Version classiqueVersion mobile

Victorien Sardou, un siècle plus tard

 | 
Guy Ducrey

I. Victorieux Sardou : le demi-siècle traversé

Victorien Sardou et le spiritisme

Patrizia D’Andrea

Texte intégral

  • 1 Yveling Rambaud, Force psychique, Lettre-Préface de Victorien Sardou, Paris, Baschet, 1888 ; A.-E. (...)
  • 2 Victorien Sardou, « Des habitations de la planète Jupiter », dans Revue spirite, août 1858.

1Le spiritisme, dans la vie de Victorien Sardou, est resté une préoccupation constante depuis ses plus jeunes années jusqu’à sa mort. En revanche, dans son œuvre, il ne représente guère qu’une seule pièce de théâtre, – intitulée Spiritisme et représentée en 1897. Il faut mentionner les deux lettres-préfaces1 et un seul article2 qui témoignent de sa foi en matière de reconnaissance des phénomènes spirites. À partir de cette rencontre de Victorien Sardou et du spiritisme dans les années 1850, nous pouvons retracer plusieurs histoires ; celle du spiritisme en tant que tel, celle d’un art spirite, et celle d’une littérature qui s’en inspire. Ces trois moments concentrent autour de Victorien Sardou l’évolution de divers enjeux historiques, idéologiques et littéraires de cette deuxième moitié du xixe siècle.

2Il faut d’emblée dire que la question du spiritisme au sujet de Sardou est matière à polémiques, si elle n’est pas passée sous silence. En effet, les ouvrages récents sur Sardou en littérature ne mentionnent pas vraiment la question et, si cela a lieu, c’est uniquement à titre anecdotique ou pour souligner que sa pièce n’est qu’une production mineure.

  • 3 Camille Flammarion, Les Habitants de l’autre monde. Révélations d’outre-tome, Paris, Ledoyen, 1862  (...)

3Victorien Sardou a été engagé dans la foi spirite, mais il n’a jamais délaissé son travail et son statut de dramaturge pour se consacrer à la « Cause ». À notre connaissance, il n’existe ni manuscrit ni publication concernant ses recherches, alors qu’un auteur tel Camille Flammarion, qui a pratiqué avec Sardou, a publié des « révélations d’outre-tombe », depuis 18623 jusqu’en 1907.

  • 4 René Guénon, L’Erreur spirite, [1923], Paris, Éditions Traditionnelles, 1991, p. 35.

4Les témoignages des activités spirites de Sardou ont une part beaucoup plus large dans les biographies d’Allan Kardec, le fondateur du spiritisme en France. Il faut pourtant garder une certaine méfiance vis-à-vis des propos parfois fort élogieux au sujet des hommes de lettres et de science, qui relèvent d’une volonté apologétique, dans le but de montrer que le spiritisme n’intéresse pas seulement les âmes faibles en quête de consolation, mais aussi des personnalités reconnues par les institutions et les comités scientifiques. Les détracteurs s’appuient également sur les faits rapportés par les spirites, comme c’est le cas, par exemple, de René Guénon, qui utilise la formule suivante : « Ce M. S..., qui, en dehors de ses singulières productions artistiques, fut un des collaborateurs les plus constants d’Allan Kardec, n’est autre que le célèbre dramaturge Victorien Sardou4 ».

5Il s’agit donc de montrer en un premier temps comment une forme de mythe de « Victorien Sardou précurseur du spiritisme » est bien attestée dans les milieux spirites, et confirmée par les adversaires de ces derniers. Nous verrons ensuite pourquoi ce mythe n’a guère eu cours en dehors des ces milieux.

I. Victorien Sardou et le spiritisme

Le spiritisme et le contexte historique

  • 5 Victorien Sardou, « Lettre à Jules Claretie », citée par Georges Mouly, Les Papiers de Victorien Sa (...)

6L’usage est de rapporter le succès du spiritisme en France à la publication du Livre des Esprits par Allan Kardec en 1857. Le phénomène lui est pourtant antérieur, il a débuté dix ans plus tôt aux États-Unis et s’est propagé de l’autre côté de l’Atlantique. De 1850 à 1860, le spiritisme gagne du terrain ; c’est en effet en 1853 que Mme de Girardin initiait Victor Hugo. Il va jusqu’à s’installer dans les salons de la Cour (Napoléon III reçoit le médium américain Daniel Dunglas Home, que Sardou appelle « le plus merveilleux, le plus honnête et le plus calomnié des médiums5 »).

  • 6 Marion Aubrée et François Laplantine : « Le milieu où se recrutent les premiers médiums est pour l’ (...)
  • 7 Disciple dissident de Saint-Simon, il a établi une liaison explicite entre l’évolution progressive (...)

7Diverses tendances pouvaient annoncer cet engouement pour les manifestations et les communications avec les Esprits : le magnétisme de Franz Anton Mesmer, les théories socialistes « spiritualisantes » de Charles Fourier6. Des instigateurs idéologiques comme Pierre Leroux7 ; Jean Reynaud, dont l’ouvrage publié en 1854, Terre et ciel, est aujourd’hui perçu comme le modèle du Livre des Esprits.

8Dans le monde littéraire, il faut rappeler quelques auteurs. Eugène Sue croit, comme une partie du peuple parisien qu’il met en scène dans les Mystères de Paris (1842-1843), à la pluralité des existences. Balzac s’est largement inspiré du magnétisme dans Ursule Mirouët (1842) et du swedenborgisme dans Séraphita (1835) ; Bouvard et Pécuchet eux aussi ont étudié le magnétisme et pratiqué le spiritisme (le roman est publié en 1881, mais il est situé dans les années 1850). L’enjeu du spiritisme est donc à ce stade central dans les lettres, les sciences et les diverses formes de savoir et de connaissances de l’époque, c’est-à-dire de la télégraphie et de l’utilisation de l’électricité jusqu’à la physique.

Les débuts de Victorien Sardou et ses expériences spirites

9Dans les différentes sources, les dates ne s’accordent pas entre elles sur les premières expériences spirites de Sardou. Il faut d’ailleurs s’interroger sur cette incohérence historiographique. Georges Mouly, dans la Vie prodigieuse de Victorien Sardou (1831-1908), situe son initiation autour de 1854. En un premier temps, Sardou est décrit comme « sceptique », puisque lors d’une séance à laquelle il a été convié par son ami, le scientifique Émile Goujon, les manifestations des Esprits sont absentes. Sardou est toutefois curieux de réitérer l’expérience de ces nouvelles méthodes d’investigation : la séance suivante sera pratiquée par psychographie, c’est-à-dire à l’aide d’un crayon attaché à une corbeille, lequel est supposé tracer, sous la dictée d’un Esprit, le message de révélation. Sardou reste encore une fois très sceptique, il essaie d’interroger l’esprit de Bernard Palissy et, de toute apparence, les réponses sont fausses. Il trouve pourtant le phénomène étonnant. Voici, dans les termes de Sardou rapportés par Mouly, ses premières réactions :

  • 8 Georges Mouly, Vie prodigieuse de Victorien Sardou (1831-1908), d’après des documents inédits, Pari (...)

J’avoue que je ne puis pas sans en rire admettre la possibilité du charlatanisme. Un crayon qui saute, bondit, va ici, là, avec une précision merveilleuse, qui se soulève pour écrire à chaque lettre au lieu de tout dérouler comme un ruban, ce crayon-là, si l’on n’admet pas l’esprit, n’a qu’une seule explication possible : le fluide magnétique8.

10Sardou serait donc en un premier temps tout à fait influencé par les positions des sceptiques, qui choisissent la solution qui semblerait la plus scientifique pour l’époque.

Victorien Sardou et Allan Kardec

  • 9 Compte rendu du Congrès spirite et spiritualiste international, tenu à Paris du 9 au 16 septembre 1 (...)

11Georges Mouly, qui cite ces paroles de Sardou, ne mentionne nullement la rencontre et la collaboration aux premières expériences de spiritisme du pédagogue réputé Hippolyte-Léon Rivail, le nom d’Allan Kardec avant sa conversion au spiritisme. De plus, il ne certifie le passage à la croyance de Sardou aux Esprits qu’à partir du 5 avril 1857, date sur laquelle nous reviendrons. En revanche, les biographes et les récits des débuts de Kardec concordent tous sur le point suivant : le groupe qui lui a soumis une cinquantaine de cahiers de communications était composé de cinq personnes, dont M. Sardou père et Victorien Sardou. Selon le discours d’introduction au Congrès spirite et spiritualiste de 1889, celui-ci aurait participé à des séances depuis son initiation en 18509. La compilation de ces cahiers, obtenus par communication avec les Esprits et pendant des séances auxquelles Sardou a participé, est un fait rapporté dans les biographies de Kardec et dans les histoires du début du spiritisme en France.

12Il faut remarquer, pour Sardou comme pour Kardec, la volonté de les montrer comme des esprits scientifiques qui ne se laissent pas entraîner par la crédulité et restent dans le bon sens. Il s’agit, pour les spirites, du procédé visant à convaincre, puisque l’autorité de l’homme de lettres en matière de croyance est l’une des stratégies les plus exploitées (Sardou l’utilisera amplement dans sa pièce). Du côté des biographes et des critiques de Sardou, il n’est pas question de convaincre et moins encore d’accorder une importance autre qu’anecdotique à cet aspect de ses plus jeunes années.

13Quant à Sardou lui-même, nous pouvons constater qu’il a été fortement intéressé par les expériences et les phénomènes du spiritisme, mais qu’il n’est pas allé jusqu’à le défendre ni à s’impliquer réellement, du moins c’est ce qui peut se déduire de ses lettres. Dans la lettre-préface à Force psychique, sa position est bien établie, il dit avoir observé depuis quarante ans les phénomènes spirites, mais « en curieux » :

  • 10 Georges Mouly, Les Papiers de Victorien Sardou, Notes et souvenirs, op. cit., p. 391.

Il y a plus de quarante ans que j’observe, en curieux, les phénomènes qui, sous le nom de magnétisme, somnambulisme, extase, seconde vue, etc. étaient, dans ma jeunesse, la risée des savants. Quand je me hasardais à leur faire part de quelque expérience, où mon scepticisme avait dû se rendre à l’évidence : quel accueil et quelle gaieté ! – J’entends encore le rire d’un vieux docteur de mes amis, à qui je parlais de certaine fille que des passes magnétiques mettaient en état de catalepsie. Un coup de feu partait subitement à son oreille ; un fer rouge effleurait sa nuque. Elle ne bronchait pas ! – « Bah, me répondit le bonhomme, les femmes sont si trompeuses !... »10.

  • 11 Compte rendu du Congrès spirite et spiritualiste international, tenu à Paris du 16 au 27 septembre (...)
  • 12 Ibid., p. 1.
  • 13 À titre anecdotique – afin de montrer le statut de privilège exacerbé de Sardou par les spirites –, (...)

14Ainsi, notre hypothèse est que la participation de Sardou, fortement soulignée et attestée par la Revue spirite, au Congrès spirite et spiritualiste international de 1900, n’a été très vraisemblablement, elle aussi, que la participation d’un curieux. La présence de Sardou est mentionnée par Léon Denis : « Je rappelle que M. Victorien Sardou a bien voulu accepter la Présidence d’honneur du Congrès, ainsi que MM. Aksakof et Russel-Wallace11 ». Il a été présenté par M. Laurent Faget lors de la séance du lundi 16 septembre 1900 : « Il faut d’abord vous avertir que les membres du comité ont fait déjà pressentir certaines personnalités, et je suis heureux de vous annoncer que M. Victorien Sardou, l’auteur dramatique si connu, a bien voulu accepter la présidence d’honneur du Congrès12 », puis il est mentionné comme président d’honneur à la séance du 17 septembre 1900. Contrairement aux autres présidents, il ne fait pas de discours de clôture. La question peut se poser de savoir si Sardou n’aurait pas uniquement assisté aux deux premières séances, « en curieux13 »...

Sardou médium-dessinateur

  • 14 Michel Thévoz, Art Brut, psychose et médiumnité, Paris, La Différence, 1990.

15La date du 5 avril 1857 annoncée par Mouly est celle où Sardou est lui-même devenu médium, du type particulier de médium-dessinateur. Sous cet aspect, Victorien Sardou figure dans les pionniers d’une autre histoire : celle de l’art médiumnique ou art spirite, qui est aujourd’hui tout à fait d’actualité. Les dessins médiumniques de Sardou ont été exposés il y a juste quelques mois (du 18 mars au 5 juin 2005) au Musée de l’Art Brut de Lausanne, lors de l’exposition intitulée « L’Art spirite ». Si actuellement, Michel Thévoz, directeur de la Collection de l’Art Brut, a bien distingué la production médiumnique de la production de l’« art des fous14 », il faut rappeler que les médiums étaient aussi observés par des psychiatres, des psychologues et des médecins.

16Comment Victorien Sardou est-il devenu médium-dessinateur ? En essayant de pratiquer la psychographie, qui est l’une des pratiques spirites la plus utilisée, comme il l’explique dans la lettre de cette fameuse date du 5 avril 1857. Ce que Sardou obtient ce soir-là, c’est un portrait, qu’il reconnaît de toute évidence comme n’étant pas de lui. Il continue alors ses expériences et va jusqu’à la production de la série qui est encore aujourd’hui conservée et exposée : La maison du prophète Élie sur Jupiter [ill. 1], dessin exécuté en moins de deux heures, signé Bernard Palissy, La maison de Saint Paul, La maison de Mozart dans Jupiter [ill. 3], eau-forte exécutée en neuf heures, signée Victorien Sardou médium, Le Quartier des animaux chez Zoroastre, signée Bernard Palissy.

  • 15 André Breton : « [...] qu’est-ce, suis-je tenté de demander, que le Modern’Style sinon une tentativ (...)

17L’écho de ces œuvres dépasse le xixe siècle15. André Breton a publié en frontispice de son article « Le message automatique » dans la revue Minotaure, La maison de Mozart dans Jupiter, ainsi qu’un extrait de l’article de Sardou publié dans la Revue Spirite de 1858.

  • 16 Georges Mouly, Vie prodigieuse de Victorien Sardou, op. cit., p. 108.

18La médiumnité de Sardou ne dure pas longtemps, au bout de quelques mois, les Esprits lui auraient communiqué une dernière réponse : « Tu es convaincu. Maintenant, tu as mieux à faire16 ». Ces dessins vont définitivement assurer à Sardou sa notoriété dans les milieux spirites, mais qui ne furent d’aucune utilité à un jeune dramaturge qui se trouvait dans une situation économique des plus précaires. Sardou ne cessera de se documenter sur le spiritisme et de le pratiquer (pendant l’année 1896, il a assisté aux séances avec la fameuse médium Eusapia Palladino connue pour ses manifestations physiques). Ainsi, sa pièce Spiritisme signifiera l’aboutissement d’un demi-siècle d’histoire vécue du spiritisme par un dramaturge reconnu et à l’apogée de son succès et de sa popularité en qualité d’auteur dramatique.

II. Le spiritisme de Sardou au théâtre

Pourquoi une seule pièce si tardive ?

19Dans les années 1830, le spiritisme était à la mode et il n’a pas tardé à inspirer un bon nombre d’écrivains, de poètes et de dramaturges. Le théâtre comme genre populaire et commercial se prêtait à assurer un succès sur un sujet d’actualité comme le spiritisme. Il faut certes dire que ce théâtre en question était essentiellement du vaudeville. La première pièce sur le sujet, représentée le 24 avril 1853 au Théâtre du Luxembourg, était intitulée Une table tournante. De 1853 à la fin du siècle, au moins une quinzaine de pièces qui traitent du spiritisme ont été représentées à Paris.

  • 17 J.-K. Huysmans : « – Sans aucun doute ; de quelque côté que l’on se tourne, le Spiritisme est une o (...)

20Victorien Sardou dans ces années, encore jeune, pauvre et dans l’attente de ses premiers succès, n’avait sans aucun doute envie de se faire railler à cause du charlatanisme et des « ordures du spiritisme », comme le dira Huysmans dans Là-Bas17. Des auteurs déjà reconnus, comme Théophile Gautier, n’avaient pas à craindre pour leur réputation en publiant une œuvre spirite. Ainsi, Sardou, en 1897, pensait sans doute qu’il pouvait se permettre de présenter sa pièce, interprétée de surcroît par la grande Sarah Bernhardt.

« Spiritisme » de Victorien Sardou

21Spiritisme est une comédie en trois actes, représentée pour la première fois le 9 février 1897 au Théâtre de la Renaissance, dont la protagoniste surnommée « Simone » est interprétée par Sarah Bernhardt.

  • 18 Hugues Rebell, Victorien Sardou. Le Théâtre et l'époque, Paris, Félix Juven, 1903, p. 209.
  • 19 C. Lecigne, Victorien Sardou et son théâtre, extrait de la « Revue de Lille », novembre 1906, Paris (...)

22La pièce a été fortement critiquée et elle est considérée, faut-il encore le rappeler, comme une production mineure dans l’œuvre de Sardou. Parmi les critiques plus modérées, Hugues Rebell parle d’un « duel entre une forme théâtrale choisie d’avance et des idées chères à l’auteur18 » ; de la même façon, l’article de la « Revue de Lille » sur Sardou, en novembre 190619, met en évidence la superficialité des personnages de certaines pièces : 1° où il veut exposer une thèse et 2° où il veut peindre un ridicule. Ce qui lui a été reproché pour sa pièce Spiritisme, c’est donc que le drame ne se lie pas avec le sujet. Hugues Rebell le voit d’abord comme un simple ornement, puis, au milieu de la pièce, dit-il, il en devient le ressort. En effet, les questions qui se posent en dehors du cadre du vaudeville, pour une dramaturgie qui ne se borne pas à amuser le spectateur avec toute la phénoménologie spirite, sont celles de savoir comment l’aspect doctrinaire de cette philosophie, ainsi que sa morale, peuvent trouver leur place au théâtre. L’auteur qui ne se contente pas de railler et qui ne souhaite pas ennuyer le spectateur avec des questions comme la survivance de l’âme, la croyance en la réincarnation, l’évolution vers le Bien et vers Dieu pour tous les êtres humains, se trouve dans une situation des plus complexes, puisqu’il doit instruire tout en étant riche en émotions.

Les développements spirites de la pièce

  • 20 Le fameux procès pour escroquerie du photographe spirite, Jean Buguet, a eu lieu en 1875.

23Le spiritisme a été l’objet des accusations les plus diverses : de la supercherie des médiums à la naïveté et à la crédulité des adeptes. Ainsi, Sardou ne pouvait pas présenter une pièce où sa foi allait être acceptée sans moquerie. En effet, la question spirite en 1897 était déjà passée au crible de bien des controverses scientifiques et procès en supercherie20. De plus, au sein des courants ésotériques, le spiritisme est supplanté par l’occultisme et l’Église, en 1898, le condamnera une première fois (la condamnation des pratiques spirites sera renouvelée en 1917).

24Des stratégies de validité sont donc mises en place par Sardou pour argumenter et justifier sa position.

25La présentation du spiritisme, dans la pièce de Sardou, est agencée en trois étapes et son développement est précisément centré sur la question : « En dehors des charlatans, qui s’occupe encore de ces choses-là ? » (Acte i, scène 3). Toute la pièce tend en effet à montrer qu’il est toujours d’actualité de s’y intéresser. La présentation du spiritisme a lieu dans le premier acte, le deuxième concerne le drame à proprement parler (inspiré d’un fait divers concernant un accident de train) et le troisième opère une sorte de synthèse des deux.

26Sardou n’épargne pas au spectateur le lieu commun de la valse des tables : le décor du premier acte, situé dans un salon de campagne, est composé comme il se doit d’un guéridon (l’indice figure dès la première didascalie et ce sera de ce même guéridon que résonneront les coups dans l’Acte i, scène 5). Le groupe d’amis qui est réuni à Saint-Jean-de-Luz, en plein été, converse sur les voyages et l’exotisme, ainsi que sur la pratique du spiritisme, qui était une grande alternative à l’ennui. Le groupe est composé de Robert D’Aubenas, médecin physiologiste et adepte spirite, de Simone, son épouse, qui s’occupe moins des choses spirituelles que de ses liaisons charnelles avec Mikaël de Stoudza, son amant, et ami du mari, puis essentiellement de deux autres amis médecins dont l’un est croyant et l’autre sceptique. Les rôles sont ceux de la controverse scientifique, hormis celui de la femme infidèle, Simone et de son confident Valentin, qui est sceptique et le moins dupe de tous, dans tous les sens du terme (il tuera l’amant).

27Valentin est aussi celui qui revient de l’Inde, il veut repartir en Égypte, il a vu les fakirs et les phénomènes extraordinaires qui se racontent à leur sujet. La narration de ses voyages crée ainsi, sur scène, l’atmosphère d’exotisme ésotérique et magique que le spiritisme s’est réappropriée. Il s’agit d’une constante dans la littérature d’inspiration spirite que de citer, en les amalgamant, toutes les sciences occultes (Acte i, scène 2) :

marescot
Le fait est qu’on n’en a jamais tant parlé, d’apparition, de maisons hantées, de satanisme, de messe noire.
raymonde, avec envie
Oh ! la messe noire !
georges, doucement
Raymonde ! ma chère !
raymonde, de même
Oui, mon ami...
des aubiers
Et d’occultisme, et d’envoûtement, et de chiromancie...

28À la fin de cette longue deuxième scène, le complot de Simone et de son amant Mikaël est préparé. L’effet est à ce stade celui de la juxtaposition entre l’intrigue spirite et l’intrigue amoureuse. La troisième scène aborde directement la question de la controverse scientifique du spiritisme, c’est-à-dire celle des preuves rationnelles et des faits positifs contre les « trucs » des charlatans, des « mains baladeuses » des médiums, comme le dit Gilberte dans l’Acte i, scène 5 : « [...] je tiens beaucoup à ce qu’il soit défendu aux esprits de venir nous asticoter avec leurs mains ». Cette controverse amène ainsi très naturellement le comique ; un autre exemple est celui de Parisot, sceptique, lorsqu’il raconte ses séances d’évocations de Musset et Georges Sand, puis de Hugo, etc. (Acte i, scène 3) :

parisot
J’arrivais au moment où sortait Napoléon ! On appelle Victor Hugo, qui s’empresse d’accourir. On eût évoqué Ruy Blas qu’il serait venu tout aussi bien ! Le grand homme daigne dicter quelques vers ! O Seigneur, qu’on ne les publie pas !... Il avoue d’ailleurs n’être pas en verve et se retire prudemment, à l’anglaise... J’exprime alors le désir d’échanger quelques mots avec Homère ! Tac, tac ! le voilà ! Je lui détache du ton le plus poli, ces deux mots grecs : « Onos eis » (Tu es un âne). Il croit à un compliment et répond : « Toute la Grèce me l’a dit ! » Et l’assistance dans l’extase ! Quelqu’un me souffle : « Demandez-lui donc si vous avez déjà vécu sur terre ». « Oui, répond Homère, et tu as été un personnage historique ! – Ah ! quand ? – Sous Louis XIV. – Et qui ? – L’homme au masque de fer ! »
Exclamations de rire

29Après avoir épuisé tous les lieux communs des arguments des uns et des autres, l’ami médecin et adepte se livre à une longue énumération qui tient de preuve irrévocable : celle des scientifiques convertis (Acte i, scène 3) :

parisot
En dehors des charlatans et de leurs dupes, qui s’occupe encore de ces choses-là ?

davidson
Oh ! oh ! vous êtes en retard confrère ! Qui ? mais les gens les plus instruits ; les plus compétents, les plus autorisés par leurs fonctions, leur caractère et leur savoir, et pour ne citer que l’Angleterre, des médecins, des physiologistes, comme Gully, Hare, Elliotson ; des physiciens comme Lodge, des astronomes comme Challis, des mathématiciens comme Morgan, des naturalistes comme sir Russell-Wallace, des ingénieurs comme mon ami Varley, inventeur du condensateur électrique et ingénieur en chef du câble transatlantique.

30La deuxième série d’explications spirites concerne les procédés de communication, en l’occurrence le Oui-Ja, l’alphabet spirite avec le procédé de la typtologie, c’est-à-dire des coups dans le guéridon.

31La troisième série concerne les vies successives et l’évolution des âmes, celle-ci a lieu dans l’Acte iii, scène 6, pour cause, puisque Simone est supposée morte et son mari se désespère. Comme le dit Valentin dans l’Acte iii, scène 4 : « C’est bien ce que je redoutais ! La solitude et le chagrin !... Le voilà en plein spiritisme ». De même que pour l’argumentation scientifique du spiritisme, les références figurent dans le texte : ce sont celles de Jean Raynaud et Pierre Leroux. Dans ces domaines, D’Aubenas propose à son ami Marescot de lui faire parvenir quelques livres. L’Acte iii, scène 7, se déroule dans la bibliothèque, ce qui est encore prétexte à des explications :

parisot
[...] ... voyez les titres de ces livres « Animisme, psychisme, bouddhisme, spiritisme ! » Et ce qu’il y a là-dedans !... Après ce que nous a dit ce charlatan d’Écossais, j’ai voulu en avoir le cœur net. J’ai fourré mon nez dans ce fatras !

32Le « fatras d’outre-monde », la formule est récurrente, Villiers de l’Isle-Adam intitule son chapitre x de Claire Lenoir, le « fatras philosophique ». Ce sera à nouveau dans la pièce prétexte à de nouvelles énumérations.

33Spiritisme a ainsi un double jeu qui permet à Sardou de faire passer le message spirite, et, en même temps cela va de soi, qui permet de jouer avec le spiritisme pour créer des effets scéniques (la scène du guéridon pour annoncer l’incendie à la fin de l’Acte i, scène 5 ; le brouillage des pistes de l’accident de train dans lequel Simone était supposée se trouver et le mari qui la cherche parmi les morts ; puis l’apparition finale qui est le couronnement de l’esthétique spirite au théâtre, la femme apparaissant comme un Esprit).

34De la même façon que dans cette pièce, avec son intérêt pour le spiritisme, nous pourrions dire que la carrière de Victorien Sardou est double. Le théâtre et le spiritisme ne se sont pratiquement jamais vraiment rencontrés : en effet, dès ses débuts Sardou a affiché une double face, d’un côté il a été parmi les tout premiers à pratiquer le spiritisme (ce qu’il souligne encore fortement en 1888, dans la lettre-préface à Rambaud) et de l’autre il ne s’est jamais engagé en dehors du théâtre ; il a été médium-dessinateur, sans que les préoccupations artistiques ou psychiques n’interfèrent ni ne l’inspirent dans son théâtre. Enfin, la pièce de 1897 était attendue, annoncée par la presse, mais elle s’est exposée aux critiques les plus virulentes. Elle n’a pas remporté le succès voulu, mais le milieu spirite et le milieu littéraire en ont quand même profité pour rebondir. La question reste ainsi de connaître le réel intérêt pour chaque parti à l’issue de cette représentation, c’est-à-dire : la pièce, pour les spirites, était-elle récupérable dans leur propagande ? Pour les littéraires, quel était l’intérêt de surenchérir la critique des niaiseries spirites ? Enfin quel était réellement l’intérêt de Sardou ?

35Le passage suivant de la critique de Catulle Mendès dit bien la distance entre la notoriété de Sardou maintenue jusqu’au bout dans le contexte spirite et sa dénégation dans les milieux littéraires pour les mêmes intérêts :

  • 21 Catulle Mendès, L’Art au théâtre, Troisième volume, Paris, Fasquelle, 1900, p. 75.

On ferait exprès d’écrire si mal, on ne pourrait pas. Ainsi, hier soir, – pas plus tard qu’hier soir, dans Spiritisme, – M. Sardou dit, en parlant du parfum des lèvres d’une femme : « Le souffle de ton haleine ! » C’est extraordinaire. On ne s’imagine pas qu’on puisse trouver ça, naturellement. C’est une espèce de miracle, spirite21.

36Sauf erreur de notre part, l’expression que mentionne ici Catulle Mendès ne figure pas dans la pièce de Sardou.

Notes

1 Yveling Rambaud, Force psychique, Lettre-Préface de Victorien Sardou, Paris, Baschet, 1888 ; A.-E. Badaire, La Joie de mourir. Consolations à tous ceux qui pleurent un être tendrement aimé, Lettre-Préface de Victorien Sardou, Paris, Chamuel, 1894.

2 Victorien Sardou, « Des habitations de la planète Jupiter », dans Revue spirite, août 1858.

3 Camille Flammarion, Les Habitants de l’autre monde. Révélations d’outre-tome, Paris, Ledoyen, 1862 ; Les forces naturelles inconnues, Paris, Flammarion, 1907.

4 René Guénon, L’Erreur spirite, [1923], Paris, Éditions Traditionnelles, 1991, p. 35.

5 Victorien Sardou, « Lettre à Jules Claretie », citée par Georges Mouly, Les Papiers de Victorien Sardou, Notes et souvenirs, rassemblés et annotés, Paris, Albin Michel, 1934, p. 396.

6 Marion Aubrée et François Laplantine : « Le milieu où se recrutent les premiers médiums est pour l’essentiel celui des révolutionnaires de 1848 devenus les opposants au régime. Le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte et l’instauration du Second Empire sapent leurs illusions politiques, et ces exploités de la terre (précédés il est vrai par ceux qui s’en font les porte-parole) commencent à scruter les voies du ciel, sans renoncer bien au contraire à l’idéal qui les anime : celui d’une nouvelle humanité fraternelle où régnera l’égalité », La Table, le Livre et les Esprits, Paris, Lattès, 1990, p. 72.

7 Disciple dissident de Saint-Simon, il a établi une liaison explicite entre l’évolution progressive de l’humanité et la pluralité des existences.

8 Georges Mouly, Vie prodigieuse de Victorien Sardou (1831-1908), d’après des documents inédits, Paris, Albin Michel, 1931, p. 102-103.

9 Compte rendu du Congrès spirite et spiritualiste international, tenu à Paris du 9 au 16 septembre 1889 : « De 1850, à Paris, des hommes éminents, MM. Sardou père, Victorien Sardou ; Tiedeman-Marthèse, ancien résident à Java ; Saint René-Taillandier, académicien, etc., s’occupaient des phénomènes du spiritualisme importé des États-Unis ; jusqu’en 1865, et pendant cinq ans, ils s’étaient livrés à des investigations sérieuses et suivies, à l’aide de médiums typtologues, voyants, somnambules, auditifs et psychographes ; de leurs rapports avec les soi-disant morts, ils avaient conclu ce fait important et positif : l’immortalité de l’âme, et sa puissance de communication avec les vivants de la terre », Paris, Librairie spirite, 1900, p. 22-23.

10 Georges Mouly, Les Papiers de Victorien Sardou, Notes et souvenirs, op. cit., p. 391.

11 Compte rendu du Congrès spirite et spiritualiste international, tenu à Paris du 16 au 27 septembre 1900, Saint-Amand, Cher, 1902, p. 42.

12 Ibid., p. 1.

13 À titre anecdotique – afin de montrer le statut de privilège exacerbé de Sardou par les spirites –, à la parution du Livre des Esprits, le 18 avril 1857 : « C’est par Victorien Sardou que le couple impérial eut connaissance du Livre des Esprits. Eugénie appréciait ses talents dramatiques, elle l’invitait aux Séries de Compiègne et fit représenter au château ses Pattes de mouche. Le jeune homme fit donc partie de la série littéraire où paraissaient d’illustres aînés comme Alfred de Vigny, Sainte-Beuve, Octave Feuillet ». Voir Jean Prieur, Allan Kardec et son époque, Paris, Éditions du Rocher, 2004, p. 63.

14 Michel Thévoz, Art Brut, psychose et médiumnité, Paris, La Différence, 1990.

15 André Breton : « [...] qu’est-ce, suis-je tenté de demander, que le Modern’Style sinon une tentative de généralisation et d’adaptation à l’art immobilier et mobilier du dessin, de la peinture et de la sculpture médianimiques ? On y retrouve la même dissemblance dans les détails, la même impossibilité de se répéter qui précisément entraîne la véritable, la captivante stéréotypie ; la même délectation placée dans la courbe qui n’en finit plus comme celle de la fougère naissante, de l’ammonite ou de l’enroulement embryonnaire ; la même minutie dont la constatation, d’ailleurs excitante, détourne de la jouissance de l’ensemble, comme on dit qu’une partie du temps pouvait être plus grande que le tout. On peut donc soutenir que les deux entreprises sont conçues sous le même signe, qui pourrait bien être celui du poulpe, « du poulpe, a dit Lautréamont, au regard de soie ». De part et d’autre c’est plastiquement, jusque dans le trait, le triomphe de l’équivoque, c’est interprétativement, jusque dans l’insignifiant, le triomphe du complexe », « Le Message automatique », dans Minotaure, no 3-4, 1933.

16 Georges Mouly, Vie prodigieuse de Victorien Sardou, op. cit., p. 108.

17 J.-K. Huysmans : « – Sans aucun doute ; de quelque côté que l’on se tourne, le Spiritisme est une ordure ! », Là-Bas, chap. xxi, [1891], Paris, Gallimard, 1985, p. 332.

18 Hugues Rebell, Victorien Sardou. Le Théâtre et l'époque, Paris, Félix Juven, 1903, p. 209.

19 C. Lecigne, Victorien Sardou et son théâtre, extrait de la « Revue de Lille », novembre 1906, Paris, Sueur-Charruey, 1907.

20 Le fameux procès pour escroquerie du photographe spirite, Jean Buguet, a eu lieu en 1875.

21 Catulle Mendès, L’Art au théâtre, Troisième volume, Paris, Fasquelle, 1900, p. 75.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search