Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

IV. Histoires

Barbey d’Aurevilly : l’histoire de l’Histoire

Gisèle Séginger

Texte intégral

  • 1 « À propos de la publication par les Goncourt d’une Histoire de la société française pendant la Ré (...)
  • 2 Ibid., p. 52.

1Dans un siècle qui est celui de l’histoire – comme on le dit souvent du xixe siècle – Barbey d’Aurevilly, comme bien d’autres – Balzac, Flaubert, Zola – réfléchit à la fois sur le sens de l’histoire et sur la manière de l’écrire, et cela dans ses nombreux articles sur les historiens ou sur les écrivains – articles qu’il réunira par la suite dans des volumes aux titres éloquents : À côté de la grande histoire (comme si l’essentiel se passait ailleurs que dans la lumière de l’Histoire des historiens) ou Écrivains politiques et religieux (comme si la politique seule était inconcevable pour lui). Dans l’un de ses articles, il réfléchit sur une publication des Goncourt : L’histoire de la société française pendant la Révolution : « L’histoire d’une société, grand Dieu ! c’est-à-dire l’histoire de ce qu’il y a de plus profond, de plus fin, de plus ondoyant et de plus nuancé de la vie et le passé d’un peuple ! L’histoire politique, appuyée sur des faits officiels, est aisée et grossière en comparaison1 ». Lecteur de Balzac, fasciné par l’étude de mœurs, Barbey ajoute à cette réflexion une définition de l’histoire telle qu’il l’entend : « L’histoire d’une société, c’est-à-dire l’histoire des idées, des sentiments et des influences qui font les mœurs et qui les changent, et, pour tout exprimer avec le seul mot qui convienne : l’histoire de l’Histoire2 ». L’histoire de l’Histoire : cette formule évoque à la fois une profondeur (le cœur de l’histoire) et une récapitulation – une profondeur dont on verra qu’elle renvoie à un au-delà et une récapitulation qui ne sera pas une philosophie de l’histoire impliquant une position politique et une logique de l’enchaînement causal et dialectique, mais une pensée de l’articulation du politique et du religieux. Selon Barbey, contrairement à ce que croient les positivistes, les faits, les événements ne sont que l’écume de l’Histoire. S’y attacher trop est une preuve de matérialisme. L’intelligence échoue à expliquer rationnellement l’histoire par des causes humaines et politiques. Barbey s’en prend au matérialisme et à l’athéisme d’une conception de l’histoire qui postule la double grandeur d’un sujet tout puissant par l’action et par la pensée. Or, la politique incarne bien cette erreur et en ce sens on peut parler de fiction de la politique : son existence tient à l’illusion de ceux qui croient que l’homme peut être à l’origine du processus d’institution de l’être ensemble. Selon Barbey, cette illusion a un ancrage idéologique du côté de la Révolution – mais on verra que, de son point de vue, la Révolution a commencé bien avant 1789.

  • 3 Dans un article du 22 juin 1874, publié dans Le Constitutionnel, il critique de ce point de vue le (...)
  • 4 Philippe Lacoue-Labarthe rappelle ce sens de la fiction dans son livre Fiction du politique : Heid (...)

2À contre-courant de son siècle qui voit se multiplier les histoires politiques tandis que se développent les sciences politiques, Barbey parle moins de la politique que du politique, et ses réflexions sur le politique s’articulent toujours à une perspective historique globale et celle-ci à une interprétation religieuse. Barbey pense l’organicité du politique et du religieux qui se manifeste dans l’histoire. Selon lui, on ne peut pas interpréter l’histoire en fractionnant la réalité humaine en spécialités différentes et dissociées : l’histoire des faits politiques, l’histoire de la diplomatie et des guerres, l’économie, la morale. Faire l’histoire de l’Histoire, c’est descendre dans sa profondeur pour atteindre l’invisibilité de ce qui fait réellement l’Histoire, l’invisibilité de forces qui se rattachent à l’au-delà (Barbey est un catholique maistrien). L’histoire de l’Histoire est antimatérialiste mais pas abstraite pour autant. Barbey récuse les vols d’aigle de la philosophie de l’histoire3. La dimension double de l’histoire – profondeur et récapitulation – nécessite une forme particulière : le véritable historien est un écrivain, seul capable d’un mode de perception particulier qui est l’entrevision, seul capable aussi de donner une puissance à sa représentation. Si on entend trop souvent le mot « fiction » au sens banalisé d’invention mensongère, il faut se souvenir qu’étymologiquement la fictio a plusieurs sens parmi lesquels celui-ci retiendra notre attention : « action de façonner, de former, de créer4 ». Ce second sens me permettra de parler d’une fiction du politique chez Barbey d’Aurevilly en un tout autre sens : Barbey donne forme à l’histoire de l’Histoire dans un récit du sens de l’histoire qui se construit d’article en article.

  • 5 Du christianisme, Barbey conserve deux dogmes essentiels, le péché originel et l’incarnation, mais (...)

3On a souvent parlé de l’influence de Maistre sur Barbey qui adopte l’essentiel de ses pensées sur le péché originel, la culpabilité de tous les hommes, l’expiation, la réversibilité des peines. Il est indéniable que la pensée maistrienne est importante pour comprendre l’approche religieuse de l’histoire et du politique. Mais je voudrais plutôt montrer dans cet article l’importance du dogme de l’incarnation5 pour comprendre d’une part le refus de la politique au profit d’une interprétation historico-religieuse du politique, et d’autre part l’invention d’une fiction du politique. Le dogme de l’incarnation est l’objet d’une foi religieuse chez les Chrétiens. Mais ce qui m’intéresse davantage c’est que dans le cas de Barbey il agit à tous les niveaux de sa pensée et de son travail d’écrivain : le dogme fournit une logique, une puissance de mise en forme, de fiction au sens étymologique, qui sous-tend son interprétation et sa représentation de l’histoire, son éthique.

***

  • 6 Voir G. Séginger, « L’Ensorcelée ou le temps retourné », Les Formes du temps, textes réunis par P. (...)
  • 7 Attila est poussé par un « bras formidable que nous ne voyons pas sortir de sa nuée et s’allonger (...)

4Le dogme de l’incarnation définit un mode d’articulation entre le divin et l’homme : il dit la descente et la présence de Dieu dans la chair du monde. Il ne s’agit pas d’une immanence et d’une confusion – ce point est capital – mais d’un mode de présence paradoxale qui concilie l’ici et l’au-delà. Il s’agit d’une articulation forte, qui fait coïncider sans confusion le particulier et le général, les phénomènes du monde et le plan métaphysique, l’histoire et l’éternité. L’application à l’histoire du modèle religieux de l’incarnation permet de comprendre le lien paradoxal du temps et de l’éternité ainsi que les différences de rythmes dans l’histoire, des effets d’accélération pendant la Révolution par exemple et l’émergence à certains moments de fléaux de Dieu : Attila ou la Terreur. Le temps aurevillien est immobile, suspendu dans la répétition éternelle d’une scène mythique et originelle (faute/expiation) et l’histoire manifeste toujours ce rythme à deux temps qui renvoie à une transcendance6. En opposition aux religions laïques et républicaines de l’Histoire et de l’Humanité, Barbey d’Aurevilly élabore une conception métaphysique du temps et de l’histoire. L’accélération du rythme des événements à certains moments de l’Histoire renvoie toujours à un autre rythme fondamental et religieux. L’histoire a des pics, qui manifestent comme la pulsation de l’éternel. Le mal absolu – la violence barbare ou la Révolution – fait sentir un paradoxal frôlement de Dieu7.

  • 8 Article sur Louis XV et la société du xviiie siècle de Capefigue, publié le 6 août 1854 dans Le Pa (...)
  • 9 Article sur L’Ancien Régime et la Révolution de Tocqueville, Le Pays, 29 juillet 1856, OEH, XXI, p (...)
  • 10 Il s’agit de Capefigue, auteur d’un livre sur Gabrielle d’Estrées et la politique d’Henri IV (OEH,(...)

5C’est ce que ne comprennent pas les hommes qui s’attachent à la politique pour en faire ou pour l’étudier. La politique est une forme d’hybris, dont ils sont punis. Quand on fait de la politique, on croit pouvoir agir sur le cours des événements, on croit savoir comment donner à la communauté humaine une forme de gouvernement optimale, et au fond on croit toujours un peu qu’il peut y avoir une forme d’État qui pourrait instaurer par des moyens humains un parfait équilibre. La politique est donc foncièrement athée, et s’y adonner est un reniement du christianisme dont bien des Chrétiens se rendent inconsciemment coupables. Aux yeux de Barbey, la politique est toujours déjà une révolution en elle-même. Dans un article de 1854 sur Louis XV et la société du xviiie siècle, il écrit : « la grande rupture de la Révolution française […] fait deux rivages dans l’histoire de ce qui aurait dû rester le même sol8 ». Toutefois, la Révolution ne date pas de 1789 pour Barbey. L’œuvre romanesque – L’Ensorcelée – montre toutes les fautes commises au xviiie siècle, les mésalliances qui créent un pêlemêle social déjà révolutionnaire, l’impiété croissante du libertinage à la manière de Mme de Flers dans Une vieille maîtresse. Mais il faut remonter plus loin, ce que font les articles, jusqu’aux débuts de la politique – car il y a chez Barbey un mythe du début de la politique – et des premiers mouvements d’affranchissement des hommes. Pour l’écrivain, qui partage au moins avec son siècle une conception de la longue durée en histoire – comme Augustin Thierry, Michelet et Tocqueville – la Révolution commence à la Renaissance, avec le développement d’un esprit scientifique et surtout avec le renforcement du pouvoir royal. Comme Tocqueville en partie, Barbey d’Aurevilly considère que la Révolution n’a fait qu’amener au jour une évolution déjà bien avancée – les Bourbons « ont créé une révolution permanente9 » – et que la centralisation a joué un rôle capital dans la préparation de la Révolution. Toutefois Barbey attaque avec vigueur Tocqueville parce qu’il a tout compris à l’envers : il fait de la centralisation une cause alors que c’est un effet et le « symptôme » d’une maladie non la maladie elle-même. Tocqueville est un parlementaire, trop occupé de politique et qui ne voit donc pas l’origine morale de la Révolution. C’est un type d’approche qui semble en lui-même révolutionnaire à Barbey car il privilégie la politique au détriment de la morale : c’est « un historien essentiellement préoccupé de politique, et pour qui les faits moraux ne dominent pas tout comme pour nous, et n’expliquent pas tout dans l’histoire », écrit-il d’un autre historien auquel il reproche le même travers10.

  • 11 Le mot « causes » devient très péjoratif dans cet article qui dénigre l’ouvrage de Tocqueville, L’ (...)
  • 12 Ibid., p. 125.
  • 13 « Il y a des causes premières mystérieuses, impénétrables à l’analyse, tenant à la nature de l’hom (...)
  • 14 Article sur L’Insurrection normande en 1793 de F. Vaultier, Le Pays, 18 mai 1858, OEH, XXI, p. 154

6Tocqueville a une mauvaise approche de l’histoire condamnable parce qu’irréligieuse : il adopte une logique de l’immanence de la raison dans l’histoire tout à fait opposée à cette pensée de l’incarnation que Barbey adopte dans sa propre approche de l’histoire. Tocqueville commet le péché de politique en cherchant des « causes » à la Révolution : son livre L’Ancien régime et la Révolution, écrit Barbey en 1856, « n’est au fond que l’histoire des causes de la Révolution française et des filiations qu’elle peut avoir avec le régime qui l’a précédé et qu’on appelle l’Ancien Régime11 ». Il accuse Tocqueville d’être superficiel, d’en rester au plan humain, et de ne pas avoir pénétré dans la « profondeur » de l’Ancien Régime : l’historien de l’Ancien Régime est un « homme de formalisme politique qui a tout vu dans certaines formes extérieures, comme si l’âme de la politique était là […]12 ». Du point de vue de Barbey, le mot « causes » est un mot révélateur de l’athéisme et du matérialisme13 qui donnent de l’importance aux hommes et à la raison dans l’histoire. Or la centralisation n’est pas une cause mais l’effet et le symptôme d’une coupure instaurée par les hommes avec Dieu. L’origine de la Révolution se confond avec l’avènement des Bourbons : c’est Henri IV, le roi issu du protestantisme, le roi qui reconnaît ses bâtards, le roi qui refait de travers l’unité de la France en accentuant le rôle de Paris et qui consacre la « prépondérance des politiques14 ». Mais cette promotion de la politique n’est pas un fait politique : c’est un péché, une faute religieuse. Tout se tient pour Barbey : la centralisation politique et la reconnaissance des bâtards ne sont que deux aspects d’une même mégalomanie révolutionnaire et la révolution se fait contre Dieu.

  • 15 Voir l’article sur le livre d’Amédée Renée, Louis XVI et sa cour, Le Pays, 21 décembre 1858, OEH, (...)

7Les Bourbons fondent la dynastie de la politique et des rois révolutionnaires. D’un article à l’autre, en pointillé et de manière fragmentaire, mais convergente et récurrente, l’interprétation de la Révolution par Barbey donne lieu à un récit des origines, à un mythe de la naissance de la politique, une sorte de chute de l’histoire hors de la religion. On a un anti-héros collectif : les Bourbons, figure tragique de l’hybris, et la naissance de la politique aboutit à l’échafaud : Louis XVI expie les fautes de Henri IV et de ses successeurs qui ont œuvré dans le même sens15, de Louis XIV en particulier dont le règne est un temps fort de cette histoire de l’hybris des Bourbons. La consolidation du pouvoir monarchique aboutit au rituel de Versailles, à la divinisation du roi.

  • 16 Barbey s’en prend aux stéréotypes de la grandeur de Louis XIV dans son article sur les Historiette (...)
  • 17 Article sur L’Ancien Régime et la Révolution de Tocqueville, OEH, XXI, p. 124.

8Tout à la fois antirépublicain et à contrecourant par rapport au légitimisme de son temps, Barbey voit dans l’Ancien Régime une épouvantable catastrophe. Tandis qu’on glorifie la grandeur du règne de Louis XIV, il s’efforce pour sa part de retourner l’histoire16 et d’en montrer l’envers : le règne du Roi Soleil est la négation définitive de la Féodalité médiévale au profit d’un seul homme tout-puissant. À l’inverse la Féodalité fait l’admiration de Barbey car elle avait créé une unité organique entre tous les seigneurs, donc une unité entre les provinces d’une part, et d’autre part une unité entre les seigneurs et le peuple. Le rapport de suzeraineté se concevait sur le modèle des rapports entre Dieu et les hommes et la Féodalité donnait à chacun sa juste place. Barbey voit en Saint-Simon, le duc attaché à l’étiquette et à l’octroi des tabourets aux duchesses, l’un de ses derniers défenseurs. La centralisation qui s’accentue sous Louis XIV déstructure la société au profit d’un roi despote. Les rois Bourbons sont les premiers révolutionnaires. Barbey remplace alors le mot « cause » trop compromis dans l’histoire politique par une métaphore naturaliste : « les révolutions, comme les bâtardises, ont des parentés naturelles, et […] elles ne viennent pas sans germe dans le régime qu’elles détruisent plus tard17 ». Pour éviter la politique, Barbey fait un emprunt aux sciences naturelles, ce qui peut paraître curieux chez un antipositiviste. Mais d’une part il ne faut pas oublier que les sciences naturelles ont souvent joué un rôle dans les premières pensées conservatrices qui nient la possibilité du progrès, et d’autres part, dans le cas de Barbey, la métaphore du germe permet de nier le pouvoir politique des révolutionnaires. La Révolution de 1789 n’a pas été politique. Elle provient d’une faute morale, métaphoriquement évoquée comme une maladie. Cela, Tocqueville qui est un politique ne l’a pas compris :

  • 18 Ibid., p. 128.

[…] c’est toujours de haut que les révolutions descendent, et les gouvernements se trahissent longtemps eux-mêmes avant d’être trahis par les peuples. S’il avait été réellement un observateur historique, il aurait vu et il aurait dit que les Bourbons, de Henri IV à Louis XIV n’avaient rien compris à l’esprit chrétien de la France, a priori héroïque et docile […]. La rage de dépayser le pays, de dénaturer le fond de notre nationalité sous un prétexte ou un autre, protestant, anglais, genevois date du règne de la maison de Bourbon qui n’a pas su empêcher cette effroyable corruption de notre génie et qui trop souvent y a contribué18.

  • 19 Article sur Gabrielle d’Estrées et la politique d’Henri IV, à propos du livre publié par Capefigue (...)
  • 20 Article sur le livre de Louis Falies, Études philosophiques et historiques sur les civilisations, (...)

9Les Bourbons sont responsables d’un mélange, d’une dénaturation de l’esprit chrétien par des éléments étrangers. Ils ont compromis la famille chrétienne alors que « le génie même de la race » française ne tolère pas la bigamie, écrit Barbey dans un article sur Gabrielle d’Estrées19 qui date de 1856. Peut-on déceler dans ces réflexions sur la pureté de la race française la trace d’une lecture de Gobineau ? Celui-ci a publié son Essai sur l’inégalité des races de 1853 à 1855. Lors d’une réédition dans les années 1880, la Correspondance nous indique que Barbey s’était procuré les deux volumes, mais il n’en fera jamais de compte rendu. On sait par ailleurs qu’il était hostile aux interprétations qui donnent trop de place au climat (Montesquieu) ou à la race, ce « lampadaire de l’histoire20 » auquel Taine avait accordé une place dans ses études des années 1870. Il est plus probable que Barbey étend tout simplement à la race sa pensée de la bâtardise : les rois ont fait dévier la France de la place qui lui était assignée par Dieu, ils ont voulu fausser sa nature. La bâtardise et le mélange des nationalités (plus que des races d’ailleurs) sont deux formes de désordre et de désobéissance aux lois divines.

  • 21 Article sur L’Insurrection normande en 1793 de F. Vaultier, Le Pays, 18 mai 1858, OEH, XXI, p. 154
  • 22 Barbey reproche aux Goncourt d’être des historiens de Paris plus que de la France.
  • 23 Article sur Histoire de la société française pendant la révolution des Goncourt, OEH, XXI, p. 64 e (...)

10Les Bourbons trahissent le christianisme et la France en faisant triompher à la fois et indissociablement la politique et un centralisme qui remplace Dieu par le roi. Barbey dévoile dans l’histoire la longue lutte des Bourbons – d’une dynastie révolutionnaire – contre un féodalisme qui insérait l’individu dans un réseau de liens. Les rois défont les liens de l’homme avec Dieu (en prenant la place de Dieu), du peuple avec les nobles (isolés à Versailles), des provinces avec Paris. La Révolution a guillotiné Louis XVI mais avant cela les Bourbons avaient guillotiné la France. À propos de la centralisation, Barbey écrit qu’il s’agit d’une « décapitation de la France par Paris21 » et il reproche à Louis XIV de ne pas aimer la province22. Il sait donc gré à Mirabeau d’avoir dénoncé le « magnifique piège de Versailles » et créé le mot méprisant « s’enversailler » pour protester « au nom de la vraie société française, que la Féodalité avait créée23 ». Aussi peut-on comprendre que Barbey soit toujours resté hostile à toute forme de centralisation. Ce n’est pas un provincialiste mais il refuse la coupure entre Paris et la Province, et il estime que l’unité de la France ne peut se refaire que par une restauration de la dignité des provinces, quelles qu’elles soient. La création des départements par la Révolution est un émiettement qui achève le mouvement de concentration au profit de Paris et de déstructuration de l’unité du pays. Seul Napoléon a tenté d’y remédier – Barbey partage cette admiration avec Balzac – mais il est mort trop tôt pour interrompre un mouvement initié dans la longue durée.

  • 24 « La diplomatie au xviie siècle », Le Constitutionnel, 21 janvier 1878, OEH, XXI, p. 323.
  • 25 La féodalité incarne dans la société un lien de vassalité qui doit unir l’homme à Dieu. Les rois B (...)

11La Féodalité correspondait à une logique de l’articulation et non de la dépossession au profit du centre et d’un homme. Dans le mythe aurevillien de la naissance de la politique tout se tient. La centralisation, les maîtresses royales, la bâtardise, tout cela se rattache à la même faute : l’hybris des Bourbons et particulièrement celle d’Henri IV et de Louis XIV qui n’ont pas compris qu’il n’appartient jamais à l’homme de légitimer qui que ce soit ou quoi que ce soit, ni un bâtard, ni l’État tout-puissant. Dans un raccourci, Barbey peut donc écrire que le lit de la Montespan touche à l’échafaud24. La fiction aurevillienne du politique dépolitise la Révolution de 1789 qui ne sort pas du peuple. Celui-ci s’est révolté parce que les rois Bourbons avaient trahi la Féodalité par l’absolutisme royal, et trahi en même temps le christianisme25. Vox populi, vox dei :

  • 26 À propos de l’histoire de la Ligue, OEH, II, p. 204.

Toujours il fut dans l’histoire de ce pays un moment suprême où l’indignité des gouvernements proclama la vacance du trône par la bouche même qui avait le droit de la proclamer, par cette voix du peuple et de l’Église qui avait fait le peuple ce qu’il était, et qu’au moyen âge on appelait justement cette raison même, la voix de Dieu26 !

  • 27 Voir l’article écrit par Barbey à propos de la parution en 1858 de l’Histoire de Marie-Antoinette (...)

12L’histoire de l’Histoire, que Barbey relate d’article en article, est celle de la révolution des Bourbons contre la Féodalité et contre les mœurs et les idées chrétiennes de la société et du génie français. Cette histoire a ses monstres et ses héros : Charlotte Corday – et Marie-Antoinette. Barbey retourne la représentation souvent négative de cette reine responsable d’une dégradation de l’image de la Monarchie. Pour Barbey, à l’inverse, c’est une héroïne, non en tant que martyre guillotinée, non en tant que mère, mais en tant que reine frivole ! C’est la seule reine de France à avoir été capable de retourner au profit de la famille l’arme des maîtresses royales : la frivolité. Elle arrête la bâtardise (mais c’est trop tard). Quant à sa mère, Marie-Thérèse d’Autriche, elle a donné sa fille frivole à la France, nation pourtant ennemie, mais pour que Marie-Antoinette, dans un dessein chrétien supérieur aux rivalités nationales, sauve une nation chrétienne27.

***

  • 28 Barbey emploie cette expression dans son article sur Attila.

13La fiction du politique est un récit diffus qui se complète d’article en article et donne forme et chair à « l’âme générale » de l’histoire28. L’interprétation morale restitue une responsabilité aux individus contre un panthéisme que Barbey reproche à certains historiens de son temps (dont Michelet). Ce ne sont pas les masses anonymes dans lesquelles la responsabilité individuelle se dilue qui font l’histoire. Barbey veut savoir au fond de quelles individualités coupables se trame la révolte contre Dieu. Il tient ensemble le particulier et le général, évitant toujours de tomber dans l’anecdotique ou inversement dans ce qu’il considère comme l’abstraction des causes politiques. Il crée une sorte de mythème qui circule et se décline en récits divers dont le point commun est de relater la longue histoire de la rébellion des hommes qui ont voulu couper le lien entre le ciel et la terre pour se réserver l’essentiel du pouvoir alors qu’ils continuaient à se dire chrétiens.

  • 29 Il écrira sur Saint-Simon deux articles publiés en 1880 et repris dans Les Œuvres et les Hommes, X (...)

14Comme Saint-Simon dont il est un grand admirateur29, Barbey donne à la bâtardise portée au sommet de la royauté une puissance mythique. C’est un avatar du Péché originel et la Révolution une nouvelle Chute. Pour insuffler plus de puissance à sa représentation, Barbey n’hésite pas à faire des emprunts à la science et il détourne quelques-unes des idées positivistes au profit d’une interprétation anhistorique et dépolitisée de l’histoire. Le modèle religieux du péché originel et de l’expiation maistrienne se condense avec le modèle scientifique de l’hérédité :

  • 30 OEH, XXI, p. 319. Pour « la solidarité qui lie entre elles les générations » voir aussi l’article (...)

[…] à l’heure qu’il est, où l’atavisme est une idée admirée par les savants et où la jeune physiologie moderne conclut, en matière d’hérédité, comme la vieille théologie, on reconnaîtra bien peut-être qu’il y a dans l’âme comme dans le corps des races d’épouvantables transmissions30.

  • 31 Il s’agit bien d’un mythe et j’en veux pour preuve l’incertitude que Barbey laisse planer sur l’or (...)
  • 32 Article sur Tocqueville, OEH, XXI, p. 128.
  • 33 OEH, II, p. 134.
  • 34 OEH, II, p. 129.
  • 35 OEH, X, p. 311.
  • 36 OEH, II, p. 129.
  • 37 OEH, XXVI, p. 232.

15La fiction aurevillienne du politique se construit comme un mythe31 de la naissance de la politique – mythe d’une faute morale qui aboutit à 1789, mythe – inattendu – d’une royauté révolutionnaire : « C’est toujours de haut que les révolutions descendent, et les gouvernements se trahissent longtemps eux-mêmes avant d’être trahis par les peuples32 ». La fiction aurevillienne du politique donne une forme narrative et mythique au sens de l’histoire car il s’agit non de s’adresser à l’intelligence pour faire comprendre le politique mais de créer un « effet d’impression33 ». Pour Barbey, l’âme de l’histoire, cachée, invisible sous les événements, n’est inaccessible que par « l’intuition transcendante34 » par la « divination35 » et le sentiment religieux lui communique une « émotion aux palpitations toutes-puissantes36 ». C’est ainsi que la fiction du politique – qui s’élabore contre la politique – donne à l’histoire une forme synthétique qui s’oppose à ce que Barbey appelle « la fée aux miettes37 » de l’analyse, trop compromise avec le positivisme.

Notes

1 « À propos de la publication par les Goncourt d’une Histoire de la société française pendant la Révolution », Le Pays, 26 avril 1854, repris dans Les Œuvres et les Hommes [OEH], réimpression Slatkine, 1968, À côté de la grande histoire, XXI, p. 58.

2 Ibid., p. 52.

3 Dans un article du 22 juin 1874, publié dans Le Constitutionnel, il critique de ce point de vue le recours à la notion de civilisation. Il n’adhère pas à une « manière hautaine de faire de l’histoire » qui remonte à Montesquieu et par laquelle on plane en ballon sur l’histoire (OEH, XXI, p. 250).

4 Philippe Lacoue-Labarthe rappelle ce sens de la fiction dans son livre Fiction du politique : Heidegger, l’art et la politique (Association des publications près les universités de Strasbourg, 1987). La politique relève d’une plastique – formation et information –, d’une fiction au sens étymologique, déjà présent chez Platon. Il s’agit de façonner pour comprendre le politique et l’art contribue à la reconnaissance de soi d’une nation.

5 Du christianisme, Barbey conserve deux dogmes essentiels, le péché originel et l’incarnation, mais il oublie la rédemption, peut-être à cause de ce que ce dogme pouvait contenir de potentiellement progressiste.

6 Voir G. Séginger, « L’Ensorcelée ou le temps retourné », Les Formes du temps, textes réunis par P. Petitier et G. Séginger, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Formes et Savoirs », p. 115-131.

7 Attila est poussé par un « bras formidable que nous ne voyons pas sortir de sa nuée et s’allonger à travers l’histoire » (article sur le livre d’Amédée Thierry, Histoire d’Attila. Récits d’histoire romaine du 5e siècle, repris dans Historiens politique et littéraires, OEH, II, p. 113).

8 Article sur Louis XV et la société du xviiie siècle de Capefigue, publié le 6 août 1854 dans Le Pays, OEH, II, p. 18.

9 Article sur L’Ancien Régime et la Révolution de Tocqueville, Le Pays, 29 juillet 1856, OEH, XXI, p. 128.

10 Il s’agit de Capefigue, auteur d’un livre sur Gabrielle d’Estrées et la politique d’Henri IV (OEH, XXI, p. 197).

11 Le mot « causes » devient très péjoratif dans cet article qui dénigre l’ouvrage de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution (OEH, XXI, p. 124).

12 Ibid., p. 125.

13 « Il y a des causes premières mystérieuses, impénétrables à l’analyse, tenant à la nature de l’homme et à sa destinée, et devant lesquelles l’historien de vocation est quelque chose de plus qu’un simple observateur » (OEH, X, p. 309-310). Barbey écrit cela en 1876 à propos de Taine dont il récuse la méthode causaliste.

14 Article sur L’Insurrection normande en 1793 de F. Vaultier, Le Pays, 18 mai 1858, OEH, XXI, p. 154.

15 Voir l’article sur le livre d’Amédée Renée, Louis XVI et sa cour, Le Pays, 21 décembre 1858, OEH, XXI, p. 180.

16 Barbey s’en prend aux stéréotypes de la grandeur de Louis XIV dans son article sur les Historiettes de Tallemant des Réaux (Le Pays, 11 mars 1854, OEH, XXI, p. 52).

17 Article sur L’Ancien Régime et la Révolution de Tocqueville, OEH, XXI, p. 124.

18 Ibid., p. 128.

19 Article sur Gabrielle d’Estrées et la politique d’Henri IV, à propos du livre publié par Capefigue, Le Pays, décembre 1879 (OEH, XXI).

20 Article sur le livre de Louis Falies, Études philosophiques et historiques sur les civilisations, Le Constitutionnel, 22 juin 1874, OEH, XXI, p. 253.

21 Article sur L’Insurrection normande en 1793 de F. Vaultier, Le Pays, 18 mai 1858, OEH, XXI, p. 154.

22 Barbey reproche aux Goncourt d’être des historiens de Paris plus que de la France.

23 Article sur Histoire de la société française pendant la révolution des Goncourt, OEH, XXI, p. 64 et 65.

24 « La diplomatie au xviie siècle », Le Constitutionnel, 21 janvier 1878, OEH, XXI, p. 323.

25 La féodalité incarne dans la société un lien de vassalité qui doit unir l’homme à Dieu. Les rois Bourbons qui le déconstruisent sont donc des rois révoltés contre Dieu.

26 À propos de l’histoire de la Ligue, OEH, II, p. 204.

27 Voir l’article écrit par Barbey à propos de la parution en 1858 de l’Histoire de Marie-Antoinette des Goncourt (OEH, II).

28 Barbey emploie cette expression dans son article sur Attila.

29 Il écrira sur Saint-Simon deux articles publiés en 1880 et repris dans Les Œuvres et les Hommes, XXI, en 1906. Saint-Simon est un « Zingari de l’histoire » (OEH, XXI, p. 316) dont les aperçus laissent entrevoir une profondeur morale ignorée des historiens politiques.

30 OEH, XXI, p. 319. Pour « la solidarité qui lie entre elles les générations » voir aussi l’article sur Tallemant des Réaux, Le Pays, 11 mars 1854, OEH, XXI, p. 51.

31 Il s’agit bien d’un mythe et j’en veux pour preuve l’incertitude que Barbey laisse planer sur l’origine de la politique et la datation du déclin : tantôt il accentue le rituel de Versailles, d’autres fois il remonte jusqu’à Henri IV et à la Renaissance lorsqu’il écrit que la période 1572-1600 est « le 93 moral, précurseur du 93 politique » (OEH, XXI, p. 53). Il lui arrive même de chercher encore plus loin, au moyen âge, lorsqu’il accuse Saint-Louis, le roi pourtant très chrétien, d’avoir le premier porté atteinte aux corporations « c’est-à-dire le peuple qui travaille et qui prie, et en le jetant, bohème et affamé, à la liberté vague, au hasard et à la préoccupation du jour le jour » (OEH, XXI, p. 128). De plus, la représentation de l ’Ancien Régime est instable chez Barbey, selon la perspective adoptée. Tantôt, il s’écrie qu’il faut en finir avec le xviiie siècle, « un siècle déshonoré » (OEH, II, p. 44), tantôt il en donne une représentation attirante, dans Une vieille maîtresse, parce qu’il est tout de même – malgré ses erreurs – sur l’autre rive de l’histoire, avant la rupture révolutionnaire.

32 Article sur Tocqueville, OEH, XXI, p. 128.

33 OEH, II, p. 134.

34 OEH, II, p. 129.

35 OEH, X, p. 311.

36 OEH, II, p. 129.

37 OEH, XXVI, p. 232.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site