Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

I. Le concept de genre dans la pensée, la vie et l'œuvre de Zinaïda Guippius

Zinaïda Guippius, théoricienne du genre

Kirsti Ekonen
Traduction de Olga Blinova

Texte intégral

  • 1 Cf. Ruthchild R., Equality & Revolution – Women’s Rights in the Russian Empire, 1905-1917, Pittsbur (...)

1La situation de la femme et l’égalité des sexes d’une part, la sexualité de l’être humain d’autre part, furent des sujets brûlants dans la Russie du début du xxe siècle. Le mouvement féministe russe en expansion s’intensifia après les réformes de 19051 : arrachées au gouvernement tsariste pendant la première révolution russe, ces réformes n’avaient pas accordé aux femmes le droit de vote. Le thème de la sexualité fut très exploité, particulièrement dans la littérature dite « de masse » qui comptait dans ses rangs Mikhaïl Artsybachev et Anastassia Verbitskaïa ; les auteurs-femmes traitèrent ce thème du point de vue des personnages féminins.

2Parallèlement à ces grandes tendances sociales et culturelles, le sexe fut également un sujet important pour les symbolistes et pour les philosophes religieux proches du symbolisme, tout en exerçant cependant une autre fonction dans leur discours. Si les partisans et sympathisants du symbolisme portaient un regard critique sur les mouvements sociaux et surtout sur la culture populaire, ils ne travaillaient pas pour autant dans l’isolement idéologique et développaient leurs pensées au contact de leurs contemporains. Moins passionnés par les problèmes sociaux que par les questions esthétiques et philosophiques, ils laissèrent au second plan les problèmes d’égalité des droits entre hommes et femmes. Leurs métaphores sexuelles servirent à élaborer des concepts philosophiques, et le sexe s’avéra très utile en tant que catégorie pour penser la théorie de l’art. Autrement dit, chez les symbolistes, le sexe devint une allégorie – de division, d’opposition ou d’union – qui leur permettait d’exposer leur pensée.

  • 2 Cf. Рябов [Riabov] О. В., Русская философия женственности (xi-xx века) [La philosophie russe de la (...)

3Ceci s’applique aussi à la vision du genre chez Zinaïda Guippius. Comme symboliste, elle se passionna pour les aspects métaphysiques et symboliques du sexe au détriment des problèmes sociaux. Néanmoins, sa pensée ne fut pas exempte d’influences exercées par le féminisme, ainsi que par la culture populaire. Elle se détacha pourtant du principal courant symboliste sur un point important : en tant que femme, elle considérait le sexe, et ce que l’on appelle aujourd’hui le « genre », du point de vue de l’opposition. Dans le milieu symboliste, ce sont en effet les hommes qui s’intéressèrent le plus souvent au genre et à la féminité (l’Éternel Féminin, Sophia, l’Âme, la Muse…2). Pour Guippius, écrire sur la femme, le féminin, la féminité, en adoptant l’attitude masculine de l’altérité, fut difficile, voire impossible, car « le féminin », « la féminité » faisaient partie de sa « nature » propre contre laquelle elle devait lutter. À mon sens, son appartenance au sexe féminin lui posa des problèmes, mais c’est de cette tension que découle l’originalité de sa pensée. Je considère en outre que sa recherche d’une posture personnelle l’amena à élaborer une théorie du genre.

  • 3 Voir, par exemple, Ruthchild R., Equality & Revolution – Women’s Rights in the Russian Empire, 1905 (...)

4Le rapport très négatif de Guippius à l’émancipation féminine en général et au mouvement des femmes en Russie en particulier empêche parfois de voir en elle une théoricienne du genre. Un exemple éloquent de son antipathie envers le féminisme nous est donné par la note qu’elle consigne dans son journal intime au printemps 1917. À cette époque, une manifestation de plusieurs milliers de femmes réclamant le droit de vote se déroule dans les rues de Saint-Pétersbourg. Comme le montrent3 certains chercheurs, ces manifestations furent extrêmement importantes pour obtenir lesdits droits. Or, Guippius écrit à ce sujet :

  • 4 Гиппиус [Guippius] 3. Н., Синяя книга [Le livre bleu], in Гиппиус [Guippius] 3. Н., Дневники [Journ (...)

Если бы заботу и силы, отданные «женской» свободе, женщины приложили бы к общечеловеческой, – они свою имели бы попутно, и не получили бы от мужчин, а завоевали бы рядом с ними.
Всякое специальное – «женское» движение возбуждает в мужчинах чувства весьма далёкие именно от «равенства»4.

Si les femmes avaient consacré à la liberté humaine le soin et les efforts qu’elles ont dédiés à la liberté « féminine », elles auraient eu la leur, non pas concédée par les hommes, mais incidemment, en luttant à leurs côtés.
Tout mouvement spécifiquement « féminin » éveille chez les hommes des sentiments très éloignés, précisément de « l’égalité ».

5Des représentantes du mouvement des femmes réagirent aux opinions « antiféministes » de Guippius. Ainsi Sofia Zaretchnaïa, dans son article « Le féminin à propos du non féminin… » [« Женское о не женском… »] paru dans la revue L’Action féminine [Женское дело, 1913], l’accuse de misogynie :

  • 5 Заречная [Zaretchnaïa] С., « Женское о не женскомНесколько слов о Гиппиус » [« Le féminin à prop (...)

Женоненавистничество Гиппиус похоже на антисемитизм некоторых перешедших в христианство евреев, желающих скрыть или затушевать своё происхождение5.

La misogynie de Guippius ressemble à l’antisémitisme de certains Juifs convertis au christianisme qui désirent cacher ou estomper leurs origines.

6Les déclarations de Guippius révèlent effectivement une pensée clairement antiféministe.

  • 6 À ce sujet voir Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском (...)

7Le fait que les chercheurs focalisent plus leur attention sur sa biographie que sur l’étude de ses écrits est une autre raison qui empêche de voir en Guippius une théoricienne du genre. S’y ajoute la tendance à expliquer sa pensée comme le résultat de son orientation sexuelle ou de son présupposé hermaphrodisme6. Bien qu’il ne faille pas minimiser l’importance de ces aspects dans la formation de ses opinions sur la sexualité et sur le genre, le corps ne définit pas entièrement la pensée. À mon avis, une telle réduction est trop restrictive pour examiner sa vision du genre. Aussi, plutôt que sa biographie, ai-je utilisé comme matériau de mes investigations ses propres textes.

8Guippius élabore sa philosophie du genre en parallèle dans ses articles et essais, dans sa poésie, dans ses œuvres dramatiques et ses récits de fiction. Le sexe et ses représentations culturelles la passionnent surtout durant deux périodes de sa vie : dans les années 1904-1908 et dans les années 1920. Le matériau essentiel pour discuter de sa théorie du genre est l’article « La bête-divinité » [« Зверебог »], publié en 1908. Ce dernier est une réaction de Guippius au livre d’Otto Weininger Sexe et caractère [Geschlecht und Charakter], qui se transforme en un examen multilatéral et personnel de la question du genre. D’autres textes importants sont ses articles consacrés à l’amour : « Les prémices de l’amour » [« Влюблённость », 1904], « Sur l’amour » [« О любви », 1925] et « Les femmes et le féminin » [« Женщины и женское », 1971] paru après la mort de l’auteur. Il faut y ajouter deux poèmes de 1905, portant le même titre Elle [Она], mais ayant des contenus opposés, et deux poèmes plus tardifs La féminitude [Женскость] et L’Éternel Féminin [Вечноженственное], datant des années 1920. Évoquons également sa pièce Le sang sacré [Святая кровь] de 1900, et, enfin, sa dernière œuvre Le dernier cercle – Et le nouveau Dante aux enfers [Последний круг – И новый Дант в аду], qui résume, outre l’évolution de Guippius-écrivain, les aspects du genre aussi bien dans ses choix artistiques que dans son identité d’auteur. La source la plus importante pour mon travail est l’article « La bête-divinité », dans lequel Guippius examine la posture d’objet qu’a la femme dans la culture et dans la société, ainsi que la possibilité de construire un sujet féminin. J’étudierai sa conception du genre sur la base de cet article en m’appuyant sur d’autres exemples tirés de son œuvre. Ce faisant, j’utiliserai des notions élaborées dans les études contemporaines de genre, et j’essaierai de montrer combien celles-ci aident à l’analyse.

La posture de sujet et d’objet

9Dans « La bête-divinité » Guippius affirme avec fermeté que l’objectivation de la femme est une caractéristique de la culture dans son intégralité :

  • 7 Гиппиус [Guippius] 3. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], Образование, Санкт-Петербург, no 8, (...)

Мужчина – всегда субъект: женщина – всегда объект7.

L’homme est toujours sujet : la femme est toujours objet.

10Elle déclare également que

  • 8 Ibid., p. 26.

в самой современной литературе, в новейших произведениях, от порнографических до талантливых, – ни одним автором не было еще нарушено это мировое, Вейнингером определённое, отношение к женщине: женщина – объект поклонения, вожделения, почтения, презрения или отвращения, зверь или бог, нечто связанное с полом, «совсем другое», нежели человек, – уже потому, что всегда объект8.

dans la littérature la plus contemporaine, dans les œuvres les plus récentes – des pornographiques aux talentueuses – aucun auteur n’a encore enfreint ce rapport à la femme, universellement répandu, que définit Weininger : la femme est un objet de culte, de convoitise, de respect, de mépris ou de dégoût, bête ou divinité, quelque chose lié au sexe, « absolument autre » que l’homme, du simple fait qu’elle est toujours objet.

11À cette occasion, elle porte son attention sur les figures de Dante et de Béatrice, symboles essentiels du sujet créateur – « le Poète » – et de sa Muse dans le discours des symbolistes. Selon Guippius, le philosophe Nikolaï Berdiaev dans son article « La métaphysique du sexe et de l’amour » [« Метафизика пола и любви »], paru en 1907 dans la revue Le Col [Перевал],

  • 9 Ibid., p. 22.

взял женщину, как воплотительницу чистой женщины. И эту женщину-Женственность нарисовал как «объект». И он, последовательно, против «женской эмансипации»: женщина может хорошо делать лишь женские дела. Вот женское дело, говорит он, – дело Беатриче; вот мужское дело – дело Данте. – Пример разительный! Что же такое Беатриче, как не объект в высшей степени, существующий лишь постольку, поскольку существует субъект – Данте? Была ли Беатриче сама для себя? Да и не всё ли это нам равно? Не всё ли это равно и для самого Данте? Она жила в нём и он делал, при её помощи, своё человеческое дело, женского же дела тут никакого не было, уже потому, что «женское» никогда ничего не «делает»9.

a pris la femme comme l’incarnation de la femme pure. Et il a dessiné cette femme-Féminité comme un « objet ». Il est aussi, logiquement, contre « l’émancipation féminine » : la femme n’est apte qu’à bien faire les tâches féminines. Voici la tâche féminine, dit-il, celle de Béatrice ; voici la tâche masculine, celle de Dante. L’exemple est frappant ! Qu’est Béatrice, si ce n’est l’objet absolu qui n’existe que tant qu’existe le sujet Dante ? A-t-elle existé pour elle-même ? D’ailleurs, est-ce que ça ne nous est pas complètement égal ? Est-ce que ça n’est pas égal à Dante lui-même ? Elle a existé en lui et, grâce à elle, il a accompli sa tâche humaine. Mais de tâche féminine, il n’y en a pas eu, car « le féminin » ne « fait » jamais rien.

  • 10 Une idée similaire au sujet de Dante et de Béatrice apparaît dans le livre de D. Mérejkovski Жизнь (...)

12Bien que Guippius n’évoque que Berdiaev, elle touche ici à tout l’ordre esthétique et social de son milieu. Il suffit de se rappeler la signification du mythe de Dante et de Béatrice pour Viatcheslav Ivanov, Aleksandr Blok, et pour la détermination du rôle que jouèrent leurs épouses respectives dans les cercles symbolistes. En outre, Guippius dévoile dans cet article un point de vue complètement nouveau sur le mythe en question10. Elle affirme que la femme chez Berdiaev, et par conséquent la femme chez les symbolistes (Béatrice), est un objet et une création de l’imagination masculine. Ceci lui ôte toute possibilité d’action : un tel « féminin » ne « fait » jamais rien, dit Guippius. Elle souligne en même temps l’absurdité de cette pensée, contraire à la vie réelle, dans laquelle les femmes sont des êtres d’action. Sur le plan théorique, celle qui n’est que le fruit de l’imagination d’un autre ne peut être autonome et a même peu de chances d’exister. Ainsi, constater la position de la femme en tant qu’objet amène Guippius à des problèmes ontologiques. Elle développe également cette idée sous une forme poétique.

13La subjectivité de la femme comme problème ontologique apparaît dans le poème Le féminin – « N’existe pas » [Женское – « Нету »], composé peu avant la parution de « La bête-divinité ». Ce poème est daté de 1907 (Paris), mais il fut publié seulement en 1910 dans le Recueil pour le jubilé de la Fondation littéraire [Юбилейный сборник Литературного фонда (1859-1909)] sous le titre Le féminin – Une couronne [Женское – Венок]. Son thème central est la question de l’existence d’un personnage lyrique féminin. La situation décrite dans ce poème est la suivante : une fillette est assise au bord d’un ravin au fond duquel se trouve le lit sec d’un ruisseau ; elle tresse une couronne en pleurant. Le poème se présente en grande partie sous la forme d’un dialogue entre le « narrateur » dont la voix se confond avec celle du sujet lyrique masculin, et la fillette qui dit : « je pleure parce que je n’existe pas » [« я плачу оттого, что меня нет »]. Ces paroles rendent perplexe le personnage masculin qui élabore sur-le-champ une stratégie pour sauver la fillette.

  • 11 Гиппиус [Guippius] 3. Н., Женское [Le féminin], in Гиппиус [Guippius] 3. Н., Стихотворения [Poésies(...)

Я подумал: это святая
или безумная. Спасти, спасти !
Ту, что плачет, венок сплетая,
взять, полюбить и с собой увести11

C’est une sainte, pensai-je,
ou une folle. Sauve-la, sauve-la !
Celle qui pleure et tresse sa couronne,
prends-la, aime-la, enlève-la…

14La fillette, objet de ce plan de sauvetage, répond cependant :

  • 12 Ibid., p. 179-180.

– О, зачем ты меня тревожишь?
мне твоего не надо пути.
Ты для меня ничего не можешь:
того, кого нет, – нельзя спасти.

– Ô, pourquoi me déranges-tu ?
ton chemin n’est pas le mien.
Tu ne peux rien pour moi :
l’inexistant ne peut être sauvé.

Ты душу за меня положишь, –
а я останусь венок свой вить.
Ну скажи, что же ты можешь?
это Бог не дал мне – быть12.

Tu donneras ton âme pour moi, –
mais je resterai tresser ma couronne.
Que peux-tu faire, dis-moi ?
Dieu même m’a refusé d’exister.

  • 13 Ibid.

15La fillette souffre d’un problème très particulier : elle n’existe pas. Toutes ses répliques se terminent par le rappel insistant de ce fait13 : « je pleure, parce que je n’existe pas » [« я плачу оттого, что меня нет »], « je n’existerai pas – et en ce moment, je n’existe pas non plus » [« меня не будет – и теперь нет »], « celui qui n’existe pas ne peut être sauvé » [traduction littérale de « того, кого нет, нельзя спасти »], « c’est Dieu qui ne m’a pas donné d’exister » [traduction littérale de « это Бог не дал мне – быть »]. Mais cette situation est absurde, car malgré son « inexistence » la fillette parle, agit, exprime ses pensées. De surcroît, elle se présente en tant que créatrice : elle tresse sa couronne, action qui fait explicitement allusion à la création poétique. Or l’acte créateur (et l’amour), comme l’enseigne Vladimir Soloviov, et comme le considèrent les symbolistes, différencie l’homme du monde naturel créé. Par conséquent, cette fillette inexistante accomplit une tâche humaine au sens le plus élevé de ce terme, et par là même s’oppose à ses propres dires.

  • 14 Weininger O., Sexe et caractère, traduit de l’allemand par Renaud D., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1989 (...)
  • 15 Dans son récit Celle qui n’a pas existé [Небывалая], paru en 1912, Polikséna Soloviova attire l’att (...)

16En même temps, ces paroles sont en accord avec les idées de Weininger pour qui « la femme [est] dépourvue d’être » : les « femmes sont dépourvues à la fois d’essence et d’existence, elles ne sont pas et ne sont rien14 ». Ce poème incarne à mon avis toute l’ambivalence du rapport culturel symboliste en Occident à l’égard du sexe féminin et de la création féminine : au niveau théorique on nie la possibilité de création féminine, pourtant la pratique confirme son existence, de même que celle de la subjectivité féminine15.

17Ainsi Guippius interroge la conception du sexe (et du genre) propre aux symbolistes et à Weininger, et, la poussant jusqu’à son aboutissement logique, révèle son caractère arbitraire et absurde.

L’altérité de la femme et le caractère binaire de sa représentation

  • 16 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 26.

18Guippius perçoit clairement la place d’objet détenue par la femme dans son entourage culturel, et les conséquences de cet état de fait. Se pencher sur l’objectivation de la femme dans « La bête-divinité » l’amène à comprendre le phénomène que l’on appelle aujourd’hui l’altérité [otherness]. Elle emploie l’expression « tout à fait autre16 » [« совсем другое »].

19Selon les conclusions des chercheurs appartenant à la veine féministe, Guippius a su voir comment l’objectivation mettait la femme dans la position de l’autre vis-à-vis du sujet du discours, et ceci bien qu’elle ait travaillé sans l’appareil critique d’aujourd’hui. La caractéristique que Guippius attribue à cet autre est également en accord avec celle des chercheurs actuels. Son essence transparaît dans le titre de l’article (« La bête-divinité ») qui souligne la représentation contrastée de la femme-objet : on la voit soit comme une divinité (être inaccessible, supérieur), soit comme une bête (être relevant de la matière et de la nature).

20Cette représentation antithétique de la femme, saisie par Guippius dans la culture de son époque, se reflète dans sa poésie. Quatre poèmes retiennent plus particulièrement l’attention : Elle [Она] dont l’incipit est « Dans son impudente et pitoyable bassesse… » [« В своей бессовестной и жалкой низости… »], Elle [Она] qui commence par le vers « Qui a vu la Matinale, la Blanche… » [« Кто видел Утреннюю, Белую… »], La féminitude [Женскость] et L’Éternel Féminin [Вечноженственное].

  • 17 Les deux poèmes sont datés de 1905 (Saint-Pétersbourg), et sont publiés ensemble la même année dans (...)
  • 18 Ce poème est dédié à Blok, mais l’histoire de cette dédicace est inhabituelle : lors de sa première (...)

21Les deux premiers poèmes, tous deux intitulés Elle17 [Она], appartiennent à la période la plus active du symbolisme, alors que la catégorie de féminin concentre l’attention de presque tous les poètes et philosophes. Le deuxième texte, dont l’incipit est « Qui a vu la Matinale, la Blanche… » [« Кто видел Утреннюю, Белую… »], renvoie à la conception de Sophia propre à Soloviov et surtout à l’œuvre de Blok18. Dans les deux textes, il s’agit de « l’âme » du sujet lyrique. Le titre Elle permet de les interpréter comme une représentation des contradictions spirituelles du sujet lyrique, mais également comme une appréhension de la contradiction même de la catégorie « elle » – femme et (ou) féminin. Le caractère antithétique et la dualité de l’âme du sujet lyrique sont analogues à la représentation de la femme comme porteuse de catégories et de caractéristiques antithétiques.

  • 19 Le poème La féminitude [Женскость], composé en 1923, paraît pour la première fois en 1927 dans le p (...)

22Le deuxième couple de poèmes, La féminitude [Женскость] et L’Éternel Féminin19 [Вечноженственное], est composé en exil dans les années 1920. La dualité dans la représentation de la femme et le caractère contrasté de la catégorie de féminin y apparaissent dès leurs titres, qui soulignent la différence entre les images idéalisées de la femme (du type « Éternel Féminin ») – catégories esthétiques du symbolisme – et les images terrestres, concrètes, des femmes et du féminin. On peut représenter l’opposition de ces deux types d’images à l’aide d’un axe vertical : dans le poème La féminitude, il est question de bassesse, dans L’Éternel Féminin de hauteur. Dans les deux, Guippius emploie des connotations culturelles, liées à ces deux catégories spatiales.

23D’ailleurs, les quatre poèmes peuvent être analysés à la lumière de la représentation duelle de la femme mise en avant dans l’article « La bête-divinité », car ils contiennent une riche palette d’exemples de ce type, dont le principal est lié à la verticalité. Ainsi, les premiers membres de chaque couple font partie du monde « bas », les seconds appartiennent au monde « élevé » : la terre et la « bassesse pitoyable » [« жалкая низость »] s’opposent aux cieux, tandis que les « lignes qui tombent » [« падающие линии »] de l’âme féminine contrastent avec l’image aurorale, ascendante de l’Éternel Féminin. Toutefois, si dans les poèmes de 1905 le sujet lyrique hait la partie « basse » de « son âme », dans le poème La féminitude, composé en 1923, l’âme féminine, qui suit la ligne descendante, éveille plutôt en lui un sentiment de résignation.

24Outre la verticalité dans ces quatre poèmes, la vision antithétique est créée à l’aide des couleurs blanche et noire. Une autre opposition utilisée est celle du corporel et du spirituel, associée à son tour à l’opposition entre le démoniaque et le divin. Le démoniaque chez Guippius est représenté comme un principe naturel et bestial, faisant partie du monde matériel. Le côté négatif du féminin (de la femme) est qualifié de lourd et de terrestre, tandis que son côté positif est céleste et divin.

25À la lumière de la théorie du genre élaborée par Guippius et des commentaires sur la situation sociale de la femme présentés dans « La bête-divinité », ces couples de poèmes, bien qu’ayant des contenus opposés, ne s’excluent pas mutuellement mais soulignent la perception binaire de la femme dans la culture. Ces poèmes appariés révèlent la polarisation interne de la catégorie du féminin : la femme-féminité ne s’oppose pas à l’homme-masculinité, elle s’oppose à elle-même, elle est justement la bête-divinité.

  • 20 Hall S., « The West and the Rest – Discourse and Power », in Hall S. and Gieben B., eds., Formation (...)

26Les poésies géminées, groupées par deux, apparaissent de la sorte comme un exposé de l’idée que se fait Guippius de la polarisation de la femme dans la culture. Pour faire passer cette idée sous forme poétique, il ne suffit pas à l’auteur d’écrire un poème, il faut qu’il y en ait deux afin d’exprimer les côtés dissemblables, voire opposés, de la catégorie de féminin et des femmes empiriques. La femme empirique apparaît comme la « bête » et le principe féminin comme un « dieu ». Ici, la pensée de Guippius ressemble étonnamment à la représentation de l’autre décrite dans les travaux de Stuart Hall20, où cet autre est caractérisé par une division en deux parties qui s’opposent. Dans les poèmes de 1905, « l’âme féminine » apparaît tantôt comme démoniaque, tantôt comme divine. Dans le couple des années 1920, Guippius donne des noms à ces catégories : la féminitude et l’Éternel Féminin. Dans le poème La féminitude, il s’agit de l’âme féminine. En revanche, dans L’Éternel Féminin, il est question du cœur, car l’Éternel Féminin ne peut se refléter que dans le cœur humain.

27La représentation binaire de la femme (du féminin) dans l’œuvre de Guippius ne se limite pas aux couples de poésies analysés ci-dessus. Un autre exemple est Les chansons des ondines [Песни русалок], tirées du drame Le sang sacré [Святая кровь] :

  • 21 Гиппиус [Guippius] З. Н., Песни русалок [Les chansons des ondines], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Ст (...)

Мы, озёрные, речные, лесные,
долинные, пустынные,
подземные и наземные,
великие и малые
мохнатые и голые21 […]!

Nous, natives des lacs, des rivières, des forêts,
des déserts et des vallées,
de sous et de sur la terre venues,
grandes et menues,
poilues et nues […] !

28La manière antithétique dont les ondines se définissent elles-mêmes est portée ici à son paroxysme. En outre, comme l’affirme Catherine Schuler, le drame Le sang sacré pose la question du devenir du sujet. L’ondine, héroïne du drame, cherche à avoir une âme humaine, ce qui équivaut dans l’interprétation de Schuler au désir d’intégrer le monde humain/masculin pour se débarrasser de sa marginalisation :

  • 22 Schuler C., « Zinaida Gippius : an Unwitting and Unwilling Feminist », in Laughlin K. and Schuler C (...)

The rusalka’s quest for an immortal soul can best be understood as a desire to transcend marginality and be accepted into the human/male world. Indeed, her objective is consistent with Gippius’s own desire to avoid the subordinate status of an «ordinary woman» and to be accepted as an equal among the male symbolists22.

La quête par l’ondine d’une âme immortelle peut être mieux comprise comme le désir de transcender la marginalité et d’être acceptée dans le monde humain/masculin. En effet, son objectif est conforme au propre désir de Guippius d’éviter le statut subordonné de la « femme ordinaire » et d’être acceptée comme l’égale des hommes symbolistes.

  • 23 La comparaison de Guippius à une ondine est déjà établie par ses contemporains. Ié. Kourganov cite (...)

29Intérieurement dédoublées, les ondines23 cherchent une « âme » comme les femmes cherchent une posture de sujet dans l’ordre générique « androcentrique ». Une fois de plus, ce drame illustre l’idée de Guippius selon laquelle les postures de sujet et d’objet sont liées à des représentations (et vice-versa), formant un système puissant qui régule la pensée et le comportement, et dans lequel les décisions de l’individu comptent peu.

  • 24 Le surnom « diablesse blanche » [« белая дьяволица »] remonte au roman de D. Mérejkovski Les dieux (...)
  • 1 Le terme « ordre genré » [« гендерный порядок »] sous-entend ici un système de normes sociales et d (...)

30L’impuissance de l’individu face au pouvoir discursif n’est nulle part plus visible que dans la réception duelle de l’œuvre et de la personnalité même de Guippius : son image – « la diablesse blanche », « la madone décadente »24 – qui apparaît dans les souvenirs de ses contemporains et dans l’histoire littéraire, est l’un des exemples les plus frappants de la représentation « divino-bestiale » de la femme dans la culture du modernisme russe. En dépit de sa position critique à l’égard de l’ordre genré1 en vigueur dans son entourage, ainsi qu’à l’égard de la perception binaire des sexes qui lui est propre, Guippius n’a donc pu influencer la façon dont on la définissait et la caractérisait dans cette culture.

Du sexe au genre : essentialisme et constructivisme

  • 25 Voir également паолини [Paolini] М., « Мужское “Я” и “женскость” в зеркале критической прозы Зинаид (...)

31Guippius soutenait-elle la vision essentialiste ou constructiviste du sexe ? Ceci est la partie la plus problématique de sa pensée25. Précisons d’emblée qu’à l’époque de Guippius, ces notions n’existaient pas encore. Néanmoins dans « La bête-divinité », elle dit explicitement qu’un individu est composé d’une part masculine (M) et d’une part féminine (F), et que, dans le meilleur des cas, l’équilibre règne entre ces deux principes. Sur de nombreux points l’opinion de Guippius converge vers celle des écrivains et des philosophes comme Soloviov, Berdiaev, Blok, Mérejkovski et parfois Rozanov. Ceci est vrai pour l’idéal de l’androgynie, très important pour elle : on le trouve dans son article « Les prémices de l’amour » [« Влюблённость »] de 1904, dans l’article « Sur l’amour » [« О любви »] de 1925, ainsi que dans ses toutes dernières œuvres. Mais à la différence de ses contemporains hommes qui comprennent l’androgynie comme une caractéristique (ou un état) exclusivement spirituelle, Guippius voit en elle la possibilité d’appréhender le sexe d’une façon constructive qui la libère personnellement des appréciations négatives du sexe féminin, et des limitations que celui-ci impose à sa carrière de créateur.

  • 26 Filonov Gove A., « Gender as a Poetic Feature in the Verse of Zinaida Gippius », in Birnbaum H., ed (...)

32Dans sa poésie, Guippius cache son appartenance au sexe féminin ; dans ses articles critiques, elle se dissimule derrière des pseudonymes masculins26. En revanche, dans « La bête-divinité », elle se présente ouvertement comme une femme et utilise son vrai nom pour signer ce texte. On peut supposer qu’elle le fait aussi ostensiblement parce que son interprétation de la théorie de Weininger lui offre un soutien et une base philosophique : elle se sent et se représente comme une personne au sein de laquelle « M » et « F » sont liés harmonieusement. Adossée à la théorie de Weininger sur la bisexualité de chaque être humain, cette stratégie lui donne la possibilité de transgresser les frontières du sexe féminin.

  • 27 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 19.
  • 28 Гиппиус [Guippius] З. Н., « О любви » [« Sur l’amour »], in Шестаков [Chestakov] В. П., сост., Русс (...)

33L’idéal de l’androgynie se cristallise dans la philosophie de Guippius durant la première décennie du xxe siècle, et c’est précisément l’œuvre de Weininger qui l’aidera à formuler clairement sa pensée sur la bisexualité, la femme et sa subjectivité. Dans « La bête-divinité », elle écrit avoir trouvé chez Weininger la confirmation de ses propres intuitions, antérieures à la découverte du livre du philosophe autrichien27. Dans son article « Sur l’amour », Guippius affirme que Weininger a clairement prononcé « les paroles que Soloviov n’avait pas prononcées jusqu’au bout » [« слова, которые оставались недоговорёнными у Соловьёва28 »].

34À la base de la compréhension dite constructiviste du sexe chez Guippius, se trouve l’idéal de l’androgynie ou de la bisexualité, comme on l’appelle dans le sillage de Weininger. Sur le plan théorique, elle est contre le déterminisme biologique chez l’homme. En pratique, elle opère une différenciation très nette entre les hommes et les femmes. À mon sens, Guippius interprète cette question d’une manière plus radicale que ses contemporains, en n’appliquant cependant cette interprétation qu’à son propre cas. Si Guippius avait exprimé explicitement ses pensées sur le constructivisme du sexe, elle se serait exclue du cercle des symbolistes qui préféraient voir le sexe comme une allégorie, la femme comme Muse ou amante, c’est-à-dire comme objet, comme Béatrice. La théorie ingénieuse de Guippius s’avère ainsi compréhensible mais peu morale. Elle se considère elle-même comme une construction sans offrir cette possibilité à toutes les femmes, restant de ce fait, vis-à-vis d’elles, adepte de l’essentialisme.

Guippius et les découvertes féministes

35Certaines observations de Guippius s’accordent avec la conception du genre propre au xxie siècle. Tout d’abord, elle attire l’attention sur ce que l’on appelle aujourd’hui le « double standard ». Elle en donne des exemples, montrant que

  • 29 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 21.

[к] женщине предъявляют другие требования, нежели к мужчине29 […].

les exigences que l’on émet vis-à-vis de la femme sont autres que celles émises vis-à-vis de l’homme […].

36Son affirmation

  • 30 Ibid., p. 25.

полусознательно мы прокидываем почти всё, подписанное женским именем30

d’une manière mi-consciente, nous éliminons presque tout ce qui est signé d’un nom féminin

  • 31 Ibid.

37prouve qu’elle sait également saisir la signification de la catégorie de « signature féminine ». Ces deux catégories n’apparaissent dans la critique féministe qu’à partir des années 1970. De plus, dans « La bête-divinité », Guippius évoque avec une sincérité exceptionnelle son expérience personnelle de femme-écrivain – cette notion caractéristique pour le discours féministe et les recherches sur le genre aujourd’hui. À mon avis, c’est cette expérience qui lui a servi d’impulsion pour les réflexions philosophiques sur le problème du genre dans la sphère de la création artistique. Dans ce même article, Guippius donne des exemples de rapports dédaigneux de la part des hommes qu’elle tire de son expérience personnelle. Ainsi, Andreï Bélyï l’a qualifiée de « dame qui ne connaît sans doute pas la gnoséologie31 » [« дама, которая наверно не знает гносеологии »] ; or, d’après la remarque mordante de Guippius, il n’a pas du tout été question de gnoséologie. N’ayant pas eu d’instruction systématique, Guippius apprécie la pensée logique et la juste argumentation dans les démonstrations.

  • 32 Cf. Янчевская [Iantchevskaïa] M. М., « Женщина у Вейнингера » [« La femme chez Weininger »], in Тру (...)
  • 33 Mayreder R., Zur Kritik der Weiblichkeit – Essays [Critique de la féminité – Essais], Dritte Auflag (...)
  • 34 Mayreder R., Geschlecht und Kultur [Sexe et culture], Diedrichs Verlag, 1923.
  • 35 Cf. Hirdman Y., « Rosa Mayreders stora förtvivlan : en analys av det kvinnovetenskapliga dilemmat s (...)

38Les militantes du féminisme russe (comme Iantchevskaïa ou Zaretchnaïa32) n’ont vu dans son attitude intellectuelle que de la misogynie. Pourtant, Guippius n’est pas un cas isolé. De manière surprenante, il y a beaucoup de similitudes entre la pensée de Guippius et celle de sa contemporaine, la féministe autrichienne Rosa Mayreder (1854-1938). Philosophe, compositeur, peintre, critique, Mayreder transforme la théorie de Weininger en une théorie féministe. Dans ses travaux Critique de la féminité33 [Zur Kritik der Weiblichkeit] et Sexe et culture34 [Geschlecht und Kultur], Mayreder exprime son opinion négative sur la misogynie de Weininger et de Freud. En même temps, elle utilise les idées de Weininger pour des objectifs féministes. Selon Yvonne Hirdman, Mayreder aurait émis des opinions sur l’essence de la femme s’excluant mutuellement35.

  • 36 Mayreder R., Zur Kritik der Weiblichkeit – Essays [Critique de la féminité – Essais], op. cit., p.  (...)
  • 37 Ibid., p. 239.
  • 38 Ibid., p. 57, 139.
  • 39 Ibid., p. 256-257.
  • 40 Sur l’œuvre de vie chez Guippius, voir Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщинаСтратегии жен (...)

39On peut mettre l’article « La bête-divinité » de Guippius au même rang que les réflexions philosophiques de Mayreder. Dans son livre Critique de la féminité, paru à Vienne en 1905, Mayreder pointe, de la même manière que Guippius dans « La bête-divinité », le manque de logique et de clarté dans la pensée de Weininger36, tout en développant et en utilisant, comme le fait Guippius, la thèse de la bisexualité pour la construction de la subjectivité féminine. Les deux auteurs relèvent l’absence de cette dernière dans la théorie de Weininger et dans la culture dans son ensemble. Mayreder indique que le postulat sur l’absence de l’âme chez la femme a une origine chrétienne, et voit en Weininger un héritier de cette tradition37. Comme Guippius, elle parle de la perception antithétique de la femme : ce que Guippius appelle « bête-divinité », obtient chez Mayreder le nom de Janus aux deux visages opposés38. Il est étonnant que Mayreder, elle aussi, examine les relations de Dante et de Béatrice39. Enfin, elle formule l’idée d’un amour-amitié hétérosexuel dans lequel il n’y a pas de soumission. Cette union idéale rappelle à maints égards les relations entre Dmitri Mérejkovski et Guippius, décrites par cette dernière. Dans son ensemble, l’idée de « l’homme synthétique » de Mayreder est proche de l’androgyne idéal chez Guippius avec son équilibre entre les éléments masculins et féminins. Mayreder termine son livre Critique de la féminité sur l’importance de la perméabilité des frontières entre les sexes, ce que Guippius réalise justement dans son œuvre et dans son œuvre de vie40. La principale différence entre ces deux femmes réside dans le fait que Guippius est opposée à l’émancipation féminine, tandis que Mayreder défend ouvertement le féminisme.

40Ces exemples montrent que dans la vision du genre chez Guippius il y a beaucoup de similitudes avec le féminisme d’aujourd’hui. Elle fait donc partie de toutes celles et ceux qui ont développé la théorie féministe au début du xxe siècle.

41La contradiction interne de la pensée de Guippius pose une fois de plus la question de son appartenance au féminisme : tantôt elle expose des pensées misogynes (en se trompant d’ailleurs complètement, par exemple, dans son appréciation du rôle joué par Sofia Kovalevskaïa en mathématiques), tantôt elle écrit comme une féministe, non pas de son temps mais comme un précurseur du féminisme de la fin du xxe siècle. Par ailleurs, seule une lecture attentive de ses essais et de ses œuvres permet de discerner ses opinions féministes. Elles sont passées inaperçues aux yeux de ses contemporains, aussi bien symbolistes que féministes ou représentants de la culture de masse. Je pense que c’est justement là que l’on peut trouver une réponse à la question de son appartenance au féminisme. Elle adopte une position androcentrique et élabore une stratégie qui lui assurera une place d’honneur dans son milieu. C’est cette stratégie qui lui permet d’occuper, dans les cercles symbolistes, la position de sujet et par conséquent celle d’auteur (de créateur), malgré son appartenance au sexe féminin. On peut considérer sa théorie du genre comme le fruit de cette stratégie. Mais elle n’applique ses découvertes féministes réellement précoces et son ingénieuse théorie du genre qu’à son propre cas, et considère la plupart des femmes à partir des canons androcentriques et souvent même en misogyne convaincue.

42D’un autre côté, Guippius réunit en elle la pensée féministe et la position androcentrique. Ceci lui a assuré une carrière, et lui permet de ne pas être oubliée des historiens de la littérature comme c’est le cas de beaucoup de femmes-écrivains. Pourtant, si elle avait pris le parti du féminisme, on l’aurait considérée comme une théoricienne précoce de ce mouvement, et elle aurait joué, dans l’histoire de la littérature, le rôle que détient à présent Virginia Woolf.

Notes

1 Cf. Ruthchild R., Equality & Revolution – Women’s Rights in the Russian Empire, 1905-1917, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2010, en particulier p. 71. À ce sujet, voir également юкина [Youkina] И. И., Русский феминизм как вызов современности [Le féminisme russe comme défi à l’époque contemporaine], Санкт-Петербург, Алетейя, 2007 ; Edmondson L., Feminism in Russia, 1900-1917, London, Heinemann Educational Books, 1984 ; Stites R., The Women’s Liberation Movement in Russia – Feminism, Nihilism and Bolshevism, 1860-1930, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1978, p. 198-209.

2 Cf. Рябов [Riabov] О. В., Русская философия женственности (xi-xx века) [La philosophie russe de la féminité (xie-xxe siècles)], Иваново, Ивановский государственный университет, изд. Юнона, 1999 ; Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], Москва, Новое литературное обозрение, 2011, p. 41-60.

3 Voir, par exemple, Ruthchild R., Equality & Revolution – Women’s Rights in the Russian Empire, 1905-1917, op. cit., p. 212.

4 Гиппиус [Guippius] 3. Н., Синяя книга [Le livre bleu], in Гиппиус [Guippius] 3. Н., Дневники [Journaux intimes], 2 т., т. 1, Москва, Интелвак, 1999, p. 500.

5 Заречная [Zaretchnaïa] С., « Женское о не женскомНесколько слов о Гиппиус » [« Le féminin à propos du non féminin – Quelques mots sur Guippius »], Женское дело, no 10, 1913, p. 17.

6 À ce sujet voir Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], op. cit., p. 131-132.

7 Гиппиус [Guippius] 3. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], Образование, Санкт-Петербург, no 8, 1908, p. 20.

8 Ibid., p. 26.

9 Ibid., p. 22.

10 Une idée similaire au sujet de Dante et de Béatrice apparaît dans le livre de D. Mérejkovski Жизнь Данте [La vie de Dante, 1939]. Un extrait de ce livre a été réédité dans Шестаков [Chestakov] В. П., сост., Русский Эрос, или Философия любви в России [L’Éros russe, ou la philosophie de l’amour en Russie], Москва, Прогресс, 1991, p. 167-173.

11 Гиппиус [Guippius] 3. Н., Женское [Le féminin], in Гиппиус [Guippius] 3. Н., Стихотворения [Poésies], Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1999, p. 179.

12 Ibid., p. 179-180.

13 Ibid.

14 Weininger O., Sexe et caractère, traduit de l’allemand par Renaud D., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1989, p. 233.

15 Dans son récit Celle qui n’a pas existé [Небывалая], paru en 1912, Polikséna Soloviova attire l’attention sur le même paradoxe. Voir Cooper N. L., « Poliksena Solov’eva », in Tomei Ch. D., ed., Russian Women Writers, New York and London, vol. 1, 1999, p. 583-604 ; Cooper N. L., « Secret Truths and Unheard-of Women – Poliksena Solov’eva’s Fiction as Commentary on Vladimir Solov’ev’s Theory of Love », The Russian Review, vol. 56, no 2, IV. 1997, p. 178-191 ; Ekonen K., « The Woman Who Never Was – Femininity, Masquerade and Performance in Poliksena Solov’eva », in Chowaniec U., Phillips U., Rytkönen M., eds., Masquerade and Femininity – Essays on Russian and Polish Women Writers, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2008.

16 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 26.

17 Les deux poèmes sont datés de 1905 (Saint-Pétersbourg), et sont publiés ensemble la même année dans la revue La Balance [Весы, no 3-4].

18 Ce poème est dédié à Blok, mais l’histoire de cette dédicace est inhabituelle : lors de sa première parution, le poème n’est pas dédicacé. Préparant son deuxième recueil de poésies (édité en 1910), Guippius propose à Blok de choisir lui-même dans le manuscrit quelques textes pour les lui dédier. Ainsi ce n’est pas Guippius mais Blok qui choisit, entre autres, ce texte pour la dédicace. Voir à ce sujet Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 486, note 136.

19 Le poème La féminitude [Женскость], composé en 1923, paraît pour la première fois en 1927 dans le premier numéro de la revue littéraire Le Nouveau Navire [Новый корабль], qui, l’année suivante, accueillera sur les pages de son 3e numéro le poème L’Éternel Féminin [Вечноженственное], daté de janvier 1928. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 518-519, note 280-281.

20 Hall S., « The West and the Rest – Discourse and Power », in Hall S. and Gieben B., eds., Formations of Modernity, Cambridge, Polity Press and Open University, 1995, p. 307-308.

21 Гиппиус [Guippius] З. Н., Песни русалок [Les chansons des ondines], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 110. Les poésies intitulées Les chansons des ondines [Песни русалок] sont parues pour la première fois en 1901 dans Les Fleurs du Nord [Северные цветы], faisant partie du drame Le sang sacré [Святая кровь]. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 469, note 47-48.

22 Schuler C., « Zinaida Gippius : an Unwitting and Unwilling Feminist », in Laughlin K. and Schuler C., eds., Theatre and Feminist Aesthetics, Madison, Teaneck, Fairleigh Dickinson UP, 1995, p. 143.

23 La comparaison de Guippius à une ondine est déjà établie par ses contemporains. Ié. Kourganov cite P. Pertsov qui remarque que Guippius a les yeux d’une ondine. Cf. курганов [Kourganov] Е., « Декадентская мадонна » [« La madone décadente »], in гиппиус [Guippius] З. Н., Живые лица [Les visages vivants], 2 т., т. 1, Тбилиси, Мерани, 1991, p. 8.

24 Le surnom « diablesse blanche » [« белая дьяволица »] remonte au roman de D. Mérejkovski Les dieux ressuscités [Воскресшие боги], et celui de « madone décadente » [« декадентская мадонна »] soit à la poésie de Guippius elle-même (en guise d’exemple, on peut citer le poème Dédicace [Посвящение] de 1894, dans lequel le sujet lyrique dit : « je m’aime comme on aime Dieu » [« люблю я себя, как Бога »]), soit aux expressions de ses contemporains (c’est ainsi, par exemple, que L. Gourévitch l’appelle dans l’ouvrage La littérature russe du xxe s. [Русская литература xx в.]). Plus tard, le surnom de « madone décadente » apparaît comme titre de l’avant-propos, écrit par Ié. Kourganov pour l’une des premières publications des œuvres de Guippius à l’époque post-soviétique (курганов [Kourganov] Е., « Декадентская мадонна » [« La madone décadente »], op. cit., p. 5). Dans l’ensemble, la description de Guippius dans le texte de Kourganov est basée sur le caractère exceptionnel du personnage. Outre la « diablesse blanche » et la « madone décadente », on y trouve des surnoms tels que la « sorcière » [« ведьма »], la « satanique » [« сатанесса »] et « Zinaïda la Belle » [« Зинаида Прекрасная »].

25 Voir également паолини [Paolini] М., « Мужское “Я” и “женскость” в зеркале критической прозы Зинаиды Гиппиус » [« Le “Je” masculin et la “féminitude” dans le miroir de la prose critique de Zinaïda Guippius »], in королёва [Koroliova] Н. В., ред.-сост., Зинаида Николаевна Гиппиус – Новые материалы. Исследования [Zinaïda Nikolaïevna Guippius – Nouveaux matériaux. Recherches], Москва, ИМЛИ РАН, 2002, p. 274-289.

26 Filonov Gove A., « Gender as a Poetic Feature in the Verse of Zinaida Gippius », in Birnbaum H., ed., American Contributions to the Eight International Congress of Slavists, Ohio, Slavica Publishers, vol. 1, 1978, p. 379-407 ; паолини [Paolini] М., « Мужское “Я” и “женскость” в зеркале критической прозы Зинаиды Гиппиус » [« Le “Je” masculin et la “féminitude” dans le miroir de la prose critique de Zinaïda Guippius »], op. cit., p. 274-289 (et plus particulièrement p. 289) ; эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], op. cit., p. 9, 158-159.

27 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 19.

28 Гиппиус [Guippius] З. Н., « О любви » [« Sur l’amour »], in Шестаков [Chestakov] В. П., сост., Русский Эрос, или Философия любви в России [L’Éros russe, ou la philosophie de l’amour en Russie], op. cit., p. 192.

29 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 21.

30 Ibid., p. 25.

31 Ibid.

32 Cf. Янчевская [Iantchevskaïa] M. М., « Женщина у Вейнингера » [« La femme chez Weininger »], in Труды первого всероссийского женского съезда 10-16 декабря 1908, Санкт-Петербург, 1909, p. 557-566 ; Заречная [Zaretchnaïa] С., « Женское о не женском – Несколько слов о Гиппиус » [« Le féminin à propos du non féminin – Quelques mots sur Guippius »], op. cit., p. 14-18.

33 Mayreder R., Zur Kritik der Weiblichkeit – Essays [Critique de la féminité – Essais], Dritte Auflage, Jena und Leipzig, Eugen Diedrichs, 1910.

34 Mayreder R., Geschlecht und Kultur [Sexe et culture], Diedrichs Verlag, 1923.

35 Cf. Hirdman Y., « Rosa Mayreders stora förtvivlan : en analys av det kvinnovetenskapliga dilemmat samart – särart », Kvinnovetenskaplig tidskrift, Stockholm, no 2 (årg. 13), 1992, p. 47.

36 Mayreder R., Zur Kritik der Weiblichkeit – Essays [Critique de la féminité – Essais], op. cit., p. 30-33.

37 Ibid., p. 239.

38 Ibid., p. 57, 139.

39 Ibid., p. 256-257.

40 Sur l’œuvre de vie chez Guippius, voir Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщинаСтратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], op. cit., p. 118-133.

Notes de fin

1 Le terme « ordre genré » [« гендерный порядок »] sous-entend ici un système de normes sociales et de prescriptions comportementales en lien avec le sexe. Cf. Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], op. cit., p. 22.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search