Version classiqueVersion mobile

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

II. Allégories

Femmes de pouvoir dans les fictions politiques francophones de l’Afrique subsaharienne postcoloniale : des pensées subversives aux conduites révolutionnaires

Émilie Sevrain

Texte intégral

Elles sont Debout !
Les Mères-courage !
Debout !
Au carrefour des malheurs africains
Debout !

Face à l’aube blafarde des indépendances manquées (Angèle Bassolé-Ouédraogo, Les Porteuses d’Afrique !)

  • 1 Nous renvoyons à quelques ouvrages et articles de référence dans ces domaines de recherche : La Ci (...)
  • 2 Face à l’institutionnalisation croissante de la figure d’épouse de président sur la scène internat (...)
  • 3 Si la première décennie des indépendances comme l’ère coloniale fut caractérisée par une absence d (...)
  • 4 Publisud, 1994.
  • 5 Abidjan, Nouvelles Éditions Ivoiriennes, 1996.
  • 6 Silence, on développe, Paris, Nouvelles du Sud, 1992.
  • 7 La Nièce de l’imam, Saint-Maur, Sépia, 1994.

1Longtemps sous estimée par les observateurs étrangers, la participation des Africaines dans les prises de décision ou de gestion des conflits politiques a été l’objet ces dernières décennies de nombreuses études critiques dans les domaines historiographiques français, anglo-saxons et africains1. Si nombre de travaux anthropologiques ont révélé l’effectivité du pouvoir politique féminin lors de l’expansion territoriale précoloniale ou des luttes indépendantistes, l’engagement féminin apparaît, malgré la persistance de certaines discriminations dans l’accès au pouvoir, particulièrement fort au sein des instances publiques et étatiques des sociétés modernes. La nomination retentissante d’Ellen Johnson-Sirleaf à la présidence de la République du Liberia, le 11 novembre 2005, ou la médiatisation croissante des Premières dames2, telles que Simone Gbagbo, Chantal Biya, Janet Museveni ou encore Winnie Byanyima, sur la scène diplomatique internationale contemporaine souligne la pérennité de l’influence politique féminine dans l’évolution des cultures et imaginaires institutionnels pluriels de l’Afrique subsaharienne. Marqués par la violence des conquêtes coloniales et des guerres civiles postcoloniales, nombre d’écrivains, hommes et femmes3 se sont employés à figurer les bouleversements culturels et politiques des sociétés modernes du sud du Sahel. Au cœur de ces luttes de pouvoir et des mouvements de résistance sous-jacents émergent des figures féminines assumant des responsabilités politiques ou investies dans des causes révolutionnaires. Dans La Révolte des Galsénésiennes4, Doumbi-Fakoly, à l’instar de Cheick Hamidou Kane dans son œuvre Les Gardiens du temple5, fait le portrait de femmes militantes au sein de plusieurs partis politiques. De la même manière, Jean-Marie Adiaffi6 ou encore Mandé Alpha Diarra7 mettent en scène des personnages d’espionnes et de maquisardes engagés dans des contre-pouvoirs. Par leurs discours subversifs et/ou leurs conduites contestataires, ces figures féminines circonscrivent les propensions à la corruption et au despotisme des sociétés africaines modernes.

2Cette contribution se propose, à partir de l’étude comparatiste de ces récentes productions éditées majoritairement en France, de mettre en perspective les procédés narratifs et stylistiques à l’œuvre dans l’élaboration d’un imaginaire du politique postcolonial. De quels statuts disposent les personnages féminins au sein des instances étatiques ? Quelles stratégies énonciatives et esthétiques sont adoptées dans la mise en récit des langages et pratiques politiques féminins ? Comment la différenciation des sexes est-elle utilisée dans la construction d’un imaginaire politique ? Quels effets culturels et idéologiques sous-tend l’insertion de ces figures féminines, partenaires ou actrices des processus de prise de pouvoir ?

3Plutôt que de construire une définition spécifique du concept de politique qui risquerait d’altérer la singularité des textes en fonction d’une problématique déterminée antérieurement à la lecture, nous avons choisi d’extraire des œuvres une pensée ou une conduite politique se rapportant à diverses organisations ou institutions politiques. Après avoir analysé les modalités et formes de l’engagement politique féminin, nous mettrons en perspective les paradigmes culturels et idéologiques à l’œuvre dans les langages subversifs de l’opposition ; enfin nous tenterons de déterminer les invariants et innovations poétiques de l’Éros présents dans la mise en fiction des luttes et conquêtes du pouvoir.

L’engagement politique au féminin

  • 8 Cornélius Castoriadis, [1975], L’Institution imaginaire de la société, Le Seuil, coll. « Points Es (...)

4Aux lendemains des indépendances, nombre d’écrivains africains ont exprimé dans leurs œuvres leur désenchantement et leurs inquiétudes face à la situation de l’Afrique postcoloniale, dévastée par les abus des régimes politiques, la violence des guerres civiles et l’effondrement des systèmes économiques. À la différence de certains poètes et romanciers de la Négritude, qui ont dévoilé une image fantasmée de la femme noire, leurs successeurs mirent en fiction les mécanismes d’oppression et de marginalisation que l’ordre patriarcal érigea à l’égard des femmes. Doublement pénalisés par le système impérialiste et les coutumes conservatrices africaines, les personnages féminins s’engagent au sein de diverses organisations militantes en faveur de l’amélioration de la condition de la femme, renversant ainsi leur statut de victimes en figures de la contestation. Nombre d’entre elles s’enrôlent spontanément et librement au sein de mouvements idéologiques de l’opposition. Dans La Révolte des Galsénésiennes, plusieurs partis politiques, de composition et d’inspiration exclusivement féminine, se forment au sein de la sphère étatique sous l’appellation de Conscience Féminine, Raferga ou encore Différence, prolongeant les revendications sociales engagées préalablement par quelques associations féministes. Aux côtés de ces organisations officielles, plusieurs révolutionnaires rejoignent les rangs de coalitions clandestines, telles que l’Alliance pour la Liberté Totale (ALTO) ou l’Association des Seins Libérés d’Assiéliédougou (ASLA), poursuivant un projet de déstabilisation ou de renversement du pouvoir dictatorial. L’émergence de ces contre-pouvoirs politiques esquissa une nouvelle « institution imaginaire de la société8 », en opposition aux représentations sociales traditionnellement valorisées.

  • 9 Bernard Lamizet, Politique et identité, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 188.

5Cependant, comme le souligne Bernard Lamizet, « ce qui fonde la légitimité d’un pouvoir, d’une pratique politique ou d’un engagement, c’est la conformité de cette pratique ou de l’exercice de ces pouvoirs avec les logiques qui structurent l’identité des acteurs qui les exercent […]9 ». Les écrivains africains ont ainsi eu recours à plusieurs stratégies énonciatives pour conférer une légitimité symbolique aux conduites militantes des personnages féminins. Dans Silence, on développe, la jeune militante, prénommée Indépendance, acquiert une position d’influence par le lien de parenté présumé qui l’unit avec l’une des figures héroïques de la résistance coloniale. Selon une logique similaire, la crédibilité des mouvements contestataires galsénésiens se fonde au travers d’un ethos de compétence et de vertu. La formation intellectuelle et les activités professionnelles des dirigeantes du Raferga apparaissent comme les critères décisifs de sélection et de nomination des militantes :

  • 10 Doumbi-Fakoly, op. cit., p. 12.

[…] M’Bossé s’était entourée de collaboratrices connues pour leur esprit de justice, le goût de l’action et le sens du sacrifice qui les animaient. Trois d’entre elles lui étaient particulièrement liées. Naïtou, l’élégante secrétaire générale, l’amie de Fac, également juriste et fondatrice de l’Association de Défense contre le Droit de Cuissage. Mintou, la trésorière, commerçante en fruits et légumes et fondatrice de la Ligue contre la Répudiation Arbitraire. Et enfin Nanténé, responsable de la section santé, la grande sœur et la confidente, médecin et promotrice de l’École Africaine d’Éducation sexuelle10.

6Ces représentations identitaires, de filiation, de loyauté ou encore d’expérience, confèrent une position d’autorité aux personnages féminins, assurant une probable reconnaissance et adhésion de l’instance citoyenne aux luttes révolutionnaires. À l’instar de leurs adversaires masculins, les militantes conduisent différentes campagnes d’enrôlement en direction de l’électorat des zones rurales. Le mouvement du Raferga constitue ainsi des délégations féminines, dirigées par des membres originaires des communautés villageoises ciblées :

  • 11 Ibid., p. 22-23.

Ainsi chaque village-mère devait être la matrice à partir de laquelle les villages-filles s’étaient formés, sinon elle devait alors avoir comme chef le Gardien ou la Gardienne des secrets du Totem commun, ou encore avoir été le centre de ralliement historique lors d’un événement majeur dans la destinée du groupe11.

7Pour mobiliser les masses populaires, d’autres partis, notamment le Raferga, nouent des alliances politiques avec des personnalités ésotériques charismatiques :

  • 12 Ibid., p. 25-26.

[…] La Prêtresse Alinsintowé avait la parole inspirée des Grands Initiés qui pensent le cœur, voie royale vers la Communion avec la Mémoire du Monde. Respectée de tous, toujours écoutée avec attention, elle méritait deux fois sa place enviée qu’elle s’était faite dans la conscience des Galsénésiens. […] Une seule parole de la Prêtresse pourrait suffire à relativiser la supériorité de Conscience Féminine12.

  • 13 Max Weber, Le Savant et le politique, 10/18, 2005 [1959], p. 126.

8En vertu de la puissance des coutumes sanctifiées par leur validité immémoriale13, la manipulation symbolique des croyances et valeurs culturelles traditionnelles africaines est l’un des principaux fondements des stratèges politiques féminins en vue de la sensibilisation et du ralliement des masses populaires. Au cours de ces opérations de propagande, la voix des femmes, suggestive et rebelle, s’élève dans l’espace public. Sous la forme de conférences télévisées, de slogans révolutionnaires ou de chansons guerrières, les militantes deviennent énonciatrices de discours politiques subversifs, sublimant ainsi, par l’expérience de la représentation dans l’espace public, leur identité politique fictive. Nous nous proposons à présent d’examiner les paradigmes culturels et idéologiques sur lesquels se sont édifiés les langages féminins du politique.

Les langages féminins du politique

  • 14 Patrick Charaudeau, Le Discours politique. Les masques du pouvoir, Vuibert, 2005, p. 30.

9« Le discours politique comme système de pensée est le résultat d’une activité discursive qui cherche à fonder une idéalité politique en fonction de certains principes qui doivent servir de références à la construction des opinions et des positionnements14 ». Les militantes usent, par conséquent, de différentes stratégies de persuasion et de séduction afin de singulariser et de promouvoir leur éthique politique, en rivalité avec les partis adversaires. Dans La Révolte des Galsénésiennes, différentes filiations politiques émergent au sein de la sphère du pouvoir. Si la ligue Conscience Féminine défend les représentations sociales traditionnelles associées à la femme, les mouvements du Raferga et de Différence prônent une revalorisation des droits juridiques féminins et/ou homosexuels. Leurs projets révolutionnaires s’inspirent alors de doctrines idéologiques modernes, telles que celles des féministes et libertaires contemporaines :

  • 15 Doumbi-Fakoly, op. cit., p. 52.

Notre souhait est que ce pays aille toujours de l’avant, côte à côte avec les autres nations du monde ; mais pour rester dans la course vers un avenir meilleur qui fera la fierté de nos descendants, il faut que la femme retrouve le rôle nettement amélioré, c’est-à-dire adapté au goût du jour, que certaines sociétés ancestrales lui reconnaissaient15.

  • 16 Cheikh Hamidou Kane, op. cit., p. 103-104.

10De la même manière, dans Les Gardiens du temple, l’intellectuelle Daba exalte le principe d’unité du monde noir, réhabilitant ainsi les valeurs culturelles et politiques du courant de la Négritude : « À l’avenir, dit-elle, personne ne devrait être assuré de pouvoir nous infliger la mort sans courir un risque équivalent. […] Il n’est de renaissance de l’Afrique-mère que par l’unité, la solidarité fraternelle et le savoir16 ». Dans une perspective résolument réaliste, ces fictions du politique proposent une riche gamme des courants de pensée ayant soutenu les processus de libération populaire, reflétant les trajectoires historiques, politiques et culturelles plurielles de l’Afrique subsaharienne.

11Pour renforcer le sentiment d’appartenance idéologique, les militantes adoptent plusieurs stratégies discursives à des fins de disqualification de l’adversaire politique. Selon une rhétorique de la protestation, elles dénoncent les propensions au despotisme et à la corruption des régimes en place. Dans Silence, on développe, la militante Eba Eponon mentionne en ces termes la décadence des instances politiques modernes :

  • 17 Jean-Marie Adiaffi, op. cit., p. 462.

« […] Aujourd’hui, des Noirs, nos propres frères, des frères jumeaux, aujourd’hui, ce sont eux qui nous étouffent, ce sont eux qui constituent le mur de notre horizon, “le mur de notre honte”. Aux époques négrières, les esclavagistes tenaient le fouet, le carcan, les fourches, les cadenas, les moulins de discipline, aujourd’hui nos frères tiennent les électrodes, les cigarettes, les pistolets, le poison. Aujourd’hui ce sont eux, qui, derrière les murs, impunément, sans jugement, sans procès, sans instruction, sans avocat, sans juge, sans le droit le plus élémentaire, assassinent “un point c’est tout” »17.

12De la même manière, l’intellectuelle Oumou Kwamé Bah condamne avec virulence le désordre social initié par les dignitaires de Missiran :

  • 18 Mandé Alpha Diarra, op. cit., p. 225.

« Mes sœurs et frères, ce matin au nom de la suprématie mâle, une innocente a été immolée sur l’autel du culte masculin. De quoi l’accusait-on ? Tout simplement d’être une femme et de ne pas obéir aux normes d’une cruelle coutume préhistorique fondée sur l’ignorance. Les atrocités infligées aux enfants, aux femmes réduites en esclavage ne peuvent plus continuer. Ce pays est le nôtre et, vous, les jeunes son avenir. Nous ne permettrons plus à des troufions de pacotille, à des trafiquants pilleurs de caisses de l’État, à de faux marabouts qui déshonorent l’islam de le soumettre à leurs caprices. Vive la démocratie, à bas la phallocratie »18.

13L’évocation d’exemples symboliques de discrimination ou de répression politique s’inscrit dans une logique de la dramatisation et du ressentiment, mobilisant l’investissement affectif de l’auditoire. Par ces énoncés langagiers de la pitié et de l’indignation, les militantes s’imposent comme représentantes et garantes du bien être social.

14L’usage récurrent des émotions dans le discours politique favorise l’irruption du mythe et de l’idolâtrie des figures légendaires de l’histoire des résistances africaines. Pour inciter le peuple à la révolte, la militante Eba Eponon salue la bravoure de plusieurs personnages historiques féminins en ces termes :

  • 19 Ibid.

« Souvenons-nous du poids de l’assemblée des femmes dans les décisions de l’État ; souvenons-nous des aïeules amazones du Danhome, souvenons-nous de toutes nos reines respectées, admirées et craintes de tous. L’histoire de l’Afrique est jalonnée d’exemples éloquents aptes à ramener les sceptiques à la raison, pour peu qu’ils s’affranchissent de leur aveuglement et daignent s’informer »19.

15Selon une démarche similaire, la militante Ehua, dans une lettre adressée à Tahua, compare leur action révolutionnaire aux luttes anti-apartheid menées ces dernières décennies en Afrique du Sud :

  • 20 J.-M. Adiaffi, op. cit., p. 362.

« Comment ne pas penser, à cette heure, à nos frères enchaînés d’Afrique du Sud ? L’Apartheid, ce monstre nazi sur le talon de l’Afrique noire, doit être terrassé par tous les guerriers d’Afrique réunis en un bouquet de sabres aiguisés, une gerbe de fusil tranchants. […] Ma Tahua, mon Amazone de la justice et de la dignité des peuples opprimés, avec notre sœur Winnie Mandela, pour nourrir et désaltérer nos enfants affamés et assoiffés de liberté comme ceux de Soweto, nous irons, oui nous irons écraser le Goliath Apartheid dans le mortier de notre terre martyre, dans le mortier de nos entrailles violées, avec les coups de pilon du miraculeux David »20.

16La constitution d’une mémoire des luttes impérialistes et postcoloniales confère une allure de rationalité aux langages du politique. Dans une dialectique incessante entre raison et passion, les discours déploient des imaginaires socio-discursifs de vérité historique et d’appartenance communautaire, moteurs de projets de prises de pouvoir révolutionnaires du et/au féminin.

Pour une politique des corps au féminin

  • 21 Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du xixe siècle a (...)

17En réponse à la marginalisation des femmes au sein des instances politiques locales et/ou nationales, « […] la sphère publique, réputée plus prestigieuse, [étant] réservée aux hommes21 », les écrivains africains ont converti la position sociale subordonnée des femmes en force politique subversive. Pour s’assurer le suffrage des hommes, les membres du Raferga et de Conscience Féminine engagent une grève partielle des travaux ménagers et une interruption illimitée de toute relation sexuelle. La militante Nafi expose ainsi les objectifs de leur action :

  • 22 Doumbi-Fakoly, op. cit., p. 78.

« Il faut agir vite […]. Je suis sûre que tout le monde dans ce pays s’interroge sur notre inaction qui dure depuis deux jours. Moi, femme mariée, je suis pour la double grève du sexe et du ménage. Et je sais qu’il n’y a pas de solution plus efficace pour amener nos hommes à s’opposer, à nos côtés, à ceux de Conscience Féminine. Je sais aussi que je ne suis pas seule à le penser et je suis prête à parier tout ce que vous voudrez que la plupart de nos sœurs, pour ne pas dire toutes nos sœurs, accepteront les sacrifices qu’appelle la grève »22.

18Par le renversement des idéaux sociaux en médium de pression politique, les devoirs conjugaux et tâches domestiques dévolus à la gent féminine deviennent un enjeu de domination symbolique à l’encontre du pouvoir masculin, amorçant ainsi l’émergence de mouvements de résistances plus offensifs.

19Les militantes, partenaires aux côtés des hommes dans la lutte révolutionnaire, prennent à plusieurs reprises les armes. Dans un processus de virilisation du corps féminin, ces dernières apparaissent comme des soldats courageux et endurants sur le champ de bataille. Jean-Marie Adiaffi esquisse ainsi le portrait des ces amazones modernes :

  • 23 J.-M. Adiaffi, op. cit., p. 32.

Pareils aux sphinx, les guérilleros et les Amazones montent la garde devant le désert du futur et de la liberté. Les Amazones, filles diluviennes de la Comoë en crue, sillonnée de soleil séminal, de leur somptueux pagne de soie en boue, téméraires guerrières portant en bandoulière les mitraillettes de la liberté, de la dignité et de la justice sur leurs seins en ponts de lianes23.

20Cependant, les maquisardes représentent, au cours de ces processus de prises de pouvoir, la cible privilégiée d’humiliation et de violence sexuelle. Dans Silence, on développe, Jean-Marie Adiaffi met en scène la brutalité des rapports de force entre les deux sexes :

  • 24 Ibid., p. 258.

Dans le couloir, deux bancs de planches, aussi veloutés que le dos d’un caïman, pagayaient dans l’urine telles de vieilles pirogues. Sur le premier, une rangée de filles nues, des « Djantras « raflées durant la nuit pour contrôler l’identité. Sur le deuxième, une autre rangée mais d’hommes. […] En face et à gauche du commissaire, deux cellules et deux policiers en sueur. Ils étaient en train de baiser deux filles avec une rage hystérique sous le regard attendri, attentif et tendu du commissaire. […] Les deux filles pliées « debout-cueillis », les deux policiers courbés derrière s’acharnaient avec une application, une conscience professionnelle peu ordinaires24.

  • 25 Ibid., p. 342.
  • 26 Ibid.

21Longtemps présenté comme un organe outil servant au plaisir de l’homme ou comme un outil de procréation, le corps féminin se transforme en une arme au service de la conquête du pouvoir. Si certains personnages, tels qu’Ehua, emploient leur formation de sage-femme ou de guérisseur au service de la lutte révolutionnaire, d’autres militantes constituent des cellules secrètes exclusivement féminines, comme les Escadrons de la beauté ou la section de l’Élimination Mortelle par Empoisonnement (E.M.E). Ces « prostitués de lutte et non de luxe25 » usent ainsi de leurs charmes corporels dans des missions d’espionnage et d’assassinat politique. Dans Silence, on développe, la jeune Indépendance révèle les ruses de séduction et de subversion féminines : « Quelquefois mes sœurs donnent, si c’est nécessaire, des fausses informations, dans les lits, aux commissaires pour les rassurer…26 ». À l’instar de leurs consœurs, certains membres de l’ALTO réussissent, grâce à divers stratagèmes érotiques, à entamer des processus de négociations politiques :

  • 27 Mandé Alpha Diarra, op. cit., p. 216.

Le généralissime soupira douloureusement : « Ah les femelles ! Quel poison pour les grands hommes », gémit-il amèrement.
Dis à qui tu voudras que l’armée fera son devoir en cas de troubles, capitula-t-il. Les mains de la femme aimée se refermèrent victorieusement sur le sexe tendu de l’officier27.

  • 28 Dominique Maingueneau, Le Féminin fatal, Descartes & Cie, 1999, p. 38.
  • 29 Nous citons, à titre d’exemple, quelques œuvres de référence : Sony Labou Tansi : La vie et demie, (...)

22Par une sexualité débridée, les femmes, « mettant en contact les bas-fonds et la haute société, […] sont le vecteur privilégié du pourrissement des élites28 ». À l’instar de certains de leurs prédécesseurs, comme Sony Labou Tansi ou Vumbi Yoka Mudimbe29, les écrivains renversent la figure traditionnellement négative de la prostituée, lui attribuant une charge positive comme symbole d’une révolution politique nouvelle.

23La prise de pouvoir par les femmes engendre alors une mutation des consciences et valeurs sociales. Dans La Nièce de l’imam, l’investiture d’Oumou Kwamé Bah à la présidence symbolise l’avènement d’un ordre politique inédit :

  • 30 Mandé Alpha Diarra, op. cit., p. 247.

Nul n’avait songé que dans un Farafina sous développé et aux mentalités féodales, passé en quelques années d’un Moyen-âge obscur à la société de consommation de cette fin du xxe siècle, une femme aussi intelligente fût-elle, parviendrait à s’imposer comme chef de l’État30.

24Dans un projet de gouvernance commun, les militantes mobilisent chaque instance institutionnelle, qu’elle soit religieuse, clanique ou lignagère. Cet investissement des femmes dans la gestion du pouvoir politique apparaît comme une action salutaire qui équilibre les systèmes politiques, favorisant ainsi un nouveau partage du pouvoir sous le signe de l’égalitarisme et du multipartisme.

25Dans une écriture nourrie de références à la mythologie et à l’histoire africaine, les écrivains dévoilent, par la mise en fiction des revendications et pratiques contestataires féminines, les évolutions sociales et culturelles survenues dans nombre de sociétés africaines postcoloniales.

  • 31 Mohamadou Kane, Roman africain et tradition, Dakar, Nouvelles Éditions africaines, 1982, p. 449.

Les romanciers dépassent le stade de l’affirmation des droits de la femme, de dénonciation des méfaits de la tradition. […] La femme s’engage dans le combat de l’avenir. Elle cesse d’être un objet de libération, un être à libérer pour devenir l’initiatrice de la libération africaine31.

26Par la reconfiguration poétique des pouvoirs de l’Éros, dans laquelle les femmes deviennent des figures de l’histoire, ces fictions du politique illustrent les principes d’un imaginaire du politique postcolonial avant-gardiste.

Notes

1 Nous renvoyons à quelques ouvrages et articles de référence dans ces domaines de recherche : La Civilisation de la Femme dans la tradition africaine, Présence Africaine, 1975 ; Denise Paulme dir., Women of Tropical Africa, London, Routledge, 1963 ; Catherine Coquery-Vidrovicth, Les Africaines. Histoire des femmes de l’Afrique noire du xixe siècle au xxe siècle, Desjonquerès, 1994 ; Thérèse Assié Lumumba N’Dri, Les Africaines dans la politique : femmes Baoulé de Côte d’Ivoire, L’Harmattan, 1996 ; Kafui Adjamagbo-Johnson, « Le Politique est aussi l’affaire des femmes », Politique africaine, no 65, mars 1997, p. 62-74 ; Hadiza Djibo, La Participation des femmes africaines à la vie politique : les exemples du Sénégal et du Niger, L’Harmattan, 2001 ; Joséphine Bitota Muamba, Recherches sur le statut juridique des femmes en Afrique, Thèse de doctorat, sous la dir. de Marie-Hélène Bernard-Douchez, présentée et soutenue à l’Université des Sciences sociales de Toulouse en 2003.

2 Face à l’institutionnalisation croissante de la figure d’épouse de président sur la scène internationale, plusieurs chercheurs ont mené des réflexions sur ces nouvelles actrices de la vie politique en Afrique subsaharienne. Nous citons, à titre d’exemple, quelques articles critiques : Alexandra Sage, « Premières dames et First Ladies : la femme du chef est-elle le chef du chef ? », L’Afrique politique, Karthala et CEAN, 1998, p. 45-62 ; Christine Messiant et Roland Marchal, « Premières dames en Afrique : entre bonnes œuvres, promotion de la femme et politiques de la compassion », Politique africaine, no 95, octobre 2004, p. 5-17 ; Catherine Coquery-Vidrovitch, « Des Reines mères aux épouses de président », Politique africaine, no 95, octobre 2004, p. 19-31.

3 Si la première décennie des indépendances comme l’ère coloniale fut caractérisée par une absence des romancières africaines dans les pays francophones, l’attribution de nombreux prix littéraires internationaux et l’émergence des Gender Studies ont progressivement contribué à la visibilité des littératures féminines sur la scène internationale. À l’instar de leurs homologues masculins, plusieurs écrivains femmes ont mis en scène des personnages féminins engagés au sein d’institutions gouvernementales ou de contre-pouvoirs politiques. Nous citons, à titre d’exemple, quelques unes de ces œuvres : Mariama Bâ, Une si longue lettre, Dakar, Nouvelles Éditions Africaines, 1979 ; Aminata Sow Fall, Ex-père de la nation, L’Harmattan, 1987 ; Véronique Tadjo, Reine Pokou, Actes Sud, 2003 ; Angèle Bassolé-Ouédraogo, Les Porteuses d’Afrique !, Ottawa, L’Interligne, 2007.

4 Publisud, 1994.

5 Abidjan, Nouvelles Éditions Ivoiriennes, 1996.

6 Silence, on développe, Paris, Nouvelles du Sud, 1992.

7 La Nièce de l’imam, Saint-Maur, Sépia, 1994.

8 Cornélius Castoriadis, [1975], L’Institution imaginaire de la société, Le Seuil, coll. « Points Essais », 1999.

9 Bernard Lamizet, Politique et identité, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 188.

10 Doumbi-Fakoly, op. cit., p. 12.

11 Ibid., p. 22-23.

12 Ibid., p. 25-26.

13 Max Weber, Le Savant et le politique, 10/18, 2005 [1959], p. 126.

14 Patrick Charaudeau, Le Discours politique. Les masques du pouvoir, Vuibert, 2005, p. 30.

15 Doumbi-Fakoly, op. cit., p. 52.

16 Cheikh Hamidou Kane, op. cit., p. 103-104.

17 Jean-Marie Adiaffi, op. cit., p. 462.

18 Mandé Alpha Diarra, op. cit., p. 225.

19 Ibid.

20 J.-M. Adiaffi, op. cit., p. 362.

21 Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du xixe siècle au xxe siècle, op. cit., p. 22.

22 Doumbi-Fakoly, op. cit., p. 78.

23 J.-M. Adiaffi, op. cit., p. 32.

24 Ibid., p. 258.

25 Ibid., p. 342.

26 Ibid.

27 Mandé Alpha Diarra, op. cit., p. 216.

28 Dominique Maingueneau, Le Féminin fatal, Descartes & Cie, 1999, p. 38.

29 Nous citons, à titre d’exemple, quelques œuvres de référence : Sony Labou Tansi : La vie et demie, Le Seuil, 1979 ; L’État honteux, Le Seuil, 1981 ; Les Sept solitudes de Lorsa Lopez, Le Seuil, 1985 et Vumbi Yoka Mudimbe, Le Bel immonde, Présence africaine, 1976.

30 Mandé Alpha Diarra, op. cit., p. 247.

31 Mohamadou Kane, Roman africain et tradition, Dakar, Nouvelles Éditions africaines, 1982, p. 449.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search