Version classiqueVersion mobile

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

III. Genres

Genres

Texte intégral

1La fiction du politique conduit à une exploration générique. Il ne s’agit plus d’employer tels quels les genres canoniques et traditionnels, mais bien souvent d’inventer une forme neuve. C’est là que la façon et le façonnage que comporte le fingere latin prennent toute leur mesure. Ce peuvent être les échos personnels de ce qui s’apparente à l’entreprise autobiographique qui se font entendre dans le traité L’Architecture de Ledoux ou dans les récits de l’émigration, ou dans les expérimentations poétiques de Rimbaud dans Illuminations. La forme romanesque est maltraitée aussi bien par Flaubert dans Bouvard et Pécuchet que par Gide qui réfléchit au roman et à ce qu’il peut assimiler. Nous de Zamiatine présente enfin une des formes phares, et pour tout dire classiques, de la fiction du politique : la dystopie.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search