Version classiqueVersion mobile

Victorien Sardou, un siècle plus tard

 | 
Guy Ducrey

II. Traverser les genres

Du Vaudeville au Boulevard : La Piste, pièce de la réconciliation

Noëlle Benhamou

Texte intégral

  • 1 Victorien Sardou, La Piste, comédie en trois actes. L’édition de référence sera celle de L’Illustr (...)

1Lorsque La Piste, comédie en trois actes1, est jouée au Théâtre des Variétés le 15 février 1906, Victorien Sardou, dramaturge réputé, élu à l’Académie française trente ans plus tôt, n’a pas fait représenter une pièce nouvelle depuis longtemps, comme le remarque le critique Fernand Nozière. Il semble se trouver dans une situation paradoxale : auteur à succès ayant traversé toutes les époques, il ne produit plus guère en ce début du xxe siècle, se contentant de remanier d’anciennes œuvres et de faire jouer des drames historiques écrits au siècle précédent et restés inédits. La Piste constitue donc une étape importante dans la production de Victorien Sardou. Cette œuvre est sa première création comique depuis quelques années, son avant-dernière pièce, sa dernière comédie. Servie par des comédiens confirmés – Réjane et Brasseur –, l’intrigue très complexe peut se résumer ainsi : fraîchement marié, Casimir Rebillon trouve par hasard au fond d’un meuble un petit bleu non daté adressé à sa femme. Ce télégramme qui fixe un rendez-vous galant fait naître un soupçon chez l’époux jaloux : Florence le trompe. La jeune femme essaiera de prouver le contraire durant les trois actes, aidée par des proches qui souhaitent éviter la rupture du couple. Nous verrons que ce vaudeville renoue avec les thèmes du mariage et de l’infidélité déjà exploités par Sardou au xixe siècle. Bien qu’il utilise une « ficelle » présente dans une comédie de 1860, La Piste oscille entre vaudeville et boulevard et rivalise avec les pièces modernes de Feydeau, Courteline et Robert de Fiers. Œuvre réussie, elle fut saluée par la critique, comme l’indiquera une rapide étude de la réception.

Un vaudeville caractéristique de Sardou

2L’intrigue de La Piste est a priori bien caractéristique des précédentes comédies-vaudevilles de Sardou. Le dramaturge y aborde une fois de plus ce qui fit son succès au xixe siècle : la jalousie et la discorde conjugales, n’hésitant pas à emprunter, plus ou moins consciemment, personnages et péripéties à son propre théâtre. Cette pièce en trois actes s’ouvre sur les domestiques Adeline et Fabien qui s’activent dans le petit salon des époux Rebillon de retour de vacances. Comme dans les comédies traditionnelles, la scène d’exposition est ainsi confiée à des personnages secondaires qui disparaîtront très rapidement une fois leur mission accomplie. Leur rôle dramaturgique se limite à résumer et à commenter la situation passée et présente de leurs employeurs et de leur entourage. Casimir Rebillon et sa femme Florence rentrent d’un voyage en auto qui les a menés de Dinard à Séville. Survient Hortense Mirival, une « raseuse » récemment mariée venue aux nouvelles, suivie de Gilberte Loysel, sœur de Florence, qui doit rendre des comptes à Hortense pour n’avoir pas assisté à ses noces. Le spectateur est ainsi très vite informé de la situation des trois femmes, toutes mariées depuis peu et heureuses en ménage. Lors d’un dialogue entre Gilberte et Florence (scène 5), il apprend également que Philippe Jobelin, ex-mari de Florence, et oncle du nouvel époux d’Hortense, s’en veut d’avoir jadis trompé sa femme avec sa bonne et serait prêt à la reconquérir. Peu à peu, Sardou tisse une toile aux mailles serrées destinée à faire basculer dans la crise un ménage au bonheur idyllique. Hortense Mirival venue chez Florence pour connaître l’adresse de son tapissier sera à l’origine de la discorde des Rebillon.

3En effet, Florence cherche une quittance de cet artisan, peu après l’arrivée de Stanislas Potard, cousin de Casimir, débarqué d’Afrique et fervent adversaire du mariage. Voulant l’aider, Casimir découvre une lettre d’amour non datée. Florence prétend avoir acheté à l’encan ce secrétaire ayant appartenu à une demi-mondaine. Mais sous l’influence, de Potard auquel il a montré la lettre, Casimir soupçonne sa femme d’infidélité. Florence confie à sa sœur et à son beau-frère que la lettre de 1897 est le vestige d’une liaison qui eut lieu durant son précédent mariage. Le cocu fut Jobelin, non Rebillon. Pour sauver son couple, il ne lui reste plus qu’à obtenir de Jobelin la faveur suivante : qu’il dise à Casimir que la lettre a été écrite à Florence lorsqu’elle était sa femme. Et les trois personnages de se précipiter chez Jobelin.

  • 2 Hugues Rebell, Victorien Sardou. Le Théâtre et l’époque, Paris, Félix Juven, 1903, p. 31.
  • 3 Pièces créées respectivement en 1868, 1870 et 1877.
  • 4 Georges Feydeau avait l’intention de regrouper sous le titre « Du Mariage au Divorce », cinq farce (...)

4Le long premier acte composé de quinze scènes culmine avec la découverte du télégramme que Casimir et le cousin Potard vont essayer en vain de dater en l’observant avec minutie à la scène 10. Pour bâtir sa pièce, Sardou emploie à nouveau le stratagème de la lettre qui passe de main en main et qui avait fait le succès de Pattes de mouche en 1860. Dans cette « fantaisie légère et étincelante qui effleure, éclaire d’une lumière rapide le monde des passions2 », Clarisse de Ceussoles essaie de cacher à son mari la missive qu’elle avait écrite autrefois à son promis Prosper Block et qui pourrait menacer son ménage. Ce moyen d’intrigue qu’appréciait le dramaturge servit encore dans Séraphine, Fernande et Dora3. La Piste s’inscrit donc dans le répertoire de Sardou auquel on reprocha tant de plagiats et d’auto-emprunts. Sans entrer dans une étude onomastique, il est évident que le nom de Casimir Rebillon a subi l’influence du Bérillon de Thermidor. Nous touchons ici au processus de création de Sardou dont la dernière comédie doit beaucoup à Andréa et à Divorçons !, se plaçant ainsi dans une série de pièces sur le mariage et le divorce4, principaux ressorts comiques.

5Avant même d’appartenir aux comédies de mœurs conjugales du xixe, les personnages de La Piste sont ceux du théâtre comique ancestral, des types destinés à provoquer le rire. Fabien le domestique des Rebillon et Julien, son homologue de l’acte ii qui sert Jobelin, sont aussi imperturbables et blasés devant l’agitation ambiante que leurs maîtres et les visiteurs sont énervés. Ce flegme du personnel de maison masculin largement répandu dans les comédies contemporaines, contraste avec la situation critique.

  • 5 La Piste, op. cit., Acte ii, scène 2, p. 13.

le domestique, entrant avec un plateau et deux cartes.
– Ces messieurs demandent si monsieur veut bien les recevoir.
jobelin, aux dames, après avoir regardé les cartes.
M. Stanislas Potard. M. Olivier Loysel.
Mouvement des femmes5.

6En revanche, Adeline, bonne des Rebillon, n’a pas la langue dans sa poche et son effronterie face à Hortense Mirival donne lieu à des répliques amusantes :

  • 6 Ibid., Acte i, scène 2, p. 3.

hortense
– Les voyages vous profitent ! Vous êtes toute rajeunie !
adeline
– Le changement d’air ! Madame devrait voyager6 !

7Les dialogues très rapides, composés d’un enchaînement de courtes répliques, participent au comique de mots et de caractère car le discours de chaque personnage est bien différencié et correspond à une attente du public.

  • 7 Les Vieux Garçons (1863).

8Le spectateur assiste en effet à un défilé de personnages, tous plus typés les uns que les autres et proches de la caricature. La Piste met en scène un jaloux pathologique – Rebillon –, son épouse coquette – Florence –, un ex-mari volage et cocu – Philippe Jobelin –, son neveu niais et intéressé par l’héritage – Oscar Mirival –, marié depuis peu à une teigne : Hortense. Pour compléter l’ensemble de ses pantins, Sardou crée deux personnages qui permettent les rebondissements de l’intrigue et les rendent moins invraisemblables. Stanislas Potard, cousin de Rebillon, pâle copie du Brésilien de La Vie parisienne d’Offenbach, est introduit à la scène 7 afin de préparer le retournement de situation. Célibataire endurci, comme les héros de la pièce Les Vieux Garçons7, sentencieux et vantard, il a beaucoup voyagé et fait part à son entourage de son expérience dans les pays exotiques.

  • 8 La Piste, op. cit., Acte i, scène 9, p. 5.

stanislas
– Par exemple sur le Zambèze, où le beau sexe est trop abondant, je me suis fait conspuer par les dames du lieu en leur apprenant qu’un Français n’a qu’une seule femme ! Et, par contre, à Ceylan, où la femme est très demandée, les beautés locales se tordaient de rire à l’idée qu’une Parisienne n’a qu’un seul mari ! [...] À Java, où le climat est plutôt déprimant, un nabab, le soir de ses noces, renvoie la mariée à sa famille s’il la trouve dans les conditions qui, chez nous, passent pour obligatoires8.

9Ce qui pourrait passer pour un intermède comique, sans rapport direct avec l’argument de la pièce, va se révéler nécessaire à l’intrigue. Véritable oiseau de mauvais augure, Stanislas persuade Rebillon dans son discours moitié misogyne moitié féministe sur l’inutilité du mariage et l’infidélité naturelle de l’être humain, de Florence comme des autres.

  • 9 Ibid., Acte i, scène 8, p. 5.

rebillon
– [...] Et quand nous nous sommes mariés...
stanislas
– Ça, par exemple, c’était bien inutile ! [...] Vous pouviez si bien vous en passer, pour vous séparer tranquillement quand vous en aurez assez ! Pourquoi l’exposer à divorcer une seconde fois ! [...] pour peu que la loi s’y prête, c’est la seule conclusion logique du mariage9 !

10L’autre personnage à l’origine des péripéties de la comédie est Gilberte Loysel, sœur de Florence. Sa sottise met deux fois en péril le ménage Rebillon et entraîne les réactions en chaîne. C’est elle qui, à la scène 12 de l’acte i, affirme à son beau-frère déjà soupçonneux que le chiffonnier contenant le petit-bleu appartenait à sa grand-mère et non à une demi-mondaine, comme l’avait prétendu Florence.

  • 10 Ibid., Acte i, scènes 12-13, p. 8.

gilberte, descendant gaiement.
– Me voilà ! avant Florence. (À la vue du désordre du chiffonnier) Oh ! Eh bien, merci ! C’est comme ça que vous chambardez le chiffonnier de grand’maman !
Les trois hommes se regardent, saisis. [...]
rebillon
– Ce meuble quelle avait acheté à l’hôtel des Ventes ! Misérable ! Elle se dénonce elle-même10 !

11Si Florence a menti pour si peu, elle est donc capable de trahison amoureuse. Sans le vouloir, la gaffeuse convainc Rebillon de la trahison de sa femme et subit les foudres de son propre mari.

  • 11 Ibid., Acte i, scène 14, p. 8.

olivier
Ah ! tu en fais de belles, toi ! Quelle gaffe ! Oh ! Dieu de Dieu ! Quelle Gaffe !
gilberte
– Quelle gaffe ?
olivier
– Tu avais bien besoin de dire que ce meuble datait de ta grand’mère !
gilberte
– C’est la vérité !
olivier
– C’est bien pour ça qu’il ne fallait pas le dire11 !

12C’est encore Gilberte qui fait échouer la réconciliation des époux à l’acte ii scène 7, alors qu’elle avait suivi sa sœur chez Jobelin pour lui demander son aide. La bavarde vend la mèche devant Casimir en dévoilant le stratagème des deux femmes, qui avaient précédé l’époux jaloux et s’étaient cachées dans la salle de billard.

  • 12 Ibid., Acte ii, scène 7, p. 17.

florence
– Ah ! Dieu ! Allons-nous-en ! Mon sac... Où est mon sac ?
gilberte
– Tu l’auras laissé sur le billard !
Elle se dirige vers la gauche.
rebillon, qui a remonté la scène jusqu’à la porte de sortie, s’arrêtant court.
– Le billard ?
gilberte, saisie, tandis que Rebillon descend vers la porte du billard.
– Je...
rebillon, indiquant la salle de billard dont il ouvre la porte.
– Ici ?
olivier, à Gilberte, de loin, tandis que Rebillon regarde du seuil l’intérieur de la pièce.
– Encore une gaffe12 !

13Cette bévue relance l’intrigue et l’enquête de Florence se poursuit à Garches, faisant le lien avec l’acte iii.

14La Piste repose ainsi sur un comique de mots, de situation et de caractère associé à un ton léger et futile. Certaines actions et réactions des personnages sont peu vraisemblables : Rebillon veut le divorce, non qu’il soit cocu mais par peur de le devenir ; les hasards – la découverte de la lettre et les jacasseries de Gilberte – et les obstacles qui surgissent au cours de l’enquête menée par Florence alors qu’elle essaie de faire preuve de sa bonne foi ; les retournements de situation dus à la disparition des preuves entraînent la surenchère dans l’insolite et le comique. Les mensonges embrouillés de Florence Rebillon et leurs conséquences inattendues et disproportionnées contribuent à donner à la pièce une teinte absurde bien éloignée de la comédie morale traditionnelle. Héritière du théâtre comique et des anciennes pièces de Sardou, La Piste n’en demeure pas moins une comédie de boulevard moderne.

Une comédie de Boulevard moderne

15Très varié, le théâtre comique de Sardou connut plusieurs phases : les comédies de mœurs côtoient les farces conjugales, les vaudevilles et les satires. Avec La Piste, Victorien Sardou amorce un tournant dans l’écriture dramatique. Il abandonne la comédie bourgeoise « classique » qu’il a tant pratiquée avec succès au profit d’un genre plus adapté au début du xxe siècle. Les temps ont changé et il ne s’agit plus de produire des pièces à thèse. Afin de se renouveler et de pouvoir rivaliser avec les œuvres de la nouvelle génération – Courteline, Feydeau, Robert de Fiers –, Sardou s’imprègne de l’esprit de l’époque et l’instille dans sa comédie.

  • 13 C. Lecigne, « Victorien Sardou et son théâtre », extrait de La Revue de Lille, novembre 1906, p. 1 (...)

Une seconde qualité de ce théâtre, c’est son actualité. Avec une rare subtilité de flair, M. Victorien Sardou a toujours su distinguer le travers de l’heure présente, le ridicule du moment et servir au public le plat du jour13.

16La Piste se différencie du théâtre moral des années passées. Si elle comporte un final heureux – la réconciliation des époux Rebillon –, elle fait cependant intervenir des éléments immoraux pour un public bourgeois de la Belle Époque. Lorsqu’elle était mariée à Philippe Jobelin, Florence, Phèdre moderne, a été la maîtresse d’Oscar Mirival, son neveu par alliance. De plus, elle et sa rivale, Hortense, plusieurs fois divorcées ou veuves, n’ont rien à envier aux croqueuses d’hommes et autres déclassées qui hantent le théâtre de boulevard. N’est-ce pas d’ailleurs à l’auberge des Deux Cocottes que Florence a séjourné quarante-huit heures avec son amant d’alors sous le nom de M. et Mme Durand ?

  • 14 Dans cette pièce, Cyprienne lit tout sur le divorce.

17Les thèmes traditionnels de la comédie-vaudeville – l’amour, le mariage et l’adultère – sont conservés mais remis au goût du jour. Déjà au centre de la pièce de Sardou, Divorçons !14, le divorce est ici présenté comme banal. D’ailleurs, certaines idées énoncées sur scène sont osées. Gilberte prêche l’émancipation des femmes et revendique le droit d’être l’égale des hommes à l’acte iii scène 8 :

  • 15 La Piste, op. cit., Acte iii, scène 8, p. 22.

rebillon
– Et puis je n’admets pas l’assimilation de votre sexe au mien !
gilberte
– Ah ! Je l’attendais, celle-là ! [...] Oui, oui ! c’est convenu ! Nos défaillances sont tout à votre gloire et tout à notre honte. C’est pour cela, mon bel ami, qu’on vous en fait mystère ! Quand vous aurez pour nos fautes la même indulgence que pour les vôtres, nous ne prendrons plus le soin de les cacher et, le jour où nous pourrons nous en glorifier comme vous, nous les crierons par-dessus les toits15 !..

18Peu avant de s’évanouir à l’acte iii scène 8, Florence fait l’apologie du silence, du secret et du mensonge par amour, alors même que ses mensonges en série ne lui ont pas du tout réussi.

  • 16 Ibid., p. 23.

florence
– J’avais donc raison de le cacher ! et tu es un ingrat de ne pas comprendre que, si je n’ai rien avoué, c’est que je t’aime de toute mon âme et que, tout ce que j’ai pu dire et faire : ces silences, ces ruses, ces mensonges que tu me reproches si durement... c’était encore de la tendresse pour toi16 !

19Il est ouvertement question de sexualité : les personnages en parlent librement acte i, scène 8. Lors d’une discussion entre hommes, le cousin Potard expose avec complaisance son penchant pour le concubinage.

  • 17 Ibid., Acte i, scène 8, p. 5.

stanislas
– La nature n’a pas fait la femme pour un seul homme, ni l’homme pour une seule femme !... Elle a créé les deux sexes en leur disant : « Mes enfants, unissez-vous, désunissez-vous tant qu’il vous plaira ! mais, pour Dieu ! ne stationnons pas ! » Et voilà une institution caduque, qui veut leur imposer la constance à perpétuité ! On n’est pas bête à ce point-là. La nature comprimée s’insurge !... Et, sous l’étiquette officielle de la monogamie conjugale, tous les ménages sont polygames17 !

20Les mœurs intimes des peuples les plus reculés sont passées en revue : polygamie, polyandrie, perte de la virginité. La conversation à bâtons rompus sur l’union libre se poursuit à la scène suivante en présence de Florence et Gilberte. Stanislas donne des exemples de comportements amoureux aux quatre coins du monde dans des termes plutôt audacieux mais risibles étant donné le ton doctoral du personnage. Le ton moderne se répercute sur la structure de la pièce.

  • 18 Ibid., Acte iii, scène 3, p. 19. Chat en poche, titre d’un vaudeville de Feydeau créé en 1888, don (...)

21Sardou complique en effet sa comédie en créant trois couples recomposés, dont les membres sont unis par des liens familiaux ou ont été intimes autrefois : Casimir et Florence Rebillon ; Olivier et Gilberte Loysel ; Oscar et Hortense Mirival. Florence et Gilberte sont sœurs, comme Antoinette et Clémence dans Les Vieux Garçons. La première fut aussi la maîtresse d’Oscar Mirival. Pour permettre une autre combinaison, deux célibataires viennent s’ajouter aux six personnages mariés : Stanislas Potard, lié à Casimir et ancien compagnon de voyage d’Olivier Loysel, et Philippe Jobelin, oncle d’Oscar et premier mari de Florence. Contrairement à La Famille Benoiton, La Piste ne comporte aucun enfant et peu de conflits de générations. Ces huit personnages vivent pour eux seuls, en égoïstes, et suivent leurs désirs sans se soucier du qu’en-dira-t-on. Ce tableau est une évolution dans la représentation scénique du couple à la fin de la Belle Époque. Le divorce est passé dans les mœurs et s’est banalisé dans la vie comme au théâtre. Il convient donc de se singulariser en offrant au public des situations complexes et amusantes prenant pied dans la réalité, quitte à jouer sur la surenchère. Les allusions intertextuelles et autres clins d’œil à des pièces précédentes fusent. A Casimir qui se plaint d’avoir été « volé » en épousant Florence, Olivier Loysel réplique : « C’était à toi de ne pas conclure chat en poche18 ! »

22La dramaturgie et l’utilisation de l’espace scénique sont également conçues à travers un œil neuf, définitivement tourné vers la modernité. Reflet, certes déformé et grossi, de la bourgeoisie parisienne contemporaine du spectacle, La Piste repose sur des inventions récentes, appartenant au monde moderne : la bicyclette, l’automobile, le téléphone. Objets du quotidien, de la communication et des loisirs, ils ont un rôle important dans l’intrigue et ses péripéties. C’est grâce à son automobile que Casimir Rebillon arrive avant sa femme à l’auberge des Deux Cocottes (Acte iii, scène 2).

  • 19 Ibid., Acte iii, scène 2, p. 18.

olivier, au garçon.
– Vous n’avez pas ici deux dames venues en automobile ?
Rebillon se débarrasse de son attirail de chauffeur.
le garçon
– Non, monsieur.
rebillon, de même.
– Comment y seraient-elles ! Nous les aurions vues passer.
olivier
– Non ! si elles ont pris une autre route ! Et puis, avec notre quatre-vingts à l’heure.
rebillon, de même.
– Il fallait les devancer pour ne pas leur permettre de suborner encore des témoins19.

  • 20 Max Maurey, Le Chauffeur, jouée au Théâtre de l’Odéon en 1909.
  • 21 Pierre Véber et Maurice Hennequin, Une grosse affaire, créée au Théâtre des Nouveautés en 1909.
  • 22 Georges Feydeau et Francis de Croisset, Le Circuit, comédie en trois actes et quatre tableaux, cré (...)

23D’autres dramaturges feront de ce moyen de transport le sujet de leur pièce : Max Maurey20, Véber et Hennequin21, et surtout Feydeau qui signe Le Circuit avec Francis de Croisset22. Contrairement aux deux premiers actes qui se situaient dans des appartements parisiens, le dernier se déroule à Garches, dans un lieu ouvert de la région parisienne. Comme l’indique la didascalie initiale de l’acte iii, le rideau se lève sur une foule de figurants – cyclistes, paysan, promeneurs – dont les actions semblent avoir commencé hors scène.

Scène première

  • 23 La Piste, op. cit., Acte iii, scène i, p. 18.

le garçon ; quelques promeneurs : hommes et femmes, à pied ou à bicyclette, arrêtés à l’hôtel pour s’y rafraîchir. Ils règlent leur compte avec le garçon. Un bicycliste, au fond, se dispute avec un paysan entouré de curieux23.

  • 24 L’Illustration théâtrale, no 24, 20 janvier 1906, 4e de couverture : « Nos abonnés ont reçu depuis (...)
  • 25 « Certains de vos confrères même ont donné un titre à la pièce, la Date, avant que je ne lui en eu (...)

24Sardou a particulièrement bien choisi le titre polysémique La Piste pour sa pièce de boulevard à tiroirs puisque la scène théâtrale se transforme en piste où défilent les huit protagonistes et des figurants à un rythme effréné. Il lui a fallu un certain temps pour trouver un nom à sa comédie. L’Illustration théâtrale du 20 janvier 1906 qui annonce la publication un mois avant la première représentation a remplacé par des croix24 le titre inconnu ou tenu secret. Trouvé très tard25, le nom de la comédie insiste sur la rapidité des actions et des déplacements sur scène d’une pièce que Lecigne nomme « comédie électrique ».

  • 26 Lecigne, article cité, p. 13.

M. Victorien Sardou a réalisé son idéal ; il a créé la comédie électrique, c’est-à-dire la comédie au dialogue sautillant, aux émotions brusques, aux soubresauts nerveux. Il faut voir d’abord comme ses personnages vont et viennent, passent et repassent, tourbillonnent en un mouvement endiablé26.

  • 27 Pour Hugues Rebell, l’urilisation du langage populaire est au contraire un atout pour la pièce. Il (...)

25Le dialogue naturel et généralement en stichomythie, servi par un niveau de langue courant voire familier souvent reproché à Sardou27, contribue à donner à l’ensemble un tempo rapide et léger. Même dans les scènes où les interlocuteurs sont figés, Adeline et Julien, les valets, vont et viennent.

  • 28 La Piste, op. cit., Acte i, scène 9, p. 5.

Scène ix
les mêmes, florence et gilberte prêtes à sortir.
adeline qui va et vient, apportant divers objets de toilette à Florence, des gants, un sac, etc.28.

  • 29 Ibid., Acte iii, scène 5, p. 19-20.
  • 30 Ibid., Acte iii, scène 6, p. 21.

26La Piste est non seulement à entendre au sens de piste cyclable ou de scène mais aussi de recherches d’indices. Plus qu’une simple comédie sentimentale, la pièce de Sardou est construite comme un jeu de piste, Florence et Casimir avançant leurs pions et abattant leurs atouts afin de rétablir l’harmonie matrimoniale. En cela, la scène s’assimile à un immense plateau où les personnages sont des pions de grande taille. La structure circulaire de l’intrigue va de pair avec la métaphore de la piste. Les preuves, non de l’innocence de Florence mais de sa culpabilité passée, se dérobent au fur et à mesure et toujours quand l’héroïne croyait toucher au but, ce qui ramène les personnages au point de départ. Le spectateur qui en oublie l’absurdité du litige croit assister à une enquête policière d’amateurs. Le suspens ne manque pas et se renouvelle continuellement dès qu’un indice disparaît. Pas de temps mort, l’action est aussitôt relancée, ce qui compense la minceur de l’intrigue. Les indices recherchés et les situations dans lesquelles se met Florence Rebillon sont pour le moins insolites et incongrus : après le témoignage raté de Philippe Jobelin, celui impossible de Mme Crozat, défunte propriétaire de l’auberge des Deux Cocottes, et de son fils, soldat en Algérie, et la destruction des registres de l’auberge29, les deux noms des amants gravés sur le miroir de la chambre ont disparu avec la glace qui porte désormais la mention : « Cet hôtel a des punaises30 ! ». Le rire alterne avec l’étonnement.

27Cette œuvre réussie car variée et surprenante s’achève sur une réconciliation amoureuse, permise indirectement par Hortense Mirival, l’une des deux cocottes de cet hôtel. Les époux Rebillon retournent à la case départ comme si rien ne s’était produit. La Piste réconcilia la critique avec le théâtre comique de Sardou.

Réconciliation de la critique avec Sardou

  • 31 Mes plagiats ! : réplique à Mario Uchard, Paris, Librairie universelle, 1883, vii-187 p.
  • 32 Voir Rebell, op. cit., p. 175-176. « En évoquant Théodora, M. Sardou avait toutes les licences, et (...)

28Malgré leur succès populaire, les pièces de Victorien Sardou ont suscité une vive polémique au xixe siècle. Accusé d’avoir copié d’autres auteurs, le dramaturge se justifia en écrivant Mes plagiats31 en 1883. Les critiques dramatiques s’opposèrent à son sujet et certains jugements de Lemaître ou Zola sont restés célèbres. L’ouvrage que Hugues Rebell consacra au théâtre de Sardou s’arrêtant juste à la création de La Piste, il est nécessaire d’analyser les journaux de l’époque. On se souvient que Catulle Mendès et Camille Le Senne avaient attaqué Sardou sur l’utilisation qu’ils jugeaient abusive de l’argot et sur les libertés de langage des personnages dans le drame historique Théodorai32. L’étude de sept critiques permet de mesurer le bon accueil réservé à la nouvelle comédie de Sardou, même par ceux qui l’avaient tant éreinté, et de connaître les atouts et les faiblesses de cette œuvre.

  • 33 La pièce fut publiée dans L’Illustration théâtrale, no 40, 29 septembre 1906, p. 23-32, à la suite (...)
  • 34 Avec une distribution différente des Variétés : Blanche Toutain, Dumény, Henry Burguet et Achard.
  • 35 Fernand Nozière, « LeThéâtre », Gil Blas, no 9649, 16 mars 1906.

29La Piste fut représentée en seconde partie d’un « spectacle coupé ». Elle était en effet précédée d’une pièce en vers libres, Polichinelle, de Jeanne Paul-Ferrier, puis à partir du 11 mars 1906 de La Chance du mari, comédie en un acte signée Gaston-Arman de Caillavet et Robert de Flers33 qui fut reprise au Théâtre du Gymnase le 16 mai 190634. Fernand Nozière présente le spectacle d’ouverture comme « un petit chef-d’œuvre35 » qui introduit le thème de La Piste – l’infidélité conjugale – et certains des acteurs qui jouent dans la pièce de Sardou : Cooper (le cousin Potard), Prince (Oscar Mirival) et André Dubosc (Philippe Jobelin). La Piste comptait d’ailleurs d’autres comédiens talentueux qui contribuèrent à son succès. Les critiques, Gaston Sorbets et Fernand Nozière notamment, ne manquent pas de mentionner « les deux têtes d’affiche » : Réjane qui avait créé le rôle de Madame Sans-Gêne en 1893 et Albert Brasseur, acteur à la mode, qui venait de créer aux Variétés Le Bonheur, mesdames !, de Francis de Croisset. Les deux artistes jouent ensemble pour la première fois.

  • 36 Ibid.

Jouée avec une simplicité spirituelle et avec une sincère émotion par Madame Réjane, avec une majestueuse bouffonnerie par M. Brasseur, avec tact et finesse par M. André Dubosc, avec une niaiserie joyeuse par M. Prince, avec mesure par MM. Cooper et Carpentier, avec naïveté par Mademoiselle Marguerite Caron, avec aigreur par Mademoiselle Suzanne Avril, cette pièce a été chaleureusement applaudie36.

  • 37 Émile Faguet, « La Semaine dramatique », dans Journal des Débats, politiques et littéraires, no 49 (...)
  • 38 Robert de Flers, « Les Premières », dans La Liberté, no 14522, samedi 17 février 1906, p. 3.

30L’un des rares points qui opposent les critiques au sujet de La Piste est le genre auquel elle est censée appartenir. Tandis qu’Émile Faguet écrit dans le Journal des Débats : « Ce n’est qu’un vaudeville37 », Robert de Fiers affirme dans La Liberté : « La Piste est une comédie d’intrigue et d’action38 ». La plupart, par prudence, se contentent d’utiliser l’hyperonyme « pièce », comme s’ils étaient mal à l’aise vis-à-vis de cette œuvre d’un style nouveau. En effet, le terme « nouveauté » revient souvent sous la plume des journalistes, bien qu’ils n’hésitent pas, dans le même article, à faire référence aux anciennes pièces de Sardou. Ainsi Fernand Nozière rappelle que sont utilisés de vieux procédés :

  • 39 Fernand Nozière, « Le Théâtre », dans Gil Blas, no 9622, vendredi 16 février 1906, p. 3.

La Piste, qui triomphe sur la scène des Variétés, fut, au contraire, composée hier, bien que le sujet en soit indiqué dans une ancienne comédie de M. Sardou. [...] Il a construit la Piste suivant les principes qui firent acclamer les Pattes de Mouche39.

  • 40 Catulle Mendès, « Premières représentations », dans Le Journal no 4887, vendredi 16 février 1906, (...)

31Quant à Mendès, la mention des comédies antérieures n’est pas aussi anodine qu’il y paraît et fait allusion aux reproches déjà formulés. « La Piste est de ce genre théâtral où excelle le fin et le joli génie à qui nous devons les Pattes de mouche et Divorçons40 ».

  • 41 Voir Émile Faguet, Emmanuel ARÈNE et Fernand Nozière, articles cités.
  • 42 Gaston Sorbets, article cité.

32Il n’en reste pas moins que sont saluées la « maîtrise41 » et l’habileté du dramaturge, également metteur en scène comme le précise Gaston Sorbets : « Mise en scène sous l’œil de M. Sardou, cette pièce est naturellement jouée par tous à merveille42 ». Les commentaires critiques insistent beaucoup sur la construction de La Piste. Diverses métaphores sont employées pour désigner la complexité et la fragilité de l’intrigue. Pour Fernand Nozière, la comédie de Sardou ressemble à un château de cartes, difficile à édifier, délicat et toujours prêt de tomber.

  • 43 Fernand Nozière, L’Illustration théâtrale, article cité.

C’est un ingénieux édifice ; il repose sur une base fragile. On redoute à toute minute de le voir s’écrouler. Mais non, M. Sardou ajoute un second étage, un troisième, et le château de cartes est achevé. Il tremble un peu, il oscille et il finit par s’immobiliser : décidément, il n’est pas tombé. Il se dresse gracieux, frivole, un peu inutile et l’on applaudit l’habile architecte43.

33Adolphe Brisson, lui, considère la pièce comme un savant travail d’aiguille :

  • 44 Adolphe BRISSON, « Chronique théâtrale », dans Le Temps, no 16314, lundi 19 février 1906, p. 1.

Allez voir sa pièce... Elle est pleine d’artifices, bâtie sur des pointes d’aiguille, invraisemblable, « truquée », surannée même quant à l’emploi de certaines habiletés équivoques qui ne sont plus dans nos goûts... Oui, mais parmi ces choses circule un je ne sais quoi de vif, d’allègre, une gaieté légère, une dextérité toujours en éveil, une incroyable fertilité d’invention. L’œuvre, construite avec de vieux procédés, ne donne point une impression de vieillesse. Cette ingéniosité, cette flamme, ce mouvement perpétuel, c’est l’âme propre de Sardou, – son génie44...

34Cette métaphore sera aussi utilisée par Emmanuel Arène, du Figaro.

  • 45 Emmanuel Arène, Le Figaro, 16 février 1906.

Comment sur une pointe d’aiguille a-t-il pu bâtir ces trois actes ? On n’en sait rien, mais ce qui est certain, c’est que la construction est là, devant vous, et qu’elle se tient, et quelle est complète et solide, ayant d’ailleurs pour ciment – s’il m’est permis de continuer la comparaison – la spirituelle aisance du dialogue, la vivacité et la rapidité des scènes, les « retournements » et les rebondissements les plus imprévus, et, surtout, la prodigieuse adresse avec laquelle l’auteur, au moment où l’on croit que tout est fini, nous lance et nous relance sur une nouvelle « piste », – titre qui cette fois n’a rien d’hyperbolique et qui jamais, comme vous l’allez voir, ne fut mieux justifié dans sa pièce45.

35C’est pourtant à Catulle Mendès, ennemi juré de Sardou, que l’on doit l’image la plus juste et la plus jolie pour désigner l’art du dramaturge et du metteur en scène. Le poète parnassien, lui-même auteur de pièces de théâtre versifiées, compare La Piste à un chef-d’œuvre d’origami.

  • 46 Catulle Mendès, article cité.

Subtil, menu, il raffole des minuties, en tire le plus aimable, le plus imprévu, le plus divertissant effet. Une fois, j’ai vu un Japonais qui, avec une feuille de papier à cigarette, la pliant vite, la dépliant plus vite, faisait, en moins de temps qu’il n’en faut à une larme batavique pour se pulvériser, un papillon, vif, clair, léger, disparu ! M. Sardou n’est pas sans ressemblance avec cet admirable Japonais46.

36La même finesse et le même caractère éphémère caractériseraient la pièce de Sardou et l’art du pliage.

  • 47 Gaston Sorbets, article cité.

37L’ensemble des critiques reconnaît aussi à la comédie de Sardou un mouvement, une énergie et une vivacité jamais égalés. Gaston Sorbets associe « un entrain incessant » à l’« invention scénique47 ». Mais la comédie n’est que divertissement, et l’invraisemblance et la superficialité les seules capables de provoquer le rire.

  • 48 Fernand Nozière, article cité.

Certes, nous voudrions qu’un auteur fut à la fois humain et adroit ; mais tous les écrivains ne sont pas nés pour nous donner des émotions fortes ni pour nous proposer de nobles idées, et nous devons nous montrer reconnaissants envers ceux qui s’efforcent de nous amuser pendant quelques heures et qui y réussissent. En nous offrant la Piste, M. Sardou n’a pas cherché à nous troubler profondément, mais à nous faire rire devant des situations imprévues, et il a gagné la partie48.

  • 49 Robert de Flers, article cité : « La Piste est une comédie d’intrigue et d’action. Tout Paris ira (...)
  • 50 Emmanuel Arène, article cité.

38Dans une approche du rire un peu réductrice, on a tendance à reléguer La Piste parmi les pièces réussies mais sans grande importance. Si Robert de Fiers, gendre de Victorien Sardou et peu objectif, considère la pièce comme le summum de la comédie reposant sur la situation49, d’autres critiques n’y voient qu’une création permettant au public de passer un bon moment : « une délicieuse pièce50 » selon Emmanuel Arène. La dimension poétique de la comédie en prose n’est jamais étudiée – aucune remarque sur la langue, les bons mots, les répliques – comme si la comédie appartenait, plus que la tragédie, à cet éternel éphémère, défini par Daniel Mesguisch.

39Une fois de plus, l’avis de Catulle Mendès est intéressant puisque, sous un éloge apparent, ses réflexions sur La Piste sont pleines d’ironie pour Sardou, auteur « d’œuvrette » et « d’amusettes » :

  • 51 Catulle Mendès, article cité.

Je me hâte de constater le très grand, très grand succès remporté, et mérité, par la nouvelle œuvrette de M. Victorien Sardou. [...] Il est dans l’exquis, extraordinaire ; son adresse, dans l’étroit, est démesurée, énorme dans le petit. C’est le Shakespeare de Lilliput. Et jamais autant que ce soir, il n’avait montré d’ingéniosité rapide, de jeune belle humeur, de pétillante amusette51.

40Bien sûr, plusieurs notent la faiblesse de l’acte iii qui ajoute à l’imbroglio initial et au pathos lié à l’évanouissement de Florence.

  • 52 Emmanuel Arène, article cité.
  • 53 Ibid., Voir Fernand Nozière : « Ce qui me plaît, c’est que M. Sardou n’a voulu faire aucune conces (...)

41Les critiques concèdent à Sardou un immense talent dans un genre de l’infiniment petit. Emmanuel Arène évoque ainsi « l’infinie richesse d’un talent toujours plus jeune et, plus que jamais, fertile en ressources52 ». En revanche, il se trompe en affirmant que l’auteur de Madame Sans-Gêne a résisté à la nouveauté en créant La Piste, « sans la moindre concession à la mode du jour53 ». Nous avons vu que la grande force de Sardou est d’avoir su évoluer, se renouveler comme cette ultime comédie en témoigne.

  • 54 Gaston Sorbets, L’Illustration théâtrale, no 30, 7 avril 1906, 2e de couverture.
  • 55 Notice de P. Bornecque, dans Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Michel Corvin dir., Paris, Bo (...)
  • 56 Victorien Sardou, Thermidor, dans L’Illustration théâtrale, no 38, 25 août 1906, 40 p.

42Pièce drôle, entre le vaudeville traditionnel et la comédie de boulevard moderne, La Piste aurait pu relancer la carrière de Victorien Sardou. Ayant « émerveillé les professionnels de la répétition générale [...], par ses qualités particulières, elle aurait suffi à créer d’emblée la célébrité d’un auteur dramatique nouveau54 ». Le public apprécia cette œuvre légère et sans prétention qui s’achevait par une réconciliation amoureuse, happy end inespéré après une longue dispute hors de propos. On recommença à s’intéresser à l’œuvre de celui qu’on avait surnommé le « Napoléon de l’art dramatique55 » et, en 1906, année de création de La Piste, L’Illustration théâtrale du 25 août reproduisait Thermidor, drame interdit en 1891 et qui n’avait pas été publié56. La censure étant tombée, il était temps de reconnaître des qualités à l’auteur de drames historiques. Cependant, l’œuvre comique de Victorien Sardou ne lui survécut pas – exception faite de Madame Sans-Gêne – et, contrairement à celle de Feydeau et de Courteline, ne resta pas à l’affiche après la Grande Guerre. Le chanoine Lecigne faisait figure de visionnaire lorsqu’il écrivait dès novembre 1906 dans la Revue de Lille :

  • 57 Lecigne, article cité, p. 3, p. 27.

Qui donc aujourd’hui écrit encore, dans les revues littéraires, de M. Victorien Sardou ? [...] L’auteur de Madame Sans-Gêne est un défunt pour la moitié de ses contemporains. [...] Il amuse aujourd’hui, mais que restera-t-il demain de cette œuvre de sourires et de joie ? Je ne sais trop. Il me semble tout de même qu’il n’en restera que peu et que la postérité fera payer cher à M. Victorien Sardou la faveur persévérante que lui ont voué ses contemporains57.

43Il convient donc de considérer La Piste comme le chant du cygne de Victorien Sardou, auteur comique.

Structure de La Piste et présence scénique des personnages

Structure de La Piste et présence scénique des personnages

Notes

1 Victorien Sardou, La Piste, comédie en trois actes. L’édition de référence sera celle de L’Illustration théâtrale, no 30, 7 avril 1906, 24 p.

2 Hugues Rebell, Victorien Sardou. Le Théâtre et l’époque, Paris, Félix Juven, 1903, p. 31.

3 Pièces créées respectivement en 1868, 1870 et 1877.

4 Georges Feydeau avait l’intention de regrouper sous le titre « Du Mariage au Divorce », cinq farces conjugales composées entre 1908 et 1916 : Feu la mère de Madame, On purge Bébé, Mais n’te promène donc pas toute nue, Léonie est en avance et Hortense a dit : « Je m’en fous ! ». Voir Théâtre complet de Feydeau, éd. Henri Gidel, Paris, Bordas, Classiques, 1988, tome iv, p. 291.

5 La Piste, op. cit., Acte ii, scène 2, p. 13.

6 Ibid., Acte i, scène 2, p. 3.

7 Les Vieux Garçons (1863).

8 La Piste, op. cit., Acte i, scène 9, p. 5.

9 Ibid., Acte i, scène 8, p. 5.

10 Ibid., Acte i, scènes 12-13, p. 8.

11 Ibid., Acte i, scène 14, p. 8.

12 Ibid., Acte ii, scène 7, p. 17.

13 C. Lecigne, « Victorien Sardou et son théâtre », extrait de La Revue de Lille, novembre 1906, p. 11.

14 Dans cette pièce, Cyprienne lit tout sur le divorce.

15 La Piste, op. cit., Acte iii, scène 8, p. 22.

16 Ibid., p. 23.

17 Ibid., Acte i, scène 8, p. 5.

18 Ibid., Acte iii, scène 3, p. 19. Chat en poche, titre d’un vaudeville de Feydeau créé en 1888, dont le caractère loufoque et absurde ne fut pas compris du public de l’époque. Voir Théâtre complet de Feydeau, éd. Henri Gidel, Paris, Bordas, Classiques, 1988, tome i, p. 437-530.

19 Ibid., Acte iii, scène 2, p. 18.

20 Max Maurey, Le Chauffeur, jouée au Théâtre de l’Odéon en 1909.

21 Pierre Véber et Maurice Hennequin, Une grosse affaire, créée au Théâtre des Nouveautés en 1909.

22 Georges Feydeau et Francis de Croisset, Le Circuit, comédie en trois actes et quatre tableaux, créée le 29 octobre 1909 au Théâtre des Variétés, dans Théâtre complet de Feydeau, éd. Henri Gidel, Paris, Bordas, Classiques, 1988, tome iv, p. 51-168.

23 La Piste, op. cit., Acte iii, scène i, p. 18.

24 L’Illustration théâtrale, no 24, 20 janvier 1906, 4e de couverture : « Nos abonnés ont reçu depuis le début de la saison théâtrale 1905-1906, toutes les œuvres dramatiques à succès [...]. Ils recevront prochainement : / Le Réveil de Paul Hervieu (Comédie-Française) ; / Et au fur et à mesure de leur représentation : / Jeunesse de prince (Vieil Heidelberg), par Wilhelm Meyer-Forster, traduction de Maurice Rémon et Wilhelm Bauer (théâtre Antoine) ; / XXX, par Victorien Sardou (au théâtre des Variétés) [...] » [C’est nous qui soulignons].

25 « Certains de vos confrères même ont donné un titre à la pièce, la Date, avant que je ne lui en eusse choisi un. Or, il n’a jamais été question d’appeler cette pièce la Date. Dans les nombreux titres que nous avons cherchés, Samuel et moi [...], la Date ne figurait pas. [...] nous avons choisi ce titre léger, mousseux, la Piste, qui répond bien à l’idée de la pièce. », « M. Sardou et la Piste », article-interview de Ponthierry, La Liberté, no 14520, 15 février 1906, p. 1.

26 Lecigne, article cité, p. 13.

27 Pour Hugues Rebell, l’urilisation du langage populaire est au contraire un atout pour la pièce. Il écrit ainsi propos de La Famille Benoîton : « [...] elle parle le langage populaire que les jeunes filles et jeunes gens un peu émancipés de la bourgeoisie parisienne avaient cru bon d’adopter. M. Sardou a choisi ses traits et ses mots avec un sens si heureux de ce qu’il y a de durable dans la vie et le langage que sa pièce, après trente-huit ans, n’a rien perdu de sa vérité. », op. cit., p. 64.

28 La Piste, op. cit., Acte i, scène 9, p. 5.

29 Ibid., Acte iii, scène 5, p. 19-20.

30 Ibid., Acte iii, scène 6, p. 21.

31 Mes plagiats ! : réplique à Mario Uchard, Paris, Librairie universelle, 1883, vii-187 p.

32 Voir Rebell, op. cit., p. 175-176. « En évoquant Théodora, M. Sardou avait toutes les licences, et, n’en déplaise à M. Mendès et à M. Camille Le Senne, il avait le devoir de prêter à ses personnages, qui sont gens du peuple, un langage familier et populaire, ce qu’on appelle improprement de l’argot. »

33 La pièce fut publiée dans L’Illustration théâtrale, no 40, 29 septembre 1906, p. 23-32, à la suite de Le Tour de main, comédie de Francis de Croisset et Abel Tarride.

34 Avec une distribution différente des Variétés : Blanche Toutain, Dumény, Henry Burguet et Achard.

35 Fernand Nozière, « LeThéâtre », Gil Blas, no 9649, 16 mars 1906.

36 Ibid.

37 Émile Faguet, « La Semaine dramatique », dans Journal des Débats, politiques et littéraires, no 49, lundi 19 février 1906, p. 2 ; repris dans Propos de théâtre, 4e série, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, Nouvelle Bibliothèque littéraire, 1907, p. 85.

38 Robert de Flers, « Les Premières », dans La Liberté, no 14522, samedi 17 février 1906, p. 3.

39 Fernand Nozière, « Le Théâtre », dans Gil Blas, no 9622, vendredi 16 février 1906, p. 3.

40 Catulle Mendès, « Premières représentations », dans Le Journal no 4887, vendredi 16 février 1906, p. 1.

41 Voir Émile Faguet, Emmanuel ARÈNE et Fernand Nozière, articles cités.

42 Gaston Sorbets, article cité.

43 Fernand Nozière, L’Illustration théâtrale, article cité.

44 Adolphe BRISSON, « Chronique théâtrale », dans Le Temps, no 16314, lundi 19 février 1906, p. 1.

45 Emmanuel Arène, Le Figaro, 16 février 1906.

46 Catulle Mendès, article cité.

47 Gaston Sorbets, article cité.

48 Fernand Nozière, article cité.

49 Robert de Flers, article cité : « La Piste est une comédie d’intrigue et d’action. Tout Paris ira s’y divertir et tous les auteurs dramatiques ne manqueront pas d’aller y prendre la plus parfaite, la plus précise leçon de théâtre qu’ils puissent jamais recevoir. Toutes les grandes lois de notre art s’y trouvent en effet vérifiées avec éclat par celui qui les a le mieux possédées, et qui les a le plus rigoureusement appliquées. Et de cette heureuse et brillante aventure se dégage tout d’abord cette vérité, qui ne saurait passer de mode : au théâtre, il n’y a qu’une chose qui compte : c’est la situation. Elle seule sait et peut accrocher la curiosité du public, éveiller et retenir son intérêt. Si la situation n’est point créée, nulle gentillesse de dialogue, nulle grâce d’esprit, nulle élégance de pensée ne peut la remplacer. Engager des personnages simples, normaux, dans un conflit tragique ou comique, et qui soit tout à la fois assez général pour être à la portée du plus grand nombre possible de spectateurs et assez particulier pour ménager à chacun d’eux une série de surprises, tel est le secret infiniment délicat d’un art qui ne pardonne point que l’on néglige ses exigences et qu’on méconnaisse ses volontés. Une fois de plus, M. Victorien Sardou a triomphé parce qu’une fois de plus, avec un admirable et sûr instinct de la scène doublé de l’expérience la plus complète et la plus achevée de son art, il a été le théâtre même. »

50 Emmanuel Arène, article cité.

51 Catulle Mendès, article cité.

52 Emmanuel Arène, article cité.

53 Ibid., Voir Fernand Nozière : « Ce qui me plaît, c’est que M. Sardou n’a voulu faire aucune concession aux goûts actuels du public. »

54 Gaston Sorbets, L’Illustration théâtrale, no 30, 7 avril 1906, 2e de couverture.

55 Notice de P. Bornecque, dans Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Michel Corvin dir., Paris, Bordas, 1995, tome ii, p. 800.

56 Victorien Sardou, Thermidor, dans L’Illustration théâtrale, no 38, 25 août 1906, 40 p.

57 Lecigne, article cité, p. 3, p. 27.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search