple, telle le mariage triple de personnes égales en droits, et une alternative à la famille procréatrice41. Dans cette structure générique triangulaire de la nouvelle famille, comprenant Mérejkovski, Filossofov et Guippius, cette dernière tient le rôle performatif principal de médiateur, c’est-à-dire de sujet. Tout ceci rappelle de nouveau Que faire ?, où Véra Pavlovna joue un rôle similaire dans les relations entre Lopoukhov et Kirsanov dans le but de transformer la société. En appliquant à son « héroïne modèle » et à Guippius elle-même la conception théorique contemporaine d’Eve Kosofsky-Sedgwick, on peut affirmer qu’elles occupent la position « entre les hommes », incarnant leur désir homosexuel, bien que celui-ci soit inconscient. Conformément à la conception de Kosofsky-Sedgwick, le triangle amoureux, composé de deux hommes et une femme, dissimule toujours une inclination homo-érotique42, même si dans le cas présent, comme souvent, la théorie ne correspond pas tout à fait à la pratique. Outre le rôle performatif de médiateur, Guippius, comme je l’ai écrit précédemment, exprime son inclination masculinisée envers Filossofov, tandis que celui-ci dirige plutôt son éros vers Mérejkovski. Telle est la structure érotique complexe de leur triple mariage !

  • 43 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], op. cit., p. 111.
  • 44 Iéfim Iégorov mentionne dans les rapports sténographiques une remarque de Guippius faite lors de la (...)
  • 45 Scherrer J., « Forschungen zur Osteuropäischen Geschichte – Die Petersburger Religios-Philosophisch (...)

35Guippius remplace également la transformation de la famille et de la société par une transfiguration créatrice de la vie. Elle cache aux non-initiés son rôle de médiateur d’une nouvelle famille anti-procréatrice, de même que son rôle principal performatif dans la fondation des Assemblées religieuses et philosophiques (1901-1903). Aux dires de Guippius, qui imagine les Assemblées comme une partie de leur projet commun de l’œuvre de vie, elles représentent « l’objectif externe » [« внешняя задача »] de leur « objectif interne43 » [« внутренняя задача »]. Réunissant des représentants du clergé et de l’intelligentsia, leur but est l’examen de questions à portée religieuse et sociale, y compris le thème de la chasteté et du mariage. Bien que Guippius soit à l’origine de ces Assemblées où, par ailleurs, elle intervient, ses déclarations n’apparaissent pas dans les comptes rendus sténographiques publiés par la revue La Voie nouvelle44 [Новый путь]. Ce n’est sans doute pas simplement le fait de la censure, car c’est Guippius elle-même qui est chargée de la publication. Comme le note Jutta Scherrer, Guippius a probablement elle-même effacé son nom45. Reste la question du pourquoi.

  • 46 Lettres de Zinaïda Guippius à Vladimir Zlobine, archive de D. S. Mérejkovski et Z. N. Guippius-Mére (...)

36Examinons enfin la sublimation de l’amour sexuel et les formes écrites sous lesquelles il apparaît chez Guippius. L’un de ses substituts se présente sous la forme de lettres érotiques adressées, entre autres, à Zinaïda Venguérova. Certains de ses contemporains – citons par exemple Guéorgui Adamovitch – considèrent les lettres de Guippius comme une manifestation de son talent littéraire aussi significative que son œuvre. Autant que je sache, Guippius vit son dernier roman épistolaire important avec le tout jeune Vladimir Zlobine durant la Première Guerre mondiale. Son but en est la transformation de leur relation en une forme encore inexistante d’amour androgyne. Ainsi, écrit Guippius, ils résoudront l’énigme du Sphinx. Il faut rappeler que, comme Filossofov, Zlobine est d’orientation homosexuelle ; Guippius lui propose également un fil d’Ariane pour sortir du labyrinthe de l’amour physique homosexuel. Dans cette performativité genrée, Guippius joue le rôle de Pygmalion et Zlobine celui de Galatée. Sur proposition de Guippius, l’un des moyens de leur fusion androgyne par correspondance est d’écrire la réponse sur la lettre de l’autre, c’est-à-dire de créer un ensemble à partir de morceaux de papier séparés (souvenons-nous de la robe en papier « cousue » de sa correspondance avec Venguérova). Guippius écrit à Zlobine qu’il devient une partie inséparable de son corps46, comme s’ils étaient reliés par « телесная нить », ce « fil charnel » auquel elle a rêvé dans son journal intime Contes d’amour :

  • 47 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 53.

могу писать письма только к человеку, с которым чувствую телесную нить, мою47.

je ne puis écrire de lettres qu’à une personne avec qui je ressens un fil charnel, le mien.

  • 48 Dans son journal intime Contes d’amour Guippius note : « je ne veux pas d’une certaine forme d’amou (...)

37Pour Guippius, leur fusion discursive charnelle à travers les lettres crée précisément la Personne androgyne qui, en transfigurant le corps, parvient à surmonter les manifestations matérielles de l’amour physique48. Guippius et Zlobine soulignent le caractère indécis de leur genre en jouant des jeux parodiques de genre avec les pronoms ainsi qu’avec leurs prénoms. Dans le rapport parodique performatif – la parodie en tant que création de quelque chose de nouveau – surmonter les différences de genre et l’amour physique devient cet « essentiel » auquel elle a tant rêvé.

38Pour en revenir au motif du fil dans l’œuvre de Guippius, remarquons que le poème Électricité [Электричество], composé en 1901, représente un entrelacement sombre de charges positive et négative en attente de résurrection :

  • 49 Гиппиус [Guippius] З. Н., Электричество [Électricité], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [(...)

Две нити вместе свиты,
Концы обнажены.
То «да» и «нет» – не слиты,
Не слиты – сплетены49.

Deux fils sont enlacés,
Leurs bouts mis à nu :
« Oui » et « non », non fondus,
Non fondus, mais tressés.

39Cette résurrection mène à la fusion des deux fils portant la « Lumière ». Si l’on envisage l’interaction électromagnétique en relation avec le sexe, la métaphore de l’électricité se lit comme la fusion charnelle et androgyne des sexes féminin et masculin, nous transportant des sphères de la performativité du genre dans le domaine philosophique et érotique.

40Comment dresser le bilan de mes réflexions sur Guippius et sur le genre ? Premièrement, il existe une différence entre la performativité du genre dans la vie et l’œuvre de Guippius d’une part, et l’idéal de l’androgynie et de la transfiguration du corps où le genre est aboli d’autre part. Dans son répertoire, la réserve de performativité du genre – métaphorique et littérale – est pratiquement inépuisable, elle comprend des aspects parodiques, ainsi que le recours aux formes féminines. En revanche, ses réflexions sur la transfiguration de la chair n’ont qu’une seule formulation : l’unification de multiples morceaux épars. En second lieu, elle affirme sa subjectivité permanente, réfutant les raisonnements de Weininger sur la femme-objet. Il est vrai que, selon le postulat du philosophe autrichien, les femmes biologiques dont la masculinité approche les cinquante pour cent font exception à cette règle, mais son rapport à ces femmes est extrêmement négatif. Évoquant le poème de Guippius Le féminin – « N’existe pas » [Женское – « Нету »], Mérejkovski écrit :

  • 50 мережковский [Mérejkovski] Д. С., « Ночью о солнце » [« La nuit, sur le soleil »], in николюкин [Ni (...)

горе той [писательнице – О. М.], которая […] выступила из-за щита своей женской слабости. […] Вот главная вина З. Гиппиус. […] Мужчина всё позволит женщине […] только не позволит ей быть50.

malheur à celle [cette femme-écrivain – O. M.] qui […] a enlevé le bouclier de sa faiblesse féminine. […] C’est cela la faute principale de Z. Guippius. […] Un homme permettra tout à une femme […] mais il ne lui permettra pas d’exister.

41On comprend pourquoi dans ce contexte elle dit du bien de Tchernychevski.

  • 51 Matich O., Erotic Utopia – The Decadent Imagination in Russia’s Fin de Siècle, Madison, The Univers (...)

42Enfin, à la place de l’interprétation psychologique du genre dans la vie et l’œuvre de Guippius, comme dans L’utopie érotique51, dans le présent article, tout en utilisant le même matériau, j’ai déplacé l’accent sur la perfomativité du genre en tant que pratique discursive. Autrement dit, j’ai examiné la subjectivité de Guippius et ses nombreux avatars. La conception du sujet, qui se trouve derrière cette approche, est basée sur la performativité, et consiste non pas en la quête d’une identité unique, mais dans la compréhension du caractère fragmentaire du sujet, très proche de la conscience moderne. Bien que Guippius aspirât à une interprétation unique de l’amour, elle aimait ce qui était séparé, comme elle l’écrit dans Éternité frémissante, une de ses poésies datées de 1934 :

  • 52 гиппиус [Guippius] З. Н., Éternité frémissante, in гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies(...)

Моя любовь одна, одна,
Но всё же плачу, негодуя:
Одна, – и тем разделена,
Что разделённое люблю я52.

Unique, unique est mon amour,
Je pleure et m’indigne pourtant :
Il est unique et séparé,
Car c’est le séparé que j’aime.

*

43N. B. : Je terminerai sur une note personnelle. Dans ma vie professionnelle, Guippius a été mon éternelle amie. J’avais l’impression d’en avoir fini avec elle, mais Olga Blinova a eu l’idée de lui consacrer un colloque. J’ai donc à nouveau revu ma conception de Guippius. Je regrette à présent d’avoir parsemé L’utopie érotique de notes ironiques à son égard. L’explication se trouve peut-être dans ma polémique sous-jacente durant plusieurs années avec Temira Pachmuss, à qui je reprochais sa glorification exagérée de Guippius et son auto-identification avec l’objet de ses études. Pachmuss fut pionnière, et je lui en suis reconnaissante.

Notes

1 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Мы и они » [« Eux et nous »], Весы [La Balance], Mосква, Скорпион, no 6, 1907, p. 47. Tout comme l’article de Guippius, la caricature de Mitritch (le pseudonyme de Dmitri Togolski) est publiée en 1907.

2 Гиппиус [Guippius] З. Н., Белая одежда [L’habit blanc], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1999, p. 140.

3 Guippius insérait ses cigarettes parfumées dans un fume-cigarette. Au tournant du xxe siècle, le fait qu’une femme fume était considéré comme un symbole de masculinité et comme un signe de sa sexualité lesbienne. Aux dires d’Havelock Ellis, le penchant pour les vêtements masculins et l’amour des cigarettes sont les traits caractéristiques des inverties. Cf. Ellis H., « Sexual Inversion in Women », Alienist and Neurologist, vol. 18, no 2, 1895, p. 152-154.

4 Le cliché de cette photographie date certainement du mois de mai 1903, ce qu’atteste la correspondance de Z. Guippius avec V. Brioussov. Dans sa lettre du 7. V. 1903, Guippius annonce à Brioussov le prochain départ du couple Mérejkovski de Saint-Pétersbourg pour Moscou. Le 10. VI. 1903, elle demande à Brioussov des nouvelles des clichés pris par le photographe moscovite Renar pendant leur séjour à Moscou, et le 21. VI. 1903 elle l’informe de la réception des trois portraits en ajoutant au sujet de D. S. Mérejkovski :

Д. С. теперь огорчается, что тоже не поехал к Ренару : может быть, тоже вышел бы каким-нибудь безотносительным пророком.

Maintenant, D. S. se fait du chagrin de n’être pas allé chez Renar : peut-être aurait-il eu, lui aussi, l’air d’un prophète en soi.

Cf. толмачёв [Tolmatchov] М. В., публ. и подготовка текста, воронцова [ Vorontsova] Т. В., вступ. заметка и комм., « Переписка З. Н. Гиппиус, Д. С. Мережковского, Д. В. Философова с В. Я. Брюсовым (1901-1903 гг.) » [« Correspondance de Z. N. Guippius, D. S. Mérejkovski et D. V. Filossofov avec V. Ia. Brioussov (1901-1903) »], Российский литературоведческий журнал, Москва, no 5/6, 1994, p. 298, 301, 302 (pour la citation).

5 Jenifer Presto est le premier chercheur qui a appliqué la théorie de Butler à Guippius. Cf. Presto J., Beyond the Flesh – Alexander Blok, Zinaida Gippius, and the Symbolist Sublimation of Sex, Madison, University of Wisconsin Press, 2008.

6 . Маковский [Makovski] С., На Парнасе Серебряного века [Sur le Parnasse de l’Âge d’argent], Мюнхен, изд. Центрального Объединения Политических Эмигрантов из СССР (ЦОПЭ), 1962, p. 89.

7 . Брюсов [Brioussov] В., Дневники 1891-1910 [Journaux intimes 1891-1910], Mосква, изд. Сабашниковых, 1927, p. 109.

8 . Злобин [Zlobine] В., Тяжёлая душа [Une âme lourde], Вашингтон, Victor Kamkin, 1970, p. 22. Irina Odoïevtséva transmet dans ses mémoires les paroles de Guippius, selon lesquelles on l’avait surnommée « la diablesse blanche », cf. Одоевцева [Odoïevtséva] И., На берегах Сены [Sur les bords de la Seine], Москва, Художественная литература, 1989, p. 56.

9 . Clayton B., A Penelopean Poetics – Reweaving the Feminine in Homer’s Poetics, Lanham, Lexington Books, 2004, p. 25. Clayton propose de lire L’Odyssée à travers le prisme de Pénélope, affirmant que c’est précisément elle qui est « la tisseuse » de la narration.

10 . Le poème La Douleur [Боль, 1906], où Guippius fait parler la Douleur (en russe le mot « боль » est du genre féminin), contient des images des travaux traditionnellement féminins : tricoter [вязать], tortillon [жгут], filer [сучить], aiguille [игла]. À sa parution, il provoque une tempête de critiques négatives et de parodies dans la presse où le poème est présenté, entre autres, comme érotique et même pornographique avec la projection du « je » de la Douleur sur l’auteur. Guippius répond à ces réactions dans son article « La bête-divinité » [« Зверебог »], consacré à Otto Weininger :
Скажу лишь кстати, что в самой современной литературе, в новейших произведениях, от порнографических до талантливых, – ни одним автором не было еще нарушено это мировое, Вейнингером определённое, отношение к женщине : женщина – объект поклонения, вожделения, почтения, презрения или отвращения, зверь или бог, нечто связанное с полом, « совсем другое », нежели человек, – уже потому, что всегда объект.
J’ajouterai à ce propos que dans la littérature la plus contemporaine, dans les œuvres les plus récentes – des pornographiques aux talentueuses – aucun auteur n’a encore enfreint ce rapport à la femme, universellement répandu, que définit Weininger : la femme est un objet de culte, de convoitise, de respect, de mépris ou de dégoût, bête ou divinité, quelque chose lié au sexe, « absolument autre » que l’homme, du simple fait qu’elle est toujours objet.
Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], in Гиппиус З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 7, Мы и они [Eux et nous], Москва, Русская книга, 2003 (1re éd. Образование, Санкт-Петербург, no 8, 1908), p. 331.

11 Гиппиус [Guippius] З. Н., Швея [La couturière], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 119.

12 Шагинян [Chaguinian] М., « О блаженстве имущего – Поэзия З. Н. Гиппиус » [« La félicité du possédant – La poésie de Z. N. Guippius »], in Николюкин [Nikolioukine] А. Н., сост., Бурлака [Bourlaka] Д. К., ред., З. Н. Гиппиус : pro et contra [Z. N. Guippius : pro et contra], Санкт-Петербург, РХГА, 2008, p. 439.

13 Гиппиус [Guippius] З. Н., Благая весть [L’Annonciation], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 146.

14 Presto J., Beyond the Flesh – Alexander Blok, Zinaida Gippius, and the Symbolist Sublimation of Sex, op. cit., p. 166.

15 Proust M., À la recherche du temps perdu, XV, Le temps retrouvé, Deuxième partie, La Bibliothèque électronique du Québec (BeQ), « À tous les vents », vol. 553, version 1.02, p. 360.

16 Ibid., p. 354.

17 Matich O., « Dialectics of Cultural Return : Zinaida Gippius’ Personal Myth », in Gasparov B., Hughes R. P., Paperno I., eds., Cultural Mythologies of Russian Modernism – From the Golden Age to the Silver Age, Berkeley, University of California Press, 1992, p. 62.

18 Евстигнеева [Ievstignéiéva] А. Л., Пушкарёва [Pouchkariova] Н. К., публ., « Письма З. Н. Гиппиус к А. Л. Волынскому » [« Lettres de Z. N. Guippius à A. L. Volynski »], МинувшееИсторический альманах [Le Passé – Almanach historique], МоскваСанкт-Петербург, Atheneum – Феникс, т. 12, 1993, p. 289.

19 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Загадка Некрасова » [« L’énigme de Nékrassov »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Арифметика любвиНеизвестная проза 1931-1939 годов [L’arithmétique de l’amour – Prose inconnue des années 1931-1939], Санкт-Петербург, Росток, 2003, p. 533.

20 L’original de cette citation est « [с] троптивые дачные дамы и даже деревенские обитатели привыкли к этому. Но достичь этого было трудно ». Cf. Lettres de Z. N. Guippius à Z. A. Venguérova de 1897 (non datées), archive de Z. A. Venguérova et de N. M. Minski (Vilenkine, dit), OR IRLI, fonds 39, inventaire 2, dossier 542.

21 Гиппиус [Guippius] З. Н., Серенада [Sérénade], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 98.

22 Ibid.

23 Lettre de Z. N. Guippius à Z. A. Venguérova du 8 avril 1897, archive de Z. A. Venguérova et de N. M. Minski (Vilenkine, dit), OR IRLI, fonds 39, inventaire 2, dossier 542.

24 Hippius [Guippius] Z., Contes d’amour, in Pachmuss T., ed., Between Paris and St. Petersburg – Selected Diaries of Zinaida Hippius, Urbana, University of Illinois Press, 1975, p. 77. Pachmuss, chez qui se trouvait le journal intime Contes d’amour, avait exclu cette auto-description clé de Guippius de la première publication russe du texte dans La Renaissance [Возрождение], parue avant la traduction anglaise. C’est pourquoi ce fragment est absent de l’édition d’A. N. Nikolioukine. La citation en russe est une traduction de l’anglais (comme on le sait, Pachmuss publiait les journaux intimes de Guippius en effectuant des coupures différentes dans les éditions anglaises et russes).

25 Dans l’original, on lit : « голую похоть я могу […] разделить чью угодно ». Cf. Pachmuss T., Intellect and Ideas in Action – Selected Correspondence of Zinaida Hippius, München, Wilhelm Fink Verlag, 1972, p. 72.

26 À l’été 2003 j’ai visité Taormina, cherchant en partie les traces de von Gloeden, photographe de renom de la nature masculine. J’ai entendu dire que sa villa était occupée par la direction de la police, mais que des démarches avaient été entreprises pour y ouvrir un petit musée consacré à l’artiste. Des cartes postales reproduisant ses photographies homo-érotiques d’adolescents se vendaient dans de nombreuses boutiques de souvenirs, et même dans le magasin de jouets !

27 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Journaux intimes], 2 т., т. 1, Москва, Интелвак, 1999, p. 62.

28 Il serait intéressant d’étudier les poésies dans lesquelles le genre grammatical du sujet lyrique et de l’objet lyrique n’est pas exprimé, en utilisant les outils d’analyse élaborés pour les gender studies.

29 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 325.

30 Ibid., p. 323.

31 Ibid., p. 324.

32 Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], Москва, Новое литературное обозрение, 2011, p. 156-159.

33 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 330.

34 Ibid., p. 328, 332. C’est pourquoi Guippius écrit qu’« un individu trop “masculin” est aussi éloigné du début de la “Personne” qu’un individu trop “féminin” [« чересчур “мужской” индивидуум настолько же удалён от начала “Личности”, насколько и чересчур “женский” »]. Ibid., p. 328.

35 Rappelons également que dans le discours fin de siècle l’androgyne est souvent le substitut d’un être homosexuel.

36 Pachmuss T., Intellect and Ideas in Action – Selected Correspondence of Zinaida Hippius, op. cit., p. 64.

37 Ibid., p. 67.

38 Рейфман [Réifman] П. С., « Предполагаются ли дети ? » [« Suppose-t-on l’existence des enfants ? »], Труды по русской и славянской филологии Учёные записки Тартуского государственного университета, т. 245 [Les Travaux de philologie russe et slave Les Rapports scientifiques de l’Université de Tartu, t. 245], т. 14, 1970, p. 357-363.

39 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Влюблённость » [« Les prémices de l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Journaux intimes], 2 т., т. 1, op. cit., p. 266.

40 Гиппиус [Guippius] З. Н., Баллада [Ballade], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 138.

41 L’égalité de tous les membres de l’union se reflète symboliquement dans le premier office de la nouvelle Église, lors de la cérémonie de l’eucharistie au cours de laquelle chacun communie à tour de rôle avec les autres. Dans un autre contexte, Guippius décrit ainsi leur relation :
Дмитрий Сергеевич […] равен мне ; я […] равна ему ; Философов […] равен мне ; я […] равна ему. Dmitri Serguéiévitch […] est mon égal ; je […] suis son égale ; Filossofov […] est mon égal ; je […] suis son égale.
Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Дневники [Journaux intimes], 2 т., т. 1, op. cit., p. 108.

42 Voir Kosofsky-Sedgwick E., Between Men – English Literature and Male Homosocial Desire, New York, Columbia University Press, 1985.

43 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], op. cit., p. 111.

44 Iéfim Iégorov mentionne dans les rapports sténographiques une remarque de Guippius faite lors de la troisième séance des Assemblées religieuses et philosophiques, à savoir que, malgré des restrictions ecclésiastiques de toutes sortes, les communautés monastiques sont des communes en leur genre. Voir Новый путь [La Voie nouvelle], Санкт-Петербург, no 1, 1903, p. 84.

45 Scherrer J., « Forschungen zur Osteuropäischen Geschichte – Die Petersburger Religios-Philosophischen Vereinigungen », Osteuropa-Institut an der Freien Universität Berlin – Historische Veröffentlichungen, Berlin und Wiesbaden, Otto Harrassowitz, no 32, 1973, p. 102.

46 Lettres de Zinaïda Guippius à Vladimir Zlobine, archive de D. S. Mérejkovski et Z. N. Guippius-Mérejkovskaïa, ainsi que de D. V. Filossofov, OR RNB, fonds 481, dossier 44.

47 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 53.

48 Dans son journal intime Contes d’amour Guippius note : « je ne veux pas d’une certaine forme d’amour, celle – comique – que je connais » [« не хочу определённой формы любви, той, смешной, про которую знаю »]. Ibid., p. 56.

49 Гиппиус [Guippius] З. Н., Электричество [Électricité], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 111.

50 мережковский [Mérejkovski] Д. С., « Ночью о солнце » [« La nuit, sur le soleil »], in николюкин [Nikolioukine] А. Н., сост., бурлака [Bourlaka] Д. К., ред., З. Н. Гиппиус : pro et contra [Z. N. Guippius : pro et contra], op. cit., p. 291-292.

51 Matich O., Erotic Utopia – The Decadent Imagination in Russia’s Fin de Siècle, Madison, The University of Wisconsin Press, 2005, p. 162-211 ; матич [Matich] О., « По ту сторону гендера » [« Au-delà du genre »], in матич [Matich] О., Эротическая утопия : новое религиозное сознание и fin de siècle в России [L’utopie érotique : la nouvelle conscience religieuse et l’époque fin de siècle en Russie], Mосква, Новое литературное обозрение, 2008, p. 170-225.

52 гиппиус [Guippius] З. Н., Éternité frémissante, in гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 276.

Notes de fin

1 Voici l’inscription qui accompagne la caricature (Ill. 1) :

Зинаида Гиппиус (как бы в бреду) : – Прежде мы писали лучше. Когда « прежде » ? Кто « мы » ? (Кругом молчание и пугливоенедоумение).
КарикатураМитрича.

Zinaïda Guippius (comme si elle délirait) : – Avant nous écrivions mieux. Quand « avant » ? Qui « nous » ? (Silence et perplexité craintive à la ronde).
Caricature de Mitritch.

2 La dédicace sur la photographie conservée au musée de l’IRLI (Ill. 2) :

Зин [аиде] Венгеровой.
Я и Вы
Да будет не то, что есть.
И даже не то, что было.
Я верю в благую весть.
Мне лишь грядущее мило.
З. Гиппиус 6.5.04.

 À Zin [aïda] Venguérova
Vous et moi
Qu’il ne soit pas ce qui est.
Ni même ce qui fut.
Je crois en la bonne nouvelle.
Seul l’avenir m’est cher.
Z. Guippius 6.5.04.

3 Zina [Зина] est un diminutif du prénom Zinaïda [Зинаида].

4 La dédicace sur la photographie conservée au musée de l’IRLI (Ill. 3) :

Да будет то, что будет.
Светла душа моя.
С тобой нас Бог рассудит.
И к Богу ближе я.
Зин.
13 дек. 97.

 Qu’il soit ce qui sera.
Mon âme est claire.
Dieu nous jugera.
Et je suis plus près de Dieu.
Zin.
13 déc. 1897.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Caricature de Zinaïda Guippius (1907), par Mitritch, GLM, Moscou1.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Ill. 2 : Photographie de Zinaïda Guippius (1903), atelier Otto Renar (Moscou), musée de l’IRLI, Saint-Pétersbourg2.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Ill. 3 : Photographie de Zinaïda Guippius, atelier R. Scharl (Saint-Pétersbourg), musée de l’IRLI, Saint-Pétersbourg4.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Ill. 4 : Portrait de Zinaïda Guippius (1900), par Lev Bakst, lithographie d’auteur, collection privée de M.I. Zélikman, Moscou.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11418/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Ill. 5 : Portrait de Zinaïda Guippius (1906), par Lev Bakst, Galerie Trétiakov, Moscou.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11418/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 6 : Portrait de Dmitri Filossofov (1899), par Valentin Sérov, lithographie, Musée Russe, Saint-Pétersbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/11418/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search