Version classiqueVersion mobile

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

I. Fables

Une ténébreuse affaire, un roman politique ?

Souveraineté, société et dissensus

Jacques-David Ebguy

Texte intégral

  • 1 Honoré de Balzac, « Avant-propos » de La Comédie humaine, La Comédie humaine, Gallimard, coll. « Bi (...)

1La manière dont Balzac découpe ses « Études de mœurs », première partie de La Comédie humaine, en « Scènes » diverses, semble donner une place clairement définie aux fictions du politique. Les Scènes de la vie politique, indique l’Avant-propos de La Comédie humaine écrit en 1842, sont en effet supposées montrer « les existences d’exception qui résument les intérêts de plusieurs et de tous, qui sont en quelque sorte hors la loi commune1 ». Il s’agirait donc, en une démarche clairement allégorique, de représenter les groupes et le collectif, par la présentation de l’action d’êtres hors du commun, notamment des souverains.

  • 2 Voir Suzanne J. Bérard, « Introduction à Une ténébreuse affaire », VIII, p. 459.

2La seule grande œuvre achevée de cette partie de l’ensemble romanesque balzacien, Une Ténébreuse affaire, publiée en janvier 1841, ne se laisse toutefois pas aisément ramener à cette présentation. Ce roman, dont l’histoire débute en 1803 (l’évocation de la conspiration de Cadoudal et Pichegru contre Napoléon), et s’achève en 1833 (un récit de de Marsay, éclairant les ultimes zones d’ombre du récit), peut dérouter le lecteur, découvrant un récit à l’agencement étrange, en deux volets que sépare une longue ellipse, une intrigue complexe aux multiples foyers, confrontant personnages illustres, bourgeois, notables, aristocrates et paysans, une peinture de mœurs (la province française sous le règne de Napoléon) aux allures d’énigme policière supposant une quête des indices et des signes2.

  • 3 Jacques Rancière, Le Partage du sensible. Esthétique et politique, La Fabrique, 2000, p. 13-14.

3Or, cette obscurité, qui ne s’éclaire que dans l’après coup d’un récit rétrospectif et dédramatisé, va de pair avec une mise en fiction singulière du politique, à laquelle nous voudrions consacrer notre réflexion. Une ténébreuse affaire nous paraît emblématique du nouveau visage pris par le politique au début du xixe siècle : la modification de la façon dont s’exerce le pouvoir, notamment, rend le politique proprement opaque. Notre hypothèse sera donc que les caractéristiques formelles de l’œuvre sont liées à la manière dont le politique est perçu et se donne à voir dans le roman. Le visage du politique en détermine le mode de représentation. En examinant à la fois la construction du roman, la représentation des personnages, de leurs corps, de leurs déplacements, de leurs paroles – tout ce qui relève, plus largement, de ce que le philosophe Jacques Rancière appelle le « partage du sensible » c’est-à-dire la « répartition des parts et des places », le « découpage des temps et des espaces, du visible et de l’invisible, de la parole et du bruit3 » – il s’agira dès lors d’analyser la manière dont la fiction, prenant pour matière la politique, en invente une certaine figuration, qui est aussi une reconfiguration.

La fin du souverain : le refus de l’épique

Ceux qui lisent aujourd’hui des histoires de la Révolution française ne sauront jamais quels immenses intervalles la pensée publique mettait entre les événements si rapprochés de ce temps. Le besoin général de paix et de tranquillité que chacun éprouvait après de violentes commotions engendrait un complet oubli des faits antérieurs les plus graves. L’Histoire vieillissait promptement, constamment mûrie par des intérêts nouveaux et ardents. (Une ténébreuse affaire, VIII, p. 509).

  • 4 On distinguera en ces lignes la politique, définie par le jeu de rapports de force et de pouvoir, e (...)
  • 5 Sur ce point, voir l’article d’Aude Déruelle, « Un tournant de la politique balzacienne : l’introdu (...)
  • 6 Balzac, Petites misères de la vie conjugale, XI, p. 129.
  • 7 Que font les hommes politiques impuissants ? Ils « politiquent » écrit Balzac, « sans plus pouvoir (...)

4L’idée, chère à Balzac, d’une accélération du passage du temps, d’une transformation généralisée, est d’emblée énoncée. « Ce qui était » sombre dans l’oubli. Or le phénomène affecte également la politique4, essentiellement liée pour Balzac à la question du pouvoir5 et, par suite, des grands hommes. Le romancier fait en effet le constat d’un effacement, de plus en plus manifeste, des grands hommes et d’une politique « épuisée6 ». Pour le Balzac des années 1830 et, plus encore, des années 1840, l’époque est désertée par la politique, entendue comme exercice plein et décisif du pouvoir7. Une ténébreuse affaire montre précisément l’échec de la conception ancienne de la politique : celle de Laurence de Cinq-Cygne, notamment, qui rêve de se révolter, de tuer et de renverser (VIII, p. 545) le souverain Napoléon, qu’elle « visait, du fond de sa vallée et de ses forêts, avec une fixité terrible » (VIII, p. 538.) La jeune femme, choisissant ses modèles dans le Moyen Âge ou la période de la Révolution, se pense comme une grande femme, veut se faire « Destin » (VIII, p. 550) et conçoit la politique comme une lutte contre le pouvoir. Le vocabulaire utilisé relève du modèle épique ou du modèle médiéval qui ne correspondent plus à la réalité qui se met en place.

  • 8 En un sens, le véritable grand homme dans Une ténébreuse affaire est Fouché, que célèbre le narrate (...)
  • 9 Il est signalé qu’il avait « oublié » (VIII, p. 639) cette affaire.
  • 10 Une ténébreuse affaire présentant, dans cette perspective, la « version extrême du recul de la figu (...)

5Le roman n’oppose ainsi à la visée de Laurence, désireuse de rejouer sur la scène du xixe siècle les affrontements épiques, qu’un Napoléon bien peu souverain et presque évanescent. Les interventions du narrateur sur ce point sont souvent explicites : « Napoléon ne convainquit jamais entièrement de sa souveraineté ceux qu’il avait eus pour supérieurs et pour égaux » (VIII, p. 553). Le personnage, d’ailleurs assez peu présent dans le roman, est presque entièrement défini par les discours du narrateur ou de personnages qui le démythifient et le privent de toute intériorité. Son corps semble proprement escamoté8. Il apparaît essentiellement dans le roman en début et en fin de chapitre, comme déplacé par rapport aux enjeux narratifs centraux et à l’affaire qui fait le fond du récit9. L’espoir de l’Empereur de changer les hommes, de les « fondre à son usage » (VIII, p. 675), est ainsi voué à l’échec. Le roman n’est pas une fiction « héroïque » célébrant la grandeur du chef politique. Lorsque Laurence, après une longue quête, est finalement mise en présence de Napoléon, elle ne le reconnaît d’ailleurs pas, comme si l’être, le corps n’étaient pas tout à fait à la hauteur du nom et du titre. La rencontre, perpétuellement décalée, n’a pas d’impact décisif sur le cours de l’intrigue et sur la perception du monde des personnages. Si la vie politique concerne classiquement pour Balzac les souverains, le romancier constate qu’ils n’ont pas toujours le pouvoir et la capacité d’agir10.

  • 11 Max Andréoli, « Sur le début d’un roman de Balzac, Une ténébreuse affaire », L’Année balzacienne, 1 (...)
  • 12 À l’inverse de leur oncle, plus au fait de l’évolution sociale et politique.
  • 13 Ne prêtant aucune attention « au couronnement de l’empereur Napoléon » (VIII, p. 608), faisant de l (...)

6L’insistance sur ces « immenses intervalles » (VIII, 509) qui séparent les événements les uns des autres a aussi pour effet de rendre plus anachronique encore « l’attitude de Laurence de Cinq-Cygne cernée par le passé11 ». Si tout le monde pousse les cinq personnages de jeunes nobles, Laurence, les jumeaux Simeuse et les frères d’Hauteserre, à « transiger » (VIII, p. 615), à s’allier avec Napoléon et, plus largement, avec la bourgeoisie montante, ces protagonistes12 refusent pendant longtemps de l’envisager13 et font entrave, jusqu’au bout, à la « fusion des parties » (VIII, p. 639), thème central, sujet politique, si l’on peut dire, du roman.

7Or, cet attachement à des formes anciennes de politique, cette incompréhension de ses formes nouvelles, se lisent dans les modes de présentation et de caractérisation des personnages. La séparation entre les cinq jeunes gens et le monde et la politique réels s’exprime ainsi d’abord par leur position dans l’espace : les quatre personnages masculins sont exilés, parce qu’émigrés (et donc d’abord absents comme acteurs romanesques), avant d’être enfermés, dans les souterrains du cloître Notre-Dame puis dans les prisons de l’Empire. L’absence de visibilité, de possibilité d’apparition dans l’espace public dit l’isolement politique et l’anachronisme de ces figures.

  • 14 Voir « Laurence, qui parlait peu, semblait non pas songeuse, mais engourdie » (VIII, p. 534).
  • 15 Max Andréoli, « Aristocratie et médiocratie dans les Scènes de la vie politique », L’Année balzacie (...)

8De la même façon, la mention récurrente de l’engourdissement14 de Laurence construit l’image d’une aristocratie prisonnière du passé, « demeurée dans un ordre des choses qui n’a plus cours, attachée à d’immémoriales traditions et à un emblème périmé du pouvoir » qui ne parvient pas à « s’insérer dans les réseaux de la politique « réelle »15 » et à peser dans le monde post-révolutionnaire. Nul hasard à ce que la comparaison utilisée pour caractériser le visage et le physique de la jeune femme puisse prendre un double sens : de la brebis à laquelle elle est assimilée, elle possède la blancheur, la pureté et la douceur ; mais « [c]ette excessive douceur, quoique noble, paraissait aller jusqu’à la stupidité de l’agneau. “J’ai l’air d’un mouton qui rêve !” disait-elle quelquefois en souriant. » (VIII, p. 534)

  • 16 Mireille Labouret, « Le sublime de la terreur dans Les Chouans et Une ténébreuse affaire », L’Année (...)
  • 17 René Girard, La Violence et le sacré, Grasset, 1972, p. 87.
  • 18 Lucienne Frappier-Mazur, art. cité, p. 245.

9Notons également que la résistance aristocratique à Napoléon est incarnée, en dehors de Laurence, par un « quatuor de jeunes gens qui symbolisent le retour infini du même : les jumeaux Simeuse et les frères d’Hauteserre16 ». Or, rappelle René Girard analysant les figures de gémellité : « il ne faut pas s’étonner si les jumeaux font peur : ils évoquent et paraissent annoncer le péril majeur de toute société, la violence indifférenciée17 ». Les jumeaux eux-mêmes rapportent leurs échecs et leurs souffrances à leur « monstruosité » (VIII, p. 635), et leur relation fusionnelle avec Laurence accentue ce risque d’une « différenciation insuffisante18 ». Le brouillage des sexes, dont témoignent de multiples détails descriptifs, pourrait alors être lu comme la stigmatisation de l’absence de différenciation et de l’enfermement autarcique dans un univers et des représentations passés. Ainsi est figurée l’aristocratie dans Une ténébreuse affaire : vouée au règne du Même, improductive, dépourvue du pouvoir paternel d’engendrement, puisque Laurence, sans mari, descend d’une lignée de personnages féminins qui ont transmis le nom de leurs glorieuses ancêtres. C’est une lecture possible du roman : au cœur du combat aristocratique, un obscur désir de mort. La devise de la maison des Cinq-Cygne n’est-elle pas : « MOURIR EN CHAN-TANT ! », et celle des Simeuse « CY MEURS ! » (VIII, p. 615) ?

  • 19 Voir Mireille Labouret, art. cité, p. 324.
  • 20 C’est plus précisément le « souverain pontife », capable de « trancher » les nœuds gordiens (VIII, (...)

10L’intrigue amoureuse elle-même peut être lue comme une transposition ou une figuration de la politique. Le dérèglement de l’Éros est l’indice d’un dérèglement politique. L’incapacité de Laurence à choisir entre ses deux prétendants, à « prendre une décision » (VIII, p. 620), révèle son incapacité à prendre réellement la place du souverain, à incarner dans le réel son royalisme exacerbé. Le roman balzacien oppose donc un idéal antique chevaleresque de l’ordre du discours19, à la fois à la souveraineté, dont le narrateur évoque le pouvoir disparu de trancher et de décider20 (VIII, p. 607), et à une réalité composite, complexe et en mouvement que nul souverain ne peut diriger et maîtriser totalement.

  • 21 M. Andréoli, « Sur le début d’un roman de Balzac, Une ténébreuse affaire », art. cité, p. 109-110.
  • 22 Gérard Gengembre, « La police dans La Comédie humaine ou l’envers du politique contemporain », dans(...)

11La fin de la politique ancienne correspond dès lors à un changement de système de significations, d’acteurs et de scènes. Les forteresses prises d’assaut des temps anciens sont remplacées par les espaces labyrinthiques de la campagne champenoise, les combats à visage découvert se déroulent à présent la nuit et dans des lieux souterrains. Après une brève évocation du soleil au début du roman, s’installent les ténèbres. « L’ère qui s’ouvre voit le triomphe de la ruse, de la patience et du calcul21 » en lieu et place de « l’exercice révolutionnaire de la force22 ».

  • 23 Cf. VIII, p. 645. La reconfiguration des rapports de pouvoir implique une forme de récit inédite.
  • 24 Cf. VIII, p. 629.

12C’est que la société et le monde issus de la révolution ne sont plus immédiatement lisibles : les catégories sociales se sont multipliées, les apparences cessent de renvoyer immédiatement à une position politique. On comprend dès lors le caractère énigmatique de l’ouverture du roman (il faut attendre assez longuement pour que le comportement et les motivations de Michu s’éclairent), les fausses pistes ensuite ouvertes et le déroulement de son intrigue, fondé sur des « coups de théâtre ». Manière de faire apparaître le brouillage des identités et des alliances caractéristique de cette séquence historique. Manière de signifier la complication de la politique en ces temps de transition. Même la justice, dans le troisième chapitre du roman23, ne parvient à faire la lumière sur toute l’affaire. Il faut ainsi attendre l’épilogue du roman, plus de trente ans après les faits24, pour que le mouvement explicatif touche à son terme et que tous les mystères soient éclaircis. Le personnage qui dévoile, de Marsay, brillant « d’un dernier éclat » (VIII, p. 686), le fait juste avant de mourir, avant le changement définitif d’univers politique.

  • 25 « Nous voyons alors la politique absolument opaque, comme elle est » (Alain, Balzac, Gallimard, col (...)

13Ainsi, plutôt que d’expliquer longuement les ruses du pouvoir, le roman, adoptant un autre régime de sens, donne à lire, par sa construction et ses énigmes successives, ce que le philosophe Alain appelle l’opacité absolue de la politique25. En ce sens, Une ténébreuse affaire apparaît d’abord comme un roman de la mort du politique. Le pouvoir n’est plus exercé par un souverain sur des sujets : le corps du souverain est un corps escamoté, le corps de l’aristocratie, attachée à la politique ancienne, un corps stérile, et les temps nouveaux sont ceux du flottement des identités et des corps obscurs. Ce n’est que progressivement que le lecteur peut se faire une idée de ce qui remplace la politique ancienne et vient après le règne du grand homme. Car il s’agit tout de même, l’expression est dans le roman, « d’y voir clair dans ces ténèbres politiques, d’y flairer la porte de sortie » (VIII, p. 526).

Police et corps social : un roman tragique

  • 26 « Le sujet propre de ce roman est l’intrusion d’un autre pouvoir, qui est la police. Entendez la po (...)
  • 27 Comme le dit Corentin dans Splendeurs et misères des courtisanes : le policier est le « machiniste (...)
  • 28 Cf. VIII, p. 595 : « la Justice aura l’œil sur vous ».

14« Qu’a voulu l’auteur ? Peindre la police politique aux prises avec la vie privée et son horrible action » (VIII, p. 492), écrit Balzac dans la préface du roman. Il semble qu’au souverain effacé se soit substitué le pouvoir de la police26 dont le roman, ainsi peuplé d’un nouveau personnel, décrit le fonctionnement et le champ d’application27. Il n’est pas indifférent à cet égard qu’il soit écrit de Peyrade, le second de Corentin, que « des ordres partis de haut » le rendaient « momentanément souverain » (VIII, p. 514, c’est nous qui soulignons). Dans la société post-révolutionnaire, la fin de tout pouvoir fondé sur une transcendance semble autoriser le déploiement de la violence policière, exercée sur les membres de la société. La mention de la guillotine (VIII, p. 514) à propos de Peyrade associe d’ailleurs le personnage à la violence révolutionnaire. Vecteur premier de cette violence : le regard. Dans la première partie du roman, les deux policiers, Peyrade et Corentin, sont ainsi caractérisés par leur manière d’observer et de surveiller tout à la fois ceux qu’ils identifient comme leurs ennemis. Rappelons que les yeux sont à l’époque l’emblème de la police28.

  • 29 Voir J. Rancière, La Mésentente, Galilée, 1995, p. 52. Voir « Ces deux hommes si doucereusement sin (...)
  • 30 Ibid., p. 50-51.
  • 31 Ibid., p. 23.

15Mais le roman balzacien montre plus précisément la logique policière. Au-delà de sa fonction immédiate de contrôle, la police participe d’un processus plus général de définition et de distribution des places et des parts dans la société29. Une bonne partie du travail des policiers consiste ainsi à mettre en concordance les identités, les agissements et les discours30. Si, dans Une ténébreuse affaire, la justice elle-même est politique c’est aussi parce qu’elle vise à maintenir un ordre, une mesure pré-établie, « selon laquelle chaque partie ne prend que la part qui lui revient31 ». Or, sous l’Empire, les aristocrates qui refusent de transiger et leurs serviteurs ne peuvent réclamer une part. Sur un mode presque fantastique, le déroulement du procès dit la vérité de l’organisation politique : les personnages innocents, par un « phénomène inexplicable » (VIII, p. 661), paraissent coupables aux yeux de tous. La justice politique fonctionne dès lors à plein régime : Michu n’est pas entendu, son corps, comme celui de ses maîtres, est effacé, Laurence l’amazone est reconduite dans l’espace privé (VIII, p. 684).

  • 32 Michel Foucault, « Pouvoir et corps », Dits et écrits (1954-1988), Gallimard, 1994, t. II, p. 754.
  • 33 Cité in Jacques Rancière, La Mésentente, op. cit., p. 159.
  • 34 M. Labouret, art. cité, p. 327.

16Au-delà de la peinture de la police, est racontée la manière dont, au xixe siècle, le corps de la société remplace celui du roi. Michel Foucault l’a bien expliqué : « c’est le corps de la société qui devient, au cours du xixe siècle, le nouveau principe. C’est ce corps-là qu’il faudra protéger, d’une manière quasi-médicale32 ». Dans Une ténébreuse affaire, tout se passe en effet comme si la société qui se mettait en place distinguait et excluait les corps « étrangers » (à la fois objets de désir, de fascination et de répulsion) que sont les femmes fortes (Laurence de Cinq-Cygne) ou les domestiques fidèles à la royauté. Michu est ainsi extrait du corps social parce que, dès le début du roman, il est considéré par tous, peuple et bourgeoisie, comme « un homme excessivement dangereux » (VIII, p. 511), menaçant la cohésion sociale. « [C]ertaines personnes sont dans la société sans être de la société33 » écrivait Bonald. La fin du roman laisse d’ailleurs apparaître que Napoléon lui-même ne peut rien contre la volonté collective de punir l’être violent, supposé incapable d’intelligence et de langage. Le paria qu’est Michu semble donc incarner, dans l’économie du roman, la « victime émissaire dont l’immolation restaure l’ordre social et romanesque34 ». Dès l’ouverture de l’œuvre, une image frappante, redoublée par des échos sonores, avait annoncé, dans son portrait, la vérité du personnage et de la société : « le cou, court et gros, tentait le couperet de la Loi » (VIII, p. 503).

  • 35 M. Foucault, « Les mailles du pouvoir », Dits et écrits, t. IV, op. cit., p. 193.
  • 36 M. Foucault, « Espace, savoir et pouvoir », ibid., p. 273.
  • 37 Voir M. Foucault, « Subjectivité et vérité », ibid., p. 214. Le romancier, dans Une ténébreuse affa (...)
  • 38 La jeune femme apparaît effrayée par « la fureur des masses, la malignité de la bourgeoisie et l’ho (...)
  • 39 « [L]’intérêt de la société me semble égal à celui des accusés » dit ainsi le président de la cour, (...)
  • 40 Alain, op. cit., p. 38.
  • 41 Le narrateur note ainsi : « Les mœurs, c’est les hommes ; mais la loi, c’est la raison d’un pays. L (...)

17L’intrigue du roman, sa logique actantielle, témoignent plus largement de la transformation de la manière dont s’exerce le pouvoir dans la société et dont fonctionne le corps social. Non plus la politique telle qu’elle est théorisée, mais la politique réelle, sur la scène provinciale. Si Corentin et Peyrade connaissent l’échec lorsqu’ils sont présents sur le terrain et usent de leurs yeux et de leurs paroles pour discipliner ce qui doit l’être (chap. I), ils obtiennent ensuite la victoire (chap. II et surtout III), de loin, sans réellement intervenir, en se contentant de provoquer l’événement et le mouvement du corps social. Comme l’a expliqué M. Foucault, au modèle juridique de la souveraineté (qui s’exerce sur des sujets) se substitue celui de la « gouvernementalité », qui s’exerce sur la société35, « réalité complexe et indépendante, qui possède ses propres lois et mécanismes de réaction, ses règlements ainsi que ses possibilités de désordre36 ». À une structure essentiellement verticale se substitue progressivement une structuration plus horizontale de l’espace politique, qui explique à nos yeux l’organisation du roman balzacien37. Une ténébreuse affaire montre ainsi comment la matière de la force politique est d’abord sociale. Si le troisième chapitre du roman est intitulé « Un procès politique sous l’Empire », c’est certes parce que les accusés se sont attaqués à un membre du sénat, représentant des institutions ; mais c’est surtout parce que toute la société de Troyes s’intéresse à l’affaire et se satisfait de voir détenus les accusés. Le déroulement du procès laisse bien apparaître le poids nouveau acquis par ce qu’on pourrait appeler l’opinion publique. M. de Chargebœuf indique ainsi à Laurence : « que croit le public ? voilà l’important » (VIII, p. 612). Le directeur du jury sait « quel plaisir causerait à Troyes sa procédure contre d’anciens nobles, les ennemis du peuple » (VIII, p. 630). Personne n’ose s’opposer au « déchaînement de l’opinion publique » (VIII, p. 640). La « voix publique » (VIII, p. 641), à la fois omniprésente et insaisissable, semble au fond avoir plus de poids que Napoléon. Certes, le vocabulaire guerrier est mobilisé : Laurence pense à la « bataille judiciaire » (VIII, p. 641) qui va se livrer devant la cour criminelle et l’avocat Bordin évoque un « champ de bataille » (VIII, p. 643). Mais, symptomatiquement, la jeune femme, avide d’en découdre avec l’Empereur, tombe dans l’abattement lorsqu’elle prend conscience de cette unité à la fois artificielle et réelle du corps social : « Elle voyait la société tout entière armée contre elle et ses cousins » (VIII, p. 648). Société qu’au sens strict rien ne peut arrêter, car tout un chacun aspire à la servir38. Au terme d’une gradation, Bordin l’indique de manière hyperbolique : « Le pays est tout entier contre vous » (VIII, p. 646). Les héros des temps anciens succombent à la « puissance sociale » (ibid.). C’est en ce sens également qu’Une ténébreuse affaire est un roman de l’impossibilité de la fable épique. L’adversaire est trop vaste : rien moins que la demande sociale39, puisque la motivation suprême du politique devient de sauver ou de défendre le corps social. Les longues descriptions des lieux, des institutions, la prolifération des personnages, la multiplicité des foyers narratifs et discursifs font éprouver au lecteur le « poids de la société40 », des lois et des mœurs présentes41. La comparaison de la société avec l’océan – « la Société procède comme l’Océan, elle reprend son niveau, son allure après un désastre, et en efface la trace par le mouvement de ses intérêts dévorants » (VIII, p. 672) – dit la vérité de son être : un mouvement perpétuel de recouvrement de ce qui est (les êtres et les espaces présents) et de ce qui a été (les idées et les événements passés). La politique ici mise en fiction est capacité à tout absorber.

  • 42 Félix Davin, préfacier de Balzac, évoque, à propos de l’univers présenté dans les Scènes de la vie (...)
  • 43 Voir VIII, p. 502-503, 515, 599,604, 609, 617, 619, 638, 640, 655. Les devises mêmes des Cinq-Cygne (...)
  • 44 Corentin et Peyrade sont des agents du destin dépourvus de grandeur : ils sont ainsi appelés deux « (...)
  • 45 Goethe, « Esquisse », Œuvres complètes, vol. 10, Mélanges, « Annales de 1749 à 1822 », Paris, Hache (...)

18À adopter le point de vue des personnages nobles ou liés à l’aristocratie, sans doute faudrait-il parler d’une dimension tragique du roman, qu’explicite une autre métaphore, celle de la machine, utilisée à propos de la société42. On l’a souvent noté, le compte rendu réaliste et la réflexion politique s’y doublent d’un récit mythologique évoquant la puissance des ténèbres et les ressources de l’ombre. Les personnages ne cessent d’avoir des pressentiments ; les prédictions, les prophéties prolifèrent43. Mais la multiplication des signes et des oracles, le recours à la mythologie, l’ironie du sort, l’idée de destin sans cesse mobilisée ne sont que la traduction romanesque d’une nécessité immanente, celle de l’Histoire et de la politique. Il y a ainsi invention d’un tragique moderne44. La dimension mélodramatique des passages au cours desquels sont évoquées les prophéties permet de rendre la perception que les acteurs ont du changement de configuration politique et d’exercice du pouvoir. Au fond, Une ténébreuse affaire illustrerait le propos qu’aurait tenu Napoléon à Goethe lors de leur rencontre : « Que nous veut-on aujourd’hui avec le destin ? disait-il. Le destin, c’est la politique45 ».

  • 46 Malin contrôle la justice (il est question d’un « jury Malin », VIII, p. 646) et possède le pouvoir (...)
  • 47 Gérard Gengembre, art. cité, p. 127.
  • 48 Voir VIII, p. 571 par exemple : à Mme d’Hauteserre qui lui demande de quoi ses fils sont accusés, C (...)
  • 49 Voir L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 253.

19Qui sont d’ailleurs les véritables triomphateurs du roman, sur le plan actantiel ? Corentin et Malin de Gondreville46, lequel, issu d’une famille d’ouvrier, finit député et comte d’Empire. Le récit de de Marsay montre que la mutation s’est accomplie puisque Malin est devenu l’un « des propriétaires de la France nouvelle47 ». Or Malin, Corentin48 ou encore Fouché sont des personnages impénétrables, des corps fermés, du côté de la rationalité, qui n’émettent pas de signe49. En lieu et place du corps éclatant et spectaculaire du souverain ou de l’aristocrate, le corps secret et mutique du bourgeois, aussi labile que le corps social. Remarquons que Malin, homme de pouvoir, n’est pas vraiment présent dans le roman et que le théâtral procès qui réunit les personnages les plus importants en apparence, est en fait un leurre (VIII, p. 653) : les véritables hommes de pouvoir sont dans l’ombre.

  • 50 G. Gengembre, La Contre-Révolution ou l’histoire désespérante, Imago, 1989, p. 14.
  • 51 Voir par exemple VIII, p. 647 : « Sur cent affaires criminelles, dit Bordin, il n’y en a pas dix qu (...)
  • 52 Voir VIII, p. 695.

20Cette invisibilité des personnages réellement agissants explique également la construction singulière de ce roman qui ne cesse de différer le moment des réponses (on ne comprend que tardivement que Corentin est responsable ; VIII, 676) et repose sur un jeu de ramifications et d’enchâssements. Est ainsi mise en évidence la structuration nouvelle de la politique, qui procède par contiguïté (le contrôle est exercé par chacun sur chacun) et non du haut vers le bas. Au « décentrement50 » qu’a été la Révolution correspond le décentrement perpétuel de l’intrigue : c’est toujours un peu plus loin, un peu plus tard, que cela se passe. Si l’affaire est ténébreuse51, c’est aussi parce que le pouvoir est toujours à côté, disséminé dans le corps social. Même l’épilogue du roman, lieu de révélation des secrets, ne les dévoile que de manière indirecte, en passant et à la toute dernière page52. Ainsi, la vacance du souverain laisse place au corps social, que même la police ne peut pénétrer et maîtriser complètement. Représenter la politique revient alors à montrer la manière dont les corps étrangers sont traqués, assignés à une place ou tragiquement sacrifiés à ce corps social, que savent comprendre et manipuler ceux qui, toujours derrière ou à côté, sont les véritables hommes de pouvoir.

21Peut-on cependant en rester à cette lecture du roman, envisagé en diachronie, conduisant à cette idée d’un tragique moderne ? Cela ne reviendrait-il pas à passer sous silence sa dimension proprement dramatique, la manière dont émergent ponctuellement des conflits et des dissensus ? C’est à cette autre forme d’événementialité politique, rendue possible par le délitement progressif de la politique, que nous voudrions consacrer le troisième temps de notre analyse.

L’événementialité politique : un roman dramatique

  • 53 Félix Davin, « Introduction aux Études philosophiques », X, p. 1205.

22Faisant place à l’individuation, au théâtre des passions, aux « sentiments vrais » qu’opposait Davin au « jeu des intérêts » et aux « rouages de ce monde mécanique53 », le roman balzacien dessine l’aspect d’un corps social non encore parfaitement unifié. Des dissensions, des oppositions demeurent qui portent sur le partage du sensible : elles autorisent une autre lecture du roman, autrement politique.

  • 54 Sur ce point, voir Owen Heathcote, « Balzac au carrefour : La mise en récit de la terreur dans Une (...)
  • 55 Chantal Massol, « Corps naturels, corps politique dans L’Envers de l’histoire contemporaine », dans(...)
  • 56 Voir VIII, p. 524, 555.

23C’est d’abord sur le plan de l’espace que s’exprime cette division du corps social. De la propriété de Gondreville au pavillon de chasse de Michu, du caveau dans la forêt de Nodesmes au tribunal, le lieu de l’action ne cesse d’être déplacé54. « Le récit a, d’évidence, une dimension allégorique : c’est un corps politique disloqué qui se donne à voir à travers cet espace marqué par la disjonction55 ». La multiplication des lieux clos, des sous-espaces cloisonnés à l’intérieur d’espaces, dit bien l’éclatement politique de la Nation balzacienne, en pleine construction. La topologie du secret exprime en ce sens la vérité politique de l’époque. Il en va des personnages appartenant au même camp comme des adversaires (mais les alliances ne cessent de fluctuer) : ils ont des secrets les uns pour les autres56.

  • 57 « Nous ne pouvons pas nous comprendre, dit Michu froidement.
    Tenez-vous sage, mon cher, la Justice a (...)
  • 58 Pensons par exemple au moment où Peyrade saisit le pied de Laurence lors de leur première confronta (...)

24La division du corps social trouve également – et sans doute surtout – à se dire dans les scènes romanesques, qui exposent fréquemment des antagonismes. Cependant, loin des duels épiques, exposant des oppositions qui ont lieu dans l’ordre du même, car les guerriers partagent les mêmes systèmes de valeurs et conceptions du pouvoir, les confrontations présentées dans Une ténébreuse affaire manifestent les dissensus qui travaillent la société. Les scènes montrent moins l’affrontement de deux ennemis qui partagent un monde, qu’elles n’exposent des différences, des écarts. Ainsi, lorsque, dans le premier chapitre57, Corentin prend à part Michu, celui-ci refuse de le comprendre, de transiger et de se « trouver d’intelligence » (VIII, p. 595) avec lui. L’isolement des personnages, le cadre (ils sont près d’une pièce d’eau), leurs sous-entendus respectifs, créent un climat de tension et de violence larvée qui ne s’expriment que par les mots prononcés. Dans la nouvelle fiction du politique (non-épique), la scène est exposition de la rencontre d’éléments hétérogènes. Les ruptures tonales qui ponctuent certaines séquences du roman le manifestent également58.

  • 59 Même si elles sont en partie aussi, en la circonstance, jouées.
  • 60 Deux logiques, deux manières de déterminer ce qui est juste et ce qui ne l’est pas se heurtent en f (...)
  • 61 Voir également VIII, p. 584.
  • 62 L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 254.

25Les antagonismes et les différences, sources de dramatisation, ont plus précisément pour enjeu les positions des êtres et leur capacité à être vu et entendu dans l’espace commun. Lors de la première confrontation Michu-Corentin, à l’apostrophe un brin méprisante du policier – « Nous devons être à Gondreville, ma bonne femme » –, le paysan répond : « Nous avons encore la simplicité de nous appeler citoyenne et citoyen, nous autres » (VIII, p. 515), marquant d’un même mouvement son refus du dialogue, sa volonté de distinction et sa revendication d’égalité. Les postures énonciatives adoptées59 révèlent des manières opposées de dire la situation et de déterminer les places occupées par les uns et les autres dans la Nation60. Chaque réplique exprime une position et plus encore la logique selon laquelle sont pensées et articulées paroles et statut sociaux. Le roman balzacien met donc littéralement en scène le heurt entre des logiques et entre des mondes. Dans le cas des confrontations entre Corentin et Laurence, l’opposition est certes accentuée par la tension érotique : si la deuxième se fait un ennemi mortel du premier « en lui jetant un regard plein de hauteur » (VIII, p. 635), c’est parce que ce regard est interprété à la fois comme un signe de mépris social et comme un rejet de son désir61. Mais, chez Balzac, le conflit même entre République et monarchie peut prendre une charge érotique : l’absence de « prise de possession du corps de la femme ennemie62 » signale une prise de pouvoir imparfaite car incomplète. Le conflit, le « duel » (VIII, p. 586) portent bien sur la manière de se situer et de situer l’autre dans l’espace commun. L’intensité de l’antagonisme, le gouffre qui sépare les personnages mis en présence, expliquent que les scènes s’achèvent souvent sur le départ d’un des « opposants ». Ce principe de construction scénique s’observe jusque dans l’épilogue apparemment apaisé du roman : Laurence, dans le Paris de 1833, ne peut accepter de rester dans la même pièce que Malin de Gondreville, le bourgeois triomphant (VIII, p. 687).

  • 63 La propriété de Gondreville, lieu de passage, véritable « carrefour » (Owen Heathcote, art. cité, p (...)
  • 64 Si, au début du roman, la question rhétorique que se pose Malin (en discours indirect libre) au suj (...)

26Mais précisément : le roman raconte à la fois la rencontre (des êtres appartenant à des milieux, des espaces, des temps, des classes différents se retrouvent dans un lieu-carrefour63) et l’impossibilité du partage durable de l’espace. Il n’y a plus qu’un monde, qu’une société64, traversée de lignes de fractures, dans laquelle affirmations et mouvements prennent un sens politique. En ce sens, sans que tel soit le propos explicite du romancier, la fiction balzacienne, témoignant d’une redisposition des espaces, des positions et de nouvelles possibilités d’actions et d’expression, s’inscrit bien dans le temps post-révolutionnaire.

  • 65 Sur une confrontation plus systématique des romans de Balzac aux thèses de Rancière sur la et le po (...)
  • 66 J. Rancière, La Mésentente, op. cit., p. 186.

27Plus encore, elle exhibe une communauté politique, au sens où, selon J. Rancière, dont nous reprenons ici la perspective65, « la communauté politique est une communauté d’interruptions, de fractures, ponctuelles et locales66 ». Ces fractures et ces interruptions sont d’ailleurs figurées, dans Une ténébreuse affaire, par le déplacement de certains personnages. Ainsi de Laurence, fomentant un coup d’État et parcourant les champs et les forêts au lieu de rester paisiblement chez elle, comme une jeune femme de bonne famille. Le déplacement fait ici d’autant plus rupture que le personnage échappe de la sorte aux assignations identitaires et sociales en vigueur et devient un sujet politique, selon J. Rancière. Laurence se soustrait en effet à la logique policière qui distribue les corps et les places. L’établissement d’une lignée exclusivement féminine chez les Cinq-Cygne était déjà une « entorse à la loi salique » (VIII, 534). La jeune femme, remettant en cause la classique division des sexes, est de surcroît rapportée, pour partie, à la sphère masculine. Son portrait insiste précisément sur cette dualité symbolique :

Tout chez elle appartenait au genre mignon. Dans son corps frêle, malgré sa taille déliée, en dépit de son teint de lait, vivait une âme trempée comme celle d’un homme du plus beau caractère (VII, p. 534).

28On lit également, un peu plus avant dans le roman :

À voir son poignet blanc et délicat nuancé de veines bleues, personne n’eût imaginé qu’il pouvait défier celui du cavalier le plus endurci. Sa main, si molle, si fluide, maniait un pistolet, un fusil, avec la vigueur d’un chasseur exercé. (VIII, p. 537)

  • 67 L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 246. La question de la place de la femme dans la Société est abord (...)
  • 68 L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 253.

29Sa voix gutturale, son regard impérieux, lui confèrent d’ailleurs une autorité qui s’impose à tous. Cette absence de concordance entre l’appartenance à un genre et des caractéristiques supposées, entre un physique et un comportement, cette conjonction étonnante, du moins pour l’époque, de féminité et de force (voir VIII, 534, 537), sont le signe du « bouleversement des catégories67 ». Le temps de quelques scènes, l’ordre politique, qui est aussi un ordre symbolique et social, est perturbé, son fonctionnement suspendu. Le drame naît ici de ce que « le politique passe par le corps féminin68 »: il ne relève plus d’une sphère séparée, sans lien avec l’existence individuelle, la vie privée, la vie du corps.

  • 69 Le moment du procès politique le prouve : au « nœud du procès » (VIII, 660), il est celui dont tout (...)
  • 70 Voir VIII, p. 503, 655. Aux yeux de Peyrade, l’intelligence du paysan tient du « prodige » (VIII, p (...)

30Ainsi la portée politique du roman, au-delà même des opinions du romancier, tient à cette manière de mettre en scène des corps parlants et en mouvement, qui conquièrent une visibilité sur la scène politique dont ils sont en apparence exclus. Posons-le avec J. Rancière : il n’y a ici de fable du politique que parce que les « sans-part » (les femmes, les aristocrates qui refusent de transiger et leurs serviteurs) réclament une part : une revendication d’existence, une demande d’être pris en compte par le corps social, sans en adopter les valeurs nouvelles, persistent. On pourra certes dire que Michu, ce personnage « sublime » (VIII, p. 675) de « maudit au grand cœur », n’est qu’un type banal à l’époque romantique. Il nous semble tout de même intéressant de souligner que cette figure, dont on suit longuement les déambulations et qui sauve ses maîtres, est située au cœur d’une « Scène de la vie politique69 ». Sa caractérisation non plus n’est pas indifférente. Comme les grands personnages balzaciens, ce serviteur au physique de paysan possède une indéniable profondeur du regard70. Plus encore, en des moments privilégiés, lorsqu’il agit, cet homme « avait dans le geste et dans le regard une autorité despotique, irrésistible, puisée à la source commune et inconnue où puisent leurs pouvoirs extraordinaires et les grands généraux sur le champ de bataille où ils enflamment les masses, et les grands orateurs qui entraînent les assemblées » (VIII, p. 530). Ainsi le paria, le paysan apparemment dévalué, exhibe une puissance d’homme politique ou d’orateur, alors même qu’il n’est pas visible dans la cité. Ce mode de figuration des « sans-part » devient la condition de la dramatisation, et donne au roman sa dimension romanesque et tragique. En effet, c’est précisément l’isolement de personnages tels que Laurence ou Michu, leur écart par rapport au tout social, qui suscitent l’émotion et font voir la vérité d’une situation et d’un fonctionnement politique

31Un dialogue entre Corentin et Peyrade emblématise les logiques concur :

« Si elle retombe sous ma coupe, je lui paierai son coup de cravache.
– L’autre était une fille, dit Peyrade, et celle-là se trouve dans une position…
– Est-ce que je distingue ? tout est poisson dans la mer, dit Corentin… » (VIII, p. 590)

  • 71 J. Rancière, La Mésentente, op. cit., p. 53.

32L’action de Corentin consiste tout à la fois à catégoriser – Michu et Laurence sont repérés, distingués comme étant dangereux – et à uniformiser – il refuse de témoigner du respect à Laurence parce qu’elle est une femme ou parce qu’elle est noble. Le mode « romanesque » de saisie de l’acteur politique est à l’opposé, puisque le romancier, pour sa part, invente des personnages qui échappent aux catégories et les singularise. Si « [l]’activité politique est celle qui déplace un corps du lieu qui lui était assigné ou change la définition d’un lieu ; elle fait voir ce qui n’avait pas lieu d’être vu, fait entendre un discours là où seul le bruit avait son lieu, fait entendre comme discours ce qui n’était entendu que comme bruit71 », alors une lecture politique de la fable balzacienne est possible.

  • 72 Owen Heathcote, art. cité, p. 181.
  • 73 Ibid., p. 181-182.

33La fin du roman appelle en ce sens une double interprétation : d’un côté domine le tragique, lié à la victoire d’un corps social contrôlé par les hommes de l’ombre, d’une société qui ne laisse plus de place au sublime. Michu meurt, Laurence regagne l’espace confiné du privé. De l’autre, on observe que le personnage féminin combat jusqu’au bout la violence politique « par une sorte de vigueur diachronique72 ». Laurence continue de dresser son corps, à la fin du roman, contre la réconciliation souhaitée par tous. L’épilogue d’Une ténébreuse affaire fait, de plus, mention du portrait de Michu, « principal et funèbre ornement du salon » (VIII, p. 685), comme pour inscrire la permanence du passé au cœur d’un présent oublieux. Ainsi, le serviteur « survit sous la forme d’un portrait dans le salon de Laurence et à travers son propre fils, François, dont Laurence assure l’avancement dans Le Député d’Arcis73 ». Une transmission a lieu, les frontières spatiales et temporelles sont surmontées. Le roman dramatique balzacien est précisément celui d’une possibilité perpétuelle de reconfiguration du sensible et de relance de la temporalité. C’est peut-être aussi en ce sens qu’il devient politique : en mettant en scène la persistance d’un écart et d’un mouvement, auxquels il doit, comme fable politique, son potentiel dramatique et sa puissance d’intellection.

Conclusion

  • 74 Il s’agirait alors, dans cette « Scène de la vie politique » de montrer « les contrastes produits p (...)
  • 75 Le roi a été muet « sur les causes de ce désastre » (VIII, p. 684).
  • 76 « Là donc, les situations offriront un comique et un tragique grandioses. Les personnages […] symbo (...)

34Une ténébreuse affaire, roman politique ? Oui, au sens où y est mise en lumière la mort d’une certain politique, où il peint le remplacement d’une forme d’exercice de pouvoir par une autre et présente des interventions disruptives et fugitives contestant le quadrillage social. Le corps du souverain est escamoté, le corps social aspire à tout engloutir sous le regard de corps en retrait, mais en même temps quelques corps74 circulent, font irruption, combattent, pensent et parlent quand on ne les attend pas. La fable politique balzacienne fait donc éprouver la pluralité des visages de la politique nouvelle et confronte plusieurs âges politiques. Elle raconte le passage d’un modèle à un autre et fait entendre à la fois ce qui du passé survit et ce qui du futur se fait déjà entendre. Jusqu’au bout d’ailleurs, est attesté que le différend demeure. Le récit final signale en effet que le nouveau souverain, Louis XVIII, pas plus que ceux qui l’ont précédé, n’a pu dire à Laurence les mots éclairants75 qui auraient unifié le corps social et rétabli un plein ordre culturel, politique, social et érotique. Le roman fait fiction de ces heurts de positions76 et de cette impossible fusion : aucun discours réintégrateur ne peut résorber les déchirures de l’histoire, ne peut effacer les failles et les lignes de fractures. L’impossibilité de constituer un corps politique homogène et uni est peut-être le malheur d’un pays, elle est aussi la chance du roman balzacien.

Notes

1 Honoré de Balzac, « Avant-propos » de La Comédie humaine, La Comédie humaine, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1979, t. I, p. 19. Toutes les références aux textes de La Comédie humaine (1829-1848) renverront à cette édition publiée sous la direction de P.-G. Castex. Les références des citations extraites de La Comédie humaine seront inscrites dans le corps du texte, sous la forme suivante : titre de l’œuvre, suivi du numéro du volume en chiffres romains et de la page de la citation.

2 Voir Suzanne J. Bérard, « Introduction à Une ténébreuse affaire », VIII, p. 459.

3 Jacques Rancière, Le Partage du sensible. Esthétique et politique, La Fabrique, 2000, p. 13-14.

4 On distinguera en ces lignes la politique, définie par le jeu de rapports de force et de pouvoir, et le politique, sphère d’exposition des problèmes, questions et pensées liés à la politique.

5 Sur ce point, voir l’article d’Aude Déruelle, « Un tournant de la politique balzacienne : l’introduction à Sur Catherine de Médicis », dans Boris Lyon-Caen, Marie-Ève Thérenty (éd.), Balzac et le politique, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot éditeur, 2007, p. 45-56.

6 Balzac, Petites misères de la vie conjugale, XI, p. 129.

7 Que font les hommes politiques impuissants ? Ils « politiquent » écrit Balzac, « sans plus pouvoir changer à soi seul la marque des choses qu’un grain de sable ne peut faire la poussière » (Massimila Doni, X, p. 567). De Marsay signale de la même façon, à la fin d’Une ténébreuse affaire, en 1833 : « Nos hommes politiques d’aujourd’hui sont bien loin des Machiavels que les flots populaires ont élevés, en 1793, au-dessus des tempêtes. » (VIII, p. 688)

8 En un sens, le véritable grand homme dans Une ténébreuse affaire est Fouché, que célèbre le narrateur (VIII, p. 692).

9 Il est signalé qu’il avait « oublié » (VIII, p. 639) cette affaire.

10 Une ténébreuse affaire présentant, dans cette perspective, la « version extrême du recul de la figure paternelle » (Lucienne Frappier-Mazur, « Le complot royaliste dans La Comédie humaine : traîtres, héros et viragos », L’Année balzacienne, 2005, p. 244).

11 Max Andréoli, « Sur le début d’un roman de Balzac, Une ténébreuse affaire », L’Année balzacienne, 1975, p. 95.

12 À l’inverse de leur oncle, plus au fait de l’évolution sociale et politique.

13 Ne prêtant aucune attention « au couronnement de l’empereur Napoléon » (VIII, p. 608), faisant de leur ressentiment personnel une cause objective d’hostilité (VIII, p. 613), se payant de mots, les jeunes aristocrates commettent aussi, faute originelle, l’erreur politique de ne pas implorer Malin. Le narrateur conclut : « Aucun de ces jeunes cœurs ne pouvait concevoir le changement qui s’opérait en France, l’indignation leur remuait les nerfs et l’honneur bouillonnait dans toutes leurs veines avec leur noble sang. » (VIII, p. 615)

14 Voir « Laurence, qui parlait peu, semblait non pas songeuse, mais engourdie » (VIII, p. 534).

15 Max Andréoli, « Aristocratie et médiocratie dans les Scènes de la vie politique », L’Année balzacienne, 1998, p. 53.

16 Mireille Labouret, « Le sublime de la terreur dans Les Chouans et Une ténébreuse affaire », L’Année Balzacienne, 1990, p. 326.

17 René Girard, La Violence et le sacré, Grasset, 1972, p. 87.

18 Lucienne Frappier-Mazur, art. cité, p. 245.

19 Voir Mireille Labouret, art. cité, p. 324.

20 C’est plus précisément le « souverain pontife », capable de « trancher » les nœuds gordiens (VIII, p. 607) qui est en ce point évoqué.

21 M. Andréoli, « Sur le début d’un roman de Balzac, Une ténébreuse affaire », art. cité, p. 109-110.

22 Gérard Gengembre, « La police dans La Comédie humaine ou l’envers du politique contemporain », dans Balzac et le politique, op. cit., p. 127.

23 Cf. VIII, p. 645. La reconfiguration des rapports de pouvoir implique une forme de récit inédite.

24 Cf. VIII, p. 629.

25 « Nous voyons alors la politique absolument opaque, comme elle est » (Alain, Balzac, Gallimard, coll. « Tel », 1999, p. 37).

26 « Le sujet propre de ce roman est l’intrusion d’un autre pouvoir, qui est la police. Entendez la police autant qu’elle n’exprime pas seulement la volonté et les plans du pouvoir, mais autant qu’elle s’exprime elle-même, qu’elle invente, qu’elle s’intéresse, qu’elle est deux fois secrète » (Alain, op. cit., p. 39). Sur la « police politique » de l’époque voir Gérard Gengembre, art. cité, p. 123.

27 Comme le dit Corentin dans Splendeurs et misères des courtisanes : le policier est le « machiniste des drames politiques » (VI, p. 919).

28 Cf. VIII, p. 595 : « la Justice aura l’œil sur vous ».

29 Voir J. Rancière, La Mésentente, Galilée, 1995, p. 52. Voir « Ces deux hommes si doucereusement sinistres entrèrent alors suivis du brigadier d’Arcis et d’un gendarme. Cet aspect glaça d’effroi les quatre paisibles joueurs de boston, qui restèrent à leurs places, épouvantés par un pareil déploiement de forces. » (VIII, p. 559)

30 Ibid., p. 50-51.

31 Ibid., p. 23.

32 Michel Foucault, « Pouvoir et corps », Dits et écrits (1954-1988), Gallimard, 1994, t. II, p. 754.

33 Cité in Jacques Rancière, La Mésentente, op. cit., p. 159.

34 M. Labouret, art. cité, p. 327.

35 M. Foucault, « Les mailles du pouvoir », Dits et écrits, t. IV, op. cit., p. 193.

36 M. Foucault, « Espace, savoir et pouvoir », ibid., p. 273.

37 Voir M. Foucault, « Subjectivité et vérité », ibid., p. 214. Le romancier, dans Une ténébreuse affaire, représente moins l’État, l’Empereur, l’essence du pouvoir, que le développement de dispositifs, de pratiques, par lesquels s’exerce le pouvoir de et sur la société.

38 La jeune femme apparaît effrayée par « la fureur des masses, la malignité de la bourgeoisie et l’hostilité de l’administration » (VIII, p. 641).

39 « [L]’intérêt de la société me semble égal à celui des accusés » dit ainsi le président de la cour, lors du procès politique (VIII, p. 665).

40 Alain, op. cit., p. 38.

41 Le narrateur note ainsi : « Les mœurs, c’est les hommes ; mais la loi, c’est la raison d’un pays. Les mœurs, qui n’ont pas de raison, l’emportent sur la loi. » (VIII, p. 654) D’où, en un sens, l’erreur de Napoléon affirmant sur le champ de bataille, à propos de la condamnation à mort de Michu : « on doit mourir pour les lois de son pays, comme on meurt ici pour sa gloire » (VIII, p. 682). Plus que les lois, triomphe le despotisme anonyme du corps social et de ses mœurs.

42 Félix Davin, préfacier de Balzac, évoque, à propos de l’univers présenté dans les Scènes de la vie politique, les « rouages de ce monde mécanique » (« Introduction aux Études philosophiques », X, p. 1205) et résume le but de ces Scènes en ces termes : « Cette fois, ce ne sera plus le jeu d’un intérêt privé que l’auteur nous peindra ; mais l’effroyable mouvement de la machine sociale » (« Introduction aux Études de mœurs au xixe siècle », I, p. 1147-1148).

43 Voir VIII, p. 502-503, 515, 599,604, 609, 617, 619, 638, 640, 655. Les devises mêmes des Cinq-Cygne ou des Simeuse ont valeur d’annonces si on lit le roman comme une tragédie.

44 Corentin et Peyrade sont des agents du destin dépourvus de grandeur : ils sont ainsi appelés deux « artistes en farces tragiques » (VIII, p. 552).

45 Goethe, « Esquisse », Œuvres complètes, vol. 10, Mélanges, « Annales de 1749 à 1822 », Paris, Hachette, 1863, p. 308.

46 Malin contrôle la justice (il est question d’un « jury Malin », VIII, p. 646) et possède le pouvoir contre les émigrés.

47 Gérard Gengembre, art. cité, p. 127.

48 Voir VIII, p. 571 par exemple : à Mme d’Hauteserre qui lui demande de quoi ses fils sont accusés, Corentin répond, « d’un air à la fois gracieux et railleur » : « Mes devoirs et la mission que j’accomplis me défendent de vous le dire ».

49 Voir L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 253.

50 G. Gengembre, La Contre-Révolution ou l’histoire désespérante, Imago, 1989, p. 14.

51 Voir par exemple VIII, p. 647 : « Sur cent affaires criminelles, dit Bordin, il n’y en a pas dix que la Justice développe dans toute leur étendue, et il y en a peut-être un bon tiers dont le secret lui est inconnu. La vôtre est du nombre de celles qui sont indéchiffrables pour les accusés et pour les accusateurs, pour la Justice et pour le public ».

52 Voir VIII, p. 695.

53 Félix Davin, « Introduction aux Études philosophiques », X, p. 1205.

54 Sur ce point, voir Owen Heathcote, « Balzac au carrefour : La mise en récit de la terreur dans Une ténébreuse affaire », dans Pierre Laforgue (éd.), Pratiques d’écriture. Mélanges de poétique et d’histoire littéraire offerts à Jean Gaudon, Klincksieck, 1996, p. 168-169.

55 Chantal Massol, « Corps naturels, corps politique dans L’Envers de l’histoire contemporaine », dans Balzac et le politique, op. cit., p. 97.

56 Voir VIII, p. 524, 555.

57 « Nous ne pouvons pas nous comprendre, dit Michu froidement.
Tenez-vous sage, mon cher, la Justice aura l’œil sur vous.
Si elle n’y voit pas plus clair que vous, il y a du danger pour tout le monde, dit le régisseur. Vous refusez ? dit Corentin d’un ton expressif.
J’aimerais mieux avoir cent fois le cou coupé, si l’on pouvait couper cent fois le cou à un homme, que de me trouver d’intelligence avec un drôle tel que toi. » (VIII, p. 595)

58 Pensons par exemple au moment où Peyrade saisit le pied de Laurence lors de leur première confrontation : « Ce fut le burlesque au milieu de la terreur, contraste fréquent dans les choses humaines. » (VIII, p. 581)

59 Même si elles sont en partie aussi, en la circonstance, jouées.

60 Deux logiques, deux manières de déterminer ce qui est juste et ce qui ne l’est pas se heurtent en fait, d’où la justesse du discours apparemment manipulateur de Corentin, lançant à propos de Cinq-Cygne : « leurs droits sur la terre de Gondreville les rendent doublement criminels aux yeux des gens en sous-ordre ! » (VIII, p. 576). Au fond, le conflit ne dévoile pas une lutte d’intérêt mais a pour objet les critères mêmes de la justice.

61 Voir également VIII, p. 584.

62 L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 254.

63 La propriété de Gondreville, lieu de passage, véritable « carrefour » (Owen Heathcote, art. cité, p. 175) est ce lieu où se croisent, se jaugent, s’interpellent les êtres aux allégeances politiques différentes.

64 Si, au début du roman, la question rhétorique que se pose Malin (en discours indirect libre) au sujet de Michu – « Enfin, qu’avait-il à craindre, lui, ancien Représentant de l’Aube, d’un ancien président du club des Jacobins d’Arcis ? » (VIII, p. 510) – indique bien qu’aux yeux de celui qui est du côté de la représentation et de la police, Michu, homme d’un autre espace, d’un autre monde, ne peut l’atteindre, le déroulement de la fiction suggère précisément le contraire.

65 Sur une confrontation plus systématique des romans de Balzac aux thèses de Rancière sur la et le politique, nous nous permettons de renvoyer à notre article, « Qu’est-ce qu’un auteur politique ? Balzac, Milner, Rancière » (dans Balzac et le politique, op. cit., p. 168-176) dont nous reprenons ici les grandes orientations.

66 J. Rancière, La Mésentente, op. cit., p. 186.

67 L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 246. La question de la place de la femme dans la Société est abordée explicitement dans le roman et permet de faire la part entre l’ancien et le moderne (voir par exemple VIII, p. 603).

68 L. Frappier-Mazur, art. cité, p. 253.

69 Le moment du procès politique le prouve : au « nœud du procès » (VIII, 660), il est celui dont tout dépend.

70 Voir VIII, p. 503, 655. Aux yeux de Peyrade, l’intelligence du paysan tient du « prodige » (VIII, p. 577). Rappelons tout de même que le personnage ne laisse pas d’être inquiétant et est aussi associé à une forme d’animalité (voir, sur ce point, Max Andréoli, « Sur le début d’un roman de Balzac, Une ténébreuse affaire », art. cité, p. 116-118).

71 J. Rancière, La Mésentente, op. cit., p. 53.

72 Owen Heathcote, art. cité, p. 181.

73 Ibid., p. 181-182.

74 Il s’agirait alors, dans cette « Scène de la vie politique » de montrer « les contrastes produits par les intérêts particuliers qui se mêlent à l’intérêt général » (Félix Davin, « Introduction aux Études de mœurs au xixe siècle », I, p. 1148).

75 Le roi a été muet « sur les causes de ce désastre » (VIII, p. 684).

76 « Là donc, les situations offriront un comique et un tragique grandioses. Les personnages […] symbolisent en eux le passé, l’avenir ou ses transitions, et luttent non plus avec des individus, mais avec des affections personnifiées, avec les résistances du moment représentées par des hommes » écrit Davin à propos des « Scènes de la vie politique » (« Introduction aux Études de mœurs au xixe siècle », p. 1148).

Auteur

Universite Nancy 2.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search