Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

III. Genres

Se perdre dans l’émigration ?

De l’obscurité politique à l’identité incertaine à la fin du siècle (1795-1810)

Stéphanie Genand

Texte intégral

1Le roman d’émigration est sans doute le genre littéraire qui entretient les relations les plus complexes avec la « fiction du politique ». Enraciné dans l’histoire – le mot même d’émigré entre dans le Dictionnaire de l’Académie en 1798 après avoir inspiré de nombreux textes répressifs entre 1793 et 1797, dont la terrible « loi des suspects » sous la Terreur – il refuse pourtant toute relation explicite avec les événements de son époque. L’exclusion de la politique constitue l’un des motifs récurrents de ces récits, que l’on songe à la célèbre lettre du Président de Longueil dans le roman de Sénac de Meilhan :

  • 1 Sénac de Meilhan, L’Émigré, 1797, réed. M. Delon, Gallimard, coll. « Folio », 2004, Lettre LXXV, p. (...)

Je n’entreprendrai certainement pas d’écrire l’histoire de l’incroyable révolution de la France1.

2Ou à la déclaration du narrateur des Mémoires d’une famille émigrée :

  • 2 Mémoires d’une famille émigrée, à Hambourg, chez Fauche, 1798, p. VII.

L’intention de l’auteur est de n’entrer dans aucune discussion politique, de ne manifester aucun esprit de parti. […] Il ne veut point juger de ce qui a été nécessaire en politique ; mais il voudrait intéresser pour les malheureux qui ont souffert2.

3À la fois fondatrice et absente, la Révolution s’inscrit sur un registre de représentation paradoxale. Cette oscillation tient sans doute à la proximité des événements et à la violence insoutenable qu’ils manifestent. Défiant et la raison et l’émotion, ils n’auraient d’autre choix que de rester en marge d’un récit réduit à l’impuissance par l’intensité du temps.

4Cette ambivalence, qui place la littérature d’émigration à la frontière permanente de l’histoire, n’apparaît pourtant pas comme une faiblesse aux romanciers qui s’emparent de ces questions : aux déclarations qui affirment la prééminence de la fiction sur la politique dans les préfaces, s’ajoute l’émergence d’une nouvelle poétique de l’histoire à la fin du siècle. Loin de déplorer leur incapacité à aborder frontalement l’actualité, les auteurs opèrent un véritable transfert de prérogatives entre le roman et le texte théorique. La partition traditionnelle, magistralement illustrée par l’œuvre de Montesquieu souvent citée comme une référence au tournant des Lumières, cède la place à l’éloge d’une fiction présentée comme seule capable de restituer le champ du politique. La lettre LXXXVI de L’Émigré, qui voit le Président de Longueil dresser l’inventaire critique de sa bibliothèque, place explicitement Les Lettres persanes au-dessus de L’Esprit des lois :

  • 3 L’Émigré, op. cit., p. 265.

Montesquieu perdra moins qu’un autre dans cette révolution d’idées et de sentiments, parce que les objets dont il a parlé seront éternellement intéressants, et que sa manière de s’exprimer est simple et piquante ; mais tout en admirant plusieurs parties de l’Esprit des lois, je crois que cet ouvrage lui donnera moins de droits que les Lettres persanes, pour se maintenir au premier rang des hommes de génie. Toutes les idées politiques répandues et dans L’Esprit des lois, et dans l’ouvrage, si bien fait, si sagement ordonné sur la grandeur et la décadence des Romains, sont contenues en germe dans les Lettres persanes, et le sujet y permet certaines idées qui déparent la dignité d’un ouvrage aussi grave que l’Esprit des lois ; tel ce passage au sujet de la polygamie et des sérails, le maître est un débiteur insolvable au milieu de ses créanciers3.

5Les événements de la Terreur, en congédiant toute forme de stabilité, invalident la quête des « principes » fondamentaux dans la démarche de Montesquieu :

  • 4 Ibid., p. 259.

J’avais beaucoup de livres sur le droit public […] ; mais cette science qui fixe les rapports généraux des peuples, et la constitution de plusieurs, cessera bientôt d’occuper les esprits, parce que l’édifice gothique, dont elle donne la description, est miné de toutes parts. Les traités de politique et tout ce qui est relatif à cette fameuse balance de l’Europe tomberont aussitôt dans l’oubli, parce que les rapports des peuples sont changés, et que l’ambition n’a plus pour objet la seule domination, mais la quantité de numéraire et l’accroissement du commerce4.

6La « fiction du politique » apparaît dès lors comme le nouveau langage de l’histoire révolutionnaire : si nul Esprit des lois n’éclairera jamais la chute de l’Ancien Régime, le roman en propose une traduction indirecte, symbolique et affranchie des exigences de la pensée universaliste.

  • 5 Bronislaw Baczko, Politiques de la Révolution française, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2008.

7Il convient cependant d’ajouter une dernière hypothèse à ce tableau, assez classique, du lien paradoxal qu’entretient le roman d’émigration avec l’histoire. Elle tient à la nature de la culpabilité imposée par les lois répressives de 1793 et 1797. Comme l’explique Bronislaw Baczko dans son ouvrage consacré aux Politiques de la Révolution française5, la Terreur inaugure à l’encontre de la noblesse une discrimination d’ordre non plus judiciaire mais identitaire :

  • 6 Ibid., p. 19.

La Terreur était un système de pouvoir qui menaçait et punissait les individus non pas pour ce qu’ils ont fait, mais pour ce qu’ils sont6.

  • 7 Cité dans Politiques de la Révolution française, ibid., p. 22.
  • 8 Voir Lynn Hunt, Le Roman familial de la Révolution française, Albin Michel, 1995.

8En s’attaquant aux fondements de l’essence aristocratique, les révolutionnaires privent les proscrits de toute légitimité. Nulle voix ne peut donc plus s’élever pour énoncer clairement, de manière assumée, une vision de l’histoire invalide dès lors qu’elle émane d’un écrivain ou d’un protagoniste que la législation abolit socialement avant de le bannir du territoire national. Entre 1793 et 1797, les nobles deviennent des étrangers ou des fantômes relégués de l’autre côté des frontières. Cette mise à mort symbolique les exclut de toute énonciation politique. Ils n’ont alors plus d’autre choix que d’investir le territoire de l’intime. L’expression de l’identité, individuelle ou collective, devient le seul champ possible pour des personnages radiés des registres et du mouvement de l’histoire. Il ne s’agit pourtant pas d’un simple refuge où pourrait se rétablir le processus de la transmission et de la filiation. Le moi, le couple et la famille, s’ils sont structurés par le sang, se voient investis par la Révolution d’enjeux politiques liés à la nature même du crime de la noblesse : marquée, pour reprendre les termes de Robespierre, par une « tache originelle7 », elle se voit condamnée dans son existence même. Parler de soi, sous la plume d’un proscrit, équivaut à ressusciter une identité abolie par la déclaration officielle du 19 juin 1790. Le roman d’émigration impose ainsi de redéfinir la frontière qui sépare la politique de la fiction ; moins pour des raisons esthétiques qu’au nom de l’assimilation, désormais inévitable, de la sphère privée à des valeurs idéologiques interdites. La question des alliances, des générations et des moyens de reconstituer une unité familiale après l’exil n’offre pas seulement le miroir d’une histoire qui décapite les fondements de l’autorité8 : elle en est le prolongement inéluctable dans un contexte qui ne dissocie plus la cité du citoyen, l’action du sang et la politique de l’identité.

  • 9 Mémoires d’une famille émigrée, op. cit., p. VII.
  • 10 Jeanne-Françoise Polier de Botens, romancière suisse, auteur notamment de Félicie et Florestine (18 (...)

9La littérature de l’émigration soulève dès lors de nouvelles difficultés qui traversent tous les romans publiés entre les deux siècles. Privée de légitimité politico-sociale et chassée du territoire, l’aristocratie ne disparaît pas mais se déplace. L’exil, s’il lui permet de survivre physiquement en échappant à la guillotine, n’en échoue pas moins à reconstituer les droits et l’essence même d’un ordre effacé par les révolutionnaires. La proscription débouche ainsi sur la situation paradoxale d’une classe qui échappe à la mort sans retrouver son identité. Qui est-elle de l’autre côté de la frontière ? Cette question suscite plusieurs réponses contradictoires dans les textes de cette période : certains personnages n’hésitent pas à reconduire les prérogatives et les codes qui structuraient jadis leur existence en France. Émigrer signifie changer de territoire sans renoncer à l’identité noble. Il convient donc de la conserver, notamment par le choix de mariages respectueux du rang et des convenances. D’autres, au contraire, suggèrent de renoncer aux préjugés traditionnels et de trouver de nouvelles valeurs plus proches des temps qui s’annoncent. Les romans d’émigration sont tous hantés par cette question de l’identité. Elle occupe une place d’autant plus importante que la situation politique se durcit en France et qu’il faut plus que jamais choisir, après avoir survécu, qui on veut être. Cette quête, si elle ne constitue pas un discours idéologique explicite, n’en naît pas moins des bouleversements imposés par la Révolution. Elle signe la contagion des registres et place la famille en exil au cœur de la « fiction du politique ». Un texte, publié en 1798, donne à ces interrogations une importance à la fois particulière et originale : il s’agit des Mémoires d’une famille émigrée9, paru sans nom d’auteur mais vraisemblablement rédigé par Madame Polier de Bottens10. Témoin de cette période d’entre-deux qui sépare la mort de l’Ancien Régime d’un nouvel ordre stable, ce roman place au cœur de l’intrigue l’interrogation sur l’identité noble et la recomposition des repères familiaux.

10Publiés chez l’éditeur de L’Émigré de Sénac de Meilhan, les Mémoires d’une famille émigrée partagent aussi le même ancrage dans une période de transition qui confronte les personnages à la question de leur identité. Une fois l’exil assumé comme seule solution pour éviter la mort, il faut trouver des repères capables de structurer cette existence déracinée. L’auteur le rappelle dans sa préface, deux positions s’opposent alors dans l’esprit des Français qui quittent leur territoire. Celle, conservatrice, qui n’envisage qu’un déplacement de leur art de vivre prestigieux :

  • 11 Mémoires d’une famille émigrée, op. cit., p. VII.

Il était naturel que la nation française, qui avait vu naître dans son sein l’esprit de chevalerie, vît une classe en conserver les sentiments pour sa religion et pour son roi, même en condamnant les anciens abus, dont souvent elle avait été la victime. Combien d’émigrés ont porté dans les pays étrangers, cette façon de penser pure et délicate, et, sous cet aspect, ont été vraiment intéressants11.

11Celle au contraire, privilégiée dans l’intrigue, qui accepte de renoncer aux fondements traditionnels pour envisager l’exil comme une renaissance possible :

  • 12 Ibid., p. IX.

C’est à eux que l’auteur voudrait adresser son ouvrage ; c’est à eux qu’il voudrait donner la preuve, qu’il est possible d’être heureux, en renonçant à des principes, qui tiennent à l’éducation et à d’antiques préjugés. Ils ont pu voir que c’était bien plus par leurs vertus, par leur courage, qu’ils étaient aimés et considérés, que par leurs titres et leur illustre origine. Quel que soit l’effet de cette malheureuse expérience, l’imagination voudrait trouver des raisons, des moyens et un temps qui pourront rendre à la république française des hommes vertueux12.

  • 13 Ibid., t. I, p. 38.

12Cette interrogation n’attend pas le passage de la frontière pour déstabiliser les protagonistes. La famille de Madame de Clairsans, descendante d’un des plus grands noms français comme l’onomastique le suggère, subit une première perte symbolique lorsque le Marquis meurt en défendant son château attaqué par des villageois en furie. Si le texte rend hommage aux qualités humaines d’un propriétaire toujours soucieux du bien-être de ses vassaux – « Toujours nous vous regarderons comme nos enfants13 », déclare-t-il à ses sujets venus lui rappeler leur fidélité –, il n’en ouvre pas moins le récit sur la disparition d’un père qui incarnait les principes de l’Ancien Régime. Cette mort du père, stéréotype du roman d’émigration, rappelle moins l’exécution du roi que la nécessité, pour les héros, de construire leur existence dans un monde affranchi de toute autorité verticale. Le modèle en amont disparaît, laissant les jeunes générations dans l’obligation de décider sur quels principes elles vont fonder leur destinée. Une première frontière sépare alors la mère, gardienne de la tradition, des convictions et des projets de son fils. La perte de son époux ne marque pour elle aucune transition symbolique :

  • 14 Ibid., t. I, p. 56.

« On a pu, disait-elle, anéantir les titres ; ils étaient devenus trop communs, et cachaient souvent une naissance ignoble. Mais la vraie noblesse est au-dessus de ces vaines décorations. Les décrets que l’envie et l’orgueil ont prononcés, n’empêcheront jamais qu’un sang illustre coule dans nos veines. C’est à nous de prouver qu’il ne méritait pas d’être avili, et qu’il n’a pu l’être. Maintenons cette noble fierté, mon fils ; elle animait le cœur de votre père. Il n’aurait jamais souffert que vous y portassiez atteinte, soit en vous mésalliant, soit en faisant des actions, ou en admettant des opinions indignes du nom que vous portez14 ».

13Le poids du sang reste inchangé malgré cette disparition et le basculement politique qu’elle augure. Une brèche s’ouvre néanmoins dans le tissu aristocratique et ses liens : la destruction du château, ultime étape d’un renversement de fond, accomplit dans un grand incendie une révolution qui décloisonne et libère les espaces confinés. Aux domaines aristocratiques succèdent ainsi les couvents, confisqués à l’Église en 1789, et dont les pensionnaires n’ont d’autre choix que de s’ouvrir à un monde dont elles ignorent tout :

  • 15 Ibid., t. I, p. 158.

Il est plus facile de comprendre que d’exprimer le désespoir et le désordre dans lequel ce cruel décret plongea toute la communauté. Les anciennes religieuses, dont la vie s’était écoulée en paix dans cet asile, n’envisageaient qu’avec horreur ce changement dans leur situation ; ayant rompu les liens qui les attachaient à la société et à leurs familles, elles étaient devenues étrangères à un monde qui n’avait aucun charme pour elles15.

14L’intrigue, en juxtaposant la profanation du domaine et la fin des cloîtres, privilégie les moments pathétiques d’une histoire qui renverse plusieurs siècles de tradition. Des religieuses orphelines de leurs règles à la famille décimée de Clairsans, l’enjeu reste le même : oser respirer le vent du changement et découvrir un espace qui ne reconnaît plus les prérogatives de l’Ancien Régime.

15Ces deux épisodes sont en effet liés dans les Mémoires d’une famille émigrée. Au-delà du symbole qui unit des lieux ouverts par la force des événements, une histoire d’amour complexe rejoint elle aussi le couvent aboli au château du Marquis : le fils, Théodore, aime depuis son plus jeune âge Alix, orpheline recueillie par les religieuses et qui a bénéficié de l’éducation la plus brillante malgré la modestie de sa naissance. À la déchéance sociale d’un noble privé de ses droits répond ainsi, dans un contrepoint subtil, la promotion symbolique d’une jeune femme pourtant prédestinée à la misère par la perte des siens :

  • 16 Ibid., t. I, p. 90.

L’éducation qu’elle a reçue, a développé chez elle les sentiments les plus généreux, les plus délicats ; elle ne pourrait rentrer dans l’état obscur dont ma mère m’a tirée à sa naissance… D’ailleurs elle est orpheline… Elle a sans doute plus à gémir, qu’à se féliciter de la manière dont elle a été élevée, puisqu’il est probable qu’elle lui attirera bien des peines16.

16Élevée dans le respect de la sensibilité et de la vertu, Alix se dote d’une noblesse d’âme presque aussi séduisante que celle établie par le sang. Théodore ne s’y trompe pas, qui ne craint pas de la demander en mariage et de reconnaître une supériorité de caractère dans la fille adoptive de Madame de Clairsans. Leurs dialogues résonnent pourtant de la peur qu’un ancien préjugé ne vienne compromettre une alliance qui contourne le code de la noblesse française :

  • 17 Ibid., t. I, p. 259.

« Ne savez-vous pas, répondit Alix, qu’on s’attache plus par les bienfaits que l’on accorde, que par ceux que l’on reçoit ? Madame de Clairsans m’en a comblé depuis ma naissance, et la permission qu’elle m’a donné d’associer mon sort au sien, est le plus grand que j’en aie reçu ; j’ose croire que ce sera un titre auprès d’elle… Conservons l’espérance, mon cher Théodore… Hélas ! Quelle est ma témérité d’oser espérer qu’un jour j’aurais le droit d’avouer hautement le sentiment qui depuis si longtemps, agite mon cœur pour le plus aimable des hommes ?… Vous me faites oublier ma naissance ; mais je devrais avoir le courage de me le rappeler, et de mesurer la distance qui nous sépare. – Nos cœurs l’ont franchie, mon Alix, elle n’existe plus. Je ne puis voir en vous que la fille d’adoption de ma mère, et celle qui sera un jour la compagne de ma vie17. »

17Leurs proches se divisent sur cette question, entre la tante d’Alix qui souligne l’égalité proclamée par la Révolution et celle de Théodore, qui préfère sa mort à la corruption du sang :

  • 18 Ibid., t. I, p. 172.
  • 19 Ibid., t. I, p. 178-181.

« Eh bien ! Quel grand mal, disait-elle, lors même qu’il l’épouserait. La révolution a levé tous les obstacles qui s’opposaient à ce qu’un seigneur épousât une fille de notre classe, et c’est ce qu’elle a fait de mieux. Pourquoi n’aurions-nous pas autant de droits à la noblesse, au bien-être ? Ne sommes-nous pas aussi les créatures de Dieu ? Ah ! Si j’étais à ta place, j’agirais bien autrement, et sois sûre que Madame de Clairsans aimera mieux te voir l’épouse de son fils, que de le perdre18. »
« Mais, mon neveu, reprit l’abbesse, songez donc à quel point on avilit déjà la noblesse !… Quoi ! Vous voudriez, par un aussi grand oubli que ce que vous devez à votre naissance, paraître approuver les odieux décrets d’une assemblée d’impies et de rebelles !… Quoi ! La fille d’un concierge deviendrait ma nièce, porterait le nom de marquise de Clairsans ! Ah ! Fussé-je plutôt restée ensevelie sous les ruines du cloître que j’ai été forcée de quitter, avant de voir la profanation d’un nom aussi illustre ! […] Ah ! Je le répète, que ne suis-je morte avant de voir cette affreuse dégénération de tous les principes et de toutes les idées reçues19 ! »

18Les péripéties qui entourent ce mariage constituent le nœud d’une intrigue fondée sur l’hypothèse d’une union inédite, qui substitue à l’ordre du sang celui de la vertu et des valeurs sensibles.

19L’émigration apparaît dès lors comme une expérience à la fois symbolique et stratégique. La fuite réunit tous les éléments traditionnellement associés à ce déracinement. La nuit, la pluie et la peur achèvent d’oppresser des personnages contraints de traverser une forêt obscure avant de trouver refuge dans une caverne :

  • 20 Ibid., t. I, p. 229-231.

La marquise et Alix qui pouvaient à peine se soutenir, s’élancèrent avec impétuosité de la voiture, se chargèrent de tout ce qu’elles pouvaient prendre, et, aidées de Victoire, de Théodore et du domestique, elles pénétrèrent, malgré l’obscurité et la pluie, dans l’épaisseur du bois. […] Ils arrivèrent enfin à la cabane. C’était la retraite des braconniers. Maintenant que les droits de chasse sont abolis, elle n’est plus habitée, et ne peut que servir d’abri contre la pluie qui tombait en torrents. Il faisait une nuit obscure, et l’on était sans aucun moyen pour allumer du feu ; mais on était dans un asile sûr, et l’on se décida à y passer la nuit…20

20Cet épisode régressif, s’il structure le récit d’émigration, inaugure la perte des identités soudain abolies par la peur et la traversée de lieux n’offrant aucune prise aux codes de la civilité. La famille de Clairsans n’est plus un symbole de l’aristocratie mais un groupe d’êtres humains angoissés par la mort et la disparition nocturne. Nul ne ressort indemne d’une telle expérience. Dès son arrivée en Allemagne, de l’autre côté de la frontière, la mère de Théodore redoute pardessus tout la révélation de son véritable rang. Cette modestie, surprenante chez une femme qui ne cesse de rappeler les devoirs imposés par un sang de renom, surprend les émigrées voisines. Les Français qui se sont installés dans les environs de Mayence continuent de briller par un art de vivre qui n’a rien perdu du faste de l’Ancien Régime. Madame de Clairsans, troublée par son voyage au bout de la nuit, intrigue ses compatriotes et éveille leurs soupçons. Et si elles n’étaient, avec Alix, que des aventurières venues ensevelir une réputation sulfureuse ?

  • 21 Ibid., t. II, p. 20.

« D’ailleurs, ajouta-t-elle, c’est sûrement la femme de chambre de cette marquise, qui n’est peut-être elle-même qu’une aventurière. À quoi bon se cacher ainsi ? Nous n’avons qu’une manière de vivre agréablement hors de notre patrie ; c’est en nous faisant connaître. La noblesse est encore un titre chez les nations, qui nous donnent asile, et ceux qui à présent gardent l’anonyme, ne sont sûrement pas de notre classe. Quoique vous disiez, monsieur le vicomte, de l’air noble de cette marquise, des grâces enchanteresses de cette demoiselle Alix, je persiste à croire qu’il faut en rabattre. Si elles étaient ce que vous dites, nous les connaîtrions. Elles se seraient fait présenter chez monseigneur… »21

21Ce n’est pas le moindre des paradoxes que ce renversement des ordres qui suit de près leur arrivée en Allemagne. Une fois la frontière passée, rien ne garantit plus la pureté d’une noblesse déracinée et qui mesure la perte de ses fondements. Théodore le découvre à son tour, quand déguisé en domestique pour échapper aux Français qui se battent contre les coalisés, il ne parvient pas à convaincre les soldats qui l’arrêtent de son appartenance à l’aristocratie. Accusé d’être un jacobin, il doit prouver un rang amputé de son évidence en ces temps incertains :

  • 22 Ibid., t. II, p. 174.

La candeur, une noble fierté se peignaient sur toute la figure du marquis, et donnaient à ses paroles l’aspect de la vérité. « Il faut l’avouer, monsieur, reprit le gouverneur, j’ai de la peine à vous croire coupable ; mais il faudrait des preuves, et vous n’en avez point. » « Il est affreux, monseigneur, qu’un honnête homme ne puisse en être cru sur sa parole. » « Mais, monsieur, cela ne suffit pas, dans un temps comme celui-ci ; on peut être trompé, induit en erreur, et l’on ne saurait prendre trop de précautions. »22

22Cette inversion, qui marque une nouvelle étape dans la déstructuration de l’identité, touche aussi la personne d’Alix. Arrêtée à son tour à Lyon où elle séjourne en liberté compte tenu de son statut de domestique, elle dégage une telle fierté que les membres du Tribunal restent persuadés qu’elle est une noble émigrée :

  • 23 Ibid., t. III, p. 82.

La charmante figure d’Alix, faisait croire à ceux qui la voyaient, qu’elle n’était pas ce qu’elle paraissait être. Elle subit des interrogatoires, qui l’effrayèrent extrêmement. On l’accusa d’être une noble émigrée, qui rentrait. Le témoignage de son conducteur, qui la connaissait pour être la fille du concierge de Clairsans, put à peine servir à la soustraire à l’inquisition des petits municipaux, dignes agents du gouvernement, qui régissait la France, à cette affreuse époque23.

23L’idée d’une essence aristocratique n’a plus de sens une fois les territoires transformés. Le passage de la frontière semble inaugurer, dans ce roman, une perte des repères directement issue de l’abolition juridique de cette classe. Si elle ne disparaît pas en s’exilant, la noblesse éprouve la dissolution de son identité. Pour Alix et Théodore, il s’agit d’une formidable opportunité pour envisager un mariage inconcevable avant la Révolution :

  • 24 Ibid., t. III, p. 54.

Et ce fils, ce Théodore, ah ! il était pour elle plus qu’un frère ; c’était l’être qu’elle aimait le mieux dans le monde. Sans doute, elle aurait dû mettre des bornes à son attachement pour un homme dont les convenances de la société la séparaient ; mais ces convenances sont bien peu de choses quand le cœur parle ; leur influence cède à celle du sentiment. Si M. de Clairsans fût toujours resté dans la situation brillante où le ciel l’avait fait naître, Alix aurait surmonté son penchant pour lui. Le malheur semblait les avoir rapprochés ; et sans trop se flatter que leur attachement pût jamais être sanctionné par l’hymen, elle s’était livrée au sentiment qu’elle éprouvait, et avait joui délicieusement de celui qu’elle inspirait24.

24Pour sa mère en revanche, le temps n’est pas encore venu de tourner la page du monde qu’elle a connu. Consentir à ce mariage implique qu’elle accepte le changement politique et la révocation sans retour des préjugés de son ordre :

  • 25 Ibid., t. III, p. 220.

Madame de Clairsans était très sensible ; elle eût payé de sa vie les obligations qu’elle avait à Alix. Mais lui sacrifier toutes les espérances d’un brillant établissement pour son fils, l’unique rejeton d’une aussi noble race, le sacrifice était impossible. Elle croyait au succès d’une contre-révolution, qui, en rendant à la noblesse tout son ancien lustre, mettait le marquis à même d’épouser la première héritière de France. Son orgueil héréditaire, secondé par ses espérances, livrait un combat violent au désir qu’elle avait de voir Théodore heureux25.

25Elle reste ainsi hostile à cette union et achève d’éloigner un fils qui déplore l’arbitraire des liens du sang, comme il le rappelle à celle qu’il aime :

  • 26 Ibid., t. III, p. 216.

« Nos liens sont indissolubles. Une mère injuste n’a pas le droit de les rompre et de m’empêcher de les serrer d’une manière solennelle. Celle qui veut mon malheur n’est plus ma mère… De ce moment, je ne reconnais qu’une relation, c’est celle de ton amant, de ton époux. Les puissances du ciel, celles de l’enfer même ne pourront m’y faire renoncer. Tremble, en t’y opposant, de faire naître des malheurs irréparables. Alix, je le jure, l’instant qui nous séparera sera celui de ma mort26. »

26Madame de Clairsans, en refusant de céder au mouvement de l’histoire, n’a plus d’autre issue que la mort. Celle-ci la frappe en Allemagne, loin de son château familial, sous la forme d’une infection du sang. Au-delà du symbole évident, cette maladie conclut le cycle des générations et le transfert de l’autorité. Théodore et Alix deviennent seuls maîtres de leur destinée, au moment où la mère admet l’existence d’une noblesse morale chez sa fille adoptive :

  • 27 Ibid., t. III, p. 231.

« Madame, dit Alix d’une voix tremblante, je n’ai jamais désiré une illustre naissance, que pour être digne de vous appartenir ; puissent ma tendresse, mon dévouement, vous faire oublier que je ne suis pas votre égale !– Tes vertus sont des titres impérissables, répondit la marquise avec émotion ; elles m’étaient assez connues, pour que je ne dusse pas les oublier. »27

27Aux liens du sang dénaturés ou illégitimes succèdent ainsi la grandeur d’âme et l’identité sensible.

  • 28 Ibid., t. III, p. 236.

28Les Mémoires d’une famille émigrée se referment dès lors sur l’image d’une famille « recomposée » par les aléas politiques. La cellule initiale s’est progressivement dissoute au profit d’un couple inédit, qui donne à son tour naissance à « deux enfants, un fils et une fille28 ». Le marquis de Clairsans a renoncé à tous les principes de l’aristocratie pour travailler et subvenir aux besoins des siens :

  • 29 Ibidem.

Rien n’égale le bonheur de monsieur de Clairsans, lorsque rentrant dans sa maison, fatigué du travail, il voit accourir au-devant de lui, son épouse, tenant sa fille dans ses bras, et précédée de son petit Félix, qui, par ses caresses enfantines, cherche à faire oublier à son père, les fatigues de la journée. L’univers est borné, pour cette famille aimable et vertueuse, à l’enceinte de leur domaine. Ils y oublient dans le sein de l’amour et de l’amitié, les peines qui ont troublé leur vie, et tous les avantages dont ils pouvaient jouir, s’ils avaient conservé leur rang dans la société29.

29Cette renaissance ne s’est pas faite sans douleur : elle a imposé aux personnages la perte de leurs proches, plusieurs années d’exil et une installation définitive de l’autre côté des frontières. Alix et Théodore vivent en Suisse, au creux de ces montagnes qui leur cachent le souvenir du passé en leur offrant un nouveau paysage, à la hauteur du renversement dont ils furent les témoins. Mais cette dernière image confirme les vertus de l’émigration lorsqu’elle transforme le déracinement en ouverture à l’autre. Le séjour en Allemagne apprend aux héros la fragilité de leurs repères et la nécessité de ne plus séparer les deux rives de l’histoire. Comme l’écrivit Jean-Pierre Vernant en 1999 sur l’une des bornes du pont de l’Europe qui relie Strasbourg à Kehl, à l’occasion du cinquante-cinquième anniversaire de la création du Conseil de l’Europe :

  • 30 Jean-Pierre Vernant, cité par Michel Foucher dans « Une histoire de frontières », L’Histoire, Hors- (...)

Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui. Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être. On se connaît, on se construit par le contact, l’échange, le commerce avec l’autre. Entre les rives du même et de l’autre, l’homme est un pont30.

Notes

1 Sénac de Meilhan, L’Émigré, 1797, réed. M. Delon, Gallimard, coll. « Folio », 2004, Lettre LXXV, p. 233.

2 Mémoires d’une famille émigrée, à Hambourg, chez Fauche, 1798, p. VII.

3 L’Émigré, op. cit., p. 265.

4 Ibid., p. 259.

5 Bronislaw Baczko, Politiques de la Révolution française, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2008.

6 Ibid., p. 19.

7 Cité dans Politiques de la Révolution française, ibid., p. 22.

8 Voir Lynn Hunt, Le Roman familial de la Révolution française, Albin Michel, 1995.

9 Mémoires d’une famille émigrée, op. cit., p. VII.

10 Jeanne-Françoise Polier de Botens, romancière suisse, auteur notamment de Félicie et Florestine (1803), La Veuve anglaise, ou la retraite de Lesley Wood (1813) et Anastase et Nephtalie ou les amis (1815).

11 Mémoires d’une famille émigrée, op. cit., p. VII.

12 Ibid., p. IX.

13 Ibid., t. I, p. 38.

14 Ibid., t. I, p. 56.

15 Ibid., t. I, p. 158.

16 Ibid., t. I, p. 90.

17 Ibid., t. I, p. 259.

18 Ibid., t. I, p. 172.

19 Ibid., t. I, p. 178-181.

20 Ibid., t. I, p. 229-231.

21 Ibid., t. II, p. 20.

22 Ibid., t. II, p. 174.

23 Ibid., t. III, p. 82.

24 Ibid., t. III, p. 54.

25 Ibid., t. III, p. 220.

26 Ibid., t. III, p. 216.

27 Ibid., t. III, p. 231.

28 Ibid., t. III, p. 236.

29 Ibidem.

30 Jean-Pierre Vernant, cité par Michel Foucher dans « Une histoire de frontières », L’Histoire, Hors-série « Les Européens », octobre 2008, p. 61.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site