Version classiqueVersion mobile

Victorien Sardou, un siècle plus tard

 | 
Guy Ducrey

Dossier. Éléments biographiques et bibliographie

Victorien Sardou à l’époque du Second Empire : éléments de biographie

Marie-José Strich et Yves-Michel Ergal

Texte intégral

1Né en 1831 et mort en 1908, Victorien Sardou aura vécu ses années de et de maturité le Second Empire. 1850, l’année charnière voit, en effet, s’ouvrir une étape nouvelle : la vie mondaine et littéraire connaît un développement prodigieux. Le conseil de Guizot « Enrichissez-vous ! » se complète dorénavant d’un autre impératif « Amusez-vous ! » : « Enrichissez-vous et amusez-vous ! », ces deux ordres inspireront la vie du jeune Sardou. La fête impériale, les divertissements, la prospérité économique, éléments de la vie sous le Second Empire, flattent en effet l’épanouissement de la bourgeoisie. Victorien Sardou, 19 ans en 1850, devine que tous ces élans peuvent lui être propices. Trois événements mondains et sociaux scandent la marche de Victorien Sardou vers le succès : le mariage (1858), l’essor des salons littéraires et l’introduction à la Cour de Napoléon III (1863).

Premiers pas

  • 1 Gaston Lenotre, Notes et souvenirs, Paris, Calmann-Lévy, 1910, p. 292.

2Après avoir renoncé à la carrière médicale, Victor Sardou va tenter de vivre de répétitions et de leçons : son seul élève, un Égyptien lui paye chaque leçon d’une pièce de 5 francs en or agrémentée d’une tasse de très bon moka1. Sa situation est difficile mais le jeune homme est déterminé à devenir un auteur. Samedi 1er avril 1854 : Victorien Sardou âgé de 23 ans essuie l’échec de sa première pièce La Taverne des étudiants. Initialement baptisée La Taverne, la pièce se voit nommée La Taverne des étudiants, cet ajout provoquant la colère des étudiants du Quartier latin qui se sentent insultés notamment par les vers :

On n’a plus de jeunesse, on n’a plus de pudeur,
Et l’on se croit savant, et l’on se croit penseur.

  • 2 Grenville-Muray, Les Hommes de la IIIe République, Paris, Sandoz, 1874, p. 211.

3Une période difficile s’annonce pour Victorien Sardou. Toujours désireux de réussir malgré le désastre de sa première pièce, il commence à étudier l’écriture de Scribe, disséquant ses pièces et cherchant les mécanismes de la création de cet auteur à succès. En dépit de nombreuses difficultés Victorien Sardou continue d’écrire et gagne sa vie comme répétiteur. Du malheur de la maladie, une fièvre thyphoïde ou la scarlatine2, jaillit l’espoir. 1857 : le jeune homme gravement malade est sauvé par les soins attentifs de la fille d’une voisine, mademoiselle Moisson de Brécourt, qui se révèle être une jeune actrice jouant sous le nom de Laurentine Léon. Mademoiselle de Brécourt qui connaît Pauline Virginie Déjazet (1798-1875), la reine des travestis, introduit Victorien Sardou auprès de la célèbre actrice et surtout lui redonne courage et confiance en lui. Sardou présente à Dejazet, une farce au titre de Candide. Un an plus tard, en 1858, Sardou épouse Mademoiselle de Brécourt. Ainsi, par son mariage, Victorien Sardou est-il donc lancé dans le monde. L’année suivante, le 17 septembre 1859, par un heureux jeu de circonstances, Mlle Dejazet assura la direction des Folies Nouvelles, boulevard du Temple, et ouvrit la saison avec une pièce de Sardou Les Premières armes de Figaro. Ces Folies Nouvelles édifiées en 1852 prirent plus tard le nom de Théâtre Dejazet. Encouragé par ces premiers résultats, Sardou compose Les gens nerveux donné au théâtre dès le 4 novembre 1859 et dès lors, ne cesse d’écrire.

4Voici les fameuses Pattes de mouches le 15 mai 1860, servies avec brio par Lafontaine et Rose Chéri. Une adaptation de cette pièce verra le jour un an plus tard à Londres par Charles Matthews dans une comédie en deux actes baptisée The Adventures of a Billet-Doux (Drury Lane) et sera reprise le 22 avril 1861 sous le nom de A Scrap of Paper (St James’Theater).

5Sardou compose toujours... Le 31 mai 1861 est créé Monsieur Garrat.

Vers la reconnaissance officielle

6En trois ans, la fortune a largement favorisé Sardou. Consécration mondaine et sociale, le portrait de Sardou est noté dans le Journal des frères Goncourt, en date du Dimanche gras, 26 février 1865 :

Sardou, figure tourmentée, malheureuse, cabossée, moyenâgeuse, embryonnaire, l’air d’un écolâtre de la rue du Fouarre et d’un modèle de Leys (1815-1869, artiste d’inspiration romantique).

  • 3 Émile Montegut, Dramaturges et romanciers, Paris, Hachette, 1890, p. 280.

7Cette consécration sociale et mondaine se prolonge d’une reconnaissance littéraire. Sardou est « acclamé comme un nouveau Molière » pour reprendre les termes d’Émile Montégut mais aussi, rançon de la gloire « attaqué par les envieux pour son adresse à découvrir les nids à idées3 ».

8Cependant, un pas supplémentaire vers une reconnaissance sociale est encore nécessaire. Pour ce faire, dans un premier temps, pour asseoir sa notoriété, Sardou achète en 1863 une belle propriété à Marly qu’il baptise « Le Verduron ». À cette demeure s’ajouteront plus tard une ferme pittoresque près de Nice et une somptueuse demeure en bord de méditerranée, la « Villa Théodora ».

9Un pas décisif sera encore franchi avec la reconnaissance impériale, autrement dit par une invitation à représenter ses pièces aux « séries », très convoitées, de Compiègne. Chaque semaine et cinq semaines durant, soixante invités se renouvelaient. Convoqués par « séries », les invités recevaient une grosse enveloppe avec large cachet de cire rouge et timbrée en bleu de ces mots : « Maison de l’Empereur, service du grand Chambellan ». L’enveloppe contenait une belle carte glacée couleur rose, sésame pour la semaine à Compiègne :

Par ordre de l’Empereur, le grand Chambellan a l’honneur de prévenir M. …… qu’il est invité à passer six jours au palais de Compiègne, du... au... Réponse s’il vous plaît.

10Les « Compiègnes » se composaient de quatre ou cinq séries de six jours chacune. Quatre-vingt à quatre-vingt-dix invités prenaient alors le train à la gare du Nord pour s’installer avec force bagages au château de Compiègne devenu résidence impériale. Étaient invités les personnages marquants de l’époque, des ducs aux savants, des maréchaux aux écrivains. Outre la chasse, les jeux de société, le théâtre tenait une grande place à Compiègne. Le château, en effet, abrite une salle de spectacle assez vaste pour accueillir huit cents invités. La tradition veut que des compagnies de théâtre soient conviées à donner des représentations. Les pièces de Jules Sandeau, d’Octave Feuillet, de Labiche, de Bayard, de Bouilhet, d’Ennery, d’Auguste Maquet et de Victorien Sardou furent ainsi représentées. Il reviendra au Maréchal Jean-Philippe Philibert Vaillant (Dijon 1790-Paris 1872, polytechnicien, général en 1838, maréchal de France en 1831), ministre de la Maison Impériale (de 1860 à 1872) de signer l’invitation pour Sardou et de l’introduire dans la loge impériale. L’Empereur n’aimait guère le théâtre mais se croyait tenu d’assister à certaines représentations. Il se tenait dans le fond de la loge et donnait l’impression de s’ennuyer prodigieusement. Sardou, regardé favorablement par le régime impérial, donna quatre de ses pièces :

Les Prés Saint-Gervais (1860-1861)
Les Ganaches (novembre 1862)
Nos intimes (16 novembre 1861)
La Famille Benoîton (1865)

11Sardou sert le régime impérial en attaquant l’ancienne génération en particulier avec sa comédie intitulée Les Ganaches.

La fin de l’Empire

12Les heureuses dispositions du public envers Sardou semblent se ternir avec ses pièces à thèse. Le 21 décembre 1868 c’est la création au Théâtre du Gymnase de Séraphine (ou La Dévote) suivie de Patrie le 18 mars 1869 à la Porte Saint-Martin et dédiée à John Lothrop Motley, historien de la république des Pays-Bas. Sardou assiste le 13 juillet 1870 à la représentation de cette dernière pièce à Bruxelles au Théâtre de la Monnaie. Un mois plus tard, c’est la fin de l’Empire mais non pas la fin de Sardou qui connaîtra en juin 1877 le suprême honneur de son élection à l’Académie française au siège de Joseph Autran.

13Si Victorien Sardou n’a pas fréquenté le salon de la Princesse Mathilde, grande figure littéraire et mondaine du Second Empire, pendant les années dudit Empire, il est intéressant de noter qu’il est fidèle au 20 rue de Berry (actuelle ambassade de Belgique), la nouvelle adresse de cette princesse. La rue de Berry continue le salon de la rue Saint-Dominique. Le prince de Galles, les Noailles, les Rothschild, Paul Bourget, le peintre Gérome (1824-1904), et le Khédive (petit-fils de Méhémet Ali) comptent parmi les fidèles. La princesse Mathilde, entourée de ses dames d’honneur, accueillait ses invités en robe claire largement décolletée et parée de belles perles : « Tout pour ceux qu’on aime, rien pour ceux qui ne nous aiment pas ! », avait-elle un jour déclaré à Sainte-Beuve.

14Les années suivantes connaîtront de grands succès. Nous retiendrons la date du 27 octobre 1893 et le prodigieux succès de Madame Sans-Gêne. L’Europe entière vint applaudir Réjane au Vaudeville en dépit d’une générale inquiétante qui vit les critiques fourbir leurs matraques selon les propres mots de Jean-Victorien, le fils de Victorien Sardou.

Généalogie et jeunesse d’un auteur

  • 4 Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Gallimard [Bibliothèque de la Pléiade (...)
  • 5 Ibid.

15Le riche et hâbleur Nissim Bernard, présenté au cours d’un dîner à Robert de Saint-Loup, s’écrie, à propos du père de ce dernier, qu’il n’a, selon toute probabilité, jamais rencontré : « C’était un homme charmant, étincelant. Je me rappelle un dîner chez moi, à Nice, où il y avait Sardou, Labiche, Augier4... ». M. Bloch père, neveu de Nissim, ajoute ironiquement : « Molière, Racine, Corneille5 [...] ».

16La ville où le personnage du roman À l’ombre des jeunes filles en fleurs aurait dîné avec Sardou n’est peut-être pas citée au hasard par Proust : les Sardou, ou « les Sardes », auraient émigré au Cannet, village près de Cannes, après que le grand-père de Victorien, engagé volontaire dans les troupes de Bonaparte en 1792, a servi comme chirurgien dans la campagne d’Italie. Quand Napoléon s’enfuit de l’île d’Elbe et revient pour les Cent Jours, le père, Antoine Léandre Sardou, aurait alors entrevu l’Empereur : Victorien en garde une affection romanesque et un intérêt particulier pour Napoléon.

17En 1831, à la naissance de Victorien, Antoine Léandre Sardou, professeur à l’école de commerce et des arts industriels à Charonne, grammairien et éditeur de livres scolaires, habite un logement modeste, rive droite, rue Beautreillis, près de la place de la Bastille. En juillet 1839, Victorien contracte la fièvre scarlatine : il se rend en convalescence à Cannes, et visite alors la région de ses ancêtres. C’est rive gauche, rue des Postes, près du Panthéon, où émigre la famille (le père fonde une école, « l’Institut Sardou »), qu’à l’âge de dix-sept ans le jeune Victorien assiste aux troubles révolutionnaires de 1848, se trouvant, lui et sa famille, confronté aux barricades érigées rue de l’Estrapade et rue d’Ulm.

18Si Victorien ne brille pas dans ses études scolaires au lycée Henri IV, il rêve néanmoins d’embrasser une carrière littéraire ; son père étant farouchement opposé à cette idée, le jeune homme s’installe dans une chambre de bonne, Quai aux fleurs, afin de poursuivre des études de médecine.

Premières tentatives

  • 6 Georges Mouly, Les Papiers de Victorien Sardou, Paris, Éditions Albin Michel, 1934, p. 82-83.

19Le jeune Sardou écrit à cette époque une comédie en deux actes, Les Amis imaginaires. Il présente celle-ci, sur la recommandation d’une relation familiale, M. Gaimard, à une certaine Madame Ancelot (« femme auteur ») qui tient un « salon d’esprit ». À la date du « dimanche 4 Florial 1851 », Sardou note : « C’est hier que j’ai fait mon entrée dans le monde littéraire ». Il se présente aussi au salon d’une Madame Eugénie Foa : comme elle est aveugle, il faut, chez elle, lire la pièce. Sardou, à vingt ans, sait déjà défendre ses intérêts : « Je causais assez longuement avec le père du rédacteur en chef de la revue des Deux-Mondes, un homme que je ménage6 ».

  • 7 Anecdote rapportée par Jerome A. Hart, Sardou and the Sardou Plays, Philadelphie et Londres, J. B. (...)

20Un premier portrait du jeune Sardou se dessine : seul à Paris, dans sa mansarde, pauvre étudiant, c’est envers et contre tout qu’il écrit fébrilement ses premières pièces. Un jour, désormais célèbre, alors qu’il déjeune à l’Hôtel de Ville en compagnie du baron Haussmann, comme celui-ci l’interroge sur les difficiles années de sa jeunesse, Sardou aurait accompagné le Baron à la fenêtre et dit : « Tenez, je vais vous indiquer où se trouve la mansarde où j’ai vécu près du quai Napoléon ». Mais tandis que les grands travaux du préfet de la Seine ont rasé l’ancien habitat moyenâgeux, Sardou s’écrie à l’adresse du Baron : « C’est ma jeunesse que vous détruisez7 ». Toutefois Sardou note dans son Journal : « [...] c’est que je regrette le vieux Paris, mais que j’aime bien le nouveau », ménageant, dans un art qui lui appartient, les différentes époques.

  • 8 Les Amis imaginaires ; La Reine Ulfra ; La Taverne des Étudiants ; Bernard Palissy ; Fleur de Lian (...)

21Sardou écrit, dans ces années de bohème, entre 1852 et 18598, sept pièces, dont La Reine Ulfra, dédiée, non sans arrière-pensée, à Rachel, comme en témoignent ces quelques vers d’hommage à l’actrice alors très en vogue :

  • 9 Georges Mouly, op. cit., p. 100.

Va donc, mon pauvre essai, va donc trouver la Muse,
Et si l’on jette à peine un coup d’œil sur Ulfra,
Si l’on se rit de nous et si l’on nous refuse,
Nous irons l’admirer encore dans Cinna9.

22Une seule est représentée : La Taverne des Étudiants. Donnée le samedi 1er avril 1854, sur la scène du théâtre de l’Odéon, elle se révèle un cuisant échec.

  • 10 Ibid., p. 119.

23La Taverne des Etudiants n’a pourtant pas reçu un accueil entièrement défavorable de la part de la critique : si l’œuvre est jugée immature, les vers sont agréables, et le jeune auteur dramatique aurait dû être traité avec plus d’aménité par un public guère plus âgé. La pièce raconte une intrigue digne de Hoffmann (nous sommes dans une taverne d’étudiants en Allemagne), de Beaumarchais et de Rossini : « C’est qu’en ce temps-là, le romantisme l’avait [l’Allemagne] mise à la mode », remarque Sardou dans ses notes10. Rappelons que Sardou apprécie Shakespeare et Goethe, qu’il oppose à Racine, ce qui renforce l’idée d’un jeune homme pétri de romantisme : ne court-il pas, le 29 janvier 1855, rue de la Vieille Lanterne, pour y dessiner la fenêtre où le poète Nerval fut trouvé pendu le matin même ?

24Il faut attendre le 17 septembre 1859 pour que soit remontée une nouvelle pièce de l’auteur de La Taverne : Les Premières Armes de Figaro, pièce qui ouvre, en septembre 1859, avec succès, la première saison du Théâtre-Déjazet. La pièce, en trois actes, écrite en collaboration avec Vanderburch, est une « à la manière de » Beaumarchais, subtil mélange du Barbier de Séville et du Mariage de Figaro. Nous retrouvons les personnages de Beaumarchais : Bridoison, Almaviva, Suzanne, Bartholo, Marceline, etc. Sardou inscrit néanmoins Figaro dans son époque, tout en se représentant lui-même en jeune auteur plein de promesses. Il permet à Mademoiselle Déjazet de jouer Figaro, rôle de travesti qu’elle affectionne particulièrement. L’époque n’est pas oubliée, Figaro s’exclamant, impérial, aux femmes qui le soutiennent : « Soldats !... je suis content de vous ! », sans oublier les jeux de mots tels que :

la marquise :
– Moralité, monsieur Figaro, qui trop embrasse, mal étreint.

figaro :
– Disons plutôt : Qui trop embrase, mal éteint. (Acte iii, scène 8).

  • 11 Jacques Bainville, « Victorien Sardou », Chroniques, Paris, Librairie Plon, 1908, p. 5.
  • 12 Anecdote rapportée par Jerome A. Hart, op. cit., p. 55.

25Victorien Sardou porte à la scène tout un héritage culturel et littéraire, dont à maintes reprises on lui reproche le plagiat, et livre, dans ses premières comédies, un piquant tableau des travers de cette société du Second Empire qui peu à peu le reconnaît comme l’un des siens, d’autant que le jeune auteur dramatique se considère, en partie, comme le successeur d’Eugène Scribe, disparu en 1861. « Ce fut le Scribe de son temps11 » écrit l’Académicien Jacques Bainville. L’impératrice Eugénie n’assiste-t-elle pas, en secret, pendant l’hiver 1863, accompagnée d’une seule dame de compagnie, à une représentation du drame Les Diables noirs, au théâtre du Vaudeville ? Sa Majesté aurait été si touchée par l’histoire d’amour de l’intrigue, qu’elle en aurait pleuré à chaudes larmes12.

26Il est vrai que la pièce était entourée d’un relent de scandale : d’abord interdite par le comte Walewski, ministre de Napoléon III, elle est autorisée quelques mois plus tard par son successeur, le maréchal Vaillant. Y sont dénoncés le vice du jeu, si répandu alors autour du Palais Royal, et les sociétés secrètes (est-il question d’une critique voilée de la franc-maçonnerie, ce qui expliquerait la mise à l’écart, dans un premier temps, de la pièce ?), où se fomentent des complots, où pour l’argent et la débauche les hommes de ces cercles sont prêts à tous les vices. Ou est-ce la figure d’une femme sublime – Jeanne – mourant lyriquement dans les bras de son amant, tandis que tombe le rideau, qui touche tant l’Impératrice ? Jeanne annonce le personnage mythique de la Tosca. Peu de temps après, Sardou est fait chevalier de la Légion d’honneur ; dès août 1864, le voici promu par l’Empereur au grade d’officier. Un an plus tôt, il a acheté une splendide propriété à Marly-le-Roi, voisine des ruines de l’ancienne résidence royale de Louis XIV, où se presse bientôt une partie de la haute société.

Types et caricatures

27Les multiples rebondissements rendent quasi insurmontable toute tentative de résumer les pièces de Sardou, en particulier celles du Second Empire : tout juste pourrait-on dire qu’il existe toujours une intrigue amoureuse, et que les personnages, de l’aristocrate réactionnaire, du bourgeois parisien triomphant et naïf, de l’épouse vertueuse, du paysan révolutionnaire, au notaire ou au pharmacien de province, participent d’une véritable comédie humaine. Le caractère du bourgeois gentilhomme dépeint dans Le Voyage de M. Perrichon de Labiche (1860), de même que peu auparavant Le Gendre de Monsieur Poirier (1854) d’Augier, n’est pas sans affinité avec maints protagonistes des pièces de Sardou de cette époque, tel le bourgeois Morrisson de Nos Bons Villageois, pièce donnée à partir du 8 octobre 1866 au théâtre du Gymnase.

28Dans Nos Bons Villageois, où la scène se passe dans un imaginaire Bouzy-le-Têtu, aux environs de Paris, tous les types sociaux sont représentés : le Baron, maire du village ; Pauline, sa femme ; Geneviève, la sœur de celle-ci ; Morrisson, le bourgeois de Paris qui s’installe à la campagne ; son fils (jeune, entreprenant, magnanime, amoureux) Henri ; Floupin, le pharmacien ; Grinchu, le maraîcher ; Tétillard, l’épicier ; Grandménil, le commissaire de police ; le père Pipart, le garde-champêtre ; Cailloux, le jardinier ; Courtecuisse, artilleur ; des paysans (Tournemain, Loriot) ; La Mariotte, une jeune villageoise ; etc.

29Floupin, caricature du pharmacien qui se prend pour le docteur local, arriviste désireux d’occuper le siège du maire, manipule honteusement des paysans crédules et prompts à la révolte ; à la fin, l’ordre est rétabli, le Baron recouvrant son pouvoir et sa popularité. On sent bien que Sardou défend ici la cause d’un gentilhomme éclairé, pièce maîtresse de l’échiquier politique contemporain. Floupin s’exclame, à propos du Parisien : « [...] le Parisien s’est persuadé qu’il aimait la campagne, et a mis la villégiature à la mode » (Acte ii, scène 4). Grinchu, le révolutionnaire, discourt, chez le barbier, en ces termes :

Ah ! Les pratiques bourgeoises !... V’là le grand mot ! les bourgeois, des Parisiens, pas vrai ? Et les enfants du pays qu’a gratté le sol municipal pour y faire pousser la moisson et la vendange... [...] Vous voyez pas où ça nous mène ?... et que nous finirions par ne plus être le maître chez nous ! (Acte ii, scène 2).

30Sardou n’a pas pour ce Grinchu l’indulgence de Beaumarchais pour son barbier Figaro. Néanmoins, cette opposition Paris-campagne (de la proche banlieue) n’est-elle pas un des thèmes les plus à la mode de l’époque ?

Trouver son public

31Victorien Sardou sait mettre en scène un théâtre-opérette proche des goûts du jour, dans une société parisienne à la fois frivole et en pleine mutation, à l’heure du retour d’une aristocratie régnante qui n’a ni la légitimité de l’Ancien Régime, ni la faveur d’une République encore utopique, ni la grandeur d’un Empire au temps des romantismes. Sardou est avant tout un homme de métier qui a étudié ses classiques (Shakespeare, Corneille, Molière, Marivaux, Beaumarchais, en particulier), s’est inspiré en partie de ses presque contemporains (Scribe, Augier, Labiche), et a su, d’une certaine manière, flatter un régime envers lequel il se sent assez proche, lui qui redoute autant les excès des révolutions que l’immobilisme des tenants d’une époque révolue.

32Deux pièces, représentées devant l’Empereur, l’Impératrice et la Cour au Théâtre impérial de Compiègne le 17 novembre 1865, Les Prés Saint-Gervais (créée au théâtre Déjazet le 24 avril 1862), et La Famille Benoîton (Vaudeville, 4 novembre 1865), montrent bien à quel point Sardou sait flatter et séduire son public.

33Dans les Prés Saint-Gervais, la scène se passe à Paris, en 1785 : nous assistons, alors qu’éclate le printemps, au pique-nique haut en couleur de petits bourgeois de Paris. Un jeune écolier – le prince de Conti en goguette – surgit au milieu des festivités et des couplets. Au premier acte, est brossé le portrait caricatural d’un prince du sang que l’éducation a rendu imbu de lui-même ; au second acte, le prince descend de son piédestal, il devient un prince-bourgeois, miroir de ce nouveau gentilhomme des temps modernes, s’écriant, à la fin de la pièce : « [...] que je leur fasse voir si je boude la gaieté française ! », manière ludique d’enterrer les vieilles lunes d’une aristocratie Ancien Régime jugée réactionnaire, méprisante, et, en filigrane, revendicatrice de droits périmés.

34Dans La Famille Benoîton, la scène se passe « de nos jours », à St-Cloud. Pour comprendre à quel point Sardou adhère à son temps, ce serait cette pièce qu’il faudrait lire : nous y voyons Benoîton, un commerçant enrichi, fabricant de sommiers à ressorts, entouré de sa famille et de ses amis. Le monde factice des courses et des jeux y est dépeint, tandis que les scènes donnent lieu à une satire implacable de l’argent bourgeois suspendu au commerce et aux valeurs de la bourse, l’ensemble étant régi par un « argot » où s’entend tout un vocabulaire mâtiné d’anglicisme, manié mécaniquement par une jeunesse dorée occupée à courir les dots. Citons quelques perles de cette satire. Sur le mariage, Clotilde :

Le mariage se meurt, mon pauvre ami ! [...] Le mariage est mort !... [remarquons les accents à la Bossuet] Le progrès moderne en a fait un objet de luxe qui coûte trop cher ! » (Acte i, scène 4)

35Clotilde encore, un peu plus loin, qui dresse un portrait de la femme « d’aujourd’hui », toujours par monts et par vaux :

Mais l’été, c’est Paris que l’on quitte !... Une Parisienne aujourd’hui va, vient, trotte de Trouville à Ems, de Bade à Étretat, aussi prestement que son aïeule de l’armoire à linge à l’armoire aux confitures.

36De plus, la pièce comporte une « trouvaille », qui, comme pour la plupart des pièces de Sardou, en fait l’originalité : Madame Benoîton n’apparaît jamais, elle participe ainsi du portrait-charge de la femme à la mode, qui délaisse son ménage ; on croit la voir surgir enfin dans la scène finale, elle reste dans son coupé, et ne fait que demander son ombrelle par un domestique. Le public est comblé.

37Indéniablement, les pièces du Second Empire furent des chefs d’œuvre. Il est toutefois curieux de constater que certaines ne sont pas exportables dans le temps. Trop Second Empire, peut-être, une pièce telle La Famille Benoîton, considérable succès pourtant, n’a pas véritablement abordé aux rives du xxe siècle. Plus tard, au sein de la foisonnante production de Sardou, Madame Sans-Gêne, ou Tosca, relayée par l’italien Puccini, témoignent, entre autres, sans doute pour longtemps encore, du talent d’un auteur complet. Victorien Sardou – l’homme de théâtre, le metteur en scène, le personnage mondain et recherché (il marie sa fille Geneviève au marquis Robert de Fiers en 1901) – s’adapte aux mœurs de la Troisième République. La longévité de son succès est quasi inégalée.

38Quand Proust choisit « Odette » pour prénom de sa demi-mondaine dans Un amour de Swann, peut-être se souvient-il de la pièce Odette de Sardou, représentée au théâtre du Vaudeville en 1881, le personnage fréquentant de surcroît le salon des Verdurin, la résidence de Sardou à Marly s’appelant le « Verduron ». La Belle Époque consacre l’auteur dramatique et ses interprètes, jusqu’à laisser des traces dans le roman de Proust, qui immortalise, non sans nostalgie, les accents d’une époque révolue.

Notes

1 Gaston Lenotre, Notes et souvenirs, Paris, Calmann-Lévy, 1910, p. 292.

2 Grenville-Muray, Les Hommes de la IIIe République, Paris, Sandoz, 1874, p. 211.

3 Émile Montegut, Dramaturges et romanciers, Paris, Hachette, 1890, p. 280.

4 Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Gallimard [Bibliothèque de la Pléiade], 1988, tome ii, p. 134.

5 Ibid.

6 Georges Mouly, Les Papiers de Victorien Sardou, Paris, Éditions Albin Michel, 1934, p. 82-83.

7 Anecdote rapportée par Jerome A. Hart, Sardou and the Sardou Plays, Philadelphie et Londres, J. B. Lippincolt, 1913, p. 28-29.

8 Les Amis imaginaires ; La Reine Ulfra ; La Taverne des Étudiants ; Bernard Palissy ; Fleur de Liane ; Le Bossu ; Candide.

9 Georges Mouly, op. cit., p. 100.

10 Ibid., p. 119.

11 Jacques Bainville, « Victorien Sardou », Chroniques, Paris, Librairie Plon, 1908, p. 5.

12 Anecdote rapportée par Jerome A. Hart, op. cit., p. 55.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search