Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

II. Allégories

Balzac ou la double poétique du politique

Bernard Gendrel

Texto completo

  • 1 Marcel Gauchet, La Condition politique, Gallimard, coll. « Tel », 2005, p. 25.
  • 2 Ibid., p. 520.
  • 3 Voir M. Gauchet, op. cit.
  • 4 « L’expansion pratique de la politique (et parallèlement du droit) est parfaitement corrélée avec (...)

1Balzac est un auteur à idées politiques – il l’a montré dans de nombreux articles ou essais –, c’est aussi un auteur à personnages et à situations politiques – en témoignent Les Chouans, Le Député d’Arcis ou Z. Marcas. On peut donc facilement accoler l’adjectif politique à son œuvre, mais qu’en est-il du politique, utilisé comme substantif et au masculin ? Le politique, dans la plupart des théories modernes, est ce qui tient proprement au domaine du pouvoir et de son exercice, ce qui se détache des autres instances sociales comme la religion, l’économie ou le droit, ce qui a trait à la chose publique et à l’État. Dans cette acception on l’oppose habituellement à la politique, vue comme l’« expression de la société1 » ou plus précisément comme la « sphère des activités liées à la formation et au contrôle du pouvoir dans le cadre du régime représentatif2 ». Autrement dit le politique est du côté d’un pouvoir autonome donnant forme à la société, tandis que la politique signifie au contraire l’investissement du social dans la sphère du pouvoir. Si l’on suit Marcel Gauchet3, le politique émerge véritablement au xvie siècle et culmine dans la pensée de Machiavel : il y est enfin vu pour lui-même, séparé de la religion et de la morale et obéissant à ses propres lois. À partir du xviie siècle, il subit une première attaque, celle du droit, qui entend le fonder juridiquement. Malgré cela, sa prééminence reste totale. C’est au xixe siècle – et à l’époque de Balzac tout particulièrement – que le politique se trouve le plus malmené : l’émergence des notions d’histoire et de société relativise son importance ; il devient une conséquence de celles-ci et non plus leur cause4. Balzac vit évidemment ce changement de perspective et le répercute dans sa grande entreprise d’histoire des mœurs.

2Nous essaierons de montrer que la Comédie humaine peut se lire comme la constatation, empreinte de nostalgie, de la mort du politique, pris en ce sens spécifique et déterminant, mais aussi que l’écriture de Balzac laisse la place à une autre vision, instituante celle-là, du politique.

La fin du politique

3Balzac n’a jamais caché son goût pour Machiavel et pour Catherine de Médicis. Dans l’ouvrage qu’il consacre à celle-ci, il montre bien comment elle incarne le politique à elle seule : peu importe ses ruses et ses manigances, peu importe ses alliances successives et contradictoires. L’important est que, par toutes ces entreprises, elle ait maintenu le pouvoir et l’État, qui se confondent à l’époque avec la royauté :

  • 5 Balzac, Sur Catherine de Médicis, La Comédie humaine, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiad (...)

Il comprenait bien la valeur de cette femme, le grand de Thou, quand, en apprenant sa mort, il s’écria : « Ce n’est pas une femme, c’est la royauté qui vient de mourir. » Catherine avait en effet au plus haut degré le sentiment de la royauté ; aussi la défendit-elle avec un courage et une persistance admirables5.

  • 6 Balzac, Le Médecin de campagne, La Comédie humaine, t. IX, éd. citée, p. 506.
  • 7 Je reprends ce terme à M. Gauchet. Voir supra, note 4.
  • 8 Balzac, Le Médecin de campagne, éd. citée, p. 508.
  • 9 Voir J. Rancière, « Politique, identification, subjectivation » [1995], dans Aux bords du politiqu (...)
  • 10 Pour une lecture de Balzac à la lumière de J. Rancière et de J.-C. Milner, voir l’article de J.-D. (...)

4Cette incarnation du politique dans un seul personnage restera une constante dans La Comédie humaine, même si, transposée au xixe siècle et aux régimes de la Restauration et de la Monarchie de Juillet, elle est seulement vécue, dans sa version pessimiste, comme un regret et, dans sa version optimiste, comme une aspiration. Il est symptomatique que peu de romans balzaciens se passent sous l’Empire et que nombre de romans de la Restauration charrient des épaves de l’épopée napoléonienne (Chabert et Bridau notamment) : le rêve du grand homme est bien mort. D’ailleurs, malgré la fascination de Balzac pour Napoléon, le vrai grand homme politique n’est pas l’Empereur, mais Talleyrand, mais Fouché, mais Louis XVIII – vus non comme des tyrans, mais comme des manipulateurs rusés et des chefs de groupe. Le docteur Benassis, l’un des porte-parole de Balzac dans la Comédie humaine, tout en expliquant qu’« un homme qui conçoit un système politique doit, s’il se sent la force de l’appliquer, se taire, s’emparer du pouvoir et agir6 » n’en appelle pas moins au gouvernement d’un petit nombre plus qu’au pouvoir d’un seul, à l’aristocratie – ou du moins à l’oligarchie – plus qu’à la tyrannie. Les ennemis sont le suffrage universel et l’avancée des libertés individuelles. Balzac voit bien que dans cette mutation, dans cette « secondarisation7 » du politique par le « social » et l’« historique », réside la mort du pouvoir : « Qui vote, discute. Les pouvoirs discutés n’existent pas. Imaginezvous une société sans pouvoir ? Non. Eh bien, qui dit pouvoir dit force8 ». Pardelà les siècles nous rencontrons une idée chère à Jacques Rancière, selon laquelle la démocratie est fondamentalement anarchique, sans mesure, et donc automatiquement dirigée contre la police9, que l’on pourrait rapprocher ici de la force dans le vocabulaire de Benassis-Balzac10.

  • 11 Balzac, Le Député d’Arcis, La Comédie humaine, éd. citée, t. VIII, p. 811.
  • 12 Ibid., p. 810.

5La seule solution, au milieu des régimes post-révolutionnaires de la Restauration et de la Monarchie de Juillet se trouve dans le cabinet comme l’explique Rastignac à Maxime de Trailles, à la fin du Député d’Arcis : « Le suppléant, c’est ce qu’on nomme un cabinet, et il n’y a pas de cabinet en France, il n’y a qu’une volonté viagère11 ». Rastignac vient d’ailleurs de déplorer la mort du Président du Conseil de Marsay, « le seul homme par qui la France eût pu être sauvée, en tant que cabinet12 ». L’histoire de de Marsay dans La Comédie humaine est en effet l’histoire d’une vocation politique et d’une incarnation du politique, même dans ce que cela peut avoir de plus sombre :

  • 13 Balzac, Autre étude de femme, La Comédie humaine, éd. citée, t. III, p. 677.

L’homme d’État, mes amis, n’existe que par une seule qualité, dit le ministre en jouant avec son couteau de nacre et d’or : savoir être toujours maître de soi, faire à tout propos le décompte de chaque événement, quelque fortuit qu’il puisse être ; enfin, avoir, dans son moi intérieur, un être froid et désintéressé qui assiste en spectateur à tous les mouvements de notre vie, à nos passions, à nos sentiments, et qui nous souffle à propos de toute chose l’arrêt d’une espèce de barème moral13.

6Discours qui répond à celui du docteur Benassis :

  • 14 Balzac, Le Médecin de campagne, éd. citée, p. 514.

Nous voyons depuis quelque temps trop d’hommes n’avoir que des idées ministérielles au lieu d’avoir des idées nationales, pour ne pas admirer le véritable homme d’État comme celui qui nous offre la plus immense poésie humaine. Toujours voir au-delà du moment et devancer la destinée, être au-dessus du pouvoir et n’y rester que par le sentiment de l’utilité dont on est sans s’abuser sur ses forces, dépouiller ses passions et même toute ambition vulgaire pour demeurer maître de ses facultés, pour prévoir, vouloir et agir sans cesse […]14.

  • 15 Voir J.-C. Milner, Les Noms indistincts [1983], Verdier, coll. « Verdier poche », 2007, p. 80, à p (...)
  • 16 Balzac, Le Contrat de Mariage, La Comédie humaine, éd. citée, t. III, p. 646.
  • 17 Voir F. Marceau, Balzac et son monde, Gallimard, 1970, p. 615 : « [O] n sent bien que son goût le (...)

7Une telle idée de l’homme politique et du politique ne va pas sans contradiction. Comme le remarque Milner15, l’homme politique animé par le désir du pouvoir déçoit toujours l’idée haute que l’on se fait du politique puisqu’il transforme celui-ci en une ambition – quand bien même elle serait noble. Benassis répondrait que c’est la marque des grands hommes que de comprendre leur talent et de se donner les moyens de parvenir. De Marsay expose clairement la situation, à la fin du Contrat de mariage : « J’aborde la politique. Je veux avoir dans cinq ans un portefeuille de ministre ou quelque ambassade d’où je puisse remuer les affaires publiques à ma fantaisie. Il vient un âge où la plus belle maîtresse que puisse servir un homme est sa nation16 ». Comme l’a bien remarqué Félicien Marceau17, de Marsay n’est pas un homme seul, il forme autour de lui un clan, substitut de l’ancien groupe des Treize, non plus appelé à exercer un pouvoir occulte, mais à s’emparer du vrai pouvoir :

  • 18 Balzac, Le Contrat de mariage, éd. citée, p. 647.

Nous sommes Ronquerolles, Montriveau, les Grandlieu, La Roche-Hugon, Serizy, Féraud et Granville, tous alliés contre le parti-prêtre, comme dit ingénieusement le parti-niais représenté par Le Constitutionnel. Nous voulons renverser les deux Vandenesse, les ducs de Lenoncourt, de Navarreins, de Langeais et la Grande Aumônerie. Pour triompher nous irons jusqu’à nous unir à La Fayette, aux Orléanistes, à la Gauche, gens à égorger le lendemain de la victoire, car tout gouvernement est impossible avec leurs principes18.

  • 19 Voir Carl Schmitt, La Notion de politique [1932], Flammarion, coll. « Champs », 1992, p. 64 : « La (...)
  • 20 Balzac, Le Contrat de mariage, éd. citée, p. 647.
  • 21 Ibid.

8Comme Catherine de Médicis, de Marsay nous est présenté dans une situation de lutte où il doit choisir ses alliés et ses ennemis – et nous retrouvons bien sûr dans cette discrimination de l’ami et de l’ennemi, ce qui pour Carl Schmitt est le critère par excellence du politique19. Comme Catherine de Médicis aussi, de Marsay ne s’embarrasse pas de préceptes moraux et ne recule devant aucune compromission : seul le résultat compte (nous sommes au cœur du politique au sens machiavélien du terme). Et ce résultat au xixe siècle, après ces « quarante ans » où le pays a été « tiraillé » « en mille sens différents20 », c’est l’établissement, comme dans le programme de Benassis, d’une « oligarchie où demeure une pensée fixe de gouvernement et qui dirige les affaires publiques dans une voie droite21 ». Autrement dit le maintien du politique en tant que pouvoir et en tant qu’État fort et non sa dilution dans le régime de la masse et du suffrage universel.

9Si l’on regarde l’ensemble de la Comédie humaine on s’aperçoit que cette idée du politique est une aspiration plus qu’une réalité. Balzac ne peut pas jouer longtemps avec les faits et l’histoire. De Marsay atteint certes le pouvoir, mais pour mourir quelque temps après, comme Casimir Perier, laissant uniquement l’idée de ce qu’il aurait pu faire. On le voit, la vision du politique chez Balzac est avant tout cantonnée aux discours et aux professions de foi : désirs, vœux pieux, regrets… la réalité est là qui impose sa loi. Et c’est Vandenesse qui nous le rappelle dans Une Fille d’Ève :

  • 22 Balzac, Une fille d’Ève, La Comédie humaine, t. II, éd. citée, p. 372.

Nous vivons à une époque, madame, où rien n’est sûr, lui dit-il. Les trônes s’élèvent et disparaissent en France avec une effrayante rapidité. Quinze ans font justice d’un grand empire, d’une monarchie et aussi d’une révolution. Personne n’oserait prendre sur lui de répondre de l’avenir22.

  • 23 Voir G. Gengembre, « La police dans La Comédie humaine ou l’envers du politique contemporain », Ba (...)
  • 24 Balzac, Les Chouans, La Comédie humaine, éd. citée, t. VIII, p. 1150.
  • 25 Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, La Comédie humaine, éd. citée, t. VI, p. 703 et 878

10Balzac nous montre donc par la juxtaposition des discours et des faits que le politique est mort. Preuve de cette situation, l’importance que prend la police dans ce contexte post-révolutionnaire. Comme l’a montré Gérard Gengembre23, la police, jusque là organe du politique, en vient à se confondre avec le politique quand le pouvoir étatique ne se trouve plus assuré. C’est ainsi que nous voyons émerger deux grandes figures balzaciennes, celle réelle de Fouché et celle fictionnelle de Corentin, et que les intrigues des Chouans ou d’Une ténébreuse affaire nous montrent la toute puissance de ces hommes sur le destin des personnages. Il n’est pas indifférent alors que Corentin, dès Les Chouans, soit comparé à un Machiavel – certes « subalterne24 » – ou que Vautrin, le grand criminel, mais futur chef de la police judiciaire, soit appelé par deux fois dans Splendeurs et misères des courtisanes le « Machiavel du bagne25 ». Il y a certes chez Balzac un goût romanesque pour l’organisation secrète et toute puissante, mais cette force occulte donnée à la police dit quelque chose aussi de la mort du politique tel que nous l’avons entendu jusqu’ici.

11Car il faut bien avoir à l’esprit que ce politique dont nous parlons, c’est le politique au sens de pouvoir étatique et gouvernemental donnant forme à la société – en dehors de toute interférence religieuse, juridique ou morale (et les citations de Benassis et de de Marsay insistent bien sur ce point). Mais il est un autre sens que l’on peut donner à la notion de politique et que distingue Marcel Gauchet dans La Condition politique, celui du politique instituant par opposition au politique déterminant :

  • 26 M. Gauchet, op. cit., p. 553.

Le politique est ce qui structure les communautés humaines en dernier ressort ; il est ce qui les fait tenir ensemble. Sauf que cela n’implique pas qu’il commande leur architecture ou qu’il dicte leur juste manière d’être. Il peut parfaitement se contenter de construire leur cohérence, de leur conférer unité et identité, de leur procurer une prise sur elles-mêmes, en laissant à d’autres instances le soin de définir leur organisation concrète26.

  • 27 Voir J.-C. Milner, op. cit., p. 77 : « Quant à la vision politique du monde, elle consiste en un s (...)

12Dans nos sociétés actuelles, nous dit M. Gauchet, c’est le droit et le socio-historique qui « modèlent le contenu de la vie collective ». Jusqu’à la Révolution c’était évidemment le politique au sens premier du terme. Mais derrière ces déterminations de formes, Gauchet remarque que l’instance qui maintient l’ensemble et le structure, l’instance qui permet à ces déterminations de prendre place est aussi ce que nous avons tendance à appeler le politique. Comme le souligne également Jean-Claude Milner, le politique exprime le Lien et tend toujours à désigner, dans nos sociétés, ce qui, en dernier lieu et malgré toutes les contradictions apportées par la réalité, permet le « rassemblement27 ».

Une autre poétique du politique

13Ne faisons pas de Balzac ce qu’il n’est pas – c’est-à-dire, en l’occurrence, Marcel Gauchet : Balzac semble bien voir et montrer la fin du politique déterminant et de sa prééminence, il ne semble pas avoir conscience pour autant du politique instituant, ou plutôt il le confond avec le premier. Si nous reprenons les passages déjà cités du docteur Benassis, il est dit explicitement : « Imaginez-vous une société sans pouvoir ? Non. Eh bien, qui dit pouvoir dit force ». Autrement dit, imaginez-vous le politique instituant sans le politique déterminant ? La situation était la même à propos de Catherine de Médicis, lorsque Balzac expliquait, reprenant de Thou : « Ce n’est pas une femme, c’est la royauté qui vient de mourir ». Catherine n’incarne pas seulement le pouvoir, elle est le lien social qui permet à la communauté de se maintenir.

14Pourtant, malgré cette coexistence et cette intrication des deux politiques dans la pensée de Balzac et de ses porte-parole, son œuvre nous offre, dans son choix même du cycle et du retour des personnages une poétique du politique instituant. L’instituant, chez Castoriadis et chez Gauchet, se rend sensible par les perpétuelles mutations dont font preuve le social et l’historique (si quelque chose est vu et défini comme stable, nous avons affaire au contraire à de l’institué). Balzac nous montre l’institué politique à travers tous les régimes que parcourent ses romans : régime révolutionnaire avec Les Chouans, empire avec Une Ténébreuse affaire, Restauration et Monarchie de Juillet avec la plus grande part de la Comédie humaine, sans oublier quelques incursions dans les siècles passés (chez Louis XI, par exemple, dans Maître Cornélius). Mais chaque roman de la Restauration ou de la Monarchie de Juillet est aussi habité par la conscience de changements incessants, qu’ils soient d’origine politique ou sociale. De même que nous voyons les types sociaux du xixe siècle se modifiant de dix ans en dix ans et César Birotteau se distinguer de Ragon, tandis que Crevel se distingue lui-même de Birotteau, de même nous voyons combien la Restauration se distingue de l’ancienne monarchie, combien Louis XVIII diffère de Charles X et Louis-Philippe dudit Charles X. Le symbole de ces mutations pourrait se trouver dans le personnage du comte de Fontaine, qui malgré son passé d’ultra se fait, sous l’impulsion du roi, modéré – au contraire de sa femme, qui, elle, reste garante des vieilles traditions :

  • 28 Balzac, Le Bal de Sceaux, La Comédie humaine, éd. citée, t. I, p. 117.

Ce prince philosophe avait pris plaisir à convertir le Vendéen aux idées qu’exigeaient la marche du dix-neuvième siècle et la rénovation de la monarchie. Louis XVIII voulait fondre les partis, comme Napoléon avait fondu les choses et les hommes. Le roi légitime, peut-être aussi spirituel que son rival, agissait en sens contraire. Le dernier chef de la maison de Bourbon était aussi empressé à satisfaire le tiers-état et les gens de l’empire, en contenant le clergé, que le premier des Napoléon fut jaloux d’attirer auprès de lui les grands seigneurs ou de doter l’église. Confident des royales pensées, le Conseiller d’État était insensiblement devenu l’un des chefs les plus influents et les plus sages de ce parti modéré qui désirait vivement, au nom de l’intérêt national, la fusion des opinions28.

15Dans l’esprit de Balzac et de ses personnages, les quarante ans de confusion qui séparent la révolution de 1789 de la révolution de Juillet, sonneront la fin du politique si personne ne vient rétablir les choses et arrêter le glissement incessant vers le suffrage universel. Mais pour un lecteur moderne, le choix même de Balzac de montrer ces mutations, de les organiser dans son œuvre, de faire revenir tel ou tel personnage avec d’autres idées et servant d’autres gouvernements, montre que malgré tous ces bouleversements le politique instituant tient toujours et que la société n’a pas encore éclaté.

  • 29 Voir Balzac, Z. Marcas, La Comédie humaine, éd. citée, t. VIII, p. 844 : « Enfin l’on fonda un jou (...)

16Le plus important exemple de ce phénomène dans la Comédie humaine est peut-être celui du journalisme. C’est par là, avant tout, que Balzac a vu et montré l’émergence de l’âge démocratique. Déjà dans Z. Marcas, on peut lire en filigrane la toute puissance de la presse dans le monde moderne, capable en quelques articles de renverser un gouvernement29. Cela est d’autant plus vif dans le roman du journalisme et de ses méfaits que constitue Illusions perdues. Lors du souper chez Florine, s’engage une discussion entre les convives sur le bien-fondé de la profession. Il est clair dans ce passage que la presse est appelée à remplacer le pouvoir étatique :

  • 30 Balzac, Illusions perdues, La Comédie humaine, éd. citée, t. V, p. 404.

– Les journaux sont un mal, dit Claude Vignon. On pouvait utiliser ce mal, mais le gouvernement veut le combattre. Une lutte s’ensuivra. Qui succombera ? voilà la question.
– Le gouvernement, dit Blondet, je me tue à le crier. En France, l’esprit est plus fort que tout, et les journaux ont de plus que l’esprit de tous les hommes spirituels, l’hypocrisie de Tartuffe30.

17Le journal représente pour les journalistes eux-mêmes un avant goût de l’avènement des masses, une sorte de préfiguration de la Chambre élue au suffrage universel et livrée aux désirs individuels, un exemple de la soumission du politique (au premier sens du terme) au social :

  • 31 Ibid., p. 404.

Tout journal est, comme le dit Blondet, une boutique où l’on vend au public des paroles de la couleur dont il les veut. S’il existait un journal des bossus, il prouverait soir et matin la beauté, la bonté, la nécessité des bossus31.

  • 32 Ibid.

18Et pourtant le journalisme ne signe pas la fin du politique (au deuxième sens du terme) ; et la mise en parallèle de ces deux pouvoirs, la prise de conscience du bouleversement de l’époque contemporaine montrent que l’instituant politique subsiste dans son rôle de structure sociale, même s’il appelle à lui d’autres instances que celles qui lui étaient dévolues traditionnellement. Il n’est pas indifférent d’ailleurs que le journalisme en vienne à prendre les attributs qui jusque là étaient ceux du pouvoir politique : « il est sans foi ni loi32 » comme le dit Claude Vignon (qu’il s’agisse du cercle des journalistes ou du Cénacle la référence à Machiavel à ce propos est constante). Comme le gouvernement politique ou comme sa police, la presse décide de la vie ou de la mort des personnages, décrète ou non leur condamnation. Il discrimine, là encore au sens schmittien du terme, l’ami et l’ennemi. Ainsi de Coralie succombant à une cabale à la fin de la deuxième partie d’Illusions perdues :

  • 33 Ibid., p. 532.

[S]es amis donnaient à Coralie, dans une phraséologie admirable de bonté, de complaisance et d’intérêt, les conseils les plus perfides. Elle devait jouer, y disait-on, des rôles que les perfides auteurs de ces feuilletons infâmes savaient être entièrement contraires à son talent. Tels étaient les journaux royalistes serinés sans doute par Nathan. Quant aux journaux libéraux et aux petits journaux, ils déployaient les perfidies, les moqueries que Lucien avait pratiquées33.

19Ainsi de Lucien peu de temps après :

  • 34 Ibid., p. 545.

« Ce petit Lucien n’avait que son roman et ses premiers articles dans le ventre, s’écriaient Félicien Vernou, Merlin et tous ceux qui le haïssaient quand il était question de lui chez Dauriat ou au Vaudeville. Il nous envoie des choses pitoyables. »
Ne rien avoir dans le ventre, mot consacré dans l’argot du journalisme, constitue un arrêt souverain dont il est difficile d’appeler, une fois qu’il a été prononcé. Ce mot colporté partout, tuait Lucien, à l’insu de Lucien, car il eut alors des ennuis au-dessus de ses forces34.

  • 35 Ibid.

20De même que Zéphirin Marcas est victime du pouvoir politique, quand bien même il fait figure de véritable homme d’État, Lucien est victime du pouvoir journalistique au moment où, selon Balzac, il produit des « diamants littéraires35 ». L’État et le pouvoir royal semblent peu de choses face à cette force sociale qui voit le jour et qui accompagnera l’émergence de la démocratie et de l’égalitarisme. Ce que nous montre Balzac dans Illusions perdues, c’est l’institution du journalisme, son évolution et sa montée en puissance. Le politique ne meurt pas avec l’avènement du journal ou seulement son ancienne conception. Même si Balzac n’en a pas pleinement conscience, son œuvre nous montre néanmoins la force instituante et permanente du politique, qui, au gré des époques et des révolutions, trouve d’autres canaux pour s’exprimer. Aujourd’hui, si l’on suit M. Gauchet, c’est le droit qui aurait remplacé le social – derrière lequel se cachait le journalisme – c’est lui qui aurait la prééminence et donnerait du contenu à notre vie en commun.

En guise de conclusion

21L’œuvre balzacienne s’écrit à une période de profonde mutation socio-politique. Elle se veut en plus le reflet de son temps et de ses mœurs. Il est donc normal que quelque chose s’y dise à propos du politique. Balzac se fait le champion du politique déterminant, confondu chez lui avec le pouvoir oligarchique. Ce politique s’exprime dans son œuvre à travers les discours de Benassis, de Marsay ou Rastignac. Mais il apparaît surtout, dans les situations romanesques mises en place, comme voué à l’échec. Le politique appartenait aux temps de Machiavel et de Catherine de Médicis, il n’appartient pas à l’ère démocratique qui est la nôtre : Le Député d’Arcis reste inachevé, Marcas ne parviendra jamais au pouvoir et de Marsay mourra si tôt la Présidence du Conseil obtenue.

22L’œuvre balzacienne, malgré cet échec du politique déterminant se fait néanmoins miroir du politique instituant. C’est l’une des grandeurs de Balzac par rapport aux romans de son temps d’avoir montré non pas seulement l’institué et le figé (qu’il s’agisse des personnages, des lieux, du pouvoir), mais aussi le mouvement – voire le bouleversement. La construction de la Comédie humaine permet de sentir ces mutations presque d’année en année. Les romans eux-mêmes, pris isolément, suivent cette poétique. À travers la peinture d’une société et d’un pouvoir mouvants, à travers le dépérissement de l’institué et l’institution de nouvelles formes, c’est la permanence de l’instituant qui se dit, prêt à revêtir n’importe quel contenu, même ceux qui a priori semblent les plus hostiles à l’unité et au rassemblement. Si Balzac n’a pas conceptualisé ce politique, il a permis en tout cas par son œuvre de le mettre clairement en évidence.

Notas

1 Marcel Gauchet, La Condition politique, Gallimard, coll. « Tel », 2005, p. 25.

2 Ibid., p. 520.

3 Voir M. Gauchet, op. cit.

4 « L’expansion pratique de la politique (et parallèlement du droit) est parfaitement corrélée avec la secondarisation théorique du politique, avec la disqualification de l’ancienne portée explicative qui lui était reconnue. L’histoire alimente la perspective d’une science de la société en rupture avec les anciens modes de pensée de la chose collective. Elle nourrit l’ambition d’une science objective de la réalité sociale, d’une science des faits sociaux, en un mot délivrée des illusions normatives qui étaient au cœur tant de la politique ancienne que des philosophies du droit naturel moderne. Ce sont l’histoire et la société qui sont capables d’expliquer la politique et le droit, en aucun cas le contraire » (ibid., p. 520-521).

5 Balzac, Sur Catherine de Médicis, La Comédie humaine, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, t. XI, p. 170.

6 Balzac, Le Médecin de campagne, La Comédie humaine, t. IX, éd. citée, p. 506.

7 Je reprends ce terme à M. Gauchet. Voir supra, note 4.

8 Balzac, Le Médecin de campagne, éd. citée, p. 508.

9 Voir J. Rancière, « Politique, identification, subjectivation » [1995], dans Aux bords du politique, La Fabrique-Éditions, 1998, p. 84 : « Comme Platon l’a marqué, la démocratie n’a pas d’arkhè, pas de mesure. La singularité de l’acte du dèmos, un krateïn au lieu d’un arkheïn, témoigne d’un désordre ou mécompte originaire. Le dèmos est à la fois le nom de la communauté et le nom de sa division, le nom du traitement d’un tort. Au delà de tout litige particulier, la « politique du peuple » fait tort à la distribution policière des places et des fonctions, parce que le peuple est toujours plus et moins que lui-même. Il est le pouvoir de l’un-en-plus qui brouille l’ordre de la police. »

10 Pour une lecture de Balzac à la lumière de J. Rancière et de J.-C. Milner, voir l’article de J.-D. Ebguy : « Qu’est-ce qu’un auteur politique ? Balzac, Milner, Rancière » dans Balzac et le politique, Christian Pirot, 2007, p. 159-176.

11 Balzac, Le Député d’Arcis, La Comédie humaine, éd. citée, t. VIII, p. 811.

12 Ibid., p. 810.

13 Balzac, Autre étude de femme, La Comédie humaine, éd. citée, t. III, p. 677.

14 Balzac, Le Médecin de campagne, éd. citée, p. 514.

15 Voir J.-C. Milner, Les Noms indistincts [1983], Verdier, coll. « Verdier poche », 2007, p. 80, à propos des « politiciens » et des « vrais politiques », tous deux décevants face au politique : « Or, la contradiction éclate : aucun de ces maîtres ne saurait, de la politique, faire une vision du monde. Justement parce qu’ils en ont fait une technique spécialisée, les premiers ne sauraient croire qu’elle soit tout. Justement parce qu’ils en ont nommé leur désir, les seconds ne sauraient croire qu’elle soit une valeur du Lien. »

16 Balzac, Le Contrat de Mariage, La Comédie humaine, éd. citée, t. III, p. 646.

17 Voir F. Marceau, Balzac et son monde, Gallimard, 1970, p. 615 : « [O] n sent bien que son goût le porte plutôt vers des formes moins personnelles du pouvoir ; qu’à Napoléon, il préfère Louis XVIII et son cabinet, Talleyrand et ses collaborateurs, Fouché et sa police, Marsay et sa bande. Au chef solitaire, il préfère le groupe, le clan, « le cercle social dans lequel se renferment les évolutions du pouvoir ». Cercle restreint bien sûr et d’autant plus efficace qu’il sera plus restreint ».

18 Balzac, Le Contrat de mariage, éd. citée, p. 647.

19 Voir Carl Schmitt, La Notion de politique [1932], Flammarion, coll. « Champs », 1992, p. 64 : « La distinction spécifique du politique, à laquelle peuvent se ramener les actes et les mobiles politiques, c’est la discrimination de l’ami et de l’ennemi. Elle fournit un principe d’identification qui a valeur de critère et non une définition exhaustive ou compréhensive ».

20 Balzac, Le Contrat de mariage, éd. citée, p. 647.

21 Ibid.

22 Balzac, Une fille d’Ève, La Comédie humaine, t. II, éd. citée, p. 372.

23 Voir G. Gengembre, « La police dans La Comédie humaine ou l’envers du politique contemporain », Balzac et le politique, op. cit., p. 123-131.

24 Balzac, Les Chouans, La Comédie humaine, éd. citée, t. VIII, p. 1150.

25 Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, La Comédie humaine, éd. citée, t. VI, p. 703 et 878.

26 M. Gauchet, op. cit., p. 553.

27 Voir J.-C. Milner, op. cit., p. 77 : « Quant à la vision politique du monde, elle consiste en un seul axiome : il n’y a pas d’au-delà des rassemblements et à eux seuls, ils constituent l’alphabet où s’écrit quelque lien social que ce soit ».

28 Balzac, Le Bal de Sceaux, La Comédie humaine, éd. citée, t. I, p. 117.

29 Voir Balzac, Z. Marcas, La Comédie humaine, éd. citée, t. VIII, p. 844 : « Enfin l’on fonda un journal qui ne devait vivre que deux ans, mais qui rechercha la rédaction de Marcas ; dès lors, il renoua connaissance avec les ennemis du ministre, il put entrer dans la partie qui voulait la chute du ministère ; et une fois que son pic put jouer, l’administration fut démolie ».

30 Balzac, Illusions perdues, La Comédie humaine, éd. citée, t. V, p. 404.

31 Ibid., p. 404.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 532.

34 Ibid., p. 545.

35 Ibid.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540