Version classiqueVersion mobile

Zinaïda Guippius

 | 
Olga Blinova

Introduction

Olga Blinova

Texte intégral

  • 1 Le colloque strasbourgeois est le second colloque consacré exclusivement à Z. N. Guippius, il n’est (...)

1Le présent volume est la première monographie collective en langue française consacrée à Zinaïda Nikolaïevna Guippius (Béliov, Russie 8/20. XI. 1869 – Paris, France 9. IX. 1945), poète, penseur et prosateur, critique et dramaturge du symbolisme russe et de l’émigration russe de la première vague. Le corps de cette monographie est composé des communications présentées lors du colloque international « Zinaïda Guippius – Poésie et philosophie du genre », organisé les 7 et 8 décembre 2012 à l’Université de Strasbourg par Rodolphe Baudin, Olga Blinova et Évelyne Enderlein. Pionnier en France1, ce colloque strasbourgeois a réuni des spécialistes de la littérature russe (Olga Matich, Christa Ebert, Nikolaï Bogomolov, Florence Corrado-Kazanski, Olga Skonechnaya, Olga Blinova), une spécialiste de la littérature de jeunesse (Irina Arzamastséva), une comparatiste (Rosina Neginsky), une philosophe (Kirsti Ekonen) et une archiviste (Margarita Pavlova), venus de Russie, des USA, d’Allemagne, de Finlande ou de France.

2Deux publications d’archives viennent s’adjoindre aux articles du recueil. La première comporte deux nouvelles françaises de Z. N. Guippius – Les trois dames de cœur et Erreur – de nature autobiographique. La seconde contient un échange poétique avec P. S. Soloviova, constitué de trois poèmes : Réponse au Bélier [Ответ Овну] de Guippius, Automne printanier [Весенняя осень] et Réponse au Sagittaire [Ответ Стрельцу] de Soloviova.

3Depuis les années 1990, le nom de Zinaïda Guippius opère un retour progressif dans le paysage littéraire russe. Ses œuvres font l’objet d’études et de recherches universitaires. Sciemment oubliés, écartés ou purement et simplement censurés en raison des convictions anti-bolcheviques de leur auteur, ses écrits sont réédités ou édités pour la première fois, et sont désormais accessibles à un large public.

  • 2 Deux thèses françaises sont consacrées à Z. N. Guippius : Barda A., Les débuts de Zinaida Gippius : (...)
  • 3 Cf. Le pantin du diable, traduit du russe par Chevremont P. de, Paris, Bossard, 1923 ; Chair sacrée (...)

4En Occident, la continuité du dialogue entre l’œuvre de l’écrivain russe et son lecteur a été assurée notamment par le travail d’éditeur et de commentateur mené au cours du dernier tiers du xxe siècle par Temira Pachmuss. Peu d’études sont néanmoins consacrées dans la recherche française à son héritage littéraire2, et il existe peu de traductions de ses écrits en langue française3. Zinaïda Guippius est pourtant une figure incontournable pour appréhender la vie littéraire de la fin du xixe et de la première moitié du xxe siècle.

5Se remémorant l’entrée et l’installation sur la scène littéraire de la protagoniste de ce recueil, Akim Volynski note en 1923 :

  • 4 Cité d’après Волынский [ Volynski] А. Л., « Cильфида » [« Une sylphide »], in николюкин [ Nikoliouk (...)

Вот настоящая декадентка тех замечательных дней, не выдуманная, плоть от плоти эпохи, и самая исковерканность, даже играющая лживость входили в подлинный облик конца века4 […].

Voici une vraie décadente de ce temps remarquable, pas une invention, mais la chair de la chair de l’époque ; et la difformité, et même la fausseté espiègle faisaient partie de la physionomie authentique de la fin du siècle […].

6Le poète et critique Innokenti Annenski, auteur de l’essai « Sur la poésie lyrique contemporaine » [« О современном лиризме »], composé en 1909, confirme ce point de vue :

  • 5 Cité d’après Анненский [Annenski] И. Ф., « О современном лиризме » [« Sur la poésie lyrique contemp (...)

В её творчестве вся пятнадцатилетняя история нашего лирического модернизма5.

Son œuvre résume les quinze années d’histoire de notre modernisme lyrique.

  • 6 Sur la vie et l’œuvre de Z. Guippius, voir par exemple Ebert Ch., Sinaida Hippius – Seltsame Nähe, (...)

7Ces deux citations soulignent le caractère intimement consubstantiel de la personnalité et de l’œuvre de Zinaïda Guippius au mouvement du symbolisme russe et plus largement à son époque6. Or, cette dernière porte une attention toute particulière aux problèmes qui composent aujourd’hui le champ d’investigation des gender studies ; quant à l’art symboliste, il accorde une place privilégiée à la poésie lyrique et tisse des liens étroits avec nombre de systèmes spéculatifs.

  • 7 Ханзен-Лёве [Hansen-Löve] А. А., Русский символизм – Система поэтических мотивов – Ранний символизм(...)

8Comme le souligne Aage Hansen-Löve, parmi les genres littéraires propres aux symbolistes, c’est la paradigmatique des textes poétiques qui occupe une position centrale, aussi bien du point de vue génétique que structurel, tandis que les textes narratifs ou théoriques, qui la supposent et la développent, sont secondaires. Le slaviste autrichien parle notamment de « la théorisation lyrique » chez les symbolistes7. Le jugement du poète Vladislav Khodassévitch corrobore cette analyse :

  • 8 Ходасевич [Khodassévitch] В. Ф., « О символизме » [« Sur le symbolisme »], in Богомолов [Bogomolov](...)

символисты – лирики по преимуществу (даже в романе, в драме)8.

les symbolistes sont surtout des poètes lyriques (même dans le roman et le drame).

9Aussi les articles réunis dans le présent recueil examinent-ils des écrits de Zinaïda Guippius – de nature très diverse – sans jamais perdre de vue leur lyrisme intrinsèque.

  • 9 Ханзен-Лёве [ Hansen-Löve] А. А., Русский символизм – Система поэтических мотивов – Ранний символиз (...)
  • 10 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], in Гиппиус [Guippius] З. Н (...)
  • 11 Les chemins de Guippius et de Berdiaev se croisent en décembre 1904, au moment où Berdiaev entre da (...)
  • 12 Лавров [Lavrov] А. В., « З. Н. Гиппиус и её поэтический дневник » [« Z. N. Guippius et son journal (...)

10L’interpénétration profonde de la philosophie et de l’art est un autre aspect important des débuts du modernisme russe. La figure de Vladimir Soloviov, à la fois poète et philosophe, est extrêmement significative à cet égard. Dans le sillage d’A. M. Pantchenko et d’I. P. Smirnov, Hansen-Löve affirme que le symbolisme crée un type tout à fait nouveau d’écrivain qui ne peut se passer d’une formation universitaire solide en sciences humaines et en philologie9. Bien que Zinaïda Guippius n’ait pas reçu une instruction systématique, elle acquiert dès 1900 grâce à sa lecture approfondie une connaissance solide de l’héritage soloviovien10, et quelques années plus tard, elle assiste, voire participe dans une certaine mesure à l’élaboration, à travers les discussions et polémiques, tant publiques que privées, de la pensée de Nikolaï Berdiaev11. Par ailleurs, comme le note Aleksandr Lavrov, la conscience créatrice chez Guippius a des aspirations abstraites : elle explore plus volontiers les constructions métaphysiques que la réalité physique12.

  • 13 Sur les notions de texte de vie [текст жизни] et d’œuvre de vie [жизнетворчество], voir иоффе [ Iof (...)
  • 14 Пушкарёва [Pouchkariova] Н. Л., « Что такое “гендер” ? – Характеристика основных концепций » [« Qu’ (...)

11Avant d’aborder le point de vue du genre dans cette écriture poético-philosophique – y compris dans celle du texte de vie13 de Guippius qui, comme tous les symbolistes, attribue à la réalité les propriétés d’un texte littéraire – citons la définition synthétique que N. L. Pouchkariova donne du genre14 :

Гендер – это система отношений, которая является основой стратификации общества по признаку пола. Как фундаментальная составляющая социальных связей (одновременно устойчивая и изменчивая) гендер позволяет создавать, подтверждать и воспроизводить представление о «мужском» и «женском», наделять властью одних (как правило, мужчин) и субординировать других (женщин, так называемые сексуальные меньшинства и т.д.).

Le genre est un système de rapports qui sert de base à la stratification de la société selon le critère du sexe. En tant que composante fondamentale des liens sociaux (à la fois constante et variable), le genre permet de créer, d’entretenir et de reproduire des représentations du « masculin » et du « féminin », de doter de pouvoir les uns (en règle générale les hommes) et de subordonner les autres (les femmes, les soi-disant minorités sexuelles, etc.).

12Le terme « système de rapports » englobe ici la notion de genre comme construction sociale, comme catégorie de stratification, mais aussi comme métaphore culturelle. Toujours discernable, comme le sont les liens sociaux, le genre est en ce sens constant, mais il évolue dans le temps et d’une société à une autre (les notions de masculinité et de féminité dépendent du contexte historique), c’est pourquoi il est variable. L’évocation du pouvoir dans les rapports sociaux sert de ligne de démarcation pour séparer les études de genre des théories des rôles sexués et de la dichotomie sexuelle ; ces dernières préfèrent parler du bien-fondé et de la complémentarité des rôles sexués.

  • 1 D’une manière globale, Olga Matich dans son article « Zinaïda Guippius et le genre : performativité (...)

13Les textes réunis dans le présent volume suggèrent quatre thèmes principaux qui, dans la vie et l’œuvre de Zinaïda Guippius, relèvent du concept de genre1 – ou, dans les termes de l’époque, de sexe (le russe utilise le vocable « пол »). Ce sont : les catégories du masculin et du féminin, la bisexualité de l’être humain, le projet érotico-utopique de l’Église du Troisième Testament et le mouvement des femmes – l’émancipation.

Le masculin, le féminin et leur hiérarchie15

  • 15 Pour un exposé plus ample et plus détaillé, voir Рябов [Riabov] О. В., Женщина и женственность в фи (...)

14Le système de représentations du masculin et du féminin reflète les relations tissées entre les hommes et les femmes dans une société. En Occident, la vision du masculin et du féminin est fortement influencée par la doctrine d’Aristote exposée dans son ouvrage De la génération des animaux, qui remonte à son tour à la conception dualiste du monde élaborée dans le pythagorisme.

  • 16 Conte F., L’héritage païen de la Russie, vol. 1, Le paysan et son univers symbolique, Paris, Albin (...)

15L’une des spécificités de la Russie réside dans l’attachement profond de sa culture au culte païen de la mère-terre humide, ainsi qu’au culte chrétien de la Mère de Dieu, qui lui est souvent assimilé16. Pour le milieu symboliste en particulier, il est difficile de surestimer en outre l’importance du concept de Sophia – la Sagesse divine – et surtout, de l’un de ses aspects : l’Éternel Féminin. Ce dernier possède une forte composante érotique : il est compris comme l’idéal de l’amour divin dont le rayonnement est perceptible dans l’être aimé. Sur le concept d’Éternel Féminin est fondée la théorie soloviovienne de l’amour ; son équivalent poétique – la « Vierge de l’arc-en-ciel » – joue un rôle primordial dans la vie et l’œuvre d’Aleksandr Blok, auteur du cycle célèbre Les vers consacrés à la Belle Dame [Стихи о Прекрасной Даме, 1903].

  • 17 Sur la portée capitale que les catégories de sujet et d’objet ont pour Guippius dans l’élaboration (...)

16En dépit de la haute estime que la culture russe porte à la féminité, son système de représentations et d’interactions du masculin et du féminin est structuré selon les critères de hiérarchisation et de complémentarité des deux principes. Il manifeste l’inégalité de ceux-ci dans la condition humaine : c’est indéniablement le principe masculin qui est désigné comme porteur des qualités anthropologiques à proprement parler, le principe féminin quant à lui concentre tout ce qui doit être surmonté lors de l’évolution de l’homme. Aux catégories du masculin et du féminin sont corrélées respectivement des notions telles que forme et matière, ordre et chaos (traduit souvent à travers l’élément aquatique), culture et nature, spirituel et corporel, actif et passif, créativité et réceptivité, individu et tribu, sujet17 et objet, pouvoir et soumission… Dans Le sens de l’amour [Смысл любви, 1892-1894] Vladimir Soloviov écrit :

  • 18 Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Смысл любви [Le sens de l’amour], in Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Собран (...)

Как Бог творит Вселенную, как Христос создаёт Церковь, так человек должен творить и созидать своё женское дополнение. Что мужчина представляет активное, а женщина – пассивное начало, что первый должен образовательно влиять на ум и характер второй – это, конечно, положения азбучные18 […].

Tout comme Dieu crée l’Univers, comme le Christ édifie l’Église, l’homme doit créer et édifier son complément féminin. Que l’homme représente le principe actif, et la femme le principe passif, que le premier doive exercer une influence formatrice sur l’intelligence et le caractère de la seconde sont, bien sûr, des thèses élémentaires […].

  • 19 Cf. Берштейн [Berchtéin] Е., « Трагедия пола : две заметки о русском вейнингерианстве » [« La tragé (...)

17Un regain d’intérêt – au demeurant déjà très soutenu – pour les problèmes du genre se produit en 1908, après la parution en russe du livre d’Otto Weininger Sexe et caractère. L’ouvrage du philosophe autrichien provoque une avalanche de recensions, d’essais critiques, de débats et de conférences publiques19. Guippius participe à la polémique en publiant l’article « La bête-divinité » [« Зверебог », 1908], sous-titré « Sur la question du sexe » [« О половом вопросе »], qui reprend les caractéristiques du principe féminin proposées par Weininger :

  • 20 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], in гиппиус [Guippius] З. Н., Собрани (...)

Возьмём главные черты.
В женском начале нет памяти, нет творчества, нет личности. «Чистая» женщина («Ж») не может быть безнравственна, ибо она всегда – вненравственна. Женщина – или мать, или проститутка (Соглашаясь с этими определениями, добавлю от себя: или героиня-мученица. Это отнюдь не нарушает цельной пассивности женского начала). […] Вейнингер всё содержание женского начала сводит к полу20.

Prenons les traits essentiels.
Le principe féminin n’a ni mémoire, ni créativité, ni individualité. La femme « Pure » (« F ») ne peut être immorale, car elle est toujours hors de la morale. La femme est une mère ou une prostituée (en admettant ces définitions, j’ajouterai pour ma part : ou une héroïnemartyre, ce qui ne déroge nullement à la passivité entière du principe féminin). […] Weininger réduit tout le contenu du principe féminin au sexe.

18Bien que les jugements de valeur de Weininger, sa misogynie, soient sévèrement critiqués par nombre de ceux qui ont pris part à la polémique, le fond de sa pensée sur la nature des deux principes se retrouve inchangé dans les textes des penseurs et des écrivains russes :

  • 21 Розанов [Rozanov] В. В., Мимолётное [L’éphémère], 1915. Cité d’après Рябов [Riabov] О. В., Женщина (...)

Мужчина – «я». Женщина – «твоя». Милосердие, самоотвержение, нежность, привязчивость, воля «иметь от тебя детей» – всё есть последствие того, что женщина не содержит в себе «зерна» и «я»21.

L’homme dit « je ». La femme dit « tienne ». La charité, l’abnégation, la tendresse, l’attachement, la volonté d’« avoir des enfants de toi », tout ceci est la conséquence de ce que la femme ne recèle en elle ni « grain », ni « je ».

  • 22 Бердяев [Berdiaev] Н. А., О назначении человека – Опыт парадоксальной этики [De la destination de l (...)

женщина, в которой совсем бы отсутствовал мужской принцип, не была бы личностью. Мужской принцип и есть по преимуществу антропологический и личный. Женский же принцип есть по преимуществу космический и коллективный22.

une femme, totalement exempte de principe masculin, ne serait pas une individualité. C’est le principe masculin qui est surtout anthropologique et personnel. Le principe féminin, quant à lui, est surtout cosmique et collectif.

  • 2 L’article « La création du sujet lyrique androgyne dans la poésie de Zinaïda Guippius » d’Olga Blin (...)

19Dans les grandes lignes, Guippius semble adhérer à cette vision du masculin et du féminin à condition toutefois qu’il ne s’agisse que de catégories abstraites2. En revanche, lorsque cette question touche des hommes et des femmes réels, son opinion devient plus complexe et plus contrastée, puisque la nature de ceux-ci relève pour elle de la bisexualité.

La bisexualité et la figure de l’androgyne comme idéal de l’être humain

  • 23 Cf. note 13.
  • 24 Voir par exemple la note du 16 août 1899 de son journal intime Contes d’amour dans Гиппиус [Guippiu (...)
  • 25 Sur la culture scientifique de Guippius, et notamment sur ses connaissances en physiologie et psych (...)

20Le concept de bisexualité [двуполость] de l’être humain est la clef de voûte de la pensée de Guippius. Sa théorie de l’amour, sa conception de la création artistique et celle de la personne idéale lui font une large place. C’est également la notion centrale de son texte de vie, autrement dit de son projet d’œuvre de vie23 [жизнетворчество]. L’intérêt de l’écrivain pour la bisexualité se manifeste dès la fin du xixe siècle24. Il est stimulé par ses lectures de la littérature européenne romantique et décadente, par la pensée de Vladimir Soloviov, mais aussi par de récentes découvertes en biologie, physiologie et psychiatrie25. Cet intérêt a très certainement pour moteur le sentiment intime du poète d’être à l’étroit dans les limites et les frontières imposées artificiellement par une force extérieure. C’est en tout cas ce qui ressort de son journal intime Contes d’amour :

  • 26 Extrait de la note du 7 février 1901. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 57

Беда в том (или не беда?), что всё во мне, как в мире, так связано и спутано, что поневоле переходишь несуществующие границы26 […].

Le malheur (ou n’en est-ce pas un ?) réside dans le fait que tout en moi, comme dans le monde, est si étroitement lié et entremêlé que, sans le vouloir, je transgresse des frontières inexistantes […].

  • 3 L’article « La conception de l’amour chez Zinaïda Guippius et ses sources d’inspiration » de Rosina (...)

21On peut supposer, à partir de la logique interne de cet extrait et de ce que l’on connaît par ailleurs de Guippius, que lorsqu’elle évoque les « frontières inexistantes », elle veut dire les « frontières qui ne doivent pas exister ». La comparaison de son for intérieur avec le monde est très révélatrice à cet égard et parle en faveur d’une continuité entre le « je » et l’univers, entre le microcosme et le macrocosme, entre les principes masculin et féminin qui sont, selon la pensée de l’époque, la base de tout l’univers. Cette aspiration intime de Guippius à transgresser les frontières entre en résonance (mais aussi polémique) avec le concept de personne idéale androgyne développé par Soloviov dans son traité Le sens de l’amour3. La doctrine de l’amour qu’il expose dans cet essai fait partie de ses réflexions sur les processus historique et cosmique et sur le rôle que joue l’homme dans l’évolution de l’univers. Le but visé est l’abolition de la mort.

  • 27 Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Смысл любви [Le sens de l’amour], op. cit., p. 24.
  • 28 Ibid., p. 33.

22Pour le penseur, le sens de l’amour réside justement dans la création de la personne idéale qui, pour accéder à l’immortalité, doit passer par une réunification de deux êtres biologiques, l’homme et la femme27. Pour atteindre le but souhaité, l’amour doit impliquer aussi bien le corps que l’esprit des amants. Cependant, l’union par l’acte sexuel s’avère insuffisante car elle relève de la physiologie et de la vie animale, ce qui amène Soloviov à conclure que « tant que l’homme se reproduit comme un animal, il meurt comme un animal28 ». L’idée du philosophe de surmonter la reproduction naturelle, qui enferme l’homme dans le cycle fatal naissance-mort, rejoint sur ce point la doctrine de « la cause commune » de Nikolaï Fiodorov qui prévoit de transformer l’énergie sexuelle et celle de la reproduction en énergie de résurrection des pères défunts. Pour autant l’abstinence, de même que l’amour purement spirituel, n’annihilent pas non plus la mort : rejetant les exigences de la chair, ils participent, eux aussi, à la désintégration de l’individu qui est, et doit rester, un alliage de la chair et de l’esprit. La solution pour Soloviov est dans la transfiguration de la chair sous l’action de l’esprit :

  • 29 Ibid., p. 40.

Ложная духовность есть отрицание плоти, истинная духовность есть её перерождение, спасение, воскресение29.

La fausse spiritualité est la négation de la chair, la vraie spiritualité est sa régénération, son salut, sa résurrection.

23Cette régénération commence par le travail d’éducation et de formation que l’homme exerce sur son « complément féminin ».

  • 30 Dans les écrits de Guippius, ces deux termes sont synonymes. Ainsi pour présenter la doctrine de la (...)

24Malgré de nombreux points de convergence, la pensée de Guippius se démarque de celle de Soloviov, notamment par son recours au concept de bisexualité qui prend forme chez elle à la lecture de Sexe et caractère d’Otto Weininger. Si, pour Soloviov, l’homme intégral, l’androgyne, n’existe pas dans le monde empirique, chez Guippius, l’androgynie – ou la bisexualité30 – est déjà à l’œuvre dans chaque individu réel. Aussi conçoitelle la personne idéale non pas comme l’union de deux êtres réels, de l’homme et de la femme, mais comme l’union harmonieuse des deux principes, masculin et féminin, en un seul individu. Cela suppose que chaque individu réel, quel que soit son sexe biologique, possède en lui toutes les potentialités pour se perfectionner et atteindre l’idéal souhaité. Ce changement radical que Guippius fait subir à la théorie de Soloviov est motivé par sa volonté de revendiquer l’égalité des individus indépendamment de leur identité sexuelle, y compris dans le domaine de la création, ce qui est extrêmement important pour une femme-créatrice. Dans les relations amoureuses, cette aspiration à l’égalité est déjà perceptible dans la note consignée le 17 octobre 1898 dans son journal intime Contes d’amour :

  • 31 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 47.

Нет, в поцелуе, даже без любви души, есть искра Божеская. Равенство, одинаковость, единство двух31.

Non, dans le baiser, même sans amour de l’âme, il y a une étincelle Divine. L’égalité, l’identité, l’unité des deux.

25Une variante postérieure de cette formule contient une nuance importante :

  • 32 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Влюблённость » [« Les prémices de l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. (...)

Влюблённого оскорбляет мысль о «браке»; но он не гонит плоть, видя её свято; и уже мысль о поцелуе – его бы не оскорбила. Поцелуй, эта печать близости и равенства двух «я», – принадлежит влюблённости32 […].

La pensée du « mariage » offense l’amoureux ; cependant, il ne renonce pas à la chair, il la sacralise ; la pensée du baiser ne l’offenserait sûrement pas. Le baiser, ce sceau de la proximité et de l’égalité de deux « je », appartient aux prémices de l’amour […].

26Ces lignes font partie de l’article « Les prémices de l’amour » [« Влюблённость »] que Guippius publie en 1904 dans la revue La Voie nouvelle [Новый путь, no 3]. Sous sa plume, le terme « mariage » [« брак »] signifie non seulement le mariage mais surtout l’acte sexuel. Dans le sillage de Soloviov (mais aussi de Fiodorov), Guippius juge que la procréation et l’acte sexuel liés à la tribu ne résolvent pas le problème du sexe. Considérant l’homme comme l’union inséparable de la chair et de l’esprit, elle semble défendre dans ce texte l’idée toute soloviovienne de la chair transfigurée. Cependant la solution qu’elle laisse entrevoir aux lecteurs se démarque radicalement de celle proposée par le philosophe. En effet, si chez Soloviov la femme est un matériau que l’homme possède pour engager le travail de transfiguration du couple, chez Guippius il est question de deux êtres égaux, de deux « je », c’est-à-dire de deux sujets humains à part entière.

  • 4 C’est à la démystification de différents textes de vie de Guippius, y compris de celui de l’être an (...)

27Eu égard à cette vision de l’être humain idéal, qui possède des liens très étroits avec son propre vécu, on n’est pas étonné de retrouver le même concept de bisexualité à la base de son projet d’œuvre de vie, dans lequel l’artiste transforme sa vie réelle en une sorte d’artefact esthétique en s’appropriant le masque de l’androgyne4.

28Une autre facette de son œuvre de vie est la tentative de fonder une nouvelle Église.

L’Église du Troisième Testament

  • 33 Scherrer J., « La quête philosophico-religieuse en Russie au début du xxe siècle », in Etkind E., N (...)

29Le projet d’Église du Troisième Testament de Guippius et Mérejkovski s’inscrit dans une tendance large de la fin du xixe et du tout début du xxe siècles. Selon Jutta Scherrer, à cette époque, une partie de l’intelligentsia influencée par les écrits de Dostoïevski et de Soloviov se tourne vers « la religion ou le “religieux” comme [vers] la force spirituelle centrale et même centralisatrice en ce qui concerne non seulement la vie de l’individu mais aussi celle de la collectivité. À cette revalorisation de la chose religieuse », poursuit Scherrer, « se trouvent souvent associées l’idée d’un bouleversement révolutionnaire et l’espérance apocalyptique d’une société et d’un homme nouveau33 ».

  • 34 Гиппиус [Guippius] З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], op. cit., p. 250-253.
  • 35 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], op. cit., p. 74-79.
  • 36 Cf. Лавров [Lavrov] А. В., « З. Н. Гиппиус и её поэтический дневник » [« Z. N. Guippius et son jour (...)
  • 37 Voir à ce sujet Scherrer J., « La quête philosophico-religieuse en Russie au début du xxe siècle »,(...)

30D’après les témoignages de Guippius, elle et son mari Dmitri Mérejkovski passent les dernières années du xixe siècle à lire et débattre de l’Évangile et aboutissent à une critique du christianisme historique qui débouche sur l’idée d’une nouvelle Église, unique et universelle34. Ils exposent cette idée à un cercle restreint de personnes ayant les mêmes aspirations qu’eux. Parmi ces personnes se trouve Dmitri Filossofov, critique littéraire de la revue Le Monde de l’art. Le 29 mars 1901, Filossofov, Mérejkovski et Guippius organisent une prière commune, évènement que Guippius considère comme l’acte fondateur d’une église intérieure, embryon de la nouvelle Église à venir35. C’est dans le cadre de ce projet, appelé par Guippius « l’Essentiel » [« Главное »] qu’ils se penchent sur la création des Assemblées religieuses et philosophiques dans le but d’instaurer pour la première fois un dialogue entre l’intelligentsia et le clergé afin de débattre des questions qui touchent à la relation de l’Église avec l’État, la société, la famille, la culture, l’art et la science. Vassili Rozanov, Nikolaï Minski et d’autres se joignent à Filossofov, Mérejkovski et Guippius, et le groupe ainsi formé arrive à obtenir, non sans réticence, l’autorisation du Saint-Synode d’organiser des entretiens entre l’intelligentsia et le clergé. Pendant une courte période (novembre 1901 – avril 1903) les Assemblées religieuses et philosophiques, relayées par l’édition de la revue mensuelle La Voie nouvelle (1903-1904) – dont Guippius devient de fait le rédacteur36 – s’imposent comme un évènement majeur dans la vie de l’intelligentsia métropolitaine37.

  • 38 Sur la personnalité de Nouvel et sur ses relations avec Guippius, voir l’introduction de Nikolaï Bo (...)
  • 5 C’est à travers les notions d’androgynie, de sexualité et de trinité que Christa Ebert analyse l’id (...)

31Le puissant substrat érotique de « l’Essentiel » [« Главное »] est perceptible dans la bataille que Guippius livre à Walter Nouvel38 pour que Filossofov, ami de Nouvel, adhère comme troisième membre à l’union de Guippius et Mérejkovski5 :

  • 39 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], op. cit., p. 74.

Тогда он, Нувель, пришёл ко мне и сказал: «А может быть, вы не Бога ищете, а Философова, потому что у вас к нему личное влечение». […]
Испугавшись – я стала глядеть внутрь себя, но ничего не могла увидеть, потому что влюблённость в Христа, как большой свет, заслоняла всё в душе, и я не знала, что там. Но как раньше я никогда в себе этого не видела, то и осмелилась не бояться. Я же думаю, что пол – через Бога, а не Бог через пол39.

  • 6 Le voisinage dans cet extrait des termes « amour du Christ », « grande lumière », « sexe » et « Die (...)

Alors lui, Nouvel, vint chez moi et me dit : « Peut-être n’est-ce pas Dieu que vous cherchez, mais Filossofov, parce que vous avez un penchant intime pour lui ». […]
Ayant pris peur, je regardai au plus profond de mon être, mais je ne pus rien y voir car mon amour du Christ, comme une grande lumière, couvrait tout dans mon âme et je ne savais pas ce qu’il y avait là-dedans. Mais comme je n’avais jamais vu cela en moi auparavant, j’osai ne pas avoir peur. Je pense quant à moi que ce n’est pas à travers le sexe que l’on accède à Dieu, mais que c’est à travers Dieu que l’on accède au sexe6.

  • 40 Voir à ce sujet l’introduction de Margarita Pavlova à sa publication d’extraits des « journaux inti (...)
  • 7 C’est dans le cadre des rapports de l’art à la sexualité qu’Olga Skonechnaya, auteur de l’article « (...)

32Afin d’implanter dans le milieu de l’intelligentsia artistique la « nouvelle conscience religieuse », fondement pour l’avènement de l’Église du Troisième Testament, Guippius et Mérejkovski procèdent à une expérimentation grandeur nature40 : ils forment une nouvelle communauté chrétienne dont le noyau est leur union tripartite avec Filossofov. À ce « triangle » des « aînés », des fondateurs, présidé par Zinaïda Guippius, s’ajoute celui des « cadets » comprenant ses sœurs Tatiana et Natalia Guippius ainsi qu’Anton Kartachov, ancien professeur de l’Académie de théologie. Les membres de chaque « triangle » vivent ensemble, se réunissent le soir pour converser ou pour prier. En accord avec la théorie de l’amour professée par Zinaïda Guippius, les rapports entre les « frères » et « sœurs » de la communauté se basent sur le sentiment des prémices de l’amour [влюблённость], qui rejette l’acte sexuel et la procréation. L’un des objectifs de cette expérimentation est de transformer l’énergie sexuelle en une énergie de création artistique7 et d’expérience mystique, et d’anticiper ainsi la transfiguration de la chair. Autour de ces deux triangles gravitent des initiés, peu nombreux car l’appartenance à la communauté est secrète…

33Comme souvent chez Zinaïda Guippius, ce projet s’adresse à une élite et semble accuser la distance qu’elle garde vis-à-vis des mouvements sociaux, en particulier vis-à-vis du féminisme.

Le mouvement des femmes

  • 41 Voir à ce sujet Юкина [Youkina] И. И., Русский феминизм как вызов современности [Le féminisme russe (...)

34Le mouvement des femmes acquiert pourtant une grande importance dans la Russie du tournant du xxe siècle41. Des organisations, des clubs, des unions de femmes se multiplient, et leurs revendications pèsent de plus en plus sur la législation. En 1906, la commission juridique au sein de « l’Union pour le suffrage des femmes » élabore un projet de loi sur l’égalité des droits entre hommes et femmes. Le projet est adressé à la première Douma où il est débattu, mais reste sans suite pour cause de dissolution de cette dernière. En 1909 sous la pression du mouvement des femmes, est adoptée la loi sur la prostitution ; elle prévoit des peines pour le proxénétisme et pour toutes les formes de profit tiré de la prostitution. En février 1914, la troisième Douma adopte une loi qui abroge les restrictions de délivrance de passeport aux femmes et élargit leurs droits de propriété. Cette loi garantit en outre l’indépendance personnelle des femmes qui obtiennent ainsi la possibilité de conclure des contrats de location, de travailler, de faire leurs études supérieures, à condition de vivre séparées de leurs conjoints. L’élaboration difficile de cette loi par le Ministère de la Justice et le Saint-Synode débute dans les années 1880 et se déroule sous le contrôle permanent des organisations de femmes. En décembre 1908, le premier Congrès pan-russe des femmes qui a lieu à Saint-Pétersbourg réunit plus de mille participantes. Il jouera un rôle important dans la propagande pour le suffrage des femmes. Cette question revient avec force sur le devant de la scène politique après la révolution de février 1917. N’ayant obtenu satisfaction ni auprès du gouvernement provisoire ni auprès du Soviet de Petrograd, plusieurs milliers de femmes défilent dans les rues de la capitale le 19 mars 1917. Cédant à la pression, le 15 avril le gouvernement provisoire institue par décret le droit de vote des femmes aux élections municipales (elles obtiendront le droit de vote aux élections gouvernementales en septembre de la même année). Or Guippius paraît ne pas saisir la portée de ce qui se déroule sous ses yeux et traite du mouvement des femmes avec le sarcasme qui a rendu célèbres ses écrits :

  • 42 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 325.

«Женская мысль», «женское творчество», «женское движение» (эмансипация), развитие – всё это величайшие абсурды, ибо в «Женском» не содержится ни ума, ни силы созидания, и в корне своём оно неподвижно42.

« Pensée féminine », « création féminine », « mouvement des femmes » (émancipation), évolution – tout ceci est des plus absurdes, car dans le « Féminin » il n’y a ni esprit, ni force créatrice, et dans son essence il est immobile.

  • 8 Fondé sur l’analyse des textes poétiques, dramatiques et critiques, l’article de Kirsti Ekonen prés (...)
  • 9 On peut juger de l’intérêt que l’auteur de La petite fille porte à la jeune génération d’après sa p (...)
  • 10 Sur la façon dont Guippius tente de surmonter le canon androcentrique existant grâce à l’intrusion (...)

35Est-ce une banale misogynie ? Un désengagement sans appel de la cause des femmes8 ? Avant de laisser le lecteur s’immerger dans la lecture du recueil, citons la poésie La petite fille [Девочка]. Guippius la compose expressément pour la revue enfantine Le Sentier [Тропинка, no 1, 1912] dont le but est d’instruire les générations futures9. La petite héroïne de ce texte s’insurge à sa façon et dans un langage très simple contre le canon androcentrique10] en vigueur :

  • 43 Гиппиус [ Guippius] З. Н., Девочка [La petite fille], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [P (...)

Девочка

La petite fille

Я претепло одета:
Под капором коса.
Гулять – теперь не лето –
Иду на полчаса.

Je suis habillée très chaudement :
Le bonnet couvre ma tresse.
Je vais me promener – on n’est pas en été –
Pour une demi-heure seulement.

Погода-то какая!
Снежок хрустит, хрустит.
Далёко бы ушла я,
А няня не велит.

Dis donc, quel beau temps !
La neige crisse, crisse.
Je serais partie loin,
Mais la nounou me le défend.

Схватиться бы за санки,
Скатиться бы с горы,
Да я с Феклистой няней,
А с ней не до игры.

Prendre la luge,
Glisser du haut de la montagne,
Mais je suis avec ma nounou Féklista,
Et avec elle, on ne joue pas.

Противная Феклиста!
Не хочет ничего,
Вот Ваню гимназиста
Пускают одного.

La détestable Féklista !
Elle ne veut rien savoir,
Tandis qu’on laisse l’écolier Vania.
Partir se promener tout seul.

Твердит: «Ты не мальчишка,
Тебе нельзя одной».
А брат приготовишка
Гуляет, как большой.

Elle rabâche : « Tu n’es pas un garçon,
Tu ne peux partir seule ».
Or, mon frère qui entre à l’école
Se promène comme un grand.

Башлык наденет рыжий,
Коньки несёт, звеня,
А сам и ростом ниже,
Да и глупей меня.

Il met sa capuche rousse,
Dans ses bras les patins tintent,
Tandis qu’il est plus petit
Et même plus bête que moi.

Смеётся: «Я направо,
Не надо мне Феклист».
Ах, как досадно, право,
Что я не гимназист43 !

Il rit : « Je tourne à droite,
Je n’ai pas besoin de Féklista ».
Ah, vraiment, comme c’est contrariant,
Pourquoi ne suis-je pas écolier ! ?

Notes

1 Le colloque strasbourgeois est le second colloque consacré exclusivement à Z. N. Guippius, il n’est précédé que par celui qui s’est tenu en 1995 à l’Institut des littératures du monde (IMLI, Moscou). Certaines communications présentées lors du colloque de Moscou sont incluses dans le recueil Королёва [Koroliova] Н. В., ред.-сост., Зинаида Николаевна Гиппиус – Новые материалы. Исследования [Zinaïda Nikolaïevna Guippius – Nouveaux matériaux. Recherches], Москва, ИМЛИ РАН, 2002.

2 Deux thèses françaises sont consacrées à Z. N. Guippius : Barda A., Les débuts de Zinaida Gippius : du Messager du nord à la Voie nouvelle (1888-1904), Thèse d’État, 1989 ; Blinova O. A., Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius, Thèse de Doctorat, Strasbourg, 2012. À notre connaissance, les articles parus en français sont les suivants : Crainz A., « L’itinéraire religieux de Zinaida Hippius », Cahiers du monde russe et soviétique, Paris, vol. 29, no 3, 1988, p. 447-454 ; Bagno V., « Les manuscrits de Zinaïda Gippius – Polarités et antinomies masculin/féminin », in Viollet C., dir., Genèse textuelle, identités sexuelles : actes du colloque franco-russe, Paris, Tusson du Lérot, 1997, p. 29-37 ; Gourg M., « Le journal littéraire de Z. Hippius », in Lanne J.-C., dir., Modernités russes, no  7, L’Âge d’argent dans la culture russe, Lyon, Centre d’études slaves André Lirondelle, 2007, p. 305-307 ; Blinova O. A., « L’émigration et la quête identitaire dans l’œuvre de fiction de Zinaïda Guippius », La Revue russe, Paris, Institut d’études slaves, no 36, 2011, p. 21-29 ; Blinova O. A., « L’émigration dans l’œuvre de fiction de Zinaïda Hippius – Entre l’inacceptable et l’irréalisable », in Krauss Ch., Victoroff T., dir., Figures de l’émigré russe en France au xixe et xxe siècle – Fiction et réalité, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, p. 333-341 ; Ebert Ch., « Zinaïda Guippius – poète symboliste et agent culturel de l’âge d’Argent », in Desprès I., Enderlein É., dir., Les femmes créatrices en Russie, du xviiie siècle à la fin de l’âge d’Argent, ENS de Lyon, mis en ligne le 11. XI. 2013, http://institut-est-ouest.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique107 ; Blinova O. A., « L’homosexualité dans l’œuvre de Zinaïda Guippius avant et après l’émigration », in Enderlein É., Mihova L., dir., Écrire ailleurs au féminin dans le monde slave au xxe siècle, Paris, l’Harmattan, 2013, p. 43-53. Citons également la bibliographie établie par les soins d’Any Barda : Barda A., Bibliographie des œuvres de Z. Hippius, Paris, Institut d’études slaves, 1975.

3 Cf. Le pantin du diable, traduit du russe par Chevremont P. de, Paris, Bossard, 1923 ; Chair sacrée, traduit du russe par Amargier N., Nîmes, J. Chambon, 1991 ; Petrograd : an 1919, traduit du russe par Benech S., Paris, Interférences, 2003 ; Journal sous la terreur, traduit du russe par Gourg M., Melnik-ardin O., Sokologorski I., Monaco, Rocher, 2005. Pour les textes parus en français dans des périodiques du vivant de l’auteur, ainsi que pour les traductions de quelques rares poésies incluses dans les anthologies, voir Barda A., Bibliographie des œuvres de Z. Hippius, op. cit. ; Гехтман [Guekhtman] М. В., Библиография прижизненных изданий и публикаций З. Н. Гиппиус [Bibliographie des éditions et publications de Z. N. Guippius parues du vivant de l’auteur], москва, Интелвак, 2007.

4 Cité d’après Волынский [ Volynski] А. Л., « Cильфида » [« Une sylphide »], in николюкин [ Nikolioukine] А. Н., сост., З. Н. Гиппиус : pro et contra [Z. N. Guippius : pro et contra], санкт-петербург, РХГА, 2008, p. 586.

5 Cité d’après Анненский [Annenski] И. Ф., « О современном лиризме » [« Sur la poésie lyrique contemporaine »], in Николюкин [Nikolioukine] А. Н., сост., З. Н. Гиппиус : pro et contra [Z. N. Guippius : pro et contra], op. cit., p. 234.

6 Sur la vie et l’œuvre de Z. Guippius, voir par exemple Ebert Ch., Sinaida Hippius – Seltsame Nähe, Berlin, Oberbaum Verlag GmbH, 2004 ; Matich O., « Transcending Gender – The Case of Zinaida Gippius », in Matich O., Erotic Utopia – The Decadent Imagination in Russia’s Fin de Siècle, Madison, The University of Wisconsin Press, 2005, p. 162-211 ; Матич [Matich] О., « По ту сторону гендера » [« Au-delà du genre »], in Матич [Matich] О., Эротическая утопия : новое религиозное сознание и fin de siècle в России [L’utopie érotique : la nouvelle conscience religieuse et l’époque fin de siècle en Russie], Москва, Новое литературное обозрение, 2008, p. 170-225. Cf. également Пахмусс [Pachmuss] Т., Зинаида Гиппиус : Hypatia двадцатого века [Zinaïda Guippius : Hypatie du vingtième siècle], Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, Lang, 2002.

7 Ханзен-Лёве [Hansen-Löve] А. А., Русский символизм – Система поэтических мотивов – Ранний символизм [Le symbolisme russe – Le système des motifs poétiques – Les débuts du symbolisme], перевод с немецкого, Санкт-Петербург, Академический проект, 1999, p. 9, 12.

8 Ходасевич [Khodassévitch] В. Ф., « О символизме » [« Sur le symbolisme »], in Богомолов [Bogomolov] Н. А., сост., вступ. ст., преамбулы, прим., Критика русского символизма [La critique du symbolisme russe], 2 т., т. 1, Москва, Олимп – АСТ, 2002, p. 19.

9 Ханзен-Лёве [ Hansen-Löve] А. А., Русский символизм – Система поэтических мотивов – Ранний символизм [Le symbolisme russe – Le système des motifs poétiques – Les débuts du symbolisme], op. cit., p. 21.

10 Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 6, Живые лица [Les visages vivants], Москва, Русская книга, 2002, p. 251.

11 Les chemins de Guippius et de Berdiaev se croisent en décembre 1904, au moment où Berdiaev entre dans le comité de rédaction de la revue des Mérejkovski La Voie nouvelle. En 1905, la revue passe aux mains de nouveaux venus, le groupe de Boulgakov et Berdiaev, et change de nom. La plate-forme idéologique des Questions de vie, nouveau nom de la revue, subit des modifications, et Guippius s’en désintéresse. Malgré des frictions avec la rédaction renouvelée, principalement avec Boulgakov, et, plus tard, l’abandon de la revue, Guippius se lie d’amitié avec Berdiaev qui fréquente les Mérejkovski et mène des discussions interminables avec la maîtresse de maison. En 1909, Berdiaev s’établit à Moscou et participe au renouveau de l’Église orthodoxe, ce qui provoque la rupture avec Guippius, ennemie de « l’église historique ». Cependant, même s’ils empruntent des chemins différents, elle suivra jusqu’à la fin de sa vie le parcours de Berdiaev. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], op. cit., p. 306-307, 337, 339-340 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 8, Дневники 1893-1919 [Journaux intimes 1893-1919], Москва, Русская книга, 2003, p. 104-107. En juin 1908, Berdiaev caractérise de la façon suivante ses relations avec Guippius et Mérejkovski :
В Париже жизнь была внутренно интересной, особенно важно и значительно было моё общение с Мережковскими. Всё почти время мы очень жестоко полемизировали друг с другом, спорили и даже ссорились, но то было поучительным столкновением людей, которые находятся в одной плоскости и живут одними интересами. Обзывали они меня и православным, и консерватором, и спиритуалистом, а я ругал их за ложное отношение к революции, за разрыв с религиозным прошлым, за склонность к сектантскому самоутверждению. Но эти споры и ссоры были значительны и много дали.
À Paris, la vie a été intérieurement intéressante, particulièrement importantes et significatives ont été mes relations avec les Mérejkovski. Nous avons presque tout le temps durement polémiqué, nous nous sommes disputés et même querellés, mais c’était un conflit édifiant de personnes qui se trouvent sur la même longueur d’ondes et ont les mêmes intérêts. Ils m’ont traité et d’orthodoxe, et de conservateur, et de spiritualiste, et moi, je les ai critiqués pour leur faux rapport à la révolution, pour la rupture avec le passé religieux et pour leur tendance à l’autodétermination sectaire. Cependant ces disputes et querelles ont été significatives et ont beaucoup apporté.
Extrait d’une lettre de juin 1908 adressée par Berdiaev à V. I. Ivanov. Cité d’après Богомолов [Bogomolov] Н. А., вступ. ст., публ., прим., « Письма З. Н. Гиппиус к В. Ф. Нувелю » [« Lettres de Z. N. Guippius adressées à W. F. Nouvel »], Диаспора – Новые материалы [Diaspora – Nouveaux matériaux], санкт-петербург, Феникс, выпуск II, 2001, p. 324-325.

12 Лавров [Lavrov] А. В., « З. Н. Гиппиус и её поэтический дневник » [« Z. N. Guippius et son journal intime poétique »], in гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], Лавров [Lavrov] А. В., вступ. ст., сост., подготовка текста, прим., Санкт-Петербург, Гуманитарное агентство « Академический проект », 1999, p. 30, 40.

13 Sur les notions de texte de vie [текст жизни] et d’œuvre de vie [жизнетворчество], voir иоффе [ Ioffé] Д., « Жизнетворчество русского модернизма sub specie semioticae – Историографические заметки к вопросу типологической реконструкции системы жизнь↔текст » [« L’œuvre de vie du modernisme russe sub specie semioticae – Notes historiographiques sur la question de la reconstruction typologique du système vie↔texte »], Критика и семиотика [Critique et sémiotique], выпуск 8, 2005, p. 126-179.

14 Пушкарёва [Pouchkariova] Н. Л., « Что такое “гендер” ? – Характеристика основных концепций » [« Qu’est le “genre” ? – La caractérisation des principaux points de vue »], in Гендерная теория и историческое знание – Материалы второй научно-практической конференции [Les études de genre et le savoir historique – Actes du second colloque scientifique et pratique], Сыктывкар, Сыктывкарский государственный университет, 2005, p. 15-16.

15 Pour un exposé plus ample et plus détaillé, voir Рябов [Riabov] О. В., Женщина и женственность в философии Серебряного века [La femme et la féminité dans la philosophie de l’Âge d’argent], Иваново, Ивановский государственный университет, 1997, p. 8-38. Voir également le recueil particulièrement stimulant à cet égard : Lanne J.-C., dir., Modernités russes, no 4, La femme dans la modernité, Lyon, Centre d’études slaves André Lirondelle, 2002.

16 Conte F., L’héritage païen de la Russie, vol. 1, Le paysan et son univers symbolique, Paris, Albin Michel, 1997, p. 64-66.

17 Sur la portée capitale que les catégories de sujet et d’objet ont pour Guippius dans l’élaboration de sa stratégie d’écriture, voir Эконен [Ekonen] К., Творец, субъект, женщина – Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme – Les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe], москва, Новое литературное обозрение, 2011, p. 118-134, 153-194.

18 Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Смысл любви [Le sens de l’amour], in Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Собрание сочинений [Œuvres], 10 т., т. 7, 1892-1897, Санкт-Петербург, Просвещение, 1914, p. 41.

19 Cf. Берштейн [Berchtéin] Е., « Трагедия пола : две заметки о русском вейнингерианстве » [« La tragédie du sexe : deux remarques sur le weiningerisme russe »], in Павлова [Pavlova] М. М., сост., Эротизм без берегов [L’érotisme sans bornes], Москва, Новое литературное обозрение, 2004, p. 391-406.

20 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], in гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 7, Мы и они [Eux et nous], Москва, Русская книга, 2003, p. 324, 326.

21 Розанов [Rozanov] В. В., Мимолётное [L’éphémère], 1915. Cité d’après Рябов [Riabov] О. В., Женщина и женственность в философии Серебряного века [La femme et la féminité dans la philosophie de l’Âge d’argent], op. cit., p. 16.

22 Бердяев [Berdiaev] Н. А., О назначении человека – Опыт парадоксальной этики [De la destination de l’homme – Essai d’éthique paradoxale], paru en 1934. Cité d’après Рябов [Riabov] О. В., Женщина и женственность в философии Серебряного века [La femme et la féminité dans la philosophie de l’Âge d’argent], op. cit., p. 15.

23 Cf. note 13.

24 Voir par exemple la note du 16 août 1899 de son journal intime Contes d’amour dans Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, in Гиппиус [ Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 8, Дневники 1893-1919 [Journaux intimes 1893-1919], op. cit., p. 48.

25 Sur la culture scientifique de Guippius, et notamment sur ses connaissances en physiologie et psychiatrie, voir Богомолов [Bogomolov] Н. А., вступ. ст., публ., прим., « Письма З. Н. Гиппиус к В. Ф. Нувелю » [« Lettres de Z. N. Guippius adressées à W. F. Nouvel »], op. cit., p. 338 ; Павлова [Pavlova] М. М., вступ. ст., подготовка текста, прим., « Истории “новой” христианской любви. Эротический эксперимент Мережковских в свете “Главного” – Из “дневников” Т. Н. Гиппиус 1906-1908 годов » [« Histoires du “nouvel” amour chrétien. L’expérience érotique des Mérejkovski à la lumière de “l’Essentiel” – Extraits des “journaux intimes” de T. N. Guippius des années 1906-1908 »], in Павлова [Pavlova] М. М., сост., Эротизм без берегов [L’érotisme sans bornes], op. cit., p. 391-406 ; Blinova O. A., « L’homosexualité dans l’œuvre de Zinaïda Guippius avant et après l’émigration », op. cit., p. 45-46.

26 Extrait de la note du 7 février 1901. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 57.

27 Соловьёв [Soloviov] Вл. С., Смысл любви [Le sens de l’amour], op. cit., p. 24.

28 Ibid., p. 33.

29 Ibid., p. 40.

30 Dans les écrits de Guippius, ces deux termes sont synonymes. Ainsi pour présenter la doctrine de la bisexualité d’O. Weininger, elle parle de l’androgynie [андрогинизм]. Cf. Гиппиус [Guippius] З. Н., « О любви » [« Sur l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 12, Там и здесь [Ici et là-bas], Москва, Дмитрий Сечин, 2011 (1re éd. Париж, 1925), p. 238-240 ; Гиппиус [Guippius] З. Н., « Арифметика любви » [« L’arithmétique de l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 13, У нас в Париже [Chez nous, à Paris], Москва, Дмитрий Сечин, 2012 (1re éd. Париж, 1931), p. 159-160.

31 Гиппиус [Guippius] З. Н., Contes d’amour, op. cit., p. 47.

32 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Влюблённость » [« Les prémices de l’amour »], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Собрание сочинений [Œuvres], т. 7, Мы и они [Eux et nous], op. cit., p. 74.

33 Scherrer J., « La quête philosophico-religieuse en Russie au début du xxe siècle », in Etkind E., Nivat G., Serman I., Strada V., dir., L’Histoire de la littérature russe, t. 4, Le xxe siècle – L’Âge d’argent, Paris, Fayard, 1987, p. 190.

34 Гиппиус [Guippius] З. Н., Дмитрий Мережковский [Dmitri Mérejkovski], op. cit., p. 250-253.

35 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], op. cit., p. 74-79.

36 Cf. Лавров [Lavrov] А. В., « З. Н. Гиппиус и её поэтический дневник » [« Z. N. Guippius et son journal intime poétique »], op. cit., p. 23-24.

37 Voir à ce sujet Scherrer J., « La quête philosophico-religieuse en Russie au début du xxe siècle », op. cit., p. 195-198.

38 Sur la personnalité de Nouvel et sur ses relations avec Guippius, voir l’introduction de Nikolaï Bogomolov à sa publication des lettres de Guippius adressées à Nouvel : богомолов [Bogomolov] Н. А., вступ. ст., публ., прим., « Письма З. Н. Гиппиус к В. Ф. Нувелю » [« Lettres de Z. N. Guippius adressées à W. F. Nouvel »], op. cit., p. 303-308.

39 Гиппиус [Guippius] З. Н., О Бывшем (1899-1914) [Sur ce qui Fut (1899-1914)], op. cit., p. 74.

40 Voir à ce sujet l’introduction de Margarita Pavlova à sa publication d’extraits des « journaux intimes » de T. N. Guippius dans Павлова [Pavlova] М. М., вступ. ст., подготовка текста, прим., « Истории “новой” христианской любви. Эротический эксперимент Мережковских в свете “Главного” – Из “дневников” Т. Н. Гиппиус 1906-1908 годов » [« Histoires du “nouvel” amour chrétien. L’expérience érotique des Mérejkovski à la lumière de “l’Essentiel” – Extraits des “journaux intimes” de T. N. Guippius des années 1906-1908 »], op. cit., p. 391-406.

41 Voir à ce sujet Юкина [Youkina] И. И., Русский феминизм как вызов современности [Le féminisme russe comme défi à l’époque contemporaine], Санкт-Петербург, Алетейя, 2007 ; Юкина [ Youkina] И. И., « Идеи русского феминизма в деятельности первого Советского правительства » [« Les idées du féminisme russe dans les activités du premier Gouvernement soviétique »], in Гендерная теория и историческое знание – Материалы второй научно-практической конференции [Les études de genre et le savoir historique – Actes du second colloque scientifique et pratique], op. cit., p. 36-38.

42 Гиппиус [Guippius] З. Н., « Зверебог » [« La bête-divinité »], op. cit., p. 325.

43 Гиппиус [ Guippius] З. Н., Девочка [La petite fille], in Гиппиус [Guippius] З. Н., Стихотворения [Poésies], op. cit., p. 305-306.

Notes de fin

1 D’une manière globale, Olga Matich dans son article « Zinaïda Guippius et le genre : performativité, parodie et transfiguration du sexe » examine la subjectivité, la façon d’être sujet de Guippius et ses nombreux avatars du point de vue de la performativité du genre selon la théorie de Judith Butler.

2 L’article « La création du sujet lyrique androgyne dans la poésie de Zinaïda Guippius » d’Olga Blinova s’intéresse à l’emploi subversif des caractéristiques du masculin et du féminin dans le monde poétique de Z. Guippius pour créer le sujet lyrique androgyne.

3 L’article « La conception de l’amour chez Zinaïda Guippius et ses sources d’inspiration » de Rosina Neginsky complète judicieusement la liste des sources philosophiques dans lesquelles, de façon directe ou indirecte, puise l’héroïne de ce volume. Il propose également une analyse des étapes variées de l’amour platonique reflétées dans les textes de Guippius.

4 C’est à la démystification de différents textes de vie de Guippius, y compris de celui de l’être androgyne, que procède Nikolaï Bogomolov dans son article « Mythes sur Guippius et mythes de Guippius : le point de vue du genre ».

5 C’est à travers les notions d’androgynie, de sexualité et de trinité que Christa Ebert analyse l’idéal de l’amour chez Zinaïda Guippius. Elle propose par ailleurs une interprétation biographique du récit de Guippius L’épée écarlate en lien avec l’union tripartite formée par Guippius, Mérejkovski et Filossofov. Cf. Christa Ebert, « L’idéal de l’amour chez Zinaïda Guippius ».

6 Le voisinage dans cet extrait des termes « amour du Christ », « grande lumière », « sexe » et « Dieu » souligne la part importante de l’érotisme dans le sentiment religieux de Z. Guippius. L’amour du Christ ressenti comme une grande lumière réactualise la conception théologique de la lumière comme nom de Dieu. L’article de Florence Corrado-Kazanski analyse la thématique de la lumière dans la poésie lyrique de Zinaïda Guippius en lien avec la mystique de la lumière comme manifestation divine.

7 C’est dans le cadre des rapports de l’art à la sexualité qu’Olga Skonechnaya, auteur de l’article « Sexualité et art : Vladimir Nabokov et Zinaïda Guippius », examine la confrontation des deux artistes à travers le retentissement qu’elle a dans Le don de Nabokov.

8 Fondé sur l’analyse des textes poétiques, dramatiques et critiques, l’article de Kirsti Ekonen présente Z. Guippius comme une théoricienne du genre faisant partie de toutes celles et ceux qui ont développé la théorie féministe au début du xxe siècle. Cf. Kirsti Ekonen, « Zinaïda Guippius, théoricienne du genre ».

9 On peut juger de l’intérêt que l’auteur de La petite fille porte à la jeune génération d’après sa pièce L’anneau vert, composée en 1914. Dans son article « Les trois âmes d’une lycéenne de province : pièce de Z. N. Guippius L’anneau vert », Irina Arzamastséva se penche sur le contexte littéraire dans lequel cette pièce est apparue et propose de voir en elle l’incarnation la plus complète et la plus radicale de l’utopie du « siècle de l’enfant » dont l’héroïne, une fillette née avec le xxe siècle, recèle en elle, telle un jeune androgyne, les deux principes fondamentaux.

10 Sur la façon dont Guippius tente de surmonter le canon androcentrique existant grâce à l’intrusion de documents auto-méta-discursifs dans les journaux intimes de S. P. Kabloukov, voir l’article de Margarita Pavlova « Z. N. Guippius dans les journaux intimes de S. P. Kabloukov : le point de vue du genre ».

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search