Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

IV. Histoires

Lamartine et L’Histoire des Girondins : évocation et adaptation politiques du passé

Angélique Tintinger

Texte intégral

1Avant tout reconnu comme poète romantique, Lamartine est également un homme pragmatique qui manifeste au cours de sa carrière politique notamment, un véritable engagement visant à améliorer le sort de la France et des Français. L’Histoire des Girondins est une manifestation de ce paradoxe lamartinien dans la mesure où sous le masque de l’historien transparaissent tout autant le poète que l’homme politique.

2Alors que la commune faiblesse des doctrinaires et des libéraux est de croire que les conséquences sociales de la Révolution sont épuisées dès 1815, qu’il n’y a plus à se préoccuper des résultats sociaux, mais seulement à tirer des conséquences politiques, Lamartine, pénétrant plus avant l’esprit de la Révolution et, en visionnaire qu’il est, supputant plus exactement ses prolongements dans le présent, considère que les conséquences politiques tirées par ces doctrinaires sont insuffisantes. À ses yeux, il faut que les réformes politiques se doublent de réformes sociales dont l’espérance sous-tend 1789. Or depuis quelques années, le gouvernement perd pied : c’est la corruption qui règne et Louis-Philippe, démoralisé par la mort de son fils, le duc d’Orléans, en 1842, ne tient plus le gouvernail du pays. La France gronde, Lamartine l’entend.

  • 1 Correspondance Lamartine-Virieu, 1821-1830, t. 3, textes réunis, classés et annotés par M.-R. Mori (...)
  • 2 Ibid.

3Ainsi, lorsqu’il écrit l’Histoire des Girondins, Lamartine accomplit une tâche avant tout politique. L’histoire et la littérature ne sont que des outils au service de son entreprise qui est de rappeler les immortels principes de la Révolution. Il s’agit bien entendu de la souveraineté nationale, l’égalité civile, la démocratie, la liberté religieuse et la volonté de justice sociale. Il va sans dire que les fantômes de 93 planent toujours, et que si l’idée d’une révolution semble séduire le poète député, ce n’est que dans le dessein de faire progresser la société. Il préconise ainsi une révolution positive sans débordements tragiques, idée qu’il développait déjà en 1830 comme l’atteste sa correspondance : « Les grands principes de la Révolution de 89 sont vrais, beaux et bons, l’exécution seule a été atroce, inique, infâme, dégoûtante1 ». Il défend alors la révolution-principe qui renouvelle « de temps en temps la forme de la société humaine2 » contre la révolution-action, dangereuse car difficilement maîtrisable, particulièrement lorsque le peuple y prend part.

  • 3 Archives de la BNF, Première boîte, première pochette sur L’Histoire des Girondins.

4L’Histoire des Girondins se veut donc un instrument au service de l’instruction populaire visant à éclairer le lectorat sur les erreurs passées qui ne doivent plus être commises. Lamartine insiste clairement sur cet aspect de l’œuvre dans son manuscrit : « C’est une histoire, mais c’est surtout une conscience qui parle. Si jamais nous sommes destinés à revoir une révolution, le peuple plus instruit sera meilleur et il aura en fait la preuve que toute faute et toute concession et tout crime perdent la liberté3 ». L’Histoire des Girondins paraît en mars 1847… en février 1848 une nouvelle révolution éclate.

5L’influence de Lamartine dans ces événements est irréfutable. À peine publiée, 12 000 exemplaires de son Histoire sont vendus en deux semaines, huit mois plus tard, ce sont 25 000 exemplaires qui sont lus dans les salons, et dans les ateliers. Voilà comment la politique et l’histoire pénètrent dans les chaumières, voilà comment Lamartine raconte à la France, son histoire.

Un véritable travail d’historien

  • 4 Ainsi pouvons nous consulter dans les archives de la BNF, 3e boite, pochette no 3, la copie d’une (...)

6Ce sont de nombreuses recherches qui ont permis à Lamartine d’écrire son œuvre. En effet, les archives de la Bibliothèque Nationale de France regorgent de notes, de lettres dans lesquelles Lamartine se renseigne sur des faits, recueille des informations données par des descendants d’acteurs de la Révolution sur des événements vécus par leurs aïeux4. Des commentaires sur des mémoires consultés s’ajoutent à ses documents, que Lamartine commence à réunir dès 1843. Son projet de prévenir une nouvelle Terreur a donc eu le temps de parvenir à maturation et semble être la conséquence d’une analyse pertinente de la situation politique du moment doublée d’un talent de visionnaire : il est bien, comme le dit Paul Bénichou, un de ces poètes-prophètes chargé d’une mission. Ainsi l’historien novice qu’est Lamartine tente de réunir des éléments concrets, des témoignages de l’histoire et ne se contente pas de raconter les événements que la mémoire collective véhicule. L’Avertissement à cette Histoire justifie le projet et la démarche lamartiniens :

  • 5 A. de Lamartine, L’Histoire des Girondins, t. I, Société Typographique Belge, Bruxelles, 1847, p.  (...)

Nous avons écrit après une scrupuleuse investigation des faits et des caractères […], il n’y a pas une de nos assertions que ne soit autorisée par des mémoires authentiques, soit par des mémoires inédits, soit par des correspondances autographes […]5.

7La « scrupuleuse investigation » de Lamartine ne se reflète pourtant pas totalement dans son œuvre. Il n’a pas la prétention d’être un historien et il s’excuse dans son Avertissement, si des dates sont peu fiables, si des erreurs sont commises. Il ajoute ensuite :

  • 6 Ibid., p. 2.

Ce livre n’a pas les prétentions de l’histoire […] c’est une œuvre intermédiaire entre l’histoire et les mémoires. Les événements y tiennent moins de place que les hommes et les idées. Les détails intimes y abondent. Les détails sont la physionomie des caractères ; c’est par eux qu’ils se gravent dans l’imagination6.

8Ainsi, même si le titre prête à confusion, le but premier de Lamartine n’est pas de produire une somme de savoirs savants, mais de raconter l’histoire de manière à ce qu’elle pénètre au mieux les esprits. Celle-ci contient donc de nombreuses marques de l’oralité et des anecdotes qui plaisent tant aux foyers populaires. Ces deux aspects de l’œuvre qui évoquent la tradition orale ouvrent un accès direct à l’interprétation, voire à la fiction, ce qui permet à l’auteur d’introduire ses propres messages à l’attention de la population, faisant ainsi de l’Histoire des Girondins un instrument au service de la politique.

L’emploi de porte-paroles familiers

9Pour être lu du peuple, Lamartine accorde une importance capitale aux grandes figures de la Révolution. Ainsi Danton, Mirabeau, Lafayette ou Madame Roland font l’objet de chapitres entiers où l’auteur relate leurs éclats oratoires et gratifie le lectorat de biographies généralement centrées sur l’évolution du personnage depuis son enfance. Les hommes ainsi présentés sont essentiellement perçus comme des époux et des pères de famille aimants. Le lectorat masculin perçoit par conséquent ces êtres comme des reflets d’eux-mêmes et le processus d’identification devient possible. Lamartine séduit de la sorte les hommes qui se sentent plus ou moins proches des héros de la Révolution, et le pathos est suscité lorsqu’on apprend les malheurs endurés par chacun. Mais le cours de l’histoire, narré par Lamartine qui ne cache pas les vices de ces acteurs de grands événements, débouche sur les troubles de 93. Le message politique est là, et le député met en garde ce peuple qui est constitué d’êtres potentiellement illustres : de la grandeur à la terreur, il n’y a qu’un pas.

  • 7 Ibid., t. I, livre 1, p. 6-7.
  • 8 Ibid., p. 7.
  • 9 Souligné par nous.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid., t. I, livre 2, chap. X, p. 70.

10Cependant il faut du temps pour arriver à cette conclusion car cette mise en garde est dissimulée, diluée dans les descriptions et les références littéraires. Prenons l’exemple de Mirabeau. Celui-ci eut une enfance malheureuse, fréquenta les prisons, contracta un mariage de raison avec Mademoiselle de Marignan7. Ce parcours n’est pas sans rappeler les maux du chevalier Des Grieux. Dès lors, le lecteur est pris de pitié pour cet homme qu’il juge bon et qui trouve refuge au sein… de la politique. L’admiration succède alors au pathos : Mirabeau se ressource dans le giron salvateur de la chose publique et n’a plus qu’une seule ambition, voler au secours de la France ! Mais une fois encore, Lamartine, après avoir encensé l’avocat d’Aix en Provence, révèle une part d’ombre : « Entré obscur dans son cachot, il en sort écrivain, orateur, homme d’État, mais perverti, prêt à tout, même à se vendre pour acheter de la fortune et de la célébrité8 ». La conjonction de coordination « mais » marque la dualité du sujet, qualifié d’une part par une énumération de professions à caractères a priori positifs et d’autre part par une gradation sémantique et syntaxique croissante révélant ses dangereux défauts. Mirabeau semble ici avoir vendu son âme au diable, et sa vie, comme celle de ses illustres concitoyens, est présentée comme une tragédie à laquelle le fatum viendra mettre un terme. L’isotopie tragique est d’ailleurs très largement répandue dans l’œuvre : « Le drame9 de la vie est conçu dans sa tête ; il ne lui faut plus qu’une scène10 », écrit Lamartine au sujet de Mirabeau. Il peint de même la fuite de Varennes comme une mauvaise farce du destin « soit que la Providence voulût donner une dernière lueur d’espoir et de salut à ceux qu’elle allait si vite accabler de tant d’infortunes […]11 ». Et le fer qui tranche les destinées n’est pas tant dans la main des Parques, que dans celle de tout citoyen, un jour bourreau, l’autre victime. Cette tension dramatique a sa raison d’être puisqu’en partant de faits réels Lamartine cherche tout simplement à appliquer le principe antique de la catharsis. La lecture de l’Histoire des Girondins doit permettre au peuple de se libérer de son trop plein de sentiments et de retrouver une quiétude – s’il en est – ou un apaisement mis à mal. Ainsi, pitié et tristesse sont des émotions attendues par l’auteur qui veille à ce que le pathos se manifeste de manière récurrente.

  • 12 Lamartine écrit à ce propos : « L’instinct de la reine n’égara pas cette princesse, quand elle che (...)
  • 13 Ibid., chap. XVI, p. 84.

11Ce pathos a également pour fonction de réhabiliter certaines personnes, telles Marie-Antoinette, l’Étrangère, que Lamartine présente comme la femme accomplie et voile son incompétence en matière de fonctions royales. Ainsi, si cette dernière fréquente le comte de Fersen, ce n’est que dans l’intérêt maternel12, et non parce qu’elle éprouve des sentiments amoureux à l’égard de ce dernier. Marie-Antoinette ne cherche qu’à défendre sa famille, et sa conduite lui est dictée par le cœur. Par conséquent, la reine est l’incarnation du topos féminin, elle n’est que passions : « Toutes ses passions de femmes, de mère, de reine, la colère, la terreur, le désespoir, se livrèrent un tel assaut dans son âme, que ses cheveux, blonds la veille, furent blancs le lendemain13 ». Ainsi Lamartine joue la carte de la tempérance : nul être n’est à glorifier, nul être n’est à haïr, chacun porte une part de responsabilité. Il utilise donc les portraits pour introduire une nouvelle morale : il cherche à développer les capacités de jugement du peuple afin qu’il ne soit pas manichéen. Dans cet objectif, et afin de parfaire l’instruction du peuple, il introduit de même dans son récit des commentaires concernant des figures littéraires.

  • 14 Notons que Lamartine retient essentiellement les souhaits de Voltaire concernant l’« abolition de (...)
  • 15 Ibid., livre 5, chap. XIX, p. 242.
  • 16 Ibid.
  • 17 Nous pouvons lire au sujet de Mme Roland : « Ce qu’on enseigne à son âge et à son sexe ne lui suff (...)

12De nombreuses pages sont ainsi consacrées à Voltaire, que Lamartine admirait et dont il explique la philosophie14, ou à Mme de Staël qui, avec le portrait de Mme Roland, véhicule sans doute le plus fort message à l’égard du peuple. Ces deux portraits montrent que la suprématie des femmes résident dans leur savoir. Mme de Staël est en effet, présentée comme suit : « Fille de Necker, elle avait respiré la politique en naissant. Le salon de sa mère avait été le cénacle de la philosophie du xviiie siècle […]. Son berceau était celui de la Révolution15 ». Mme de Staël avait donc tous les atouts pour briller politiquement, encore eût-il fallu qu’elle naisse homme : « son sexe lui interdisait cette action directe que la place publique, la tribune ou l’armée n’accordent qu’aux hommes16 ». Par cette digression, Lamartine rappelle que chaque citoyen ou citoyenne a son rôle à jouer. Ce portrait est donc destiné à sensibiliser l’ensemble de la nation. Néanmoins, pour que les femmes qui ne s’identifient pas à une dame élevée à la cour se sentent concernées, Lamartine présente Mme Roland, fille du peuple, sous des rapports similaires à ceux de Mme de Staël : elle aussi est dotée d’une intelligence que son statut de femme ne permet pas de mettre à profit17. Mme Roland est ainsi, dans une certaine mesure, le double populaire de Mme de Staël, et est posée en allégorie du peuple instruit.

13Dans l’hypothèse où les portraits des grands acteurs et penseurs de la Révolution, de quelque côté qu’ils se placent, ne seraient pas suffisants pour que le peuple ait un regard intéressé sur ces événements du passé, Lamartine le présente lui-même comme acteur.

Réflexion autour de la force du peuple

14Le peuple est omniprésent dans l’Histoire des Girondins où il est le plus souvent désigné par l’isotopie de la masse. Il est une force qui va, une force où l’individu, sacrifié au profit de la nation, n’existe pas. Lamartine décrit donc les grands hommes, penseurs de la Révolution d’un côté, et de l’autre le corps qui agit, le corps social. De la même manière que l’auteur consacre des chapitres entiers aux hommes illustres, il en accorde au peuple.

15Ainsi, au septième livre du premier tome Lamartine s’interroge-t-il :

  • 18 Ibid., livre 7, chap. IX, p. 315.

Le peuple, au contraire, est-il à une de ces époques où il lui faut agir dans toute l’intensité de ses forces, pour opérer en lui ou en dehors de lui une de ces transformations organiques qui sont aussi nécessaires aux peuples que le courant est nécessaire aux fleuves, ou que l’explosion est nécessaire aux forces comprimée ? […] À une action soudaine, irrésistible, convulsive du corps social, il faut les bras et la volonté de tous. Le peuple devient foule, et se porte sans ordre au danger. Lui seul peut suffire à la crise. Quel autre bras que celui du peuple tout entier pourrait remuer ce qu’il a à remuer18 ?

16Notons dans ce passage les quatre occurrences du substantif « peuple » mais plus encore les actions à la portée de ces êtres présentés comme peuple dans la passivité mais qui deviennent foule dans l’action, une foule dangereuse, une force de la nature. Le peuple subit une transformation organique, et témoigne d’une convulsion du corps social. La métonymie du bras accentue l’idée que l’action de la nation est le remède à la crise. Les métaphores de la nature complètent cette notion de force.

  • 19 Ibid., livre 4, chap. IV, p. 178.

17Lamartine associe très souvent le peuple à l’élément liquide, qu’il soit calme ou déchaîné, et qui se propage partout : « les boulevards, les rues, les places publiques, les fenêtres, les branches même des arbres, ruisselaient de peuple19 ». L’accumulation des lieux urbains montre à quel point le peuple se propage dans un mouvement horizontal qui se veut rapide. Mais un mouvement ascendant est intrinsèque à l’évocation des branches d’arbres tandis qu’un mouvement descendant découle du verbe « ruisselait ». Le peuple occupe donc tous les espaces, il est omniprésent dans l’Histoire.

18Les chapitres consacrés au peuple sont destinés à tous les types de lecteurs : lecteurs des salons (pour qu’il prennent – enfin – le peuple en considération) ; lecteurs des ateliers qui doivent comprendre qu’ils appartiennent véritablement à la France sociale et politique. Il va de soi que ce message prête à confusion : Lamartine pourrait être accusé – ce qui a été le cas – de vouloir encourager le peuple à se révolter à nouveau. Mais ce que les détracteurs n’ont pas lu, où mal lu, c’est que Lamartine, conscient de l’arme qu’est la littérature, tente de freiner son élan poétique et grandiloquent pour introduire quelques maximes ou véritables leçons de morale, qu’il destine tout particulièrement au peuple.

19À la manière d’un La Rouchefoucauld, Lamartine sème de temps à autre une maxime lapidaire, au présent de vérité générale, ayant pour but de pénétrer les esprits des lecteurs. Ainsi peut-on, par exemple, lire que « la force d’un homme d’État, c’est son caractère » ou encore que « dans cette soi-disant balance du pouvoir […] l’équilibre est une chimère ». Lamartine invite par là le lecteur à réfléchir sur les notions de pouvoir politique et d’homme d’État. Cela permet de définir les attentes du peuple, toutes classes confondues, par rapport aux dirigeants politiques, mais aussi par rapport au pouvoir en général. Plus qu’un regard sur le passé, c’est un clin d’œil de Lamartine, l’homme du présent, l’homme de 1847, qui tire la sonnette d’alarme. Il semble en effet alerter son lectorat, lui rappeler les valeurs qu’il avait défendues en 1789 et ce qu’il a obtenu depuis. Il accentue cette mise en garde dans des sentences plus philosophiques en affirmant que « la tyrannie a besoin de préjugés, comme le mensonge a besoin des ténèbres ». Il parle ainsi par anticipation de Louis-Napoléon Bonaparte, afin d’éclairer ce peuple qui considère encore l’Empereur comme une illustre figure (contrairement au poète-orateur qui n’éprouve à son endroit que peu d’estime). De plus la popularité dont bénéficie encore Napoléon 1er se propage – comme par contagion – et touche également son neveu, le futur Napoléon III, qui commence à se manifester, ce que Lamartine, vates des temps modernes, voit d’un très mauvais œil.

20L’insertion de ces maximes quelque peu ambiguës font-elles de Lamartine un révolutionnaire ? L’épilogue prête encore bien plus à confusion car l’auteur semble y justifier le sang répandu pour le bien de la nation :

  • 20 Il s’agit de Louis XVI.
  • 21 Ibid., t. VIII, livre 61, chap. XVIII, p. 274.

Une nation doit pleurer ses morts, sans doute, et ne pas se consoler d’une seule tête injustement et odieusement sacrifiée20 ; mais elle ne doit pas regretter son sang quand il a coulé pour faire éclore des vérités éternelles […]. Les idées végètent de sang humain.21

21Lamartine tire ici une conclusion de 89 dont la maxime – « les idées végètent de sang humain » – surprend, et c’est un euphémisme. Une polémique naît ainsi, révélant les limites de la pédagogie lamartinienne. Son ouvrage est pris à contrepied, et on en fait un outil de propagande dans lequel l’historien-poète, semeur d’idées et faiseur de mythe, exhorterait à la prise d’armes !

22L’auteur des Girondins cherche donc, même s’il ne convainc pas véritablement, à faire la lumière sur les moments décisifs de la Révolution de 1789. Il montre avec quelle rapidité les événements se succèdent, entraînant des conséquences irrémédiables. Le peuple doit savoir comment agir dans de telles situations, et surtout, agir au mieux. Lamartine s’emploie donc à éduquer son lectorat en appliquant les principes antiques du movere – placere – docere, principes qu’il a découverts lors de son éducation chez les Jésuites et qu’il applique en tant qu’orateur.

23Movere, car une place majeure est accordée aux émotions, que ce soit la pitié ressentie à l’égard de la famille royale condamnée ou à l’égard de tous ces hommes et femmes condamnés à être guillotinés pour avoir trop, ou trop peu, de convictions patriotiques. Cette guillotine, allégorie des exécutions massives, cauchemar de 93, fait également naître la terreur puisque, à la manière de Thanatos, elle semble demander du sang en permanence. L’Histoire des Girondins est alors placée sous le signe de la tragédie qui, par la peinture de purges humaines, sollicite une purgation des passions.

24Placere : pour parvenir à s’introduire dans les foyers, Lamartine séduit son lectorat en présentant le peuple comme un acteur à part entière de l’histoire nationale. Celui-ci est présenté comme une force non négligeable par les nombreuses métaphores mais plus encore par les métonymies qui montrent qu’une partie de cette masse populaire peut accomplir de grandes choses. Ainsi l’ego du peuple est-il flatté, mais celui-ci prend aussi conscience de son ascendance – peut-être oubliée depuis 1789 – sur la vie sociale et politique du pays.

25Docere enfin. Lamartine instruit son lectorat par l’insertion de biographies plus ou moins longues et détaillées, qui sont autant de parenthèses, de moments figés dans le déroulement des événements, mis au profit de l’éducation. En effet, les portraits ont pour modèles des hommes et des femmes appartenant tant au monde ébranlé de la Monarchie qu’au virulent parti révolutionnaire, voire des modèles philosophiques comme Voltaire ou Rousseau qui annoncent déjà les Cours familiers de littérature du Lamartine vieillissant. Bien sûr, la narration des faits historiques participe de cette volonté d’enseigner qui motive l’auteur. Cette narration est aussi un prétexte à l’insertion de maximes dont la brièveté permet bien évidemment qu’elles s’impriment dans les esprits à conquérir.

  • 22 Dans le sens de l’imitatio latine, c’est-à-dire, la réappropriation d’une production antérieure.

26Rappelons qu’enfant, Lamartine a étudié sous les Jésuites les auteurs latins, dont de nombreux historiens, tels Tite-Live ou Tacite. Il semble dès lors possible de voir dans L’Histoire des Girondins une imitation22 de ces auteurs, et l’œuvre devient un témoignage, une trace écrite qui a pour tâche de révéler les mérites et les défauts de chacun. Mais, contraint par sa mère, Lamartine a également étudié La Fontaine. Il a par ailleurs lu Fénelon et Machiavel qu’il a longtemps admiré, aussi peut-on considérer l’Histoire des Girondins comme un nouveau Télémaque et le peuple, comme un autre dauphin à préparer à sa future fonction. Ainsi l’éducation permet-elle d’élever les âmes afin d’atteindre la vertu, et la vertu politique conduit à la libération, ce qui place aussi le projet lamartinien dans la lignée des Lumières, et instrumentalise l’Histoire à des fins politiques.

Notes

1 Correspondance Lamartine-Virieu, 1821-1830, t. 3, textes réunis, classés et annotés par M.-R. Morin, PUF, 1987. Il s’agit de la lettre no 604 de Lamartine à Virieu, datée de Mâcon, 24 octobre 1830 (p. 428-429). Aymon de Virieu est un ami d’enfance de Lamartine, ils ont étudié ensemble chez les Pères de la Foi à Belley. Lamartine se confie à M. de Virieu qui lui prodigue de nombreux conseils tant en matière de poésie que de politique. Leur amitié ne s’achèvera qu’à la mort de M. de Virieu.

2 Ibid.

3 Archives de la BNF, Première boîte, première pochette sur L’Histoire des Girondins.

4 Ainsi pouvons nous consulter dans les archives de la BNF, 3e boite, pochette no 3, la copie d’une lettre de Lauze de Perret envoyée à Lamartine par la petite-fille de celui-ci, Adélaïde Boutroux-Perret. M. Lauze de Perret était soupçonné d’avoir participé à l’assassinat de Marat.

5 A. de Lamartine, L’Histoire des Girondins, t. I, Société Typographique Belge, Bruxelles, 1847, p. 1. Cet Avertissement est daté du 1er mars 1847.

6 Ibid., p. 2.

7 Ibid., t. I, livre 1, p. 6-7.

8 Ibid., p. 7.

9 Souligné par nous.

10 Ibid.

11 Ibid., t. I, livre 2, chap. X, p. 70.

12 Lamartine écrit à ce propos : « L’instinct de la reine n’égara pas cette princesse, quand elle chercha, dans sa pensée, à quel zèle elle pourrait confier le salut du roi et de ses enfants ; elle pensa à M. de Fersen » (ibid., chap. IX, p. 68).

13 Ibid., chap. XVI, p. 84.

14 Notons que Lamartine retient essentiellement les souhaits de Voltaire concernant l’« abolition de la théocratie et l’établissement de la tolérance » (ibid., livre 4, chap. VI, p. 184).

15 Ibid., livre 5, chap. XIX, p. 242.

16 Ibid.

17 Nous pouvons lire au sujet de Mme Roland : « Ce qu’on enseigne à son âge et à son sexe ne lui suffisait pas. La mâle éducation des hommes était un besoin et un jeu pour elle ».

18 Ibid., livre 7, chap. IX, p. 315.

19 Ibid., livre 4, chap. IV, p. 178.

20 Il s’agit de Louis XVI.

21 Ibid., t. VIII, livre 61, chap. XVIII, p. 274.

22 Dans le sens de l’imitatio latine, c’est-à-dire, la réappropriation d’une production antérieure.

Auteur

Université Paris-Est, LISAA.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540